TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION"

Transcription

1 TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION Novembre 2008

2 1. Contexte La gestion des systèmes d éducation et de formation demeure de plus en plus confrontée à des défis croissants du fait des pressions endogènes inhérentes à l évolution économique, technologique et pédagogique mais également à la complexité croissante de la demande sociale vis-à-vis de l école et des institutions de formation. Par souci de relever ces défis, de nombreux pays francophones du Sud ont adopté à la suite du forum mondial sur l Education en 2000 à Dakar, des Programmes d Education Pour Tous (EPT) qui ont fait émerger au niveau national et international de nouveaux cadres de connaissances, d'action et d exigence par rapport au développement du secteur éducatif. Depuis, des efforts importants sur les plans techniques et financiers ont été déployés dans les systèmes éducatifs qui ont alors connu un développement important presque partout, dans le domaine de l accès avec des taux de scolarisation dans l enseignement élémentaire de plus en plus proche des 100%. Cependant, la qualité et le pilotage demeurent une grande préoccupation. Les taux de promotion restent encore faibles, les redoublements élevés ainsi que les abandons. Les pourcentages de réussite aux différents examens de fin de cycle demeurent faibles et présentent des écarts aberrants d une année à l autre ; ce qui est la conséquence d une non maîtrise des techniques d évaluation (non pertinence des épreuves, correction défectueuse ).. En effet, ces enjeux politiques, économiques et sociaux d'éducation corrélés à la recherche permanente de la «qualité» dans les interventions ont fait aujourd hui de l évaluation un outil indispensable à la conception et à la mise en œuvre efficace des politiques publiques d éducation et de formation. A cet égard, plusieurs fonctions sont assignées à l évaluation dans les systèmes d éducation et de formation : - L évaluation comme outil de pilotage des systèmes éducatifs, - L évaluation comme outil de certification des apprentissages, - L évaluation comme outil de formation des apprenants, - L évaluation comme outil de mesure des performances des apprenants et de comparaison des performances des pays. Par conséquent, l évaluation en tant qu outil de mesure garantissant une objectivité scientifique dans l élaboration et la mise en œuvre des stratégies publiques de pilotage des systèmes demeure incontournable. Elle devient un instrument de bonne gouvernance pour certains, 2

3 même si elle soulève quelques fois bien des controverses dans les milieux scientifiques et politiques. Pour accompagner cette dynamique, de nombreux mécanismes et stratégies sont aujourd hui mis au point au plan international et timidement à l échelle de certains pays afin de bâtir un cadre cohérent de mise en œuvre et de suivi-évaluation des nouveaux objectifs assignés à l éducation. Cependant, force est de constater que d innombrables disparités existent et continuent à persister entre pays. C est pourquoi, la Conférence des Ministres de l Éducation des pays ayant le français en partage (CONFEMEN) s est résolument engagée depuis 2004 à concevoir et mettre en œuvre un vaste projet d institutionnalisation de l évaluation, sous ses différentes formes, au sein des systèmes éducatifs francophones. A ce titre, en rapport avec l OIF, les départements ministériels en charge de l éducation et de la formation ainsi que des organisations professionnelles intervenant dans le secteur de l éducation et de la formation, des groupes techniques et thématiques de réflexion/recherche-action portant sur les différents aspects des politiques d éducation et de formation ont été mis en place et un cadre d orientation pour l évaluation élaboré en vue d améliorer la qualité et la gouvernance du secteur. Ces instruments de mesure/contrôle permettent à la fois aux chercheurs et gestionnaires du système de disposer d outils fiables et scientifiques d évaluation mais offrent aussi aux décideurs politiques des opportunités de choix face aux différents scénarii que les évaluations sont susceptibles de mettre en exergue. 2. Justification L élaboration de ces termes de référence s inscrit dans le cadre de la politique de la CONFEMEN qui vise à faire connaître ses positions par rapport aux thèmes discutés en session ministérielle à travers la publication d un document de réflexion et d orientation. En effet, la thématique de la 51 e session ministérielle tenue à Maurice, en 2004, portait sur l évaluation des systèmes éducatifs. Elle a permis aux Ministres d échanger sur les enjeux de l évaluation dans un contexte marqué par les défis de l Education pour tous (EPT). Les participants à cette session ont unanimement constaté que l atteinte des objectifs de l EPT passe par l adoption de politiques éducatives plus efficaces, c est-à-dire qui permettent une meilleure transformation des ressources en résultats chez les élèves. Dans cette perspective, l institution de l évaluation sous ses différentes formes permettra, d une part, d identifier les voies par lesquelles ces gains d efficience pourront être obtenus et, d autre part, de rendre compte à la communauté nationale et internationale des progrès réalisés. C est 3

4 dans ce cadre que les Ministres des pays membres de la CONFEMEN se sont engagés à favoriser la mise en place de systèmes d évaluation et à développer une culture de l évaluation dans les pays membres. L évaluation : une exigence dans la mise en œuvre des programmes sectoriels Concernant le secteur de l éducation, les pays engagés dans le processus d initiative d allègement de la dette des PPTE, des OMD ou d Initiative de mise en œuvre accélérée de l Éducation pour tous (IMOA-EPT) ont le plus souvent élaboré et voté une loi d orientation ou ont adopté, en Conseil des Ministres, une lettre de politique sectorielle. Dans ce cadre, ils ont établi des plans ou programmes à court ou long terme, le plus souvent décennaux. A cet effet, les décideurs se sont engagés dans un dialogue avec les partenaires techniques et financiers et sont ainsi amenés à rendre compte de leur engagement, tout comme ils le font a l égard d organismes internationaux qui assurent le suivi des politiques (auxquels lesdits partenaires techniques et financiers participent également). Ceci vaut, par exemple, pour la mise en oeuvre des DSRP ou des programmes décennaux de l éducation, qui sont d ailleurs soumis a des examens périodiques. Ainsi, les Etats se doivent d évaluer leurs propres politiques parce que des engagements extérieurs ont été pris, mais aussi parce que, au travers des lois d orientation du système éducatif, ils ont l obligation de rendre compte des résultats à la représentation nationale et, plus largement, à la société civile. D où la nécessité de se doter d un dispositif national d évaluation s appuyant sur un «tableau de bord» constitué d une série d indicateurs. Un dispositif d évaluation permettra de mesurer les résultats atteints, d analyser les forces et les faiblesses, de faire des propositions d amélioration et enfin d élaborer des rapports d exécution techniques et financiers à l intention des partenaires et de la société civile. Des engagements publics ayant été pris, il importe que les résultats attendus soient atteints. Un pilotage s appuyant sur un dispositif permanent d évaluation est l un des moyens de réguler l action, d apporter les rectifications nécessaires et de se donner de meilleures chances d atteindre les objectifs fixés. 4

5 Pour ce faire, il convient de rechercher les facteurs qui, pour un moindre coût, sont susceptibles de produire les plus grands effets, c'est-à-dire scolariser le plus grand nombre et garantir un niveau appréciable d acquisitions scolaires de base et de qualité à chacun. Si l intention est claire, encore faut-il disposer des éléments d appréciation susceptibles de fonder un choix informé et équilibré. Sur ce point, c est largement la mesure des rendements scolaires corrélés avec les facteurs scolaires et non extrascolaires qui permet de fournir les aides nécessaires à la décision. L évaluation et les aspects économiques et financiers Nos Etats consacrent des ressources importantes (de 3% à 6% du produit intérieur brut (PIB), souvent plus du cinquième des ressources publiques) au secteur de l éducation car il est aujourd hui avéré que ce dernier constitue le meilleur investissement. Cependant des travaux de recherche dans le domaine des sciences de l éducation, parmi lesquels ceux du PASEC, ont révélé que les performances des systèmes éducatifs ne sont pas toujours corrélées positivement avec la quantité des ressources allouées. Par conséquent, les décideurs doivent mieux articuler les financements mis à disposition et les résultats escomptés. Ainsi, l enjeu premier de l évaluation des politique éducatives est celui de l efficience. Il s agit de s assurer qu il existe une relation acceptable entre les coûts et les résultats du système éducatif. Concernant la recherche d abaissement des coûts unitaires de l éducation conséquemment aux résultats de la recherche, il est évident que toute mesure allant dans ce sens a ou aura un impact direct sur les populations, qu il s agisse du niveau de recrutement et de rémunération des maîtres, de la taille des classes, des redoublements, etc. Il faut pouvoir expliquer et parfois justifier de tels choix, notamment en montrant qu ils ne se font pas au détriment de la qualité de l éducation dispensée. Là encore l évaluation trouve toute sa pertinence. Evaluation et pilotage Le faible niveau, voire l absence, de culture de l évaluation pour le pilotage des systèmes éducatifs francophones et principalement ceux du Sud amène à réfléchir sur les stratégies d une institutionnalisation de cette pratique. En effet, en dehors du SACMEQ, du PASEC et des analyses sectorielles pilotées au niveau international, les pays d Afrique francophones ont peu intégré cette forme d évaluation dans le fonctionnement de leurs systèmes d éducation et de 5

6 formation. Les études du PASEC ont révélé, entre autres résultats, les incohérences entre le redoublement et le niveau de performance des élèves, l incidence négative du redoublement sur la qualité et l efficience des systèmes éducatifs et proposé une batterie de mesure qui permettrait de réduire les coûts sans affecter la qualité. Il apparaît ainsi clairement que l évaluation occupe une place centrale dans les procédures de pilotage des systèmes éducatifs. Dans cette perspective, il y aurait des avantages certains à créer un dispositif d évaluation intégré à la vie du système et là où il existe déjà, à le renforcer ou à l intégrer au mieux aux procédures de régulation de l ensemble du système éducatif. Au regard de ces constats assez interpelants, les Ministres de la CONFEMEN ont convenu à l occasion de la 51 ème session ministérielle à l Ile Maurice en 2004, d un mémorandum sur l évaluation des systèmes éducatifs en retenant entre autres principes : - La nécessité d intégrer la fonction d évaluation au cœur de ces systèmes ; - Le besoin d articuler les politiques nationales d évaluation aux initiatives et dispositifs internationaux ; - L indispensable inscription de l évaluation dans une démarche transparente, en vue d une meilleure gouvernance et de l implication de tous dans la mise en œuvre des réformes de politiques éducatives. A cet effet, consciente de la nécessité de résorber les fortes disparités constatées dans ce domaine, la CONFEMEN s est engagée à : (i) faciliter la mise en place de dispositifs nationaux d évaluation ayant un ancrage institutionnel, adaptés et suffisamment dotés en personnels de qualité et en moyens, (ii) développer, articuler et valoriser ces dispositifs nationaux par des actions concertées de formation et par l élaboration d instruments, afin que les travaux engagés soient d une qualité technique appropriée et qu ils permettent une comparabilité internationale des résultats obtenus, (iii) et enfin promouvoir de nouvelles modalités de gestion sur le plan local fondées sur la démarche de pilotage par les résultats dans le cadre d une dynamique partenariale engageant l ensemble de la communauté éducative. La mise en œuvre d un tel processus implique à la fois des actions de formation soutenues en direction des différents acteurs, ainsi que la mise à disposition de données pertinentes pour l animation et la supervision d ensemble. C est ainsi qu un groupe de travail composé de Correspondants nationaux de la CONFEMEN s est réuni à Mbodiène (Sénégal 2006) en vue 6

7 d une meilleure appropriation du processus par les pays. Le pilotage et l expertise du projet furent depuis cette rencontre confiés au comité de pilotage mixte OIF/CONFEMEN qui a élaboré pour son fonctionnement un cahier de charge pour ses membre et défini un plan d action annuel allant jusqu à la programmation des activités d appui. Le comité a également engagé la réflexion sur les modalités de candidature, les critères et conditions d éligibilité des pays désireux de mettre en place un dispositif national d évaluation ainsi que sur les formes que pourraient prendre ce mécanisme dont la finalité est d assurer un pilotage efficace des systèmes éducatifs et d améliorer la qualité de l éducation. A cet effet, un consultant est déjà commis à la tâche d élaborer les Termes De Référence de candidature des pays. Le lancement du processus implique un appui-accompagnent technique de proximité et une coordination de qualité des actions d où la nécessité de recruter un responsable du projet qui se chargera d assurer la coordination et le suivi opérationnel aux plans financier, administratif et technique. 3. Objectifs L objectif principal poursuivi par la CONFEMEN et l OIF est d identifier et de recruter un expert international en évaluation chargé de conduire et gérer le processus de conception, de mise en oeuvre et de suivi-évaluation du projet d appui à la mise en place des dispositifs nationaux d évaluation dans les pays membres. En plus de l objectif de contribuer au développement des capacités des équipes pays à mettre en place un dispositif national d évaluation, l expert apportera des aides à la prise de décision pour gérer les choix stratégiques et opérationnels optés par le comité mixte de pilotage et d expertise OIF/CONFEMEN. 4. Résultats attendus Deux résultats essentiels sont attendus : Un expert évaluateur sénior est recruté pour coordonner et suivre le projet de mise en place des dispositifs nationaux d évaluation ; Un projet pertinent et opérationnel est proposé par l expert. 7

8 5. Fonction et responsabilité du Responsable de suivi Placé sous la supervision des co-présidents du comité mixte de pilotage et d expertise et domicilié dans les locaux de la CONFEMEN, le coordonnateur a pour principal mission de concevoir le projet et d assurer sa coordination et son suivi opérationnel. A ce titre, il est globalement chargé des tâches suivantes : Tâches à accomplir au démarrage du projet - Assurer le secrétariat du Comité Restreint ; - Etablir la situation de référence du projet sur la base des états des lieux élaborés par les pays. Le projet étant un document d opérationnalisation du programme de mise en place des dispositifs nationaux d évaluation, il précise les objectifs, les résultats attendus, les stratégies, les coûts, les risques - Assurer la finalisation du projet et définir un plan d action triennal assorti d un plan d opération pour la première année et les soumettre au comité de pilotage pour validation ; - Assurer le lancement de l appel à candidature pays ; - Appuyer le Comité restreint dans le processus de sélection des pays. A cet effet, l expert reçoit les dossiers de candidatures des pays qu il transmet au comité restreint. Le document de synthèse fera un classement des pays sur la base de critères objectifs de sélection et mettra en exergue les forces et les faiblesses de chaque pays pour faciliter la prise de décision par le comité mixte. - Appuyer les pays retenus dans la mise en place d une équipe chargée de piloter la conception, la mise en œuvre et le suivi évaluation du dispositif national d évaluation ; - Aider au recrutement des experts chargés d appuyer les pays retenus dans la mise en œuvre et le suivi-évaluation, de leur projet de mise en place de dispositifs nationaux d évaluation ; - Appuyer les pays retenus à finaliser le projet/pays de mise en place du dispositif national de suivi-évaluation ; - Assurer le suivi administratif de la mise en place du projet/pays ; - Elaborer et tenir à jour un référentiel harmonisé d indicateurs de suivi des dispositifs d évaluation mis en place dans les différents pays; - Assurer la liaison et la communication avec les équipes d experts pays et les départements et services ministériels chargés de conduire les dispositifs d évaluation au niveau de chaque pays ; 8

9 - Concevoir et implanter le système de suivi-évaluation du projet et en assurer la régulation. A cet effet, il convient de développer les outils de suivi-évaluation du projet de façon générale et des dispositifs nationaux d évaluation en particulier. L expert proposera à ce niveau la matrice du cadre logique du projet avec notamment la hiérarchie des objectifs, les indicateurs et les mécanismes de suivi. Tâches liées à la mise en œuvre du projet - Suivre et gérer de manière active le processus de mise en place et de fonctionnement des dispositifs nationaux d évaluation ; - Assurer pour le compte du comité de pilotage, le suivi technique et financier du projet et rendre compte aux membres de cette instance ; - Servir de répondant pour toutes les questions liées à la mise en œuvre des activités du plan d action validé par le comité de pilotage; - Entreprendre des missions de lancement des projets nationaux de mise en place de dispositif d évaluation de concert avec les équipes d expert pays ; - Elaborer les rapports d avancement périodiques (trimestriel et annuel) du projet ; - Evaluer annuellement les performances dans la mise en place des dispositifs nationaux et élaborer le rapport annuel d exécution technique et financière ; - Organiser la revue annuelle conjointe du projet afin de partager le rapport annuel d exécution technique et financière et faire des recommandations d amélioration ; - Assurer le suivi des recommandations issues des différents documents de suivi et d évaluation des ateliers de partage et des revues ; - Alimenter le processus de capitalisation des expériences innovantes identifiées dans le cadre de la mise en œuvre du projet ; - Assurer le suivi et les recommandations des ateliers de partage et des revues. Tâches liées à la Communication - Assurer la diffusion de tous les documents pertinents auprès des pays ; - Organiser en rapport avec les coprésidents du comité des sessions de partage des résultats des évaluations commanditées au cours de la mise en œuvre du projet; - Animer et diffuser régulièrement les conclusions et leçons tirées de l exécution des activités du projet auprès des équipes nationales, des partenaires et des autres acteurs concernés, 9

10 - Préparer les réunions du comité de pilotage en mettant à disposition la documentation requise et en mettant en exergue les sujets de préoccupation à traiter ; - Faciliter et promouvoir le partage des expériences entre pays. 6. Conditions générales de recrutement 6.1. Modalités de sélection L expert sera recruté sur avis du Comité mixte de pilotage OIF/CONFEMEN sur la base d un contrat à durée déterminée de 6 mois renouvelables une fois. Il sera placé sous la supervision de la présidente du comité de pilotage du projet, et sera de ce fait domicilié à la CONFEMEN. L OIF assurera la rémunération du coordonnateur à compter du 1 er janvier 2009, selon ses barèmes en vigueur. Les candidats au poste devront soumettre une offre technique comprenant les éléments ci-après : - Une note de compréhension du mandat assigné par les termes de références ; - Une méthodologie d exécution du mandat ; - Une proposition synthétique du projet assortie d une stratégie de mise en œuvre ; - Un chronogramme détaillé de réalisation du projet dans ses différentes phases ; - Un Curriculum Vitae mettant en évidence les références et expériences similaires au projet. A cet effet, les documents suivant seront mis à disposition : - Le Document de Réflexion et d Orientation sur «l évaluation des systèmes éducatifs : pour un meilleur pilotage par les résultats» ; - Le document sur les axes d orientation pour la mise en place de dispositifs nationaux d évaluation ; - La note de cadrage ; - Le cahier de charge du comité mixte avec le plan d action indicatif ; - Le rapport de la réunion du comité mixte de pilotage et d expertise OIF/CONFEMEN sur la mise en place des dispositifs nationaux d évaluation (5 et 6 mars 2008 à Dakar). - Les TDR de sélection des pays Profil L expert doit démontrer d une expérience reconnue d au moins 10 ans de pratiques évaluatives de systèmes éducatifs. Ainsi, il devra avoir des compétences en matière de : 10

11 - Approche du cadre logique et autres approches en planification stratégique ; - Conception, coordination et gestion de systèmes et dispositifs d évaluation ; - Méthode et approche en évaluation de système éducatif et conduite d opération telles que le PASEC, PISA, - Formation à la mise en place de dispositifs d évaluation ; - Analyse critique de l information et rédaction de rapports. L expert devra également : - Etre titulaire au moins d un diplôme de troisième cycle (DEA, DESS, Master) ou équivalent dans le domaine de l évaluation en éducation ; - Démontrer des qualités de leader et de coaching d équipe assorties d une expérience avérée dans la création d un environnement de travail propice à la production de résultats ; - Avoir des capacités avérées à communiquer et travailler en équipe dans un environnement multiculturel ; - Avoir une expérience en matière de coordination de projet/programme d éducation avec une approche sectorielle ; - Avoir des connaissances et une bonne maîtrise de l outil informatique. - Avoir une expérience au niveau international, de préférence dans les pays en développement, constituera un atout Durée du contrat : 6 mois, renouvelable 1 fois Début prévisionnel de prise de fonction : 1 er janvier Date limite de candidature : 15 décembre 2008 Les dossiers de candidature devront être transmis par voie postale ou par courriel exclusivement à l adresse suivante : Les documents ressources nécessaires à l élaboration du dossier de candidature et susmentionnés à l article 6.1 sont téléchargeables en ligne sur le site internet de la CONFEMEN rubrique «Actualités, Appel à candidatures». 11

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET DE CONSTRUIRE DES QUESTIONNAIRES CONTEXTUELS 1. CONTEXTE

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA . TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT DES ECHANGES COMMERCIAUX INTRACOMMUNAUTAIRES POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME D APPUI AU PROCESSUS D INTEGRATION ECONOMIQUE

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

UNITE DE GESTION DU PROJET FILETS SOCIAUX PRODUCTIFS TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT DU PERSONNEL FIDUCIAIRE DE L'UGP

UNITE DE GESTION DU PROJET FILETS SOCIAUX PRODUCTIFS TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT DU PERSONNEL FIDUCIAIRE DE L'UGP MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE FORMATION PROFESSIONNELLE ------------------------------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------------------------

Plus en détail

LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS

LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR SESSION DE FORMATION Module 3 LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS 2 3 Terminologie de la GAR Plusieurs formulations sont utilisées : Gestion

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE Ce document décrit le canevas recommandé par la Division de l évaluation et de la capitalisation pour rédiger les termes de référence

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE N AFCHPR/11/2012 CHEF DE DIVISION DES FINANCES ET DE L ADMINISTRATION (P5)

AVIS DE VACANCE DE POSTE N AFCHPR/11/2012 CHEF DE DIVISION DES FINANCES ET DE L ADMINISTRATION (P5) AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA AFRICAN COURT ON HUMAN AND PEOPLES RIGHTS COUR AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES P.O Box 6274 Arusha, Tanzania, Tel: +255 732 979506/9; Fax: +255

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT DES CHAINES DE VALEURS DES PRODUITS/SECTEURS A FORT POTENTIEL D ECHANGES INTRACOMMUNAUTAIRES, POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME

Plus en détail

République Islamique de Mauritanie Ministère des Finances Projet "Initiative Pauvreté-Environnement Phase 3"

République Islamique de Mauritanie Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement Phase 3 République Islamique de Mauritanie Ministère des Finances Projet "Initiative Pauvreté-Environnement Phase 3" Termes de référence Pour le recrutement d un consultant spécialisé en Gestion Axée sur les Résultats

Plus en détail

Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4

Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4 Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4 Organisme de rattachement : Ministère de l'éducation nationale/ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche Date de disponibilité Catégorie

Plus en détail

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DE PARTENARIATS STRATÉGIQUES EN MATIÈRE D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DE PARTENARIATS STRATÉGIQUES EN MATIÈRE D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DE PARTENARIATS STRATÉGIQUES EN MATIÈRE D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE REGLES ET PROCEDURES Conseil franco-québécois de coopération universitaire 2014-2015 Date limite pour soumettre

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT COORDINATEUR/ CHEF D EQUIPE DES CONSULTANTS POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME D APPUI AU PROCESSUS D INTEGRATION ECONOMIQUE DES PAYS DE LA REGION DES GRANDS

Plus en détail

Programme de recrutement et dotation

Programme de recrutement et dotation Programme de recrutement et dotation Adopté le 13 juin 2006 par le conseil d administration (255 e assemblée résolution n o 2139) Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE :

TERMES DE REFERENCE : MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ----------------------- Unité de Coordination des Programmes Emploi (UCP-Emploi) -----------------------

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN/E EXPERT/E NATIONAL EVALUATION FINALE, DOCUMENTATION ET VALORISATION DES RESULTATS DU PROJET

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN/E EXPERT/E NATIONAL EVALUATION FINALE, DOCUMENTATION ET VALORISATION DES RESULTATS DU PROJET TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN/E EXPERT/E NATIONAL EVALUATION FINALE, DOCUMENTATION ET VALORISATION DES RESULTATS DU PROJET "APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME QUADRIENNAL DE MAITRISE

Plus en détail

Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803

Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803 REPUBLIQUE DE LA GUINEE EQUATORIALE MINISTERE DE LA PÊCHE ET DE L ENVIRONNEMENT Direction Générale de l Environnement Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803 Titre du projet: Renforcement

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UNE STRUCTURE DE FORMATION

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UNE STRUCTURE DE FORMATION «LA MAÎTRISE DES DEPENSES ENERGETIQUES DANS L INDUSTRIE ET LE RÔLE DU RESPONSABLE ENERGIE» TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UNE STRUCTURE DE FORMATION L Institut de l énergie et de l environnement

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTIOND UNE STRUCTURE DE FORMATION

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTIOND UNE STRUCTURE DE FORMATION «LA MAÎTRISE DES DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES LIÉES À L EXPLOITATION DES BÂTIMENTS» TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTIOND UNE STRUCTURE DE FORMATION L Institut de l énergie et de l environnement de la Francophonie

Plus en détail

APPEL À PROPOSITIONS DE LA CE COMMENT ECRIRE UN BON PROJET?

APPEL À PROPOSITIONS DE LA CE COMMENT ECRIRE UN BON PROJET? APPEL À PROPOSITIONS DE LA CE ACP-LG-053_13.12.11 COMMENT ECRIRE UN BON PROJET? INTRODUCTION De nombreuses collectivités locales ACP sont intéressées à répondre aux appels à propositions de la Commission

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel - Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 18 mars 2011 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-neuvième session Vienne, 22-24 juin

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Supérieur hiérarchique : Type d emploi Emplacement : Clôture de l affichage : Directrice, Initiatives de prévention et de promotion Permanent, temps

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN COMPTABLE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN COMPTABLE MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE --------------------- UGP-FILETS SOCIAUX --------------------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline

Plus en détail

Mise en place d une plateforme de commerce électronique (E-Commerce) pour les produits artisanaux, culturels et touristiques en Mauritanie

Mise en place d une plateforme de commerce électronique (E-Commerce) pour les produits artisanaux, culturels et touristiques en Mauritanie Mise en place d une plateforme de commerce électronique (E-Commerce) pour les produits artisanaux, culturels et touristiques en Mauritanie TERMES DE REFERENCE I. Contexte et justification Les plateformes

Plus en détail

Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts

Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts comme développés par inter}artes et adoptés par artesneteurope Institution et sujets à évaluation

Plus en détail

REOUVERTURE D UN AVIS DE VACANCE DE POSTE N AFCHPR/2015/05 CHEF DE DIVISION DES FINANCES ET DE L ADMINISTRATION (P5)

REOUVERTURE D UN AVIS DE VACANCE DE POSTE N AFCHPR/2015/05 CHEF DE DIVISION DES FINANCES ET DE L ADMINISTRATION (P5) AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA AFRICAN COURT ON HUMAN AND PEOPLES RIGHTS COUR AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES P.O Box 6274 Arusha, Tanzania, Tel: +255 732 979506/9; Fax: +255

Plus en détail

Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles

Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A CANDIDATURE Recrutement de Consultants

Plus en détail

COOPÉRATION EN ÉDUCATION

COOPÉRATION EN ÉDUCATION CENTRE INTERNATIONAL D ÉTUDES PÉDAGOGIQUES Au service du français et de l éducation dans le monde COOPÉRATION EN ÉDUCATION Un établissement public pour la coopération internationale en éducation, opérateur

Plus en détail

TERME DE REFERENCE RELATIF A L ELABORATION D UN GUIDE DE GESTION DE L INFORMATION ET LA FORMATION DES COMMUNICATEURS SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

TERME DE REFERENCE RELATIF A L ELABORATION D UN GUIDE DE GESTION DE L INFORMATION ET LA FORMATION DES COMMUNICATEURS SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES TERME DE REFERENCE RELATIF A L ELABORATION D UN GUIDE DE GESTION DE L INFORMATION ET LA FORMATION DES COMMUNICATEURS SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES FOCUS INONDANTIONS DANS LE GRAND COTONOU 1 1. CONTEXTE

Plus en détail

INITIATIVE ALLIANCE MONDIALE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE (AMCC/GCCA)

INITIATIVE ALLIANCE MONDIALE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE (AMCC/GCCA) INITIATIVE ALLIANCE MONDIALE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE (AMCC/GCCA) TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION DE TROIS (3) SITES PILOTES POUR LA QUANTIFICATION DU STOCK DE CARBONE ET DU SUIVI DE SA DYNAMIQUE

Plus en détail

OFFRE POUR CONSULTANCE

OFFRE POUR CONSULTANCE 1 3, Rue du Marché, B.P.1490 Bujumbura- Burundi, Tél. (257) 22 301300 / 301302 OFFRE POUR CONSULTANCE Recrutement d un(e) Consultant(e) national pour le poste d appui au programme «Droits des Femmes, Leadership

Plus en détail

Appel à candidatures pour le recrutement d un cadre de suivi et d un responsable de l information et de la communication

Appel à candidatures pour le recrutement d un cadre de suivi et d un responsable de l information et de la communication REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON UNION EUROPEENNE EUROPEAN UNION COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE CAMEROON EUROPEAN UNION COOPERATION Programme d Appui à la Société Civile Civil Society

Plus en détail

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives 1 Domaine et application 1.1 Objectif QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives Fournir une méthode efficace et uniforme d aborder les problèmes, les plaintes, les suggestions et les anomalies concernant

Plus en détail

Appel à projet DIRECCTE PACA 2015 Parcours «Réussite apprentissage»

Appel à projet DIRECCTE PACA 2015 Parcours «Réussite apprentissage» Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Appel à projet DIRECCTE PACA 2015 Parcours «Réussite apprentissage» Date de lancement de l appel à projets : 10

Plus en détail

Politique de gestion des chaires. Adoptée par le Conseil pédagogique le 19 mai 2004

Politique de gestion des chaires. Adoptée par le Conseil pédagogique le 19 mai 2004 Politique de gestion des chaires Adoptée par le Conseil pédagogique le 19 mai 2004 Mises à jour : 16 février 2005, 11 septembre 2013 POLITIQUE DE GESTION DES CHAIRES À HEC MONTRÉAL 1. LA CRÉATION D UNE

Plus en détail

REOUVERTURE D UN AVIS DE VACANCE DE POSTE N AFCHPR/2015/05 CHEF DE DIVISION DES FINANCES ET DE L ADMINISTRATION (P5)

REOUVERTURE D UN AVIS DE VACANCE DE POSTE N AFCHPR/2015/05 CHEF DE DIVISION DES FINANCES ET DE L ADMINISTRATION (P5) AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA AFRICAN COURT ON HUMAN AND PEOPLES RIGHTS COUR AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES P.O Box 6274 Arusha, Tanzania, Tel: +255 732 979506/9; Fax: +255

Plus en détail

Sécurité numérique 2013-2014. Cycle de spécialisation. Dossier de candidature. Institut National des Hautes Études de LA Sécurité et de la justice

Sécurité numérique 2013-2014. Cycle de spécialisation. Dossier de candidature. Institut National des Hautes Études de LA Sécurité et de la justice Dossier de candidature Cycle de spécialisation Sécurité numérique 2013-2014 Institut National des Hautes Études de LA Sécurité et de la justice L information est désormais au cœur des actifs immatériels

Plus en détail

PASOC. Formulaire d identification des besoins en renforcement des capacités

PASOC. Formulaire d identification des besoins en renforcement des capacités PASOC Formulaire d identification des besoins en renforcement des capacités L offre de renforcement des capacités du PASOC consiste d une part à mettre à la disposition des organisations qui en expriment

Plus en détail

Institut National des Hautes Études de LA Sécurité et de la justice

Institut National des Hautes Études de LA Sécurité et de la justice 2012 2013 Dossier de candidature Cycle de spécialisation Institut National des Hautes Études de LA Sécurité et de la justice L information est désormais au cœur des actifs immatériels de l entreprise et

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI Bujumbura, le / /2015 AVIS DE RECRUTEMENT

REPUBLIQUE DU BURUNDI Bujumbura, le / /2015 AVIS DE RECRUTEMENT REPUBLIQUE DU BURUNDI Bujumbura, le / /2015 MINISTERE DU DEVELOPPEMENT COMMUNAL CABINET DU MINISTRE AVIS DE RECRUTEMENT Dans le but d accomplir ses missions, le Ministère du Développement Communal lance

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

«Sécurité des usages numériques»

«Sécurité des usages numériques» Cycle de spécialisation «Sécurité des usages numériques» 2014 2015 Dossier de candidature L information est désormais au cœur des actifs immatériels de l entreprise et constitue un élément clé de sa performance.

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

L apprenant au cœur de la formation

L apprenant au cœur de la formation L apprenant au cœur de la formation Le Centre des Niveaux de compétence linguistique canadiens Notre mission: Promouvoir l excellence dans l enseignement et l apprentissage du français langue seconde.

Plus en détail

RECRUTEMENT D UN CONSULTANT Etude Besoin et Coûts Malnutrition, Niger TERMES DE REFERENCES

RECRUTEMENT D UN CONSULTANT Etude Besoin et Coûts Malnutrition, Niger TERMES DE REFERENCES RECRUTEMENT D UN CONSULTANT Etude Besoin et Coûts Malnutrition, Niger TERMES DE REFERENCES Consultant pour le suivi et l évaluation d une étude nationale sur l évaluation des besoins et des coûts nécessaires

Plus en détail

Direction de la Protection de la Famille de l Enfance et des personnes Agées

Direction de la Protection de la Famille de l Enfance et des personnes Agées Direction de la Protection de la Famille de l Enfance et des personnes Agées Fonds des Nations Unies pour la Population Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé d accompagner le Ministère

Plus en détail

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AVIS DE RECRUTEMENT: CHEF DE BUREAU RÉGIONAL, RÉSEAU AFRICAIN D EXPERTISE EN BIOSÉCURITÉ (ABNE) NO.VA/NPCA/22 L Union Africaine (UA), créée en tant qu

Plus en détail

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université Revaloriser les métiers au service des missions de l Université PREAMBULE Le capital humain est notre richesse première. La force de l Université tient à la qualité de ses universitaires et à celle de

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE COORDONNATEUR DE LA PLATEFORME DE DIALOGUE DU SECTEUR DES TRANSPORTS

TERMES DE REFERENCE POUR LE COORDONNATEUR DE LA PLATEFORME DE DIALOGUE DU SECTEUR DES TRANSPORTS TERMES DE REFERENCE POUR LE COORDONNATEUR DE LA PLATEFORME DE DIALOGUE DU SECTEUR DES TRANSPORTS 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES... 1 1.1. Pays bénéficiaire... 1 1.2. Autorité contractante... 1 2. CONTEXTE...

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT SUIVI DU RAPPORT DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL RELATIVEMENT AUX SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT SUIVI DU RAPPORT DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL RELATIVEMENT AUX SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT SUIVI DU RAPPORT DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL RELATIVEMENT AUX AVRIL 2005 Note au lecteur : Le texte en caractères blancs indique les modifications apportées

Plus en détail

UNE INVITATION À DEVENIR COACH BÉNÉVOLE

UNE INVITATION À DEVENIR COACH BÉNÉVOLE UNE INVITATION À DEVENIR COACH BÉNÉVOLE À tous les coachs certifiés d ICF Québec Dans le cadre de son congrès annuel, les 25 et 26 octobre 2012, ICF Québec, souhaite lancer un programme de coaching pro

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique TERMES DE RÉFÉRENCE

REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique TERMES DE RÉFÉRENCE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Cabinet Deuxième Projet d'appui à la Réforme de l'enseignement Supérieur, PARESII TERMES DE RÉFÉRENCE ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE «RECRUTEMENT D UN EXPERT EN ACQUISITION»

APPEL A CANDIDATURE «RECRUTEMENT D UN EXPERT EN ACQUISITION» REPUBLIQUE TUNISIENNE SECRETARIAT D ETAT CHARGE DE LA GOUVERNANCE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE PROJET PILOTE «DEVELOPPEMENT DU LEADERSHIP EN SOUTIEN DE LA TRANSITION EN TUNISIE PHASE 1.1» APPEL A CANDIDATURE

Plus en détail

1. Description et objectifs du Fonds. A propos du Projet Pôles Intégrés de Croissance (PIC)

1. Description et objectifs du Fonds. A propos du Projet Pôles Intégrés de Croissance (PIC) TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN CABINET POUR LA GESTION ET L ADMINISTRATION D UN PROGRAMME DE SUBVENTIONS A L ENTREPRENEURIAT ET A L INVESTISSEMENT 1. Description et objectifs du Fonds A propos du

Plus en détail

BOURSES D ETUDES ET DE RECHERCHE EN DROIT FONDATION KEBA MBAYE MANUEL DE PROCEDURES

BOURSES D ETUDES ET DE RECHERCHE EN DROIT FONDATION KEBA MBAYE MANUEL DE PROCEDURES BOURSES D ETUDES ET DE RECHERCHE EN DROIT FONDATION KEBA MBAYE MANUEL DE PROCEDURES 2 I. Objectifs La FONDATION KEBA MBAYE, consciente du rôle que peuvent jouer le Droit, l Ethique, l Education et le Sport

Plus en détail

Planification stratégique 2012 2015

Planification stratégique 2012 2015 Faculté de médecine Département de chirurgie Planification stratégique 2012 2015 Luc Valiquette MD Directeur du département Travail de L. Conrad Pelletier MD, MBA Conseiller en gestion 22 octobre2012 Introduction

Plus en détail

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE 13 e APPEL A PROJETS Les moyens destinés au soutien financier de l Etat en faveur

Plus en détail

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR 20 mai 2015 Ce règlement intérieur complète et précise certains articles des statuts de l association modifiés et approuvés le

Plus en détail

Liège, le 10 août 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/023

Liège, le 10 août 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/023 Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestion des Ressources Humaines Service Recrutement Liège, le 10 août 2015

Plus en détail

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet»

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet» FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Programme de l Union Européenne pour la Société Civile et la Culture/PESCC 10 ème FED TERMES DE REFERENCE Formation des OSC de niveaux

Plus en détail

LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES TOUT AU LONG DU PROJET : SOUTIEN DES ACTEURS DE L ENTREPRISE, PRÉPARATION ET SOUTIEN DES ÉLÈVES 42 Pour mettre en application des programmes d études

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT N 0001/15/AI

AVIS DE RECRUTEMENT N 0001/15/AI ACECA INTERNATIONAL SARL SOCIETE D EXPERTISE COMPTABLE 1310 Avenue du Dr. KWAME N KRUMAH Sis Immeuble MABUCIG 01 BP 4318 Ouagadougou 01 Tél. : (226) 50-31-37-44 Fax : (226) 50-31-25-98 E-mail : aceca@fasonet.bf

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Termes de référence de l étude sur la mobilisation, la gestion et l impact

Plus en détail

Programme d études La Formation en Politiques Sectorielles et Gestion des Systèmes Educatifs est inscrite dans le cadre de la réforme LMD.

Programme d études La Formation en Politiques Sectorielles et Gestion des Systèmes Educatifs est inscrite dans le cadre de la réforme LMD. Master en éducation et formation (MEF) Spécialité : Pilotage et gestion des systèmes éducatifs Option : Politiques Sectorielles et Gestion des Systèmes Educatifs (PSGSE) Dispositif en ligne Année 2014-2015

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE : EXPERT SPÉCIALISTE DES INFRASTRUCTURES NO.VA/NPCA/15/05

AVIS DE VACANCE DE POSTE : EXPERT SPÉCIALISTE DES INFRASTRUCTURES NO.VA/NPCA/15/05 AVIS DE VACANCE DE POSTE : EXPERT SPÉCIALISTE DES INFRASTRUCTURES NO.VA/NPCA/15/05 La Commission de l'union Africaine a conclu un accord de financement avec la Banque africaine de développement (la Banque)

Plus en détail

Primature. République d Haïti. Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH)

Primature. République d Haïti. Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH) République d Haïti Primature Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH) Les règles de prévention des conflits d intérêts dans la fonction publique Haïtienne Responsabilité Générale de l OMRH

Plus en détail

AVIS DE SOLLICITATION DE MANIFESTATION D INTERET AUPRES DE CONSULTANT INDIVIDUEL

AVIS DE SOLLICITATION DE MANIFESTATION D INTERET AUPRES DE CONSULTANT INDIVIDUEL REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DE SFAX FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES CENTRE DE DOCUMENTATION NUMERIQUE ET DE FORMATION

Plus en détail

QUALITÉ DE L ÉDUCATION UN ENJEU POUR TOUS

QUALITÉ DE L ÉDUCATION UN ENJEU POUR TOUS Conférence des Ministres de l Education des Pays ayant le Français en partage (CONFEMEN) QUALITÉ DE L ÉDUCATION UN ENJEU POUR TOUS Constats et perspectives Document de réflexion et d orientation LA QUALITÉ

Plus en détail

Terme de référence Spécialiste Gestion financière

Terme de référence Spécialiste Gestion financière Terme de référence Spécialiste Gestion financière Sous la supervision générale du Directeur Général de l A.N.P.I, Agence d Exécution du projet les consultants auront pour mission : 1. Le SGF sera responsable

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

INSTRUCTION N 22/99 RELATIVE A L AGREMENT DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIERES ET A L INFORMATION DU PUBLIC

INSTRUCTION N 22/99 RELATIVE A L AGREMENT DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIERES ET A L INFORMATION DU PUBLIC UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE CONSEIL REGIONAL DE L EPARGNE PUBLIQUE ET DES MARCHES FINANCIERS INSTRUCTION N 22/99 RELATIVE A L AGREMENT DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIERES ET

Plus en détail

Dossier de candidature. «Sécurité numérique»

Dossier de candidature. «Sécurité numérique» Dossier candidature Se?curite? Nume?rique:Mise en page 1 1/02/11 9:34 Page 1 2011 2012 Dossier de candidature Cycle de spécialisation «Sécurité numérique» fåëíáíìí=k~íáçå~ä=çéë=e~ìíéë= íìçéë=çé=i^=p Åìêáí

Plus en détail

Plan International Bénin Cotonou Cadjèhoun Rue 395 Aupiais Carré 647 08 BP 699 Cotonou AVIS DE RECRUTEMENT

Plan International Bénin Cotonou Cadjèhoun Rue 395 Aupiais Carré 647 08 BP 699 Cotonou AVIS DE RECRUTEMENT Plan International Bénin Cotonou Cadjèhoun Rue 395 Aupiais Carré 647 08 BP 699 Cotonou AVIS DE RECRUTEMENT Tel: +229 21 30 39 51 +229 21 30 64 97 Email: benin.co@plan-international.org www.plan-international.org

Plus en détail

Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous»

Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous» Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous» 1. L internat : la réussite pour tous 2. Un recrutement des internes répondant aux orientations nationales 3. Un projet pédagogique

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à manifestation d intérêt Recrutement d

Plus en détail

Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010

Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010 Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010 Dr. El Hadji Guèye / Arianne Wessal Journées béninoises de l évaluation 2-4 Juillet 2012 Cotonou, Bénin Plan 1. Introduction de CLEAR

Plus en détail

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste:

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille Grade: D1 Département: Gestion de projet et de portefeuille

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

P. O. Box 3243, Addis Ababa, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5517700 Fax: (251-11) 5517844 AVIS DE VACANCE DE POSTE DEPARTEMENT DE L ADMINISTRATION ET DE LA

P. O. Box 3243, Addis Ababa, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5517700 Fax: (251-11) 5517844 AVIS DE VACANCE DE POSTE DEPARTEMENT DE L ADMINISTRATION ET DE LA AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA P. O. Box 3243, Addis Ababa, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5517700 Fax: (251-11) 5517844 www.au.int AD8621 AVIS DE VACANCE DE POSTE CHEF DU DEPARTEMENT DE L ADMINISTRATION

Plus en détail

«CENTRE DE DOCUMENTATION NUMÉRIQUE ET DE FORMATION PÉDAGOGIQUE ET PROFESSIONNELLE»

«CENTRE DE DOCUMENTATION NUMÉRIQUE ET DE FORMATION PÉDAGOGIQUE ET PROFESSIONNELLE» REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DE SFAX FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES «CENTRE DE DOCUMENTATION NUMÉRIQUE ET DE FORMATION

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS Titre: Gestionnaire de projet Type de contrat: SSA Période de la consultation: 8 mois (Février Septembre 2014) Niveau proposé: NOC Section:

Plus en détail

CGA PROGRAMME DE 2 e cycle en EXPERTISE PROFESSIONNELLE (PEP)

CGA PROGRAMME DE 2 e cycle en EXPERTISE PROFESSIONNELLE (PEP) CGA PROGRAMME DE 2 e cycle en EXPERTISE PROFESSIONNELLE (PEP) L Université de Sherbrooke est reconnue par les étudiants comme la meilleure et la plus appréciée des universités francophones au Canada. (Sources

Plus en détail

Convention-cadre nationale entre Pôle emploi et UNIFORMATION

Convention-cadre nationale entre Pôle emploi et UNIFORMATION CONVENTION Convention-cadre nationale entre Pôle emploi et UNIFORMATION POUR LE PLACEMENT, LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET L ACCOMPAGNEMENT DES TRANSITIONS PROFESSIONNELLES DES DEMANDEURS D EMPLOI

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI137

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI137 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI137 I. Informations générales Intitulé de la mission Renforcement des capacités du Programme National Tuberculose Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Subventions

Plus en détail