Sommaire : entreprises coopératives salariés entreprises coopératives 5 millions de salariés

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire : 21 000 entreprises coopératives 700 000 salariés. 280 000 entreprises coopératives 5 millions de salariés"

Transcription

1

2 1 Sommaire : entreprises coopératives salariés entreprises coopératives 5 millions de salariés 3

3 4 5 3,5 milliards d de chiffre d affaires dont 9,5% à l'export 151 millions d de résultat net 6

4 7 8 Au sommaire : 9

5 Actionnariat salarié Société à capital variable Gestion démocratique Règles spécifiques d affectation des bénéfices Réserves impartageables 10 Spécificités juridiques des coopératives détiennent : le pouvoir le capital mini 2/3 des voix mini la moitié des parts détiennent maximum 50% du capital 11 : achat des parts sociales et remboursement à la valeur nominale. le à accomplir lorsqu il y a variation du capital (sauf si capitaux propres < ½ capital le plus haut atteint) 12

6 COOPERATIFS dans les instances de décision (Assemblées Générales, Conseil d Administration) selon la règle 13 La aux apports, y compris pour le gérant Le (peut prétendre aux ASSEDIC) Les où l on se prononce sur un ou des mandats 14 Approbation des comptes et répartition du résultat Election du ou des dirigeants, Admission de nouveaux associés, Modification des statuts (AGE) Etre réactif face à la concurrence et aux évolutions de l environnement, Maintenir un minimum de concertation dans les décisions. 15

7 2/ PARTAGE DES RESULTATS dividendes 16 dividendes 17 dividendes 18

8 directement ou indirectement entre les associés. : Pérennité financière Exonération de la TP 19 (participation aux décisions / démocratie / partage du résultat), (IS) 20 Au sommaire : 21

9 L Union régionale des SCOP accompagne en moyenne, pour effectives, 50% de créations ex-nihilo, 50% de reprises/transformations. à plus de 3 ans pour les à plus de 10 ans pour les 22 En capital (SPOT) En garantie (SOFISCOP) : garanti 50% du montant des emprunts (en contrepartie, la banque ne demande pas de caution personnelle) En financement de BFR (SOCODEN) : prêt à l entreprise sans caution personnelle IDES (titres participatifs), France Active, France initiative, fondations ESS 23 Au sommaire : 24

10 Seuls 11% des cédants pensent à leurs salariés pour reprendre leur entreprise (toute forme juridique confondue). 25 une entreprise transmise à un ou plusieurs salariés, réduit de 20 à 50% le risque de disparition dans les 5 ans (étude Oséo) les salariés connaissent l entreprise, ses clients, son métier, son fonctionnement, ont à cœur de préserver leur emploi. La transition se fait donc en douceur. 26 Une implication forte des salariés dans le projet de reprise, 80% de taux de réussite à 10 ans, avec l accompagnement du réseau coopératif. 27

11 , la plupart du temps expert comptable,,

12

13 1 Sommaire : 2 Toute (Transformation prévue par la loi du 19 juillet 1978, articles 48 à 52) Toute (Transformation prévue par la loi du 10 septembre 1947, article 28 bis) La loi de 1978 organise un régime original de transformation avec des dispositions qui facilitent la transition. 3

14 information des salariés repreneurs, diagnostic et évaluation, montage juridique, recherche de financements adaptés, accompagnement post création des salariés repreneurs. 4 (actionnariat, patrimoine, exploitation, social ) prix, modalités de paiement, garanties. 5 des associés ou actionnaires actuels de la situation du dirigeant du projet social et du futur sociétariat du projet économique de l activité exercée (réglementée, civile, commerciale) de facteurs locaux et environnementaux 6

15 (en nom personnel et des sociétés civiles ou commerciales) : - cession de fonds ou droit de présentation, - cession de parts et actions, - apports à une SCOP, - fusion. Schéma unique de transmission d entreprise, prévu par la loi de 1978, les articles 210 D et 160 quater du CGI 7, sans création d une personne morale nouvelle, permettant le retrait et éventuellement d autres investisseurs La société se rachète, elle finance la transmission par emprunts le plus souvent, dans une finalité de pérennité et une logique de sociétariat particulière aux coopératives. avec des mesures transitoires quand les dirigeants souhaitent se retirer progressivement. 8 possibilité de, la plusvalue est réintégrée sur 5 ans, possibilité de jusqu à la cession. imposés chez l associé comme, bénéficient des prévues par le CGI. 9

16 une vente au prix négocié et arrêté avec le chef d entreprise et la capacité financière des salariés associés. 10 (prêts d honneur, avances remboursables), 11 avances remboursables / prêts personnels aux salariés associés, capital risque (SPOT et IDES), titres participatifs (IDES), obligations convertibles, (SOCODEN), (SOFISCOP). Crédit coopératif, PFIL, France Active, garantie SOFARIS, fonds territoriaux 12

17 organisé et limité dans le temps, à la gestion d une entreprise coopérative, de l Union Régionale, : le rôle de la révision coopérative et des conseillers de l Union Régionale. 13 Une solution qui favorise la, juridique et financier à chaque situation, Un des salariés repreneurs. 14 les salariés pour reprendre l entreprise? cette solution (gestion, commercial )? y a-t-il 15

18 Françoise FAGOIS Téléphone : Mail : Sylvie NOURRY Téléphone : Mail : 16

Union régionale des Scop d Aquitaine

Union régionale des Scop d Aquitaine Union régionale des Scop d Aquitaine DOSSIER DE PRESSE AVEC LE SOUTIEN DE NOS PARTENAIRES : Sommaire Page 3 1) Les Scop, les salariés co-entrepreneurs Page 4 2) Un modèle entrepreneurial d actualité Page

Plus en détail

Animé par : Martin DELATTE. Animé par : Catherine GRIMOND

Animé par : Martin DELATTE. Animé par : Catherine GRIMOND Salariés, Accompagnement reprenez votre entreprise et aides pour financières assurer sa de pérennité Pôle Emploi Martin DELATTE Catherine GRIMOND Sommaire Introduction Qu est ce qu une Scop Les enjeux

Plus en détail

transmission d entreprises

transmission d entreprises transmission d entreprises MEMO PRATIQUE un nombre important d entreprises changeront de main dans les dix ans à venir. La transmission d une entreprise est une opération délicate : elle nécessite une

Plus en détail

Panorama des aides pour créer une entreprise sociale et solidaire en Rhône-Alpes

Panorama des aides pour créer une entreprise sociale et solidaire en Rhône-Alpes Panorama des aides pour créer une entreprise sociale et solidaire en Rhône-Alpes Entreprendre en économie sociale et solidaire, c est entreprendre autrement L ESS regroupe les activités économiques développées

Plus en détail

Histoire des SCOP. Histoire des SCOP

Histoire des SCOP. Histoire des SCOP 19 ème siècle: contexte sociale Histoire des SCOP Pénibilité du travail Salaire faible Pas d assurance (chômage, maladies, retraite) Soumis au bon vouloir du patron Coopératives ouvrières 150 ans (1848)

Plus en détail

La reprise d entreprise

La reprise d entreprise Les nouveaux outils de financement de la reprise La reprise d entreprise Se faire accompagner d un investisseur financier Pourquoi, avec Qui et Comment ouvrir son capital? 1. Pourquoi? Le capital investissement

Plus en détail

AVANCE REGIONALE A LA CREATION D ENTREPRISE

AVANCE REGIONALE A LA CREATION D ENTREPRISE AVANCE REGIONALE A LA CREATION D ENTREPRISE NOM DE LA SOCIETE Date de réception du dossier : Date de présentation au Comité : Décision du Comité : IDENTIFICATION DE L ENTREPRISE ET DE SES DIRIGEANTS Nom

Plus en détail

CONFERENCE des 3 et 4 FEVRIER REPRISE D ENTREPRISE SALON DES ENTREPRENEURS - LE 3 ET 4 FEVRIER 2010

CONFERENCE des 3 et 4 FEVRIER REPRISE D ENTREPRISE SALON DES ENTREPRENEURS - LE 3 ET 4 FEVRIER 2010 SALON DES ENTREPRENEURS - LE 3 ET 4 FEVRIER 2010 «REPRENDRE UN COMMERCE OU UNE AFFAIRE ARTISANALE : MODE D EMPLOI» EXTRAIT DE LA CONFERENCE D ARMELLE FINEZ - EXPERT COMPTABLE CONFERENCE des 3 et 4 FEVRIER

Plus en détail

FORMATION TERTIAIRE DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE NOTE DE COURS

FORMATION TERTIAIRE DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE NOTE DE COURS 1 NOTE DE COURS ORGANISATIONS ET FONCTIONNEMENT DE LA SA ET DE LA SARL SECTION 2 : ORGANISATIONS ET FONCTIONNEMENT DE LA SA ET DE LA SARL Six principaux points seront successivement abordés : - L organe

Plus en détail

MODE D'EMPLOI DES TABLEAUX 3.1 ET 3.2. - Tableau d'analyse du compte de résultat fiscal - - Sociétés soumises à l I.S. -

MODE D'EMPLOI DES TABLEAUX 3.1 ET 3.2. - Tableau d'analyse du compte de résultat fiscal - - Sociétés soumises à l I.S. - MODE D'EMPLOI DES TABLEAUX 3.1 ET 3.2 - Tableau d'analyse du compte de résultat fiscal - - Sociétés soumises à l I.S. - Ce document reprend les éléments figurant sur les déclarations fiscales de résultats

Plus en détail

LES DISPOSITIFS D AIDE EN CAS DE DIFFICULTES DE TRESORERIE

LES DISPOSITIFS D AIDE EN CAS DE DIFFICULTES DE TRESORERIE N 156 - MARCHES n 35 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 24 novembre 2009 ISSN 1769-4000 LES DISPOSITIFS D AIDE EN CAS DE DIFFICULTES DE TRESORERIE L essentiel En réponse à la crise financière,

Plus en détail

Les SCOP. Le réseau des co-entrepreneurs

Les SCOP. Le réseau des co-entrepreneurs Les SCOP Le réseau des co-entrepreneurs Les S CO P.: Les Sociétés COopératives et Participatives >SCOP >Des salariés associés >majoritaires SCIC Le multisociétariat au service de l intérêt collectif, d

Plus en détail

Coopérative Travaux Publics Environnement Services 74

Coopérative Travaux Publics Environnement Services 74 Coopérative Travaux Publics Environnement Services 74 Les Principes d une coopérative La loi n 83-657 du 20 juillet 1983 donne depuis plus de 30 ans un statut légal à la coopérative artisanale. C est un

Plus en détail

Définition et finalités de l analyse financière

Définition et finalités de l analyse financière Définition et finalités de l analyse financière FICHE I Définition L analyse financière recouvre un ensemble de techniques et d outils visant à traduire la réalité d une entreprise en s appuyant sur l

Plus en détail

Les principales causes d échec d une création d entreprise

Les principales causes d échec d une création d entreprise CHAPITRE 1 Les principales causes d échec d une création d entreprise Introduction «[ ] Échouer, c est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente [ ]» Henry Ford Depuis ces dix dernières

Plus en détail

La Scop est l'acronyme de société coopérative de production ou société coopérative et participative.

La Scop est l'acronyme de société coopérative de production ou société coopérative et participative. www.entreprendre-en-franche-comte.fr / SCOP Source : Agence France Entrepreneur Date de mise à jour: 08 mars 2016 Une Scop est une société coopérative de type SARL, SAS ou SA, dont les associés majoritaires

Plus en détail

Fiscalité des entreprises. à l impôt sur le revenu

Fiscalité des entreprises. à l impôt sur le revenu Fiscalité des entreprises à l impôt sur le revenu Décembre 2013 Henry Royal Tél. : 01 46 05 95 61 - contact@royalformation.com - www.royalformation.com 1 Société à l, société à l IS Imposition de l associé

Plus en détail

Devenez entrepreneur, en reprenant une entreprise?

Devenez entrepreneur, en reprenant une entreprise? Devenez entrepreneur, en reprenant une entreprise? Salon des entrepreneurs Mercredi 4 Février 2015 Carine GENDREAU Expert-comptable Commissaire aux comptes Membre du comité Transmission du CSOEC DES POINTS

Plus en détail

Accompagnement et aides. financières de Pôle Emploi

Accompagnement et aides. financières de Pôle Emploi Reprise d entreprise : tout savoir de A à Z Intervenant expert : Jean-Marc TARIANT Témoin Animé : Régis BOIRON par : dirigeant des Craquelins de Saint-Malo 1 - LA RECHERCHE DE LA CIBLE Définir la cible

Plus en détail

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois Sommaire: 1. Introduction page 1 2. Constitution de la SPF page 1 3. Surveillance et contrôle de la SPF page 3 4. Activité et

Plus en détail

Conseil régional de l Ordre des Experts-Comptables Paris Ile-de-France. «La base de données économiques et sociales» - BDES

Conseil régional de l Ordre des Experts-Comptables Paris Ile-de-France. «La base de données économiques et sociales» - BDES Conseil régional de l Ordre des Experts-Comptables Paris Ile-de-France «La base de données économiques et sociales» - BDES Conseil régional de l Ordre des Experts-Comptables Paris Ile-de-France «La base

Plus en détail

Centre Ain Initiative est une association loi 1901 créée en 1999

Centre Ain Initiative est une association loi 1901 créée en 1999 Qui sommes nous? Centre Ain Initiative est une association loi 1901 créée en 1999 Elle est à la fois membre des réseaux Initiative France et France Active qui fédèrent plus de 200 associations permettant

Plus en détail

Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières

Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières Table des matières Comparaison : cession entreprises et cessions immobilières... 1 Incidences de l imposition sur la transmission d entreprise... 3 2.1 La situation du marché... 3 2.2 La valorisation des

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Résultats 2005 PRÉSENTATION AUX ANALYSTES. 27/28 février 2006

Résultats 2005 PRÉSENTATION AUX ANALYSTES. 27/28 février 2006 Résultats 2005 PRÉSENTATION AUX ANALYSTES 27/28 février 2006 SOMMAIRE 1 2 Maroc : croissance économique et libéralisation Croissance du PIB en 2005 : +1,8% en 2005 en raison d une pluviométrie défavorable

Plus en détail

10 clés pour réussir sa reprise d entreprise entreprise

10 clés pour réussir sa reprise d entreprise entreprise 10 clés pour réussir sa reprise d entreprise entreprise 1a. Personne physique : Se poser les bonnes questions!!! Ai-je les capacités psychologiques et relationnelles? Ai-je les compétences? Pourquoi vouloir

Plus en détail

LES ENJEUX PATRIMONIAUX DE L EVALUATION DES TERRAINS. Cadre de l intervention-résumé. Introduction

LES ENJEUX PATRIMONIAUX DE L EVALUATION DES TERRAINS. Cadre de l intervention-résumé. Introduction ADEF/26 mai 2000 LES ENJEUX PATRIMONIAUX DE L EVALUATION DES TERRAINS DANS LES BILANS DES SOCIETES Cadre de l intervention-résumé Introduction Toutes les méthodes et techniques et qui vous ont été exposées

Plus en détail

Comment redéfinir la relation bancaire

Comment redéfinir la relation bancaire Comment redéfinir la relation bancaire 22 novembre 2011 1 A quoi ressemblera une banque demain? 2012: risque d augmentation des défaillances d entreprises Polémique sur la séparation des activités de détail

Plus en détail

Les sociétés commerciales *

Les sociétés commerciales * Les sociétés commerciales * Chapitre 1 AVERTISSEMENT La loi relative à la simplification du droit et à l allègement des démarches administratives du 22 mars 2012 est intitulée loi Warsmann. Les numéros

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUE DE PRESSE BOUYGUES Le 1 er mars 2006 COMMUNIQUE DE PRESSE BOUYGUES FORTE CROISSANCE DE L ACTIVITE ET DES RESULTATS RESULTAT NET 2005 : 832 MILLIONS D EUROS HAUSSE DU DIVIDENDE PAR ACTION : 0,90 EURO (+20%) 2005 a été, de

Plus en détail

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie Compte-rendu de la soirée-débat organisée le 20 avril 2012 par le Syndicat des Travailleurs de l Industrie et des Services du Nord (CNT-STIS 59) sur le thème «Les sociétés coopératives, une alternative

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise?

Comment valoriser une entreprise? Comment valoriser une entreprise? Les patrons de PME françaises ont en général peu d idées de ce que vaut leur entreprise, ou alors des idées approximatives voir fausses. Ils ne se poseront la question

Plus en détail

Version du 21/01/2013 au 13/05/2014 comparée avec la version au 13/05/2014. Changements aux fragments de document. Le fragment Contenu a été modifié

Version du 21/01/2013 au 13/05/2014 comparée avec la version au 13/05/2014. Changements aux fragments de document. Le fragment Contenu a été modifié 1 sur 7 14/05/2014 10:43 Version du 21/01/2013 au 13/05/2014 comparée avec la version au 13/05/2014 Etat des différences Changements aux fragments de document premier Le fragment Contenu a été modifié

Plus en détail

P.M.E. : Les nouvelles clés pour une transmission réussie

P.M.E. : Les nouvelles clés pour une transmission réussie P.M.E. : Les nouvelles clés pour une transmission réussie Intervenants Tania FOURNAISE Expert comptable, Commissaire aux comptes Vice-Présidente du Club Fiscal Henri HOVASSE Professeur à l Université du

Plus en détail

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 Sommaire 01 Bilan consolidé 5 02 Compte de résultat consolidé 6 03 Tableau de variation des capitaux propres consolidés 7 04 Tableau

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION?

COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION? COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION? La fiscalité de la cession varie fortement selon qu il s agisse d une entreprise individuelle ou d une société, qu elle s effectue à titre onéreux ou à titre

Plus en détail

Elus locaux et acteurs économiques, ensemble pour l attractivité des territoires

Elus locaux et acteurs économiques, ensemble pour l attractivité des territoires Elus locaux et acteurs économiques, ensemble pour l attractivité des territoires Vendredi 18 septembre 2015 Présentée par Sylvie MERIGEAU Responsable du pôle Création Reprise Transmission d entreprises

Plus en détail

Prestations et frais 2011 2012 18 844,27 20 134,74 Prestations et frais payés 2011 2012 13 638,83 15 176,05

Prestations et frais 2011 2012 18 844,27 20 134,74 Prestations et frais payés 2011 2012 13 638,83 15 176,05 ROYAUME DU MAROC Direction des assurances et de la prévoyance sociale DOMOF/SSTAT / Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2012 Mai 2013 Le montant des émissions a atteint, en 2012,

