Recherche, développement et projets-témoins, Technologie août Stratégie proposée visant à assurer. la qualité de la gestion des biens

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recherche, développement et projets-témoins, Technologie août 1993. Stratégie proposée visant à assurer. la qualité de la gestion des biens"

Transcription

1 Recherche, développement et projets-témoins, Technologie août 1993 Stratégie proposée visant à assurer la qualité de la gestion des biens tout au long de leur cycle de vie

2 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie i Résumé Le but premier de la gestion des biens est d'optimiser le rendement des biens pendant toute leur durée de vie. Pour pouv trouver des solutions rentables aux divers problèmes que pose l'utilisation d'une installation, il faut disposer d'outils efficaces d'aide à la décision. De tels outils sont encore plus importants lorsque les ressources sont limitées. Les niveaux d'entretien influent directement sur le rendement des biens et sur leur vie économique en modifiant le rythme e nature de la détérioration. L'idée que l'on se fait des mécanismes de dégradation et l'explication qu'on en donne étant plutô subjectives, Services gouvernementaux Canada reconnaît la nécessité de raffiner les indicateurs de rendement. Une des principales responsabilités de SGC est de fournir aux ministères clients des installations conformes à leurs besoins, d'optimiser le cycle de vie de ces installations et de les entretenir le mieux possible. SGC a déjà en place un système de gest la qualité qui porte le nom de Système de réalisation des projets (SRP). Ce système aide à fournir au départ une installatio qualité, tandis que des systèmes tels que le Système de soutien en matière d'entretien préventif (SSEP) tendent à maintenir qualité. Malgré l'utilisation de tels outils, il est important d'avoir une connaissance plus approfondie et plus à jour de la dur vie future des installations. Voici les objectifs clés définis dans la présente stratégie : i) créer des outils qui permettront d'évaluer en tout temps la durée de vie et le rendement d'une installation; ii) tirer profit des connaissances et de l'expérience acquises en créant des bases de données; iii) optimiser les méthodes d'entretien en fonction du cycle de vie afin de maximiser la durée de vie de installations et de répartir plus efficacement les ressources; iv) déterminer, étudier et quantifier les mécanismes de détérioration.

3 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie ii Les outils qui seront élaborés seront utilisés pour examiner les indicateurs de rendement à n'importe quel moment du cycle de l'installation. Il est essentiel toutefois que les données recueillies et les outils eux-mêmes permettent d'exercer un contrôle annuel sur le fonctionnement et l'entretien (F&E) des installations. En raison de la nature dynamique des facteurs décrivant le rendement, la seule façon de déterminer de façon réaliste si les objectifs de rendement vont être atteints est d'utiliser les techniques du calcul probabiliste (fondées sur la fiabilité). Ces techniques, axées sur la fiabilité, reposent sur la définition des fonctions décrivant les conditions de rendement des composa d'un système donné. Grâce à la richesse de l'information dont dispose SGC, nous pourrons élaborer des procédures et des pratiques de gestion e d'entretien axées sur la fiabilité. La mise en application du concept de gestion de la qualité et des biens tout au long de leur de vie aidera les gestionnaires de biens, les ingénieurs et les architectes à prendre des décisions rationnelles et rentables. Le présent document propose un concept utilisant un système d'analyse, fondé sur la fiabilité et établi d'après notre connais du ministère des Services gouvernementaux, qui sera précieux pour les gestionnaires de biens immobiliers : ils pourront en fonder sur ce système sûr et facile d'utilisation pour prendre les décisions qui s'imposent dans le domaine de la gestion des immeubles et pour contrôler et gérer la qualité des installations tout au long de leur cycle de vie. L'utilisation d'un tel système débouchera éventuellement sur une meilleure gestion des biens et permettra de réduire de faço importante les coûts de fonctionnement et d'entretien de nos installations. En améliorant ainsi continuellement nos connaissances, nous pourrons mieux déterminer les matériaux, l'équipement et les procédures d'entretien qui conviennent à nos besoins et nos accroîtrons, par le fait même, le rendement de nos biens tout a de leur cycle de vie.

4 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie iii Pour améliorer notre capacité d'évaluer, il est important que tous les efforts déployés au sein du Ministère tendent vers les m objectifs. Il faut établir des liens plus étroits entre les différents domaines afin de relier d'une façon efficace l'aspect techniqu l'aspect économique d'un même bien. En créant de tels liens, le Ministère aura à sa disposition les mécanismes nécessaires que Biens immobiliers puisse assumer son rôle dans le domaine de la gestion des biens et des investissements.

5 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie iv Table des matières page 1.0 But Champ d'application Contexte Nécessité d'améliorer la qualité de la gestion des biens pendant leur cycle de vie Cadre actuel d'assurance de la qualité Rôle de la Direction générale de Biens immobiliers Rôle des directions générales de service Qualité assurée grâce au Système de réalisation des projets Maintien de la qualité de l'installation mise en service 3.3 Lacunes du cadre actuel Stratégie Mise en application du cadre amélioré de gestion de la qualité Indicateurs de rendement Évaluation du cycle de vie Détermination des facteurs économiques 5.2 Entretien, rendement prévu et inspection Base de données, de connaissances Applications possibles Conclusion 30 Liste des figures page

6 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie v 1 Concept de la gestion de la qualité et des biens tout au long de leur cycle de vie 2 2 Relation conceptuelle entre le rendement, la durée de vie et la détérioration prématurée 4 3 Durée de vie habituelle des principaux sous-systèmes d'un immeuble 4 4 Réparation VS remplacement des dalles de stationnement 27 Liste des annexes A Incidence possible de l'entretien sur le cycle de vie des biens

7 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie But Le but de cette stratégie est : a) de développer la capacité d'évaluation de Services gouvernementaux Canada et d'optimiser le rendement des installations pendant toute leur durée de vie; b) de déterminer les techniques à utiliser pour améliorer les procédures actuelles de gestion des biens; c) de fournir des renseignements généraux sur la méthode proposée de même que sur celle actuellement utilis 2.0 Champ d'application La stratégie définie dans le présent document ainsi que sa mise en oeuvre sont conformes à la façon dont Services gouvernementaux Canada entrevoit l'avenir. Pour élaborer cette stratégie, on s'est fondé sur les hypothèses suivantes : i) Services gouvernementaux Canada continuera d'être le principal fournisseur de services immobiliers, d'immeubles de bureaux et de locaux polyvalents de l'état canadien; ii) les différentes directions générales continueront de travailler ensemble à la fourniture de produits et de services répondant aux besoins de leurs clients; iii) le Ministère a à coeur de toujours s'améliorer. Les techniques proposées dans le présent document devraient faire partie intégrante du Système de réalisation des projets e devraient donc être utilisées pour tous les projets immobiliers de SGC, y compris les projets de construction, d'aménageme réparation. La mise en oeuvre de ces procédures améliorées nous permettra d'avoir un aperçu du rendement à long terme de nos bien immobiliers. Actuellement, nous ne disposons pas de ce type d'information et il nous est impossible de faire des prévisions rationnelles.

8 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie Contexte Le but premier de la gestion des biens est d'optimiser le rendement des installations pendant toute leur durée de vie. La valeur optimale de toute installation dépend du niveau optimal d'investissement (c'est-à-dire, des fonds qu'on y consacre). La valeur que l'on peut obtenir et les fonds pouvant être investis sont fonction du temps. La relation entre ces trois éléme est illustrée ci-dessous (Figure 1). La relation entre l'argent et le temps constitue Figure 1 Concept de la gestion de la qualité et des biens tout au long de leur cycle de vie

9 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie 3 la principale préoccupati on des économistes et des analystes financiers. Il existe de nombreux modèles et formules Figure 2 mathématiques représentant les relations entre l'argent et le temps dans diverses situation économiques. Il n'y a donc que t peu de travail à faire pour ce qui est du plan horizontal de la Figure 1. Toutefois, il reste difficile de déterminer la valeur réelle d'un bien et la variation de cette valeur avec le temps. On peut dir installation qu'elle a de la valeur si elle génère des recettes. La capacité de générer des recettes reflète habituellement la cap de l'installation à satisfaire aux exigences fonctionnelles courantes des clients. La mesure dans laquelle une installation peut satisfaire à ces exigences est directement fonction de la qualité. Il existe, pour certaines composantes et certains systè ou équipements d'immeubles, des expressions non rigoureuses ou des relations empiriques entre la qualité et le temps. Mai reste beaucoup de travail à faire pour établir des critères de rendement systématiques. Toute composante d'un immeuble a une durée de vie prévue qui dépend directement de son environnement, de ses proprié matérielles, de même que des conditions de fonctionnement et d'entretien (F&E) (Figure 2). De même, les sous-systèmes d immeuble ont des durées de vie qui ne correspondent que rarement (Figure 3). On s'attend toutefois à ce que ces soussystèmes fournissent un rendement satisfaisant pendant toute la durée de vie prévue de l'installation.

10 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie 4 Figure 3

11 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie 5 Il serait particulièrement utile de pouvoir évaluer avec précision le rendement d'un bien tout au long de son cycle de vie et gérer ensuite ce bien de manière à en modifier le rendement futur. Les personnes responsables de l'établissement et de la g des plans auraient la tâche plus facile si l'on en arrivait à mieux prévoir la durée de vie d'une installation et si l'on tenait com l'incidence relative des diverses options d'entretien et des différents calendriers d'exécution pour la répartition annuelle des sommes consacrées au fonctionnement et à l'entretien. En période d'austérité, les pressions exercées pour qu'on prenne des décisions judicieuses concernant d'autres méthodes de construction, de réparation ou la remise en état et de nouvelles priorités sont toujours extrêmement fortes. Or, pour pouvo prendre les bonnes décisions, il faut absolument examiner attentivement l'efficience relative des réparations et des remplace de même que le rendement à long terme et à court terme du capital investi. Les niveaux d'entretien courants influent sur la vie économique de l'installation, les coûts de fonctionnement et d'entretien subséquents, la valeur future de l'installation et la capacité de maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire. Ils influent directement sur la capacité de satisfaire aux principales exigences fonctionnelles des locataires, en assurant un niveau de fia acceptable, et sur la capacité de fournir un «milieu de travail productif». Certains services, dont les services de base tels que l'éclairage, le chauffage, les installations sanitaires et l'électricité, doivent fournis, la sécurité et l'hygiène doivent être assurées et des procédures d'entretien appropriées doivent être mises en oeuvre atteindre le niveau de fiabilité requis. D'autres questions fonctionnelles doivent aussi être prises en considération pour dém que les installations fournies sont exploitées de façon intègre et prudente. Les niveaux de financement de SGC, pour ce qui est de l'entretien, doivent être comparés aux normes industrielles (Associa des propriétaires et administrateurs d'immeubles). Il semble que nos méthodes d'entretien courantes ne soient pas rentable pourtant nous ne disposons d'aucun moyen de comparaison. Il semble également que les exigences obligatoires soient resp Il ne faut pas négliger l'incidence d'un entretien effectué au moment opportun. On croit généralement qu'il est beaucoup m

12 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie 6 coûteux de bien entretenir une installation dès le départ, que de rénover une installation en mauvais état parce qu'elle a été entretenue. L'élaboration d'un cadre pour la collecte systématique des données qui permettront de confirmer ou de réfuter hypothèses constitue la première tâche entreprise à l'étape de la mise en oeuvre. L'information dont nous disposons actuellement concernant la baisse du rendement et les mesures à prendre pour freiner c baisse est en grande partie subjective. La stratégie proposée dans le présent document et la procédure de mise en oeuvre q décrite visent à quantifier la baisse du rendement, de même que l'incidence des diverses procédures d'entretien. Nous devo améliorer notre connaissance des facteurs qui influent sur le rendement des biens et tout particulièrement ceux ayant trait à sécurité des personnes et à la satisfaction des exigences fonctionnelles des locataires. 3.1 Nécessité d'améliorer la qualité de la gestion des biens pendant leur cycle de vie Les matériaux ou les systèmes en usage dans les immeubles n'ont pas tous la même efficacité initiale et ne donnent pas tous le même rendement à long terme. Il est préférable de contrôler l'état des biens tout au long de leur durée de vie. En entretenant convenablement les installations, le propriétaire ou l'exploitant prolongera la durée de vie de ces dernières. Même si ces trois affirmations sont généralement reconnues, bon nombre des mots clés qu'elles renferment n'ont pas été ou peuvent être définis avec certitude. Notre connaissance de la mesure dans laquelle la détérioration du matériel influe sur le rendement global est très limitée. Souvent, on n'en sait encore moins sur les mécanismes de détérioration eux-mêmes. Co nos connaissances sont très limitées, nous pouvons difficilement nous prononcer objectivement sur le rendement, les durées ou la justesse du choix d'un matériau ou d'un calendrier d'entretien. De toute évidence, il faut en savoir plus sur la baisse du rendement des systèmes de construction pour qu'on puisse prévoir déterminer à quel moment ces systèmes ne pourront plus remplir leur fonction. En résumé, il faut définir leur durée de vie pourra alors prendre les mesures qui s'imposent pour faire concorder la durée de vie des différents systèmes et la durée de v estimative de l'ensemble de l'installation.

13 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie 7 Il est important de trouver les causes de la baisse du rendement pour éviter que cela se reproduise et pour que les connaissa acquises dans ce domaine servent à l'élaboration de stratégies de redressement. Une fois qu'on aura compris et défini les processus de dégradation, on pourra prévoir le rendement d'une installation à n'importe quel moment de son cycle de vie, des comparaisons relatives entre le rendement des différentes options de construction et évaluer l'incidence des scénarios d'entretien sur le cycle de vie et la valeur des installations. Pour pouvoir entreprendre de telles analyses, il faut disposer de données financières puisque l'efficacité de toute option rete n'est pas nécessairement directement proportionnelle au coût de sa mise en oeuvre ou aux coûts de fonctionnement et d'ent «Pour évaluer la rentabilité des opérations du Programme (biens immobiliers), la Direction générale du logement (Biens immobiliers) continuera d'établir des indicateurs de rendement afin de pouvoir faire certaines comparaisons (comparaison des coûts unitaires avec le secteur privé et d'une région à l'autre, objectifs en ce qui a trait au retour du capital investi, etc.» 1 On reconnaît donc qu'il faut établir d'autres indicateurs de rendement. Si l'on veut évaluer d'une façon réaliste la valeur re de divers biens ou leur rendement antérieur, il faut que l'analyse soit fondée sur le rendement réel de chaque bien tout au lo son cycle de vie. 1 POP , Programme des biens immobiliers - Gestion des biens - Méthodes d'exploitation

14 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie Cadre actuel d'assurance de la qualité Services gouvernementaux Canada (SGC) fournit aux ministères et aux organismes clients des locaux de bureaux et des lo polyvalents et il soutient les services techniques qui s'y rattachent. La capacité de SGC d'assurer le niveau de service dema par ses clients dépend d'un grand nombre de facteurs, l'un des plus importants étant une étroite collaboration et communic entre les directions générales. Il nous faut reconnaître que le fait que SGC fournisse des installations répondant, au départ, aux besoins du client ne signi nécessairement que le client est satisfait ou que les installations seront toujours pertinentes. Il est extrêmement important q installations fournies aux clients soient de la plus haute qualité et qu'elles soient conformes aux exigences et au budget établ clients doivent bien comprendre que, pour que le service demeure satisfaisant, il faut assurer un entretien permanent. Le b est de fournir une installation fonctionnelle ayant une durée de vie optimale et de maintenir les coûts d'entretien à un nivea Rôle de la Direction générale de Biens immobiliers La mission de la Direction générale de Biens immobiliers est de gérer un portefeuille diversifié de biens immobiliers fédérau manière à loger convenablement les locataires du gouvernement fédéral et à optimiser les sommes investies dans ces installations. Deux des activités entreprises par la Direction générale de Biens immobiliers représentent un intérêt particulier aux fins du présent document et sont décrites brièvement ci-dessous. - Gestion des biens - gérer les biens afin de faire en sorte qu'ils soient conformes à tous les codes et les normes nécessaires au soutien des besoins opérationnels des locataires et du public, que les décisions prises en ce qui a trait à l'entretien assurent un rendement du capital investi raisonnable et que les locataires fédéraux travaillent dans un milieu productif. - Gestion de l'investissement

15 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie 9 - gérer les investissements et les opérations de crédit-bail de façon que les décisions prises en matière d'investissement et de désinvestissement optimisent les avantages économiques à long terme pour l'état et tiennent compte des plans d'utilisation des terrains et des politiques des différents paliers de gouvernement. «La DG du logement (Biens immobiliers) doit veiller à maintenir la qualité du parc immobilier et faire en sorte qu'il ne se détériore pas. Elle doit non seulement préserver la valeur économique des biens immobiliers, mais aussi s'assurer que ces biens continuent de répondre aux besoins opérationnels des locataires et du public.» 2 Des plans de gestion des biens comprenant des études détaillées sur l'état des immeubles sont en train d'être élaborés pour c bien immobilier de SGC. L'examen des immeubles de bureaux de SGC devrait prendre fin en mars Voici quelques des points traités dans ces plans : prise en considération des besoins des locataires, utilisation et fonctions des immeubles, réparation VS aliénation et efficacité de la gestion du triple point de vue du locataire, du rendement de l'immeuble et du rendement du capital investi. La Direction générale de Biens immobiliers est en train de revoir ses politiques, ses pratiques et ses procédures de gestion d recettes, y compris certaines fonctions telles que la génération, la comptabilisation, la prévision et la perception des recettes améliorant son processus de gestion, la DG espère maximiser ses recettes Rôle des directions générales de service Une des principales responsabilités des directions générales de service envers Biens immobiliers est de lui fournir les compé spécialisées dont il a besoin pour évaluer la qualité et la valeur techniques des biens immobiliers. Les Services 2 POP , Programme des biens immobiliers - Aperçu

16 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie 10 d'architecture et de génie (SAG) offrent les services de planification, de conception et de construction et fournissent de l'aide conseils dans les domaines de l'architecture et du génie. Les gestionnaires de biens immobiliers obtiennent des Services de l'immobilier les services d'exploitation, d'entretien et de gestion immobilière requis. Selon l'envergure et le genre de projet, de Biens immobiliers aura recours aux services des gestionnaires de projet des Services d'architecture et de génie ou des Ser de l'immobilier. Les directions générales s'assurent que les installations et les biens immobiliers sont conçus, construits et entretenus conform aux codes existants et aux techniques de pointe. L'évaluation technique des biens de SGC est habituellement effectuée par personnel de la Direction générale de service. Les directions générales déterminent aussi la durée de vie prévue des installa les coûts de fonctionnement et d'entretien qui s'y rattachent Qualité assurée grâce au Système de réalisation des projets TPC (SGC) a comme politique d'utiliser le Système de réalisation des projets (SRP) pour tous les projets immobiliers auxq participe. Cette politique s'applique aussi aux projets de construction, ainsi qu'aux projets d'aménagement ou de réparatio installations existantes et louées et elle vise à assurer la qualité initiale du bien immobilier. Les responsables du SRP reconnaissent que pour la première étape de la réalisation de tout projet, soit l'étape de la planification, il faut absolument obtenir des données de différents intervenants ayant des connaissances spécialisées. Les travaux de planification débouchent sur la production d'un Rapport d'évaluation de l'investissement. Ce rapport renferme des détails sur les besoins, les objectifs, la solution recommandée, le budget et le calendrier d'exécution. T les solutions possibles y sont examinées et une recommandation est formulée quant à la solution la plus susceptible de satisfa aux exigences. La comparaison de la valeur relative des différentes options prend habituellement la forme d'une analyse coût global. Une comparaison est établie entre les dépenses nettes liées à la possession et à l'exploitation d'une installation pendant toute sa vie utile et les recettes que l'on peut en tirer au cours et à la fin de la vie utile de cette installation. Le Rap

17 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie 11 d'évaluation de l'investissement sert de guide à tous ceux qui participent aux autres phases de la réalisation du projet et il in donc considérablement sur la qualité initiale du produit pouvant être fourni. À l'étape de la définition du projet, on quantifie la qualité requise définie dans le Rapport d'évaluation de l'investissement L'Exposé de projet définit les exigences du projet sous forme de critères techniques vérifiables et il expose la stratégie de mise en oeuvre. La mise en oeuvre du projet doit se faire conformément à la stratégie définie dans l'exposé du projet. Pour évaluer l'efficacité de l'exécution du projet, on se fonde sur les critères relatifs aux contenu, aux coûts, au temps d'exécution et à la q du travail. Ces critères sont définis dans le Rapport d'évaluation de l'investissement et dans l'exposé du projet. C'est à l'étape de la mise en service qu'on vérifie si le produit final donne un rendement conforme aux attentes initiales. L'installation est mise en service. Le résultat de cette étape est la fourniture d'une installation donnant le rendement prévu dotée d'un personnel qui connaît bien les exigences de fonctionnement et d'entretien. Le Rapport de mise en service compare le rendement réel au rendement prévu. En ce qui a trait à la durée de vie future de l'installation, c'est l'étape la p importante du SRP car si la mise en service est omise ou mal exécutée, l'installation aura beaucoup moins de chances de fo le rendement prévu (voir la section 3.2.4). À l'étape du fonctionnement, on fait en sorte que l'installation mise en service réponde aux besoins définis au cours des premières étapes de la réalisation du projet. Le cas échéant, ces besoins sont exprimés dans des conventions d'occupation ou d'utilisation. L'étape de l'évaluation consiste à comparer méthodiquement les résultats obtenus à ceux prévus. Elle consiste également rassembler les données recueillies sur le rendement afin qu'on puisse servir pour planifier d'autres projets (feedback pour le Étape de la planification). À la fin de cette étape, un Rapport d'évaluation est produit.

18 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie Maintien de la qualité de l'installation mise en service Une fois l'étape du fonctionnement terminée, le dépositaire doit veiller à ce que l'installation fournisse un bon rendement. I arrive souvent que les opérations courantes soient effectuées par les mêmes personnes qui ont rendu l'installation opérationn (étape du fonctionnement), habituellement des gestionnaires immobiliers de la DG des services de l'immobilier de SGC. (D pages qui suivent, nous tenons pour acquis que la gestion des installations est prise en charge par le personnel de SGC.) Les gestionnaires immobiliers prévoient chaque années un budget F&E pour effectuer certains travaux dans un immeuble. fois réglées les questions relatives à la santé et à la sécurité, il faut idéalement donner la priorité aux travaux qui, s'ils ne son exécutés, auront une influence néfaste sur la fonctionnalité de l'installation ou sur son rendement. Le rendement d'une installation tout au long de son cycle de vie est directement lié aux méthodes de fonctionnement et d'entretien utilisées. La compréhension de l'interrelation et de l'importance relative des différents systèmes d'une installation dépend de la qualité d Rapport de mise en service et de la compétence du gestionnaire immobilier. Le Système de soutien en matière d'entretien préventif (SSEP) est une base de données en cours d'élaboration. La responsabilité de l'élaboration de ce système incombe à la DG des services de l'immobilier. Le but du SSEP est de fournir rapidement des données sur les exigences et les états d'entretien, les propriétés matérielles et les spécifications, de même que l'inspection de toutes les composantes utilisées dans les systèmes des installations entretenues par la DG des services de l'immobilier. Les gestionnaires de biens évaluent le plan d'investissement global établi pour un parc immobilier, en tenant compte du rendement des biens pendant toute leur durée de vie prévue. Les renseignements sur les divers projets devant être financés soumis par les gestionnaires immobiliers pour fins d'examen. Les gestionnaires de biens doivent examiner tous les facteurs influent sur la capacité d'une installation particulière à remplir des fonctions prédéterminées. Plus l'installation fournira un rendement fiable, plus sa durée de vie prévue et sa capacité de générer des recettes augmenteront.

19 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie 13

20 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie Lacunes du cadre actuel Un des objectifs de la DG de Biens immobiliers est de faire en sorte que les décisions prises, relativement à l'entretien des installations, lui permettront d'obtenir un taux de rendement du capital investi satisfaisant. Or, il lui sera impossible de pre des décisions objectives sans une connaissance approfondie de la durée de vie (antérieure et future) des installations et de l'incidence des divers scénarios d'entretien. Les décisions d'investir ou de désinvestir devraient, en partie, être fondées sur le potentiel qu'offre une installation. Les plans de gestion des biens élaborés par Biens immobiliers sont très utiles. On peut toutefois mettre en doute l'applicabi données recueillies sur l'état des installations : comme ces données portent sur un état antérieur (données statiques), elles ne donnent pas nécessairement d'indication sur le rendement futur de l'installation. Pour pouvoir gérer la production des rece que l'on tire d'une installation, il faut disposer de prévisions fiables sur la durée de vie future de cette installation et d'indicat sur les interruptions éventuelles dans sa capacité de générer des recettes. La construction et l'entretien des installations sont généralement confiées à des personnes très expérimentées. Le choix des matériaux et des scénarios et calendriers d'entretien est souvent fondé sur des «convictions profondes» et sur les «procédure normales d'exploitation». Pour prévoir la durée de vie prévue des composantes d'un immeuble, on procède de façon empi on se fonde sur le rendement fourni par les fabricants et sur les caractéristiques techniques des matériaux. Ces pratiques, même si elles donnent habituellement des résultats satisfaisants, manquent relativement de souplesse, elles ne permettent pas de comparer les solutions de rechange et elles rendent difficile le transfert des bases de connaissances. Peu connaissances sont transmises sur la durée de vie des systèmes d'une installation donnée ou sur l'incidence de certains scéna d'entretien sur la durée de vie des installations. La technologie courant ne nous permet pas de déterminer facilement et ave précision la durée de vie des installations (la durée de vie initiale ou les années qui restent).

21 gestion des biens tout au long de leur cycle de vie 15 L'utilité d'une analyse du coût global pour l'évaluation des options repose sur la détermination précise de la durée de vie du et des coûts et des recettes qui peuvent en découler pendant toute la durée de vie de ce bien. On avait l'habitude de faire u analyse pour examiner le rendement financier d'un bien avant que son cycle de vie commence ou une fois ce cycle terminé le premier cas, l'analyse est spéculative et dans le second, elle a simplement une importance historique. Le budget des immobilisations et le budget annuel d'entretien des installations sont deux budgets distincts. Pour cette raiso arrive souvent qu'on ne tienne pas compte de l'incidence que peut avoir la conception initiale sur le rendement à long term immobilisations et sur leur entretien. La durée de vie des installations et les budgets d'entretien peuvent varier considérable selon le choix des matériaux, des composantes et des systèmes.

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS 1 sur 9 COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS (L'article intégral est paru dans Gestions Hospitalières n 357 de juin-juillet 1996) Pour plus d'informations concernant

Plus en détail

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Unité de stratégie informatique de la Confédération USIC Friedheimweg 14, 3003 Berne Téléphone 031 32 245

Plus en détail

Ligne directrice. Critères de prêts commerciaux. N o : E-2 Date : Juin 1992

Ligne directrice. Critères de prêts commerciaux. N o : E-2 Date : Juin 1992 Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Une introduction au nouveau guide de la SCHL sur les réserves de remplacement

Une introduction au nouveau guide de la SCHL sur les réserves de remplacement Supplément technique à l intention des coopératives qui ont Octobre 1998 une convention d exploitation administrée par la SCH Une introduction au nouveau guide de la SCH sur les réserves de remplacement

Plus en détail

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux

La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Canadian Council on Animal Care Conseil canadien de protection des animaux La certification des programmes de soin et d utilisation des animaux Cette politique regroupe et remplace la Politique du CCPA

Plus en détail

Immobilisations et entretien. Systèmes d'alimentation et distribution électrique. 1.0 Objet. 2.0 Portée. 3.0 Autorisations et références

Immobilisations et entretien. Systèmes d'alimentation et distribution électrique. 1.0 Objet. 2.0 Portée. 3.0 Autorisations et références Guide sur les Programmes pour les Indiens Volume 1 Immobilisations et entretien Systèmes d'alimentation et distribution électrique 1.0 Objet 1.1 La présente directive énonce la politique du ministère des

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Introduction Ce document est une introduction aux huit principes de management sur lesquels sont fondées les normes relatives au système de management de la série

Plus en détail

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES Direction du développement des entreprises Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications : janvier 1995 Réédité

Plus en détail

Immobilisations corporelles Mise en œuvre du chapitre 3150 Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick. Octobre 2010

Immobilisations corporelles Mise en œuvre du chapitre 3150 Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick. Octobre 2010 Immobilisations corporelles Mise en œuvre du chapitre 3150 Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick Octobre 2010 Title / Titre Examen du modèle d'inventaire Examen du guide Identification des biens Coûts

Plus en détail

Conditions Générales Location d équipements terminaux

Conditions Générales Location d équipements terminaux Conditions Générales Location d équipements terminaux Vous trouverez dans le présent document les conditions générales qui s'appliquent à la location des équipements terminaux de Orange. Elles peuvent

Plus en détail

RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Août 2000

RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Août 2000 A Hydro-Québec Requête R-3401-98 RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Original : 2000-11-21 HQT-13, Document 1.1.2 (En liasse) 1 1. PRINCIPES ET RÈGLES DE FACTURATION INTERNE

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-3 Réponses globales... 4-6 Procédures d'audit

Plus en détail

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Instructions aux Candidats Les présentes Lignes directrices sont fournies à titre indicatif pour l'élaboration et la soumission

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel 2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel Bernard ESPINASSE Professeur à l'université d'aix-marseille Plan Les Activités du GL Analyse des besoins Spécification globale Conceptions architecturale

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

ANNEXE D relative à l approbation du système d entretien d un exploitant de services aériens

ANNEXE D relative à l approbation du système d entretien d un exploitant de services aériens ANNEXE D relative à l approbation du système d entretien d un exploitant de services aériens 1.- L objet de la présente annexe est de rappeler les obligations de l exploitant en matière d entretien de

Plus en détail

Le processus de certification BOMA BESt :

Le processus de certification BOMA BESt : Le processus de certification BOMA BESt : De l'inscription à la certification GUIDE D'ACCOMPAGNEMENT Version 2 du programme BOMA BESt (révision Juillet 2013) Page 8 Le processus de certification BOMA BESt

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire Responsabilité de gestion : Secrétariat général Date d approbation : 24 avril 1979 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 24 avril 1995 Date

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Publication no 5 immeubles de placement

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Publication no 5 immeubles de placement Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Publication no 5 immeubles de placement Les normes internationales d'information financière (IFRS) et les principes comptables généralement reconnus (PCGR)

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL ET : SPÉCIMEN. Téléphone : No du membre. Courriel :

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL ET : SPÉCIMEN. Téléphone : No du membre. Courriel : CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL 1. PARTIES ENTRE : Représenté par : 2. OBJET DU CONTRAT Les services de L'INSPECTEUR sont retenus par l'acheteur (LE CLIENT)

Plus en détail

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5 Bureau du surintendant des institutions financières Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2

Plus en détail

Faites-vous «pré-approuvé»

Faites-vous «pré-approuvé» Faites-vous «pré-approuvé» Être pré-approuvé veut dire que votre banque ou institution financière est déjà prête à vous endosser jusqu'à une limite déterminé par vos revenus et vos dépenses. Il y a de

Plus en détail

Université du Québec à Trois-Rivières Politique de gestion des documents actifs, semi-actifs et inactifs de l'u.q.t.r.

Université du Québec à Trois-Rivières Politique de gestion des documents actifs, semi-actifs et inactifs de l'u.q.t.r. Université du Québec à Trois-Rivières Politique de gestion des documents actifs, semi-actifs et inactifs de l'u.q.t.r. (Résolution 398-CA-3497, 25 novembre 1996) 1. Énoncé Par cette politique, l'université

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

NORME PROFESSIONNELLE (À

NORME PROFESSIONNELLE (À NORME PROFESSIONNELLE (À utiliser pour décrire des emplois de la chaîne d'approvisionnement, réaliser des évaluations du rendement, élaborer des plans de carrière, etc.) Description du poste (selon la

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

Offre de services. PHPCreation Inc. info@phpcreation.com - www.phpcreation.com. Date : 2015. Présenté à : À l'attention de : Représentant :

Offre de services. PHPCreation Inc. info@phpcreation.com - www.phpcreation.com. Date : 2015. Présenté à : À l'attention de : Représentant : Date : 2015 Offre de services Présenté à : À l'attention de : Représentant : PHPCreation Inc. T- info@phpcreation.com - www.phpcreation.com Table des matières OFFRE DE SERVICES... 3 SOMMAIRE EXÉCUTIF...

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2008 Table des matières Rapport des vérificateurs 2 États financiers Bilan 3 État des résultats

Plus en détail

Le compteur d eau individuel

Le compteur d eau individuel Le compteur d eau individuel Le comptage individuel, qui peut être une source d'économies, peut aussi être une source de complications s'il ne fait pas l'objet d'une mise en oeuvre rigoureuse. Avant de

Plus en détail

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE JUIN 1999 Exigences minimales relatives à la protection des

Plus en détail

TECHNICIENS EN GÉNIE INDUSTRIEL ET EN GÉNIE DE FABRICATION. Poste : Conditions d accès à la profession : INDUSTRIEL ET EN GÉNIE DE FABRICATION

TECHNICIENS EN GÉNIE INDUSTRIEL ET EN GÉNIE DE FABRICATION. Poste : Conditions d accès à la profession : INDUSTRIEL ET EN GÉNIE DE FABRICATION Norme professionnelle (Pour décrire des emplois de la chaîne d'approvisionnement, réaliser des évaluations du rendement, élaborer des plans de carrière, etc.) Poste : Description du poste (selon la définition

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

PROGRAMMES ET DES PARTENARIATS EN MATIÈRE D'ÉDUCATION ET DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL INFRASTRUCTURES COMMUNAUTAIRES

PROGRAMMES ET DES PARTENARIATS EN MATIÈRE D'ÉDUCATION ET DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL INFRASTRUCTURES COMMUNAUTAIRES RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION (CVÉ), DE MESUR DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 09 1) Le Ministère devrait continuer de fournir de l assistance aux Premières nations pour la construction,

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

La disponibilité de vos équipements, notre priorité Service client GEA

La disponibilité de vos équipements, notre priorité Service client GEA La disponibilité de vos équipements, notre priorité Service client GEA engineering for a better world GEA Food Solutions ACADÉMIE GEA La rentabilité est vitale et des facteurs tels que la disponibilité

Plus en détail

Processus Gestion de Projet

Processus Gestion de Projet Processus Gestion de Projet 1 / 11 Contenu 1 Introduction... 3 2 Le cycle de vie du projet... 4 2.1 Présentation... 4 2.2 Cycle de vie d un projet... 5 2.3 Les livrables... 5 3 Les étapes du management

Plus en détail

DÉCLARATION DES RISQUES

DÉCLARATION DES RISQUES DÉCLARATION DES RISQUES Tenant compte du fait que CM Marketing Associates Ltd accepte de conclure, à la base de gré à gré ( OTC ) des contrats financiers pour différences ( CFD ) et contrats de change

Plus en détail

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ Date d entrée en vigueur: Mai 2006 Remplace/amende: VRS-52/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-52 DÉFINITION Une substance biologique dangereuse se définit comme un organisme

Plus en détail

Page 1 of 8. août 2010

Page 1 of 8. août 2010 note d'orientation concernant la certification et les services connexes NOV-46 communications avec les cabinets d'avocats dans le contexte des nouvelles normes de comptabilité et d'audit TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie Les sociétés de logement de service public gèrent un parc de

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation des participations dans : (a) les coentreprises

Plus en détail

Options d encaissement de l indemnité de départ

Options d encaissement de l indemnité de départ Options d encaissement de l indemnité de départ Membres de l APASE 9 avril 2014 www.boston.com/wasserman Ordre du jour Indemnité de départ Scénario Recommandation Formulaires pour paiement Prestations

Plus en détail

Rapport du Conseil synodal sur la gestion du parc immobilier

Rapport du Conseil synodal sur la gestion du parc immobilier 158 e session du Synode, 10 juin 2009 Annexe 4 Rapport du Conseil synodal sur la gestion du parc immobilier Gestion du parc immobilier, en bref : Il y a plus d'un quart de siècle que le Synode s'interroge

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN BÂTIMENT PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN BÂTIMENT PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN BÂTIMENT PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL Numéro de dossier 120514B ENTRE : Nicole Leblanc Léo Ferré 4545 rue des Sitelles, Montréal, Qc, T.P.S. # : 145111191 T.V.Q. #

Plus en détail

État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016

État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016 État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016 1. Mandat et objectifs La Commission canadienne des grains a été créée en 1912. Elle est l organisme fédéral qui administre les dispositions de la Loi

Plus en détail

ACCORD DE PRÊT. Membre ou Conseil de (ci-après appelé «l'emprunteur»)

ACCORD DE PRÊT. Membre ou Conseil de (ci-après appelé «l'emprunteur») ACCORD DE PRÊT INTERVENU CE jour du mois de 20. N o de prêt du Prêteur : ENTRE : La Société canadienne d'hypothèques et de logement ou Un prêteur approuvé par la Société canadienne d'hypothèques et de

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA États des résultats prospectifs de BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA Pour les exercices se terminant le 31 mars 2014 et le 31 mars 2015 État des résultats prospectifs (non audité) (en milliers de dollars)

Plus en détail

Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco

Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco Augmentez la précision, la vitesse et l'efficacité du déploiement d'une solution de réseau sans fil unifié Cisco. Adoptez une approche

Plus en détail

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT DÉCLARATION DE PRINCIPES CONCERNANT L'ERGONOMIE ET LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION EMBARQUÉS Introduction

Plus en détail

FAITES CONFIANCE AU NUMÉRO 1

FAITES CONFIANCE AU NUMÉRO 1 FAITES CONFIANCE AU NUMÉRO 1 PROFIL DE L'ENTREPRISE CaseWare International Inc. 145 rue King Est, 2e étage Toronto, Ontario, Canada M5C 2Y8 Téléphone: 416-867-9504 Télécopieur: 416-867-1906 Courriel: info@caseware.com

Plus en détail

Orientations sur la solvabilité du groupe

Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA-BoS-14/181 FR Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

ManageEngine IT360 : Gestion de l'informatique de l'entreprise

ManageEngine IT360 : Gestion de l'informatique de l'entreprise ManageEngine IT360 Présentation du produit ManageEngine IT360 : Gestion de l'informatique de l'entreprise Améliorer la prestation de service à l'aide d'une approche intégrée de gestion des performances

Plus en détail

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur;

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur; Arrêté royal du 4 décembre 2012 concernant les prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail (M.B. 21.12.2012) Section I er. - Champ d'application et définitions

Plus en détail

MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT

MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT RÉPONSES D HYDRO-QUÉBEC À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS DE LA RÉGIE Page 1 de 12 1 Référence : HQD-16, document 1, page 17 de 21 «La DSR a négocié

Plus en détail

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix?

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? Jamie Golombek L épargne est une pratique importante. Elle nous permet de mettre de côté une partie de nos revenus actuels afin d en profiter

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire L application de cette politique est sous la responsabilité du cadre de direction qui remplit les fonctions de secrétaire général Adopté par le conseil d administration

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 138/5 Logiciels Introduction La Commission a consacré une étude approfondie au traitement comptable de la création ou de l acquisition d un logiciel par une entreprise,

Plus en détail

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre. Assurance qualité/contrôle qualité

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre. Assurance qualité/contrôle qualité Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre Assurance qualité/contrôle qualité Version 2, avril 2012 Public cible et objectif des supports de formation Ces supports de formation

Plus en détail

LES CONTRÔLES DES COMPTES

LES CONTRÔLES DES COMPTES FINADOC www.finadoc.com et www.conseils-financiers.com Prendre de la hauteur de vue sur la finance et le patrimoine. De meilleures décisions en toute indépendance. LES CONTRÔLES DES COMPTES Bureaux : 270

Plus en détail

COMPTABILITÉ DE GESTION

COMPTABILITÉ DE GESTION COMPTABILITÉ DE GESTION Direction du développement des entreprises Préparé par Jacques Villeneuve c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications : septembre 1997 Réédité par la Direction

Plus en détail

CADRE DE TRAVAIL. Mai 2008. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 1

CADRE DE TRAVAIL. Mai 2008. Autorité des marchés financiers - Mai 2008 Page 1 CADRE DE TRAVAIL Principes à suivre pour les coopératives de services financiers adoptant une approche de notation interne pour le risque de crédit et / ou une approche standard ou de mesure avancée pour

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

Canada. m y 1*1. 8^1 Agriculture AUG. f/jfwjêkw. Canada. Canadian Agriculture Llbrary Bibliothèque canadienne de l'agriculture Ottawa K1 A 0C5

Canada. m y 1*1. 8^1 Agriculture AUG. f/jfwjêkw. Canada. Canadian Agriculture Llbrary Bibliothèque canadienne de l'agriculture Ottawa K1 A 0C5 Canada 8^1 Agriculture Canada Canadian Agriculture Llbrary Bibliothèque canadienne de l'agriculture Ottawa K1 A 0C5 AUG ftïiï? ] 3 I999 1*1 m y f/jfwjêkw Agriculture et Agroalimentaire Canada Agriculture

Plus en détail

ISO/CEI 20000-1 NORME INTERNATIONALE. Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services

ISO/CEI 20000-1 NORME INTERNATIONALE. Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 20000-1 Deuxième édition 2011-04-15 Technologies de l'information Gestion des services Partie 1: Exigences du système de management des services Information technology Service

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

PRINCIPES ET DIRECTIVES POUR L'ÉTABLISSEMENT ET L'APPLICATION DE CRITÈRES MICROBIOLOGIQUES RELATIFS AUX ALIMENTS

PRINCIPES ET DIRECTIVES POUR L'ÉTABLISSEMENT ET L'APPLICATION DE CRITÈRES MICROBIOLOGIQUES RELATIFS AUX ALIMENTS PRINCIPES ET DIRECTIVES POUR L'ÉTABLISSEMENT ET L'APPLICATION DE CRITÈRES MICROBIOLOGIQUES RELATIFS AUX ALIMENTS CAC/GL 21-1997 1. INTRODUCTION 1. Les maladies causées par les pathogènes d'origine alimentaire

Plus en détail

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec)

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) États financiers Au 31 décembre 2014 Accompagnés du rapport de l'auditeur indépendant Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC Janvier 2010 PRINCIPES CLÉS DE L ORIENTATION FUTURE DU CADRE RÉGLEMENTAIRE CANADIEN DE SUFFISANCE DES CAPITAUX EN ASSURANCE DE DOMMAGES

Plus en détail

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE Plan des consultations avec les parties prenantes extérieures pendant la phase 2 de l examen et de la

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

LA QUALITE DU LOGICIEL

LA QUALITE DU LOGICIEL LA QUALITE DU LOGICIEL I INTRODUCTION L'information est aujourd'hui une ressource stratégique pour la plupart des entreprises, dans lesquelles de très nombreuses activités reposent sur l'exploitation d'applications

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

Découvrir rapidement la création d'une entreprise

Découvrir rapidement la création d'une entreprise Découvrir rapidement la création d'une entreprise Pour construire un projet de création d'entreprise et augmenter ses chances de succès, il est recommandé d'agir avec méthode en respectant des étapes chronologiques.

Plus en détail

Précisions à propos des services de placement. Ordres et politique d'exécution des ordres

Précisions à propos des services de placement. Ordres et politique d'exécution des ordres Précisions à propos des services de placement Ordres et politique d'exécution des ordres Introduction Dans les Précisions à propos des services de placement, DEGIRO donne le contenu détaillé des accords

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D INSPECTION PRÉACHAT D UN IMMEUBLE RÉSIDENTIEL

CONVENTION DE SERVICE D INSPECTION PRÉACHAT D UN IMMEUBLE RÉSIDENTIEL CONVENTION DE SERVICE D INSPECTION PRÉACHAT D UN IMMEUBLE RÉSIDENTIEL 1. PARTIES La présente convention de service est conclue Entre et Claude Couture inspecteur en bâtiments 1765, rue Roberval Québec

Plus en détail

Plus500CY Ltd. Mise en garde contre les risques

Plus500CY Ltd. Mise en garde contre les risques Plus500CY Ltd. Mise en garde contre les risques Mise en garde contre les risques Le CFD peut mettre votre capital en péril s'il est utilisé de manière spéculative. Les CFD sont considérés comme comportant

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Guide concernant les formulaires Annonce préalable de besoin et Formulation de besoin

Guide concernant les formulaires Annonce préalable de besoin et Formulation de besoin Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports DDPS armasuisse Immobilier keine Klassifikation Etat au 18.03.2015 Guide concernant les formulaires Annonce préalable

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

La responsabilité de l'administration des prestations reste celle de l'administrateur.

La responsabilité de l'administration des prestations reste celle de l'administrateur. Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario SECTION : INDEX N O : TITRE : APPROUVÉ PAR : PUBLICATION : DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : Notes d'orientation sur les

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

Guide de l'utilisateur NaviPlan : Calculatrices (Volume II sur VI)

Guide de l'utilisateur NaviPlan : Calculatrices (Volume II sur VI) Guide de l'utilisateur NaviPlan : Calculatrices (Volume II sur VI) Version canadienne - NaviPlan v15.0 Droits d'auteur et droits de marques de commerce Droit d'auteur 2013-2014 Advicent LP et ses filiales

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

Genève, le 1 er février 2011. Information N 1/2011. Déductibilité des frais d'entretien des immeubles privés. Table des matières

Genève, le 1 er février 2011. Information N 1/2011. Déductibilité des frais d'entretien des immeubles privés. Table des matières REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des finances Administration fiscale cantonale AFC Direction générale Case postale 3937 1211 Genève 3 N/réf. : DHL/YG/SL Genève, le 1 er février 2011 Information

Plus en détail

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Annexe C. Éléments d'analyse financière 143 ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Résumé Cette annexe présente quelques éléments comptables qui peuvent servir à l'analyse financière des entreprises.

Plus en détail

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 Amt für Gemeinden GemA Rue de Zaehringen 1, 1701 Fribourg T +41 26 305 22 42, F +41 26 305 22 44 scom@fr.ch, www.fr.ch/scom Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 1. Comptes de fonctionnement

Plus en détail

Rayonnages. Guide de bonnes pratiques en matière de sécurité au travail. Inspection & Entretien

Rayonnages. Guide de bonnes pratiques en matière de sécurité au travail. Inspection & Entretien Guide de bonnes pratiques en matière de sécurité au travail Rayonnages Inspection & Entretien De l'inspection par les experts au remplacement des pièces de rayonnages défectueuses selon la norme DIN EN

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Comprendre les états financiers

Comprendre les états financiers Comprendre les états financiers comprendre Comprendre les états financiers Cette brochure est aussi disponible en format électronique. Visitez la section «Publications» de notre site au www.ocaq.qc.ca.

Plus en détail