mobilisables et tarirait à la longue d eau utilisable. Lire page 6 et 7

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "mobilisables et tarirait à la longue d eau utilisable. Lire page 6 et 7"

Transcription

1 PLUVIOMETRIE Des pluies dans quelques localités du pays HORIZONS Enrôlement: citoyens enregistrés à ce jour Lire pages 8-9 QUOTIDIEN NATIONAL D INFORMATIONS - ÉDITÉ PAR L AGENCE MAURITANIENNE D INFORMATION - N 6113 DU LUNDI 14 OCTOBRE PRIX : 100 UM Assemblée Nationale: Ratification de l'accord de coopération mauritano-turque Aid El Adha: L effervescence des préparatifs L 'Assemblée nationale a adopté, au cours d'une séance plénière tenue, hier, sous la présidence de M. Ahmedou Ould Hamoud, vice-président de la chambre basse, un projet de loi autorisant la ratification de l'accord de coopération commerciale, économique et technique, signé à Nouakchott, le 24 mai 2005, entre le gouvernement de la République Islamique de Mauritanie et le gouvernement de la République de Turquie. Cet accord vise à créer les conditions d'un développement équitable, conformément aux lois et règlements en vigueur dans les deux Etats. Il s'appuie essentiellement sur l'assistance, l'encouragement, la facilitation et la diversification des échanges commerciaux et la coopération technique entre organisations, entreprises et firmes des deux pays. lire page 3 La fête d El Aid El Adha sera célébrée mercredi prochain sur toute l étendue du territoire nationale. Dans cette perspective, les préparatifs vont bon train dans la capitale. Comme l exige le sens de l événement et la solennité du jour attendu avec enfièvrement. L ambiance est au rendez-vous : les retraits à la banque, l achat de mouton, la prise de rendez-vous chez le couturier, les maisons de henné ou de beauté, le shopping sont les principales occupations actuelles des nouakchottois. Mais l effrervescencer des préparatifs de la fête demeure toujours le prétexte idéal engendrant les surenchères les plus folles. Si certains pères de familles sont raisonnables et se limitent au stricte nécessaire édicté par la charia, d autres, par contre, s endettent lourdement pour la frime. lire page 4 Session de formation sur le secrétariat bureautique Comportements de l eau dans la nature Affaires sociales: Formation au profit des monitrices des jardins d'enfants Le Centre de Formation de la Petite Enfance de Nouakchott a abrité les travaux d'une session de perfectionnement organisée par le ministère des Affaires sociales, de l'enfance et de la Famille, en collaboration avec l'uni- CEF, au profit des monitrices des jardins d'enfants. Quatre-vingt-deux monitrices des secteurs public et privé Assurant la vie, de l échelle infiniment petite à la dimension gigantesque, l eau est partout, à des degrés divers, sur l immensité du monde. Sa subsistance dans ses différentes formes dans l environnement terrestre, est associée à un ensemble de phénomènes d équilibres de transformations fonctionnelles. A ce titre, les variations des conditions climatiques et de température, contrôlent ces phénomènes qui régissent à leur tour les mouvements de l eau entre ses grands réservoirs, soit en l état ou soit par transformation. Nous pouvons comprendre aisément que lorsque l on est dans une situation où l eau, se transformant de manière incessante soit en vapeur d eau ou/et soit en glace, serait en déperdition continue et la Terre s appauvrirait alors progressivement de ses réserves en eau mobilisables et tarirait à la longue d eau utilisable. Lire page 6 et 7 des wilayas de Nouakchott, de l'adrar, de l'inchiri et du Trarza participent à cette session de trois jours, qui alternera exposés et débats visant à renforcer leurs aptitudes et à leur permettre de se familiariser avec le contenu des programmes dispensés dans l'enseignement préscolaire. lire page 3 Une session de formation dans le domaine du secrétariat bureautique a démarré, hier, au lycée commercial de Nouakchott. Organisée conjointement par le ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports et celui de l'emploi, de la Formation professionnelle et des Technologies nouvelles, au profit de certains employés administratifs, elle s étendra sur une vingtaine de jours. Les participants suivront des exposés se rapportant aux techniques du secrétariat administratif, aux programmes bureautiques et aux technologies de l'internet ainsi qu'à l'informatique comme le traitement des textes, les courriers électroniques, etc. Dans une allocution prononcée à l ouverture de la session, Mme Lalla Mint Chriv, ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, a souligné l'importance de la session, du fait qu'elle contribuera à doter les participants des compétences nécessaires pour le travail administratif quotidien, indispensable dans les secteurs public et privé. lire page 4 Pour participer aux élections, inscrivez-vous au RAVEL

2 Page 2 COMMUNIQUE DE PRESSE APPEL A PROJETS INNOVANTS DANS LES ETATS L'Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) lance un concours appelé «Appel à projets innovants dans ses Etats membres». Ce concours a pour but de parvenir à une meilleure valorisation des résultats de la recherche et de stimuler l'innovation à travers la création d'entreprises innovantes. Le présent appel à projets innovants vise à sélectionner les meilleurs projets devant aboutir à la création d'entreprises en leur offrant un soutien financier et un accompagnement adapté. Les projets, quel que soit leur niveau d'avancement, doivent prévoir la création d'entreprises dans un Etat membre en s'appuyant sur un résultat de recherche. Peuvent participer au concours afin de bénéficier du financement et de l'accompagnement de l'oapi : les centres et laboratoires publics et privés de recherche, les équipes de recherche, les universités, les écoles d'ingénieurs, les entreprises innovantes, les inventeurs et chercheurs indépendants et. les promoteurs. Les candidats doivent être établis dans l'un des Etats membres de l'oapi ou ressortissants résidant à l'étranger. Les domaines prioritaires concernés sont: l'agroalimentaire. l'énergie, l'environnement, la maitrise de l'eau, la santé, les industries extractives. La priorité sera accordée aux résultats de recherche qui ont fait l'objet de brevets délivrés par l'oapi et qui sont en vigueur. Les autres résultats libres d'exploitation ou non protégés mais qui peuvent contribuer au développement économique des Etats membres sont également concernés. L'évaluation des projets repose sur les principaux MEMBRES DE L'OAPI critères suivants : caractère innovant du projet (avantages concurrentiels liés à la technologie, l'innovation), degré de maturité technique du projet (le projet doit être au stade de faisabilité technique), existence d'un marché potentiel, viabilité économique, qualité de l'équipe porteuse du projet, aspects liés aux droits de propriété industrielle. Le dossier de candidature est constitué des pièces suivantes: une demande adressée au Directeur Général de l'oapi, une lettre de motivation du porteur principal du projet traduisant son engagement à mener à bien son projet jusqu'à la création effective de l'entreprise. le(s) CV du (des) porteur(s) du projet. des informations relatives au projet (voir plan indicatif du dossier de participation), un,plan d'exécùtion détaillé du projet, le coût estimatif joindre un devis). Les dossiers complets de candidature devront parvenir en trois exemplaires au bureau du courrier de l'oapi au plus tard le 16 décembre 2013 à 16 heures, sous plis fermés et porter la mention «Appel à projets innovants dans les Etats membres de l'oapi, 2014». Ils devront être accompagnés d'une version électronique sur CD ROM ou clef USB (texte format RTF). Pour tout complément d'information sur le concours, s'adresser à la Structure Nationale de liaison avec l'oapi du pays ou à : ou encore consulter le site Web de l'oapi : Les dossiers sont envoyés à l'adresse suivante: Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) BP 887 Yaoundé Place de la Préfecture Tél: (237) ; Fax: (237) Y AOUNDE (Cameroun) Annexe PROCES VERBAL N 82/CPMP/DPEF/13 Additif n 01 au DAOO N 135/DPEF/PNDSE/13, relatif à la construction du restaurant universitaire provisoire au Campus Universitaire. Conformément aux dispositions des paragaphes 9 et 11 des instruction aux Soumissionnaires du DAOO N 135/DPEF/PNDSE/13, relatif à la construction du restaurant universitaire provisoire au Campus Universitaire est modifiée comme suit : Le Paragraphe 5 de la section I :«d Appel d Offres sans présélection», est modifié comme suit : Toutes les offres doivent être déposées, contre décharge, au secrétariat de la Commission de Passation des Marché Publics de la Direction des Projets Education Formation à l adresse indiuées ci-dessous au plus tard le mercredi 06 nouvembre 2013 à 10h TU et être accopagnées d une garantie de soumission d un montant égal à Un Million Huit Cent Mille Ouguiya ( UM) : Monsieur le Président de la Commission de Passation des Marchés Direction des Projet Eduction Formation Rue TZ Tél. 00 (222) (222) et Nouakchott Mauritanie Le Paragraphe 7 de la section I :«d Appel d Offres sans présélection», est modifié comme suoit : Les plis seront ouverts en présence des représentants des soumissionnaires que souhaitent être présent à l ouverture, le mercredi 06 novembre 2013 à 10h TU à la salle de réunion de la Commission de Passation des marchés de la DPEF. La clause N 22.1 DES Données Particuliéres du Dossier d Appel d Offres est modifiée comme suit : La date limite et heure limite de Dépôt des offres : le mercredi 06 novembre 2013 à 10h TU. La clause N 25.1 DES Données Particuliéres du Dossier d Appel d Offres est Modifiée comme suit : La date et heure de l ouverture des plis : Siége de la Direction des Projet Education Formation Rue Tél. 00 (222) (222) et Nouakchott Mauritanie Le Mercredi 06 novembre 2013 à 10 heures TU. République Islamique de Mauritanie Ministère de la Communication et des Relations avec le Parlement Télédiffusion de Mauritanie(TDM) AVIS D'ATTRIBUTION PROVISOIRE DE MARCHE HORIZONS QUOTIDIEN NATIONAL D INFORMATION Numéro du marché: DAO N 08/ TDM/CPMPSACC/2013 Dénomination du marché: <<Acquisition de véhicules au profit de la Télédiffusion de Mauritanie(TDM) en deux lots distincts» ÉDITÉ PAR L AGENCE MAURITANIENNE D INFORMATION Nombre d'offres reçues: Deux (02) Date d'ouverture des offres: Le mercredi 02 octobre 2013 à 12H00 GMT DIRECTEUR DE PUBLICATION : Yarba Ould Sghaïr Nom et adresse de l'attributaire provisoire: TOYOTA MAURITANIE SA Nouakchott- Mauritanie Montant de l' offre retenue provisoirement: Marché attribué provisoirement pour un montant de : LOT N l: (03 véhicules HILUX-LAN25LP et Un véhicule LAND CRUISER HZJ79L) Quarante-six millions quatre-vingt-dix-huit mille six cent dix-neuf Ouguiyas ( ) UM TTC. LOT N 2 : (Un véhicule léger Diesel, COROLLA type berline CEI40L) Neuf millions sept cent soixante-quinze mille huit cent quatre-vingt-cinq Ouguiyas ( ) UM TTC avec livraison immédiate. DIRECTEUR DE LA RÉDACTION : RÉDACTEUR EN CHEF : Mohamed Saleh Ould Chighali Diagana Babouna Délai de livraison: livraison immédiate. SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA RÉDACTION : Baba Dianfa Traoré La publication du présent avis est effectuée en application des articles 41 et 42 du Code des Marchés Publics. Elle ouvre le recours, en vertu de l'article 53 dudit Code, auprès du Comité de Règlement des Différents placé au sein de l'autorité de régulation des Marchés Publics. Ely Taleb Abdel KADER Président /PI de la Commission de passation des Marchés Publics des Secteurs de l'administration,de Culture et de la Communication RESPONSABLE DE LA MAQUETTE : Tijani Diop dit Sidi Mohamed MISE EN PAGES ET TIRAGE : IMPRIMERIE NATIONALE

3 ACTUALITE Page 3 Assemblée Nationale Ratification de l'accord de coopération mauritano-turque L'Assemblée nationale a adopté, au cours d'une séance plénière tenue, hier, sous la présidence de M. Ahmedou Ould Hamoud, vice-président de la chambre basse, un projet de loi autorisant la ratification de l'accord de coopération commerciale, économique et technique, signé à Nouakchott, le 24 mai 2005, entre le gouvernement de la République Islamique de Mauritanie et le gouvernement de la République de Turquie.Cet accord vise à créer les conditions d'un développement équitable, conformément aux lois et règlements en vigueur dans les deux Etats. Il s'appuie essentiellement sur l'assistance, l'encouragement, la facilitation et la diversification des échanges commerciaux et la coopération technique entre organisations, entreprises et firmes des deux pays. L'accord englobe des domaines tels que la création d'entreprises industrielles et commerciales à capitaux mixtes, l'échange d'experts, l'octroi de bourses de formation, l'organisation de voyages d'études, de foires et d'expositions, ainsi que la réalisation de projets communs dans les domaines du tourisme, de l'artisanat et de l'investissement. Dans son intervention devant les députés, le ministre délégué auprès du ministre des Afffaires étrangères et de la Coopération,chargé du Maghreb arabe, M. Hamed Hamouni, a rappelé la place qu'occupe la Turquie en tant qu'etat émergent avec lequel la Mauritanie entretient des liens, très anciens, de fraternité et de culture.il a ajouté que l'accord soumis aux députés est de nature à servir de cadre organisationnel pour les relations entre les deux pays, tout comme il encourage les investissements et facilite les échanges commerciaux entre eux, contribuant ainsi à créer des entreprises commerciales et Affaires sociales: Formation au profit des monitrices des jardins d'enfants Le Centre de Formation de la Petite Enfance de Nouakchott a abrité les travaux d'une session de perfectionnement organisée par le ministère des Affaires sociales, de l'enfance et de la Famille, en collaboration avec l'unicef, au profit des monitrices des jardins d'enfants. Quatre-vingtdeux monitrices des secteurs public et privé des wilayas de Nouakchott, de l'adrar, de l'inchiri et du Trarza participent à cette session de trois jours, qui alternera exposés et débats visant à renforcer leurs aptitudes et à leur permettre de se familiariser avec le contenu des programmes dispensés dans l'enseignement préscolaire. Dans son intervention, le secrétaire général du département, a indiqué que l'éducation de l'enfant est l'un des principaux outils de lutte contre la pauvreté et d'élimination des disparités sociales, ainsi que la condition d'une saine éducation des générations futures. Il a souligné, par ailleurs, que la protection des communautés sociales vulnérables constitue l'une des priorités du programme électoral du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, qui accorde un grand intérêt à la protection de la société de façon générale et aux enfants en particulier, industrielles mixtes, entre autres. Dans leurs interventions, les députés se sont félicités de l'accord et ont appelé à développer et à diversifier les relations de la Mauritanie avec les différents pays du monde. Des pluies dans quelques localités du pays Les quantités de pluies suivantes ont été enregistrées au cours des dernières 48 heures dans les localités ci-après, selon le Réseau Administratif de Commandement (RAC): HODH ECHARGHI - Amourj 7 mm - Bousteïla 8 mm - Deiddé Gheli 33 mm - Oueïnat Z Bel 14,5 mm - N Beiket Lahwach 4 mm - Néma 2, 5 mm - Amourj 25 mm - Adel Bagrou 5 mm - Bousteïla 20 mm - Djigueni 25,8 mm - Timbédra 6 mm TRARZA - Boutilimit 4, 5 mm - Nebaghiya 20 mm - Bir El Barka 45 mm - Keur Macène 3 mm - N'Diago 22 mm - Diawling 8 mm - Rosso 22 mm - Jedrel Mohguen 16 mm GUIDIMAGHA - Baydiam 14 mm - Guedjewel 7 mm - Kounbadaw 4 mm. Le ministre de la Justice visite la prison civile des femmes à Sebkha Le ministre de la Justice, M. Sidi Ould Zein, a effectué, hier, une visite d'information et de prise de contact, à la prison civile des femmes, à Sebkha. Au cours de cette visite, le ministre s'est informé sur les prestations fournies aux détenues, notamment en matière de formation dans les domaines de l'informatique, de la couture et de la coiffure, en plus de cours religieux présentés par des imams de mosquée. Le ministre a écouté, à cette occasion, les doléances formulées par les femmes détenues et s est engagé à les traiter avec diligence. Le ministre de l'enseignement supérieur reçoit l'ambassadeur émirati Le ministre de l'enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Dr Isselkou Ould Ahmed Izid Bih a reçu, hier, à Nouakchott, SEM Abdellahi Mohamed Tikawi, ambassadeur des Emirats Arabes Unis accrédité en Mauritanie. La rencontre a porté sur les liens de coopération entre la Mauritanie et les Emirats Arabes Unis, particulièrement dans le domaine de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Le ministre de l'hydraulique reçoit l'ambassadeur de Chine Le ministre de l'hydraulique et de l'assainissement, M. Mohamed Salem Ould Béchir, a reçu en audience, hier matin à Nouakchott, SEM. Chen Gonglai, ambassadeur de la République Populaire de Chine en Mauritanie. La rencontre a porté sur les relations de coopération entre la Mauritanie et la Chine et sur les moyens susceptibles de les renforcer et de les développer, notamment dans les domaines de l'eau potable et de l'assainissement. HAJJ : Les pèlerins à Minen Les pèlerins mauritaniens sont tous arrivés, hier, à Minen en provenance de la Mecque. Ils se rendront aujourd hui (lundi) à Arafat où ils resteront toute la journée, avant de quitter au crépuscule pour El Mouzdeliva. Les pèlerins mauritaniens ont suivi récemment trois conférences consacrées à des thématiques liées au rite du pèlerinage. Les fakihs qui ont présenté ces conférences ont axé sur les obligations et les comportements qu il convient d observer pendant le Hajj.

4 ACTUALITE Page 4 Session de formation sur le secrétariat bureautique Une session de formation dans le domaine du secrétariat bureautique a démarré, hier, au lycée commercial de Nouakchott. Organisée conjointement par le ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports et celui de l'emploi, de la Formation professionnelle et des Technologies nouvelles, au profit de certains employés administratifs, elle s étendra sur une vingtaine de jours. Les participants suivront des exposés se rapportant aux techniques du secrétariat administratif, aux programmes bureautiques et aux technologies de l'internet ainsi qu'à l'informatique comme le traitement des textes, les courriers électroniques, etc. Dans une allocution prononcée à l ouverture de la session, Mme Lalla Mint Chriv, ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, a souligné l'importance de la session, du fait qu'elle contribuera à doter les participants des compétences nécessaires pour le travail administratif quotidien, indispensable dans les secteurs public et privé. Elle a également indiqué que la session s'inscrit dans le cadre de l'exécution du programme du département en matière de formation, pour l'année 2013, pour rehausser le travail administratif en termes de qualité, et pour promouvoir la profession de secrétaire. Elle a rappelé que le développement humain constitue l une des principales priorités du programme électoral du Président de la République, M. Mohamed Ould Abdel Aziz. Mme la ministre a affirmé, par ailleurs, que son département poursuivra ses efforts de préservation et de diffusion de la culture du pays, d'éducation sociale et économique des jeunes, de promotion des sports et de la formation continue des travailleurs. Prenant à son tour la parole, le directeur général du lycée commercial, M. Dhehbi Ould M'Boud, a indiqué que les modules de cette formation étaient en harmonie avec les thèmes et spécialités de sa structure dont le rôle est de doter les jeunes d'aptitudes administratives et techniques nécessaires à l'accès au marché de l'emploi. Il a souligné que le département de l'emploi et de la formation professionnelle a exécuté plusieurs programmes de formation au profit des jeunes désireux de développer leurs connaissances et leurs expériences professionnelles pour accéder au marché de l'emploi. La cérémonie d'ouverture s'est déroulée en présence de la ministre de l'emploi, de la Formation professionnelle et des Technologies nouvelles, Mme Fatimetou Mint Habib, et des responsables des deux départements. Aid El Adha : L effervescence des préparatifs La fête d El Aid El Adha sera célébrée mercredi prochain sur toute l étendue du territoire nationale. Dans cette perspective, les préparatifs vont bon train dans la capitale. Comme l exige le sens de l événement et la solennité du jour attendu avec enfièvrement. L ambiance est au rendez-vous : les retraits à la banque, l achat de mouton, la prise de rendez-vous chez le couturier, les maisons de henné ou de beauté, le shopping sont les principales occupations actuelles des nouakchottois. Mais l effervescence des préparatifs de la fête demeure toujours le prétexte idéal engendrant les surenchères les plus folles. Si certains pères de familles sont raisonnables et se limitent au stricte nécessaire édicté par la charia, d autres, par contre, s endettent lourdement pour la frime. L argent, le nerf de la fête A Nouakchott, les banques sont les premiers lieux à subir la pression de la fête. Elles sont, tous ces jours prises d assaut par une foule qui cherche coûte que coûte à opérer des retraits. Car le nerf de la fête, c est d abord et avant tout l argent et tout le monde cherche à s en procurer, au plus vite, pour faire ses achats et remplir les obligations de fête. Heureusement que les guichets électroniques qui sont, de plus en plus, nombreux à Nouakchott sont là pour désengorger les banques et éviter aux gens le calvaire du non-retrait de son argent. Au marché de la capitale, les boutiques ne désemplissent pas. Un monde fou occupe tous les espaces et alentours du marché. Chacun cherche difficilement à se rayer un passage pour faire ses emplettes. Les commerçants sont mobilisés, au plus haut point, pour écouler leurs marchandises et veiller sur elles car beaucoup de gens malintentionnés guettent la moindre inattention des vendeurs mais aussi des clients pour commettre leurs forfaits. Le marché, c est aussi les étals, les échoppes les marchands ambulants qui cherchent eux aussi à «tirer leur épingle du jeu» en écoulant le maximum d articles en ces moments exceptionnels. Cette année, les souks en général regorgent de marchandises. On y trouve des tissus de tous genres, des voiles, des boubous et sarouels haut de gamme en basin «esbi» mais aussi d autres basins communément appelés «basin chinois» à la portée de presque toutes les bourses.les chaussures ne font pas aussi défaut. On peut en trouver à gogo : des sandales les plus rustiques aux marques italiennes en cuir les plus prisées. Hommes et femmes peuvent être servis à volonté Au niveau de la circulation, les embouteillages répétées démontrent à vue d œil que ces moments ne sont pas ordinaires et que la capitale est étreinte par la veille de fête. Ce qui a poussé les autorités de la sécurité routière à bloquer le trafic à certains points de l avenue Gamal Abdel Nasser, en particulier aux niveaux des carrefours de la BMCI et la BMD pour permettre au marché de «respirer» un tout petit peu. Une situation qui déclenche chez certains automobilistes et chauffeurs à l indiscipline caractérisée, des concerts de klaxons qui tympanisent les passants et tous les habitants de la zone. Le mouton, hors de portée Le marche principal de bétail sis à la moughataa d El Mina à hauteur du carrefour Nancy situé sur la route de Rosso compte des milers de moutons convoyés depuis les wilayas lointaines de l Est du pays jusqu à Nouakchott. D autres points de vente moins importants existent aussi dans tous les moughataas de la ville. Ce qui veut dire que cette année, ce ne sont pas les moutons qui manquent. Ce qui est à déplorer pour les clients c est plutôt leur cherté. Pas moins de à ouguiyas pour avoir le plus petit mouton. Comme d habitude, les vendeurs de bétail lient, quant à eux, cette cherté aux frais de transport du bétail à partir des principaux marchés d approvisionnement qui sont le plus souvent loin de la capitale. Ils imputent aussi invariablement cette situation aux charges inhérentes à l entretien du bétail qui doit être engraissé pour attirer le client et ne pas décevoir le jour du sacrifice. A ces frais s ajoutent les différentes taxes journalières qu ils sont tenus de payer à la collectivité et aux autres structures informelles impliquées dans le circuit commercial, disent les vendeurs. Qu est ce que la fête d el Id El Adha? La fête d El Aid El Kebir, qui signifie littéralement "la grande fête" est la fête la plus importante de l'islam après Aid El Fitr, la fête qui célèbre la fin du ramadan. Selon l'histoire, elle commémore l'asservissement d'ibrahim ( Abraham) à Allah qui lui a ordonné de sacrifier son fils Ismaël. Cette fête très populaire commémore le sacrifice d'abraham, Allah ayant demandé au patriarche de lui sacrifier son fils Ismaël. l Aïd al-adha ou Eïd el-adha ou, «fête du sacrifice», appelé aussi Aīd al-kabīr «la grande fête», par opposition avec l Aïd el-fitr appelé aïd el-seghir, ou petit aïd), est la fête la plus importante de l islam. Elle a lieu le 10 du mois de dhou al-hijja, le dernier mois du calendrier musulman, après waqfat Arafa, ou station sur le mont Arafat et marque chaque année la fin du hajj. Cette fête commémore la soumission d Ibrahim à son Allah, symbolisée par l épisode où il accepte d égorger son alors unique fils Ismaël sur l ordre d Allah. Après son acceptation de l ordre divin, celui-ci envoie l archange Jibril qui substitue au dernier moment l enfant par un mouton qui servira d offrande sacrificielle. En souvenir de cette soumission totale d Ibrahim à son Dieu, les familles musulmanes sacrifient un animal selon les règles en vigueur. Pour respecter la tradition, il est recommandé d égorger en ce jour un mouton à défaut une chèvre, une vache, un chameau ou une brebis Cela en vue de perpétuer la tradition religieuse qui a commencé avec Abraham et son fils Ismaël. La viande doit être ensuite partagée dans l entourage et également distribué des parts aux plus démunis. Sidi Moustapha Ould Le ministre de l'hydraulique reçoit la représentante de l'unicef Le ministre de l'hydraulique et de l'assainissement, M. Mohamed Salem Ould Béchir, a reçu en audience, hier à Nouakchott, Mme Lucia Elmi, représentante du Fonds des Nations Unies pour l Enfance (UNICEF) en Mauritanie. La rencontre a porté sur les relations de coopération existant entre la Mauritanie et l organisation onusienne MÉTÉO: Probabilité de faibles pluies sur le nord du littoral et le sud-ouest du Tiris Zemmour La situation météorologique sera marquée par un temps dominé par l'extension de la dorsale de l'anticyclone des Açores jusqu'au sud du Tiris-Zemmour accompagné de vents modérés à forts, de nord-est à est et d'une réduction de la visibilité par sable sur l'ouest, le centre et le sud du territoire. Le passage d'un jet subtropical favorisera un ciel moyennement nuageux avec une probabilité de faibles pluies sur le nord du littoral et le sud-ouest du Tiris-Zemmour. Les températures s'élèveront progressivement sur le sud de Dakhlet Nouadhibou, l'ouest de l'inchiri, l'ouest et le sud du Trarza, Nouakchott, le centre et le sud du Brakna, l'ouest de l'assaba et l'extrême nord du Gorgol. Températures prévues aujourd hui: Villes ou localités: Températures minimales Températures Maximales Bir Moghrein: 20 degrés 36 degrés Zouérate: Chinguitti: Atar: Ouadane: Akjoujt: Nouadhibou: Nouakchott: Boutilimit: Aleg: Rosso: Kaédi: Sélibaby: Kiffa: Tidjikja: Tichitt: Aioun: Néma: Oualata: Météorologie marine Cap-Blanc et Cap Timiris: Près des côtes, mer peu agitée à agitée. Au large de Nouadhibou, mer localement forte. La houle restera de direction nord-ouest. La hauteur des vagues variera de 0.5 à 4 m. Vents de sable et faibles pluies au nord du littoral.

5 MAGAZINE Page 5 Hygiène alimentaire Il suffit souvent de modifier ses habitudes pour améliorer les manifestations provoquées par un reflux gastro-oesophagien. Les aliments qu'il faut privilégier sont ceux qui augmentent la pression sur le sphincter œsophagien, pouvant éviter ainsi le reflux. Les aliments riches en protéines sont ceux qu'il faut consommer. * Les viandes * Les volailles, comme la dinde et le poulet en enlevant la peau. * Les poissons frais et congelés ainsi que les sardines * Les fromages maigres et les produits laitiers écrémés. Aliments à éviter La majorité des aliments riches en matière grasse sont déconseillés car ils diminuent la puissance du sphincter œsophagien, favorisant ainsi le reflux Le lait entier, le chocolat, les épices et aromates, les agrumes, la menthe, les oignons, les charcuteries sont déconseillées. Eviter un jeûne prolongé Eviter de ne pas manger pendant une trop longue période, car un estomac qui est resté vide trop longtemps sera plus fragilisé aux agressions acides. Boissons à éviter Boissons gazeuses * Les boissons gazeuses sont à éviter en raison des ballonnements qu'elles peuvent provoquer, facteurs d'aggravation d'un reflux gastro-oesophagien Café et le thé Le café et le thé car ils favorisent le relâchement du sphincter de l'œsophage, à l'origine des manifestations du reflux et irritent la muqueuse de l'œsophage. Eviter les repas trop gras Éviter les repas trop gras, véritables facteurs de risque du reflux. Prendre le temps de manger lentement Mangez lentement dans le calme : prendre le temps de bien mâcher les aliments permet d'éviter une trop forte surcharge de l'estomac. Eviter de boire de trop grande quantité au cours des repas Il n'est pas conseillé de boire de trop grandes quantité de liquide au cours des repas. Boire avant les repas Boire une demi-heure environ avant les repas permet aux repas d'occuper moins de place dans l'estomac Après un repas Il est conseillé d'attendre 2 heures avant de se coucher et d'éviter de s'allonger immédiatement après un repas. Tabac Le tabac augmente l'acidité gastrique. Stress Reflux gastrique : quoi manger? * Évitez la tension et le stress qui aggravent les manifestations du reflux. * Eviter les excitants (café, thé, sucres). * Faire du sport car le sport évacue les tensions et procure un sentiment de bien-être. * Avoir un sommeil calme et réparateur. * Faire des exercices de respiration profonde. * Un bain chaud détend et relaxe. * Pour en savoir plus sur les traitements non médicamenteux du stress Poids La surcharge graisseuse au niveau abdominale aggrave la pression sur l'estomac et par conséquence les manifestations gastriques. Pour les personnes obèses, il est conseillé de perdre du poids. Vêtements Les vêtements et ceintures trop serrés augmentent la pression sur l'abdomen ; Médicaments à éviter Certains médicaments peuvent provoquer ou aggraver les manifestations du reflux gastro-oesophagien : L'acétylsalicylique (l'aspirine) et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont particulièrement déconseillés. * Parlez-en à votre médecin, car d'autres médicaments, comme ceux destinés à traiter l'ostéoporose sont également déconseillés. Relever la tête du lit * Surélever la tête du lit d'au moins 10 cm : cette attitude permet d'éviter que le contenu gastrique de remonter dans l'œsophage. Eviter de se pencher en avant Se pencher en avant favorise le reflux. Des médicaments vendus sans ordonnance * Les médicaments vendus en pharmacie sans ordonnance ne doivent pas être pris pendant de longues périodes. * Certains médicaments permettent par exemple de soulager les personnes présentant des brulures gastriques. * Les anti-acides neutralisent le contenu acide de l'estomac. Ce sont des sels (aluminium, calcium, magnésium) qui neutralisent localement l'acidité du contenu de l'estomac. * Ils sont à prendre dès le début des manifestations du reflux. * Les alginates forment un gel visqueux qui protège la paroi de l'œsophage contre les acides. * Les antihistaminiques H2, antagonistes des récepteurs H2 de l'histamine inhibent les sécrétions acides de l'estomac. * D'autres médicaments, comme les inhibiteurs de la pompe à proton, prescrits par le médecin sont conseillés dans certaines situations. Prendre systématiquement l'avis de son médecin. Consulter un médecin * Lorsque les manifestations modérées du reflux s'accompagnent de douleurs lors de la déglutition, d'une voix enrouée rendant difficile la parole, d'une toux sèche, récidivante, entrainant une grande fatigue, de douleurs gastriques violentes accompagnées de vomissements, d'un amaigrissement, d'une anémie, de crachats sanguins, de sang dans les selles. * Il est indispensable de consulter si les manifestations du reflux apparaissent brutalement à partir de l'âge de 50 ans Causes Chez la plupart des personnes, le reflux a pour origine un mauvais fonctionnement du sphincter oesophagien inférieur. Ce sphincter est un anneau musculaire situé à la jonction de l oesophage et de l estomac. En temps normal, il empêche le contenu de l estomac de remonter dans l oesophage, s ouvrant seulement pour laisser passer la nourriture ingurgitée et jouant ainsi un rôle de valve protectrice. En cas de reflux, le sphincter s ouvre aux mauvais moments et laisse remonter les sucs gastriques de l estomac. Les personnes qui souffrent de reflux ont souvent des régurgitations acides après un repas ou pendant la nuit. Ce phénomène de régurgitation est très fréquent chez le nourrisson, parce que le sphincter est immature. Le reflux gastro-oesophagien peut aussi être lié à une hernie hiatale. Dans ce cas, la partie de l estomac située à la jonction de l oesophage«remonte» dans la cage thoracique par l orifice du diaphragme, qui laisse normalement passer l œsophage (l orifice hiatal). Cependant, ces deux affections ne sont pas synonymes, et la hernie hiatale n est pas toujours associée à un reflux. Prévalence Au Canada, on estime que 29 % de la population serait incommodée par des épisodes occasionnels de reflux gastro-oesophagien. Aux États-Unis, 44 % de la population adulte aurait des reflux au moins une fois par mois. Les régurgitations sont extrêmement fréquentes chez les nourrissons, mais elles ne sont pas systématiquement attribuables à un reflux gastrooesophagien. Les experts estiment que 25 % des nourrissons présentent un véritable reflux acide1. Évolution Chez la majorité des adultes atteints, les symptômes de reflux sont chroniques et apparaissent par récidives. Les traitements offrent le plus souvent un soulagement complet, mais temporaire, des symptômes. Ils ne permettent pas de guérir la maladie. Chez les nourrissons, le reflux disparaît généralement entre 6 et 12 mois lorsque l enfant grandit. Complications Une exposition prolongée de l oesophage aux substances gastriques acides peut provoquer : une inflammation grave et des lésions de l oesophage (oesophagite), surtout chez les personnes âgées ; des ulcères (ou plaies) sur la paroi de l œsophage ; un rétrécissement du diamètre de l oesophage (sténose peptique), qui entraîne une difficulté à avaler et une douleur durant la déglutition ; un oesophage de Barrett (ou endobrachyoesophage). Il s agit du remplacement des cellules de la paroi de l oesophage par des cellules qui évoluent normalement dans l intestin. Ce remplacement est imputable aux «attaques» répétées d acide gastrique dans l oesophage. Il n est accompagné d aucun symptôme particulier, mais peut être détecté par une endoscopie car la couleur grisrose normale des tissus de l oesophage prend une couleur enflammée rose saumon. L oesophage de Barrett expose au risque d ulcère et, surtout, de cancer de l oesophage. Notons que les personnes atteintes de reflux courent un risque de problèmes dentaires en raison de l acidité accrue dans la bouche. Il semble également que le reflux gastro-oesophagien puisse aggraver ou déclencher de l asthme. Quand consulter? Dans l une des situations ci-dessous, il est conseillé de consulter un médecin. Une sensation de brûlure et des régurgitations acides plusieurs fois par semaine. Les symptômes de reflux perturbent le sommeil. Les symptômes reviennent rapidement lorsqu on cesse de prendre des médicaments antiacides. Les symptômes durent depuis plus d un an et n ont jamais été évalués par un médecin. Il existe des symptômes alarmants (voir la partie symptômes des brûlures d'estomac). L opinion Le reflux gastro-oesophagien est une affection très fréquente. Les principaux symptômes souvent présents sont la sensation de brûlure remontant derrière le sternum et les régurgitations acides et amères. Mais certains symptômes sont atypiques et doivent attirer l attention, comme une toux sèche chronique, une voix enrouée surtout le matin si on ne fume pas, un mal de gorge persistant ou une mauvaise haleine. Le fait d avoir accès sans ordonnance à des médicaments efficaces, comme les antihistaminiques H2, n est pas sans risque. Il convient d être prudent avec l automédication lorsqu on ne sait pas ce que l on traite exactement. N hésitez pas à consulter votre médecin si vous utilisez des médicaments en vente libre plus de deux fois par semaine ou si vous présentez des symptômes d alarme, comme une difficulté à avaler ou une douleur à la déglutition, des maux d estomac et des vomissements, une perte de poids involontaire ou du sang dans les crachats, les vomissements ou les selles. Rassemblé par Sidi Moustapha Ould BELLALI

6 Assurant la vie, de l échelle infiniment petite à la dimension gigantesque, l eau est partout, à des degrés divers, sur l immensité du monde. Sa subsistance dans ses différentes formes dans l environnement terrestre, est associée à un ensemble de phénomènes d équilibres de transformations fonctionnelles. A ce titre, les variations des conditions climatiques et de température, contrôlent ces phénomènes qui régissent à leur tour les mouvements de l eau entre ses grands réservoirs, soit en l état ou soit par transformation. Nous pouvons comprendre aisément que lorsque l on est dans une situation où l eau, se transformant de manière incessante soit en vapeur d eau ou/et soit en glace, serait en déperdition continue et la Terre s appauvrirait alors progressivement de ses réserves en eau mobilisables et tarirait à la longue d eau utilisable. La nature, pouvons-nous dire simplement, fait bien les choses de garder l eau essentiellement liquide et de la rendre tantôt sous forme de vapeur ou tantôt sous forme de glace. Nous pouvons également réaliser que le passage en chaque état, est une forme de soustraction pour constituer une réserve préservée pour l état de départ afin de minimiser ses éventuelles déperditions. En situation favorable, la quantité soustraite ne fera que revenir spontanément, l eau ne se perd donc pratiquement jamais. La fameuse phrase de Lavoisier qui dit que "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme", ne pouvait mieux s appliquer à l eau sur Terre qui n admet quasiment jamais de déperditions, mais toujours des transformations. Essayons de comprendre ce que s est ce gigantesque distillateur, cet immense filtre, cet infatigable épurateur qu est la nature à travers le cycle hydrologique. Au regard de ses effets, nous trouvons que ce cycle constitue le laboratoire naturel qui effectue continûment le traitement sinon dans une moindre mesure le prétraitement de nos réserves qui subissent des altérations fréquentes et intenses suivant les situations. Tant que le taux de pollution due aux activités de l humanité, reste limité, la nature nous assurera des disponibilités de réserves d eau qualitativement acceptables pour nos besoins aux exigences desquels les traitements d appoints peuvent s avérer souvent impératifs. Le cycle de l eau est primordial aussi bien dans le maintien des masses d eaux terrestres qu également dans la préservation de la qualité de ces eaux ou au moins dans l amélioration de cette qualité. Sans cycle hydrologique sur Terre, il n existerait de sources d eau potable naturelles, toutes les eaux se saliniseront constamment et se pollueront irrémédiablement et seuls, les efforts humains, souvent considérables, devraient être déployés pour venir à bout de toutes les incommodités pour produire de l eau utilisable à toute fin. Planète bleue, la planète eau, assoiffée par endroits L'eau qui recouvre les trois quarts de la surface de notre planète, se trouve partout et sous de multiples formes : NATION pluie, cours d'eau, mers, océans, lacs, nappes souterraines, vapeur, nuages, glaces, dans le sol et les êtres vivants. Tous participent d une manière ou d une autre au "cycle de l'eau". En effet, depuis son apparition sur Terre, il y a quelques 4 milliards d'années, la quantité d'eau présente, (1 400 millions de milliards de m3) n'a pas changé. Elle est restée la même et ne cesse de se transformer, passant d un état à l autre, vapeur, liquide (largement prédominant) et glace, et d entretenir un cycle perpétuel. Mais environ 98 % de cette eau est salée et sur les 2 % restants, seul 0,15 % (soit environ milliards de m3) participe au cycle de l eau (évaporation, pluie, ruissellement, infiltration...) et sont donc utilisables pour les besoins humains. Cela correspond à une quantité disponible par habitant et par an de l ordre de 7000 m3 d eau, quantité largement suffisante par rapport aux besoins théoriques en eau douce d un habitant de la planète, estimés à 1700 m3/an, tous besoins confondus (besoins courants, exigences des productions nécessaires à l existence, agriculture (1300 m3/an), industrie...). Mais les réserves d eau douce étant dans l ensemble, très inégalement réparties, beaucoup de régions de la planète sont bien en dessous du seuil de 1700 m3/habitant/an. Les zones arides et semiarides, bien que recouvrant 40 % des terres émergées, ne disposent seulement que de quelque 2 % des ressources en eau mondiales. Ainsi en Mauritanie, les ressources en eau douce sont en moyenne de 190 m3/habitant/an, volume largement inférieur au seuil, faisant de ce pays un territoire d une extrême et pesante aridité. L eau dans la nature se constitue de manière intrinsèque par des molécules d eau (constitution primaire), d impuretés permanentes (composition secondaire) et d impuretés passagères (composition tertiaire). En effet, au cours de sa balade dans la nature, l eau accueille tant d hôtes. Certains, dès qu ils arrivent, élisent domicile, tissent de solides liens pour rester (éléments minéraux en général, impuretés résidantes) et d autres viennent prendre le pouls du milieu, par la suite repartent chassés ou par incommodité, s y éteignent (matières en suspension, matières organiques et micro-organismes). L eau se fait fourre-tout par endroits et s allège complètement par autres. Autrement dit, alors que dans certaines situations, elle se charge de tout et de rien et dans d autres, elle s épure en se débarrassant de plusieurs éléments et corps qui lui sont étrangers, indésirables. L eau en réalisant continuellement son cycle, permet à la fois de se renouveler mais également d établir un équilibre de répartition dans ses principaux compartiments dans une zone climatique donnée ou à plus grande échelle, dans le monde. Mais malgré ces efforts naturels continus d équilibrage, les zones dépourvues ou pauvres en eau, restent telles et les pénuries récurrentes, chroniques. Et, la planète bleue, la planète d eau, garde encore plusieurs millions d âmes insatiablement assoiffées. Page 6 Comportements de L eau au travers de ses différents états et évolutions Dans la nature, l'eau, sous l'action conjuguée de la chaleur des radiations solaires et de la pression atmosphérique, subit un ensemble de processus, passant de manière réversible de l'état solide ou liquide à celui de vapeur. Le cycle de l eau qui s institue à travers ce développement, fait intervenir essentiellement les processus d évaporation et de condensation. Le phénomène d'évaporation s illustre par le passage de l'eau de l'état liquide à l'état vapeur au sein duquel le désordre des molécules qui s agitent, est maximal et de sorte que les forces d'attraction terrestre sont relativement minimisées. Ce qui a pour effet d entraîner l ascension de la vapeur d eau vers les hautes atmosphères. Ce phénomène se produit à partir des plans d'eau, des sols humides, par évapotranspiration impliquant l'extraction racinaire de l'eau du sol et sa transpiration par les feuilles des plantes. L'eau évaporée se développe sous forme de vapeur invisible dans l atmosphère durant un séjour moyen de 8 jours, en subsistant sous ses trois états, gazeux, liquide (sous formes de nuages engendrées par condensation de la vapeur d'eau à la température dite du point de rosée) et solide (glace, neige, grêle, grésil, givre). Elle finit par donner lieu, pour une grande part, à des précipitations sur les continents et les océans. Bien que la masse de vapeur d eau dans l atmosphère soit infinitésimale, 0,001% par rapport à celle des eaux de l hydrosphère, elle reste déterminante dans le cycle hydrologique global. Elle est à l'origine des 520 milliards de m3 de précipitations tous genres confondus qui alimentent les réserves d'eau douce. Sur les continents comme dans les océans, on rencontre la forme la plus répandue de l'eau sur Terre, le liquide dont la majeure partie est salée et une infime partie douce. L eau liquide est à la fois le résultat de la fusion de l eau solide et de la condensation de l eau vapeur. Etant la forme intermédiaire, les conditions de sa subsistance sur Terre, sont moins exigeantes que celles des deux autres formes aux extrêmes. L eau liquide se rencontre dans tous les milieux physiques, dans l atmosphère sous forme de nuages, sur les terres, dans les océans, fleuves, lacs, rivières, dans les sols et sous-sols, nappes phréatiques et profondes. Les eaux terrestres sont liquides à 98 %. Ainsi, elles sont très abondantes en quantité et très diversifiées en qualité en raison des incidences diverses d environnements multiples et d interactions variables allant de la simple dissolution de gaz atmosphériques, aux altérations de minéraux et aux dégradations de corps étrangers végétaux, animaux ou synthétiques. La multiplicité et l ampleur des interactions de l eau lui proviennent de sa très grande aptitude à dissoudre la plupart des substances chargées ou polaires. Cette aptitude fait d elle un solvant d'une telle efficacité qui lui permet, outre de saler ou de sucrer les aliments, de véhiculer aisément des substances variées. Ainsi de nombreuses substances vitales sont-elles acheminées par l eau à travers le corps humain ou les plantes. Dans la nature, au gré de son périple, lorsqu elle dévale les pentes, l eau dégrade les roches, se charge en sels minéraux solubles, lessive les sols, arrache des éléments particulaires, draine toutes sortes de substances solubles et devient ainsi un véritable vecteur de pollution. Les réservoirs d eau et leurs interdépendances fonctionnelles En outre, les océans qui occupent 75 % de la surface de la Terre, accumulent des réserves de quelques millions de milliards de m3 (représentant plus de 97 % du volume total de l hydrosphère), réserves salées et quasi inutilisables pour l'homme, sauf pour le dessalement. Mais cependant, les océans fournissent 85 % (soit milliards de m3) de la vapeur d'eau atmosphérique dont 70 % donnent lieu à des précipitations. Les eaux continentales de surface (eau des rivières, des étangs et des lacs) et les eaux souterraines (émergences, sources, nappes phréatiques,

7 l eau dans la nature etc.) constituent l'essentiel des ressources en eau douce plus disponibles pour l'homme. Les réservoirs souterrains, les aquifères, assurent un débit permanent aux cours d'eau sans lesquels l'écoulement serait très épisodique et limité au moment et après les précipitations. Dans le monde, les eaux continentales, ressources plus facilement exploitables, mais en général mal réparties, ne sont pas toujours disponibles, ni accessibles et ni appropriées. En effet, 10 % des pays disposent de 60 % des ressources en eau douce disponibles alors que d autres vivent une insuffisance quantitative et qualitative criante. En outre, partout et encore plus quand la ressource est abondante, l'eau est gaspillée et/ou gravement polluée. Le gaspillage se retrouve à tous les niveaux : domestiques, industriels et surtout agricoles. La pollution des eaux est d une telle envergure car environ 2 millions de tonnes de déchets sont déversés, chaque jour, dans les fleuves, lacs et rivières, or un litre d'eau usée pollue environ huit litres d'eau douce. Actuellement existent à travers le monde, environ milliards m3 d'eau polluée active. Dans les processus naturels de changements d états, l eau, dans une ultime phase de condensation progressive, se retrouve sous forme solide. En effet, l eau liquide, en se refroidissant, fige de plus en plus l agitation thermique des molécules d eau. Ainsi les liaisons hydrogène qui pouvaient aisément se tordre dans le liquide, se raidissent progressivement pour devenir pratiquement droites. Les molécules d eau, dans cette structure de plus en plus rigide et ordonnée et ne pouvant plus changer de position, vibrent sur place et forment alors l état solide, la glace. Cette dernière dans la nature est stockée dans des glaciers qui couvrent actuellement 10 % des terres émergées et sont surtout présents aux pôles. Les calottes glaciaires polaires constituent les plus grandes réserves d'eau douce et stockent quelques 33 millions de milliards de m3, soit 2,4 % du volume total de l hydrosphère. Mais elles restent non mobilisables et donc inexploitables. Les glaciers ne sont pas fixes, dérivent et s'écoulent lentement, emportés par leur propre poids, vers l'aval et leur vitesse de déplacement, très variable selon le type, peut être d un mètre par jour ou par an. Les glaciers sont alimentés en surface par la neige qui se constitue suivant l'altitude et la température lors de précipitations. La neige est une forme de stockage temporaire de l eau qui est restituée lors de la refonte. Ainsi, lorsque la température s élève, elle peut repartir directement dans l'atmosphère par évaporation (par sublimation précisément) ou fondre sous forme liquide et s'infiltrer dans le sol ou ruisseler vers les rivières. La masse des glaciers est relativement importante et, s'ils devaient fondre complètement, le niveau des océans, remonterait de près de 200 m. Depuis cent ans, avec le réchauffement climatique de la planète, le niveau des mers a augmenté d'une quinzaine de centimètres, une évolution d un peu moins de deux millimètres par an. NATION Les évolutions hydrologiques A l échelle planétaire se déroulent de manière permanente, des phénomènes de transfert qui ont pour rôle d établir constamment les équilibres entre les différents systèmes hydrologiques en corrélation. L'eau qui, sous l effet de l insolation, emmagasine de la chaleur, se libère de plus en plus de l emprise d ensemble de l eau liquide et de l action gravitationnelle, s'évapore et monte dans l'atmosphère (avec le soleil, ou plus exactement l'énergie solaire comme moteur). Cette énergie qui entraîne des changements d'état de l'eau par formation et fonte des glaces, ou encore par évaporation et élévation de l'eau dans l'atmosphère, lorsqu elle se développe dans une masse d eau, en libère de la vapeur d eau d autant plus que la température s élèvera. Ainsi s évapore chaque jour des océans quelque 1000 milliards de m3 d eau pour rejoindre l atmosphère. Sous l action du froid rencontré en haute altitude, la vapeur d eau ainsi formée se condense et forme les nuages des précipitations dont la proportion de 60 % s'évapore à nouveau alors que 15 % ruissellent et rejoignent les cours d'eau, les mers et les océans, et 25 % s'infiltrent pour alimenter les nappes et rivières souterraines. De ce fait, ces processus agissant à la fois sur Terre et dans l'atmosphère, constituent le cycle de l'eau qui se caractérise par l intervention d éléments assez distincts, mais corrélatifs comme la pluie, les rivières, les océans, les glaces ou la vapeur d'eau. Ainsi il pleut suffisamment pour faire couler les fleuves et s'évapore assez d'eau pour approvisionner les nuages et provoquer la pluie. Dans l'atmosphère, l'eau est en majorité sous forme vapeur qui, sous l'effet du refroidissement, passe à l'état liquide. Ce liquide atmosphérique s accumule dans les nuages, puis se développe dans les précipitations et une fois au sol, suit un cycle se déroulant de façon essentiellement liquide. Alors que la grande majorité des eaux, se retrouve dans les nappes souterraines ou dans les rivières, d infimes quantités sont en mouvement ou utilisées par les plantes. Les racines de ces dernières captent l'eau qui s'évaporera ensuite par la transpiration des feuilles. La masse d eau évaporée à l échelle planétaire, soit km3/an, est équivalente à celle des précipitations annuelles mondiales. Sur les continents, les précipitations sont excédentaires de milliards de m3 par rapport à l'évaporation alors qu au niveau des océans, une situation inverse se caractérise par le déficit d une quantité d'eau équivalente. De ce fait, les continents compensent en renvoyant chaque année cette quantité manquante aux océans de façon à ce que le bilan s équilibre. Ainsi circulent, se déplacent ou se transfèrent les eaux dans l environnement Terrestre. En Mauritanie, pays caractérisé par un contexte d aridité extrême, les transferts d eau qui ne s effectuent essentiellement qu à sens unique, du continent vers l atmosphère, s illustrent par les fortes évaporations et évapotranspirations que connaissent les milieux ambiants et aquatiques, et les plantes. Les précipitations devant assurer la restitution des masses d eau évaporée, sont précaires dans le temps et dans l espace. Ce qui, dans une telle situation, maintient un déficit hygrométrique permanent et une absence de cours d eau pérennes. Précipitations et évaporations Corrélativement, les incidences des précipitations et des évaporations peuvent être assez sensibles sur les masses d eaux et surtout les eaux continentales. Ces dernières en majeure partie des eaux douces (à quelques exceptions près) d origines pluviales, ont leur subsistance et leurs caractéristiques très influencées par l ampleur de ces phénomènes. Selon les variations de température dans l atmosphère, Page 7 l évaporation de l eau s intensifie ou s amoindrit et à la limite s annule dans certaines conditions climatiques. L'évapotranspiration, très sensible aux variations des climats et des saisons, comporte l'évaporation directe à partir des sols humides et plans d'eau ainsi que la transpiration des végétaux. L'évapotranspiration dépend à la fois de la chaleur fournie par le rayonnement solaire et de la quantité d'eau disponible dans le sol. Ainsi en été et en hiver, l'évaporation ne présente pas la même intensité (beaucoup plus importante en été avec un rayonnement solaire plus intense) qui diffère également des pays froids ou chauds. Lorsque l intensité de l évaporation de l eau faiblit avec les plus basses températures, dès lors il apparaît le phénomène à effet contraire qui conduit à la densification par liquéfaction progressive d où l apparition des nuages. Ainsi prennent naissance les précipitations qui peuvent prendre plusieurs formes : bruine, pluie, neige lorsque la température se refroidit, ou encore grêle. Le régime des précipitations est très différent suivant les climats : tempéré, intertropical ou équatorial. En zones tempérées, les pluies sont réparties sur toute l'année avec toutefois une plus grande abondance en hiver qu'en été. En revanche, en zone intertropicale, des pluies essentiellement estivales, violentes, très localisées à caractère torrentiel et orageux, sont dues à la mousson et sont assez dévastatrices pour le sol et les milieux naturels. Dans la zone équatoriale, la pluie est, comme dans les zones tempérées, répartie sur toute l'année. Dans certaines régions terrestres, l évaporation étant faible, en contre partie, la restitution par les précipitations, devrait en être de même. Mais paradoxalement, en zones tempérées, bien que la première soit effectivement faible, les secondes sont relativement importantes. Alors qu en zones arides et semi-arides où la transformation de l eau en vapeur d eau est quasi-instantanée avec une atmosphère constamment avide d eau, les phénomènes de condensation s amorcent difficilement et conduisent exceptionnellement aux précipitations. Le retour de l eau évaporée, partie en déperdition, n est guère assuré. Il s évapore donc ici énormément et il pleut peu, très peu ou pas du tout en conséquence. Les eaux qui s évaporent intensément dans les contextes arides, vont pleuvoir ailleurs alors que plus que partout ailleurs ces zones souffrent d insuffisances notoires des réserves d eau. Les transferts incessants d eau à l échelle planétaire, s ils peuvent établir des équilibres fonctionnels entre les compartiments, vraisemblablement, accentuent aussi les manques par-ci et les abondances par-là. Des régions du monde qui connaissent fréquemment des vagues d inondations et d autres qui vivent cruellement des situations caniculaires et austères en sont des illustrations édifiantes. Bakari Mohamed SEMEGA Professeur de chimie et d hydrochimie Université de Nouakchott,

8 ENROLEMENT Page 8 Agence Nationale du Registre des Populations et des Titres Sécurisés Suivi enrôlement : du 3 oct Au 10 oct Etranger Hodh Echarghi Hodh El Gharbi Assaba Gorgol

9 ENROLEMENT Page 9 Agence Nationale du Registre des Populations et des Titres Sécurisés Suivi enrôlement : du 3 oct Au 10 oct Brakna Trarza Adrar Dakhlet NDB Tagant Guidimagha Tiris Zemmour Inchiri Nouakchott

10 ANNONCES Page 10 CAISSE NATIONALE DE SECURITE SOCIALE Avis d'appel d'offres AAO N 03/CI)MPSACC/CNSS/13 1Dans le cadre de son plan d'actions au titre de l'année 2013, La Caisse Nationale de Sécurité Sociale(CNSS) envisage acquérir, sur fonds propres, les fournitures suivantes réparties en trois lots distincts:.lot 1: Mobilier de bureau. lot 2 : Fourniture de Bureau. Lot 3 : Consommables informatiques 2. La CNSS sollicite des offres sous pli fermé de la part de candidats éligibles et répondant aux qualifications requises pour la fourniture demandée conformément aux spécifications contenues dans le Bordereau des quantités du présent marché. 3. La passation du présent Marché de fourniture sera conduite par Appel d'offres ouvert tel que défini dans le Code mauritanien des Marchés publics. et ouvert à tous les candidats éligibles. 4 Les candidats intéressés peuvent obtenir des informations auprès de Caisse nationale de Sécurité Sociale (CNSS) Téléphone: , et Les candidats intéressés peuvent obtenir un dossier d'appel d'offres complet à l'adresse du Siège de la Commission de Passation des Marchés Publics des Secteurs de l'administration. de la Culture et de la Communication (CPMPSACC) sise à l ilot C N: 335 Tevragh-Zeina Nouakchott Mauritanie BP: 5263 Tel: (222) Fax: (222) contre un paiement non remboursable au Trésor Public, exclusivement, de trente mille Ouguiya (30.000UM). 6 Les offres devront être soumises au plus tard le lundi 04 novembre 2013 à 12H00 GMT à l'adresse du siège de la CPMPSACC sise à Îlot C N 335 Tevragh Zeina Nouakchott - Mauritanie où elles seront ouvertes au plus tard le lundi 04 novembre 2013 à 12H00 GMT en présence des représentants des candidats qui le souhaitent Les offres remises en retard ne seront pas acceptées. 7 Les offres doivent comprendre 1es garanties de soumission d'un montant de : LOT 1: Quatre Vingt Mille Ouguiya ( UM) ; LOT 2: Cent Quarante Mille Ouguiya ( UM); et LOT 3 : Soixante Mille (60.000UM). Les offres devront demeurer valides pendant une durée de trente jours (30 jours) à compter de la date limite de dépôt. LE DIRECTEUR GENERAL MOHAMED ALI OULD DEDEW Pour des élections transparentes et crédibles Conformément à la délibération n 19 du 21 août 2013 de la CENI et au décret en date du 22 août 2013 portant convocation du collège électoral pour l élection des députés à l Assemblée Nationale et des conseillers municipaux, le Comité Directeur de la CENI informe le public que: I. Pour le dépôt des dossiers de candidatures 1. Elections municipales: Dépôt des dossiers de candidatures : entre le mardi 24 septembre 2013 à 0 heure et le vendredi 04 octobre 2013 à minuit auprès des commissions locales de la CENI; 2. Elections législatives : Dépôt des dossiers de candidatures : entre le mercredi 09 octobre 2013 à 0 heure et le jeudi 24 octobre 2013 à minuit : - Pour les listes des circonscriptions, le dépôt s effectue auprès des commissions locales de la CENI. - Pour les listes nationales, (liste des partis et liste des femmes) et les listes de la circonscription unique de Nouakchott, le dépôt s effectue auprès de la Cellule mise en place à cet effet au siège central de la CENI à Nouakchott, conformément à la note de service n 0052 du 1er septembre II. Dossiers de candidatures : 1. Pour les législatives : a) Présentation d une déclaration de candidature établie par les partis politiques ou groupements de partis légalement reconnus, signée par les candidats devant le représentant de la CENI ; b) Etre âgé de 25 ans accomplis au moins ; c) La déclaration de candidature doit comporter : - les noms, prénoms, âges, profession et domicile du candidat : - les noms, prénoms, profession et domicile du suppléant - le Casier judiciaire ; - l attestation fiscale ou certificat de non imposition ; - le reçu de versement d une caution de UM auprès du trésor. 2. Pour les Municipales : a) Présentation des déclarations de candidatures établies par les partis politiques ou groupements de partis légalement reconnus ; b) Déclaration libellée sur papier en-tête du parti signée par les candidats devant le représentant de la CENI ; c) La déclaration doit comporter : - le titre donné à la liste ; - les noms, prénoms, âges et domiciles des candidats ; - le nom du mandataire de la liste ; - le casier judiciaire ; - l attestation fiscale ou le certificat de non imposition ; - le reçu du versement de la caution de 4000 Communiqué UM par candidat auprès du Trésor. III. Validation des candidatures 1. Pour les législatives : Les candidatures sont validées au plus tard le 25ème jour précédant le scrutin, soit le mardi 29 octobre 2013 à minuit auprès des commissions régionales de la CENI. 2. Pour les Municipales : Les candidatures sont validées au plus tard le 40ème jour précédant le scrutin, soit le lundi 14 octobre 2013 à minuit par les commissions régionales de la CENI. IV. Conditions d établissement des listes candidates : Les listes candidates sont établies en tenant compte du quota des femmes fixé comme suit : 1. Pour les élections municipales : Pour les conseils de 9 et 11 membres : 2 places sont réservées aux femmes. Dans ce cas, si une femme occupe la 1ère place sur la liste candidate, la seconde est placée 4ème sur la liste ; par contre si la tête de liste est un homme, les femmes occupent les 2ème et 4ème places. Pour les conseils de 15 et 17 membres : 3 places sont réservées aux femmes. Dans ce cas, si une femme occupe la 1ère place sur la liste candidate, la seconde est placée 5ème et la troisième 7ème sur la liste, par-contre si la tête de liste est un homme, les femmes occuperont les 2ème, 5ème et 7ème places. Pour les conseils de 19 et 21 et plus de conseillers : 4 places sont réservées aux femmes. Dans ce cas, si une femme occupe la 1ère place sur la liste candidate, la seconde est placée 5ème, la troisième 7ème et la quatrième 9ème sur la liste ; par-contre si la tête de liste est un homme, les femmes occuperont les 2ème,5ème, 7ème et 9ème places. 2. Pour les élections législatives : Dans les circonscriptions électorales ayant trois sièges, les listes candidates comporteront au moins un candidat de sexe féminin en 1ère ou 2ème position sur la liste. Dans les circonscriptions électorales ayant plus de trois sièges, chaque liste candidate est composée alternativement d un candidat de chaque sexe et, ce, en tenant compte des deux principes suivants : a) Au sein de chaque groupe entier de quatre candidats dans l ordre de présentation de la liste, doit figurer un nombre égal de candidats de chaque sexe ; b) L écart entre le nombre de candidats de chaque sexe ne peut être supérieur à un. Les structures centrales, régionales et locales de la CENI sont chargées chacune en ce qui la concerne de veiller au respect des présentes dispositions et d en assurer la plus large diffusion.

11 ANNONCES Page 11 MINISTERE DU PETROLE, DE L'ENERGIE ET DES MINES SOCIETE MAURITANIENNE D'ELECtRICITE (SOMELEC) Projet de réhabilitation et d'extension des centrales électriques des villes de l'intérieur du pays Avisnational à manifestation d'intérêt n 07/2013/AMI pour le recrutement d'un consultant chargé des études, du contrôle et de la supervision des travaux de réhabilitation du génie civil des centrales électriques des villes de l'intérieur du pays 1. Dans le cadre du projet d)extension des centrales de l'intérieur du Pays, la Société Mauritanienne d Electricité «SOMBLEC») envisage de réhabiliter le génie civil des 14 centtales électriques des villes de l.intérieur du pays suivantes: Néma, Timbédra) AioUQ, Tintane, Kif&, Guérou, Sélibaby, M'Bout. Tidjikja. MagtaLahjar, Aleg, Boghé, Boutilimit et Akjoujt. Les travaux sont répartis en deux lots :. Lot 1 : concerne les centrales des villes de : Néma, Tnnbécb:a,Aioun, Tintane, Kiffa, Guérou ersélibaby ;. Lot 2 : concerne les centrales des villes de: M'Bout, Tidjikja, MagtaLahjar, Aleg, Boghé) Boutilimit et Akjoujt. Le projet consiste en la réhabilitation des bâtiments des centrales électriques et de.leurs ouvrages annexes. Ces travaux comprennent: - Les diagnostics, les études, les plans et les détails d'exécution de tous les corps d'états ; - Les travaux préparatoires de démolition, de nettoyage et de curage; - Les travaux des gros œuvres (Infrastructures et superstructures) si nécessaire; - Les travaux de seconds œuvres: * Maçonnerie * Enduit intérieur et extérieur * Revêtement de sol et des murs (carrelage) * Faux plafond * Menuiserie * Vitrages * Etanchéité * Peinture et finitions diverses - Les travaux d'électricité (installations et réseaux)./ Réseaux téléphoniques et informatiques - Les travaux de froid (climatisation, venrijation) - Circuit de plomberie sanitaire - Travaux d'assainissement: fosse septique, puits perdus et réseaux associés./ Les aménagements extérieurs (clôture et bordure autour des bâtiments) 2. Les prestations d'ingénierie, objet du présent appel à manifestation d'intérê~ comportent pour chacun des lots qui fera l'objet d'un marché séparé: - la réalisation des diagnostics de différentes centrales, - la confection des documents d'appel d'offres, - l'assistance au Maître de l'ouvrage dans le processus d'attribution des marchés (évaluations etrédaction des marchés); et - le suivi des études d'exécution. la surveillance et le contrôle des travaux. 3. Par le présent avis, la Société Mauritanienne d'electrlcité (SOMELEC), société de droit public mauritanien, sise 47, Avenue de l'indépendance à Nouakchott, République Islamique de Mauritanie, invite les consultants ou groupements de consultants nationaux et possédant l'expérience requise en matière d'étude de réhabilitation de génie civil des centtales et/ou bâtiments, du suivi et du contrôle de leur exécution. à presenter leur candidature pour la réalisation des prestations décrites au point 2. Les références minimales requises pour la pré--qualification sont les suivantes: 3.1 Références générales: avoir réalisé avec succès, au cours des cinq dernières années, au moins deux contrats d'études et/ou de supervision des travaux dans le domaine de la réalisation de travaux de génie civil des bâtiments d'une valeur wùtaî1:e d'au moins dix millions d'ouguiyas ( UM). 3.2 Références spécifiques: avoir réalisé avec succès, au cours des cinq dernières années, au moins un contrat d'études portant SUI des projets de réhabilitation du génie civil des bâtiments avoir réalisé avec succès, au cours des cinq dernières années, au moins un contrat de supervision et de contrôle portant sur des projets de réhabilitation du génie civil des bâtiments. 3.3 Références financières: avoir réalisé, au cours des trois dernières années, un chiffre d'affaires annuel moyen, attesté par la Direction Générale des. Impôts, d'au moins quinze millions d'ouguiyas ( UM). 4. Les candidats intéressés devront transmettre à l'adresse indiquée au point 6 ci-après, leurs dossiers de candidature qui doivent comprendre les éléments suivants : 4.1. Une lettre de candidature, signée du responsable légal du Consultant ou du mandataire commun du groupement de Consultants et indiquant les coordonnées (adresse postale, téléphone. fax, adresse ema.ù); 4.2. Les qualifications techniques, l'expérience en mpport avec les prestations demandées et les références concernant des marchés analogues exécutés par le candidat. Ces références, obligatoirement étayées par des attestations des bénéficiaires, doivent notamment porter sur l'expérience générale. l'expérience spécifique et toute autre référence pertinente qui démontrent que le candidat possède les capacités techniques pour exécuter les prestations requises avec indication de la nature du projet, du bénéficiaire, de sa période de réalisation, du volume des prestations confiées au candidat; 4.3. La situation des effectifs et des qualifications du personnel pour apprécier que le candidat possède les ressources humaines qualifiées nécessaires à la réalisation des prestations; 4.4. La description des outils et matériels dont le candidat dispose pour exécuter les prestations; 4.5. Les références financières qui peanettent d'apprécier la capacité financière du candidat à exécuter les prestations (Extrait du registre de commerce et clùffres d'affaires réalisés au cours des trois dernières années, bilans certifiés des trois derniers exercices déclarés effectivement aux services des impôts et ayant servi de base d'imposition) 4.6. Les attestations administratives établies dans les formes réglementaires attestant la régularité du Consultant vis-à-vis de l'administration. Ces pièces dont la validité est de six (06) mois, sauf pour la Banque centrale de Mauritanie (validité fixée à un (01) mois) sont les suivantes: * Attestation délivrée par le Trésorier Général, * Attestation délivrée par le Directew: Général des Impôts * Attestation délivrée par le Directeur Généml de la CNSS * Attestation délivrée par la Directeur du Travail et de la Main d'œuvre, *Attestation délivrée par le Directeur de la Supervision bancaire à la BCM certifiant que l'intéressé ne figure pas sur la liste des contentieux et comptes gelés. SeuJes les références et informations authentifiées scront priscs cn compte. 5. En cas de groupement de consultants, il y aura lieu d'indiquer le statut de ce groupement. Les conditions à remplir par le mandataire commun et par chacun des membres du groupement sont indiquées ci -après: 5.1 le groupement de consultants, pris collectivement, doit satisfaire aux références minimales fixées au point 3 ci-avant, les références conespondant à chacun des membres du groupement étant pour cela additionnées afin d'obtenir les capacités totales du groupement. 5.2 chacun des membres du groupement doit présenter les documents demandés au point 4 ci-avant en dehors de la lettre de candidature (point 4.1) pour laquelle une seule signée du mandataire commun du groupement est suffisante. 5.3 un des membres du groupement doit être désigné comme mandataire commun. n devra joindre au dossier de candidature les pouvoirs l'habilitant à engager le groupement. 6. Les dossiers de candidature établis en trois exemplaires dont un origin!ll. doivent êtte adressés par coumer ou déposées au plus taj:d le /11/11/2013 à 12h00 TU à l'adresse suivante: Monsieur le Directeur Général de la SOMELEC 47, Avenue de l'indépendance BP 355 Nouakchott République Islamique de Mauritanie Et porter la mention: «Appel à manifestation d'intérêt pour le recrutement d'un consultant chargé des études, du conttôle, et de la supervision des travaux de réhabilitation du génie civil des centrales électriques des villes de l)intérieur du pays» 7 Pour toute demande d'éclaircissement relative au présent avis, les candidats intéressés doivent s'adresser à l'adres~e indiquée ci-dessous : Monsieur le Directeur Général de la SOMELEC 47, Avenue de l'indépendance BP 355 Nouakchott République Islamique de Mauritanie Télécopie: Courriel : LE VICE PRESIDENT DE LA COMMISSION DES MARCHES D'INVESTISSEMENT Mohamed Salem Ould Ahmed

12 SP RTS Sidi - Brahim dit Dieng Page 12 Football / Championnat Intersaison Dar Naim-2ème édition Les Anciens de Tensouélem remportent le trophée Le club des Anciens de Tensouélem a remporté, hier au stade de Dar Naim, le trophée du championnat intersaison de football de Dar Naim, s imposant sur le score de 3 buts à 0 au FC Police. Le trophée et une enveloppe de Ouguiyas ont été remis au ca pitaine du club vainqueur par le com missaire de police de Dar Naim 1.. Le deuxième trophée et Ouguiyas ont également été remis au FC Police par M. Ahmed Ould lboibeny, directeur des Loisirs auministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports. Le trio arbitral, composé de Fall Alioune, Amadou Diagne et Oumar Sy, a aussi été récompensé par le comité d organisation de cette manifestaion. Plusieurs équipes de football, précisément au nombre de 28 ont participé à cette manifestation saisonnière qui a, très souvent, été organisée au sein de cette moughataa. Ces 28 équipes ont été scindées en 7 poules de 4 chacune. La compétition s est jouée en 3 tours. Le premier tour s est joué à raison de 2 matchs par jour, du 31 août au 19 septembre. Le deuxième tour, qui a duré 4 jours, du 23 au 26 septembre dernier, s est joué également à raison de 2 matchs par jour. Ce tour est ouvert aux participants qui ont franchi le premier Tour. Le 3ème tour a mis aux prises les 6 équipes qui ont dépassé le 2ème tour. Il y a eu, naturellement, deux demifinales et la finale prévue le 11 octobre 2013 Rappelons que la cérémonie d ouverture, qui a eu lieu vendredi 30 août 2013 au Centre Socio-éducatif et Sportif de la moughataa, s était déroulée sous la présidence de M. Issa Fall, Inspecteur de la jeunesse et des Sports de la moughataa de Dar Naim. Selon le président de la Commission chargée d Organisation de l intersaison de Dar Naim, M. Saloum Ould Brahim, ce championnat intersaison de football s inscrit dans le programme des activités sportives de la moughataa. S-B DIENG Qualification Coupe du Monde -Brésil 2014 Tunisie / Khalifa : "Un miracle et un cadeau de Dieu" Un temps éliminée de la course à la qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014, la Tunisie de Saber Khalifa a été relancée par une erreur administrative du Cap-Vert. Les Aigles de Carthage s'apprêtent désormais à affronter le Cameroun lors du troisième tour qualificatif de la Zone Afrique. Avant le match aller ce 13 octobre à Rades, FIFA.com a rencontré l'attaquant pour évoquer notamment ce repêchage miraculeux, son début de saison à l'olympique de Marseille, et son but fantastique inscrit la saison dernière avec Evian-Thonon-Gaillard. Saber, la Tunisie était éliminée et s est retrouvée qualifiée suite à la sanction administrative du Cap-Vert. Comment avez-vous appris cette qualification de la Tunisie? Franchement, après la défaite contre le Cap-Vert, j étais dégouté. Après trois ou quatre jours, on a reçu cette nouvelle et j ai eu du mal à y croire. J étais chez moi, et un journaliste tunisien que je connais m a envoyé un message pour me dire qu on était qualifié. J ai cru à une blague, j ai pensé qu il se moquait de moi. Je suis allé immédiatement sur internet et j ai vu sur Facebook que tout le monde s excitait et mettait des messages "on est qualifiés, le Cap-Vert a joué avec un joueur suspendu." J ai téléphoné en Tunisie aux dirigeants de l équipe nationale qui m ont confirmé la nouvelle. J ai été étonné mais très très très content! Comment accueillez-vous ce coup de pouce du destin? On était au fond du trou, et soudain, on se retrouve de nouveau sur la route de la Coupe du Monde. C est un miracle, un cadeau de Dieu. C est une chance immense. Jouer une Coupe du Monde, c est pour certains une fois dans une vie, en tous cas tous les quatre ans, et nous avons laissé passer cette chance. Là, on nous redonne une possibilité de la jouer alors qu on était hors course. A combien d équipes ça arrive une chance comme ça? Il ne faut pas la laisser passer. Je me rappelle du Danemark en 1992 qui n était pas qualifié, qui se retrouve repêché au dernier moment et qui gagne l Euro. On connaît l histoire, ils n ont pas laissé passer leur chance. On va essayer de s en inspirer. Avec cette qualification heureuse, la Tunisie sera-telle encore plus difficile à battre? On est conscient de la chance qu on a, mais ce coup de pouce ne nous a pas rendus meilleurs que ce que l on est, il ne faut pas oublier qu on a perdu contre le Cap- Vert à domicile. Il faut se battre pour exploiter cette chance, il ne faut pas lâcher, tout donner pour passer. Vous n avez pas encore marqué cette saison depuis la reprise, ni avec la sélection ni avec l Olympique de Marseille. Vous êtes-vous réservé pour le Cameroun? (rires) J espère, oui! C est vrai que ça fait longtemps que je n ai pas marqué. Avec l équipe nationale, on n a joué qu un match depuis la reprise, contre le Cap-Vert et on sait tous comment ça s est passé. Et avec l OM, j ai signé tard, j avais un retard dans la préparation, donc je n ai pour l instant pas beaucoup de temps de jeu. J espère que je vais retrouver le chemin des filets contre le Cameroun, mais si je reste encore muet, et qu on gagne, je peux encore attendre un peu pour marquer! Quel a été son discours du nouveau entraineur? Depuis qu il est arrivé, on a beaucoup parlé, il a fait des réunions, et il a été très clair avec nous : il nous a dit qu il a joué au très haut niveau et gagné beaucoup de titres, mais la Coupe du Monde, c est autre chose. Il en a joué deux, il a atteint deux fois la finale, et il nous a bien fait comprendre que ce qui nous attend en Coupe du Monde, c est encore plus beau que tout ce qu on a pu vivre avant. Mais sincèrement, pour ce match-là, à la limite on n a même pas besoin d entraîneur, ni de prime, ni de rien du tout! C est un match pour les joueurs, le match de notre vie. Il faut tout donner pour jouer la Coupe du Monde. Tactiquement, quel sera votre rôle dans son système? Il m a appelé pour parler un peu, me demander dans quel poste je me sentais le plus à l aise. Je lui ai dit : "Franchement coach, je peux joueur à droite, à gauche, ou attaquant de pointe, dans les trois postes." Il m a coupé immédiatement et m a dit : "Je ne te demande pas où tu peux jouer, je veux savoir ce que tu préfères, où tu te sentiras le plus à l aise et où tu prendras le plus de plaisir." Alors, je préfère jouer à gauche. Mais il a des contraintes pour faire son équipe, donc si ce n est pas possible, je respecterai évidemment son choix. Basket /Pro A Le Mans s'impose devant Gravelines Le Mans a enchaîné une deuxième victoire consécutive en s'imposant (69-63) devant Gravelines vendredi en match avancé de la 2e journée de ProA. Dans ce duel opposant deux équipes citées comme des prétendantes au titre, la décision s'est faite dans les dernières minutes. Après la correction infligée au Paris- Levallois (85-62) lors de la reprise du championnat, les Manceaux ont cette fois-ci rencontré une opposition beaucoup plus coriace. Déjà décisif lors du déplacement en région parisienne, le meneur américain DaShaun Wood l'a encore été, cette fois-ci à Antarès, en marquant 18 points et en cumulant 7 passes décisives. Ses deux compatriotes Reyshawn Terry (14 points) et Vaughn Duggins (12 points) ainsi que le champion d'europe français Charles Kahudi (10 points) ont aussi apporté leur pierre à l'édifice. En face, les 19 points inscrits par l'intérieur Marcus Lewis n'auront pas suffi à faire pencher la balance à l'avantage des Nordistes, qui ont pourtant mené de huit longueurs (31-39) dans le troisième quart temps. En toute fin de match, Juby Johnson a réduit le score (64-61) pour entretenir un peu l'espoir, rapidement calmé par Wood (66-61). Le Mans n'avait alors plus qu'a gérer habilement son avance. Terry et Duggins n'ont pas tremblé au lancer franc assurant définitivement la victoire de leur équipe qui, par ce nouveau succès, a frappé un grand coup en ce début de championnat. Tennis /Masters Shanghai Del Potro balaye Nadal Sensation à Shanghai! Juan Martin Del Potro a dominé le numéro un mondial Rafael Nadal en demi-finale du Masters 1000 samedi (6-2, 6-4). L'Argentin affrontera Novak Djokovic en finale pour remporter son quatrième titre de la saison. Il n'y aura pas de finale Djokovic- Nadal à Shanghai. Juan Martin Del Potro a déjoué tous les pronostics en prenant le meilleur sur Rafael Nadal en demi-finales, samedi (6-2, 6-4). Une énorme performance face à l'espagnol tout juste redevenu numéro un mondial cette semaine, qui sera privé de sa quatorzième finale ATP de la saison. Dimanche, l'argentin, ancien lauréat de l'us Open 2009, affrontera Novak Djokovic en finale pour tenter de remporter son premier Masters 1000 en carrière. La démonstration de l'argentin a été comme le match : magnifique. Excellent au service, pointant avec 80% de premières balles, le cinquième mondial a été solide de bout en bout infligeant au Majorquin sa deuxième défaite sur dur de la saison, une semaine après son revers en finale de Tokyo. Il est aussi le deuxième joueur de l'année à le dominer avant une finale, après Steve Darcis au premier tour de Wimbledon. Bousculé comme rarement à l'échange cette saison, Nadal n'est pas parvenu à convertir une seule de ses six occasions de break. Avec quatre double-fautes et 22 fautes directes, ses 15 coups gagnants - quasiment la moitié par rapport à son adversaire (28) - n'ont pas fait douter un Juan Martin Del Potro injouable ce samedi. Aujourd hui, l'argentin joue sa troisième finale de Masters 1000 en carrière, la deuxième de la saison après celle jouée et perdue à Indian Wells... face à Rafael Nadal (6-4, 3-6, 4-6). Tournoi où il avait d'ailleurs battu l'autre numéro un mondial de la saison, Novak Djokovic qu'il retrouvera dimanche. Finaliste pour la première fois à Shanghai, le N.5 mondial a remporté cette saison trois tournois, tous sur dur, sa surface de prédilection, dont le dernier dimanche dernier à Tokyo.

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Chapitre 1 L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT

Chapitre 1 L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT Chapitre 1 L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT Document condensation / liquéfaction précipitation solidification évaporation fusion ruissellement infiltration 1. Place les mots suivants sur la figure ci-contre

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

A1-1 L eau dans tous ces états Extraire des infos d un texte. I. Omniprésence de l eau sur la Terre

A1-1 L eau dans tous ces états Extraire des infos d un texte. I. Omniprésence de l eau sur la Terre A1-1 L eau dans tous ces états Extraire des infos d un texte Eau constituants nécessaire à la vie Pourquoi l eau est-elle si importante? Comment l eau est répartie sur la Terre? Sous quelle forme existe

Plus en détail

Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie

Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie 1 Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie 2 L'estomac humain L'estomac est un organe qui fait partie de l'appareil digestif. Il est en forme de poche, et il est situé entre l'œsophage en haut, et le duodénum

Plus en détail

La répartition des ressources en eau douce sur Terre

La répartition des ressources en eau douce sur Terre L eau dans le monde : l or bleu -10m -20m -30m -40m -50m -60m ABSORPTION DIFFUSION REFLEXION La Terre notre Planète bleue La Terre est la planète la plus fortunée du système solaire : elle est en effet

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

Récupération de l eau de pluie

Récupération de l eau de pluie Récupération de l eau de pluie La station récupère les eaux de pluie. Acte citoyen en France, mesure obligatoire en Belgique, la récupération des eaux de pluie est une alternative très intéressante pour

Plus en détail

Exercice 1. Qu est-ce qui a permis l apparition de la vie sur Terre? Fais une liste de tous les endroits où l on trouve de l eau dans la nature.

Exercice 1. Qu est-ce qui a permis l apparition de la vie sur Terre? Fais une liste de tous les endroits où l on trouve de l eau dans la nature. La planète bleue Exercice Fiche n / Élève A l aide des documents que tu as consultés, réponds aux Où trouve-t-on de l eau dans l Univers? Qu est-ce qui a permis l apparition de la vie sur Terre? Fais une

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

Domaine des principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique : Cycle 3 niveau : 3 Le cycle de l'eau

Domaine des principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique : Cycle 3 niveau : 3 Le cycle de l'eau Domaine des principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique : Cycle 3 niveau : 3 Le cycle de l'eau Champ disciplinaire : Les sciences expérimentales Domaine : la matière

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE

RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE Conseil municipal du 30 juin 2010 RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE Délibération Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, Considérant qu il y a lieu de mettre

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Bravo! Vous arrosez avec l eau de pluie : vous gagnez 100 litres. Pollution de l eau : l équipe suivante joue 2 fois

Bravo! Vous arrosez avec l eau de pluie : vous gagnez 100 litres. Pollution de l eau : l équipe suivante joue 2 fois BRAVO! Vous arrosez avec l eau de pluie Vous gagnez 100 Bravo! Vous arrosez avec l eau de pluie : vous gagnez 100 litres L équipe suivante joue 2 Pollution de l eau : l équipe suivante joue 2 fois BRAVO!

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda Service de la qualité Produits Chimiques L'action entreprise par la Communauté européenne dans

Plus en détail

Pour un match ayant lieu dans la matinée, vous pouvez prendre un petit déjeuner classique :

Pour un match ayant lieu dans la matinée, vous pouvez prendre un petit déjeuner classique : La préparation d un match passe aussi par l alimentation. Pour être performant lors d un match, il est essentiel de bien s alimenter avant! AVANT VOTRE MATCH Pour aborder votre match dans les meilleures

Plus en détail

Commission Nationale de Contrôle des Marchés Publics A.1...,a)I PROCES VERBAL N 09/CNCMP/2015 DU 04/03

Commission Nationale de Contrôle des Marchés Publics A.1...,a)I PROCES VERBAL N 09/CNCMP/2015 DU 04/03 Répu~que Islamique de Mauritanie / Honneur - Fraternité - Justice 4ti:.;~I L:-o~~I i.:.;.a a~i J~ - ~~1 -..j;---:;.. Secrétariat Général du Gouvernement Commission Nationale de Contrôle des Marchés Publics

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Union africaine Union africaine E/ECA/COE/34/2 Commission économique pour l Afrique Comité d experts Trente-quatrième réunion Union africaine Comité d experts

Plus en détail

PROCESVERBAL N 48/CNCMP/2012

PROCESVERBAL N 48/CNCMP/2012 République Islamique de Mauritanie., Honneur - Fraternité - Justice Secrétariat Général du Gouvernement Commission Nationale de Contrôle des Marchés Publics ~~.)yjl ~~,!I ~.)~I J~-.~1-~~ L,,,.~, ~~ L...\aJ'

Plus en détail

SOUTIEN AUX PROJETS D EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES COLLEGIENS DE LA MARTINIQUE REGLEMENT

SOUTIEN AUX PROJETS D EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES COLLEGIENS DE LA MARTINIQUE REGLEMENT SOUTIEN AUX PROJETS D EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES COLLEGIENS DE LA MARTINIQUE REGLEMENT REGLEMENT APPEL A PROJETS DEPARTEMENT MARTINIQUE 2015 1 CONTEXTE ET ENJEUX Depuis plus de dix ans,

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07 RECUEIL DE GESTION Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir POLITIQUE SECTEUR SRÉJA SUJET Pour une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif IDENTIFICATION CODE : 54-10-01

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

La thermothérapie Cours n o 336

La thermothérapie Cours n o 336 La thermothérapie Cours n o 336 Dans le cours précédent, nous avons notamment parlé d hydrothérapie chaude. Il s agit en fait d une forme de thermothérapie. Celle-ci n est rien d autre que le recours à

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif

Service Public d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif SIVO - Syndicat Intercommunal de la Vallée de l Ondaine 44, rue de la Tour de Varan - 42700 FIRMINY Le contexte réglementaire La loi sur l eau du 3 janvier

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»),

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»), Avis n 2014-0659 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 juin 2014 relatif à une modification du catalogue des prestations internationales du service universel

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Article II. ORGANISATION DES INSCRIPTIONS

Article II. ORGANISATION DES INSCRIPTIONS Adopté au Conseil Municipal du 9 février 2015 Article I. PRÉSENTATION La Mairie de Montmorency propose aux enfants montmorencéens de partir en séjour pendant les vacances scolaires. Les vacances constituent

Plus en détail

Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation alimentaire durable

Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation alimentaire durable Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation durable Présenté par : CHALHOUB Habib Directeur de thèse : P. BELOT Robert Co-encadrante : Mme

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

DECRET N 2000-05/PM/MCAT PORTANT REGLEMENTATION DES AGENCES ET BUREAUX DE VOYAGES.

DECRET N 2000-05/PM/MCAT PORTANT REGLEMENTATION DES AGENCES ET BUREAUX DE VOYAGES. DECRET N 2000-05/PM/MCAT PORTANT REGLEMENTATION DES AGENCES ET BUREAUX DE VOYAGES. LE PREMIER MINISTRE, Sur Rapport du Ministre du Commerce, de L'Artisanat et du Tourisme VU La constitution du 20 Juillet

Plus en détail

La construction sociale du statut juridique de l eau l du Nord

La construction sociale du statut juridique de l eau l du Nord La construction sociale du statut juridique de l eau l en Amérique du Nord Disponibilité réelle de l eaul 0,25 % d eau d douce accessible sur terre Inégale répartition: r 60% de l eau l douce se retrouve

Plus en détail

N 25 juin 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/6

N 25 juin 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/6 N 25 juin 2015 Secrétariat de la CCMOSS 1/6 ACTUALITES 10 conseils pour simplifier l achat public...... 3 D E F I N I T I O N Qu est-ce que le PNAAPD?...3 R E G L E M E N T A T I O N Sur qui porte l obligation

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU INTRODUCTION L'eau est une ressource finie, recyclable et inégalement répartie. Elle est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

Plus en détail

NOR: EQUT9901586A Version consolidée au 5 mai 2010

NOR: EQUT9901586A Version consolidée au 5 mai 2010 Documents de transport Arrêté du 9 novembre 1999 relatif aux documents de transport ou de location devant se trouver à bord des véhicules de transport routier de marchandises. NOR: EQUT9901586A Version

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE

«Cette femme réduit le grain en farine grâce à une pierre à moudre (metate) et un broyeur cylindrique (mano)». 1 LA PROBLEMATIQUE Proposition de réglementation spécifique de la production et de la commercialisation de produits agricoles et alimentaires traditionnels en Amérique latine ( ) - Propositions «Metate» - Marlen LEON GUZMAN

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

SESSION ANNUELLE 2006 DE LA CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L OMC INFORMATIONS PRATIQUES

SESSION ANNUELLE 2006 DE LA CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L OMC INFORMATIONS PRATIQUES SESSION ANNUELLE 2006 DE LA CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L OMC INFORMATIONS PRATIQUES Genève, 1 er - 2 décembre 2006 SESSION ANNUELLE 2006 DE LA CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L OMC INFORMATIONS PRATIQUES

Plus en détail

Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général

Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Politique de remboursement des frais de séjour et de déplacement Adopté par le conseil des commissaires le 16 octobre 2012, résolution : C 12 138.

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013

Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013 Actions en Régions de Coopération Universitaire et Scientifique Programme ARCUS : 7 ème appel à projets 2012-2013 Le Ministère des Affaires Étrangères (MAE), en partenariat avec les Régions de France et

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

Les grands axes du Programme National pour l Alimentation

Les grands axes du Programme National pour l Alimentation Les grands axes du Programme National pour l Alimentation Une politique publique de l'alimentation Art.L.230-1. du code rural : La politique publique de l'alimentation vise à assurer à la population l'accès,

Plus en détail

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes.

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes. Présent dans la Vallée-de-la-Gatineau depuis 1998, le Centre local de développement s est impliqué fortement dans son milieu pour combler les besoins collectifs. De par ses actions structurantes, le CLDVG

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT, DE CONTRATS DE

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT, DE CONTRATS DE POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT, DE CONTRATS DE SERVICE ET DE CONTRATS DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION DU COMITÉ DE GESTION DE LA TAXE SCOLAIRE DE L ÎLE DE MONTRÉAL (Adoptée le 15 avril 2010 par la résolution

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises du développement urbain Août-Septembre 2015 I. Brève

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ;

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ; ALLOCUTION DU MDSSPA A L OUVERTURE DES TRAVAUX DES JOURNEES DE CONCERTATION SUR UNE STRTATEGIE D EXTENSION DE LA MUTUALITE AU MALI (21 au 23 janvier 2010) --------------------------------------------------

Plus en détail

Sur le rapport conjoint du ministre de l'habitat et de l'urbanisme, du ministre des travaux publics et du ministre de l'hydraulique,

Sur le rapport conjoint du ministre de l'habitat et de l'urbanisme, du ministre des travaux publics et du ministre de l'hydraulique, Décret n 83-135 du 19 février 1983 portant obligation pour toutes les entreprises publiques privées nationales intervenant dans le cadre du bâtiment, des travaux publics et de l'hydraulique, de détenir

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Développement durable

Développement durable Développement durable Parcours élèves Correction Jusqu à la 4 è D E V E L O P P E M E N T 2 0 1 5 U R A B L E Département éducation formation Avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.palais-decouverte.fr

Plus en détail

DIRECTIVES VOLONTAIRES

DIRECTIVES VOLONTAIRES DIRECTIVES VOLONTAIRES à l appui de la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale Adoptées à la cent vingt-septième session du

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition

Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition Le Comité Départemental d Éducation à la santé des Bouches du Rhône (Co.D.E.S 13) met en œuvre des actions de promotion et d éducation pour la

Plus en détail

Règlement du Concours Talents

Règlement du Concours Talents Règlement du Concours Talents Article 1 : Présentation du Concours Talents Le Réseau des Boutiques de Gestion et l'association Concours Talents, domiciliés 14, rue Delambre 75014 Paris, vous invitent à

Plus en détail

Appel à projets Soutien aux actions des entreprises dans le champ de la prévention de la pénibilité au travail

Appel à projets Soutien aux actions des entreprises dans le champ de la prévention de la pénibilité au travail FONDS NATIONAL DE SOUTIEN RELATIF A LA PENIBILITE Cahier des charges de l appel à projet Date de lancement : jeudi 12 avril 2012 Date limite de dépôt des dossiers : lundi 2 septembre 2013 1 Appel à projets

Plus en détail

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Statuts de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Avril 2010 1 I. DÉNOMINATION, SIÈGE, BUT Article 1 er : Dénomination Il est constitué, sous la dénomination «Chambre de commerce,

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

L eau sur la Terre. 5. Les ressources en eau. 1. Eau salée, eau gelée, eau douce. Chapitre

L eau sur la Terre. 5. Les ressources en eau. 1. Eau salée, eau gelée, eau douce. Chapitre 5. Les ressources en eau La totalité de l eau présente sur la Terre forme ce que l on appelle l hydrosphère. Son volume total est estimé à 400 millions de km 3. Ce volume paraît considérable : il correspond

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un Fiche de révision fin d'année 4 eme primaire Complète les phrases suivantes: 1- L'absorption des aliments digère à lieu à travers. 2- Les amidons sont digères par 3- La.. est la transformation des aliments.

Plus en détail

et de conduire la recherche;

et de conduire la recherche; WHA18.44 Création d'un Centre international de Recherche sur le Cancer La Dix -Huitième Assemblée mondiale de la Santé, Attendu que l'article 18 de la Constitution prévoit, notamment, que l'une des attributions

Plus en détail

LE CYCLE DE L EAU DE LA NATURE A LA NATURE EN PASSANT PAR CHEZ VOUS

LE CYCLE DE L EAU DE LA NATURE A LA NATURE EN PASSANT PAR CHEZ VOUS l essentiel sur... LE CYCLE DE L EAU DE LA NATURE A LA NATURE EN PASSANT PAR CHEZ VOUS Centre d Information sur l Eau Sommaire 1. L EAU SUR LA PLANÈTE Mais où se trouve l eau? Y a-t-il beaucoup d eau douce

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES

OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES Les chambres d hôtes sont des chambres meublées situées chez l habitant en vue d accueillir des touristes, à titre onéreux, pour une ou plusieurs nuitées,

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

Chaleur et confort sans gaspillage

Chaleur et confort sans gaspillage Chaleur et confort sans gaspillage ++ Régulation et programmation pilotent le chauffage. Sous leur contrôle, celui-ci fournit la bonne température quand il faut et où il faut, de façon constante et sans

Plus en détail

Conseil économique et social. Prorogation du mandat de l Équipe spéciale conjointe sur les indicateurs de l état de l environnement

Conseil économique et social. Prorogation du mandat de l Équipe spéciale conjointe sur les indicateurs de l état de l environnement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 15 août 2014 Français Original: anglais ECE/CEP/2014/12 Commission économique pour l Europe Comité des politiques de l environnement Vingtième

Plus en détail

Ramadhan: des marchés de proximité pour les produits nationaux

Ramadhan: des marchés de proximité pour les produits nationaux A l occasion du mois de Ramadhan 2015, le Ministère du Commerce et l Union Général des travailleurs Algériens ont organisé une cérémonie pour le lancement d une opération visant l organisation de marchés

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER 128, Boulevard du 13 janvier BP : 2704 Lomé Togo Tél. : (228) 22 21 68 64 Fax. : (228) 22 21 86 84 bidc@bidc-ebid.org www.bidc-ebid.org TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN

Plus en détail

PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT

PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT Lors de la réunion des Experts sur

Plus en détail