Développement rural Document d orientation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Développement rural 2007-2013. Document d orientation"

Transcription

1 Développement rural MANUEL RELATIF AU CADRE COMMUN DE SUIVI ET D EVALUATION Document d orientation Septembre 2006 Direction générale de l agriculture et du développement rural

2 TABLE DES MATIÈRES 1. UNE APPROCHE PLUS STRATEGIQUE DU DEVELOPPEMENT RURAL UNE APPROCHE COMMUNE DU SUIVI ET DE L EVALUATION LA HIERARCHIE DES OBJECTIFS ET DES INDICATEURS...6 LA HIERARCHIE DES OBJECTIFS...6 LES INDICATEURS COMMUNS...7 LES INDICATEURS SUPPLEMENTAIRES EXIGENCES DE SUIVI AU COURS DE LA NOUVELLE PERIODE EXIGENCES D EVALUATION POUR LA NOUVELLE PERIODE EXIGENCES DE RAPPORT...10 SUIVI...10 ÉVALUATION...11 SUIVI STRATEGIQUE...11 EXIGENCES DE RAPPORT CONFORMEMENT AUX DIFFERENTS TYPES D INDICATEURS QUANTIFICATION ET FIXATION D OBJECTIFS RESPONSABILITES POUR LA COMMUNICATION DE DONNEES SOUTIEN POUR LE DEVELOPPEMENT DES ACTIVITES DE SUIVI ET D EVALUATION ET METHODOLOGIE

3 ANNEXES ANNEXE 1 ORIENTATION GÉNÉRALE A. CHOIX ET UTILISATION D INDICATEURS B. LIGNES DIRECTRICES D EVALUATION C. LIGNES DIRECTRICES POUR L EVALUATION EX ANTE, Y COMPRIS L EES ANNEXE 2 ORIENTATION CONCERNANT LA PROGRAMMATION ET LES MESURES D. HIERARCHIE D OBJECTIFS E. FICHES DE MESURE ANNEXE 3 ORIENTATION CONCERNANT LES INDICATEURS F. LISTE DES INDICATEURS COMMUNS G. FICHES D INDICATEUR RELATIF A LA SITUATION DE DEPART H. FICHES D INDICATEUR DE REALISATION I. FICHES D INDICATEUR DE RESULTAT J. FICHES D INDICATEURS D IMPACT K. EXEMPLES D INDICATEURS SUPPLEMENTAIRES ANNEXE 4 ORIENTATIONS DIVERSES L. QUESTIONS FREQUEMMENT POSEES M. RESEAU D EVALUATION N. GLOSSAIRE O. LECTURE UTILE 3

4 Suivi et évaluation UNE APPROCHE PLUS STRATEGIQUE DU DEVELOPPEMENT RURAL Règlement (CE) nº 1698/2005 du Conseil du 20 septembre 2005 Considérants 11, 8 et 9 Pour assurer le développement durable des zones rurales, il y a lieu de viser au niveau communautaire un nombre limité d'objectifs fondamentaux relatifs à la compétitivité de l'activité agricole et forestière, à la gestion des terres et de l'environnement ainsi qu'à la qualité de la vie et à la diversification des activités dans ces zones, tout en tenant compte de la diversité des situations que connaissent les régions concernées, qu'il s'agisse de régions rurales isolées, confrontées à des problèmes de dépeuplement et de déclin, ou de zones rurales périurbaines sur lesquelles les centres urbains exercent une pression croissante. (11) Afin de renforcer le contenu stratégique de la politique de développement rural conformément aux priorités de la Communauté et de favoriser ainsi sa transparence, le Conseil devrait arrêter des orientations stratégiques sur proposition de la Commission. (8) Sur la base des orientations stratégiques, il convient que chaque État membre élabore son plan stratégique national de développement rural, qui servira de cadre de référence pour l'établissement des programmes de développement rural. Le suivi des stratégies nationale et communautaire devrait faire l'objet de rapports établis par les États membres et la Commission. (9) Le nouveau règlement concernant le soutien au développement rural met en place une approche nettement plus simple et plus stratégique (à savoir une approche objective plutôt qu une approche conduite par des mesures) du développement rural en définissant trois objectifs principaux et en réorganisant les sous-objectifs et les objectifs de mesure. Les principaux changements peuvent se résumer comme suit : (1) une simplification radicale de la mise en œuvre politique par l introduction d un système de financement unique et la modification du cadre de programmation, de gestion financière et de contrôle pour les programmes de développement rural ; (2) la définition de trois objectifs principaux pour les mesures de développement rural (article 4): l'amélioration de la compétitivité de l agriculture et de la sylviculture par un soutien à la restructuration, au développement et à l innovation ; l'amélioration de l environnement et de l espace rural par un soutien à la gestion des terres ; l'amélioration de la qualité de la vie en milieu rural et promotion de la diversification des activités économiques. Un axe thématique autour duquel les programmes de développement rural doivent être construits correspond à chaque objectif principal, tandis qu un quatrième axe horizontal et méthodologique est consacré à l intégration de l approche LEADER. (3) l adoption d orientations stratégiques pour le développement rural qui identifient les priorités européennes de développement rural pour : 4

5 contribuer à un secteur agroalimentaire européen puissant et dynamique en se concentrant sur les priorités du transfert de connaissances, de la modernisation, de l innovation et de la qualité dans la chaîne alimentaire et les secteurs prioritaires d investissement dans le capital physique et humain ; contribuer aux domaines prioritaires de la biodiversité, ainsi qu à la préservation et au développement des systèmes agricoles et sylvicoles à haute valeur naturelle et des paysages agricoles traditionnels, de l eau et du changement climatique ; contribuer à la priorité d'ensemble de la création de possibilités d emploi et de conditions de croissance ; contribuer à la priorité horizontale de l amélioration de la gouvernance et de la mobilisation du potentiel de développement endogène des zones rurales. Les États membres devraient développer leurs stratégies de développement rural à la lumière de ces objectifs et des priorités européennes et choisir, sur la base de l analyse de leur propre situation, les mesures qui conviennent le mieux à la mise en œuvre de chaque stratégie spécifique. Les programmes de développement rural convertiront ensuite la stratégie en actions par la mise en œuvre des mesures prévues dans les quatre axes opérationnels (articles 20, 36, 52 et 63 du règlement nº 1698/2005 du Conseil). 2. UNE APPROCHE COMMUNE DU SUIVI ET DE L EVALUATION Article 80 Cadre commun de suivi et d'évaluation Le cadre commun de suivi et d'évaluation est élaboré par la Commission et les États membres et est adopté selon la procédure visée à l'article 90, paragraphe 2. Ce cadre définit un nombre limité d'indicateurs communs applicables à chaque programme. L approche du suivi et de l évaluation pour la période repose sur les dispositions en vigueur au cours des dernières périodes, mais elle sera mise en œuvre d une manière plus systématique et de façon adaptée à un nombre de nouvelles exigences dans le règlement relatif au soutien du développement rural. La définition explicite d objectifs dans le règlement, d orientations stratégiques et de la façon dont ils doivent se refléter dans les programmes augmente la nécessité de disposer d un système de suivi et d évaluation adéquatement clair et robuste. Le nouveau règlement relatif au soutien au développement rural prévoit le suivi stratégique des stratégies communautaires et nationales en rapport avec les priorités de l UE, exigeant de ce fait la définition d indicateurs communs et leur quantification. Il apparaît nécessaire de mieux définir les indicateurs de la situation de base au début de la période de programmation afin d évaluer la situation de départ et d édifier la base du développement de la stratégie du programme. 5

6 L agrégation des réalisations, résultats et impacts au niveau de l UE permettra d évaluer les progrès réalisés dans l accomplissement des priorités communautaires. L organisation d activités d évaluation sur une base permanente garantira une meilleure préparation à l évaluation à mi-parcours et à l évaluation ex post officielles, notamment par une meilleure collecte des données. Le cadre commun de suivi et d évaluation (CCSE), qui est décrit dans le présent document, met l accent sur la continuité et l adaptation de l orientation existante pour la période de en se basant sur l expérience et les exigences du nouveau règlement. Les nouvelles dispositions prévoient un cadre unique pour le suivi et l évaluation de toutes les interventions de développement rural. Il prévoit une vaste continuité en ce qui concerne les exigences de suivi et constitue une simplification importante en ce qui concerne l évaluation des résultats et des impacts tout en offrant en même temps une plus grande flexibilité aux États membres. En général, le CCSE présente peu d exigences supplémentaires de collecte de données par comparaison avec la période existante sauf lorsque le champ d application d une mesure ou d un objectif a été modifié dans le règlement ou les orientations stratégiques européennes de développement rural. 3. LA HIERARCHIE DES OBJECTIFS ET DES INDICATEURS Article 81 Indicateurs 1. L'état d'avancement, l'efficience et l'efficacité des programmes de développement rural par rapport à leurs objectifs sont mesurés au moyen d'indicateurs relatifs à la situation de départ ainsi qu'à l'exécution financière, à la réalisation, aux résultats et à l'impact des programmes. 2. Chaque programme de développement rural définit un nombre limité d'indicateurs supplémentaires propres au programme. 3. Lorsque la nature de l'aide s'y prête, les données relatives aux indicateurs sont ventilées en fonction du sexe et de l'âge des bénéficiaires. La hiérarchie des objectifs Le cadre commun de suivi et d évaluation (CCSE) établit cinq types d indicateurs correspondant à l approche générale de la programmation. Ces indicateurs correspondent à la hiérarchie des objectifs qui est définie implicitement dans le règlement (cf. annexe 2 - Note d orientation D : hiérarchie des objectifs). La hiérarchie des objectifs est un outil qui aide à analyser et à communiquer les objectifs de programme et montre comment les interventions locales devraient contribuer 1 Cf. note d orientation O : lecture utile pour une synthèse de l orientation pour la période

