Le cadre d'interopérabilité du DMP. Juillet 2007

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le cadre d'interopérabilité du DMP. Juillet 2007"

Transcription

1 Le cadre d'interopérabilité du DMP Juillet 2007

2 Historique du document Le cadre d'interopérabilité du DMP définit globalement les spécifications des échanges avec les sous-systèmes «portail» et «hébergeur» composant le système DMP. Le cadre d'interopérabilité du DMP : a été publié en version initiale le 4 avril 2007 pour une phase de concertation les commentaires et questions reçus ont été traités un document de réponse aux questions a été publié au sein de l'espace de concertation la nouvelle version du document prend en compte les remarques et les commentaires reçus 2

3 Plan du cadre d'interopérabilité Partie 1 : Présentation du cadre d'interopérabilité définitions dimensionnement et spécifications d'interopérabilité du DMP Partie 2 : Interopérabilité architecture et exigences les intangibles de l'architecture une architecture composée d'un portail et d'hébergeurs un jeton d'habilitation et des données échangées au format IHE des web services et des données IHE des exigences générales en cible Volet «PS en exercice individuel» Volet «PS en établissement de santé» Volet «Messagerie» (à l'étude) Volet «Réseaux de santé et plate-forme d'intermédiation» (à l'étude) Partie 3 : Interopérabilité modes opératoires les étapes de la DMP compatibilité organisation de l'espace de concertation processus d'homologation / d'agrément éléments de calendrier 3

4 Partie 1 : Présentation du cadre d'interopérabilité définitions dimensionnement et spécifications d'interopérabilité du DMP Partie 2 : Interopérabilité architecture et exigences les intangibles de l'architecture une architecture composée d'un portail et d'hébergeurs un jeton d'habilitation et des données échangées au format IHE des web services et des données IHE des exigences générales en cible Volet «PS en exercice individuel» Volet «PS en établissement de santé» Volet «Messagerie» (à l'étude) Volet «Réseaux de santé et plate-forme d'intermédiation» (à l'étude) Partie 3 : Interopérabilité modes opératoires les étapes de la DMP compatibilité organisation de l'espace de concertation processus d'homologation / d'agrément éléments de calendrier 4

5 L'interopérabilité : «Capacité de systèmes hétérogènes à échanger leurs données, de sorte que celles émises par l'un puissent être reconnues et interprétées par les autres, utilisées et traitées» Professionnels de santé / Etablissements de santé Acteurs institutionnels (CNAM-TS, CNAV, Caisse des dépôts, GIP-CPS, GIE SV, Etat, etc.) DMP Hébergeurs Patients, bénéficiaires de l'assurance maladie 5

6 L'interopérabilité : c'est satisfaire à des besoins de communication et d'échange, dans un cadre réglementaire précis, en réutilisant au maximum les standards et normes existants et reconnus => c'est un choix de normes et de standards, et de leurs évolutions, recouvrant tous les domaines de l'interopérabilité. Normes et standards sur les échanges électroniques Web services, SOAP, Presto, IHE-XDS, etc. Normes et standards sur l Internet HTML, HTTP, ISO, PDF, JPEG, etc. Normes et standards sur le contenu des données de santé IHE, HL7 CDA, CEN EHRcom DICOM, etc. données d'index Contenus et sémantique contenus structurés Cadre réglementaire 6

7 Les dimensions de l'interopérabilité du DMP L'interopérabilité : pour avec : des contenus des protocoles les échanges métiers (données médicales) les échages techniques (données support aux échanges) les LPS des PS les SI des ES les navigateurs des patients les téléservices et SI des opérateurs sectoriels (CNAM-TS, CNAV/RNIAM, CPS/RPPS, etc.) 7

8 L'interopérabilité dans le DMP : les acteurs systèmes Annuaires Données Téléservices et SI de l'am CNAV RNIAM Réseaux /DCC / Dxx Télé-services Historique de remboursements GIP-CPS RPPS DP FSE INTEROPERABILITE 1<>1 INTEROPERABILITE de 1<>n voire m<>n DMP Portail DMP Hébergeurs agréés Hébergeur de référence DMP Authentification Échange de données Navigateur LGC LPS SIH Poste de consultation Patient (BAM) PS PE 8

9 L'interopérabilité dans le DMP Les spécifications d'interopérabilité pour le DMP ce sont : des spécifications de contenu, de format, de syntaxe... des spécifications de modalités d'échanges, de protocoles mais aussi : une répartition des rôles entre les acteurs de l'interopérabilité (fourniture de souches, de composants,...) un environnement de test une procédure d'agrément / certification / validation (à déterminer) qui atteste de l'interopérabilité des SIS avec le DMP une convention entre acteurs (responsabilités juridiques, procédures, niveau de service) et surtout : un planning une coordination entre acteurs de l'etat 9

10 L'interopérabilité dans le DMP Le cadre d'interopérabilité décrit dans le présent document est complété par : des conventions entre les acteurs (responsabilités juridiques, procédures, niveau de service) des spécifications : pour l'interaction avec le service de confiance : un Dossier de spécifications techniques (publié au sein de l'espace de concertation le 4/04/07) pour les échanges de données de santé : une Description du domaine d'activité DMP (en cours de rédaction) l'extension française d'ihe-xds (publiée le 4/04/07) un «Cadre d'homologation / d'agrément des LPS» (rédaction en cours, livraison prévue fin 07/2007) 10

11 Les interactions élémentaires avec les PS (1)&(2) : interactions spécifiées (3) : en cours de spécifications (4)&(4bis) : réflexion en cours 11

12 Les interactions élémentaires avec les PS - légende Système ou sous-système (portail, hébergeur, frontal, DP,...) Données Périmètre Interaction d'authentification Interaction d'échange de données médicales Interaction hors périmètre DMP PS A PS B PS C PS D & PS E Pharmacien d'officine (alimentation indirecte du DMP) PS en mode d'exercice individuel PS en mode d'exercice collectif PS en remise de documents en mode messagerie 12

13 Partie 1 : Présentation du cadre d'interopérabilité définitions dimensionnement et spécifications d'interopérabilité du DMP Partie 2 : Interopérabilité architecture et exigences les intangibles de l'architecture une architecture composée d'un portail et d'hébergeurs un jeton d'habilitation et des données échangées au format IHE des web services et des données IHE des exigences générales en cible Volet «PS en exercice individuel» Volet «PS en établissement de santé» Volet «Messagerie» (à l'étude) Volet «Réseaux de santé et plate-forme d'intermédiation» (à l'étude) Partie 3 : Interopérabilité modes opératoires les étapes de la DMP compatibilité organisation de l'espace de concertation processus d'homologation / d'agrément éléments de calendrier 13

14 L'architecture du système DMP Le système DMP est composé : d'un portail pour l'authentification des acteurs le contrôle des habilitations d'hébergeurs de données de santé (hébergeur de référence ou hébergeurs agréés) pour la manipulation de «documents ou de données de santé» (consultation, dépôt) Les interactions entre les composants du système DMP et les SI de Soins mettent en jeu une pluralité d'acteurs (éditeurs de SI de soins en particulier) => nécessité d'un cadre d'interopérabilité 14

15 La cinématique d'échange avec le système DMP La cinématique d'échange avec le système DMP comprend : 1 authentification de l'acteur et demande d'accès à un DMP auprès du Portail 2 fourniture par le Portail d'un jeton SAML d'accès au DMP 3 émission des requêtes d'accès au DMP (en consultation ou en alimentation) vers l'hébergeur concerné avec présentation du jeton SAML émis par le Portail 15

16 Interaction avec le portail accès patient DMP Portail DMP Hébergeur de référence DMP Téléservices AM Portail IMARS Navigateur redirect Poste de consultation Patient (BAM) SSL / TLS WebService Poste de travail PS CPS Deux modes distincts d'authentification en fonction de l'acteur (lié aux modalités d'accès via navigateur ou LPS) 16

17 Interaction avec le portail accès du PS DMP Portail DMP Hébergeur de référence DMP Téléservices AM Portail IMARS (1) requête (consultation, dépôt) (2) assertion SAML (3) requête Hébergeur & assertion SAML (4) échange de données de santé Navigateur Poste de consultation Patient (BAM) (1) (2) (3) WebService Poste de travail PS CPS Deux modes distincts d'authentification en fonction de l'acteur (lié aux modalités d'accès via navigateur ou LPS) (4) SSL / TLS Une double logique : authentification des acteurs (PS) (SAML V2.0) authentification mutuelle des systèmes (SIS ou PdT) 17

18 Interaction «échange de données de santé» (1/2) Les échanges de données de santé sont réalisés au format IHE-XDS en respectant strictement le modèle suivant : les requêtes "Registry Stored Query" utiliseront des transactions en mode "SOAP V1.1" les requêtes "Retrieve Document" utiliseront des transactions en mode "https get" les requêtes "Provide and Register Document Set" utiliseront des transactions en mode "SOAP with attachment sur SSL/TLS" En version 2 du DMP, les échanges de données de santé seront réalisés au format IHE-XDS dans sa version web services 18

19 Interaction «échange de données de santé» (2/2) Participation aux travaux du consortium IHE : Spécifications de la mise en oeuvre d'ihe-xds participation à la rédaction de l'extension française d'ihe-xds (encoding à utiliser, codification des méta-données porteuses d'identifiant) participation à la rédaction des spécification du domaine d'activité DMP (nomenclatures à utiliser, formats de documents utilisables dans le cadre du DMP, fonctions spécifiques telles que suppression et masquage) Evolution d'ihe-xds participation aux travaux sur l'utilisation de web-services (convergence avec PRESTO V2.0) Connectathon participation au connectathon 2007 en tant que monitor Travaux futurs envisagés participation aux spécifications de la mise en oeuvre d'ihe-atna participation aux spécifications de la mise en oeuvre d'ihe-xua Parallèlement, des travaux sont menés pour la prise en compte de données structurées. 19

