Des descriptifs clairs une véritable plus-value pour tout le monde.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Des descriptifs clairs une véritable plus-value pour tout le monde."

Transcription

1 1 15 JOURNAL POUR LES MEMBRES DU CENTRE SUISSE D ETUDES POUR LA RATIONALISATION DE LA CONSTRUCTION Couleurs tendance Stratégies de couleurs en architecture. Des descriptifs clairs une véritable plus-value pour tout le monde.

2 2 EDITORIAL CRB-BULLETIN 1.15 CONTENU 3 SOUS LA LOUPE Couleurs tendance CRB à appli-tech. 7 SAVOIR-FAIRE Stratégies de couleurs en architecture. 11 EN PERSONNE Le CAN est devenu un instrument indispensable. 12 ACTUEL Retrospective: Colloque Construire malin! BIM et standards CRB. Nouveaux collaborateurs CRB. 15 NOTICES Lorsqu on aborde le sujet NCS colour system, les clients demandent souvent quelles seront les prochaines tendances en matière de couleurs. Pour y répondre, CRB a organisé deux conférences regroupées sous le titre «Interior Colour Trends» lors de l appli-tech à Lucerne en février dernier. Si vous avez manqué ces rendez-vous, la rubrique SOUS LA LOUPE vous expliquera comment naissent les couleurs tendances et quelles sont celles qui domineront cette année et la prochaine. La rubrique SAVOIR-FAIRE continue sur le même thème avec la présentation d un ouvrage qui sera publié prochainement par l école zurichoise «Haus der Farbe». Le livre traite du potentiel des couleurs dans la conception architecturale. Il devrait inspirer les professionnels en leur montrant différentes façons de travailler avec la couleur. Au début mars, le colloque «Construire malin!» organisé par la SSE, l USIE et CRB a souligné l importance de rédiger des descriptifs de prestations clairs, complets et juridiquement inattaquables. De tels descriptifs représentent une valeur ajoutée pour l ensemble des intervenants de la construction. La rubrique ACTUEL présente le point de vue personnel des conférenciers sur l intérêt d utiliser le CAN. 16 AGENDA Je vous souhaite une bonne lecture et j espère avoir le plaisir de vous rencontrer à l assemblée générale du 6 mai prochain ainsi qu à la conférence «BIM et standards CRB» qui la précédera. IMPRESSUM Le Bulletin CRB, journal d information pour les membres de CRB, paraît trimestriellement. La reproduction même partielle, des textes et des illustrations n est autorisée qu avec l accord écrit de la rédaction et l indication de la source. Reto Helbling Services membre de la direction CRB Edition: CRB, Centre suisse d études pour la rationalisation de la construction, Steinstrasse 21, Case postale, 8036 Zurich, téléphone , fax , Rédactrice en chef: Gaby Jefferies Photo de couverture: Page de couverture «Interior Colour Trends, Original NCS Colour, Stockholm, Suède. Production: Schwabe AG, 4132 Muttenz,

3 1.15 CRB-BULLETIN SOUS LA LOUPE 3 Couleurs tendance Les couleurs tendance sont cycliques. Elles sont influencées par une série de facteurs tels que la situation économique, l industrie du divertissement, les nouveaux matériaux, les technologies innovatives ou encore les événements imprévus. Découvrez quelles sont les couleurs tendance de cette année et pourquoi les architectes et concepteurs devraient aussi s y intéresser. TEXTE: GABY JEFFERIES Les recherches veulent dépister les nouvelles tendances et les innovations. Puisqu on ne dispose d aucune donnée analysable de l avenir, les chercheurs observent les modes et les tendances actuelles. Les résultats de ces observations serviront de points de repère pour les décideurs des milieux économiques et sociaux. En étroite collaboration avec des spécialistes issus des domaines les plus variés (designers, coloristes, psychologues), NCS Colour, basé en Suède, s est penché sur les spécificités du marché des couleurs en fonction des différentes branches et régions. Depuis déjà plusieurs années, elle aide de nombreuses organisations à établir des prévisions sur les couleurs et, depuis quatre ans, elle présente ses propres «Interior Colour Trends». Qu est-ce qu une couleur tendance? Nous avons tous une couleur préférée à laquelle nous sommes depuis longtemps fidèles. Les préférences en matière de couleurs changent cependant avec le temps. La mode des couleurs suit une direction, comme l explique Ingela Koski-Vähälä, responsable du Marketing chez NCS Colour. Ainsi, le bleu peut être notre couleur préférée, mais ce bleu varie, il devient plus vert, plus rouge, plus foncé, plus clair ou plus neutre. Les couleurs tendance connaissent des variations de teintes (cercle chromatique NCS) et de nuances (triangle NCS). Celles des espaces intérieurs ne sont pas aussi soumises aux variations saisonnières que celles de la mode, par exemple. Les registres de couleurs dominants sont pourtant les mêmes dans les deux cas, car ils sont soumis aux mêmes influences. A la question de savoir à quelle vitesse changent les couleurs tendance, I. Koski-Vähälä explique qu il s agit d un processus à long terme et non pas de quelque chose qui fait brutalement irruption. Les différentes tendances se chevauchent et s entremêlent. «Ce que nous constatons, c est qu elles changent de plus en plus vite, en raison du flux d informations auquel nous sommes confrontés. En règle générale, une couleur redevient à la mode après 15 à 20 ans.» Influence de la psychologie du marché La psychologie du marché est influencée par nos états d âme. Ces états d âmes sont le reflet de l état d esprit dominant. Dans une époque optimiste, les couleurs douces et pastel ont la cote, tandis que quand les temps sont durs, on préfère les couleurs joyeuses et colorées. Les couleurs de la tendance «technologique et humaine» sont une réaction à notre environnement hautement technologique. NCS Colour, Stockholm, Suède. Comme le souligne Karl Johan Bertilsson, Vice President de la Colour Academy, les recherches ont montré que notre esprit fonctionne de manière simple: lorsque nous avons vu les mêmes couleurs trop longtemps, nous voulons du changement. Et comme pour beaucoup d autres choses, nous passons d un extrême à l autre. Quand tout autour de nous est plutôt neutre, blanc, gris ou noir, alors nous aspirons à des couleurs vives et variées. Mais nous arrivons à cet autre extrême petit à petit, en passant par plusieurs étapes. Les couleurs sont cycliques: à chaque tendance succède la tendance inverse. «Lorsque l on a compris cela, et que nous savons exactement où nous nous situons aujourd hui, il devient possible de prédire la prochaine étape. C est un peu simplifié, bien

4 4 SOUS LA LOUPE CRB-BULLETIN 1.15 sûr, mais c est bien le principe», souligne K. Bertilsson. Vecteurs de tendance Il existe une série d autres facteurs qui influencent les tendances, on les appelle les vecteurs de tendance. Leur effet dépend de la situation économique. On a pu le constater lors de la crise de 2008: en peu de temps les préférences en matière de couleurs ont radicalement changé: les Européens et les Américains voulaient des couleurs réconfortantes. En Asie, en revanche, les couleurs sont restées plus neutres. Cela montre qu un même événement a un impact différent suivant les régions. L industrie du divertissement est un autre vecteur de tendances très important: elle attire l attention sur certaines couleurs ou sur certains styles, elle nous manipule de différentes manières. Les nouveaux matériaux et les nouvelles technologies modifient aussi nos préférences, de même que des événements inattendus comme les attaques terroristes de New York en Pour K. Bertilsson, il est très important de déterminer si un vecteur a un effet global ou seulement local. Du fait de facteurs d influence localisés, certaines couleurs tendance ne sont valables que pour certaines régions. Limites de la prévisibilité Quand on comprend que les cycles se répètent, il devient possible de prévoir assez Natural Colour System NCS La logique du système suédois Natural Colour System NCS s appuie sur la manière dont l œil humain perçoit les couleurs, indépendamment du support utilisé, du matériau dont il est fait ou de la façon dont il a été fabriqué. Depuis 1981, CRB est le distributeur exclusif du système des couleurs NCS en Suisse. «Interior Colour Trends 2015» est un ensemble de cartes comprenant quatre tendances et 24 couleurs à la mode. Il aide les professionnels à prendre les bonnes décisions et leur permet de justifier leurs choix. Des séminaires sont proposés aux professionnels qui veulent apprendre à prédire les tendances ou qui souhaitent développer des palettes de couleurs sur mesure, en fonction de leur domaine d activité. Pour plus d informations sur le système couleur NCS et sur ses instruments de travail: crb.ch ou tél longtemps à l avance les couleurs qui reviendront à la mode. Toutefois, comme certains événements imprévus, susceptibles d affecter les tendances, peuvent se produire à plus ou moins long terme, il convient d être prudent. C est pourquoi Ingela Koski-Vähälä estime que la plupart des prévisions ne devraient pas aller au-delà de deux à trois ans. Ceux que nous appelons «faiseurs de mode» (ceux qui lancent les tendances) ne font que les détecter dans leurs grandes lignes et n ont ainsi plus qu à les suivre. Couleur isolée ou famille de couleurs «Interior Colour Trends» s intéressent assez peu aux couleurs isolées pour se concentrer sur des gammes ou des familles de couleurs. Une couleur isolée peut être à la mode, comme par ex. la couleur orange de la série télé américaine «Orange is the new Black». Lorsque l on veut comprendre les tendances en matière de couleurs, il faut reconnaître la direction et la gamme dans lesquelles les couleurs se déploient. Par exemple, nous voyons actuellement de nombreuses couleurs issues de la gamme des pastels blafards et sales. Le Natural Colour Systems NCS permet de déterminer les nuances de couleurs par rapport à l année précédente. A partir de là, on peut en déduire les tendances actuelles de couleurs. Quelles sont les tendances actuelles? NCS Colour voit pour 2015/16 quatre préférences universellement valables: la tendance «rustique et organique» qui représente le désir de ressourcement et de calme, le retour à la nature, la fuite loin de la vie urbaine et de l accessibilité permanente. Elle utilise une palette harmonieuse de tons terreux et des couleurs minérales, combinées avec des accents frais. La tendance «audacieuse et lumineuse» qui associe des couleurs vives et intenses avec des nuances de gris basées sur le bleu. Le but est d interpeller tous les sens de manière ludique, les couleurs doivent être perçues comme des accords palpitants et dynamiques. Les couleurs de la tendance «technologique et humaine» sont une réaction à notre environnement hautement technologique. Des nuances métalliques se mêlent en arrière-plan à des nuances fraîches et pimpantes. La tendance «sensible et envoûtante» veut nous stimuler et nous réconforter. D exigeants tons pastel sont combinés à des nuances fascinantes pour créer une expérience sensorielle. «Les tendances actuelles sont dominées par de nombreux tons pastel sales, souvent combinés avec le gris. Les tons bleus, déjà présents depuis quelque temps sous différentes nuances, vont demeurer mais se diriger vers le vert. Il va y avoir toujours plus de tons verts et l orange, déjà très important, ne servira pas uniquement à des mises en valeur», résume K. Bertilsson. Le rose gagnera en importance en Les couleurs deviendront plus insolentes et osées et elles seront combinées avec des teintes allant vers le noir. Cette tendance, débutée cette année, se poursuivra l année prochaine. Fiabilité des prédictions L exemple des couleurs cuivre et turquoise montre comment on peut reconnaître s il s agit d une tendance à long terme: «Nous avons déjà remarqué ces deux couleurs l année dernière pour des objets décoratifs à courte durée de vie, comme des sets de table, des bougies ou des coussins. Maintenant, on peut les voir aussi sur des sofas, des parois ou des voitures, donc sur des produits coûteux», explique le Dr Hildegard Kalthegener, coloriste à la NCS Colour Academy. On peut donc en conclure que l on est en pré- La coloriste Hildegard Kalthegener associant des couleurs.

5 1.15 CRB-BULLETIN SOUS LA LOUPE 5 NCS S 0580-Y70R NCS S 3055-R30B NCS S 4040-G40Y NCS S 7010-B10G NCS S 2005-G30Y NCS S 2010-Y10R NCS S 1015-Y80R Photos: NCS Colour, Stockholm, Suède NCS S 1070-Y10R NCS S 3060-R70B NCS S 3020-B30G NCS S 6005-G20Y NCS S 3030-Y90R La tendance «audacieuse et lumineuse» qui associe des couleurs vives et intenses avec des nuances de gris basées sur le bleu. La tendance «rustique et organique» utilise une palette harmonieuse de tons terreux et des couleurs minérales, combinées avec des accents frais. NCS S 1010-Y10R NCS S 2060-B NCS S 1020-R20B NCS S 1050-Y NCS S 1030-B60G NCS S 0540-G60Y NCS S 4040-R60B NCS S 3030-Y50R NCS S 0560-Y50R NCS S 6502-B NCS S 3560-Y70R NCS S 0603-Y20R La tendance «sensible et envoûtante» combine les tons pastel à des nuances fascinantes. Avec la nouvelle tendance «technologique et humaine», des nuances métalliques se mêlent en arrière-plan à des nuances fraîches et pimpantes. sence d une tendance à long terme. La prédiction s est donc réalisée. Avantages pour les architectes et les concepteurs H. Kalthegener en est convaincue: les architectes et les concepteurs ont tout intérêt à connaître ces tendances. «Pour les gens qui travaillent constamment avec les couleurs, il est très utile de savoir comment convaincre leurs clients. J entends très souvent que des architectes ont de la peine à choisir les couleurs. Ils le font intuitivement et cherchent ensuite à justifier leur choix.» Les recherches sur les couleurs effectuées par NCS Colour peuvent les aider à effectuer les bons choix et à gagner ainsi en assurance. H. Kalthegener apprécie énormément le système couleur NCS dans sa pratique quotidienne, car il permet d expliquer rationnellement ses intuitions. Elle peut ainsi montrer clairement et simplement des notions complexes. Lorsqu on lui demande quel est son instrument de travail NCS favori, elle répond spontanément l Album NCS: «Les petits échantillons A9 sont idéals pour associer les couleurs en vue de collections, l Album est très pratique car je peux visualiser d un seul regard toutes les couleurs sur un triangle.» Quand les architectes ont besoin de plus grands échantillons de couleur, il peuvent utiliser le coffret NCS ou des échantillons A4.

6 6 SOUS LA LOUPE CRB-BULLETIN 1.15 Retrospective: CRB à appli-tech. Pour sa sixième édition, le salon pour le second œuvre est une nouvelle fois apparu comme le rendez-vous incontournable de tous les professionnels de la branche: ce fut l occasion d échanger des informations et de nouer ou d entretenir des contacts. Le stand CRB a attiré de nombreux visiteurs qui ont pu s informer en primeur sur le Natural Colour System NCS et ses instruments de travail éprouvés. TEXTE: GABY JEFFERIES Tous les acteurs de la branche s étaient donné rendez-vous du 4 au 6 février 2015 à appli-tech à Lucerne. Les nombreux professionnels ont pu découvrir les toutes dernières innovations en matière de produits et de prestations et les nouvelles tendances du secteur de la peinture et de la plâtrerie, de la construction à sec et de l isolation. Dans le très riche programme figuraient notamment: un concours dont le but était de promouvoir les jeunes talents et de fa voriser la collaboration entre architectes, artisans et planificateurs; plusieurs expo sitions spéciales; un symposium d architecture ainsi que de très nombreux exposés succincts donnant de précieux conseils pratiques. NCS le leader européen des couleurs Les visiteurs du stand CRB, à l entrée de la halle 3, ont pu constater par eux-mêmes pourquoi le système NCS a su convaincre de très nombreux utilisateurs dans les secteurs les plus variés. Ce système ingénieux s appuie sur la manière dont l œil humain perçoit les couleurs: les associations de couleurs deviennent plus simples et la communication s en trouve facilitée. Le responsable du stand CRB, Daniel Pfeffer, a répondu à des questions portant aussi bien sur les classiques de la gamme NCS que sur le très pratique Colour Scan. L offre exclusive de souscription pour la nouvelle publication «Farbstrategien in der Architektur» de la Haus der Farbe a été très bien accueillie (voir page 10). Le jeu qui permettait de gagner, en tournant la roue chromatique NCS, un bon pour votre prochain achat ainsi qu un prix immédiat, a assuré une très bonne fréquentation du stand CRB pendant les trois jours du salon. CRB avait aussi organisé deux exposés succints sur les «Interior Colour Trends 2015». Au nom de NCS Colour, le Dr Hildegard Kalthegener a expliqué comment naissent les couleurs tendance et les facteurs qui les influencent. Elle a aussi présenté, à partir d exemples concrets, quelles seront les couleurs favorites de l année 2015/16. Le stand CRB a rencontré un très vif succès durant les trois jours du salon.

7 Stratégies de couleurs en architecture 1.15 CRB-BULLETIN SAVOIR-FAIRE 7 Découvrir le potentiel des couleurs dans la conception architecturale. La nouvelle publication de la Haus der Farbe «Farbstrategien in der Architektur» permet aux professionnels de prendre conscience des multiples possibilités offertes par les couleurs dans la conception architecturale afin de les exploiter au mieux. Six stratégies de couleurs y sont décrites à l aide d exemples pratiques et expliquent comment planifier dès les premières ébauches du projet l interaction entre la couleur et l espace. TEXTE: LINO SIBILLANO UND STEFANIE WETTSTEIN La couleur est sans conteste une composante incontournable de la conception architecturale, ayant une fonction bien plus importante que de simple décoration ou de cosmétique superficielle. Si elle est comprise comme un élément essentiel dès le début du projet et habilement utilisée, elle représente une plus-value fonctionnelle et esthétique. Idéalement, les premières idées du concept de couleurs devraient être développées en parallèle avec la conception des plans et de la volumétrie. Une stratégie d ensemble tient compte de plusieurs aspects tels que volume et lumière, identité architecturale et contexte, fonction et atmosphère, matériau et texture. Les illustrations des stratégies de couleurs sont faites à l aide d échantillons de couleurs peints à la main. (Photo Haus der Farbe) Si on utilise une démarche conceptionnelle tenant compte de tous ces aspects, la couleur peut créer la diversité. Elle peut souligner les pleins et les vides, renforcer ou réduire les contrastes, ou dans d autres cas interpréter de façon ludique le bâti. Celui qui entre dans la pièce peut soit se sentir plongé dans un univers de couleur ou soit être incité à découvrir l espace sous différents points de vue. Parfois, la couleur est une interprétation de la lumière, parfois elle forme un ensemble sophistiqué avec les matériaux, les meubles et l espace. Le potentiel des couleurs pour la conception architecturale est actuellement encore sous-exploité. Un territoire reste à explorer. La Haus der Farbe et l Université d Edimbourg ont formé une équipe interdisciplinaire pour étudier l utilisation des couleurs en architecture, afin de montrer la diversité des concepts de couleurs. Méthode de recherche et représentations La méthode de recherche utilisée pour établir cette étude est fondée sur une approche empirique et phénoménologique de la couleur et de l architecture. Tout le processus se concentre dans un premier temps sur une observation attentive des couleurs et de leurs rapports à l espace. Les couleurs furent recueillies sur place avec des nuanciers puis soigneusement mélangées à la main en atelier et peintes sur du papier. Là où la couleur d origine n était plus visible, elle fut reconstituée aussi précisément que possible à l aide de recherches existantes sur les couleurs, d anciennes photographies ou d archives. Ce processus artisanal et cognitif présente de nombreuses similitudes avec le fait de métrer et de dessiner des bâtiments contemporains: il conduit à une compréhension plus approfondie de l échelle et des dimensions et permet d appréhender immédiatement les relations entre les éléments architecturaux, les couleurs et les volumes. En outre, en mélangeant les couleurs à la Stefanie Wettstein, Dr phil. I, historienne de l art Lino Sibillano, lic. phil. I., historien de l art Ils dirigent ensemble la Haus der Farbe, qui fête cette année ses 20 ans d existence. Depuis sa fondation, l école professionnelle s engage pour une culture artisanale et architecturale de grande qualité. Elle défend l importance de la couleur dans l architecture, la compétence conceptuelle dans l artisanat, sans oublier le dialogue dans la construction. Ses activités se déploient dans les domaines de la formation, de la recherche et du conseil. hausderfarbe.ch