7 aux objectifs globaux. Elle organise ces objectifs en niveaux différents (objectifs et sousobjectifs) sous la forme d une hiérarchie ou d un arbre, montrant ainsi les liens logiques entre les objectifs et leurs sous-objectifs. Elle présente, sous forme de synthèse, les diverses logiques d intervention extraites du règlement qui relient les actions et mesures individuelles aux objectifs globaux de l intervention. Le règlement relatif au développement rural contient également des objectifs horizontaux, valables pour toutes les mesures du programme. L approche de programmation suit plusieurs étapes. Les indicateurs relatifs à la situation de départ sont utilisés pour exécuter une analyse SWOT servant de base à la définition des objectifs stratégiques. Des indicateurs d impact correspondant à ces objectifs stratégiques et à la logique d intervention arrêtée dans le règlement relatif au développement rural sont fixés. Des mesures sont ensuite définies à la lumière de cette stratégie et du règlement. Des indicateurs financiers, des indicateurs de réalisation et des indicateurs de résultat sont établis pour chaque mesure. Ceux-ci devraient correspondre à la hiérarchie des objectifs du programme. Lignes de référence associées à l objectif Lignes de reférence du contexte Identification des forces et des faiblesses SWOT Définition de mesures Hiérarchie d objectifs Intrants financiers Réalisations Résultats Objectifs stratégiques I mpact Les indicateurs sont utilisés comme outils pour évaluer le degré de réalisation des objectifs escomptés grâce aux mesures ou à des programmes complets. L impact s évalue sur la base des réalisations et résultats des mesures individuelles de la hiérarchie d objectifs complète. Les indicateurs devraient être spécifiés, mesurables, acceptables, réalistes pour le programme et situés dans le temps (SMART). Les indicateurs ne sont pas toujours composés exclusivement de données statistiques quantitatives et dans certains cas, ils pourraient aussi inclure des évaluations qualitatives ou des hypothèses logiques. Les indicateurs communs Le cadre commun de suivi et d évaluation établit un ensemble limité d indicateurs communs pour chaque niveau de la hiérarchie d objectifs. Conformément à la chaîne causale de la «logique d intervention», la «hiérarchie des indicateurs communs» débute avec les intrants, c est-à-dire les ressources financières ou administratives qui généreront les résultats des activités du programme en poursuivant des objectifs opérationnels ou associés aux mesures. Les résultats qui en découlent sont les effets immédiats d interventions qui devraient contribuer à la réalisation des objectifs spécifiques. Les impacts devraient contribuer à atteindre les objectifs globaux du programme qui, dans un programme bien conçu, doivent correspondre aux besoins précédemment identifiés. La logique d intervention pour chaque mesure et les indicateurs 7

8 communs correspondants sont présentés dans des fiches de mesure (cf. annexe 2 - Note d orientation E : fiches de mesure). Indicateurs d intrant : ceux-ci se réfèrent aux ressources budgétaires ou autres qui sont allouées à chaque niveau de l assistance. Des indicateurs financiers sont utilisés pour suivre les progrès en termes d engagement (annuel) et de paiement des fonds disponibles pour toute opération, toute mesure et tout programme en rapport avec ses coûts éligibles. Exemple : dépenses par mesure déclarée à la Commission Indicateurs de réalisation : ceux-ci mesurent les activités directement réalisées dans les programmes. Ces activités sont le premier pas vers la réalisation des objectifs opérationnels de l intervention et se mesurent en unités physiques ou monétaires. Exemples : nombre de sessions de formation organisées, nombre d exploitations recevant un soutien à l investissement, volume total d investissement. Indicateurs de résultat : ceux-ci mesurent les effets directs et immédiats de l intervention. Ils fournissent des informations sur les changements dans, par exemple, le comportement, la capacité ou la performance des bénéficiaires directs et sont mesurés en termes physiques ou monétaires. Exemples : un grand nombre d emplois créés, des résultats de formation fructueux Indicateurs d impact : ceux-ci font référence aux avantages du programme au-delà des effets immédiats sur ses bénéficiaires directs à la fois au niveau de l intervention et, d une manière plus générale, au niveau du domaine du programme. Ils sont liés aux objectifs plus larges du programme. Ils sont normalement exprimés en termes «nets», c est-à-dire en soustrayant les effets qui ne peuvent être attribués à l intervention (par exemple, double comptage et effet d aubaine) et en tenant compte des effets indirects (effets de déplacement et de multiplication). Exemples : augmentation du nombre d emplois dans les zones rurales, productivité accrue du secteur agricole et production accrue de l énergie renouvelable Indicateurs relatifs à la situation de départ Les indicateurs relatifs à la situation de départ sont utilisés dans l analyse SWOT et dans la définition de la stratégie du programme. Ils s inscrivent dans deux catégories : Les indicateurs relatifs à la situation de départ associés à l objectif : ils sont directement liés aux objectifs plus larges du programme. Ils permettent de développer l analyse SWOT en rapport avec les objectifs identifiés dans le règlement. Ils sont également utilisés comme référence (ou ligne de base) par rapport à laquelle l impact des programmes sera évalué. Les indicateurs relatifs à la situation de départ reflètent la situation au début de la période de programmation et une tendance dans le temps. L estimation d impact devrait refléter cette partie du changement dans le temps qui peut être attribuée au programme une fois que la tendance de situation de départ et d autres facteurs d intervention ont été pris en compte. Les indicateurs relatifs à la situation de départ associés au contexte : ceux-ci fournissent des informations sur les aspects pertinents des tendances contextuelles générales qui devraient avoir une influence sur la performance du programme. Les indicateurs relatifs à la situation de départ associés au contexte desservent, dès lors, deux objectifs: 1) contribuer à l identification des forces et des faiblesses dans la région et 2) aider à interpréter les impacts réalisés dans le cadre du programme à la lumière des tendances économiques, sociales, structurelles ou environnementales générales 2. Les listes complètes d indicateurs communs, les lignes directrices concernant le choix et l utilisation d indicateurs et les fiches descriptives pour les indicateurs relatifs à la situation de départ, les indicateurs de réalisation, les indicateurs de résultat et les indicateurs d impact, ainsi qu une liste d exemples d indicateurs supplémentaires sont fournies dans les notes d orientation d accompagnement (cf. annexe 3 - Notes d orientation F-K). La note d orientation A sur le choix et l utilisation des indicateurs 2 Par exemple, la contribution de programmes de développement rural aux objectifs environnementaux dépendra également des tendances générales de l utilisation des terres agricoles. 8

9 précise les indicateurs à inclure dans le plan stratégique national et les indicateurs à inclure dans le programme de développement rural. Les indicateurs supplémentaires Les indicateurs communs ne pouvant pas saisir entièrement tous les effets de l activité du programme, en particulier en ce qui concerne les priorités nationales et les mesures spécifiques au site, il est nécessaire de définir des indicateurs supplémentaires à l intérieur des programmes. Ces indicateurs supplémentaires devraient être développés par les États membres et les partenariats au programme d une manière souple, mais conforme aux principes généraux régissant l utilisation d indicateurs dans le CCSE. Des conseils concernant l utilisation d indicateurs supplémentaires et des exemples d indicateurs supplémentaires sont fournis dans les notes d orientation d accompagnement (cf. notes d orientation A et K). 4. EXIGENCES DE SUIVI AU COURS DE LA NOUVELLE PERIODE Article 79 Procédures de suivi 1. L'autorité de gestion et le comité de suivi contrôlent la qualité de la mise en œuvre du programme. 2. L'autorité de gestion et le comité de suivi assurent le suivi de chaque programme de développement rural au moyen d'indicateurs financiers, d'indicateurs de réalisation et d'indicateurs de résultat. Le suivi fournit des informations sur les progrès de la mise en œuvre du programme en ce qui concerne les indicateurs financiers, les indicateurs de réalisation et les indicateurs de résultat. Ces informations constituent la base de rapports annuels et de rapports stratégiques au niveau national et seront utilisées par les comités de suivi. Le système de suivi au cours de la nouvelle période sera édifié sur le système existant de suivi et d orientation, mais sera amélioré et restructuré sur un certain nombre de points. Les ressources disponibles pour le suivi de programmes seront concentrées sur un nombre limité d indicateurs communs de réalisation et de résultat qui saisissent, d une manière judicieuse, les progrès des interventions vers des objectifs de programme convenus et qui peuvent être agrégés au niveau de l UE. Dans le cadre du suivi stratégique, en 2010, puis tous les deux ans après 2010, les États membres devront soumettre un rapport de synthèse définissant les progrès dans la mise en œuvre du plan et des objectifs de stratégie nationale et de sa contribution à la réalisation des orientations stratégiques communautaires. Le rapport résumera les rapports de progrès annuels d exécution des années précédentes et décrira, en particulier, les indicateurs définis dans le plan stratégique national. 9

10 5. EXIGENCES D EVALUATION POUR LA NOUVELLE PERIODE Article 85 Évaluation ex ante 1. L'évaluation ex ante fait partie de la procédure d'élaboration de chaque programme de développement rural et vise à optimiser l'allocation des ressources budgétaires et à améliorer la qualité de la programmation. Elle définit et évalue les besoins à moyen et à long terme, les objectifs à atteindre, les résultats escomptés, les objectifs quantifiés notamment en termes d'impact par rapport à la situation de départ Article 86 Évaluation à mi-parcours et ex post 1. Les États membres établissent un système d'évaluation in itinere pour chaque programme de développement rural. 2. L'autorité de gestion du programme et le comité de suivi utilisent l'évaluation in itinere pour : a) examiner l'état d'avancement du programme par rapport à ses objectifs, au moyen d'indicateurs relatifs aux résultats et, le cas échéant, aux impacts ; b) améliorer la qualité des programmes et leur mise en œuvre ; c) examiner des propositions de modifications importantes des programmes ; d) préparer l'évaluation à mi-parcours et l'évaluation ex post. Des activités d évaluation seront organisées en permanence. Ceci inclut toutes les activités d évaluation à exécuter pendant la période de programmation, c est-à-dire, au niveau du programme, l évaluation ex ante, l évaluation à mi-parcours et l évaluation ex post, ainsi que toute autre activité d évaluation que l autorité du programme peut juger utile pour améliorer sa gestion du programme (cf. annexe 1 - Note d orientation B : lignes directrices d évaluation). L évaluation ex ante pose la base permettant de définir un système d évaluation en identifiant des objectifs, des cibles et des références par rapport à la situation de départ pour le programme. Partant de ceci, un système permanent qui garantit des activités continues d évaluation du programme pendant toute la période de programmation doit être développé. La mise sur pied d un système d évaluation in itinere doit être planifiée depuis le début de la période de programmation (cf. annexe 1 - Note d orientation C : lignes directrices pour l évaluation ex ante, incluant l EES). 6. EXIGENCES DE RAPPORT Suivi Article 82 Rapport annuel d'exécution 1. Pour la première fois en 2008, et au plus tard le 30 juin de chaque année, l'autorité de gestion transmet à la Commission un rapport annuel d'exécution relatif à la mise en œuvre du programme. L'autorité de gestion transmet un dernier rapport d'exécution à la Commission le 30 juin L autorité de gestion et le comité de suivi exécuteront un suivi de chaque programme de développement rural à l aide d indicateurs financiers, d indicateurs de réalisation et d indicateurs de résultat (article 79 du règlement nº 1698/2005). 10

11 Le suivi sera exécuté principalement par le biais de rapports annuels d exécution qui doivent être soumis à la Commission chaque année pour le 30 juin. Le rapport annuel d exécution inclura toutes les informations quantitatives et qualitatives mentionnées à l article 82 du règlement n 1698/2005, et en particulier : un tableau présentant l exécution financière du programme et donnant, pour chaque mesure, un relevé des dépenses payées aux bénéficiaires au cours de l année calendaire (le format de tableau est inclus à l annexe VII du projet de règles d exécution de la Commission sur la structure et le contenu des rapports annuels d exécution), les tableaux de suivi qui incluront des informations quantitatives basées sur les indicateurs communs de réalisation et de résultat. Ces tableaux de suivi seront complétés à l aide d une application de base de données qui fera partie du module RDIS (Rural Development Information System) qui remplacera le système CAP-IDIM actuel, et une synthèse des activités d évaluation in itinere. Évaluation Article 86 Évaluation à mi-parcours et ex post 3. À partir de 2008, l'autorité de gestion fait rapport chaque année au comité de suivi sur les activités d'évaluation in itinere. Un résumé de ces activités est inclus dans le rapport annuel d'exécution prévu à l'article En 2010, l'évaluation in itinere prend la forme d'un rapport d'évaluation à mi-parcours distinct. Elle propose des mesures visant à améliorer la qualité des programmes et leur mise en œuvre. Une synthèse des rapports d'évaluation à mi-parcours est établie sur l'initiative de la Commission. 5. En 2015, l'évaluation in itinere prend la forme d'un rapport d'évaluation ex post distinct. L évaluation examinera les progrès de programmes en rapport avec ses objectifs au moyen d indicateurs de résultat et, le cas échéant, d indicateurs d impact (article 86, paragraphe 3, du règlement n 1698/2005). Un résumé des activités d évaluation in itinere sera inclus dans le rapport annuel d exécution. En 2010, l évaluation in itinere prendra la forme d un rapport d évaluation à mi-parcours distinct (article 86, paragraphe 4). En 2015, l évaluation in itinere prendra la forme d un rapport d évaluation ex post distinct (article 86, paragraphe 5). Suivi stratégique Article 13 Rapport de synthèse des États membres Pour la première fois en 2010 et, par la suite, au plus tard le 1 er octobre tous les deux ans, chaque État membre présente à la Commission un rapport de synthèse portant sur l'état d'avancement de la mise en œuvre de son plan stratégique national et de ses objectifs ainsi que sur sa contribution à la réalisation des orientations stratégiques de la Communauté. Le dernier rapport sera soumis au plus tard le 1 er octobre

12 Les rapports stratégiques résumeront les rapports annuels d exécution des années précédentes et décriront en particulier : a) les réalisations et résultats des programmes de développement rural par rapport aux indicateurs définis dans le plan stratégique national et b) les résultats des activités d évaluation en cours pour chaque programme (article 13, paragraphe 2). Ces rapports incluront l évolution des indicateurs de réalisation, de résultat et d impact et actualiseront les indicateurs relatifs à la situation de départ en cas de besoin. La fiche n o 9 du modèle d orientation établissant le plan stratégique national inclut la structure proposée des rapports stratégiques bisannuels à présenter par l État membre. Exigences de rapport conformément aux différents types d indicateurs Indicateurs financiers Les informations financières seront déclarées annuellement par le biais du rapport d exécution au moyen d un tableau incluant la mise en œuvre financière du programme qui fournira, pour chaque mesure, un relevé des frais payés aux bénéficiaires (l objectif Convergence sera identifié distinctement) au cours de l année calendaire. En 2010, 2012 et 2014, les rapports stratégiques incluront les progrès financiers réalisés par le plan stratégique national. Les autorités de gestion sont responsables de la notification des informations sur ce type d indicateur. Indicateurs de réalisation Les informations concernant les indicateurs communs et supplémentaires de réalisation seront notifiées annuellement dans le rapport d exécution à partir de Les données concernant les indicateurs communs de réalisation seront introduites par le biais d une nouvelle application faisant partie du module RDIS. En 2010, 2012 et 2014, les rapports stratégiques incluront les progrès sur les indicateurs de réalisation. Les autorités de gestion sont responsables de la notification des informations sur ce type d indicateur. Indicateurs de résultat Les informations concernant les indicateurs communs et supplémentaires de résultat seront notifiées annuellement à partir de 2008 (cette année-là cependant, il n y aura probablement aucune valeur faute de résultats au stade précoce de la mise en œuvre du programme). Les données concernant les indicateurs communs de résultat seront introduites par le biais d une nouvelle application faisant partie du module RDIS. En 2010, 2012 et 2014, les rapports stratégiques incluront les progrès sur les indicateurs de résultat. Les autorités de gestion sont responsables de la notification des informations sur ce type d indicateur, mais les données peuvent être obtenues par le biais de l évaluation in itinere. Indicateurs d impact L estimation de l impact et les indicateurs correspondants sont des éléments centraux des rapports d évaluation. La fréquence de la notification correspond à l évaluation ex ante ( ), à l évaluation à mi-parcours (2010) et à l évaluation ex post (2015). Des évaluateurs indépendants sont responsables de l évaluation d impact. 12