20 Les exigence générales de la DMP compatibilité (en cible et transitoire) Les exigences générales de la DMP compatibilité : Le PS doit être identifié et authentifié (ses droits et habilitations doivent être contrôlés par le portail et donc les éléments correspondants transmis à celui-ci) : le PS est identifié par son identifiant ADELI (et ultérieurement RPPS), les modalités transitoires de l'identification des PS en environnement hospitalier sont décrites dans le Volet SIH du présent cadre d'intéropérabilité. les élements d'identification et d'authentification fournis par le PS proviennent essentiellement de données confinées dans sa carte CPS personnelle. L'authentification du PS peut être synchrone (même unité de temps) avec la requête portant sur les données médicales ou asynchrone. Dans ce dernier cas les éléments d'identification, d'authentification et la demande d'accès au DMP elle-même doivent être signés par la CPS du PS (mode messagerie par exemple). Les éléments d'identification / authentification du PS sont disjoints de la signature du document déposé (le PS alimentant le DMP n'est pas forcément l'auteur du document transmis). L'accord du patient en matière d'accès à son DMP est recueilli (en cible) via sa carte Vitale (consentement initial, refus d'accès à un PS,...). Des exceptions identifiées à cette règle existent à ce jour (urgences, centre 15, tous les cas où le PS peut ne pas voir le patient, oubli de carte Vitale et donc obligation d'un mode d'allégation par le PS). En mode transitoire ce consentement est déclaré (allégué) par le PS dûment authentifié (CPS) 20

21 Les exigence générales de la DMP compatibilité (en cible et transitoire) Les exigences générales de la DMP compatibilité (suite) : Les documents déposés par le PS, que ce soit en mode synchrone ou asynchrone, doivent être signés par la CPS de leur auteur (en cible). De manière transitoire un cachet est apposé par l'hébergeur. Cette solution assure l'intégrité du document mais non l'imputabilité des actions réalisées. Il est à noter que le PS alimentant le DMP n'est pas forcément l'auteur du document déposé. Les LPS doivent respecter les exigences d'authentification mutuelle [LPS / Portail / Hébergeur] (décrites dans les spécifications du service de confiance) afin d'éviter les usurpations d'identité et de rôle. Tous les échanges de données doivent être protégés en confidentialité. Les données de santé échangées doivent être conformes aux spécifications IHE (formats et méta-données) et aux profils mis en oeuvre conformément aux spécifications publiées par le GIP-DMP. Les échanges de données d'identification, d'authentification et d'habilitation doivent être effectués en mode Web_services conformément aux spécifications publiées par le GIP- DMP. Le LPS doit disposer d'un numéro d'homologation / agrément valide (contrôlable par le portail). 21

22 Limites de la DMP compatibilité La DMP compatibilité est évaluée à l'interface avec le DMP. Les systèmes soumis aux exigences de la DMP compatibilité sont donc : les LGC Les frontaux ou connecteurs de SIH, de réseau ou de messagerie La DMP compatibilité ne préjuge en rien de la conformité de ces systèmes aux textes applicables : le decret hébergeur pour les systèmes stockant des données personnelles le décret confidentialité le décret identifiant... 22

23 Partie 1 : Présentation du cadre d'interopérabilité définitions dimensionnement et spécifications d'interopérabilité du DMP Partie 2 : Interopérabilité architecture et exigences les intangibles de l'architecture une architecture composée d'un portail et d'hébergeurs un jeton d'habilitation et des données échangées au format IHE des web services et des données IHE des exigences générales en cible Volet «PS en exercice individuel» Volet «PS en établissement de santé» Volet «Messagerie» (à l'étude) Volet «Réseaux de santé et plate-forme d'intermédiation» (à l'étude) Partie 3 : Interopérabilité modes opératoires les étapes de la DMP compatibilité organisation de l'espace de concertation processus d'homologation / d'agrément éléments de calendrier 23

24 Le cadre d'interopérabilité du DMP Volet «PS en exercice individuel»

25 Synthèse des exigences de la DMP compatibilité en cible et de manière transitoire transitoire 25

26 Partie 1 : Présentation du cadre d'interopérabilité définitions dimensionnement et spécifications d'interopérabilité du DMP Partie 2 : Interopérabilité architecture et exigences les intangibles de l'architecture une architecture composée d'un portail et d'hébergeurs un jeton d'habilitation et des données échangées au format IHE des web services et des données IHE des exigences générales en cible Volet «PS en exercice individuel» Volet «PS en établissement de santé» Volet «Messagerie» (à l'étude) Volet «Réseaux de santé et plate-forme d'intermédiation» (à l'étude) Partie 3 : Interopérabilité modes opératoires les étapes de la DMP compatibilité organisation de l'espace de concertation processus d'homologation / d'agrément éléments de calendrier 26

27 Le cadre d'interopérabilité du DMP Volet «PS en établissement de santé»

28 DMP compatibilité exigences dans le contexte SIH La DMP - Compatibilité des SIH diffère principalement de la DMP Compatibilité des LGC pour les aspects suivants : La nature architecturale des SI hospitalier En environnement collectif, les postes "clients" du système DMP (accès en consultation / dépot) sont intégrés au sein d'un SI hospitalier (versus poste de travail "isolé" pour les LGC) Ce "positionnement" architectural, en fonction de ses caractéristiques propres, a un impact sur les interactions en mode "web services / Soap" avec les composants portail et hébergeur du DMP L'impossibilité d'adopter le mode d'identification et d'authentification nominal des PS : absence de généralisation de la carte CPS en exercice collectif (impact sur l'identification et l'authentification) absence de généralisation de l'identifiant national des PS : ADELI ou RPPS (impact sur l'identification) 28

29 Synthèse des exigences pour les SIH Synthèse des exigences de la DMP compatibilité : en cible et de manière transitoire points de difficulté pour les SIH 29

30 Architecture des SIH La nature architecturale des SI Hospitalier a un impact fort sur les modèles architecturaux de l'interconnection des "systèmes clients" avec le DMP. Cette nature architecturale des SI hospitalier doit donc faire l'objet d'une étude typologique détaillée (participation : GIP-DMP, DHOS,...) Cette étude devra tenir compte : des critères de taille d'établissement, du caractère public ou privé, d'éventuelles spécialités,... En première approche, les modèles limites suivants peuvent être identifiés : des SI très intégrés à base d'un PGI santé (ou d'un PGI par domaine : administratif, secteurs santé différents,...) des SI faiblement intégrés fondés sur une juxtaposition d'applications spécialisées ou sectorielles 30

31 Modèles possibles pour l'échange des SIH avec le DMP En environnement collectif, trois modèles peuvent être proposés pour l'interconnexion des «systèmes clients» avec le DMP Modèle 1 : dit «nominal» (rapprochement avec l'exercice individuel) Modèle 2 : «accès indifférencié» consultation / dépôt Modèle 3 : «accès différencié» consultation / dépôt 31

32 Modèle 1 : accès dit «nominal» du SIH au DMP Le SI Hospitalier déploie des postes dédiés pour l'accès au DMP Ciblage fonctionnel (urgences, services d'admission,...) Capacité du poste à utiliser la CPS pour authentification et éventuellement signature Conformité aux exigences nominales (web-services, IHE) Portail DMP Hébergeur Système DMP DMP Accès au DMP équivalent à l'accès d'un PS en exercice individuel Poste de travail PS SIH Poste de travail PS Services Poste de travail PS Poste de travail PS Poste de travail PS Poste de travail PS Poste de travail PS Hôpital 32

33 Modèle 1 : accès dit «nominal» du SIH au DMP Les concepts structurants : Portail DMP Hébergeur DMP Accès identique à celui d'un LGC fonctionnement indifférencié en consultation et en dépôt de données authentification mutuelle des systèmes (Hébergeur et poste de travail PS) Ce mécanisme complémentaire à l'authentification des acteurs permet d'éviter l'usurpation d'identité et de rôle (2) (3) (4) (1) SSL / TLS WebService Poste de travail PS (1) requête (consultation, dépôt) (2) assertion SAML (3) requête Hébergeur & assertion SAML (4) échange de données de santé CPS 33

34 Modèle 2 : accès dit «indifférencié» Le SI Hospitalier développe sa capacité à échanger avec le DMP adaptation du SIH la CPS n'est pas supportée répartition ou non de la connexion au DMP Portail DMP Hébergeur Système DMP DMP La responsabilité de l'identification, l'authentification et la traçabilité est reportée au niveau du SIH Poste de travail PS Frontal SIH SIH Poste de travail PS Services Poste de travail PS Poste de travail PS Poste de travail PS Poste de travail PS Hôpital 34

35 Modèle 2 : accès dit «indifférencié» Les concepts structurants : fonctionnement indifférencié en consultation et en dépôt de données authentification du connecteur SIH (au DMP) par son certificat serveur transfert de l'identité du PS, dans le SIH, au portail transfert de responsabilité de l'authentification du PS (et de la traçabilité associée) au responsable du SI hospitalier Portail DMP (1 bis) Web Services (2) (3) Connecteur SIH (1) Hébergeur (4) (4 bis) Certificat serveur DMP Poste de travail PS (1) requête (consultation, dépôt) (1bis) transmission requête au Portail (2) assertion SAML (3) requête Hébergeur & assertion SAML (4) réponse Hébergeur (4bis) transmission réponse Hébergeur 35

