Systèmes d Exploitation - ENSIN6U3. Aix-Marseille Université

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Systèmes d Exploitation - ENSIN6U3. Aix-Marseille Université"

Transcription

1 Systèmes d Exploitation - ENSIN6U3 Gestion de la mémoire Leonardo Brenner 1 Jean-Luc Massat Aix-Marseille Université Faculté des Sciences

2 Table de matière 1 Généralités 2 Le partage de la mémoire Allocation de mémoire Allocation de la mémoire contiguë Allocation non-contiguë : la pagination Segmentation 3 La mémoire virtuelle Algorithmes de remplacement Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 2 / 61

3 Table de matière Généralités 1 Généralités 2 Le partage de la mémoire Allocation de mémoire Allocation de la mémoire contiguë Allocation non-contiguë : la pagination Segmentation 3 La mémoire virtuelle Algorithmes de remplacement Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 3 / 61

4 Généralités Généralités Notion de mémoire La mémoire est une ressource : partageable / non partageable réquisitionnable / non réquisitionnable reutilisable Mémoire d un processus Chaque processus travail dans un mémoire logique qui est vu comme un tableau de cases mémoire. Mémoire logique Cette mémoire logique est dite linéaire car les cases qui la composent sont contiguës. Ces cases sont repérées par des entiers consécutifs qui sont appelés des adresses logiques. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 4 / 61

5 Généralités Adresses logiques vs. adresses physiques Génération d adresses Lors de l exécution, chaque processus P génère des adresses logiques. A l opposé, les cases de la mémoire physique sont repérées par des adresses physiques. Adresses logiques : privé au le programme, utilisé par l unité centrale. Adresses physiques : accès à la mémoire, instructions de lecture/écriture de/à un registre, la MMU («memory management unit») transforme les adresses logiques en adresses physiques. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 5 / 61

6 Généralités Catégories de mémoire Organisation de la mémoire Mém. physique contiguë Mém. logique contiguë Correspondance fixe partitions fixes partition unique Mém. physique non contiguë mémoire paginée mémoire virtuelle paginée partitions variables Mém. logique non contiguë mémoire segmentée mémoire segmentée paginée Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 6 / 61

7 Le partage de la mémoire Table de matière 1 Généralités 2 Le partage de la mémoire Allocation de mémoire Allocation de la mémoire contiguë Allocation non-contiguë : la pagination Segmentation 3 La mémoire virtuelle Algorithmes de remplacement Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 7 / 61

8 Le partage de la mémoire Allocation de mémoire Allocation de mémoire Correspondance entre adresses La correspondance entre adresses logiques et adresses physiques : statique (établie une seule fois) ; dynamique (variable dans le temps). Gestion de la mémoire physique Partage de données entre processus ; Protection de chaque processus. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 8 / 61

9 Le partage de la mémoire Système à partition unique (1/2) Allocation de la mémoire contiguë Va-et-vient ou swapping Un seul processus est placé en mémoire à la fois. RL S.E. partition unique mémoire RB Caractéristiques les processus sont tous et toujours à la même adresse physique ; la correspondance logique/physique est réglée lors de la compilation ou du chargement ; la réquisition de la CPU entraîne la sauvegarde de la partition et le chargement d un nouveau processus ; la CPU est inutilisée durant les sauvegardes/récupérations. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 9 / 61

10 Le partage de la mémoire Système à partition unique (2/2) Allocation de la mémoire contiguë Protection La protection est possible par le jeu des deux registres spécialisées RB (registre de base) et RL (registre limite). Sauvegarde Pour limiter les E/S, le système sauvegarde uniquement les zones de la partition qui ont été modifiées et/ou applique l algorithme des pelures d oignons. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 10 / 61

11 Les recouvrements Le partage de la mémoire Allocation de la mémoire contiguë Objectifs Limiter la taille de la mémoire occupée par le code du programme. Caractéristiques les programmes de taille importante sont découpés en plusieurs parties indépendantes ; une partie reste systématiquement en mémoire, c est la racine du recouvrement ; les autres parties sont chargées en mémoire à la demande. mémoire physique A B C programme (3 parties) A B configuration 1 A C configuration 2 Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 11 / 61

12 Le partage de la mémoire Système à partitions fixes Allocation de la mémoire contiguë S.E. zone 1 zone 2 mémoire A B C programmes Allocation de la mémoire U.C. A(1) C(2) B(1) programme(zone) Canal. C(2) A(1) B(1) C(2) chargement sauvegarde Chronogramme d'activité Caractéristiques la mémoire est divisée en zones de taille fixe (spécialisation); les processus s exécutent toujours dans la même zone ; pendant les échanges sur la zone 1, un autre processus s exécute sur la zone 2 ; la correspondance logique/physique est réglée lors de la compilation ou du chargement ; protection possible par les registres RB et RL. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 12 / 61

13 Le partage de la mémoire Système à partitions variables Allocation de la mémoire contiguë RL RB A 150 A 1 B 151 B 2 3 C D 3 3 < RL oui C D 4 E 154 E 5 F non 155 F déroutement sur erreur d'adressage Caractéristiques les partitions sont allouées et libérées à la demande (création ou fin d un processus) ; le registre de base (RB) pointe sur la partition et le registre limite (RL) en indique la taille. Les processus génèrent des adresses logiques comprises entre 0 et RL-1 ; RB et RL sont utilisés par la CPU pour traduire ces adresses en adresses physiques à chaque accès mémoire. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 13 / 61

14 Le partage de la mémoire Allocation de la mémoire contiguë Allocation par chaînage des zones libres Zones libres Les zones libres sont placées dans une liste chaînée. Où placer les processus? Il existe plusieurs stratégies de recherche : First-fit : première zone libre suffisamment grande ; Best-fit : meilleur ajustement pour utiliser au mieux les zones libres : il faut parcourir toutes les zones ; il reste des petits résidus inutilisables. Worst-fit : plus grand résidu combat l émiettement. Algorithmes spécialisés. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 14 / 61

15 Le partage de la mémoire Allocation de la mémoire contiguë Algorithmes d ordonnancement (1/3) First fit Noyau Proc1 + Proc3 Proc2 Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 15 / 61

16 Le partage de la mémoire Allocation de la mémoire contiguë Algorithmes d ordonnancement (1/3) First fit Noyau Proc1 Noyau Proc1 + Proc3 Proc3 Proc2 Proc2 Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 15 / 61

17 Le partage de la mémoire Allocation de la mémoire contiguë Algorithmes d ordonnancement (2/3) Best fit Noyau Proc1 + Proc3 Proc2 Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 16 / 61

18 Le partage de la mémoire Allocation de la mémoire contiguë Algorithmes d ordonnancement (2/3) Best fit Noyau Proc1 Noyau Proc1 + Proc3 Proc2 Proc2 Proc3 Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 16 / 61

19 Le partage de la mémoire Allocation de la mémoire contiguë Algorithmes d ordonnancement (3/3) Worst fit Noyau Proc1 + Proc3 Proc2 Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 17 / 61

20 Le partage de la mémoire Allocation de la mémoire contiguë Algorithmes d ordonnancement (3/3) Worst fit Noyau Proc1 Noyau Proc1 + Proc3 Proc3 Proc2 Proc2 Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 17 / 61

21 La recherche d une zone libre est rapide et il est facile de reconstruire des zones à la libération. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 18 / 61 Le partage de la mémoire Allocation de la mémoire contiguë Allocation par subdivision (buddy system) Taille des zones La taille des zones suit une règle définie par une relation de récurrence : binaire : (1, 2, 4, 8,...) S i+1 = 2 S i fibonacci : (1, 2, 3, 5, 8,...) S i+1 = S i + S i 1 Zones libres Il existe une liste de zones libres pour chaque taille. allouer un bloc de taille T si il existe un bloc de taille T alors renvoyer ce bloc sinon allouer un bloc de 2 T libérer la deuxième partie de ce bloc renvoyer la première partie fin si

22 Le partage de la mémoire Exemple d allocations/libérations Allocation de la mémoire contiguë Buddy system 8 A 2 4 A B 1 4 A B 1 C 2 B 1 C 2 2 B Alloc. de A, longueur = 2 Alloc. de B, longueur = 1 Alloc. de C, longueur = 2 Libération de A Libération de C Libération de B Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 19 / 61

23 Le partage de la mémoire Fragmentation externe/interne Allocation de la mémoire contiguë Fragmentation externe La fragmentation externe est due à l émiettement de la mémoire lors des allocations/libérations. Fragmentation interne La fragmentation interne c est l unité de mémoire minimum que le S.E. est capable de gérer (généralement plusieurs Kilooctets). Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 20 / 61

24 Le compactage Le partage de la mémoire Allocation de la mémoire contiguë Objectif Le compactage de la mémoire procède par recopie des partitions pour faire apparaître une zone libre de taille suffisante. Exemples Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 21 / 61

25 La pagination (1/2) Le partage de la mémoire Allocation non-contiguë : la pagination Description But : solution à la fragmentation, Voir : la gestion de l espace sur disque, les bloques. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 22 / 61

26 La pagination (1/2) Le partage de la mémoire Allocation non-contiguë : la pagination Description But : solution à la fragmentation, Voir : la gestion de l espace sur disque, les bloques. La mémoire logique est découpée en pages (toujours une puissance de 2). Une adresse logique dans un système paginé est un couple : (# page logique, déplacement) Une adresse physique est un couple : (# page physique, déplacement) Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 22 / 61

27 La pagination (1/2) Le partage de la mémoire Allocation non-contiguë : la pagination Description But : solution à la fragmentation, Voir : la gestion de l espace sur disque, les bloques. Si La mémoire logique est découpée en pages (toujours une puissance de 2). Une adresse logique dans un système paginé est un couple : (# page logique, déplacement) Une adresse physique est un couple : (# page physique, déplacement) A = adresse logique, T = taille de page alors # page logique = A/T, déplacement = A%T Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 22 / 61

28 La pagination (2/2) Le partage de la mémoire Allocation non-contiguë : la pagination Description La mémoire physique est découpée en cadres de page (même taille d une page). Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 23 / 61

29 La pagination (2/2) Le partage de la mémoire Allocation non-contiguë : la pagination Description La mémoire physique est découpée en cadres de page (même taille d une page). Adresses physique est un couple (f, d), cadre de pages et déplacement. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 23 / 61

30 La pagination (2/2) Le partage de la mémoire Allocation non-contiguë : la pagination Description La mémoire physique est découpée en cadres de page (même taille d une page). Adresses physique est un couple (f, d), cadre de pages et déplacement. A chaque page logique p peut correspondre un cadre de page f = f(p). Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 23 / 61

31 La pagination (2/2) Le partage de la mémoire Allocation non-contiguë : la pagination Description La mémoire physique est découpée en cadres de page (même taille d une page). Adresses physique est un couple (f, d), cadre de pages et déplacement. A chaque page logique p peut correspondre un cadre de page f = f(p). Cette correspondance est maintenue dans la table des pages. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 23 / 61

32 La pagination (2/2) Le partage de la mémoire Allocation non-contiguë : la pagination Description La mémoire physique est découpée en cadres de page (même taille d une page). Adresses physique est un couple (f, d), cadre de pages et déplacement. A chaque page logique p peut correspondre un cadre de page f = f(p). Cette correspondance est maintenue dans la table des pages. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 23 / 61

33 La pagination (2/2) Le partage de la mémoire Allocation non-contiguë : la pagination Description La mémoire physique est découpée en cadres de page (même taille d une page). La MMU Adresses physique est un couple (f, d), cadre de pages et déplacement. A chaque page logique p peut correspondre un cadre de page f = f(p). Cette correspondance est maintenue dans la table des pages. La MMU (memory management unit) calcule un adresse physique à partir d un adresse logique selon la formule phys(p, d) = (f(p), d) Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 23 / 61

34 La pagination (2/2) Le partage de la mémoire Allocation non-contiguë : la pagination Description La mémoire physique est découpée en cadres de page (même taille d une page). La MMU Adresses physique est un couple (f, d), cadre de pages et déplacement. A chaque page logique p peut correspondre un cadre de page f = f(p). Cette correspondance est maintenue dans la table des pages. La MMU (memory management unit) calcule un adresse physique à partir d un adresse logique selon la formule Gestion de la multiprogrammation phys(p, d) = (f(p), d) Le PTBR, registre de base de la table de pages, «page-table base register». Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 23 / 61

35 Le partage de la mémoire Allocation non-contiguë : la pagination Traduction des adresses logiques en adresses physiques (1/3) Fonction de pagination La fonction de pagination assure la correspondance entre le numéro de la page logique et le numéro de la page physique. 0 1 Mémoire logique Mémoire physique 0 1 Fonction de pagination n 2-1 n 2-1 Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 24 / 61

36 Le partage de la mémoire Allocation non-contiguë : la pagination Traduction des adresses logiques en adresses physiques (2/3) Table de pages Pour chaque processus, le S.E. détient une table de pages logiques qui fait la correspondance avec les pages physiques. adr. logique npl dep vérifier que npl < RL + npp prot npp npp dep R. de base RL Table des pages (desc) adr. physique Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 25 / 61

37 Le partage de la mémoire Allocation non-contiguë : la pagination Traduction des adresses logiques en adresses physiques (3/3) Version algorithmique de la correspondance npl, dépl := adresse logique si (npl < RL) alors si les protections desc[npl].prot sont respectées alors npp := desc[npl].npp adresse_physique := npp, dépl sinon déroutement sur violation de protection fin si sinon déroutement sur erreur d adressage fin si Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 26 / 61

38 Le partage de la mémoire Exemple de pagination Allocation non-contiguë : la pagination Exemple Mémoire logique du processus 1 A B C Table des pages du processus 1 pages physiques A D F C B Table des pages du processus 2 Mémoire logique du processus 2 D E F G E G Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 27 / 61

39 Le partage de la mémoire Avantages et inconvénients Allocation non-contiguë : la pagination Avantages La gestion de la mémoire est plus simple (il suffit de gérer la liste des pages libres). Le compactage est inutile. Protections différentes pour chaque page. Inconvénients Le temps d accès en mémoire est doublé. temps d accès = 2 t = 2 nanosecondes. Il faut que le matériel supporte cette organisation. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 28 / 61

40 Le partage de la mémoire Comportement des processus Allocation non-contiguë : la pagination Non uniforme Le comportement «en moyenne»des processus est non uniforme : 20% des pages regroupent 75% des accès. Principe de localité les accès sont stable sur une courte période ; l activité actuelle est une bonne estimation de l activité future. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 29 / 61

41 Le partage de la mémoire Allocation non-contiguë : la pagination Les tables de pages : utilisation de la mémoire Une table par processus Problème : si adresse logique {0,...,2 32 1} taille d une page = 4K = 2 12, alors taille de la table de pages = Solutions plusieurs niveaux d indirection (table de page paginée), tables de pages inversées, partage de pages. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 30 / 61

42 Le partage de la mémoire Mémoires associatives Allocation non-contiguë : la pagination entre 16 et échec Caractéristiques Peu de temps d attente car les tests sont faits en parallèle (20 nanosecondes) ; Ces circuits sont très onéreux. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 31 / 61

43 Le partage de la mémoire Allocation non-contiguë : la pagination Mémoires associatives et pagination Principe Retenir les derniers couples (page logique, page physique), pour éviter l accès mémoire à la table des pages. adr. logique npl dep mémoire associative échec succès vérifier que npl < RL + npp prot npp npp dep RB RL Table des pages (desc) adr. physique Il faut mettre à jour la M.A. après les échecs et la vider lors des commutations. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 32 / 61

44 Le partage de la mémoire Allocation non-contiguë : la pagination Partage de pages entre processus Mémoire logique du processus 1 Pa Pb D1 D2 Table des pages du processus 1 pages physiques Pa Pb D1 D2 D4 D5 D6 Table des pages du processus 2 Mémoire logique du processus 2 Pa Pb D4 D5 D6 D7 D7 Les pages contenant le programme (Pa et Pb) sont partagées, mais les pages de données (D1,, D7) ne le sont pas. Principe Les pages contenant le programme Pa et Pb sont partagées, tandis que les pages Dx ne le sont pas. Pour une même page physique, il est possible d avoir des protections différentes suivant le processus qui l utilise. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 33 / 61

45 Le partage de la mémoire La mémoire segmentée Segmentation Notion de segments Un segment est un bloc de donnée de taille variable. 0 2 code 2 L2 code 1 L0 3 data 2 L3 1 data 1 L1 Adresse logique Une adresse logique dans un système segmenté (aussi appelée adresse segmentée) est un couple (# segment, déplacement) Cette organisation physique de la mémoire corresponds bien à l organisation logique à l intérieur d un programme. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 34 / 61

46 Le partage de la mémoire Segmentation Transformation des adresses segmentées Table de segments Le S.E. détient une table des segments pour chaque processus. mémoire physique taille prot origine code 2 RB 0 L0 1 L1 2 3 L2 L3 RL code 1 table des segments (desc) Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 35 / 61

47 Le partage de la mémoire Segmentation Transformation des adresses segmentées Version algorithmique de la correspondance seg, dépl := adresse logique si (seg < RL) et (desc[seg].taille) alors si les protections desc[seg].prot sont respectées alors adresse_physique := desc[seg].origine + dépl sinon déroutement sur violation de protection fin si sinon déroutement sur erreur d adressage fin si Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 36 / 61

48 Le partage de la mémoire Segmentation Partage de segment entre processus Exemple P1 P data 1 code data 2 0 taille prot origine 0 1 table des segments de P1 taille prot origine 0 1 table des segments de P2 data 1 code data 2 Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 37 / 61

49 Le partage de la mémoire Avantages et inconvénients Segmentation Avantages les protections concernent les segments, on peut utiliser les mémoires associatives, le partage de segment est simple. Inconvénients L allocation de segments implique : un problème de fragmentation externe ; une obligation du tassage de la mémoire. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 38 / 61

50 Le partage de la mémoire Segmentation Pagination d une mémoire segmentée Adresse logique Une adresse logique (ou adresse segmentée et paginée) est un triplet (# segment, # de page, déplacement) La taille des segments s exprime maintenant en nombre de pages. adr. segmentée et paginée seg npl dep adr. physique + vérifier que (npl < L) + npp dep R. de base L npp L Table des segments Table des pages du segment seg Avantages Plus de problème de fragmentation interne puisque les segments ne sont plus contigus en mémoire physique. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 39 / 61

51 Table de matière La mémoire virtuelle 1 Généralités 2 Le partage de la mémoire Allocation de mémoire Allocation de la mémoire contiguë Allocation non-contiguë : la pagination Segmentation 3 La mémoire virtuelle Algorithmes de remplacement Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 40 / 61

52 La mémoire virtuelle Mémoire virtuelle paginée Principe Les programmes utilisent 20% de leur page, donc il est inutile de toutes les conserver en mémoire. Exemple Considérons une mémoire physique avec 1000 cadres de page. Cette mémoire peut stocker : 10 processus de 100 pages logiques ; 50 processus de (100 0, 2) pages utiles. Rôle du S.E. Le S.E. doit détecter (avec l aide du matériel) : les pages inutilisées (réquisition) ; les pages utiles et présentes en mémoire physique ; les pages utiles et absentes de la mémoire physique (défaut de page) ; les pages utiles dans le futur et absentes de la mémoire physique Leonardo(préchargement). Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 41 / 61

53 La mémoire virtuelle Fonction de pagination virtuelle Mémoire virtuelle Mémoire physique zone de pagination en mémoire secondaire Fonction de pagination Défaut de page Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 42 / 61

54 La mémoire virtuelle Hiérarchie de mémoire Compilation Registres de la CPU Gestion de la mémoire virtuelle Mémoire cache (de la CPU) Mémoire cache (lente) Mémoire centrale Mémoire secondaire rapide Mémoire secondaire standard Gestion de la mémoire cache Swapping in / out Mémoire secondaire lente (bandes,...) Gestion de cache La mémoire virtuelle implante la gestion d un niveau de cache. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 43 / 61

55 La mémoire virtuelle Adresses virtuelles versus adresses physiques adr. virtuelle npv dep mémoire associative succès échec présent modif prot npp npp npp dep RB RL adr. physique défaut de page si présent = 0 Table des pages virtuelles (desc) Table des pages virtuelles Pour chaque processus, le S.E. détient une table des pages virtuelles. Cette table est stockée en mémoire et pointée par le registre de base. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 44 / 61

56 La mémoire virtuelle Transformation des adresses virtuelles Version algorithmique de la correspondance npv, dépl := adresse virtuelle si (npv < RL) alors si les protections desc[npv].prot sont respectées alors si (desc[npv].présent = 1) alors npp := desc[npv].npp adresse_physique := <npp, dépl> sinon déroutement sur défaut de page fin si sinon déroutement sur violation de protection fin si sinon déroutement sur erreur d adressage fin si Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 45 / 61

57 La mémoire virtuelle Exemple de mémoire virtuelle paginée Exemple sur deux processus Processus 1 A B C D E 1présent modif npp B H D C A B?? E Processus 2 F G H F F G? Mémoires Tables des virtuelles pages virtuelles Mémoire physique Zone de pagination Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 46 / 61

58 La mémoire virtuelle Traitement du défaut de page Algorithme suspendre le processus qui a provoqué le défaut si (il existe une page physique libre) alors npp := numéro de cette page sinon v := choisir une page virtuelle victime npp := desc[v].npp desc[v].présent := 0 si (desc[v].modif = 1) alors swap[v] := page[npp] fin si fin si npv := numéro de la page virtuelle manquante page[npp] := swap[npv] desc[npv].présent := 1 desc[npv].modif := 0 desc[npv].npp := npp reprendre le processus que a provoqué le défaut c est une E/S c est une E/S Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 47 / 61

59 La mémoire virtuelle Pagination à plusieurs niveaux Principe Si la mémoire est importante, le nombre de pages augmente et la table des pages devient imposante. Exemple Une mémoire de 256 Mo (soit 2 28 octets) est divisée en 2 28 /2 10 = 2 18 pages. La table des pages a donc 2 18 entrées soit 1 Mo pour des entrées de 4 octets. Solution Paginer la table de pages ce qui revient à faire une pagination à deux niveaux. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 48 / 61

60 La mémoire virtuelle Organisation à plusieurs niveaux adr. virtuelle nhyp npv dep mémoire associative succès R. de base + vérifier que npv < L + L 1présent 1présent adr. physique modif 0 npp L npp dep Table des pages de l'hyperpage nhyp Table des hyperpages défaut de page si présent = 0 Niveaux de pagination Il peut y avoir jusqu à 5 niveaux de pagination. Temps d accès = 0, , = 128ms Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 49 / 61

61 La mémoire virtuelle Mémoire virtuelle segmentée et paginée adr. virtuelle paginée segmentée RB seg + page dep vérifier que page < L + prot origine mémoire associative 1présent succès adr. physique modif 0 L npp dep L Table des segments défaut de page si présent = 0 Table des pages du segment seg Avantages Le processus est capable d informer le S.E. d un changement dans le mode d utilisation d un segment. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 50 / 61

62 La mémoire virtuelle La taille des pages Avantages de grandes pages diminuer le nombre de pages, donc le nombre de défaut de page ; diminuer la taille de la table de pages ; optimiser le temps de transfert vers/depuis la zone de pagination ; utiliser des mémoires centrales de plus en plus grandes. Avantages de petites pages limiter la fragmentation interne ; définir avec plus de précision les zones de mémoires utiles à un processus. S.E. récents la taille de pages varie entre 1 Ko et 32 Ko ; certains S.E. autorisent plusieurs tailles différentes. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 51 / 61

63 La mémoire virtuelle Algorithmes de remplacement Algorithmes de remplacement (1/3) Pages propres On choisit en priorité les pages virtuelles propres (qui n ont pas été modifiées). Ça réduit les transferts vu que la page ne sera pas sauvegarde sur la zone de pagination. Algorithmes de remplacement Algorithme optimale (base de référence) : choisir la page virtuelle qui est utilisée le plus tard possible ou qui n est plus utilisée ; Algorithme aléatoire : le moins bon ; Algorithme FIFO : il ne tient pas compte de l utilisation des pages ; Algorithme LRU (Least Recently Used) : est basé sur le principe de localité. On choisit la page dont la date du dernier accès est la plus ancienne ; Algorithme LFU (Least Frequently Used) : choisir la page la moins utilisée ; Algorithme LINUFO (First In Not Used First Out) : aussi connu comme algorithme de la deuxième chance. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 52 / 61

64 La mémoire virtuelle Algorithmes de remplacement Algorithmes de remplacement (2/3) Algorithme FINUFO L algorithme FINUFO ou dit algorithme de la deuxième chance va remplacer une page uniquement au deuxième essai. Pour cela, on dispose : d un pointeur de page physique ptr ; d un bit par page physique noté U[k]. Ce bit U[k] est forcé à 1 après chaque accès à la page physique k. Algorithme du choix de la victime FINUFO tant que (U[prt] = 1) faire U[ptr] := 0 ptr = (ptr + 1) mod nombre de pages physiques fin faire U[ptr] = 1 ptr = (ptr + 1) mod nombre de pages physiques Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 53 / 61

65 La mémoire virtuelle Algorithmes de remplacement Algorithmes de remplacement (3/3) Exemple - FINUFO avec mémoire physique à deux pages pointeur FINUFO bit FINUFO N de page virtuelle Performances Nombre de défauts de page FIFO FINUFO LRU OPT Taille de la mémoire Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 54 / 61

66 La mémoire virtuelle Algorithmes de remplacement Comportement en mémoire virtuelle paginée Nombre de défauts de page Taille de la mémoire Intervalle entre défauts de page Taille de la mémoire Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 55 / 61

67 La mémoire virtuelle Allocation des pages physiques Algorithmes de remplacement Allocation équitable On donne à chaque processus une part égale de la mémoire physique. Allocation proportionnelle On donne à chaque processus une part proportionnelle à la taille de sa mémoire virtuelle. Politique de choix de la victime Virtuelles Physiques Processus Processus Processus Mémoires Remplacement local : on choisit parmi les pages du processus demandeur ; Remplacement global : on choisit parmi toutes les pages. Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 56 / 61

68 La mémoire virtuelle Algorithmes de remplacement Écroulement d un système paginé (1/2) Définition Augmentation considérable du nombre de défaut de page provoquant un chute du taux d utilisation de la CPU. Taux d'utilisation de la CPU dégré de multiprogrammation Leonardo Brenner, Jean-Luc Massat (AMU) Systèmes d Exploitation 57 / 61

Chapitre V : La gestion de la mémoire. Hiérarchie de mémoires Objectifs Méthodes d'allocation Simulation de mémoire virtuelle Le mapping

Chapitre V : La gestion de la mémoire. Hiérarchie de mémoires Objectifs Méthodes d'allocation Simulation de mémoire virtuelle Le mapping Chapitre V : La gestion de la mémoire Hiérarchie de mémoires Objectifs Méthodes d'allocation Simulation de mémoire virtuelle Le mapping Introduction Plusieurs dizaines de processus doivent se partager

Plus en détail

Partie 7 : Gestion de la mémoire

Partie 7 : Gestion de la mémoire INF3600+INF2610 Automne 2006 Partie 7 : Gestion de la mémoire Exercice 1 : Considérez un système disposant de 16 MO de mémoire physique réservée aux processus utilisateur. La mémoire est composée de cases

Plus en détail

Systèmes d Exploitation - ENSIN6U3. Aix-Marseille Université

Systèmes d Exploitation - ENSIN6U3. Aix-Marseille Université Systèmes d Exploitation - ENSIN6U3 Systèmes de gestion de fichiers - SGF Leonardo Brenner 1 Jean-Luc Massat 2 1 Leonardo.Brenner@univ-amu.fr 2 Jean-Luc.Massat@univ-amu.fr Aix-Marseille Université Faculté

Plus en détail

Gestion de la mémoire

Gestion de la mémoire Gestion de la mémoire Mémoire physique Généralités Autrefois, la mémoire principale était une ressource coûteuse. Elle devait donc être utilisée de manière optimale et diverses stratégies étaient employées.

Plus en détail

6 - Le système de gestion de fichiers F. Boyer, UJF-Laboratoire Lig, Fabienne.Boyer@imag.fr

6 - Le système de gestion de fichiers F. Boyer, UJF-Laboratoire Lig, Fabienne.Boyer@imag.fr 6 - Le système de gestion de fichiers F. Boyer, UJF-Laboratoire Lig, Fabienne.Boyer@imag.fr Interface d un SGF Implémentation d un SGF Gestion de la correspondance entre la structure logique et la structure

Plus en détail

SGM. Master S.T.S. mention informatique, première année. Isabelle Puaut. Septembre 2011. Université de Rennes I - IRISA

SGM. Master S.T.S. mention informatique, première année. Isabelle Puaut. Septembre 2011. Université de Rennes I - IRISA SGM Master S.T.S. mention informatique, première année Isabelle Puaut Université de Rennes I - IRISA Septembre 2011 Isabelle Puaut SGM 2 / 1 Organisation de l enseignement Semestre 1 : processus, synchronisation

Plus en détail

GESTION DE LA MEMOIRE

GESTION DE LA MEMOIRE GESTION DE LA MEMOIRE MEMOIRE CENTRALE (MC) MEMOIRE SECONDAIRE (MS) 1. HIÉRARCHIE ET DIFFÉRENTS TYPES DE MÉMOIRE... 2 2. MÉMOIRE CACHE... 3 3. MODÈLE D'ALLOCATION CONTIGUË (MC OU MS)... 5 3.1. STRATÉGIE

Plus en détail

Gestion des périphériques

Gestion des périphériques 3 4 Organisation s périphériques Il existe ux catégories périphérique : les périphériques en mo caractère (carte réseau, imprimante, terminaux, ban, etc.). l unité élementaire d échange est l octet (un

Plus en détail

Systemes d'exploitation des ordinateurs

Systemes d'exploitation des ordinateurs ! " #$ % $ &' ( $ plan_ch6_m1 Systemes d'exploitation des ordinateurs Conception de Systèmes de Gestion de la Mémoire Centrale Objectifs 1. Conception de systèmes paginés 2. Conception des systèmes segmentés

Plus en détail

LA mémoire principale est le lieu où se trouvent les programmes et les

LA mémoire principale est le lieu où se trouvent les programmes et les Chapitre 9 Gestion de la mémoire LA mémoire principale est le lieu où se trouvent les programmes et les données quand le processeur les exécute. On l oppose au concept de mémoire secondaire, représentée

Plus en détail

Bases de données. Cours 2 : Stockage

Bases de données. Cours 2 : Stockage Bases de données Polytech Paris-Sud Apprentis 4 ème année Cours 2 : Stockage kn@lri.fr http://www.lri.fr/~kn Plan 1 Rappels 2 Stockage 2.1 Introduction 2.2 Aspects bas-niveau 2.3 Stockage pour les SGBD

Plus en détail

Plan. Bases de données. Cours 2 : Stockage. Quels types de mémoire pour une BD? Où stocker les données? Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année

Plan. Bases de données. Cours 2 : Stockage. Quels types de mémoire pour une BD? Où stocker les données? Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année Bases de données Polytech Paris-Sud Apprentis 4 ème année Cours 2 : Stockage 2.1 Introduction 2.2 Aspects bas-niveau kn@lri.fr http://www.lri.fr/~kn 2/20 Hierarchie mémoire : Où stocker les données? Type

Plus en détail

Gestion de mémoire secondaire F. Boyer, Laboratoire Sardes Fabienne.Boyer@imag.fr

Gestion de mémoire secondaire F. Boyer, Laboratoire Sardes Fabienne.Boyer@imag.fr Gestion de mémoire secondaire F. Boyer, Laboratoire Sardes Fabienne.Boyer@imag.fr 1- Structure d un disque 2- Ordonnancement des requêtes 3- Gestion du disque - formatage - bloc d amorçage - récupération

Plus en détail

Gestion de la mémoire

Gestion de la mémoire 433 43 3 Gestion de la mémoire + 1. Qu'est-ce que la mémoire? - Définitions, exemples 2. Allocation contiguë en mémoire - Partitions de taille fixe, de taille variable 3. Pagination et mémoire virtuelle

Plus en détail

SYS MEM. Gestion de la mémoire. Table des matières. IUT - Département Informatique. ASR2-Système. 1.1 Motivation

SYS MEM. Gestion de la mémoire. Table des matières. IUT - Département Informatique. ASR2-Système. 1.1 Motivation TABLE DES MATIÈRES 1 MÉMOIRE ET MULTI-PROGRAMMATION IUT - Département Informatique ASR2-Système Gestion de la mémoire SYS MEM Table des matières 1 Mémoire et multi-programmation 1 1.1 Motivation...................

Plus en détail

Aujourd hui: gestionnaire de fichiers

Aujourd hui: gestionnaire de fichiers Gestion des fichiers GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde Source: http://www.business-opportunities.biz/2014/11/16/40-home-offices-that-are-messier-than-yours/

Plus en détail

Systèmes de gestion de bases de données

Systèmes de gestion de bases de données Systèmes de gestion de bases de données Gestion des mémoires P. Rigaux Cnam, dépt. informatique April 1, 2015 PR (Cnam, dépt. info) Systèmes de gestion de bases de données April 1, 2015 1 / 13 Gestion

Plus en détail

QCM systèmes d exploitation (Quarante questions)

QCM systèmes d exploitation (Quarante questions) QCM systèmes d exploitation (Quarante questions) QUIZZ OS N 1 (10 questions avec réponses) Question 1: Aux origines de l informatique, l'interface utilisateur des systèmes d exploitations était composée

Plus en détail

1. Systèmes d entrée/sortie 2. Systèmes de fichiers 3. Structure de mémoire de masse (disques)

1. Systèmes d entrée/sortie 2. Systèmes de fichiers 3. Structure de mémoire de masse (disques) Chapitre 4 Le système de Gestion de Fichiers 1. Systèmes d entrée/sortie 2. Systèmes de fichiers 3. Structure de mémoire de masse (disques) 1 Systèmes d entrée/sortie Concepts importants : Matériel E/S

Plus en détail

Cours A7 : Temps Réel

Cours A7 : Temps Réel Cours A7 : Temps Réel Pierre.Paradinas / @ / cnam.fr Cnam/Cedric Systèmes Enfouis et Embarqués (SEE) Motivations Du jour : les mécanismes multitâches, la gestion des priorités, l ordonnancement, la gestion

Plus en détail

Architecture des ordinateurs

Architecture des ordinateurs Architecture des ordinateurs Cours 4 5 novembre 2012 Archi 1/22 Micro-architecture Archi 2/22 Intro Comment assembler les différents circuits vus dans les cours précédents pour fabriquer un processeur?

Plus en détail

Structure fonctionnelle d un SGBD

Structure fonctionnelle d un SGBD Fichiers et Disques Structure fonctionnelle d un SGBD Requetes Optimiseur de requetes Operateurs relationnels Methodes d acces Gestion de tampon Gestion de disque BD 1 Fichiers et Disques Lecture : Transfert

Plus en détail

Gestion de mémoire secondaire

Gestion de mémoire secondaire Gestion de mémoire secondaire F. Boyer, Laboratoire Lig Fabienne.Boyer@imag.fr 1- Structure d un disque 2- Ordonnancement des requêtes 3- Gestion du disque - formatage - bloc d amorçage - récupération

Plus en détail

Gestion de mémoire secondaire F. Boyer, Laboratoire Sardes Fabienne.Boyer@imag.fr

Gestion de mémoire secondaire F. Boyer, Laboratoire Sardes Fabienne.Boyer@imag.fr Gestion de mémoire secondaire F. Boyer, Laboratoire Sardes Fabienne.Boyer@imag.fr 1- Structure d un disque 2- Ordonnancement des requêtes 3- Gestion du disque - formatage - bloc d amorçage - récupération

Plus en détail

Processus! programme. DIMA, Systèmes Centralisés (Ph. Mauran) " Processus = suite d'actions = suite d'états obtenus = trace

Processus! programme. DIMA, Systèmes Centralisés (Ph. Mauran)  Processus = suite d'actions = suite d'états obtenus = trace Processus 1) Contexte 2) Modèles de Notion de Points de vue Modèle fourni par le SX Opérations sur les 3) Gestion des Représentation des Opérations 4) Ordonnancement des Niveaux d ordonnancement Ordonnancement

Plus en détail

C ellules. Gestion et récupération automatique de mémoire. Principes des lang. de progr. INE 11. Allocation dynamique de mémoire.

C ellules. Gestion et récupération automatique de mémoire. Principes des lang. de progr. INE 11. Allocation dynamique de mémoire. Principes des lang. de progr. INE 11 Michel Mauny ENSTA ParisTech Prénom.Nom@ensta.fr Michel Mauny (ENSTA ParisTech) INE 11 Prénom.Nom@ensta.fr 1 / 37 Gestion et récupération automatique de mémoire lanage

Plus en détail

Partie 6 : Ordonnancement de processus

Partie 6 : Ordonnancement de processus INF3600+INF2610 Automne 2006 Partie 6 : Ordonnancement de processus Exercice 1 : Considérez un système d exploitation qui ordonnance les processus selon l algorithme du tourniquet. La file des processus

Plus en détail

Techniques de stockage. Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43

Techniques de stockage. Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43 Techniques de stockage Techniques de stockage, P. Rigaux p.1/43 Techniques de stockage Contenu de ce cours : 1. Stockage de données. Supports, fonctionnement d un disque, technologie RAID 2. Organisation

Plus en détail

Les systèmes de fichiers : implantation

Les systèmes de fichiers : implantation Les systèmes de fichiers : implantation Polytech Paris-Sud Cycle ingénieur de la filière étudiant Louis Mandel Université Paris-Sud 11 Louis.Mandel@lri.fr année 212/213 Structure physique d un disque Secteur

Plus en détail

Architectures des ordinateurs Caches et mémoire virtuelle. Daniel Etiemble de@lri.fr. Capacité mémoire SRAM. X 4 tous les trois ans.

Architectures des ordinateurs Caches et mémoire virtuelle. Daniel Etiemble de@lri.fr. Capacité mémoire SRAM. X 4 tous les trois ans. Architectures des ordinateurs Caches et mémoire virtuelle Daniel Etiemble de@lri.fr Capacité mémoire 1M (bits) DRAM.5 T 1M 1M 1K 1K Date d apparition 1K 1978 1981 1984 1987 199 1993 1996 Surface SRAM/DRAM

Plus en détail

Systèmes d exploitation. Introduction. (Operating Systems) http://www.sir.blois.univ-tours.fr/ mirian/

Systèmes d exploitation. Introduction. (Operating Systems) http://www.sir.blois.univ-tours.fr/ mirian/ Systèmes d exploitation (Operating Systems) Introduction SITE : http://www.sir.blois.univ-tours.fr/ mirian/ Systèmes d exploitation - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1/2 Qu est-ce qu un SE? Ensemble de logiciels

Plus en détail

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS - DISQUE 1 Les couches logiciels réponse requête Requêtes E/S Système E/S Pilote E/S Interruptions utilisateur traitement S.E. commandes S.E. S.E. matériel Contrôleur E/S

Plus en détail

Solaris pour la base de donnés Oracle

<Insert Picture Here> Solaris pour la base de donnés Oracle Solaris pour la base de donnés Oracle Alain Chéreau Oracle Solution Center Agenda Compilateurs Mémoire pour la SGA Parallélisme RAC Flash Cache Compilateurs

Plus en détail

Chapitre 3 Structures de données linéaires : listes, piles et files

Chapitre 3 Structures de données linéaires : listes, piles et files Chapitre 3 Structures de données linéaires : listes, piles et files 1. Introduction Le but de ce chapitre est de décrire des représentations des structures de données de base telles les listes en général

Plus en détail

REALISATION d'un. ORDONNANCEUR à ECHEANCES

REALISATION d'un. ORDONNANCEUR à ECHEANCES REALISATION d'un ORDONNANCEUR à ECHEANCES I- PRÉSENTATION... 3 II. DESCRIPTION DU NOYAU ORIGINEL... 4 II.1- ARCHITECTURE... 4 II.2 - SERVICES... 4 III. IMPLÉMENTATION DE L'ORDONNANCEUR À ÉCHÉANCES... 6

Plus en détail

Introduction aux SGBDR

Introduction aux SGBDR 1 Introduction aux SGBDR Pour optimiser une base Oracle, il est important d avoir une idée de la manière dont elle fonctionne. La connaissance des éléments sous-jacents à son fonctionnement permet de mieux

Plus en détail

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Université de Provence Introduction à l Informatique Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Année 2009-10 Aucun document n est autorisé Les exercices peuvent être traités dans le désordre.

Plus en détail

CH.3 SYSTÈMES D'EXPLOITATION

CH.3 SYSTÈMES D'EXPLOITATION CH.3 SYSTÈMES D'EXPLOITATION 3.1 Un historique 3.2 Une vue générale 3.3 Les principaux aspects Info S4 ch3 1 3.1 Un historique Quatre générations. Préhistoire 1944 1950 ENIAC (1944) militaire : 20000 tubes,

Plus en détail

Solution A La Gestion Des Objets Java Pour Des Systèmes Embarqués

Solution A La Gestion Des Objets Java Pour Des Systèmes Embarqués International Journal of Engineering Research and Development e-issn: 2278-067X, p-issn: 2278-800X, www.ijerd.com Volume 7, Issue 5 (June 2013), PP.99-103 Solution A La Gestion Des Objets Java Pour Des

Plus en détail

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SGF - DISQUE

SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SGF - DISQUE SYSTÈME DE GESTION DE FICHIERS SGF - DISQUE C.Crochepeyre MPS_SGF 2000-20001 Diapason 1 Les couches logiciels réponse SGF requête matériel matériel Requêtes E/S Système E/S Pilote E/S Interruptions Contrôleur

Plus en détail

NOTIONS DE RESEAUX INFORMATIQUES

NOTIONS DE RESEAUX INFORMATIQUES NOTIONS DE RESEAUX INFORMATIQUES GENERALITES Définition d'un réseau Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux afin de partager des données, des ressources et d'échanger des

Plus en détail

INF601 : Algorithme et Structure de données

INF601 : Algorithme et Structure de données Cours 2 : TDA Liste B. Jacob IC2/LIUM 15 février 2010 Plan 1 Définition du TDA Liste 2 Réalisation du TDA Liste 3 Type de stockage des éléments 4 Recherche d un élément Dans une liste non triée Dans une

Plus en détail

Support de cours système d exploitation

Support de cours système d exploitation Support de cours système d exploitation J. Gispert, J. Guizol, J.L. Massat Département d informatique Faculté de Luminy 163, Avenue de Luminy, Case 901, 13288 Marseille, cedex 9 23 février 2012 Chapitre

Plus en détail

processus fonction main() l'image binaire contexte d'exécution un contexte mémoire. en même temps

processus fonction main() l'image binaire contexte d'exécution un contexte mémoire. en même temps 1 2 Dans une première approche, on peut dire qu'un processus représente une "application" qui tourne en mémoire. Il sera donc chargé en mémoire par le noyau et commencera son exécution; du point de vue

Plus en détail

Comme chaque ligne de cache a 1024 bits. Le nombre de lignes de cache contenu dans chaque ensemble est:

Comme chaque ligne de cache a 1024 bits. Le nombre de lignes de cache contenu dans chaque ensemble est: Travaux Pratiques 3. IFT 1002/IFT 1005. Structure Interne des Ordinateurs. Département d'informatique et de génie logiciel. Université Laval. Hiver 2012. Prof : Bui Minh Duc. Tous les exercices sont indépendants.

Plus en détail

Vers un outil d analyse de l empreinte mémoire d un code de calcul scientifique.

Vers un outil d analyse de l empreinte mémoire d un code de calcul scientifique. Vers un outil d analyse de l empreinte mémoire d un code de calcul scientifique. Ameziane NAIT ABDELAZIZ Département informatique, filière PRCD Maître de stage : Bruno LATHUILIERE Tuteur : Brice GOGLIN

Plus en détail

Systèmes d exploitation Gestion des fichiers. Catalin Dima

Systèmes d exploitation Gestion des fichiers. Catalin Dima Systèmes d exploitation Gestion des fichiers Catalin Dima 1 Problématique Certains processus doivent stocker/avoir accès à une très grande quantité de mémoire Parfois plusieurs ordres de grandeur par rapport

Plus en détail

Système de Gestion de Fichiers

Système de Gestion de Fichiers Chapitre 2 Système de Gestion de Fichiers Le système de gestion de fichiers est un outil de manipulation des fichiers et de la structure d arborescence des fichiers sur disque et a aussi le rôle sous UNIX

Plus en détail

Concept de machine virtuelle

Concept de machine virtuelle Concept de machine virtuelle Chap. 5: Machine virtuelle Alain Sandoz Semestre été 2007 1 Introduction: Java Virtual Machine Machine Virtuelle Java: qu est-ce que c est? c est la spécification d une machine

Plus en détail

14. Stockage des données. OlivierCuré [ocure@univ-mlv.fr]

14. Stockage des données. OlivierCuré [ocure@univ-mlv.fr] 14. Stockage des données 416 Hiérarchie des stockages Mémoire cache est plus rapide et plus onéreuse que... RAM est plus rapide et plus onéreuse que... Disque dur est plus rapide et plus onéreux que...

Plus en détail

Programmation temps-réel Cours 5 Environnements d exécution

Programmation temps-réel Cours 5 Environnements d exécution Master 2 pro Programmation temps-réel Cours 5 Environnements d exécution Isabelle PUAUT / Rémi COZOT Université de Rennes I 1 Environnements d exécution Objectif d un système multitâche Faire coexister

Plus en détail

Croisière au cœur d un OS Étape 4 : Mise en place de la pagination

Croisière au cœur d un OS Étape 4 : Mise en place de la pagination Croisière au cœur d un OS Étape 4 : Mise en place de la pagination Résumé Grâce à l article 3, nous pouvons gérer la totalité de la RAM disponible. Dans cet article, nous allons commencer la mise en place

Plus en détail

102.1. Schémas de partitionnement

102.1. Schémas de partitionnement Préparation LPI Exam 101 102.1. Schémas de partitionnement Document sous licence Creative commons «by nc sa» http://creativecommons.org/licenses/by nc sa/2.0/fr/ Sommaire Partitionnement LVM Points de

Plus en détail

Architecture des Ordinateurs et Systèmes d Exploitation

Architecture des Ordinateurs et Systèmes d Exploitation Architecture des Ordinateurs et Systèmes d Exploitation Cours n 9 Les Fichiers 3ème année Fichiers : pour quoi faire? La mémoire principale est de taille restreinte volatile,... Besoin de stocker des informations

Plus en détail

Routage IP: Protocoles. Page 1. 1994: création Bernard Tuy Modifications. 1995 Bernard Tuy 1997 Bernard Tuy 1998 Bernard Tuy

Routage IP: Protocoles. Page 1. 1994: création Bernard Tuy Modifications. 1995 Bernard Tuy 1997 Bernard Tuy 1998 Bernard Tuy Routage IP: Protocoles 1994: création Bernard Tuy Modifications 1995 Bernard Tuy 1997 Bernard Tuy 1998 Bernard Tuy Page 1 Plan Les protocoles de Routage IP Généralités RIP (2) IGRP OSPF EGP (2) BGP CIDR

Plus en détail

Les entrées/sorties Les périphériques

Les entrées/sorties Les périphériques Les entrées/sorties Les périphériques La fonction d un ordinateur est le traitement de l information (fonction réalisée au niveau de la mémoire et l UC). L ordinateur acquiert cette information et restitue

Plus en détail

Petit guide des sous-réseaux IP

Petit guide des sous-réseaux IP Petit guide des sous-réseaux IP Robert Hart, hartr@interweft.com.au version française par Laurent Caillat-Vallet, caillat@univ-lyon1.fr v1.0, 31 Mars 1997 Ce document décrit pourquoi et comment découper

Plus en détail

DAns un système multi-utilisateurs à temps partagé, plusieurs processus

DAns un système multi-utilisateurs à temps partagé, plusieurs processus Chapitre 8 Ordonnancement des processus Dns un système multi-utilisateurs à temps partagé, plusieurs processus peuvent être présents en mémoire centrale en attente d exécution. Si plusieurs processus sont

Plus en détail

4D Tools. Manuel de référence Windows /Mac OS. 4D Tools 2000 4D SA. Tous droits réservés.

4D Tools. Manuel de référence Windows /Mac OS. 4D Tools 2000 4D SA. Tous droits réservés. 4D Tools Manuel de référence Windows /Mac OS 4D Tools 2000 4D SA. Tous droits réservés. 4D Tools Version 6.7 Manuel de référence Copyright 2000 4D SA et 4D, Inc. Tous droits réservés. Les informations

Plus en détail

Optimisation de code

Optimisation de code Optimisation de code Brique ASC Samuel Tardieu sam@rfc1149.net École Nationale Supérieure des Télécommunications Samuel Tardieu (ENST) Optimisation de code 1 / 77 But L optimisation cherche à améliorer

Plus en détail

Version default Titre : Procédure POURSUITE Date : 07/04/2009 Page : 1/10 Responsable : Clé : U4.11.03 Révision : 496

Version default Titre : Procédure POURSUITE Date : 07/04/2009 Page : 1/10 Responsable : Clé : U4.11.03 Révision : 496 Titre : Procédure POURSUITE Date : 07/04/2009 Page : 1/10 Procédure POURSUITE 1 But Poursuivre une étude à partir de la sauvegarde au format JEVEUX ou au format HDF de sa base 'GLOBALE'. La syntaxe apparemment

Plus en détail

Cours Programmation Système

Cours Programmation Système Cours Programmation Système Filière SMI Semestre S6 El Mostafa DAOUDI Département de Mathématiques et d Informatique, Faculté des Sciences Université Mohammed Premier Oujda m.daoudi@fso.ump.ma Février

Plus en détail

CHAPITRE 4 LA MÉMOIRE DE L'ORDINATEUR

CHAPITRE 4 LA MÉMOIRE DE L'ORDINATEUR CHAPITRE 4 LA MÉMOIRE DE L'ORDINATEUR 1. Les différents types de mémoires Un ordinateur est composé de plusieurs types de mémoire. À première vue, on peut d'abord distinguer la mémoire principale à l'interne

Plus en détail

Chapitre 4 : Les mémoires

Chapitre 4 : Les mémoires 1. Introduction: Chapitre 4 : Les mémoires Nous savons que dans un ordinateur toutes les informations : valeur numérique, instruction, adresse, symbole (chiffre, lettre,... etc.) sont manipulées sous une

Plus en détail

Le gestionnaire des tâches

Le gestionnaire des tâches 43-45 rue CHARLOT 75003 PARIS. Benoît HAMET FRANCE : benoit.hamet@hametbenoit.fr.st Le gestionnaire des tâches......... Le gestionnaire des tâches Sommaire Sommaire...2 Introduction...3 Les onglets et

Plus en détail

IV- Comment fonctionne un ordinateur?

IV- Comment fonctionne un ordinateur? 1 IV- Comment fonctionne un ordinateur? L ordinateur est une alliance du hardware (le matériel) et du software (les logiciels). Jusqu à présent, nous avons surtout vu l aspect «matériel», avec les interactions

Plus en détail

INF6500 : Structures des ordinateurs. Sylvain Martel - INF6500 1

INF6500 : Structures des ordinateurs. Sylvain Martel - INF6500 1 INF6500 : Structures des ordinateurs Sylvain Martel - INF6500 1 Cours 2 : Mémoires Sylvain Martel - INF6500 2 Cache Location Niveau 1 Niveau 2 Dimension Vitesse 0 WS 1 WS > 1 WS Type de cache Correspondance

Plus en détail

4D Tools. Manuel de référence Windows /Mac OS. 4D Tools 2005 4D SA. Tous droits réservés.

4D Tools. Manuel de référence Windows /Mac OS. 4D Tools 2005 4D SA. Tous droits réservés. 4D Tools Manuel de référence Windows /Mac OS 4D Tools 2005 4D SA. Tous droits réservés. 4D Tools Version 2004 Manuel de référence Copyright 2005 4D SA et 4D, Inc. Tous droits réservés. Les informations

Plus en détail

Le système Windows. Yves Denneulin. Introduction. Introduction. Plan

Le système Windows. Yves Denneulin. Introduction. Introduction. Plan Introduction Le système Windows Yves Denneulin Windows a 25 ans Au début basé sur MS/DOS Multi-tâches coopératifs Pas de réelle protection entre applications Famille 1.0 -> 386 -> 95 -> 98 -> Me Version

Plus en détail

Optimisation de 4D Server et 4D Web Server. Résumé. 4D Notes techniques

Optimisation de 4D Server et 4D Web Server. Résumé. 4D Notes techniques Optimisation de 4D Server et 4D Web Server Par Chiheb NASR, Ingénieur Contrôle Qualité, 4D SA Note technique 4D-200312-34-FR Version 1 Date 1 Décembre 2003 Résumé Dans cetteprésentenotenous passons en

Plus en détail

Réalisation d un OS 32 bits pour PC(x86)

Réalisation d un OS 32 bits pour PC(x86) Rapport projet tutoré Réalisation d un OS 32 bits pour PC(x86) Maxime Chéramy Nicolas Floquet Benjamin Hautbois

Plus en détail

INTRODUCTION AUX SYSTEMES D EXPLOITATION. TD2 Exclusion mutuelle / Sémaphores

INTRODUCTION AUX SYSTEMES D EXPLOITATION. TD2 Exclusion mutuelle / Sémaphores INTRODUCTION AUX SYSTEMES D EXPLOITATION TD2 Exclusion mutuelle / Sémaphores Exclusion mutuelle / Sémaphores - 0.1 - S O M M A I R E 1. GENERALITES SUR LES SEMAPHORES... 1 1.1. PRESENTATION... 1 1.2. UN

Plus en détail

TD Architecture des ordinateurs. Jean-Luc Dekeyser

TD Architecture des ordinateurs. Jean-Luc Dekeyser TD Architecture des ordinateurs Jean-Luc Dekeyser Fiche 1 Nombres de l informatique Exercice 1 Une entreprise désire réaliser la sauvegarde de ses données sur un site distant. Le volume de données à sauvegarder

Plus en détail

Plus courts chemins, programmation dynamique

Plus courts chemins, programmation dynamique 1 Plus courts chemins, programmation dynamique 1. Plus courts chemins à partir d un sommet 2. Plus courts chemins entre tous les sommets 3. Semi-anneau 4. Programmation dynamique 5. Applications à la bio-informatique

Plus en détail

Architecture des ordinateurs TD1 - Portes logiques et premiers circuits

Architecture des ordinateurs TD1 - Portes logiques et premiers circuits Architecture des ordinateurs TD1 - Portes logiques et premiers circuits 1 Rappel : un peu de logique Exercice 1.1 Remplir la table de vérité suivante : a b a + b ab a + b ab a b 0 0 0 1 1 0 1 1 Exercice

Plus en détail

10/04/2011. Stockage des données : support, fonctionnement d un disque. Organisation des fichiers : champs, enregistrements, blocs, techniques d accès

10/04/2011. Stockage des données : support, fonctionnement d un disque. Organisation des fichiers : champs, enregistrements, blocs, techniques d accès 1 Stockage des données : support, fonctionnement d un disque Organisation des fichiers : champs, enregistrements, blocs, techniques d accès 2 processeur Registre processeur Vitesse Mémoire cache Mémoire

Plus en détail

1 Architecture du cœur ARM Cortex M3. Le cœur ARM Cortex M3 sera présenté en classe à partir des éléments suivants :

1 Architecture du cœur ARM Cortex M3. Le cœur ARM Cortex M3 sera présenté en classe à partir des éléments suivants : GIF-3002 SMI et Architecture du microprocesseur Ce cours discute de l impact du design du microprocesseur sur le système entier. Il présente d abord l architecture du cœur ARM Cortex M3. Ensuite, le cours

Plus en détail

Analyse et programmation 1

Analyse et programmation 1 Analyse et programmation Aperçu du fonctionnement de l ordinateur Fonctionnement de l ordinateur Codage de l information Bus d échange d information CPU Exécution d un programme par la CPU Gestion des

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Techniques de stockage

Techniques de stockage NFE113 Administration et configuration des bases de données 2010 Techniques de stockage 1 Eric Boniface Sommaire Stockage de données Disques RAID Fichiers Oracle et MySQL 2 Stockage de données Une base

Plus en détail

Les techniques de multiplexage

Les techniques de multiplexage Les techniques de multiplexage 1 Le multiplexage et démultiplexage En effet, à partir du moment où plusieurs utilisateurs se partagent un seul support de transmission, il est nécessaire de définir le principe

Plus en détail

Gestion de la mémoire

Gestion de la mémoire Gestion de la mémoire ENSIIE : Programmation avancée 1/20 Langages et mémoire Différence principale entre langages de haut niveau : OCaml, Java, C# langages de bas niveau : C, C++ : Gestion de la mémoire

Plus en détail

A. Partitionnement, systèmes de fichiers et RAID :

A. Partitionnement, systèmes de fichiers et RAID : Introduction : Ce cours a pour but d expliquer les différentes étapes de la gestion des disques sous Windows 7 Client. Afin d être le plus exhaustif possible, nous avons décidé de commencer par aborder

Plus en détail

Centre CPGE TSI - Safi 2010/2011. Algorithmique et programmation :

Centre CPGE TSI - Safi 2010/2011. Algorithmique et programmation : Algorithmique et programmation : STRUCTURES DE DONNÉES A. Structure et enregistrement 1) Définition et rôle des structures de données en programmation 1.1) Définition : En informatique, une structure de

Plus en détail

Manuel de System Monitor

Manuel de System Monitor Chris Schlaeger John Tapsell Chris Schlaeger Tobias Koenig Traduction française : Yves Dessertine Traduction française : Philippe Guilbert Traduction française : Robin Guitton Relecture de la documentation

Plus en détail

Notions de langage machine

Notions de langage machine Notions de langage machine 18 décembre 2009 Rappels et introduction Architecture de Van Neumann : Processeur = UC + UAL Mémoire interne au processeur = les registres (soit seulement l accumulateur, soit

Plus en détail

Les bases théoriques du numérique

Les bases théoriques du numérique Les bases théoriques du numérique 1. Différences entre signaux analogiques et signaux numériques L analogique et le numérique sont deux procédés pour transporter et stocker des données. (de type audio,

Plus en détail

PLAN. Synchronisation des Processus: Exclusion Mutuelle. Problème de synchronisation: Exemple. Spécification du Problème

PLAN. Synchronisation des Processus: Exclusion Mutuelle. Problème de synchronisation: Exemple. Spécification du Problème PLAN Synchronisation des Processus: Exclusion Mutuelle N.Hameurlain http://www.univ-pau.fr/~hameur Spécification du problème Section Critique () Exclusion Mutuelle Principe Propriétés Réalisation d exclusion

Plus en détail

Introduction à la Programmation Parallèle: MPI

Introduction à la Programmation Parallèle: MPI Introduction à la Programmation Parallèle: MPI Frédéric Gava et Gaétan Hains L.A.C.L Laboratoire d Algorithmique, Complexité et Logique Cours du M2 SSI option PSSR Plan 1 Modèle de programmation 2 3 4

Plus en détail

GPA770 Microélectronique appliquée Exercices série A

GPA770 Microélectronique appliquée Exercices série A GPA770 Microélectronique appliquée Exercices série A 1. Effectuez les calculs suivants sur des nombres binaires en complément à avec une représentation de 8 bits. Est-ce qu il y a débordement en complément

Plus en détail

Instructions assembleur

Instructions assembleur Instructions assembleur 0001011011110110 0001011101101101 10001001 Instruction vue par le programmeur assembleur ou instruction élémentaire cible d'un compilateur Réalise une modification de l'état interne

Plus en détail

A -Systèmes de fichiers 1 - FAT vs NTFS

A -Systèmes de fichiers 1 - FAT vs NTFS A -Systèmes de fichiers 1 - FAT vs NTFS -------------------------------------------- PETIT HISTORIQUE WINDOWS Windows 3.1 (considéré comme juste une interface, une sur couche sur DOS) FAT 16 Windows 95

Plus en détail

Système d exploitation

Système d exploitation Chapitre 2 Système d exploitation 2.1 Définition et rôle Un ordinateur serait bien difficile à utiliser sans interface entre le matériel et l utilisateur. Une machine peut exécuter des programmes, mais

Plus en détail

Gestion Mémoire. Informatique Embarquée M2 / 2014. Gestion Mémoire

Gestion Mémoire. Informatique Embarquée M2 / 2014. Gestion Mémoire Informatique Embarquée M2 / 24 24 Interaction CPU / mémoire Bus d'adresses CPU Bus de Données Bus de Contrôle 24 Architecture Von Neumann CPU contient: Instructions et Données CPU charge les instructions

Plus en détail

KoinKoin. Système d exploitation à architecture basée micro-noyau. Antoine Castaing Nicolas Clermont Damien Laniel

KoinKoin. Système d exploitation à architecture basée micro-noyau. Antoine Castaing Nicolas Clermont Damien Laniel KoinKoin Système d exploitation à architecture basée micro-noyau Antoine Castaing Nicolas Clermont Damien Laniel 30 juillet 2006 Free Documentation License Copyright (c) 2005 Nicolas Clermont / Antoine

Plus en détail

Présentation. Logistique. Introduction

Présentation. Logistique. Introduction Présentation Diapo01 Je m appelle Michel Canneddu. Je développe avec 4D depuis 1987 et j exerce en tant qu indépendant depuis 1990. Avant de commencer, je tiens à remercier mes parrains Jean-Pierre MILLIET,

Plus en détail

Logiciel de base. Première année ENSIMAG

Logiciel de base. Première année ENSIMAG Logiciel de base Première année ENSIMAG 1 Procédures, paramètres, pile En assembleur une fonction est une étiquette, c'est l'adresse de sa première instruction Lors de l'appel d'une fonction, la pile sert

Plus en détail

PROTEGER SA CLE USB AVEC ROHOS MINI-DRIVE

PROTEGER SA CLE USB AVEC ROHOS MINI-DRIVE PROTEGER SA CLE USB AVEC ROHOS MINI-DRIVE Protéger sa clé USB avec un système de cryptage par mot de passe peut s avérer très utile si l on veut cacher certaines données sensibles, ou bien rendre ces données

Plus en détail

Oracle 11g Administration I Installation et configuration

Oracle 11g Administration I Installation et configuration Oracle 11g Administration I Installation et configuration Auteur Razvan BIZOI GUIDE DE FORMATION La marque TSOFT est une marque déposée. La collection des guides de formation TSOFT est éditée par la société

Plus en détail