Évaluations formatives. 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluations formatives. 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique?"

Transcription

1 Évaluations formatives Module 1 Introduction 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique? Le système de défense spécifique est en fait le système immunitaire. C est un système fonctionnel l organisme qui permet de reconnaître un agresseur potentiellement dangereux et de l éliminer afin de rétablir l équilibre corporel (homéostasie). De plus, le système de défense spécifique est capable de mémorisation, il se souvient de l agresseur. Le système de défense non spécifique quant à lui est constitué d un ensemble d éléments n appartenant pas au système immunitaire et qui protègent l organisme contre les agresseurs et qui peut accentuer la réaction immunitaire comme la peau, les muqueuses, certaines substances,. Ce système ne fait aucune reconnaissance de l agent agresseur et est incapable d en faire la mémorisation. 2. Nommez les trois lignes de défenses en l associant aux deux grandes divisions du système de défense? Pour le système de défense non spécifique, on retrouve la première ligne de défense, les barrières naturelles et la deuxième ligne, les défenses cellulaires et chimiques. Le système de défense spécifique correspond à la troisième ligne, le système immunitaire. Module 1 Défense non spécifique 1. Nommez les barrières superficielles ou naturelles de l'organisme humain. Peau, Muqueuses (épithéliums ), Sécrétions ; Salive,larme, Mucus, Suc gastrique, Urine et sécrétions vaginales, Effet barrières (flores intestinal et vaginal), Cils et larme (yeux), poil et cils des voies respiratoires, Placenta, Barrière hématoencéphalique (SNC), cérumen (oreille), épiglotte 2. Comment la peau exerce-t-elle une barrière efficace? L'épiderme de la peau est composé de couches de cellules organisées en strates étagées les unes sur les autres. Les cellules de l'épiderme adhèrent fermement les unes aux autres, formant ainsi une protection relativement étanche. La couche superficielle de l'épiderme se compose de cellules mortes kératinisées qui desquament périodiquement. La peau est constamment renouvelée par la multiplication des cellules de la couche profonde. La peau possède des cellules Prévention des infections Corrigé formatifs module 1 1

2 kératinocytes qui produisent de la kératine (protéine insoluble très résistante). Ces cellules meurent et forment la couche superficielle de la peau qui est riche en kératine et donc très résistance. De plus, dans le derme de la peau se retrouvent des glandes (sudoripares et sébacées) qui sécrètent des substances (sueur et sébum), Ces substances sont antimicrobiennes. Elles sont acides, ce qui inhibe la croissance de plusieurs microorganismes, De plus, elles contiennent des substances toxiques et des lysozymes qui tuent les microorganismes. L'ensemble de ces caractéristiques confère à la peau ses propriétés de barrière naturelle contre la pénétration de microorganismes 3. Pourquoi place-t-on les grands brûlés dans les unités de soins stériles? Parce que ces patients ont perdu une des plus grandes parties de leur défense non spécifie, une barrière naturelle, la peau. Sans cette dernière, l organisme humain est exposé à l ensemble des agresseurs potentiels qui ont accès facilement aux tissus du corps. 4. Définissez kératine et kératinocytes et donnez leurs rôles en tant que barrière naturelle? Les principales cellules de l épiderme sont les kératynocytes, qui synthétiques la kératine, protéine insoluble dans l'eau présente également dans les cheveux, les poils et les ongles. Cette protéine confère à l épiderme une bonne résistance. 5. Quelles conséquences les sécrétions acides des glandes de la peau ont-elles? Ces substances acides inhibent la croissance de plusieurs microorganismes. Le milieu n est plus propice à leur développement (croissance et reproduction). 6. Nommez et expliquez les mécanismes de barrière du système respiratoire? Le système respiratoire possède plusieurs barrières. L épithélium des voies respiratoires constitue une barrière physique semblable à la peau (moins résistante pcq pas de kératine), ce qui empêche les agresseurs de pénétrer dans les tissus. De plus, cet épithélium sécrète du mucus (substance collante) qui capte et emprisonne les déchets et les agresseurs (comme une tirette à mouche). Les cils et les poils qui tapissent les voies respiratoires jouent un rôle de barrière mécanique en empêchant les agents agresseurs de pénétrer et par leur mouvement ascendant, ils font remonter le mucus chargé de déchet vers la sortie. Les éternuements et la toux sont aussi des moyens mécaniques liés au système nerveux qui assurent l évacuation du mucus chargé de débris et agresseur potentiel. Prévention des infections Corrigé formatifs module 1 2

3 7. Nommez et expliquez les mécanismes de barrière du système digestif au niveau de la bouche et de l'estomac? Le système digestif, comme les voies respiratoire est recouvert d un épithélium qui constitue une barrière physique contre les agents agresseur, semblable à la peau (moins résistante pcq pas de kératine). Dans la bouche, la salive contient des lysozymes qui tuent les bactéries. Au niveau de l estomac, l acidité et l ensemble des sucs gastriques assurent l inhibition de la croissance de plusieurs agents agresseurs. L intestin contient aussi une barrière physiologique, c est-à-dire une flore, qui assure une élimination des agents pathogènes par compétition avec les microorganismes qui constituent la flore. 8. Quelles barrières existe-t-il au niveau de l'appareil génito-urinaire? Les systèmes urinaire et génitale sont recouverts d épithélium qui assure une barrière physique contre la pénétration des agents agresseurs, semblable à la peau (moins résistante pcq pas de kératine). Les sécrétions de l appareil génito-urinaire, l urine et les sécrétions vaginales sont acides et cette acidité inhibe la croissance de plusieurs agents agresseurs. Le vagin contient aussi une barrière physiologique, c està-dire une flore, qui assure une élimination des agents pathogènes par compétition avec les microorganismes qui constituent la flore. 9. Nommez et expliquez deux mécanismes de barrière au niveau de l œil? Une première barrière au niveau de l œil est mécanique, ce sont les sourcils et les cils qui empêchent les poussières ou autres agents agresseurs de pénétrer l œil. Les larmes assurent, que tout agent qui pénètre dans l œil, soit évacué le plus rapidement possible vers l extérieur par les pleurs ou vers la cavité nasale par écoulement. De plus, les larmes contiennent des lysozymes qui tuent les bactéries qui pourraient pénétrer dans les yeux. 10. Quelles cellules sont les effecteurs cellulaires dans la réaction non spécifique? Les cellules phagocytes, soit les monocytes ou macrophagocytes une fois dans le tissu et les granulocytes neutrophiles, les cellules accessoires, soit les granulocytes éosinophiles et basophiles, les mastocytes et les plaquettes et les cellules tueuses (NK) 11. Nommez les types de phagocytes? Granulocytes neutrophiles, macrophages ou macrophagocytes issus des monocytes, par extension on pourrait mettre les granulocytes éosinophiles. Prévention des infections Corrigé formatifs module 1 3

4 12. Quelles sont les fonctions des granulocytes neutrophiles? Leur rôle principal est d effectuer la phagocytose. Les macrophages ou macrophagocytes quant à eux phagocytent tout sans distinction dans le tissu. Ils sont issus de la transformation du monocyte, lorsque ce dernier, par diapédèse, se retrouve dans le tissu. De plus, ils participent à la réaction inflammatoire par la libération de médiateurs chimiques et à la fièvre par la libération de substances pyrogènes. 13. Comment nomme-t-on les cellules desquelles sont issus les macrophagocytes et par quel processus se retrouvent-ils dans les tissus? Les macrophages ou macrophagocytes sont des cellules que l on retrouve uniquement dans les tissus. Ce sont les monocytes du sang, qui lorsqu ils sont appelés à un foyer d infection par chimiotactisme peuvent traverser la paroi de vaisseaux sanguins par diapédèse, en passant entre les cellules de ces parois. Les monocytes se transforment alors en gros phagocytes, les macrophagocytes. 14. Compléter le tableau suivant, Les Globules blancs de la défense non spécifique CELLULES NON SPÉCIFIQUE Granulocytes Neutrophiles Granulocytes Éosinophiles Granulocytes Basophiles Macrophages Monocytes Plaquettes Cellules tueuses NK FONCTIONS Diapédèse, phagocytose de microorganismes, induction de la fièvre par sécrétion de substances pyrogènes, sécrétion de médiateurs chimiques dans la réaction inflammatoire. Réaction contre les vers parasites, phagocytose des complexes antigèneanticorps, diapédèse Sécrétion de médiateurs chimiques dans la réaction inflammatoire, (augmentation lors de réaction d hypersensibilité), diapédèse Dans tissu, phagocytose, sécrétion de médiateurs chimiques dans réaction inflammatoire, cellule présentatrice dans défense spécifique Dans sang, peu ou pas de phagocytose, diapédèse Coagulation, sécrétion de médiateurs chimiques dans réaction inflammatoire Provoque la lyse de cellules du corps indésirables (cellules infectées, cellules cancéreuses, ) 15. Expliquez les différentes phases de la phagocytose? La phagocytose (nom tiré de mots grecs signifiant «manger» et «cellule») est la capture puis l'ingestion par une cellule d'un microorganisme ou d'une particule de matière. Les cellules phagocytaires possèdent la propriété de capter les particules étrangères, les débris cellulaires ou les cellules âgées et de les détruire. Leur fonction principale est donc la phagocytose. La phagocytose est un mécanisme de transport de la membrane plasmatique qui permet la capture de particules solides. Ce processus est divisé en plusieurs étapes, le chimiotactisme ou attraction, l adhésion, Prévention des infections Corrigé formatifs module 1 4

5 l ingestion, la digestion et l élimination éventuelle des particules microscopiques capturées. La phagocytose débute premièrement par l attraction du phagocyte vers l élément à phagocyter, le chimiotactisme, fait par des éléments chimiques libérés par l agent agresseur par exemple. Par la suite, il y a contact et accolement de l agent agresseur avec le phagocyte, l adhésion. Une portion de la membrane du phagocyte enrobe l agent agresseur, c est l ingestion, la rentrée de l agent dans le phagocyte dans une vacuole ou vésicule que l on nomme phagosome. Cette vacuole (phagosome) fusionne avec les lysozomes (contenant des lysozymes)du phagocyte formant ainsi le phagolysosome. Il y a alors digestion de l agent agresseur par les lysozymes et les résidus issu de cette digestion sont ensuite évacués du phagocyte. Cependant, il est possible que l agent agresseur ne soit pas digéré. Certaines bactéries peuvent, lorsque non digérées, se multiplier. De même des particules comme l amiante la silice peuvent s accumulé et causé des problèmes graves. 16. Distinguer comment agissent l interféron et le complément? Les interférons sont une classe de protéines produites par certaines cellules infectées par des virus. C est une protéine qui assure une protection de cellules saines. Le système du complément est un mécanisme de résistance composé d'au moins 20 protéines du sérum dont les interactions forment une cascade de réactions chimiques ayant pour conséquence la destruction des microorganismes. 17. Comment la fièvre peut être un élément de la défense immunitaire non spécifique? La fièvre est une réaction systémique ou généralisé du corps qui se manifeste par une élévation anormale de la température du corps. Lors d'une infection, les phagocytes, granulocytes neutrophiles et à un moindre degré les macrophages, entrent en action. Une fois qu ils ont phagocyté l agent agresseur, ils libèrent des substances pyrogènes, qui agissent sur l hypothalamus (centre de régulation de la température corporelle). L hypothalamus modifie alors, à la hausse la température du corps. L'élévation de la température corporelle inhibe la croissance de certains microorganismes. De plus, l'élévation de la température ayant pour effet d'accélérer les réactions du corps, on estime qu'elle permet aux tissus du corps de se réparer plus rapidement. La fièvre peut donc être considérée comme un moyen de défense non spécifique, parce qu'elle contribue à la protection du corps contre certains microbes sans pour autant agir spécifiquement contre eux. 18. Nommez les médiateurs qui interviennent dans la réaction inflammatoire? Les médiateurs chimiques de la réaction inflammatoire sont kinines, prostaglandines, histamine, cytokines,, Prévention des infections Corrigé formatifs module 1 5

6 19. Comment et pourquoi des rougeurs et de l'œdème apparaissent lors de la réaction inflammatoire? Lors d une lésion, les médiateurs chimiques libérés, par les cellules lésées ou par des cellules de la défense non spécifique, agissent sur les vaisseaux sanguins. Ils provoquent une vasodilatation, qui cause une congestion sanguine (plus de sang qui circule au niveau de la lésion). Puisqu il y a plus de sang, il y a apparition d une coloration rouge au niveau de la peau, de plus, la zone devient chaude. Les médiateurs chimiques provoquent aussi une augmentation de la perméabilité des capillaires sanguins, occasionnant une sortie plus grande de liquide vers l espace extracellulaire. Il y a donc œdème et par le fait même une sensibilité de la zone. 20. Faire le schéma explicatif de la réaction inflammatoire. (voici un texte) L'inflammation est une réaction de défense appartenant aux mécanismes de la résistance non spécifique, chimique et cellulaire. Elle est déclenchée dans le corps à la suite d'une lésion des tissus. La réaction inflammatoire se caractérise par quatre signes et symptômes: la rougeur, la chaleur, l œdème et la douleur. Il apparaît parfois un cinquième signe, soit la perte fonctionnelle de la région touchée. La réaction inflammatoire appartient à la deuxième ligne de défense du corps contre les agressions microbiennes. Elle remplit les fonctions suivantes: 1) détruire, si possible, l'agent nocif et débarrasser le corps de l'agent et de ses produits; 2) si la destruction est impossible, limiter les effets sur le corps en isolant l'agent nocif et ses produits; 3) réparer ou remplacer le tissu lésé par l'agent nocif ou ses produits. Lors d une lésion, les médiateurs chimiques libérés, par les cellules lésées ou par des cellules de la défense non spécifique, agissent sur les vaisseaux sanguins. Ils provoquent une vasodilatation, qui cause une congestion sanguine (plus de sang qui circule au niveau de la lésion). Puisqu il y a plus de sang, il y a apparition d une coloration rouge au niveau de la peau. De plus, la zone devient chaude. Cet apport supplémentaire de sang provoque une augmentation du métabolisme des cellules afin d accélérer la guérison. Les médiateurs chimiques provoquent aussi une augmentation de la perméabilité des capillaires sanguins, occasionnant une sortie plus grande de liquide (exsudat) vers l espace extracellulaire. Il y a donc oedème et par le fait même une sensibilité de la zone. L oedème et la douleur diminuent la mobilité de la zone ce qui aidera à la guérison. L exsudat est riche en oxygène et en nutriments, éléments essentiels aux cellules pour la guérison et ces éléments permettent de répondre à l augmentation de métabolisme causé par la vasodilatation. Les médiateurs chimiques assurent aussi la production d un nombre plus élevé de globules blancs. Ceux-ci (granulocytes neutrophiles et monocytes) migrent vers le site d'agression attiré par un phénomène appelé le chimiotactisme. Ce sont les médiateurs chimiques qui assurent l attraction des globules blancs vers la zone de lésion. Une fois mobilisés, les phagocytes font la margination, c est-à-dire qu ils s'agrippent à la surface de Prévention des infections Corrigé formatifs module 1 6

7 l'endothélium des vaisseaux sanguins à la hauteur de la zone blessée. Par la suite ils font la diapédèse, les phagocytes marginés se glissent entre les cellules endothéliales des vaisseaux sanguins pour atteindre la région lésée, le tissu (monocyte devient macrophagocyte). Les phagocytes, maintenant dans le tissu peuvent maintenant procéder à la phagocytose (adhésion, ingestion, digestion et évacuation) et ainsi éliminer l agent agresseur ou les débris de la zone affectée. Prévention des infections Corrigé formatifs module 1 7

8 Résumer les différentes barrières et leur fonctionnement pour les différentes composantes du corps humain en complétant le tableau suivant. SYSTÈME BARRIÈRES FONCTIONNEMENTS Kétatinocytes et Donne de la résistance Peau Kératine Sécrétion des glandes Acidité inhibe la croissance de plusieurs (Sudoripares: sueur) microorganismes et présence de toxine (Sébacés : sébum) et d enzymes (lysozymes) qui tuent microorganismes Voies Épithélium Barrière physique respiratoires Mucus Substance collante qui emprisonne déchet Appareil digestif Appareil génitourinaire Yeux Cils et poils Empêchent débris et autres de pénétrer dans les voies respiratoires et mouvement élimine le mucus Épithélium Barrière physique Salive Contient des lysozymes qui tuent les bactéries Sucs gastrique Acidité inhibe la croissance de plusieurs microorganismes Flore Compétition entre microorganismes, élimine pathogène Épithélium Barrière physique Urine et sécrétions vaginales Acidité inhibe la croissance de plusieurs microorganismes. Flore Compétition entre microorganismes, élimine pathogène Cils Empêche poussière et autres de pénétrer dans les yeux Larmes Mouvement de liquide qui dilue et élimine agent agresseur et contient des lysozymes qui tuent les bactéries Prévention des infections Corrigé formatifs module 1 8

Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée. - I - Approche globale des réactions immunitaires

Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée. - I - Approche globale des réactions immunitaires Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée - I - Approche globale des réactions immunitaires Mécanismes de défense de l organisme en réponse à la pénétration de microorganismes

Plus en détail

ANATOMIE PATHOLOGIQUE ET INFLAMMATION CONCEPTION D ENSEMBLE

ANATOMIE PATHOLOGIQUE ET INFLAMMATION CONCEPTION D ENSEMBLE ANATOMIE PATHOLOGIQUE ET INFLAMMATION CONCEPTION D ENSEMBLE 1. Définition L'inflammation ou réaction inflammatoire est la réponse des tissus vivants, vascularisés, à une agression. 2. Causes des réactions

Plus en détail

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Ghislaine Sterkers et Marie-Anne Gougerot-Pocidalo I-Introduction... 2 II-Systèmes immunitaires impliqués dans la défense anti-infectieuse... 3 II-1.Immunité

Plus en détail

ABSENCE DE MEMOIRE IMMUNOLOGIQUE

ABSENCE DE MEMOIRE IMMUNOLOGIQUE Immunite innee Ancienne chez tous les organismes multicellulaires Rapide premiere ligne de defense Immediate pas besoin d activation prealable Forte Elimine la majorite des pathogenes / microorganismes

Plus en détail

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr 4/5 Tissus et Organes Les Tissus Un ensemble de cellules qui ont une structure semblable et qui remplissent la même fonction constitue un tissu. Quatre tissus primaires s enchevêtrent pour former la «trame»

Plus en détail

INTERACTIONS ENTRE L HOMME ET LES MICROORGANISMES

INTERACTIONS ENTRE L HOMME ET LES MICROORGANISMES INTERACTIONS ENTRE L HOMME ET LES MICROORGANISMES I/La flore microbienne. Les microbes peuvent aider le vivant comme être capables de le détériorer, l homme comporte 10 13 cellules et 10 14 bactéries et

Plus en détail

Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence

Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence Pr. B. Jaulhac Laboratoire de Bactériologie Faculté de Médecine GENERALITES L'Homme vit dans un environnement peuplé de très nombreux micro-organismes : bactéries,

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

Thème Approche du monde médical

Thème Approche du monde médical La peau Structure de la peau La peau est une membrane d aspect souple et résistant. Elle est élastique et se plisse facilement. Elle recouvre totalement notre corps et elle est prolongée par des muqueuses

Plus en détail

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien.

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. Grippe, gastro-entérite, angine, otite,...nous sommes régulièrement malades. Quelles sont

Plus en détail

DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION

DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION INTRODUCTION : Nos organes consomment des nutriments qu ils prélèvent dans le sang au niveau des capillaires sanguins. D où proviennent les nutriments dont nos

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

LES TISSUS CONJONCTIFS

LES TISSUS CONJONCTIFS LES TISSUS CONJONCTIFS UE2 Les tissus conjonctifs (TC) sont un mélange en proportion variable de : Cellules + fibres + substance fondamentale Ils permettent de faire le lien entre les tissus et les organes.

Plus en détail

CELLULES ET ORGANES DU SYSTEME IMMUNITAIRE

CELLULES ET ORGANES DU SYSTEME IMMUNITAIRE CELLULES ET ORGANES DU SYSTEME IMMUNITAIRE L'IMMUNITE L'immunité peut être définie comme l'ensemble des mécanismes biologiques permettant à un organisme de reconnaître et de tolérer ce qui lui appartient

Plus en détail

Comprendre la formule sanguine complète (FSC)

Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Notre mission Ce que vous devez savoir Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir

Plus en détail

HISTOLOGIE DU TUBE DIGESTIF (2) INDEX(Clickez sur un sujet)

HISTOLOGIE DU TUBE DIGESTIF (2) INDEX(Clickez sur un sujet) HISTOLOGIE DU TUBE DIGESTIF (2) INDEX(Clickez sur un sujet) 1) Introduction 2) Structure générale 3) Oesophage 4) Jonction oeso-gastrique 5) Estomac 6) Jonction gastro-duodénale Pressez «Page Down» pour

Plus en détail

Polynucléaires, monocytes et macrophages.

Polynucléaires, monocytes et macrophages. Polynucléaires, monocytes et macrophages. Marianne Gougerot-Pocidalo, Lionel Prin, Sylvie Chollet-Martin I-Introduction... 2 II-Facteurs chimio-attractants... 2 III-Origine et devenir des polynucléaires

Plus en détail

NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires

NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires stage de formation 5 & 6 février 2015 atelier n 2 NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires Nathalie Noris contact nathalie.davoust-nataf@ens-lyon.fr informations et ressources http://acces.ens-lyon.fr/acces/ressources/immunite-et-vaccination

Plus en détail

Atomes. Molécules. Tissu : Cellules. Ensemble de cellules dotées d une structure et d une fonction communes. Tissus. Organes.

Atomes. Molécules. Tissu : Cellules. Ensemble de cellules dotées d une structure et d une fonction communes. Tissus. Organes. Atomes Molécules Tissu : Ensemble de cellules dotées d une structure et d une fonction communes. Cellules Tissus Organes Systèmes 1. Le tissu épithélial: Les épithéliums Membrane basale Formés de cellules

Plus en détail

Bases anatomique et physiologique de la rate et du pancréas.

Bases anatomique et physiologique de la rate et du pancréas. Bases anatomique et physiologique de la rate et du pancréas. La rate. La Rate en MTC : La Rate en MTC est un emblème représentant les fonctions organiques d une grande partie du système digestif (l estomac,

Plus en détail

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire

Tâche : Les problèmes du système excréteur urinaire Les problèmes du système excréteur urinaire http://www.bioweb.lu/anatomie/rein/rein.jpg Guide de l enseignant Document de travail RienST_guide de l'enseignant modifié.doc 1 Nous avons choisi façon de présenter

Plus en détail

Dr BOGGIO Les fonctions du système digestif 2.2 S1 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015

Dr BOGGIO Les fonctions du système digestif 2.2 S1 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 1 Dr BOGGIO Les fonctions du système digestif 2.2 S1 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 10 Les processus digestifs Ingestion : introduction de nourriture dans

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU METABOLISME DES IONS ET DE l EAU 1 GENERALITES Le corps humain est composé de 60 à 70% d eau. Cette eau se répartit dans deux compartiments, intra et extracellulaire. Ce dernier peut être lui même scindé

Plus en détail

THEME N 1 : Manger L appareil digestif et la digestion

THEME N 1 : Manger L appareil digestif et la digestion THEME N 1 : Manger L appareil digestif et la digestion Ce que je pense savoir 1. Quels est le trajet des aliments dans notre corps? Les aliments que nous mangeons font le même trajet imposé de la bouche

Plus en détail

traitement de la SEP *

traitement de la SEP * 4 Le traitement de la SEP * * Sclérose en plaques Cette brochure fait partie d'une série de brochures sur la Sclérose En Plaques (SEP). Bien qu'il n'existe pas à l'heure actuelle de traitement capable

Plus en détail

Atelier n 4 : Que devient le pain une fois mangé?

Atelier n 4 : Que devient le pain une fois mangé? Atelier n 4 : Que devient le pain une fois mangé? 1. OBJECTIFS. - Comprendre le fonctionnement du système digestif. - Pouvoir expliquer le trajet réalisé par le pain après sa mise en bouche. - Découvrir

Plus en détail

CHAPITRE 6 : Les défenses de l'organisme face aux microorganismes

CHAPITRE 6 : Les défenses de l'organisme face aux microorganismes Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 6 : Les défenses de l'organisme face aux microorganismes Obj. cognitifs : Définir le système immunitaire. Une réaction rapide-la phagocytose, réalisée

Plus en détail

Contrôle de l apprentissage

Contrôle de l apprentissage Niveau 2 07 / Le sang Information pour l enseignant 1/6 Sujet Cahier de travail dans son intégralité Devoir Les élèves résolvent le test. Matériel Solution Type de travail Travail individuel Durée 45 minutes

Plus en détail

Le système immunitaire

Le système immunitaire Le système immunitaire L organisme doit se protéger des agressions qu il subit continuellement de la part du milieu externe. Cette protection consiste tout d abord en l interposition d une barrière entre

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE INTRODUCTION Les défenses immunitaires sont capables d identifier et d éliminer les cellules et molécules étrangères à l organisme ou celles qui le sont devenues comme les cellules cancéreuses. Les macrophages

Plus en détail

Portail de la biologie de la reproduction

Portail de la biologie de la reproduction Portail de la biologie de la reproduction www.bio-courses.jimdo.com Auteurs : Yasmina ANTEUR Licence : Module : Biologie du développement Les mécanismes de différenciation cellulaire I. Introduction -

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale

L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale RALANDISON Stéphane Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar Soirée Rhumato, 28 février 2013 Introduction Habitudes pratiques:

Plus en détail

Notes d'études secondaires. Sciences et technologie 316 Le système digestif

Notes d'études secondaires. Sciences et technologie 316 Le système digestif Notes d'études secondaires Sciences et technologie 316 Le système digestif Nom: Prénom: Groupe: Date: Classification des nutriments: 1) Protéines (protéïdes ou protides) 2) Glucides : Sucres 3) Lipides

Plus en détail

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ Les mécanismes de reconnaissance et d élimination des molécules du non soi font intervenir un système diffus d organes, de tissus, de cellules et de molécules qui

Plus en détail

DIGESTION : PHÉNOMÈNES MÉCANIQUES ET BIOCHIMIQUES

DIGESTION : PHÉNOMÈNES MÉCANIQUES ET BIOCHIMIQUES 11 DIGESTION : PHÉNOMÈNES MÉCANIQUES ET BIOCHIMIQUES Objectifs : définir la digestion décrire les phénomènes mécaniques de la diggestion. à partir d'expériences de digestion chimique, construire un schéma

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

Virus. Que sont les virus? Un virion (particule virale) a trois parties majeures : www.safewater.org

Virus. Que sont les virus? Un virion (particule virale) a trois parties majeures : www.safewater.org Virus Que sont les virus? La majorité de nous ont eu un rhume ou la grippe au moins une fois pendant nos vies, alors c est facile de souvenir combien horrible nous sentons quand nous sommes malades. Comment

Plus en détail

Les sens. L anatomie de l œil

Les sens. L anatomie de l œil Les sens Sens Récepteur Perceptions perçues Goût langue Saveurs (salée, sucrée, acide et amer) chaud et froid Odorat nez Odeurs et la douleur Vue yeux couleurs, relief, lignes, luminosité, mouvements et

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Intégration à la profession de technologiste médical

Intégration à la profession de technologiste médical Intégration à la profession de technologiste médical CLA.05 Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 53,33

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

TP1 la réaction inflammatoire aigüe

TP1 la réaction inflammatoire aigüe Dès que des microorganismes franchissent la peau ou les muqueuses, une réaction de défense se met immédiatement en place, la réaction inflammatoire dont les 4 symptômes sont : chaleur, douleur, rougeur

Plus en détail

Chapitre n 8 : le pouvoir pathogène des bactéries

Chapitre n 8 : le pouvoir pathogène des bactéries Chapitre n 8 : le pouvoir pathogène des bactéries De nombreuses espèces microbiennes vivent sur la peau et sur les muqueuses (bouche, fosses nasales, appareil digestif, vagin ) sans exercer pour autant

Plus en détail

Photos des différents ingrédients

Photos des différents ingrédients 14 globules blancs (2 cuillères à soupe farine) participent à la défense contre les bactéries. plaquettes (2 cuillères à café pigment jaune) participent à la coagulation = bouchent les trous Photos des

Plus en détail

LA CICATRISATION. I - Reconstitution tissulaire. Cicatrisation primaire - Cicatrisation secondaire

LA CICATRISATION. I - Reconstitution tissulaire. Cicatrisation primaire - Cicatrisation secondaire LA CICATRISATION I - Reconstitution tissulaire La cicatrisation d'une plaie est un phénomène biologique naturel. Les tissus humains et animaux sont capables de réparer des lésions localisées par des processus

Plus en détail

Module : Cours de Anatomie-Physiologie-Pathologie.

Module : Cours de Anatomie-Physiologie-Pathologie. Module : Cours de Anatomie-Physiologie-Pathologie. Public cible Ce cours fait partie du tronc commun obligatoire à toutes les thérapies Aperçu de la formation (Définition) L anatomie est la connaissance

Plus en détail

Pathogénèse ou Pathogénie : Étude des causes et du développement des maladies. Désigne aussi le processus suivant lequel une maladie évolue.

Pathogénèse ou Pathogénie : Étude des causes et du développement des maladies. Désigne aussi le processus suivant lequel une maladie évolue. Palliatif : Qui supprime ou atténue les symptômes d une maladie sans agir sur ses causes. Les soins palliatifs sont l ensemble des soins et du soutien destiné à accompagner un malade dont l état général

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

DIGESTION LICENCE 2 STAPS Document d accompagnement LA DIGESTION

DIGESTION LICENCE 2 STAPS Document d accompagnement LA DIGESTION LA DIGESTION INTRODUCTION 1. PROCESSUS DIGESTIFS 1.1. Ingestion 1.2. Propulsion 1.3. Digestion mécanique 1.4. Digestion chimique 1.5. L assimilation 1.6. Défécation 2. ASPECT GENERAUX DU SYSTEME DIGESTIF

Plus en détail

La «Toux de Chenil» Etiologie* Fiche technique n 4

La «Toux de Chenil» Etiologie* Fiche technique n 4 Fiche technique n 4 La «Toux de Chenil» La «Toux de Chenil» est un syndrome* fréquent, souvent rencontré en collectivité ou lors de rassemblements de chiens d origines différentes (chenils, animalerie,

Plus en détail

Chapitre 10 : La réaction inflammatoire, un exemple de réponse innée.

Chapitre 10 : La réaction inflammatoire, un exemple de réponse innée. Chapitre 10 : La réaction inflammatoire, un exemple de réponse innée. Lorsqu un agent infectieux (bactérie, virus, champignon microscopique ) pénètre dans l organisme et commence à s y multiplier, on observe

Plus en détail

A. GUERIN REUSSIR LA BIOLOGIE EN CAP ESTHETIQUE-COSMETIQUE

A. GUERIN REUSSIR LA BIOLOGIE EN CAP ESTHETIQUE-COSMETIQUE A. GUERIN REUSSIR LA BIOLOGIE EN CAP ESTHETIQUE-COSMETIQUE Pour bien utiliser ce livre. Au cours de la formation et lors de l'examen du CAP esthétique-cosmétique, la biologie tient une place importante.

Plus en détail

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Cyrille Hoarau, Frédéric Bérard I-Introduction... 2 II-Principe et modalités de l'immunothérapie spécifique de l'allergène... 2 II-1.Principe

Plus en détail

Partie 1 : Immunologie

Partie 1 : Immunologie Partie 1 : Immunologie Le maintien de l'intégrité de l'organisme Video 1 Video 1 bis Quelques rappels... 1. L'infection microbienne : 2. Les premières défenses : 3. La défense par les lymphocytes : Chapitre

Plus en détail

Physiologie de la digestion

Physiologie de la digestion Physiologie de la digestion I. Introduction Les besoins alimentaires La sensation de la faim et de la satiété Les apports alimentaires complexes La digestion et l absorption : Rôle du tube dgiestif (appareil

Plus en détail

L APPAREIL DIGESTIF (suite)

L APPAREIL DIGESTIF (suite) BOYER Judith le 19.10.10 CHALOPIN Amélie Physio Karine MAHEO L APPAREIL DIGESTIF (suite) IV. L estomac (suite) 1. Motilité (suite) Les facteurs qui augmentent la force des contractions gastriques sont

Plus en détail

MHN. En utilisant cette pièce tragique, vous justifierez le concept de mémoire immunitaire.

MHN. En utilisant cette pièce tragique, vous justifierez le concept de mémoire immunitaire. MHN En utilisant cette pièce tragique, vous justifierez le concept de mémoire immunitaire. Acte 1, scène 1 : On transfuse du sang de Madame Poteau (Rhésus moins : Rh-) à Madame Piquet (Rhésus plus : Rh+)

Plus en détail

D 0 S_20 Sommaire : Anatomie de la peau II. Epidémiologie des brûlures III. Etiologie des brûlures IV. Estimation de la gravité Complications

D 0 S_20 Sommaire : Anatomie de la peau II. Epidémiologie des brûlures III. Etiologie des brûlures IV. Estimation de la gravité Complications Référence Référence : : Version : Date : Les brûlures DOSSIER Sommaire : I. Anatomie de la peau II. III. IV. Epidémiologie des brûlures Etiologie des brûlures Estimation de la gravité V. Complications

Plus en détail

Programme du cours. Terminologie Médicale. A) Préfixes. B) Morphologie. C) Physique-Physiologie. D) Moyens d investigation. E) Méthodes thérapeutiques

Programme du cours. Terminologie Médicale. A) Préfixes. B) Morphologie. C) Physique-Physiologie. D) Moyens d investigation. E) Méthodes thérapeutiques Anatomie, Physiologie, Pathologie Humaine Programme du cours Introduction Terminologie Médicale A) Préfixes B) Morphologie. C) Physique-Physiologie D) Moyens d investigation E) Méthodes thérapeutiques

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF CAP ESTHETIQUE / BAC PRO/BTS ESTHETIQUE COSMETIQUE PARFUMERIE

TABLEAU COMPARATIF CAP ESTHETIQUE / BAC PRO/BTS ESTHETIQUE COSMETIQUE PARFUMERIE TABLEAU COMPARATIF CAP ESTHETIQUE / BAC PRO/BTS ESTHETIQUE COSMETIQUE PARFUMERIE CAP BAC PRO BTS S1 - Biologie S1 - Biologie humaine appliquée C) BIOLOGIE 1. ORGANISATION GENERALE DU CORPS HUMAIN 1. Les

Plus en détail

Qu est-ce qu un médicament? Pourquoi utiliser un médicament?

Qu est-ce qu un médicament? Pourquoi utiliser un médicament? Qu est-ce qu un médicament? Un médicament est un produit qui possède des propriétés utiles pour soigner. L action qu il exerce sur l organisme déclenche un effet bénéfique pour la santé ; c est ce qu on

Plus en détail

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF.

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF. LA DIGESTION Les aliments ingérés ne peuvent être utilisés tels quels par l organisme. Ils doivent être simplifiés par l appareil digestif en nutriments assimilables, et ce au cours de la digestion. Digestion

Plus en détail

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation Stage de formation 17 & 18 mars 2014 Conférences Institut français de l Éducation Ateliers École normale supérieure de Lyon (site Monod) nihil est sine ratione NetBioDyn et la modélisation des réactions

Plus en détail

constituant de la membrane externe des bactéries Gram

constituant de la membrane externe des bactéries Gram Deux types de toxines bactériennes 1) le LPS = endotoxine constituant de la membrane externe des bactéries Gram nature lipopolysaccharidique libéré pendant la croissance et les divisions bactériennes produit

Plus en détail

Cours formation théorique

Cours formation théorique Programme du cours de premier cycle Cours formation théorique Anatomie, physiologie, biologie, pathologie Bases de la biologie 1. Qu est-ce que la vie 2. Organisation d un être humain 3. Plans du corps

Plus en détail

Inflammation. = réaction des tissus à une lésion

Inflammation. = réaction des tissus à une lésion Inflammation = réaction des tissus à une lésion Déclenchée suite à : Un traumatisme physique (coup) Une chaleur intense (brûlure) Irritation chimique Une infection L inflammation: Empêche la propagation

Plus en détail

Chapitre 3 : La satisfaction des besoins des organes en nutriments.

Chapitre 3 : La satisfaction des besoins des organes en nutriments. Chapitre 3 : La satisfaction des besoins des organes en nutriments. Nous savons que nos organes utilisent le dioxygène, mais aussi les nutriments contenus dans le sang, pour fabriquer l énergie dont ils

Plus en détail

TISSU SANGUIN ET SYSTEME IMMUNITAIRE - BASES GENERALES Inflammation. Titre du cours

TISSU SANGUIN ET SYSTEME IMMUNITAIRE - BASES GENERALES Inflammation. Titre du cours 31/10/2013 HAMEL Audrenne L2 Tissu sanguin et système immunitaire-bases générales G. KAPLANSKI 14 pages Titre du cours Plan PARTIE 1 : la réaction inflammatoire aiguë A. La phase vasculaire B. La phase

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Santé respiratoire

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Santé respiratoire LOOK, FEEL AND LIVE BETTER Santé respiratoire : asthme et rhume des foins L obstruction des voies respiratoires et les symptômes de l asthme, ainsi que les manifestations similaires du rhume des foins,

Plus en détail

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Problème n 1 : Comment le corps réagit-il lors d une infection? Rappel : une infection se caractérise par la multiplication

Plus en détail

Risques infectieux et protection de l organisme.

Risques infectieux et protection de l organisme. Risques infectieux et protection de l organisme. L œil humain ne peut pas voir les objets dont la taille est inférieure à 0.1 mm Tous ces êtres vivants dont taille est inférieure à 0.1 mm sont appelés

Plus en détail

HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen.

HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen. HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen.fr PHYSIOPATHOLOGIE DEFINITIONS Réaction immédiate : < 1

Plus en détail

LE SYNDROME INFECTIEUX

LE SYNDROME INFECTIEUX LE SYNDROME INFECTIEUX Les maladies infectieuses résultent de l'agression de l'organisme par un être vivant microscopique ou macroscopique, Cette agression entraine généralement une ou des altérations

Plus en détail

Alimentation Les groupes d aliments

Alimentation Les groupes d aliments Alimentation Les groupes d aliments Au nombre de sept, les groupes d aliments permettent une classification simplifiée des aliments. Ce classement se fait par leurs teneurs en nutriments (protéines, lipides,

Plus en détail

L e s y s t è m e i m m u n i t a i r e. Les organes du système. immunitaire

L e s y s t è m e i m m u n i t a i r e. Les organes du système. immunitaire 1 2 3) Les deux types d'immunité 3.1) L'immunité non spécifique 3.1.1 Les barrières naturelles La peau et les muqueuses constituent une barrière efficace contre les micro-organismes. Elle est renforcée

Plus en détail

LA DIGESTION. fiche Dl : signification de la digestion

LA DIGESTION. fiche Dl : signification de la digestion LA DIGESTION 1. A QUOI SERT L'APPAREIL DIGESTIF? fiche Dl : signification de la digestion L'appareil digestif a un triple rôle : 1 - digérer = réduire les aliments en de très fines particules (de la bouche

Plus en détail

FAYET. Source : http://www.prevention.ch/ima30804.jpg

FAYET. Source : http://www.prevention.ch/ima30804.jpg AURORE FAYET TCAPC Source : http://www.prevention.ch/ima30804.jpg 1 I) Définitions allergies : Réaction anormale et excessive d'un organisme à une substance particulière hypersensibilité : Réaction d un

Plus en détail

Le paracétamol. Antalgique

Le paracétamol. Antalgique Le paracétamol Antalgique La douleur Présentation La douleur est un mécanisme physiologique ayant pour fonction principale l alerte. Elle informe le cerveau de l existence d une menace. La peau, les muscles

Plus en détail

LES VAISSEAUX SANGUINS

LES VAISSEAUX SANGUINS LES VAISSEAUX SANGUINS PLAN DU COURS: LES VAISSEAUX SANGUINS (chap.20) STRUCTURE ET FONCTIONS DES VAISSEAUX SANGUINS introduction structure des parois vasculaires réseau artériel capillaires réseau veineux

Plus en détail

Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116

Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116 Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116 Physiologie du système cardiovasculaire 117 Le transport du dioxyde de carbone 117 La

Plus en détail

UE 2.2.S1 - COURS MAGISTRAL N 8 : LES VAISSEAUX SANGUINS.

UE 2.2.S1 - COURS MAGISTRAL N 8 : LES VAISSEAUX SANGUINS. UE 2.2.S1 - COURS MAGISTRAL N 8 : LES VAISSEAUX SANGUINS. 1) LA PAROI VASCULAIRE. Les capillaires qui sont les vaisseaux les plus petits présentent une paroi simple qui est appelée endothélium. La paroi

Plus en détail

Jean-Luc Darrigol. Tous les moyens naturels pour vaincre. La constipation. Hygiène vitale. Aliments stimulant le transit. Plantes médicinales

Jean-Luc Darrigol. Tous les moyens naturels pour vaincre. La constipation. Hygiène vitale. Aliments stimulant le transit. Plantes médicinales Jean-Luc Darrigol Tous les moyens naturels pour vaincre La constipation Hygiène vitale o Aliments stimulant le transit o Plantes médicinales o Compléments alimentaires Le tube digestif : anatomie et physiologie

Plus en détail

thera Boostez vos défenses immunitaires pour un hiver serein! N 3 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION octobre 2011

thera Boostez vos défenses immunitaires pour un hiver serein! N 3 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION octobre 2011 octobre 2011 thera N 3 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION Boostez vos défenses immunitaires pour un hiver serein! thera Edito Chères clientes, chers clients, L automne est là Le changement de saison

Plus en détail

Thème 3: Féminin, masculin. Chapitre 1: devenir un homme ou une femme

Thème 3: Féminin, masculin. Chapitre 1: devenir un homme ou une femme Thème 3: Féminin, masculin Chapitre 1: devenir un homme ou une femme L identité sexuelle ou identité de genre L identité sexuelle est le fait de se sentir totalement homme ou femme. Cette identité de genre

Plus en détail

Mon enfant a la diarrhée

Mon enfant a la diarrhée Mon enfant a la diarrhée Chers parents, Votre enfant a la diarrhée. Cette brochure répondra à la plupart de vos questions et vous donnera des conseils pratiques pour que cette mauvaise passe ne tourne

Plus en détail

LES MEDICAMENTS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDES

LES MEDICAMENTS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDES 1 Introduction LES MEDICAMENTS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDES 2 La polyarthrite rhumatoïde est une maladie caractérisée par une inflammation chronique du tissus synovial. Dr Myriam RAZGALLAH KHROUF A-H-U-pharmacologie,

Plus en détail

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE I QUELQUES DEFINITIONS (Sources : Groupement Technique Vétérinaire 85) Abcès Agent Pathogène

Plus en détail

Les fonctions du système génital chez l homme

Les fonctions du système génital chez l homme 1 Les fonctions du système génital chez l homme Une fonction exocrine : production des spermatozoïdes (= spermatogenèse) Une fonction endocrine : sécrétion de testostérone Spermatogenèse La spermatogenèse

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA CÔTE- DU- SUD CENTRE D ÉDUCATION DES ADULES DE BELLECHASSE BIOLOGIE PRÉTEST B BIOLOGIE 5063-2

COMMISSION SCOLAIRE DE LA CÔTE- DU- SUD CENTRE D ÉDUCATION DES ADULES DE BELLECHASSE BIOLOGIE PRÉTEST B BIOLOGIE 5063-2 COMMISSION SCOLAIRE DE LA CÔTE- DU- SUD CENTRE D ÉDUCATION DES ADULES DE BELLECHASSE BIOLOGIE PRÉTEST B BIOLOGIE 5063-2 LE SYSTÈME DIGESTIF CHEZ L HUMAIN QUESTIONNAIRE GILLES MERCIER CEA BELLECHASSE MAI

Plus en détail

Règles de base Fiches d activité sur les modes de transmission (autre activité possible)

Règles de base Fiches d activité sur les modes de transmission (autre activité possible) Titre : Infections transmises sexuellement Groupe cible : 7 e année (version catholique) Domaine du curriculum de l Ontario : Santé Thème du domaine : Croissance et développement Contenus d apprentissage

Plus en détail

Complejo Las Musas - Salta 271 - www.complejolasmusas.com.ar - info@complejolasmusas.com.ar

Complejo Las Musas - Salta 271 - www.complejolasmusas.com.ar - info@complejolasmusas.com.ar Curiosités de la SPA Douche écossaise La douche écossaise est d'utiliser l'eau comme agent thérapeutique, résultant d'une hydrothérapie. Le massage est causée par une combinaison d'un flux vertical de

Plus en détail

Progression CBSV (2h30/semaine : une classe de 15 élèves)

Progression CBSV (2h30/semaine : une classe de 15 élèves) Progression CBSV (2h30/semaine : une classe de 15 élèves) dates Connaissances Capacités 1.1 Les organismes vivants présentent une unité et une diversité 7/9 L observation des organismes vivants témoigne

Plus en détail

CAP Petite Enfance / Biologie / L organisation du corps humain

CAP Petite Enfance / Biologie / L organisation du corps humain L'OPEN CLASS REVISION GRATUIT EN LIGNE Informations Auteur : Philippe OLIVE Mis en ligne le 10 juin 2014 Modifié le 13 octobre 2014 Catégorie : CAP Petite Enfance CAP Petite Enfance / Biologie / L organisation

Plus en détail

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire Thérapie anti-âge Revitalisation cellulaire La qualité du fonctionnement de notre organisme diminue avec l âge, en particulier les systèmes physiologiques importants tels que : Le système immunitaire,

Plus en détail