RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS"

Transcription

1 RESPONS RESPONS RESidents Perspectives Of Living in Nursing Homes in Switzerland est un projet du Domaine santé de la Haute école spécialisée bernoise. RESPONS étudie la qualité des soins du point de vue des résidantes et des résidants. SHURP Swiss Nursing Home Human Resources Project est un projet de l Institut de recherche en soins infirmiers de l Université de Bâle. SHURP étudie les relations entre les caractéristiques organisationnelles des EMS et des faits observés chez les résidants et chez le personnel de soins. ENSEMBLE RESPONS et SHURP étudient la qualité des soins sous des angles différents, et contribuent ainsi à une compréhension approfondie de la qualité des soins. Info Mail 3 Janvier 2015 Lettre d information de l étude RESPONS Chers membres de comité, chers dirigeants d EMS et dirigeants d équipes de soins, Mesdames, Messieurs, Nous nous réjouissons de vous adresser déjà la troisième Lettre d information de l étude RESPONS. Nous aimerions vous informer par ce biais de l avancement de l étude RESPONS, et des étapes suivantes que nous planifions. Nous vous souhaitons du plaisir à sa lecture, et nous espérons vous donner un bon aperçu de nos activités de recherche. Ainsi que vous le savez, le but de l étude RESPONS est de décrire la qualité des soins au travers du point de vue des résidantes et des résidants, et de la mettre en lien avec les données récoltées dans le cadre de l étude SHURP (Swiss Nursing Home Human Resources Project). Les études SHURP et RESPONS apportent ainsi une contribution importante à une compréhension globale de la qualité des soins. C est sur le déroulement réussi de l étude RESPONS, durant l année passée, que nous portons un coup d œil rétrospectif. L étude n a pu être réalisée que grâce au soutien important des établissements participants et de nos organismes partenaires. Nous tenons ici à les remercier infiniment. Nos remerciements s adressent également aux résidants et aux résidants des EMS. Nous leur sommes reconnaissants d avoir pris le temps pour les interviews. Au nom de l équipe de recherche RESPONS, je vous adresse nos cordiaux messages. Dr. Sabine Hahn, Responsable de l étude RESPONS Page 1

2 Déroulement réussi des enquêtes La saisie des données de l étude RESPONS est terminée auprès de tous les EMS. Elle s est achevée en juin 2014 en Suisse alémanique; en novembre 2014, le dernier EMS en Suisse romande a été interrogé. En Suisse alémanique, 860 interviews ont été conduites en tout, dans 15 petits, 16 moyens et 6 grands EMS. Ce sont 20 interviews de moins que ce qui avait été planifié. En Suisse romande, 198 résidantes et résidants de 7 petits, 5 moyens et un grand EMS ont été interrogés. Il avait été planifié d interroger 250 résidants de 11 EMS. Nous n avons malheureusement pas non plus atteint ce but, ceci malgré la participation additionnelle de deux établissements. Nous avons pu profiter des expériences effectuées en Suisse alémanique, pour la planification et la conduite de l étude en Suisse romande. L organisation et le déroulement des interviews dans les EMS de suisse occidentale ont été optimaux, grâce au soutien professionnel de Christine Serdaly Morgan, notre coordinatrice pour la Suisse romande. Avant l enquête, l étude devait être examinée par les commissions d éthique des cantons romands. Les demandes soumises aux commissions d éthique des cantons de Vaud, de Fribourg, de Neuchâtel, du Jura, comme du Valais et de Genève ont été approuvées en juin 2014 ; l enquête pouvait ainsi débuter en Suisse romande. Les premières interviews dans les EMS romands ont eu lieu au mois d août Les enquêtrices et les enquêteurs de la BFH ont été secondés par des étudiants en soins infirmiers des hautes écoles romandes. Tous les enquêteurs ont suivi une formation sur le travail d enquête avant la collecte des données. Les instruments traduits en français (recensement de la qualité de vie, de la satisfaction et du bien-être émotionnel, instrument d appréciation des capacités cognitives), tout comme les directives pour l extraction des valeurs CPS 1 du RAI, le matériel d information, ainsi que les déclarations de consentement n ont posé aucun problème. Il ne nous a malheureusement pas été possible d obtenir le consentement du Canton du Tessin pour conduire l étude dans quatre EMS tessinois. Ceci bien que le Canton du Tessin ait reconnu l importance de l étude RESPONS, et que la SUPSI 2 nous aurait soutenus pour la récolte des données. Comme des enquêtes similaires sont conduites régulièrement au Tessin dans les EMS, une surcharge des EMS par des projets de recherche supplémentaires était redoutée. 1 CPS signifie Cognitive Performance Scale 2 La Scuola universitaria professionale della Svizzera italiana Page 2

3 Rapports pour les résultats spécifiques des EMS Les EMS participants en Suisse alémanique ont reçu un ou plusieurs rapports spécifiques avec les résultats pour les unités ayant participé et/ou pour l ensemble de l établissement. L envoi des rapports spécifiques pour les EMS participants en Suisse-romande est actuellement en préparation. Les rapports spécifiques montrent comment les résidants des différentes institutions ont répondu aux questions sur la qualité de vie, la satisfaction et le bien-être émotionnel. Les rapports introduisent à l approche méthodologique de l étude et donnent un aperçu des résultats. Pour ce faire, à côté des questions individuelles de chacun des aspects correspondants, les questions relatives à la qualité de vie des dix aspects sont réunies et comparées entre elles. Ceci permet une comparaison qualitative et montre quelle dimension est mieux ou moins bien évaluée par les résidantes et les résidants. Grâce aux résultats propres à l EMS, la qualité des soins et de vie peut être reflétée et être améliorée Avec les rapports spécifiques aux EMS, nous voulons permettre aux établissements participants de discuter spécifiquement certains aspects de la qualité des soins et de vie. Nous recommandons aux EMS, à la lecture de leur rapport spécifique, de concentrer leur attention sur les questions qui ont été bien ou mal évaluées par de nombreux résidants. Sur cette base, les EMS peuvent conduire des réflexions pour déterminer pourquoi ces questions ont été particulièrement bien ou mal évaluées, et identifier ainsi un potentiel de changement. Si les résultats spécifiques ont par exemple indiqué que de nombreux résidants avaient des douleurs physiques, nous recommandons alors aux EMS de réfléchir à la gestion de la douleur : Quelle pourrait être la raison pour laquelle le nombre de résidants avec des douleurs est élevé? Les douleurs sont-elles saisies régulièrement et de manière standardisée? Les ordonnances sont-elles régulièrement contrôlées? Comment les personnes concernées sont-elles informées à propos du traitement de la douleur? Y a-t-il un protocole pour la gestion de la douleur? Etc. Ou - pour donner un autre exemple -, si les résultats ont montré qu une grande majorité des résidants interrogés indiquait pouvoir décider eux-mêmes quand ils se levaient le matin ou quels habits ils allaient mettre, les EMS peuvent à partir de là se demander pourquoi la liberté de décision des résidants est garantie dans ce domaine, et s il y a quelque chose à en apprendre pour d autres domaines, comme par exemple l organisation de la vie quotidienne. Ces réflexions proposées à titre d exemples peuvent aider les EMS à interpréter leurs propres résultats, à trouver des raisons possibles aux réponses positives et négatives, à formuler des buts concrets d amélioration et à introduire des mesures spécifiques. Les EMS suisses-alémaniques évaluent positivement les rapports Nous avons reçu des retours positifs de la part des EMS participants sur nos rapports spécifiques. Les rapports ont été jugés utiles et instructifs. Ils montrent où il existe un potentiel d amélioration. Les EMS peuvent tirer des conclusions utiles des rapports et apporter des améliorations qui peuvent avoir un effet bénéfique sur la qualité de soins et de vie des résidants. Dans certains EMS les rapports ont été présentés au personnel, et transmis également aux résidants, tout comme aux proches. Page 3

4 Expériences des intervieweurs avec l enquête Après la clôture de l enquête en Suisse alémanique, les enquêteurs se sont rencontrés à fin juin 2014 pour un échange d expériences. Il s agissait d évaluer la collecte de données des derniers mois et d apprendre des expériences. Les participants ont reçu la mission de réfléchir au questionnaire de saisie de la qualité de vie et de se demander quelles questions avaient causé des difficultés aux résidants, quelles questions avaient suscité des récits ou des émotions et quelles étaient les expériences-clé qu ils avaient vécues au cours des enquêtes. Au travers de l échange entre enquêteurs, il est apparu clairement qu aucune interview ne s était présentée comme une autre. Les questions concernant la qualité de vie et la satisfaction ont déclenché des récits et des réflexions chez les personnes interrogées. De nombreux résidants ont fait le récit de leur histoire de vie et ont montré des photos d antan ou de leur famille. Souvent les questions ont provoqué des émotions, et l on a ri et pleuré au cours de l interview. Quelques questions ont conduit les personnes interrogées à des réflexions philosophiques. Par exemple, à la question posée par les enquêteurs «Vous traite-t-on avec respect?», certains résidants ont répondu en retour par la question «Qu est-ce que le respect?». Les enquêteurs étaient encouragés d une part à laisser de l espace aux récits des résidants, et d autre part, à ramener les personnes interrogées aux thèmes de l interview. Dans l ensemble, les enquêteurs ont vécu l enquête comme un échange vivant et passionnant avec les résidantes et les résidants. Certaines histoires de personnes âgées étaient très impressionnantes. Par exemple, cette histoire d un homme âgé qui un soir, après de nombreuses années passées dans l EMS, a fait sa valise et a voulu rentrer à la maison. Alors qu il se tenait à l entrée de l établissement, il s est demandé où il devait aller et où était maintenant son chez-soi. Pour la première fois, avec cette expérience, il est devenu clair pour cet homme que son chez-lui était désormais l EMS. La rencontre avec les enquêteurs a montré que les interviews ne faisaient pas uniquement sens pour la récolte de données, mais qu elles offraient aussi des possibilités pour un échange précieux entre les enquêteurs et les personnes interrogées. La rencontre a apporté des idées précieuses pour des travaux futurs. Page 4

