La location de son entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La location de son entreprise"

Transcription

1 La location de son entreprise La location-gérance permet à un dirigeant d une entreprise de mettre en location son entreprise. La location-gérance se fait pour un temps défini et permet au bailleur de toucher un revenu en ayant arrêté l exploitation de son fonds de commerce. L artisan qui loue son fonds perdra sa qualité d artisan (il sera radié de la Chambre de Métiers et de l Artisanat) et il deviendra «loueur de fonds» d un point de vue fiscal. Il pourra faire valoir ses droits à la retraite sans problème puisque la location de fonds n est pas considérée comme étant une activité. Le locataire gérant sera par contre inscrit au Répertoire des Métiers. 1. Les atouts de la location gérance 1.1 En quoi consiste la location gérance La location gérance permet au propriétaire d un fonds de commerce ou artisanal de la conserver dans son patrimoine et d en tirer des revenus sans l exploiter luimême : il en confit donc la gestion à un tiers qui l exploitera à ses risques et périls, moyennant le versement d une redevance. Cette location porte sur le fonds et non sur les murs (ce n est donc pas une sous location). Ainsi, le propriétaire du fonds n a pas à s assurer de l accord du bailleur des murs pour pouvoir mettre son fonds en location gérance. Bien que rarement utiliser, la location d un fonds peut être partielle, à savoir la location d une partie de l entreprise (ex : un rayon fruits et légumes chez un boucher). 1.2 Louer avant d acheter La location gérance peut être un moyen pour le repreneur de «tester» l entreprise avant de la racheter, de payer plus tard l entreprise (lors de l acquisition réelle) et pourquoi pas de donner plus confiance aux banquiers lors du vrai transfert de patrimoine. Mais attention, certaines règles doivent tout de même être respectées. 2. Bien cerner les risques financiers 2.1 Le loueur solidaire des dettes d exploitation Le propriétaire du fonds est responsable solidairement avec le locataire de toutes les dettes d exploitation contractées dans les 6 mois qui suivent la publication du contrat. Cette solidarité vise les dettes contractuelles et aussi celles d origine légale dès lors qu elles sont liées à l exploitation du fonds. Toutes les dettes extérieurs à

2 l activité ou personnelles ne sont pas concernées (ex : cotisations sociales du gérant). Pour limiter ces risques, des clauses particulières peuvent être intégrées dans le contrat de location gérance, comme par exemple un cautionnaire. 2.2 Solidarité fiscale du loueur Pendant toute la location-gérance, le loueur est responsable est solidairement responsable des impôts directs du gérant ; le fisc peut lui réclamer le paiement dès que le gérant locataire est défaillant. Il s agit essentiellement de l impôt sur le revenu provenant de l exploitation, de l impôt sur les société, de la taxe professionnelle, des impôts directs locaux et taxes diverses (taxe apprentissage, taxe formation continue, ). La TVA n entre pas dans cette catégorie, la responsabilité du loueur n étant limité qu à 6 mois. 2.3 Exploitation aux risques et périls du locataire La location-gérance opère une séparation stricte entre la propriété du fonds, qui continue à appartenir au propriétaire du fonds, et l exploitation qui incombe au locataire-gérant. Pendant cette période, la valeur du fonds repose donc sur les qualités professionnelles et morales du locataire gérant qui doit agir en «bon père de famille». Le propriétaire n a quant à lui pas le droit d intervenir dans la gestion de l entreprise. Il y a donc une totale séparation entre le locataire et le loueur. Toute incompétence ou négligence du gérant peut se traduire par une diminution substantielle de la valeur de l entreprise. Le locataire doit tout mettre en œuvre pour préserver le fonds et éviter la perte de valeur de son fait. Sa responsabilité pourrait sinon être engagée. 3. Qui peut louer son fonds? Tout le monde ne peut pas forcement mettre son fonds de commerce en location gérance. Il existe plusieurs entraves. 3.1 Les entraves contractuelles En premier lieu, on trouve le bail commercial. Il convient de vérifier que le bai n interdit pas directement ou indirectement la mise en location gérance. En pratique, certaines clauses moins formelles ont été assimilées à une interdiction (ex : impossibilité de se substituer une tierce personne dans la jouissance des lieux). Dans une telle situation, il faut obtenir l autorisation expresse du bailleur pour pouvoir signer une location gérance. En second lieu, l interdiction de mettre un fonds en location gérance peut ressortir d un contrat attaché au fonds indispensable à sa survie. Ce genre de contrat exige une autorisation préalable à tout changement d exploitant. On pense ici par exemple aux artisans ambulants avec un droit d occupation du domaine public. 3.2 Un loueur déjà dans le commence 2 / 8

3 En principe, pour pouvoir mettre en location gérance, il est indispensable d avoir exploiter le fonds pendant au moins 2 ans. A défaut, il contrat de location gérance est nul et si le propriétaire du fonds n est pas le propriétaire des murs, le renouvellement du bail commercial peut être refusé. Des raisons exceptionnelles (comme la maladie par exemple) peuvent cependant motiver un juges pour valider une location gérance avant le délai des 2 ans. 3.3 Autorisé par le conjoint Si le fonds de commerce est un bien commun, l artisan loueur ne peut louer le fonds sans le consentement de son conjoint. Il en est de même pour les biens indivis. 3.4 Si le fonds appartient à une société L exploitation du fonds de commerce constitue l objet de la société. Dès lors, le dirigeant a-t-il le pouvoir de mettre en gérance ce fonds, privant ainsi la société de son objet social? Il est fréquent que la clause des statuts définissant l objet social prévoie que l exploitation puisse être directe ou indirecte ou «sous quelque forme que ce soit». Dans ce cas, le gérant d une SARL pourra consentir une location gérance sans outrepasser ses pouvoirs, sous réserves d autres clauses statutaires. Si une telle clause n existait pas, il conviendrait de faire une modification de statut avant toute mise en location gérance. 4. Rédiger le contrat de location gérance Certaines clauses sensibles doivent être négociées avec un soin tout particulier, afin d éviter tout problème futur. Un accompagnement par un avocat est souvent conseillé. 4.1 Durée du contrat En pratique, le loueur aura intérêt à conclure pour une durée déterminée assez brève par crainte d une mauvaise gestion et pour que la location gérance ne dure pas plus longtemps que son bail. Quoiqu il arrive, un contrat de location gérance à durée déterminée peut aboutir à une reconduction dudit contrat. Cette reconduction peut être d une durée identique ou bien plus longue ou plus courte. Une clause peut tout à fait limiter le nombre de reconduction ou bien conditionner la reconduction à tel ou tel éléments ou sous telle ou telle forme. 4.2 La redevance (le loyer) Elle peut être versée par trimestre ou par mois. Son montant est fixé librement tout comme les modalités de calcul (bénéfices, chiffre d affaires, ). Son montant peut être fixe ou bien proportionnel à tel ou tel ratio de l entreprise. Il convient de 3 / 8

4 savoir qu à partir du moment où le locataire a signé le contrat, il ne peut pas ensuite demander l annulation au motif que le loyer est exorbitant. Enfin, il est possible de prévoir une indexation de la redevance. L indice de référence doit alors être en relation directe avec l activité de l un des contractants. Attention, si le loyer est assorti d une clause d échelle mobile, il ne peut y avoir d indexation particulière du loyer. 4.3 Les autres charges A la redevance peuvent s ajouter le paiement de certaines charges, impôts et taxes inhérentes à l exploitation du fonds, ainsi que le règlement du loyer du bail commercial et des assurances. Les clauses relatives aux charges doivent être précises et bien énoncer celles récupérables sur le locataire gérant selon la nature du contrat ; les charges doivent être distinguées des travaux qui sont eux supportés par le locataire. 4.4 Le stock et le matériel Les marchandises sont en général vendues au locataire aux conditions prévues dans un inventaire détaillé annexé au contrat. De même, le stock existant à l expiration du contrat est souvent racheté par le loueur. Mieux vaut donc en préciser les modalités de reprise. Concernant le matériel, surtout s il s agit d une entreprise artisanale de production (menuiserie, chaudronnerie, ), il est important de prévoir qu il sera remplacé en tant que de besoin par le locataire, celui-ci devant restituer le fonds en l état. 4.5 Les contrats en cours Pour les contrats de travail, le locataire est impérativement tenu de les poursuivre en fournissant le travail convenu et en respectant les conditions essentielles. Des modifications peuvent intervenir, mais si elles sont considérées comme substantielles au regard des conditions de travail du salarié et qu il les refuse, ce sera lui en tant qu employeur qui sera considéré comme l auteur de la rupture du contrat de travail. Pour tous les autres contrats, le gérant n est pas tenu de poursuivre ceux précédemment conclu par le loueur (contrats commerciaux, de distribution, de services, d assurance, ). S il décide d en reprendre à son compte, il faut en définir précisément le contenu et les modalités. 4.6 L entretien des locaux Le plus souvent, le contrat imposera au locataire gérant l obligation d entretenir tous les éléments du fonds, dont notamment le remplacement du matériel vétuste et le coût de la réparation. Sauf clause contraire, si le locataire fait des améliorations, il devra les restituer au loueur sans indemnisation particulière. 4.7 La clause de non rétablissement 4 / 8

5 Lorsque la location gérance n abouti pas à la vente du fonds, il est souvent prévu ce type de clause afin d éviter le risque de détournement de la clientèle par l ancien locataire gérant. Cela marche comme une clause de non concurrence (limité dans le temps et dans l espace). 5. La location gérance et le fisc La location gérance est une opération qui supporte la TVA au taux de 19.6%. Sont compris dans la base d imposition : - les redevances payées par le gérant ; - le louer de l immeuble commercial acquitté par le gérant en sus de la redevance ; - le cas échéant, la part du prix du loyer afférente au logement lié à l exploitation du fonds ; - les charges correspondant aux dépenses d entretien et de renouvellement du matériel, incombant normalement au propriétaire, mais que le locataire s est engagé à assumer. Le dépôt de garantie n est pas contre pas soumis à la TVA, de même que les marchandises vendues suite à la location. En ce qui concerne le loueur, les redevances perçues sont passibles de l impôt sur le revenu (BIC) ou de l impôt sur les sociétés (si le loueur est une personne morale). Elles sont également assujetties à la CSG et à la CRDS au titre des revenus du patrimoine. Si le loueur de fonds est aussi le bailleur des murs, les loyers perçus pour les murs sont imposables à l impôt sur le revenu (BIC) ou à l IS si le propriétaire est passible de cet impôt (par exemple une SCI). A l inverse, pour le locataire, la redevance est une charge déductible si le montant n est pas excessif. 6. La location-gérance comme moyen de vente Il est possible d opter pour la location-gérance comme un moyen de vendre le fonds de commerce de son entreprise. Cela permet au repreneur de tester pendant un certain temps l activité, puis, après un certain délai, de la racheter. Cela reste une possibilité tout à fait autorisée. 6.1 La location-gérance avec promesse de vente Quand le locataire et le loueur souhaitent aboutir à la vente du fonds de commerce, il n est pas rare de voir dès la signature du contrat de location gérance une ou plusieurs clauses tentant d aménager ce transfert de propriété futur. Mais attention dans ce cas! Il convient de rédiger avec beaucoup de précaution ce type 5 / 8

