Le cubage des arbres sur pied

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le cubage des arbres sur pied"

Transcription

1 Le cubage des arbres sur pied Quand on prépare une coupe pour la vente, l estimation du volume des arbres à abattre est nécessaire. Le cubage peut se faire sur un arbre, comme dans le cas du volume des arbres de grosse dimension. Il peut aussi se faire aussi sur un peuplement. Une estimation du volume global de bois est alors faite par type de bois. Le cubage des bois sur pied est régi par la norme Afnor NF B «cubage estimatif des bois sur pied» pour l estimation du «volume plein» d un arbre sur pied. En cas de contestation éventuelle devant les tribunaux, ce cubage selon la norme Afnor est le seul qui donne toute garantie. La formule qui assimile la tige à un cylindre est V = π/4 x D2 x H Où V = volume commercial (en m3) H = hauteur de la tige (en m) D = diamètre médian (à mi-longueur de H) de la grume (en m) π/4 peut être admis comme égal à 3,1416/4 = 0,7854 Il s agit donc de la même formule que pour l estimation des bois abattus ou revient à parler simplement de hauteur au lieu de longueur. La présente note commence par la mesure de la hauteur, qui est un élément fondamental du cubage, puis abordera ensuite les différents modes de calcul du volume, avant de proposer quelques exemples de calcul d un volume. 1

2 Mesure de la hauteur 2

3 De quelle hauteur parle t on? Hauteur Hauteur totale : Htot Définition et buts C est la hauteur de l arbre jusqu au bourgeon terminal. Elle permet l estimation du volume total de l arbre ou le volume à l hectare de la parcelle. Hauteur C est la hauteur de l arbre où le recoupe bois diamètre du tronc est de 7 cm (soit 22 fort : Hrec cm de circonférence). Elle permet d estimer le volume bois fort de la grume, c est-à-dire le volume "papeterie" inclus. Cette notion est surtout utilisée en résineux. Hauteur C est la hauteur à laquelle l arbre commerciale : mesure 60 cm de circonférence Hcom (résineux) ou 70 cm (feuillus) ; elle correspond à la découpe "grume" de l arbre. Dans certains cas, cette hauteur à la découpe peut être différente, notamment pour les feuillus, avec la prise en compte de la qualité et de la destination des bois. C est ainsi que l on parlera de découpe "charpente" qui sera la hauteur mesurée du sol jusqu à l altitude correspondant à la fin de la qualité charpente. Elle permet d estimer le volume marchand de l arbre. Les outils et leur fonctionnement Lorsque la découpe est visuellement fixée sur la grume, il faut encore apprécier à quelle hauteur elle se situe. Souvent estimée au jugé, on peut néanmoins s aider d outils plus ou moins élaborés pour en réaliser la mesure. Le plus souvent, les mesures de hauteur ne portent que sur quelques arbres (trois ou quatre) de chacune des catégories de grosseur du lot à cuber. La hauteur (totale ou à la découpe) est mesurée au mètre près, par excès ou par défaut, les fractions supérieures à 0,50 m comptant pour 1m. La mesure peut être faite au jugé, On estime sans aucun dispositif la hauteur de l arbre. Cette méthode d estimation demande de la part du praticien une certaine expérience. Elle a l avantage d être rapide, mais il convient, par précaution, de se caler à l aide de quelques mesures avant une journée d estimation. On utilise aussi des appareils de mesure utilisés pour la hauteur, appelés dendromètres basés soit : Sur des principes géométriques (relations entre les triangles semblables) comme c est le cas pour la croix du bûcheron ; 3

4 Sur des principes trigonométriques (mesures d angles) comme pour le Suunto, le Blume-Leiss et le relascope de Bitterlisch. La croix du bûcheron Ce système est rudimentaire mais néanmoins efficace. a b H D Prendre deux baguettes (par exemple: 20cm) de mêmes dimensions et droites (a=b) Placer la première en position horizontale (parallèle au plan du sol) et la seconde perpendiculairement à la 1ère. Se placer face à l arbre, à une distance approximativement voisine de sa hauteur. Puis, avancer ou reculer et faire coulisser la baguette verticale de manière à faire coïncider: o Le pied de l arbre, le bas de la baguette verticale et son oeil sur une même ligne o La cime de l arbre, le haut de la baguette verticale et son oeil sur une même ligne Lorsque les deux extrémités de l arbre correspondent aux extrémités de la baguette verticale, mesurer la distance vous séparant de l arbre (D). La hauteur de l arbre (H) est alors égale à la distance (D). Les dendromètres Suunto et Blume-Leiss Ces appareils sont tous deux basés sur un principe trigonométrique (mesures d'angles) et ils nécessitent que l'observateur se place à une distance prédéterminée de l'arbre (la plus proche possible de la hauteur estimée). 4

5 5

6 Dendromètres et mire Pour ce faire, l'opérateur dispose d'une mire pliante comportant des voyants blancs marqués des valeurs 0, 15, 20, 30 et 40. Ces valeurs correspondent à des distances d'éloignement par rapport à l'arbre de 15, 20, 30 et 40 m. Pour la mise à distance : Fixer d'une façon parfaitement verticale la mire pliante sur le tronc de l'arbre à mesurer. En terrain peu incliné, il est préférable d'accrocher la mire à un niveau tel que la ligne de visée soit proche de l'horizontale. S'éloigner d'une distance la plus proche possible de la hauteur estimée de l'arbre, dans une direction permettant une bonne visibilité de ce dernier. Viser à travers le viseur dioptrique de l'appareil. On distingue 4 traits blancs pour une distance d'éloignement de 15 ou 20 m (dédoublement des images des 2 voyants relatifs à la distance d'éloignement choisie). A une distance de 30 ou 40 m, on distingue 6 traits blancs, les voyants extrêmes correspondant à la distance choisie..avancer ou reculer jusqu'à la coïncidence parfaite des 2 voyants centraux..il est conseillé de faire osciller légèrement l'appareil pour mieux observer le dédoublement des images des voyants Exemple dans le cas d une distance d éloignement de 15 ou 20 m. Précautions à prendre pour la mesure en hauteur La mesure de la hauteur peut être soumise à des erreurs dues soit à l opérateur, à l appareil de mesure ou encore aux conditions de terrain. Ces quelques précautions vous permettront d éviter ou de réduire ces erreurs. 6