5 SUITES POUR NOUS ATTEINDRE Haute école spécialisée bernoise (BFH) Prof. Dr. Sabine Hahn Domaine santé Murtenstrasse Bern RESPONS EST SOUTENUE FNANCIEREMENT PAR Stiftung Pflegewissenschaft Schweiz Association Alzheimer Suisse Haute école spécialisée bernoise RESPONS EST SOUTENUE DANS SON CONCEPT PAR: Association suisse des infirmières et des infirmiers Senesuisse - Association d établissements économiquement indépendants pour personnes âgées Suisse Après la clôture de la collecte de l ensemble des données de Suisse alémanique et de Suisse romande, ces dernières vont maintenant être contrôlées et épurées. Les ensembles de données des deux régions vont être réunis, d abord décrits, puis analysés de manière comparative. L analyse globale permet aux EMS participants la comparaison entre leur établissement et les autres EMS participants. L analyse globale des données alémaniques et romandes devrait être achevée au premier trimestre En juin 2015, des rencontres auront lieu avec les EMS participants. Lors de ces réunions, les résultats seront présentés et discutés avec les établissements. Ensemble, avec les EMS participants, il sera débattu de la manière dont ils apprécient les résultats et de leur signification. Les EMS participants recevront en janvier 2015 une invitation pour cette rencontre. Après cette discussion, le rapport final global sera préparé. La diffusion du rapport général est prévue pour l automne Au début 2015, les équipes de recherche des études SHURP et RESPONS se rencontreront pour planifier comment les données des deux études seront mises en lien, et quelles analyses statistiques sont possibles en fonction des données. Une page Internet avec des informations sur le projet Fédération suisse des patients Association Suisse des Directrices et Directeurs des Services infirmiers Et pour terminer, vous trouverez sous toutes les informations utiles sur l étude RESPONS, et vous serez informés des actualités relatives aux travaux. c u r a h u m a n i s - association professionnelle pour l assistance aux personnes âgées et les soins de longue durée CURAVIVA.CH association des homes et des institutions sociales suissesschweiz. Page 5

SHURP les EMS sous la loupe

SHURP les EMS sous la loupe Congrès de l ASI La diversité dans les soins infirmiers, Bâle, 4 6 juin 2014 SHURP les EMS sous la loupe René Schwendimann Institut des sciences infirmières Faculté de médecine, Université de Bâle, Suisse

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

Rapport final de l enquête relative au personnel de soins et d accompagnement dans les établissements-médico-sociaux en Suisse

Rapport final de l enquête relative au personnel de soins et d accompagnement dans les établissements-médico-sociaux en Suisse Rapport final de l enquête relative au personnel de soins et d accompagnement dans les établissements-médico-sociaux en Suisse Franziska Zúñiga Dietmar Ausserhofer Christine Serdaly Catherine Bassal Sabina

Plus en détail

Association suisse des services d aide et de soins à domicile

Association suisse des services d aide et de soins à domicile Association suisse des services d aide et de soins à domicile Concept qualité pour l aide et les soins à domicile dans le cadre de l introduction d une gestion de la qualité institutionnalisée dans les

Plus en détail

Santé. Média social Mise en réseau. La santé à l ère des médias sociaux. Confiance. Community. Durabilité. Health 2.0

Santé. Média social Mise en réseau. La santé à l ère des médias sociaux. Confiance. Community. Durabilité. Health 2.0 La santé à l ère des médias sociaux Extrait des résultats de l étude de Swisscom du mois d octobre 2011 Prévention Sécurité Durabilité Alimentation Patient informé Health 2.0 Forum de santé Intégré Santé

Plus en détail

Management Summary Synthèse de l étude «Gestion des risques cliniques dans les hôpitaux suisses»

Management Summary Synthèse de l étude «Gestion des risques cliniques dans les hôpitaux suisses» Management Summary Synthèse de l étude «Gestion des risques cliniques dans les hôpitaux suisses» Ce Management Summary offre un aperçu des résultats de la première étude nationale sur la gestion des risques

Plus en détail

Français en Suisse apprendre, enseigner, évaluer Italiano in Svizzera imparare, insegnare, valutare Deutsch in der Schweiz lernen, lehren, beurteilen

Français en Suisse apprendre, enseigner, évaluer Italiano in Svizzera imparare, insegnare, valutare Deutsch in der Schweiz lernen, lehren, beurteilen Le concept Français en Suisse apprendre, enseigner, évaluer Italiano in Svizzera imparare, insegnare, valutare Deutsch in der Schweiz lernen, lehren, beurteilen Sommaire 3 Préface 4 Mandat et objectifs

Plus en détail

Commission technique intercantonale PLAISIR

Commission technique intercantonale PLAISIR Commission technique intercantonale PLAISIR Définition, méthode de saisie et protocoles d évaluation d indicateurs de qualité dans le cadre de la méthode PLAISIR 1. Cadrage Rôle de la Commission technique

Plus en détail

LES DOULEURS CHRONIQUES DANS LES EMS EN VALAIS:

LES DOULEURS CHRONIQUES DANS LES EMS EN VALAIS: LES DOULEURS CHRONIQUES DANS LES EMS EN VALAIS: PREVALENCE ET PRISE EN CHARGE H. VERLOO INSTITUT UNIVERSITAIRE KURT BOSCH SION CLINIQUE GENEVOISE DE MONTANA 14 juin 2007 Plan de présentation Motivation

Plus en détail

Convention intercantonale réglant l'organisation, le contenu, le déroulement de cours de formation pour cadres et spécialistes de la protection civile

Convention intercantonale réglant l'organisation, le contenu, le déroulement de cours de formation pour cadres et spécialistes de la protection civile Convention intercantonale réglant l'organisation, le contenu, le déroulement de cours de formation pour cadres et spécialistes de la protection civile du 19 octobre 2004 Cantons concernés : Berne, Fribourg,

Plus en détail

Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares

Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Assurance maladie et accidents Etat 4 mai 2015 Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Expériences en cas de grands projets dans le domaine de la construction bois

Expériences en cas de grands projets dans le domaine de la construction bois Expériences en cas de grands projets dans le domaine de la construction bois Bref rapport de la Haute école spécialisée bernoise, Institut de la construction bois, des structures et de l architecture Projet

Plus en détail

Lausanne, le XX yyyyy 2012. Cher Monsieur / Madame,

Lausanne, le XX yyyyy 2012. Cher Monsieur / Madame, Lausanne, le XX yyyyy 2012 Cher Monsieur / Madame, Le Centre de compétence suisse en sciences sociales (FORS) à l'université de Lausanne réalise l European Social Survey. Cette enquête scientifique est

Plus en détail

ÉTHIQUE EN EMS: QUELS DÉFIS ACTUELS?

