Liberté Egalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PREFECTURE DES HAUTES ALPES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Liberté Egalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PREFECTURE DES HAUTES ALPES"

Transcription

1 DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES COLLECTIVITES LOCALES Liberté Egalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PREFECTURE DES HAUTES ALPES Bureau des Relations avec les Gap, le 06 novembre 2008 Collectivités Locales LA PREFETE DES HAUTES-ALPES Affaire suivie par : - Camille BOR (Arrondissement de Gap) à Tél. : Fax : Mesdames et Messieurs les Maires - Aurélie BOMPAR Mesdames et Messieurs les Présidents d EPCI Tel : En communication à : - Valérie TOUMI (Arrondissement de Briançon) Monsieur le Trésorier Payeur Général Tél. : OBJET : Indemnisation des élus communaux et intercommunaux dans l exercice de leur mandat. La présente circulaire annule et remplace la circulaire préfectorale du 22 mai 2008 sur le même objet. Les modifications concernent le droit à la formation des élus. ANNEXE : Maquette du tableau récapitulatif des indemnités des élus Tableau synthétique des indemnités des élus Deux modèles de délibérations relatives à la formation des élus Liste des organismes de formation agréés par le ministère La présente circulaire qui précise les conditions de remboursement des frais engagés par les élus communaux et intercommunaux dans de l exercice de leurs mandats se présente en trois parties : I Indemnités de fonctions (p. 2) Distinction pour chaque catégorie d élus II Prise en charge de frais divers (p. 4) A- Les frais liés à la participation à des réunions B- Compensation des pertes de revenus C- Frais de représentation D- Le droit à la formation des élus III Exercice des mandats spéciaux (p. 9) Tous les articles cités dans la présente circulaire sont extraits du code général des collectivités territoriales (CGCT) 1

2 Introduction : le principe général L Aux termes de l article L du code général des collectivités territoriales (CGCT), «les fonctions de maire, adjoints et conseillers municipaux sont gratuites.» Cependant, une stricte application de ce principe risquerait de réserver aux seuls citoyens fortunés l exercice du mandat municipal, c est pourquoi, en application de l article L et suivants du CGCT, les magistrats municipaux peuvent être remboursés des frais qu ils ont engagés dans l exercice effectif de leurs fonctions. Par ailleurs, l indemnisation vise à couvrir le manque à gagner qui résulte, pour les élus, du temps consacré aux affaires publiques. Ce principe est le même pour les membres des structures intercommunales. I Indemnités de fonctions A. Pour les élus municipaux L à L Les indemnités maximales pour l'exercice des fonctions de maires, d adjoints au maire et de conseillers municipaux sont fixées par référence au montant du traitement correspondant à l'indice brut terminal de l'échelle indiciaire de la fonction publique (1015). Lorsque le conseil municipal est renouvelé, la délibération fixant les indemnités de ses membres intervient dans les trois mois suivant son installation. Les assemblées locales conservent la faculté de délibérer à nouveau en cours de mandature pour modifier les indemnités. Dans les communes de moins de habitants, l'indemnité allouée au maire est fixée au taux maximal selon le barème établi (L ), sauf si le conseil municipal en décide autrement. Les adjoints au maire perçoivent une indemnité à condition qu ils soient titulaires d une délégation de fonctions effective. Enfin, dans les communes de moins de habitants, le conseil municipal peut voter, dans le respect de l enveloppe indemnitaire globale 1, l'indemnisation d'un conseiller municipal : soit en sa seule qualité de conseiller municipal pour l'exercice effectif de ses fonctions 2 (son indemnité ne pouvant alors dépasser 6% de l'indice 1015), soit au titre d'une délégation de fonction (cette indemnité n'étant alors pas cumulable avec celle perçue en qualité de conseiller municipal). Dans ces deux cas, l'indemnité ne doit pas être supérieure à celles du maire ou des adjoints, et doit s'inscrire dans l'enveloppe globale des indemnités maximales susceptibles d'être allouées aux maire et adjoints. Dès lors, si le maire et les adjoints perçoivent le 1 C'est à dire de l'enveloppe constituée des indemnités maximales susceptibles d être allouées au maire et aux adjoints en exercice (et le cas échéant, des majorations) 2 Lorsqu'elle est utilisée, cette faculté concerne essentiellement les communes de 3500 à hts. 2

3 maximum d'indemnités prévu par la loi, une nouvelle délibération doit opérer une répartition différente au profit du conseiller bénéficiant d'une indemnité de fonction. Lorsqu'un adjoint ou un conseiller municipal supplée le maire dans les conditions prévues par l'article L (absence, suspension, révocation ou tout autre empêchement du maire), il peut percevoir, pendant la durée de la suppléance et après délibération du conseil municipal, l'indemnité fixée pour le maire. Cette indemnité peut être versée à compter de la date à laquelle la suppléance est effective, mais ne pourra jamais dépasser l'indemnité maximale susceptible d'être allouée au maire. Les conseils municipaux peuvent majorer les indemnités de fonctions initiales. Ces majorations concernent : - les communes chefs-lieux de département, d'arrondissement et de canton ; - les communes sinistrées ; - les communes classées stations de tourisme selon la définition du code du tourisme; - les communes dont la population, depuis le dernier recensement, a augmenté à la suite de la mise en route de travaux publics d'intérêt national tels que les travaux d'électrification ; - les communes qui, au cours de l'un au moins des trois exercices précédents, ont été attributaires de la dotation de solidarité urbaine et de cohésion sociale prévue aux articles L et suivants. B. Pour les élus intercommunaux L , R et R Les indemnités maximales votées par les conseils communautaires et par les conseils des syndicats intercommunaux pour l exercice effectif des fonctions de président et de viceprésident sont déterminées en appliquant un barème évolutif en fonction de la population et spécifique à la fonction exercée (indice 1015). Ce barème est différent selon le type de structure concernée : syndicat de communes, syndicat mixtes, communauté de communes, etc. Les assemblées délibérantes des EPCI ont l obligation de délibérer sur les indemnités de leurs membres en début de mandature. Cette délibération doit intervenir dans les trois mois suivant l installation des nouvelles assemblées. Les assemblées locales conservent la faculté de délibérer à nouveau en cours de mandature pour modifier les indemnités. Les indemnités sont versées pour l exercice effectif des fonctions de président et de vice-présidents. Ces derniers doivent donc avoir reçu une délégation de fonctions du président. Ces dispositions ne sont pas applicables aux simples conseillers intercommunaux, y compris en tant que membres du bureau titulaires d une délégation de fonctions. 3

4 C. Dispositions communes aux indemnités de fonctions Toute délibération d une assemblée locale concernant les indemnités de fonctions d'un ou de plusieurs de ses membres doit être accompagnée d'un tableau récapitulant l'ensemble des indemnités allouées (ce tableau est reproduit en annexe). La délibération et le tableau qui l accompagne fixent les indemnités non pas en euros mais en pourcentage de l indice terminal brut de la fonction publique (indice 1015) afin d éviter de prendre une délibération à chaque revalorisation du point indiciaire de la fonction publique. Dans ces conditions, une seule délibération est suffisante pour la durée du mandat, sauf si l assemblée délibérante décidait de modifier le montant de l indemnité des élus. Lorsque l assemblée est renouvelée, la délibération fixant les indemnités de ses membres intervient dans les trois mois suivant son installation. Cependant, l assemblée est libre de se prononcer à tout moment sur une modification des indemnités précédemment consenties. L élu titulaire d'autres mandats électoraux ou qui siège ès qualité au conseil d'administration d'un établissement public local, du centre national de la fonction publique territoriale, au conseil d'administration ou au conseil de surveillance d'une société d'économie mixte locale ou qui préside une telle société ne peut percevoir, pour l'ensemble de ses fonctions, un montant total de rémunérations et d'indemnités de fonctions supérieur à une fois et demie le montant de l'indemnité parlementaire telle qu'elle est définie à l'article 1 er de l'ordonnance nº du 13 décembre 1958 portant loi organique relative à l'indemnité des membres du Parlement (au 1 er mars 2008, l indemnité s élève à brut mensuelle) Ce plafond s'entend déduction faite des cotisations sociales obligatoires. II Prise en charge de frais divers A. Les frais liés à la participation à des réunions 1-Frais de transport et de séjour engagés pour se rendre à des réunions Pour les élus municipaux L et R et -2 Les membres du conseil municipal 3 peuvent bénéficier, sur présentation de pièces justificatives, du remboursement des frais de transport et de séjour (paiement d'indemnités journalières destinées à rembourser forfaitairement leurs frais supplémentaires de repas et de nuitée) qu ils ont engagés pour se rendre à des réunions dans des instances ou organismes où ils représentent leur commune ès qualité, lorsque la réunion a lieu hors du territoire de celle-ci. 3 Les élus en situation de handicap ont des droits spécifiques, confère tableau en annexe 4

5 En l absence de disposition spécifique en la matière, la commune pourvoit au remboursement des dépenses engagées. Pour les élus intercommunaux L Lorsque les réunions ont lieu dans une commune autre que la leur et qu'ils ne bénéficient pas d'indemnités de fonctions, les membres de l'organe délibérant 2 d'un EPCI peuvent être remboursés des frais de déplacement engagés à l'occasion des réunions : -du conseil communautaire, -du bureau, -des commissions instituées par délibération dont ils sont membres, -des comités consultatifs institués par l'article L , -des organes délibérants ou des bureaux des organismes où ils représentent leur établissement. Les dépenses engagées par l'élu à ce titre sont remboursées forfaitairement par l'organisme qui organise la réunion. Dispositions communes au remboursement des frais de déplacement Les remboursements sont effectués sous réserve de la production d un état de frais détaillé et selon les modalités du décret n du 28 mai 1990 modifié par le décret n en date du 3 juillet 2006 en vigueur au 1 er novembre 2006 qui fixent les conditions et les modalités de règlement des frais occasionnés par les déplacements temporaires des personnels civils de l'etat. 2- Frais de garde, d aide et d assistance L , L , L Les conseillers municipaux qui ne bénéficient pas d une indemnité de fonctions peuvent être remboursés des frais de garde d enfants ou d assistance aux personnes âgées, handicapées ou à celles qui ont besoin d une aide personnelle à leur domicile lorsque leur absence est consécutive à une réunion du conseil municipal, des commissions dont ils sont membres ou des organismes dans lesquels ils représentent leur commune. Le dédommagement ne peut avoir lieu que sur présentation d'un état de frais et après délibération de l assemblée. Ce remboursement ne peut excéder, par heure, le montant horaire du salaire minimum de croissance. Lorsque les maires et, dans les communes de habitants au moins, les adjoints au maire, qui ont interrompu leur activité professionnelle pour exercer leur mandat utilisent le chèque emploi-service universel 4 pour assurer la rémunération des salariés ou des associations ou entreprises agréées chargés soit de la garde des enfants, soit de l'assistance aux 4 Article L du code du travail 5

6 personnes âgées, handicapées ou à celles qui ont besoin d'une aide personnelle à leur domicile ou d'une aide à la mobilité dans l'environnement de proximité favorisant leur maintien à domicile, le conseil municipal peut accorder par délibération une aide financière en faveur des élus concernés, dans des conditions fixées par le décret n en date du 11 mai 2007 relatif à l'utilisation du chèque emploi-service universel par les élus locaux. Ces dispositions sont applicables aux présidents d EPCI et aux seuls vice-présidents d EPCI de plus de habitants. B. Compensation des pertes de revenu L , L , L Les pertes de revenu subies par les conseillers municipaux qui exercent une activité professionnelle salariée ou non salariée et qui ne bénéficient pas d'indemnité de fonctions peuvent être compensées par la commune ou par l'organisme auprès duquel ils la représentent, lorsque celles-ci résultent : - de leur participation aux séances et réunions mentionnées à l'article L ; - de l'exercice de leur droit à un crédit d'heures lorsqu'ils ont la qualité de salarié ou, lorsqu'ils exercent une activité professionnelle non salariée, du temps qu'ils consacrent à l'administration de cette commune ou de cet organisme et à la préparation des réunions des instances où ils siègent, dans la limite du crédit d'heures prévu pour les conseillers municipaux. Cette compensation est limitée à soixante-douze heures par élu et par an ; chaque heure ne peut être rémunérée à un montant supérieur à une fois et demie la valeur horaire du salaire minimum de croissance. Ces dispositions ne sont applicables qu aux simples conseillers communautaires. C. Frais de représentation L Contrairement aux frais de mission, dont peuvent bénéficier l ensemble des élus territoriaux, l indemnité pour frais de représentation est exclusivement réservée aux maires auxquels elle permet de couvrir les dépenses que ceux-ci supportent à l occasion des réceptions ou des manifestations de toute nature qu ils organisent ou auxquelles ils participent, dans l intérêt de la commune. S apparentant davantage à une allocation qu à un remboursement (à la différence des frais de mission), l indemnité pour frais de représentation correspond, non à un droit, mais à une simple faculté laissée au conseil municipal auquel revient la décision d accorder, ou non, au maire cette indemnité. L allocation accordée doit être proportionnée aux frais réels de représentation et ne pas conduire abusivement au dépassement des limites fixées pour les indemnités de fonctions. Si tel n était pas le cas et en l absence de justificatifs des dépenses engagées, l indemnité risquerait d être interprétée comme un traitement déguisé. 6

7 Elle peut avoir un caractère exceptionnel et bien déterminé, et être alors votée en raison d une circonstance particulière (congrès, manifestation culturelle ou sportive) susceptible d être renouvelée plusieurs fois dans la même année. Elle peut également être accordée sous la forme d une indemnité fixée annuellement, déterminée par le conseil municipal en fonction des dépenses engagées à cet effet par le maire. Le principe de la reconduction d un montant inchangé d une année sur l autre paraît donc être prohibé. Des allocations supplémentaires peuvent être accordées en sus de l indemnité fixée à raison de circonstances exceptionnelles. Pour éviter tout litige, il est conseillé de conserver la justification de toutes les dépenses auxquelles le maire a pu faire face. D. Le droit à la formation des élus Le code général des collectivités territoriales reconnaît aux élus locaux, dans ses articles L , L , et L , le droit à une formation adaptée à leurs fonctions. Les modalités d'exercice de ce droit sont fixées par les articles R à R du même code. Champ d'application Le droit à la formation est notamment ouvert aux membres des conseils municipaux, des communautés de communes, et des conseils généraux. Modalités d'application Les conseils municipaux, les organes délibérants des communautés de communes, et le conseil général ont l'obligation de délibérer sur l'exercice du droit à la formation de leurs membres dans les trois mois suivant leur renouvellement. Ils déterminent les orientations et les crédits ouverts à ce titre. Chaque nouvelle formation envisagée devra être validée par délibération du conseil municipal, en vertu de laquelle le maire délivre une autorisation individuelle pour chaque élu susceptible d y participer (confère modèles en annexe) Le juge administratif a été amené à spécifier que ce droit est ouvert à tous les membres du conseil municipal et qu il n est pas limité à des fonctions spécifiques ou aux seuls membres d une commission spécialisée 5. Toutefois, un maire peut refuser à un conseiller la prise en charge d une formation qui ne présente pas d intérêt pour le bon fonctionnement du conseil municipal. Chaque année, un tableau annexé au compte administratif récapitulant les actions de formation des élus financées par la collectivité, donne lieu à un débat. 5 CAA Marseille 18 juin 2002 M. CAPALLERE n 00MA

8 Nature de ce droit et dispositions financières Les frais de formation constituent une dépense obligatoire pour la collectivité ou la communauté de communes. Le montant des dépenses de formation ne peut excéder 20% du montant total des indemnités de fonctions susceptibles d'être allouées aux élus de la collectivité chaque année. Le caractère obligatoire de ces dépenses n'implique pas l'inscription de la totalité des crédits 6. Cependant, il ne faut pas négliger la nécessité pour les élus, dans l'exercice de leur mandat, et pour la collectivité, de se former. Cette dépense de formation doit être considérée comme un investissement pour l'exercice de la démocratie. Ce droit à la formation s'exerce à condition que la formation soit dispensée par un organisme agréé par le ministère de l'intérieur (voir liste en annexe par département ou sur le site Internet de la Direction Générale des Collectivités Locales : Les frais de formation comprennent : -les frais de déplacement, d'hébergement, et de restauration, dont le remboursement s'effectue en application des dispositions régissant le déplacement des fonctionnaires (décret n en date du 3 juillet 2006 et arrêté en date du 3 juillet 2006), -les frais d'enseignement, -la compensation de la perte éventuelle de salaire, de traitement ou de revenus, justifiée par l'élu et plafonnée à l'équivalent de 18 fois 8 heures, à une fois et demie la valeur horaire du SMIC, par élu et pour la durée du mandat. Dispositions pratiques La durée du congé de formation auquel ont droit les élus locaux, salariés, fonctionnaires ou contractuels, est de 18 jours par élu et pour la durée du mandat, quel que soit le nombre de mandats qu'ils détiennent. Les élus salariés doivent faire une demande écrite à leur employeur au moins 30 jours avant le stage en précisant la date et la durée du stage ainsi que le nom de l'organisme de formation agréé par le ministre de l'intérieur (confère liste en annexe.) L'employeur privé accuse réception de cette demande. Si il n'a pas répondu 15 jours avant le début du stage, la demande est considérée comme accordée. Si l'employeur privé estime, après avis du comité d'entreprise ou des délégués du personnel, que l'absence du salarié aurait des conséquences préjudiciables à la production et à la bonne marche de l'entreprise, la demande peut être refusée, à condition toutefois d'être motivée et notifiée à l'intéressé. L'élu salarié peut dans ce cas renouveler sa demande 4 mois après la notification du premier refus, l'employeur est alors obligé de lui répondre favorablement. 6 La dotation particulière élu local (art. L et R CGCT) : afin d'assurer aux petites communes les moyens nécessaires à la démocratisation des mandats locaux, une dotation particulière a été créée, notamment pour compenser les dépenses obligatoires relatives aux indemnités de fonction et aux frais de formation des élus locaux. 8

9 Les élus fonctionnaires ou contractuels sont soumis au même régime mais les décisions de refus, s'appuyant sur les nécessités de fonctionnement du service, doivent être communiquées avec leur motif à la commission administrative paritaire au cours de la réunion qui suit cette décision. Dans tous les cas, l'organisme dispensateur de formation doit délivrer à l'élu une attestation constatant sa fréquentation effective, que l'employeur peut exiger au moment de la reprise du travail. La formation dans le contexte intercommunal L Les communes membres d'une communauté de communes peuvent transférer à cette dernière leurs compétences en matière de formation des élus. Dans ce cas, les frais de formation des élus municipaux sont pris en charge par le budget de la communauté de communes. Dans les six mois suivant ce transfert, le conseil de la communauté de communes doit délibérer sur l'exercice du droit à la formation des élus des communes membres et déterminer les orientations et les crédits ouverts à ce titre. Un tableau récapitulant les actions de formation des élus financées par la communauté de communes est annexé au compte administratif et donne lieu à un débat annuel. III Le recours aux mandats spéciaux L et L Outre les indemnités de fonction et les remboursements des frais divers engagés dans l exercice de leurs fonctions, les élus communaux et intercommunaux ont droit au remboursement des frais qu ils engagent pour l accomplissement d un «mandat spécial». La notion de mandat spécial revêt un caractère nécessairement exceptionnel et est strictement encadrée par la jurisprudence. Cette notion exclut les activités courantes de l élu ainsi que le caractère universel et automatique propre aux indemnités de fonction ou aux remboursements forfaitaires évoqués précédemment. Le mandat doit être ponctuel, circonscrit dans le temps et réservé à des missions sortant des missions traditionnelles conférées aux élus. Il doit être de nature à entraîner des déplacements inhabituels et indispensables pour la collectivité. Ainsi, l'organisation d'une manifestation de grande ampleur (festival, exposition), le lancement d une opération nouvelle (chantier important), un surcroît de travail momentané et exceptionnel pour la collectivité (catastrophe naturelle) peuvent par exemple être de nature à justifier l'exercice d'un mandat spécial. 9

10 La délibération prise par le conseil devra donc fixer précisément l objet, la durée de la mission ainsi que les pouvoirs éventuels conférés à l intéressé (TA Lyon, 19 septembre 2001, préfet Rhône c/ Commune de Feyzin). La mission devra nécessairement être accomplie dans l intérêt de la collectivité (CE, 24 mars 1950, Maurice) L autorisation doit nécessairement intervenir antérieurement au déplacement auquel elle se rapporte (CE, 11 janvier 2006, département des Bouches du Rhône c/ M.Chérubini). Le remboursement des frais est donc subordonné à une autorisation préalable de l assemblée délibérante. Cependant, en cas d urgence avérée, c est à dire lorsque l intérêt de la collectivité locale exige qu un mandat spécial soit exécuté dans un délai ne permettant pas la réunion de l organe délibérant, il appartient à l exécutif de conférer le mandat spécial à l élu. L assemblée délibérante devant toutefois régulariser l autorisation a posteriori. Le recours au mandat spécial permanent doit être évité car la jurisprudence a récemment établi son illégalité en raison de son caractère trop imprécis. Le bénéficiaire du mandat spécial doit être nommément désigné, mais aucun texte n interdit que la délibération qui autorise le mandat spécial prévoit une possibilité de substitution de personnes en cas d empêchement de l élu nommément désigné. A noter, lors de l exercice d un mandat spécial, les frais de garde d enfants, d assistance aux personnes âgées, handicapées ou celles qui ont besoin d une aide à domicile peuvent être pris en charge par la collectivité qui a consenti le mandat. Ce remboursement permet aux élus communaux et intercommunaux de profiter, dans ce cas très spécifique et sous les mêmes conditions de remboursement, des dispositions évoquées pages 4 et 5 de la présente circulaire. Mes services demeurent à votre disposition pour toute difficulté rencontrée dans l application de la présente circulaire. LA PREFETE Nicole KLEIN 10

11 ANNEXE 2 TABLEAU RECAPITULATIF DES INDEMNITES DES ELUS Nom de la Collectivité : Nombre d habitants Nombre de Conseillers/Délégués Nombre d adjoints/ viceprésidents Votre commune a-t-elle droit à une majoration pour le calcul des indemnités (chef-lieu de canton, station classée, )? Indiquez ci-dessous la liste des élus percevant une indemnité : Fonction de l élu Nom et prénom Indemnité brute mensuelle (en % de l indice brut 1015) Maximum autorisé Maire/Président 1 er adjoint/viceprésident 2 ème adjoint/viceprésident [...] Total (réservé à la préfecture) Préciser ci-dessous les dates des arrêtés de délégations : SIGNATURE ET CACHET 11

12 ANNEXE 3 MODELE DE DELIBERATION Objet : Instauration du droit à la formation des élus municipaux M. le Maire rappelle que le conseil municipal a l obligation de délibérer sur l exercice du droit à la formation des élus. L assemblée est invitée à se prononcer. Vu l article L du code général des collectivités territoriales selon lequel le conseil municipal détermine les orientations et les crédits ouverts au titre du droit à la formation. Considérant l importance que revêt la formation des élus dans le cadre de l exercice de leur mandat électoral Le conseil municipal après en avoir délibéré, - Décide d instaurer le droit à la formation des élus - Décide de fixer le montant des dépenses de formation à hauteur de x % (< 20 %) du montant total des indemnités de fonctions allouées aux élus de la collectivité - Dit que les actions de formation des élus financées par la commune seront transcrites dans un tableau récapitulatif qui sera annexé au compte administratif. Ce tableau donnera lieu à un débat annuel sur l orientation donnée à la formation des membres du conseil municipal. - Précise que les crédits seront prélevés sur le budget de l exercice en cours. Ainsi fait et délibéré les jour, mois et an susdits. 12

13 ANNEXE 4 MODELE DE DELIBERATION Objet : Formation XXXXX (préciser l intitulé de la formation en question) M. le Maire informe le conseil que la formation XXXXX est proposée par l organisme agréé YYYYY le(s) (indiquer la/les date(s) de formation) Le conseil municipal est invité à se prononcer. VU la délibération en date du [ ] par laquelle le conseil a instauré le droit à la formation des élus, Considérant que la formation XXXXX s inscrit dans le cadre de la politique de formation souhaitée par le conseil municipal, Le conseil municipal, après en avoir délibéré, décide : - Que les frais de déplacement, de séjour (hébergement et restauration) et d enseignement engagé par les élus intéressés sont pris en charge par la commune. - Que dans le cas où la formation entraînerait une perte de revenu pour un élu (justificatifs obligatoires), la commune pourra la compenser dans la limite de 18 jours par élu pour la durée du mandat et d une fois et demi la valeur horaire du SMIC dans la limite de 20 % du montant annuel des indemnités de fonction susceptibles d être versées aux élus. - Que le remboursement des frais sera effectué à la fin de la formation sur présentation des états de frais et donnera lieu à une délibération du conseil municipal. Et rappelle que le/la Maire est chargé(e) de signer les autorisations individuelles de formation. Ainsi fait et délibéré les jour, an et mois susdits. 13

INDEMNITES DE FONCTION DES ELUS LOCAUX

INDEMNITES DE FONCTION DES ELUS LOCAUX Rémunération N 05 7 août 2015 maj le 29 juin 2016 INDEMNITES DE FONCTION DES ELUS LOCAUX Références Loi n 92-108 modifiée du 3 février 1992 relative aux conditions d exercice des mandats locaux Loi n 2015-366

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES 2008

UNIVERSITES DES MAIRES 2008 Un ensemble de textes souvent mal connus issus de : - la loi du 3 février 1992 ; - la loi du 5 avril 2000 ; - la loi du 27 février 2002. Une information en direction des employeurs menée par l AMF. Une

Plus en détail

2 ème PARTIE : LES DÉLÉGATIONS DE FONCTION

2 ème PARTIE : LES DÉLÉGATIONS DE FONCTION 2 ème PARTIE : LES DÉLÉGATIONS DE FONCTION DÉLÉGATION DES FONCTIONS DU CONSEIL MUNICIPAL AU MAIRE Le conseil municipal peut charger le maire, en tout ou partie, de prendre par délégation certaines décisions

Plus en détail

NOTE SUR LA SITUATION DES REPRESENTANTS SYNDICAUX

NOTE SUR LA SITUATION DES REPRESENTANTS SYNDICAUX NOTE SUR LA SITUATION DES REPRESENTANTS SYNDICAUX MARS 2015 1 1. Crédit de temps syndical (Article 100-1 Loi n 84-53 du 2- janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique

Plus en détail

CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE

CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE L article L. 5211-41-3 du CGCT garantit que «l ensemble des personnels des EPCI

Plus en détail

OBJET : Circulaire relative au nouveau régime indemnitaire des heures et travaux supplémentaires dans la fonction publique territoriale.

OBJET : Circulaire relative au nouveau régime indemnitaire des heures et travaux supplémentaires dans la fonction publique territoriale. DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION DES ELUS LOCAUX ET DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE AFFAIRE SUIVIE PAR : R.HUGOT 01.40.07.24.09 FAX : 01.49.27.38.93 11 OCTOBRE DGCL-FPT3N

Plus en détail

LES FRAIS DE DÉPLACEMENTS

LES FRAIS DE DÉPLACEMENTS Circulaire n 17/2007 Cl. C 4322 Colmar, le 1 er mars 2007 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68000 COLMAR 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net -

Plus en détail

Couverture sociale des élus locaux Date d effet : 1 er janvier 2014

Couverture sociale des élus locaux Date d effet : 1 er janvier 2014 Elus locaux Note d information n 14-05 du 14 janvier 2014 Mise à jour du 03/04/2014 Couverture sociale des élus locaux Date d effet : 1 er janvier 2014 Références Article 18 de la loi de financement de

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS Direction de l hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau de l organisation des relations sociales

Plus en détail

PREFET DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES

PREFET DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES PREFET DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES CONSEQUENCES DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE (EPCI) A FISCALITE PROPRE SUR LES PERSONNELS EMPLOYES PAR CES ETABLISSEMENTS L article

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE. Ainsi, un salarié occupé 5 jours par semaine, pourra être en situation de télétravail au plus 3 jours par semaine.

NOTE TECHNIQUE. Ainsi, un salarié occupé 5 jours par semaine, pourra être en situation de télétravail au plus 3 jours par semaine. NOTE TECHNIQUE L accord du 4 mars 2014 est conclu à durée déterminée. Il s applique pour une durée de 3 ans à compter de sa date d agrément, soit du 3 juillet 2014 au 2 juillet 2017. 1 Définition du télétravail

Plus en détail

CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON

CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON N 86 - FISCAL n 16 - SOCIAL n 31 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 2 septembre 2015 ISSN 1769-4000 CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON L essentiel Le crédit d'impôt

Plus en détail

NOTE D INFORMATION N 35

NOTE D INFORMATION N 35 Pôle RESSOURCES HUMAINES Tél. : 03 83 67 48 19 Service Carrière Email : carriere@cdg54.fr Fax : 03 83 97 88 44 NOTE D INFORMATION N 35 LE TEMPS PARTIEL REFERENCES : Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant

Plus en détail

SOMMAIRE 1 - FONCTIONNAIRES CANDIDATS AUX ELECTIONS POLITIQUES 2

SOMMAIRE 1 - FONCTIONNAIRES CANDIDATS AUX ELECTIONS POLITIQUES 2 1/7 SOMMAIRE 1 - FONCTIONNAIRES CANDIDATS AUX ELECTIONS POLITIQUES 2 2 - EXERCICE DE FONCTIONS PUBLIQUES ELECTIVES 3 21 - Autorisations speciales d'absence remuneree 3 22 - Autorisations speciales d'absence

Plus en détail

MUTUALISATION DES SERVICES ET DES MOYENS

MUTUALISATION DES SERVICES ET DES MOYENS 31 OCTOBRE 2014 MUTUALISATION DES SERVICES ET DES MOYENS La mutualisation des services et des moyens recoupe différents dispositifs tendant à la rationalisation des dépenses et à la réalisation d économies

Plus en détail

Centre de Gestion FPT 49. Heures complémentaires et Heures supplémentaires. 9 rue du Clon 49000 ANGERS

Centre de Gestion FPT 49. Heures complémentaires et Heures supplémentaires. 9 rue du Clon 49000 ANGERS Centre de Gestion FPT 49 9 rue du Clon 49000 ANGERS Téléphone : 02 41 24 18 80 Télécopie : 02 41 24 18 99 Heures complémentaires et Heures supplémentaires CREE EN : octobre 2014 Messagerie : documentation@cdg49.fr

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CET (COMPTE EPARGNE TEMPS)

REGLEMENT INTERIEUR DU CET (COMPTE EPARGNE TEMPS) Ville et CCAS REGLEMENT INTERIEUR DU CET (COMPTE EPARGNE TEMPS) page 1/8 Sommaire OUVERTURE DU COMPTE EPARGNE TEMPS ALIMENTATION DU COMPTE EPARGNE TEMPS CAS PARTICULIER DES AGENTS ANNUALISÉS UTILISATION

Plus en détail

LE STATUT FISCAL DE L ORDRE. Rapport de Monsieur le Bâtonnier Thierry FARIGOULE, Bâtonnier de l Ordre des avocats de Cusset-Vichy

LE STATUT FISCAL DE L ORDRE. Rapport de Monsieur le Bâtonnier Thierry FARIGOULE, Bâtonnier de l Ordre des avocats de Cusset-Vichy LE STATUT FISCAL DE L ORDRE Rapport de Monsieur le Bâtonnier Thierry FARIGOULE, Bâtonnier de l Ordre des avocats de Cusset-Vichy Session de formation Tours Les 4, 5 et 6 juin 2015 I) FONCTIONS ET ACTIVITES

Plus en détail

Le recrutement d agents non titulaires

Le recrutement d agents non titulaires Fiche 1 : 1) Principaux cas de recours : Le recrutement d agents non titulaires Aux termes de l article 4 de la loi du 11 janvier 1984, les employeurs publics peuvent recruter des agents non titulaires

Plus en détail

DELIBERATION du COMITE SYNDICAL du SCoT ROVALTAIN Drôme-Ardèche

DELIBERATION du COMITE SYNDICAL du SCoT ROVALTAIN Drôme-Ardèche DEPARTEMENT de la DROME SYNDICAT MIXTE du SCoT ROVALTAIN-Drôme-Ardèche 1, avenue de la Gare Quartier de la Gare 26300 ALIXAN n 10-27 DELIBERATION du COMITE SYNDICAL du SCoT ROVALTAIN Drôme-Ardèche Le 22

Plus en détail

ASSEMBLEE DE CORSE 27 ET 28 JUILLET RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF

ASSEMBLEE DE CORSE 27 ET 28 JUILLET RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE RAPPORT N 2010/E4/130 ASSEMBLEE DE CORSE 4 EME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010 27 ET 28 JUILLET RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF OBJET : MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Le Régime Indemnitaire tenant compte des Fonctions Sujétions Expertise Engagement Professionnel (RIFSEEP)

Le Régime Indemnitaire tenant compte des Fonctions Sujétions Expertise Engagement Professionnel (RIFSEEP) 1 Le Régime Indemnitaire tenant compte des Fonctions Sujétions Expertise Engagement Professionnel (RIFSEEP) Références réglementaires : Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations

Plus en détail

Le régime des délégations Délégations de pouvoir Délégations de fonction Délégations de signature

Le régime des délégations Délégations de pouvoir Délégations de fonction Délégations de signature NOTE JURIDIQUE AVRIL 2014 Le régime des délégations Délégations de pouvoir Délégations de fonction Délégations de signature Sommaire Quelques principes généraux : p. 1 Délégation de pouvoir : p. 2 Délégation

Plus en détail

LA GESTION DES TRAVAUX SUPPLEMENTAIRES

LA GESTION DES TRAVAUX SUPPLEMENTAIRES Fiches statut Temps de travail / Rémunération 1/30/MA Direction Expertise statutaire et ressources humaines 05 59 90 03 94 statut@cdg-64.fr LA GESTION DES TRAVAUX SUPPLEMENTAIRES Les organes délibérants

Plus en détail

LA REMUNERATION. Textes : art 20 de la loi n 83-634 du 13 juillet 1983. I. Composition de la rémunération. A. Les éléments obligatoires

LA REMUNERATION. Textes : art 20 de la loi n 83-634 du 13 juillet 1983. I. Composition de la rémunération. A. Les éléments obligatoires LA REMUNERATION Textes : art 20 de la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 I. Composition de la rémunération A. Les éléments obligatoires 1) Le traitement indiciaire Pour chaque grade, un texte réglementaire,

Plus en détail

DISPOSITIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES. Sommaire

DISPOSITIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES. Sommaire DISPOSITIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES Sommaire I. Régime des congés payés dans les professions du bâtiment et des travaux publics a. Règles d'affiliation b. Organisation et fonctionnement des caisses

Plus en détail

ALERTE JURIDIQUE N 41 du 10 octobre 2014

ALERTE JURIDIQUE N 41 du 10 octobre 2014 ALERTE JURIDIQUE N 41 du 10 octobre 2014 Objet : Modifications apportées par les avenants n 148 et n 150 à la convention collective nationale de l animation relatifs au travail à temps partiel La loi n

Plus en détail

ASTREINTES REMUNERATION ET COMPENSATION INTERVENTION ET PERMANENCES

ASTREINTES REMUNERATION ET COMPENSATION INTERVENTION ET PERMANENCES REGIME INDEMNITAIRE ASTREINTES Note d information N 2005-23 du 1 er octobre 2005 ASTREINTES REMUNERATION ET COMPENSATION INTERVENTION ET PERMANENCES REFERENCES Décret n 2015-415 du 14 avril 2015 relatif

Plus en détail

Conditions de prise en charge

Conditions de prise en charge Fiches statut Positions administratives - Activité 1/29/MA Service «Gestion des carrières - Protection sociale» 05 59 90 03 94 statut@cdg-64.fr FRAIS DE TRANSPORT DOMICILE LIEU DE TRAVAIL Conditions de

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Direction de la population et des migrations

MINISTÈRE DE L'EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Direction de la population et des migrations MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Direction des libertés publiques et des affaires juridiques Direction des affaires générales MINISTÈRE DE L'EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET

Plus en détail

OBJET : Avantages en nature attribués aux titulaires de certains emplois fonctionnels des collectivités locales.

OBJET : Avantages en nature attribués aux titulaires de certains emplois fonctionnels des collectivités locales. DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION DES ELUS LOCAUX ET DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE PREFECTU/PREFETS5 AFFAIRE SUIVIE PAR : MELLE HUGOT/PP/RB 01.40.07.24.10 01.47.42.39.07

Plus en détail

Catalogue des aides du FIPHFP

Catalogue des aides du FIPHFP Catalogue des aides du FIPHFP 1 Sommaire Introduction... 3 Liste des aides concernées... 5 Fiche Postes de travail : Aménagements, Maintenances, Réparations, Renouvellement, Travaux d accessibilité aux

Plus en détail

VERSION ADMINISTRATIVE

VERSION ADMINISTRATIVE VERSION ADMINISTRATIVE RÈGLES CONCERNANT LA RÉMUNÉRATION ET LES AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL DES TITULAIRES D UN EMPLOI SUPÉRIEUR À TEMPS PLEIN (Décret no 450-2007 du 20 juin 2007 modifié par les décrets

Plus en détail

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION 1. Quels sont les modes de paiement du salaire? 2. Quelle est la méthode de calcul du salaire en cas d absence non rémunérée? 3. Comment est déterminé le salaire des salariés

Plus en détail

- 61 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 61 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 61 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi visant à renforcer l'attractivité et à faciliter l'exercice du mandat local Proposition de loi visant à renforcer l'attractivité et à faciliter l'exercice du

Plus en détail

Attributions en l'absence de comité d'entreprise

Attributions en l'absence de comité d'entreprise Attributions en l'absence de comité d'entreprise D'une manière générale, il est prévu que, en l'absence de comité d'entreprise, les délégués du personnel peuvent communiquer à leur employeur toutes les

Plus en détail

C D G 59 I N F O MAISON DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. 14 rue Jeanne Maillotte B.P. 1222 59013 LILLE CEDEX Réf. : CDG-INFO2002-6/CDE

C D G 59 I N F O MAISON DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. 14 rue Jeanne Maillotte B.P. 1222 59013 LILLE CEDEX Réf. : CDG-INFO2002-6/CDE C D G 59 I N F O MAISON DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE PLAN DE CLASSEMENT 1-35-10 Le 5 juillet 2002 14 rue Jeanne Maillotte B.P. 1222 59013 LILLE CEDEX Réf. : CDG-INFO2002-6/CDE LE NOUVEAU REGIME

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Personnel MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction des professions

Plus en détail

TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL

TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL Journal officiel du 16 juin 2011 Arrêté du 15 juin 2011 portant agrément des accords relatifs aux annexes I à XII au règlement général annexé à la convention du 6 mai 2011

Plus en détail

NOR : DEVK1129140D 1/17

NOR : DEVK1129140D 1/17 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable et de l énergie Décret n du fixant les conditions d intégration dans les cadres d emplois de la fonction publique territoriale des

Plus en détail

Annexe 6 Convention Collective du Rugby Professionnel Accord relatif à la prévoyance. Saison 2014/2015

Annexe 6 Convention Collective du Rugby Professionnel Accord relatif à la prévoyance. Saison 2014/2015 Annexe 6 Convention Collective du Rugby Professionnel Accord relatif à la prévoyance Saison 2014/2015 La présente annexe a pour objet de définir, en application de l article 6.4 du chapitre 1 du Titre

Plus en détail

NOTE D INFORMATION DELEGATIONS DE SIGNATURE AUX FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

NOTE D INFORMATION DELEGATIONS DE SIGNATURE AUX FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX Mise à jour le 10.08.2009 NOTE D INFORMATION CV/CV Réf. : II-2-4-5 26 mars 2008 05 63 60 16 50 L:/CIRCULAIRES//Délégations de signature fonct.terr. DELEGATIONS DE SIGNATURE AUX FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

Plus en détail

Paris, le 05 octobre 2005. Le ministre de l éducation nationale, de l enseignement supérieur et de la recherche

Paris, le 05 octobre 2005. Le ministre de l éducation nationale, de l enseignement supérieur et de la recherche Paris, le 05 octobre 2005 Le ministre de l éducation nationale, de l enseignement supérieur et de la recherche Direction des affaires financières Sous-direction des affaires statutaires, des emplois et

Plus en détail

LES EMPLOIS FONCTIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE COMMUNALE

LES EMPLOIS FONCTIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE COMMUNALE République française Polynésie française www.cgf.pf LES EMPLOIS FONCTIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE COMMUNALE (Mode d emploi) (Applicable à partir du 1 er août 2012 pour toutes les communes) SOMMAIRE

Plus en détail

Elément proportionnel au traitement de l IM. 1 enfant 2.29 0 % 2.29 2.29. 2 enfants 10.67 3 % 73.04 110.27. 3 enfants 15.24 8 % 181.56 280.

Elément proportionnel au traitement de l IM. 1 enfant 2.29 0 % 2.29 2.29. 2 enfants 10.67 3 % 73.04 110.27. 3 enfants 15.24 8 % 181.56 280. Circulaire n 2016-02 R du 7 janvier 2016 Sandrine BERGER - 04 77 42 67 28 - finances@cdg42.org Anaïs BERNARD - 04 77 01 01 74 - finances2@cdg42.org 1 er janvier 2016 Salaires et charges sociales Régime

Plus en détail

STATUT GÉNÉRAL DES FONCTIONNAIRES TITRE III

STATUT GÉNÉRAL DES FONCTIONNAIRES TITRE III STATUT GÉNÉRAL DES FONCTIONNAIRES TITRE III Dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale (Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée) Dernière MAJ : la loi n 2014-1554 du 22 décembre

Plus en détail

Attribution d'une bonification indemnitaire à certains fonctionnaires de catégorie A et B

Attribution d'une bonification indemnitaire à certains fonctionnaires de catégorie A et B CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES PYRENEES-ATLANTIQUES Maison des Communes - B.P. 609 64006 PAU CEDEX Tél : 05 59 84 40 40 Télécopie : 05 59 84 11 98 Internet : www.cdg-64.fr GA/2/10/MLO

Plus en détail

2150000 Commission paritaire pour employés de l'industrie de l'habillement et de la confection

2150000 Commission paritaire pour employés de l'industrie de l'habillement et de la confection 2150000 Commission paritaire pour employés de l'industrie de l'habillement et de la confection Prime suite à une augmentation temporaire de travail... 2 Convention collective de travail du 7 novembre 2006

Plus en détail

30/ MISE EN PLACE DES NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AU COMPTE ÉPARGNE TEMPS (C.E.T.)

30/ MISE EN PLACE DES NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AU COMPTE ÉPARGNE TEMPS (C.E.T.) FINANCES ET RESSOURCES HUMAINES CONSEIL MUNICIPAL VILLE DE CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE --- SÉANCE PUBLIQUE DU 30 SEPTEMBRE 2010 N 2010-169 30/ MISE EN PLACE DES NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AU COMPTE ÉPARGNE

Plus en détail

LOT UNIQUE - ASSURANCES RISQUES STATUTAIRES DU PERSONNEL TITULAIRE (CNRACL) Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP)

LOT UNIQUE - ASSURANCES RISQUES STATUTAIRES DU PERSONNEL TITULAIRE (CNRACL) Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) LOT UNIQUE - ASSURANCES RISQUES STATUTAIRES DU PERSONNEL TITULAIRE (CNRACL) Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) CES EVENEMENTS SERONT ASSURES SELON LES CONDITIONS GENERALES, ET CONVENTIONS

Plus en détail

HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES

HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES N 123 SOCIAL n 47 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le ISSN 1769-4000 HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES L essentiel La loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur

Plus en détail

I. DELIVRANCE OBLIGATOIRE D UN BULLETIN DE PAIE II. FORME ET CONTENU DU BULLETIN DE PAIE III. SANCTION IV. CONSERVATION DU BULLETIN DE PAIE V

I. DELIVRANCE OBLIGATOIRE D UN BULLETIN DE PAIE II. FORME ET CONTENU DU BULLETIN DE PAIE III. SANCTION IV. CONSERVATION DU BULLETIN DE PAIE V BULLETIN DE PAIE 29/01/2015 L'employeur doit délivrer à chaque salarié un bulletin de paie lors du versement de la rémunération sans que l intéressé ait à le lui demander. Cette obligation s étend à toute

Plus en détail

PROTOCOLE D'ACCORD RELATIF AU PERSONNEL DES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE DES DEPARTEMENTS D'OUTRE-MER

PROTOCOLE D'ACCORD RELATIF AU PERSONNEL DES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE DES DEPARTEMENTS D'OUTRE-MER UCANSS PROTOCOLE D'ACCORD RELATIF AU PERSONNEL DES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE DES DEPARTEMENTS D'OUTRE-MER Entre, d une part, - l Union des caisses nationales de sécurité sociale, représentée par son

Plus en détail

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Logement de fonction 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 1 er octobre 2012 Mise à jour le 10 décembre

Plus en détail

Elément proportionnel au traitement de l IM. 1 enfant 2.29 0 % 2.29 2.29. 2 enfants 10.67 3 % 73.04 110.27. 3 enfants 15.24 8 % 181.56 280.

Elément proportionnel au traitement de l IM. 1 enfant 2.29 0 % 2.29 2.29. 2 enfants 10.67 3 % 73.04 110.27. 3 enfants 15.24 8 % 181.56 280. Circulaire n 2015-01 R du 7 janvier 2015 Sandrine BERGER - 04 77 42 67 28 - finances@cdg42.org Anaïs BERNARD - 04 77 01 01 74 - finances2@cdg42.org 1 er janvier 2015 Salaires et charges sociales Régime

Plus en détail

Complétez les mentions en rouge

Complétez les mentions en rouge Complétez les mentions en rouge DECISION UNILATERALE DE L EMPLOYEUR INSTITUANT / REGULARISANT UN REGIME COLLECTIF COMPLEMENTAIRE OBLIGATOIRE DE PREVOYANCE COUVRANT LES FRAIS DE SOINS DE SANTE Document

Plus en détail

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE Procédures et détermination des modalités de retrait d une commune membre Actualisée au 1 er septembre 2012 NOTE 1 I. Les procédures de retrait En complément de la procédure

Plus en détail

COMPENSATION OU INDEMNISATION DES TRAVAUX ELECTORAUX

COMPENSATION OU INDEMNISATION DES TRAVAUX ELECTORAUX PAIES INFORMATISEES MARS 2014 Travaux électoraux Notice explicative COMPENSATION OU INDEMNISATION DES TRAVAUX ELECTORAUX Références : - Décret n 2002-60 du 14 janvier 2002 modifié relatif aux indemnités

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 MODALITÉS DES EXONÉRATIONS D IMPÔTS ET DE COTISATIONS SALARIALES SUR LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES

CIRCULAIRE CDG90 MODALITÉS DES EXONÉRATIONS D IMPÔTS ET DE COTISATIONS SALARIALES SUR LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES CIRCULAIRE CDG90 13/08 MODALITÉS DES EXONÉRATIONS D IMPÔTS ET DE COTISATIONS SALARIALES SUR LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES! Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives

Plus en détail

Ce que vous devez savoir

Ce que vous devez savoir LIVRET D ACCUEIL ET D INFORMATION Salarié(e)s d entreprises sous-traitantes françaises et étrangères Ce que vous devez savoir Connaître vos droits en matière de : salaires, contrat de travail, conditions

Plus en détail

CALCUL DES INDEMNITES DES ELUS

CALCUL DES INDEMNITES DES ELUS CALCUL DES INDEMNITES DES ELUS INDEMNITES DE FONCTION DES MAIRES (Article L.2123-23 du Code général des collectivités territoriales) Les indemnités maximales votées par les conseils municipaux pour l exercice

Plus en détail

MINISTERE DE L'INTERIEUR

MINISTERE DE L'INTERIEUR REPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité MINISTERE DE L'INTERIEUR DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE PREFECTU/PREFETS2 AFFAIRE SUIVIE

Plus en détail

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale Circulaire Objet : dont la date d effet est fixée à compter du 1 er janvier 2015 Référence : 2014-65 Date : 23 décembre 2014 Direction juridique et de la réglementation nationale Département réglementation

Plus en détail

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental PRESENTATION La «Caisse des anciens membres du Conseil économique et social, de leurs veuves et orphelins mineurs»,

Plus en détail

Montants maximaux bruts mensuels des indemnités de fonction des titulaires de mandats locaux applicables à partir du 1 er octobre 2008.

Montants maximaux bruts mensuels des indemnités de fonction des titulaires de mandats locaux applicables à partir du 1 er octobre 2008. DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION DES ELUS LOCAUX ET DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE BUREAU DES ELUS LOCAUX, DU RECRUTEMENT ET DE LA FORMATION DES PERSONNELS TERRITORIAUX

Plus en détail

SOMMAIRE. Références PAGE 3. Introduction PAGE 3 CALENDRIER DE CREATION DU CHSCT PAGE 4 1. CREATION D UN CHSCT PAGE 5 2. COMPOSITION D UN CHSCT PAGE 7

SOMMAIRE. Références PAGE 3. Introduction PAGE 3 CALENDRIER DE CREATION DU CHSCT PAGE 4 1. CREATION D UN CHSCT PAGE 5 2. COMPOSITION D UN CHSCT PAGE 7 SOMMAIRE Références PAGE 3 Introduction PAGE 3 CALENDRIER DE CREATION DU CHSCT PAGE 4 1. CREATION D UN CHSCT PAGE 5 - Création obligatoire PAGE 5 - Création facultative d un CHSCT commun PAGE 5 - Création

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE Département du Val d Oise Arrondissement PONTOISE Canton de l Hautil REPUBLIQUE FRANCAISE Mairie de Boisemont Compte-rendu de la réunion du Conseil Municipal du 28 novembre 2011 L an deux mil onze, le

Plus en détail

ANNEXES A LA DELIBERATION

ANNEXES A LA DELIBERATION 2 ANNEXES A LA DELIBERATION 3 CONVENTION TRIPARTITE DE MISE A DISPOSITION D EQUIPEMENTS SPORTIFS COMMUNAUX LYCEE FRANCOIS RABELAIS A DUGNY(93) Entre les soussignés : La ville de Dugny, représentée par

Plus en détail

Références : - Décret n 2006-781 du 3 juillet 2006. - Décret n 2010-676 du 21 juin 2010 - Décret n 89-825 du 9 novembre 1989

Références : - Décret n 2006-781 du 3 juillet 2006. - Décret n 2010-676 du 21 juin 2010 - Décret n 89-825 du 9 novembre 1989 Versailles, le 8 octobre 2012 Le Recteur de l académie de Versailles Chancelier des universités à Service : Division des déplacements temporaires Affaire suivie par : Caroline Conseil Téléphone : 01.30.75.84

Plus en détail

SOUS-SECTION 2 INDEMNISATION DU CHÔMAGE AIDE À LA CRÉATION D'ENTREPRISES PAR LES CHÔMEURS AIDE AU RETOUR DES TRAVAILLEURS IMMIGRÉS [DB 5F1122]

SOUS-SECTION 2 INDEMNISATION DU CHÔMAGE AIDE À LA CRÉATION D'ENTREPRISES PAR LES CHÔMEURS AIDE AU RETOUR DES TRAVAILLEURS IMMIGRÉS [DB 5F1122] CRÉATION D'ENTREPRISES PAR LES CHÔMEURS AIDE AU RETOUR DES Références du document 5F1122 Date du document 10/02/99 SOUS-SECTION 2 Indemnisation du chômage Aide à la création d'entreprises par les chômeurs

Plus en détail

N 428 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE, DE 1991-1992. Annexe au procès-verbal de la séance du 18 juin 1992. PROJET DE LOI

N 428 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE, DE 1991-1992. Annexe au procès-verbal de la séance du 18 juin 1992. PROJET DE LOI N 428 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE, DE 1991-1992 Annexe au procès-verbal de la séance du 18 juin 1992. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE, portant diverses dispositions

Plus en détail

DROIT SYNDICAL. Cette note d information a pour objectif de rappeler la réglementation applicable concernant :

DROIT SYNDICAL. Cette note d information a pour objectif de rappeler la réglementation applicable concernant : DIFFUSION JUIN 2009 DROIT SYNDICAL TEXTES DE REFERENCE Loi n 84-53 du 26 janvier 1984, modifiée, portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale, article 100 ; article 57,7

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 006-210600656-20100708-100708_D0401-DE Acte certifié exécutoire Réception par le préfet : 23/07/2010 Publication : 23/07/2010 Pour l'"autorité Compétente"

Plus en détail

Note relative à la réglementation des stages. Juin 2015

Note relative à la réglementation des stages. Juin 2015 Direction de la Formation, de la Vie étudiante et de l Insertion professionnelle Service Central de Gestion des Etudiants Note relative à la réglementation des stages Juin 2015 La présente note, organisée

Plus en détail

DEPARTEMENT DU GERS EXTRAIT DU REGISTRE DELIBERATIONS DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CIAS BASTIDES DE LOMAGNE

DEPARTEMENT DU GERS EXTRAIT DU REGISTRE DELIBERATIONS DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CIAS BASTIDES DE LOMAGNE DEPARTEMENT DU GERS EXTRAIT DU REGISTRE DELIBERATIONS DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CIAS BASTIDES DE LOMAGNE Séance du 15 janvier 2015 L an deux mille quinze et le 15 janvier à 18 heures 30, le Conseil

Plus en détail

Le Chef du gouvernement

Le Chef du gouvernement REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Le Chef du gouvernement Instruction n 10 du 14 janvier 2008 relative à la mise en œuvre du nouveau dispositif de classification et de rémunération des agents

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3339 Convention collective nationale IDCC : 2603. PRATICIENS-CONSEILS DU RÉGIME

Plus en détail

LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL

LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL FICHE 4 LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL Age légal : âge à partir duquel un assuré est en droit de demander sa mise à la retraite. L âge légal de départ en retraite est actuellement de 60

Plus en détail

Décret relatif au budget et au régime financier des EPSCP 14/01/1994

Décret relatif au budget et au régime financier des EPSCP 14/01/1994 Sur http://www.amue.fr/textesref/textesref.asp?id=2 Décret relatif au budget et au régime financier des EPSCP 14/01/1994 Le décret dont relèvent les universités (loi 1984) pour leur régime budgétaire,

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ : DISPENSES D ADHÉSION DE DROIT ET VERSEMENT SANTÉ

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ : DISPENSES D ADHÉSION DE DROIT ET VERSEMENT SANTÉ N 43 - SOCIAL n 23 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 10 mars 2016 ISSN 1769-4000 L essentiel COMPLÉMENTAIRE SANTÉ : DISPENSES D ADHÉSION DE DROIT ET VERSEMENT SANTÉ Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

Stages : Nouvelles dispositions

Stages : Nouvelles dispositions cipe P. 1/5 - Mise à jour janvier 2015 Stages : Nouvelles dispositions Pour éviter les abus, les employeurs du secteur privé, public ou associatif sont soumis à une réglementation stricte concernant l'accueil

Plus en détail

Définition du service normal de jour et du service de garde

Définition du service normal de jour et du service de garde Arrêté du 15 février 1973 modifié, entre autres, par les arrêtés du 21 avril 1977, du 31 décembre 1985, du 18 juillet 1986, du 25 octobre 1994, du 12 mars 1998 et du 6 avril 1999 (art. 14-2 A) - Définition

Plus en détail

ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE

ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE 7 ANNEXE AUX CONTRATS DE TRAVAIL À DURÉE INDÉTERMINÉE Il est apparu opportun au Conseil national de réactualiser ces contrats, qui constituent des contrats de travail à durée indéterminée, au regard des

Plus en détail

Tarifs en EHPAD et aides financières. Les tarifs en EHPAD. (Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes)

Tarifs en EHPAD et aides financières. Les tarifs en EHPAD. (Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) Les tarifs en EHPAD (Établissement d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) Le prix journalier en EHPAD est composé du tarif Hébergement, du tarif Dépendance et du forfait Soins. Le tarif Hébergement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-176 du 27 février 2013 portant statut particulier du corps des techniciens sanitaires et de

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE D ENTREPRISE CARREFOUR Réactualisée août 2014

CONVENTION COLLECTIVE D ENTREPRISE CARREFOUR Réactualisée août 2014 180 181 182 Cet article est complété par les articles 6-1 et 6-3 de l accord NAO 2014 183 Cet ar est complété l article 6-2 l accord N 2014 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION

PROJET DE DELIBERATION PROJET DE DELIBERATION OBJET : GESTION MUNICIPALE - DELEGATION AU MAIRE Secrétariat général RAPPORTEUR : Madame Patricia BORDAS, Premier adjoint Le conseil municipal a la possibilité de déléguer directement

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - SECURITE SOCIALE- OBJET : La majoration pour tierce personne du régime général. Base juridique

NOTE JURIDIQUE - SECURITE SOCIALE- OBJET : La majoration pour tierce personne du régime général. Base juridique Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - SECURITE SOCIALE- OBJET : La majoration pour tierce personne du régime général Base juridique Article L.355-1

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

INSTANCE UNIQUE LA NOUVELLE DUP

INSTANCE UNIQUE LA NOUVELLE DUP 1 INSTANCE UNIQUE LA NOUVELLE DUP En deçà de 300 salariés, une délégation unique du personnel transformée 1 L'article 13 de la loi RELATIVE AU DIALOGUE SOCIAL ET A L'EMPLOI élargit le champ d'application

Plus en détail

INDEMNITE HORAIRE POUR TRAVAUX SUPPLEMENTAIRES

INDEMNITE HORAIRE POUR TRAVAUX SUPPLEMENTAIRES FF II CC HH EE PP RR AA TT I QQ UU EE CC DD GG 55 00 INDEMNITE HORAIRE POUR TRAVAUX SUPPLEMENTAIRES L E S S E N T I E L Les agents de catégorie B ou C dès lors qu'ils exercent des fonctions ou appartiennent

Plus en détail

LE REGIME INDEMNITAIRE applicable aux Techniciens Supérieurs Territoriaux

LE REGIME INDEMNITAIRE applicable aux Techniciens Supérieurs Territoriaux LE REGIME INDEMNITAIRE applicable aux Techniciens Supérieurs Territoriaux LE CADRE LEGISLATIF LE CADRE REGLEMENTAIRE CALCUL DES PRIMES ET INDEMNITES TABLEAU JURISPRUDENCE TEXTES DE REFERENCE LE CADRE LEGISLATIF

Plus en détail

LES CLAUSES COMMUNES DU CONTRAT DE TRAVAIL Comment rédiger un contrat de travail?

LES CLAUSES COMMUNES DU CONTRAT DE TRAVAIL Comment rédiger un contrat de travail? LES CLAUSES COMMUNES DU CONTRAT DE TRAVAIL Comment rédiger un contrat de travail? Cette fiche pratique est un complément indispensable aux modèles de contrat de travail mis à votre disposition par le CoSMoS.

Plus en détail

Cette circulaire est disponible sur les sites www.circulaires.gouv.fr et www.securite-sociale.fr

Cette circulaire est disponible sur les sites www.circulaires.gouv.fr et www.securite-sociale.fr Ministère de l emploi, du travail et de la santé Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Le ministre du travail, de l emploi

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT DIRECTION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE N 06/SP/DGFP/2010 Alger, le 05 mai 2010 Mesdames

Plus en détail

1. La création de nouveaux droits individuels pour sécuriser les parcours professionnels

1. La création de nouveaux droits individuels pour sécuriser les parcours professionnels La loi de sécurisation pour l emploi Du 14 juin 2013 Entreprises concernées Les points clés de la réforme Où les trouver Toutes les entreprises quelque soit leur effectif - Généralisation de la couverture

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL NON TITULAIRE

CONVENTION CADRE DE MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL NON TITULAIRE CONVENTION CADRE DE MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL NON TITULAIRE PAR LE SERVICE DE MISSIONS TEMPORAIRES DU CENTRE DE GESTION DEPARTEMENTAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE HAUTE-SAONE SUR LA BASE

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICE. SOUSCRIPTION DE POLICES D ASSURANCES Risque santé

MARCHE PUBLIC DE SERVICE. SOUSCRIPTION DE POLICES D ASSURANCES Risque santé Page 1/8 MARCHE PUBLIC DE SERVICE OBJET DU MARCHE : SOUSCRIPTION DE POLICES D ASSURANCES Risque santé CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Page 2/8 PRELIMINAIRE Les clauses particulières ci-dessous,

Plus en détail

PROCES VERBAL SEANCE DU 13 AVRIL 2012

PROCES VERBAL SEANCE DU 13 AVRIL 2012 PROCES VERBAL SEANCE DU 13 AVRIL 2012 Le treize avril deux mille douze, à dix-neuf heures, le Conseil municipal, légalement convoqué, s est réuni à la mairie sous la présidence de Monsieur Francis ELU,

Plus en détail

Le complément de main-d œuvre formé pour vos besoins

Le complément de main-d œuvre formé pour vos besoins Le complément de main-d œuvre formé pour vos besoins Nom Prénom :... Raison sociale de l exploitation :... Adresse complète :... Code Postal :... Commune :... Tél :... Fax :... Portable :... Mail : L ensemble

Plus en détail