6 de clause car les services fiscaux veillent et pourrait requalifier le contrat de location gérance en «vente déguisée», avec les conséquences fiscales qui vont avec. Mieux vaut donc faire attention à ce niveau-là, surtout si le locatairerepreneur souhaite faire des travaux pour améliorer l entreprise. Des précautions s imposent donc dès la conclusion du contrat de location gérance. La décision de vendre son fonds à son locataire gérant peut être prise au cours de la période de location ou à l arrivée du terme, les deux parties négociant à ce moment-là les conditions du transfert de propriété du fonds. Il est aussi très fréquent que le bailleur et le locataire-gérance vouloir se mettre d accord dès le départ des conditions futures de rachat via une promesse de vente. Mais des conditions sont à respecter. La location-gérance peut tout à fait être assortie d une promesse unilatérale de vente par laquelle le propriétaire du fonds de commerce s engage à vendre, au terme du contrat, le fonds au locataire qui accepte cette offre sans pour autant prendre l engagement d acheter. Le gérant doit donc rester libre de lever ou non l option d achat (dans un délai fixé), la vente du fonds n intervenant que s il manifeste son désir d acheter. Ce type de clause est tout à fait régulière au moment où elle ne dissimule pas une vente. Et les services fiscaux veillent par rapport à ce type de dissimulation. D où certaines clauses à éviter car elles prouvent d elles-mêmes la vente déguisée : - redevance trop élevée par rapport au fonds, ce qui cache en fait un fractionnement du prix ; - location à durée indéterminée avec renouvellement indéfini à l initiative du locataire, ce qui signifie que le bailleur ne pourra jamais récupérer son fonds ; - contrat prévoyant déjà la vente au terme de la location-gérance ; - le propriétaire peut récupérer son fonds mais ne peut plus l exploiter du fait du transfert du matériel et des marchandises entre les mains du locataire gérant. Fixation du prix de vente : Le prix du fonds et les modalités de paiement peuvent être fixés dans le contrat de location gérance. Une difficulté cependant ; la fixation du prix, liée à la rentabilité du fonds, se heurtera très souvent au fait que le locataire, en exploitant le fonds, est en quelque sorte l arbitre du prix. On rappelle ici que la fixation d un prix définitif dès le départ pourra être analysé par l Administration Fiscale comme de la vente déguisée (ce qui ne serait pas tout à fait faux). Tacite reconduction : 6 / 8

7 La tacite reconduction d un contrat de location gérance est tout à fait possible. Cependant, qui dit tacite reconduction dit mis en place d un nouveau contrat (tacite celui-là) donc ne contenant aucune promesse de vente (sauf clause contraire). Les conséquences de la promesse : Le loueur reste propriétaire du fonds de commerce tant que le locataire gérant n a pas manifesté son intention d acheter. Toutefois son droit de propriété ne peut s exercer qu en prenant en considération l offre de vente faite au locataire ; il engagerait sa responsabilité s il vendait son fonds à une autre personne que son locataire. De son côté, le locataire gérant doit respecter les obligations prévues par le contrat de gérance, sans que la promesse ne lui donne plus de pouvoir que ceux de la gérance, et jusqu à la levée de l option. 6.2 Les exonérations de plus-values pour la vente du fonds après une location-gérance Comme nous l avons vu dans le premier chapitre concernant la vente d un fonds de commerce, un artisan peut bénéficier de plusieurs régimes d exonération ou d abattement de plus-values. Cependant, se pose ici un problème : l artisan qui loue son fonds de commerce perd automatiquement sa qualité d artisan pour devenir «loueur de fonds». Afin de ne pas pénaliser le système de la location-gérance, la loi a assoupli depuis le 1 er janvier 2006 certains régimes d exonération. Ainsi, si l ancien artisan vend son fonds de commerce après une location-gérance, il peut prétendre à plusieurs régimes : - le régime issu de la «loi Sarkozy» - le régime pour les artisans partant à la retraite En plus des conditions afférentes à ces régimes dans le cadre d une vente directe sans location, le système de vente après location-gérance impose deux nouvelles conditions simultanées: - l activité doit être exercée depuis au moins 5 ans au moment de la mise en location-gérance (il n est donc pas tenu compte du délai de location mais seulement de la période d exploitation en directe par l artisan, avant la conclusion d un contrat de location) - la transmission doit se faire au profit du locataire Comme nous l avons déjà dit, ces conditions particulières s ajoutent aux conditions générales examinées dans le premier chapitre (valeur de la cession, absence de lien avec le repreneur, départ à la retraite dans l année qui suit la vente, ) Exemple : 7 / 8

8 Monsieur Voltierro est un artisan encadreur qui a créé son entreprise individuelle en En 2004, suite à un changement professionnel, il met en location-gérance son fonds entre les mains de Madame Giorda. En mars 2006, Monsieur Voltierro souhaite prendre définitivement sa retraite et envisage donc de vendre son fonds à Madame Giorda pour la somme de euros. Montant des plus-values réalisées : euros Imposition des plus-values : x 16% = euros. Cependant, il s agit d un départ à la retraite. Monsieur Voltierro a exploité son fonds pendant plus de 5 ans et c est son locataire qui est repreneur Exonération pour départ à la retraite. Imposition des prélèvements sociaux : x 11% = euros. Cependant, la vente se fait en dessous des euros. Monsieur Voltierro a exploité son fonds pendant plus de 5 ans et c est son locataire qui est repreneur. Exonération grâce à la mise en œuvre de la loi Sarkozy. Le contrat de location-gérance peut donc être une solution, mais il convient de la manier avec beaucoup de précaution. S il est mal établi, ce contrat peut très facilement se retourner contre le vendeur. Très adaptée dans le cadre familial, la location-gérance peut parfois être également envisageable dans d autres cas. 8 / 8

7.3. Les différents modes de transmission

7.3. Les différents modes de transmission 7.3. Les différents modes de transmission La manière d exercer l activité et le choix de la forme juridique ont des répercussions importantes sur le processus de transmission 7.3.1. Les impacts du choix

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

A - Le fonds de commerce

A - Le fonds de commerce Chapitre 5 QUOI? Un fonds, des parts, une franchise, un commerce indépendant: les conséquences en sont différentes. Vous pouvez acheter un fonds de commerce, certes, mais aussi des parts de société et

Plus en détail

Investissement immobilier

Investissement immobilier Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Le loueur en meublé professionnel (LMP) François Longin 1 www.longin.fr Plan (1) Le statut LMP Juridique (location meublée)

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Sommaire. Dossier. Relations commerciales. Force de vente. Administratif. Formalisme. Formalités d entreprise

Sommaire. Dossier. Relations commerciales. Force de vente. Administratif. Formalisme. Formalités d entreprise Sommaire Relations commerciales Force de vente 1. Combien de temps suis-je lié par mon offre commerciale?...1 2. Quelles sont mes obligations en matière de conditions générales de vente envers des clients

Plus en détail

1 La location-gérance du fonds de commerce

1 La location-gérance du fonds de commerce 1 La location-gérance du fonds de commerce La location-gérance du fonds de commerce, encore appelée «gérance libre» par opposition à la gérance salariée, est une création de la pratique, qui permet de

Plus en détail

Table des matières. Les chiffres renvoient aux numéros des pages AVANT-PROPOS... 107 PREMIÈRE PARTIE LOCATIONS IMMOBILIÈRES

Table des matières. Les chiffres renvoient aux numéros des pages AVANT-PROPOS... 107 PREMIÈRE PARTIE LOCATIONS IMMOBILIÈRES Table des matières Les chiffres renvoient aux numéros des pages AVANT-PROPOS... 107 PREMIÈRE PARTIE LOCATIONS IMMOBILIÈRES SOUS-PARTIE I : PRÉSENTATION DE LA FISCALITÉ IMMOBILIÈRE LOCATIVE... 109 Section

Plus en détail

Session de formation de Matadi sur le droit OHADA

Session de formation de Matadi sur le droit OHADA Session de formation de Matadi sur le droit OHADA I. Notions du fonds de commerce II. Contenu du fonds de commerce III. Les opérations portant sur le fonds de commerce 1. La location-gérance 2. La cession

Plus en détail

Atelier 2 Transmission familiale

Atelier 2 Transmission familiale Atelier 2 Transmission familiale A2 Transmission familiale PREAMBULE Lancement d une vidéo témoignage INTERVENANTS Jean Yves BRYON Conseiller en gestion de patrimoine indépendant 2 Sommaire I. PRÉAMBULE

Plus en détail

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR Créer une entreprise comporte une part de risque mais la reprise d une structure déjà existante également! Les risques

Plus en détail

Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise!

Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise! Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise! Août 2005 Comité de la Transmission d entreprise du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables

Plus en détail

Table des matières. Les nombres renvoient aux numéros des pages AVANT-PROPOS... 133 PREMIÈRE PARTIE

Table des matières. Les nombres renvoient aux numéros des pages AVANT-PROPOS... 133 PREMIÈRE PARTIE Table des matières Les nombres renvoient aux numéros des pages AVANT-PROPOS... 133 PREMIÈRE PARTIE LOCATIONS IMMOBILIÈRES SOUS-PARTIE I : RÉSENTATION DE LA FISCALITÉ IMMOBILIÈRE LOCATIVE... 135 Section

Plus en détail

1. Quel commerce est visé par la loi sur les baux commerciaux?... 4

1. Quel commerce est visé par la loi sur les baux commerciaux?... 4 Table des matières Introduction 1 Note préliminaire : la réforme institutionnelle 2 1 Quel commerce est visé par la loi sur les baux commerciaux? 4 11 Existence d un bail 4 12 Le commerce de détail 5 121

Plus en détail

Vendre son entreprise

Vendre son entreprise Vendre son entreprise 1. La transmission de son entreprise par la vente de son fonds de commerce La vente du fonds de commerce, que vous exploitiez dans le cadre d une entreprise individuelle ou dans le

Plus en détail

LOGO. BENNANI Mohammed. Réalisé par: Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan

LOGO. BENNANI Mohammed. Réalisé par: Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan Réalisé par: BENNANI Mohammed Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan Introduction LOGO Notion et les éléments du fonds de commerce La vente du FdC L apport du FdC Le nantissement du FdC Le contrat de

Plus en détail

Réunion CEGECOBA ASSAPROL du 20 novembre 2014

Réunion CEGECOBA ASSAPROL du 20 novembre 2014 L actualité du Loueur Meublé Non Professionnel Réunion CEGECOBA ASSAPROL du 20 novembre 2014 1 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER Objectif de cette présentation Découvrir

Plus en détail

Nom du Document : ARBITRER ENTRE L ACHAT D UN FONDS DE COMMERCE OU ARTISANAL L ACQUISITION DE TITRES D UNE SOCIETE FICHE CONSEIL

Nom du Document : ARBITRER ENTRE L ACHAT D UN FONDS DE COMMERCE OU ARTISANAL L ACQUISITION DE TITRES D UNE SOCIETE FICHE CONSEIL ARBITRER ENTRE L ACHAT D UN FONDS DE COMMERCE OU ARTISANAL ET L ACQUISITION DE TITRES D UNE SOCIETE FICHE CONSEIL Page : 1/5 Est-il plus intéressant d acheter un fonds de commerce ou les titres d une société?

Plus en détail

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL)

Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) Date de mise à jour : mars 2013 Fiche : Société à Responsabilité Limitée (SARL) La S.A.R.L est la forme de société la plus répandue en France. Elle a pour caractéristique essentielle de limiter la responsabilité

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros EXTRAITS DU N 47 NOVEMBRE 2011 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 A apprécier Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros Vers

Plus en détail

Matinale Economie sociale et solidaire

Matinale Economie sociale et solidaire Matinale Economie sociale et solidaire Le 21 octobre 2014 Patrick Chavalle 06-19-65-28-81 1 Les fonds de dotation 2 Les fonds de dotation 1 847 fonds de dotation au 31 août 2014 45 % en Ile de France Action

Plus en détail

Pièces à fournir pour monter un dossier de candidature à la location :

Pièces à fournir pour monter un dossier de candidature à la location : www.accorimm.fr ACCORIMM Mions - 12 Bis Rue de la Liberté 69780 MIONS Tel : 04 72 09 02 44 - Fax : 04 78 20 04 23 - E-mail : agence.mions@accorimm.fr ACCORIMM Villeurbanne - 23 Place Grandclément 69100

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

Contrat de bail commercial

Contrat de bail commercial Lettres & contrats pour les entrepreneurs indépendants Louer Contrat de bail commercial Un contrat de bail commercial ne doit pas nécessairement être aussi étendu qu on le croit généralement. En effet,

Plus en détail

LE GUIDE DE L ADIL 80 POUR LES BAILLEURS AVANT DE LOUER EN MEUBLE, POSEZ-VOUS LES BONNES QUESTIONS!

LE GUIDE DE L ADIL 80 POUR LES BAILLEURS AVANT DE LOUER EN MEUBLE, POSEZ-VOUS LES BONNES QUESTIONS! LE GUIDE DE L ADIL 80 POUR LES BAILLEURS AVANT DE LOUER EN MEUBLE, POSEZ-VOUS LES BONNES QUESTIONS! Attention : ce guide a été rédigé exclusivement à l attention des bailleurs qui louent un logement meublé

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX PROBLEME Les communes sont parfois propriétaires d'un patrimoine important et susceptible de leur procurer des ressources qu'elles doivent gérer selon les

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Le loueur en meublé non professionnel (LMNP) François Longin 1 www.longin.fr Plan Le statut LMNP Juridique (location meublée)

Plus en détail

Cas pratique de synthèse BOND

Cas pratique de synthèse BOND Cas pratique de synthèse BOND I. L impôt sur le revenu M. BOND Jean est chef d entreprise. Il détient 60% d une SA assujettie à l impôt sur les sociétés dont le siège est à MONTPELLIER. Marié, M. BOND

Plus en détail

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP BIENVENUE AU DOMAINE DU GRAND TOURTRE UN SÉJOUR DE VACANCES INOUBLIABLE 18 place de l Hôtel de Ville 16 210 CHALAIS Tel: +33(0)5 45 98 31 56 Fax: +33(0)5 45 98 31 55 Email: france@shelbournedevelopment.com

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» La location meublée François Longin 1 www.longin.fr Plan La location de biens Le marché de la location meublée Aspects juridiques

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE JURIDIQUE

Formation Repreneurs MODULE JURIDIQUE Formation Repreneurs MODULE JURIDIQUE I. Les différentes formes juridiques Présentation des différentes formes juridiques : 1. L Entreprise Individuelle (EI) 2. L Entreprise Individuelle à Responsabilité

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

5.8. Acheter ou vendre un parking

5.8. Acheter ou vendre un parking une petite surface peut être louée à titre de résidence secondaire ou en location saisonnière. Dans ce cas en effet, les normes de décence ne s appliquent pas. Attention! Le règlement sanitaire de la commune

Plus en détail

LES FORMES JURIDIQUES

LES FORMES JURIDIQUES 1 LES FORMES JURIDIQUES Les structures juridiques de l Entreprise Il existe deux types de structures juridiques: L Entreprise Individuelle ou E.I. et l E.I. Responsabilité Limitée La société et plus particulièrement

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

BAIL COMMERCIAL MEUBLÉ

BAIL COMMERCIAL MEUBLÉ Hôtels et Résidences BAIL COMMERCIAL MEUBLÉ «VITTEL Les COLONIES» APPARTEMENT N : PARKING N.. ENTRE Les Soussignés Monsieur (et, ou) Madame :.. Demeurant à : Rue ou lieu dit : Tél domicile :. Bureau :..

Plus en détail

Bien gérer son patrimoine

Bien gérer son patrimoine Bien gérer son patrimoine Yves Gambart de Lignières, 2011 ISBN : 978-2-212-54933-1 Le concubinage ou l union libre Le concubinage suppose une vie commune et une relation stable et continue entre deux personnes

Plus en détail

La reprise du fonds de commerce

La reprise du fonds de commerce La reprise du fonds de commerce Animé par : M. Régis MORENNE Expert-Comptable Associé Me Ronan LEBEAU Avocat Directeur de Région Me Vincent LEMEE Notaire Associé à RENNES Quelques définitions Qu est-ce

Plus en détail

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le PARCOURS de vente L acte de vente www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente LʼACTE DE VENTE Toute vente immobilière doit être constatée par acte notarié. Après la signature de l avant-contrat

Plus en détail

CONJOINT (e) D ARTISAN(e) CHOISIR SON STATUT. La loi du 02 août 2005 et son Décret d application du 1 er août 2006

CONJOINT (e) D ARTISAN(e) CHOISIR SON STATUT. La loi du 02 août 2005 et son Décret d application du 1 er août 2006 CONJOINT (e) D ARTISAN(e) CHOISIR SON STATUT La loi du 02 août 2005 et son Décret d application du 1 er août 2006 Option obligatoire* pour l un des 3 statuts (*sauf si le conjoint est déjà salarié au minimum

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Maître Jérôme LACROUTS Avocat au Barreau de Nice Cours de fiscalité immobilière http://avocat.nice.free.fr courriel : jerome.lacrouts@free.

Maître Jérôme LACROUTS Avocat au Barreau de Nice Cours de fiscalité immobilière http://avocat.nice.free.fr courriel : jerome.lacrouts@free. FISCALITE IMMOBILIERE Introduction : Généralités sur la fiscalité immobilière Titre 1 : Présentation historique de la fiscalité immobilière Chapitre 1 : 1 ère période : 1963-1975 Section 1 : Utilisation

Plus en détail

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)...

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)... TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. L impôt... 1 II. Les classifications usuelles des impôts et des taxes... 3 III. Le rendement des différents impôts et taxes... 5 IV. Les sources du droit fiscal...

Plus en détail

MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX

MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX APPORTS DE LA LOI DU 18 JUIN 2014, DITE «LOI PINEL» ET DE SON DÉCRET D APPLICATION novembre 2014 Newsletter Baux Commerciaux La loi relative à l artisanat,

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

dossier Les changements Loi de finances pour 2009 Loi de finances rectificative pour 2008 (2 e partie)

dossier Les changements Loi de finances pour 2009 Loi de finances rectificative pour 2008 (2 e partie) dossier Publiées dans les derniers jours de décembre 2008, la loi de finances et la loi de finances rectificative comportent, de nombreuses mesures qui modifient la fiscalité du particulier et des entreprises.

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

Modification des modalités d imposition de la cession à titre onéreux d usufruit temporaire @EFI

Modification des modalités d imposition de la cession à titre onéreux d usufruit temporaire @EFI Sources rapports Sénat Modification des modalités d imposition de la cession à titre onéreux d usufruit temporaire Article 15 de loi de finances rectificative pour 2012 (n 403), Le présent article vise

Plus en détail

Maison de santé / Pôle de santé Enjeux juridiques

Maison de santé / Pôle de santé Enjeux juridiques Maison de santé / Pôle de santé Enjeux juridiques Séminaire d échange de pratiques à destination des médecins libéraux Samedi 26 Novembre 2011 Maître Caroline KAMKAR (Avocat au Barreau de Lille) Maisons

Plus en détail

Ils sont soumis à un régime fiscal comportant certaines règles spécifiques dont :

Ils sont soumis à un régime fiscal comportant certaines règles spécifiques dont : LOUEUR EN MEUBLES 23/07/2012 Selon les articles 632 et 633 du Code de commerce, l activité seule de loueur en meublé n est pas de nature commerciale et, hormis le cas où des prestations de service d hôtellerie

Plus en détail

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX I. Différentes formes juridiques d exercice de son activité : L entreprise individuelle ou la Société - A :

Plus en détail

AVERTISSEMENT PREALABLE

AVERTISSEMENT PREALABLE AVERTISSEMENT PREALABLE Ce contrat vous est proposé à titre de documentation. Un contrat doit toujours être adapté aux objectifs poursuivis par les parties et à leurs particularités juridiques propres.

Plus en détail

Avocat spécialiste en droit fiscal

Avocat spécialiste en droit fiscal Jean-Marie Baldo Avocat spécialiste en droit fiscal 1 Les opérations juridiques - La vente à un tiers : - La vente du fonds de commerce - La vente des parts ou actions de la société - La vente de l immobilier

Plus en détail

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours)

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Le champ d application de l ISF... 4 Les personnes imposables... 4 Les biens concernés par

Plus en détail

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir LE CHOIX DU STATUT JURIDIQUE Un choix à adapter à vos besoins Les questions à vous poser La volonté de s associer La capacité juridique La responsabilité

Plus en détail

Impôts 2015. Loueurs en meublé non professionnels

Impôts 2015. Loueurs en meublé non professionnels Impôts 2015 Loueurs en meublé non professionnels Les loueurs en meublé non professionnels Ce sont les personnes qui donnent en location des locaux comportant tous les éléments mobiliers indispensables

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SCI Bien gérer son patrimoine Huitième édition, 1998, 2001, 2004, 2008, 2010, 2012, 2013, 2014 ISBN : 978-2-212-55995-8

Plus en détail

ENTREPRENDRE EN SOLO

ENTREPRENDRE EN SOLO ENTREPRENDRE EN SOLO Quand une personne se lance seule dans la création d entreprise, d un point de vue juridique, elle se demande d une manière générale s il vaut mieux l exploiter sous forme individuelle

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

Table des matières. Section 1 : La définition jurisprudentielle 7...

Table des matières. Section 1 : La définition jurisprudentielle 7... Table des matières Les références renvoient aux numéros des paragraphes ( ) INTRODUCTION 1... PARTIE LIMINAIRE 5... 2236 Chapitre 1 : La notion de location meublée 6... Section 1 : La définition jurisprudentielle

Plus en détail

Qu est-ce qu une SCI?

Qu est-ce qu une SCI? CHAPITRE 1 Qu est-ce qu une SCI? Aussi surprenant que cela soit, il n existe pas de définition légale de la SCI. Le terme de SCI est né de la pratique, la loi ne connaissant que les sociétés civiles en

Plus en détail

VOUS DEVEZ SIGNER UN BAIL COMMERCIAL : LES POINTS ESSENTIELS A EXAMINER AVANT LA SIGNATURE

VOUS DEVEZ SIGNER UN BAIL COMMERCIAL : LES POINTS ESSENTIELS A EXAMINER AVANT LA SIGNATURE VOUS DEVEZ SIGNER UN BAIL COMMERCIAL : LES POINTS ESSENTIELS A EXAMINER AVANT LA SIGNATURE NOUVEAU BAIL SANS RACHAT DE FONDS DE COMMERCE ET/OU DE DROIT AU BAIL 1. Textes légaux : Décret du 30 septembre

Plus en détail

BP et BAC PRO Esthétique MANAGEMENT. d un institut de beauté. Didier MEYER Hervé MEYER

BP et BAC PRO Esthétique MANAGEMENT. d un institut de beauté. Didier MEYER Hervé MEYER BP et BAC PRO Esthétique MANAGEMENT d un institut de beauté Didier MEYER Hervé MEYER 4 LE FONDS DE COMMERCE Deux solutions s offrent à un créateur pour reprendre un fonds de commerce, la location gérance

Plus en détail

POLE TECHNOLOGIQUE DE SFAX -CONTRAT DE BAIL DE LOCAL

POLE TECHNOLOGIQUE DE SFAX -CONTRAT DE BAIL DE LOCAL POLE TECHNOLOGIQUE DE SFAX -CONTRAT DE BAIL DE LOCAL Il a été convenu ce qui suit entre : La société de gestion de la technopole de Sfax, société anonyme au capital de 01 million de dinars immatriculée

Plus en détail

LA LOCATION VENTE. C est pourquoi la question de la location-vente est soulevée parfois.

LA LOCATION VENTE. C est pourquoi la question de la location-vente est soulevée parfois. LA LOCATION VENTE Dans la plupart des cas en matière de transfert de propriété de biens immobiliers, nous employons la technique du contrat de vente immobilière pure et simple. Lors de la signature dudit

Plus en détail

Tous les conseils pour créer ou reprendre une entreprise. Le carnet de route CHAMBRE DE METIERS

Tous les conseils pour créer ou reprendre une entreprise. Le carnet de route CHAMBRE DE METIERS Tous les conseils pour créer ou reprendre une entreprise 1 Le carnet de route C H A M B R E S D E M É T I E R S CHAMBRE DE METIERS A P C M LE CARNET DE ROUTE DU CRÉATEUR REPRENEUR Ce carnet de route est

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

PLANS DE STOCK OPTION

PLANS DE STOCK OPTION PLANS DE STOCK OPTION FISCALITE FRANCAISE DES STOCK-OPTIONS BENEFICIANT DU REGIME DIT DE FAVEUR Les règles fiscales et sociales décrites ci-dessous sont applicables pour les contribuables résidant fiscalement

Plus en détail

POSSIBILITES D EXPLOITATION

POSSIBILITES D EXPLOITATION POSSIBILITES D EXPLOITATION I - Les différentes possibilités d implantation sur le plan juridique Lorsque vous créez votre entreprise se pose à vous le problème du choix de l'implantation géographique

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-18166 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, avocat(s)

Plus en détail

Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE

Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE Thème 2 : Les structures et les organisations DROIT Chapitre 1 : Le choix d une STRUCTURE JURIDIQUE Compétences : - Identifier les motivations du ou des créateur (s) - Justifier le choix d une structure

Plus en détail

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI N 2014-626 DU 18 JUIN 2014 RELATIVE À L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRÈS PETITES ENTREPRISES DITE «LOI PINEL» Liste des mesures Modification des dispositions

Plus en détail

1 COMMENT METTRE EN PLACE UN PERCO?

1 COMMENT METTRE EN PLACE UN PERCO? Le PERCO (Plan d Epargne Retraite Collectif) 1 COMMENT METTRE EN PLACE UN PERCO? Une entreprise peut mettre en place un plan d épargne retraite collectif : soit par accord négocié ou par décision unilatérale

Plus en détail

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU SOMMAIRE I. Cadre de la transmission II. Les étapes clés de la transmission III. Les dix écueils à éviter I. Le cadre de la transmission Céder

Plus en détail

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété.

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. LE PSLA Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. Le processus d accession se déroule en deux phases : Une phase locative qui dure de 6 mois à 2 ans

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Ci-après désigné «le preneur» ET : Cas de figure : M.., demeurant

Ci-après désigné «le preneur» ET : Cas de figure : M.., demeurant CONVENTION DE LOCATION AUX FINS D UN HEBERGEMENT TEMPORAIRE (convention tripartite entre un bailleur privé 1 fournissant le logement, le logeur 2 tenu de l obligation d hébergement, et l occupant hébergé)

Plus en détail

CONSTITUER UNE SCI POUR MIEUX GÉRER SON PATRIMOINE IMMOBILIER

CONSTITUER UNE SCI POUR MIEUX GÉRER SON PATRIMOINE IMMOBILIER 1 CONSTITUER UNE SCI POUR MIEUX GÉRER SON PATRIMOINE IMMOBILIER 1. La SCI en bref L essentiel sur la société civile immobilière (SCI) Une SCI est une société civile qui gère un patrimoine Immobilier. La

Plus en détail

LIVRET D EPARGNE SALARIALE, Livret individuel à l entrée dans l entreprise

LIVRET D EPARGNE SALARIALE, Livret individuel à l entrée dans l entreprise LIVRET D EPARGNE SALARIALE, Livret individuel à l entrée dans l entreprise ARTICLE L.3341-6 DU CODE DU TRAVAIL Conformément à l'article L. 3341-6 du Code du travail «Tout salarié d'une entreprise proposant

Plus en détail

Guide 2013. de la nue-propriété

Guide 2013. de la nue-propriété Guide 2013 de la nue-propriété 2 Sommaire Le principe - La notion de nue-propriété - Le nu-propriétaire / L usufruitier Les bénéfices - Une acquisition à moindre coût - Exonération des charges - Zéro impôt

Plus en détail

Gestion. Négocier son bail commercial

Gestion. Négocier son bail commercial Gestion Négocier son bail commercial Adie Conseil Gestion INTRODUCTION Le bail commercial fait l objet d un statut réglementé dont les textes sont codifiés aux articles L.145-1 et suivants et R.145-1 et

Plus en détail

Les mandats et les actes courants de l agent commercial

Les mandats et les actes courants de l agent commercial 1/ Définition : Les mandats et les actes courants de l agent commercial Le mandat est un contrat conclu entre un mandat qui veut faire quelque chose et un mandataire à qui l on va donner le droit de faire

Plus en détail

I. Définir le contrat et la liberté contractuelle

I. Définir le contrat et la liberté contractuelle Les contrats : conditions de formation liberté contractuelle et effets sur les parties MISE EN SITUATION : La société a pour activité la commercialisation de jeux vidéo, de consoles et d accessoires destinés

Plus en détail

Bien gérer son patrimoine

Bien gérer son patrimoine Bien gérer son patrimoine Yves Gambart de Lignières, 2011 ISBN : 978-2-212-54933-1 Sommaire Sommaire... 3 Avant-propos... 5 Le diagnostic... 7 LA FAMILLE Le concubinage ou l union libre... 8 Le Pacs...

Plus en détail

Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition. Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir?

Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition. Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir? Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir? Intervenants Angèle CAMUS Expert-comptable Philippe SAUZE Gan

Plus en détail

Table des matières. Option, promesse de vente, vente et incertitude sur l identité de l acquéreur 7 Paul Alain Foriers

Table des matières. Option, promesse de vente, vente et incertitude sur l identité de l acquéreur 7 Paul Alain Foriers Table des matières Sommaire 5 Option, promesse de vente, vente et incertitude sur l identité de l acquéreur 7 Paul Alain Foriers Section 1. L incertitude des qualifications 7 Sous-section 1. Offre, offre

Plus en détail

Les statuts de loueur en meublé (LMP et LMNP)

Les statuts de loueur en meublé (LMP et LMNP) Les statuts de loueur en meublé (LMP et LMNP) Je vous propose un feuilleton 2007 sur les thèmes relatifs à l investissement immobilier ; pour ce premier volet, je vous emmène ce trimestre, à la découverte

Plus en détail

Les cohabitants et l immobilier

Les cohabitants et l immobilier Les cohabitants et l immobilier 3Des cohabitants non mariés achetant ensemble un terrain à bâtir ou une habitation acquièrent ce bien en copropriété. Cela veut dire que le terrain ou l habitation appartient

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail