T A B L E D E S M A T I È R E S

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "T A B L E D E S M A T I È R E S"

Transcription

1

2 T A B L E D E S M A T I È R E S 1. ANALYSE DES BESOINS 2 2. ÉLABORATION DU CONCEPT 2.1 La posture assise ou debout Donner priorité à une communication au même niveau Déterminer le temps que passera la clientèle à l accueil Se déplacer ou ne pas se déplacer, là est la question! 2.2 Les combinaisons possibles Personnel assis Client assis Personnel assis Client debout Personnel debout Client debout Personnel assis sur un siège haut Client debout Personnel assis et plancher surélevé Client debout 2.3 La position de l écran d ordinateur et la forme de la table de travail Table en «L» avec écran d ordinateur à 90 avec le guichet Écran d ordinateur face au guichet Écran d ordinateur sur un angle de coin Écran d ordinateur sur un angle de coin et table en «V» Table enveloppante 2.4 Le clavier et la souris Directement sur la table Sur une surface encastrée à hauteur fixe ou variable Sur une tablette tiroir 2.5 Le type de guichet et de tablette de réception ÉLABORATION DES CARACTÉRISTIQUES DÉTAILLÉES 3.1 Les dimensions du poste La position des différents outils de travail La file d attente La confidentialité La signalisation Les postes en série Le confort acoustique, thermique et visuel Les liens avec les équipes de travail La sécurité contre les agressions La protection contre les infections L accès pour les clients à mobilité réduite Les communications téléphoniques La simulation préconstruction 16

3 Pourquoi un guide d aménagement? Un poste d accueil existe dans tous les services d un établissement de santé : à l admission, aux cliniques externes, à l urgence, aux unités de soins, aux services diagnostiques, aux archives, aux laboratoires et même aux services administratifs. Tout comptoir ou table destiné à recevoir la clientèle est considéré un poste d accueil. À cette fonction s ajoutent de multiples activités comme le service téléphonique, l ouverture de dossiers, l enregistrement, la surveillance ou l appel de la clientèle en plus de certaines tâches administratives. Plusieurs équipements, notamment des équipements informatiques, un adressographe et une console téléphonique, aussi appelée poste de réception, y sont utilisés. Plusieurs problèmes musculosquelettiques sont reliés aux mauvaises postures et à la difficulté de concilier les communications avec la clientèle avec le travail à l écran et tout autre tâche. Comme le personnel peut faire face à des agressions ou à des infections, la sécurité et la prévention sont aussi à considérer. Ce guide vous aidera à concevoir ou à corriger un poste d accueil. Des exemples de rénovation et de construction sont aussi mis à votre disposition sur notre site Internet. L ASSTSAS demeure disponible pour vous conseiller et vous assister. Vous pouvez aussi nous transmettre vos résultats de rénovation et de construction afin d enrichir la liste des réussites. Une démarche en trois étapes L ASSTSAS propose une démarche en trois étapes : l analyse des besoins, l élabo ra tion du concept et l élaboration des caractéristiques détaillées. Faites appel, à chacune des étapes, aux personnes qui travailleront de près ou de loin au poste d accueil afin qu elles puissent préciser les éléments de la situation de travail et valider les modifications. LA PARTICIPATION DU PERSONNEL EST UN ÉLÉMENT ESSENTIEL TOUT AU LONG DU PROJET. 1

4 1. Analyse des besoins Toute situation étant unique, l analyse des besoins est cruciale. Pour y parvenir, l ASSTSAS suggère un cadre d analyse issu de l approche globale. Cette méthode met en relation les personnes, la tâche, le temps, l environnement, les équipements et l organisation du travail qui, ensemble, forment la situation de travail à analyser. PERSONNES. Déterminer le nombre de personnes qui auront à travailler au même endroit est fondamental. De plus, certaines caractéristiques anthropométriques peuvent aussi influencer le design, bien que de manière générale, la conception du poste doive accommoder tous les individus. Le poste doit aussi tenir compte de la clientèle qui s y présente, de son âge, de ses capacités motrices, ou encore, du fait qu elle soit accompagnée ou non. TÂCHE. La tâche est constituée de l ensemble des activités de travail exercées au poste d accueil. Ces activités, nombreuses et diversifiées, seront recensées et documentées afin d arriver à des compromis acceptables et de favoriser les activités dominantes. Par exemple, si la réception d appels téléphoniques est une activité fréquente, on doit placer les équipements téléphoniques à portée de la main, plutôt que de favoriser l imprimante qui ne sert qu à l occasion dans un quart de travail. TEMPS. Sous l angle du temps, plusieurs éléments sont variables. Selon le moment de la journée, les activités et les besoins changent. Par exemple, la fonction d accueil le jour peut devenir un travail de bureautique le soir. ENVIRONNEMENT. Souvent, le réaménagement s effectue dans un emplacement et des superficies imposés, affectant ainsi l environnement de travail. L endroit du poste d accueil est fonction de l entrée de la clientèle, de la salle d attente et des liens avec le reste du service. Enfin, le confort thermique, visuel et acoustique sera pris en considération. ÉQUIPEMENT. La liste des équipements utilisés pour chacune des tâches ou des activités est néces saire. La dimension, la fréquence et la séquence d utilisation du matériel sont importantes. Ceci permettra de prévoir la disposition et l espace optimaux des lieux. PARAMÈTRES ORGANISATIONNELS. L aspect organisationnel comprend le travail d équipe, le travail en effectif réduit, les liens avec le reste du service ou avec d autres services et peut exiger un aménagement particulier. Par exemple, le poste d accueil devra-t-il aussi permettre de recevoir les appels lors des pauses des téléphonistes? 2

5 2. Élaboration du concept La deuxième étape sert à établir les principales caractéristiques du poste de travail. Nous recommandons de considérer cinq éléments majeurs qui détermineront, par la suite, le produit final : la posture assise ou debout ; les combinaisons possibles ; la position de l écran d ordinateur et la forme de la table de travail ; le clavier et la souris ; le type de guichet et de tablette de réception. 2.1 La posture assise ou debout La posture dans laquelle le personnel et la clientèle évolueront est l un des aspects les plus importants dans l élaboration du concept et elle aura des conséquences majeures sur le design du poste. Souvent, la décision est imposée par la situation d accueil Donner priorité à une communication au même niveau LE CONCEPTEUR DU POSTE D ACCUEIL DOIT RESPECTER LE PRINCIPE DE LA COMMUNICATION AU MÊME NIVEAU. En plus de procurer de meilleurs échanges, cela diminue les postures inconfortables de la tête et des membres supérieurs. Cet aspect est encore plus important dans des situations d achalandage élevé Déterminer le temps que passera la clientèle à l accueil Le temps de présence de la clientèle au poste d accueil détermine quelle option choisir. Si l intervention est très courte et que le client n est pas tenté de s asseoir, il faut prévoir l aménagement en fonction d une posture debout. Pensons à l accueil à un comptoir de renseignements. Au contraire, si le client doit répondre à plusieurs questions ou expliquer longuement sa situation, surtout s il est malade, il vaut mieux l asseoir. Si le client est assis, le personnel devrait l être aussi pour respecter le principe de la communication au même niveau. Si le client a le choix entre s asseoir ou rester debout, il vaut mieux alors que le personnel puisse s asseoir Se déplacer ou ne pas se déplacer, là est la question! Quand l accueil est la tâche principale, le personnel n a pas à se déplacer fréquemment. Il appréciera être bien assis, surtout s il doit utiliser l ordinateur. Cette posture est la plus confortable pour maintenir une position statique et elle convient bien à un achalandage élevé. Cependant, si l accueil est secondaire à d autres tâches qui exigent des déplacements fréquents ou qui s exécutent à un autre poste de travail, le personnel aurait avantage à demeurer debout. 3

