Systèmes experts en génie civil Un modèle probatoire : XPENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Systèmes experts en génie civil Un modèle probatoire : XPENT"

Transcription

1 Systèmes experts en génie civil Un modèle probatoire : XPENT René-Michel FAURE Ingénieur divisionnaire des TPE Chef du département Mécanique et Informatique Ecole nationale des Travaux publics de l'etat (ENTPE) Jean-Pierre RAJOT Ingénieur des TPE Eric CAYEUX Ingénieur des TPE Eric MAZERAN Ingénieur des TPE Ecole nationale des Travaux publics de l'etat RÉSUME L'article présente les travaux préalables qui ont servi a la définition d'un modèle probatoire de système-expert appliqué à la stabilité des pentes. On rappelle tout d'abord les principales idées et le vocabulaire attachés à la notion de système-expert. Une brève description faite des principaux systèmes experts en génie civil. Le développement du système expert XPENT une entreprise de longue haleine, et de nécessaires coopérations se sont développées. Le point d'avancement que présente cet article l'occasion de faire connaître quelques réflexions sur la construction de la base de connaissances, et de montrer que les experts qui traduisent leur savoir se valorisent à travers un tel exercice. MOTS CLÉS : Modèle mathématique - Conception assistée par ordinateur - Génie civil - Logiciel - Stabilité des talus - Intelligence Artificiel -/Intelligence artificielle Système expert - XPENT- LISP - PROLOG. Les systèmes experts, résultats de recherches encore récentes en intelligence artificielle, invissent de plus en plus rapidement le monde scientifique. Alors que les Japonais en ont fait le défi de ces dernières décennies, en lançant l'énorme projet d'ordinateurs de la cinquième génération, ils suscitent partout un intérêt croissant et de très nombreuses réalisations sont déjà opérationnelles aussi bien dans des laboratoires de recherche que dans les entreprises industrielles. Cependant, comme tout phénomène novateur de grande ampleur, à trop en entendre parler on finit par perdre l'essentiel et l'on tombe à son tour dans le travers logomachique. Aussi, pour mieux comprendre ce que constitue un système expert et pour mesurer l'impact des méthodes informatiques qui lui sont associées dans un domaine scientifique, le département Mécanique et Informatique de l'entpe a entrepris la réalisation d'un modèle probatoire de système expert, en appliquant les techniques d'intelligence artificielle, au domaine de la stabilité des pentes. La présentation de ce travail, à la fin de cet article, a pour but d'éclairer l'ingénieur sur les modalités d'un tel mariage informatique/savoir-faire et sur les difficultés qu'il soulève. 41 Bull, liaison Labo P. et Ch janv.-févr Réf. 3096

2 bi QU'EST-CE QU'UN SYSTÈME EXPERT? Un système expert un logiciel (programme informatique) conçu pour simuler le savoir-faire d'un spécialiste dans un domaine précis. Alors que l'informatique traditionnelle se fonde sur un ordinateur qui ne manipule guère que les nombres avec dextérité et qui le fait selon une suite d'ordres bien définis en un déroulement séquentiel fixe, l'intelligence artificielle suppose la mise au point d'un système informatique «raisonneur», capable d'enchaîner des déductions et de construire un raisonnement. De même, l'informatique classique maîtrise parfaitement le traitement de l'information quand celuici aisément formalisable par un algorithme, c'à-dire par une suite déterminée d'instructions indiquant de manière invariable la démarche à suivre pour arriver au résultat espéré. Cependant, quand il s'agit de modéliser le savoir-faire d'un expert, constitué de connaissances pragmatiques, de raisonnements par approximations souvent déclenchés par des événements extérieurs imprévisibles a priori, les programmes traditionnels ne suffisent plus! Il faut donc disposer d'outils informatiques capables de traiter des connaissances incertaines ou incomplètes et dont l'enchaînement n' pas déterminé au départ, mais se fait en formulant des hypothèses et en tenant compte de paramètres qui peuvent apparaître pendant le déroulement même du raisonnement. Un système expert peut donc se concevoir comme une tentative d'avancer dans cette voie. A partir d'un ensemble de connaissances écrites avec un formalisme approprié et selon une structure de mémorisation beaucoup plus souple qu'auparavant, un module dynamique appelé «moteur d'inférences» applique de manière sélective certaines «lois» ou plus couramment des «règles» d'expert en raffinant progressivement le raisonnement par application de plus en plus pertinente des connaissances mises à sa disposition. Une des caractéristiques principales d'un système expert donc qu'il discerne de manière non équivoque la connaissance du raisonnement en base de connaissances et moteur d'inférences, deux parties dont l'indépendance donne au système expert une éventuelle polyvalence, car les mêmes structures de déduction s'appliquent parfois à plusieurs domaines de connaissance. La base de connaissance Elle contient le maximum d'informations sur le domaine d'expertise : celles-ci peuvent être les «règles» de raisonnement, la description des concepts manipulés par le spécialiste ou toute autre donnée exploitable par le système. Le formalisme d'écriture adopté pour constituer une base de connaissances dépend du type de connaissance qu'il souhaitable de stocker, mais avec le souci constant d'être le plus simple possible pour que l'expert, en général non-informaticien, puisse relire et compléter la base. C', comme l'expérience le montre, la partie la plus délicate du travail de conception du système, car c' là que se pose le problème de la variété et de l'hétérogénéité du savoir. Pour franchir un tel obstacle sans perdre trop d'informations, plusieurs types de représentation de la connaissance ont été introduits : les règles de production, les réseaux sémantiques, les frames pu prototypes. Les règles de production Chaque unité élémentaire de connaissance prend la forme d'une règle logique du type : SITUATION - ACTION pour laquelle «action» exécutée si la «situation» du membre gauche correspond, à un instant donné, à l'état du système. Voici, par exemple, ce que cela donne dans un système d'aide à l'utilisation du code de calcul de structures TITUS (Framentec) : Règle 102 (Cette règle s'applique aux structures. Elle essayée afin de déduire l'analyse de modes propres à effectuer.) SI : 1) A : Une analyse des modes propres fait partie des analyses que l'utilisateur désire effectuer, ou B : Un calcul de modes propres doit être effectué, 2) Le nombre de degrés de liberté de la structure supérieur à 300, 3) Le domaine d'étude des modes propres autour de F (fréquence donnée), 4) Le nombre de fréquences propres dans l'intervalle (0, F) supérieur à 30, et 5) Les efforts associés aux modes propres sont calculés, ALORS : Il certain (1,0) que l'analyse des modes propres à effectuer une analyse des modes propres par la méthode de Givens avec réduction de Guyan et calcul des efforts associés. On remarquera qu'un degré de certitude peut être attribué à la conclusion de la règle (ici (1,0) car la déduction certaine), ce qui constitue une tentative de quantification ou de hiérarchisation de la vraisemblance des règles, idée puissante mais difficile à mettre en œuvre efficacement. Les réseaux sémantiques Ce mode de représentation des connaissances naît d'un besoin de classification des concepts en établissant un modèle d'interaction entre eux. 42