36 Modèle 2 : accès dit «indifférencié» Modalités d'identification et d'authentification : Identification de l'établissement ou d'un sous-ensemble de l'établissement (Identifiants FINESS ou SIREN / SIRET de l'insee) Authentification du SI collectif via son certificat d'établissement CDE (ou certificat serveur d'origine GIP-CPS obtenu via le CDE) Transfert de la responsabilité de l'identification et l'authentification du PS au SI collectif : Identification du PS dans le SI (si le certificat et l'identifiant FINESS ou SIREN / SIRET ne sont pas suffisants pour identifier de manière certaine un SI, l'identifiant du PS devra fournir / porter l'identifiant du SI) Il est de la responsabilité du responsable d'établissement de veiller à ce que l'identifiant fourni (certificat, identifiant FINESS, identifiant de PS) garantisse une identification non ambiguë du PS Engagement formel, par le responsable d'établissement, sur la sécurité de la délégation d'authentification des PS et la délégation de traçabilité La forme juridique (et l'acceptation par les responsables d'établissement) de ce transfert de responsabilité reste à définir 36

37 Modèle 3 : accès dit «différencié (consultation/dépôt) Le SI Hospitalier déploie des postes dédiés pour l'accès en consultation au DMP Ciblage fonctionnel (urgences, services d'admission,...) Capacité du poste à utiliser la CPS Le SI Hospitalier concentre l alimentation du DMP sur des systèmes ciblés Il n y a pas de hiérarchisation objective du risque entre les actions de consultation et de dépôt. Toutefois les risques peuvent être ressentis comme différents par des responsables d établissement Portail DMP consultation Poste de travail PS Frontal SIH Hébergeur SIH Poste de travail PS Système DMP DMP dépot Services Poste de travail PS Poste de travail PS Poste de travail PS Poste de travail PS Poste de travail PS Hôpital 37

38 Modèle 3 : accès dit «différencié (consultation/dépôt) Consultation de documents Dépôt de documents Portail DMP Hébergeur DMP Portail DMP Hébergeur DMP SIH (1) requête (consultation, dépôt) (2) assertion SAML (1) (3) requête Hébergeur & assertion SAML (4) échange de données de santé (2) (3) Poste de travail (4) Pré-suppose l'existence sur le marché d'un poste dédié à la consultation (LGC ou LPS réduit à sa fonction de consultation). Attention, il ne s'agit pas d'un accès en mode navigateur. (1 bis) Web Services (2) (3) Connecteur SIH (1) Poste de travail PS (4) (4 bis) Certificat serveur (1) requête (consultation, dépôt) (1bis) transmission requête au Portail (2) assertion SAML (3) requête Hébergeur & assertion SAML (4) réponse Hébergeur (4bis) transmission réponse Hébergeur 38

39 Les modes d'accès SIH Les modes d'accès transitoires des PS au DMP présentés ci-dessus : ne sont pas exclusifs ; ils peuvent être mixés, y compris à l'intérieur d'un même établissement, sont dépendants des plannings d'adoption des solutions CPS par les établissements, doivent être mis en perspective de futurs avis CNIL, ne tiennent pas compte de solutions techniques novatrices qui pourraient apparaitre voire donner lieu à des généralisations locales : dispositifs d'authentification CPS peu intrusifs pour les SI hosptitalier (calculette réalisant une authentification CPS sur un serveur externe), dispositifs d'émulation du mode sans contact pour les CPS existantes, dispositifs d'authentification forte des PS en dehors des solutions CPS (y compris cartes avec ou sans contacts peuplées de certificats qualifiés)... 39

40 Partie 1 : Présentation du cadre d'interopérabilité définitions dimensionnement et spécifications d'interopérabilité du DMP Partie 2 : Interopérabilité architecture et exigences les intangibles de l'architecture une architecture composée d'un portail et d'hébergeurs un jeton d'habilitation et des données échangées au format IHE des web services et des données IHE des exigences générales en cible Volet «PS en exercice individuel» Volet «PS en établissement de santé» Volet «Messagerie» (à l'étude) Volet «Réseaux de santé et plate-forme d'intermédiation» (à l'étude) Partie 3 : Interopérabilité modes opératoires les étapes de la DMP compatibilité organisation de l'espace de concertation processus d'homologation / d'agrément éléments de calendrier 40

41 Le cadre d'interopérabilité du DMP Volet «Messagerie»

42 DMP compatibilité exigences dans le contexte messagerie La DMP Compatibilité des plateformes de messagerie diffère principalement de la DMP Compatibilité des LGC pour l'aspect suivant : L'authentification des PS est asynchrone Les spécificités de la DMP compatibilité en mode messagerie sont donc les suivantes (en cible) : Les éléments d'identification (vecteur d'identification), d'authentification et la demande d'accès au DMP (et ses modalités) doivent être signés par la CPS du PS Dans le cas mode d'accès pour dépôt de document, le document doit bien sûr être signé par son auteur (pas de phase transitoire) et le document n'est pas confondu avec la demande de dépôt décrite ci-dessus. Il s'agit de deux pièces distinctes, chacune devant être signée électroniquement par son auteur. La demande de dépôt et la pièce à déposer peuvent avoir deux auteurs (et donc deux signataires) différents 42

43 DMP compatibilité exigences dans le contexte messagerie De manière transitoire, il peut être envisagé, dans certain cas, des modalités spécifiques pour la DMP compatibilité en mode messagerie quand celle-ci se limite au dépôt de document : Les éléments d'identification (vecteur d'identification), d'authentification et la demande d'accès au DMP (et ses modalités) sont transmis (au portail) non signés par la CPS du PS. A ces éléments est jointe la signature du document à déposer (et en aucun cas le document lui-même). Le portail vérifie, en sus de l'habilitation du PS réalisant la demande d'accès, la cohérence de son identité avec l'identité utilisée pour la signature (certificat de signature) ce qui interdit à un PS de déposer des documents dont il ne serait pas l'auteur. Toutes les modalités d'accès autres que le dépôt de document sont refusées. L'authentification et l'habilitation au portail peuvent se faire sur les bases ci-dessus du fait de la confiance dans la politique de sécurité du service de messagerie (modalités d'audit de la politique de sécurité à définir!). (pour mémoire il n'y a pas de spécificité dans l'interaction avec l'hébergeur le contrôle de la validité de signature de la pièce déposée est réalisée comme pour les autres types d'accès) Cette solution est en cours d'étude. Les éléments de réflexion sont les suivants : Le service de messagerie de confiance doit en particulier garantir, à travers sa politique de sécurité, que cette signature ne peut être interceptée (et donc rejouée) entre sa création et son transfert au connecteur de messagerie => les modalités d'audit du service sont en cours d'étude 43

44 Alimentation du DMP en mode messagerie Les concepts structurants : Mode de fonctionnement asynchrone : pas de garantie de temps d'alimentation et donc de disponibilité de l'information pour les autres PS!! Les échanges entre concentrateur et systèmes du DMP (portail, hébergeurs) se font en mode web-services le système concentrateur peut être ou non un composant du système DMP (voir planche suivante) DMP Portail DMP (2 demande de dépôt) (3) Hébergeur (4 document XDS) Concentrateur de messagerie (1) Internet (6) DMP (5) Poste de travail PS (1) : message contenant une demande de dépôt et document XDS tous deux séparément signés par une CPS (hors modalité transitoire) (2) : requête d'identification et d'habilitation au Portail (3) : assertion SAML (4) : assertion SAML & document en pièce jointe contrôle de la signature (5) : accusé de réception signé (6) : retour/acquittement 44

45 Alimentation du DMP en mode messagerie plusieurs cas à distinguer La mise en oeuvre d'un concentrateur dans le périmètre DMP Portail DMP Web Services Poste de travail PS B (2) DMP (3) Hébergeur (1) (4) Concentrateur de messagerie Internet messagerie (6) DMP Poste de travail PS A Le concentrateur mis en oeuvre au sein du périmètre DMP peut être mutualisé ou non Le développement d'un connecteur DMP au sein des Réseaux Portail DMP Connecteur messagerie Réseau Poste de travail PS A DMP (5) Web Services messagerie Hébergeur Poste de travail PS B DMP Certificat serveur (CPS) 45

46 Alimentation du DMP en mode messagerie Les questions encore en suspens : Les modalités / garanties de retour d'information au PS concernant le déroulement du dépôt de document (acquittement, motif de rejet,...) restent à spécifier (en fonction des modes d'architecture?) Le contrôle, au plus près du PS, du formalisme des données IHE peut-il être intégré dans les applications de messagerie? Modalités de contrôle de la signature (pour l'authentification par le portail ou pour le contrôle de la pièce par l'hébergeur)? Comment identifier / authentifier le connecteur émetteur s'il n'a pas de certificat CPS? Analyse comparative : 46

47 L'agrément des plateformes de messagerie L'homologation / l'agrément des plateformes de messagerie sera : evalué à l'interface avec le connecteur (de messagerie) délivré sur la base de référentiels prenant en compte : une politique de sécurité et l'engagement de son respect la conformité au référentiel technique (cadre d'interopérabilité) 47

48 Partie 1 : Présentation du cadre d'interopérabilité définitions dimensionnement et spécifications d'interopérabilité du DMP Partie 2 : Interopérabilité architecture et exigences les intangibles de l'architecture une architecture composée d'un portail et d'hébergeurs un jeton d'habilitation et des données échangées au format IHE des web services et des données IHE des exigences générales en cible Volet «PS en exercice individuel» Volet «PS en établissement de santé» Volet «Messagerie» (à l'étude) Volet «Réseaux de santé et plate-forme d'intermédiation» (à l'étude) Partie 3 : Interopérabilité modes opératoires les étapes de la DMP compatibilité organisation de l'espace de concertation processus d'homologation / d'agrément éléments de calendrier 48