7 1. Les baguettes utilisées pour la croix du bûcheron auront 20 à 30 cm de long et doivent impérativement être de même longueur. 2. Pour la croix du bûcheron, il est important que le côté horizontal soit posé parallèlement au sol et le côté vertical parallèle à l arbre. Plus la pente est forte, plus le risque d erreur est grand. 3. Sur le terrain en pente, placez-vous idéalement sur la même courbe de niveau que celle du pied de l arbre, ou à défaut en amont de l arbre. 4. Vérifiez régulièrement le bon étalonnage de votre appareil de mesure. 5. Positionnez-vous toujours à une distance préalable le plus proche possible de la hauteur présumée de l arbre à mesurer. 6. Pour les appareils nécessitant une mise à distance préalable, assurez-vous que la lecture se fasse bien sur l échelle correspondant à la bonne distance d éloignement. 7. La mesure de la hauteur totale des feuillus se fait par une visée sur le bourgeon terminal à l intérieur de la cime et non à l extrémité des branches 8. Si possible, réalisez une seconde mesure dans les mêmes conditions afin de s assurer de l exactitude du résultat. En cas de divergence, réalisez une nouvelle mesure dans une autre direction de visée. Le volume des arbres sur pied Le volume d un arbre sur pied n est qu une estimation. Sur les trois critères à prendre en compte, seule le diamètre ou la circonférence est facilement mesurable. La hauteur et la forme de l arbre ne peuvent être appréciées qu approximativement. Le diamètre ou la circonférence La mesure en diamètre ou en circonférence 1,30 m de hauteur se fait avec un ruban gradué ou un compas forestier (grand pied à coulisse). Pour les lots comprenant un nombre important d arbres, la grosseur est ventilée en classes (de 5 cm en 5 cm pour le diamètre ou de 10 cm en 10 cm pour la circonférence). Par exemple, les arbres de 146 cm ou de 152 cm de circonférence sont comptabilisés dans la classe 150. compas forestier La hauteur Pour la hauteur, on se réfèrera au point précédent de cette note. Le diamètre médian Le dernier paramètre à relever est le diamètre médian. L arbre n étant pas un cône, il faut apprécier la décroissance métrique moyenne, c est-à-dire le nombre de centimètres que l arbre perd sur sa circonférence par mètre de hauteur. C est, sans conteste, la notion la plus délicate à appréhender et qui influe fortement sur le volume. Il est recommandé de profiter d arbres abattus, sensiblement de même forme, pour effectuer des mesures. 7

8 Reste maintenant à calculer le volume. Mathématiquement, grâce à la grosseur à hauteur d homme et à la décroissance métrique moyenne, on détermine la circonférence à mi-hauteur marchande. Le volume est trouvé grâce à la formule C² x h / 4π, comme pour cuber un arbre abattu. Remarque : Pour les résineux, la formule de cubage rapide : V = (D²*H) /3 où H est la hauteur totale de l arbre en m, où D est le diamètre de l arbre en m, permet d approcher le volume sur pied, sans pour autant pouvoir servir de base à une transaction commerciale. Attention : la forme variant avec l âge, on sous-estime souvent les vieux arbres. Les barèmes et tarifs de cubage Fort heureusement, il existe des barèmes et des tarifs de cubage qui donnent directement le volume en fonction des trois paramètres. Un barème est le résultat d un calcul de volume effectué après avoir fait des hypothèses géométriques sur la forme des arbres. Il peut s appliquer partout où la forme des arbres est conforme à l hypothèse admise. La précision du cubage découle de la pertinence du choix des barèmes dans sa forêt. 8

9 Le tarif de cubage est établi à partir de mesures réelles sur un grand nombre d arbres. Le volume, le plus souvent fourni en fonction du diamètre à 1,30 m et d une hauteur, est basé sur des calculs qui aboutissent à une équation qui représentera le mieux l ensemble des cubages réalisés. Un tarif n est donc valable que pour une essence donnée, dans une limite géographique définie par l échantillonnage. Les logiciels de cubage. Ce sont des tarifs de cubage sous forme informatique. Il en existe pour le peuplier, le douglas, ainsi que pour divers feuilles et résineux. Nota bene : il ne s agit pas ici d avoir un volume juste au centimètre cube près, mais d avoir un volume commercial dont la méthode de calcul est reconnue par les acheteurs, et qui permet aussi de les mettre en concurrence. Le tarif Chaudé L outil le plus connu est la série des tarifs de cubage Chaudé. Le «tarif Chaudé» (appellation impropre puisqu il s agit d un barème de cubage d arbres sur pied) est un ouvrage qui fournit les volumes commerciaux (en mètres cubes avec trois décimales) à partir du diamètre (ou de la circonférence à hauteur d homme) et de la hauteur évaluée à la découpe bois d œuvre. Il est probablement le plus connu et le plus utilisé en forêt privée. Et il se fonde sur une décroissance métrique moyenne calculée sur la circonférence. La décroissance augmente en fonction de la grosseur des arbres, plus ou moins rapidement selon chacun des 24 barèmes qui le composent. 9

10 L auteur a prévu un tableau clé qui, en fonction de sondages effectués préalablement, permet de choisir le numéro du barème le plus approprié au lot à estimer. On peut également utiliser le tableau ci-contre qui établit des correspondances entre les numéros de barèmes et les essences pour différents types de peuplement. Arbres épars et très branchus Essences F E U I L L U S R E S I N E U X Arbres de futaie lâche ou de bordures Futaie normalement éclaircie Futaie très serrée, arbres élancés Chêne-HêtreFrêne-Orme (Futaie) (Taillis sous futaie) Peuplier, Gros merisier, Gros châtaignier Bouleaux, Aulnes, Petit merisier, Petit châtaignier Epicéa Sapin Douglas Pins Laricio et sylvestre Pins noir, Weymouth, et maritime Grille de choix des barèmes Chaudé, d'après C. Riboulet, GEPROBOIS Par exemple, le volume d'une grume de chêne de taillis sous futaie est déterminé grâce au tarif numéro 13 Grâce à ces outils, voyons comment déterminer, par exemple, le volume par billons de la grume. Le diamètre à 1,30 m est de 70 cm avec une découpe à la couronne mesurée à 10 m et une bille de pied arrêtée à 7 m. Le tableau précédent indique que le barème moyen convenant au chêne de taillis sous futaie est le numéro 13, ce qui donne les résultats suivants pour cette grume : 10

11 Volume commercial grume : Vgrume = 3,057 m3 Volume bille de pied : V1 = 2,341 m3 Volume surbille : V2 = Vgrume V1 = 3,057 2,341 = 0,716 m3. On notera que, dans le barème, les calculs sont effectués avec une décroissance de 6 cm de circonférence par mètre. Décroissance métrique moyenne Extrait du tarif Chaudé Une autre méthode consiste à calculer la décroissance métrique moyenne quand le tableau cidessus ne permet pas de choisir le numéro de tarif. Celle s exprime en centimètres de circonférence par mètre de hauteur. Par exemple, un arbre mesure 90 cm de circonférence à 1,30 mètre de hauteur (soit 1 mètre de bille), et 60 cm de circonférence à 6 mètres de hauteur. La décroissance métrique moyenne sera de (90 60)/(6-1) = 30/5 = 6 centimètres par mètre. 11

12 Extrait du tableau clé des décroissances métriques moyennes de chaque tarif Circ / /75 4 3, /95 5 4, / , / / / / / / Circ : circonférence à 1,50 m de hauteur Exemple : pour un arbre ayant une circonférence de 165 cm et une décroissance métrique de 4,5 cm par mètre, on applique le tarif N 15 Deux points à ne pas oublier : Un peuplement forestier ne doit pas se plier au tarif, mais, c'est le tarif qui doit se plier au peuplement. Pour un même peuplement, dans une même station, la décroissance moyenne métrique varie en fonction de la grosseur des arbres et aussi de la densité. Retour vers : - Commercialisation et exploitation du bois Généralités Voir aussi : - Fiche d estimation des résineux sur pied Fiche d estimation des feuillus sur pied Les grands principes du cubage et de l estimation Eléments de classement des grumes de feuillus et de résineux Le cubage des bois abattus Les modes de commercialisation des bois 12

13 Exemples de cubage Afin de vous exercer au cubage d arbres sur pied, cette note se termine par deux exemples pratiques, un pour les feuillus, l autre pour les résineux, tirés de notes réalisées par la société royale forestière de Belgique. Cubage d un feuillu On souhaite cuber un hêtre de futaie normalement éclaircie dont on connaît : La circonférence à 1,50 m = 150 cm, La hauteur totale : 24 m La hauteur commerciale marchande : 12 m Soit : o Une hauteur culée valeur tranchage : 4 m o Une hauteur culée deuxième choix : 8 m On souhaite connaître : Le volume bois fort (circonférence 22 cm ou V C22) Le volume de la grume commerciale (V commercial) Le volume de la culée de tranchage (V tranchage) Résultats : 13

14 V C22 : il est impossible à calculer d après le barème, car il permet d estimer le volume d une grume entière, et non pas d une grume et de son houppier. V commercial : les tarifs applicables sont les tarifs 14, 15, 16 d après la grille de choix de la page 8 de cette note. Regardons les résultats obtenus à partir du tarif Chaudé : Tarif N 14 : 1,623 m3 pour une circonférence de 150 cm et une hauteur de 12 m (la décroissance métrique moyenne est de 4,5 cm par mètre) Tarif N 15 : 1,614 m3 pour une circonférence de 150 cm et une hauteur de 12 m (la décroissance métrique moyenne est de 4 cm par mètre) Tarif N 16 : 1,614 m3 pour une circonférence de 150 cm et une hauteur de 12 m (la décroissance métrique moyenne est de 4 cm par mètre) Le volume commercial est donc de 1,6 m3 environ V tranchage : les tarifs applicables sont les tarifs 14, 15, 16. Regardons les résultats obtenus à partir du tarif Chaudé : Tarif N 14 : 0,674 m3 pour une circonférence de 150 cm et une hauteur de 12 m (la décroissance métrique moyenne est de 4,5 cm par mètre) Tarif N 15 : 0,679 m3 pour une circonférence de 150 cm et une hauteur de 12 m (la décroissance métrique moyenne est de 4 cm par mètre) Tarif N 16 : 0,679 m3 pour une circonférence de 150 cm et une hauteur de 12 m (la décroissance métrique moyenne est de 4 cm par mètre) Les résultats sont très proches (0,05 m3 d écart) Le volume commercial est donc de 0,675 m3 environ (la précision supérieure du volume commercial se justifie ici par un prix plus élevé du mètre cube). 14

15 Cubage d un résineux On souhaite cuber un mélèze dont on connaît : La hauteur totale : 30 mètres, La circonférence à 1,50 m : 175 cm La hauteur commerciale marchande : 20 mètres La hauteur recoupe bois fort : 27 mètres, pour une circonférence de 22 cm On souhaite connaître : Le volume bois fort (circonférence 22 cm ou V C22) Le volume de la grume commerciale (V commercial) Le volume à une recoupe de 70 cm de circonférence.(v 70) Le mélèze ne figure pas dans les tables de la page 8 du document. Il faut donc calculer la décroissance métrique moyenne avant de choisir le numéro du tarif de cubage : Reprenons les données : cm de circonférence à 1,50 m de haut - 22 cm de circonférence à 27 m de haut 15

16 soit une diminution de la circonférence de = 153 cm sur une longueur de : 27-1,50 = 25,5 mètres. La décroissance métrique moyenne est donc de 6 cm par mètre. On utilisera donc le tarif N 11. V commercial: Le volume commercial est de 2,33 m 3 pour 20 mètres de haut (tarif N 11, circonférence 175 cm, hauteur 20 m). V C22 :Volume bois fort : Le tarif s arrête à 20 mètres de longueur de bille, donc il ne nous donne pas le volume bois fort Cependant, il peut être estimé. En effet, le gain en volume est de 0,05 mètre cube entre une bille de 19 m de long et celle de 20 mètres selon ce même tarif, et il est en forte diminution par rapport aux valeurs précédentes. Aussi, il ne semble guère supérieur à 0,1 m3. Dans la pratique, il ne sera pas pris en compte au vu des caractéristiques de l arbre. Le colume bois fort est donc proche de 2,4 mètres cube. V 70 : Volume à une recoupe de 70 cm de circonférence : la diminution de circonférence est de (175 70) = 105 cm entre 1,50 m et 70 cm. La décroissance métrique moyenne étant de 6 cm par mètre, cette recoupe est située à 105/6 = 17,5 mètres au dessus de la circonférence à 1,50 m de hauteur, soit à 17,5 + 1,5 = 19 mètres au dessus du sol. Nous pouvons alors utiliser le tarif Chaudé N 11, avec une circonférence de 175 cm et une hauteur de 19 mètres. Le résultat : 2,325 m3. La volume commercial calculé précédemment en est très proche. 16

17 17

Lycée forestier Château de Mesnières 76270 MESNIERES-EN-BRAY CHAPITRE II : HAUTEUR DES ARBRES

Lycée forestier Château de Mesnières 76270 MESNIERES-EN-BRAY CHAPITRE II : HAUTEUR DES ARBRES Lycée forestier Château de Mesnières 76270 MESNIERES-EN-BRAY CHAPITRE II : HAUTEUR DES ARBRES Jean-Yves MASSENET 06/09/2011 CHAPITRE II : HAUTEUR DES ARBRES I. INTRODUCTION Après la grosseur d un arbre,

Plus en détail

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières Avec le soutien financier de : Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières http://boursefonciere.fr/metropole-savoie/coeur-de-savoie/ Afin de répondre

Plus en détail

Planification des interventions de récolte

Planification des interventions de récolte Planification des interventions de récolte L a planification des interventions de récolte est une étape importante. Une bonne connaissance des caractéristiques du secteur de récolte, le choix du moyen

Plus en détail

Etude de la ressource forestière et des disponibilités en bois en Normandie

Etude de la ressource forestière et des disponibilités en bois en Normandie N. Site Année Direction de la Valorisation B.P. 11 152 rue de Cantaben - Maurin 34972 LATTES CEDEX Tél. 4.67.7.8.86 Télécopie : 4.67.7.8.91 e-mail : dv@ifn.fr Etude de la ressource forestière et des disponibilités

Plus en détail

Brevet blanc ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES février 2015 page 1/9

Brevet blanc ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES février 2015 page 1/9 Brevet blanc ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES février 2015 page 1/9 C o r r e c t i o n Soigner la rédaction des explications et des réponses : la qualité de cette rédaction et la maîtrise de la langue sont notées

Plus en détail

D UN DOCUMENT DE GESTION DE L A PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE dans le cadre de la certification PEFC au Luxembourg FIR EIS BËSCHER VU MUER

D UN DOCUMENT DE GESTION DE L A PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE dans le cadre de la certification PEFC au Luxembourg FIR EIS BËSCHER VU MUER Mireille Feldtrauer-Molitor I N S T R U C T I O N S P O U R L É L A B O R AT I O N D UN DOCUMENT DE GESTION DE L A PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE dans le cadre de la certification PEFC au Luxembourg FIR EIS BËSCHER

Plus en détail

CHAPITRE 1 TOPOMÉTRIE: RELEVÉ DE TERRAIN AVEC UN NIVEAU OBJECTIFS 2 INTRODUCTION 2 EXEMPLE RÉSOLU 10 EXERCICES À RÉSOUDRE 11

CHAPITRE 1 TOPOMÉTRIE: RELEVÉ DE TERRAIN AVEC UN NIVEAU OBJECTIFS 2 INTRODUCTION 2 EXEMPLE RÉSOLU 10 EXERCICES À RÉSOUDRE 11 Chapitre 1 Topométrie: relevé de terrain avec un niveau 1/1 CHAPITRE 1 TOPOMÉTRIE: RELEVÉ DE TERRAIN AVEC UN NIVEAU OBJECTIFS 2 INTRODUCTION 2 1.1 DÉFINITIONS 3 1.2 STADIMÉTRIE 4 EXEMPLE RÉSOLU 10 EXERCICES

