LA CROISSANCE EXTERNE GIE BELLECOUR CONSEILS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA CROISSANCE EXTERNE GIE BELLECOUR CONSEILS"

Transcription

1 LA CROISSANCE EXTERNE GIE BELLECOUR CONSEILS

2 La croissance externe est un mode de développement reposant sur une prise de participation capitalistique, une absorption ou une fusion. Elle se traduit par une union partielle ou totale des entreprises impliquées dans le regroupement. Les PME françaises adeptes de la croissance externe Ces cinq dernières années, près de la moitié des PME françaises ont réalisé une opération de croissance externe. Et dans 91 % des cas, avec succès! Les dirigeants de petites et moyennes entreprises ne s y trompent pas : 67 % d entre eux considèrent la croissance externe comme un axe prioritaire de développement.

3 On distingue trois types de croissance externe : La croissance externe horizontale concerne des structures évoluant sur un même marché. Elle permet à l entreprise de s agrandir en conservant son activité principale. La croissance externe verticale porte sur des entreprises aux activités complémentaires. L entreprise s agrandit en développant son activité en amont (fournisseurs) ou en aval (clients) de la chaîne de production. La croissance externe conglomérale s opère entre des sociétés dont les activités n ont pas de lien direct. L entreprise s agrandit en diversifiant son activité.

4 Une acquisition réussie passe par une bonne préparation. Une acquisition a des conséquences importantes: tant sur les plans financier, fiscal ou organisationnel, qu au niveau des rapports avec la famille et le personnel. Il semble important de recueillir l adhésion de ses proches. «Que vais-je faire après ma carrière? Certains membres de ma famille ont-il déjà montré de l intérêt pour mon entreprise? Ai-je déjà parlé à mes conseillers, à mon conjoint, à mes partenaires commerciaux, à mes salariés et à mes clients d une vente éventuelle? Qu est-ce que cela va rapporter en fin de compte?» Différentes étapes doivent être respecter afin de réaliser une bonne acquisition d entreprise.

5 Dans le parcours de l acquisition, qui exige une expérience technique et professionnelle, un accompagnement est indispensable! Il faut donc faire appel à des conseils en matière comptable, financière et juridique, et ce, tout au long de votre projet : les experts comptables interviennent dans la transmission pour auditer et évaluer l entreprise, établir un dossier de financement, un prévisionnel, négocier avec les banquiers, le cédant et ses conseils ; les avocats et notaires vous assisteront pour déterminer les modalités de la reprise, vous aider à négocier, et rédiger les actes qui formaliseront la reprise.

6 Quelle activité reprendre? Dans quel lieu? Quelle activité? Si vous connaissez bien un secteur d activité, il vous sera plus facile de finaliser la reprise d une entreprise de ce secteur, quitte à compléter vos connaissances de gestionnaire par une formation adaptée. Quel lieu? Pour une recherche efficace, il vous faut déterminer une zone géographique de recherche en tenant compte de votre entourage personnel et de ses capacités à s intégrer dans une nouvelle localité.

7 Quelle taille et quel budget? Quelle taille d entreprise? Il ne faut pas voir trop grand! L acquéreur doit rechercher une entreprise à la mesure de ses capacités. La reprise puis la direction d une PME de plus de 20 salariés demande des qualités de gestionnaire et de manager dont la nécessité est moins évidente dans les plus petites structures. Pour quel budget? Reprendre une entreprise nécessite des fonds et, même s il n est pas nécessaire d avoir en main la totalité du prix d achat, il faut disposer d un apport personnel (généralement 20 à 40% du prix de cession) afin de pouvoir solliciter l intervention des banques et autres investisseurs.

8 Reprendre une entreprise en difficulté? : N est pas un moyen de reprendre à moindre coût. Si l investissement initial est effectivement moindre, des investissements lourds peuvent être nécessaires pour relancer l affaire. Implique d insuffler une dynamique nouvelle très rapidement et dans un contexte difficile, notamment sur les plans financiers et humains. N'est possible que si vous connaissez bien le secteur et que votre expérience vous permet de penser que vous ferez mieux que le dirigeant précédent. Nécessite d'avoir dès la reprise un portefeuille de clients qui permette la relance.

9 AUDIT PREALABLE PAR L ACQUEREUR Cet audit en matière juridique et fiscale s'apparente à un diagnostic qui a pour but de déceler les erreurs voire les tromperies que le cédant aurait pu éventuellement commettre dans le cadre de l'exploitation de son entreprise. Il s agit d auditer : les régimes matrimoniaux des dirigeants ou documents relatifs au divorce ou au pacs, tous les contrats et baux conclus, les contrats de travail, le bilan à la clôture des trois derniers exercices, les autorisations administratives éventuelles, déceler l'existence de procédures contentieuses : social, fiscal, judiciaire,

10 En fonction du résultat de l'audit, l'acquéreur: Pourra faire régulariser les différents points le nécessitant, pourra affiner son prix d acquisition et prévoir une garantie d actif et de passif complète, pourra effectuer un choix : acquérir le fonds de commerce ou bien les titres sociaux (actions ou parts sociales).

11 1 UNE PERSONNE PHYSIQUE QUI ACHETE? Une réduction d'impôt est accordée aux personnes physiques qui contractent un emprunt pour acquérir, dans le cadre d'une opération de reprise, une fraction du capital d'une société non cotée. Ouvrent droit à la réduction d'impôt les achats de titres de sociétés à condition que: - la société doit être soumise à l IS, - le chiffre d'affaires hors taxes de la société ne doit pas avoir dépassé 40 millions d'euros ou le total du bilan ne doit pas avoir été supérieur à 27 millions d'euros au cours de l'exercice précédant l'acquisition,

12 - l'acquisition doit conférer à l'acquéreur 50 % au moins des droits de vote attachés aux titres de la société reprise, - à compter de l'acquisition, le repreneur doit effectivement exercer au sein de la société l'une des fonctions de direction (gérant, président, directeur général, etc.), - l'acquéreur doit enfin prendre l'engagement de conserver les titres de la société reprise jusqu'au 31 décembre de la cinquième année suivant celle de l'acquisition. La réduction d'impôt est égale à 25 % du montant des intérêts payés au cours de l'année d'imposition à raison des emprunts contractés pour reprendre la société.

13 Les intérêts sont retenus dans une limite annuelle de pour les contribuables célibataires, veufs ou divorcés et de pour les personnes mariées ou liées par un Pacs, soumises à une imposition commune. La réduction d'impôt maximale annuelle est donc égale à ou à selon la situation de famille de l'acquéreur. La réduction d'impôt s'applique aussi longtemps que le contribuable supporte la charge d'intérêts, pour autant que les conditions requises par la loi soient respectées.

14 Fiscalité des cessions par une personne physique Plus-value taxable = prix de cession prix de revient. Plus-value à acquitter = 29% de la plus-value réalisée et se décompose en 18% de plus-value taxable et 11% au titre de la C.S.G /R.D.S, en fonction de la fiscalité actuelle. Cette plus-value sera exigible au titre de la déclaration d impôts sur les revenus de l année au cours de laquelle la cession est intervenue. L acquisition directe par une personne physique est la solution est la plus simple mais elle est la plus coûteuse fiscalement. Elle est à conseiller à des personnes qui ne souhaitent pas procéder à des prises de participations via une structure holding.

15 2 UNE PERSONNE MORALE Si l acquéreur est une société, elle pourra organiser sa gestion managériale, financière et juridique du rachat en mettant en place : des conventions de prestations de service de management avec sa ou ses filiales, mise en place de l intégration fiscale avec ses filiales à condition qu elle en détienne 95% ce qui lui permettra de déduire ses intérêts d emprunt, convention centralisée de trésorerie avec sa ou ses filiales pour gérer au mieux la trésorerie du groupe, 1 CONSTITUTION D UN HOLDING a) cession par la holding des titre dans les 24 mois de l acquisition Plus-value taxable = prix de cession prix de revient. Plus-value à acquitter = 33,33% de la plus-value réalisée.

16 b) cession par la holding des titres acquis après un délais de 2 ans L interposition d un holding permet de bénéficier de la législation particulièrement favorable relative à la fiscalité des titres de participation : la plus-value qui sera dégagée, en cas de cession des titres de sa filiale par la société holding plus de deux ans après l acquisition, serait exonérée d impôt sur plus-value. La plus value étant exonérée d impôt, il s agit juste de réintégrer la quote part de frais et charge de 5%. Plus-value taxable = prix de cession prix de revient. Plus-value à acquitter = 1,66% de la plus-value réalisée.

17 c) fiscalité avantageuse en matière d ISF si la structure holding est animatrice Holding animatrice: holding active qui s immisce, par le biais de prestations qu elle facture, dans la gestion et la direction de sa filiale. Jurisprudence: «celle qui anime effectivement son groupe et participe activement à la conduite de sa politique et au contrôle des filiales, le simple fait que le dirigeant da la holding soit également dirigeant d une ou plusieurs filiale étant insuffisant» (Cass. Com. 15 février 1994 n ).

18 Pour obtenir l exonération d ISF dans le cadre d une holding animatrice, les trois mêmes conditions devront être remplies par le dirigeant, à savoir : il doit exercer une fonction de dirigeant au sein de la holding animatrice, il doit détenir 25% au moins du capital et des droits de vote, il reçoit de la holding animatrice une rémunération normale représentant plus de 50% de ses revenus.

19 NB : il faut préciser que : d une part le prix reçu appartient à la société holding et qu en conséquence la gestion de cet actif devra se faire par cette société soumise à l impôt société, d autre part tout prélèvement par distribution de dividende supportera l impôt sur le revenu dont le coût maximum ressort à environ 29% du net reçu. ce schéma, fiscalement validé par un avis du comité consultatif pour la répression des abus de droit (BOI 13L-3-06, affaires n et 64 notamment), permet de limiter fortement la charge de l impôt. à notre avis, il convient de conserver à titre personnel un nombre non négligeable de titres afin que vous puissiez profiter du bénéfice de votre cession. Faute d une activation de la holding, elle sera soumise à l ISF.

20 COMMENT CONCLURE? Une fois l acquéreur trouvé, les négociations peuvent commencer et doivent aboutir à : 1 SIGNATURE DE LA PROMESSE L accord sur la chose et le prix sera traduit par la signature d une promesse de vente qui permet de définir les accords déjà conclus, les conditions suspensives et les procédures à suivre.

21 La promesse servira de base à la rédaction des contrats ou actes définitifs et pourra prendre la forme : d une promesse unilatérale de contracter par laquelle l acquéreur potentiel (le promettant) s engage à contracter auprès du bénéficiaire à des conditions fixées dans la promesse, d une promesse synallagmatique (ou compromis de vente) par laquelle les deux parties prennent réciproquement l engagement de conclure un contrat ou un acte dont les éléments sont fixés dans la promesse.

22 Elle comportera les éléments suivants : la désignation et le prix des biens céder, la période de validité de la promesse, une clause d exclusivité interdisant les négociations avec d autres parties, les conditions suspensives comme l obtention d un prêt pour financer ledit rachat ou des certificats d urbanisme et autres diagnostics, une indemnité d immobilisation versée par le repreneur, qui sera reversé en cas de non réalisation d une condition suspensive, la réalisation des dues diligences, audit d acquisition, par le candidat repreneur, d où l importance de l audit préalable prévue à l origine du projet de cession.

23 2 ETABLISSEMENT DES ACTES DEFINITIFS DE TRANSFERT DE PROPRIETE A LA DATE DE REITERATION Ils seront rédiger sur la base de la promesse et signés à la date de réitération prévue dans ladite promesse. L acte comportera notamment : une description précise des biens cédés, le prix ventilé entre les biens corporels et incorporels, le mode de paiement exact, les garanties

24 3 REDACTION D UNE GARANTIE D ACTIF ET DE PASSIF a) Qui garanti? Des garanties conventionnelles sont souvent mises en place pour protéger l acheteur (clause de garantie de passif, clause de non concurrence ). En générale le garant est le dirigeant de l entreprise cédée ainsi que certains associés majoritaires. Les investisseurs financiers se font généralement exclure des garanties lors de leur entrée au capital dans le cadre des pactes d actionnaires.

25 b) Combien de temps? Quel montant? Le vendeur veillera cependant à limiter le montant global maximal d indemnités qui peut lui être réclamé ainsi que la période de garantie dans le temps. Évidemment il en va tout autrement pour l acquéreur qui lui cherchera une garantie maximum tant pour le prix que pour la durée. Il fixera généralement un seuil minimum de dommage en deçà duquel aucune indemnité ne pourra être réclamée. Le montant de la garantie pourra être négocié sachant qu il n existe aucune règle en la matière. Le montant devra prendre en compte le secteur d activité de la cible, les conclusions des dues diligences et le périmètre de la garantie.

26 c) Quel but? Le but est de certifier : l'exactitude des renseignements fournis sur le patrimoine de la société, les principaux engagements contractés par celle-ci à l'égard des tiers, sa situation au regard des diverses réglementations (détention des permis et autorisations nécessaires, situation environnementale, risques industriels et technologiques), l'exactitude du bilan ou de la situation comptable ayant servi de base à la détermination du prix de cession, qu'ils s'engagent à prendre à leur charge toutes les dettes qui ne figureraient pas sur ce bilan ou cette situation et qui viendraient à se révéler postérieurement à la date de la cession.

27 d) Quoi? Souvent, la garantie porte non seulement sur le passif non révélé (social et fiscal) mais aussi sur toute diminution d'actif qui serait constatée par rapport aux mentions figurant dans les documents financiers ayant servi de base à la garantie. 4 GARANTIE DE LA GARANTIE Des garanties de la garantie sont en pratique toujours mises en place telles que : garantie à première demande, caution bancaire, garantie sur assurance vie, séquestre sur une partie du prix de cession, etc

28 Les éléments du succès GÉREZ L APRÈS-REPRISE La période de l après-reprise, est un virage délicat à négocier, surtout humainement : visà-vis du cédant, mais surtout de son personnel, et de l environnement habituel de l entreprise, clients, fournisseurs, Un accompagnement du cédant, généralement compris entre 6 et 12 mois, est important notamment pour étudier en détail certains dossiers et assurer une bonne transition, Faire en sorte que le cédant s efface petit à petit en espaçant ses visites dans l entreprise, Eviter les remarques ou discussions houleuses avec le cédant devant le personnel, les clients, Prendre rapidement le pouvoir afin d imposer votre leadership, et faire comprendre que la page est tournée, et d ouvrir des perspectives nouvelles sources de développement et de motivation du personnel, Conclure la période de transition par un moment convivial avec le cédant et l ensemble du personnel.

29 L application du contrat de cession Le contrat de cession et certaines de ses composantes continuent de s appliquer après la cession : La clause d earn out prévoit le versement d un complément de prix en cas de variation du résultat de l entreprise lors des premières années suivant la cession, La clause de non concurrence s applique au cédant et lui interdit de se réinstaller dans un périmètre donné avec une activité similaire à celle de son ancienne entreprise. Cette clause lui interdira aussi le plus souvent d aller travailler chez un concurrent direct. La garantie d actif et de passif.

30 Les salariés sont le premier soutien de l entreprise. Il faut instaurer un bon contact avec les salariés. En effet, ceux-ci sont la clé d une entreprise dynamique et rentable. Le passage de relais aura été pour eux aussi une épreuve semée de doute sur leur avenir professionnel, de craintes sur la continuité. Il faut trouver le juste équilibre entre fermeté, dialogue et professionnalisme, tout en admettant que vous l on ne peut pas d entrée tout maîtriser.

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

Atelier 2 Transmission familiale

Atelier 2 Transmission familiale Atelier 2 Transmission familiale A2 Transmission familiale PREAMBULE Lancement d une vidéo témoignage INTERVENANTS Jean Yves BRYON Conseiller en gestion de patrimoine indépendant 2 Sommaire I. PRÉAMBULE

Plus en détail

La reprise du fonds de commerce

La reprise du fonds de commerce La reprise du fonds de commerce Animé par : M. Régis MORENNE Expert-Comptable Associé Me Ronan LEBEAU Avocat Directeur de Région Me Vincent LEMEE Notaire Associé à RENNES Quelques définitions Qu est-ce

Plus en détail

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP La Note Juridique automne 2014 OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP Investir au capital d une société start-up est risqué mais nécessaire au développement de l activité des entreprises françaises.

Plus en détail

Avocat spécialiste en droit fiscal

Avocat spécialiste en droit fiscal Jean-Marie Baldo Avocat spécialiste en droit fiscal 1 Les opérations juridiques - La vente à un tiers : - La vente du fonds de commerce - La vente des parts ou actions de la société - La vente de l immobilier

Plus en détail

ACQUISITIONS IMMOBILIÈRES EN ESPAGNE: LES ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX ESSENTIELS. Virginie Molinier Barcelone, le 27 juin 2013

ACQUISITIONS IMMOBILIÈRES EN ESPAGNE: LES ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX ESSENTIELS. Virginie Molinier Barcelone, le 27 juin 2013 ACQUISITIONS IMMOBILIÈRES EN ESPAGNE: LES ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX ESSENTIELS Virginie Molinier Barcelone, le 27 juin 2013 OBJECTIF DE L ACQUISITION Développer son patrimoine personnel : acquisition

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple!

La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple! La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple! Août 2013 La SFPFL (Société de participations financières de profession libérale) est un outil juridique supplémentaire mis à la disposition

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU SOMMAIRE I. Cadre de la transmission II. Les étapes clés de la transmission III. Les dix écueils à éviter I. Le cadre de la transmission Céder

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION S.M.A.R.T. Production 2004-2005 - Tous droits de reproduction réservés. Retrouvez dans ce PDF, les commentaires audios des intervenants,

Plus en détail

COMMENT REUSSIR LA CESSION DE SON ENTREPRISE. CCI de Bordeaux 25 novembre 2015

COMMENT REUSSIR LA CESSION DE SON ENTREPRISE. CCI de Bordeaux 25 novembre 2015 COMMENT REUSSIR LA CESSION DE SON ENTREPRISE CCI de Bordeaux 25 novembre 2015 COMMENT REUSSIR LA CESSION DE SON ENTREPRISE 8 étapes pour aboutir N 1 : Réaliser un bilan retraite et réfléchir au repreneur

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP ARKEON Pré-cotation

Plus en détail

Les meilleures solutions pour exploiter, développer ou transmettre votre pharmacie

Les meilleures solutions pour exploiter, développer ou transmettre votre pharmacie Les meilleures solutions pour exploiter, développer ou transmettre votre pharmacie Aix-en-Provence, le 7 novembre 2013 www.axten.fr www. cabinet-ecoute.fr Programme Introduction I. L exploitation en nom

Plus en détail

Vendre son entreprise

Vendre son entreprise Vendre son entreprise 1. La transmission de son entreprise par la vente de son fonds de commerce La vente du fonds de commerce, que vous exploitiez dans le cadre d une entreprise individuelle ou dans le

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Cession / Reprise de titres ou du fonds? Avantages et inconvénients. Animé par : Ronan LEBEAU FIDUCIAL Hervé LEGROS - FIDUCIAL

Cession / Reprise de titres ou du fonds? Avantages et inconvénients. Animé par : Ronan LEBEAU FIDUCIAL Hervé LEGROS - FIDUCIAL Cession / Reprise de titres ou du fonds? Avantages et inconvénients Animé par : Ronan LEBEAU FIDUCIAL Hervé LEGROS - FIDUCIAL Fonds de commerce ou titres de société : Que faut-il préférer? 2 Acquisition

Plus en détail

Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse. 21 juin 2012 11h00 à 12h30

Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse. 21 juin 2012 11h00 à 12h30 Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse 11h00 à 12h30 Intervenants Robert de VOGÜE ARKEON Finance (P.D.G.) Emmanuel STORIONE - ARKEON Finance Antoine LEGOUX - Expert comptable

Plus en détail

Comment reprendre une entreprise?

Comment reprendre une entreprise? Comment reprendre une entreprise? Faites un bilan personnel pour savoir si vous pouvez devenir un véritable entrepreneur Privilégiez un domaine d activités que vous connaissez, Choisissez votre entreprise-cible

Plus en détail

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR Créer une entreprise comporte une part de risque mais la reprise d une structure déjà existante également! Les risques

Plus en détail

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier + Management Packages Qu ils soient négociés à l occasion d un changement de contrôle ou, dans les

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

La transmission d entreprises

La transmission d entreprises La transmission d entreprises www.interface-entreprises.com Janvier 2013 Plan 1 2 3 4 5 1 Contexte et enjeux de la transmission d entreprises 2 Les motivations de la transmission 3 Les points clés du processus

Plus en détail

UN AUDIT COMPTABLE, FISCAL, SOCIAL POUR QUOI FAIRE?

UN AUDIT COMPTABLE, FISCAL, SOCIAL POUR QUOI FAIRE? UN AUDIT COMPTABLE, FISCAL, SOCIAL POUR QUOI FAIRE? par Jean Luc SCEMAMA Membre du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Président du Comité Transmission d Entreprise du CSOEC Club Reprise

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

FISCAL ET DOUANIER. Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer avocats à la cour. Vendredi 24 avril 2015. Actualité IR - ISF

FISCAL ET DOUANIER. Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer avocats à la cour. Vendredi 24 avril 2015. Actualité IR - ISF Commission ouverte FISCAL ET DOUANIER Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer avocats à la cour Vendredi 24 avril 2015 Actualité IR - ISF Intervenant : Avocat à la Cour Commission fiscale

Plus en détail

7.3. Les différents modes de transmission

7.3. Les différents modes de transmission 7.3. Les différents modes de transmission La manière d exercer l activité et le choix de la forme juridique ont des répercussions importantes sur le processus de transmission 7.3.1. Les impacts du choix

Plus en détail

Reprendre une entreprise en Midi-Pyrénées

Reprendre une entreprise en Midi-Pyrénées Reprendre une entreprise en Midi-Pyrénées «Inventaire et mode d emploi» Transaxiall - Atelier RM 5 5 2014 Le marché de la reprise en France - 500 000 entreprises à reprendre? - 350 000 n ont pas de valeur

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations ACQUISITION DE TITRES : LA GARANTIE D ACTIF ET DE PASSIF Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques,

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

PLUS-VALUES IMMOBILIERES REALISEES PAR LES NON-RESIDENTS FICHE TECHNIQUE

PLUS-VALUES IMMOBILIERES REALISEES PAR LES NON-RESIDENTS FICHE TECHNIQUE 07/07/2004 DIRECTION GENERALE DES IMPOTS DIRECTION DES RÉSIDENTS A L ÉTRANGER ET DES SERVICES GÉNÉRAUX ### 01.44.76.19.92 à 19.95 01.44.76.18.28 CENTRE DES IMPÔTS DES NON-RÉSIDENTS INSPECTION DE FISCALITE

Plus en détail

La transmission d un cabinet d EC et de CAC

La transmission d un cabinet d EC et de CAC La transmission d un cabinet d EC et de CAC Ou les cordonniers sont les plus mal chaussés! Par Nathalie GORRY et Boris SAUVAGE Avec la participation de Fabrice ZINSSNER de Gan Assurances 1 Objectifs de

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

A renvoyer au plus tard le 9 mars 2009 Par Mail : cerecamp@oec-toulousemp.org - Par fax : 05.61.55.33.29

A renvoyer au plus tard le 9 mars 2009 Par Mail : cerecamp@oec-toulousemp.org - Par fax : 05.61.55.33.29 ENQUÊTE PRÉALABLE A L ÉLABORATION DU CATALOGUE RÉGIONAL DE FORMATION CERECAMP 2009 2010 A renvoyer au plus tard le 9 mars 2009 Par Mail : cerecamp@oec-toulousemp.org - Par fax : 05.61.55.33.29 Nom, Prénom

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE JURIDIQUE

Formation Repreneurs MODULE JURIDIQUE Formation Repreneurs MODULE JURIDIQUE I. Les différentes formes juridiques Présentation des différentes formes juridiques : 1. L Entreprise Individuelle (EI) 2. L Entreprise Individuelle à Responsabilité

Plus en détail

NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES

NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES Préambule I. Faits marquants Page 6 II. Principes comptables, méthodes d'évaluation et modalités de consolidation II.1. Principes et conventions générales Page 6 II.2.

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Réunion entrepreneurs Conseil départemental des Vosges. La société holding Mardi 14 avril 2015

Réunion entrepreneurs Conseil départemental des Vosges. La société holding Mardi 14 avril 2015 Réunion entrepreneurs Conseil départemental des Vosges La société holding Mardi 14 avril 2015 1 Sommaire 1/ Qu est ce qu une holding Définition / Principes et caractéristiques Illustration 2/ Les bonnes

Plus en détail

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables Thèmes de Formation Thématiques de formation délivrées par Michel Brillat, Directeur de la Formation et de l Ingénierie Patrimoniale, CGP Entrepreneurs Pour ce faire, le minimum «syndical» à savoir PEL,

Plus en détail

Achat immobilier Mode d emploi

Achat immobilier Mode d emploi Achat immobilier Mode d emploi Acheter un bien immobilier relève souvent du parcours du combattant. Quelles précautions prendre? Rencontrez votre notaire en amont de votre projet et surtout, ne signez

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

SCIENTIFIC BRAIN TRAINING COMPTES CONSOLIDES. 31 décembre 2009

SCIENTIFIC BRAIN TRAINING COMPTES CONSOLIDES. 31 décembre 2009 endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours affiché, vous Scientific Brain Training SCIENTIFIC BRAIN TRAINING COMPTES CONSOLIDES 31 décembre 2009 ACTIF

Plus en détail

Cession de titres de participation

Cession de titres de participation Cession de titres de participation Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com IS Titres de participation IS Titres de participation. Fiscalité des plus-values

Plus en détail

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT Il faut considérer la présente note comme un descriptif des caractéristiques fiscales (en vigueur à ce jour) du Fonds d Investissement

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014

DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014 DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014 1 Pourquoi une holding? Pour geler la taxation de dividendes exigés par d autres Pour réinvestir, rapidement

Plus en détail

LBO et Business Angels

LBO et Business Angels Mardi 26 novembre 2013 LBO et Business Angels Laurent Simon et Jérôme Loisy Alcyaconseil Définition de l opération de LBO Définition traditionnelle : «LBO» Leveraged buy-out : terme anglais pour acquisition

Plus en détail

FIP Axe Croissance. FIP Axe Croissance investira dans des PME industrielles, commerciales ou de services présentant les caractéristiques suivantes :

FIP Axe Croissance. FIP Axe Croissance investira dans des PME industrielles, commerciales ou de services présentant les caractéristiques suivantes : Souscription ouverte jusqu au 21 juin 2012 sous certaines conditions* (pour les parts A1) Souscription ouverte jusqu au 31 décembre 2012 (pour les parts A2) Diversifiez votre patrimoine financier avec

Plus en détail

MODE D EMPLOI ACHAT IMMOBILIER. Conseils aux acquéreurs : Faciliter l acquisition de votre bien immobilier

MODE D EMPLOI ACHAT IMMOBILIER. Conseils aux acquéreurs : Faciliter l acquisition de votre bien immobilier MODE D EMPLOI ACHAT IMMOBILIER Conseils aux acquéreurs : Faciliter l acquisition de votre bien immobilier Quels sont mes interlocuteurs? L agent immobilier La profession est réglementée. Elle nécessite

Plus en détail

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût?

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Certaines sociétés commerciales soumises à l impôt sur les sociétés possèdent un actif immobilier à leur bilan. Il s agit le

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

TRANSMISSION Tirez parti des opportunités fiscales avant fin 2012

TRANSMISSION Tirez parti des opportunités fiscales avant fin 2012 14 NOVEMBRE 2011 CCI RENNES BRETAGNE TRANSMISSION Tirez parti des opportunités fiscales avant fin 2012 14 NOVEMBRE 2011 LES INTERVENANTS Me Hervé ORHAN Me Alexandre RUDEAU Arnaud DE KERMADEC Félix JOLIVET

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

Cédants, Anticiper l organisation de votre patrimoine

Cédants, Anticiper l organisation de votre patrimoine Cédants, Anticiper l organisation de votre patrimoine 1. Vos intervenants 2. Comment évaluer la valeur de mon entreprise? 3. Actualité fiscale 4. 5 points clés pour organiser son patrimoine 5. De l utilité

Plus en détail

EURUS UNIVERSITE D AUTOMNE. Vendredi 17 octobre 2014. Marne-la-Vallée HOLDING ANIMATEUR DE GROUPE

EURUS UNIVERSITE D AUTOMNE. Vendredi 17 octobre 2014. Marne-la-Vallée HOLDING ANIMATEUR DE GROUPE EURUS UNIVERSITE D AUTOMNE Vendredi 17 octobre 2014 Marne-la-Vallée HOLDING ANIMATEUR DE GROUPE Précisions et Incertitudes dans l attente d une instruction administrative I Régimes fiscaux de faveur A)

Plus en détail

ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX

ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX Droit de la famille Organisation et transmission patrimoniale Fiscalité Droit de l entreprise PATRIMOTHEME - MAI 2014 ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX Plusieurs régimes d'exonération,

Plus en détail

Les mandats et les actes courants de l agent commercial

Les mandats et les actes courants de l agent commercial 1/ Définition : Les mandats et les actes courants de l agent commercial Le mandat est un contrat conclu entre un mandat qui veut faire quelque chose et un mandataire à qui l on va donner le droit de faire

Plus en détail

LA RELÈVE D ENTREPRISE

LA RELÈVE D ENTREPRISE LA RELÈVE D ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES La planification, une étape essentielle 3 La transmission de l entreprise à un membre de la famille 4 La transmission de l entreprise à un associé, à l équipe

Plus en détail

SESSION 2009 UE4 - DROIT FISCAL. Durée de l'épreuve 3 heures Coefficient : 1

SESSION 2009 UE4 - DROIT FISCAL. Durée de l'épreuve 3 heures Coefficient : 1 910004 DCG SESSION 2009 UE4 - DROIT FISCAL Durée de l'épreuve 3 heures Coefficient : 1 Matériel autorisé Une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante et sans aucun moyen de transmission,

Plus en détail

ISF 2012. Règles d imposition : la territorialité En France : imposition sur l ensemble des biens situés en France et hors de France.

ISF 2012. Règles d imposition : la territorialité En France : imposition sur l ensemble des biens situés en France et hors de France. ISF 2012 I. Principe L impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) est un impôt déclaratif. Les personnes physiques possédant un patrimoine d une valeur nette supérieure à 1,3 million euros au 1 janvier 2012

Plus en détail

CONSTITUTION DE L ENTREPRISE

CONSTITUTION DE L ENTREPRISE CONSTITUTION DE L ENTREPRISE en Nom Collectif A Nombre d associés L entrepreneur seul. Au moins 2 associés. Tous commerçants. Un associé unique, personne physique ou personne morale (mais qui ne peut être

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance Des fiches pour mieux compren- dre l'actualité économique et les enjeux pour les PME Ce que la crise nous a appris, c est que le seul financement bancaire ne peut suffire pour assurer la pérennité des

Plus en détail

Le 6 décembre 2012. Les règles d or de la

Le 6 décembre 2012. Les règles d or de la Les règles d or de la transmission d entreprise Les règles d or de la transmission d entreprise Arnaud DELAHAYE - conseiller en gestion de patrimoine Sébastien GASC - Adjoint du Directeur Commercial Entreprises

Plus en détail

La note d information 3. Les procédures de première cotation 5. Les principales étapes de l Introduction en Bourse 7

La note d information 3. Les procédures de première cotation 5. Les principales étapes de l Introduction en Bourse 7 La note d information 3 Les procédures de première cotation 5 Les principales étapes de l Introduction en Bourse 7 Les avantages de l introduction en Bourse 8 Les conditions d admission et de séjour à

Plus en détail

VENDRE SON ENTREPRISE. Quelle stratégie?

VENDRE SON ENTREPRISE. Quelle stratégie? VENDRE SON ENTREPRISE Quelle stratégie? PLAN DE L INTERVENTION 1 ère partie : Pierre Haenel CCI 49 bien connaitre son entreprise pour faire les bons choix les différents réseaux d intermédiaires Les facteurs

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5.

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. 28/05/14 1 1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. Périmètre de consolidation 6. Méthode de consolidation

Plus en détail

Cession, transmission & financement des cabinets. Anticiper pour pérenniser

Cession, transmission & financement des cabinets. Anticiper pour pérenniser Cession, transmission & financement des cabinets Anticiper pour pérenniser Intervenants Denis Barbarossa Expert-comptable, Président du CJEC Luc Fialletout Directeur Général Adjoint (Interfimo) Jean-Pierre

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Alexandre Tellier Expert-Comptable 35, Allée Vivaldi 75012 Paris 01 40 26 35 75. alexandre.tellier@a-t-consulting.com

Alexandre Tellier Expert-Comptable 35, Allée Vivaldi 75012 Paris 01 40 26 35 75. alexandre.tellier@a-t-consulting.com L évaluation Alexandre Tellier Expert-Comptable 35, Allée Vivaldi 75012 Paris 01 40 26 35 75 alexandre.tellier@a-t-consulting.com L'évaluation Alexandre Tellier 1 L évaluation La démarche globale de reprise

Plus en détail

SPFPL : Tout ça pour ça!

SPFPL : Tout ça pour ça! SPFPL : Tout ça pour ça! Animée par JM. BURTON et G. DE MARCHI 31/03/2014 1 CGP 31/03/2014 2 SOMMAIRE SPFPL : Quelle est la problématique? La SPFPL en pratique Propositions d aménagements 31/03/2014 3

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES FR 52-09 LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES GROUPE DE SOCIÉTÉS : RÉGIME DES SOCIÉTÉS MÈRES ET FILIALES Suppression de la possibilité de

Plus en détail

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers (Article L. 214-31 du Code Monétaire et Financier) Société de

Plus en détail

Investissement immobilier

Investissement immobilier Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

supérieure à 250 000 et inférieure ou égale à 500 000 pour les contribuables célibataires, veufs, séparés ou divorcés,

supérieure à 250 000 et inférieure ou égale à 500 000 pour les contribuables célibataires, veufs, séparés ou divorcés, Fiscalité des particuliers Contribution exceptionnelle sur les hauts revenus (article 2 de la loi) - Est instaurée une contribution exceptionnelle sur les hauts revenus, assise sur le revenu fiscal de

Plus en détail

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL GESTION PRIVÉE VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL 2013 - Particuliers - Mise à jour octobre 2013 I - IMPÔT SUR LE REVENU Barème 2013 de l impôt sur les revenus (IR) 2012 Revenu imposable (R/N)

Plus en détail

* ex Legrand Holding SA - 1/9 - LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006. Sommaire

* ex Legrand Holding SA - 1/9 - LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006. Sommaire LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau de flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 * ex Legrand Holding

Plus en détail

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR DU SÉNAT 2012 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE

Plus en détail

Guide pratique. Mohamed LAHYANI Expert Comptable à Tanger +212 6 61 63 98 89 m.lahyani@audit-analyse.com

Guide pratique. Mohamed LAHYANI Expert Comptable à Tanger +212 6 61 63 98 89 m.lahyani@audit-analyse.com Mohamed LAHYANI Expert Comptable à Tanger +212 6 61 63 98 89 m.lahyani@audit-analyse.com Guide pratique P endant les années 60 et 70, le slogan «l Espagne est différente» a été utilisé pour assurer la

Plus en détail

Fiscalité de la transmission d entreprise

Fiscalité de la transmission d entreprise Fiscalité de la transmission d entreprise Salon des entrepreneurs Février 2006 Fiscalité de la transmission d entreprise Introduction 1 Introduction Existe-t-il une fiscalité de la transmission d entreprise?

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

Je veux remettre mon entreprise

Je veux remettre mon entreprise 1) Je veux remettre mon entreprise a. Je prépare mon projet b. Je recherche un repreneur c. Je discute avec un repreneur d. Je négocie avec un repreneur e. Je contractualise la remise de mon entreprise

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 Lettre d Information Juridique et Fiscale 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 1. DROIT DES SOCIETES/ DROIT BOURSIER Sort de la clause de garantie de passif en cas de fusion absorption : Toute convention

Plus en détail

Note d information Loi de Finances 2010

Note d information Loi de Finances 2010 Note d information Loi de Finances 2010 I - IMPOT SUR LE REVENU 1- Souscription au capital de PME : Réductions «Madelin» et «Super-Madelin» Une réduction d'impôt est accordée aux contribuables qui effectuent

Plus en détail