49 Le cadre d'interopérabilité du DMP Volet «Réseau de santé et plate-forme d'intermédiation»

50 DMP compatibilité : cas des réseaux de santé La DMP Compatibilité des réseaux de santé et des plate-formes d'intermédiation reste à étudier. 50

51 Partie 1 : Présentation du cadre d'interopérabilité définitions dimensionnement et spécifications d'interopérabilité du DMP Partie 2 : Interopérabilité architecture et exigences les intangibles de l'architecture une architecture composée d'un portail et d'hébergeurs un jeton d'habilitation et des données échangées au format IHE des web services et des données IHE des exigences générales en cible Volet «PS en exercice individuel» Volet «PS en établissement de santé» Volet «Messagerie» (à l'étude) Volet «Réseaux de santé et plate-forme d'intermédiation» (à l'étude) Partie 3 : Interopérabilité modes opératoires les étapes de la DMP compatibilité organisation de l'espace de concertation processus d'homologation / d'agrément éléments de calendrier 51

52 Rappel - L'interopérabilité dans le DMP Les spécifications d'interopérabilité pour le DMP ce sont : des spécifications de contenu, de format, de syntaxe... des spécifications de modalités d'échanges, de protocoles mais aussi : une répartition des rôles entre les acteurs de l'interopérabilité (fourniture de souches, de composants,...) un environnement de test une procédure d'agrément / certification / validation (à déterminer) qui atteste de l'interopérabilité des SIS avec le DMP une convention entre acteurs (responsabilités juridiques, procédures, niveau de service) et surtout : un planning une coordination entre acteurs de l'etat 52

53 Les étapes de la DMP compatibilité (1/2) Pour chaque interaction avec un composant du sytème DMP, le cadre d'interopérabilité définit : des spécifications générales formats et syntaxes : liste des standards supportés (voir annexe) échanges des données : protocoles et profils de transport utilisés autres des spécifications détaillées modalités d'implémentation des standards & paramétrage des composants logiciels disponibilité ou mise à disposition prévue de composants logiciels (libres ou commerciaux) 53

54 Les étapes de la DMP compatibilité (2/2) Pour chaque interaction avec un composant du sytème DMP, le cadre d'interopérabilité définit (suite) : un environnement de test et support fourniture des spécifications de test par le GIP-DMP fourniture du processus et mise à disposition des environnements et des outils permettant à l éditeur de tester l'intéropérabilité de ses produits avec le DMP résultat global sous forme d un rapport de test validé par une structure tierce (CNDA, IRISA, ) un environnement d'intégration mise à disposition des environnements et des outils pour la réalisation des tests opérationnels d interopérabilité avec le DMP résultat global sous forme d un rapport de test validé par le responsable du soussystème (Hébergeur de référence, Caisse des Dépôts) une homologation / un agrément la trajectoire qui pourra mener d'une homologation (sur la base de résultats de tests) à une procédure d'agrément (démarche cible) est à l'étude 54

55 Partie 1 : Présentation du cadre d'interopérabilité définitions dimensionnement et spécifications d'interopérabilité du DMP Partie 2 : Interopérabilité architecture et exigences les intangibles de l'architecture une architecture composée d'un portail et d'hébergeurs un jeton d'habilitation et des données échangées au format IHE des web services et des données IHE des exigences générales en cible Volet «PS en exercice individuel» Volet «PS en établissement de santé» Volet «Messagerie» (à l'étude) Volet «Réseaux de santé et plate-forme d'intermédiation» (à l'étude) Partie 3 : Interopérabilité modes opératoires les étapes de la DMP compatibilité organisation de l'espace de concertation processus d'homologation / d'agrément éléments de calendrier 55

56 Organisation de l'espace de concertation (1/2) Création d'un espace de concertation sur le site web institutionnel du GIP DMP «Espace de concertation» Avec pour objectifs : la mise à disposition de ressources documentaires l'appel à commentaires (pour tout document publié, la période de concertation est fixée à 1 mois) Accessible : depuis la page d'accueil du site directement, à l'adresse option=com_content&task=view&id=41&itemid=46 56

57 Organisation de l'espace de concertation (2/2) Mode opératoire pour l'envoi de commentaires : Pour toute publication, les commentaires doivent être adressés pendant la période de concertation à l'adresse L'objet du message doit préciser le nom du document commenté Exemple : Appel à commentaire Cadre d'interopérabilité pour les échanges avec le DMP Un document «Questions et réponses» sera publié pour chaque publication après traitement des premiers commentaires 57

58 Partie 1 : Présentation du cadre d'interopérabilité définitions dimensionnement et spécifications d'interopérabilité du DMP Partie 2 : Interopérabilité architecture et exigences les intangibles de l'architecture une architecture composée d'un portail et d'hébergeurs un jeton d'habilitation et des données échangées au format IHE des web services et des données IHE des exigences générales en cible Volet «PS en exercice individuel» Volet «PS en établissement de santé» Volet «Messagerie» (à l'étude) Volet «Réseaux de santé et plate-forme d'intermédiation» (à l'étude) Partie 3 : Interopérabilité modes opératoires les étapes de la DMP compatibilité organisation de l'espace de concertation processus d'homologation / d'agrément éléments de calendrier 58

59 Cadre législatif et réglementaire Rappel des textes applicables : Le décret Hébergeur du 4 janvier 2006 agrément pour l'hébergement de données de santé : «Toute personne physique ou morale souhaitant assurer l'hébergement de données de santé à caractère personnel mentionné à l'article L du CSP et bénéficier de l'agrément doit remplir les conditions suivantes : [...] définir et mettre en oeuvre une politique de confidentialité et de sécurité destinée notamment à assurer le respect des exigences de confidentialité et de secret prévues par les articles L et L , la protection contre les accès non autorisés ainsi que la pérennité des données et dont la prescription doit être jointe au dossier d'agrément dans les conditions fixées par l'article R » L'article 25 de la loi du 30 janvier 2007 : «la détention et le traitement sur des supports informatiques de données de santé à caractère personnel sont subordonnés à l'utilisation de systèmes d'information conformes aux prescriptions adoptées en application de l'article L et répondant à des conditions d'interopérabilité arrêtées par le ministre en charge de la santé» Le décrêt confidentialité du 15 mai 2007 : «Article R la conservation sur support informatique des informations médicales mentionnées aux trois premiers alinéas de l'article L par tout professionnel, tout établissement et tout réseau de santé ou tout autre organisme intervenant dans le système de santé est soumis au respect de référentiels définis par arrêté du ministre chargé de la santé pris après avis de la CNIL. Ces référentiels s'imposent également à la transmission des informations par voie électronique entre professionnels. Les référentiels déterminent les fonctions de sécurité nécessaires à la conservation ou à la transmission de ces informations médicales en cause et fixant le niveau de sécurité requis pour ces fonctions» 59

60 Procédures applicables en fonction du cadre légal Les procédures applicables en fonction des différents textes sont : Rappel des textes applicables en fonction de la nature du système : La procédure d'évaluation de la conformité au référentiel «Interopérabilité» couvre : la DMP compatibilité (=> homologation / agrément des logiciels) la conformité à des référentiels restant à établir 60

61 Vérification de la DMP compatibilité - stratégie La DMP compatibilité s évalue à l interface avec le DMP, elle ne prend pas en compte la globalité du LPS ou du SIH. L'homologation par le GIP-DMP (basée sur la validation de différentes phases de tests) des systèmes interagissant avec le DMP (LGC, SIH, connecteurs,...) permet de valider leur DMP compatibilité. Les fondamentaux de l'homologation des LPS : un kit de développement / test mis à disposition des éditeurs (téléchargeable par les éditeurs) un service en ligne «répondeur» (test en ligne) associé à un support technique aux développements par le CNDA une phase de tests encadrés au CNDA 61

62 Démarche d'homologation des LPS Le processus d'homologation consiste en la coordination et la validation des différents tests définis (travaux en cours). Pilotage de la DMP compatibilité Tests internes de l'éditeur Service en ligne «répondeur» Support aux développements Tests encadrés au CNDA 62

63 Partie 1 : Présentation du cadre d'interopérabilité définitions dimensionnement et spécifications d'interopérabilité du DMP Partie 2 : Interopérabilité architecture et exigences les intangibles de l'architecture une architecture composée d'un portail et d'hébergeurs un jeton d'habilitation et des données échangées au format IHE des web services et des données IHE des exigences générales en cible Volet «PS en exercice individuel» Volet «PS en établissement de santé» Volet «Messagerie» (à l'étude) Volet «Réseaux de santé et plate-forme d'intermédiation» (à l'étude) Partie 3 : Interopérabilité modes opératoires les étapes de la DMP compatibilité organisation de l'espace de concertation processus d'homologation / d'agrément éléments de calendrier 63

64 Eléments de calendrier interaction avec le portail Spécifications générales : mars 2007 par le GIP-DMP ( avec la Caisse des Dépôts) Format et syntaxe : SAML V2 (format d'assertion) Echanges des données : Web Services (WS-adressing, WS-security, ) Spécifications détaillées V1 : avril 2007 par le GIP-DMP ( avec la Caisse des Dépôts) Composants logiciels : du code exemple de l implémentation des Web Services sera mis à disposition par le GIP-DMP : en environnement Java août 2007 en environnement.net octobre 2007 Environnement de test et support : fin 2007 via le CNDA (à confirmer) Environnement d intégration : début 2008 via le CNDA fourniture des environnements (logiciels) par la Caisse des Dépôts (à confirmer) Homologation / Agrément : sur la base des résultats des tests réalisés au CNDA (travaux en cours) 64