Plus en détail

La signature d un bois de chauffage de qualité

La signature d un bois de chauffage de qualité La signature d un bois de chauffage de qualité Un gage de qualité pour le consommateur La charte Normandie Bois Bûche a été réalisée afin : de promouvoir un bois bûche de qualité en termes de rendement

Plus en détail

FACTEURS DE CONVERSION POUR LE BOIS DE SCIAGE

FACTEURS DE CONVERSION POUR LE BOIS DE SCIAGE FACTEURS DE CONVERSION POUR LE BOIS DE SCIAGE La grille de mesure du bois (table de cubage) en pieds mesure de planche (pmp) n est pas la norme en vigueur sur les forêts publiques du Québec. Cette méthode

Plus en détail

Les forêts face aux changements climatiques : Anticiper, s Adapter et Agir avec BIOCLIMSOL. Jean Lemaire CNPF IDF Lyon. jean.lemaire@cnpf.

Les forêts face aux changements climatiques : Anticiper, s Adapter et Agir avec BIOCLIMSOL. Jean Lemaire CNPF IDF Lyon. jean.lemaire@cnpf. Les forêts face aux changements climatiques : Anticiper, s Adapter et Agir avec BIOCLIMSOL Jean Lemaire CNPF IDF Lyon jean.lemaire@cnpf.fr FORET : TEMPS de PRODUCTION LONG > 40 ans = SENSIBILITE ELEVEE

Plus en détail

Conifères. 10-15 cm. 6-13 cm. Pin Blanc Je possède des aiguilles douces en faisceaux de 5. 8-20 cm. 4-6 cm. 3-7 cm

Conifères. 10-15 cm. 6-13 cm. Pin Blanc Je possède des aiguilles douces en faisceaux de 5. 8-20 cm. 4-6 cm. 3-7 cm Nom : Conifères 6-13 cm 8-20 cm Pin Blanc Je possède des aiguilles douces en faisceaux de 5. 10-15 cm Pin Rouge J ai des aiguilles rigides en faisceaux de 2. 4-6 cm 3-7 cm 4-6 cm Pin Sylvestre Je possède

Plus en détail

Guyane. Bilan carbone et gestion forestière

Guyane. Bilan carbone et gestion forestière Guyane Bilan carbone et gestion forestière Séminaire organisé dans le cadre du projet CARPAGG «le carbone en forêt et en prairies issues de déforestation en Guyane, 1 octobre 2013» Le contexte de la forêt

Plus en détail

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE 672 REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE Application au calcul des valeurs devenir et des dommages-intérêts Les problèmes d'évaluation des forêts ou d'estimation

Plus en détail

Règlement type relatif à l abattage d arbres

Règlement type relatif à l abattage d arbres Règlement type relatif à l abattage d arbres INTRODUCTION «Une municipalité ou une MRC peut régir ou restreindre la plantation ou l'abattage d'arbres afin d'assurer la protection du couvert forestier et

Plus en détail

BREVET BLANC N 2 EPREUVE DE MATHEMATIQUES

BREVET BLANC N 2 EPREUVE DE MATHEMATIQUES BREVET BLANC N 2 EPREUVE DE MATHEMATIQUES Durée de l épreuve : 2 heures. Ce sujet comporte 6 pages numérotées de 1 à 6. Dès qu il vous est remis, assurez-vous qu il est complet. L usage de la calculatrice

Plus en détail

Diagnostic de la stabilité des peuplements à l aide des données de l IFN

Diagnostic de la stabilité des peuplements à l aide des données de l IFN GIP Ecofor Diagnostic de la stabilité des peuplements à l aide des données de l IFN P. Riou-Nivert (IDF) avec J.-C. Hervé (Engref/IFN), B. Piton (Engref), T. Belouard, J.-P. Renaud, C. Cluzeau, A. Colin

Plus en détail

PRATIQUES. relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution

PRATIQUES. relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution PRATIQUES relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution CADRE NORMATIF DESTINÉ AUX CLIENTS ET PROMOTEURS QUI RÉALISERONT LES TRAVAUX TABLE DES MATIÈRES 5

Plus en détail

Visite des peuplements de pin maritime des Cévennes ardéchoises

Visite des peuplements de pin maritime des Cévennes ardéchoises Le pin maritime en région méditerranéenne Visite des peuplements de pin maritime des Cévennes ardéchoises par Frédérique CHAMBONNET et Maurice BELVAL Pour compléter les journées varoises, une tournée a

Plus en détail

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188 CHAPITRE 13 Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres Page 188 CHAPITRE 13 DISPOSITIONS RELATIVES À L'ABATTAGE ET À LA PLANTATION D'ARBRES Sauf lorsque spécifiquement stipulé, tout

Plus en détail

Michaël Rivoire Fleur Longuetaud Laurent Saint-André Patrick Vallet François Morneau Alain Bouvet Alice Gauthier Christine Deleuze

Michaël Rivoire Fleur Longuetaud Laurent Saint-André Patrick Vallet François Morneau Alain Bouvet Alice Gauthier Christine Deleuze Une base de données unique en France de cubages d arbres individuels (volumes, biomasses) au service d une modélisation générique de la ressource en bois énergie Michaël Rivoire Fleur Longuetaud Laurent

Plus en détail

Bref rappel du contexte et des objectifs

Bref rappel du contexte et des objectifs NOTICE POUR LA MISE EN PLACE ET LA SAISIE DES DONNEES DU PROTOCOLE DE SUIVI DENDROMETRIQUE DES RESERVES FORESTIERES Bref rappel du contexte et des objectifs La survie de plus de 20% des espèces forestières

Plus en détail

Mobilisation du bois énergie sous forme de plaquettes forestières. Regefor Champenoux - 8-10 juin 2009 Jean Pierre Laurier

Mobilisation du bois énergie sous forme de plaquettes forestières. Regefor Champenoux - 8-10 juin 2009 Jean Pierre Laurier Mobilisation du bois énergie sous forme de plaquettes forestières Regefor Champenoux - 8-10 juin 2009 Jean Pierre Laurier Sommaire Biomasse récoltable et cahier des charges des plaquettes Méthodes et matériels

Plus en détail

Tailler les arbres : Pourquoi? Comment? Quand?

Tailler les arbres : Pourquoi? Comment? Quand? Tailler les arbres : Pourquoi? Comment? Quand? Présenté par: Yannick Loranger le 19 mars 2011 Définitions (http://www.siaq.org/_textes/elaguer_sans_charcuter.pdf) Taille : intervention pratiquée sur les

Plus en détail

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier Les mots de l escalier L escalier :ouvrage constitué d une suite régulière de plans horizontaux (marches et paliers) permettant, dans une construction, de passer à pied d un étage à un autre. L emmarchement

Plus en détail

POTENTIEL GLOBAL ANNUEL DE BOIS ENERGIE DES FORETS NEUCHATELOISES. (pour le chauffage automatique) 120'000 m 3

POTENTIEL GLOBAL ANNUEL DE BOIS ENERGIE DES FORETS NEUCHATELOISES. (pour le chauffage automatique) 120'000 m 3 POTENTIEL GLOBAL ANNUEL DE BOIS ENERGIE DES FORETS NEUCHATELOISES (pour le chauffage automatique) 120'000 m 3 DE PLAQUETTES (BOIS DECHIQUETE) = 60'000 m 3 UTILISES + 60'000 m 3 DISPONIBLES 1. INTRODUCTION

Plus en détail

LA SYLVICULTURE D ARBRES «OBJECTIF» OU D ARBRES DE PLACE INTRODUCTION

LA SYLVICULTURE D ARBRES «OBJECTIF» OU D ARBRES DE PLACE INTRODUCTION une croissance rapide, un bois sain sans coloration et au tronc cylindrique ; des fûts de qualité sur 6 à 8 m, de minimum 150 cm de circonférence (absence de nœuds, cernes réguliers) ; 70 % à 90 % de la

Plus en détail

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres CHAPITRE 13 Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres CHAPITRE 13 DISPOSITIONS RELATIVES À L'ABATTAGE ET À LA PLANTATION D'ARBRES À l'intérieur des zones RV-1, RV-2, RV-9, RV-10,

Plus en détail

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR.

Quelques données : Domaines & Patrimoine. Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise. Membre de l ASFFOR. 1 2 Quelques données : Domaines & Patrimoine Membre de Adhérent à : l ASFFOR Membre de l ASFFOR Accord de partenariat avec le Groupe LAFORET Franchise 10 11 salariés 7000 8 500 ha ha gérés 12 13 groupements

Plus en détail

Dimensions des bois commerciaux. Les tableaux ci-après donnent les dimensions les plus courantes pour les pièces de bois commercialisées en Belgique.

Dimensions des bois commerciaux. Les tableaux ci-après donnent les dimensions les plus courantes pour les pièces de bois commercialisées en Belgique. Dimensions des bois commerciaux Les tableaux ci-après donnent les dimensions les plus courantes pour les pièces de bois commercialisées en Belgique. Le taux d humidité affecte les dimensions du bois (retrait,

Plus en détail

Titre de la publication (8 pts, gras) Directives sur les paiements du programme d investissement dans les forêts traitées par coupes partielles

Titre de la publication (8 pts, gras) Directives sur les paiements du programme d investissement dans les forêts traitées par coupes partielles Titre de la publication (8 pts, gras) Directives sur les paiements du programme d investissement dans les forêts traitées par coupes partielles Saison 2015-2016 Rédaction et coordination Jacques Gravel,

Plus en détail

Protocole d inventaire de la ressource

Protocole d inventaire de la ressource Protocole d inventaire de la ressource L inventaire L inventaire se réalise en trois étapes qui consistent en : 1. L analyse cartographique du territoire à inventorier et la première visite sur le terrain

Plus en détail

De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV

De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV CHAPITRE VII. De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV Section 1re. Des dossiers des demandes de permis

Plus en détail

MANUEL D'AMÉNAGEMENT FORESTIER

MANUEL D'AMÉNAGEMENT FORESTIER MANUEL D'AMÉNAGEMENT FORESTIER 4 e ÉDITION Publié conformément aux exigences de l'article 29 de la Loi sur les forêts (2001, chapitre 6) 2003 Ce document a été élaboré sous la responsabilité de la Direction

Plus en détail

Marteloscope Gounamitz 2

Marteloscope Gounamitz 2 Marteloscope Gounamitz 2 Description du dispositif Michel Soucy et André Cyr Faculté de foresterie, Université de Moncton, Campus d Edmundston Jean-Martin Lussier Centre canadien sur la fibre de bois,

Plus en détail

Les portes intérieures

Les portes intérieures Les portes intérieures TECHNOLOGIE 2è DEGRE Wilmotte Bernard Institut Saint-Joseph de Saint Hubert Généralités 2 Description 2 Relevé des dimensions 3 Les genres de portes 3 Systèmes de suspension ou de

Plus en détail

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie

Synthèse N 6. Les unités du boisénergie Mémento aquitain du bois énergie Synthèse N 6 Synthèse bibliographique Les unités du boisénergie Octobre 2013 2 Les unités du bois-énergie Objectifs : Connaître les unités du bois énergie. Clarifier les

Plus en détail

Cadre réglementaire NOTE COMPLEMENTAIRE. Direction Départementale de l Équipement et de l Agriculture de

Cadre réglementaire NOTE COMPLEMENTAIRE. Direction Départementale de l Équipement et de l Agriculture de Direction Départementale de l Équipement et de l Agriculture de l'aude Cadre réglementaire NOTE COMPLEMENTAIRE Service Urbanisme, Environnement et Développement durable des Territoires Unité Forêt, Biodiversité

Plus en détail

Correction du Brevet Blanc Shanghai mars 2013

Correction du Brevet Blanc Shanghai mars 2013 Correction exercice 1(4 points) Correction du Brevet Blanc Shanghai mars 2013 1. Calculer les expressions suivantes A et B et donner le résultat sous la forme d une fraction irréductible : 2. Calculer

Plus en détail

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F)

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) LIGNES DIRECTRICES POUR LE PARCOURS À OBSTACLES VERSION 4.1 CANADIENNE-FRANÇAISE Les activités d entraînement et d évaluation du WSP-F 4.1 peuvent se dérouler

Plus en détail

1. La chasse en tant que propriétaire :

1. La chasse en tant que propriétaire : COMPTE RENDU DE REUNION DU GROUPE : OBJECTIFS DE PRODUCTION ET VALEURS ECONOMIQUES Sujet : Les revenus en forêt autres que le Pin Maritime Date : 22 novembre 2013 Liste des participants : Jacques Bordes,

Plus en détail

Les tailles de formation et l élagage des plants feuillus

Les tailles de formation et l élagage des plants feuillus Plantation 6 de feuillus nobles Les tailles de formation et l élagage des plants feuillus Lorsqu un propriétaire décide de s engager dans une plantation de feuillus nobles, c est pour produire du bois

Plus en détail

L ACV de la fenêtre en bois

L ACV de la fenêtre en bois L ACV de la fenêtre en bois FCBA a réalisé une étude sur l analyse du cycle de vie (ACV) de la fenêtre bois fabriquée par les entreprises adhérentes à la FFB (Fédération française du bâtiment, charpente-menuiserie-parquets)

Plus en détail

Résumé camp forestier février 2012

Résumé camp forestier février 2012 Résumé camp forestier février 2012 Lundi 13 février 2012 Visite du chantier de SOLIFOR, secteur Waco à Rivière aux Rats. SOLIFOR s est porté acquéreur des lots privés que possédait Abitibi Bowater lors

Plus en détail

ALM Industry S.A. Rue de Seneffe, 72 6181 Courcelles Tél : 0(32)71/ 81.95.92 Fax : 0(32)83/81.67.90 Site : http://www.almsa.be

ALM Industry S.A. Rue de Seneffe, 72 6181 Courcelles Tél : 0(32)71/ 81.95.92 Fax : 0(32)83/81.67.90 Site : http://www.almsa.be 1 ALM Industry S.A. Rue de Seneffe, 72 6181 Courcelles Tél : 0(32)71/ 81.95.92 Fax : 0(32)83/81.67.90 Site : http:// Contact : Jacques VERVIER ou Mohamed BAKRIM Email : jve@almsa.be mba@almsa.be Certifié

Plus en détail

«La Fiscalité Forestière» FOGEFOR 15 novembre 2014. Ph. LADEN C.R.P.F. de Lorraine Alsace Aurélien HAAZ Expert Forestier

«La Fiscalité Forestière» FOGEFOR 15 novembre 2014. Ph. LADEN C.R.P.F. de Lorraine Alsace Aurélien HAAZ Expert Forestier «La Fiscalité Forestière» FOGEFOR 15 novembre 2014 Ph. LADEN C.R.P.F. de Lorraine Alsace Aurélien HAAZ Expert Forestier Spécificités forestières : Phases d investissements lourdes et longues Risques (sanitaires,

Plus en détail

Avec quel bois. se chauffer?

Avec quel bois. se chauffer? Avec quel bois se chauffer??? Pourquoi choisir l énergie bois? Le bois énergie est bon marché Contrairement aux prix des énergies fossiles, celui du bois est stable. Le faible coût de ce combustible, associé

Plus en détail

Pour bien comprendre les résultats publiés

Pour bien comprendre les résultats publiés RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER MÉTHODOLOGIE Pour bien comprendre les résultats publiés Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013 Ce document peut être reproduit ou diffusé à des fins non commerciales

Plus en détail

Gestion patrimoniale des massifs forestiers

Gestion patrimoniale des massifs forestiers MF 1 Objectif(s) concerné(s) III.2.3 Milieux forestiers Gestion patrimoniale des massifs forestiers Favoriser une gestion sylvicole intégrant les enjeux de biodiversité et assurant la pérennité des habitats

Plus en détail

DS n 6 (1h30) Chap D3+D4 27/03/2015. DEVOIR SURVEILLÉ n 6 Un petit tour à la fête foraine CALCULATRICE INTERDITE!!!

DS n 6 (1h30) Chap D3+D4 27/03/2015. DEVOIR SURVEILLÉ n 6 Un petit tour à la fête foraine CALCULATRICE INTERDITE!!! DEVOIR SURVEILLÉ n 6 Un petit tour à la fête foraine CALCULATRICE INTERDITE!!! Brenda Semeda-Moreiro, une élève de, décide de passer tout son week-end à réviser le contrôle de physique prévu pour lundi.

Plus en détail

Exemple de procédure

Exemple de procédure Chambres de Commerce et d'industrie des Hautes Alpes et des Alpes de Haute Provence La chaîne de contrôle pour les exploitants forestiers de Provence-Alpes-Côte d'azur : Exemple de procédure TM PEFC/10-1-1

Plus en détail

Pôle Gestion Prise en compte des Chiroptères dans la gestion de la forêt de Chambaran

Pôle Gestion Prise en compte des Chiroptères dans la gestion de la forêt de Chambaran Pôle Gestion Atelier technique «forêt» Prise en compte des Chiroptères dans la gestion de la forêt de Chambaran Vendredi 6 novembre 2015 La forêt de Chambaran 800 ha de hêtraie charmaie autour d un champ

Plus en détail

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation»

Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» Guide du débroussaillement règlementaire aux abords des constructions dans le département de Vaucluse Débroussailler autour de sa maison : «une obligation» 2 ème édition Le débroussaillement vous protège,

Plus en détail

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR NOTE AU LECTEUR Dans le cadre de notre certification forestière à la norme du Forest Stewardship Council de la Seigneurie de Perthuis, nous vous présentons un résumé du plan général d aménagement forestier

Plus en détail

EXPLOITATION D ÉPICÉAS, À PLAT, SUR SOLS TOURBEUX : ESSAI DE DÉBARDAGE PAR CÂBLE-MÂT EN MORVAN (FRANCE)

EXPLOITATION D ÉPICÉAS, À PLAT, SUR SOLS TOURBEUX : ESSAI DE DÉBARDAGE PAR CÂBLE-MÂT EN MORVAN (FRANCE) P. Durlet EXPLOITATION D ÉPICÉAS, À PLAT, SUR SOLS TOURBEUX : ESSAI DE DÉBARDAGE PAR CÂBLE-MÂT EN MORVAN (FRANCE) PIERRE DURLET CAROLE ZAKIN Après la Seconde Guerre mondiale, l État français a encouragé

Plus en détail

Étude sur le chauffage domestique au bois : marchés et approvisionnement

Étude sur le chauffage domestique au bois : marchés et approvisionnement Étude sur le chauffage domestique au bois : marchés et approvisionnement Réunion de rendu final: les principaux résultats et recommandations 2 juillet 2013 Objectifs de l étude Caractériser les modes d

Plus en détail

Prénom : MATHÉMATIQUES. 120 minutes Compas, règle métrique, rapporteur, équerre, calculatrice non programmable

Prénom : MATHÉMATIQUES. 120 minutes Compas, règle métrique, rapporteur, équerre, calculatrice non programmable Admission en 8 VSG 8 VSB cocher la voie visée MATHÉMATIQUES Durée Matériel à disposition 120 minutes Compas, règle métrique, rapporteur, équerre, calculatrice non programmable Rappel des objectifs fondamentaux

Plus en détail

Apport de données auxiliaires pour améliorer la précision d inventaires (statistiques)

Apport de données auxiliaires pour améliorer la précision d inventaires (statistiques) FORESEE : Colloque de restitution 14 novembre 2014 FCBA Paris Apport de données auxiliaires pour améliorer la précision d inventaires (statistiques) J.-P. Renaud (ONF), T. Bélouard (DSF), N. Py (IGN) D

Plus en détail

Comment planter un arbre *

Comment planter un arbre * Comment planter un arbre * 1. Avant la plantation Gardez la motte de racines humide. Gardez l arbre dans un endroit ombragé jusqu à la plantation. 2. Préparez le site pour la plantation Enlevez le gazon,

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES DEFINITIONS COMMUNES AU REGLEMENT

CHAPITRE 1 : LES DEFINITIONS COMMUNES AU REGLEMENT PLAN LOCAL D URBANISME DE MAISONS-ALFORT REGLEMENT : CHAPITRE 1 CHAPITRE 1 : LES DEFINITIONS COMMUNES AU REGLEMENT AVERTISSEMENT Les définitions figurant dans le présent chapitre sont présentées sous l

Plus en détail

Cours : TECHNIQUE DU RELEVE ARCHITECTURAL

Cours : TECHNIQUE DU RELEVE ARCHITECTURAL Université Mohamed Khider Biskra Département d architecture Cours : TECHNIQUE DU RELEVE ARCHITECTURAL Enseignantes: M me MAGRI-DJENANE Sahar M me MADHOUI Meriem M me BELARBI Samia 2011-2012 Sommaire I.

Plus en détail

LA PREMIERE TRANSFORMATION DU BOIS EN SCIERIE : DEBITS, OUTILS, MATERIELS, METHODES.