13 Indicateurs relatifs à la situation de départ Pour ces types d indicateurs, l obligation de «notification» ne s applique pas, mais les rapports stratégiques bisannuels (2010, 2013, 2014) incluront une mise à jour des données pour les indicateurs communs et supplémentaires de référence en rapport avec les objectifs sur la base des données disponibles. Les États membres sont responsables de cette mise à jour. Aucune mise à jour spécifique des indicateurs relatifs à la situation de départ n est prévue dans les rapports annuels, sauf si des changements majeurs qui ont un impact sur la mise en œuvre du programme interviennent dans le plan stratégique national. 7. QUANTIFICATION ET FIXATION D OBJECTIFS Article 78 Responsabilités du comité de surveillance Le comité de suivi s'assure de l'efficacité de la mise en œuvre du programme de développement rural. À cet effet, le comité de suivi : b) évalue périodiquement les progrès réalisés pour atteindre les objectifs spécifiques du programme sur la base des documents soumis par l'autorité de gestion; c) examine les résultats de la mise en œuvre, notamment la réalisation des objectifs fixés pour chaque axe ainsi que les évaluations in itinere. Article 85 Évaluation ex ante 1. L'évaluation ex ante fait partie de la procédure d'élaboration de chaque programme de développement rural et vise à optimiser l'allocation des ressources budgétaires et à améliorer la qualité de la programmation. Elle définit et évalue les besoins à moyen et à long terme, les objectifs à atteindre, les résultats escomptés, les objectifs quantifiés notamment en termes d'impact par rapport à la situation de départ La quantification est un élément essentiel du suivi et de l évaluation efficaces. Tous les indicateurs devraient, par conséquent, être quantifiés et des objectifs adéquats devraient être fixés lorsque l indicateur concerné se prête à la quantification. En l absence de données quantifiées, il convient d utiliser des données qualitatives. En principe, tous les indicateurs présentés dans le cadre commun de suivi et d évaluation sont quantifiables. Les objectifs quantifiés sont des estimations indicatives basées sur l expérience du passé et l appréciation d experts. Une approche standard consiste à utiliser des repères établis dans d anciens rapports, évaluations et études concernant le programme. Les évaluateurs joueront un rôle important dans le contexte de l évaluation ex ante en vérifiant les objectifs quantifiés des réalisations et des résultats et dans la fixation d objectifs quantifiés (et le cas échéant qualitatifs) pour l impact. Le règlement sur le développement rural se concentre spécifiquement sur la quantification de l impact, en particulier par rapport à la situation de départ. Dans de nombreux cas, cependant, bien qu il soit possible d évaluer l impact au niveau des bénéficiaires directs et indirects du soutien, il est souvent plus difficile de resituer celuici dans le contexte des tendances de la situation de départ plus générale au niveau de la zone du programme. Ceci peut être lié à l échelle relativement petite de l intervention ou 13

14 au manque de données de référence adéquates. L accent devrait, dès lors, être mis sur l estimation ascendante de l impact : Dans un premier temps, l évaluateur du programme devrait estimer l impact au niveau des bénéficiaires directs et indirects sur la base d indicateurs de réalisation et de résultat, de données d études, de l expérience et des évaluations provenant de périodes de programmation antérieures (pour le calcul du double comptage, de l effet d aubaine, de l effet de décalage et de l effet de multiplication). Ceci devrait faire l objet d un contrôle croisé par rapport aux éléments contrefactuels et aux tendances contextuelles dans la zone du programme. Dans un second temps, l évaluateur devrait estimer la contribution à la tendance générale au niveau de la zone du programme (tendance de la situation de départ) où l impact du programme est réalisable/statistiquement important par rapport à d autres facteurs. À défaut de pouvoir procéder à une telle estimation, l évaluateur devrait effectuer une évaluation qualitative en termes généraux. L annexe 1: note d orientation A fournit plus de conseils sur la quantification. 8. RESPONSABILITES POUR LA COMMUNICATION DE DONNEES L autorité de gestion sera chargée de recueillir et de communiquer les données concernant le suivi financier et les indicateurs de réalisation. S agissant des indicateurs de résultat, les États membres peuvent souhaiter recourir aux dispositions concernant l évaluation in itinere afin de faciliter la collecte de données. L autorité de gestion sera également responsable de fournir des données concernant les indicateurs relatifs à la situation de départ. Des travaux supplémentaires peuvent être entrepris dans le cadre de l évaluation ex ante et des activités d évaluation in itinere. L estimation d impact, dont l interprétation/adaptation des indicateurs relatifs à la situation de départ, des études ponctuelles, le calcul de l effet d aubaine, l effet de décalage, etc., relèvera de la responsabilité des évaluateurs du programme. 9. SOUTIEN POUR LE DEVELOPPEMENT DES ACTIVITES DE SUIVI ET D EVALUATION ET METHODOLOGIE Le réseau européen de développement rural contribuera à la mise en œuvre efficiente des programmes de développement rural et jouera le rôle de facilitateur, d organisateur et de source d expertise et de meilleure pratique pour la communauté politique de développement rural au niveau européen. Le réseau apportera son soutien aux autorités de gestion, aux réseaux ruraux nationaux et à d autres organismes pertinents impliqués dans la gestion et la mise en œuvre de programmes de développement rural. Dans le cadre du réseau européen pour le développement rural, un réseau d évaluation européen sera mis sur pied afin d établir la bonne pratique et le renforcement des capacités dans l évaluation, augmentant ainsi l utilité du suivi et de l évaluation en tant qu outils pour la gestion du programme. La coopération et l échange sur la meilleure pratique, ainsi que le développement en cours de méthodes et d outils seront soutenus. 14

15 Ceci inclura des groupes de travail thématiques dans des secteurs tels que les priorités environnementales et LEADER. Les activités d évaluation au niveau du programme seront complétées par des études thématiques d accompagnement et des évaluations de synthèse au niveau communautaire (cf. annexe 4 : note d orientation M). Un recueil des questions fréquemment posées, un glossaire et des lectures utiles sont fournis dans le guide d accompagnement (annexe 4 - Notes d orientation L, N et O). 15