ÉTHIQUE EN EMS: QUELS DÉFIS ACTUELS? Programme sous réserve de modification ÉTHIQUE EN EMS: QUELS DÉFIS ACTUELS? RENCONTRE ROMANDE DE CURAVIVA SUISSE 3 AVRIL 2014 DE 9 H 00 À 17 H 00, À LAUSANNE ÉTHIQUE EN EMS: QUELS DÉFIS ACTUELS? Les Rencontres

Plus en détail

ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013

ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013 Forum qualité sécurité HUG, 20 novembre 2014 Hôpitaux ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013 Patricia Francis Gerstel Pierre Chopard Service qualité des soins Etre Direction les

Plus en détail

A pied à l école... à Pédibus. Pour une mobilité d avenir

A pied à l école... à Pédibus. Pour une mobilité d avenir A pied à l école... à Pédibus Pour une mobilité d avenir Le Pédibus, comment ça marche? Pour une mobilité d avenir Comment ça marche? Une «ribambelle» d enfants se rend à pied à l école L enfant fait ainsi

Plus en détail

La charte des professionnels de la. Maison de Retraite Debrou

La charte des professionnels de la. Maison de Retraite Debrou La charte des professionnels de la Maison de Retraite Debrou M A I S O N D E R E T R A I T E D E B R O U 3 rue debrou, 37 300 Joué les Tours Téléphone: 02.47.68.41.41 Télécopie: 02.47.68.41.55 Site internet:

Plus en détail

Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions

Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions Janiver 2014 Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Questions sur le projet 1. En

Plus en détail

Tableau comparatif de l hébergement extra-cantonal des cantons romands

Tableau comparatif de l hébergement extra-cantonal des cantons romands SERVICE DES ASSURANCES SOCIALES ET DE L'HEBERGEMENT DEPARTEMENT DE LA SANTE ET DE L'ACTION SOCIALE - CANTON DE VAUD Tableau comparatif de l hébergement extra-cantonal des cantons romands situation 22.12.2015

Plus en détail

Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2011: rapport destiné à la publication. 28 août 2012, V1.1

Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2011: rapport destiné à la publication. 28 août 2012, V1.1 Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2011: rapport destiné à la publication 28 août 2012, V1.1 Sommaire 1. Rappel des faits... 3 2. But et méthode... 4 3. Résultats... 5 4. Discussion...

Plus en détail

Paysage suisse des hautes écoles

Paysage suisse des hautes écoles Paysage suisse des hautes écoles Le paysage suisse des hautes écoles est constitué de deux genres d institutions de valeur égale, ayant des fonctions différentes: les hautes écoles universitaires et les

Plus en détail

News. Eté 2015. Chères lectrices, chers lecteurs, Bienvenue à notre Newsletter estivale!

News. Eté 2015. Chères lectrices, chers lecteurs, Bienvenue à notre Newsletter estivale! Eté 2015 News Chères lectrices, chers lecteurs, Bienvenue à notre Newsletter estivale! Le 11 juin, lors de notre conférence d experts à Berne, c est le nouveau format d examen 2017 qui a été au centre

Plus en détail

Cahier des charges pour la réalisation d un audit externe du programme GUS / OFS

Cahier des charges pour la réalisation d un audit externe du programme GUS / OFS Département fédéral de l intérieur (DFI) Office Fédéral de la Statistique OFS Etat-major Cahier des charges pour la réalisation d un audit externe du programme GUS / OFS Table des matières 1 Généralités

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats Bureau du surintendant des institutions financières Groupe de l assurance-vie Conglomérats Juin 2012 Table des matières 1. Contexte... 2 2. Objectif, portée et méthodologie... 3 3. Conclusion... 4 4. Réponse

Plus en détail

Menuisier Ebéniste. Je fais carrière dans les métiers du bois!

Menuisier Ebéniste. Je fais carrière dans les métiers du bois! Menuisier Ebéniste Je fais carrière dans les métiers du bois! Sommaire Préambule... 3 Commission d assurance qualité... 3 Diplôme de fédération... 4 Diplôme de la formation professionnelle supérieure...

Plus en détail

Des ponts sur la Broye

Des ponts sur la Broye Des ponts sur la Broye Cohabitation en milieu rural Rapport pour la Commune Sophie Cattin Aude Métral Moudon, le 30 septembre 2010 Table des matières Préambule... 3 1. Introduction... 3 2. Méthodologie...

