Évaluations formatives. 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluations formatives. 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique?"

Transcription

1 Évaluations formatives Module 1 Introduction 1. Donnez la différence entre le système de défense spécifique et non spécifique? Le système de défense spécifique est en fait le système immunitaire. C est un système fonctionnel l organisme qui permet de reconnaître un agresseur potentiellement dangereux et de l éliminer afin de rétablir l équilibre corporel (homéostasie). De plus, le système de défense spécifique est capable de mémorisation, il se souvient de l agresseur. Le système de défense non spécifique quant à lui est constitué d un ensemble d éléments n appartenant pas au système immunitaire et qui protègent l organisme contre les agresseurs et qui peut accentuer la réaction immunitaire comme la peau, les muqueuses, certaines substances,. Ce système ne fait aucune reconnaissance de l agent agresseur et est incapable d en faire la mémorisation. 2. Nommez les trois lignes de défenses en l associant aux deux grandes divisions du système de défense? Pour le système de défense non spécifique, on retrouve la première ligne de défense, les barrières naturelles et la deuxième ligne, les défenses cellulaires et chimiques. Le système de défense spécifique correspond à la troisième ligne, le système immunitaire. Module 1 Défense non spécifique 1. Nommez les barrières superficielles ou naturelles de l'organisme humain. Peau, Muqueuses (épithéliums ), Sécrétions ; Salive,larme, Mucus, Suc gastrique, Urine et sécrétions vaginales, Effet barrières (flores intestinal et vaginal), Cils et larme (yeux), poil et cils des voies respiratoires, Placenta, Barrière hématoencéphalique (SNC), cérumen (oreille), épiglotte 2. Comment la peau exerce-t-elle une barrière efficace? L'épiderme de la peau est composé de couches de cellules organisées en strates étagées les unes sur les autres. Les cellules de l'épiderme adhèrent fermement les unes aux autres, formant ainsi une protection relativement étanche. La couche superficielle de l'épiderme se compose de cellules mortes kératinisées qui desquament périodiquement. La peau est constamment renouvelée par la multiplication des cellules de la couche profonde. La peau possède des cellules Prévention des infections Corrigé formatifs module 1 1

2 kératinocytes qui produisent de la kératine (protéine insoluble très résistante). Ces cellules meurent et forment la couche superficielle de la peau qui est riche en kératine et donc très résistance. De plus, dans le derme de la peau se retrouvent des glandes (sudoripares et sébacées) qui sécrètent des substances (sueur et sébum), Ces substances sont antimicrobiennes. Elles sont acides, ce qui inhibe la croissance de plusieurs microorganismes, De plus, elles contiennent des substances toxiques et des lysozymes qui tuent les microorganismes. L'ensemble de ces caractéristiques confère à la peau ses propriétés de barrière naturelle contre la pénétration de microorganismes 3. Pourquoi place-t-on les grands brûlés dans les unités de soins stériles? Parce que ces patients ont perdu une des plus grandes parties de leur défense non spécifie, une barrière naturelle, la peau. Sans cette dernière, l organisme humain est exposé à l ensemble des agresseurs potentiels qui ont accès facilement aux tissus du corps. 4. Définissez kératine et kératinocytes et donnez leurs rôles en tant que barrière naturelle? Les principales cellules de l épiderme sont les kératynocytes, qui synthétiques la kératine, protéine insoluble dans l'eau présente également dans les cheveux, les poils et les ongles. Cette protéine confère à l épiderme une bonne résistance. 5. Quelles conséquences les sécrétions acides des glandes de la peau ont-elles? Ces substances acides inhibent la croissance de plusieurs microorganismes. Le milieu n est plus propice à leur développement (croissance et reproduction). 6. Nommez et expliquez les mécanismes de barrière du système respiratoire? Le système respiratoire possède plusieurs barrières. L épithélium des voies respiratoires constitue une barrière physique semblable à la peau (moins résistante pcq pas de kératine), ce qui empêche les agresseurs de pénétrer dans les tissus. De plus, cet épithélium sécrète du mucus (substance collante) qui capte et emprisonne les déchets et les agresseurs (comme une tirette à mouche). Les cils et les poils qui tapissent les voies respiratoires jouent un rôle de barrière mécanique en empêchant les agents agresseurs de pénétrer et par leur mouvement ascendant, ils font remonter le mucus chargé de déchet vers la sortie. Les éternuements et la toux sont aussi des moyens mécaniques liés au système nerveux qui assurent l évacuation du mucus chargé de débris et agresseur potentiel. Prévention des infections Corrigé formatifs module 1 2

3 7. Nommez et expliquez les mécanismes de barrière du système digestif au niveau de la bouche et de l'estomac? Le système digestif, comme les voies respiratoire est recouvert d un épithélium qui constitue une barrière physique contre les agents agresseur, semblable à la peau (moins résistante pcq pas de kératine). Dans la bouche, la salive contient des lysozymes qui tuent les bactéries. Au niveau de l estomac, l acidité et l ensemble des sucs gastriques assurent l inhibition de la croissance de plusieurs agents agresseurs. L intestin contient aussi une barrière physiologique, c est-à-dire une flore, qui assure une élimination des agents pathogènes par compétition avec les microorganismes qui constituent la flore. 8. Quelles barrières existe-t-il au niveau de l'appareil génito-urinaire? Les systèmes urinaire et génitale sont recouverts d épithélium qui assure une barrière physique contre la pénétration des agents agresseurs, semblable à la peau (moins résistante pcq pas de kératine). Les sécrétions de l appareil génito-urinaire, l urine et les sécrétions vaginales sont acides et cette acidité inhibe la croissance de plusieurs agents agresseurs. Le vagin contient aussi une barrière physiologique, c està-dire une flore, qui assure une élimination des agents pathogènes par compétition avec les microorganismes qui constituent la flore. 9. Nommez et expliquez deux mécanismes de barrière au niveau de l œil? Une première barrière au niveau de l œil est mécanique, ce sont les sourcils et les cils qui empêchent les poussières ou autres agents agresseurs de pénétrer l œil. Les larmes assurent, que tout agent qui pénètre dans l œil, soit évacué le plus rapidement possible vers l extérieur par les pleurs ou vers la cavité nasale par écoulement. De plus, les larmes contiennent des lysozymes qui tuent les bactéries qui pourraient pénétrer dans les yeux. 10. Quelles cellules sont les effecteurs cellulaires dans la réaction non spécifique? Les cellules phagocytes, soit les monocytes ou macrophagocytes une fois dans le tissu et les granulocytes neutrophiles, les cellules accessoires, soit les granulocytes éosinophiles et basophiles, les mastocytes et les plaquettes et les cellules tueuses (NK) 11. Nommez les types de phagocytes? Granulocytes neutrophiles, macrophages ou macrophagocytes issus des monocytes, par extension on pourrait mettre les granulocytes éosinophiles. Prévention des infections Corrigé formatifs module 1 3

4 12. Quelles sont les fonctions des granulocytes neutrophiles? Leur rôle principal est d effectuer la phagocytose. Les macrophages ou macrophagocytes quant à eux phagocytent tout sans distinction dans le tissu. Ils sont issus de la transformation du monocyte, lorsque ce dernier, par diapédèse, se retrouve dans le tissu. De plus, ils participent à la réaction inflammatoire par la libération de médiateurs chimiques et à la fièvre par la libération de substances pyrogènes. 13. Comment nomme-t-on les cellules desquelles sont issus les macrophagocytes et par quel processus se retrouvent-ils dans les tissus? Les macrophages ou macrophagocytes sont des cellules que l on retrouve uniquement dans les tissus. Ce sont les monocytes du sang, qui lorsqu ils sont appelés à un foyer d infection par chimiotactisme peuvent traverser la paroi de vaisseaux sanguins par diapédèse, en passant entre les cellules de ces parois. Les monocytes se transforment alors en gros phagocytes, les macrophagocytes. 14. Compléter le tableau suivant, Les Globules blancs de la défense non spécifique CELLULES NON SPÉCIFIQUE Granulocytes Neutrophiles Granulocytes Éosinophiles Granulocytes Basophiles Macrophages Monocytes Plaquettes Cellules tueuses NK FONCTIONS Diapédèse, phagocytose de microorganismes, induction de la fièvre par sécrétion de substances pyrogènes, sécrétion de médiateurs chimiques dans la réaction inflammatoire. Réaction contre les vers parasites, phagocytose des complexes antigèneanticorps, diapédèse Sécrétion de médiateurs chimiques dans la réaction inflammatoire, (augmentation lors de réaction d hypersensibilité), diapédèse Dans tissu, phagocytose, sécrétion de médiateurs chimiques dans réaction inflammatoire, cellule présentatrice dans défense spécifique Dans sang, peu ou pas de phagocytose, diapédèse Coagulation, sécrétion de médiateurs chimiques dans réaction inflammatoire Provoque la lyse de cellules du corps indésirables (cellules infectées, cellules cancéreuses, ) 15. Expliquez les différentes phases de la phagocytose? La phagocytose (nom tiré de mots grecs signifiant «manger» et «cellule») est la capture puis l'ingestion par une cellule d'un microorganisme ou d'une particule de matière. Les cellules phagocytaires possèdent la propriété de capter les particules étrangères, les débris cellulaires ou les cellules âgées et de les détruire. Leur fonction principale est donc la phagocytose. La phagocytose est un mécanisme de transport de la membrane plasmatique qui permet la capture de particules solides. Ce processus est divisé en plusieurs étapes, le chimiotactisme ou attraction, l adhésion, Prévention des infections Corrigé formatifs module 1 4

5 l ingestion, la digestion et l élimination éventuelle des particules microscopiques capturées. La phagocytose débute premièrement par l attraction du phagocyte vers l élément à phagocyter, le chimiotactisme, fait par des éléments chimiques libérés par l agent agresseur par exemple. Par la suite, il y a contact et accolement de l agent agresseur avec le phagocyte, l adhésion. Une portion de la membrane du phagocyte enrobe l agent agresseur, c est l ingestion, la rentrée de l agent dans le phagocyte dans une vacuole ou vésicule que l on nomme phagosome. Cette vacuole (phagosome) fusionne avec les lysozomes (contenant des lysozymes)du phagocyte formant ainsi le phagolysosome. Il y a alors digestion de l agent agresseur par les lysozymes et les résidus issu de cette digestion sont ensuite évacués du phagocyte. Cependant, il est possible que l agent agresseur ne soit pas digéré. Certaines bactéries peuvent, lorsque non digérées, se multiplier. De même des particules comme l amiante la silice peuvent s accumulé et causé des problèmes graves. 16. Distinguer comment agissent l interféron et le complément? Les interférons sont une classe de protéines produites par certaines cellules infectées par des virus. C est une protéine qui assure une protection de cellules saines. Le système du complément est un mécanisme de résistance composé d'au moins 20 protéines du sérum dont les interactions forment une cascade de réactions chimiques ayant pour conséquence la destruction des microorganismes. 17. Comment la fièvre peut être un élément de la défense immunitaire non spécifique? La fièvre est une réaction systémique ou généralisé du corps qui se manifeste par une élévation anormale de la température du corps. Lors d'une infection, les phagocytes, granulocytes neutrophiles et à un moindre degré les macrophages, entrent en action. Une fois qu ils ont phagocyté l agent agresseur, ils libèrent des substances pyrogènes, qui agissent sur l hypothalamus (centre de régulation de la température corporelle). L hypothalamus modifie alors, à la hausse la température du corps. L'élévation de la température corporelle inhibe la croissance de certains microorganismes. De plus, l'élévation de la température ayant pour effet d'accélérer les réactions du corps, on estime qu'elle permet aux tissus du corps de se réparer plus rapidement. La fièvre peut donc être considérée comme un moyen de défense non spécifique, parce qu'elle contribue à la protection du corps contre certains microbes sans pour autant agir spécifiquement contre eux. 18. Nommez les médiateurs qui interviennent dans la réaction inflammatoire? Les médiateurs chimiques de la réaction inflammatoire sont kinines, prostaglandines, histamine, cytokines,, Prévention des infections Corrigé formatifs module 1 5

6 19. Comment et pourquoi des rougeurs et de l'œdème apparaissent lors de la réaction inflammatoire? Lors d une lésion, les médiateurs chimiques libérés, par les cellules lésées ou par des cellules de la défense non spécifique, agissent sur les vaisseaux sanguins. Ils provoquent une vasodilatation, qui cause une congestion sanguine (plus de sang qui circule au niveau de la lésion). Puisqu il y a plus de sang, il y a apparition d une coloration rouge au niveau de la peau, de plus, la zone devient chaude. Les médiateurs chimiques provoquent aussi une augmentation de la perméabilité des capillaires sanguins, occasionnant une sortie plus grande de liquide vers l espace extracellulaire. Il y a donc œdème et par le fait même une sensibilité de la zone. 20. Faire le schéma explicatif de la réaction inflammatoire. (voici un texte) L'inflammation est une réaction de défense appartenant aux mécanismes de la résistance non spécifique, chimique et cellulaire. Elle est déclenchée dans le corps à la suite d'une lésion des tissus. La réaction inflammatoire se caractérise par quatre signes et symptômes: la rougeur, la chaleur, l œdème et la douleur. Il apparaît parfois un cinquième signe, soit la perte fonctionnelle de la région touchée. La réaction inflammatoire appartient à la deuxième ligne de défense du corps contre les agressions microbiennes. Elle remplit les fonctions suivantes: 1) détruire, si possible, l'agent nocif et débarrasser le corps de l'agent et de ses produits; 2) si la destruction est impossible, limiter les effets sur le corps en isolant l'agent nocif et ses produits; 3) réparer ou remplacer le tissu lésé par l'agent nocif ou ses produits. Lors d une lésion, les médiateurs chimiques libérés, par les cellules lésées ou par des cellules de la défense non spécifique, agissent sur les vaisseaux sanguins. Ils provoquent une vasodilatation, qui cause une congestion sanguine (plus de sang qui circule au niveau de la lésion). Puisqu il y a plus de sang, il y a apparition d une coloration rouge au niveau de la peau. De plus, la zone devient chaude. Cet apport supplémentaire de sang provoque une augmentation du métabolisme des cellules afin d accélérer la guérison. Les médiateurs chimiques provoquent aussi une augmentation de la perméabilité des capillaires sanguins, occasionnant une sortie plus grande de liquide (exsudat) vers l espace extracellulaire. Il y a donc oedème et par le fait même une sensibilité de la zone. L oedème et la douleur diminuent la mobilité de la zone ce qui aidera à la guérison. L exsudat est riche en oxygène et en nutriments, éléments essentiels aux cellules pour la guérison et ces éléments permettent de répondre à l augmentation de métabolisme causé par la vasodilatation. Les médiateurs chimiques assurent aussi la production d un nombre plus élevé de globules blancs. Ceux-ci (granulocytes neutrophiles et monocytes) migrent vers le site d'agression attiré par un phénomène appelé le chimiotactisme. Ce sont les médiateurs chimiques qui assurent l attraction des globules blancs vers la zone de lésion. Une fois mobilisés, les phagocytes font la margination, c est-à-dire qu ils s'agrippent à la surface de Prévention des infections Corrigé formatifs module 1 6

7 l'endothélium des vaisseaux sanguins à la hauteur de la zone blessée. Par la suite ils font la diapédèse, les phagocytes marginés se glissent entre les cellules endothéliales des vaisseaux sanguins pour atteindre la région lésée, le tissu (monocyte devient macrophagocyte). Les phagocytes, maintenant dans le tissu peuvent maintenant procéder à la phagocytose (adhésion, ingestion, digestion et évacuation) et ainsi éliminer l agent agresseur ou les débris de la zone affectée. Prévention des infections Corrigé formatifs module 1 7

8 Résumer les différentes barrières et leur fonctionnement pour les différentes composantes du corps humain en complétant le tableau suivant. SYSTÈME BARRIÈRES FONCTIONNEMENTS Kétatinocytes et Donne de la résistance Peau Kératine Sécrétion des glandes Acidité inhibe la croissance de plusieurs (Sudoripares: sueur) microorganismes et présence de toxine (Sébacés : sébum) et d enzymes (lysozymes) qui tuent microorganismes Voies Épithélium Barrière physique respiratoires Mucus Substance collante qui emprisonne déchet Appareil digestif Appareil génitourinaire Yeux Cils et poils Empêchent débris et autres de pénétrer dans les voies respiratoires et mouvement élimine le mucus Épithélium Barrière physique Salive Contient des lysozymes qui tuent les bactéries Sucs gastrique Acidité inhibe la croissance de plusieurs microorganismes Flore Compétition entre microorganismes, élimine pathogène Épithélium Barrière physique Urine et sécrétions vaginales Acidité inhibe la croissance de plusieurs microorganismes. Flore Compétition entre microorganismes, élimine pathogène Cils Empêche poussière et autres de pénétrer dans les yeux Larmes Mouvement de liquide qui dilue et élimine agent agresseur et contient des lysozymes qui tuent les bactéries Prévention des infections Corrigé formatifs module 1 8

INTERACTIONS ENTRE L HOMME ET LES MICROORGANISMES

INTERACTIONS ENTRE L HOMME ET LES MICROORGANISMES INTERACTIONS ENTRE L HOMME ET LES MICROORGANISMES I/La flore microbienne. Les microbes peuvent aider le vivant comme être capables de le détériorer, l homme comporte 10 13 cellules et 10 14 bactéries et

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ Les mécanismes de reconnaissance et d élimination des molécules du non soi font intervenir un système diffus d organes, de tissus, de cellules et de molécules qui

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

Risques infectieux et protection de l organisme.

Risques infectieux et protection de l organisme. Risques infectieux et protection de l organisme. L œil humain ne peut pas voir les objets dont la taille est inférieure à 0.1 mm Tous ces êtres vivants dont taille est inférieure à 0.1 mm sont appelés

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

LA DIGESTION. fiche Dl : signification de la digestion

LA DIGESTION. fiche Dl : signification de la digestion LA DIGESTION 1. A QUOI SERT L'APPAREIL DIGESTIF? fiche Dl : signification de la digestion L'appareil digestif a un triple rôle : 1 - digérer = réduire les aliments en de très fines particules (de la bouche

Plus en détail

Photos des différents ingrédients

Photos des différents ingrédients 14 globules blancs (2 cuillères à soupe farine) participent à la défense contre les bactéries. plaquettes (2 cuillères à café pigment jaune) participent à la coagulation = bouchent les trous Photos des

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

Partie 1 : Immunologie

Partie 1 : Immunologie Partie 1 : Immunologie Le maintien de l'intégrité de l'organisme Video 1 Video 1 bis Quelques rappels... 1. L'infection microbienne : 2. Les premières défenses : 3. La défense par les lymphocytes : Chapitre

Plus en détail

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Problème n 1 : Comment le corps réagit-il lors d une infection? Rappel : une infection se caractérise par la multiplication

Plus en détail

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF.

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF. LA DIGESTION Les aliments ingérés ne peuvent être utilisés tels quels par l organisme. Ils doivent être simplifiés par l appareil digestif en nutriments assimilables, et ce au cours de la digestion. Digestion

Plus en détail

On appelle organes des sens : les yeux, les oreilles, les fosses nasales, la langue, la peau.

On appelle organes des sens : les yeux, les oreilles, les fosses nasales, la langue, la peau. Vue, ouïe, odorat, toucher et goût sont les 5 sens qui renseignent le cerveau sur ce qui se passe à l extérieur du corps. Les organes sensoriels renferment une multitude de cellules nerveuses motrices.

Plus en détail

Chapitre 3 : La satisfaction des besoins des organes en nutriments.

Chapitre 3 : La satisfaction des besoins des organes en nutriments. Chapitre 3 : La satisfaction des besoins des organes en nutriments. Nous savons que nos organes utilisent le dioxygène, mais aussi les nutriments contenus dans le sang, pour fabriquer l énergie dont ils

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 3 ème Chapitre 5 :

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Comment fonctionne notre respiration? Toutes les cellules de notre corps ont besoin d oxygène. En inspirant, de l air rentre dans les voies

Plus en détail

Séquence : La digestion

Séquence : La digestion Séquence : La digestion Objectifs généraux : Amener l élève à Faire les liens entre les savoirs acquis lors des séquences sur la circulation sanguine et la respiration et ceux présents dans cette séquence.

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

FICHES ABC-AIDE-SOIGNANTE

FICHES ABC-AIDE-SOIGNANTE Fiches abc-aide-soignante 1 FICHES ABC-AIDE-SOIGNANTE Fiches abc-aide-soignante 2 SOMMAIRE Présentation du corps humain...3 L'appareil digestif...5 L'appareil respiratoire...7 L'appareil cardio-vasculaire...8

Plus en détail

A votre avis, que deviennent les aliments que nous mangeons? Par où passent-ils? Comment descendent-ils?

A votre avis, que deviennent les aliments que nous mangeons? Par où passent-ils? Comment descendent-ils? OBJECTIFS : Etablir le trajet des aliments de la bouche à l anus et nommer les différents organes de la digestion Constater que dans le tube digestif les aliments se liquéfient Comprendre que les aliments

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Séquence 10. Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire. Sommaire

Séquence 10. Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire. Sommaire Séquence 10 Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire Sommaire Chapitre 1. Pré-requis Chapitre 2. La réaction inflammatoire, un exemple de réponse innée Chapitre

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

PARTIE. Organisation générale du corps humain

PARTIE. Organisation générale du corps humain PARTIE 1 Organisation générale du corps humain CHAPITRE 1 Les bases d'étude du corps humain L'ESSENTIEL Les définitions fondamentales en biologie, une science qui étudie l'organisme vivant dans un ordre

Plus en détail

Ingestion Digestion Absorption Élimination

Ingestion Digestion Absorption Élimination Ingestion Digestion Absorption Élimination Ingestion(humaine) Dans la bouche la nourriture est dégradé physiquement par les dents et dégradé chimiquement par la salive La salive est un mélange d eau et

Plus en détail

CHAPITRE 5 : L Homme face aux micro-organismes

CHAPITRE 5 : L Homme face aux micro-organismes Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 5 : L Homme face aux micro-organismes Ce que je sais : L Homme utilise certains micro-organismes pour fabriquer certains aliments. Votre comportement

Plus en détail

Partie 1 : Risque infectieux et protection de l'organisme.

Partie 1 : Risque infectieux et protection de l'organisme. Partie 1 : Risque infectieux et protection de l'organisme. Carte Nombre d épisodes confirmés de cas groupés survenus en France métropolitaine depuis le début de l épidémie par département de signalement

Plus en détail

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE Edwige TROHEL 1 SOMMAIRE 1.- DE QUOI EST COMPOSE LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE 2.- LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE EST SOLLICITE EN PLONGEE, POURQUOI? 3.-LE CŒUR 3.1.- DESCRIPTION et ROLE 3.2.- SON FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Psoriasis 2005 Psoriasis Plus de 5 millions de patients souffrent de psoriasis aux USA Ils dépensent entre 1,6 et 3,2 milliards de dollars par an pour traiter leur maladie Entre 150000 et 260000 nouveaux

Plus en détail

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Exercice A :Une faible absorption des acides aminés (anorexie, dénutrition, problème métabolique etc.) ne permet pas à l organisme de renouveler et de conserver

Plus en détail

GRANULOMATOSE SEPTIQUE CHRONIQUE

GRANULOMATOSE SEPTIQUE CHRONIQUE GRANULOMATOSE SEPTIQUE CHRONIQUE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible:

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un Fiche de révision fin d'année 4 eme primaire Complète les phrases suivantes: 1- L'absorption des aliments digère à lieu à travers. 2- Les amidons sont digères par 3- La.. est la transformation des aliments.

Plus en détail

1. L appareil digestif chez l homme.

1. L appareil digestif chez l homme. 1. L appareil digestif chez l homme. Beaucoup d êtres vivants nous entourent, tous se caractérisent par des propriétés et des caractères communs. comme la nutrition le transport la respiration l excrétion

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé Dès que le sujet

Plus en détail

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

PARTIE 6 : Le fonctionnement du corps humain et la santé

PARTIE 6 : Le fonctionnement du corps humain et la santé PARTIE 6 : Le fonctionnement du corps humain et la santé L APPAREIL DIGESTIF Exercice 1 : Le voyage des aliments (1 item) Un texte qui explique le voyage des aliments dans le corps a été mis dans le désordre.

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : Le risque infectieux Qu est ce qu un microbe? Comment les microbes peuvent-ils nous rendre malade? Microbe : virus et microorganismes unicellulaires

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de première série sciences et technologies de laboratoire Chimie, biochimie, sciences du vivant Thème 2 Évaluation sommative

Plus en détail

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases :

Chapitre 4 Cycle cellulaire. Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : SYNTHESE Chapitre 4 Cycle cellulaire Le cycle cellulaire comprend 2 périodes : L interphase, constituée de 3 phases : G1 : phase de croissance cellulaire et d activités métaboliques normales. S : phase

Plus en détail

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES Plan de cours STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES 101-FYA-PT Pondération 3-1-2 Gilles Bourbonnais (C360) gilles.bourbonnais@dgpc.ulaval.ca Sciences de la Nature / PASC@L http://ici.cegep-ste-foy.qc.ca/profs/gbourbonnais/

Plus en détail

Sommaire de la séquence 8

Sommaire de la séquence 8 Sommaire de la séquence 8 Nous avons découvert dans la séquence 7 que les micro-organismes sont présents partout dans notre environnement et qu à la faveur d une lésion, ils sont capables de franchir nos

Plus en détail

Présentation du Candida Albicans. - Pourquoi prolifère-t-il? - Qu'est-ce qu'une levure, à quoi sert-elle? CHAPITRE 1. - La grande famille des Candidas

Présentation du Candida Albicans. - Pourquoi prolifère-t-il? - Qu'est-ce qu'une levure, à quoi sert-elle? CHAPITRE 1. - La grande famille des Candidas Présentation du Candida Albicans - Pourquoi prolifère-t-il? - Qu'est-ce qu'une levure, à quoi sert-elle? CHAPITRE 1 - La grande famille des Candidas chapitre 1 Pourquoi prolifèrent-ils? Le candida n existait

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

Le système du Complément

Le système du Complément Le système du Complément Marie-Agnès Dragon-Durey, Jean Yves Cesbron, Alain Chevailler, Christian Drouet, Béatrice Uring-Lambert I-Introduction... 2 II-Les voies d activation du Complément... 2 II-1.La

Plus en détail

Cancer Du Sein Cancer Du Sein

Cancer Du Sein Cancer Du Sein Cancer Du Sein Canal normcanal normal Le cancer est une maladie de la cellule. Il arrive parfois qu une cellule se multiplie de manière incontrôlée pour former une masse appelée «tumeur». Si une tumeur

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Produits de blanchiment des dents et d hygiène dentaire

Produits de blanchiment des dents et d hygiène dentaire page 1/7 Produits de blanchiment des dents et d hygiène dentaire contenant du peroxyde d hydrogène Source : CSPC (2007) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - A l heure actuelle, des millions de kits

Plus en détail

LA DIGESTION EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES

LA DIGESTION EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES LA DIGESTION EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES I. Etude des dents Plusieurs séquences de classe peuvent être organisées sur ce sujet. 1. A quoi servent les dents? Croquer une pomme et préciser ce qui se

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

L univers vivant De la cellule à l être humain

L univers vivant De la cellule à l être humain L univers vivant De la cellule à l être humain La cellule humaine Voir : http://www.biologieenflash.net/sommaire.html Voir : http://fr.wikipedia.org/ La cellule humaine Unité de base de tous les êtres

Plus en détail

Pathologie Générale. Inflammation et Cicatrisation (1) Pr. A. Gérard ABADJIAN Hotel-Dieu de France Faculté de Médecine USJ 2012

Pathologie Générale. Inflammation et Cicatrisation (1) Pr. A. Gérard ABADJIAN Hotel-Dieu de France Faculté de Médecine USJ 2012 Pathologie Générale Inflammation et Cicatrisation (1) Pr. A. Gérard ABADJIAN Hotel-Dieu de France Faculté de Médecine USJ 2012 Références: Robbins: Basic Pathology, 9th Ed. PP Saint-Maur: Anatomie Pathologique

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCÉMIE

REGULATION DE LA GLYCÉMIE 3 REGULATION DE LA GLYCÉMIE Objectifs : en s'appuyant sur des résultats expérimentaux, construire un schéma mettant en place : le stimulus, la glande endocrine, l'hormone sécrétée, les organes effecteurs,

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

Immunité et grossesse

Immunité et grossesse MODULE de MAIEUTIQUE Unité foetoplacentaire (Coordonateur Pr Janky) Immunité et grossesse Dr. Nadia Prisant 1 Points essentiels : Le système immunitaire, à travers ses deux principales composantes, l immunité

Plus en détail

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS On vient de vous diagnostiquer une leucémie myéloïde chronique (LMC). Il se peut que vous ayez eu une analyse sanguine de routine demandée par votre médecin traitant ou

Plus en détail

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES Plan de cours STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES 101-FYA-PT Pondération 3-1-2 Gilles Bourbonnais (C360) gilles.bourbonnais@dgpc.ulaval.ca Sciences de la Nature / PASC @L http://ici.cegep-ste-foy.qc.ca/profs/gbourbonnais/

Plus en détail

CHAPITRE X - L APPAREIL DIGESTIF

CHAPITRE X - L APPAREIL DIGESTIF CHAPITRE X - L APPAREIL DIGESTIF Pour fournir l énergie nécessaire au fonctionnement de toutes nos cellules, de tous nos tissus et tous nos organes, il faut absorber des aliments contenant les GPL utiles

Plus en détail

LES BAROTRAUMATISMES

LES BAROTRAUMATISMES LES BAROTRAUMATISMES Généralités Le Placage de Masque Les Sinus L'Estomac et les Intestins Les dents L'Oreille La Surpression Pulmonaire Tableau Récapitulatif Généralités Baro signifie pression et traumatisme

Plus en détail

Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French)

Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French) Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French) L acné, dont le nom scientifique est l acné vulgaire, est la maladie de la peau la plus répandue. Elle survient chez 85 % des adolescents, parfois dès

Plus en détail

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien.

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien. BIOLOGIE 101-A82-SF ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 2 EXERCICES : LE SYSTÈME NERVEUX 2 1. Quelle est la différence entre l encéphale et le cerveau? L encéphale est constitué de tout le contenu de la boîte crânienne.

Plus en détail

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Qu est ce que la reproduction humaine? Quelles sont les étapes nécessaires à la conception d un enfant? L' Homme est-il toujours en capacité de

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

comfor/tg 2009 Brûlures chimiques Etiquetage et reconnaissance des dangers

comfor/tg 2009 Brûlures chimiques Etiquetage et reconnaissance des dangers comfor/tg 2009 Brûlures chimiques Etiquetage et reconnaissance des dangers 1 Buts Etre capable de reconnaître les dangers indiqués sur une étiquette de produits dangereux. Connaître les pictogrammes du

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

UROPYRINE 100mg. Contenu de cette notice

UROPYRINE 100mg. Contenu de cette notice UROPYRINE 100mg Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre Gardez cette notice, vous pourriez avoir

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Prescrit par la nature, prouvé par la science. Module 2. Le système immunitaire

Prescrit par la nature, prouvé par la science. Module 2. Le système immunitaire Prescrit par la nature, prouvé par la science Module 2 Le système immunitaire Module 2 Contenu 1. Introduction 1 SECTION A PHYSIOLOGIE DU SYSTÈME IMMUNITAIRE 2. Qu est-ce que le système immunitaire? 2

Plus en détail

Modèles organismes et pathologies humaines

Modèles organismes et pathologies humaines Modèles organismes et pathologies humaines Ghigo eric Equipe Infections, Genre et Grossesse URMITE- CNRS UMR7678-INSERM U1095- IRD198 eric.ghigo@univmed.fr Jour Heure Intervenant Thématique 29/02/2012

Plus en détail

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES Transverse : Dermatologie PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES I/- Introduction : La peau est un lieu de maladies spécifiques et le mode de révélation de nombreuses maladies internes. Au contact direct des patients

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle.

Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle. Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle. I. Les deux rôles des testicules. 1) Le rôle exocrine. A la puberté, la paroi des tubes séminifères s épaissie car les spermatogonies

Plus en détail

Hygiène du personnel au sein des établissements de la chaîne alimentaire. Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire

Hygiène du personnel au sein des établissements de la chaîne alimentaire. Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Brochure d information destinée aux personnes employées dans les établissements où sont manipulées des denrées alimentaires Certificat médical

Plus en détail

La digestion ou le devenir des aliments ingérés

La digestion ou le devenir des aliments ingérés La digestion ou le devenir des aliments ingérés La digestion est la transformation par l organisme des aliments (eau, molécules organiques et minérales) en éléments plus petits, les nutriments, par un

Plus en détail

2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes

2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes 2ème PARTIE RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme face aux micro-organismes Louis Pasteur (1822-1895) : un des acteurs clés de la découverte des micro-organismes photographié

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand POURQUOI? Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d infections acquises au cours des procédures de soins. Les germes sont principalement

Plus en détail

LES MEFAITS DU TABAC

LES MEFAITS DU TABAC PHARMACIE RIVE SUD Centre Commercial Rive Sud 49610 MURS ERIGNE Tél : 02 41 57 76 90 LES MEFAITS DU TABAC Le tabagisme est responsable de 66 000 morts par an en France,c'est à dire l'équivalent d'un boeing

Plus en détail

Immunologie de la grossesse

Immunologie de la grossesse Immunologie de la grossesse LI UE8S : Unité fœtoplacentaire Dr ANDRÉ Gwenaëlle 1 Introduction Immunité Ensemble des mécanismes permettant Reconnaître et tolérer «le soi» Reconnaître et rejeter «le non

Plus en détail

TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés

TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés Pour étudier méthodiquement les animaux, on étudie leur construction dans l espace : leur plan

Plus en détail

Notice publique NIZORAL

Notice publique NIZORAL Notice publique NIZORAL Lisez attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament. Lisez-la même si vous avez déjà utilisé Nizoral, car elle peut contenir des nouvelles informations importantes.

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

Madame, Mademoiselle, Monsieur, Madame, Mademoiselle, Monsieur, Vous allez recevoir une chimiothérapie en hôpital de jour au Centre Hospitalier de l Arrondissement de Montreuil-sur-Mer (C.H.A.M.). Ce livret d information est destiné

Plus en détail

Le trajet des aliments dans l appareil digestif.

Le trajet des aliments dans l appareil digestif. La digestion. La digestion, c est la transformation des aliments en nutriments assimilables par l organisme. Dans le tube digestif, les aliments subissent une série de dégradations mécaniques et chimiques

Plus en détail

Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir?

Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir? Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir? Renseignements sur la fumée secondaire et tertiaire Qu est-ce que la fumée secondaire? La fumée secondaire est une combinaison de fumée

Plus en détail

Amoxiclav Sandoz 500 mg comprimés pelliculés

Amoxiclav Sandoz 500 mg comprimés pelliculés Notice 1/5 Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant d utiliser ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire. Si vous avez d autres questions, si vous

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Des déficiences présentes

Des déficiences présentes Des déficiences présentes Comment se fait-il que dans certains cas, le système immunitaire ne fonctionne pas convenablement? Problèmes : 1. Pourquoi certains enfants sont-ils mis sous bulle plastique?

Plus en détail

ANATOMIE (30 points) Toute légende est à reporter dans l ordre numérique.

ANATOMIE (30 points) Toute légende est à reporter dans l ordre numérique. SESSION 2002 ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE HUMAINES Durée : 4 heures Coefficient : 3 (Anatomie : 1.5 et physiologie : 1.5) 1- La région abdominale (15 points) L usage de la calculatrice est interdite ANATOMIE

Plus en détail

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6 Acides et bases Acides et bases Page 1 sur 6 Introduction Sont réputés acides et bases au sens des règles de sécurité en vigueur en Suisse, les solides ou liquides qui ont une réaction acide ou alcaline

Plus en détail

Chapitre 3 : la digestion

Chapitre 3 : la digestion Chapitre 3 : la digestion INTRODUCTION : Les organes prélèvent en permanence du glucose et du dioxygène dans le sang pour leur fonctionnement. Le dioxygène est apporté (dans le sang) par la respiration.

Plus en détail