Plus en détail

BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT

BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT Siège social : 70-72, Avenue Habib BOURGUIBA - 1000 Tunis Registre de commerce : B 187 881 996 Suite à la réunion de son Assemblée Générale Ordinaire tenue le

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER 2014

RAPPORT FINANCIER 2014 RAPPORT FINANCIER 2014 1) LE COMPTE DE RESULTAT 1.1 Analyse du résultat : Le compte de résultat fait apparaitre un total de produits de 4 892 976 y compris le report de ressources inutilisés pour un total

Plus en détail

Plan d urgence Officine

Plan d urgence Officine Plan d urgence Officine Maintien de l accès au médicament sur l ensemble du territoire Les officines ont été sévèrement impactées par les baisses de prix sur le médicament. L analyse des comptes des officines

Plus en détail

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat Chapitre 2 L analyse du compte de résultat I- Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) A- Intérêt de la mise en place des SIG B- La mise en œuvre des SIG 1- Le tableau des SIG Voir annexe 1 2- L analyse

Plus en détail

Les SCOP et la gouvernance coopérative

Les SCOP et la gouvernance coopérative Les SCOP et la gouvernance coopérative Université Interprofessionnelle 2015 Isabelle JORGE Union Régionale des SCOP Rhône-Alpes L entreprise du XXIème siècle? Autonomie Auto-organisation Management collaboratif

Plus en détail

L incorporation des réserves Que faire avec le patrimoine de votre société?

L incorporation des réserves Que faire avec le patrimoine de votre société? L incorporation des réserves Que faire avec le patrimoine de votre société? Jean-Sébastien Schnackers Responsable conseil fiscal Bruxelles - Wallonie Banque J.Van Breda & C SA 1 Introduction : Pourquoi

Plus en détail

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011

RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS. Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 RÉUNION ANALYSTES LOCINDUS Salle Tuileries (2274) Crédit Foncier 27 avril 2011 SOMMAIRE Faits marquants de l année 2010 Le marché Activité commerciale 2010 Résultat annuel 2010 Evolution du cours de bourse

Plus en détail

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Juin 2005 TABLE DES MATIERES 1 GENERALITES 5 1.1 Motivations...5 1.2 Champ d application de l enquête...6 1.3 Conversion des

Plus en détail

VOUS ÊTES DIRIGEANT D ENTREPRISE

VOUS ÊTES DIRIGEANT D ENTREPRISE VOUS ÊTES DIRIGEANT D ENTREPRISE Quelles sont vos responsabilités? Quels sont vos risques patrimoniaux? SOMMAIRE I VOUS ÊTES UN DIRIGEANT DE SOCIÉTÉ COMMERCIALE PAGE 3 I.1- Responsabilité Civile I.2- Responsabilité

Plus en détail

Le prêt d honneur reprise / transmission

Le prêt d honneur reprise / transmission Initiative Réunion Entreprendre accorde des prêts d honneur, sans intérêts et sans garanties personnelles, remboursable sur 5 ans maximum. Le prêt d honneur est un prêt personnel et non un prêt accordé

Plus en détail

Rapport Financier Annuel Simplifié 2014

Rapport Financier Annuel Simplifié 2014 Rapport Financier Annuel Simplifié 2014 SOMMAIRE 1. Rapport d activité 2014 2. Etat de la situation financière consolidée 3. Compte de résultat consolidé 4. Etat du résultat global 5. Variation des capitaux

Plus en détail

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance 24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance La gestion de patrimoine du chef d entreprise. Les options d investissements dans chaque pays. Les informations essentielles à connaitre Le 23 Octobre 2015

Plus en détail

Valeur ajoutée produite + + Subventions d'exploitation + 74 - Impôts et taxes et versements assimilés - 63 - Charges de personnel

Valeur ajoutée produite + + Subventions d'exploitation + 74 - Impôts et taxes et versements assimilés - 63 - Charges de personnel Analyse de la formation du résultat : le tableau des soldes intermédiaires de gestion 1- Principe et hiérarchie des soldes Pour mieux comprendre la formation du résultat de l'exercice, des résultats partiels

Plus en détail

Evolution future du référentiel comptable en Suisse

Evolution future du référentiel comptable en Suisse Evolution future du référentiel comptable en Suisse PETIT DEJEUNER DES PME ET START-UP Service de la Promotion Economique Genève, le 29 juin 2012 Présentateur: Matthias Paffrath, BDO Genève Page 1 EVOLUTION

Plus en détail

Principaux événements de 2015

Principaux événements de 2015 Principaux événements de 2015 City National Corporation Le 2 novembre 2015, nous avons conclu l acquisition de City National Corporation (City National), la société de portefeuille qui détient City National

