T A B L E D E S M A T I È R E S

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "T A B L E D E S M A T I È R E S"

Transcription

1

2 T A B L E D E S M A T I È R E S 1. ANALYSE DES BESOINS 2 2. ÉLABORATION DU CONCEPT 2.1 La posture assise ou debout Donner priorité à une communication au même niveau Déterminer le temps que passera la clientèle à l accueil Se déplacer ou ne pas se déplacer, là est la question! 2.2 Les combinaisons possibles Personnel assis Client assis Personnel assis Client debout Personnel debout Client debout Personnel assis sur un siège haut Client debout Personnel assis et plancher surélevé Client debout 2.3 La position de l écran d ordinateur et la forme de la table de travail Table en «L» avec écran d ordinateur à 90 avec le guichet Écran d ordinateur face au guichet Écran d ordinateur sur un angle de coin Écran d ordinateur sur un angle de coin et table en «V» Table enveloppante 2.4 Le clavier et la souris Directement sur la table Sur une surface encastrée à hauteur fixe ou variable Sur une tablette tiroir 2.5 Le type de guichet et de tablette de réception ÉLABORATION DES CARACTÉRISTIQUES DÉTAILLÉES 3.1 Les dimensions du poste La position des différents outils de travail La file d attente La confidentialité La signalisation Les postes en série Le confort acoustique, thermique et visuel Les liens avec les équipes de travail La sécurité contre les agressions La protection contre les infections L accès pour les clients à mobilité réduite Les communications téléphoniques La simulation préconstruction 16

3 Pourquoi un guide d aménagement? Un poste d accueil existe dans tous les services d un établissement de santé : à l admission, aux cliniques externes, à l urgence, aux unités de soins, aux services diagnostiques, aux archives, aux laboratoires et même aux services administratifs. Tout comptoir ou table destiné à recevoir la clientèle est considéré un poste d accueil. À cette fonction s ajoutent de multiples activités comme le service téléphonique, l ouverture de dossiers, l enregistrement, la surveillance ou l appel de la clientèle en plus de certaines tâches administratives. Plusieurs équipements, notamment des équipements informatiques, un adressographe et une console téléphonique, aussi appelée poste de réception, y sont utilisés. Plusieurs problèmes musculosquelettiques sont reliés aux mauvaises postures et à la difficulté de concilier les communications avec la clientèle avec le travail à l écran et tout autre tâche. Comme le personnel peut faire face à des agressions ou à des infections, la sécurité et la prévention sont aussi à considérer. Ce guide vous aidera à concevoir ou à corriger un poste d accueil. Des exemples de rénovation et de construction sont aussi mis à votre disposition sur notre site Internet. L ASSTSAS demeure disponible pour vous conseiller et vous assister. Vous pouvez aussi nous transmettre vos résultats de rénovation et de construction afin d enrichir la liste des réussites. Une démarche en trois étapes L ASSTSAS propose une démarche en trois étapes : l analyse des besoins, l élabo ra tion du concept et l élaboration des caractéristiques détaillées. Faites appel, à chacune des étapes, aux personnes qui travailleront de près ou de loin au poste d accueil afin qu elles puissent préciser les éléments de la situation de travail et valider les modifications. LA PARTICIPATION DU PERSONNEL EST UN ÉLÉMENT ESSENTIEL TOUT AU LONG DU PROJET. 1

4 1. Analyse des besoins Toute situation étant unique, l analyse des besoins est cruciale. Pour y parvenir, l ASSTSAS suggère un cadre d analyse issu de l approche globale. Cette méthode met en relation les personnes, la tâche, le temps, l environnement, les équipements et l organisation du travail qui, ensemble, forment la situation de travail à analyser. PERSONNES. Déterminer le nombre de personnes qui auront à travailler au même endroit est fondamental. De plus, certaines caractéristiques anthropométriques peuvent aussi influencer le design, bien que de manière générale, la conception du poste doive accommoder tous les individus. Le poste doit aussi tenir compte de la clientèle qui s y présente, de son âge, de ses capacités motrices, ou encore, du fait qu elle soit accompagnée ou non. TÂCHE. La tâche est constituée de l ensemble des activités de travail exercées au poste d accueil. Ces activités, nombreuses et diversifiées, seront recensées et documentées afin d arriver à des compromis acceptables et de favoriser les activités dominantes. Par exemple, si la réception d appels téléphoniques est une activité fréquente, on doit placer les équipements téléphoniques à portée de la main, plutôt que de favoriser l imprimante qui ne sert qu à l occasion dans un quart de travail. TEMPS. Sous l angle du temps, plusieurs éléments sont variables. Selon le moment de la journée, les activités et les besoins changent. Par exemple, la fonction d accueil le jour peut devenir un travail de bureautique le soir. ENVIRONNEMENT. Souvent, le réaménagement s effectue dans un emplacement et des superficies imposés, affectant ainsi l environnement de travail. L endroit du poste d accueil est fonction de l entrée de la clientèle, de la salle d attente et des liens avec le reste du service. Enfin, le confort thermique, visuel et acoustique sera pris en considération. ÉQUIPEMENT. La liste des équipements utilisés pour chacune des tâches ou des activités est néces saire. La dimension, la fréquence et la séquence d utilisation du matériel sont importantes. Ceci permettra de prévoir la disposition et l espace optimaux des lieux. PARAMÈTRES ORGANISATIONNELS. L aspect organisationnel comprend le travail d équipe, le travail en effectif réduit, les liens avec le reste du service ou avec d autres services et peut exiger un aménagement particulier. Par exemple, le poste d accueil devra-t-il aussi permettre de recevoir les appels lors des pauses des téléphonistes? 2

5 2. Élaboration du concept La deuxième étape sert à établir les principales caractéristiques du poste de travail. Nous recommandons de considérer cinq éléments majeurs qui détermineront, par la suite, le produit final : la posture assise ou debout ; les combinaisons possibles ; la position de l écran d ordinateur et la forme de la table de travail ; le clavier et la souris ; le type de guichet et de tablette de réception. 2.1 La posture assise ou debout La posture dans laquelle le personnel et la clientèle évolueront est l un des aspects les plus importants dans l élaboration du concept et elle aura des conséquences majeures sur le design du poste. Souvent, la décision est imposée par la situation d accueil Donner priorité à une communication au même niveau LE CONCEPTEUR DU POSTE D ACCUEIL DOIT RESPECTER LE PRINCIPE DE LA COMMUNICATION AU MÊME NIVEAU. En plus de procurer de meilleurs échanges, cela diminue les postures inconfortables de la tête et des membres supérieurs. Cet aspect est encore plus important dans des situations d achalandage élevé Déterminer le temps que passera la clientèle à l accueil Le temps de présence de la clientèle au poste d accueil détermine quelle option choisir. Si l intervention est très courte et que le client n est pas tenté de s asseoir, il faut prévoir l aménagement en fonction d une posture debout. Pensons à l accueil à un comptoir de renseignements. Au contraire, si le client doit répondre à plusieurs questions ou expliquer longuement sa situation, surtout s il est malade, il vaut mieux l asseoir. Si le client est assis, le personnel devrait l être aussi pour respecter le principe de la communication au même niveau. Si le client a le choix entre s asseoir ou rester debout, il vaut mieux alors que le personnel puisse s asseoir Se déplacer ou ne pas se déplacer, là est la question! Quand l accueil est la tâche principale, le personnel n a pas à se déplacer fréquemment. Il appréciera être bien assis, surtout s il doit utiliser l ordinateur. Cette posture est la plus confortable pour maintenir une position statique et elle convient bien à un achalandage élevé. Cependant, si l accueil est secondaire à d autres tâches qui exigent des déplacements fréquents ou qui s exécutent à un autre poste de travail, le personnel aurait avantage à demeurer debout. 3

6 2. É L A B O R A T I O N D U C O N C E P T 2.2 Les combinaisons possibles Nous présentons maintenant cinq possibilités avec quelques pistes pour guider votre choix. L analyse que nous faisons des différentes combinaisons de postures est basée sur un souci de bienêtre du personnel et de la clientèle Personnel assis Client assis Q U A N D PRIVILÉGIER CET T E OPTION? Temps d intervention assez long. Rares déplacements du personnel. Achalandage élevé. Plusieurs clients à mobilité réduite à accueillir. R E M A R Q U E S/C O M P R O M I S Le guichet 1 ne doit pas être trop haut. Il peut être inexistant ou simplement en prolongement de la table de travail. L écran de l ordinateur ne doit absolument pas être placé entre les personnes. Un espace de dégagement plus important doit être prévu devant le poste pour la chaise et les jambes du client. Cette option est à éviter lorsque les lieux physiques ne le permettent pas, comme dans un corridor Personnel assis Client debout Q U A N D PRIVILÉGIER CET T E OPTION? Temps d intervention très court. Travail soutenu du personnel à l ordinateur. Pas d espace pour asseoir le client (chaise et espace pour les jambes). Achalandage élevé. R E M A R Q U E S/C O M P R O M I S Hauteur maximale du guichet de 91 cm (36 po). Puisque la communication n est pas au même niveau, la situation est généralement atténuée en surélevant la chaise du personnel pour réduire la différence de hauteur avec le client. Surplomber ainsi certains outils de travail comme l adressographe est plus convivial et rend certains espaces de rangement plus faciles d accès. L utilisation d un repose-pied sera évidemment nécessaire. Ne pas oublier de prévoir un bon dégagement sous la table pour les jambes du personnel. 1 Guichet : endroit où la clientèle doit se présenter pour s adresser au personnel de l accueil. Il est utile pour échanger des documents et pour écrire. Il sert à distancer la clientèle du personnel notamment lorsqu il déborde vers l extérieur du poste et qu il est vitré. Le guichet, en relation avec la tablette de réception, doit naturellement être perçu par la clientèle comme l endroit d accueil. 4

7 2. É L A B O R A T I O N D U C O N C E P T Personnel debout Client debout Q U A N D PRIVILÉGIER CET T E OPTION? Temps d intervention très court. Déplacements fréquents du personnel. L accueil est une tâche secondaire. Peu de clients à mobilité réduite à accueillir. Pas de travail soutenu à l ordinateur. Objets ou colis à manipuler. R E M A R Q U E S/C O M P R O M I S La hauteur du plan de travail peut se situer entre 91 et 107 cm (entre 36 et 42 po) selon les tâches à effectuer. Lorsque l accueil se fait debout, cela n empêche pas de concevoir une section près du guichet pour du travail assis. Cette situation est acceptable dans le cas où la tâche d accueil n est pas fréquente et que les autres tâches sont plus confortables en position assise. Le siège haut est aussi une solution pour se reposer. Rappelons-nous que la pos ture debout est moins confortable si elle est mainte nue sans déplacement Personnel assis sur un siège haut Client debout Q U A N D PRIVILÉGIER CET T E OPTION? Temps d intervention très court. Achalandage élevé, mais l accueil est une tâche secondaire. Peu de déplacements du personnel (à pied ou avec la chaise). Pas besoin d une grande surface de travail. Peu de clients à mobilité réduite à accueillir. R E M A R Q U E S/C O M P R O M I S Prévoir cette position uniquement dans les situations d alternance pour se reposer de la position debout. Pour la hauteur du plan de travail, voir

8 2. É L A B O R A T I O N D U C O N C E P T Personnel assis et plancher surélevé Client debout Q U A N D PRIVILÉGIER CET T E OPTION? Temps d intervention très court. Peu de déplacements du personnel. Peu de clients à mobilité réduite à accueillir. R E M A R Q U E S/C O M P R O M I S Le palier doit être de la hauteur d une marche. Le palier ne permet pas de déplacements fréquents, car il comporte des dangers de chute pour la personne qui accueille et pour les personnes qui se promènent à pro xi - mité. Il sera par ailleurs important de prévoir une main courante ou le marquage du sol pour le signaler. 2.3 La position de l écran d ordinateur et la forme de la table de travail La position de l écran d ordinateur et la forme de la table sont traitées ensemble puisque les acti vités d accueil et de travail sur le support informatique doivent être harmonisées. Les tiroirs seront placés aux extrémités des tables. On évitera de placer une tirette ou un tiroir sous le plan de travail. QUAND LE TRAVAIL SE FAIT EN POSITION ASSISE, IL FAUT UN ESPACE DE DÉGAGEMENT POUR LES JAMBES ET LES GENOUX ET ASSURER UNE CERTAINE MOBILITÉ AVEC LA CHAISE Table en «L» avec l écran d ordinateur à 90 degrés avec le guichet Le principal désavantage de la table en «L» est que le personnel doit exécuter une rotation de 90 degrés pour passer de l écran au client. Dans certains cas, la confidentialité de l in formation est compromise puisque le clien t voit ce qui apparaît à l écran. Cependant, le passage d une section de table à l autre n exige pas ou peu de déplacement latéral avec la chaise. 6

9 2. É L A B O R A T I O N D U C O N C E P T Écran d ordinateur face au guichet Cette façon de faire est convenable avec un écran plat, l écran standard créera une trop grande distance entre les personnes. L avantage est de pouvoir communiquer avec le client tout en utilisant l ordinateur sans tourner ni la chaise, ni la tête. L inconvénient est évidemment l interférence potentielle de l écran dans la communication, surtout s il y a échange de documents. On contourne le problème en utilisant de petits écrans et en encastrant la base dans la table ou en créant un guichet à côté de l écran Écran d ordinateur sur un angle de coin L alternative au concept de table en «L» est le concept de coin qui vise à réduire la rotation du personnel lors du passage de l écran à la communication avec le client. Par contre, l expérience nous montre que si la rotation est réduite de 90 à 45 degrés, la position de travail devant le guichet exige d effectuer un déplacement latéral avec la chaise. Dans le but d atténuer ce problème, l angle de la table peut être réduit de 135 à environ 112 degrés. La position du guichet doit aussi permettre au personnel et au client de se faire face

10 2. É L A B O R A T I O N D U C O N C E P T Écran d ordinateur sur un angle de coin et table en «V» Ce concept permet de conserver l avantage d une table en «L» quant au passage d une section de table à l autre (sans déplacement latéral) tout en ramenant la position de l écran d ordinateur à angle par rapport au client. Ce concept convient très bien à une intersection de corridor Table enveloppante La forme arrondie est la plus performante pour une plus grande surface de travail accessible par une simple rotation de la chaise. Mais le rayon de courbure doit être judicieusement calculé. Un test avec une chaise permet de déterminer la valeur exacte. Notre expérience démontre que le meilleur rayon se situe entre 45,5 et 53 cm (18 et 21 po). La courbe peut se situer entre le quart et le demicercle, selon que l on cherche à être plus ou moins entouré. Une courbe qui excède le demi-cercle n est pas conseillée puisqu elle risquerait de nuire à l accès au poste de travail. Bien que la courbure ci-dessous soit parfaitement ronde, la table pourrait aussi être constituée de sections droites qui formeraient un demi-hexagone, un demi-octogone, etc. 8

11 2. É L A B O R A T I O N D U C O N C E P T 2.4 Le clavier et la souris Directement sur la table Lorsque l ordinateur n est pas utilisé de manière soutenue ou continue, le clavier et la souris peuvent être placés directement sur la table. Le principal avantage est la possibilité de changer la position de l équipement au besoin. La hauteur de la table sera par contre réduite à 70 cm (entre 27 et 28 po) plutôt que 75 cm (entre 29 et 30 po), sans quoi la table serait trop haute pour les bras. Aussi, elle doit être assez profonde pour permettre d éloigner le clavier et la souris du bord et ainsi, pouvoir appuyer les avant-bras. Cette disposition est possible dans une section de coin puisque cette partie est plus profonde Sur une surface encastrée à hauteur fixe ou variable Si l ordinateur est très utilisé, on recherche une bonne posture des bras. La surface de travail pour le clavier abaissée à 66 cm (26 po) n accommode pas la majorité des indi vidus. Pour le clavier, on préférera une surface à hauteur variable en autant que son mécanisme ne gêne pas les jambes. La surface devrait être encastrée dans la table à moins que l on soit en présence d un poste de travail en «L» qui permet l utilisation d une tablette sans éloigner le travailleur du guichet. AVANT DE FAIRE L INSTALLATION FINALE D UNE PIÈCE D ÉQUIPEMENT, ESSAYEZ-LA POUR VOUS AS- SURER DE LA BONNE POSITION : TOUT CE QUI EST ENCASTRÉ OU FIXÉ EST RAREMENT MODIFIABLE. 9

12 2. É L A B O R A T I O N D U C O N C E P T Sur une tablette tiroir 2 Les tablettes tiroirs, communément appelées tirettes, sont très répandues. Elles ont cependant deux défauts majeurs : elles éloignent de la table et du guichet et réduisent l espace libre sous la table. UNE TIRETTE DOIT SURTOUT ÊTRE UTILISÉE AVEC UN CONCEPT DE TABLE EN «L» PLUTÔT QU EN COIN, CAR CELA ÉLOIGNE DAVANTAGE LE PERSONNEL DE LA TABLE ET DU GUICHET. 2.5 Le type de guichet 3 et de tablette de réception 4 Le guichet doit se distinguer de la tablette de réception afin de s assurer que le client se présente à l endroit souhaité. Quand ces deux éléments sont absents du poste, la réception ressemble davantage à un bureau d entrevue qu à un poste d accueil. La tablette de réception peut servir à créer une distance pour rendre le poste plus sécuritaire et préserver, en partie, la confidentialité des informations. De plus, la tablette peut servir pour des espaces de rangement de type casier. LA HAUTEUR DU GUICHET DOIT ÊTRE LIMITÉE POUR ÉVITER L ÉLÉVATION DES BRAS DU PERSONNEL LORS D ÉCHANGE DE DOCUMENTS AVEC LE CLIENT. 2 Tablette tiroir : tablette mobile glissant horizontalement dans son plan et destinée à déposer le clavier et la souris. Aussi appelée tirette ou tablette coulissante. 3 Guichet : endroit où la clientèle doit se présenter pour s adresser au personnel de l accueil. Il est utile pour échanger des documents et pour écrire. Il sert à distancer la clientèle du personnel notamment lorsqu il déborde vers l extérieur du poste et qu il est vitré. Le guichet, en relation avec la tablette de réception, doit naturellement être perçu par la clientèle comme l endroit d accueil. 4 Tablette de réception : partie surélevée qui borde un comptoir de réception. 10

13 2. É L A B O R A T I O N D U C O N C E P T tablette de reception guichet La tablette de réception doit avoir une hauteur maximale de 107 cm (42 po), de manière à conser ver un bon champ de vision lorsque le personnel est assis. La profondeur sera déterminée en fonction du rangement prévu. Ici, on doit favoriser le personnel plutôt que le client puisque celui-ci est de passage seulement, alors que le personnel y travaille plusieurs heures. Si le client est reçu en position assise, le guichet sera simplement une ouverture dans la tablette de réception au même niveau que la table de travail du personnel. Le besoin d une surface plus grande ou plus haute pour le client est comblé par une tablette extérieure. Le guichet peut se prolonger vers l intérieur afin d approcher la zone d échange entre les personnes. Pour garder le client à distance, on peut prolonger le guichet vers l extérieur ou le vitrer. 11

14 3. Élaboration des caractéristiques détaillées Après les décisions de base, il reste à préciser les caractéristiques détaillées. Pour ne pas oublier un aspect important, nous vous proposons une liste des éléments d aménagement qui doivent rete nir votre attention. La plupart du temps, l ordinateur est utilisé fréquemment, mais sur de courtes périodes. De manière générale, les recommandations usuelles portant sur l aménagement d un ordinateur 5 priment. 3.1 Les dimensions du poste Différentes dimensions sont présentées en guise de modèles. Dans tous les cas, l objectif est de limiter les postures contraignantes comme le travail à bout de bras et en hauteur. Vue en plan Vue en élévation (travail assis seulement) 3.2 La position des différents outils de travail Lorsque la quantité d outils et d objets manipulés au poste d accueil est très importante, il est impossible de les mettre tous à portée de la main. Des choix s imposent en fonction des objets les plus utilisés. L ordre dans lequel ils sont placés est également important. La séquence d utilisation doit être respectée afin de limiter les mouvements, surtout s ils sont répétés. 5 Association canadienne de normalisation. Guide sur l ergonomie au bureau, Toronto, 2001, 338 p. 12

15 3. É L A B O R A T I O N D E S C A R A C T É R I S T I Q U E S D É T A I L L É E S Si des documents sont manipulés, on peut prévoir des casiers sous la tablette de réception ou sous le plan de travail. La consultation de lourds cartables constitue un problème qui peut être contourné en privilégiant le glissement plutôt que le soulèvement. Au mieux, on évite leur manipulation en les plaçant sur des présentoirs faciles d accès. Lorsqu il y a beaucoup de communications téléphoniques et d informations à transmettre rapidement et fréquemment, des surfaces pour l affichage d aide-mémoire seront appréciées. Pour ranger les formulaires, les cartables ou d autres documents, il est tout indiqué d installer des casiers avec séparateurs, auxquels on donne une forme qui en facilite l accès. 3.3 La file d attente La file d attente au poste d accueil ne doit jamais bloquer la circulation des personnes et du matériel. Elle sera visible du poste d accueil et son emplacement sera défini précisément. S il le faut, on installera des dispo sitifs pour que la file prenne la forme voulue à l endroit souhaité. 3.4 La confidentialité Le respect de la confidentialité dans les établissements de santé est une préoccupation qui varie selon la vocation du poste d accueil. Pensons au stand d information générale par opposition à la clinique d hémato-oncologie. Pour préserver efficacement la confidentialité des conversations dans les aires ouvertes, on maintiendra une distance suffisante entre les guichets ou on installera des cloisons. On évitera de placer un poste d accueil trop près d une salle d attente. 13

16 3. É L A B O R A T I O N D E S C A R A C T É R I S T I Q U E S D É T A I L L É E S Pour préserver l information présentée sur l écran d ordinateur, ce dernier doit être orienté pour empêcher la lecture par la clientèle. Une file d attente mal gérée est aussi une source de bris de confidentialité. Il faut la garder à une certaine distance de la personne accueillie. Lorsque la confidentialité est un élément prioritaire, il est souhaitable de placer l accueil dans un local fermé, et ce, même au détriment de l accès visuel. 3.5 La signalisation La signalisation de l accueil sera à la hauteur des yeux et offrira une bonne lisibilité. Cette signalisation est encore plus importante lorsqu il y a différents postes d accueil où s exécutent différentes fonctions. 3.6 Les postes en série Les postes d accueil en série sont chose courante en milieu hospitalier à cause du haut niveau d achalandage. Cependant, toute situation n exigera pas ce genre d accueil. Il importe donc de savoir si chaque membre du personnel a les mêmes fonctions, si le travail d équipe exige une bonne communication visuelle ou orale, si les équipements et le mobilier peuvent ou doivent être mis en commun et si la confidentialité est un enjeu important. SI LES MEMBRES DU PERSONNEL SE REMPLACENT DURANT LES PAUSES, UN POSTE DOIT ÊTRE AMÉ- NAGÉ POUR EXÉCUTER TOUTES LES FONCTIONS. 3.7 Le confort acoustique, thermique et visuel À l accueil, on recherche un environnement calme qui permet de bien communiquer avec le clien t, tout en étant alerte à ce qui se passe autour, comme dans la salle d attente. La ventilation et le système de chauffage seront adaptés selon que le poste est exposé aux courants d air provenant des portes de l établissement ou qu il est confiné et qu il bénéficie de peu de changements d air. Dans le cas d un poste vitré, il faut éviter les reflets sur le verre et donner priorité à une intensité d éclairement plus forte à l extérieur qu à l intérieur. Sinon, le verre aura l effet d un miroir et nuira à la vision à l extérieur du poste. De plus, lorsque le poste est situé à l entrée de l établissement, la lumière naturelle doit être prise en considération. Pour le personnel, une journée très ensoleillée peut produire une lumière éblouissante à cause du contre-jour. Le client peut aussi avoir des problèmes visuels à son arrivée dans l établissement alors qu il a besoin de savoir où se diriger à ce moment précis. Pour éviter ce problème, l intensité d éclairement dans l aire d accueil doit être plus élevée. 14

17 3. É L A B O R A T I O N D E S C A R A C T É R I S T I Q U E S D É T A I L L É E S 3.8 Les liens avec les équipes de travail Les liens étroits qu ont des personnes avec d autres services commandent un aménagement précis. Par exemple, des mécanismes de communication et des endroits d échange de documents seront prévus entre le poste d accueil et le service des archives d un centre hospitalier. Un endroit pour le dépôt des prélèvements sera aménagé à l accueil de la clinique externe pour l infirmière responsable. On limitera, par ailleurs, la circulation derrière ou à proximité des personnes qui travaillent à l accueil pour préserver la confidentialité, éviter les collisions si l espace est restreint et ne pas perturber les communications personnel/clientèle. 3.9 La sécurité contre les agressions La vulnérabilité aux agressions est différente d un établissement à l autre et dans les services d un même établissement. IL FAUT RÉFLÉCHIR AU NIVEAU DE SÉCURITÉ SOUHAITABLE ET PRIVILÉGIER LE CAS PAR CAS. La sécurité peut être renforcée en considérant les éléments suivants : 1) les files d attente doivent être balisées afin d éviter toute confusion dans les rangs ; 2) un poste fermé (combinaison de surface vitrée et de cloison) est plus sécuritaire ; 3) les objets mobiles qui pourraient servir de projectiles ou d armes ne doivent pas être laissés à la portée de la clientèle ; 4) une issue doit être prévue pour permettre la fuite du personnel en cas d urgence ; 5) le personnel de l accueil ne doit pas être isolé et doit avoir accès à un système d appel d urgence La protection contre les infections Le risque de contamination est aussi variable selon la situation. L accueil/inscription d une urgence est certainement plus à risque que l accueil d une clinique externe en ophtalmologie. Le nombre de personnes reçues et la nature des échanges sont également des éléments à considérer. Deux mesures de protection sont proposées. D abord, la distance : plus les personnes sont maintenues à une bonne distance, moins il y a de risque. Au moins 91 cm (36 po) doivent séparer le personnel du client. Par contre, cette distance ne doit pas nuire aux mouvements dans l échange de documents. LE GUICHET DOIT ÊTRE CONÇU POUR APPROCHER DE LA ZONE D ÉCHANGE EN MAINTENANT LE CLIENT À UNE BONNE DISTANCE, TOUT EN ÉVITANT TABLETTE ET GUICHET QUI INVITENT LA CLIENTÈLE À S Y APPUYER. 15

18 3. É L A B O R A T I O N D E S C A R A C T É R I S T I Q U E S D É T A I L L É E S Lorsque le client risque de contaminer le personnel, des écrans de verre sont nécessaires. Le défi est de protéger sans nuire à la communication. Il s agit donc de placer des barrières efficaces, mais qui laissent des ouvertures permettant des échanges verbaux. Les systèmes de communication assistés existent, mais ils présentent des désavantages importants comme des violations de la confidentialité et un son avec distorsion. Écrans de protection contre les infections et les agressions 3.11 L accès pour les clients à mobilité réduite Le client à mobilité réduite et celui qui se déplace en fauteuil roulant doivent pouvoir s asseoir à l accueil. On adaptera donc la hauteur du comptoir de réception et aménagera un dégagement pour les jambes Les communications téléphoniques La réception d appels téléphoniques et l accueil de la clientèle sont deux fonctions difficiles à concilier. La confidentialité risque d être brisée si des communications se déroulent au téléphone au moment où le client est à la réception. Le personnel de l accueil peut répondre à des appels internes, mais la réponse aux appels externes devrait être limitée au remplacement durant les pauses du personnel de la téléphonie. L utilisation des casques d écoute est encouragée lorsqu il y a un bon nombre d appels et qu il y a un risque d atteinte musculosquelettique relié au maintien du récepteur téléphonique. Ces casques doivent être sans fil lorsque les déplacements sont fréquents. Par contre, lorsqu on fait aussi de l accueil, les gens peuvent ne pas se rendre compte de la communication téléphonique en cours et l interrompre ou penser que l on s adresse à eux La simulation préconstruction La simulation de l aménagement en grandeur réelle est une bonne méthode pour valider le concept et préciser les détails. Un simple panneau de contreplaqué supporté par des chevalets peut faire l af faire, permettre de vivre les futurs changements et de les confirmer avant qu ils ne deviennent définitifs. Ces repères d aménagement vous aideront à concevoir ou à corriger un poste d accueil. L ASSTSAS demeure disponible pour vous conseiller et vous assister dans un tel projet. Le programme PARC permet d intégrer les préoccupations d ergonomie et de santé et de sécurité du travail dès les premières étapes d un projet de rénovation ou de construction. N hésitez pas à faire appel à nos services! 16

19 La réalisation de ce document a été rendue possible grâce à la collaboration des personnes suivantes. Direction : Diane Parent Recherche et rédaction : Guy Bertrand Révision linguistique : Stéphanie Aubin (stagiaire) Nous remercions Josée Rioux, chef du Service de santé et de sécurité du travail, ainsi que le personnel de l accueil et de l admission du Centre hospitalier de Charlevoix et du Centre hospitalier Saint- Joseph de La Malbaie, Centre de santé et de services sociaux de Charlevoix. Leur participation a permis la simulation en grandeur réelle de différents concepts de poste d accueil. Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur affaires sociales 5100, rue Sherbrooke Est, bureau 950 Montréal (Québec) H1V 3R9 Tél. : , Téléc. : Internet : Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec (1 er trimestre 2007) Bibliothèque nationale du Canada (1 er trimestre 2007) ISBN : 13 : ASSTSAS code : (CP38) MISSION L ASSTSAS a pour mission de «promouvoir la prévention en santé et en sécurité du travail et soutenir, dans un cadre paritaire, le personnel et les établissements du secteur de la santé et des services sociaux, par des services conseils et des activités d information, de formation, de recherche et de développement, dans la mise en œuvre d actions de prévention qui visent : l identification et l élimination à la source des dangers pour la santé et la sécurité dans le but de préserver l intégrité physique et psychologique du personnel ; l optimisation des conditions d exercice du travail pour l amélioration de la santé et de la qualité de vie au travail du personnel ; tout en favorisant l efficience des processus de travail et en tenant compte de la sécurité de la clientèle des établissements». STRUCTURE PARITAIRE ET SOURCE DE FINANCEMENT L ASSTSAS, organisme à but non lucratif, est gérée par une assemblée générale et un conseil d administration composés en nombre égal de représentants des associations syndicales et patronales du secteur. Son financement provient principalement des cotisations perçues auprès de tous les employeurs du secteur de la santé et des services sociaux. AVERTISSEMENT. Les renseignements que ce document contient ne sont pas exhaustifs. De même, ils ne constituent en aucun cas une interprétation juridique des règlements et de la loi. Votre association sectorielle, l ASSTSAS, ne garantit aucunement que les accidents du travail, les maladies professionnelles et les dangers en ces matières seront nécessairement éliminés grâce à l information contenue dans ce document ou à l adoption des mesures préventives qu il suggère. Il y a des circonstances de lieu et de temps, de même que des conditions générales ou spécifiques, qui peuvent favoriser, diminuer ou éliminer la pertinence ou l efficacité de l information transmise. C est pourquoi les associations membres de l ASSTSAS, ses délégués, ses administrateurs, ses dirigeants et les membres du personnel déclarent formellement n assumer aucune responsabilité pouvant découler de la diffusion de ce document et des mesures qu il préconise. MASCULIN / FÉMININ. Le lecteur voudra bien comprendre en lisant ce document qu un mot comme «travailleur» inclut les deux genres grammaticaux et les deux réalités : les travailleurs et les travailleuses, à moins que le contexte ne l interdise. Le genre masculin que nous utilisons dans ce document ne vise qu à alléger la lecture du texte. REPRODUCTION. Tous droits de reproduction, d adaptation intégrale ou partielle sont strictement réservés par l ASSTSAS et protégés par la Loi du droit d auteur. Une autorisation écrite de l ASSTSAS doit être obtenue pour reproduire ou adapter le présent document.

20 La collection PARC s adresse aux décideurs patronaux et syndicaux, aux intervenants en santé et en sécurité du travail de même qu aux professionnels des services techniques des établissements du secteur de la santé et des services sociaux. Elle traite des éléments à considérer pour intégrer les préoccupations de santé, de sécurité du travail et d ergonomie dans la conception des projets architecturaux de rénovation et de construction. Chacun des fascicules traite d un thème particulier. Abondamment illustrés, ils offrent des repères essentiels pour la conception et l aménagement des bâtiments du secteur. T I T R E S D É J À P U B L I É S N o 1 Le programme PARC : une aide à la conduite des projets architecturaux N o 2 La chambre : milieu de vie et lieu de travail N o 3 L aménagement de résidences pour personnes multihandicapées présentant une déficience intellectuelle N o 4 Simuler les activités de travail N o 5 Les laveries en services alimentaires N o 6 Aménagement d une salle de bain Démarche et points de repère N o 7 Concevoir et aménager un milieu de vie prothétique fermé N o 8 L ergonomie participative dans la conception des bâtiments hospitaliers LES BROCHURES DE LA COLLECTION PARC PEUVENT ÊTRE COMMANDÉES AU COÛT DE 5 $ L UNITÉ (10 $ HORS SECTEUR) OU TÉLÉCHARGÉES GRATUITEMENT DE NOTRE SITE INTERNET AU conception graphique : acapelladesign.com

Méthodes pour monter et descendre un escalier

Méthodes pour monter et descendre un escalier PRINCIPES POUR LE DÉPLACEMENT SÉCURITAIRE DES BÉNÉFICIAIRES PDSB Méthodes pour monter et descendre un escalier ASSTSAS 2008 L Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur affaires

Plus en détail

ERGONOMIE DU BUREAU Ajouts d information

ERGONOMIE DU BUREAU Ajouts d information ERGONOMIE DU BUREAU Ajouts d information ASSTSAS 1 LES SUJETS ABORDÉS Le travail sur surface «unique» Le travail en coin Le travail assis et debout en alternance Les écrans de plus en plus grands et nombreux

Plus en détail

AMÉNAGEMENT DE BUREAU ACHAT DE MOBILIERS ET D ACCESSOIRES DE BUREAU CRITÈRES ERGONOMIQUES

AMÉNAGEMENT DE BUREAU ACHAT DE MOBILIERS ET D ACCESSOIRES DE BUREAU CRITÈRES ERGONOMIQUES AMÉNAGEMENT DE BUREAU ACHAT DE MOBILIERS ET D ACCESSOIRES DE BUREAU CRITÈRES ERGONOMIQUES Service des ressources humaines Secteur santé et sécurité du travail Janvier 2007 Depuis plus de 15 ans, le Secteur

Plus en détail

Optimiser. la hauteur. d une table de travail REPÈRES POUR OPTIMISER LA HAUTEUR DE LA TABLE PREMIER REPÈRE LE TYPE DE TÂCHE

Optimiser. la hauteur. d une table de travail REPÈRES POUR OPTIMISER LA HAUTEUR DE LA TABLE PREMIER REPÈRE LE TYPE DE TÂCHE E R G O N O M I E Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur de la fabrication de produits en métal, de la fabrication de produits électriques et des industries de l habillement

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

COMPTOIR ET SERVICES PUBLICS

COMPTOIR ET SERVICES PUBLICS OBJECTIFS a. Permettre et faciliter à tous les usagers l accès sécuritaire à tous les services publics nécessaires au bien-être et à l autonomie : téléphone, guichet automatique, comptoir, salle d essayage,

Plus en détail

Mieux vivre avec votre écran

Mieux vivre avec votre écran Mieux vivre avec votre écran Ajustez le poste de travail La position la plus confortable pour la lecture de l écran et la frappe sur clavier est celle qui permet le respect des principes suivants : A.

Plus en détail

L ACCUEIL DU PUBLIC 3.1 REPÉRAGE DE LA BANQUE D ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ CE QUE DIT LA LOI RECOMMANDATIONS

L ACCUEIL DU PUBLIC 3.1 REPÉRAGE DE LA BANQUE D ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ CE QUE DIT LA LOI RECOMMANDATIONS 3 3.1 REPÉRAGE DE LA BANQUE D ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ L accueil doit pouvoir être identifié et atteint dès le franchissement de la porte d accès du bâtiment. Pour les personnes déficientes

Plus en détail

Toilettes publiques. Problématiques traitées : FICHE9

Toilettes publiques. Problématiques traitées : FICHE9 Toilettes publiques Les toilettes publiques constituent un maillon essentiel d un réseau piéton, en particulier pour les personnes âgées qui souffrent souvent d incontinence. L absence des WC peut représenter

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

INTRODUCTION À L ERGONOMIE: VOTRE POSTE DE TRAVAIL LIEU OÙ LE TRAVAIL EST FAIT; DANS UNE JOURNÉE, PLUS D UN POSTE DE TRAVAIL; COMPREND AUSSI LE

INTRODUCTION À L ERGONOMIE: VOTRE POSTE DE TRAVAIL LIEU OÙ LE TRAVAIL EST FAIT; DANS UNE JOURNÉE, PLUS D UN POSTE DE TRAVAIL; COMPREND AUSSI LE INTRODUCTION À L ERGONOMIE: VOTRE POSTE DE TRAVAIL LIEU OÙ LE TRAVAIL EST FAIT; DANS UNE JOURNÉE, PLUS D UN POSTE DE TRAVAIL; COMPREND AUSSI LE MILIEU PHYSIQUE (TEMPÉRATURE, ÉCLAIRAGE, BRUIT). LE BUREAU:

Plus en détail

Cahier de bord de l entreprise de transport et des conducteurs de berline Consignes et directives

Cahier de bord de l entreprise de transport et des conducteurs de berline Consignes et directives Cahier de bord de l entreprise de transport et des conducteurs de berline Consignes et directives table des matières Présentation...1 1 Présence de parents aux arrêts...2 2 Modification d arrêt...2 3 Ordre

Plus en détail

Ergonomie et. service de pneus >>>

Ergonomie et. service de pneus >>> Ergonomie et AMÉLIORER L ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL service de pneus >>> DEPUIS PLUSIEURS MOIS, UN CONSEILLER D AUTO PRÉVENTION, UN ERGONOME DE LA CSST ET DES TRAVAILLEURS ET EMPLOYEURS DE CONCESSIONNAIRES

Plus en détail

Travail sur écran Conseils pour travailler confortablement sur ordinateur

Travail sur écran Conseils pour travailler confortablement sur ordinateur Travail sur écran Conseils pour travailler confortablement sur ordinateur Eviter les reflets et les éblouissements Placez l écran et le plan de travail de façon perpendiculaire à la source de lumière naturelle.

Plus en détail

régime d assurance collective

régime d assurance collective régime d assurance collective L heure d adhérer Ma ligne de vie Ma ligne de santé Ma ligne de protection de revenu 2 Bonjour, je suis Fiche Adhésion, la toute dernière de la série des fiches. Ma mission

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

AMÉNAGER UN COMPTOIR DE SERVICE POUR PERMETTRE LA POSITION ASSISE

AMÉNAGER UN COMPTOIR DE SERVICE POUR PERMETTRE LA POSITION ASSISE FICHE TECHNIQUE #54 AMÉNAGER UN COMPTOIR DE SERVICE POUR PERMETTRE LA POSITION ASSISE Entre le bureau et le comptoir conventionnels, il est possible d aménager un comptoir de service permettant d alterner

Plus en détail

COMMENT AMÉNAGER SON ESPACE DE TRAVAIL SUR ÉCRAN?

COMMENT AMÉNAGER SON ESPACE DE TRAVAIL SUR ÉCRAN? CONSEIL PRÉVENTION Notre équipe au cœur de vos métiers! COMMENT AMÉNAGER SON ESPACE DE TRAVAIL SUR ÉCRAN? TRAVAILLER SUR ÉCRAN POURQUOI AMÉNAGER MON POSTE DE TRAVAIL? S il n est pas bien installé, mon

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Manutention et postures de travail

Manutention et postures de travail Manutention et postures de travail Manutention et postures de travail Page 1 sur 7 Dangers principaux Généralités Les facteurs techniques, économiques, organisationnels et humains influencent le comportement

Plus en détail

Le déneigement des véhicules lourds. transport

Le déneigement des véhicules lourds. transport Le déneigement des véhicules lourds transport TABLE DES MATIÈRES L élimination du danger à la source : éviter le travail en hauteur!...p. 5 En hauteur, mais en toute sécurité! Utiliser des moyens collectifs

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

Thèmes et situations : Cadre et conditions de travail. Fiche pédagogique

Thèmes et situations : Cadre et conditions de travail. Fiche pédagogique Ressources pour les enseignants et les formateurs en français des affaires Activité pour la classe : CFP Crédit : Joelle Bonenfant, Jean Lacroix Thèmes et situations : Cadre et conditions de travail Fiche

Plus en détail

L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie

L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie Guide pratique Règlementation, recommandations et préconisations Préambule 2 Définition d un ERP: Sont considérés comme des Établissements

Plus en détail

En cas d invalidité. Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec

En cas d invalidité. Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec En cas d invalidité Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre site Web. Consultezle pour

Plus en détail

Le travail sur écran dans de mauvaises conditions peut engendrer de la fatigue visuelle et des troubles musculosquelettiques

Le travail sur écran dans de mauvaises conditions peut engendrer de la fatigue visuelle et des troubles musculosquelettiques FATIGUE VISUELLE TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Elle peut se manifester par : - une baisse de la performance visuelle - des picotements des yeux - des éblouissements - une vision moins nette - des maux

Plus en détail

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale ont souvent un triste état de santé buccodentaire.. Selon certains

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD Module II La planification des interventions : la personne d abord 127 PROCESSUS DE PLANIFICATION DES MESURES D'URGENCE Connaissance

Plus en détail

LES BUREAUX RECEVANT DU PUBLIC

LES BUREAUX RECEVANT DU PUBLIC 6 6.1 SIGNALÉTIQUE PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ Dans la plupart des ERP, les usagers peuvent être reçus dans des bureaux généralement classés en partie Code du Travail. Il est ainsi difficile

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

Normes minimales de travail dans les centres de services à la clientèle

Normes minimales de travail dans les centres de services à la clientèle Normes minimales de travail dans les centres de services à la clientèle CONTEXTE Plus de 6 000 fonctionnaires fédéraux travaillent dans des centres de services à la clientèle, et la plupart sont membres

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE (DU) DU SPECTACLE VIVANT

DOCUMENT UNIQUE (DU) DU SPECTACLE VIVANT DOCUMENT UNIQUE (DU) DU SPECTACLE VIVANT RÉGLEMENTATION ET MODE D EMPLOI Syndicat National des Producteurs, Diffuseurs et Salles de Spectacles Enregistré sous le n 17947 23, boulevard des Capucines - 75002

Plus en détail

Le TRAVAIL sur ÉCRAN. Comment bien s installer à son poste de travail. w w w. s t c - q u i m p e r. o r g

Le TRAVAIL sur ÉCRAN. Comment bien s installer à son poste de travail. w w w. s t c - q u i m p e r. o r g Le TRAVAIL sur ÉCRAN Comment bien s installer à son poste de travail w w w. s t c - q u i m p e r. o r g ERGONOMIE DU POSTE DE TRAVAIL Bien se positionner > Assis au fond du siège face à son écran, dos

Plus en détail

Évaluation ergonomique d un poste de travail

Évaluation ergonomique d un poste de travail Évaluation ergonomique d un poste de travail 1. Évaluation du type de travail effectué par la personne rencontrée Dès le début de l évaluation, il s agit de déterminer les tâches principales dont la personne

Plus en détail

Évolution de l ergonomie de bureau à l Université l. Secteur Santé Sécurité du Travail

Évolution de l ergonomie de bureau à l Université l. Secteur Santé Sécurité du Travail Évolution de l ergonomie de bureau à l Université l Laval Secteur Santé Sécurité du Travail Hiver 2007 Plan de présentation! Introduction! Historique! Les types d ergonomie d à l ULl! Procédures en ergonomie

Plus en détail

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision DESCRIPTION DU POSTE Titre : Agent du service aux donateurs Département : Collecte de fonds Supérieur hiérarchique : Directeur de la collecte de fonds Supervision : Personnel et bénévoles du service aux

Plus en détail

Positionner mon enfant prématuré dans son siège d auto

Positionner mon enfant prématuré dans son siège d auto Positionner mon enfant prématuré dans son siège d auto Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé

Plus en détail

La position parfaite pour un travail sur écran

La position parfaite pour un travail sur écran La position parfaite pour un travail sur écran Vous travaillez souvent sur l ordinateur? Alors veillez à votre confort car sinon vous risquez des douleurs (chroniques) à la nuque, au dos ou ailleurs. Voici

Plus en détail

POSTE À POURVOIR - - OBJECTIF DU POSTE :

POSTE À POURVOIR - - OBJECTIF DU POSTE : POSTE À POURVOIR Titre : directeur de la communication Département : communications Responsable hiérarchique : directeur exécutif Subordonnés directs : attachés de presse (2), agents des communications

Plus en détail

EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs

EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs EN 16005 Exigences relatives aux détecteurs Norme européenne pour portes actionnées par source d énergie extérieure La norme européenne EN 16005 définit les exigences de sécurité en matière de conception

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale PROJET DE LOI N O 108 LOI MODIFIANT LA LOI SUR L ASSURANCE PARENTALE ET D AUTRES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales

Plus en détail

Trucs et astuces N o 9.1 À chaque inconfort des causes possibles et des recommandations

Trucs et astuces N o 9.1 À chaque inconfort des causes possibles et des recommandations Trucs et astuces N o 9.1 À chaque inconfort des causes possibles et des recommandations COU Vous penchez la tête vers l avant pour regarder: L écran est trop bas Les imprimés à plat sur le bureau Le clavier

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express

Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express Montréal, 2002 Ville de Montréal Le contenu de cette présentation est tiré du guide d aménagement «Pour un environnement urbain sécuritaire»

Plus en détail

Les lignes d édition de la Ville de Québec. Guide abrégé

Les lignes d édition de la Ville de Québec. Guide abrégé Les lignes d édition de la Ville de Québec Guide abrégé Les lignes d édition Les lignes d édition définissent les balises favorisant l harmonisation visuelle des publications de la Ville de Québec. Elles

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

MIEUX VIVRE AVEC SON HEMIPLEGIE

MIEUX VIVRE AVEC SON HEMIPLEGIE Comment aider un hémiplégique COMMENT AIDER UNE PERSONNE HÉMIPLÉGIQUE... - La sortie du lit - Le transfert - Au fauteuil - La marche en deux temps Chaque personne a gardé des capacités et des possibilités

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DEAQ-04 AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance qualité Conseil d administration DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 6 octobre 2011

Plus en détail

Centre de politique et d administration fiscales

Centre de politique et d administration fiscales Centre de politique et d administration fiscales Orientations en matière d impôts sur la consommation Orientations en matière d enregistrement simplifié Orientations en matière d enregistrement simplifié

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR

SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR Le programme ordinateur consiste à utiliser l ordinateur comme outil d apprentissage lors des interventions en soutien scolaire réalisées

Plus en détail

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Adoptée à la séance du 21 janvier 2013 par la résolution G2013-00-18 TABLE DES MATIÈRES Page 1. INTRODUCTION... 3 2. CADRE JURIDIQUE... 3 3.

Plus en détail

LA COMMUNICATION DU COMITE D ENTREPRISE

LA COMMUNICATION DU COMITE D ENTREPRISE Fiche Express LA COMMUNICATION DU COMITE D ENTREPRISE Fiche express L'info pratique en droit du travail. AVERTISSEMENT : Ce document ne dispense en rien de consulter un spécialiste pour adapter au besoin

Plus en détail

Réalisez votre Document unique tout simplement EXEMPLES ILLUSTRÉS DE RISQUES PROFESSIONNELS DANS LA DISTRIBUTION

Réalisez votre Document unique tout simplement EXEMPLES ILLUSTRÉS DE RISQUES PROFESSIONNELS DANS LA DISTRIBUTION Réalisez votre Document unique tout simplement EXEMPLES ILLUSTRÉS DE RISQUES PROFESSIONNELS DANS LA DISTRIBUTION Où peut-on se procurer le formulaire à remplir? Il n existe pas de formulaire standard à

Plus en détail

Travaux d adaptation du logement pour les personnes handicapées moteur

Travaux d adaptation du logement pour les personnes handicapées moteur Fiche pratique Handicap moteur Travaux d adaptation du logement pour les personnes handicapées moteur Profiter de son logement - accéder - cheminer - voir - utiliser les équipements Faire sa toilette -

Plus en détail

SCAU 9-1-1 / TERREBONNE

SCAU 9-1-1 / TERREBONNE SCAU 9-1-1 / TERREBONNE Prise de connaissance de l emploi de préposé aux télécommunications sur appel / Préentrevue d un(e) candidat(e) Alors qu il y a beaucoup d aspects gratifiants dans le travail de

Plus en détail

TeamViewer. Avec TeamViewer, la commande à distance d ordinateurs via Internet devient un jeu d enfants.

TeamViewer. Avec TeamViewer, la commande à distance d ordinateurs via Internet devient un jeu d enfants. Team Viewer Description Avec Team Viewer, vous pouvez contrôler à distance n'importe quel ordinateur comme si vous étiez assis en face de celui-ci, même à travers les pare-feu. Votre partenaire doit tout

Plus en détail

Plus qu une entreprise... Un réseau

Plus qu une entreprise... Un réseau Société GRICS Plus qu une entreprise... Un réseau De par sa nature, la Société GRICS n est pas une entreprise comme les autres : elle est un regroupement, au centre d un réseau qui réunit l ensemble des

Plus en détail

DIRECTIVE ADMINISTRATIVE Conseil scolaire acadien provincial

DIRECTIVE ADMINISTRATIVE Conseil scolaire acadien provincial Page 1 de 5 1. Définition : Par catastrophe majeure, on entend une circonstance exceptionnelle qui bouleverserait la vie de l école durant plusieurs jours, à titre d exemple, un incendie, une catastrophe

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

Tout ce que vous devez savoir pour bien équiper vos locaux

Tout ce que vous devez savoir pour bien équiper vos locaux Hélène Renaud asstsas Louise Morissette asstsas Tout ce que vous devez savoir pour bien équiper vos locaux Vous rénovez les aires de jeux? Vous achetez de nouveaux équipements? Quels modèles choisir et

Plus en détail

Ne pas diffuser Lytt SARL 2014. Bonnes pratiques de visioconsultation en soin psychologique

Ne pas diffuser Lytt SARL 2014. Bonnes pratiques de visioconsultation en soin psychologique Bonnes pratiques de visioconsultation en soin psychologique I. La visioconsultation, en complément de la consultation en face-à-face La visioconférence consiste à mettre en relation visuelle et sonore

Plus en détail

TITRE II : LE REGLEMENT TECHNIQUE ET SPORTIF DES QUILLES DE HUIT.

TITRE II : LE REGLEMENT TECHNIQUE ET SPORTIF DES QUILLES DE HUIT. TITRE II : LE REGLEMENT TECHNIQUE ET SPORTIF DES QUILLES DE HUIT. CHAPITRE I : LE REGLEMENT TECHNIQUE Ce règlement est celui de la F.F.B.S.Q., Comité National Quilles de Huit. Il édicte les règles de jeu,

Plus en détail

4 ADJOINTS ADMINISTRATIFS ET 4 ADJOINTS DE DIRECTION POSTES PERMANENTS À TEMPS PLEIN TORONTO (ONTARIO)

4 ADJOINTS ADMINISTRATIFS ET 4 ADJOINTS DE DIRECTION POSTES PERMANENTS À TEMPS PLEIN TORONTO (ONTARIO) L Ordre des métiers de l Ontario est une organisation gérée par l industrie, qui a pour mission de protéger l intérêt public en réglementant et en promouvant les métiers spécialisés. Premier organisme

Plus en détail

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS ÉTUDE DE CAS GROUPE CGI INC. Fondé en 1976, le Groupe CGI inc. est l une des plus grandes firmes internationales indépendantes à œuvrer dans le secteur des technologies de l information et des processus

Plus en détail

L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP 10 L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP 10.1 ESPACE D ATTENTE SÉCURISÉ FOCUS 1 : L'IMPLANTATION PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ L ensemble des usagers doit pouvoir être évacué du bâtiment.

Plus en détail

L EFFET PARALLAXE N EST

L EFFET PARALLAXE N EST 50 3 Objets L EFFET PARALLAXE N EST PAS SPÉCIFIQUEMENT UN TRUCAGE D AFTER EFFECTS. C est un principe que vous devriez avoir à l esprit quand vous travaillez en 3D. En raison de la nature de la 3D dans

Plus en détail

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection Venture Philantropy FAQ 1. Candidats Critères de sélection Est-ce qu une association de fait peut participer à l appel à candidature? Est-ce qu une coopérative avec les valeurs d économie sociale mais

Plus en détail

Pour jouer ce rôle, le Conseil du patronat veut, par cette politique :

Pour jouer ce rôle, le Conseil du patronat veut, par cette politique : POLITIQUE DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC EN MATIÈRE DE NOMINATION, DE FORMATION ET DE RECONDUCTION DES MEMBRES ISSUS DES ASSOCIATIONS D EMPLOYEURS À LA COMMISSION DES LÉSIONS PROFESSIONNELLES (CLP) RÔLE

Plus en détail

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Dans cet ouvrage, les génériques masculins sont utilisés sans discrimination et uniquement pour alléger le texte. Toute reproduction doit être autorisée

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

ARC / PREMIER DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE 2012 L

ARC / PREMIER DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE 2012 L ARC / PREMIER DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE 2012 L Audit Global Partagé et le BIC (Bilan Initial de Copropriété) : une démarche et une méthode innovantes au service de la rénovation des copropriétés À la

Plus en détail

Examen d habileté à répondre aux demandes des citoyens (H R D C) Exemples de questions

Examen d habileté à répondre aux demandes des citoyens (H R D C) Exemples de questions Examen d habileté à répondre aux demandes des citoyens (H R D C) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

LA COMMISSION SCOLAIRE DE L ESTUAIRE RM-EN-2005-10-14

LA COMMISSION SCOLAIRE DE L ESTUAIRE RM-EN-2005-10-14 Page 6013-1 Inondation bris de tuyau d eau bris de tuyau de chauffage refoulement d égout 1. CONTEXTE Les établissements sont dotés d importants systèmes de distribution d eau, de lignes de chauffage et

Plus en détail

SERVICES DE PAIE ET DE RESSOURCES HUMAINES desjardins

SERVICES DE PAIE ET DE RESSOURCES HUMAINES desjardins SERVICES DE PAIE ET DE RESSOURCES HUMAINES desjardins Vos ressources humaines : le cœur de votre entreprise Les enjeux liés à la gestion de vos ressources humaines et votre succès en affaires sont inséparables

Plus en détail

Intégration : la limite est dépassée Faut faire plus qu en parler!

Intégration : la limite est dépassée Faut faire plus qu en parler! Intégration : la limite est dépassée Faut faire plus qu en parler! Le chemin parcouru L intégration des élèves en difficulté en classe régulière est une priorité pour la Fédération des syndicats de l enseignement

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Adoptée par le conseil d administration le 25 février 2014. 1 TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE... 3 2. LES ÉNONCÉS DE LA POLITIQUE DES COMMUNICATIONS... 3 3. CHAMPS D APPLICATION...

Plus en détail

FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS

FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS Quelques points de repère pour monter et descendre un escalier* Monter un escalier Points de repère pour monter un escalier seul(e) ou sous supervision* Supervision

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

Politique et procédures en matière de ressources humaines

Politique et procédures en matière de ressources humaines Numéro : 1.0 Origine : Ressources humaines Politique et procédures en matière de ressources humaines Approuvé par : Président directeur général Entrée en vigueur : 1 er janvier 2012 Remplace : Nouveau

Plus en détail

Trucs et astuces N o 3.1 LA SOURIS À GAUCHE...MYTHE OU RÉALITÉ?

Trucs et astuces N o 3.1 LA SOURIS À GAUCHE...MYTHE OU RÉALITÉ? Trucs et astuces N o 3.1 LA SOURIS À GAUCHE...MYTHE OU RÉALITÉ? Plusieurs personnes ressentent de l inconfort au niveau du poignet, du coude ou de l épaule droite lié à l utilisation de la souris à droite.

Plus en détail

Problèmes rencontrés par une personne à mobilité réduite

Problèmes rencontrés par une personne à mobilité réduite Le 17 Avril 2012 Problèmes rencontrés par une personne à mobilité réduite Hauteur de marche supérieure à 2 cm Largeur de la porte d entrée inférieure à 90cm Porte ouvrant vers l extérieur Cheminement inférieur

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques Plan de cours Techniques de l informatique 420.AC DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques 420-691-MA Stage en entreprise Site du stage en entreprise : http://stages.cmaisonneuve.qc.ca/evaluation/1748/

Plus en détail

Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers

Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers Quelques points de repère pour monter et descendre un escalier à consulter* Monter un escalier Supervision À consulter : Points de repère pour monter un escalier

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

Guide santé sécurité sur. l orientation. nouveaux travailleurs. des. Première édition

Guide santé sécurité sur. l orientation. nouveaux travailleurs. des. Première édition Guide santé sécurité sur l orientation des nouveaux travailleurs Première édition Orientation des nouveaux travailleurs Objectif Portée Ce guide présente aux nouveaux travailleurs un survol des sujets

Plus en détail

COMMUNE DE DE SAINT-DENIS-D AUTHOU 1, rue Principale 28480 Saint-Denis-d Authou

COMMUNE DE DE SAINT-DENIS-D AUTHOU 1, rue Principale 28480 Saint-Denis-d Authou COMMUNE DE DE SAINT-DENIS-D AUTHOU 1, rue Principale 28480 Saint-Denis-d Authou AMENAGEMENT D UN GITE RURAL Rue des Tilleuls 28480 Saint-Denis-d Authou DOSSIER DE DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE MAÎTRISE

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 18 mars 2009 1 OBJET Prescriptions des principes relatifs à la protection de l environnement et au développement durable. 2 BUT La Société du Centre des congrès de Québec

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

Carnet «B» Le transfert de la direction à un gestionnaire professionnel

Carnet «B» Le transfert de la direction à un gestionnaire professionnel Le transfert de la direction Quand l'entreprise demeure familiale Carnet «B» Le transfert de la direction à un gestionnaire professionnel Contexte du présent carnet Le PDG de la PME devra un jour laisser

Plus en détail

AGIR AVEC (PRÉVENTION

AGIR AVEC (PRÉVENTION AGIR AVEC (PRÉVENTION (LA PRÉVENTION En quoi c est important? Préserver la santé et la sécurité de ses employés Garantir leur intégrité physique et mentale Veiller à leur bien-être au travail Penser prévention,

Plus en détail