8 8 SAVOIR-FAIRE CRB-BULLETIN 1.15 Stratégies de couleurs en architecture main, les coloris des bâtiments sont ressentis intensément et sont «saisis» dans le vrai sens du mot. Ce procédé, qui part du particulier pour aller vers le général, mène à une compréhension incomparable de l utilisation des couleurs dans l architecture. Cette approche est d autant plus pertinente que la couleur est rarement statique et qu elle doit être appréhendée dans les multiples rapports qu elle entretient avec les volumes. Une fois tous les échantillons de couleurs peints, leurs particularités architecturales furent analysées. Il a ainsi été possible de définir la palette de couleur propre à chaque projet et de déchiffrer le rôle et la stratégie globale de l utilisation des couleurs. Les résultats de cette étude sont représentés sous deux formes d illustrations différentes. Portrait en couleurs de la maison Sunnebüel (1929/1930), Küsnacht-Itschnach, achitecte Lux Guyer. Collage avec échantillons de couleurs peints à la main, cm. (Photo Urs Siegenthaler) Les portraits en couleurs de chaque bâtiment sont des représentations abstraites de son identité et indiquent les relations de quantité entre chacune des couleurs. Ces portraits sont des compositions d échantillons de couleurs peints à la main. Il s agit de compositions artistiques qui furent établies à vue d œil. Leur première ambition est de restituer le climat des couleurs d un bâtiment de façon imagée. L observateur devrait reconnaître le bâtiment d après son portrait en couleurs. Pour illustrer la stratégie de couleurs d une autre façon, une représentation spatiale faite avec des échantillons de couleurs peints à la main a été développée sous la forme d un collage. Les espaces représentés s inspirent bien des bâtiments étudiés, mais ils sont fictifs. Il s agit de compositions très abstraites qui montrent avant tout les différentes manières d associer la couleur à l espace et à l architecture. Les stratégies de couleurs peuvent donc être comprises comme des partis pris esthétiques pour la création d espaces. Illustration de la stratégie de couleur «Promenade pittoresque». Collage avec échantillons de couleurs peints à la main, cm. (Photo Urs Siegenthaler) Six bureaux d architecture six stratégies de couleurs L étude analyse les ouvrages de six bureaux d architecture, basés à Berlin, Edimbourg et Zurich et examine leur concept de couleur. L approche conceptuelle de ces projets architecturaux dans l utilisation des couleurs, des matériaux et des surfaces montrent une grande diversité. De plus, les différents types d ouvrages analysés couvrent une large période, qui va du début du vingtième siècle à aujourd hui, ce qui tient compte de différentes typologies de bâtiments. La maison individuelle bénéficie de la même attention qu un ensemble d habitation pour des centaines de personnes, qu une salle de concert ou qu une station de métro. La publication présente des icônes de l architecture, mais aussi des joyaux cachés. Cette sélection permet d élaborer et de décrire six stratégies de couleurs distinctes dans la conception architecturale.

9 Stratégies de couleurs en architecture 1.15 CRB-BULLETIN SAVOIR-FAIRE 9 Promenade pittoresque, l exemple de Lux Guyer Lux Guyer ( ) fut une pionnière de l architecture zurichoise. Elle a imaginé et réalisé une série de projets novateurs. Sa première maison préfabriquée fut exposée en 1927 à l Exposition nationale du travail féminin (SAFFA). Ses maisons individuelles sont une invitation à se promener dans des espaces colorés uniques et raffinés, dans lesquels les perspectives sans cesse changeantes renforcent l expérience architecturale. Le plan n est ni libre ni ouvert, par contre les espaces sont flexibles et appropriés aux nécessités de la vie de famille. L utilisation des couleurs par Lux Guyer peut être qualifiée d atmosphérique. Elle peut également être définie comme une séquence spatiale, en d autres termes une promenade. Ouvrages analysés: maison SAFFA, Stäfa (1928), maison Sunnebüel (1929/1930) et maison Obere Schiedhalde (1929), Küsnacht-Itschnach La tectonique dévoilée, l exemple de Basil Spence Basil Spence ( ), principalement connu comme architecte de la cathédrale de Coventry en Angleterre, fut actif depuis les années 30 jusqu aux années 80. Il utilisait la couleur et les matériaux pour articuler et renforcer la structure tectonique, le rythme et les volumes. Dessinateur accompli, ses travaux comptent parmi les plus significatifs des expositions d après-guerre. Il a notamment conçu le pavillon «Sea and ships» au Festival of Britain (1951). Sa palette de couleur, qui se caractérise par des teintes claires-obscures et des couleurs vives, reflète l optimisme de son temps. Deux projets résidentiels à Edimbourg en sont l illustration. Ouvrages analysés: maisons d habitation à Canongate ( ) et ensemble d habitation Claremont Court ( ), Edimbourg La cohésion globale, l exemple de Hans Scharoun La Philarmonie et la Staatsbibliothek de Hans Scharoun ( ) sont comme deux navires dorés côte à côte, à proximité de la Potsdamer Platz à Berlin, longtemps en friche car située près du mur. Dans l œuvre de Scharoun, la couleur est pensée dans un contexte d architecture globale. Elle sert d articulation subtile des volumes et d orientation pour les visiteurs de ces paysages intérieurs complexes. La couleur se fond dans la forme architecturale et la cohésion entre surface, forme, lumière et couleur crée la magie du lieu. Ouvrages analysés: Philharmonie ( ) et Staatsbibliothek ( ), Berlin La pop immersive Rainer Rümmler ( ) a réalisé de nombreuses stations de métro à Berlin-Ouest entre 1960 et Le concept avait pour but de situer clairement les stations de métro dans l espace urbain. Grâce à l utilisation intensive des couleurs et des formes, chaque station bénéficie d un caractère unique et d une ambiance particulière. Les stations des années 70 présentées dans cette étude donnent le sentiment d être dans un salon typique de cette époque elles sont modernes, vivantes et pragmatiques dans l utilisation des matériaux, et surtout, il est très facile de s y orienter. C est une expérience prenante qui reflète celle d un trajet dans le métro. Plonger dans cet univers aux couleurs intenses provoque un changement brusque qui contrebalance l ennui provoqué par un voyage en métro. Stations de métro analysées: Fehrbelliner Platz (1971), Rathaus Steglitz (1974) et Konstanzer Strasse (1978), Berlin Tonalités calmes, l exemple de Reiach & Hall Bien que le bureau d architecture Reiach & Hall existe déjà depuis les années 60 et malgré les changements intervenus dans l équipe dirigeante, il possède une continuité. L actuel chef de projet Neil Gillespie sait que les travaux du bureau doivent s inscrire dans cette continuité. Elle se traduit par une approche subtile et intemporelle de l architecture. L utilisation d une palette de couleurs presque monochrome reflète deux thèmes architecturaux différents: le bâtiment de la lumière et le bâtiment de l ombre. Dans Portrait en couleurs de la Philharmonie ( ), Berlin, architecte Hans Scharoun. a) foyer (en bas), b) salle de concert (en haut). Collage avec échantillons de couleurs peints à la main, cm. (Photo Urs Siegenthaler)

10 10 SAVOIR-FAIRE CRB-BULLETIN 1.15 Stratégies de couleurs en architecture Illustration de la stratégie de couleur «Cohésion globale». Collage avec échantillons de couleurs peints à la main, cm. (Photo Urs Siegenthaler) tous les cas, le bâtiment est étroitement lié au paysage environnant et les couleurs de la nature apportent leurs teintes douces et tamisées. Ouvrages analysés: Forth Valley College (2011) et mémorial Bannockburn (2013), Stirling Second Layer, l exemple de Knapkiewicz & Fickert Les architectes suisses contemporains Kaschka Knapkiewicz et Axel Fickert utilisent directement la couleur sur les surfaces pour changer les proportions des espaces, brouiller les repères, désorienter et de cette manière proposer différentes interprétations de l architecture. La couleur offre ainsi un deuxième niveau de lecture du bâti. Elle est presque comme un masque qui change la perception des échelles, des surfaces et des volumes. Elle est rebelle, ludique, parfois confortante, parfois contradictoire, et régulièrement provocante. Ouvrages analysés: ensemble d habitation Klee ( ) et maisons d habitation à la Rigiplatz ( ), Zurich Chacune de ces six stratégies représente une approche conceptuelle distincte pour l interaction de la couleur et de l espace. Les illustrations faites à la main et spécialement réalisées pour la publication, permettent d en saisir tous les aspects. Par son approche visuelle et analytique, l ouvrage n est pas seulement une source d inspiration pour les professionnels, il fournit les moyens d explorer les multiples possibilités d utiliser les couleurs en architecture. Les stratégies de couleurs en architecture L Ouvrage Editeur: Haus der Farbe l école professionnelle pour la création dans l artisanat et l architecture. Auteurs: Fiona McLachlan, AnneMarie Neser, Lino Sibillano, Marcella Wenger-Di Gabriele, Stefanie Wettstein. Préface de Iain Boyd Whyte. Mise en forme: Barbieri Bucher, Stephanie Cuérel Schwabe Verlag Basel, pages, 20,4 2 27,0 cm, 18 chartes de couleurs, 6 planches dépliantes. Relié. L ouvrage est disponible en allemand et en anglais. ISBN (édition en allemand) ISBN (édition en anglais) Edition spéciale fac-similé A l occasion de son 20 ème anniversaire, la Haus der Farbe publie l ouvrage dans une édition en fac-similé. Le portefolio contient six impressions en fac-similé des stratégies de couleurs en format original mm. Impression offset à six couleurs avec une modulation de la couleur en lithographie. Offre de souscription En collaboration avec le Centre suisse d études pour la rationalisation de la construction (CRB), la Haus der Farbe propose une souscription à tous les lecteurs. Livre CHF 56. au lieu de CHF 68. (TVA comprise, frais de port et d emballage non compris). Edition fac-similé CHF 580. au lieu de CHF 650. (TVA, frais de port et d emballage compris). Commande: shop.crb.ch (rubrique: Littérature spécialisée) ou Les prix de la souscription sont valables jusqu au L ouvrage sera disponible à partir du 8 juin Une exposition itinérante accompagnera la publication. Le vernissage aura lieu le samedi 6 juin 2015 à 16h00 au Gewerbemuseum de Winterthour.

11 1.15 CRB-BULLETIN EN PERSONNE 11 Le CAN est devenu un instrument indispensable. Entretien avec Marcel Pfrunder, chef du département Technique et économie d entreprise de l Union Suisse des Installateurs-Electriciens (USIE). INTERVIEW: GABY JEFFERIES Marcel Pfrunder, installateur-électricien dipl. féd., master en économie d entreprise MAS-BA a été long temps concepteur d installations électriques et directeur de gestion de grands projets de construction. Sa formation très technique et ses études de gestion en font un interlocuteur compétent pour les questions d économie de la construction. Chef du département technique et économie d entreprise de l USIE, il conseille, avec son équipe, le secteur de l électricité. Il est responsable de la publication du CAN Electro. Quelle importance revêt le CAN Catalogue des articles normalisés pour vos membres? Les maîtres d ouvrage professionnels apprécient la structure claire et normalisée du CAN. Il permet à nos membres de décrire les installations électriques de manière neutre ou par types de produits. Ce système intelligent de structuration offre la possibilité d établir très facilement des récapitulatifs, des extraits ou des statistiques. Les données CAN de l USIE comprennent articles neutres ou relatifs à des produits. Elles sont mises à jour chaque année et adaptées aux innovations techniques. Des programmes de calcul, certifiés par l USIE, mettent les données à disposition des utilisateurs. Quels avantages offre le CAN au secteur de l électrotechnique? Gain de temps et amélioration de l efficacité sont les principaux avantages de l utilisation du CAN électricité et télécommunication. Il va de soi que les utilisateurs du CAN Electro ont accès à une fonction de recherche qui leur permet d établir rapidement les descriptifs de prestations. Grâce à ses recherches approfondies, l USIE peut donner des temps de référence pour la durée nécessaire à l exécution des prestations des articles CAN. Ils sont constamment adaptés en fonction des innovations techniques et de l évolution des outils pour le montage. L utilisateur bénéficie ainsi d une représentation réaliste pour la calculation et pour la planification des ressources. Grâce à des structures de recherche par l image et les informations correspondantes, même les utilisateurs inexpérimentés sont à même d établir une offre CAN en peu de temps. Comment l USIE s y prend-elle pour que ses membres utilisent le CAN et l utilisent correctement? Des séminaires destinés aux utilisateurs du CAN sont proposés dans les grandes régions économiques de la Suisse et ils rencontrent beaucoup de succès. Et l organe officiel de l USIE, baptisé «electrorevue», contient une rubrique intitulée «trucs et astuces». Cette rubrique montre comment gagner en efficacité dans l utilisation du CAN et permet d être toujours au courant des derniers développements. En outre, l USIE publie le Manuel de formation CAN. C est le livre d enseignement pour la calculation dans la branche des installations électriques et de télécommunication. Il est l ouvrage de référence par excellence pour la formation continue. La brochure Règles de métré CAN facilite la saisie de prestations et l attribution des codes d installation. L USIE propose aussi un grand nombre d outils de travail dans le domaine de la calculation: Le site vsei.ch (rubrique CAN/Aides de travail CAN) donne des Informations sur le CAN qui expliquent pas à pas comment l utiliser. Les Statistiques donnent une vue d ensemble de tous les articles nouveaux, déplacés ou supprimés. De même, les Descriptifs types qui se trouvent dans cette rubrique facilitent considérablement l utilisation du CAN. Ces descriptifs types concernent des maisons individuelles et des immeubles. Ils sont proposés en différentes variantes, groupant par exemple toutes les prestations liées à une partie d installation ou suivant l ordre hiérarchique original du CAN. La brochure Enquête sur les salaires indique les salaires moyens par professions et par tranches d âges. Tous ceux qui ont transmis des données pour l enquête reçoivent gratuitement cette brochure. La brochure Chiffres-clés de la branche présente et commente les valeurs moyennes suisses. Ces chiffres sont utilisables par toutes les entreprises et permettent à l entrepreneur de faire des comparaisons spécifiques de la branche. Cette brochure est remise gratuitement à chacun de nos membres. Nous publions également des informations sur le renchérissement annuel selon l USIE et la KBOB ainsi que des Check-lists sur des sujets comme la limite de responsabilité ou la protection contre le bruit. L USIE se fait-elle une idée très concrète des développements futurs du CAN? Ou, bien sûr! Le secteur de l électricité est constamment confronté aux innovations techniques. Pensez seulement au nombre actuel d installations électriques comparé au passé. La proportion des installations dans les ouvrages a considérablement augmenté: les bâtiments deviennent «intelligents». Le CAN suit cette évolution et il s est même considérablement étoffé dans certains domaines. Le CAN 2016 sera accompagné de nombreuses nouveautés et d outils performants. En collaboration avec CRB, nous adaptons nos chapitres pour répondre aux besoins du marché. Pour ce faire, plusieurs commissions techniques et groupes d échange d expériences travaillent intensivement avec le département technique et financier de l USIE. Vous êtes le représentant d une association de technique du bâtiment. Existe-t-il des différences dans la manière dont les installateurs utilisent le CAN par rapport à d autres métiers? Contrairement aux autres branches, les chapitres CAN pour lesquels l USIE est responsable de la formulation correcte du contenu, proposent des listes de pièces reliées aux articles descriptifs fermés. Ces listes contiennent tous les matériaux et temps d installation pour accomplir les prestations des articles correspondants. Elles sont, avec les heures d installation prévues et le prix d achat des matériaux, à la base de la calculation de chaque entreprise. Actuellement, les utilisateurs disposent d environ listes des pièces. Quels sont les buts d une manifestation comme «Construire malin»? De telles manifestations peuvent sensibiliser la branche à l utilisation du CAN. Elles présentent aux maîtres d ouvrage les avantages du CAN, par exemple des articles descriptifs clairement définis, comparables, en allemand, français et italien.

12 12 ACTUEL CRB-BULLETIN 1.15 Des descriptifs clairs une véritable plus-value pour tout le monde. Le sujet du colloque «Construire malin!», organisé conjointement par la SSE, l USIE et CRB, était manifestement d actualité: 250 maîtres d ouvrage, architectes, mandataires spécialisés et entrepreneurs s étaient donné rendez-vous le 5 mars 2015 à Zurich pour écouter plusieurs témoignages sur l importance du descriptif. Point de départ de la réflexion: la nouvelle construction du Musée national suisse qui a donné lieu à une visite guidée à l issue de la manifestation. TEXTE: GABY JEFFERIES Pour l entrepreneur Robert Schnetzer, le CAN est un formidable outil pour saisir et calculer les coûts de ses prestations. Aspects juridiques Pour le Dr Mario Marti, directeur de l usic et juriste, la description de prestations est le «cœur du rapport contractuel». Le contrat d entreprise définit les rapports entre maître d ouvrage et entrepreneur et donne des indications sur les détails. Du point de vue juridique, le concepteur est l auxiliaire du maître d ouvrage. Ses tâches (établir les plans, définir les exigences et élaborer les documents de soumission) doivent être effectuées avec le plus grand soin. Le descriptif doit être complet, précis et sans défauts. Comme de nombreux projets ne sont suffisamment clairs qu après l appel d offres, toute modification doit être prise en compte. Si les conditions préalables d exécution changent, le prix unitaire ou la rémunération de prestations doit faire l objet d une adaptation. De bons documents comme les normes ou le catalogue des articles normalisés (CAN) sont très utiles car ils permettent d établir une base commune. Pour que cette collaboration fonctionne bien malgré les divergences d intérêts, il est essentiel de respecter les principes de transparence et d équité et d utiliser les instruments existants. coûts dans le cadre budgétaire. Hanspeter Winkler, chef de la division Gestion de projets à l OCFL, accorde toute sa confiance «aux concepteurs et entrepreneurs qui utilisent les standards CRB usuels (Code des frais de construction CFC, CAN, LCC) et les normes de la SIA». Le CFC ne permet pas seulement une structuration des coûts orientée conception et exécution, mais aussi la comparaison des coûts de projets différents. Un descriptif des prestations établi sur la base du CAN produit des offres comparables, ce qui représente un grand avantage pour un maître d ouvrage ayant un portfolio d environ 2700 ouvrages et des investissements annuels à hauteur de 250 à 350 millions de francs. De plus, la transparence et l égalité de traitement exigées par la législation sur les marchés publics sont respectées et la gestion des avenants est plus efficace car les bases de calcul sont claires. Point de vue des concepteurs Se fondant sur l exemple de l appel d offres du Musée national suisse de Zurich, Jörg Paschke, chef de projet chez Proplaning AG, a montré la complexité de sa tâche. L objectif était d élaborer une description des prestations qui décrit l ensemble des prestations à fournir sous forme de prestations partielles. La planification dans la phase de l appel d offres était extrêmement volumineuse, comme on peut le voir sur l exemple des façades en béton coulé sur place, et le grand défi était d être clair. Les chapitres CAN ont servi de garde-fous: «Ils offrent une charpente fiable et uniforme pour l appel d offres, ils contiennent des formulations techniquement correctes issues des normes et prescriptions en vigueur.» La possibilité d inclure des articles R laisse une grande marge de manœuvre. Un «bon» appel d offres suppose les conditions suivantes: la planification est détaillée; toutes les informations sont transmises à celui qui établit le descriptif; les plans sont fournis suffisamment à l avance; il ne faut pas procéder à des changements significatifs. On sait si cet objectif a été atteint seulement à la fin de la réalisation. Point de vue de l entrepreneur Pour l entrepreneur Robert Schnetzer, directeur de Huber Straub AG, le CAN est un formidable outil pour saisir et calculer les coûts de ses prestations. «Les articles normalisés délimitent clairement nos prestations en ce qui concerne les exigences-qualité des rédacteurs de l appel d offres.» Il a très vite compris que l agrandissement du Musée national n était pas une construc- Intérêt pour le maître d ouvrage En plus de prestations architecturales supérieures à la moyenne et de critères Minergie-P, les grands maîtres d ouvrage publics exigent notamment de maintenir les Quelque 250 professionnels ont participé début mars au colloque organisé par la SSE, l USIE et CRB.

13 1.15 CRB-BULLETIN ACTUEL 13 Les exigences pointues en matière de travaux de bétonnage sont clairement apparues lors de la visite du chantier du Musée national suisse. tion habituelle: le descriptif imprimé comprenait 203 pages et contenait de nombreux articles R décrivant des exigences uniques en leur genre. L exemple suivant illustre les difficultés auxquelles fut confronté l entrepreneur: le contre-coffrage pour le couronnement du mur avec armature traversante fut décrit avec un article de réserve. Comme à ce moment-là l appel d offres ne contenait aucun plan d armature, R. Schnetzer a fait appel à son expérience: il faut coffrer dix fers d armature par mètre de couronnement. En réalité, les trois couches d armature de liaison ont fait qu il en fallait trois fois plus. Ces frais supplémentaires n étaient pas prévisible lors de l établissement de l offre et donc pas calculables. Bien que dans de nombreux cas un article du CAN puisse donner lieu à des divergences d interprétation, il est certain que «sans le CAN, il y aurait eu plus de discussions et de litiges». Importance pour le secteur de l électricité et du sanitaire Peter Zimmermann et Stefan Trummer, tous deux d Alpiq Intec Ost AG, présentent leur point de vue sur la question: après les résistances initiales (les premiers chapitres CAN pour la domotique ont été publiés en 1994, les auxiliaires de calcul de l USIE en 1997), le CAN est aujourd hui bien établi dans les domaines électrique et sanitaire, où 50 pour cent des appels d offres sont établis avec le CAN. Le CAN Electro contient actuellement articles environ. P. Zimmermann souligne «qu il est ainsi possible de décrire précisément les demandes particulières des clients». La structuration efficace permet de saisir et de visualiser les grands projets jusque dans les moindres détails. Stefan Trummer voit aussi un autre avantage: «Les bases de calcul de l USIE peuvent être adaptées en fonction de chaque entreprise.» Grâce à la structure claire du CAN, concepteur et le client parlent le même langage: la collaboration et l échange de données en sont facilités, et le calcul rapide et précis réduit les coûts. Ce que l avenir nous réserve Dans le cadre de la stratégie énergétique 2015, Jürg Grossen, conseiller national et concepteur d installations électriques, constate qu une utilisation judicieuse de l énergie doit passer avant la promotion des énergies renouvelables et l extension du réseau électrique. Comme dans la pratique se rencontrent des exigences et des besoins très différents, il faut de bons instruments pour pouvoir exploiter au mieux le potentiel énergétique. Il est possible de réduire la consommation de courant dans son entreprise de 80% en mettant en place une gestion technique du bâtiment moderne: des stores et de l éclairage commandés en fonction de la lumière du jour et de la présence, des installations informatiques adaptées au besoin des utilisateurs. Pour lui, la domotique joue un rôle central, «elle interconnecte le tout». Il conseille en outre de suivre le principe «moins de technologie, mais d avantage de qualité durable». De plus en plus de maîtres d ouvrage suivent cette tendance, qui va encore s accentuer selon lui, tout comme la propension à construire des bâtiments intelligents. A la fin de la manifestation, Renato Polentarutti, de Fachkom GmbH, qui a dirigé les débats durant l après-midi, a invité tout le monde à aller vérifier le bien-fondé de ces assertions sur le chantier du Musée national. Jürg Grossen, Conseiller national et concepteur en électricité, a montré les différentes mesures contribuant à une utilisation rationnelle de l énergie.

14 14 ACTUEL CRB-BULLETIN 1.15 BIM et standards CRB: rapport sur la pratique et potentiel pour l avenir. Le mercredi 6 mai 2015, tous les membres CRB et les intéressés sont cordialement invités à la 53 ème Assemblée générale CRB au Swissôtel à Zurich-Oerlikon. En préambule à l Assemblée générale, Manfred Huber, arch. dipl. EPFZ SIA, fera une conférence sur le thème: «BIM et standards CRB». Date: Mercredi 6 mai 2015 Lieu: Swissôtel, Zurich Schulstrasse 44, 8050 Zurich 16h00: Conférencier Manfred Huber, architecte dipl. EPFZ/SIA 17h00: Ouverture de la 53 ème Assemblée générale CRB 2015 suivie de l apéritif et du dîner Building Information Modeling une méthode pour optimiser la conception, l exécution et l exploitation des bâtiments gagne en importance à l étranger comme en Suisse. Comme de plus en plus de maîtres d ouvrage exigent une coordination numérique, la pression croît sur les bureaux d études pour qu ils utilisent BIM. Manfred Huber, propriétaire de aardeplan ag, architectes EPFZ SIA témoigne de son travail avec la modélisation de l information en bâtiments. Il présente l apport actuel de BIM et des standards CRB comme l eccc dans le processus d étude et de réalisation, et il identifie les défis à relever ainsi que le grand potentiel que BIM représente pour le secteur de la cons truction. Cela fait plusieurs années que Manfred Huber travaille quotidiennement avec la méthode BIM. Il transmet aussi ses précieuses connaissances dans l utilisation de BIM à d autres concepteurs ou maîtres d ouvrage. Il connaît donc les défis posés par BIM non seulement par sa propre pratique mais aussi d un point de vue externe. M. Huber est aussi président de la commission SIA 2051 qui élabore en ce moment un guide suisse pour l utilisation de BIM. Cet événement est ouvert à toute personne intéressée. Nous nous réjouissons de votre participation! Inscription: Modèle de coordination architecture installations construction en bois (LOD 300), aardeplan ag, Baar. Nouveaux collaborateurs. Depuis le début de l année, le département Finances et administration est dirigé par Roland Muff. Il est aussi membre de la direction CRB. Après des études en économie d entreprise à l ESCEA, il a travaillé dans le secteur du controlling et des finances de plusieurs entreprises. En parallèle, il a terminé son Master en finance d entreprise ainsi que plusieurs formations continues en gestion des processus et en conduite de projet. Avant de venir à CRB, il a occupé différentes fonctions pendant plusieurs années dans un groupe actif dans les matériaux de construction. Toute l expérience qu il a acquise forme une base idéale pour gérer efficacement les tâches et les projets qui l attendent à CRB. Ces derniers mois, plusieurs postes clés ont été repourvus dans le département Développement et technologie: depuis octobre, Mario Mullis renforce l équipe du développement comme chef de projet facility management. Après son apprentissage de monteur-électricien, il a obtenu son diplôme d ingénieur électricien à l ETS de Coire. Il bénéficie d une longue expérience dans des fonctions de direction; il a été notamment responsable de la conservation de la valeur et de la maintenance d ouvrages et d installations techniques d immeuble. Il connaît donc très bien les besoins des clients. Cette expérience aquise dans domaines variés lui sont très utiles pour développer des produits CRB pour le facility management. Michal Nejedly travaille à CRB depuis avril 2014 comme «Business Analyst» et «IT Service Manager». Après avoir étudié l informatique de gestion à Prague, il a travaillé 14 ans pour un fournisseur allemand de logiciels dans la gestion des applications et des processus opérationnels. Plusieurs projets l ont occupé en Suisse et à l étranger. Sa tâche principale à CRB consiste à servir d interprète entre les départements techniques et informatique ainsi que d assurer la visibilité IT de nos clients. Jolanda Hug, informaticienne de gestion diplômée, travaille comme «Business Analyst» pour le département de la technologie. Elle possède une expérience de plus de 20 ans dans le génie logiciel et architecture informatique ainsi que de solides connaissances dans les méthodes de développement de logiciel. A CRB, elle œuvre pour une collaboration optimale entre les départements techniques et l informatique et elle veille à satisfaire les besoins du client.

15 1.15 CRB-BULLETIN NOTICES 15 Un nouvel ouvrage de référence dans l art de construire. En août 2014 est parue la 3 ème édition du «Nouveau cours de construction pour les professionnels du bâtiment». Il a été initialement conçu pour la formation des dessinateurs orientation architecture. Il est cependant aussi utilisé pour celle des dessinateurs orientation génie civil, des directeurs de travaux et des gérants d immeubles. 25 fascicules thématiques dont 9 sont disponibles en français traitent des méthodes de construction actuelles de manière approfondie. Des illustrations issues de la pratique et des textes simples, clairs et concis décrivent les principaux éléments de construction, depuis les fondations jusqu aux toitures, en passant par les installations techniques. L ouvrage présente des détails constructifs, décrit les modes d exécution qui ont fait leurs preuves et explique les avantages et inconvénients des diverses techniques. L ouvrage est structuré d après des principes méthodologiques et didactiques. Tous les fascicules possèdent une structure et une présentation similaires, ce qui permet de s y retrouver facilement. Certains thèmes sont approfondis dans la partie «Plus». Le lecteur peut ainsi se faire une idée à la fois synthétique et complète de la construction dans le domaine du bâtiment. Dans ce sens, le cours est susceptible de devenir véritablement un ouvrage de référence, dans lequel les bureaux d architecture, les entreprises, les maîtres d ouvrage et les propriétaires trouveront, eux aussi, une précieuse source d informations. «Le nouveau cours de construction pour les professionnels du bâtiment», LM-A LernMedien-Architektur GmbH, 3 ème édition, 2014, 25 fascicules thématiques répartis dans deux boîtes (traduction partielle en français: 9 fascicules), 840 pages au total, 1635 illustrations, impression en quadrichromie, 29, cm, CHF 310., à partir d août 2015, disponible aussi en version électronique (en allemand seulement). CAN: Mises en consultation votre avis nous intéresse! Les utilisateurs habitués à travailler avec les chapitres CAN sont les mieux placés pour juger de la qualité et de l utilité des changements apportés. Grâce aux avis et aux propositions d amélioration venant de la pratique, CRB est en mesure de réexaminer et d adapter les chapitres CAN avant de les mettre sur le marché. Participez vous aussi aux mises en consultation publiques pour influencer les chapitres qui sont importants pour votre travail! Lors du 2 ème trimestre 2015, la version en allemand des chapitres suivants sera mise en consultation: CAN 225 «Voies ferrées» (jusqu au 6 mai), CAN 364 «Toitures plates», CAN 367 «Dispositif antichute pour contrôle et entretien de la toiture». Formulaire d inscription téléchargeable sur www. crb.ch, News/Mises en consultation/can. La version en français du chapitre CAN 344 «Façades légères» sera mise en consultation lors du 3 ème trimestre Pour plus d informations: CRB, Ursi Scherrer, Tel , Les gagnants! De nombreuses cartes-réponses nous sont parvenues à la fin de l année dernière dans le cadre de l offre promotionnelle «Navigator CAN». Voici les gagnants du tirage au sort: Hans Vettiger, Vettiger et Partner, Kilchberg ZH, Thomas Ruoss, P. Meier & Partner AG, Lachen SZ et Philippe Chillier, archi_cool sàrl, Bernex GE. Ils ont gagné un Apple ipad mini. Nous leur souhaitons bon travail avec le Navigator CAN et beaucoup de plaisir avec leur tablette. Hans Vettiger Thomas Ruoss Philippe Chillier

16 16 AGENDA CRB-BULLETIN 1.15 Programme de formation continue CRB en Suisse romande. Questions juridiques De bonnes recettes pour les non-juristes Date: 20 mars 2015, Fribourg, Chargé de cours: M e Pierre Perritaz, Avocat spécialiste FSA, immobilier construction Prix: CHF 385., hors TVA Le CAN en pratique Cours du soir La mise en pratique du CAN dans un projet de construction. Ce cours s inscrit comme complément indispensable au module théorique sur les bases du CAN. A partir d un projet de construction, les participants apprennent à rédiger un appel d offres avec les articles normalisés. Date: 5 mai 2015, Fribourg, (CAN Bâtiment) Chargé de cours: Prof. Claude Bielmann, Architecte HES Prix: CHF 385., hors TVA Participation limitée à 6 personnes Les ECO-DEVIS Construire durable à l aide des instruments ecobau et CRB. A la fin de ce cours, les participants seront capables de citer les enjeux essentiels de la construction durable, de lister et citer les spécificités des instruments permettant de planifier un projet selon les principes de construction durable, et d utiliser méthodiquement les articles ecodevis du CAN pour la mise en soumission. Date: 7 mai 2015, Morges, Chargé de cours: Sébastien Piguet, Ingénieur EPFL/SIA Prix: CHF 385., hors TVA Mise en soumission et adjudication Comment répondre aux critères d aptitude et d adjudication dans les appels d offres? Date: 20 mai 2015, Morges, Chargé de cours: Eduard Tüscher, Chargé de missions au CRB Prix: CHF 385., hors TVA (Prix spécial pour la journée du 20 mai 2015: CHF 585., hors TVA) L environnement contractuel Les collectivités publiques Confédération, cantons et communes sont des acteurs importants dans le secteur de la construction, aussi bien dans le domaine du Bâtiment que dans celui du Génie civil. Leur environnement contractuel est complexe, leur professionnalisme est exigeant, leur degré de normalisation et de réglementation est dense. Une bonne connaissance de l environnement spécifique du secteur public est indispensable pour répondre efficacement aux exigences posées. Date: 20 mai 2015, Morges, Chargé de cours: Eduard Tüscher, Chargé de missions au CRB Prix: CHF 385., hors TVA (Prix spécial pour la journée du 20 mai 2015: CHF 585., hors TVA) Planification des coûts de construction Bâtiment Introduction à l eccc-bât Date: 21 mai 2015, Fribourg, Chargés de cours: David Jordan, Architecte HES ou Olivier Favre, Architecte associé Prix: CHF 385., hors TVA Informations détaillées et inscriptions: (rubrique Formation) ou CRB Suisse romande, tél Académie d été de la construction Suisse romande. 24 au 28 août Le CRB Suisse romande organise, du 24 au 28 août 2015, une Académie d été pour les acteurs de la construction, en partenariat avec la Haute Ecole d Ingénieurs et d Architectes de Fribourg et la Haute Ecole d Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud. L Académie d été propose une série de modules de formation de base sous la forme de cours accélérés orientés avant tout vers une approche pratique. Elle s adresse aux professionnels de la construction ainsi qu aux personnes qui sont encore en formation ou qui souhaitent acquérir des connaissances dans le cadre des modules proposés. Elle se veut aussi être une plate-forme de convergence et de rencontre pour le secteur de la construction en Suisse romande, une interface privilégiée pour l échange d expériences et le réseautage. A cet effet, trois journées thématiques sont organisées en parallèle aux modules de formation. Elles s adressent aux personnes qui veulent acquérir de manière rapide, compacte et complète un maximum d informations et de connaissances sur des thèmes d actualité. Le programme détaillé sera prochainement disponible auprès de CRB Suisse romande et sur notre site internet.

Formation continue CAS. en expertise technique dans l immobilier. en «Expertise technique dans l immobilier»

Formation continue CAS. en expertise technique dans l immobilier. en «Expertise technique dans l immobilier» Formation continue CAS en expertise technique dans l immobilier Certificate of Advanced Studies HES-SO en «Expertise technique dans l immobilier» 2 3 Situation et contexte Chaque bâtiment subit des dégâts

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Agence du patrimoine immatériel de l État

Agence du patrimoine immatériel de l État Agence du patrimoine immatériel de l État Les richesses de l immatériel sont les clés de la croissance future Rapport de la commission de l économie de l immatériel 2006 Le mot du directeur général L APIE

Plus en détail

Journées thématiques Séminaires Webinaires

Journées thématiques Séminaires Webinaires Journées thématiques Séminaires Webinaires Programme 2015 1 Préambule Bienvenue à la TRILUX Akademie Faciliter l orientation et faire disparaître la complexité : tel est le but de la TRILUX Akademie.

Plus en détail

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement

Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Credit Suisse Invest Le nouveau conseil en placement Vos besoins au centre Credit Suisse Invest Mandate Expert Partner Compact 2 / 20 4 Des arguments qui font la différence Profitez d un conseil en placement

Plus en détail

IMPRESSION PARUTION EN LIGNE CONTACT

IMPRESSION PARUTION EN LIGNE CONTACT DONNÉES MEDIAS 2015 Arc-Award Batimag Baublatt Magazine du propriétaire Bauwelt.ch Subventionsbatiment.ch Handbuch des Bauherrn Infomanager Kommunalmagazin Mon projet Documentation suisse du bâtiment Viso

Plus en détail

Mag. Solution marketing sur application mobile. Communiquez directement dans la poche de vos clients!

Mag. Solution marketing sur application mobile. Communiquez directement dans la poche de vos clients! http5000 Mag Communiquez directement dans la poche de vos clients! Solution marketing sur application mobile Retrouvez ce magazine et tous les autres numéros sur notre application mobile Tapez http5000

Plus en détail

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux new 3 12 2014 CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux est la déclinaison suisse du célèbre magazine français lancé en 1968. Alors précurseur sur la cible des 50 ans et plus, il est aujourd hui le

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN Design document Tuning 2.1 Introduction au sujet 2.2 Profils de diplômes 2.3 Acquis de l'apprentissage et compétences - descripteurs de niveau 2.4 Processus de consultation

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand :

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand : TRANSCRIPTION Conseils sur la présentation d une demande de subvention à la découverte du CRSNG Narration : Pour obtenir des fonds de recherche dans un milieu concurrentiel, vous devez présenter vos idées

Plus en détail

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Communiqué de presse Rolle, le 13.11.13 L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Education 4 Peace, Fondation Suisse basée à Rolle, en collaboration avec l UEFA, publie le premier

Plus en détail

Travailler avec les télécommunications

Travailler avec les télécommunications Travailler avec les télécommunications Minimiser l attrition dans le secteur des télécommunications Table des matières : 1 Analyse de l attrition à l aide du data mining 2 Analyse de l attrition de la

Plus en détail

FORMATION CONTINUE CASÉNERGIE ÉLECTRIQUE GESTION DU RÉSEAU. Certificate of Advanced Studies HES-SO en «Energie Electrique Gestion du réseau»

FORMATION CONTINUE CASÉNERGIE ÉLECTRIQUE GESTION DU RÉSEAU. Certificate of Advanced Studies HES-SO en «Energie Electrique Gestion du réseau» FORMATION CONTINUE CASÉNERGIE ÉLECTRIQUE GESTION DU RÉSEAU Certificate of Advanced Studies HES-SO en «Energie Electrique Gestion du réseau» 2 Formation continue en relation avec l exploitation des réseaux

Plus en détail

Esri LOCATION ANALYTICS

Esri LOCATION ANALYTICS Esri LOCATION ANALYTICS Le «où» qui fait la différence De meilleurs résultats avec Esri Location Analytics. Comment canaliser les flux de données et comment en tirer la valeur ajoutée la plus élevée? À

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Technicien de maintenance Autres appellations du métier Technicien polyvalent, agent d entretien polyvalent, agent de maintenance Le technicien de maintenance maintient les installations techniques en

Plus en détail

Couvertures en ardoises rectangulaires

Couvertures en ardoises rectangulaires Couvertures en ardoises rectangulaires Découvrez l esthétique des ardoises naturelles pour le toit et la façade. Ne soyez pas modeste, optez pour l ardoise! LES COUVERTURES EN ARDOISES RECTANGULAIRES UN

Plus en détail

Nous sommes responsables de ce que l avenir nous apporte.

Nous sommes responsables de ce que l avenir nous apporte. Siemens Suisse SA Freilagerstrasse 40 8047 Zurich Suisse A1T334-A234-1-77 Sous réserve de modification Siemens Suisse SA, 2012 Nous sommes responsables de ce que l avenir nous apporte. Siemens Generation21

Plus en détail

Les écoles professionnelles offrent aux personnes en formation les cours remplissant les objectifs évaluateurs suivants :

Les écoles professionnelles offrent aux personnes en formation les cours remplissant les objectifs évaluateurs suivants : évaluateurs «Cours facultatifs» Gestionnaire du commerce de détail Offre relative aux branches facultatives pour la 2 e et de la 3 e année de formation Les écoles professionnelles offrent aux personnes

Plus en détail

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh Projet académique 2013-2014 «Des boîtes à histoires» Comment créer un outil au service de la mise en mémoire et de la compréhension des textes littéraires Académie de Créteil Projet présenté autour de

Plus en détail

KEIM Optil Plus. Peinture d intérieur écologique pour un habitat sain

KEIM Optil Plus. Peinture d intérieur écologique pour un habitat sain KEIM Optil Plus Peinture d intérieur écologique pour un habitat sain 2 KEIM Optil Plus, une nouvelle dimension, un esthétisme unique Des couleurs inégalées Ambiance et élégance KEIM Optil Plus est la première

Plus en détail

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Document de base de l'initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Impressum Éditeur Initiative des villes

Plus en détail

PARUTION IMPRESSION CONTACT EN LIGNE

PARUTION IMPRESSION CONTACT EN LIGNE DONNÉES MEDIAS 2015 Arc-Award Batimag Baublatt Magazine du propriétaire Bauwelt.ch Subventionsbatiment.ch Handbuch des Bauherrn Infomanager Kommunalmagazin Mon projet Documentation suisse du bâtiment Viso

Plus en détail

Votre guide 2013 pour la gestion des déplacements et frais professionnels

Votre guide 2013 pour la gestion des déplacements et frais professionnels Votre guide 2013 pour la gestion des déplacements et frais professionnels La majorité des organisations comptent sur les voyages d affaires pour réaliser leurs objectifs opérationnels, qu il s agisse de

Plus en détail

Les solutions business outils et services pour votre entreprise. vendre. communiquer. fidéliser. prospecter

Les solutions business outils et services pour votre entreprise. vendre. communiquer. fidéliser. prospecter Les solutions business outils et services pour votre entreprise vendre communiquer fidéliser prospecter Plus loin à vos côtés Vous êtes une jeune entreprise, client Hager ou membre du Réseau Hager? Votre

Plus en détail

Valisette urbanisme. Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement

Valisette urbanisme. Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement Valisette urbanisme Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement > Identifier différentes fonctions urbaines. > Comprendre les

Plus en détail

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation La ville fait école Avant-propos Barbara Eberhard Conseillère municipale, St-Gall Direction école et sport

Plus en détail

Méthodes de recherches et rédaction des mémoires

Méthodes de recherches et rédaction des mémoires 1 Méthodes de recherches et rédaction des mémoires Matériel de cours Institut des hautes études en administration publique (IDHEAP) Février 1999 Daniel Schneider TECFA, Faculté de Psychologie et des Sciences

Plus en détail

Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet. Evaluation comparative de sites Internet

Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet. Evaluation comparative de sites Internet Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet Evaluation comparative de sites Internet Quoi? Ce document est un résumé des résultats de l étude menée sur une quinzaine de sites Internet dans le domaine

Plus en détail

Le magazine des professionnels du Bâtiment et des Travaux Publics. Documentation média 2013

Le magazine des professionnels du Bâtiment et des Travaux Publics. Documentation média 2013 Le magazine des professionnels du Bâtiment et des Travaux Publics Documentation média 2013 Profil Public cible Bureaux d architectes, d ingénieurs, de géomètres Entreprises de construction, de génie civil

Plus en détail

emotion EVENT informations média Kommunikation, Präsentation, Emotion IM FOKUS Kanton Bern mobilisiert MICE-Kräfte Seite 8

emotion EVENT informations média Kommunikation, Präsentation, Emotion IM FOKUS Kanton Bern mobilisiert MICE-Kräfte Seite 8 EVENT emotion Meetings & Kongresse Events & Messen Technik Business Travel Nr. 2 August 2015 Schweizer Fachmagazin für MICE und Geschäftsreisen Seite 59 Kommunikation, Präsentation, Emotion IM FOKUS Kanton

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/EB.AIR/WG.1/2009/8 8 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANE EXÉCUTIF DE LA CONVENTION SUR LA

Plus en détail

Centre Loewenberg. Votre centre de séminaires polyvalent à Morat.

Centre Loewenberg. Votre centre de séminaires polyvalent à Morat. Centre Loewenberg. Votre centre de séminaires polyvalent à Morat. Concentration et créativité vous trouverez ici l ambiance propice. 2 Le Centre Loewenberg se situe au cœur d une charmante région trait

Plus en détail

Des solutions de bâtiment durables. technologie modulaire

Des solutions de bâtiment durables. technologie modulaire Des solutions de bâtiment durables technologie modulaire 1 2 3 LA CONSTRUCTION DURABLE 2 3 Voici un demi-siècle que notre activité développement et réalisation d architecture à structure bois marque le

Plus en détail

Valisette architecture

Valisette architecture Valisette architecture Qu est-ce qu un bâtiment, quels sont ses formes et ses usages? jeu des façades & à la découverte d un bâtiment - Repérer et comparer différents éléments d architecture. - Acquérir

Plus en détail

Le magazine des professionnels du Bâtiment et des Travaux Publics. Documentation média 2014

Le magazine des professionnels du Bâtiment et des Travaux Publics. Documentation média 2014 Le magazine des professionnels du Bâtiment et des Travaux Publics Documentation média 2014 Profil Public cible Bureaux d architectes, d ingénieurs, de géomètres Entreprises de construction, de génie civil

Plus en détail

Comment gérer toutes mes tâches logicielles d automatisation dans un seul environnement?

Comment gérer toutes mes tâches logicielles d automatisation dans un seul environnement? Comment gérer toutes mes tâches logicielles d automatisation dans un seul environnement? Avec Totally Integrated Automation Portal : un seul environnement de développement intégré pour toutes vos tâches

Plus en détail

Impressum. Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2012

Impressum. Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2012 Impressum Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2012 Editeur version française GRI Groupement Romand de l'informatique Rte de Genève 88 CH - 1004 Lausanne Internet : www.gri.ch Courriel

Plus en détail

La ventilation de la salle de gymnastique et des locaux vestiaires et sanitaires sera également assainie.

La ventilation de la salle de gymnastique et des locaux vestiaires et sanitaires sera également assainie. 2 plans d exécution a été adjugée au bureau LZ&A Architectes SA. Ce dernier a établi un devis général, effectué un relevé précis et préparé les plans pour les appels d offres. La mise à l enquête pour

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

Pro. Les Services. Le compact extérieur Polyrey Façades, un concentré de design et de technologie.

Pro. Les Services. Le compact extérieur Polyrey Façades, un concentré de design et de technologie. Les Services Pro Les Services Pro Le compact extérieur Polyrey Façades, un concentré de design et de technologie. Panneau de stratifié compact haute pression (HPL) autoportant, composé de couches de papier

Plus en détail

Voici un extrait du guide de rédaction. Le guide complet est téléchargeable sur le lien suivant

Voici un extrait du guide de rédaction. Le guide complet est téléchargeable sur le lien suivant Voici un extrait du guide de rédaction. Le guide complet est téléchargeable sur le lien suivant Guide de rédaction d un BUSINESS PLAN dans la restauration Auteur : Amandine Prat Conseils en création et

Plus en détail

Le magazine des professionnels du Bâtiment et des Travaux Publics. Documentation média 2015

Le magazine des professionnels du Bâtiment et des Travaux Publics. Documentation média 2015 Le magazine des professionnels du Bâtiment et des Travaux Publics Documentation média 2015 Profil Public cible Bureaux d architectes, d ingénieurs, de géomètres Entreprises de construction, de génie civil

Plus en détail

Construction durable: un défi global

Construction durable: un défi global Construction durable: un défi global Stefan Cadosch Arch. dipl. EPF/SIA Président de la SIA 1 En 1987, la Commission mondiale sur l environnement et le développement (commission Brundtland) définit la

Plus en détail

Technique de la peinture

Technique de la peinture Supports pédagogiques: Fiches de travail n 1, 2 et 4 (lycée), fiche de travail n 3 (école primaire et collège). ENSEIGNANT E : Michel Haider (retable de Hohenlandenberg), Triptyque de la Crucifixion, panneau

Plus en détail

Sika ComfortFloor pour votre maison

Sika ComfortFloor pour votre maison Sika ComfortFloor pour votre maison LA PERFECTION N A JAMAIS ÉTÉ AUSSI PROCHE Vivre avec perfection Sika ComfortFloor à la maison Sika ComfortFloor est bien plus qu un revêtement de sol. C est également

Plus en détail

L élévateur vertical Cibes A 5000

L élévateur vertical Cibes A 5000 L élévateur vertical Cibes A 5000 L élévateur Cibes facilite l accès à tous les niveaux Découvrez le design élégant du Cibes A 5000 et ses qualités exceptionnelles. Cibes A 5000 est un élévateur vertical

Plus en détail

Expériences en cas de grands projets dans le domaine de la construction bois

Expériences en cas de grands projets dans le domaine de la construction bois Expériences en cas de grands projets dans le domaine de la construction bois Bref rapport de la Haute école spécialisée bernoise, Institut de la construction bois, des structures et de l architecture Projet

Plus en détail

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Découvrir les stratégies ayant fait leurs preuves et les meilleures pratiques Points clés : Planifier

Plus en détail

Logiciel PME performant pour une gestion commerciale efficace.

Logiciel PME performant pour une gestion commerciale efficace. Sage 50 Logiciel PME performant pour une gestion commerciale efficace. Sage 50 Gestion commerciale Comptabilité Sage 50 Gestion des salaires Facturation Comptabilité Comptabilité générale Option modèle

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

Logiciel PME performant pour une gestion commerciale efficace.

Logiciel PME performant pour une gestion commerciale efficace. Logiciel PME performant pour une gestion commerciale efficace. Gestion commerciale Comptabilité Travailler de façon plus efficace Prendre des décisions pondérés assure une gestion et une facturation nettement

Plus en détail

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON Performant thermiquement, léger et travaillé en atelier avant d être rapidement monté sur chantier, le bois est le matériau idéal pour les Extensions/Surélévations.

Plus en détail

L USAGE DES NEWSLETTERS BtoB. Enquête exclusive Niouzeo Septembre 2011

L USAGE DES NEWSLETTERS BtoB. Enquête exclusive Niouzeo Septembre 2011 L USAGE DES NEWSLETTERS BtoB Enquête exclusive Niouzeo Septembre 2011 L usage des newsletters dans les entreprises BtoB Introduction : Notre étude : Le terme «Newsletter» s est banalisé. Beaucoup d entreprises

Plus en détail

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES L EDI (Échange de Données Informatisées) est un processus d échange d informations, sous forme électronique, entre deux systèmes informatiques distincts. Cette technique utilisée au moins depuis deux décennies

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Sage 50 Gestion commerciale Logiciel PME performant pour une gestion commerciale efficace.

Sage 50 Gestion commerciale Logiciel PME performant pour une gestion commerciale efficace. Sage 50 Gestion commerciale Logiciel PME performant pour une gestion commerciale efficace. 1 Comptabilité Gestion commerciale Facturation Gestion des salaires Comptabilité Comptabilité générale Option

Plus en détail

Rénovation à très haute performance énergétique (Minergie-P )

Rénovation à très haute performance énergétique (Minergie-P ) Rénovation à très haute performance énergétique (Minergie-P ) de Treize immeubles d habitation Pour la Société Coopérative d Habitation 10.03.2014 1. INTRODUCTION 1.1Présentation de la société candidate

Plus en détail

SOMMAIRE. Des dallages de caractère pour des piscines très exclusives RUSTIQUE BULLÉE 04 ABBAYE 12 PIERRE DU LOT 10 COLLÉGIALE 16

SOMMAIRE. Des dallages de caractère pour des piscines très exclusives RUSTIQUE BULLÉE 04 ABBAYE 12 PIERRE DU LOT 10 COLLÉGIALE 16 2011 Des dallages de caractère pour des piscines très exclusives De l atmosphère restituée des anciennes bâtisses à l esprit de modernité des maisons contemporaines, les dallages et margelles PIERRA signent

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Contrats d architectes et d ingénieurs

Contrats d architectes et d ingénieurs Koordinationskonferenz der Bau- und Liegenschaftsorgane der öffentlichen Bauherren Conférence de coordination des services de la construction et des immeubles des maîtres d ouvrage publics Conferenza di

Plus en détail

GOUVERNANCE DES IDENTITES ET DES ACCES ORIENTEE METIER : IMPORTANCE DE CETTE NOUVELLE APPROCHE

GOUVERNANCE DES IDENTITES ET DES ACCES ORIENTEE METIER : IMPORTANCE DE CETTE NOUVELLE APPROCHE GOUVERNANCE DES IDENTITES ET DES ACCES ORIENTEE METIER : IMPORTANCE DE CETTE NOUVELLE APPROCHE RÉSUMÉ Depuis des années, les responsables de la sécurité de l information et les responsables opérationnels

Plus en détail

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE OFFICE FEDERAL DES MIGRATIONS (ODM) MESURES D ENCOURAGEMENT DE L INTEGRATION PRISES PAR LA CONFEDERATION : PROGRAMME DES POINTS FORTS 2008-2011 EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT

Plus en détail

Plan de cours Programme de leadership en entreprise pour les conseillers juridiques d entreprise

Plan de cours Programme de leadership en entreprise pour les conseillers juridiques d entreprise Plan de cours Programme de leadership en entreprise pour les conseillers juridiques d entreprise Un juriste typique qui assume un rôle de juriste d entreprise est armé d une solide formation et expérience

Plus en détail

Impressum. Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2013

Impressum. Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2013 Impressum Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2013 Editeur version française GRI Groupement Romand de l'informatique Rte de Genève 88 CH - 1004 Lausanne Internet : www.gri.ch Courriel

Plus en détail

Concept totale. parfaitement compatibles permettant de jeter un «nouveau regard sur le marketing & les ventes».

Concept totale. parfaitement compatibles permettant de jeter un «nouveau regard sur le marketing & les ventes». Concept totale Le logiciel CRM peut être acheté partout. Tout comme les adresses de vos publipostages. Il existe également de nombreux logiciels pour le marketing par courrier électronique. Mais vous ne

Plus en détail

À L AIDE JE DOIS RECRUTER UN PRO DE L EXPÉRIENCE UTILISATEUR (UX)

À L AIDE JE DOIS RECRUTER UN PRO DE L EXPÉRIENCE UTILISATEUR (UX) À L AIDE JE DOIS RECRUTER UN PRO DE L EXPÉRIENCE UTILISATEUR (UX) SOMMAIRE : pg.2 pg.5 pg.8 pg.10 CHAPITRE UN. JE SAIS QUE J AI BESOIN D UN UX. MAIS QU EST CE QUE L UX AU FAIT? CHAPITRE DEUX. QUELLES SONT

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

Archivistes en herbe!

Archivistes en herbe! Les archives c est quoi? Un archiviste travaille avec des archives. Oui, mais les archives c est quoi? As-tu déjà entendu ce mot? D après toi, qu est-ce qu une archive? 1. Les archives ce sont des documents

Plus en détail

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon L histoire en photos : Analyse photographique Description : Les élèves apprennent à analyser des photos de la Première Guerre mondiale. Ils choisissent une photo dans la collection officielle de photos

Plus en détail

FORMATION CONTINUE CA S EN MANAGEMENT DE PROJETS DE CONSTRUCTION. Certificate of Advanced Studies HES-SO en «Management de projets de construction»

FORMATION CONTINUE CA S EN MANAGEMENT DE PROJETS DE CONSTRUCTION. Certificate of Advanced Studies HES-SO en «Management de projets de construction» FORMATION CONTINUE CA S EN MANAGEMENT DE PROJETS DE CONSTRUCTION Certificate of Advanced Studies HES-SO en «Management de projets de construction» 2 Situation et contexte Dans le secteur de la construction,

Plus en détail

Sage 50 Gestion commerciale Logiciel PME performant pour une gestion commerciale efficace.

Sage 50 Gestion commerciale Logiciel PME performant pour une gestion commerciale efficace. Sage 50 Gestion commerciale Logiciel PME performant pour une gestion commerciale efficace. 1 Sage50_Auftrag_Broschuere_fr.indd 1 24.09.2012 08:17:18 Comptabilité Gestion commerciale Facturation Gestion

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. LEICHT à house4kitchen collection 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. LEICHT à house4kitchen collection 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE LEICHT à house4kitchen collection 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE LEICHT à house4kitchen Inspirations et impulsions pour 2014 Une cuisine ne prend vie qu une fois tous ses éléments combinés

Plus en détail

Fiche technique de l USM TK 005

Fiche technique de l USM TK 005 1 Fiche technique de l USM TK 005 Percements de membranes de toits Union Suisse du Métal Association professionnelle construction métallique, Seestrasse 105, Case postale, 8027 Zurich Tél. 044 285 77 77,

Plus en détail

ANNEXE : La sérigraphie...comment ça marche?

ANNEXE : La sérigraphie...comment ça marche? Les formules d atelier proposées sont données à titre indicatif. Nous pouvons construire une formule personalisée adaptée à votre projet, en prenant en compte l âge et le nombre de participants. Chaque

Plus en détail

LES OBJECTIFS. Branche réforme. Buts à atteindre selon le modèle d apprentissage

LES OBJECTIFS. Branche réforme. Buts à atteindre selon le modèle d apprentissage VOYAGES LES OBJECTIFS Nr. 1.8.4.1 1.8.4.5 1.8.4.6 2.5.1.1 Buts à atteindre selon le modèle d apprentissage Je définis, sans utiliser de documents, les termes suivants en expliquant leurs différences dans

Plus en détail

Vos bureaux à Annecy. Onyx. DURET Promotion

Vos bureaux à Annecy. Onyx. DURET Promotion Vos bureaux à Annecy Onyx L A D I F F É R E N C E DURET Promotion Onyx Un projet différent et innovant La notion de bureau a changé, et l ONYX est le plus pur résultat de cette évolution. Le design du

Plus en détail

En route vers le succès avec une solution de BI intuitive destinée aux entreprises de taille moyenne

En route vers le succès avec une solution de BI intuitive destinée aux entreprises de taille moyenne Présentation du produit SAP s SAP pour les PME SAP BusinessObjects Business Intelligence, édition Edge Objectifs En route vers le succès avec une solution de BI intuitive destinée aux entreprises de taille

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

Dossier de Presse. Et si elle disparaissait? Et si elle était plus fun? Et si elle communiquait? Et si elle vous ressemblait?

Dossier de Presse. Et si elle disparaissait? Et si elle était plus fun? Et si elle communiquait? Et si elle vous ressemblait? Et si elle disparaissait? Et si elle était plus fun? Et si elle communiquait? Et si elle vous ressemblait? Dynamise le monde de la Parabole! Dossier de Presse Elle disparait... Réduit la visibilité de

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE. Accompagner les enseignants et formateurs dans la conception d une formation en ligne

LECTURE CRITIQUE. Accompagner les enseignants et formateurs dans la conception d une formation en ligne LECTURE CRITIQUE Accompagner les enseignants et formateurs dans la conception d une formation en ligne Christian Ernst E-learning. Conception et mise en œuvre d un enseignement en ligne Guide pratique

Plus en détail

Guide Couleurs Harmonies intérieures. couleurs. pour l intérieur

Guide Couleurs Harmonies intérieures. couleurs. pour l intérieur Guide Couleurs Harmonies intérieures 200 couleurs pour l intérieur 200 couleurs pour votre intérieur Dans un projet de décoration intérieure, la sélection des couleurs est déterminante pour créer l ambiance

Plus en détail

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises Sage CRM Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises La clé de votre succès. Sage CRM, en tant que solution CRM primée, livre aux petites et moyennes entreprises dans le

Plus en détail

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS PREMIÈRE ÉDITION (4 Juin 2014) LISTE DE CONTROLE POUR ENGAGER UN BON CONSULTANT I. Travaux préparatoires en interne II. Critères personnels concernant le consultant III.

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Systèmes de stockage Planorama

Systèmes de stockage Planorama Systèmes de stockage Planorama Un système modulaire multi tiroirs La solution des problèmes de stockage dans les cas difficiles Une combinaison entre fonctionnalité et esthétisme Des meubles de stockage

Plus en détail

Bacs de lavage et équipements de buanderie

Bacs de lavage et équipements de buanderie Fonctionnels et robustes dans toutes les situations Bacs de lavage et équipements de buanderie Bacs de lavage 2 3 Fonctionnels, robustes et extensibles Vous cherchez des équipements appropriés pour votre

Plus en détail

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION 588 Communication Le domaine fonctionnel Communication regroupe les emplois permettant de présenter et de promouvoir l image et l action des services de l État et des politiques publiques en direction

Plus en détail

Nombreuses sont les occasions où l on réunit. Connaître les techniques de présentation collective. Méthodes pédagogiques. Animation.

Nombreuses sont les occasions où l on réunit. Connaître les techniques de présentation collective. Méthodes pédagogiques. Animation. Connaître les techniques de présentation collective Grâce à une journée de formation interne, les ingénieurs de ont fait le point sur l animation de séquences de présentation. Moments opportuns pour utiliser

Plus en détail

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS)

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) Département fédéral des affaires étrangères DFAE Direction des ressources DR Personnel DFAE Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) L ensemble des données figurant dans ce questionnaire sont soumises

Plus en détail

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight» Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.935.4400 F.508.988.7881 www.idc-ri.com S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

Plus en détail

GAMMES COULEURS, SÉMINAIRES, FORUMS : EN SEPTEMBRE, PREMIÈRE VISION PARIS REPENSE SES OUTILS ET ESPACES D INFORMATION MODE

GAMMES COULEURS, SÉMINAIRES, FORUMS : EN SEPTEMBRE, PREMIÈRE VISION PARIS REPENSE SES OUTILS ET ESPACES D INFORMATION MODE GAMMES COULEURS, SÉMINAIRES, FORUMS : EN SEPTEMBRE, PREMIÈRE VISION PARIS REPENSE SES OUTILS ET ESPACES D INFORMATION MODE Depuis plus de 40 ans, Première Vision est reconnu pour la qualité et l exclusivité

Plus en détail

Les petits pas. Pour favoriser mon écoute. Où le placer dans la classe? Procédurier. Adapter les directives. Référentiel Présentation des travaux

Les petits pas. Pour favoriser mon écoute. Où le placer dans la classe? Procédurier. Adapter les directives. Référentiel Présentation des travaux Tombe facilement dans la lune (distraction interne) Compenser les déficits d attention des élèves ayant un TDAH : des moyens simples à proposer aux enseignants Line Massé Département de psychoéducation,

Plus en détail

_DÉVELOPPEMENT D UNE COMMANDE

_DÉVELOPPEMENT D UNE COMMANDE _PROFIL TECHNIQUE Une équipe qualifiée et efficiente d experts se tient à l appui des designers, des architectes et des ingénieurs pour réaliser leurs idées créatives, en travaillant sur grande échelle

Plus en détail

Conseillère/ - lers en relations publiques avec diplôme fédéral DF

Conseillère/ - lers en relations publiques avec diplôme fédéral DF Spécialiste en relations publiques avec brevet fédéral BF Conseillère/ - lers en relations publiques avec diplôme fédéral DF Spécialiste en relations publiques avec brevet fédéral BF Le ou la spécialiste

Plus en détail

Le magazine des professionnels du Bâtiment et des Travaux Publics. Documentation média 2012

Le magazine des professionnels du Bâtiment et des Travaux Publics. Documentation média 2012 Le magazine des professionnels du Bâtiment et des Travaux Publics Documentation média 2012 Profil Public cible Bureaux d architectes, ingénieurs, géomètres Entreprises de construction, de génie civil et

Plus en détail

CONSTRUCTEUR DEPUIS 1973

CONSTRUCTEUR DEPUIS 1973 CONSTRUCTEUR DEPUIS 1973 Construire le meilleur, C est avant tout une histoire d hommes Depuis 1973, nous, Maisons Levoye sommes spécialistes de la construction individuelle de standing et de l extension

Plus en détail

COMMUNICATION P R É A L A B L E À L A M I S E E N P L A C E D UNE ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE

COMMUNICATION P R É A L A B L E À L A M I S E E N P L A C E D UNE ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE Fonction de service émergente NUEL PROFESSIONNEL (dont la mutualisation entre CPIE ou structures locales pourrait être pertinente) COMMUNICATION ÉVÉNEMENTIELS-INFOGRAPHIE P R É A L A B L E À L A M I S

Plus en détail