LA PREMIERE TRANSFORMATION DU BOIS EN SCIERIE : DEBITS, OUTILS, MATERIELS, METHODES. LA PREMIERE TRANSFORMATION DU BOIS EN SCIERIE : DEBITS, OUTILS, MATERIELS, METHODES. LPR Saulxures/Mtte 88290 Michel Dupré SOMMAIRE PREMIERE PARTIE : LA FILIERE BOIS & PROVENANCE DES ARBRES I Tableau filière

Plus en détail

Sciences Boîte à Outils

Sciences Boîte à Outils Sciences Boîte à Outils Si le cours de Sciences, comme tous les autres d ailleurs, est fait pour te permettre d acquérir des connaissances générales, il doit aussi te servir à utiliser des techniques,

Plus en détail

Solides et patrons. Cours

Solides et patrons. Cours Solides et patrons EXERCICE 1 : Cours 1) Représenter un cube en perspective cavalière. 2) Qu est-ce qu un polyedre? 3) Qu est-ce qu un prisme droit? Si les bases du prisme ont n côtés combien le prisme

Plus en détail

FLUX, STOCKS DE BOIS EN AQUITAINE ET SEQUESTRATION DU CARBONE

FLUX, STOCKS DE BOIS EN AQUITAINE ET SEQUESTRATION DU CARBONE Les documents de recherche du GREThA FLUX, STOCKS DE BOIS EN AQUITAINE ET SEQUESTRATION DU CARBONE Etat de référence avant la tempête de janvier 2009 Jean Jacques MALFAIT Réalisé avec le soutien financier

Plus en détail

L utilisation du lidar terrestre en foresterie. Richard Fournier Département de géomatique appliquée

L utilisation du lidar terrestre en foresterie. Richard Fournier Département de géomatique appliquée L utilisation du lidar terrestre en foresterie Richard Fournier Département de géomatique appliquée Problématique Inventaire traditionnel : photographie aérienne imagerie satellitaire relevés manuels sur

Plus en détail

POURRITURE CUBIQUE SUR LE GRAND MAT DU MARTROGER

POURRITURE CUBIQUE SUR LE GRAND MAT DU MARTROGER POURRITURE CUBIQUE SUR LE GRAND MAT DU MARTROGER Chaque année, au moment du carénage, il est fait une inspection de l ensemble du bateau. CONSTAT Nous avons constaté des points de pourriture sur le grand

Plus en détail

Sommaire. Ainsi, il participe pour 10 ans au processus de gestion durable des forêts de la région Île-de-France.

Sommaire. Ainsi, il participe pour 10 ans au processus de gestion durable des forêts de la région Île-de-France. Qui peut adhérer? Les propriétaires de bois et forêts de moins de 10 ha qui ne sont pas gérés conformément à un règlement type de gestion approuvé, Les propriétaires de bois et forêts de surface comprise

Plus en détail

Collecte des bois Finalisation du Serveur régional de FIBOIS Alsace (Ser.FA)

Collecte des bois Finalisation du Serveur régional de FIBOIS Alsace (Ser.FA) Ser.FA Collecte des bois Finalisation du Serveur régional de FIBOIS Alsace (Ser.FA) Avec le soutien de : La Direction Régionale de l Agriculture et de la Forêt et le partenariat de : La Région Alsace FIBOIS

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU DE LA FRANÇAISE DES JEUX DENOMME LOTO APPLICABLE EN POLYNESIE FRANCAISE. Article 1er Cadre juridique

REGLEMENT DU JEU DE LA FRANÇAISE DES JEUX DENOMME LOTO APPLICABLE EN POLYNESIE FRANCAISE. Article 1er Cadre juridique REGLEMENT DU JEU DE LA FRANÇAISE DES JEUX DENOMME LOTO APPLICABLE EN POLYNESIE FRANCAISE Article 1er Cadre juridique 1.1. Le présent règlement s applique aux joueurs ayant joué au jeu de loterie dénommé

Plus en détail

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES TOITURES Choix Nouveau d un règlement revêtement sur de toiture le développement durable Pour un milieu Agissons ensemble contre les îlots de chaleur urbains et le ruissellement des eaux de pluie! de vie

Plus en détail

LE MARCHE MONDIAL Des BOIS RESINEUX : QUELLE PLACE POUR LES BOIS FRANCAIS?

LE MARCHE MONDIAL Des BOIS RESINEUX : QUELLE PLACE POUR LES BOIS FRANCAIS? LE MARCHE MONDIAL Des BOIS RESINEUX : QUELLE PLACE POUR LES BOIS FRANCAIS? ERIC TOPPAN FRANCE BOIS FORET Plan de la présentation Forêts et récolte de bois dans le monde, en Europe et en France Production

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4011798 RAP0044893

RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4011798 RAP0044893 EN003340 RAPPORT D'ENQUÊTE DPI4011798 RAP0044893 RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE QUÉBEC ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR LE 17 JUILLET 2002 À PETITE-RIVIÈRE-ST-FRANÇOIS Michel

Plus en détail

LA PRESENTATION DES ARBRES EN EXPOSITION

LA PRESENTATION DES ARBRES EN EXPOSITION LA PRESENTATION DES ARBRES EN EXPOSITION Article écrit par l'équipe des rédacteurs de Parlons Bonsai à partir d'une vidéo réalisée par Lolo31 du site www.parlonsbonsaï.com lors d'une conférence donnée

Plus en détail

PRINCIPAUX RÉSULTATS DE SIX ANNÉES D OBSERVATION DES PROBLÈMES PHYTOSANITAIRES DANS LES PLANTATIONS FORESTIÈRES DE L ANNÉE

PRINCIPAUX RÉSULTATS DE SIX ANNÉES D OBSERVATION DES PROBLÈMES PHYTOSANITAIRES DANS LES PLANTATIONS FORESTIÈRES DE L ANNÉE Département de la santé des forêts décembre 2013 BILAN DE LA SANTÉ DES FORÊTS EN 2013 PRINCIPAUX RÉSULTATS DE SIX ANNÉES D OBSERVATION DES PROBLÈMES PHYTOSANITAIRES DANS LES PLANTATIONS FORESTIÈRES DE

Plus en détail

Responsables. Etude analytique : Renard Julien (3A) Partie graphique : Campion Bernard (3A) Maquette : Scottini Jonathan (3A)

Responsables. Etude analytique : Renard Julien (3A) Partie graphique : Campion Bernard (3A) Maquette : Scottini Jonathan (3A) Responsables Etude analytique : Renard Julien (3A) Partie graphique : Campion Bernard (3A) Maquette : Scottini Jonathan (3A) 1 Introduction Dans le cadre de ce projet de géométrie BAC 1, il nous était

Plus en détail

CHAPITRE UH ZONE RESIDENTIELLE PRINCIPALEMENT RESERVEE AUX HABITATIONS INDIVIDUELLES.

CHAPITRE UH ZONE RESIDENTIELLE PRINCIPALEMENT RESERVEE AUX HABITATIONS INDIVIDUELLES. CHAPITRE UH ZONE RESIDENTIELLE PRINCIPALEMENT RESERVEE AUX HABITATIONS INDIVIDUELLES. Elle comprend le secteur UHa qui bénéficie de dispositions particulières à l article 10. SECTION 1 NATURE DE L OCCUPATION

Plus en détail

ENTRETIEN DES BOISÉS ET DES PLANTATIONS ENDOMMAGÉS PAR LA GLACE

ENTRETIEN DES BOISÉS ET DES PLANTATIONS ENDOMMAGÉS PAR LA GLACE ENTRETIEN DES BOISÉS ET DES PLANTATIONS ENDOMMAGÉS PAR LA GLACE Il y a souvent des tempêtes de verglas dans le Sud de l'ontario et elles jouent un rôle important dans le cycle naturel de la succession

Plus en détail

Réponds. Réponds. questions. questions. détermine la relation entre le poids et la masse d un objet

Réponds. Réponds. questions. questions. détermine la relation entre le poids et la masse d un objet ( P P B P C bjectifs distinguer le poids et la masse d un objet utiliser la relation de proportionnalité entre le poids et la masse énoncer et utiliser la condition d équilibre d un solide soumis à deux

Plus en détail

LA SYLVICULTURE PRO SILVA EN WALLONIE. Mesures et recommandations du DNF. Christine Sanchez Forêt Wallonne asbl

LA SYLVICULTURE PRO SILVA EN WALLONIE. Mesures et recommandations du DNF. Christine Sanchez Forêt Wallonne asbl LA SYLVICULTURE PRO SILVA EN WALLONIE Mesures et recommandations du DNF Document en complément à la circulaire n 2718 du 24.09.2013 relative aux mesures sylvicoles à suivre pour une gestion selon la sylviculture

Plus en détail

Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood

Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood Le projet de recherche européen FlexWood («Flexible wood supply chain»)

Plus en détail

Module 8 : Périmètre et aire de figures planes

Module 8 : Périmètre et aire de figures planes RÉDUCTION DES ÉCARTS DE RENDEMENT 9 e année Module 8 : Périmètre et aire de figures planes Guide de l élève Module 8 Périmètre et aire de figures planes Évaluation diagnostique...3 Aire de parallélogrammes,

Plus en détail

VIII. Relevés en plinthe

VIII. Relevés en plinthe VIII Relevés en plinthe 8. 1 A. OUTILS VIII. Relevés en plinthe En plus des outils généraux (couteaux, compas à pointes sèches, outil traceur rainuré, règles d ajusteur, rouleaux, truelles, etc.), d autres

Plus en détail

Nombres et calculs. Ex 1 Assimilons un fil de cuivre à un cylindre de diamètre d et de longueur l.

Nombres et calculs. Ex 1 Assimilons un fil de cuivre à un cylindre de diamètre d et de longueur l. Nombres et calculs Objectifs : u travers de quelques exercices nous allons évoquer les nombres et leurs propriétés. - quels ensembles particuliers appartiennent -ils? - Quelles sont les différentes formes

Plus en détail

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Yves A. Delhaye 10 mai 2015 15 :21 Résumé Le lien entre les orbites des astres dans le système solaire et les coniques est établi. La définition des coniques

Plus en détail

Formulaire d'adhésion PEFC

Formulaire d'adhésion PEFC Formulaire d'adhésion PEFC Acte d'engagement du propriétaire dans la démarche de certification par portage proposée par la Coopérative Provence Forêt I Présentation La certification PEFC doit permettre

Plus en détail

GUIDE DES OUTILS D AIDE À L UTILISATION DU LOGICIEL PATCHWORKS POUR LA PLANIFICATION FORESTIÈRE EN FORÊT FEUILLUE

GUIDE DES OUTILS D AIDE À L UTILISATION DU LOGICIEL PATCHWORKS POUR LA PLANIFICATION FORESTIÈRE EN FORÊT FEUILLUE GUIDE DES OUTILS D AIDE À L UTILISATION DU LOGICIEL PATCHWORKS POUR LA PLANIFICATION FORESTIÈRE EN FORÊT FEUILLUE Rapport produit et rédigé par : Éric Forget, Ing. f., M.Sc. Frédérik Doyon, Ing.f., Ph.

Plus en détail

COMPTE-RENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre?

COMPTE-RENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre? Claire FORGACZ Marion GALLART Hasnia GOUDJILI COMPTERENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre? Si l on se pose la question de savoir comment on peut faire

Plus en détail

Le jeu-concours international Le kangourou des mathématiques Canada, 2007

Le jeu-concours international Le kangourou des mathématiques Canada, 2007 Le jeu-concours international Le kangourou des mathématiques Canada, 007 9 e et 10 e année Partie A: Chaque réponse correcte vaut 3 points. 1. Anh, Ben et Chen ont ensemble 30 balles. Si Ben donne 5 balles

Plus en détail

Partie I : Activités numériques (12 points)

Partie I : Activités numériques (12 points) Correction du brevet blanc février 2011 Exercice n 1 (2 points) 8 + 1 A = 5 6 1 = 8 Partie I : Activités numériques (12 points) Calculer A en détaillant les étapes. Donner le résultat sous forme d une

Plus en détail

SIMMEM. Aide / description / références. Sommaire

SIMMEM. Aide / description / références. Sommaire SIMMEM Aide / description / références Sommaire 1 Présentation... 2 1.1 Entrées... 2 1.2 Sorties... 4 1.3 Scenarii sylvicoles... 4 2 Description des modèles... 4 2.1 Modèle Fagacée-Sylvestris... 4 2.1.1

Plus en détail

ARDOISES FIBRES-CIMENT ETERNIT ARDOISES FIBRES-CIMENT ETERNIT

ARDOISES FIBRES-CIMENT ETERNIT ARDOISES FIBRES-CIMENT ETERNIT Habillages de parties verticales en ardoises en fibres-ciment Eternit CAHIER DE PRESCRIPTION DE POSE 1 14/02/2012 Habillages de parties verticales en ardoises en fibres-ciment Eternit Les habillages en

Plus en détail

L17 : Médiatrice d un segment.

L17 : Médiatrice d un segment. L17 : édiatrice d un segment. édiatrice d un segment : Définition : La médiatrice d un segment [] est la droite (d) perpendiculaire à ce segment et passant par son milieu. d Construction d une médiatrice

Plus en détail

Laurent Gagné Luc Lavoie

Laurent Gagné Luc Lavoie Comparaison des caractéristiques dendrométriques, du panier de produits et des coûts d opération de différentes modalités d éclaircie commerciale mécanisée en plantation dans le Bas-Saint-Laurent Laurent

Plus en détail

POUR RÉDUIRE LES ODEURS

POUR RÉDUIRE LES ODEURS PLAN DES INTERVENTIONS AGROENVIRONNEMENTALES DE LA FPPQ Écrans boisés FICHE TECHNIQUE NO 6 CETTE FICHE VISE À FOURNIR DES INFORMATIONS TECHNIQUES EN LIEN AVEC LE PLAN DES INTERVENTIONS AGROENVIRONNEMENTALES

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

Les Techniques d'encadrement

Les Techniques d'encadrement Les Techniques d'encadrement Extrait magazine n 56 : Novembre / Décembre 2003 La mise en valeur des photos, gravures, affiches, lithographies et tableaux passe par un encadrement de qualité. Il existe

Plus en détail

Probabilités conditionnelles Loi binomiale

Probabilités conditionnelles Loi binomiale Exercices 23 juillet 2014 Probabilités conditionnelles Loi binomiale Équiprobabilité et variable aléatoire Exercice 1 Une urne contient 5 boules indiscernables, 3 rouges et 2 vertes. On tire au hasard

Plus en détail

La conversion des taillis de châtaignier

La conversion des taillis de châtaignier La conversion des taillis de châtaignier 18.04.2014 Conception et animation Gilles PICHARD CRPF Bretagne 1 Le taillis, régime de production des petits bois Le taillis repose sur les facultés de régénération

Plus en détail

LES TABLES DE PRODUCTION ET LES MODÈLES DE CROISSANCE : UN OUTIL DE DIAGNOSTIC SYLVICOLE

LES TABLES DE PRODUCTION ET LES MODÈLES DE CROISSANCE : UN OUTIL DE DIAGNOSTIC SYLVICOLE LES TABLES DE PRODUCTION ET LES MODÈLES DE CROISSANCE : UN OUTIL DE DIAGNOSTIC SYLVICOLE J. BOUCHON LES TABLES DE PRODUCTION Elles se présentent très généralement sous forme de tableaux qui condensent

Plus en détail