3 Exemple provient de réseau sémantique. Roche eruptive 1 Roche volcano-sédimentaire Orthogneiss provient J provient Paragneiss Gneiss I Spilite Roche métamorphique Orthogneiss basique Amphibolite Un réseau sémantique un graphe dont les noeuds représentent des entités, des individus, des relations et dont les arcs orientés sont des instances de relation binaire. Le réseau représente alors l'ensemble des assertions binaires de type : A. -> B. assertion R(A, B). La sémantique d'un nœud du réseau ainsi facilement accessible à travers l'ensemble des objets qui lui sont rattachés et par la nature des liaisons. On retrouvera sur l'exemple suivant les liens causals traduits par des flèches. Le réseau exploré par le système de façon à trouver des faits permettant de faire progresser le raisonnement (dans le cas de Prospector, les faits qui étaient la connaissance géologique du site, ne permettaient pas à l'intuition humaine l'obtention d'un résultat du fait de leur disparité. Le système expert explorant tous les arbres de son réseau a pu rassembler les faits pertinents qui permettaient de déduire l'existence du gisement). Les frames Un «frame» ou prototype une structure de données qui décrit des objets-types (donc typiques : ni communs, ni uniques!). Cette description opposée à l'énumération des caractéristiques strictement partagées par tous les objets d'un groupe permet de ranger les divers éléments de la connaissance de l'expert dans des classes avec la possibilité que des objets se distinguent par certaines propriétés particulières. Un frame a donc une partie fixe commune à une classe et inclut également des données variables caractéristiques (qui sont d'ailleurs parfois procédurales : appel d'un programme, référence à d'autres frames, etc.). Enfin, chaque prototype un tiroir qui contient d'autres prototypes également à tiroirs, d'où la possibilité d'héritage d'informations. Exemple de frame : FRAME VOITURE : (sorte de) moteur puissance fiscale immatriculation propriétaire une marque (domaine : Renault, Peugeot, Citroën, Talbot, Fiat, VW) (défaut : Renault) un moteur un nombre entre 2 et 30 [si besoin : calcul puissance fisc. (moteur)] (si ajout. : vérifier format) une personne [si ajout. : maj. (personne) voiture] Marbre Quartzite Schiste provient une instance du frame pourrait être : VOITURE V01 : marque moteur puissance fiscale immatriculation propriétaire Renault R ABC 75 Duchemin Roche sédimentaire pélitique Ce type de représentation de la connaissance implique généralement des aptitudes particulières du moteur d'inférences, ce qui limite son autonomie et rend l'utilisation des frames assez délicate : ce sont des outils puissants mais très évolués et pratiquement inaccessibles à l'expert, contrairement aux règles de production et aux réseaux sémantiques. Dans certaines applications, sont proposés pour pallier cet inconvénient : un dialogue en langage quasi naturel entre l'expert et la machine pour la constitution de la base de connaissances, un auto-apprentissage du système expert au fur et à mesure du traitement des différents cas qui lui sont proposés. Il existe certainement d'autres manières performantes de représenter les connaissances de l'expert, mais les trois types décrits précédemment permettent de faire un tour d'horizon rapide de ce qui généralement employé et résument assez bien les différentes notions à appréhender pour aborder la réalisation d'une base de connaissances. Examinons maintenant l'emploi qui fait de ces connaissances formalisées et rangées le plus judicieusement possible. Le moteur d'inférences Il s'agit de la partie «programmée» du système. C' un module qui utilise les connaissances de la base dans un but qui lui précisé. Son rôle de faire des inférences : passer d'une proposition vraie à une autre jugée telle en raison de son lien avec la première, ce lien apparaissant dans la règle appliquée, par héritage dans les relations du réseau sémantique, etc. Placé devant les données initiales du cas à traiter, le moteur choisit les connaissances à appliquer pour progresser, cette recherche se faisant de manière non exhaustive, C' ainsi que, contrairement aux 43

4 programmes envisageant combinatoirement tous les cas possibles, celui-ci utilise des processus de décision qui lui permettent d'envisager un cas plutôt qu'un autre ; des règles sur l'emploi des règles ou des techniques de création de contextes, de hiérarchisation des connaissances guident le «raisonnement». Enfin, si l'un des objectifs d'éviter «l'explosion combinatoire», il s'inscrit dans la volonté plus générale d'atteindre le temps de résolution le plus court possible, ce qui semble une priorité en cas de systèmes présentant un haut degré d'interactivité (ou nécessitant une réponse en temps réel). Par rapport à l'algorithmique classique, les avantages peuvent se résumer ainsi : capacité à manipuler des connaissances symboliques, capacité à exploiter un ensemble de connaissances modulaires, celles-ci étant souvent données en vrac et pouvant être modifiées et enrichies sans perturber l'environnement, indépendance du mécanisme de résolution et de la connaissance, qui peut être interchangeable, qualité des interfaces homme/machine : tout système expert qui se respecte capable d'expliquer son raisonnement en en retraçant les étapes à l'utilisateur. L'environnement informatique Pour réaliser des systèmes puissants manipulant des informations symboliques et offrant des interfaces le plus souvent tournées vers le langage naturel, il faut des langages de programmation et des outils de génie logiciel de plus en plus performants. Il faut donc disposer de langages facilitant la manipulation symbolique et cela de manière ultrarapide. Les plus développés sont actuellement Lisp et Prolog : Lisp le plus ancien des langages d'intelligence artificielle (il date de l'époque de la création de Fortran). Si les principes de base de ce langage sont parfaitement définis, il n'en pas de même de ses termes, d'où une prolifération de dialectes généralement incompatibles. C' un langage de manipulation de listes et d'arbres très efficace ; Prolog, beaucoup plus jeune, se réfère plus directement à la notion de système expert puisqu'il contient son propre mécanisme de résolution et son propre formalisme de représentation des connaissances. Il n' pas possible d'aborder plus en détail ces deux langages dans le cadre de cet article, car leur richesse nécessiterait beaucoup plus qu'un article, sans parler d'autres langages (Smalltalk et les langages orientés objets, etc). En matière d'aide à la conception de sytèmes experts, existe déjà toute une panoplie d'outils de développement nés de la standardisation de moteurs de systèmes experts célèbres (comme Emycin, qui un environnement de construction de système expert tiré du premier système expert performant en médecine) ou de l'évolution de certains langages (par exemple, en France le Lisp de 1TNRIA s' doté d'outils de développement tels que Ceyx ou Lecool et, aux États-Unis, l'interlisp s' adjoint Loops, et Xérox propose depuis plusieurs années des «machines Lisp» qui intègrent plusieurs outils de programmation «intelligente» dans un environnement de Lisp microcode). SYSTÈMES EXPERTS ET GÉNIE CIVIL Le génie civil un des domaines d'application par excellence des systèmes experts dans la mesure où dans la majorité des spécialités qu'il recouvre, les connaissances rent assez pragmatiques et morcelées et que la notion de savoir-faire de l'expert en structures, en mécanique des sols ou en infrastructures des transports y prend tout son sens. Applications existantes Prospector Ce système certainement le plus célèbre des systèmes experts en génie civil : c' l'un des premiers de l'histoire de l'intelligence artificielle et le premier à avoir été rentable (après avoir découvert une importante mine de molybdène). Il s'agit essentiellement d'un système de diagnostic, rassemblant des indices pour tirer des conclusions sur la présence ou non d'un certain nombre de minerais dans le sous-sol. La structure interne de représentation des connaissances fondée sur un réseau sémantique contenant les relations entre les types de roches, les formes géologiques et d'autres concepts du domaine et sur un ensemble de règles de productions qui sont compilées sous forme de graphe. Sacon et Titus Sacon et Titus ont par beaucoup d'aspects une très forte ressemblance. Tous deux ont pour but d'aider les utilisateurs d'un code de calcul de structures (Titus et Marc) dans la mise en forme des données de leur problème. Le système fournit un plan de travail constitué de la séquence optimisée des commandes principales. Ils ont été réalisés à partir de KS 300, outil de développement travaillant avec des règles de production en chaînage arrière '"et possédant un environnement de programmation considérable. (1) Chaînage arrière: en utilisant les règles «à l'envers», le moteur vérifie que des résultats conjecturés se déduisent bien des faits initiaux. 44

5 Cessol Cessol un système dont l'objectif de planifier des campagnes de reconnaissances géotechniques pour la construction de bâtiments. C' un système fonctionnant en chaînage avant <3) à saturation <4>, sur des règles de production dont les faits ont la forme : (prédicat objet attribut valeur) Applications potentielles Les applications potentielles sont considérables. Elles peuvent se regrouper en quatre domaines : interprétation (des observations sur les structures mécaniques, des données d'essais géotechniques, des statistiques dans le domaine des transports, par exemple, etc.), diagnostic (en stabilité des pentes, en bâtiment, etc.), planification (projets de toutes sortes pouvant faire appel entre autres aux systèmes experts), conception (le système expert alors un outil d'aide à la conception : en énergétique du bâtiment, en architecture, etc.). Le champ d'application en génie civil largement ouvert. N'oublions pas non plus que si les systèmes experts ne peuvent se substituer à un programme de calcul classique, ils peuvent, en revanche, en contrôler le déroulement (cf. Développement envisagé). Choix du moteur d'inférences Désirant réaliser un système facilement extensible, notre critère de choix a été, tout au long de sa réalisation, celui de la plus grande généralité. Le formalisme d'écriture celui de la logique prédicative des clauses de Horn, c'-à-dire un formalisme proche de celui de Prolog. 11 consiste à écrire des règles de production à une seule conclusion, mais à l'envers : conclusion <- prémisse 1, prémisse 2, prémisse n avec «conclusion» et «prémisse i» ayant la forme : prédicat (terme 1, terme 2,..., terme m) dans laquelle «prédicat» ne peut prendre que les valeurs «vrai» ou «faux». On comprend alors comment fonctionne le mécanisme de résolution : si l'on veut prouver une conclusion i, il suffit de prouver que chacune des prémisses de la règle contenant cette conclusion vraie. Si au moins l'une d'entre elles fausse, la conclusion ne pourra être prouvée. Pour qu'une clause (nom donné à ce genre de règle) soit toujours vraie, il suffit qu'elle n'ait aucune prémisse : conclusion UN MODÈLE PROBATOIRE : XPENT Choix du sujet L'ENTPE, dès la création de la voie d'approfondissement «Informatique» (en troisième année), a mis en place un enseignement en intelligence artificielle qui à l'origine d'un certain nombre de projets, dont XPENT, qui aborde un domaine dans lequel l'école travaille depuis de nombreuses années. Les études ainsi conduites l'étaient toutefois dans le domaine classique des calculs de type algorithmique (méthode de calcul à la rupture et éléments finis). Connaissant bien l'approche classique du problème de stabilité des pentes, il apparu judicieux d'introduire les nouveaux outils d'intelligence artificielle pour développer ces études. Le sujet bien délimité et les contacts avec d'autres universités permettront de mieux le cerner encore, à travers le savoir-faire d'autres experts. (2) Système développé à l'université de Chambéry sous la direction du professeur Laurent. (3) Chaînage avant : le moteur part des faits établis (données du problème) et aboutit à une conclusion en appliquant les règles «à l'endroit». (4) Chaînage avant à saturation : quand le système déduit exhaustivement tout ce qu'il possible de déduire (dans ce cas, on n'échappe pas à l'explosion combinatoire). Le choix de ce formalisme réside dans le fait qu'il facile de représenter les règles de production (avec plusieurs conclusions), les réseaux sémantiques et les frames par cette approche. Par ailleurs, le système de résolution totalement non déterministe, car si plusieurs manières de prouver une conclusion existent, elles seront toutes explorées. Cela implique que le contrôle du mécanisme de résolution ramené au niveau des clauses ellesmêmes par des règles sur les règles (métarègles). Il était en effet important, pour respecter notre critère de choix, de ne pas imposer un mécanisme de contrôle figé car l'on sait bien, en matière de stabilité des pentes, que les chemins qui mènent à une solution sont nombreux! État du prototype en janvier 1986 Une première ébauche du système opérationnelle. C' un système avec compilation des clauses, utilisant une méthode de propagation des contraintes : compilation : le système crée un réseau dans lequel s'établissent les liens permettant la démonstration de chacune des règles ; propagation des contraintes : pour maintenir la cohérence de ce réseau au fur et à mesure qu'évolue la base de clauses. 45

6 É Le but du système expert de trouver des solutions confortatives après un glissement de terrain, grâce au dialogue entre système expert et utilisateur. A l'heure actuelle, seule la partie «remblais» a été réalisée. Elle représente un volume d'une quarantaine de règles de mécanique des sols, soit une centaine de clauses. Ce prototype de base de connaissances, certainement très incomplet et rapidement réalisé, a déjà permis de ter le système et de laisser supposer un développement prometteur. Voici un exemple du début d'une session de travail avec le système : (mini-base expérimentale développée en 1985). *** BASE DE CONNAISSANCE EXPÉRIMEN TALE EN STABILITÉ DES PENTES *** ** Je traite certains cas simples et vous donne les premiers éléments d'une solution de confortation. ** Traitons votre cas : ** Le problème vient-il d'un remblai? ** Quelle la nature du sol? >, mou ** C'-à-dire cohérent, peu consolidé? ** Quelle la nature du remblai? > frottant ** Est-ce que la rupture observée superficielle? > non ** Est-elle profonde (pied du glissement éloigné du pied du talus)? ** Est-elle à long terme? *** JE PRÉCONISE UNE DIMINUTION DE LA HAUTEUR DU REMBLAI. *** VOUS POUVEZ CONSOLIDER LE SOL (DRAINAGE, COLONNES BALLASTÉES). ** Comment la cohésion varie-t-elle avec la profondeur (diminution, augmentation, rapide/lente...) > augmentation lente Développement envisagé L'intérêt principal, et d'ailleurs la difficulté, de la réalisation d'un système expert réside dans l'écriture de la base de connaissances. Pour comprendre la vraie nature et le pourquoi de la démarche spécifique de l'expert, une idée retenue celle de la confrontation entre les pratiques de différents experts. L'ENTPE se propose de bâtir une partie de la base de données avec des experts canadiens de l'université Laval de Québec, dans le cadre d'une convention liant les deux établissements. Des spécialistes de deux pays, différents de par leur culture scientifique et de par la nature géologique de leurs sols, devraient, espérons-le, trouver les règles communes de leur démarche, qui constitueraient ainsi des outils de référence pour le système expert. D'autres axes de développement sont envisagés, comme l'introduction de variables dans le moteur, ainsi que l'interfaçage des autres programmes de calcul (programmes d'hydraulique en éléments finis, programmes de stabilité tels que Nixes et Trolls) car, comme dans d'autres processus classiques, il faut être capable de quantifier la sécurité à un certain stade du diagnostic qualitatif. Le travail envisagé donc très important et nécessite la collaboration de plusieurs experts de domaines parfois distincts. Réflexions sur la construction de la base de connaissances La réalisation rapide d'un premier prototype de base de connaissances nous a permis de mettre en évidence que : les spécialistes sont toujours déroutés, au premier abord, par la logique formelle, qui demande quelques heures de maniement pour être acquise. La présence de l'informaticien de toute façon nécessaire pour contrôler la formulation de chaque règle ; la recherche de règles a démontré finalement que celles obtenues sont difficilement inversibles lors d'une première écriture. Si l'on établit : A déduit de..., l'écrire sous la forme : A n' pas déduit par..., loin d'être évident. Cet exercice s' avéré très utile, car il permet de bien vérifier la pensée de l'expert, qui finit par se piquer au jeu. Enfin, le travail de réflexion sur l'élaboration de règles met en évidence les démarches parfois peu sûres de l'expert et montre ainsi que ce qui s'enseigne difficilement en matière de mécanique des sols ne s'apprend pas plus facilement par le système informatique. Par contre, quand celui-ci sera capable de retrouver, à la demande, les mécanismes cachés du raisonnement d'expert et de les décomposer à l'écran, il deviendra un excellent outil de formation qui a sa place toute faite dans un établissement tel que l'entpe ; l'établissement des métarègles délicat car leur nécessité n'apparaît que lorsque les solutions sont trop peu précises en général. Il s'agit de découvrir les liens entre les règles et de les traduire en règles! Pour l'expert, la difficulté alors de traduire en langage formel plus son expérience que son savoir : pourquoi dans tel cas n'a-t-il pas tenu compte de tel paramètre? C' le point le plus difficile de la réalisation de la base de connaissances. Il demandera beaucoup de travail commun, mais sera très enrichissant. 46

7 CONCLUSION Peut-être plus en intelligence artificielle que dans d'autres domaines, l'expérience de codage du savoir une initiation nécessaire à l'évaluation du travail et des difficultés qui surgiront. Faire un système expert une œuvre de longue haleine également, car les choix initiaux d'architecture du système déterminent toute l'évolution à venir de celui-ci. Toute modification n' pas sans risque ; malgré la modularité du système. Enfin, l'intelligence artificielle n'interfère pas avec les connaissances théoriques générales : chaque cas d'application conduit à de nouveaux modèles. Il donc important de suivre l'évolution parallèle d'autres projets, tels que celui de 1TNRIA par exemple : SMECI (Système Multi Expert en Conception et Ingénierie). L'Ecole nationale des Travaux publics de l'etat continuera la réalisation de son modèle probatoire XPENT en collaboration avec de nombreux spécialistes pour essayer de donner à la notion de système expert son sens vrai : la collation d'un grand nombre d'expériences. La mécanique des sols s'en trouvera certainement enrichie, mais que de discussions en perspective! RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES AYEL, LAURENT, SOUTIF (1984), un système expert pour définir des campagnes de reconnaissances géotechniques, Congrès reconnaissance des formes et LA., AFCRT- ADI-INRIA, Paris. BENETT, EGELMORE (1979), Sacon : A knowledge based consultant for structural analysis, In IJCAI 6, p BRACHMAN, LEVESQUE (1985), Readings in knowledge representation, Morgan-Kaufmann, California. BUCHANAN, SHORTLIFFE (1984), Rule based expert systems, The mycin experiment of the standford heuristics programming project, Addison-Wesley. CAYEUX (1985), Systèmes experts et génie civil, ENTPE, Vaulx-en-Velin. DUDA, HART, BARETT, GASCHING, KONOLIGE, REBOH, SLOCUM (1978), Development of the prospector consultation system for mineral exploration, Final report, SRI projects 5821 and Artificial intelligence, SRI international, Menlo Park, California. FIESCHI (1984), Intelligence artificielle en médecine, Masson. GOODALL (1985), The guide to expert systems, Learned information, Oxford and New Jersey. HAYES-ROTH, WATERMAN, LENAT (1983), Building expert systems, Reading, Mass : Addison-Wesley. LENAT (nov. 1984), Les logiciels et l'intelligence Pour la science, p artificielle, NILSSON (1980), Principles of artificial intelligence, Tioga publishing company, Palo Alto. WATERMAN, HAYES-ROTH (1978), Pattern directed inference systems, Academic press, New York. WINSTON (1984), Artificial intelligence, 2" edition : Addison- Wesley, Reading. 47

PROBLEMES METHODOLOGIQUES POSES PAR UNE DEMARCHE DE TYPE SYSTEME-EXPERT EN GEOGRAPHIE

PROBLEMES METHODOLOGIQUES POSES PAR UNE DEMARCHE DE TYPE SYSTEME-EXPERT EN GEOGRAPHIE PROBLEMES METHODOLOGIQUES POSES PAR UNE DEMARCHE DE TYPE SYSTEME-EXPERT EN GEOGRAPHIE DUBUS Nathalie Institut de Géographie Alpine Université Joseph Fourier 17, rue Maurice Gignoux 38031 Grenoble cedex

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Évaluation et implémentation des langages

Évaluation et implémentation des langages Évaluation et implémentation des langages Les langages de programmation et le processus de programmation Critères de conception et d évaluation des langages de programmation Les fondations de l implémentation

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Plan La première partie : L intelligence artificielle (IA) Définition de l intelligence artificielle (IA) Domaines

Plus en détail

QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS

QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS ESIEE Unité d'informatique IN101 Albin Morelle (et Denis Bureau) QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS 1- ARCHITECTURE ET FONCTIONNEMENT D UN ORDINATEUR Processeur Mémoire centrale Clavier Unité d échange BUS

Plus en détail

Jade. Projet Intelligence Artificielle «Devine à quoi je pense»

Jade. Projet Intelligence Artificielle «Devine à quoi je pense» Jade Projet Intelligence Artificielle «Devine à quoi je pense» Réalisé par Djénéba Djikiné, Alexandre Bernard et Julien Lafont EPSI CSII2-2011 TABLE DES MATIÈRES 1. Analyse du besoin a. Cahier des charges

Plus en détail

M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS

M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS M2 GST SPÉCIALITÉ CARTHAGÉO DESCRIPTIF DÉTAILLÉS DES ENSEIGNEMENTS UE 1 : Tronc commun Carthagéo-Géoprisme Un certain nombre d enseignements de la formation professionnelle Carthagéo est mutualisée avec

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

Analyse et modélisation de tâches

Analyse et modélisation de tâches Analyse et modélisation de tâches 1. Introduction La conception de logiciel interactif (ou conception d'interface homme-machine [IHM], ou conception d'interface) est l'activité qui vise à définir le fonctionnement

Plus en détail

Xpent, système expert en stabilité des pentes

Xpent, système expert en stabilité des pentes Xpent, système expert en stabilité des pentes Xpent, expert System in slope stability R.M.FAURE, Ecole Nationale des Travaux Publics de l'etat, Vaulx en Velin, France S.LEROUEIL, Université Laval, Québec,

Plus en détail

Le génie logiciel. maintenance de logiciels.

Le génie logiciel. maintenance de logiciels. Le génie logiciel Définition de l IEEE (IEEE 1990): L application d une approche systématique, disciplinée et quantifiable pour le développement, l opération et la maintenance de logiciels. Introduction

Plus en détail

Université Laval Faculté des sciences et de génie Département d'informatique et de génie logiciel IFT-3101. Travail pratique #2

Université Laval Faculté des sciences et de génie Département d'informatique et de génie logiciel IFT-3101. Travail pratique #2 Université Laval Faculté des sciences et de génie Département d'informatique et de génie logiciel IFT-3101 Danny Dubé Hiver 2014 Version : 11 avril Questions Travail pratique #2 Traduction orientée-syntaxe

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

Annexe : La Programmation Informatique

Annexe : La Programmation Informatique GLOSSAIRE Table des matières La Programmation...2 Les langages de programmation...2 Java...2 La programmation orientée objet...2 Classe et Objet...3 API et Bibliothèque Logicielle...3 Environnement de

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité PLANS F de O RMATION Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité O R G A N I S A T I O N ACTEURS CONCERNÉS Les concepteurs de systèmes doivent détecter, analyser les besoins des utilisateurs,

Plus en détail

Modélisation et conception d'un. environnement de suivi pédagogique synchrone. d'activités d'apprentissage à distance

Modélisation et conception d'un. environnement de suivi pédagogique synchrone. d'activités d'apprentissage à distance Modélisation et conception d'un environnement de suivi pédagogique synchrone d'activités d'apprentissage à distance Christophe DESPRÉS Laboratoire d Informatique de l'université du Maine Plan de la présentation

Plus en détail

Génie logiciel. Concepts fondamentaux. Bruno MERMET, Université du Havre 1

Génie logiciel. Concepts fondamentaux. Bruno MERMET, Université du Havre 1 Génie logiciel Concepts fondamentaux Bruno MERMET, Université du Havre 1 Nécessité du Génie Logiciel Bruno MERMET, Université du Havre 2 Développement d un logiciel Caractéristiques souhaitées : Adéquation

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE CETTE RECHERCHE A ETE FINANCEE PAR Le Ministère des Affaires Sociales et de l'emploi, Direction Générale de la Santé,Sous- Direction

Plus en détail

LES INTERFACES HOMME-MACHINE

LES INTERFACES HOMME-MACHINE LES INTERFACES HOMME-MACHINE 1 ère Partie : Introduction aux Interfaces Homme-Machine 2 ème Partie : Notions de base sur les Sciences Cognitives 3 ème Partie : Recommandations ergonomiques 4 ème Partie

Plus en détail

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Guides Pratiques Objecteering Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

Intelligence artificielle appliquée à l automatique

Intelligence artificielle appliquée à l automatique Intelligence artificielle appliquée à l automatique par Sylviane GENTIL Professeur à l École nationale supérieure d ingénieurs électriciens Institut national polytechnique de Grenoble 1. Définitions et

Plus en détail

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul 12_07_2011 Table des matières Table des matières 3 I - 1. Point méthodologique 7 A. 1.1. Définitions...7 B. 1.2. Plan d'analyse type...8 C. 1.3. Synthèse...13

Plus en détail

BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION

BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION Informatique de gestion BACHELOR OF SCIENCE HES-SO BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION Plans d études et descriptifs des modules Filière à plein temps et à temps partiel Table des matières

Plus en détail

Identifier les entités présentes

Identifier les entités présentes Merise Analyser un Système d Information déroute parfois le non-initié, car traduire un environnement de travail en symboles cabalistiques n est pas très habituel pour qui ne connaît pas. Pourtant, avec

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

Proposition de sujet de thèse CIFRE EUROCOPTER / LGI2P

Proposition de sujet de thèse CIFRE EUROCOPTER / LGI2P EUROCOPTER SAS Groupe EADS Marignane Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Proposition de sujet de thèse CIFRE EUROCOPTER / LGI2P Titre Domaine

Plus en détail

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Quels sont les éléments principaux dont il faut tenir compte pour la rédaction d'un cahier des charges dans le cadre d'un projet lié aux TIC (technologies de

Plus en détail

IODAA. de l 1nf0rmation à la Décision par l Analyse et l Apprentissage / 21

IODAA. de l 1nf0rmation à la Décision par l Analyse et l Apprentissage / 21 IODAA de l 1nf0rmation à la Décision par l Analyse et l Apprentissage IODAA Informations générales 2 Un monde nouveau Des données numériques partout en croissance prodigieuse Comment en extraire des connaissances

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 éducalgo Manuel d utilisation 26 juin 2011 Table des matières 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 2 Comment écrire un algorithme? 3 2.1 Avec quoi écrit-on? Avec les boutons d écriture........

Plus en détail

FICHE UE Licence/Master Sciences, Technologies, Santé Mention Informatique

FICHE UE Licence/Master Sciences, Technologies, Santé Mention Informatique NOM DE L'UE : Algorithmique et programmation C++ LICENCE INFORMATIQUE Non Alt Alt S1 S2 S3 S4 S5 S6 Parcours : IL (Ingénierie Logicielle) SRI (Systèmes et Réseaux Informatiques) MASTER INFORMATIQUE Non

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

1.2 Unité responsable Département d informatique, Faculté des sciences

1.2 Unité responsable Département d informatique, Faculté des sciences 1. Identification du programme 1.1 Titre du programme Maîtrise ès sciences (informatique) 1.2 Unité responsable Département d informatique, Faculté des sciences 1.3 Diplôme accordé M. Sc. (Informatique)

Plus en détail

Rapport d'analyse des besoins

Rapport d'analyse des besoins Projet ANR 2011 - BR4CP (Business Recommendation for Configurable products) Rapport d'analyse des besoins Janvier 2013 Rapport IRIT/RR--2013-17 FR Redacteur : 0. Lhomme Introduction...4 La configuration

Plus en détail

Principes de fonctionnement des moteurs d inférences. Le Moteur d Inférences (MI)

Principes de fonctionnement des moteurs d inférences. Le Moteur d Inférences (MI) Principes de fonctionnement des moteurs d inférences 1 Le Moteur d Inférences (MI) BCD Si A et B -> D Si A et non D -> non C BCP Moteur d Inférences A vrai C faux B? D? Le MI décide, en fonction de la

Plus en détail

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN STS M A T H S S T S Animation académique Taverny lundi 24 mars 2014 et Savigny sur Orge vendredi 28 mars 2014 PREMIERS REPÈRES Les programmes de STS ont été

Plus en détail

1. Considérations sur le développement rapide d'application et les méthodes agiles

1. Considérations sur le développement rapide d'application et les méthodes agiles Chapitre 1 Introduction 1. Considérations sur le développement rapide d'application et les méthodes agiles 1.1 Rappel Longtemps les méthodes en cascade ou en V ont été opposées aux démarches empiriques

Plus en détail

Cybernet : Utilisation de métaphores et des techniques de réalité virtuelle pour la représentation de données. Application à la gestion de réseau.

Cybernet : Utilisation de métaphores et des techniques de réalité virtuelle pour la représentation de données. Application à la gestion de réseau. Cybernet : Utilisation de métaphores et des techniques de réalité virtuelle pour la représentation de données. Application à la gestion de réseau. P. Abel*, P. Gros*, D. Loisel* & J.P. Paris** Institut

Plus en détail

Modélisation Principe Autre principe

Modélisation Principe Autre principe Modélisation Principe : un modèle est une abstraction permettant de mieux comprendre un objet complexe (bâtiment, économie, atmosphère, cellule, logiciel, ). Autre principe : un petit dessin vaut mieux

Plus en détail

MASTER 2 IMAFA. Informatique et Mathématiques Appliquées à la Finance et à l'assurance

MASTER 2 IMAFA. Informatique et Mathématiques Appliquées à la Finance et à l'assurance OBJECTIFS Ce Master prend le relais du DESS IMAFA créé en 1997 à l'essi. Il se fixe pour objectif de former des informaticiens de haut niveau maîtrisant parfaitement les concepts et outils mathématiques

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables Après l'étude des différents types d'erreurs en comptabilité (Section 1) nous étudierons la cause des erreurs (Section 2) et les techniques

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

Chapitre 1. L algorithme génétique

Chapitre 1. L algorithme génétique Chapitre 1 L algorithme génétique L algorithme génétique (AG) est un algorithme de recherche basé sur les mécanismes de la sélection naturelle et de la génétique. Il combine une stratégie de survie des

Plus en détail

Systèmes d information et bases de données (niveau 1)

Systèmes d information et bases de données (niveau 1) Systèmes d information et bases de données (niveau 1) Cours N 1 Violaine Prince Plan du cours 1. Bibliographie 2. Introduction aux bases de données 3. Les modèles 1. Hiérarchique 2. Réseau 3. Relationnel

Plus en détail

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel 2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel Bernard ESPINASSE Professeur à l'université d'aix-marseille Plan Les Activités du GL Analyse des besoins Spécification globale Conceptions architecturale

Plus en détail

UEO11 Cours/TDn 2 Algorithmique : bases - 2007-2008. 3- Algorithmique...1 3.1 Définition : algorithmique...1. Critère algorithmique élémentaire

UEO11 Cours/TDn 2 Algorithmique : bases - 2007-2008. 3- Algorithmique...1 3.1 Définition : algorithmique...1. Critère algorithmique élémentaire UEO11 Cours/TDn 2 Algorithmique : bases - 2007-2008 Table des matières 3- Algorithmique...1 3.1 Définition : algorithmique...1 Critère algorithmique élémentaire...1 3.2 De l algorithme au programme...2

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

PLAN DE COURS. Session 1: Présentation de l'étude de cas Microsoft Dynamics Sure Step

PLAN DE COURS. Session 1: Présentation de l'étude de cas Microsoft Dynamics Sure Step GERER un projet pour implémenter Dynamics CRM avec Sure Step Ref : 80278 Durée : 2 jours A propos de ce cours : Ce cours de 2 jours est un atelier de formation avancée centré sur les fonctionnalités de

Plus en détail

CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur?

CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur? V3 4 juin 2015 CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur? Préambule : une première version de cet article a servi pour amorcer la réflexion collective engagée le 22 mai dernier. Cette troisième

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

Gestion de Projet. Génie Logiciel. Renaud Marlet. LaBRI / INRIA. http://www.labri.fr/~marlet. (d'après A.-M. Hugues) màj 19/04/2007

Gestion de Projet. Génie Logiciel. Renaud Marlet. LaBRI / INRIA. http://www.labri.fr/~marlet. (d'après A.-M. Hugues) màj 19/04/2007 1 Génie Logiciel (d'après A.-M. Hugues) Gestion de Projet Renaud Marlet LaBRI / INRIA http://www.labri.fr/~marlet màj 19/0/007 Est-ce bien nécessaire? Principes de gestion = beaucoup d'évidences Pourtant

Plus en détail

Types et langages de programmation. Algorithmique et Programmation Unisciel/K.Zampieri

Types et langages de programmation. Algorithmique et Programmation Unisciel/K.Zampieri Types et langages de programmation Algorithmique et Programmation Unisciel/K.Zampieri 1 Généalogie partielle des langages de programmation FORTRAN BASIC PL/1 PROLOG ALGOL60 COBOL C PASCAL ADA MODULA-2

Plus en détail

M1805 - Études et développement informatique

M1805 - Études et développement informatique Appellations (Métiers courants) Analyste décisionnel - Business Intelligence Analyste organique informatique Analyste-programmeur / Analyste-programmeuse informatique Chef de projet étude et développement

Plus en détail

RAPPORT D'EXPERTISE : SYNERGIE GLOBALE DU PROJET POUR LA FRANCE

RAPPORT D'EXPERTISE : SYNERGIE GLOBALE DU PROJET POUR LA FRANCE RAPPORT D'EXPERTISE : SYNERGIE GLOBALE DU PROJET POUR LA FRANCE par Olivier Mauco, docteur en science politique, consultant et game designer de serious games 1 Sommaire 1. Analyse de chaque items / working

Plus en détail

Les mesures à l'inclinomètre

Les mesures à l'inclinomètre NOTES TECHNIQUES Les mesures à l'inclinomètre Gérard BIGOT Secrétaire de la commission de Normalisation sols : reconnaissance et essais (CNSRE) Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de l'est parisien

Plus en détail

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL Au niveau du second degré, l'économie et gestion recouvre un ensemble de champs disciplinaires relevant de l'économie, du droit, des sciences de

Plus en détail

Utilisation de l ingénierie des modèles pour la conception collaborative de produits mécaniques

Utilisation de l ingénierie des modèles pour la conception collaborative de produits mécaniques Utilisation de l ingénierie des modèles pour la conception collaborative de produits mécaniques Mathias Kleiner Laboratoire des Sciences de l Information et des Systèmes (LSIS) - UMR CNRS 7296 Projet Ingenierie

Plus en détail

L apprentissage automatique

L apprentissage automatique L apprentissage automatique L apprentissage automatique L'apprentissage automatique fait référence au développement, à l analyse et à l implémentation de méthodes qui permettent à une machine d évoluer

Plus en détail

Ebauche Rapport finale

Ebauche Rapport finale Ebauche Rapport finale Sommaire : 1 - Introduction au C.D.N. 2 - Définition de la problématique 3 - Etat de l'art : Présentatio de 3 Topologies streaming p2p 1) INTRODUCTION au C.D.N. La croissance rapide

Plus en détail

Service de réplication des données HP pour la gamme de disques Continuous Access P9000 XP

Service de réplication des données HP pour la gamme de disques Continuous Access P9000 XP Service de réplication des données HP pour la gamme de disques Continuous Access P9000 XP Services HP Care Pack Données techniques Le service de réplication des données HP pour Continuous Access offre

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

Institut Supérieur d Informatique WORKFLOW. Fahem KEBAIR kebairf@gmail.com

Institut Supérieur d Informatique WORKFLOW. Fahem KEBAIR kebairf@gmail.com Institut Supérieur d Informatique WORKFLOW Fahem KEBAIR kebairf@gmail.com INTRODUCTION Les entreprises cherchent de plus en plus des mécanismes aidant à l organisation, l exécution et l optimisation du

Plus en détail

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346 La proposition de la Commission pour la révision du Règlement "faillite": une deuxième chance pour les entreprises en difficulté Durant le mois de mars 2012, une consultation publique a été lancée, sollicitant

Plus en détail

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING)

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) Finalité de la démarche Optimiser les performances futures de profit du produit sur l ensemble de son cycle de vie. Prérequis Connaissance élémentaire de la problématique

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES 51 Epreuve EP1 : ANALYSE ET COMMUNICATION TECHNOLOGIQUES UP1 Coefficient 4 Finalité et objectifs de l épreuve L épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à mobiliser

Plus en détail

Utilisation des tableaux sémantiques dans les logiques de description

Utilisation des tableaux sémantiques dans les logiques de description Utilisation des tableaux sémantiques dans les logiques de description IFT6281 Web Sémantique Jacques Bergeron Département d informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal bergerja@iro.umontreal.ca

Plus en détail

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE BUSINESS INTELLIGENCE : GOALS AND RESULTS OF A PILOT EXPERIMENT INVOLVING SEVEN SMEs FROM BOURGOGNE Ludovic DENOYELLE,

Plus en détail

OASIS www.oasis-open.org/committees/xacml/docs/docs.shtml Date de publication

OASIS www.oasis-open.org/committees/xacml/docs/docs.shtml Date de publication Statut du Committee Working Draft document Titre XACML Language Proposal, version 0.8 (XACML : XML Access Control Markup Language) Langage de balisage du contrôle d'accès Mot clé Attestation et sécurité

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.)

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) 2002 Pourquoi la planification de la retraite est-elle importante? Peu importe vos projets pour la

Plus en détail

COMMUNICATEUR BLISS COMMANDE PAR UN SENSEUR DE POSITION DE L'OEIL

COMMUNICATEUR BLISS COMMANDE PAR UN SENSEUR DE POSITION DE L'OEIL COMMUNICATEUR BLISS COMMANDE PAR UN SENSEUR DE POSITION DE L'OEIL J. TICHON(1) (2), J.-M. TOULOTTE(1), G. TREHOU (1), H. DE ROP (2) 1. INTRODUCTION Notre objectif est de réaliser des systèmes de communication

Plus en détail

Université du Québec à Chicoutimi. Département d informatique et de mathématique. Plan de cours. Titre : Élément de programmation.

Université du Québec à Chicoutimi. Département d informatique et de mathématique. Plan de cours. Titre : Élément de programmation. Université du Québec à Chicoutimi Département d informatique et de mathématique Plan de cours Titre : Élément de programmation Sigle : 8inf 119 Session : Automne 2001 Professeur : Patrice Guérin Local

Plus en détail

Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC

Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Les emplois repères de cette enquête sont disponibles selon les trois blocs suivants

Plus en détail

1 / 9. Méthodes de développement. Introduction

1 / 9. Méthodes de développement. Introduction 1 / 9 Méthodes de développement Introduction 1 - Objectifs... 2 2 - Risques d'un projet logiciel... 2 3 - Préparation et conduite de projet... 3 4 - Caractères particuliers du logiciel et conséquences...

Plus en détail

Méthodes de développement. Analyse des exigences (spécification)

Méthodes de développement. Analyse des exigences (spécification) 1 / 16 Méthodes de développement Analyse des exigences (spécification) 1 -Objectifs de l'analyse des exigences... 2 2 - Approfondissement et formalisation du besoin... 2 2.1 Séparation des besoins, contraintes

Plus en détail

Introduction à NetCDF

Introduction à NetCDF Introduction à NetCDF École normale supérieure L3 géosciences 2014/2015 Lionel GUEZ guez@lmd.ens.fr Laboratoire de météorologie dynamique Explications préliminaires Deux distinctions générales sur les

Plus en détail

Proposition d activité utilisant l application. Tripatouille. (http://www.malgouyres.fr/tripatouille/)

Proposition d activité utilisant l application. Tripatouille. (http://www.malgouyres.fr/tripatouille/) IREM Clermont-Ferrand Algorithmique au lycée Malika More malika.more@u-clermont1.fr 28 janvier 2011 Proposition d activité utilisant l application Tripatouille (http://www.malgouyres.fr/tripatouille/)

Plus en détail

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm Notez que vous trouverez les fiches citées à chaque étape sur le site (Normalement, les liens ont été conservés et fonctionnent) Reste

Plus en détail

Cours de Master Recherche

Cours de Master Recherche Cours de Master Recherche Spécialité CODE : Résolution de problèmes combinatoires Christine Solnon LIRIS, UMR 5205 CNRS / Université Lyon 1 2007 Rappel du plan du cours 16 heures de cours 1 - Introduction

Plus en détail

Les principes de la sécurité

Les principes de la sécurité Les principes de la sécurité Critères fondamentaux Master 2 Professionnel Informatique 1 Introduction La sécurité informatique est un domaine vaste qui peut appréhender dans plusieurs domaines Les systèmes

Plus en détail

A-t-on le temps de faire les choses?

A-t-on le temps de faire les choses? A-t-on le temps de faire les choses? A-t-on le temps de faire les choses? Un parcours de 25 ans dans le domaine des Systèmes d'information de 6 grandes entreprises Consultante depuis 19 ans Mission / contrats

Plus en détail

PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué

PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué Bertrand LE GAL, Serge BOUTER et Clément VUCHENER Filière électronique 2 eme année - Année universitaire 2011-2012 1 Introduction 1.1 Objectif du projet L objectif

Plus en détail

Copyrigth Fasoft 2001-2003

Copyrigth Fasoft 2001-2003 Roger ROSEC Copyrigth Fasoft 2001-2003 CHAPITRE 1 - VBA ET SON ENVIRONNEMENT 5 VBA et son environnement Dans ce chapitre 1.1 - Programmer AutoCAD 1.1.1 Le VBA 1.1.2 - Comparaison VBA et Visual Basic 1.1.3

Plus en détail

MODELISATION UN ATELIER DE MODELISATION «RATIONAL ROSE»

MODELISATION UN ATELIER DE MODELISATION «RATIONAL ROSE» MODELISATION UN ATELIER DE MODELISATION «RATIONAL ROSE» Du cours Modélisation Semi -Formelle de Système d Information Du Professeur Jean-Pierre GIRAUDIN Décembre. 2002 1 Table de matière Partie 1...2 1.1

Plus en détail

Qu'est-ce que le BPM?

Qu'est-ce que le BPM? Qu'est-ce que le BPM? Le BPM (Business Process Management) n'est pas seulement une technologie mais, dans les grandes lignes, une discipline de gestion d'entreprise qui s'occupe des procédures contribuant

Plus en détail

Processus Gestion de Projet

Processus Gestion de Projet Processus Gestion de Projet 1 / 11 Contenu 1 Introduction... 3 2 Le cycle de vie du projet... 4 2.1 Présentation... 4 2.2 Cycle de vie d un projet... 5 2.3 Les livrables... 5 3 Les étapes du management

Plus en détail

Chapitre I : le langage UML et le processus unifié

Chapitre I : le langage UML et le processus unifié I. Introduction Les méthodes d analyse orientées objet sont initialement issues des milieux industriels. La préoccupation dominante de leurs auteurs est le génie logiciel, c est-àdire les principes et

Plus en détail

Architecture Logicielle

Architecture Logicielle Architecture Logicielle Chapitre 3: UML pour la description et la documentation d une architecture logicielle Année universitaire 2013/2014 Semestre 1 Rappel L architecture d un programme ou d un système

Plus en détail

GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET

GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET 1 Tianxiao LIU Licence Professionnelle Réseaux & Sécurité Université de Cergy-Pontoise http://depinfo.u-cergy.fr/~tliu/lpg.php PLAN Objectif et

Plus en détail

Titre. Mots clés Source. Date de publication Février 2001 Nombre de pages 39 Langue Liens avec autres normes

Titre. Mots clés Source. Date de publication Février 2001 Nombre de pages 39 Langue Liens avec autres normes Statut du document Titre Mots clés Source Date de publication Février 2001 Nombre de pages 39 Langue Liens avec autres normes Situation courante Final Draft electronic business XML (ebxml) Technical Architecture

Plus en détail

Les ordinateurs dispositifs électroniques fonctionnant sur la principe de création, transmission et conversion d impulses électriques

Les ordinateurs dispositifs électroniques fonctionnant sur la principe de création, transmission et conversion d impulses électriques Les ordinateurs dispositifs électroniques fonctionnant sur la principe de création, transmission et conversion d impulses électriques Les informations traitées par l ordinateur (nombres, instructions,

Plus en détail

M1805 - Études et développement informatique

M1805 - Études et développement informatique Appellations Analyste cogniticien / cogniticienne informatique Analyste concepteur / conceptrice informatique Concepteur / Conceptrice analyste informatique Concepteur / Conceptrice d'application informatique

Plus en détail