Plus en détail

AXA. Sophie Bourlanges. Rouen 3 juin 2015

AXA. Sophie Bourlanges. Rouen 3 juin 2015 AXA Sophie Bourlanges Rouen 3 juin 2015 AXA, une histoire de croissance 2 Un leader mondial de l assurance et de la gestion d actifs Présent dans 59 pays 161000 collaborateurs au service de 103 MILLIONS

Plus en détail

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 D E C E M B R E 2015

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 D E C E M B R E 2015 I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 D E C E M B R E 2015 DU 01/10/2015 AU 31/12/2015 DU 01/10/2014 AU 31/12/2014 AU 31/12/2015 AU 31/12/2014

Plus en détail

- 1 - Association COMPRENDRE. Compte rendu de la rencontre-débat du 8 avril 2008 à Orsay

- 1 - Association COMPRENDRE. Compte rendu de la rencontre-débat du 8 avril 2008 à Orsay - 1 - Association COMPRENDRE 15 E Avenue Saint Jean de Beauregard 91400 Orsay Tél. : 06 88 18 09 05 courriel: michel.mosse@wanadoo.fr Compte rendu de la rencontre-débat du 8 avril 2008 à Orsay " Les Sociétés

Plus en détail

LA THEORIE FINANCIERE

LA THEORIE FINANCIERE ANALYSE FINANCIERE DEFINITIONS Ensemble de méthodes et d instruments qui permettent de traiter les informations comptables et de gestion en vue de formuler une appréciation de la situation financière,

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

Vous êtes une association

Vous êtes une association Vous êtes une association Il est possible de transformer votre association en SCOP ou en SCIC sans changer de personnalité morale : pas d obligation de recréer une structure et des formalités légales réduites.

Plus en détail

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE

BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 170.000.000 DINARS SIEGE SOCIAL : 70-72, AVENUE HABIB BOURGUIBA - TUNIS REGISTRE DU COMMERCE : B 187 881 996 Tunis AVIS DE CONVOCATION

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA FISCALITÉ D ENTREPRISE

L ESSENTIEL DE LA FISCALITÉ D ENTREPRISE ÉRIC SPIRIDION L ESSENTIEL DE LA FISCALITÉ D ENTREPRISE LES ESSENTIELS DE LA FINANCE, 2011 ISBN : 978-2-212-54872-3 4 L essentiel de la fiscalité d entreprise Sommaire Introduction 9 1. Les sources du

Plus en détail

29 novembre 2012 La transmission d entreprises

29 novembre 2012 La transmission d entreprises 29 novembre 2012 La transmission d entreprises d 1 PME La transmission d entreprisesd UNE STRATEGIE PATRIMONIALE Eviter que transmission = destruction d emplois Transmission à titre gratuit : succession

Plus en détail

DBV TECHNOLOGIES Société Anonyme au capital de 882.274,50 Green Square Bâtiment D, 80/84 rue des meuniers Bagneux 441 772 522 R.C.S.

DBV TECHNOLOGIES Société Anonyme au capital de 882.274,50 Green Square Bâtiment D, 80/84 rue des meuniers Bagneux 441 772 522 R.C.S. DBV TECHNOLOGIES Société Anonyme au capital de 882.274,50 Green Square Bâtiment D, 80/84 rue des meuniers Bagneux 441 772 522 R.C.S. Nanterre (la "Société") REGLEMENT INTERIEUR Adopté, sous condition suspensive,

Plus en détail

Société anonyme au capital de 411 403 467,60 Siège social : 12, place des Etats-Unis 75116 Paris 582 041 943 RCS Paris

Société anonyme au capital de 411 403 467,60 Siège social : 12, place des Etats-Unis 75116 Paris 582 041 943 RCS Paris Société anonyme au capital de 411 403 467,60 Siège social : 12, place des Etats-Unis 75116 Paris 582 041 943 RCS Paris RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 6 NOVEMBRE 2013

Plus en détail

13 Les flux de trésorerie

13 Les flux de trésorerie 13 Les flux de trésorerie Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension L utilité et le contenu de 1, 5 1, 5, 9 b) l état des flux de trésorerie

Plus en détail

Entreprendre au féminin

Entreprendre au féminin FÉVRIER 2015 ENTREPRENEURS N 14 ENTREPRENDRE LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Entreprendre au féminin Réalisé dans le cadre d un partenariat

Plus en détail

Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 12 rue de Presbourg 75116 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris

Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 12 rue de Presbourg 75116 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Page 1 sur 9 AUDIKA GROUPE Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 12 rue de Presbourg 75116 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Ordre du jour de l assemblée générale ordinaire et extraordinaire

Plus en détail

N 1812 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1812 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1812 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 février 2014. PROPOSITION DE LOI REJETÉE PAR LE SÉNAT, visant

Plus en détail

ANNEXE AUX COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2013

ANNEXE AUX COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2013 LE QUOTIDIEN DE PARIS EDITIONS ANNEXE AUX COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2013 1 - ACTIVITE DE LA SOCIETE La société, qui dispose du statut d'entreprise de presse, a pour activités : - l édition - d un

Plus en détail

Vaudoise Assurances Holding SA Statuts

Vaudoise Assurances Holding SA Statuts 1 Vaudoise Assurances Holding SA Statuts Vaudoise Assurances Holding SA Statuts I. Raison sociale But Durée Siège Raison sociale et siège, durée Art. 1 Il existe sous la raison sociale VAUDOISE ASSURANCES

Plus en détail

Le choix de la société locale : SCIC ou SAS?

Le choix de la société locale : SCIC ou SAS? Le choix de la société locale : SCIC ou SAS? Comité de pilotage régional Centrales Villageoises Photovoltaïques 10 janvier 2012 Le Bourget-du-Lac Deux philosophies différentes SAS Société commerciale à

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Dans une étude parue le 24 septembre 2003, le greffe du tribunal de commerce de Paris indiquait que 19,4 % des entreprises en activité ont à leur tête un chef d entreprise de plus de 58 ans.

Plus en détail

LES AVANTAGES COMMUNS

LES AVANTAGES COMMUNS 1 LES AVANTAGES COMMUNS Accordés Sur simple déclaration, aux projets d investissements dans tous les secteurs d activités, à l exception du secteur des mines, de l énergie, le commerce intérieur et le

Plus en détail

Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR

Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR Juin- 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au

Plus en détail

COMMERCE MODELE DE BUSINESS PLAN DE REPRISE DE FONDS R-SCE-ENR-64-B

COMMERCE MODELE DE BUSINESS PLAN DE REPRISE DE FONDS R-SCE-ENR-64-B COMMERCE MODELE DE BUSINESS PLAN DE REPRISE DE FONDS 2 cours Monseigneur Roméro - CS 50135 91004 EVRY Cedex Tel: 01.60.79.91.29- Fax: 01.64.97.94.98 Mel: crea-911 @essonne.cci.fr www.essonne.cci.fr R-SCE-ENR-64-B

Plus en détail

LA DECISION DE FINANCEMENT

LA DECISION DE FINANCEMENT o o o o o o o Séance 1 : Les critères de sélection des modes de financement. Séance : Exercices sur le coût d une source de financement. Séance 3 : Contrôle. Séance 4 : Le choix d une structure optimale

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE ETUDIER LE PROJET DE RACHAT ET EVALUER L AFFAIRE

Formation Repreneurs MODULE ETUDIER LE PROJET DE RACHAT ET EVALUER L AFFAIRE Formation Repreneurs MODULE ETUDIER LE PROJET DE RACHAT ET EVALUER L AFFAIRE I. Contexte Contextes variés Acquisition, cession, recherche d associés, fusion, Succession, partage entre héritiers, transmission

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2014. DOMINIQUE LOUIS Président Directeur Général PHILIPPE CHEVALLIER Directeur Financier

RÉSULTATS ANNUELS 2014. DOMINIQUE LOUIS Président Directeur Général PHILIPPE CHEVALLIER Directeur Financier RÉSULTATS ANNUELS 2014 DOMINIQUE LOUIS Président Directeur Général PHILIPPE CHEVALLIER Directeur Financier 11 MARS 2015 SOMMAIRE PARTIE 1 Faits marquants 2014 PARTIE 2 Résultats et cash flow PARTIE 3 Stratégie

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE

STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE ARTICLE 1 : CONSTITUTION DENOMINATION Entre les adhérents aux présents statuts il est créé une association dénommée

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

L ACTIVITÉ ÉPARGNE PATRIMONIALE

L ACTIVITÉ ÉPARGNE PATRIMONIALE chiffres clés decp 2013 ÉPARGNE patrimoniale L ACTIVITÉ ÉPARGNE PATRIMONIALE Une plate-forme d expertise Une offre complète de produits patrimoniale et services La Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale

Plus en détail

GROUPE ILIAD Etats financiers consolidés résumés 30 juin 2007 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE SEMESTRIEL...1

GROUPE ILIAD Etats financiers consolidés résumés 30 juin 2007 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE SEMESTRIEL...1 a GROUPE ILIAD Etats financiers consolidés résumés 30 juin 2007 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE SEMESTRIEL...1 BILAN CONSOLIDE SEMESTRIEL : ACTIF...2 BILAN CONSOLIDE SEMESTRIEL : PASSIF...3 TABLEAU

Plus en détail

CONVOCATIONS ALES GROUPE

CONVOCATIONS ALES GROUPE CONVOCATIONS ASSEMBLÉES D'ACTIONNAIRES ET DE PORTEURS DE PARTS ALES GROUPE Société Anonyme au capital de 29 044 208 Euros. Siège social : 99, rue du Faubourg Saint Honoré Paris (75008) 399 636 323 R.C.S.

Plus en détail

PRESENTATION DES COMPTES DES GRANDES ENTREPRISES

PRESENTATION DES COMPTES DES GRANDES ENTREPRISES PRESENTATION DES COMPTES DES GRANDES ENTREPRISES Nouveau droit comptable PETIT DEJEUNER DES PME ET DES START-UP 31 mai 2013 Nadia Quévit, BDO Genève Page 1 Grandes entreprises - Définition Entreprises

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le régime fiscal des associations (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) Le principe de base est l exonération des impôts commerciaux pour les associations.

Plus en détail

Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse. 21 juin 2012 11h00 à 12h30

Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse. 21 juin 2012 11h00 à 12h30 Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse 11h00 à 12h30 Intervenants Robert de VOGÜE ARKEON Finance (P.D.G.) Emmanuel STORIONE - ARKEON Finance Antoine LEGOUX - Expert comptable

Plus en détail

SOMMAIRE PRESENTATION RESUMEE DE LA BANQUE...3 FLASH SUR L AUGMENTATION DE CAPITAL...5 CHAPITRE 1 : RESPONSABLES DE LA NOTE D OPERATION...

SOMMAIRE PRESENTATION RESUMEE DE LA BANQUE...3 FLASH SUR L AUGMENTATION DE CAPITAL...5 CHAPITRE 1 : RESPONSABLES DE LA NOTE D OPERATION... SOMMAIRE PRESENTATION RESUMEE DE LA BANQUE...3 FLASH SUR L AUGMENTATION DE CAPITAL...5 CHAPITRE 1 : RESPONSABLES DE LA NOTE D OPERATION...7 1.1 RESPONSABLE DE LA NOTE D OPERATION...7 1.2 ATTESTATION DU

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

ADA COMPTES CONSOLIDES CONDENSES

ADA COMPTES CONSOLIDES CONDENSES ADA COMPTES CONSOLIDES CONDENSES 30 JUIN 2015 1 SOMMAIRE A - Bilan consolidé... 3 B - Compte de résultat consolidé et état du résultat global consolidé... 4 C - Tableau de flux de trésorerie consolidés...

Plus en détail

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS UNIBRA Société anonyme Siège social : avenue des Arts, 40 à 1040 Bruxelles n d entreprise : 0402833179 RÈGLES D ÉVALUATION IFRS Les principes comptables et les règles d évaluation appliqués aux comptes

Plus en détail

Finances Conseil Méditerranée / ESIA

Finances Conseil Méditerranée / ESIA Finances Conseil Méditerranée / ESIA - Financement des TPE - Financement des entreprises responsables - Dispositif CEDRE 25 avril 2013 QUI EST ESIA? Un outil de développement local créé en 2001 par la

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE ATLANTIQUE VENDEE

CREDIT AGRICOLE ATLANTIQUE VENDEE CREDIT AGRICOLE ATLANTIQUE VENDEE Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : Route de PARIS 44949 NANTES Cedex 9 Siret 44 242 469 11 - APE 651 D Note d information émise à l occasion

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

Initiative Landes, fonds de prêt d honneur landais

Initiative Landes, fonds de prêt d honneur landais FINANCEMENT ET ACCOMPAGNEMENT Initiative Landes, fonds de prêt d honneur landais 28 Septembre 2013 Initiative Landes : SOMMAIRE Présentation Résultats Plan stratégique Lande 1/ Initiative Landes : création

Plus en détail

CASDEN BANQUE POPULAIRE

CASDEN BANQUE POPULAIRE CASDEN BANQUE POPULAIRE Société anonyme coopérative de Banque populaire régie par les articles L 512-2 et suivants du Code monétaire et financier l'ensemble des textes relatifs aux Banques populaires ainsi

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des éléments de

Plus en détail

Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009

Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2009/04/16 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009 O B J E T : - Commentaire des dispositions

Plus en détail

Chapitre 14 Le plan de financement

Chapitre 14 Le plan de financement Chapitre 14 Le plan de financement Entraînement Exercice 14.7 *** Besoin en fonds de roulement prévisionnel plan de financement La société Printania prévoit un développement de ses activités en N+1. Elle

Plus en détail

Dispositions générales

Dispositions générales Loi (9444) sur la caisse publique de prêts sur gages (D 2 10) Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Chapitre I Dispositions générales Art. 1 Statut juridique La caisse

Plus en détail