S engager et innover pour réduire les inégalités en santé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "S engager et innover pour réduire les inégalités en santé"

Transcription

1 S engager et innover pour réduire les inégalités en santé photo : Gil Corre

2

3 Sommaire Message du Président p.4 Les Grands principes de la Fondation p.5 Les 5 objectifs prioritaires de la Fondation p.6 La triple mission de la Fondation p.7 Les axes d intervention de la Fondation p.8 La gouvernance de la Fondation p.10 Exemples de programmes d aide p.18 au développement en cours Exemples de programmes d implication des collaborateurs du Groupe p.22 Carte des partenariats p.23 p.2

4 photo : Gil Corre

5 Message du Président Pauvreté, maladies, guerres, injustices de toutes sortes sont des réalités du monde actuel que nul ne peut plus ignorer et face auxquelles il n est plus possible de détourner les yeux. L exigence de davantage d équité impose un devoir de solidarité. Une solidarité qui passe par des attitudes et des actes à l aune desquels se mesure notre humanité et notre responsabilité sociale. Sanofi-aventis est engagée, depuis plus de quinze ans, dans une démarche de solidarité qui s enracine dans son histoire, ses métiers et ses valeurs. Par la création de la Fondation Sanofi Espoir, le 2 octobre 2010, nous avons souhaité apporter un cadre dédié et des moyens accrus pour permettre, au-delà des urgences humanitaires, de tenter de réduire plus durablement les inégalités en matière de santé. Notre démarche se fonde sur la qualité des partenariats noués et la volonté d être créatifs afin d apporter des réponses adaptées aux populations qui en ont le plus besoin et lutter contre l engrenage maladie-pauvreté. Je suis convaincu que ces partenariats de solidarité, construits autour de visions et d expertises complémentaires, au plus près des besoins des communautés et des pays, favoriseront l innovation sociale et contribueront à réduire les trop grandes inégalités en santé. La solidarité, c est donner au monde un supplément d âme et, à ce titre, elle doit devenir une exigence pour l ensemble des habitants de notre planète. Etre solidaire, c est donner de l espoir au monde. Jean-François Dehecq Président de la Fondation Sanofi Espoir p.4

6 NIVEAUX Les Grands D IMPACT principes RECHERCHÉS de la Fondation Objectifs du Millénaire pour le Développement Politiques de santé nationales Professionnels de santé Créée le 2 octobre 2010 par le Groupe sanofi-aventis, la Fondation d Entreprise Sanofi Espoir a pour objet le soutien d actions d intérêt général dans le domaine de la santé, sur le plan international. Populations Perme sant sinistr La Fondation a pour vocation de contribuer à réduire les inégalités en santé, en particulier auprès des populations qui en ont le plus besoin, en répondant aux enjeux essentiels en matière de prévention, de formation et d accès aux soins. Au-delà d une réponse aux urgences humanitaires, l objectif de la Fondation est d être partenaire de projets dont les impacts sur la santé et le développement contribuent à réduire la charge économique des maladies et l engrenage maladies/ pauvreté. Son action s inscrit dans les Objectifs du Millénaire pour le Développement*, en particulier ceux relatifs à la lutte contre les maladies, l amélioration de la santé maternelle et infantile et le lutte contre la pauvreté. La création de la Fondation permet d apporter un cadre dédié, une gouvernance et des moyens accrus pour mieux capitaliser sur les initiatives déjà lancées et développer de nouveaux projets, dans une dynamique de laboratoire d idées. * Pour plus d informations : p.5

7 Les 5 objectifs prioritaires de la Fondation Pour les populations et les patients : soutenir et développer des programmes qui contribuent à réduire les inégalités en santé pour ceux qui en ont le plus besoin. Pour l aide au développement des pays : réduire la charge économique des maladies et l engrenage maladies/pauvreté. Pour la réputation de l entreprise : faire la preuve par l action de la responsabilité sociale de sanofi-aventis en tant qu acteur de santé publique. Pour les filiales de sanofi-aventis : contribuer à renforcer l ancrage du Groupe dans les régions où il est implanté, en tissant un fort réseau de partenariats (autorités et professionnels de santé, ONG, autres Fondations ). Pour les collaborateurs : être l une des composantes de leur fierté d appartenance au Groupe et encourager leur implication. photo : Gil Corre p.6

8 terme Répondre aux URGENCES HUMANITAIRES Accompagner L AIDE AU DÉVELOPPEMENT ns La triple mission de la Fondation IMPLIQUER LES COLLABORATEURS Afin de valoriser les compétences et les programmes développés ces dernières années, mais aussi de favoriser l innovation sociale, la Fondation travaillera sur 3 axes principaux : la réponse aux situations de crises et d urgences humanitaires, le soutien à des programmes de solidarité internationale à fort potentiel d impact social pour les populations bénéficiaires, le renforcement de la mobilisation du potentiel humain, en particulier les différentes formes d implication des collaborateurs du Groupe. L action de la Fondation est centrée autour de partenariats de terrain : Qui ont comme axe directeur un meilleur accès à la santé pour répondre à des besoins essentiels (d éducation à la santé, de formation des professionnels de santé, d accès aux soins...) et pour lutter contre des maladies sévissant dans les pays en développement. Avec une complémentarité des partenaires (acteurs locaux, professionnels de santé, ONG, hôpitaux, autorités de santé, organisations et fondations ) qui unissent leurs compétences au service des populations concernées. p.7

9 Les axes d intervention de la Fondation photo : Gil Corre Programme d aide aux personnes handicapées avec Handicap international, Haïti Répondre aux urgences humanitaires pour permettre un accès à la santé des personnes sinistrées ou déplacées Dans les catastrophes humanitaires, les besoins en santé sont parmi les plus essentiels. Selon les besoins de terrain identifiés, la réponse peut se traduire par des dons de médicaments et de vaccins, encadrés par une charte reposant sur les principes directeurs de l Organisation Mondiale de la Santé, ainsi que par des dons financiers aux acteurs de terrain pour mettre en place des actions d urgence et de post urgence. Accompagner l aide au développement pour réduire les inégalités en santé sur le plus long terme Dans une démarche différente des urgences humanitaires, qui n est ni de la charité, ni de l assistanat, la Fondation souhaite participer à la construction de partenariats de plus long terme qui permettent de réduire durablement les inégalités en santé dans les domaines suivants : Lutter contre maladies non transmissibles (comme les cancers des enfants) Lutter contre les maladies transmissibles (comme la tuberculose) et les maladies négligées (leishmaniose, ulcère de Buruli, maladie mentale ) Améliorer la santé primaire/lutter contre la mortalité maternelle et infantile. p.8

10 Pour répondre au mieux à ses objectifs, la Fondation s est dotée d une charte de sélection des projets*, dont les principaux critères sont la convergence, l utilité sociale, l ancrage local, le partenariat inclusif et l innovation. Avec ses principaux partenaires, la Fondation a défini des indicateurs pour évaluer l impact des programmes. Ces indicateurs prennent en compte : les populations bénéficiaires, les professionnels de santé, les politiques de santé des pays, les Objectifs du Millénaire pour le Développement. * charte de sélection des projets sur photo : Gil Corre p.9

11 La gouvernance de la Fondation La Fondation Sanofi Espoir repose sur 3 instances complémentaires de gouvernance : Un Conseil d Administration qui se réunit au moins 2 fois par an pour définir les grandes orientations, valider les projets stratégiques et veiller à la bonne gestion de la Fondation. Un comité de sélection qui se réunit au moins 2 fois par an pour émettre des recommandations au Conseil d Administration, présélectionner les nouveaux projets et engager la mise en œuvre des projets. L équipe de la Fondation qui propose de nouveaux projets, suit et évalue les projets en cours, coordonne les urgences humanitaires, contribue à mobiliser les collaborateurs du Groupe, anime le comité de sélection et conseille les filiales sur leurs actions de solidarité. Le Conseil d Administration Il est composé de : 8 membres fondateurs 2 représentants du personnel 5 personnalités qualifiées externes Le collège du fondateur et de ses représentants : Serge Weinberg, Président du Conseil d Administration de sanofi-aventis Né en 1951, Serge Weinberg est licencié en droit, diplômé de l Institut d Études Politiques et ancien élève de l ENA (1976). Après différentes affectations comme sous-préfet de 1976 à 1981, il est devenu chef de cabinet du ministre du budget, Laurent Fabius, en Après avoir été Directeur Général adjoint (Finance) de FR3 ( ), il est devenu Directeur Général puis Président de Havas Tourisme de 1983 à Après trois ans comme Directeur Général de Pallas Finance, il rejoint le Groupe Pinault en 1990 comme Président de la CFAO. Il y occupe les fonctions de Président-Directeur Général de Rexel de 1991 à 1995 et préside le directoire du groupe PPR pendant 10 ans. En mars 2005, il crée Weinberg Capital Partners, une société d investissement qui gère un fond spécialisé dans le LBO ainsi qu un fond immobilier. Depuis le 17 mai 2010, il est Président du conseil d administration du Groupe sanofi-aventis. Serge Weinberg a également été Président non exécutif du conseil d administration du Groupe Accor de 2006 à Il est membre de la commission pour la libération de la croissance (commission Attali, et 2010). Il est membre du conseil d administration de Schneider Electric, de l AFEP (Association Française des Entreprises Privées) et est également membre fondateur et trésorier de l Institut du Cerveau et de la Moelle Épinière (ICM). p.10

12 Chris Viehbacher, Directeur Général de sanofi-aventis Chris Viehbacher, né le 26 mars 1960, est de nationalités allemande et canadienne. Il est diplômé de la Queens University (Ontario - Canada) et expert comptable. Après avoir débuté chez PriceWaterhouse Coopers, il a acquis, entre 1998 et 2008, une très large expérience internationale tant en Europe qu aux Etats-Unis et au Canada au sein du Groupe GlaxoSmithKline (GSK). A son dernier poste, Chris Viehbacher était responsable des opérations pharmaceutiques pour l Amérique du Nord, membre du Conseil d Administration et Vice Président du Portfolio Management Board. Depuis le 1 er décembre 2008, Chris Viehbacher est Administrateur, Directeur Général et membre du Comité de réflexion stratégique de sanofi-aventis. Chris Viehbacher est membre du Board de PhRMA aux Etats-Unis. Chris Viehbacher est marié et a trois enfants. Il parle français, anglais et allemand : il a vécu 9 années en France et a été honoré au rang de chevalier de l Ordre de la Légion d Honneur en Jérome Contamine, Vice-Président Exécutif, Directeur Financier Jérôme Contamine est diplômé de l Ecole Polytechnique (X) et de l ENSAE, l Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique, rattachée au ministère des Finances. Il est diplômé de l Ecole Nationale d Administration, où il choisit l affectation à la Cour des Comptes en Après 4 ans comme Auditeur à la Cour des Comptes, il rejoint Elf Aquitaine en 1988, en tant que conseiller auprès du Directeur Financier. Il est ensuite nommé Directeur Finance et Trésorier du Groupe en En 1995, il devient Directeur Général de Elf Petroleum Norway, après avoir été nommé Directeur Délégué de la division Exploration-Production d Elf pour l Europe et les Etats-Unis. En 1999, il est nommé Directeur du groupe d intégration avec Total, en charge de la réorganisation de la nouvelle entité fusionnée, TotalFinaElf, et devient en 2000, Vice-Président Europe et Asie Centrale, Exploration-Production de Total. Il rejoint la même année Veolia Environnement en tant que Directeur Financier et Directeur Général adjoint. En 2003, il devient Vice-Président Exécutif Senior, Directeur Général adjoint, et Directeur Financier de Veolia Environnement. Il a été nommé à sa fonction actuelle en mars p.11

13 Hanspeter Spek, Opérations Globales Hanspeter Spek est diplômé d une école de commerce en Allemagne. En 1974, Hanspeter Spek a suivi un programme de formation pour cadres au sein de Pfizer International et a ensuite intégré Pfizer RFA en qualité de chef de produit junior. Il a exercé diverses fonctions au sein de Pfizer RFA, notamment en tant que Directeur du département Marketing. Hanspeter Spek a rejoint Sanofi Pharma GmbH, une filiale allemande de Sanofi, en 1985 en qualité de Directeur du Marketing et a occupé plusieurs fonctions en Allemagne, puis chez Sanofi en France, avant d être nommé Senior Vice-Président Europe à la suite de la fusion avec Synthélabo en Il a occupé la fonction de Vice-Président Exécutif Opérations Internationales à partir d octobre 2000 jusqu en juillet 2003, puis celle de Vice-Président Exécutif Opérations pour le monde entier. Il a été nommé Vice-Président Exécutif Opérations Pharmaceutiques en 2004, puis Président Opérations Globales en Novembre Gilles Lhernould, Senior Vice-Président, Responsabilité Sociale de l Entreprise Pharmacien et titulaire d un DEA en Pharmacie Industrielle, Gilles Lhernould a commencé sa carrière comme pharmacien de fabrication aux laboratoires Bruneau. Il est entré chez Sanofi en 1983 en qualité de Responsable de production, puis Directeur de site. Il a ensuite occupé différents postes dans le groupe Sanofi, et notamment Directeur des Ressources Humaines. Après la fusion avec Synthélabo, il a été nommé Vice-Président pour l Intégration, puis Vice-Président des Systèmes d Information, avant d être nommé Senior Vice-Président des Affaires Industrielles de Sanofi-Synthélabo en En 2004, il a été nommé Senior Vice-Président des Affaires Industrielles de sanofi-aventis, et en 2008, Senior Vice-Président des Ressources Humaines de sanofi-aventis. Il a été nommé à sa fonction actuelle en octobre Laure Thibaud, Senior Vice-Présidente, Communication Laure Thibaud a débuté sa carrière comme consultante en relations publiques avant de travailler chez Alain Afflelou comme responsable de la communication. En 1990, elle rejoint le groupe GSK où pendant 17 ans, elle occupera successivement les fonctions suivantes : en France comme responsable des relations publiques puis comme Directeur de la communication, en Angleterre au poste de Directeur de la communication Europe puis à Bruxelles en tant que Directeur des affaires externes. Laure Thibaud était, depuis 2007, Directeur de la Communication et du Développement Durable du groupe AXA. Elle a été nommée à sa fonction actuelle en juin p.12

14 Robert Sebbag, Vice-Président, Accés au Médicament Le Dr. Robert Sebbag est actuellement Vice-Président Accès au Médicament chez sanofi-aventis. Cette Direction participe au développement de la stratégie d accès au médicament du Groupe sanofiaventis dans les Pays du Sud. Avant de rejoindre sanofi-aventis, le Dr. Sebbag a travaillé à Bruxelles pour l «European pharmaceutical industry association» (EFPIA). Il était chargé de construire une plateforme de communication pour toutes les entreprises pharmaceutiques implantées en Europe. Précédemment, il avait occupé le poste de Senior Vice- President Communications chez Aventis Pasteur (aujourd hui Sanofi Pasteur), un laboratoire spécialisé dans les vaccins. En plus de ses activités au sein de l industrie pharmaceutique, le Dr. Sebbag est attaché des hôpitaux de Paris (maladies tropicales, parasitaires et Sida) et chargé de cours à l université de Paris VI. Le Dr. Sebbag est aussi administrateur de la Croix Rouge Française et a participé dans de nombreuses missions humanitaires dans les Pays du Sud. Le Dr. Sebbag est Docteur en médecine spécialisé en médecine tropicale et parasitaire, et a une formation en psychiatrie. Caty Forget, Déléguée Générale de la Fondation Sanofi Espoir Caty Forget a une maîtrise de biologie, une maîtrise de génétique et est diplômée d un MBA de gestion internationale agro-alimentaire du groupe ESSEC. Entrée en 1981 chez SPECIA, elle est d abord visiteuse médicale, puis responsable de formation et de communication, pour ensuite rejoindre le groupe Rhône-Poulenc au poste de responsable communication et innovation. En 1995, elle participe à la création de la Fondation Rhône- Poulenc-Institut de France pour en devenir la Déléguée Générale en Au fil des années, son parcours est marqué par la volonté d innover au service des autres : mise en place de sessions de formation au vocabulaire médical de base pour les secrétaires en 1984, lancement d un réseau interne de solidarité et de bénévolat en 1996, création des «Tremplins de la création d entreprises en santé humaine» en 1998, lancement d un programme d éducation à la sauvegarde du patrimoine mondial avec l UNESCO et de programmes d agriculture durable dans les pays du Sud avec le CIRAD en 1999, création du programme européen Science Generation en 2002 et de «My child matters» pour lutter contre les cancers des enfants dans les pays en développement, en Depuis octobre 2009, elle est Directrice de la solidarité internationale, rattachée à la Direction de la Responsabilité Sociale de l Entreprise. p.13

15 Le collège des représentants du personnel : Françoise Pierre, Chargée de mission Direction Prospective & Initiatives Stratégiques Entrée en tant que stagiaire aux Laboratoires Clin-Midy dans le cadre d un DUT en documentation, Françoise Pierre est documentaliste dans le Groupe depuis 1978 (oncologie, maladies infectieuses et parasitaires, antithrombotiques, environnement, politiques de santé ), chargée de mission à la Direction Prospective & Initiatives Stratégiques de sanofiaventis Recherche & Développement. Françoise Pierre est également Secrétaire du Comité d Entreprise Européen du Groupe depuis sa création en 2002, et membre de la CFDT. Elle porte une attention particulière à l accès des populations aux soins. Cristina Moscardi, Directrice de la Communication de la filiale brésilienne Dans le Groupe depuis 1985, Cristina Moscardi est Directrice de la Communication de sanofi-aventis au Brésil depuis Son parcours à la Direction de la Communication a été marqué par le développement d une quarantaine d opérations de mécénat dans le domaine de la santé et de l humanisation des traitements. Quinze d entre elles sont devenues des programmes de longue durée, la plupart en partenariat avec des institutions publiques. Licenciée en lettres et traducteur assermenté français-portugais, Cristina Moscardi est conférencière sur le thème de l humanisation en milieu hospitalier et co-auteur de l ouvrage «Espace de détentes pour enfants hospitalisés expériences d humanisation» publié en photo : Gil Corre p.14

16 Le collège des personnalités qualifiées externes : Jean-François Dehecq, Président de la Fondation Jean-François Dehecq, né en 1940, est diplômé de l Ecole Nationale des Arts et Métiers. Après avoir été de 1964 à 1965 Professeur de Mathématiques au Collège Saint-Vincent de Senlis. Il effectue son service militaire à la Recherche Scientifique du département Propulsion Nucléaire de l armée. En 1965, il intègre les services économiques de la Société Nationale des Pétroles d Aquitaine (devenu Elf Aquitaine), devient attaché de direction de 1969 à 1971, puis ingénieur d exploitation sur l Usine de Lacq, site gazier majeur en France. En 1973, il devient Directeur Général de Sanofi, pôle Santé en création, des Pétroles d Aquitaine. De 1982 à 1988, il est Vice Président Directeur Général de Sanofi avant d en être nommé Président Directeur Général en Février En 1999, il devient Président-Directeur Général de Sanofi Synthélabo. En 2004, il organise la fusion sanofi-aventis, dont il est le Président Directeur Général jusqu au mois de décembre Puis, Président de janvier 2007 à mai Depuis mai 2010, il est Président d Honneur de sanofi-aventis et Président de la Fondation d Entreprise Sanofi Espoir. Depuis mars 2009 : Président du Comité d Orientation Stratégique du Fonds Stratégique d Investissement. De novembre 2009 à mars 2010 : Président du Comité National des Etats Généraux de l Industrie. Depuis juillet 2010 : Vice-Président de la Conférence Nationale de l Industrie. Alice Dautry, Directrice Générale de l Institut Pasteur Le Professeur Alice Dautry est Directrice Générale de l Institut Pasteur, Fondation privée reconnue d utilité publique qui se consacre à la recherche biomédicale, la santé publique et l enseignement et la formation. Alice Dautry a consacré sa carrière en France et aux Etats-Unis (au National Institutes of Health (NIH) et au Massachussetts Institute of Technology (MIT)) à la recherche, au management de la recherche et à l enseignement, en tant que Professeur à l Ecole Polytechnique et Directeur du cours de Biologie Moléculaire de la Cellule à l Institut Pasteur. Elle est l auteur de nombreuses publications scientifiques dans les domaines de la biologie cellulaire, de l immunologie, des récepteurs et des agents infectieux. Alice Dautry a eu de nombreuses autres responsabilités : conseil scientifique et évaluations dans des institutions de recherche et d enseignement supérieur, membre de conseils scientifiques et conseils d administration en France et en Europe. Elle est actuellement membre du conseil d administration de l Ecole Polytechnique, de Sanofi Pasteur, de la société Chr Hansen (Danemark), de l Institute of Science and Technology Austria (Autriche), de Drugs for Neglected Diseases Initiative (Suisse) ainsi que d Instituts Pasteur dans le monde. Elle est également membre de l Académie Leopoldina et de l Académie des technologies. Alice Dautry est Officier dans les ordres nationaux de la Légion d Honneur et du Mérite. p.15

17 Jean-Michel Severino, Inspecteur général des finances, Membre de l Académie des technologies, Pésident du partenariat français pour l eau (PEE) Inspecteur général des finances, Jean-Michel Severino a été notamment précédemment Directeur du développement au ministère français de la Coopération, Vice-Président pour l Asie de l Est à la Banque Mondiale, et directeur général de l Agence Française de développement (AFD). Jean-Michel Severino publie régulièrement dans la presse française et internationale. Il a lancé, le 21 octobre 2007, le Blog Idées pour le développement aux côtés de Josette Sheeran, Donald Kaberuka, Kemal Dervis, Pascal Lamy, Abdou Diouf et Supachai Panitchpakdi dans lequel les auteurs partagent leurs visions des grands défis auxquels les pays en développement sont confrontés et des meilleures solutions pour y faire face. Il a publié en 2010 deux ouvrages : «Idées reçues sur le développement», avec Jean-Michel Debrat, au Cavalier Bleu, et «Le temps de l Afrique», avec Olivier Ray, chez Odile Jacob. Grace Kodindo, Professeur a la Columbia University Mailman School of Public Health Grace Kodindo, est un médecin obstétricien, de nationalité tchadienne, spécialiste reconnue des questions de santé maternelle. Professeur assistant à la Columbia University Mailman School of Public Health, elle a reçu le prestigieux Prix du Millennium Development Goal Champion Torch pour ses efforts à defendre la cause de la santé maternelle et génésique. La Columbia University Mailman School of Public Health est reconnue au plan international comme la référence en matière de travaux sur la santé maternelle. Le Docteur Grace Kodindo a également inspiré les documentaires : «Dead Mums Don t Cry» au travers de son combat mené au sein de la maternité de Djamena et «Grace under fire» sur l accès aux soins des populations déplacées. Elle fait partie du réseau RAISE (Reproductive Health Access Information, and Services in Emergency Initiative). photo : Gil Corre p.16

18 Juan Antonio de Castro de Arespacochaga, Professeur et Directeur du Groupe de Politiques de Développement (GPD) de l Université Complutense de Madrid (Espagne) Né à Madrid en 1955, Docteur en Économie Internationale, il est actuellement Professeur et Directeur du Groupe de Politiques de Développement (GPD) de l Université Complutense de Madrid (Espagne), et a été professeur aux Universités Nebrija de Madrid et à l Université de Genève, Suisse. Il est aussi Directeur du Département International de «GNOSS Système Semantique» et consultant stratégique auprès de plusieurs gouvernements en Afrique et Amérique Latine, ainsi qu auprès d organisations internationales, dans les domaines de l économie de la connaissance, le développement durable et la compétitivité verte. Durant plus de 23 ans, il a été fonctionnaire permanent de la Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement (CNUCED) à Genève. Il est le créateur et a dirigé l Initiative BIOTRADE (compétitivité, développement et biodiversité) et lance actuellement l Initiative GRECO (Green Competitiveness in the Mediterranean) avec le Centre d Action Régional pour la Production Propre (MAP/ PNUE) à Barcelone. Economiste principal de la Mission Spéciale pour la Paix en Afghanistan, envoyée par le Conseil de Sécurité des Nations Unies ( ). Il a aussi travaillé à la Commission Économique pour l Amérique Latine et les Caraïbes (CEPALC), au Chili, et au SELA à Caracas. Directeur du Département de Recherche de la Banque Central-Hispano (aujourd hui Banco Santander), à Madrid. Il est aussi membre de la Commission sur la Globalisation dans le Forum sur la Situation dans le Monde. Il est l auteur de divers livres et publications dans les domaines cités. photo : Gil Corre Programme de lutte contre les cancers des enfants, Tanzanie p.17

19 Exemples de programmes d aide au développement en cours En 2010, des programmes en santé ont été déployés avec 75 partenaires (ONG, hôpitaux, centres de santé) en faveur de 56 pays, incluant les urgences humanitaires (5 pays : Chili, Chine, Guatemala, Haïti et Pakistan), les coups de pouce 2010 aux projets des collaborateurs (23 pays), ainsi que les programmes d aide au développement (37 pays). Voici, pour chacun des grands domaines d intervention de la Fondation, quelques illustrations de son engagement auprès de ses partenaires pour contribuer à réduire les inégalités en santé. Lutter contre maladies non transmissibles Améliorer la prise en charge des cancers de l enfant dans les pays à faibles et moyens revenus Le programme My child matters est une initiative unique développée avec l Union Internationale Contre le Cancer pour lutter contre les cancers de l enfant dans les pays en développement. Chaque année plus de enfants sont confrontés au cancer, et environ en meurent. Dans les pays industrialisés, le taux de guérison avoisine les 80%. Mais dans les pays en développement où vivent pourtant 80% des enfants atteints de cancer, les difficultés d accès au diagnostic précoce, à l information et aux soins, font tomber ce taux à 20% voire 10%. My child matters a pour objectif de réduire cette inégalité entre pays industrialisés et pays à faibles ressources, en soutenant des projets développés dans des hôpitaux ou menés par des ONG dans des pays où l oncologie pédiatrique est encore émergente. Depuis son démarrage en 2005, cette initiative a déjà permis d accompagner 40 projets de terrain dans 26 pays. Par le nombre de pays impliqués, My child matters est devenu aujourd hui l une des initiatives les plus importantes de lutte contre les cancers de l enfant dans les pays émergents et en développement. Elle associe un appui financier pour accompagner les projets, ainsi qu une mise en réseau avec des experts internationaux pour aider à renforcer les expertises locales, dans une démarche de progrès et de solidarité. Sanofi-aventis, dans le cadre de sa responsabilité sociale, a déjà consacré 3 millions d euros à cette initiative qui se poursuit maintenant sous l égide de la Fondation Sanofi Espoir. p.18

20 Lutter contre les maladies transmissibles et les maladies négligées Lutter contre la Tuberculose dans les bidonvilles de Mumbai, en Inde photo : Inter Aide La Fondation apporte son soutien au programme de l ONG Inter Aide qui appuie les autorités de santé et les acteurs locaux pour réduire l impact économique et les risques infectieux de la tuberculose au sein des populations des bidonvilles de Mumbaï. Dans ces quartiers pauvres et très peuplés, la tuberculose est l une des toutes 1 ères causes de mortalité, mais aussi d invalidité et de chômage. Les équipes apportent un appui aux centres de santé publics pour améliorer l accueil et le suivi des patients et le rappel des non-observants, ce qui améliore le taux de guérison. Elles visitent les médecins libéraux des bidonvilles pour les encourager à adresser leurs malades aux centres publics ou associatifs où le traitement est donné gratuitement. Elles mettent en place de centres de délivrance du traitement DOTS (Directly Observed Treatment Short Course) au sein même des bidonvilles (49 centres fonctionnent avec l appui des autorités indiennes). Elles mènent des actions de sensibilisation pour alerter les populations sur les risques de cette maladie. En 2010, près de personnes ont été dépistées et soignées. En 2011, le programme va être étendu aux villes périphériques de Virar, Ulashnagar et Mira Bhayander. Prévenir les incapacités dues à l ulcère de Buruli au Togo La Banque Mondiale estime que parmi les personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté, 1 sur 5 est handicapée. Le handicap crée des coûts additionnels, entraîne une perte de revenus, limite l accès à la santé, à l éducation, à l emploi, à la vie de la communauté, et conduit des personnes handicapées à faibles ressources vers l exclusion sociale et économique. La Fondation Sanofi Espoir est partenaire de l ONG Handicap International pour lutter contre l ulcère de Buruli au Togo, 3 ème mycobactériose la plus fréquente après la tuberculose et la lèpre. Les actions mises en place sur le terrain, en appui du Ministère de la Santé du pays et des acteurs locaux, concernent la sensibilisation des communautés, la formation des professionnels de santé, la détection et la prise en charge précoce des patients, ainsi que la rééducation des personnes handicapées. En 2011, ce programme sera étendu à une deuxième région maritime du Togo et au Bénin pour y transférer les compétences en kinésithérapie mobile et rééducation des personnes handicapées. photo : Jean-Jacques Bernard p.19

Fondation Sanofi Espoir. Charte de sélection des projets

Fondation Sanofi Espoir. Charte de sélection des projets Fondation Sanofi Espoir Charte de sélection des projets Décembre 2010 1 La Charte de sélection des projets Vous êtes porteur d un projet de terrain lié à la santé, dans le domaine de la solidarité ou de

Plus en détail

AGIR DOSSIER DE PRESSE GIL CORRE

AGIR DOSSIER DE PRESSE GIL CORRE AGIR DOSSIER DE PRESSE GIL CORRE SOMMAIRE FONDATION SANOFI ESPOIR : #1 Christopher A.Viehbacher Directeur Général de Sanofi #2 Jean-François Dehecq Président de la Fondation Sanofi Espoir #3 Caty Forget

Plus en détail

La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat d entreprise 2011

La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat d entreprise 2011 Dossier de presse 09 mai 2011 La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat d entreprise 2011 Communiqué de Presse La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat

Plus en détail

Communiqué. Emmaüs sans frontières. 31 mai 2011. Centre socio culturel. Thann EMMAÜS CERNAY. Rendez vous le 31 mai à 14h. Centre socio culturel

Communiqué. Emmaüs sans frontières. 31 mai 2011. Centre socio culturel. Thann EMMAÜS CERNAY. Rendez vous le 31 mai à 14h. Centre socio culturel Emmaüs sans frontières Communiqué 31 mai 2011 Centre socio culturel Thann ************************ CERNAY EMMAÜS A l occasion de la tournée de mobilisation d Emmaüs International, EMMAÜS CERNAY accueillera,

Plus en détail

Programme international de formation

Programme international de formation Programme international de formation La science n a pas de patrie, car la connaissance appartient à l humanité, c est un flambeau qui illumine le monde. Louis Pasteur Le Réseau International des Instituts

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Parrainez une fille, investissez dans son avenir.

Parrainez une fille, investissez dans son avenir. photos - Roger Job - Plan Comme Marie Gillain, parrainez une fille avec PLAN! «Grâce à ma filleule, j ai été le témoin privilégié des actions de PLAN sur le terrain. À travers ses yeux, j ai réalisé que

Plus en détail

GUILLAUME GILKES PRINCIPALES QUALIFICATIONS

GUILLAUME GILKES PRINCIPALES QUALIFICATIONS GUILLAUME GILKES ESSEC MBA, Actuaire 10 ans d expérience dans le conseil, la formation et la gestion de projet à l international : Actuariat : protection sociale, assurance, finance Stratégie : étude de

Plus en détail

Lieux de stage des étudiants du Master 2 en Santé Internationale 2010-2015

Lieux de stage des étudiants du Master 2 en Santé Internationale 2010-2015 Lieux de stage des étudiants du Master 2 en Santé Internationale 2010-2015 Lieux de stage, structures d accueil et sujets de stage des étudiants du Master 2 en Santé Internationale 2010-2015 Pays Structure

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

55% des français sont intéressés par un volontariat international

55% des français sont intéressés par un volontariat international Membre du groupe Le Congé de Solidarité Un outil RSE au service de vos collaborateurs L association DSF Développement Sans Frontières (DSF) est une association de solidarité internationale, reconnue d'intérêt

Plus en détail

Dossier de presse. Naissance du premier groupe de protection professionnel du monde de la santé et du social

Dossier de presse. Naissance du premier groupe de protection professionnel du monde de la santé et du social Dossier de presse Naissance du premier groupe de protection professionnel du monde de la santé et du social c o n f é r e n c e d e p r e s s e d u m a r d i 7 j u i l l e t 2015 pershing hall 49 rue pierre

Plus en détail

Le Président de la République est le responsable

Le Président de la République est le responsable LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Le Président de la République est le responsable suprême de la politique de défense. A ce titre, il est le garant de l indépendance nationale, de l intégrité du territoire

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Paris, le 12 octobre 2005 COMMUNIQUE

Paris, le 12 octobre 2005 COMMUNIQUE Paris, le 12 octobre 2005 COMMUNIQUE Nouvelle Organisation à compter du 1 er janvier 2006 : - Nomination de deux Directeurs Généraux Délégués : Laurent Mignon & François Thomazeau - Laurent Mignon, responsable

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

LES MEMBRES DU COMITE EXECUTIF DU GROUPE LVMH

LES MEMBRES DU COMITE EXECUTIF DU GROUPE LVMH LES MEMBRES DU COMITE EXECUTIF DU GROUPE LVMH LVMH 2015 BERNARD ARNAULT PRESIDENT-DIRECTEUR GENERAL Né le 5 mars 1949 en France. Après des études au lycée de Roubaix et au lycée Faidherbe à Lille, il intègre

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

Nominations au sein du groupe AREVA

Nominations au sein du groupe AREVA Nominations au sein du groupe AREVA Paris, le 18 juillet 2011 Luc Oursel, Président du Directoire d AREVA, a souhaité associer les personnes suivantes aux travaux du Directoire pour soutenir son action

Plus en détail

Curriculum Vitae. Situation actuelle

Curriculum Vitae. Situation actuelle Curriculum Vitae Pr. Mounir Georges Abou Assali Situation actuelle Conseiller du Ministre de l'education et de l'enseignement Supérieur Conseil Suprême de l'education- Qatar Professeur retraité depuis

Plus en détail

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 Promouvoir la santé et le bien-être des personnes âgées : actif «Nous sommes témoins d une révolution silencieuse qui bien au-delà de la sphère démographique a des incidences

Plus en détail

NOMINATIONS DANS LE GROUPE CREDIT AGRICOLE S.A.

NOMINATIONS DANS LE GROUPE CREDIT AGRICOLE S.A. Paris, le 1 er décembre 2010 Communiqué de presse NOMINATIONS DANS LE GROUPE CREDIT AGRICOLE S.A. Les Conseils d Administration de LCL, de Crédit Agricole Assurances, de Pacifica et de Crédit Agricole

Plus en détail

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF Inégalités sociales de santé et accès aux soins INEGALITES SOCIALES DE SANTE Définition : Inégalités/ sociales /de santé Inégalités face à la mort Comparaisons européennes Les maladies inégalitaires Inégalités

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Urgences de santé publique en milieu urbain

Urgences de santé publique en milieu urbain Dossier de presse / 10 octobre Lyon France 29-30 octobre 2008 Consultation internationale Urgences de santé publique en milieu urbain Co-organisée par le Bureau de l Organisation mondiale de la Santé de

Plus en détail

MSH INTERNATIONAL pour le compte de l ASFE

MSH INTERNATIONAL pour le compte de l ASFE 2014 RELAIS EXP A T L ASSURANCE SANTÉ EN COMPLÉMENT DE LA POUR EXPATRIÉS MSH INTERNATIONAL pour le compte de l ASFE L ASSURANCE SANTÉ SANS FRONTIÈRES Le contrat Relais Expat de l ASFE : pourquoi vous couvrir?

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

les étudiants d assas au service des professionnels

les étudiants d assas au service des professionnels les étudiants d assas au service des professionnels 2 3 Présentation Générale Les avantages de l Association Pour les professionnels QUI SOMMES-NOUS? Assas Junior Conseil est une association à caractère

Plus en détail

CHARTE NATIONALE DE SOLIDARITÉ

CHARTE NATIONALE DE SOLIDARITÉ MINISTERE DE L ACTION SOCIALE BURKINA FASO ET DE LA SOLIDARITE NATIONALE Unité progrès Justice ------------------------------ ----------------------- CHARTE NATIONALE DE SOLIDARITÉ Préambule Nous, personnes

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

L Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) EHESP French School of Public Health

L Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) EHESP French School of Public Health L Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) EHESP French School of Public Health Regine Ducos Directrice des relations internationales Director of International Relations Une grande école à vocation

Plus en détail

Les problèmes de politisation. Comprendre. l Indice de réponse humanitaire

Les problèmes de politisation. Comprendre. l Indice de réponse humanitaire Les problèmes de politisation Comprendre l Indice de réponse humanitaire 2010 Les donateurs sont essentiels / Les donateurs jouent un rôle essentiel lorsqu il s agit de garantir que l aide parvienne aux

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Parce que vous faire grandir, c est grandir ensemble Notre succès repose sur notre capital humain evenir un hub pour les opérations économiques mondiales, tel est le défi à relever par le Maroc les prochaines

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PREFACE. CHAPITRE PREMIER : PROTECTION GENERALE DE LA SANTÉ PUBLIQUE

TABLE DES MATIERES PREFACE. CHAPITRE PREMIER : PROTECTION GENERALE DE LA SANTÉ PUBLIQUE TABLE DES MATIERES PREFACE. CHAPITRE PREMIER : PROTECTION GENERALE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Loi n 89/27 du 29 Décembre 1989 portant sur les déchets toxiques et dangereux.. Loi n 95/08 du 30 Janvier 1995 portant

Plus en détail

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Les avantages de l adhésion à l UICN UNION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE Michael DeYoung/CORBIS Pourquoi rejoindre

Plus en détail

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale.

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale. Communiqué Santé au Sahel : l AFD, la Fondation Bill & Melinda Gates et Gavi s engagent ensemble pour renforcer la vaccination dans six pays de la région du Sahel Paris, le 26 juin 2015 - L Agence Française

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Luis Frota, Programme STEP Département de la Sécurité Sociale BIT Turin, 26 Novembre 2007 Campagne mondiale sur l extension de la sécurité

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Exporter où et comment? : Vous accompagner à l international jeudi 24 septembre 2015 Les activités de Business France Export : Le développement international des entreprises Invest : La prospection et

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/mfi/imprech.asp?result=1&groupe... France Diplomatie [Mission des Fonctionnaires Internationaux] Date de clôture

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/mfi/imprech.asp?result=1&groupe... France Diplomatie [Mission des Fonctionnaires Internationaux] Date de clôture 1 sur 6 02/06/2010 10:54 OI Lieu Manille (Philippines) Islamabad (Pakistan) Brazzaville (Congo) France [Mission des Fonctionnaires Internationaux] Date de clôture Spécialité Postes Expérience Référence

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * *

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * République du Sénégal Ministère de la Santé et de l Action Sociale Direction Générale de la Santé Direction des Laboratoires Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * PLAN DE FORMATION DES PERSONNELS

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

DOSSIER D ADMISSION MASTER 1 MANAGEMENT SECTORIEL ANTENNE DE MENDE

DOSSIER D ADMISSION MASTER 1 MANAGEMENT SECTORIEL ANTENNE DE MENDE Année universitaire 2015/2016 DOSSIER D ADMISSION MASTER 1 MANAGEMENT SECTORIEL ANTENNE DE MENDE Information importante : Compte tenu de la capacité d accueil limitée, l établissement ne pourra donner

Plus en détail

LES RELATIONS INTERNATIONALES. du Conseil national de l Ordre des médecins

LES RELATIONS INTERNATIONALES. du Conseil national de l Ordre des médecins LES RELATIONS INTERNATIONALES du Conseil national de l Ordre des médecins 02_ LES RELATIONS INTERNATIONALES DE L ORDRE DES MÉDECINS UN MÊME ENGAGEMENT, D R PATRICK BOUET Président du Conseil national de

Plus en détail

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à Information presse Roche, l Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les hépatites virales (ANRS), le Baylor Research Institute (BRI) et Inserm Transfert mettent en place une coopération stratégique

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

Best of des STAGES (depuis 2009-2010) Master 2 Professionnel Commerce International Equitable et Développement

Best of des STAGES (depuis 2009-2010) Master 2 Professionnel Commerce International Equitable et Développement Best of des STAGES (depuis 2009-2010) Master 2 Professionnel Commerce International Equitable et Développement Mise à jour 22 septembre 2014 Université de Toulon Faculté de sciences économiques et de gestion

Plus en détail

Pôles de Compétitivité : installation du groupe des personnalités qualifiées

Pôles de Compétitivité : installation du groupe des personnalités qualifiées COMMUNIQUE DU SERVICE DE PRESSE DU PREMIER MINISTRE 16 MAI 2005 12 heures 11 Pôles de Compétitivité : installation du groupe des personnalités qualifiées Le Premier ministre Jean-Pierre RAFFARIN a installé,

Plus en détail

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA

SOIGNER ET TEMOIGNER. Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la prévention et de la lutte contre le SIDA IRG-Université de Virginie 21 au 23 mars 2010 Acteurs non étatiques et politiques de santé publique SOIGNER ET TEMOIGNER Le rôle de Médecins du Monde dans la politique de santé en France- Exemple de la

Plus en détail

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale et pays dont les ressortissants en sont exemptés A. Liste des pays tiers dont les ressortissants

Plus en détail

www.asfe-mb.com Assurance complémentaire santé des Français à l étranger l assurance santé sans frontières

www.asfe-mb.com Assurance complémentaire santé des Français à l étranger l assurance santé sans frontières www.asfe-mb.com Assurance santé Prévoyance Assistance et rapatriement sanitaire Responsabilité civile Protection juridique Assurance complémentaire santé des Français à l étranger bénéficiaires de la Sécurité

Plus en détail

Comité de coordination de l OMPI

Comité de coordination de l OMPI F WO/CC/65/2 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 19 SEPTEMBRE 2011 Comité de coordination de l OMPI Soixante-cinquième session (42 e session ordinaire) Genève, 26 septembre 5 octobre 2011 NOMINATION DU DIRECTEUR

Plus en détail

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

CAMPAGNE ... FICHE POUR LES MILITANTS, LES DÉLÉGUÉS ET LES PERMANENTS.

CAMPAGNE ... FICHE POUR LES MILITANTS, LES DÉLÉGUÉS ET LES PERMANENTS. CAMPAGNE... maart 2015 FICHE POUR LES MILITANTS, LES DÉLÉGUÉS ET LES PERMANENTS. Pour mettre en œuvre la campagne Protection sociale pour tous dans les entreprises, les institutions, les écoles, A utiliser

Plus en détail

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Pourquoi faut-il changer la définition des besoins non satisfaits en matière de planification familiale? Le concept de besoins

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Management Opérationnel. Programme de Management Spécialisé

Management Opérationnel. Programme de Management Spécialisé Management Opérationnel Programme de Management Spécialisé ESSEC Business School Depuis sa création en 1907, l ESSEC cultive un modèle spécifique fondé sur une identité et des valeurs fortes : l innovation,

Plus en détail

CONSEIL EN TECHNOLOGIES & MANAGEMENT. Business & Management, IT/IS, Telecom, Engineering & High Technologies, Biotech & Pharma

CONSEIL EN TECHNOLOGIES & MANAGEMENT. Business & Management, IT/IS, Telecom, Engineering & High Technologies, Biotech & Pharma Dossier de Presse CONSEIL EN TECHNOLOGIES & MANAGEMENT Business & Management, IT/IS, Telecom, Engineering & High Technologies, Biotech & Pharma 1 Carte d identité Métier : Conseil en Technologies & Management

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Crédit Agricole SA adapte son organisation pour piloter les transformations et améliorer la performance collective

Crédit Agricole SA adapte son organisation pour piloter les transformations et améliorer la performance collective Paris, le 4 août 2015 Communiqué de presse Crédit Agricole SA adapte son organisation pour piloter les transformations et améliorer la performance collective Réuni lundi 3 août 2015 sous la présidence

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE JUIN 2013 PAGE 1

DOSSIER DE PRESSE JUIN 2013 PAGE 1 PAGE 1 DOSSIER DE PRESSE JUIN 2013 VERS LE PROGRÈS ÉNERGÉTIQUE POUR TOUS 1 L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE AU CŒUR DES MUTATIONS Accès à l énergie durable pour tous : un triple enjeu Trois enjeux énergétiques

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION S.M.A.R.T. Production 2004-2005 - Tous droits de reproduction réservés. Par les mêmes organisateurs : 40 ateliers gratuits sur

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

ENSEIGNEMENTS ET SÉMINAIRES

ENSEIGNEMENTS ET SÉMINAIRES CHAIRE ESSEC-AVENTIS ÉTHIQUE & BIOTECHNOLOGIES Dans un marché comme celui du médicament où les clients sont d abord des patients, les biotechnologies sont appelées à répondre à un double défi, à la fois

Plus en détail

RENCONTRE PRESSE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE, HISTOIRE, ENJEUX ET PERSPECTIVES

RENCONTRE PRESSE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE, HISTOIRE, ENJEUX ET PERSPECTIVES SOCIÉTÉ GÉNÉRALE, HISTOIRE, ENJEUX ET PERSPECTIVES Casablanca, le 29 mai 2013, Fière de ses racines marocaines, Forte de son appartenance à un grand groupe bancaire international. C est en 1913 que la

Plus en détail

Ministère de la Santé Publique et de la Population

Ministère de la Santé Publique et de la Population Ministère de la Santé Publique et de la Population Formation et Insertion au travail des Agents de Santé Communautaire Polyvalents Dr Brunel DELONNAY Directeur de l Unité de Coordination des Programmes

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Expertise, audit et conseil

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Expertise, audit et conseil www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Expertise, audit et conseil Un peu d histoire Depuis 1988 à l université Bordeaux 3, la spécialité Communication des organisations

Plus en détail

L ÉDUCATION COMPTE. Vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement

L ÉDUCATION COMPTE. Vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture L ÉDUCATION COMPTE Vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement Les dessins originaux reproduits dans

Plus en détail

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Table ronde ReMed «Améliorer l acc accès aux soins des Femmes et des Enfants» Paris, 4 novembre 2011 Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Jean-Marie Trapsida Coordonnateur,

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

13 ème Forum pharmaceutique international: Problématique de l accès au médicament. CEREMONIE D OUVERTURE Intervention de la Présidente de la CIOPF

13 ème Forum pharmaceutique international: Problématique de l accès au médicament. CEREMONIE D OUVERTURE Intervention de la Présidente de la CIOPF 13 ème Forum pharmaceutique international: Problématique de l accès au médicament N Djamena, 5 juin 2012 CEREMONIE D OUVERTURE Intervention de la Présidente de la CIOPF Excellence, Monsieur le Président

Plus en détail

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées Garantir un accès aux soins de santé des Peuples Autochtones Pygmées expulsés dans le PNKB dans la province du Sud Kivu : Capitalisation du thème de la journée internationale des Peuples Autochtones 2015

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

PRÉSENTATION DES GRANDS AXES DE LA DIPLOMATIE SPORTIVE Mercredi 15 janvier 2014 - Ministère des Affaires étrangères

PRÉSENTATION DES GRANDS AXES DE LA DIPLOMATIE SPORTIVE Mercredi 15 janvier 2014 - Ministère des Affaires étrangères MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES MINISTÈRE DES SPORTS, DE LA JEUNESSE, DE L ÉDUCATION POPULAIRE ET DE LA VIE ASSOCIATIVE PROGRAMME 12h Intervention de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères

Plus en détail

MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE

MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE EDITO «Quand le cabinet de recrutement Robert Walters a lancé l activité Management de Transition en France il y a 10 ans, beaucoup d entreprises et de candidats étaient

Plus en détail

Où sont les Hommes sur la Terre

Où sont les Hommes sur la Terre Où sont les Hommes sur la Terre Introduction : Notre planète est constituée de régions peuplées et d autres qui sont presque vides, ainsi 90% de la population vit dans l hémisphère nord. Dans certains

Plus en détail

QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011

QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011 QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011 Bureau du Haut Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral

Plus en détail

CRÉATION DE MÉDECINS DU MONDE LUXEMBOURG. Dossier de presse - 27 mai 2014 LA SANTÉ EST-ELLE ACCESSIBLE À TOUS?

CRÉATION DE MÉDECINS DU MONDE LUXEMBOURG. Dossier de presse - 27 mai 2014 LA SANTÉ EST-ELLE ACCESSIBLE À TOUS? CRÉATION DE MÉDECINS DU MONDE LUXEMBOURG Dossier de presse - 27 mai 2014 LA SANTÉ EST-ELLE ACCESSIBLE À TOUS? 3 SOMMAIRE Le mot du Président p. 3 Communiqué de presse Création de Médecins du Monde Luxembourg

Plus en détail

Jean-Luc Penot est Professeur à l Université de Versailles Saint Quentin et Chargé de mission auprès du Président de l Institut Montparnasse.

Jean-Luc Penot est Professeur à l Université de Versailles Saint Quentin et Chargé de mission auprès du Président de l Institut Montparnasse. Jean-Luc Penot est Professeur à l Université de Versailles Saint Quentin et Chargé de mission auprès du Président de l Institut Montparnasse. Lionel Ragot est Chercheur associé à la Chaire Transitions

Plus en détail

Jean-Luc Penot est Professeur à l Université de Versailles Saint Quentin et Chargé de mission auprès du Président de l Institut Montparnasse.

Jean-Luc Penot est Professeur à l Université de Versailles Saint Quentin et Chargé de mission auprès du Président de l Institut Montparnasse. Après avoir exercé des responsabilités sociales, syndicales et mutualistes, de premier plan, Jean-Michel LAXALT préside l Institut Montparnasse, lieu d échanges, études et recherches pour éclairer le débat

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 25 AVRIL 2015. Pour l unité, pour le progrès, pour le Togo, je vote

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 25 AVRIL 2015. Pour l unité, pour le progrès, pour le Togo, je vote ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 25 AVRIL 2015 Pour l unité, pour le progrès, pour le Togo, je vote Chers Citoyens, Chers Compatriotes, Ce 25 avril 2015, notre pays sera appelé à élire la personnalité la plus apte

Plus en détail