Systèmes experts en génie civil Un modèle probatoire : XPENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Systèmes experts en génie civil Un modèle probatoire : XPENT"

Transcription

1 Systèmes experts en génie civil Un modèle probatoire : XPENT René-Michel FAURE Ingénieur divisionnaire des TPE Chef du département Mécanique et Informatique Ecole nationale des Travaux publics de l'etat (ENTPE) Jean-Pierre RAJOT Ingénieur des TPE Eric CAYEUX Ingénieur des TPE Eric MAZERAN Ingénieur des TPE Ecole nationale des Travaux publics de l'etat RÉSUME L'article présente les travaux préalables qui ont servi a la définition d'un modèle probatoire de système-expert appliqué à la stabilité des pentes. On rappelle tout d'abord les principales idées et le vocabulaire attachés à la notion de système-expert. Une brève description faite des principaux systèmes experts en génie civil. Le développement du système expert XPENT une entreprise de longue haleine, et de nécessaires coopérations se sont développées. Le point d'avancement que présente cet article l'occasion de faire connaître quelques réflexions sur la construction de la base de connaissances, et de montrer que les experts qui traduisent leur savoir se valorisent à travers un tel exercice. MOTS CLÉS : Modèle mathématique - Conception assistée par ordinateur - Génie civil - Logiciel - Stabilité des talus - Intelligence Artificiel -/Intelligence artificielle Système expert - XPENT- LISP - PROLOG. Les systèmes experts, résultats de recherches encore récentes en intelligence artificielle, invissent de plus en plus rapidement le monde scientifique. Alors que les Japonais en ont fait le défi de ces dernières décennies, en lançant l'énorme projet d'ordinateurs de la cinquième génération, ils suscitent partout un intérêt croissant et de très nombreuses réalisations sont déjà opérationnelles aussi bien dans des laboratoires de recherche que dans les entreprises industrielles. Cependant, comme tout phénomène novateur de grande ampleur, à trop en entendre parler on finit par perdre l'essentiel et l'on tombe à son tour dans le travers logomachique. Aussi, pour mieux comprendre ce que constitue un système expert et pour mesurer l'impact des méthodes informatiques qui lui sont associées dans un domaine scientifique, le département Mécanique et Informatique de l'entpe a entrepris la réalisation d'un modèle probatoire de système expert, en appliquant les techniques d'intelligence artificielle, au domaine de la stabilité des pentes. La présentation de ce travail, à la fin de cet article, a pour but d'éclairer l'ingénieur sur les modalités d'un tel mariage informatique/savoir-faire et sur les difficultés qu'il soulève. 41 Bull, liaison Labo P. et Ch janv.-févr Réf. 3096

2 bi QU'EST-CE QU'UN SYSTÈME EXPERT? Un système expert un logiciel (programme informatique) conçu pour simuler le savoir-faire d'un spécialiste dans un domaine précis. Alors que l'informatique traditionnelle se fonde sur un ordinateur qui ne manipule guère que les nombres avec dextérité et qui le fait selon une suite d'ordres bien définis en un déroulement séquentiel fixe, l'intelligence artificielle suppose la mise au point d'un système informatique «raisonneur», capable d'enchaîner des déductions et de construire un raisonnement. De même, l'informatique classique maîtrise parfaitement le traitement de l'information quand celuici aisément formalisable par un algorithme, c'à-dire par une suite déterminée d'instructions indiquant de manière invariable la démarche à suivre pour arriver au résultat espéré. Cependant, quand il s'agit de modéliser le savoir-faire d'un expert, constitué de connaissances pragmatiques, de raisonnements par approximations souvent déclenchés par des événements extérieurs imprévisibles a priori, les programmes traditionnels ne suffisent plus! Il faut donc disposer d'outils informatiques capables de traiter des connaissances incertaines ou incomplètes et dont l'enchaînement n' pas déterminé au départ, mais se fait en formulant des hypothèses et en tenant compte de paramètres qui peuvent apparaître pendant le déroulement même du raisonnement. Un système expert peut donc se concevoir comme une tentative d'avancer dans cette voie. A partir d'un ensemble de connaissances écrites avec un formalisme approprié et selon une structure de mémorisation beaucoup plus souple qu'auparavant, un module dynamique appelé «moteur d'inférences» applique de manière sélective certaines «lois» ou plus couramment des «règles» d'expert en raffinant progressivement le raisonnement par application de plus en plus pertinente des connaissances mises à sa disposition. Une des caractéristiques principales d'un système expert donc qu'il discerne de manière non équivoque la connaissance du raisonnement en base de connaissances et moteur d'inférences, deux parties dont l'indépendance donne au système expert une éventuelle polyvalence, car les mêmes structures de déduction s'appliquent parfois à plusieurs domaines de connaissance. La base de connaissance Elle contient le maximum d'informations sur le domaine d'expertise : celles-ci peuvent être les «règles» de raisonnement, la description des concepts manipulés par le spécialiste ou toute autre donnée exploitable par le système. Le formalisme d'écriture adopté pour constituer une base de connaissances dépend du type de connaissance qu'il souhaitable de stocker, mais avec le souci constant d'être le plus simple possible pour que l'expert, en général non-informaticien, puisse relire et compléter la base. C', comme l'expérience le montre, la partie la plus délicate du travail de conception du système, car c' là que se pose le problème de la variété et de l'hétérogénéité du savoir. Pour franchir un tel obstacle sans perdre trop d'informations, plusieurs types de représentation de la connaissance ont été introduits : les règles de production, les réseaux sémantiques, les frames pu prototypes. Les règles de production Chaque unité élémentaire de connaissance prend la forme d'une règle logique du type : SITUATION - ACTION pour laquelle «action» exécutée si la «situation» du membre gauche correspond, à un instant donné, à l'état du système. Voici, par exemple, ce que cela donne dans un système d'aide à l'utilisation du code de calcul de structures TITUS (Framentec) : Règle 102 (Cette règle s'applique aux structures. Elle essayée afin de déduire l'analyse de modes propres à effectuer.) SI : 1) A : Une analyse des modes propres fait partie des analyses que l'utilisateur désire effectuer, ou B : Un calcul de modes propres doit être effectué, 2) Le nombre de degrés de liberté de la structure supérieur à 300, 3) Le domaine d'étude des modes propres autour de F (fréquence donnée), 4) Le nombre de fréquences propres dans l'intervalle (0, F) supérieur à 30, et 5) Les efforts associés aux modes propres sont calculés, ALORS : Il certain (1,0) que l'analyse des modes propres à effectuer une analyse des modes propres par la méthode de Givens avec réduction de Guyan et calcul des efforts associés. On remarquera qu'un degré de certitude peut être attribué à la conclusion de la règle (ici (1,0) car la déduction certaine), ce qui constitue une tentative de quantification ou de hiérarchisation de la vraisemblance des règles, idée puissante mais difficile à mettre en œuvre efficacement. Les réseaux sémantiques Ce mode de représentation des connaissances naît d'un besoin de classification des concepts en établissant un modèle d'interaction entre eux. 42

3 Exemple provient de réseau sémantique. Roche eruptive 1 Roche volcano-sédimentaire Orthogneiss provient J provient Paragneiss Gneiss I Spilite Roche métamorphique Orthogneiss basique Amphibolite Un réseau sémantique un graphe dont les noeuds représentent des entités, des individus, des relations et dont les arcs orientés sont des instances de relation binaire. Le réseau représente alors l'ensemble des assertions binaires de type : A. -> B. assertion R(A, B). La sémantique d'un nœud du réseau ainsi facilement accessible à travers l'ensemble des objets qui lui sont rattachés et par la nature des liaisons. On retrouvera sur l'exemple suivant les liens causals traduits par des flèches. Le réseau exploré par le système de façon à trouver des faits permettant de faire progresser le raisonnement (dans le cas de Prospector, les faits qui étaient la connaissance géologique du site, ne permettaient pas à l'intuition humaine l'obtention d'un résultat du fait de leur disparité. Le système expert explorant tous les arbres de son réseau a pu rassembler les faits pertinents qui permettaient de déduire l'existence du gisement). Les frames Un «frame» ou prototype une structure de données qui décrit des objets-types (donc typiques : ni communs, ni uniques!). Cette description opposée à l'énumération des caractéristiques strictement partagées par tous les objets d'un groupe permet de ranger les divers éléments de la connaissance de l'expert dans des classes avec la possibilité que des objets se distinguent par certaines propriétés particulières. Un frame a donc une partie fixe commune à une classe et inclut également des données variables caractéristiques (qui sont d'ailleurs parfois procédurales : appel d'un programme, référence à d'autres frames, etc.). Enfin, chaque prototype un tiroir qui contient d'autres prototypes également à tiroirs, d'où la possibilité d'héritage d'informations. Exemple de frame : FRAME VOITURE : (sorte de) moteur puissance fiscale immatriculation propriétaire une marque (domaine : Renault, Peugeot, Citroën, Talbot, Fiat, VW) (défaut : Renault) un moteur un nombre entre 2 et 30 [si besoin : calcul puissance fisc. (moteur)] (si ajout. : vérifier format) une personne [si ajout. : maj. (personne) voiture] Marbre Quartzite Schiste provient une instance du frame pourrait être : VOITURE V01 : marque moteur puissance fiscale immatriculation propriétaire Renault R ABC 75 Duchemin Roche sédimentaire pélitique Ce type de représentation de la connaissance implique généralement des aptitudes particulières du moteur d'inférences, ce qui limite son autonomie et rend l'utilisation des frames assez délicate : ce sont des outils puissants mais très évolués et pratiquement inaccessibles à l'expert, contrairement aux règles de production et aux réseaux sémantiques. Dans certaines applications, sont proposés pour pallier cet inconvénient : un dialogue en langage quasi naturel entre l'expert et la machine pour la constitution de la base de connaissances, un auto-apprentissage du système expert au fur et à mesure du traitement des différents cas qui lui sont proposés. Il existe certainement d'autres manières performantes de représenter les connaissances de l'expert, mais les trois types décrits précédemment permettent de faire un tour d'horizon rapide de ce qui généralement employé et résument assez bien les différentes notions à appréhender pour aborder la réalisation d'une base de connaissances. Examinons maintenant l'emploi qui fait de ces connaissances formalisées et rangées le plus judicieusement possible. Le moteur d'inférences Il s'agit de la partie «programmée» du système. C' un module qui utilise les connaissances de la base dans un but qui lui précisé. Son rôle de faire des inférences : passer d'une proposition vraie à une autre jugée telle en raison de son lien avec la première, ce lien apparaissant dans la règle appliquée, par héritage dans les relations du réseau sémantique, etc. Placé devant les données initiales du cas à traiter, le moteur choisit les connaissances à appliquer pour progresser, cette recherche se faisant de manière non exhaustive, C' ainsi que, contrairement aux 43

4 programmes envisageant combinatoirement tous les cas possibles, celui-ci utilise des processus de décision qui lui permettent d'envisager un cas plutôt qu'un autre ; des règles sur l'emploi des règles ou des techniques de création de contextes, de hiérarchisation des connaissances guident le «raisonnement». Enfin, si l'un des objectifs d'éviter «l'explosion combinatoire», il s'inscrit dans la volonté plus générale d'atteindre le temps de résolution le plus court possible, ce qui semble une priorité en cas de systèmes présentant un haut degré d'interactivité (ou nécessitant une réponse en temps réel). Par rapport à l'algorithmique classique, les avantages peuvent se résumer ainsi : capacité à manipuler des connaissances symboliques, capacité à exploiter un ensemble de connaissances modulaires, celles-ci étant souvent données en vrac et pouvant être modifiées et enrichies sans perturber l'environnement, indépendance du mécanisme de résolution et de la connaissance, qui peut être interchangeable, qualité des interfaces homme/machine : tout système expert qui se respecte capable d'expliquer son raisonnement en en retraçant les étapes à l'utilisateur. L'environnement informatique Pour réaliser des systèmes puissants manipulant des informations symboliques et offrant des interfaces le plus souvent tournées vers le langage naturel, il faut des langages de programmation et des outils de génie logiciel de plus en plus performants. Il faut donc disposer de langages facilitant la manipulation symbolique et cela de manière ultrarapide. Les plus développés sont actuellement Lisp et Prolog : Lisp le plus ancien des langages d'intelligence artificielle (il date de l'époque de la création de Fortran). Si les principes de base de ce langage sont parfaitement définis, il n'en pas de même de ses termes, d'où une prolifération de dialectes généralement incompatibles. C' un langage de manipulation de listes et d'arbres très efficace ; Prolog, beaucoup plus jeune, se réfère plus directement à la notion de système expert puisqu'il contient son propre mécanisme de résolution et son propre formalisme de représentation des connaissances. Il n' pas possible d'aborder plus en détail ces deux langages dans le cadre de cet article, car leur richesse nécessiterait beaucoup plus qu'un article, sans parler d'autres langages (Smalltalk et les langages orientés objets, etc). En matière d'aide à la conception de sytèmes experts, existe déjà toute une panoplie d'outils de développement nés de la standardisation de moteurs de systèmes experts célèbres (comme Emycin, qui un environnement de construction de système expert tiré du premier système expert performant en médecine) ou de l'évolution de certains langages (par exemple, en France le Lisp de 1TNRIA s' doté d'outils de développement tels que Ceyx ou Lecool et, aux États-Unis, l'interlisp s' adjoint Loops, et Xérox propose depuis plusieurs années des «machines Lisp» qui intègrent plusieurs outils de programmation «intelligente» dans un environnement de Lisp microcode). SYSTÈMES EXPERTS ET GÉNIE CIVIL Le génie civil un des domaines d'application par excellence des systèmes experts dans la mesure où dans la majorité des spécialités qu'il recouvre, les connaissances rent assez pragmatiques et morcelées et que la notion de savoir-faire de l'expert en structures, en mécanique des sols ou en infrastructures des transports y prend tout son sens. Applications existantes Prospector Ce système certainement le plus célèbre des systèmes experts en génie civil : c' l'un des premiers de l'histoire de l'intelligence artificielle et le premier à avoir été rentable (après avoir découvert une importante mine de molybdène). Il s'agit essentiellement d'un système de diagnostic, rassemblant des indices pour tirer des conclusions sur la présence ou non d'un certain nombre de minerais dans le sous-sol. La structure interne de représentation des connaissances fondée sur un réseau sémantique contenant les relations entre les types de roches, les formes géologiques et d'autres concepts du domaine et sur un ensemble de règles de productions qui sont compilées sous forme de graphe. Sacon et Titus Sacon et Titus ont par beaucoup d'aspects une très forte ressemblance. Tous deux ont pour but d'aider les utilisateurs d'un code de calcul de structures (Titus et Marc) dans la mise en forme des données de leur problème. Le système fournit un plan de travail constitué de la séquence optimisée des commandes principales. Ils ont été réalisés à partir de KS 300, outil de développement travaillant avec des règles de production en chaînage arrière '"et possédant un environnement de programmation considérable. (1) Chaînage arrière: en utilisant les règles «à l'envers», le moteur vérifie que des résultats conjecturés se déduisent bien des faits initiaux. 44

5 Cessol Cessol un système dont l'objectif de planifier des campagnes de reconnaissances géotechniques pour la construction de bâtiments. C' un système fonctionnant en chaînage avant <3) à saturation <4>, sur des règles de production dont les faits ont la forme : (prédicat objet attribut valeur) Applications potentielles Les applications potentielles sont considérables. Elles peuvent se regrouper en quatre domaines : interprétation (des observations sur les structures mécaniques, des données d'essais géotechniques, des statistiques dans le domaine des transports, par exemple, etc.), diagnostic (en stabilité des pentes, en bâtiment, etc.), planification (projets de toutes sortes pouvant faire appel entre autres aux systèmes experts), conception (le système expert alors un outil d'aide à la conception : en énergétique du bâtiment, en architecture, etc.). Le champ d'application en génie civil largement ouvert. N'oublions pas non plus que si les systèmes experts ne peuvent se substituer à un programme de calcul classique, ils peuvent, en revanche, en contrôler le déroulement (cf. Développement envisagé). Choix du moteur d'inférences Désirant réaliser un système facilement extensible, notre critère de choix a été, tout au long de sa réalisation, celui de la plus grande généralité. Le formalisme d'écriture celui de la logique prédicative des clauses de Horn, c'-à-dire un formalisme proche de celui de Prolog. 11 consiste à écrire des règles de production à une seule conclusion, mais à l'envers : conclusion <- prémisse 1, prémisse 2, prémisse n avec «conclusion» et «prémisse i» ayant la forme : prédicat (terme 1, terme 2,..., terme m) dans laquelle «prédicat» ne peut prendre que les valeurs «vrai» ou «faux». On comprend alors comment fonctionne le mécanisme de résolution : si l'on veut prouver une conclusion i, il suffit de prouver que chacune des prémisses de la règle contenant cette conclusion vraie. Si au moins l'une d'entre elles fausse, la conclusion ne pourra être prouvée. Pour qu'une clause (nom donné à ce genre de règle) soit toujours vraie, il suffit qu'elle n'ait aucune prémisse : conclusion UN MODÈLE PROBATOIRE : XPENT Choix du sujet L'ENTPE, dès la création de la voie d'approfondissement «Informatique» (en troisième année), a mis en place un enseignement en intelligence artificielle qui à l'origine d'un certain nombre de projets, dont XPENT, qui aborde un domaine dans lequel l'école travaille depuis de nombreuses années. Les études ainsi conduites l'étaient toutefois dans le domaine classique des calculs de type algorithmique (méthode de calcul à la rupture et éléments finis). Connaissant bien l'approche classique du problème de stabilité des pentes, il apparu judicieux d'introduire les nouveaux outils d'intelligence artificielle pour développer ces études. Le sujet bien délimité et les contacts avec d'autres universités permettront de mieux le cerner encore, à travers le savoir-faire d'autres experts. (2) Système développé à l'université de Chambéry sous la direction du professeur Laurent. (3) Chaînage avant : le moteur part des faits établis (données du problème) et aboutit à une conclusion en appliquant les règles «à l'endroit». (4) Chaînage avant à saturation : quand le système déduit exhaustivement tout ce qu'il possible de déduire (dans ce cas, on n'échappe pas à l'explosion combinatoire). Le choix de ce formalisme réside dans le fait qu'il facile de représenter les règles de production (avec plusieurs conclusions), les réseaux sémantiques et les frames par cette approche. Par ailleurs, le système de résolution totalement non déterministe, car si plusieurs manières de prouver une conclusion existent, elles seront toutes explorées. Cela implique que le contrôle du mécanisme de résolution ramené au niveau des clauses ellesmêmes par des règles sur les règles (métarègles). Il était en effet important, pour respecter notre critère de choix, de ne pas imposer un mécanisme de contrôle figé car l'on sait bien, en matière de stabilité des pentes, que les chemins qui mènent à une solution sont nombreux! État du prototype en janvier 1986 Une première ébauche du système opérationnelle. C' un système avec compilation des clauses, utilisant une méthode de propagation des contraintes : compilation : le système crée un réseau dans lequel s'établissent les liens permettant la démonstration de chacune des règles ; propagation des contraintes : pour maintenir la cohérence de ce réseau au fur et à mesure qu'évolue la base de clauses. 45

6 É Le but du système expert de trouver des solutions confortatives après un glissement de terrain, grâce au dialogue entre système expert et utilisateur. A l'heure actuelle, seule la partie «remblais» a été réalisée. Elle représente un volume d'une quarantaine de règles de mécanique des sols, soit une centaine de clauses. Ce prototype de base de connaissances, certainement très incomplet et rapidement réalisé, a déjà permis de ter le système et de laisser supposer un développement prometteur. Voici un exemple du début d'une session de travail avec le système : (mini-base expérimentale développée en 1985). *** BASE DE CONNAISSANCE EXPÉRIMEN TALE EN STABILITÉ DES PENTES *** ** Je traite certains cas simples et vous donne les premiers éléments d'une solution de confortation. ** Traitons votre cas : ** Le problème vient-il d'un remblai? ** Quelle la nature du sol? >, mou ** C'-à-dire cohérent, peu consolidé? ** Quelle la nature du remblai? > frottant ** Est-ce que la rupture observée superficielle? > non ** Est-elle profonde (pied du glissement éloigné du pied du talus)? ** Est-elle à long terme? *** JE PRÉCONISE UNE DIMINUTION DE LA HAUTEUR DU REMBLAI. *** VOUS POUVEZ CONSOLIDER LE SOL (DRAINAGE, COLONNES BALLASTÉES). ** Comment la cohésion varie-t-elle avec la profondeur (diminution, augmentation, rapide/lente...) > augmentation lente Développement envisagé L'intérêt principal, et d'ailleurs la difficulté, de la réalisation d'un système expert réside dans l'écriture de la base de connaissances. Pour comprendre la vraie nature et le pourquoi de la démarche spécifique de l'expert, une idée retenue celle de la confrontation entre les pratiques de différents experts. L'ENTPE se propose de bâtir une partie de la base de données avec des experts canadiens de l'université Laval de Québec, dans le cadre d'une convention liant les deux établissements. Des spécialistes de deux pays, différents de par leur culture scientifique et de par la nature géologique de leurs sols, devraient, espérons-le, trouver les règles communes de leur démarche, qui constitueraient ainsi des outils de référence pour le système expert. D'autres axes de développement sont envisagés, comme l'introduction de variables dans le moteur, ainsi que l'interfaçage des autres programmes de calcul (programmes d'hydraulique en éléments finis, programmes de stabilité tels que Nixes et Trolls) car, comme dans d'autres processus classiques, il faut être capable de quantifier la sécurité à un certain stade du diagnostic qualitatif. Le travail envisagé donc très important et nécessite la collaboration de plusieurs experts de domaines parfois distincts. Réflexions sur la construction de la base de connaissances La réalisation rapide d'un premier prototype de base de connaissances nous a permis de mettre en évidence que : les spécialistes sont toujours déroutés, au premier abord, par la logique formelle, qui demande quelques heures de maniement pour être acquise. La présence de l'informaticien de toute façon nécessaire pour contrôler la formulation de chaque règle ; la recherche de règles a démontré finalement que celles obtenues sont difficilement inversibles lors d'une première écriture. Si l'on établit : A déduit de..., l'écrire sous la forme : A n' pas déduit par..., loin d'être évident. Cet exercice s' avéré très utile, car il permet de bien vérifier la pensée de l'expert, qui finit par se piquer au jeu. Enfin, le travail de réflexion sur l'élaboration de règles met en évidence les démarches parfois peu sûres de l'expert et montre ainsi que ce qui s'enseigne difficilement en matière de mécanique des sols ne s'apprend pas plus facilement par le système informatique. Par contre, quand celui-ci sera capable de retrouver, à la demande, les mécanismes cachés du raisonnement d'expert et de les décomposer à l'écran, il deviendra un excellent outil de formation qui a sa place toute faite dans un établissement tel que l'entpe ; l'établissement des métarègles délicat car leur nécessité n'apparaît que lorsque les solutions sont trop peu précises en général. Il s'agit de découvrir les liens entre les règles et de les traduire en règles! Pour l'expert, la difficulté alors de traduire en langage formel plus son expérience que son savoir : pourquoi dans tel cas n'a-t-il pas tenu compte de tel paramètre? C' le point le plus difficile de la réalisation de la base de connaissances. Il demandera beaucoup de travail commun, mais sera très enrichissant. 46

7 CONCLUSION Peut-être plus en intelligence artificielle que dans d'autres domaines, l'expérience de codage du savoir une initiation nécessaire à l'évaluation du travail et des difficultés qui surgiront. Faire un système expert une œuvre de longue haleine également, car les choix initiaux d'architecture du système déterminent toute l'évolution à venir de celui-ci. Toute modification n' pas sans risque ; malgré la modularité du système. Enfin, l'intelligence artificielle n'interfère pas avec les connaissances théoriques générales : chaque cas d'application conduit à de nouveaux modèles. Il donc important de suivre l'évolution parallèle d'autres projets, tels que celui de 1TNRIA par exemple : SMECI (Système Multi Expert en Conception et Ingénierie). L'Ecole nationale des Travaux publics de l'etat continuera la réalisation de son modèle probatoire XPENT en collaboration avec de nombreux spécialistes pour essayer de donner à la notion de système expert son sens vrai : la collation d'un grand nombre d'expériences. La mécanique des sols s'en trouvera certainement enrichie, mais que de discussions en perspective! RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES AYEL, LAURENT, SOUTIF (1984), un système expert pour définir des campagnes de reconnaissances géotechniques, Congrès reconnaissance des formes et LA., AFCRT- ADI-INRIA, Paris. BENETT, EGELMORE (1979), Sacon : A knowledge based consultant for structural analysis, In IJCAI 6, p BRACHMAN, LEVESQUE (1985), Readings in knowledge representation, Morgan-Kaufmann, California. BUCHANAN, SHORTLIFFE (1984), Rule based expert systems, The mycin experiment of the standford heuristics programming project, Addison-Wesley. CAYEUX (1985), Systèmes experts et génie civil, ENTPE, Vaulx-en-Velin. DUDA, HART, BARETT, GASCHING, KONOLIGE, REBOH, SLOCUM (1978), Development of the prospector consultation system for mineral exploration, Final report, SRI projects 5821 and Artificial intelligence, SRI international, Menlo Park, California. FIESCHI (1984), Intelligence artificielle en médecine, Masson. GOODALL (1985), The guide to expert systems, Learned information, Oxford and New Jersey. HAYES-ROTH, WATERMAN, LENAT (1983), Building expert systems, Reading, Mass : Addison-Wesley. LENAT (nov. 1984), Les logiciels et l'intelligence Pour la science, p artificielle, NILSSON (1980), Principles of artificial intelligence, Tioga publishing company, Palo Alto. WATERMAN, HAYES-ROTH (1978), Pattern directed inference systems, Academic press, New York. WINSTON (1984), Artificial intelligence, 2" edition : Addison- Wesley, Reading. 47

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium dans le cadre du projet JASMINe Avril 2008 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Rappel sur JASMINe.......................................

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Plan La première partie : L intelligence artificielle (IA) Définition de l intelligence artificielle (IA) Domaines

Plus en détail

Intelligence Artificielle. Dorra BEN AYED

Intelligence Artificielle. Dorra BEN AYED Intelligence Artificielle Dorra BEN AYED Chapitre 1 Introduction et Présentation Générale Sommaire Introduction Historique Définitions de l IAl Domaines d applicationd Les approches de l IA cognitive,

Plus en détail

P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S

P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S POUR L ENSEIGNEMENT DE L INFORMATIQUE MPSI première année I. Objectifs de la formation II-1 Développement de compétences et d aptitudes

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

Évaluation et implémentation des langages

Évaluation et implémentation des langages Évaluation et implémentation des langages Les langages de programmation et le processus de programmation Critères de conception et d évaluation des langages de programmation Les fondations de l implémentation

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 8 26/09/2013 16:49 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Licence : Licence Sciences, technologies, santé mention Informatique

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage. 3- Organisation du cours

0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage. 3- Organisation du cours 0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage 3- Organisation du cours Le présent cours constitue une introduction pour situer le langage C++, beaucoup des concepts

Plus en détail

GIND5439 Systèmes Intelligents. Septembre 2004

GIND5439 Systèmes Intelligents. Septembre 2004 GIND5439 Systèmes Intelligents Septembre 2004 Contenu du cours Introduction aux systèmes experts Intelligence artificielle Représentation des connaissances Acquisition de connaissances Systèmes à base

Plus en détail

Le génie logiciel. maintenance de logiciels.

Le génie logiciel. maintenance de logiciels. Le génie logiciel Définition de l IEEE (IEEE 1990): L application d une approche systématique, disciplinée et quantifiable pour le développement, l opération et la maintenance de logiciels. Introduction

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

Programme de la licence informatique, université de Caen http://www.info.unicaen.fr

Programme de la licence informatique, université de Caen http://www.info.unicaen.fr Programme de la licence informatique, université de Caen http://www.info.unicaen.fr Unité Systèmes d'information CM : 45h - TD : 60h - TP : 12h - Coeff 2 Systèmes de Gestion de Bases de Données Modéliser

Plus en détail

P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S

P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S MP deuxième années PREAMBULE Sommaire I. Contexte de la réforme de l informatique en C.P.G.E II. Objectifs de la formation III. Moyens

Plus en détail

LE PROBLEME DU FLOT MAXIMAL

LE PROBLEME DU FLOT MAXIMAL LE PROBLEME DU FLOT MAXIMAL I Exemple d introduction Deux châteaux d'eau alimentent 3 villes à travers un réseau de canalisations au sein duquel se trouvent également des stations de pompage. Les châteaux

Plus en détail

Tri de cartes et ergonomie web

Tri de cartes et ergonomie web Tri de cartes et ergonomie web Sommaire Introduction 1. La méthode du tri de cartes 1.1. Principe et utilité 1.2. Les règles du jeu 1.3. Matériel pour le tri de cartes physique 1.4. Les données recueillies

Plus en détail

PROGRAMMER EN LOGIQUE AU CYCLE MOYEN

PROGRAMMER EN LOGIQUE AU CYCLE MOYEN 57 I) QUELQUES DÉFINITIONS On peut légitimement être surpris lorsque sont associées la logique et son moue spécifique de programmation d'une part, et l'école primaire d'autre part, plus familière de tortue

Plus en détail

Institut Supérieur d Informatique WORKFLOW. Fahem KEBAIR kebairf@gmail.com

Institut Supérieur d Informatique WORKFLOW. Fahem KEBAIR kebairf@gmail.com Institut Supérieur d Informatique WORKFLOW Fahem KEBAIR kebairf@gmail.com INTRODUCTION Les entreprises cherchent de plus en plus des mécanismes aidant à l organisation, l exécution et l optimisation du

Plus en détail

Le service pack 6 (SP6) est le dernier disponible pour visual studio 6. Ce dernier devrait être maintenu par Microsoft jusqu en 2008.

Le service pack 6 (SP6) est le dernier disponible pour visual studio 6. Ce dernier devrait être maintenu par Microsoft jusqu en 2008. 1 CONCEPT DE BASE 1.1 Visual Basic 6 1.1.1 Pour quoi faire? VB est un langage de type RAD : «Rapid Application Development». Il permet de créer des applications rapidement grâce à une conception simple

Plus en détail

Préparé par Alessandro Candeloro, PNUE / PAM

Préparé par Alessandro Candeloro, PNUE / PAM Rapport de la mission d appui technique dans le cadre du projet ENPI-SEIS à l Observatoire National pour l Environnement et le Développement Durable (ONEDD), Alger, 11-13 Novembre 2014 (version préliminaire)

Plus en détail

Manage Yourself. Rapport de planification. Projet de 4ème année informatique. Equipe :

Manage Yourself. Rapport de planification. Projet de 4ème année informatique. Equipe : Manage Yourself Rapport de planification Projet de 4ème année informatique Equipe : Etienne Alibert, Florian Barbedette, Pierre Chesneau, Mathias Deshayes, Sevan Hartunians, Mathieu Poignet. Encadrant

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques ANNEXE BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques L'enseignement des mathématiques dans les sections de techniciens supérieurs Agencement de l'environnement architectural

Plus en détail

Un peu d'organisation. Conception et Programmation par Objets HLIN406. Sommaire. Pourquoi vous parler de conception par objets? Notion de modélisation

Un peu d'organisation. Conception et Programmation par Objets HLIN406. Sommaire. Pourquoi vous parler de conception par objets? Notion de modélisation Un peu d'organisation Conception et Programmation par Objets HLIN406 Marianne Huchard, Clémentine Nebut LIRMM / Université de Montpellier 2 Premières semaines Contrôle des connaissances Supports 2015 Sommaire

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Systèmes d'informations Géographiques - Graphes

Systèmes d'informations Géographiques - Graphes Systèmes d'informations Géographiques - Graphes Institut National des Sciences Appliquées - Rouen Département Architecture des Systèmes d'information michel.mainguenaud@insa-rouen.fr Graphe et Spatialisation!

Plus en détail

Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation

Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation 102-1406 Esther Blondin, Québec, G1Y 3S5 www.sane-solution.com 418-952-3243 Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation Lorsqu'on parle d'évaluation au rendement, voici

Plus en détail

CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES

CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE Introduction page 2 I - Objectifs du COE page 2 II - Description de la prestation page 2 III - Modalités de réalisation

Plus en détail

IUT STID, 1 ère année Découverte de logiciels statistiques Prise en main du logiciel SPAD

IUT STID, 1 ère année Découverte de logiciels statistiques Prise en main du logiciel SPAD Université de Perpignan - IUT de Carcassonne Vivien ROSSI Année 2006/2007 IUT STID, 1 ère année Découverte de logiciels statistiques Prise en main du logiciel SPAD Ce document est tiré du site : http ://www.stat.ucl.ac.be/ispersonnel/lecoutre/stats/spad/

Plus en détail

GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2005-2006

GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2005-2006 GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2005-2006 La grille d évaluation des projets en Entrepreneuriat étudiant est développée pour faciliter l évaluation des projets déposés

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué

PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué Bertrand LE GAL, Serge BOUTER et Clément VUCHENER Filière électronique 2 eme année - Année universitaire 2011-2012 1 Introduction 1.1 Objectif du projet L objectif

Plus en détail

Systèmes experts. MASTER 1 /IUP 3 Informatique. ISTV Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis E. ADAM

Systèmes experts. MASTER 1 /IUP 3 Informatique. ISTV Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis E. ADAM Systèmes experts MASTER 1 /IUP 3 Informatique ISTV Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis E. ADAM Introduction Premiers Systèmes Experts fin 1970 But du SE = reproduire le comportement d'un

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

LA DEMARCHE DE PROJET

LA DEMARCHE DE PROJET LA DEMARCHE DE PROJET Baccalauréat STI2D-SIN SIN 1.1 : La démarche de projet Objectifs o Utiliser les outils adaptés pour planifier un projet (Revue de projet, Cartes mentales, Gantt, chemin critique...

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique Scénario pédagogique APPRENDRE À ENSEIGNER AUTREMENT Description générale du scénario Titre Les bases de données relationnelles Résumé Dans le cadre d'un cours à distance, la visioconférence est une REA

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Règles d affaires. éponse informatique inc. www.reponse.ca. Critères de qualité de toutes spécifications

Règles d affaires. éponse informatique inc. www.reponse.ca. Critères de qualité de toutes spécifications Règles d affaires éponse informatique inc. 1 Critères de qualité de toutes spécifications IEEE830-1998 Recommended Practice for Software Requirements Specifications Une spécification doit être: Correcte,

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Modélisation de la Résolution de Problèmes

Modélisation de la Résolution de Problèmes Modélisation de la Résolution de Problèmes - Rappels : «Suite d opérations par lesquelles on conclut qu une proposition implique la vérité d une autre proposition» ( * ) Historiquement : Nécessité de séparer

Plus en détail

Langage VBA - Présentation du cours

Langage VBA - Présentation du cours Langage VBA - Présentation du cours Intérêt de l'enseignement de VBA : pourquoi VBA? Pré-Requis Buts du cours Première découverte Organisation de l'enseignement 1 Pourquoi enseigner VBA? Non pas le meilleur

Plus en détail

GIND5439 Systèmes Intelligents. Chapitre 2: Systèmes à base de règles

GIND5439 Systèmes Intelligents. Chapitre 2: Systèmes à base de règles GIND5439 Systèmes Intelligents Chapitre 2: Systèmes à base de règles Contenu du chapitre Définition de connaissances Représentation des connaissances Les règles Chaînage avant et arrière Résolution de

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

18 Informatique graphique

18 Informatique graphique Avant-propos En 1988, les Editions Hermès publiaient un ouvrage intitulé La synthèse d'images, qui présentait un état de l'art de ce domaine de l'informatique, vingt cinq ans environ après l'introduction

Plus en détail

9.1 LES CALCULS DE PERFORMANCE

9.1 LES CALCULS DE PERFORMANCE 9. SYSTÈME DE SUIVI ET DE SURVEILLANCE Il est primordial de mettre en place les outils nécessaires pour assurer un suivi rigoureux du Plan conjoint de gestion des matières résiduelles des MRC d'acton et

Plus en détail

LOGICIELS D'AIDE À L'ÉCRITURE DE CONTES APPROCHE DIDACTIQUE

LOGICIELS D'AIDE À L'ÉCRITURE DE CONTES APPROCHE DIDACTIQUE 133 LES : APPROCHE DIDACTIQUE Face aux divers logiciels d'enseignement, on se trouve actuellement face à une difficulté qui s'explique par l'évolution des logiciels. Les premiers didacticiels, mimant en

Plus en détail

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com L essentiel Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base web aucotec.com Les défis La globalisation des structures d ingénierie avec le travail en réseau sur des sites dispersés

Plus en détail

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0 Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité AUDITSec Version 3.0 Mai 2011 Historique du document Version Date Auteur Description 1.0 6 novembre 2010 Éric Clairvoyant http://ca.linkedin.com/pub/ericclairvoyant/7/ba/227

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 éducalgo Manuel d utilisation 26 juin 2011 Table des matières 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 2 Comment écrire un algorithme? 3 2.1 Avec quoi écrit-on? Avec les boutons d écriture........

Plus en détail

PG208, Projet n 2 : Dessin vectoriel

PG208, Projet n 2 : Dessin vectoriel PG208, Projet n 2 : Dessin vectoriel Bertrand LE GAL, Serge BOUTER et Clément VUCHENER Filière électronique 2 eme année - Année universitaire 2011-2012 1 Introduction 1.1 Objectif du projet L objectif

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 2. Pondération 4. Nombre de crédits 4

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 2. Pondération 4. Nombre de crédits 4 Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de Intitulé Code Institut Paul Lambin Bachelier en informatique de gestion Programmation Avancée en Java I2020 Cycle 1 Bloc 2 Quadrimestre 2 Pondération

Plus en détail

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et

Plus en détail

QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS

QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS ESIEE Unité d'informatique IN101 Albin Morelle (et Denis Bureau) QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS 1- ARCHITECTURE ET FONCTIONNEMENT D UN ORDINATEUR Processeur Mémoire centrale Clavier Unité d échange BUS

Plus en détail

Types et langages de programmation. Algorithmique et Programmation Unisciel/K.Zampieri

Types et langages de programmation. Algorithmique et Programmation Unisciel/K.Zampieri Types et langages de programmation Algorithmique et Programmation Unisciel/K.Zampieri 1 Généalogie partielle des langages de programmation FORTRAN BASIC PL/1 PROLOG ALGOL60 COBOL C PASCAL ADA MODULA-2

Plus en détail

Université de Bangui. Modélisons en UML

Université de Bangui. Modélisons en UML Université de Bangui CRM Modélisons en UML Ce cours a été possible grâce à l initiative d Apollinaire MOLAYE qui m a contacté pour vous faire bénéficier de mes connaissances en nouvelles technologies et

Plus en détail

JOUR 1 - MATIN Première approche de l'architecture métier

JOUR 1 - MATIN Première approche de l'architecture métier Version du 0/0/202 JOUR - MATIN Première approche de l'architecture métier Présentation de la formation exceptionnelle Connaître le cadre de la formation Le contexte : la méthode publique Praxeme, l'initiative,

Plus en détail

KLIPS - PROJET INTELLIGENCE ARTIFICIEL

KLIPS - PROJET INTELLIGENCE ARTIFICIEL 19/03/2008 EPSI KLIPS - PROJET INTELLIGENCE ARTIFICIEL Christian Couder, Fabien Joubert, Guy-Ludovic Rodriguez Sommaire I Cahier des Charges 1. Les différentes composantes demandées... 3 a. Caractéristiques

Plus en détail

Diagnostic et décision

Diagnostic et décision Diagnostic et décision Bibliographie J. N. Chatain, DIagnostic par Système Expert, Traité des Nouvelles Technologies, série Diagnostic et Maintenance, édition Hermes 1993. B. Dubuisson, Diagnostic, intelligence

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Licence Gestion des ressources humaines

Licence Gestion des ressources humaines Licence Gestion des ressources humaines Objectif de la formation : La licence en Gestion des Ressources Humaines a pour objectif de former des collaborateurs en gestion des ressources humaines assurant

Plus en détail

Lire des œuvres littéraires

Lire des œuvres littéraires Lire des œuvres littéraires Une culture littéraire se constitue par la fréquentation régulière des œuvres Une culture littéraire Elle s'est constituée comme un univers où les thèmes, les personnages, les

Plus en détail

COBIT (v4.1) INTRODUCTION COBIT

COBIT (v4.1) INTRODUCTION COBIT COBIT (v4.1) Un référentiel de «bonnes pratiques» pour l informatique par René FELL, ABISSA Informatique INTRODUCTION Le Service Informatique (SI) est un maillon important de la création de valeur dans

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

POLITIQUE 2500-625. Politique rédactionnelle non sexiste

POLITIQUE 2500-625. Politique rédactionnelle non sexiste POLITIQUE 2500-625 TITRE : Politique rédactionnelle non sexiste APPROUVÉE PAR : Comité exécutif Résolution : CE-94-15-5 Date : 06.09.1994 Conseil d administration Résolution : CA-94-4-13 Date : 26.09.1994

Plus en détail

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET PROJET : «ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais fixés». Délimité dans le temps avec un début et une fin, mobilisant

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Titre Domaine De l ingénierie des besoins à l ingénierie des exigences

Plus en détail

Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert sous Qlikview.

Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert sous Qlikview. Page 1 Appel à candidature pour une prestation de service en régie de consultant décisionnel expert en développement sous Qlikview à l Observatoire des Sciences et des Techniques (OST) 13 décembre 2013

Plus en détail

EVOLUTIONS EXOGENES. REVER S.A. Belgique Tél : +32 71 20 71 61 http://www.rever.eu

EVOLUTIONS EXOGENES. REVER S.A. Belgique Tél : +32 71 20 71 61 http://www.rever.eu EVOLUTIONS EXOGENES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas être considérés comme un engagement

Plus en détail

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN STS M A T H S S T S Animation académique Taverny lundi 24 mars 2014 et Savigny sur Orge vendredi 28 mars 2014 PREMIERS REPÈRES Les programmes de STS ont été

Plus en détail

Apport des Méthodes formelles pour la certification du Falcon 7X Division DÉFENSE

Apport des Méthodes formelles pour la certification du Falcon 7X Division DÉFENSE Apport des Méthodes formelles pour la certification du Falcon 7X février 04 1 Les analyses Sdf utilisées dans le cadre d une certification aéronautique civile; un processus précis et réglementé Normes

Plus en détail

Plateforme de capture et d analyse de sites Web AspirWeb

Plateforme de capture et d analyse de sites Web AspirWeb Projet Java ESIAL 2A 2009-2010 Plateforme de capture et d analyse de sites Web AspirWeb 1. Contexte Ce projet de deuxième année permet d approfondir par la pratique les méthodes et techniques acquises

Plus en détail

Projet de référencement et de valorisation des développements internes

Projet de référencement et de valorisation des développements internes Projet de référencement et de valorisation des développements internes Réunion du 23 octobre 2007 Ce projet a pour objectif de répondre à un besoin croissant de valorisation de la production scientifique

Plus en détail

Objectifs Généraux. 2 ème degré Technique de qualification Option Electromécanique

Objectifs Généraux. 2 ème degré Technique de qualification Option Electromécanique 2 ème degré Technique de qualification Option Electromécanique Objectifs Généraux Le second degré est souvent celui du choix d un avenir professionnel. La construction et la maturation de ce choix doivent

Plus en détail

Préambule. Sommaire. Ouverture de votre Service Client. Configuration de La Solution Crypto. Activation. Paramètres PagesIMMO

Préambule. Sommaire. Ouverture de votre Service Client. Configuration de La Solution Crypto. Activation. Paramètres PagesIMMO Préambule La Solution Crypto offre en standard la possibilité de publier vos annonces et de les diffuser sur Internet, sur votre site Web ou sur différents serveurs d annonces, comme le décrit en détail

Plus en détail

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi. Module: Organisation 3.3. L informatique dans la structure d une organisation Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.dz Plan Introduction Informatique dans les organisations Rattachement

Plus en détail

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information L'outil solution personnalisable pour sélectionner et évaluer les capacités des commerciaux L'écart d'efficacité entre un commercial "moyen" et un "bon"

Plus en détail

INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES

INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information

Plus en détail

Application industrielle de la Méthode formelle B

Application industrielle de la Méthode formelle B Application industrielle de la Méthode formelle B Guilhem Pouzancre Thierry Servat C novembre l e a r S 2005 y Contact@Clearsy.com EUROPARC de Pichaury Bâtiment C1 1330, av. Guillibert de la Lauzière 13

Plus en détail

Programmation orientée objet et technologies Web

Programmation orientée objet et technologies Web Programmation orientée objet et technologies Web LEA.3N, version 2012 Information : (514) 376-1620, poste 7388 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Quel B2i pour le lycée professionnel?

Quel B2i pour le lycée professionnel? Quel B2i pour le lycée professionnel? Validation de l'item L.36 en classe de CAP François MOUSSAVOU Groupe Lycée Professionnel IREM d'aix-marseille. Ce texte propose une réflexion sur la mise en œuvre

Plus en détail

Angelcare. Étude de cas Consommateurs

Angelcare. Étude de cas Consommateurs Angelcare Étude de cas Consommateurs Angelcare et Mobilogie réinventent le moniteur pour bébé. Profil Angelcare offre aux parents la tranquillité d esprit en fabriquant des produits pour enfants novateurs

Plus en détail

CALENDRIER 2014/2015. Connaissance de l usinage un avantage décisif. Formation à la carte. Productivité et économie

CALENDRIER 2014/2015. Connaissance de l usinage un avantage décisif. Formation à la carte. Productivité et économie CALENDRIER 2014/2015 Connaissance de l usinage un avantage décisif Formation à la carte Productivité et économie Préparons le futur De nouveaux challenges pour cette année! Vous savez probablement mieux

Plus en détail

Description et illustration du processus unifié

Description et illustration du processus unifié USDP Description et illustration du processus unifié Définit un enchaînement d activités Est réalisé par un ensemble de travailleurs Avec des rôles, des métiers Avec pour objectifs de passer des besoins

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

Systèmes d information et bases de données (niveau 1)

Systèmes d information et bases de données (niveau 1) Systèmes d information et bases de données (niveau 1) Cours N 1 Violaine Prince Plan du cours 1. Bibliographie 2. Introduction aux bases de données 3. Les modèles 1. Hiérarchique 2. Réseau 3. Relationnel

Plus en détail

Design Patterns. Pourquoi utiliser des patterns? Pourquoi utiliser des patterns? Les patterns vue de loin. D où viennent les design patterns?

Design Patterns. Pourquoi utiliser des patterns? Pourquoi utiliser des patterns? Les patterns vue de loin. D où viennent les design patterns? Noël NOVELLI ; Université de la Méditerranée ; LIF et Département d Informatique Case 901 ; 163 avenue de Luminy 13 288 MARSEILLE cedex 9 Design Patterns D où viennent les design patterns? D où viennent

Plus en détail

Profil du candidat et connaissances techniques à connaître/maîtriser

Profil du candidat et connaissances techniques à connaître/maîtriser Utilisation d algorithmes de deep learning pour la reconnaissance d iris. jonathan.milgram@morpho.com Dans ce cadre, l'unité de recherche et technologie a pour but de maintenir le leadership Au sein de

Plus en détail