6 2. É L A B O R A T I O N D U C O N C E P T 2.2 Les combinaisons possibles Nous présentons maintenant cinq possibilités avec quelques pistes pour guider votre choix. L analyse que nous faisons des différentes combinaisons de postures est basée sur un souci de bienêtre du personnel et de la clientèle Personnel assis Client assis Q U A N D PRIVILÉGIER CET T E OPTION? Temps d intervention assez long. Rares déplacements du personnel. Achalandage élevé. Plusieurs clients à mobilité réduite à accueillir. R E M A R Q U E S/C O M P R O M I S Le guichet 1 ne doit pas être trop haut. Il peut être inexistant ou simplement en prolongement de la table de travail. L écran de l ordinateur ne doit absolument pas être placé entre les personnes. Un espace de dégagement plus important doit être prévu devant le poste pour la chaise et les jambes du client. Cette option est à éviter lorsque les lieux physiques ne le permettent pas, comme dans un corridor Personnel assis Client debout Q U A N D PRIVILÉGIER CET T E OPTION? Temps d intervention très court. Travail soutenu du personnel à l ordinateur. Pas d espace pour asseoir le client (chaise et espace pour les jambes). Achalandage élevé. R E M A R Q U E S/C O M P R O M I S Hauteur maximale du guichet de 91 cm (36 po). Puisque la communication n est pas au même niveau, la situation est généralement atténuée en surélevant la chaise du personnel pour réduire la différence de hauteur avec le client. Surplomber ainsi certains outils de travail comme l adressographe est plus convivial et rend certains espaces de rangement plus faciles d accès. L utilisation d un repose-pied sera évidemment nécessaire. Ne pas oublier de prévoir un bon dégagement sous la table pour les jambes du personnel. 1 Guichet : endroit où la clientèle doit se présenter pour s adresser au personnel de l accueil. Il est utile pour échanger des documents et pour écrire. Il sert à distancer la clientèle du personnel notamment lorsqu il déborde vers l extérieur du poste et qu il est vitré. Le guichet, en relation avec la tablette de réception, doit naturellement être perçu par la clientèle comme l endroit d accueil. 4

7 2. É L A B O R A T I O N D U C O N C E P T Personnel debout Client debout Q U A N D PRIVILÉGIER CET T E OPTION? Temps d intervention très court. Déplacements fréquents du personnel. L accueil est une tâche secondaire. Peu de clients à mobilité réduite à accueillir. Pas de travail soutenu à l ordinateur. Objets ou colis à manipuler. R E M A R Q U E S/C O M P R O M I S La hauteur du plan de travail peut se situer entre 91 et 107 cm (entre 36 et 42 po) selon les tâches à effectuer. Lorsque l accueil se fait debout, cela n empêche pas de concevoir une section près du guichet pour du travail assis. Cette situation est acceptable dans le cas où la tâche d accueil n est pas fréquente et que les autres tâches sont plus confortables en position assise. Le siège haut est aussi une solution pour se reposer. Rappelons-nous que la pos ture debout est moins confortable si elle est mainte nue sans déplacement Personnel assis sur un siège haut Client debout Q U A N D PRIVILÉGIER CET T E OPTION? Temps d intervention très court. Achalandage élevé, mais l accueil est une tâche secondaire. Peu de déplacements du personnel (à pied ou avec la chaise). Pas besoin d une grande surface de travail. Peu de clients à mobilité réduite à accueillir. R E M A R Q U E S/C O M P R O M I S Prévoir cette position uniquement dans les situations d alternance pour se reposer de la position debout. Pour la hauteur du plan de travail, voir

8 2. É L A B O R A T I O N D U C O N C E P T Personnel assis et plancher surélevé Client debout Q U A N D PRIVILÉGIER CET T E OPTION? Temps d intervention très court. Peu de déplacements du personnel. Peu de clients à mobilité réduite à accueillir. R E M A R Q U E S/C O M P R O M I S Le palier doit être de la hauteur d une marche. Le palier ne permet pas de déplacements fréquents, car il comporte des dangers de chute pour la personne qui accueille et pour les personnes qui se promènent à pro xi - mité. Il sera par ailleurs important de prévoir une main courante ou le marquage du sol pour le signaler. 2.3 La position de l écran d ordinateur et la forme de la table de travail La position de l écran d ordinateur et la forme de la table sont traitées ensemble puisque les acti vités d accueil et de travail sur le support informatique doivent être harmonisées. Les tiroirs seront placés aux extrémités des tables. On évitera de placer une tirette ou un tiroir sous le plan de travail. QUAND LE TRAVAIL SE FAIT EN POSITION ASSISE, IL FAUT UN ESPACE DE DÉGAGEMENT POUR LES JAMBES ET LES GENOUX ET ASSURER UNE CERTAINE MOBILITÉ AVEC LA CHAISE Table en «L» avec l écran d ordinateur à 90 degrés avec le guichet Le principal désavantage de la table en «L» est que le personnel doit exécuter une rotation de 90 degrés pour passer de l écran au client. Dans certains cas, la confidentialité de l in formation est compromise puisque le clien t voit ce qui apparaît à l écran. Cependant, le passage d une section de table à l autre n exige pas ou peu de déplacement latéral avec la chaise. 6

9 2. É L A B O R A T I O N D U C O N C E P T Écran d ordinateur face au guichet Cette façon de faire est convenable avec un écran plat, l écran standard créera une trop grande distance entre les personnes. L avantage est de pouvoir communiquer avec le client tout en utilisant l ordinateur sans tourner ni la chaise, ni la tête. L inconvénient est évidemment l interférence potentielle de l écran dans la communication, surtout s il y a échange de documents. On contourne le problème en utilisant de petits écrans et en encastrant la base dans la table ou en créant un guichet à côté de l écran Écran d ordinateur sur un angle de coin L alternative au concept de table en «L» est le concept de coin qui vise à réduire la rotation du personnel lors du passage de l écran à la communication avec le client. Par contre, l expérience nous montre que si la rotation est réduite de 90 à 45 degrés, la position de travail devant le guichet exige d effectuer un déplacement latéral avec la chaise. Dans le but d atténuer ce problème, l angle de la table peut être réduit de 135 à environ 112 degrés. La position du guichet doit aussi permettre au personnel et au client de se faire face

10 2. É L A B O R A T I O N D U C O N C E P T Écran d ordinateur sur un angle de coin et table en «V» Ce concept permet de conserver l avantage d une table en «L» quant au passage d une section de table à l autre (sans déplacement latéral) tout en ramenant la position de l écran d ordinateur à angle par rapport au client. Ce concept convient très bien à une intersection de corridor Table enveloppante La forme arrondie est la plus performante pour une plus grande surface de travail accessible par une simple rotation de la chaise. Mais le rayon de courbure doit être judicieusement calculé. Un test avec une chaise permet de déterminer la valeur exacte. Notre expérience démontre que le meilleur rayon se situe entre 45,5 et 53 cm (18 et 21 po). La courbe peut se situer entre le quart et le demicercle, selon que l on cherche à être plus ou moins entouré. Une courbe qui excède le demi-cercle n est pas conseillée puisqu elle risquerait de nuire à l accès au poste de travail. Bien que la courbure ci-dessous soit parfaitement ronde, la table pourrait aussi être constituée de sections droites qui formeraient un demi-hexagone, un demi-octogone, etc. 8

11 2. É L A B O R A T I O N D U C O N C E P T 2.4 Le clavier et la souris Directement sur la table Lorsque l ordinateur n est pas utilisé de manière soutenue ou continue, le clavier et la souris peuvent être placés directement sur la table. Le principal avantage est la possibilité de changer la position de l équipement au besoin. La hauteur de la table sera par contre réduite à 70 cm (entre 27 et 28 po) plutôt que 75 cm (entre 29 et 30 po), sans quoi la table serait trop haute pour les bras. Aussi, elle doit être assez profonde pour permettre d éloigner le clavier et la souris du bord et ainsi, pouvoir appuyer les avant-bras. Cette disposition est possible dans une section de coin puisque cette partie est plus profonde Sur une surface encastrée à hauteur fixe ou variable Si l ordinateur est très utilisé, on recherche une bonne posture des bras. La surface de travail pour le clavier abaissée à 66 cm (26 po) n accommode pas la majorité des indi vidus. Pour le clavier, on préférera une surface à hauteur variable en autant que son mécanisme ne gêne pas les jambes. La surface devrait être encastrée dans la table à moins que l on soit en présence d un poste de travail en «L» qui permet l utilisation d une tablette sans éloigner le travailleur du guichet. AVANT DE FAIRE L INSTALLATION FINALE D UNE PIÈCE D ÉQUIPEMENT, ESSAYEZ-LA POUR VOUS AS- SURER DE LA BONNE POSITION : TOUT CE QUI EST ENCASTRÉ OU FIXÉ EST RAREMENT MODIFIABLE. 9

12 2. É L A B O R A T I O N D U C O N C E P T Sur une tablette tiroir 2 Les tablettes tiroirs, communément appelées tirettes, sont très répandues. Elles ont cependant deux défauts majeurs : elles éloignent de la table et du guichet et réduisent l espace libre sous la table. UNE TIRETTE DOIT SURTOUT ÊTRE UTILISÉE AVEC UN CONCEPT DE TABLE EN «L» PLUTÔT QU EN COIN, CAR CELA ÉLOIGNE DAVANTAGE LE PERSONNEL DE LA TABLE ET DU GUICHET. 2.5 Le type de guichet 3 et de tablette de réception 4 Le guichet doit se distinguer de la tablette de réception afin de s assurer que le client se présente à l endroit souhaité. Quand ces deux éléments sont absents du poste, la réception ressemble davantage à un bureau d entrevue qu à un poste d accueil. La tablette de réception peut servir à créer une distance pour rendre le poste plus sécuritaire et préserver, en partie, la confidentialité des informations. De plus, la tablette peut servir pour des espaces de rangement de type casier. LA HAUTEUR DU GUICHET DOIT ÊTRE LIMITÉE POUR ÉVITER L ÉLÉVATION DES BRAS DU PERSONNEL LORS D ÉCHANGE DE DOCUMENTS AVEC LE CLIENT. 2 Tablette tiroir : tablette mobile glissant horizontalement dans son plan et destinée à déposer le clavier et la souris. Aussi appelée tirette ou tablette coulissante. 3 Guichet : endroit où la clientèle doit se présenter pour s adresser au personnel de l accueil. Il est utile pour échanger des documents et pour écrire. Il sert à distancer la clientèle du personnel notamment lorsqu il déborde vers l extérieur du poste et qu il est vitré. Le guichet, en relation avec la tablette de réception, doit naturellement être perçu par la clientèle comme l endroit d accueil. 4 Tablette de réception : partie surélevée qui borde un comptoir de réception. 10

13 2. É L A B O R A T I O N D U C O N C E P T tablette de reception guichet La tablette de réception doit avoir une hauteur maximale de 107 cm (42 po), de manière à conser ver un bon champ de vision lorsque le personnel est assis. La profondeur sera déterminée en fonction du rangement prévu. Ici, on doit favoriser le personnel plutôt que le client puisque celui-ci est de passage seulement, alors que le personnel y travaille plusieurs heures. Si le client est reçu en position assise, le guichet sera simplement une ouverture dans la tablette de réception au même niveau que la table de travail du personnel. Le besoin d une surface plus grande ou plus haute pour le client est comblé par une tablette extérieure. Le guichet peut se prolonger vers l intérieur afin d approcher la zone d échange entre les personnes. Pour garder le client à distance, on peut prolonger le guichet vers l extérieur ou le vitrer. 11

14 3. Élaboration des caractéristiques détaillées Après les décisions de base, il reste à préciser les caractéristiques détaillées. Pour ne pas oublier un aspect important, nous vous proposons une liste des éléments d aménagement qui doivent rete nir votre attention. La plupart du temps, l ordinateur est utilisé fréquemment, mais sur de courtes périodes. De manière générale, les recommandations usuelles portant sur l aménagement d un ordinateur 5 priment. 3.1 Les dimensions du poste Différentes dimensions sont présentées en guise de modèles. Dans tous les cas, l objectif est de limiter les postures contraignantes comme le travail à bout de bras et en hauteur. Vue en plan Vue en élévation (travail assis seulement) 3.2 La position des différents outils de travail Lorsque la quantité d outils et d objets manipulés au poste d accueil est très importante, il est impossible de les mettre tous à portée de la main. Des choix s imposent en fonction des objets les plus utilisés. L ordre dans lequel ils sont placés est également important. La séquence d utilisation doit être respectée afin de limiter les mouvements, surtout s ils sont répétés. 5 Association canadienne de normalisation. Guide sur l ergonomie au bureau, Toronto, 2001, 338 p. 12

15 3. É L A B O R A T I O N D E S C A R A C T É R I S T I Q U E S D É T A I L L É E S Si des documents sont manipulés, on peut prévoir des casiers sous la tablette de réception ou sous le plan de travail. La consultation de lourds cartables constitue un problème qui peut être contourné en privilégiant le glissement plutôt que le soulèvement. Au mieux, on évite leur manipulation en les plaçant sur des présentoirs faciles d accès. Lorsqu il y a beaucoup de communications téléphoniques et d informations à transmettre rapidement et fréquemment, des surfaces pour l affichage d aide-mémoire seront appréciées. Pour ranger les formulaires, les cartables ou d autres documents, il est tout indiqué d installer des casiers avec séparateurs, auxquels on donne une forme qui en facilite l accès. 3.3 La file d attente La file d attente au poste d accueil ne doit jamais bloquer la circulation des personnes et du matériel. Elle sera visible du poste d accueil et son emplacement sera défini précisément. S il le faut, on installera des dispo sitifs pour que la file prenne la forme voulue à l endroit souhaité. 3.4 La confidentialité Le respect de la confidentialité dans les établissements de santé est une préoccupation qui varie selon la vocation du poste d accueil. Pensons au stand d information générale par opposition à la clinique d hémato-oncologie. Pour préserver efficacement la confidentialité des conversations dans les aires ouvertes, on maintiendra une distance suffisante entre les guichets ou on installera des cloisons. On évitera de placer un poste d accueil trop près d une salle d attente. 13

16 3. É L A B O R A T I O N D E S C A R A C T É R I S T I Q U E S D É T A I L L É E S Pour préserver l information présentée sur l écran d ordinateur, ce dernier doit être orienté pour empêcher la lecture par la clientèle. Une file d attente mal gérée est aussi une source de bris de confidentialité. Il faut la garder à une certaine distance de la personne accueillie. Lorsque la confidentialité est un élément prioritaire, il est souhaitable de placer l accueil dans un local fermé, et ce, même au détriment de l accès visuel. 3.5 La signalisation La signalisation de l accueil sera à la hauteur des yeux et offrira une bonne lisibilité. Cette signalisation est encore plus importante lorsqu il y a différents postes d accueil où s exécutent différentes fonctions. 3.6 Les postes en série Les postes d accueil en série sont chose courante en milieu hospitalier à cause du haut niveau d achalandage. Cependant, toute situation n exigera pas ce genre d accueil. Il importe donc de savoir si chaque membre du personnel a les mêmes fonctions, si le travail d équipe exige une bonne communication visuelle ou orale, si les équipements et le mobilier peuvent ou doivent être mis en commun et si la confidentialité est un enjeu important. SI LES MEMBRES DU PERSONNEL SE REMPLACENT DURANT LES PAUSES, UN POSTE DOIT ÊTRE AMÉ- NAGÉ POUR EXÉCUTER TOUTES LES FONCTIONS. 3.7 Le confort acoustique, thermique et visuel À l accueil, on recherche un environnement calme qui permet de bien communiquer avec le clien t, tout en étant alerte à ce qui se passe autour, comme dans la salle d attente. La ventilation et le système de chauffage seront adaptés selon que le poste est exposé aux courants d air provenant des portes de l établissement ou qu il est confiné et qu il bénéficie de peu de changements d air. Dans le cas d un poste vitré, il faut éviter les reflets sur le verre et donner priorité à une intensité d éclairement plus forte à l extérieur qu à l intérieur. Sinon, le verre aura l effet d un miroir et nuira à la vision à l extérieur du poste. De plus, lorsque le poste est situé à l entrée de l établissement, la lumière naturelle doit être prise en considération. Pour le personnel, une journée très ensoleillée peut produire une lumière éblouissante à cause du contre-jour. Le client peut aussi avoir des problèmes visuels à son arrivée dans l établissement alors qu il a besoin de savoir où se diriger à ce moment précis. Pour éviter ce problème, l intensité d éclairement dans l aire d accueil doit être plus élevée. 14

17 3. É L A B O R A T I O N D E S C A R A C T É R I S T I Q U E S D É T A I L L É E S 3.8 Les liens avec les équipes de travail Les liens étroits qu ont des personnes avec d autres services commandent un aménagement précis. Par exemple, des mécanismes de communication et des endroits d échange de documents seront prévus entre le poste d accueil et le service des archives d un centre hospitalier. Un endroit pour le dépôt des prélèvements sera aménagé à l accueil de la clinique externe pour l infirmière responsable. On limitera, par ailleurs, la circulation derrière ou à proximité des personnes qui travaillent à l accueil pour préserver la confidentialité, éviter les collisions si l espace est restreint et ne pas perturber les communications personnel/clientèle. 3.9 La sécurité contre les agressions La vulnérabilité aux agressions est différente d un établissement à l autre et dans les services d un même établissement. IL FAUT RÉFLÉCHIR AU NIVEAU DE SÉCURITÉ SOUHAITABLE ET PRIVILÉGIER LE CAS PAR CAS. La sécurité peut être renforcée en considérant les éléments suivants : 1) les files d attente doivent être balisées afin d éviter toute confusion dans les rangs ; 2) un poste fermé (combinaison de surface vitrée et de cloison) est plus sécuritaire ; 3) les objets mobiles qui pourraient servir de projectiles ou d armes ne doivent pas être laissés à la portée de la clientèle ; 4) une issue doit être prévue pour permettre la fuite du personnel en cas d urgence ; 5) le personnel de l accueil ne doit pas être isolé et doit avoir accès à un système d appel d urgence La protection contre les infections Le risque de contamination est aussi variable selon la situation. L accueil/inscription d une urgence est certainement plus à risque que l accueil d une clinique externe en ophtalmologie. Le nombre de personnes reçues et la nature des échanges sont également des éléments à considérer. Deux mesures de protection sont proposées. D abord, la distance : plus les personnes sont maintenues à une bonne distance, moins il y a de risque. Au moins 91 cm (36 po) doivent séparer le personnel du client. Par contre, cette distance ne doit pas nuire aux mouvements dans l échange de documents. LE GUICHET DOIT ÊTRE CONÇU POUR APPROCHER DE LA ZONE D ÉCHANGE EN MAINTENANT LE CLIENT À UNE BONNE DISTANCE, TOUT EN ÉVITANT TABLETTE ET GUICHET QUI INVITENT LA CLIENTÈLE À S Y APPUYER. 15

18 3. É L A B O R A T I O N D E S C A R A C T É R I S T I Q U E S D É T A I L L É E S Lorsque le client risque de contaminer le personnel, des écrans de verre sont nécessaires. Le défi est de protéger sans nuire à la communication. Il s agit donc de placer des barrières efficaces, mais qui laissent des ouvertures permettant des échanges verbaux. Les systèmes de communication assistés existent, mais ils présentent des désavantages importants comme des violations de la confidentialité et un son avec distorsion. Écrans de protection contre les infections et les agressions 3.11 L accès pour les clients à mobilité réduite Le client à mobilité réduite et celui qui se déplace en fauteuil roulant doivent pouvoir s asseoir à l accueil. On adaptera donc la hauteur du comptoir de réception et aménagera un dégagement pour les jambes Les communications téléphoniques La réception d appels téléphoniques et l accueil de la clientèle sont deux fonctions difficiles à concilier. La confidentialité risque d être brisée si des communications se déroulent au téléphone au moment où le client est à la réception. Le personnel de l accueil peut répondre à des appels internes, mais la réponse aux appels externes devrait être limitée au remplacement durant les pauses du personnel de la téléphonie. L utilisation des casques d écoute est encouragée lorsqu il y a un bon nombre d appels et qu il y a un risque d atteinte musculosquelettique relié au maintien du récepteur téléphonique. Ces casques doivent être sans fil lorsque les déplacements sont fréquents. Par contre, lorsqu on fait aussi de l accueil, les gens peuvent ne pas se rendre compte de la communication téléphonique en cours et l interrompre ou penser que l on s adresse à eux La simulation préconstruction La simulation de l aménagement en grandeur réelle est une bonne méthode pour valider le concept et préciser les détails. Un simple panneau de contreplaqué supporté par des chevalets peut faire l af faire, permettre de vivre les futurs changements et de les confirmer avant qu ils ne deviennent définitifs. Ces repères d aménagement vous aideront à concevoir ou à corriger un poste d accueil. L ASSTSAS demeure disponible pour vous conseiller et vous assister dans un tel projet. Le programme PARC permet d intégrer les préoccupations d ergonomie et de santé et de sécurité du travail dès les premières étapes d un projet de rénovation ou de construction. N hésitez pas à faire appel à nos services! 16

19 La réalisation de ce document a été rendue possible grâce à la collaboration des personnes suivantes. Direction : Diane Parent Recherche et rédaction : Guy Bertrand Révision linguistique : Stéphanie Aubin (stagiaire) Nous remercions Josée Rioux, chef du Service de santé et de sécurité du travail, ainsi que le personnel de l accueil et de l admission du Centre hospitalier de Charlevoix et du Centre hospitalier Saint- Joseph de La Malbaie, Centre de santé et de services sociaux de Charlevoix. Leur participation a permis la simulation en grandeur réelle de différents concepts de poste d accueil. Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur affaires sociales 5100, rue Sherbrooke Est, bureau 950 Montréal (Québec) H1V 3R9 Tél. : , Téléc. : Internet : Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec (1 er trimestre 2007) Bibliothèque nationale du Canada (1 er trimestre 2007) ISBN : 13 : ASSTSAS code : (CP38) MISSION L ASSTSAS a pour mission de «promouvoir la prévention en santé et en sécurité du travail et soutenir, dans un cadre paritaire, le personnel et les établissements du secteur de la santé et des services sociaux, par des services conseils et des activités d information, de formation, de recherche et de développement, dans la mise en œuvre d actions de prévention qui visent : l identification et l élimination à la source des dangers pour la santé et la sécurité dans le but de préserver l intégrité physique et psychologique du personnel ; l optimisation des conditions d exercice du travail pour l amélioration de la santé et de la qualité de vie au travail du personnel ; tout en favorisant l efficience des processus de travail et en tenant compte de la sécurité de la clientèle des établissements». STRUCTURE PARITAIRE ET SOURCE DE FINANCEMENT L ASSTSAS, organisme à but non lucratif, est gérée par une assemblée générale et un conseil d administration composés en nombre égal de représentants des associations syndicales et patronales du secteur. Son financement provient principalement des cotisations perçues auprès de tous les employeurs du secteur de la santé et des services sociaux. AVERTISSEMENT. Les renseignements que ce document contient ne sont pas exhaustifs. De même, ils ne constituent en aucun cas une interprétation juridique des règlements et de la loi. Votre association sectorielle, l ASSTSAS, ne garantit aucunement que les accidents du travail, les maladies professionnelles et les dangers en ces matières seront nécessairement éliminés grâce à l information contenue dans ce document ou à l adoption des mesures préventives qu il suggère. Il y a des circonstances de lieu et de temps, de même que des conditions générales ou spécifiques, qui peuvent favoriser, diminuer ou éliminer la pertinence ou l efficacité de l information transmise. C est pourquoi les associations membres de l ASSTSAS, ses délégués, ses administrateurs, ses dirigeants et les membres du personnel déclarent formellement n assumer aucune responsabilité pouvant découler de la diffusion de ce document et des mesures qu il préconise. MASCULIN / FÉMININ. Le lecteur voudra bien comprendre en lisant ce document qu un mot comme «travailleur» inclut les deux genres grammaticaux et les deux réalités : les travailleurs et les travailleuses, à moins que le contexte ne l interdise. Le genre masculin que nous utilisons dans ce document ne vise qu à alléger la lecture du texte. REPRODUCTION. Tous droits de reproduction, d adaptation intégrale ou partielle sont strictement réservés par l ASSTSAS et protégés par la Loi du droit d auteur. Une autorisation écrite de l ASSTSAS doit être obtenue pour reproduire ou adapter le présent document.

20 La collection PARC s adresse aux décideurs patronaux et syndicaux, aux intervenants en santé et en sécurité du travail de même qu aux professionnels des services techniques des établissements du secteur de la santé et des services sociaux. Elle traite des éléments à considérer pour intégrer les préoccupations de santé, de sécurité du travail et d ergonomie dans la conception des projets architecturaux de rénovation et de construction. Chacun des fascicules traite d un thème particulier. Abondamment illustrés, ils offrent des repères essentiels pour la conception et l aménagement des bâtiments du secteur. T I T R E S D É J À P U B L I É S N o 1 Le programme PARC : une aide à la conduite des projets architecturaux N o 2 La chambre : milieu de vie et lieu de travail N o 3 L aménagement de résidences pour personnes multihandicapées présentant une déficience intellectuelle N o 4 Simuler les activités de travail N o 5 Les laveries en services alimentaires N o 6 Aménagement d une salle de bain Démarche et points de repère N o 7 Concevoir et aménager un milieu de vie prothétique fermé N o 8 L ergonomie participative dans la conception des bâtiments hospitaliers LES BROCHURES DE LA COLLECTION PARC PEUVENT ÊTRE COMMANDÉES AU COÛT DE 5 $ L UNITÉ (10 $ HORS SECTEUR) OU TÉLÉCHARGÉES GRATUITEMENT DE NOTRE SITE INTERNET AU conception graphique : acapelladesign.com

Méthodes pour monter et descendre un escalier

Méthodes pour monter et descendre un escalier PRINCIPES POUR LE DÉPLACEMENT SÉCURITAIRE DES BÉNÉFICIAIRES PDSB Méthodes pour monter et descendre un escalier ASSTSAS 2008 L Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur affaires

Plus en détail

Optimiser. la hauteur. d une table de travail REPÈRES POUR OPTIMISER LA HAUTEUR DE LA TABLE PREMIER REPÈRE LE TYPE DE TÂCHE

Optimiser. la hauteur. d une table de travail REPÈRES POUR OPTIMISER LA HAUTEUR DE LA TABLE PREMIER REPÈRE LE TYPE DE TÂCHE E R G O N O M I E Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur de la fabrication de produits en métal, de la fabrication de produits électriques et des industries de l habillement

Plus en détail

AMÉNAGEMENT DE BUREAU ACHAT DE MOBILIERS ET D ACCESSOIRES DE BUREAU CRITÈRES ERGONOMIQUES

AMÉNAGEMENT DE BUREAU ACHAT DE MOBILIERS ET D ACCESSOIRES DE BUREAU CRITÈRES ERGONOMIQUES AMÉNAGEMENT DE BUREAU ACHAT DE MOBILIERS ET D ACCESSOIRES DE BUREAU CRITÈRES ERGONOMIQUES Service des ressources humaines Secteur santé et sécurité du travail Janvier 2007 Depuis plus de 15 ans, le Secteur

Plus en détail

ERGONOMIE DU BUREAU Ajouts d information

ERGONOMIE DU BUREAU Ajouts d information ERGONOMIE DU BUREAU Ajouts d information ASSTSAS 1 LES SUJETS ABORDÉS Le travail sur surface «unique» Le travail en coin Le travail assis et debout en alternance Les écrans de plus en plus grands et nombreux

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

COMPTOIR ET SERVICES PUBLICS

COMPTOIR ET SERVICES PUBLICS OBJECTIFS a. Permettre et faciliter à tous les usagers l accès sécuritaire à tous les services publics nécessaires au bien-être et à l autonomie : téléphone, guichet automatique, comptoir, salle d essayage,

Plus en détail

L ACCUEIL DU PUBLIC 3.1 REPÉRAGE DE LA BANQUE D ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ CE QUE DIT LA LOI RECOMMANDATIONS

L ACCUEIL DU PUBLIC 3.1 REPÉRAGE DE LA BANQUE D ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ CE QUE DIT LA LOI RECOMMANDATIONS 3 3.1 REPÉRAGE DE LA BANQUE D ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ L accueil doit pouvoir être identifié et atteint dès le franchissement de la porte d accès du bâtiment. Pour les personnes déficientes

Plus en détail

AMÉNAGER UN COMPTOIR DE SERVICE POUR PERMETTRE LA POSITION ASSISE

AMÉNAGER UN COMPTOIR DE SERVICE POUR PERMETTRE LA POSITION ASSISE FICHE TECHNIQUE #54 AMÉNAGER UN COMPTOIR DE SERVICE POUR PERMETTRE LA POSITION ASSISE Entre le bureau et le comptoir conventionnels, il est possible d aménager un comptoir de service permettant d alterner

Plus en détail

Mieux vivre avec votre écran

Mieux vivre avec votre écran Mieux vivre avec votre écran Ajustez le poste de travail La position la plus confortable pour la lecture de l écran et la frappe sur clavier est celle qui permet le respect des principes suivants : A.

Plus en détail

Toilettes publiques. Problématiques traitées : FICHE9

Toilettes publiques. Problématiques traitées : FICHE9 Toilettes publiques Les toilettes publiques constituent un maillon essentiel d un réseau piéton, en particulier pour les personnes âgées qui souffrent souvent d incontinence. L absence des WC peut représenter

Plus en détail

Le TRAVAIL sur ÉCRAN. Comment bien s installer à son poste de travail. w w w. s t c - q u i m p e r. o r g

Le TRAVAIL sur ÉCRAN. Comment bien s installer à son poste de travail. w w w. s t c - q u i m p e r. o r g Le TRAVAIL sur ÉCRAN Comment bien s installer à son poste de travail w w w. s t c - q u i m p e r. o r g ERGONOMIE DU POSTE DE TRAVAIL Bien se positionner > Assis au fond du siège face à son écran, dos

Plus en détail

Tout ce que vous devez savoir pour bien équiper vos locaux

Tout ce que vous devez savoir pour bien équiper vos locaux Hélène Renaud asstsas Louise Morissette asstsas Tout ce que vous devez savoir pour bien équiper vos locaux Vous rénovez les aires de jeux? Vous achetez de nouveaux équipements? Quels modèles choisir et

Plus en détail

COMMENT AMÉNAGER SON ESPACE DE TRAVAIL SUR ÉCRAN?

COMMENT AMÉNAGER SON ESPACE DE TRAVAIL SUR ÉCRAN? CONSEIL PRÉVENTION Notre équipe au cœur de vos métiers! COMMENT AMÉNAGER SON ESPACE DE TRAVAIL SUR ÉCRAN? TRAVAILLER SUR ÉCRAN POURQUOI AMÉNAGER MON POSTE DE TRAVAIL? S il n est pas bien installé, mon

Plus en détail

Ergonomie et. service de pneus >>>

Ergonomie et. service de pneus >>> Ergonomie et AMÉLIORER L ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL service de pneus >>> DEPUIS PLUSIEURS MOIS, UN CONSEILLER D AUTO PRÉVENTION, UN ERGONOME DE LA CSST ET DES TRAVAILLEURS ET EMPLOYEURS DE CONCESSIONNAIRES

Plus en détail

Travaux d adaptation du logement pour les personnes handicapées moteur

Travaux d adaptation du logement pour les personnes handicapées moteur Fiche pratique Handicap moteur Travaux d adaptation du logement pour les personnes handicapées moteur Profiter de son logement - accéder - cheminer - voir - utiliser les équipements Faire sa toilette -

Plus en détail

T A B L E D E S M A T I È R E S

T A B L E D E S M A T I È R E S T A B L E D E S M A T I È R E S 1. ANALYSE DES BESOINS 2 2. ÉLABORATION DU CONCEPT 2.1 La posture assise ou debout 3 2.1.1 Donner priorité à une communication au même niveau 2.1.2 Déterminer le temps que

Plus en détail

2 - CARACTÉRISTIQUES PARTICULIÈRES. Préambule

2 - CARACTÉRISTIQUES PARTICULIÈRES. Préambule 2 - CARACTÉRISTIQUES PARTICULIÈRES 2-10 - CAHIER DES CHARGES BIEN-ÊTRE Préambule Les prestations touristiques de Remise en forme "Bien-être" comportent des soins de balnéothérapie, des soins de thalassothérapie

Plus en détail

INTRODUCTION À L ERGONOMIE: VOTRE POSTE DE TRAVAIL LIEU OÙ LE TRAVAIL EST FAIT; DANS UNE JOURNÉE, PLUS D UN POSTE DE TRAVAIL; COMPREND AUSSI LE

INTRODUCTION À L ERGONOMIE: VOTRE POSTE DE TRAVAIL LIEU OÙ LE TRAVAIL EST FAIT; DANS UNE JOURNÉE, PLUS D UN POSTE DE TRAVAIL; COMPREND AUSSI LE INTRODUCTION À L ERGONOMIE: VOTRE POSTE DE TRAVAIL LIEU OÙ LE TRAVAIL EST FAIT; DANS UNE JOURNÉE, PLUS D UN POSTE DE TRAVAIL; COMPREND AUSSI LE MILIEU PHYSIQUE (TEMPÉRATURE, ÉCLAIRAGE, BRUIT). LE BUREAU:

Plus en détail

Trucs et astuces N o 9.1 À chaque inconfort des causes possibles et des recommandations

Trucs et astuces N o 9.1 À chaque inconfort des causes possibles et des recommandations Trucs et astuces N o 9.1 À chaque inconfort des causes possibles et des recommandations COU Vous penchez la tête vers l avant pour regarder: L écran est trop bas Les imprimés à plat sur le bureau Le clavier

Plus en détail

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 Table des matières Présentation...2 Mise en contexte...2 Notre mission...2 Nos employés...2 Plaintes et demandes d accommodement...2 Adoption

Plus en détail

MUSÉE DE L ART WALLON

MUSÉE DE L ART WALLON Mars 2006 Page 1 sur 21 MUSÉE DE L ART WALLON Ilot St-Georges En Féronstrée, 86 4000 Liège Tél. : 04/ 221 92 31 Fax : 04/ 221 92 32 E-Mail : musee.artwallon@liege.be 0 0 5 1 4 0 Avec le soutien financier

Plus en détail

Le travail sur écran dans de mauvaises conditions peut engendrer de la fatigue visuelle et des troubles musculosquelettiques

Le travail sur écran dans de mauvaises conditions peut engendrer de la fatigue visuelle et des troubles musculosquelettiques FATIGUE VISUELLE TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Elle peut se manifester par : - une baisse de la performance visuelle - des picotements des yeux - des éblouissements - une vision moins nette - des maux

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Stationnement automobile

Stationnement automobile H.02 Objet de la fiche Rappeler les dispositions de l arrêté pour l application, aux parcs de stationnement automobile, des articles R.111-19 à R.111-19-3 ; R.111-19-6, R.111-19-8 et R.111-19-11du code

Plus en détail

Normes minimales de travail dans les centres de services à la clientèle

Normes minimales de travail dans les centres de services à la clientèle Normes minimales de travail dans les centres de services à la clientèle CONTEXTE Plus de 6 000 fonctionnaires fédéraux travaillent dans des centres de services à la clientèle, et la plupart sont membres

Plus en détail

GL5 GLS5. Lève-personnes mobiles

GL5 GLS5. Lève-personnes mobiles GL5 GLS5 Lève-personnes mobiles Lève-personnes mobile GL5 Les lève-personnes mobiles GL5 sont les alternatives au sol des appareils de levage fixés au plafond de la gamme de produits Guldmann. Depuis plus

Plus en détail

LES SALLES RECEVANT DU PUBLIC

LES SALLES RECEVANT DU PUBLIC 7 7.1 SALLES DE RÉUNION / SALLES DE CLASSE FOCUS 1 : CIRCULATIONS, ESPACES DE ROTATION ET EMPLACEMENTS PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ Les salles de réunion et autres salles de classe doivent être

Plus en détail

Causes Risque de TMS Prévention

Causes Risque de TMS Prévention Synthèse sur les réglages des postes de travail Causes Risque de TMS Prévention Le siège Assise à trop basse : Appui trop important sur les ischions. Flexion de hanche donc enroulement lombaire : Risques

Plus en détail

Services santé et sécurité à la carte

Services santé et sécurité à la carte Services santé et sécurité à la carte Les Services Santé et sécurité du travail offrent des services à la carte aux membres de l AQCPE non membres de la Mutuelle de prévention des CPE. Sans bénéficier

Plus en détail

Manutention et postures de travail

Manutention et postures de travail Manutention et postures de travail Manutention et postures de travail Page 1 sur 7 Dangers principaux Généralités Les facteurs techniques, économiques, organisationnels et humains influencent le comportement

Plus en détail

F3. NORMES TECHNIQUES RELATIVES A L ACCESSIBILITE AU CABINET MEDICAL

F3. NORMES TECHNIQUES RELATIVES A L ACCESSIBILITE AU CABINET MEDICAL Le pour les I - Les cheminements extérieurs Article 2 «[ ] Lorsqu une dénivellation ne peut être évitée, un plan incliné de pente inférieure ou égale à 5 % doit être aménagé afin de la franchir. Les valeurs

Plus en détail

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public Guide de l Accessibilité des Etablissements Recevant du Public Direction du Développement Commerce Tourisme Réaliser un projet qui garantit l égalité d accès : S assurer que les entrées principales soient

Plus en détail

2012-11-28. Ergonomie du travail à l ordinateur. Introduction. Sondage. Webinaire

2012-11-28. Ergonomie du travail à l ordinateur. Introduction. Sondage. Webinaire Webinaire Ergonomie du travail à l ordinateur Jocelyn Villeneuve Asstsas 2011 Introduction Ce Webinaire s adresse aux utilisateurs directs. Sommaire : Principes ergonomiques Postures ergonomiques pour

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

Aide-mémoire pour assurer l accessibilité de vos événements

Aide-mémoire pour assurer l accessibilité de vos événements Guide pratique d accessibilité des événements Aide-mémoire pour assurer l accessibilité de vos événements Accessibilité extérieure Transport Service de transport collectif régulier, fréquent et à proximité.

Plus en détail

Problèmes rencontrés par une personne à mobilité réduite

Problèmes rencontrés par une personne à mobilité réduite Le 17 Avril 2012 Problèmes rencontrés par une personne à mobilité réduite Hauteur de marche supérieure à 2 cm Largeur de la porte d entrée inférieure à 90cm Porte ouvrant vers l extérieur Cheminement inférieur

Plus en détail

Travail sur écran Conseils pour travailler confortablement sur ordinateur

Travail sur écran Conseils pour travailler confortablement sur ordinateur Travail sur écran Conseils pour travailler confortablement sur ordinateur Eviter les reflets et les éblouissements Placez l écran et le plan de travail de façon perpendiculaire à la source de lumière naturelle.

Plus en détail

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN La fatigue visuelle figure souvent au premier plan parmi les manifestations physiques ressenties par les utilisatrices

Plus en détail

Le déneigement des véhicules lourds. transport

Le déneigement des véhicules lourds. transport Le déneigement des véhicules lourds transport TABLE DES MATIÈRES L élimination du danger à la source : éviter le travail en hauteur!...p. 5 En hauteur, mais en toute sécurité! Utiliser des moyens collectifs

Plus en détail

ECRAN DE VISUALISATION

ECRAN DE VISUALISATION Prévention et Intérim 1. Explications et illustrations Il s agit de prendre en compte toutes les fonctions administratives pour lesquelles le travail sur écran est important (au moins 4 h par jour), telles

Plus en détail

COMMUNE DE DE SAINT-DENIS-D AUTHOU 1, rue Principale 28480 Saint-Denis-d Authou

COMMUNE DE DE SAINT-DENIS-D AUTHOU 1, rue Principale 28480 Saint-Denis-d Authou COMMUNE DE DE SAINT-DENIS-D AUTHOU 1, rue Principale 28480 Saint-Denis-d Authou AMENAGEMENT D UN GITE RURAL Rue des Tilleuls 28480 Saint-Denis-d Authou DOSSIER DE DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE MAÎTRISE

Plus en détail

L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie

L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie Guide pratique Règlementation, recommandations et préconisations Préambule 2 Définition d un ERP: Sont considérés comme des Établissements

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Cahier de bord de l entreprise de transport et des conducteurs de berline Consignes et directives

Cahier de bord de l entreprise de transport et des conducteurs de berline Consignes et directives Cahier de bord de l entreprise de transport et des conducteurs de berline Consignes et directives table des matières Présentation...1 1 Présence de parents aux arrêts...2 2 Modification d arrêt...2 3 Ordre

Plus en détail

ACCESSIBILITE DANS LES ERP

ACCESSIBILITE DANS LES ERP ACCESSIBILITE DANS LES ERP SOMMAIRE 1 La législation SOMMAIRE 2 Règles générales applicables aux ERP existants 3 Les possibilités de dérogation 1ère partie La législation Accessibilité: le principe La

Plus en détail

Évaluation ergonomique d un poste de travail

Évaluation ergonomique d un poste de travail Évaluation ergonomique d un poste de travail 1. Évaluation du type de travail effectué par la personne rencontrée Dès le début de l évaluation, il s agit de déterminer les tâches principales dont la personne

Plus en détail

1.0 L ORGANISATION DE L ESPACE

1.0 L ORGANISATION DE L ESPACE 1.0 L ORGANISATION DE L ESPACE À quels signes peux-tu reconnaître que ton organisation est déficiente? -S il t arrive souvent d oublier des échéances ou des consignes -Si tu as parfois de la peine à retrouver

Plus en détail

IPP-0773 BAT-0743 Le Forum de Liège Janvier 2006 Page 1 sur 21

IPP-0773 BAT-0743 Le Forum de Liège Janvier 2006 Page 1 sur 21 Janvier 2006 Page 1 sur 21 LE FORUM Rue pont d Avroy, 14 4000 Liège Tél. : 04/ 223 18 18 Fax : 04/ 223 15 43 Web : www.leforum.be 0 3 0 2 1 8 Avec le soutien financier de la Ministre de la Santé, de l

Plus en détail

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2D RENDRE MON COMMERCE ACCESSIBLE

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2D RENDRE MON COMMERCE ACCESSIBLE KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2D RENDRE MON COMMERCE ACCESSIBLE RAPPEL : Pour les ERP classés 1, 2, 3, 4e catégorie :

Plus en détail

TITRE II : LE REGLEMENT TECHNIQUE ET SPORTIF DES QUILLES DE HUIT.

TITRE II : LE REGLEMENT TECHNIQUE ET SPORTIF DES QUILLES DE HUIT. TITRE II : LE REGLEMENT TECHNIQUE ET SPORTIF DES QUILLES DE HUIT. CHAPITRE I : LE REGLEMENT TECHNIQUE Ce règlement est celui de la F.F.B.S.Q., Comité National Quilles de Huit. Il édicte les règles de jeu,

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

Handicap visuel. Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes. Fiche pratique

Handicap visuel. Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes. Fiche pratique Fiche pratique Handicap visuel Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes Accéder aux parties communes - sécuriser le cheminement - choisir les équipements - bien

Plus en détail

La position parfaite pour un travail sur écran

La position parfaite pour un travail sur écran La position parfaite pour un travail sur écran Vous travaillez souvent sur l ordinateur? Alors veillez à votre confort car sinon vous risquez des douleurs (chroniques) à la nuque, au dos ou ailleurs. Voici

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

TOURISME CULTURE ACCESSIBLES. AIDE-MÉMOIRE RESTAURANT Pour une conception sans obstacles aux personnes à capacité physique restreinte

TOURISME CULTURE ACCESSIBLES. AIDE-MÉMOIRE RESTAURANT Pour une conception sans obstacles aux personnes à capacité physique restreinte TOURISME CULTURE ACCESSIBLES AIDE-MÉMOIRE RESTAURANT Pour une conception sans obstacles aux personnes à capacité physique restreinte MISE À JOUR MARS 2014 TABLE DES MATIÈRES STATIONNEMENT 3 ENTRÉE ET INTÉRIEUR

Plus en détail

PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES Période du 1 er avril 2013 au 31 mars 2015 PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie

CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie Karen Lamothe, T.P.I. Présidente www.gomesuresdurgence.com 514.799.3110 Congrès AQHSST 2011 Trois-Rivières 14 mai 2011 13h30 à 14h15 Plan de la conférence

Plus en détail

05/08/2008. Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.

05/08/2008. Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu. Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr DIPLÔME D ERGONOMIE ET DE PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL o p t i o n 1 Ergonomie

Plus en détail

Le champ d exercice de l infirmière. diplômée DIRECTIVE PROFESSIONNELLE. Directive professionnelle : Le champ d exercice de l infirmière.

Le champ d exercice de l infirmière. diplômée DIRECTIVE PROFESSIONNELLE. Directive professionnelle : Le champ d exercice de l infirmière. DIRECTIVE PROFESSIONNELLE Le champ d exercice de l infirmière (mai 2012) (1/11 ) Mission L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick est un organisme de réglementation professionnel

Plus en détail

Compte rendu de la commission caisse issue de l accord NAO

Compte rendu de la commission caisse issue de l accord NAO Compte rendu de la commission caisse issue de l accord NAO La Direction nous a proposé la charte sur les conditions de travail que vous trouverez ci-joint. En bleu les observations qui ont été faites sur

Plus en détail

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale)

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Régionale - Locale Date: A: Nom de l établissement: De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) L Régionale «Réseau CERTA» et ont convenu

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale PROJET DE LOI N O 108 LOI MODIFIANT LA LOI SUR L ASSURANCE PARENTALE ET D AUTRES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD Module II La planification des interventions : la personne d abord 127 PROCESSUS DE PLANIFICATION DES MESURES D'URGENCE Connaissance

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée PRÉFET DE LA SARTHE Direction Départementale des Territoires de la Sarthe Sous-Commission Départementale d Accessibilité VERS UNE ACCESSIBILITÉ généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11

Plus en détail

Santé psychologique PRÉVENTION ET SOUTIEN

Santé psychologique PRÉVENTION ET SOUTIEN Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur affaires sociales > Mission Dans le cadre de l entente patronale-syndicale qui la crée et des lois qui la régissent, l ASSTSAS a

Plus en détail

L ERGONOMIE AU POSTE DE TRAVAIL INFORMATISÉ

L ERGONOMIE AU POSTE DE TRAVAIL INFORMATISÉ Pour ce faire, il faut disposer le poste de travail de sorte que la ligne de vision de l utilisateur à l écran soit parallèle aux fenêtres et aux luminaires et entre les rangées de luminaires (Figure E).

Plus en détail

Être en sécurité à domicile

Être en sécurité à domicile La prévention des chutes Être en sécurité à domicile CLSC de Saint-Michel CLSC de Saint-Léonard 5540, rue Jarry est Montréal (Québec) H1P 1T9 TABLE DES MATIÈRES La prévention des chutes 2 L aménagement

Plus en détail

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision DESCRIPTION DU POSTE Titre : Agent du service aux donateurs Département : Collecte de fonds Supérieur hiérarchique : Directeur de la collecte de fonds Supervision : Personnel et bénévoles du service aux

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES

MANUEL DE GESTION GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES SCECR-DIR-04-09 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Service conseil à l évaluation, aux communications et à la recherche Destinataires

Plus en détail

Analyse de l adaptation du travail aux individus dans un souci de santé et sécurité des employées ainsi que de l efficacité de l organisation du

Analyse de l adaptation du travail aux individus dans un souci de santé et sécurité des employées ainsi que de l efficacité de l organisation du Analyse de l adaptation du travail aux individus dans un souci de santé et sécurité des employées ainsi que de l efficacité de l organisation du travail. Centre de la petite enfance (Québec) RÉSUMÉ Au

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

Collecte d ordures ménagères. Le choix d un camion avec bras assisté

Collecte d ordures ménagères. Le choix d un camion avec bras assisté Collecte d ordures ménagères Le choix d un camion avec bras assisté Mai 009 Cette fiche s adresse aux concepteurs-fabricants, aux acheteurs potentiels ainsi qu aux opérateurs de camions. Une étude 1 sur

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express

Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express Montréal, 2002 Ville de Montréal Le contenu de cette présentation est tiré du guide d aménagement «Pour un environnement urbain sécuritaire»

Plus en détail

La réforme sur les retraites

La réforme sur les retraites Pénibilité au travail Tous concernés! Pascal Eugène et Vivian Dumond, intervenants en prévention des risques professionnels De nouveaux repères Au 31 janvier 2012, la réglementation a mis en place un nouveau

Plus en détail

LES BUREAUX RECEVANT DU PUBLIC

LES BUREAUX RECEVANT DU PUBLIC 6 6.1 SIGNALÉTIQUE PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ Dans la plupart des ERP, les usagers peuvent être reçus dans des bureaux généralement classés en partie Code du Travail. Il est ainsi difficile

Plus en détail

Plus qu une entreprise... Un réseau

Plus qu une entreprise... Un réseau Société GRICS Plus qu une entreprise... Un réseau De par sa nature, la Société GRICS n est pas une entreprise comme les autres : elle est un regroupement, au centre d un réseau qui réunit l ensemble des

Plus en détail

CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE

CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE Direction de la gestion des espaces et des services auxiliaires CADRE DE GESTION SUR L UTILISATION DE LA VIDÉOSURVEILLANCE 1. OBJECTIF Le présent cadre de gestion a pour objet de définir des règles minimales

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité)

L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité) L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité) La loi du 11 février 2005 exprime le principe «d accès à tout pour tous» qui implique

Plus en détail

SIEGE D EVACUATION. Manuel d'utilisation

SIEGE D EVACUATION. Manuel d'utilisation SIEGE D EVACUATION Manuel d'utilisation REHA-TRANS Siège d évacuation Evacuation d'urgence Armoire de rangement Introduction Vous avez choisi d acheter un SIEGE D EVACUATION D'URGENCE. Veuillez lire attentivement

Plus en détail

MANUEL DE GESTION GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION

MANUEL DE GESTION GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION SCECR-DIR-07-01 MANUEL DE GESTION TITRE : GESTION DU CENTRE DE DOCUMENTATION TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Conseillère-cadre à l évaluation, aux communications et à la recherche

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

oculaires corporelles

oculaires corporelles FICHE TECHNIQUE ASSTSAS LABORATOIRE LE TRAVAIL SOUS HOTTE 3 9 Douches d urgence : douches oculaires et douches corporelles Selon l article 75 du Règlement sur la santé et la sécurité du travail (RSST),

Plus en détail

S asseoir efficacement. Astuces ergonomiques pour le travail sur écran

S asseoir efficacement. Astuces ergonomiques pour le travail sur écran S asseoir efficacement Astuces ergonomiques pour le travail sur écran Adoptez une assise appropriée Conservez les courbures naturelles de votre dos Cela se traduit par: un léger creux au niveau de la nuque

Plus en détail

Guide sur les VALEURS. Angélike et Delphine

Guide sur les VALEURS. Angélike et Delphine Guide sur les VALEURS Angélike et Delphine Ce guide sur les valeurs s adresse autant à notre clientèle qu au personnel du Centre de réadaptation en déficience physique (CRDP) et constitue le code d éthique

Plus en détail

Les monte escaliers de MediTek La solution pour votre mobilité à votre domicile

Les monte escaliers de MediTek La solution pour votre mobilité à votre domicile Les monte escaliers de MediTek La solution pour votre mobilité à votre domicile VOTRE INDEPENDANCE REGAGNEE PAR L EXCELLENCE DU NOUVEAU MONTE ESCALIER DE MEDITEK. Autrefois, quand monter un escalier était

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 1. Contexte PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 Dans le passé, on recherchait des superviseurs compétents au plan technique. Ce genre d expertise demeurera toujours

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

COMPLEXE DU PONTI La Trocante

COMPLEXE DU PONTI La Trocante Janvier 2006 Page 1 sur 20 COMPLEXE DU PONTI La Trocante Rue de Fernelmont, 1 5020 Champion Tél. : 081/200.242 Fax : 081/200.243 E-Mail : namur@trocante.be Web : www.trocante.be/namur 5 5 2 2 1 8 Avec

Plus en détail

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test TAP-PAR Test d aptitudes physiques pour paramédics Description du test INTRODUCTION Le travail de paramédic nécessite une capacité physique supérieure à celle de la population moyenne. En effet, ceux-ci

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Objectifs. 3 visites d observation dans des écoles. Différence? 9

Objectifs. 3 visites d observation dans des écoles. Différence? 9 Postures de travail sécuritaires lors de la pose de scellants en milieu scolaire Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur affaires sociales Rose-Ange Proteau, ergonome ASSTSAS

Plus en détail

Travaux d adaptation du logement pour les personnes âgées

Travaux d adaptation du logement pour les personnes âgées Fiche pratique Personnes âgées Travaux d adaptation du logement pour les personnes âgées Accéder à son logement - utiliser les escaliers - prendre l ascenseur - accéder aux équipements Profiter de son

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Ensoleillement et rayonnement calorifique

Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Page 1 sur 5 Dangers principaux Des endroits ombragés, un habillement adéquat (coiffure) voire une crème solaire doivent

Plus en détail