65 Eléments de calendrier interaction avec l'hébergeur Spécifications générales : Cadre d'interopérabilité entre le DMP et les LPS fin mars 2007 par le GIP-DMP Spécifications détaillées V1 : la Description du domaine d'activité DMP par le GIP-DMP & l'extension française d'ihe-xds Format et syntaxe des données V1 et V2 : format IHE Echanges des données (au format IHE) : V1-DMP : IHE-XDS en appliquant strictement le modèle suivant : Les requêtes "Registry Stored Query" utiliseront des transactions en mode "SOAP V1.1". Les requêtes " Retrieve Document " utiliseront des transactions en mode "https get" Les requêtes " Provide and Register Document Set " utiliseront des transactions en mode "SOAP with attachment sur SSL/TLS" V2-DMP : IHE-XDS dans sa version web services (compatibilité PRESTO V2.0) 65

66 Eléments de calendrier interaction avec l'hébergeur Composants V1 : des composants logiciels sont disponibles auprès d éditeurs voir groupement IHE Environnement de test V1 et support : début 2008 via le CNDA Connectathon international géré par le consortium IHE Plate-forme permanente de test IHE fournie par l IRISA (à valider) début 2008 environnement de test fourni par le titulaire du marché hébergeur de référence (à confirmer) Environnement d intégration : début 2008 via le CNDA fourniture des environnements (logiciels) par l'hébergeur de référence (à confirmer) Homologation / Agrément : sur la base des résultats des tests réalisés au CNDA (travaux en cours) 66

67 Eléments de calendrier interaction avec l'hébergeur Ecart de spécifications générales V2 : uniquement profil de transport PRESTO V2 mi 2008 par le titulaire du marché hébergeur de référence Composants V2 : des composants logiciels PRESTO sont disponibles en environnement.net, C et java voir groupement Minefi/DGME/SDAE Environnement de test V2 et support : Connectathon international géré par le consortium IHE début 2009 Plate-forme permanente de test IHE fournie par l IRISA (à valider) + début 2009 environnement de test pour la composante transport PRESTO V2.0 fourni par la DGME + début 2009 environnement de test fourni par le titulaire du marché hébergeur de référence Environnement d intégration : mi 2009 par le titulaire du marché hébergeur de référence mais aussi par la DGME pour la composante transport PRESTO Agrément V2 : sur la base des résultats des différents tests et des tests opérationnels d intégration 67

68 Eléments de calendrier synthèse 68

La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain. 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE

La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain. 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE Le développement de la e-santé : un cadre juridique et fonctionnel qui s adapte au partage Jeanne BOSSI Secrétaire

Plus en détail

L impact du programme de relance sur le projet régional 19/05/2009 COPIL AMOA 1

L impact du programme de relance sur le projet régional 19/05/2009 COPIL AMOA 1 L impact du programme de relance sur le projet régional 19/05/2009 COPIL AMOA 1 L Identifiant National Santé (INS) Delphin HENAFF-DARRAUD Point du programme sur l INS Le constat L absence d identifiant

Plus en détail

Le Dossier Médical Personnel

Le Dossier Médical Personnel Le Dossier Médical Personnel Présentation du DMP Vidéo 2 Le DMP : c est parti! En 2011, les premiers pas du DMP > Accès pour les professionnels de santé via leur logiciel homologué «DMP-compatible» (web

Plus en détail

La télémédecine en action

La télémédecine en action La télémédecine en action Recommandations pour la mise en œuvre d un projet de télémédecine Déploiement technique : Urbanisation et infrastructure ANAP Jeudi 10 mai 2012 Bruno Grossin ASIP Santé Recommandations

Plus en détail

PROJET D'ORDONNANCE relatif au droit des usagers de saisir l administration par voie électronique - PRMX1423175R. Projet

PROJET D'ORDONNANCE relatif au droit des usagers de saisir l administration par voie électronique - PRMX1423175R. Projet Ordonnance n 2005-1516 du 8 décembre 2005 relative aux échanges électroniques entre les usagers et les autorités administratives et entre les autorités administratives. Chapitre Ier : Définitions. Projet

Plus en détail

Réseau-santé Hier, le traitement «papier» Le praticien après avoir fait son diagnostic rédigeait à la main

Réseau-santé Hier, le traitement «papier» Le praticien après avoir fait son diagnostic rédigeait à la main Rappels Hier, le traitement «papier» Le praticien après avoir fait son diagnostic rédigeait à la main L ordonnance médicale, La feuille de remboursement La fiche de son patient Aujourd hui : traitement

Plus en détail

SI des établissements Impact des référentiels d interopérabilité et de sécurité de l ASIP Santé

SI des établissements Impact des référentiels d interopérabilité et de sécurité de l ASIP Santé SI des établissements Impact des référentiels d interopérabilité et de sécurité de l ASIP Santé Jean-François Parguet Directeur pôle Référentiels Architecture & Sécurité de l ASIP Santé Sommaire Dématérialisation

Plus en détail

Référentiel Général de Sécurité. version 1.0. Annexe A4

Référentiel Général de Sécurité. version 1.0. Annexe A4 Premier ministre Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l État Direction générale de la modernisation de l État Référentiel

Plus en détail

Cahier des charges des dispositifs de télétransmission des actes soumis au contrôle de légalité. Annexe 2 : sécurisation des échanges

Cahier des charges des dispositifs de télétransmission des actes soumis au contrôle de légalité. Annexe 2 : sécurisation des échanges Cahier des charges des dispositifs de télétransmission des actes Annexe 2 : sécurisation des échanges Page 2 / 7 1. OBJET DU DOCUMENT...3 2. PRINCIPES...3 3. SÉCURISATION DES DÉPÔTS DE FICHIERS SUR LES

Plus en détail

Le Dossier Médical Personnel et la sécurité

Le Dossier Médical Personnel et la sécurité FICHE PRATIQUE JUIN 2011 Le Dossier Médical Personnel et la sécurité www.dmp.gouv.fr L essentiel Un des défis majeurs pour la réussite du Dossier Médical Personnel (DMP) est de créer la confiance des utilisateurs

Plus en détail

CADRE FONCTIONNEL D'ACCES DES LOGICIELS DE PROFESSIONNELS DE SANTE AU SYSTEME DMP

CADRE FONCTIONNEL D'ACCES DES LOGICIELS DE PROFESSIONNELS DE SANTE AU SYSTEME DMP GIP DMP Cadre fonctionnel d'accès des Logiciels de Professionnels de Santé (LPS) au DMP 14 Mai 2007 GIP DMP 45, rue Boissière 75116 PARIS DOCUMENT DE TRAVAIL Document amené à être : Enrichi par les travaux

Plus en détail

Journée des systèmes d'information Le développement de la e santé : un cadre juridique et fonctionnel confronté à l'exigence du partage

Journée des systèmes d'information Le développement de la e santé : un cadre juridique et fonctionnel confronté à l'exigence du partage Journée des systèmes d'information Le développement de la e santé : un cadre juridique et fonctionnel confronté à l'exigence du partage Jeanne Bossi Malafosse, Counsel GCS e-santé Languedoc Roussillon

Plus en détail

Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé»

Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé» Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé» Sommaire 1 Glossaire et abréviations... 3 1.1 Glossaire... 3 1.2 Abréviations... 3 2 Liminaire...

Plus en détail

Référentiel Général de Sécurité. version 1.0. Annexe A3

Référentiel Général de Sécurité. version 1.0. Annexe A3 Premier ministre Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l État Direction générale de la modernisation de l État Référentiel

Plus en détail

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE

Livret aide-mémoire LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE Livret aide-mémoire Secrétaires médicales LE DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL (DMP) EN PICARDIE 1 Le présent livret vise à : Former les secrétaires médicales à l information et la promotion du DMP auprès des

Plus en détail

Présentation du cadre technique de mise en œuvre d un Service d Archivage Electronique

Présentation du cadre technique de mise en œuvre d un Service d Archivage Electronique Présentation du cadre technique de mise en œuvre d un Service d Archivage Electronique Isabelle GIBAUD Consultante au Syndicat Interhospitalier de Bretagne Co-chair vendor IHE-FRANCE Sommaire 1 Périmètre

Plus en détail

Agrément de l'hébergeur de données -Cadre juridique -Procédure. François Macary ASIP Santé 15 mai 2013

Agrément de l'hébergeur de données -Cadre juridique -Procédure. François Macary ASIP Santé 15 mai 2013 Agrément de l'hébergeur de données -Cadre juridique -Procédure -Les cas pratiques en LBM François Macary ASIP Santé 15 mai 2013 GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION POUR L EVALUATION DES SYSTEMES INFORMATIQUES

Plus en détail

PRESENTATION D INTEROPS

PRESENTATION D INTEROPS PRESENTATION D INTEROPS Nom Organisme Date Rédaction GT Technique Interops Validation Approbation Document applicable à compter du Identification du document Direction Objet Domaine Nature N d ordre Version

Plus en détail

ISO 27002 // Référentiels de la santé

ISO 27002 // Référentiels de la santé ISO 27002 // Référentiels de la santé Vue des établissements de santé Club 27001 27/03/2015 Nicole Genotelle Version 1.0 Sommaire Contexte Thématiques 27002 // référentiels de santé Exemples de mise en

Plus en détail

La solution IdéoSanté une suite Web 2.0

La solution IdéoSanté une suite Web 2.0 La solution IdéoSanté une suite Web 2.0 SQLI et la santé : Une Histoire Des engagements dans la durée Etapes clés de l industrialisation de la suite Idéo santé Conseil SIS MOA, Urbanisation Réseaux de

Plus en détail

Agrément de l'hébergeur de données - Cadre juridique - Procédure - Les cas pratiques en LBM. François Macary ASIP Santé 13 décembre 2013

Agrément de l'hébergeur de données - Cadre juridique - Procédure - Les cas pratiques en LBM. François Macary ASIP Santé 13 décembre 2013 Agrément de l'hébergeur de données - Cadre juridique - Procédure - Les cas pratiques en LBM François Macary ASIP Santé 13 décembre 2013 GUIDE TECHNIQUE D'ACCREDITATION POUR L EVALUATION DES SYSTEMES INFORMATIQUES

Plus en détail

Innovation technologique dans les établissements scolaires : l ENT, les impacts sur l organisation du travail et les risques associés

Innovation technologique dans les établissements scolaires : l ENT, les impacts sur l organisation du travail et les risques associés Innovation technologique dans les établissements scolaires : l ENT, les impacts sur l organisation du travail et les risques associés Version destinée aux enseignants qui exercent dans des établissements

Plus en détail

Référentiels pour les SI de santé. Point de situation, évolutions, maintenance

Référentiels pour les SI de santé. Point de situation, évolutions, maintenance Référentiels pour les SI de santé Point de situation, évolutions, maintenance 8 février 2011 Référence : Référentiels ASIP - JNI Rédacteur : ASIP/PRAS Version : v 1.0.0 Classification : non sensible /

Plus en détail

Les tests d'interopérabilité pour la e-santé en France

Les tests d'interopérabilité pour la e-santé en France SOMMET ANTILOPE ZONE FRANCE SUISSE 20 MAI 2014 Les tests d'interopérabilité pour la e-santé en France François Macary ASIP Santé L'agence des systèmes d'information partagés de santé L ASIP Santé est l

Plus en détail

Protection des données personnelles et sécurisation des données

Protection des données personnelles et sécurisation des données Protection des données personnelles et sécurisation des données Journées d études des documentalistes et archivistes des ministères sociaux Paris, 2 février 2012 Jeanne BOSSI, Secrétaire générale de l

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Le dossier Médical Personnel ou DMP aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Chronologie du DMP

Plus en détail

Les défis techniques de l E-Santé

Les défis techniques de l E-Santé Les défis techniques de l E-Santé Travail de recherche, I2 ARNALIS STEF NOVEMBRE 2015 COMMENT TRAITER LE SUJET? Typiquement on ne voulait pas marquer «sommaire»..! " # $ % La e-santé : de quoi parle t-on?

Plus en détail

Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé»

Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé» Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé» 1 Candidats éligibles Version n 3.0 du 15/10/2014 La procédure de labellisation est ouverte à toute personne morale propriétaire d une solution logicielle

Plus en détail

Politique de Signature électronique Hélios. de la Direction Générale des Finances Publiques (DGFiP)

Politique de Signature électronique Hélios. de la Direction Générale des Finances Publiques (DGFiP) Direction Générale des Finances Publiques --------- Politique de Signature électronique Hélios de la Direction Générale des Finances Publiques (DGFiP) Pour les flux informatiques transmis par les ordonnateurs

Plus en détail

Référentiel Général de Sécurité. version 2.0. Annexe A1

Référentiel Général de Sécurité. version 2.0. Annexe A1 Premier ministre Agence nationale de la sécurité des systèmes d information (ANSSI) Secrétariat général pour la modernisation de l action publique (SGMAP) Référentiel Général de Sécurité version 2.0 Annexe

Plus en détail

La Coopération en Biologie Médicale : une opportunité, une solution, une réponse envisageable aux nombreux défis actuels

La Coopération en Biologie Médicale : une opportunité, une solution, une réponse envisageable aux nombreux défis actuels La Coopération en Biologie Médicale : une opportunité, une solution, une réponse envisageable aux nombreux défis actuels 1 Les enjeux actuels de la biologie médicale Maintenir une biologie de proximité

Plus en détail

Système d information télémédecine

Système d information télémédecine Système d information télémédecine Rares sont les domaines qui n ont pas été touchés par les technologies modernes de l information. Le domaine de la santé fait figure de terrain de prédilection pour la

Plus en détail

Par messagerie dam@cpam-annecy.cnamts.fr

Par messagerie dam@cpam-annecy.cnamts.fr LES SOLUTIONS PRATIQUES DE L ASSURANCE MALADIE POUR VOTRE INSTALLATION ET VOTRE EXERCICE AU QUOTIDIEN Que contient la convention médicale? Vous pouvez accéder à la nouvelle convention médicale sur le site

Plus en détail

Annexe 1 Annexe technique de la convention d habilitation «société d assurance»

Annexe 1 Annexe technique de la convention d habilitation «société d assurance» Annexe 1 Annexe technique de la convention d habilitation «société d assurance» «professionnel indépendant» (Convention complète) 1 Notice explicative... 2 1.1 Préambule... 2 1.2 Référencement du concentrateur...

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Le Dossier Pharmaceutique aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Les objectifs du DP Acteur

Plus en détail

Décision de dispense de déclaration n 3

Décision de dispense de déclaration n 3 Délibération n 2005-003 du 13 janvier 2005 décidant la dispense de déclaration des traitements mis en œuvre par les organismes publics dans le cadre de la dématérialisation des marchés publics Décision

Plus en détail

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique + La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique 15 ème Conférence des Fédérations Hospitalières des Antilles et de la Guyane Y. MARIE-SAINTE Directeur 28/04/2011 V1.0 + #

Plus en détail

Etabli le : 19.12.14 Par : Hervé De Nicola Remplace la version du :

Etabli le : 19.12.14 Par : Hervé De Nicola Remplace la version du : CAHIER DES CHARGES 1. Actualisation Etabli le : 19.12.14 Par : Hervé De Nicola Remplace la version du : Motif d actualisation : Internalisation ressources 2. Identification du poste Département : INFRASTRUCTURES

Plus en détail

Guide sur la sécurité des échanges informatisés d informations médicales

Guide sur la sécurité des échanges informatisés d informations médicales Union régionale des caisses d assurance maladie Provence Alpes Côte d Azur Agence régionale de l hospitalisation Provence Alpes Côte d Azur Guide sur la sécurité des échanges informatisés d informations

Plus en détail

Plan du cours. La carte SESAM-VITALE, les FSE, le RSS. Le Dossier Pharmaceutique. Les systèmes de chiffrements de l'information. Glossaire à retenir

Plan du cours. La carte SESAM-VITALE, les FSE, le RSS. Le Dossier Pharmaceutique. Les systèmes de chiffrements de l'information. Glossaire à retenir Plan du cours La carte SESAM-VITALE, les FSE, le RSS Le Dossier Pharmaceutique Les systèmes de chiffrements de l'information Glossaire à retenir I - La carte SESAM VITALE En janvier 2004 déja 21600 officines

Plus en détail

ASIP Santé DSFT des interfaces MSSanté des LPS v0.9.0 06/05/2013

ASIP Santé DSFT des interfaces MSSanté des LPS v0.9.0 06/05/2013 Identification du document Référence ASIP Santé MSS_FON_DSFT_des_interfaces_MSSanté_130506_v0.9.0.pdf Date de dernière mise à jour 06/05/13 Classification Non sensible public Nombre de pages 76 Historique

Plus en détail

Télésanté Aquitaine Version : 1.0 18/02/2011. TéléSanté Aquitaine. Cahier des Clauses Techniques Particulières CTTP

Télésanté Aquitaine Version : 1.0 18/02/2011. TéléSanté Aquitaine. Cahier des Clauses Techniques Particulières CTTP Télésanté Aquitaine Version : 1.0 18/02/2011 TéléSanté Aquitaine Formalisation d'une PSSI et d'une Charte de sécurité informatique Cahier des Clauses Techniques Particulières CTTP Marché passé selon une

Plus en détail

La réflexion éthique et l encadrement juridique relatifs au partage des données de santé à caractère personnel et à l accès aux données de santé

La réflexion éthique et l encadrement juridique relatifs au partage des données de santé à caractère personnel et à l accès aux données de santé La réflexion éthique et l encadrement juridique relatifs au partage des données de santé à caractère personnel et à l accès aux données de santé Jeanne BOSSI, Secrétaire Générale ASIP Santé Septième école

Plus en détail

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS Objet de la présente fiche La fiche vise à présenter le contexte organisationnel et informatique de la conduite d un projet de dématérialisation

Plus en détail

Informations essentielles sur la loi relative aux signatures électroniques

Informations essentielles sur la loi relative aux signatures électroniques Informations essentielles sur la loi relative aux signatures électroniques L'adoption de la directive européenne 1999/93/CE du 13 décembre 1999 établit un cadre communautaire pour l'utilisation de signatures

Plus en détail

L identification, la signature et la certification

L identification, la signature et la certification L identification, la signature et la certification Loi concernant le cadre juridique des technologies de l information art. 40 à 43 et 46, 47 à 62, 75, 77 Moyens de lier une personne et une chose La signature

Plus en détail

ACCORD-CADRE DE TECHNIQUES DE L'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION. PROCEDURE ADAPTEE En application des articles 28 et 76 du Code des Marchés Publics

ACCORD-CADRE DE TECHNIQUES DE L'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION. PROCEDURE ADAPTEE En application des articles 28 et 76 du Code des Marchés Publics ACCORD-CADRE DE TECHNIQUES DE L'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION PROCEDURE ADAPTEE En application des articles 28 et 76 du Code des Marchés Publics Analyse technique et développement d applications de

Plus en détail

La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN»

La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN» La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN» SOMMAIRE 1 QUEL EST LE ROLE DE LA POLITIQUE DE GESTION DES PREUVES? 3 2 COMMENT FONCTIONNE LE SERVICE K.WEBSIGN? 3 3 QUELS SONT LES USAGES ET APPLICATIONS

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

ÉTUDES Labellisation des solutions pour SIH Programme Hôpital Numérique

ÉTUDES Labellisation des solutions pour SIH Programme Hôpital Numérique ÉTUDES Labellisation des solutions pour SIH Programme Hôpital Numérique RIR 2 octobre 2014 CONTEXTE Programme Hôpital Numérique Vers un système d information hospitalier cohérent et performant Améliorer

Plus en détail

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME Les petits déjeuner du CT M Réunion n 4 du Club de Laboratoires Accrédités Dématérialisation des données Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes

Plus en détail

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE. Utiliser le Dossier Médical Personnel en EHPAD

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE. Utiliser le Dossier Médical Personnel en EHPAD PLUS ON EN SIT MIEUX ON SE PORTE Utiliser le Dossier Médical Personnel en EHPD Mars 01 Le Dossier Médical Personnel : pour améliorer la prise en charge des résidents Depuis 008, les établissements d hébergement

Plus en détail

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE. Utiliser le Dossier Médical Personnel en EHPAD

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE. Utiliser le Dossier Médical Personnel en EHPAD PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE Utiliser le Dossier Médical Personnel en EHPAD Mai 2013 1 2 S informer sur le DMP Préparer votre q ALIMENTATION établissement Sur le site dmp.gouv.fr espace Structure

Plus en détail

Utilisation des webservices

Utilisation des webservices Utilisation des webservices V1.4 Évolution du document: Version Nature des changements Date 1.0 Création du document (Florent Veyrès ADULLACT Projet) 01/09/11 1.1 Mis à jour par Florent Veyrès 21/01/13

Plus en détail

Charte de fonctionnement du portail Géocharente

Charte de fonctionnement du portail Géocharente Charte de fonctionnement du portail Géocharente Préambule La plateforme Geocharente.fr est une plateforme créée par le Syndicat Départemental pour l Informatique et les Technologies de Communication (ci-après,

Plus en détail

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel BROChURE D information PATIENT Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel Créer votre DMP, un acte important pour votre santé au service de la santé www.dmp.gouv.fr 2 Le dmp et vos droits 4 Qu est-ce

Plus en détail

MSS_FON_DSFT_Opérateurs_MSSanté_v1_0_0.PDF. Non sensible public

MSS_FON_DSFT_Opérateurs_MSSanté_v1_0_0.PDF. Non sensible public Identification du document Référence ASIP Santé MSS_FON_DSFT_Opérateurs_MSSanté_v1_0_0.PDF Date de dernière mise à jour 19/03/2014 Classification Non sensible public Nombre de pages 155 Historique du document

Plus en détail

Système d Information des réseaux de santé Eléments de compréhension. Auteur : Isabelle LE ROUX Bruno XOUAL Laureen WELSCHBILLIG

Système d Information des réseaux de santé Eléments de compréhension. Auteur : Isabelle LE ROUX Bruno XOUAL Laureen WELSCHBILLIG Système d Information des réseaux de santé Eléments de compréhension Auteur : Isabelle LE ROUX Bruno XOUAL Laureen WELSCHBILLIG Positionnement des acteurs ARS pilotage stratégique Stratégie de santé régionale

Plus en détail

Présentation Télésanté Aquitaine. Séminaire réseaux. Système d Information. Dossier générique réseaux de santé Le 8 décembre 2006

Présentation Télésanté Aquitaine. Séminaire réseaux. Système d Information. Dossier générique réseaux de santé Le 8 décembre 2006 Présentation Télésanté Aquitaine Séminaire réseaux Système d Information Dossier générique réseaux de santé Le 8 décembre 2006 Programme Dossier Générique Réseaux Le 8 décembre 2006 1/2 Introduction 5mn

Plus en détail

Rapport national de la France

Rapport national de la France Strasbourg, 27 février 2002 Coll (2002) 2 15ème COLLOQUE SUR LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET LE DROIT EN EUROPE E-JUSTICE : INTEROPÉRABILITÉ DES SYSTÈMES Macolin (Suisse), 3 5 avril 2002 Rapport national

Plus en détail

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE FACILITER LA PRISE EN CHARGE ET LA COORDINATION DES SOINS. dmp.gouv.fr

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE FACILITER LA PRISE EN CHARGE ET LA COORDINATION DES SOINS. dmp.gouv.fr PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE FACILITER LA PRISE EN CHARGE ET LA COORDINATION DES SOINS dmp.gouv.fr Le Dossier Médical Personnel (DMP) est une réalité. Il est entré dans sa phase de déploiement. Pour

Plus en détail

PROCEDURE GESTION DOCUMENTAIRE

PROCEDURE GESTION DOCUMENTAIRE 1- Objet & finalité Cette procédure définit les modalités d élaboration et de gestion des documents du Système de management de la Qualité de l école. Elle a pour but : de garantir la conformité, d apporter

Plus en détail

Déclaration de conflits d intérêts

Déclaration de conflits d intérêts Déclaration de conflits d intérêts Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt pour la préparation de cette présentation Je déclare avoir bénéficié en 2009 de l aide de : BMS, GSK, Boehringer, Merck, Abbott

Plus en détail

ANNEXE. Suite à l arrêté du 15 juin 2012 relatif à la signature électronique dans les marchés publics

ANNEXE. Suite à l arrêté du 15 juin 2012 relatif à la signature électronique dans les marchés publics ANNEXE Suite à l arrêté du 15 juin 2012 relatif à la signature électronique dans les marchés publics A l usage des Utilisateurs Opérateurs Economiques Mise en vigueur le 19/05/2013-1 - Préambule : Les

Plus en détail

Le C2i Niveau 2 métiers de la santé : des ressources à la certification. Pierre GILLOIS Daniel PAGONIS

Le C2i Niveau 2 métiers de la santé : des ressources à la certification. Pierre GILLOIS Daniel PAGONIS Le C2i Niveau 2 métiers de la santé : des ressources à la certification Pierre GILLOIS Daniel PAGONIS 1 Généralités Contexte Continuité de la circulaire instituant le C2i niveau 1 d avril 2005 Objectifs

Plus en détail

Champs référentiel couvert 111/31/32/33/36 SIH. Dr Marc CUGGIA Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Champs référentiel couvert 111/31/32/33/36 SIH. Dr Marc CUGGIA Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Champs référentiel couvert 111/31/32/33/36 SIH Dr Marc CUGGIA Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Définitions Objectifs d un SIH Description : architecture structurelle fonctionnelle Technique Enjeux

Plus en détail

Annuaire.sante.fr. Accéder aux informations contenues dans le Répertoire Partagé des Professionnels de Santé (RPPS) - Mai 2015 -

Annuaire.sante.fr. Accéder aux informations contenues dans le Répertoire Partagé des Professionnels de Santé (RPPS) - Mai 2015 - Annuaire.sante.fr Accéder aux informations contenues dans le Répertoire Partagé des Professionnels de Santé (RPPS) - Mai 2015 - Sommaire 1 Objectif de ce document... 3 2 Le Répertoire Partagé des Professionnels

Plus en détail

Le décret hébergeur :

Le décret hébergeur : Le décret hébergeur : modalités d application et questions d actualité Jeanne BOSSI, Secrétaire Générale de l ASIP Santé - Bref rappel du cadre juridique et de la procédure - Questions d actualité - Audits

Plus en détail

Journées de formation DMP

Journées de formation DMP Journées de formation DMP Le DMP dans l écosystème Chantal Coru, Bureau Etudes, ASIP Santé Mardi 26 juin 2012 Processus de coordination au centre des prises en charge Quelques exemples Maisons de santé

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

Mise en œuvre du Dossier Communiquant en Cancérologie (DCC) 7 Octobre 2014

Mise en œuvre du Dossier Communiquant en Cancérologie (DCC) 7 Octobre 2014 Mise en œuvre du Dossier Communiquant en Cancérologie (DCC) 7 Octobre 2014 1.Caractéristiques de la cible dcc 2.Le DCC, un service de l Espace Numérique Régional de Santé 7 Octobre 2014 3 ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Franck Jolivaldt. Programme Hôpital Numérique Axe 3 «stimuler et structurer l offre de solutions» RELIMS. Novembre 2012

Franck Jolivaldt. Programme Hôpital Numérique Axe 3 «stimuler et structurer l offre de solutions» RELIMS. Novembre 2012 Programme Hôpital Numérique Axe 3 «stimuler et structurer l offre de solutions» RELIMS Novembre 2012 Franck Jolivaldt DGOS / MSIOS Présentation du programme Hôpital numérique La Direction Générale de l

Plus en détail

Systèmes d Information Avancés (et répartis)

Systèmes d Information Avancés (et répartis) Systèmes d Information Avancés (et répartis) Université Lyon 1 MIAGE L. Médini, mars 2005 Plan des cours Protocole HTTP et programmation serveur Architectures réparties Objets distribués Introduction aux

Plus en détail

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI. dmp.gouv.fr

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI. dmp.gouv.fr PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI dmp.gouv.fr Les pratiques médicales évoluent continuellement pour permettre à chacun d être mieux soigné

Plus en détail

L'offre e-banking. Trade Finance CALYON. Gérer vos opérations en ligne sur le PORTAIL OPTIMTRADE. https://www.optimtrade.calyon.

L'offre e-banking. Trade Finance CALYON. Gérer vos opérations en ligne sur le PORTAIL OPTIMTRADE. https://www.optimtrade.calyon. L'offre e-banking en Trade Finance de CALYON Gérer vos opérations en ligne sur le PORTAIL OPTIMTRADE https://www.optimtrade.calyon.com Le portail OptimTrade est un système interactif permettant d'accélérer

Plus en détail

Séminaire EOLE Dijon 23/24 novembre 2011. Architecture Envole/EoleSSO

Séminaire EOLE Dijon 23/24 novembre 2011. Architecture Envole/EoleSSO Séminaire EOLE Dijon 23/24 novembre 2011 Architecture Envole/EoleSSO Sommaire Présentation du socle Envole EoleSSO : modes de fonctionnement Fédération et gestion des annuaires Accès aux services académiques

Plus en détail

Echange et partage de documents de santé

Echange et partage de documents de santé INTEROPÉRABILITÉ Echange et partage de documents de santé Thierry DART 05 avril 2016 INTEROPÉRABILITÉ Echange et partage de documents de santé Formation des MCS - 5 avril 2016 Sommaire A - Couche service

Plus en détail

Phase pilote de mise en œuvre du service «Dossier Communicant de Cancérologie» du Dossier Médical Personnel

Phase pilote de mise en œuvre du service «Dossier Communicant de Cancérologie» du Dossier Médical Personnel Phase pilote de mise en œuvre du service «Dossier Communicant de Cancérologie» du Dossier Médical Personnel Cahier des charges Janvier 2011 Mesure 18 : Personnaliser la prise en charge des malades et renforcer

Plus en détail

Les garanties de protection des données personnelles dans le Dossier Médical Personnel

Les garanties de protection des données personnelles dans le Dossier Médical Personnel Les garanties de protection des données personnelles dans le Dossier Médical Personnel Réunion PRIAM - 2008 Caroline Zorn Doctorante en Droit médical Université Nancy 2 ( CRDP-Iscrimed ) Introduction I.

Plus en détail

L'interopérabilité. Ou comment les programmes apprennent à se parler! Séminaire Patient numérique 20 octobre 2011 Pablo d Alcantara, PhD

L'interopérabilité. Ou comment les programmes apprennent à se parler! Séminaire Patient numérique 20 octobre 2011 Pablo d Alcantara, PhD L'interopérabilité Ou comment les programmes apprennent à se parler! Séminaire Patient numérique 20 octobre 2011 Pablo d Alcantara, PhD Présentation Ingénieur Physicien Docteur en Sciences Biomédicales

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 8 26/09/2013 16:49 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Licence : Licence Sciences, technologies, santé mention Informatique

Plus en détail

Le Dossier Patient Informatisé

Le Dossier Patient Informatisé Le Dossier Patient Informatisé D.P.I Yann MORVEZEN DSIO CHU de Toulouse Le contexte ( 1 ) Le projet d établissement «centré sur le patient, le système d information prend place parmi les enjeux et les

Plus en détail

H2012 : Cahier des charges

H2012 : Cahier des charges H2012 : Cahier des charges Présentation COPIL régional 28/10/2010 ES 1 Rappel de la démarche ES 1 ES 3 Cartographie du SI ES 37 Définition du contexte de mise en œuvre dans chaque ES ES 1 ES 1 ES 3 ES

Plus en détail

La signature électronique au service de l'émission de factures dématérialisées. Un cas B-to-C

La signature électronique au service de l'émission de factures dématérialisées. Un cas B-to-C La signature électronique au service de l'émission de factures dématérialisées Un cas B-to-C 1 Plan de la présentation Les origines de dématérialisation des factures Enjeux de la dématérialisation Rappel

Plus en détail

ESPACE NATIONAL DE CONFIANCE SANTÉ. Carte CPS. Mise en œuvre de la partie sans-contact. Février 2015

ESPACE NATIONAL DE CONFIANCE SANTÉ. Carte CPS. Mise en œuvre de la partie sans-contact. Février 2015 ESPACE NATIONAL DE CONFIANCE SANTÉ Carte CPS Mise en œuvre de la partie sans-contact Février 2015 Objectif de cette présentation Cette présentation vise à illustrer le contenu du guide pratique et technique

Plus en détail

ANNEXE. Suite à l arrêté du 15 juin 2012 relatif à la signature électronique dans les marchés publics

ANNEXE. Suite à l arrêté du 15 juin 2012 relatif à la signature électronique dans les marchés publics ANNEXE Suite à l arrêté du 15 juin 2012 relatif à la signature électronique dans les marchés publics A l usage des Utilisateurs Opérateurs Economiques - 1 - 1 ARTICLE "CONTENU DE LA REPONSE" Chaque pièce

Plus en détail

Solution de facturation électronique Signée

Solution de facturation électronique Signée Solution de facturation électronique Signée (Article 289V du Code Général des Impôt) Fiche d information Sommaire La facture... 2 En quoi consiste la dématérialisation fiscale de la facture?... 3 Qu est-ce

Plus en détail

ESCALE MANUEL UTILISATEUR SIMPLIFIÉ ÉTAT : VERSION VALIDÉE DGFIP - BUREAU SI-2B - DEPS - ÉCHANGE DE DONNÉES. Version 1.

ESCALE MANUEL UTILISATEUR SIMPLIFIÉ ÉTAT : VERSION VALIDÉE DGFIP - BUREAU SI-2B - DEPS - ÉCHANGE DE DONNÉES. Version 1. ESCALE MANUEL UTILISATEUR SIMPLIFIÉ ÉTAT : VERSION VALIDÉE DGFIP - BUREAU SI-2B - DEPS - ÉCHANGE DE DONNÉES Version 1.3 du 8/11/12 Page 1/11 Objet et domaine d application Ce document constitue le manuel

Plus en détail

Argumentaire pour un lancement en 2009

Argumentaire pour un lancement en 2009 Le Dossier Communicant de Cancérologie en Ile-de-France (DCC-IDF) : Argumentaire pour un lancement en 2009 Dr Hervé Gauthier Président du CA d ONCORIF Réseau régional de cancérologie d Ile-de-France Dr

Plus en détail

Modalités d accès aux cartes CPx

Modalités d accès aux cartes CPx ESPACE NATIONAL DE CONFIANCE SANTÉ Modalités d accès aux cartes CPx Cryptolib CPS v5 Enjeux et déploiement Sommaire Cryptolib CPS v5 Enjeux et déploiement A. Rappels CPS et Cryptolibs CPS B. Présentation

Plus en détail

La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN»

La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN» La Politique de Gestion des Preuves «K.WEBSIGN» SOMMAIRE 1 QUEL EST LE ROLE DE LA POLITIQUE DE GESTION DES PREUVES? 3 2 COMMENT FONCTIONNE LE SERVICE K.WEBSIGN? 3 3 QUELS SONT LES USAGES ET APPLICATIONS

Plus en détail

RÈGLEMENT D UTILISATION DES MOYENS INFORMATIQUES DE L ECOLE DES MINES DE SAINT-ETIENNE

RÈGLEMENT D UTILISATION DES MOYENS INFORMATIQUES DE L ECOLE DES MINES DE SAINT-ETIENNE RÈGLEMENT D UTILISATION DES MOYENS INFORMATIQUES DE L ECOLE DES MINES DE SAINT-ETIENNE 1. Domaines d application Ce règlement a pour fondement la loi du 6 janvier 1978 relative à l informatique, aux fichiers

Plus en détail

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur Indications

Plus en détail

CHARTE DES UTILISATEURS DU DOSSIER INFORMATISE SOINS PALLIATIFS. Du Réseau ARCADE

CHARTE DES UTILISATEURS DU DOSSIER INFORMATISE SOINS PALLIATIFS. Du Réseau ARCADE NFORMATISE «SOINS PALLIATIFS» Page 1 /13 CHARTE DES UTILISATEURS DU DOSSIER INFORMATISE SOINS PALLIATIFS Du Réseau ARCADE NFORMATISE «SOINS PALLIATIFS» Page 2 /13 Préambule Le dossier informatisé constitue

Plus en détail

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Juin 2013 / V1

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Juin 2013 / V1 MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance Mieux comprendre MSSanté FAQ Juin 2013 / V1 FAQ MSSanté MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance sommaire 1. Le Système MSSanté 2 MSSanté :

Plus en détail

SGDN/DCSSI AFNOR Téléprocédures du MINEFI Aspects sécurité

SGDN/DCSSI AFNOR Téléprocédures du MINEFI Aspects sécurité SGDN/DCSSI AFNOR Téléprocédures du MINEFI Aspects sécurité 27 mars 2003 Sommaire Téléprocédures du M.E.F.I Contexte/Objectifs Problématique Solutions envisageables Les grands choix techniques Mise en œuvre

Plus en détail

SIV. Page 1 / 14 NOTICE EXPLICATIVE A DESTINATION DES SOCIETES D ASSURANCE POUR LE RENSEIGNEMENT DE LA CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION

SIV. Page 1 / 14 NOTICE EXPLICATIVE A DESTINATION DES SOCIETES D ASSURANCE POUR LE RENSEIGNEMENT DE LA CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION SIV NOTICE EXPLICATIVE A DESTINATION DES SOCIETES D ASSURANCE POUR LE RENSEIGNEMENT DE LA CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION ET DE SON ANNEXE TECHNIQUE Page 1 / 14 1. PREAMBULE 3 1.1. OBJECTIFS DU

Plus en détail

Le point sur le Dossier Pharmaceutique. AUEG CHU GRENOBLE 13 novembre 2014 Mathilde Cavalier, DTS, CNOP

Le point sur le Dossier Pharmaceutique. AUEG CHU GRENOBLE 13 novembre 2014 Mathilde Cavalier, DTS, CNOP Le point sur le Dossier Pharmaceutique AUEG CHU GRENOBLE 13 novembre 2014 Mathilde Cavalier, DTS, CNOP Le DP d aujourd hui Le «Nouveau» DP AUTORITÉS SANITAIRES SERVICES DP DU CNOP Accès Logiciel LE DOSSIER

Plus en détail