Plus en détail

S p é c i a l i s t e e n S o i n s p a l l i a t i f s. diploma of advanced studies hes-so / supsi en collaboration avec le chuv

S p é c i a l i s t e e n S o i n s p a l l i a t i f s. diploma of advanced studies hes-so / supsi en collaboration avec le chuv S p é c i a l i s t e e n S o i n s p a l l i a t i f s diploma of advanced studies hes-so / supsi en collaboration avec le chuv Généralités Le Diplôme d Etudes Avancées (DAS) en soins palliatifs est offert

Plus en détail

LE STRESS PROFESSIONNEL

LE STRESS PROFESSIONNEL LE STRESS PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE EN SUISSE ROMANDE Communication donnée lors des Doctoriales des EDSE 2012, tenu à Genève le 4 mai 2012 Carl Denecker Université de Genève

Plus en détail

Titre Nom Prénom Adresse adresse 2 NPA localité. Lausanne, le XX yyyyy 2014. Vivre en Suisse en 2014 votre avis compte! Cher Monsieur / Chère Madame,

Titre Nom Prénom Adresse adresse 2 NPA localité. Lausanne, le XX yyyyy 2014. Vivre en Suisse en 2014 votre avis compte! Cher Monsieur / Chère Madame, Lausanne, le XX yyyyy 2014 Vivre en Suisse en 2014 votre avis compte! Cher Monsieur / Chère Madame, Le Centre de compétence suisse en sciences sociales (FORS) à l'université de Lausanne réalise l European

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (34)/14.14 Date de publication: 27 juin 2014 TRENTE-QUATRIEME REUNION Date: 1 er -3 juillet 2014 Lieu: Salle du Conseil exécutif, OMS,

Plus en détail

Programme qualité. de l association suisse des services d aide et de soins à domicile. Projet 02 Octobre 2001

Programme qualité. de l association suisse des services d aide et de soins à domicile. Projet 02 Octobre 2001 Programme qualité de l association suisse des services d aide et de soins à domicile Projet 02 Octobre 2001 A propos de la consultation auprès des associations cantonales 24.10.2001-21.11.2001 1. Situation

Plus en détail

«Garçons et métiers de la santé» Un atelier pour les garçons à l occasion de Futur en tous genres

«Garçons et métiers de la santé» Un atelier pour les garçons à l occasion de Futur en tous genres «Garçons et métiers de la santé» Un atelier pour les garçons à l occasion de Futur en tous genres Le 12 novembre 2015 (Photo: Philipp Zinniker) Regoignez-nous et assurez la relève! Les professions de la

Plus en détail

Programme pour la promotion de la gestion de la mobilité dans les entreprises

Programme pour la promotion de la gestion de la mobilité dans les entreprises octobre 2008 Programme pour la promotion de la gestion de la mobilité dans les entreprises Concept Document public pour partenaires et intéressés Kurt Egger, Monika Tschannen, Hermann Scherrer, Domaine

Plus en détail

Document d information pour la Campagne de promotion pour la gestion de la mobilité dans les entreprises

Document d information pour la Campagne de promotion pour la gestion de la mobilité dans les entreprises 27 mai 2005, modifié le 15 août 2005 Document d information pour la Campagne de promotion pour la gestion de la mobilité dans les entreprises juin 2005 - juin 2008 Kurt Egger, Monika Tschannen, Hermann

Plus en détail

Colloque CTIE du 27 août 2013 à l Université de Berne Les tablettes numériques à l école : pratiques et perceptions des enseignants

Colloque CTIE du 27 août 2013 à l Université de Berne Les tablettes numériques à l école : pratiques et perceptions des enseignants Colloque CTIE du 27 août 2013 à l Université de Berne Les tablettes numériques à l école : pratiques et perceptions des enseignants Stéphanie Boéchat-Heer, Responsable de projets de recherche et coordinatrice

Plus en détail

Communiqué de presse «Hautes écoles d art suisses» Fondation de la Conférence des Hautes écoles d art suisses

Communiqué de presse «Hautes écoles d art suisses» Fondation de la Conférence des Hautes écoles d art suisses Communiqué de presse «Hautes écoles d art suisses» Fondation de la Conférence des Hautes écoles d art suisses Lucerne, le 3 novembre 2004 Les Conférences des hautes écoles de musique, de théâtre, d art

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, YouTube, ou quels que soient leurs noms, apportent un certain enrichissement à notre quotidien.

Les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, YouTube, ou quels que soient leurs noms, apportent un certain enrichissement à notre quotidien. Verbandssekretariat Secrétariat fédératif Segretariato federativo Transmis par courriel à : - tous les médias Villenstrasse 2 6005 Lucerne tél. 041 367 21 21 fax 041 367 21 22 email mail@fsfp.org www.fsfp.org

Plus en détail

Master en Travail social. Nouveau programme avec deux options!

Master en Travail social. Nouveau programme avec deux options! Master en Travail social 2015 Nouveau programme avec deux options! HES-SO Fabrice Nobs HES-SO Thierry Parel 2 Le travail social vise à prévenir et à combattre les problèmes sociaux tels que l exclusion,

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

Chapitre 2 La formation des formateurs et formatrices

Chapitre 2 La formation des formateurs et formatrices La qualité de la formation Chapitre 2 La formation des formateurs et s Formateurs et s d adultes : quatre niveaux de formation officiellement reconnus 60 Certificat de formateur/ d adulte FSEA (niveau

Plus en détail

Apprentissage par problèmes APP3. Authenticité des billets de 5 euros

Apprentissage par problèmes APP3. Authenticité des billets de 5 euros Année universitaire 2013/14 UE PHY124 Optique Géométrique Apprentissage par problèmes APP3 Authenticité des billets de 5 euros Apprentissages visés Fonctionnement d instruments optiques constitués de plusieurs

Plus en détail

L importance de l'autodétermination

L importance de l'autodétermination E-SUNET NEWSLETTER 2, NOVEMBRE 2014 Réseau pour les familles de personnes handicapées par l'e-learning Le projet E-sunet a pour objectif de développer un matériel de formation en ligne pour les parents

Plus en détail

Concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaires d enfants et d adolescents

Concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaires d enfants et d adolescents Concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaires d enfants et d adolescents Annexe 7 30 juin 2015 / version 3.0 Le présent concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaire

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Transmettre la direction et la propriété de son entreprise

Transmettre la direction et la propriété de son entreprise Transmettre la direction et la propriété de son entreprise Succession au sein des petites et moyennes entreprises de Suisse latine Soutenus par: BDO Visura La Mobilière Assurances Banque Cantonale de Fribourg

Plus en détail

LE CONSORTIUM DES BIBLIOTHÈQUES UNIVERSITAIRES SUISSES. Pascalia Boutsiouci, 21 janvier 2010

LE CONSORTIUM DES BIBLIOTHÈQUES UNIVERSITAIRES SUISSES. Pascalia Boutsiouci, 21 janvier 2010 LE CONSORTIUM DES BIBLIOTHÈQUES UNIVERSITAIRES SUISSES Pascalia Boutsiouci, 21 janvier 2010 Konsortium der Schweizer Hochschulbibliotheken 2010 WEINBERGSTRASSE 74 8006 ZÜRICH Consortium des bibliothèques

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

Vade-mecum. pour la préparation, la mise en œuvre et le suivi de l audit. pour la certification de centres du sein

Vade-mecum. pour la préparation, la mise en œuvre et le suivi de l audit. pour la certification de centres du sein Vade-mecum pour la préparation, la mise en œuvre et le suivi de l audit pour la certification de centres du sein Ligue suisse contre le cancer / Ce vade-mecum est rédigé en allemand, français et italien.

Plus en détail

E-monitoring : intégrer l émotionnel dans votre «balanced scorecard»

E-monitoring : intégrer l émotionnel dans votre «balanced scorecard» E-monitoring : intégrer l émotionnel dans votre «balanced scorecard» Par Daniel Held, Dr. Es Sc. écon. et Benoit Moransais, lic. ès Sc. écon., associés du cabinet Qualintra SA, Genève Le «balanced scorecard»

Plus en détail

Reporting sur les risques à l attention du Conseil fédéral

Reporting sur les risques à l attention du Conseil fédéral Reporting sur les risques à l attention du Conseil fédéral Rapport des Commissions de gestion du Conseil national et du Conseil des Etats du 28 mai 2010 2010-1363 5157 Rapport 1 Situation initiale L ampleur

Plus en détail

Techniques d enquête. Florence Huguenin-Richard - 2014

Techniques d enquête. Florence Huguenin-Richard - 2014 Techniques d enquête Florence Huguenin-Richard - 2014 1. Méthodologie générale Pourquoi faire une enquête? On a besoin d informations qui n existent pas ailleurs! Une enquête vient après une recherche

Plus en détail

Formation continue pour les sages-femmes

Formation continue pour les sages-femmes Formation continue pour les sages-femmes Alimentation et activité physique pour la femme et le nourrisson Grossesse et post-partum Fribourg Jura Neuchâtel Valais Vaud Avec le soutien de Historique Rencontre

Plus en détail

Merci de répondre à toutes les questions quelque soit la nature de vos problèmes, en mettant une croix dans la case appropriée :

Merci de répondre à toutes les questions quelque soit la nature de vos problèmes, en mettant une croix dans la case appropriée : Nom : Date : QUESTIONNAIRE DE STYLE DE VIE (3) DE MAYERS Merci de répondre à toutes les questions quelque soit la nature de vos problèmes, en mettant une croix dans la case appropriée : 1. PRENDRE SOIN

Plus en détail

Rapport du Bureau de la commission interparlementaire de contrôle des HES SO - S2

Rapport du Bureau de la commission interparlementaire de contrôle des HES SO - S2 Rapport du Bureau de la commission interparlementaire de contrôle des HES SO - S2 Mesdames et Messieurs les Présidents des Grands Conseils des cantons de Fribourg, Vaud, Valais, Neuchâtel, Genève et Jura,

Plus en détail

Centre BFH Sécurité sociale

Centre BFH Sécurité sociale Centre BFH Sécurité sociale Ce qui nous distingue 2 Le Centre BFH Sécurité sociale produit des connaissances fondamentales sur les risques sociaux et la protection sociale ainsi que des connaissances pratiques

Plus en détail

www.akad.ch/banking+finance/fr

www.akad.ch/banking+finance/fr AKAD École Supérieure spécialisée en Banque et Finance SA École supérieure reconnue par la Confédération ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES

Plus en détail

Planification et contrôle de la formation

Planification et contrôle de la formation Planification et contrôle de la formation Aperçu Le présent chapitre contient une introduction aux instruments de planification et de contrôle de la formation. Dans ce domaine, les personnes en formation

Plus en détail

La réforme des 2012-2014

La réforme des 2012-2014 La réforme des 2012-2014 Éditorial p 3 Une réforme au bénéfice des enfants p 4 La méthode nantaise : la concertation et le dialogue p 6 Les nouveaux rythmes de la rentrée 2013 p 8 Évaluation de la réforme

Plus en détail

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO)

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Enquête sur le financement des PME en Suisse réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Mai 200 Table des matières 2 Page 1. Descriptif de la recherche 3 2. Profil et mode de financement des

Plus en détail

Cantons et villes dans le système statistique suisse

Cantons et villes dans le système statistique suisse Gian Antonio Paravicini Bagliani Président de la conférence des offices régionaux de statistique de la Suisse CORSTAT Cantons et villes dans le système statistique suisse La fonction statistique s'est

Plus en détail

Zoom. Centre de formation. Apprendre tout au long de sa vie. Nouvelles formations orientées sur la pratique

Zoom. Centre de formation. Apprendre tout au long de sa vie. Nouvelles formations orientées sur la pratique 13 Zoom. Le magazine d information de la Société des employés de commerce La Chaux-de-Fonds Neuchâtel Centre de formation Nouvelles formations orientées sur la pratique Apprendre tout au long de sa vie

Plus en détail

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration»

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Le champ d activité des employés 1 de commerce de la branche «Services et administration» va du contact avec la clientèle au back office. La

Plus en détail

DOSSIER INSCRIPTION. DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité. Centre de Loisirs de Maubourguet

DOSSIER INSCRIPTION. DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité. Centre de Loisirs de Maubourguet DOSSIER INSCRIPTION DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité CP Centre de Loisirs de Maubourguet SOMMAIRE. Page 2 : actions proposées pour les CP. Page 3 : engagement parental et engagement de l enfant.

Plus en détail

PRESENTATION DU PROJET

PRESENTATION DU PROJET PRESENTATION DU PROJET En conformité avec les priorités de l'année 2013 de l'agenda européen - l'année européenne de la Citoyenneté, le partenariat FORCA se propose d'étudier et de vérifier la mise en

Plus en détail

L'audit interne. Si vous ne savez pas comment poser la bonne question, vous ne découvrirez rien. Edwards Deming

L'audit interne. Si vous ne savez pas comment poser la bonne question, vous ne découvrirez rien. Edwards Deming L'audit interne Si vous ne savez pas comment poser la bonne question, vous ne découvrirez rien. Edwards Deming Marie-Hélène GENTIL - Maître de Conférences marie-helene.gentil@u-bordeaux.fr Université de

Plus en détail

Assemblée Générale. 6 juin 2008. ASLEC Sierre

Assemblée Générale. 6 juin 2008. ASLEC Sierre Assemblée Générale 6 juin 2008 ASLEC Sierre Année concernée : 2007 9 membres présents, dont 5 membres du Comité. Excusés : 10 personnes = Mme Anne Martin, Mme Maria-Pia Tschopp, Mme Fabienne Moulin, Mme

Plus en détail

Sécurité parasismique des bâtiments Questions juridiques et responsabilités

Sécurité parasismique des bâtiments Questions juridiques et responsabilités Sécurité parasismique des bâtiments Questions juridiques et responsabilités schweizerischer ingenieur- und architektenverein société suisse des ingénieurs et des architectes società svizzera degli ingegneri

Plus en détail

Voilà comment les entreprises suisses paient leurs factures

Voilà comment les entreprises suisses paient leurs factures Voilà comment les entreprises suisses paient leurs factures Près de la moitié de toutes les factures sont payées trop tard. «Röstigraben» aussi pour l argent: les Suisses romands font particulièrement

Plus en détail

4 e escale : Évaluation (ou bilan)

4 e escale : Évaluation (ou bilan) 4 e escale : Évaluation (ou bilan) Dernière escale avant d arriver à bon port : l évaluation! Cette étape peut paraître bien anodine en terme d impact sur votre action (puisque celle-ci est déjà passée!),

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 5 PFP 6 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Arrêté du Conseil-exécutif concernant la Convention entre Berne, Jura et Neuchâtel sur les contributions aux frais d enseignement (Convention BEJUNE)

Arrêté du Conseil-exécutif concernant la Convention entre Berne, Jura et Neuchâtel sur les contributions aux frais d enseignement (Convention BEJUNE) 1 49.15 1 er juillet 015 Arrêté du Conseil-exécutif concernant la Convention entre Berne, Jura et Neuchâtel sur les contributions aux frais d enseignement (Convention BEJUNE) Le Conseil-exécutif du canton

Plus en détail

Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse

Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse Universität Zürich Institut für Politikwissenschaft Forschungsbereich Policy-Analyse & Evaluation Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse Sur mandat de l Office fédéral de la santé publique Thomas

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Introduction au Management de Projet Appréhendez le monde du projet : les fondamentaux

Introduction au Management de Projet Appréhendez le monde du projet : les fondamentaux Attestation Introduction au Management de Projet Appréhendez le monde du projet : les fondamentaux www.cefco.ch 2013_V2 : 30.05.2013 SOMMAIRE ATTESTATION INTRODUCTION AU MANAGEMENT DE PROJET Ce cours est

Plus en détail

«Pratique de la GPEC dans les entreprises»

«Pratique de la GPEC dans les entreprises» «Pratique de la GPEC dans les entreprises» Etat des lieux Etude réalisée par En partenariat avec Avril 2009 www.cerclerh.com Sommaire 1- Introduction 2- Méthodologie 3- Signalétique 4- Pratiques de la

Plus en détail

Forum 4: rapport Quand des prestations résidentielles ou ambulatoires sont-elles indiquées et quelle est leur accessibilité?

Forum 4: rapport Quand des prestations résidentielles ou ambulatoires sont-elles indiquées et quelle est leur accessibilité? Direction de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques du canton de Berne Office des mineurs Justiz-, Gemeinde- und Kirchendirektion des Kantons Bern Kantonales Jugendamt Gerechtigkeitsgasse

Plus en détail

Mobilservice rapport d activité et financier 2013 et perspectives 2014

Mobilservice rapport d activité et financier 2013 et perspectives 2014 Mobilservice rapport d activité et financier 2013 et perspectives 2014 Contenu: 1. Rapport d activité du comité 2. Rapport d activité de la rédaction 3. Rapport d activité des cantons partenaires 4. Offre

Plus en détail

Annexe 1. Moyen requis : Disposer d un véhicule. Etre disponible sur la période à plein temps ou l équivalent d un trois quarts temps.

Annexe 1. Moyen requis : Disposer d un véhicule. Etre disponible sur la période à plein temps ou l équivalent d un trois quarts temps. Avant le 31 mars 2010 Direction régionale de l agriculture et de la forêt SRISE Recrutement pour le recensement agricole 12 rue Menou - BP 23523-44035 Nantes Cedex Courriel : ra2010.draaf-pays-de-la-loire@agriculture.gouv.fr

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

Conduite de projet : des objectifs à l évaluation de l atteinte des objectifs

Conduite de projet : des objectifs à l évaluation de l atteinte des objectifs www.forres.ch Séminaire de base IIII Conduite de projet : des objectifs à l évaluation de l atteinte des objectifs Extrait de : Méthodologie de projet en promotion de la santé «quint-essenz» www.quint-essenz.ch

Plus en détail

Tarification dans le domaine du sauvetage

Tarification dans le domaine du sauvetage Tarification dans le domaine du sauvetage Décision du Conseil fédéral du 26 mai 2004 (santésuisse Ticino contre le Conseil d Etat du canton du Tessin et la Federazione Cantonale Ticinese Servizi Ambulanze,

Plus en détail

Réponses aux questions fréquemment posées (FAQ) en lien avec l introduction du fonds en faveur de la formation professionnelle pour le domaine social

Réponses aux questions fréquemment posées (FAQ) en lien avec l introduction du fonds en faveur de la formation professionnelle pour le domaine social Réponses aux questions fréquemment posées (FAQ) en lien avec l introduction du fonds en faveur de la formation professionnelle pour le domaine social Remarque préalable L idée d un fonds en faveur de la

Plus en détail

29 janvier 2013 Massiac. Élaborer un outil d évaluation: créer et faire parler un questionnaire

29 janvier 2013 Massiac. Élaborer un outil d évaluation: créer et faire parler un questionnaire 29 janvier 2013 Massiac Élaborer un outil d évaluation: créer et faire parler un questionnaire Introduction Bertrand COIFFARD Dominique VOLLET 29 janvier 2013 Groupe de travail 2 Présentation de la démarche

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles 1 La bientraitance : le socle du programme MobiQual La «trousse de bientraitance» est

Plus en détail

Programme. 17 / 18 septembre 2015 Institut de Santé Globale, Université de Genève Campus Biotech, Genève

Programme. 17 / 18 septembre 2015 Institut de Santé Globale, Université de Genève Campus Biotech, Genève Programme Conférence Suisse de Santé Publique 2015 Bénéfices pour la Santé Publique des Politiques de Lutte contre le Changement Climatique 10 ème anniversaire de la SSPH+ 17 / 18 septembre 2015 Institut

Plus en détail

Santé au travail. Soutien méthodologique à la définition, à la mise en place et à l analyse d études

Santé au travail. Soutien méthodologique à la définition, à la mise en place et à l analyse d études O bservatoire R é g ional de la S anté de M idi-py rénées Santé au travail Soutien méthodologique à la définition, à la mise en place et à l analyse d études Afin de conduire des actions de santé au travail

Plus en détail

Communiqué. Les Tessinois champions en matière de protection du climat

Communiqué. Les Tessinois champions en matière de protection du climat Communiqué Les Tessinois champions en matière de protection du climat Zurich Suisse www.zurich.ch Zurich Compagnie d Assurances SA Zurich Compagnie d assurances sur la Vie SA Media Relations Thurgauerstrasse

Plus en détail

COURS DE FORMATION ET DE PERFECTIONNEMENT POUR LES RESPONSABLES DE CLUBS SPORTIFS. Formation en management de club (FMC)

COURS DE FORMATION ET DE PERFECTIONNEMENT POUR LES RESPONSABLES DE CLUBS SPORTIFS. Formation en management de club (FMC) COURS DE FORMATION ET DE PERFECTIONNEMENT POUR LES RESPONSABLES DE CLUBS SPORTIFS Formation en management de club (FMC) La formation en management de club (FMC) La formation en management de club de Swiss

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Ce qu il est bon de savoir concernant le bureau d idées 2 Une excellente idée: le bureau d idées 4 Le bureau d idées: des enfants

Plus en détail

1 ère partie 2 e partie 3 e partie. Le Pédibus, comment ça marche? Les atouts du Pédibus Marche à suivre pour les parents

1 ère partie 2 e partie 3 e partie. Le Pédibus, comment ça marche? Les atouts du Pédibus Marche à suivre pour les parents 1 ère partie 2 e partie 3 e partie Le Pédibus, comment ça marche? Les atouts du Pédibus Marche à suivre pour les parents Avec le soutien de la Ville de Genève et du Canton de Genève Dans le cadre de Marchez

Plus en détail