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

«l agriculture à Haute Valeur Naturelle: Etat de l art, enjeux et perspectives»

«l agriculture à Haute Valeur Naturelle: Etat de l art, enjeux et perspectives» «l agriculture à Haute Valeur Naturelle: Etat de l art, enjeux et perspectives» Le point de vue de la Commission Européenne Guido Castellano AGRI L.4. Évaluation des mesures applicables au secteur agricole;

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI PAR LA CREATION D ACTIVITES FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS ASSOCIATIFS Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 8.3 : promotion d'emplois pérennes

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

Programme Opérationnel Plurirégional Massif-central 2007-2013 RAPPORT ANNUEL 2007

Programme Opérationnel Plurirégional Massif-central 2007-2013 RAPPORT ANNUEL 2007 Programme Opérationnel Plurirégional Massif-central 2007-2013 RAPPORT ANNUEL 2007 1. IDENTIFICATION Programme Opérationnel Objectif concerné : Compétitivité régionale et emploi Zone éligible concernée

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004 Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (RDT): 1998-2002 Inspection générale de l administration de

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Note de mise en œuvre

Note de mise en œuvre Note de mise en œuvre Objet : appliquant l approche standard ou une AMA Catégorie : Fonds propres N o : A & A-1 Date : Mai 2006 I. Introduction L objectif de cette note de mise en œuvre est de présenter

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE)

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

INITIATIVE POUR L EMPLOI DES JEUNES

INITIATIVE POUR L EMPLOI DES JEUNES AXE 11 : INITIATIVE POUR L EMPLOI DES JEUNES FICHE THEMATIQUE 11-1 : CREATION REPRISE D ENTREPRISES PAR DES NEETS Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 PRIORITÉ D INVESTISSEMENT 8.2 : promouvoir l emploi

Plus en détail

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet»

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet» FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Programme de l Union Européenne pour la Société Civile et la Culture/PESCC 10 ème FED TERMES DE REFERENCE Formation des OSC de niveaux

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Parlons-en... Les directives Directives concernant l'élaboration et l'utilisation des bases de données nationales en

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Budgétisation et gestion financière

Budgétisation et gestion financière Budgétisation et gestion financière PRATIQUE RECOMMANDÉE DE LA GFOA Planification financière à long terme (2009) (BUDGET) Contexte. La planification financière à long terme combine les prévisions financières

Plus en détail

ECOWAS REGIONAL ELECTRICITY REGULATORY AUTHORITY

ECOWAS REGIONAL ELECTRICITY REGULATORY AUTHORITY ECOWAS REGIONAL ELECTRICITY REGULATORY AUTHORITY ENERGIES RENOUVELABLES ET MARCHÉ DE L'ÉLECTRICITÉ DE LA CEDEAO: PERSPECTIVES DU CADRE RÉGLEMENTAIRE RÉGIONAL Plan 1) Textes et Principes de Base 2) Activités

Plus en détail

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-1 : GEOTHERMIE UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-1 : GEOTHERMIE UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS FICHE THEMATIQUE 4-1 : GEOTHERMIE Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 4a:

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

1. But et objectifs généraux

1. But et objectifs généraux IAMGOLD CORPORATION COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE CHARTE 1. But et objectifs généraux Le comité de nomination et de gouvernance d'entreprise (le Comité) du conseil d'administration

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION DU CENTRE DE GESTION DE HAUTE-SAONE SEPTEMBRE 2010

CIRCULAIRE D INFORMATION DU CENTRE DE GESTION DE HAUTE-SAONE SEPTEMBRE 2010 CIRCULAIRE D INFORMATION DU CENTRE DE GESTION DE HAUTE-SAONE SEPTEMBRE 2010 Expérimentation des entretiens professionnels : le dispositif réglementaire institué par le décret 2010-716 du 29 juin 2010 -

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007 Point 6 b) de l ordre du jour CX/GP 07/24/6 Partie II PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-1 : CREATION REPRISE PAR LA CREATION D ACTIVITES D ENTREPRISES. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-1 : CREATION REPRISE PAR LA CREATION D ACTIVITES D ENTREPRISES. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI PAR LA CREATION D ACTIVITES FICHE THEMATIQUE 6-1 : CREATION REPRISE D ENTREPRISES Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 8.3 : promotion d emplois pérennes

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION POLITIQUE 309 Page 1 de 7

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION POLITIQUE 309 Page 1 de 7 POLITIQUE 309 Page 1 de 7 Objet : Programmes de français langue seconde En vigueur : Le 21 avril 1994 Révisions : Le 25 octobre 2001; juillet 2009 1.0 OBJET La présente politique établit les normes relatives

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 25 juillet 2006 Etapes du développement de programmes Conditions interinstitutionnelles Actions nécessaires Structure

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi ns 34-03 relative

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

(SGDD) Unité du Système général de. diffusion des données. Département des statistiques du FMI. Janvier 2004

(SGDD) Unité du Système général de. diffusion des données. Département des statistiques du FMI. Janvier 2004 Le Système général g de diffusion des données (SGDD) Unité du Système général de diffusion des données Département des statistiques du FMI Janvier 2004 partement des statistiques 2 Le Système général g

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DE LA PROSPECTIVE RÉPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice ------------ -------- SECRETARIAT GENERAL ------------ ------------ DIRECTION DE L AUDIT ET DU CONTROLE ------------

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

INTRODUCTION. Recommendations du GIEC en matière de bonnes pratiques et de gestion des incertitudes pour les inventaires nationaux 1.

INTRODUCTION. Recommendations du GIEC en matière de bonnes pratiques et de gestion des incertitudes pour les inventaires nationaux 1. 1 INTRODUCTION Recommendations du GIEC en matière de bonnes pratiques et de gestion des incertitudes pour les inventaires nationaux 1.1 Table des matières 1 INTRODUCTION 1.1 DEVELOPPEMENT DU PROGRAMME...

Plus en détail

Planifier & Organiser

Planifier & Organiser Planifier & Organiser Introduction Cette introduction (en ligne) vous propose un bref aperçu des tâches principales à prendre en compte lorsque vous planifiez & organisez votre projet européen. L introduction

Plus en détail

CANEVAS ONU FEMMES DE SOUMISSION DE PROJET

CANEVAS ONU FEMMES DE SOUMISSION DE PROJET CANEVAS ONU FEMMES DE SOUMISSION DE PROJET I- Page de couverture La page de couverture donne une brève description narrative du projet. Titre du projet : Domaines d intervention : Zone d intervention :

Plus en détail

Manuel sur l'etablissement de Systèmes de Gestion Durables des Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre

Manuel sur l'etablissement de Systèmes de Gestion Durables des Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre GROUPE CONSULTATIF D'EXPERTS SUR LES COMMUNICATIONS NATIONALES EMANANT DES PARTIES NON VISEES A L'ANNEXE I DE LA CONVENTION (GCE) Manuel sur l'etablissement de Systèmes de Gestion Durables des Inventaires

Plus en détail

Séminaire des auditeurs de l ACORS. Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015

Séminaire des auditeurs de l ACORS. Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015 Séminaire des auditeurs de l ACORS Club Belambra Presqu île du Ponant, La Grande-Motte, Les 16, 17 et 18 septembre 2015 Intervenant : Philippe AVRIL Sous-Directeur Adjoint du DPMRF (Contrôle Interne) DDFC-CNAMTS

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Consensus sur les données en Afriques

Consensus sur les données en Afriques Consensus sur les données en Afriques Huitième Réunion annuelle conjointe du Comité technique spécialisé de l Union africaine sur les finances, les affaires monétaires, la planification économique et l

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/52 Point 23.2 de l ordre du jour provisoire 6 mai 2014 Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

SUBVENTIONS AU SECTEUR DE LA PÊCHE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE : INVENTAIRE NATIONAL SUÈDE

SUBVENTIONS AU SECTEUR DE LA PÊCHE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE : INVENTAIRE NATIONAL SUÈDE SUBVENTIONS AU SECTEUR DE LA PÊCHE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE : INVENTAIRE NATIONAL SUÈDE Intitulé du programme Instrument financier d orientation de la pêche (IFOP) Objectifs du programme Contribuer à réaliser

Plus en détail

MEILLEURE PRATIQUE EN GRECE CAS No 1 CENTRE NATIONAL DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE. 1. Structure et fonctionnement

MEILLEURE PRATIQUE EN GRECE CAS No 1 CENTRE NATIONAL DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE. 1. Structure et fonctionnement MEILLEURE PRATIQUE EN GRECE CAS No 1 CENTRE NATIONAL DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE 1. Structure et fonctionnement Le Centre National d Administration Publique (National Center of Public Administration,

Plus en détail

J u i n 2 0 1 0. C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a. V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C

J u i n 2 0 1 0. C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a. V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a Vérification de la gestion des risques V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C J u i n 2 0 1 0 Juin 2010 i 1.0 Sommaire

Plus en détail

Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail

Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail 2 Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail Index 1 Détermination du plan de

Plus en détail

L entretien professionnel à titre pérenne

L entretien professionnel à titre pérenne L entretien professionnel à titre pérenne Le décret n 2014-1526 du 16 décembre 2014 a définitivement substitué l entretien professionnel à la notation pour l évaluation de l ensemble des fonctionnaires

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-5 : LOGEMENT SOCIAL UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-5 : LOGEMENT SOCIAL UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS FICHE THEMATIQUE 4-5 : LOGEMENT SOCIAL Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 PRIORITE D INVESTISSEMENT

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Introduction

Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Introduction Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Recueillir les réflexions des Gouvernement nationaux en préparation de la contribution du Secrétaire Général au groupe de travail ouvert sur

Plus en détail

Énoncés des politiques et des procédures de placement (EPPP) pour les régimes à cotisations déterminées accompagnés de choix

Énoncés des politiques et des procédures de placement (EPPP) pour les régimes à cotisations déterminées accompagnés de choix Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario SECTION : INDEX N O : TITRE : APPROUVÉ PAR : PUBLICATION : DATE D'ENTRÉE EN VIGUEUR : Notes d'orientation sur les

Plus en détail

Programme "Conception et simulation" COSINUS Edition 2009. Projet

Programme Conception et simulation COSINUS Edition 2009. Projet Projet Numéro d'ordre du projet : Acronyme du projet : Titre du projet : Coordonnateur du projet (nom/laboratoire) : Thématique principale : Montant total de l'aide demandée (en k ) : Durée du projet :

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

Programme IMPACT BOUSSOLE

Programme IMPACT BOUSSOLE Prendre le temps de réfléchir au long terme lorsqu on est pris dans la gestion de son organisation au quotidien n est pas chose aisée. Il faut pourtant s assurer que la stratégie de développement soit

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail