Energies (Offshore Pétrole et Gaz, renouvelables), ressources minerales, algues : la mer, un gisement d'avenir?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Energies (Offshore Pétrole et Gaz, renouvelables), ressources minerales, algues : la mer, un gisement d'avenir?"

Transcription

1 Energies (Offshore Pétrole et Gaz, renouvelables), ressources minerales, algues : la mer, un gisement d'avenir? Maurice BOUTECA, Directeur, IFP Energies nouvelles Pierre CALLEJA, Président-directeur général, Fermentalg Jean-François MINSTER, Directeur scientifique, TOTAL Hervé MOULINIER, Président, Pôle Mer Bretagne Pierre PARVEX, Directeur pôle ENR, Groupe GDF SUEZ Xavier DEBONTRIDE, Journaliste : Nous ouvrons cette table ronde avec une entrée en matière un peu globale sur les problématiques énergétiques. Hervé MOULINIER, aidez-nous à y voir plus clair! Hervé MOULINIER, Président, Pôle Mer Bretagne : L exploitation durable des ressources marines est vraiment au cœur de plusieurs thématiques des deux Pôles Mer et c est d ailleurs là que sont les gisements de croissance les plus importants, les autres thématiques étant finalement plus en accompagnement (comme la Sécurité/Sureté Maritimes ou l environnement) ou en mutation qu en croissance (comme le naval-nautisme). Je vais l illustrer par des projets concernant les ressources énergétiques, minérales ou biologiques, mais rappelons d abord comment les deux Pôles agissent. Leur rôle c est de stimuler, puis d accompagner vers le financement et le marché des projets collaboratifs innovants réunissant leurs membres (650 à eux deux dont 450 PME) ; les deux Pôles ont ainsi labellisé en 7 ans plus de 300 projets de R&D représentant plus d un milliard d euros d investissement total dont 30 % de financement public, c'est-à-dire 70 % d investissements privés, ne l oublions pas. Les Pôles interviennent aussi dans la mise en place de projets structurants : que ce soient des programmes fédérateurs comme sur le navire du futur, les EMR ou la pêche durable, mais aussi des centres d essais en mer, Abyssea pour l offshore profond en Paca, Sea test base en Bretagne en petits fonds. Et surtout, ils ont été un acteur déterminant dans la mise en place de deux Instituts d Excellence en Energie Décarbonnée, je veux parler de France Energies Marines et de Greenstars qui, l un, vise à stimuler et accroitre la compétitivité de la filière émergente des EMR en France, et l autre la filière des microalgues. A travers le Programme Investissements d avenir, c est entre 300 et 500 M d euros qui vont aussi être investis en partenariat public privé (PPP) sur les thématiques maritimes des deux pôles dans les 8 prochaines années. Venons-en aux exemples et aux projets que j aborde par ordre de maturité décroissante. Offshore Oil & Gas : sur ce sujet plus mature que les autres et pour lequel le CITEPH et la fondation franco-norvégienne offrent déjà une organisation de soutien à des projets innovants, le rôle des deux Pôles est plus d accompagner les PME à l exportation, par exemple au Brésil, pays où la croissance est très forte. Nous avons néanmoins des projets en robotique et en modélisation. Biotechnologies bleues : je laisserai P. Calleja de Fermentalg illustrer plus complètement la thématique microalgue. Parmi les sujets de valorisation de la biomasse, les microalgues font l objet d un engouement particulier en raison de leur débouché énergétique. Rappelons les 4 grandes priorités de Greenstars : l étude des souches de façon à disposer des algues les plus productives en fonction de l application visée ; les systèmes de culture à haut rendement (produire le plus pour le minimum d espace d énergie et d intrants) ; la récolte et la bio-raffinerie, exploiter l ensemble des substances issues des microalgues, et enfin un programme transverse sur l ACV et la modélisation. Cette bio-raffinerie est la clé de la compétitivité ; il faut pouvoir exploiter l huile, les protéines et plus généralement l ensemble des principes actifs. Les microalgues sont aussi une des solutions pour l aquaculture durable pour éviter la pêche minotière, je pense particulièrement à un projet de crevetticulture à fort rendement que nous avons labellisé récemment. En rebond, la bio-raffinerie de la ressource halieutique est aussi une voie très intéressante pour rendre supportable économiquement la contrainte du débarquement des déchets et prises accessoires ; des projets de valorisation énergétique ou alimentaire (oméga 3 et 6) sont déjà en cours. Les applications des principes actifs de molécules issues du milieu marin sont extrêmement vastes : à un point que le commun des terriens ne peut pas imaginer au-delà de ce qui est déjà connu et continue de se développer en cosmétique et bienêtre.

2 Je vous citais l année dernière les applications thérapeutiques de l hémoglobine des vers marins dans la conservation d organe ou encore de la lutte contre le cancer à partir des testicules de roussette, mais je ne peux pas passer sous silence le succès du groupe Roullier dans la commercialisation de fertilisants issus de molécules marines qui stimulent l absorption d azote au bon moment, en bonne quantité, permettant ainsi de diminuer à la fois les quantités d engrais et de rejet dans l environnement et, bien sûr, d accélérer la croissance de la plante ; cette ligne de produit a permis, dès sa première année, de viser un CA de 50 M et d annoncer l embauche de 600 personnes à travers le monde dont 120 en France afin de commercialiser cette innovation. Energies Marines Renouvelables : à côté de l éolien posé qui mobilise les attentions du public et des investisseurs à court terme, les projets phares de démonstrateurs sont en cours dans les deux Pôles : dans le domaine de l hydrolien Sabella, Orca, Blusteam, dans l éolien flottant avec Winflo et Vertiwind, dans le houlomoteur avec Bilboquet ou dans l énergie thermique des Mers le projet Espadon. Cet effort sur les démonstrateurs est nécessaire mais pas suffisant ; il s accompagne de projets relatifs à la sécurité, aux techniques de pose ou de maintenance, au raccordement et au transport d électricité, à la logistique, à la cogénération en mer ou au stockage, aux techniques de pêche d aquaculture et d algoculture dans les champs, et à la surveillance environnementale, un champ thématique très vaste qui concerne tous les membres des deux Pôles. Stimuler l innovation à tous les étages et expérimenter en mer est nécessaire pour amener les technologies non seulement à maturité mais aussi au seuil compétitivité. C est l objet de France Energie Marine. Dans l attente des aides de l Etat, nous avons néanmoins démarré car la concurrence n attend pas. L institut disposera aussi d un centre de ressources notamment pour la dissémination des connaissances sur tous les verrous non technologiques ; il s appuiera pour les technologies de matériaux et d assemblage sur l IRT Jules Verne. Ressources minérales profondes : je suis impatient d entendre ce que les autres participants de cette table ronde ont à dire sur le sujet ; nous n avons pas encore de projet labellisé, mais la mobilisation des deux plateformes du Centre d essai en Mer Profonde ABYSSEA m et m est acquise et, bien sûr, avant de parler du marché de l exploitation, le marché de l exploration, de l instrumentation et de la robotique est à l évidence un sujet sur lequel nous allons solliciter nos membres pour faire émerger des projets. Xavier DEBONTRIDE : Resserrons maintenant notre approche avec l état des lieux et les perspectives du maritime dans la transition énergétique. Maurice BOUTECA, Directeur, IFP Energies nouvelles : L offshore est un élément majeur de la transition énergétique! Pour ma présentation, je partirai de la demande énergétique à l horizon Trois scénarios sont envisageables : si les politiques en vigueur restent inchangées ; si de nouvelles politiques prennent en compte les engagements généraux et les plans d action annoncés par les pays, notamment sur la réduction des gaz à effet de serre et les arrêts ou diminution des subventions accordées aux énergies fossiles ; ce sera notre le scénario de référence ; si une politique cohérente est menée pour limiter la concentration en gaz dans l atmosphère à 450 ppm de CO², avec une hausse de la température moyenne à la surface de la terre ne dépassant pas 2 C. Selon le scénario de référence, à l horizon 2035, 50 % de la demande énergétique sera couverte par les hydrocarbures. Dans ce scénario, en 2035, la part du gaz augmentera de 55 % par rapport à 2009 et elle sera équivalente à celle du charbon ; la part des énergies renouvelables sera de 18 % (incluant le nucléaire pour 7 %) ; les énergies renouvelables autres que l hydraulique et la biomasse suivront une croissance de 700 % par rapport à 2009 et représenteront 4 % du bouquet énergétique, soit plus de la moitié de la contribution du parc nucléaire. La source d énergie peut considérablement changer au cours du temps : depuis le milieu du XIXe siècle jusqu au milieu du XXIe siècle, après une dépendance quasi exclusive à la biomasse, accompagnée de déforestations, le charbon a pris de plus en plus d importance. Sont ensuite apparus au début du XXe siècle, de nouvelles sources d énergie : le pétrole d abord, puis le gaz. Ces trois sources d énergies fossiles couvriront à l horizon 2035 environ 75 % de la demande énergétique. Depuis le milieu du XXe siècle, de nouvelles sources d énergie se développent : l hydraulique (barrages), le nucléaire, et, plus récemment des énergies renouvelables (éolien, solaire). Quels sont les déterminants de cette évolution? Clairement, le facteur déterminant est le progrès technologique dans l acquisition (récupération de l énergie) et l utilisation (transport, transformation, stockage) de la ressource.

3 Dans la transition énergétique, le rôle du maritime va aller croissant car la production offshore passera de 8 % en 1970 à à 30 % en Pour les hydrocarbures, l offshore représente aujourd hui environ 25 % des réserves (le pétrole offshore 20 % et le gaz 30 %). Depuis les années 70, la production offshore a continuellement augmenté et elle représente près de 30 % de la production mondiale d hydrocarbures. Notez que les gisements situés à plus de m de profondeur représentent 10 % de la production offshore. Il faut aussi remarquer le dynamisme des activités de construction offshore. Ainsi, de 2004 à 2012, les projets dans l activité pipeline ont cru de 19 %, les projets de plateformes flottantes de 90 % et ceux des activités sous-marines de 17 %. De 2007 à 2012, le marché total est passé de 40 Md$ à plus de 50 Md$. A ce marché, il faut ajouter ceux des forages (plus de 40 Md$) et des activités géophysiques en mer. La France est fortement présente dans ces secteurs ; outre la présence des majors pétrolier et gazier, Total et GDF SUEZ, nous bénéficions d une industrie parapétrolière au 4 ème rang mondial ; en 2009, le chiffre d affaires de notre industrie parapétrolière était de 28 Md dont plus de 70 % à l export, ce qui induit emplois en France avec des champions nationaux figurant au premier rang mondial : Technip (4 000 emplois en France ; CA de 6,8 Md en 2011), CGG Veritas (1 500 emplois en France ; 2 Md de CA), Vallourec (4 000 emplois en France ; CA de 5,3 Md ). Autour de ces champions, plus de 300 PME-PMI sont actives sur le secteur et dans celui des EMR. En 2012, trois zones ont été importantes pour la découverte de gisements offshore : le bassin au large du Mozambique et de la Tanzanie, la Mer Caspienne et le bassin du Brésil. Dans la transition énergétique, le potentiel des énergies renouvelables est également très important. C est l éolien offshore posé qui a la croissance la plus forte avec 100 GW en 2030 ; les hydroliennes devraient atteindre 20 GW et l éolien offshore flottant 10 GW en % de l énergie électrique sera d origine éolienne en 2020, dont un tiers venant de l offshore. En matière de diminution des coûts, la technologie sera déterminante, là encore, ce qui implique un effort important en R&D et une forte croissance de la capacité installé, étant précisé que, dans l éolien terrestre, on a su diviser les coûts par deux en 10 ans Finalement, on peut dire que les capacités du maritime dans la transition énergétique sont significatives ; la part de l offshore en exploration et production ne cesse de croître et les entreprises françaises sont bien positionnées. Quant aux énergies marines et l éolien offshore, ils constituent un second pôle de croissance. Pour conquérir de nouveaux territoires et réduire les coûts de production, les développements scientifiques et technologiques sont indispensables. Xavier DEBONTRIDE : Chez Total, quelle est la part du pétrole «profond»? Comment valorise-ton les énergies d origine marine? Jean-François MINSTER, Directeur scientifique, TOTAL : Un mot d abord pour vous remercier de m avoir invité et pour vous dire que je suis très impressionné par le nombre de participants (d étudiants, en particulier) aux Assises : cela prouve que le poids du domaine maritime ne cesse d augmenter. Maurice BOUTECA a bien mis en évidence l importance de l offshore pétrolier : on peut affirmer sereinement que toute évolution économique mondiale est aujourd hui impossible - et pour plusieurs décennies - sans le recours aux hydrocarbures offshore. Il n y a pas de remplacement envisageable dans ces échéances-là. Par ailleurs, on ne peut pas penser à l offshore en ne se focalisant que sur les «grands» opérateurs comme Total ou GDF SUEZ : il faut clairement toute une chaîne industrielle ; c est elle qui fait sens. Au-delà de la présence de tous ces acteurs, entreprises opératrices, technologiques, de transport, portuaires, etc., il faut un partage de la vision des enjeux. C est heureusement le cas entre l industrie parapétrolière, la recherche et les opérateurs. D une part, on a besoin de poursuivre le développement de l offshore dans des «thèmes» géologiques renouvelés en permanence : l offshore très profond à plusieurs milliers de mètres sous le sédiment, l exploitation des talus continentaux abrupts, l exploitation dans les zones de grand froid On a donc une vision partagée qu il y a un renouvellement permanent des thèmes. De même, nous sommes assez d accord sur les grands enjeux technologiques à surmonter que ce soit du côté de l exploration (sous le sel par exemple) ou des installations (chaque type de recherches pétrolières apporte des enjeux d installation). Chaque entreprise dans la chaîne apporte des briques essentielles. Par exemple, les progrès de Technip sur les pipelines intelligents et chauffants sont essentiels pour nos installations.

4 Les progrès majeurs en matière de transport de l énergie sous-marine sont aussi essentiels pour faire du sea to beach, c est-àdire pour ramener à terre le contrôle de l exploitation et le pétrole lui-même Comme dans d autres secteurs industriels, nous avons une vision partagée des enjeux économiques et technologiques, ce qui est très important pour avancer et s adapter rapidement car cela change beaucoup plus vite qu on ne le croit. Dans ce contexte, le thème principal est la sécurité ; c est la priorité des priorités dans l offshore pétrolier : sécurité des hommes, sécurité de l environnement. Ce n est pas seulement en raison des accidents récents ; c est clairement inscrit dans notre paysage et cela détermine énormément de choses : les modes de développement, les opérations, les outils de contrôle et de surveillance. Il y a toute une chaîne de modes de fonctionnement et de technologies qui est sous-jacente à cet enjeu de sécurité qui doit être partagé au maximum : nous ne pouvons pas nous permettre de le développer chacun de notre côté. Tout cela ne se fera pas sans investissements En 2012, l investissement pétrolier mondial représentera environ 650 Md$ (+ 13 % par rapport à 2011), dont près de la moitié pour la mer. Chez Total, nous prévoyons d investir 20 Md chaque année jusqu en Ces investissements massifs des opérateurs offrent des activités à toute la chaîne industrielle et à la recherche. Ils sont vraiment essentiels car on a besoin de renouveler 5 % de la production pétrolière chaque année. Au-delà des investissements, le développement passe par la connaissance dans plusieurs domaines : géologie, milieu, technologies On peut affirmer sans hésiter que chaque technologie avancée a de l importance pour l activité pétrolière du futur, que ce soit les biotechs, les nanotechs, le calcul haute performance, les technologies de l information, les nouveaux progrès de l analyse analytiques Toutes ces technologies avancées ont une déclinaison à court ou moyen terme dans l industrie pétrolière. Nous avons donc besoin de nous interfacer : avec les laboratoires de recherche publics travaillant dans ces technologies avancées pour les accompagner dans la spécification de nos besoins et de nos applications ; avec les start-up qui mettent à disposition ces technologies-là. Enfin, nous avons besoin de gouvernance à chacun des niveaux de nos activités. On ne peut pas exploiter du pétrole offshore sans autorisation des Etats dans des zones économiques exclusives claires. Il faut aussi une gouvernance pour le transport, pour les installations sur le littoral, pour les activités industrielles (rejets, etc.) car aucun projet industriel ne se réalise tout seul : pour Kashagan en Mer Caspienne, la première tranche va coûter 40 Md$ et aucun groupe industriel dans le monde n est capable d assurer un tel investissement en solo. On apprend à travailler de cette façon-là et cette gouvernance industrielle fait partie du paysage. Xavier DEBONTRIDE : Quid de la réduction des coûts? Jean-François MINSTER : Je n ai pas perçu que les coûts du pétrole étaient en baisse Certes, nous avons besoin de maîtriser les coûts, mais nous avons aussi besoin d installations technologiques de plus en plus complexes. Le prix du baril en 2012 aura été, en moyenne annuelle, le plus élevé qui ait jamais existé : en 2008, il était monté à 140 $ pendant un mois. En 2012, c est le prix en moyenne sur l année, et c est la 2 ème année consécutive la plus élevée! On est dans une industrie qui met sur le marché un produit de plus en plus cher, notamment car les coûts d exploitation augmentent régulièrement. Donc, nous avons besoin de maîtriser les coûts, et d abord par les projets car il y a des marges de progrès à ce niveau, de même qu au niveau des entreprises qui nous vendent leurs technologies. Xavier DEBONTRIDE : Comment le groupe GDF SUEZ est-il aujourd hui positionné sur ces problématiques? Pierre PARVEX, Directeur pôle ENR, Groupe GDF SUEZ : Nous travaillons sur le gaz, et aussi sur le pétrole, avec une présence historique d une vingtaine d années en Mer du Nord au départ en tant que partenaire, et maintenant d opérateur. Dans la vision du mix énergétique diversifié que notre Groupe défend, il y a un travail à faire sur la partie oil & gas offshore, avec des investissements à réaliser en Europe et ailleurs dans le monde sur des projets de gaz naturel liquéfié dans les nouveaux marchés émergents ; ces projets mobilisent énormément le Groupe car, en termes de gisements énergétiques, cela reste aujourd hui un pilier fondamental. GDF SUEZ s est fortement positionné sur les énergies renouvelables dans le domaine éolien terrestre. Assez naturellement, la mer est regardée de très près par notre Groupe comme gisement énergétique au niveau de l éolien offshore et de l hydrolien.

5 Concernant l offshore, cela a commencé pour nous il y a pas mal d années, via la Compagnie du Vent qui a été précurseur dans ce domaine en France ; on travaille sur la zone du Tréport avec les péripéties que l on connait du premier appel d offres ; il y a un second appel d offres et on espère pouvoir obtenir une bonne compétitivité en baissant nos coûts : c est vraiment notre fil rouge. De fait, il y a un an ou deux, une certaine sympathie existait pour les EMR quand bien même leurs coûts étaient élevés. Maintenant, c est de moins en moins vrai dans la situation économique que nous connaissons. On voit d ailleurs que l éolien terrestre est devenu une énergie presque compétitive. Pour le solaire, la pression sur la baisse des coûts a vraiment été phénoménale et elle a donné des résultats Aujourd hui, les coûts pour les énergies marines (offshore et hydrolien) sont encore le talon d Achille et nous devons travailler encore et toujours à les maîtriser. Nous avons gagné une concession en Belgique pour un parc à construire de près de 450 MW : il y a toute une série d innovations, notamment des convecteurs d énergie houlomoteurs qu on met entre les éoliennes. Cela me permet d insister aussi sur la complexité des développements offshore et particulièrement en France où c est vrai que la contrainte du coût est importante en raison de sites plus compliqués, avec des vents plus faibles qu en Mer du Nord ou en Grande-Bretagne. Concernant les hydroliennes, GDF SUEZ mène de projets à l étranger, même si nous sommes concentrés à ce stade sur la France où nous avons ciblé les deux zones du Raz Blanchard (50 % du potentiel français) et du Passage du Fromveur dans une stratégie de développement à long terme. Au Raz Blanchard, l idée est de faire là le premier gisement hydrolien français, en nous préoccupant à l avance et avec beaucoup de soin des raccordements à réaliser, surtout d un point de vue administratif. Cela exige une mobilisation de tous les acteurs très amont pour la planification des opérations. Il y a aussi un choix des technologies à opérer car toutes ne sont pas «mûres» et plusieurs concepts évoluent en même temps. Au Raz Blanchard, nous avons retenu l hydrolienne HyTide conçue par le fabricant Voith Hydro qui tourne à échelle réduite depuis Nous pensons pouvoir installer dès 2015/2016 un parc pilote de 3 à 6 turbines pour une puissance de 3 à 12 MW, hors délai de raccordement. Nous testerons ainsi in situ la viabilité technique et économique de ces technologies et ses impacts environnementaux. Au Passage du Fromveur, une autre stratégie est menée en collaboration avec Sabella, société spécialisée dans l ingénierie hydrolienne. L accord signé en mars 2012 prévoit le développement d un parc hydrolien à l horizon 2016, avec, auparavant, des essais sur le prototype d hydrolienne D10 de Sabella en 2013 qui sera progressivement développé. J ajoute que dans les deux cas (Raz Blanchard et Passage Fromveur), nous avons vraiment les moyens de développer une vraie stratégie industrielle française. En effet, nous nous y mettons relativement tôt; de plus, la proximité entre construction et maintenance est un atout significatif pour le montage d une filière industrielle: nous avons d ailleurs privilégié cet aspect-là dans nos accord avec Voith et Sabella. Autant notre système a permis la fabrication des démonstrateurs en France, autant maintenant l enjeu est de mettre en place un système de soutien pour la ferme pilote. On ne peut faire un appel d offres du type offshore évidemment car il n y a pas la masse nécessaire (on parle de 100 machines) et il faut donc trouver le bon système pour que nous passions le cap des essais en France avant les autres, afin de proposer en 2018/2019 un outil industriel qui fonctionne parfaitement. Bien entendu, il nous faudra une visibilité globale sur ce mécanisme de soutien pour pouvoir anticiper nos investissements qui restent lourds avant la phase commerciale. Xavier DEBONTRIDE : Des PME innovantes se créent autour des biotechs et nous avons le plaisir d accueillir l une d entre elles : Fermentalg qui offre une solution alternative et durable face à la raréfaction annoncée de deux ressources : le poisson sauvage et le pétrole. Pierre CALLEJA, Président-directeur général, Fermentalg Merci de me recevoir dans cette enceinte prestigieuse ; j ai été très heureux qu on parle ici des microalgues, MM. PERROT et MOULINIER ayant bien positionné l importance de ces microorganismes. Peu de gens, aujourd hui, ont vraiment à l esprit que nous sommes en train de rentrer dans l ère de l exploitation des microalgues. C est vraiment très important car les microalgues sont à la base à la fois de toute chaîne alimentaire dans océans (sans microalgues, pas de poissons!) et d une partie du pétrole que nous exploitons aujourd hui. Grâce à l exploitation des microalgues, nous pourrons substituer ces ressources pour produire des produits alimentaires pour les hommes (beurre, margarine, huile, lait, fromage ) et pour la nutrition animale (protéines, ).

6 Beaucoup d applications sont aussi possibles en cosmétologie et en chimie verte (molécules de spécialités et de plateformes). Et puis, il y a le Graal On l a appelé la troisième génération des biocarburants : c est la production de biodiesel et d hydrocarbures ; nous avons des souches capables de produire directement des hydrocarbures, de manière extracellulaire, avec un potentiel très intéressant. Cette exploitation industrielle des microalgues est en route chez Fermentalg ; elle est une réalité puisque nous produisons sur des volumes importants de plusieurs m3 permettant d obtenir des quantités significatives de biomasses, des huiles, notamment, que nous sommes en train de tester. Au niveau mondial, certaines sociétés ont déjà des activités importantes dans les microalgues ; on peut citer aux Etats-Unis Martek Biosciences, alliée au groupe pétrolier BP, qui réalise plus d un demi-milliard de CA, et Solazyme qui produit 2 millions de litres de biocarburants. Les Asiatiques ne sont pas en reste avec la société Nishin Oillio ; pour l Europe, Fermentalg est positionné sur la mixotrophie - hétérotrophie qui est une 4 ème génération technologique permettant d atteindre des coûts de production faibles qui nous ouvrent effectivement l exploitation industrielle des microalgues. Cela faisait une cinquantaine d années que nous cherchions à exploiter les microalgues ; la France a été très active, avec le Japon, pour rentrer dans l exploitation industrielle : nous y voilà! Cette nouvelle génération fonctionne de la manière suivante : dans des cuves «les fermenteurs», nous apportons des quantités de lumière faibles pour activer le chloroplaste ; nous allons nourrir les souches avec des substrats car les microalgues sont des êtres unicellulaires. Elles sont apparues dès le début de la vie, il y a 4 milliards d années et elles sont ultra sophistiquées, entre l animal et le végétal. Elles ont donné naissance à tous les végétaux de la planète ; elles ont donc un chloroplaste et elles sont capables de fonctionner comme des plantes. Elles sont aussi capables de fonctionner comme des êtres hétérotrophes, comme nous qui consommons la matière organique (le carbone). Dans ces cuves, on les nourrit avec des sous-produits de l industrie agroalimentaire ou chimique ; les microalgues sont capables de manger un petit peu n importe quoi : des acides, des alcools, etc. Là, elles vont donc se reproduire en se divisant toutes les 2 ou 3 heures indéfiniment, en produisant d importantes quantités de biomasse d où nous extrairons les molécules d intérêt. Chez Fermentalg, nous disposons d une force de travail assez puissante ; nous sommes propriétaires de notre technologie avec 16 familles de brevets qui nous positionnent aujourd hui comme le leader mondial de la mixotrophie à dominante hétérotrophe et le leader européen en matière de production d huiles destinées à l agroalimentaire. Nous sommes équipés de 7 plateformes avec une quarantaine de chercheurs qui développent les molécules à partir de souches collectées dans le monde entier (nous n en connaissons qu un millier sur le million existant) pour avoir des niveaux de production très élevés (nous arrivons à dépasser plusieurs centaines de grammes par litre). Aujourd hui, nos coûts de production ne sont encore pas compatibles avec les prix actuels de l énergie, mais notre huile de microalgue est tout à fait capable de faire tourner un véhicule, comme nous le montrerons le 7 décembre prochain à l occasion de l inauguration de nos nouveaux locaux. Nous essayons de baisser nos coûts, centime après centime, pour atteindre de nouveaux marchés (glycérol) dans la chimie verte, notamment. Fermentalg est une équipe de 100 personnes aujourd hui, qui travaille avec un ensemble de partenariats (souvent exclusifs comme avec le CEA) : CNRS, Institut des Corps gras, La société Pierre GUERIN pour tout ce qui est annexe à la production et pour nous positionner comme leader mondial au niveau des brevets. Nous avons signé une joint-venture d exploitation avec Sofiprotéol visant à la bioproduction d Oméga 3. De nombreux partenaires financiers sont à nos côtés pour structurer une filière autour de notre technologie de rupture. Nous voulons monter un pilote démonstrateur de plusieurs dizaines de m3 et nous avons besoin de 7 à 8 millions d euros pour créer cette mini-usine. Xavier DEBONTRIDE : Au terme de tous nos débats, nous avons bien compris que la mer était effectivement un gisement d avenir dans le cadre d une démarche industrielle maîtrisée!

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité» Fédération mondiale des travailleurs scientifiques World Federation of scientifique Workers 85ème session du Conseil exécutif Symposium «Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

Plus en détail

Stockage de l énergie renouvelable et de production d hydrogène

Stockage de l énergie renouvelable et de production d hydrogène Stockage de l énergie renouvelable et de production d hydrogène HYBSEN - HYdrogène en Bretagne pour le Stockage d ENergie Renouvelable Le stockage de l énergie: 2 ème pilier de la troisième révolution

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

La place du charbon dans le mix électrique

La place du charbon dans le mix électrique La place du charbon dans le mix électrique Présentation au colloque 7 février 2008 Gérard Mestrallet, PDG de SUEZ «Les nouveaux débouchés du charbon : quels risques pour le changement climatique?» Outline

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales Les tendances du marché de la production d électricité dans le monde Samir Allal La globalisation économique a favorisé une plus grande expression des mécanismes concurrentiels. Désormais la concurrence

Plus en détail

Lutter contre l accumulation des gaz à effet de serre

Lutter contre l accumulation des gaz à effet de serre 056-061 Gires 29/10/08 11:00 Page 56 ÉNERGIE ET MATÉRIAUX : QUELQUES NOUVEAUX REGARDS Le captage et le stockage géologique de CO 2 : une des solutions pour lutter contre le changement climatique L utilisation

Plus en détail

ideol 45 salariés (en avril 2015) disposant d une longue expérience dans l ingénierie offshore 3 brevets dont Damping Pool 4 PRIX REMPORTÉS

ideol 45 salariés (en avril 2015) disposant d une longue expérience dans l ingénierie offshore 3 brevets dont Damping Pool 4 PRIX REMPORTÉS ideol en chiffres Société anonyme créée en 2010 et basée à La Ciotat (13) 45 salariés (en avril 2015) disposant d une longue expérience dans l ingénierie offshore 3 brevets dont Damping Pool 1SPÉCIALITÉ

Plus en détail

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera?

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co Des options environnementales, énergétiques, économiques majeures La France fait face à cinq options environnementales,

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

MARCHÉ AQUITAIN DES EMR & BENCHMARK TERRITORIAL. Mardi 3 mars 2015 Bordeaux, Cap Sciences

MARCHÉ AQUITAIN DES EMR & BENCHMARK TERRITORIAL. Mardi 3 mars 2015 Bordeaux, Cap Sciences MARCHÉ AQUITAIN DES EMR & BENCHMARK TERRITORIAL Mardi 3 mars 2015 Bordeaux, Cap Sciences SOMMAIRE Évaluation 2012 du gisement d énergies en mer de la façade aquitaine Perspectives économiques des filières

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Les énergies marines renouvelables : des nouvelles du front de mer

Les énergies marines renouvelables : des nouvelles du front de mer Les énergies marines renouvelables : des nouvelles du front de mer Placées maintenant au cœur du débat sur la transition énergétique, les énergies marines renouvelables ne sont plus des inconnues. Cependant,

Plus en détail

Les Ressources énergétiques

Les Ressources énergétiques AGIR : Défis du XXIème siècle Chapitre 17 Partie : Convertir l énergie et économiser les ressources Compétences attendues : - Recueillir et exploiter des informations pour identifier des problématiques

Plus en détail

AMbition éolien 2012. L énergie éolienne. renouvelable, compétitive et créatrice d emplois

AMbition éolien 2012. L énergie éolienne. renouvelable, compétitive et créatrice d emplois AMbition éolien 2012 L énergie éolienne renouvelable, compétitive et créatrice d emplois Sortons de la crise avec l énergie de l avenir La filière éolienne entend être demain un des fleurons de l industrie

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique FORUM NUCLEAIRE BELGE POSITION PAPER 24 JUIN 2015 L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique La demande en électricité ne cesse d augmenter. Entre 1965 et

Plus en détail

Atelier énergies. Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique

Atelier énergies. Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique CONGRÈS DES ECO-TECHNOLOGIES POUR LE FUTUR 2012 Atelier énergies Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique 14 juin 2012 Lille

Plus en détail

Promouvoir une croissance intelligente, durable et inclusive. équipe de soutien au. Plan d Action Atlantique. Financé par la

Promouvoir une croissance intelligente, durable et inclusive. équipe de soutien au. Plan d Action Atlantique. Financé par la Promouvoir une croissance intelligente, durable et inclusive pour l Espace Atlantique équipe de soutien au Plan d Action Atlantique Financé par la Qu est ce que l équipe de soutien au Plan d Action? En

Plus en détail

Cap sur la croissance!

Cap sur la croissance! Cap sur la croissance! EDORA Qui sommes-nous? Fédération de producteurs ER Plus de 85 Membres: Toutes les filières ER (éolien, biomasse, hydro, solaire) De la (très) grande et la (toute) petite entreprises

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Politique d investissement. Avril 2015

Politique d investissement. Avril 2015 Politique d investissement Avril 2015 PRESENTATION GENERALE 1.1 Un acteur de référence de la région Pays de Loire 1.2 Capitaux sous gestion L EQUIPE 2.1 Les investisseurs 2.2. L équipe en charge des investissements

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

CNR. pionnier de la filière hydrogène renouvelable

CNR. pionnier de la filière hydrogène renouvelable CNR pionnier de la filière hydrogène renouvelable Barrage de retenue de Pierre-Bénite sur le Rhône Perspectives Frédéric Storck, Directeur de l Énergie Les énergies renouvelables sont depuis 80 ans le

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Recommandations pour appuyer la croissance et le développement de la production commerciale de biocarburants cellulosiques pour une économie

Plus en détail

Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports

Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports Jérôme CICILE Transports, Mobilité, Qualité de l Air ADEME Direction Régionale PACA ORT- Avril 2015 De l évaluation des filières énergétique

Plus en détail

IFP School. www.ifp-school.com. S'ouvrir de nouveaux horizons. École d'application dans les domaines de l'énergie et des motorisations

IFP School. www.ifp-school.com. S'ouvrir de nouveaux horizons. École d'application dans les domaines de l'énergie et des motorisations IFP School S'ouvrir de nouveaux horizons École d'application dans les domaines de l'énergie et des motorisations www.ifp-school.com Transition énergétique demande énergétique mondiale : mieux utiliser

Plus en détail

Bioénergie. L énergie au naturel

Bioénergie. L énergie au naturel Bioénergie L énergie au naturel Les références d AREVA en bioénergie Plus de 2,5 GW dans le monde : la plus grande base installée de centrales biomasse AREVA développe des solutions de production d électricité

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

Energies renouvelables et développement durable

Energies renouvelables et développement durable Energies renouvelables et développement durable Christian de Gromard AFD/TED, Transport et Energie Durable «Les Energies Renouvelables au service de l humanité» 40 ème anniversaire du congrès international

Plus en détail

eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr

eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr eni gas & power en France Avec plus de 50 ans d expérience dans le secteur gazier, eni est l un des premiers opérateurs de gaz naturel en Europe, où elle

Plus en détail

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours!

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours! Learning by Ear Environnement 06 Energies renouvelables Texte : Richard Lough Rédaction et idée: Johannes Beck Introduction Bienvenue dans notre série d émissions Learning by Ear, consacrée à l environnement.

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO)

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO) MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GESSOCO) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : ENERGIE Spécialité : GESTION,

Plus en détail

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Présenté par : Joël Leblond et Martin Loiselle 19 novembre 2010 Plan de la présentation Introduction Objectifs des Rendez-vous de l énergie Constats nationaux

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

Les services d efficacité énergétique et environnementale

Les services d efficacité énergétique et environnementale Les services d efficacité énergétique et environnementale Sommaire Notre organisation Page 4 Notre offre Page 6 Nos métiers Améliorer la performance énergétique et environnementale des bâtiments Page 8

Plus en détail

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC Sommaire de la présentation MAROC EN CONSTANTE EVOLUTION DES RÉFORMES ET DES VISIONS STRATÉGIQUES TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: ENJEUX ET DÉFIS

Plus en détail

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Plus en détail

Le pétrole fournit 40% de l énergie mondiale. C est lui qui a régulé jusqu à présent le prix de l énergie.

Le pétrole fournit 40% de l énergie mondiale. C est lui qui a régulé jusqu à présent le prix de l énergie. ² Le pétrole fournit 40% de l énergie mondiale. C est lui qui a régulé jusqu à présent le prix de l énergie. La production mondiale d énergie exprimée en équivalent tonnes de pétrole (TEP) est de plus

Plus en détail

O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES

O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES 1. Energies renouvelables et accès à l énergie : les modes de consommation et de production d aujourd hui et de demain. Innovations: éolien, hydroélectricité,

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

UNE REFLEXION PREALBLE

UNE REFLEXION PREALBLE UNE REFLEXION PREALBLE NOUS N AVONS JAMAIS ETE AUSSI RICHES IL N Y A JAMAIS EU AUTANT DE PAUVRES QUI GERE LA REPARTITION? 1 ÉNERGIE ET TRANSITION Comprendre la situation est facile Ce qu il faut faire

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry

Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison. Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry Le biogaz en France et en Allemagne Une comparaison Journées méthanisation, 4 novembre 2014, Chambéry L OFAEnR Origines & Objectifs Crée en 2006 par les gouvernements français & allemand Bureau au ministère

Plus en détail

AU CŒUR DE LA SOCIÉTÉ

AU CŒUR DE LA SOCIÉTÉ VADE-MECUM DE L UTILITÉ DE L INVESTISSEMENT EN INFRASTRUCTURES 02 LE CERCLE VERTUEUX DES INFRASTRUCTURES FINANCEMENT MOBILITÉ EAU ÉNERGIE EMPLOI CROISSANCE RÉSEAUX DU FUTUR PROTECTION CONTRE LES ALÉAS

Plus en détail

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière

Plate-forme énergie. Filière de la biomasse forestière Plate-forme énergie Filière de la biomasse forestière Mars 2013 Table des matières 1. Principes généraux... 0 2. Ce qu on entend par économie d énergie... 1 3. Réflexion sur les sources d énergie à privilégier...

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll

LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 20 juin 2014 De la part de Stéphane Le Foll Le projet de loi de programmation pour la transition énergétique, dont les grands axes ont été présentés mercredi 18 juin

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

L éolien en Allemagne, une réalité industrielle. Retour d expérience

L éolien en Allemagne, une réalité industrielle. Retour d expérience L éolien en Allemagne, une réalité industrielle Retour d expérience L éolien en Allemagne Développement 1990-2010 30000 25000 20000 15000 10000 5000 0 Etat des lieux du parc éolien allemand au 30.6.2011:!

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

CentraleSupélec Option Energie Année universitaire 2015-2016 LE TRONC COMMUN

CentraleSupélec Option Energie Année universitaire 2015-2016 LE TRONC COMMUN OPTION ENERGIE http://www.option-energie.ecp.fr LE TRONC COMMUN Le cursus de l Option Energie se compose d un tronc commun de formation générale à la problématique énergétique dont l ambition est de sensibiliser

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

LE TOUR DU MONDE DES ÉNERGIES

LE TOUR DU MONDE DES ÉNERGIES Blandine Antoine Élodie Renaud LE TOUR DU MONDE DES ÉNERGIES Sommaire Préface... 11 Introduction... 15 I. LA PRODUCTION D ÉNERGIE Introduction à la production d énergie... 31 Thème 1 Énergies Fossiles...

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

EOLIEN EN MER : Projet de Saint Nazaire. 15 Novembre 2012. Instance de Suivi et de Concertation

EOLIEN EN MER : Projet de Saint Nazaire. 15 Novembre 2012. Instance de Suivi et de Concertation EOLIEN EN MER : Projet de Saint Nazaire 15 Novembre 2012 Instance de Suivi et de Concertation AGENDA A/ Les acteurs du consortium A/ Les acteurs du consortium B/ Le projet C/ Les études environnementales

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et Plan Climat Energie Territorial GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et énergétiques? Plan de la réunion

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION La Réunion île solaire, terre d'innovation Reunion island, innovation land LE DISPOSITIF «ÉCO-SOLIDAIRE» PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

Présentation de la société

Présentation de la société Présentation de la société Janvier 2013 62 rue Jean Jaurès 92800 Puteaux 01 75 43 15 40 www.enertime.com SAS au capital de 90 930 Siège social : Puteaux (92) Date de création : Février 2008 Levée de fonds

Plus en détail

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS LES ENERGIES RENOUVELABLES Dr Marwan JARKAS Plan de l exposée : I - Définition de l énergie renouvelable II - Différentes types de l énergie renouvelable 1. Energie éolienne 2. Energie solaire 3. Energie

Plus en détail

Introduction... 9. L après-pétrole. Une technologie du futur? Un enjeu environnemental. Conclusion...119. Annexes

Introduction... 9. L après-pétrole. Une technologie du futur? Un enjeu environnemental. Conclusion...119. Annexes Introduction... 9 L après-pétrole «Les biocarburants sont la seule réponse crédible au pic pétrolier.»...15 «Produire ses propres biocarburants, c est accroître sa sécurité d approvisionnement en énergie.»...23

Plus en détail

Les retombées économiques actuelles et futures de l éolien offshore en Allemagne

Les retombées économiques actuelles et futures de l éolien offshore en Allemagne Les retombées économiques actuelles et futures de l éolien offshore en Allemagne Septembre 2012 Note de synthèse du Bureau de coordination énergies renouvelables Remarques préliminaires Ce document est

Plus en détail

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique CE2 Synthèse du diagnostic territorial Stratégique Instance de concertation 14 mars 2013 Diapositive 1 CE2 Cabinet E.C.s.-AC; 06/12/2012 I DYNAMISME, VOLONTARISME ET AMBITION D UNE REGION ULTRA MARINE

Plus en détail

Discovering Hidden Value

Discovering Hidden Value Discovering Hidden Value A la découverte de la valeur cachée Consultation pour les Opérations de Forage Proposées en Offshore Marocain 2013 Qui est Cairn Energy? Cairn est une société de pétrole et de

Plus en détail

Tout savoir sur le marché de l énergie

Tout savoir sur le marché de l énergie Tout savoir sur le marché de l énergie Sommaire Fiche 1 Que signifie l ouverture du marché de l énergie pour vous? Les acteurs du marché Fiche 2 Fiche 3 Fiche 4 Le marché de l énergie, les réponses à toutes

Plus en détail

LE SERVICE PAR L EXCELLENCE BOURBONOFFSHORE.COM

LE SERVICE PAR L EXCELLENCE BOURBONOFFSHORE.COM LE SERVICE PAR L EXCELLENCE BOURBONOFFSHORE.COM UNE PRÉSENCE GLOBALE, UNE EXPERTISE LOCALE EUROPE MEDITERRANEE MOYEN-ORIENT 83% d effectifs locaux AMERIQUES 89% d effectifs locaux ASIE 79% d effectifs

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions

Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions Supporting deployment of low-carbon technologies in the ETC and SEMED regions Mohamed Amine NAHALI Ministry of Industry, Energy and Mining - TUNISIA Istanbul, 15-16 juin 2015 Consommation M tep Croissance

Plus en détail

Pacte électrique breton d après les dernières données institutionnelles?

Pacte électrique breton d après les dernières données institutionnelles? 1. Connaissez-vous le Collectif GASPARE? Oui 2. Êtes-vous pour ou contre le projet de CCCG - Centrale thermique à cycle combiné à gaz - à Landivisiau, où ailleurs? Je défends le pacte électrique breton

Plus en détail

L Allemagne championne des énergies propres?

L Allemagne championne des énergies propres? L Allemagne championne des énergies propres? La chancelière allemande a tranché, l Allemagne sera la première grande puissance industrielle européenne à sortir du nucléaire. Et ceci rapidement puisque

Plus en détail

Les outils de financement de projets R&D à visée industrielle

Les outils de financement de projets R&D à visée industrielle Les outils de financement de projets R&D à visée industrielle Aïcha Douhou et Jérémy Berthuin Direction des Filières Industrielles Ileana LAMAMY Direction Régionale Alsace Alsace Biovalley 12/05/2015 -

Plus en détail

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013

Etude de marché de la gazéification en Languedoc Roussillon Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Présentation Séminaire BioénergieSud du 26 Novembre 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur, 75002 Paris I +33 (0) 1 82 83 83 83 I www.enea-consulting.com Sommaire ENEA : qui sommes-nous?

Plus en détail

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Résumé : La cartographie des impacts économiques, sociaux et environnementaux

Plus en détail

Dossier de presse. L aventure Ideol ne fait que commencer!» Paul de la Guérivière, fondateur et Président Directeur Général de la société Ideol

Dossier de presse. L aventure Ideol ne fait que commencer!» Paul de la Guérivière, fondateur et Président Directeur Général de la société Ideol Dossier de presse «Deep Horizon, Fukushima Notre planète est malade d une politique énergétique héritée des 30 glorieuses et les manifestations extérieures de cette maladie se font de plus en plus présentes.

Plus en détail

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau Eau et énergie Énergie et CO2 PLAN Changement climatique Un scénario alternatif est possible L Union Pour la Méditerranée Le Plan Solaire pour la Méditerranée IMEDER Beyrouth, Forum de l Energie, 30 septembre-1

Plus en détail

eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre

eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre Le soutien à la culture dans les pays où elle opère et le lien avec les traditions et les communautés locales sont un trait distinctif d eni : l importance du

Plus en détail

Les enjeux de l'énergie Place du nucléaire. Olivier Appert, Président d'ifp Energies nouvelles Président du Conseil Français de l'energie

Les enjeux de l'énergie Place du nucléaire. Olivier Appert, Président d'ifp Energies nouvelles Président du Conseil Français de l'energie Les enjeux de l'énergie Place du nucléaire Olivier Appert, Président d'ifp Energies nouvelles Président du Conseil Français de l'energie L'énergie est revenue ces dernières années au premier plan des préoccupations

Plus en détail

Chimie du végétal et biotechnologies industrielles : quels métiers stratégiques?

Chimie du végétal et biotechnologies industrielles : quels métiers stratégiques? Chimie du végétal et biotechnologies industrielles : quels métiers stratégiques? LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-55 OCTOBRE 2014 SYNTHÈSE Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe

Plus en détail

L attractivité de PACA pour le développement des smart grids

L attractivité de PACA pour le développement des smart grids L attractivité de PACA pour le développement des smart grids FORUM OCOVA 16 septembre 2014 Page 1 Les smart grids : une ambition pour la France Objectifs de la feuille de route du plan industriel Consolider

Plus en détail

La filière éolienne : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation

La filière éolienne : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation La filière éolienne : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Mars 2014 (à partir de l étude validée en décembre 2012) Crédit photo : Pascal Terjan CONTEXTE Au 1 er janvier 2013, la puissance

Plus en détail

Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp

Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp Septembre 2005 Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp L'IFP inscrit les travaux sur la réduction des émissions de CO 2 au cœur de ses programmes de recherche. La stratégie de l'ifp

Plus en détail

Des énergies marines en Bretagne : à nous de jouer!

Des énergies marines en Bretagne : à nous de jouer! Des énergies marines en Bretagne : à nous de jouer! Copyright Région Bretagne Conseil économique et social de Bretagne 7 rue du Général Guillaudot 35069 Rennes Cedex Les rapports du CESR peuvent faire

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Le Biocontrôle: une nouvelle filière en plein essor, une opportunité pour l émergence de start-ups comme Agrauxine

Le Biocontrôle: une nouvelle filière en plein essor, une opportunité pour l émergence de start-ups comme Agrauxine Le Biocontrôle: une nouvelle filière en plein essor, une opportunité pour l émergence de start-ups comme Agrauxine Antoine COUTANT, Président Agrauxine Morlaix, le 29 Novembre 2013 Sommaire Le biocontrôle:

Plus en détail

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I CLUB DE NICE 5/12/2012 Le gaz naturel dans l Union Européenne

Plus en détail

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale GRANDS AXES DE LA POLITIQUE ENERGÉTIQUE DU MAROC Le renforcement de la sécurité d approvisionnement en energies à travers la diversification des sources et ressources,

Plus en détail

L innovation disruptive,

L innovation disruptive, Octobre 2013 une nécessité pour l industrie aéronautique Les constructeurs aéronautiques font face à une compétition technologique et commerciale toujours plus intense dans un environnement de complexité

Plus en détail

RESOLUTION DU CONSEIL GENERAL DE LA VENDEE RELATIVE AU PROJET «EOLIEN OFFSHORE DES DEUX ILES» ADOPTÉE LE 22 AVRIL 2011

RESOLUTION DU CONSEIL GENERAL DE LA VENDEE RELATIVE AU PROJET «EOLIEN OFFSHORE DES DEUX ILES» ADOPTÉE LE 22 AVRIL 2011 RESOLUTION DU CONSEIL GENERAL DE LA VENDEE RELATIVE AU PROJET «EOLIEN OFFSHORE DES DEUX ILES» ADOPTÉE LE 22 AVRIL 2011 I- Un programme éolien offshore de 6 000 MW d ici 2020 Le Grenelle de l environnement

Plus en détail

L INITIATIVE «FRENCH TECH»

L INITIATIVE «FRENCH TECH» L INITIATIVE «FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS La French Tech en actions Mobilisation des écosystèmes sur les territoires : labellisation de quelques

Plus en détail

Effacement diffus et transition énergétique

Effacement diffus et transition énergétique Effacement diffus et transition énergétique 56 WATT Atelier du 20/03/2014 1 #1 L effacement diffus 2 L effacement diffus >> Principaux enjeux // Sociaux: pour les foyers chauffés électriquement : -le chauffage

Plus en détail

Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air

Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air Débat national sur la transition énergétique Cahier de participation Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air Objectifs Produire de l énergie verte à partir de sous-produits agricoles pour une

Plus en détail

Épreuve collaborative

Épreuve collaborative Épreuve collaborative Épreuve collaborative 1. Faire une présentation de quelqu idé fort relativ au mix énergétique (ou bouquet énergétique). (Exposé de 5 minut maximum) 2. Faut-il encore brûler le charbon?

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail