JOURNÉE D ANIMATION TERMINALE S

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JOURNÉE D ANIMATION TERMINALE S"

Transcription

1 JOURNÉE D ANIMATION TERMINALE S 16 /01/2013

2 PROGRAMME DE LA JOURNEE Matinée à l ISTO : 9h-12 h, Accueil par Gaëlle Prouteau Maître de conférences et les IA- IPR, Michel Khairallah et Guy Lévêque Conférence de Michel Faure, professeur des Universités, «Les chaînes de montagnes et l isostasie» «La modélisation en Géologie», analyse critique des modèles isostasiques utilisés en classe, Hugues Raimbourg, maître de conférences, Après-midi au Lycée Voltaire :14h 17h intervention des IA-IPR «Evaluation et nouvelle épreuve de SVT». échanges de pratiques : Protocoles de TP(Phagocytose ver de terre, Oyat, Lichen, Chaînes de montagne)

3 DES EXEMPLES D ACTIVITES, DE TP Véronique Joyeux, Muriel Pairel Nathalie Pajon, Jean-Marc Vallée

4 q Thème 1-A: Génétique et évolution. 1A1. Le brassage génétique et sa contribution à la diversité génétique. 1A2. Diversité génétique et diversification des êtres vivants. 1A3. De la diversité des êtres vivants à la l'évolution de la biodiversité. 1A4. Un regard sur l'évolution de l'homme. 1A5. Les relations entre organisation et mode de vie, résultat de l'évolution: l'exemple de la vie fixée chez les plantes. q Thème 1-B: Le domaine continental et sa dynamique. 1B1. La caractérisation du domaine continental: lithosphère continentale, reliefs et épaisseur crustale. 1B2. La convergence lithosphérique: contexte de la formation des chaînes de montagnes. 1B3. Le magmatisme en zone de subduction: une production de nouveaux matériaux continentaux. 1B4. La disparition des reliefs. q Thème 2: Enjeux planétaires contemporains q Thème 3: Corps humain et santé - Thème 3-A: Le maintien de l'intégrité de l'organisme. 3A1. La réaction inflammatoire, un exemple de réponse innée. 3A2. L'immunité adaptative, prolongement de l'immunité innée. 3A3. Le phénotype immunitaire au cours de la vie. - Thème 3-B: Neurone et fibre musculaire: La communication nerveuse.

5 1- LES LICHENS, un exemple de diversification des êtres vivants sans modification du génome Un exemple d activités pour le thème 1A2- Diversification génétique et diversification des êtres vivants

6 Protocole 1 : observation d algues chlorophylliennes : les pleurocoques Ecorce d arbre recouvert d une «poudre verte» -Gratter, à l aide d un couteau, la poudre verte présente sur l écorce des arbres. -Placer cette poudre dans un bécher contenant de l eau -Prélever une à deux gouttes à l aide d une pipette - Déposer sur une lame puis recouvrir d une lamelle. -Observer au microscope optique au fort grossissement

7 Algues chlorophylliennes au microscope optique Pleurocoques (x400)

8 Protocole 2 : observation des mycètes (champignon) Un champignon est constitué de longs filaments microscopiques, le mycélium -Dissocier un fragment de champignon (moins de 1 mm3 de revêtement de chapeau, de pied ou de lame) prélevé sur un champignon frais. -déposer le fragment sur une lamedans une goutte d eau. Recouvrir d une lamelle -Par percussion légère sur la lamelle, dissocier les différents éléments constitutifs. -Observer au microscope un enchevêtrement de filaments très fins

9 Filaments mycéliens observés au microscope optique (x400)

10 Protocole 3 : observation d une coupe de thalle de lichen - Placer un fragment de lichen entre deux lames et effectuer des coupes transversales fines avec une lame de rasoir neuve - Monter les coupes entre lame et lamelle dans une goutte d'eau. - Rechercher vers la périphérie des coupes, des zones plus minces où il est plus facile d observer

11 Coupe transversale d un thalle de lichen observés au microscope optique (x400)

12 2-L OYAT pour une adaptation à la sècheresse Un exemple de TP pour le thème 1A5- La vie fixée des plantes,résultats de l évolution

13 Les repliements de la feuille d oyat En milieu sec En milieu humide Feuille repliée Feuille ouverte

14 Coupe transversale d une feuille d oyat observée au microscope optique ( x600) crête stomates Épiderme inférieur Poils épidermiques Tissu hydrophile sillon vaisseaux Tissu hydrophobe Épiderme supérieur recouvert d une cuticule épaisse Cellules bulliformes

15 Un modèle structural de feuille d oyat On utilise une plaque de carton ondulé (matière hydrophile). Le centre des ondulations est peint avec de la peinture acrylique (hydrophobe). Le carton est roulé et maintenu par un élastique ou une agrafe, Des brochettes en bois sont enfilées dans les espaces du carton. Le modèle est prêt On peut enlever l'agrafe. Le modèle conserve sa forme quand il est sec. Légèrement humidifié, il se déroule lentement.

16 3 - Chaînes de montagnes récentes et massifs anciens Un exemple de TP pour le thème 1B1-1B4 La caractérisation du domaine continental : lithosphère continentale, reliefs et épaisseur crustale La disparition des reliefs

17 Etude 1 : Les reliefs Relever des altitudes dans différentes régions Tracer un profil Afficher un profil d'élévation

18 Etude 2 : L'épaisseur de la croûte Afficher les isobathes du Moho

19 Tracer le Moho sous un profil topographique

20 Etude 3 : L'âge et la nature des roches

21 Bilan : On commence à caractériser la croûte continentale : Des reliefs variables Une épaisseur variable Des roches d'âge variable et parfois très vieilles On fait émerger des problématiques : Comment expliquer la naissance des chaînes de montagnes? Pourquoi une racine crustale sous les chaînes récentes? Comment dater une roche en millions d'années? Comment les reliefs disparaissent-ils?.

22 4- LE LOMBRIC pour une phagocytose in vivo Un exemple d activités pour le thème 3Ale maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réponse immunitaire

23 Pourquoi le ver de terre? - on retrouve chez les invertébrés actuels (annélides, mollusques et insectes) des éléments du système immunitaire qui partagent des caractéristiques communes avec ceux des vertébrés. - des cellules participant chez les vertébrés à l immunité innée, non spécifique, se retrouvent ainsi chez les invertébrés : c'est le cas de certains cœlomocytes capables, comme les macrophages, de phagocytose. Les invertébrés offrent ainsi des modèles alternatifs à l'étude de certains mécanismes immunitaires.

24 Morphologie du Lombric

25 CT dans la région intestinale du Lombric cœlome Source : Beaumont et Cassier (Travaux pratiques de biologie animale)

26 Méthode pour prélever le liquide cœlomique 1. Couper l extrémité d une pipette pasteur plastique en biseau 2. Anesthésier un ver de terre en le plaçant pendant quelques minutes dans l'éthanol à 10 %. 3. Introduire la pointe de la pipette dans la cavité générale du ver entre le tube digestif et la paroi du corps. 4. Aspirer le liquide cœlomique 5. Retirer la pipette du ver et chasser le liquide recueilli dans une goutte d une solution de NaCl à 0,7 % placée sur une lame porte-objet. Si le liquide qui monte dans la pipette est brun foncé à noir, c est que la pipette a pénétré le tube digestif et le liquide obtenu est à rejeter. 6. Recommencer plusieurs fois l opération pour récolter une quantité suffisante de liquide

27 Observation des cœlomocytes vivants sans coloration -Placer le prélèvement sur une lame porteobjet pendant 30 mn dans une chambre humide, le temps que les cellules vivantes adhèrent à la lame. La chambre humide est réalisée avec une boîte de Pétri dont le fond est tapissé de papier absorbant saturé d'eau. - observer au microscope les cœlomocytes vivants directement sans coloration et sans lamelle mais la durée d'observation est limitée par l'évaporation du liquide. Remarque : Pour observer plus longtemps et/ou à plus fort grossissement, il est nécessaire de placer une lamelle sur la préparation mais de manière à ce qu'elle n'écrase pas les cellules.

28 Cœlomocytes de ver de terre (observation vitale x 250) Cœlomocytes de ver de terre (observation vitale x 400) Il est possible d'observer les cellules vivantes directement sans coloration et de suivre leurs mouvements au cours du temps mais il est alors difficile d'identifier les différents types de cœlomocytes.

29 Cœlomocytes de ver de terre (observation vitale, objectif à immersion x 1000)

30 Observation des cœlomocytes avec coloration Cœlomocytes de ver de terre (coloration par le bleu de méthylène x 400)

31 Observation de la phagocytose Levure phagocytée par un cœlomocyte - Ajouter au liquide cœlomique, une goutte d'une suspension de levures à 1 % directement sur la lame. - Laisser incuber 30 minutes en chambre humide, - Observer les cellules directement, avec ou sans coloration, ou après réalisation d'un frottis fixé et coloré. La forme ronde et la taille des cellules de levure (3 à 4 µm de diamètre) permettent de les identifier aisément y compris à l'intérieur des cellules qui les ont phagocytées.

32

33 Bibliographie- Sitographie Botanique Biologie et Physiologie végétale S Meyer, C Reeb, R Bosdeveiw Edition Maloine Expérimentation en biologie et physiologie végétales Roger Prat Edition Hermann Travaux pratiques de biologie animale Zoologie - Embryologie - Histologie A Beaumont,P Cassier Edition Dunod 33

34 Sources des Images : Botanique Biologie et Physiologie végétale S Meyer Livre SVT TS, Belin 2012

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu (TP multiposte : groupes de 4 élèves qui se répartissent sur les 4 postes une fois chaque poste travaillé, un bilan sera établi

Plus en détail

SVT- S2- TP1 Embryophytes Pr. Hikmat Tahiri 1- ETUDE DES TISSUS PRIMAIRES 2- ANATOMIE DE LA TIGE PRIMAIRE EXEMPLE: BRYONIA DIOICA

SVT- S2- TP1 Embryophytes Pr. Hikmat Tahiri 1- ETUDE DES TISSUS PRIMAIRES 2- ANATOMIE DE LA TIGE PRIMAIRE EXEMPLE: BRYONIA DIOICA Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat 2013-2014 SVT- S2- TP1 Embryophytes Pr. Hikmat Tahiri 1- ETUDE DES TISSUS PRIMAIRES 2- ANATOMIE DE LA TIGE PRIMAIRE EXEMPLE: BRYONIA DIOICA CT

Plus en détail

Le projet de faire participer une classe de collégiens à une exposition mycologique est né tout simplement. La Société Mycologique Issoise délocalise

Le projet de faire participer une classe de collégiens à une exposition mycologique est né tout simplement. La Société Mycologique Issoise délocalise Le projet de faire participer une classe de collégiens à une exposition mycologique est né tout simplement. La Société Mycologique Issoise délocalise son exposition annuelle tous les deux ans dans les

Plus en détail

TP1 la réaction inflammatoire aigüe

TP1 la réaction inflammatoire aigüe Dès que des microorganismes franchissent la peau ou les muqueuses, une réaction de défense se met immédiatement en place, la réaction inflammatoire dont les 4 symptômes sont : chaleur, douleur, rougeur

Plus en détail

THEME N 2 ENJEUX PLANETAIRES CONTEMPORAINS : ENERGIE, SOL Sous thème A : De la lumière solaire aux combustibles fossiles

THEME N 2 ENJEUX PLANETAIRES CONTEMPORAINS : ENERGIE, SOL Sous thème A : De la lumière solaire aux combustibles fossiles THEME N 2 ENJEUX PLANETAIRES CONTEMPORAINS : ENERGIE, SOL Sous thème A : De la lumière solaire aux combustibles fossiles Chap 1 - De la lumière solaire à la matière organique : la photosynthèse L énergie

Plus en détail

Connaître les structures de la plante responsables de la transpiration. Identifier les facteurs qui influencent la transpiration

Connaître les structures de la plante responsables de la transpiration. Identifier les facteurs qui influencent la transpiration 1. Objectifs : Objectifs de savoir: Connaître les structures de la plante responsables de la transpiration Identifier les facteurs qui influencent la transpiration Etablir la relation entre l'absorption

Plus en détail

BO spécial n 1 du 4 février 2010 BO spécial n 9 du 30 septembre 2010. Laurence Comte Conseillère pédagogique AEFE

BO spécial n 1 du 4 février 2010 BO spécial n 9 du 30 septembre 2010. Laurence Comte Conseillère pédagogique AEFE BO spécial n 1 du 4 février 2010 BO spécial n 9 du 30 septembre 2010 Laurence Comte Conseillère pédagogique AEFE 1 1 CONTEXTE Horaires: 1 ère ES et L : 1h30 //1 ère S : 3h Permettre les réorientations

Plus en détail

Ressources pour la classe de terminale générale et technologique

Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Thème 1-B - Le domaine continental et sa dynamique Table des matières Quelques éléments de réflexion.. Activités envisageables.. Thème 1-B-1

Plus en détail

CHAP 5 : LES PLANTES A FLEURS ET LA VIE FIXEE

CHAP 5 : LES PLANTES A FLEURS ET LA VIE FIXEE CHAP 5 : LES PLANTES A FLEURS ET LA VIE FIXEE Une plante est constituée de racines ancrées dans le sol et de tiges feuillées se développant en milieu aérien. la plante est donc en contact avec 2 milieux

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

Licence professionnelle Aménagement et Gestion Écologiques des Paysages URbains (AGÉPUR) Module : Bases de Biologie Végétale

Licence professionnelle Aménagement et Gestion Écologiques des Paysages URbains (AGÉPUR) Module : Bases de Biologie Végétale Licence professionnelle Aménagement et Gestion Écologiques des Paysages URbains (AGÉPUR) Module : Bases de Biologie Végétale Tissus et Architecture de la Plante Grandes fonctions de la Plante Les tissus

Plus en détail

Microscopie électronique en biologie

Microscopie électronique en biologie Microscopie électronique en biologie Objectif de la microscopie en biologie Imager des structures, Co-localiser les protéines ou certaines molécules Acquisition In vivo A haute résolution Microscopie électronique

Plus en détail

végétal et son milieu.

végétal et son milieu. B3 Les échanges hydrominéraux entre l organisme végétal et son milieu. Zone subéreuse Zone pilifère Zone méristématique Coiffe B3.1b - Rappel de l organisation de l appareil racinaire d un jeune plant

Plus en détail

Plan de formation 2nd degré 2015 2016 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

Plan de formation 2nd degré 2015 2016 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Plan de formation 2nd degré 2015 2016 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Echange de pratiques au niveau Seconde en PN009425 Nous proposons un retour sur les programmes de seconde par le biais d analyse

Plus en détail

CARACTERE «GLOBULE ROUGE» ET DEGRE DE PARENTE ENTRE DES VERTEBRES

CARACTERE «GLOBULE ROUGE» ET DEGRE DE PARENTE ENTRE DES VERTEBRES Fiche sujet candidat Les globules rouges existent chez les Vertébrés sous deux états : l état primitif avec noyau et l état dérivé sans noyau. La présence d un noyau dans les cellules est facilement observable

Plus en détail

Copie-type Ceci n est pas une correction seulement un exemple de réponse. Partie I Le magmatisme en zone de subduction

Copie-type Ceci n est pas une correction seulement un exemple de réponse. Partie I Le magmatisme en zone de subduction Copie-type Ceci n est pas une correction seulement un exemple de réponse. Partie I Le magmatisme en zone de subduction Introduction : Les zones de subduction, domaine de convergence où la lithosphère océanique

Plus en détail

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes Chapitre II La formation des chaînes de montagnes -I -Les traces d un domaine océanique dans les chaînes de montagnes 1) Des roches témoins d un océan disparu 1 2 Basaltes en coussin au fond de l océan

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

Les matériaux absorbants

Les matériaux absorbants L absorption acoustique est le pouvoir qu ont certains matériaux de laisser pénétrer une partie de l énergie sonore qui vient frapper leur surface. Un matériau absorbant posé sur une cloison va diminuer

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S ÉPREUVE DU MERCREDI 24 JUIN 2015 Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice

Plus en détail

INTRODUCTION - RAPPELS

INTRODUCTION - RAPPELS Thème 1B Chapitre 3 Les caractéristiques de la lithosphère continentale TermS 2012-2013 INTRODUCTION - RAPPELS L'étude de la propagation des ondes sismiques a permis d'élaborer un modèle de structure interne

Plus en détail

LICENCE BIOLOGIE-BIOCHIMIE- TERRE-ENVIRONNEMENT

LICENCE BIOLOGIE-BIOCHIMIE- TERRE-ENVIRONNEMENT LICENCE BIOLOGIE-BIOCHIMIE- TERRE-ENVIRONNEMENT Domaine ministériel : SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTÉ Mention : BIOLOGIE-BIOCHIMIE-TERRE-ENVIRONNEMENT Présentation La première année de la licence Biologie-Biochimie-Terre-

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre

Sciences de la vie et de la Terre Nom : Prénom : Classes : Sciences de la vie et de la Terre Livret de fiches méthodes Collège Louis Pasteur - Brunoy Ce livret m est distribué en début de sixième. Il contient les principales fiches méthodes

Plus en détail

Dossier chimie Niveau 1 ère à 4 ème secondaire

Dossier chimie Niveau 1 ère à 4 ème secondaire Dossier chimie Niveau 1 ère à 4 ème secondaire La chimie au service de l alimentation Composition des aliments De Bont Adélaïde Delvigne Martine Speliers Nadine Faculté des Sciences Diffusé par l Antenne

Plus en détail

LICENCE (LMD) MENTION : SCIENCES DE LA VIE

LICENCE (LMD) MENTION : SCIENCES DE LA VIE LICENCE (LMD) MENTION : SCIENCES DE LA VIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Licence (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Organisation de la formation L2 Sciences de la Terre

Plus en détail

Fiche sujet candidat 1/2

Fiche sujet candidat 1/2 Fiche sujet candidat 1/2 Mise en situation et recherche à mener Dans le cytoplasme, la synthèse de protéine constitue l expression de l information génétique contenue dans l ADN. Pour aboutir à cette synthèse

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

TP SVT: H1 : Le scénario suivant présente la formation d un océan qui a ensuite disparu par subduction

TP SVT: H1 : Le scénario suivant présente la formation d un océan qui a ensuite disparu par subduction Chiadmi Hamid Sami Cherradi TP SVT: Intro : Les chaines de montagne sont des lieux de convergence lithosphériques. Ces zones d affrontement entre deux lithosphères renferment des informations qui permettent

Plus en détail

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES REVISIONS DE 1 S. Vous devez indiquer pour chaque proposition si celle-ci est vraie (V) ou fausse (F) en cochant la case correspondante ; une abstention ou une réponse trop peu lisible seront considérées

Plus en détail

RECOUVRIR DES SURFACES DE COULEUR : Tremper le morceau de coton dans la peinture assez liquide. Tamponner la surface.

RECOUVRIR DES SURFACES DE COULEUR : Tremper le morceau de coton dans la peinture assez liquide. Tamponner la surface. RECOUVRIR DES SURFACES DE COULEUR : LA PEINTURE A L EPONGE: Vieilles éponges découpées en cubes. Tremper les petits carrés d éponge dans la peinture, essorer et tamponner la surface à colorer. LA PEINTURE

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Problème n 1 : Comment le corps réagit-il lors d une infection? Rappel : une infection se caractérise par la multiplication

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2010 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

A RECEPTION DU COLIS :

A RECEPTION DU COLIS : KIT DIGESTION IN VITRO : DIALYSE REF : C/DIAL : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : www.sordalab.com @ : sordalab@wanadoo.fr A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous

Plus en détail

Droles de champignons!

Droles de champignons! Les Rendez-vous de l Automne Du 19 au 27 octobre 2013 Droles de champignons! Ce livret appartient à :... Un champignon, c est quoi? Le champignon est un être vivant :, il n appartient ni aux végétaux,

Plus en détail

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main P a g e 1 Titre : Description de l activité : Mieux appréhender l analyse de la lumière par spectroscopie. Situation déclenchante : La décomposition de la lumière par un prisme de verre est connue depuis

Plus en détail

Petrifilm. Levures & Moisissures. Guide d'interprétation

Petrifilm. Levures & Moisissures. Guide d'interprétation 3 Petrifilm Levures & Moisissures Guide d'interprétation Le dénombrement des colonies de levures et de moisissures sur le Petrifilm est simple. Un indicateur coloré, permet de distinguer les colonies de

Plus en détail

Préparation d'une suspension cellulaire à partir de sang humain et d'un organe murin

Préparation d'une suspension cellulaire à partir de sang humain et d'un organe murin Préparation d'une suspension cellulaire à partir de sang humain et d'un organe murin Séparation de cellule sur coussin de Ficoll 1. Intérêt de la séparation des lymphocytes des autres éléments figurés

Plus en détail

Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP)

Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP) Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP) École Secondaire But: Déterminer si un échantillon d'eau est dans la norme des recommandations canadiennes pour l'eau potable en ce qui concerne la croissance bactérienne.

Plus en détail

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un Fiche de révision fin d'année 4 eme primaire Complète les phrases suivantes: 1- L'absorption des aliments digère à lieu à travers. 2- Les amidons sont digères par 3- La.. est la transformation des aliments.

Plus en détail

P.S. : Des verbes au départ de l'action

P.S. : Des verbes au départ de l'action déplacement horizontal sur la feuille table farine carton farine+eau tableau gouache GLISSER tableau gouache raclette vitre eau bristol eau éponge bristol buée doigt carton volume tapisseries déchirées

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

I. L évolution des caractéristiques des chaînes de montagnes

I. L évolution des caractéristiques des chaînes de montagnes T H E M E 1 : L A T E R R E D A N S L U N I V E R S, L A V I E, L E V O L U T I O N D U V I V A N T P A R T I E 2 : G E O D Y N A M I Q U E D U D O M A I N E C O N T I N E N T A L C H A P I T R E 11 :

Plus en détail

Constructeur bois Document professeur

Constructeur bois Document professeur Constructeur bois Document professeur STI2D Mathématiques SVT Physique Chimie Seconde Première Terminale Quelles approches dans les disciplines scientifiques et technologiques? Compétences scientifiques

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Biologie et Physiologie Végétales

Biologie et Physiologie Végétales Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Biologie et Physiologie Végétales Imen KHOUNI Attention! Ce produit pédagogique numérisé

Plus en détail

Recettes d artistes à propos du Liant

Recettes d artistes à propos du Liant En 2003, des artistes-étudiants en école d arts, ainsi que quelques artistes professionnels ont participé à l élaboration du Liant Lefranc & Bourgeois, vous trouverez ici une illustration des pistes créatives

Plus en détail

Les Tissus Dentaires

Les Tissus Dentaires Les Tissus Dentaires L'émail L'émail, qui recouvre les couronnes dentaires, est le tissu le plus minéralisé de l'organisme. L'émail est essentiellement constitué de cristaux d'hydroxyapatite, et dans une

Plus en détail

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Au sein d une espèce, la diversité entre les individus a pour origine les mutations, sources de création de nouveaux allèles,

Plus en détail

Test d immunofluorescence (IF)

Test d immunofluorescence (IF) Test d immunofluorescence (IF) 1.1 Prélèvement du cerveau et échantillonnage Avant toute manipulation, il est fondamental de s assurer que tout le personnel en contact avec un échantillon suspect soit

Plus en détail

Comment rationaliser le stockage d échantillons dans les congélateurs - 80 C?

Comment rationaliser le stockage d échantillons dans les congélateurs - 80 C? Comment rationaliser le stockage d échantillons dans les congélateurs - 80 C? Véronique Signoret 1, Esther Pelpoir 1, Elsa Desnoues 1 Résumé. Avant 2011, à l UGAFL (Unité de Génétique et Amélioration des

Plus en détail

LES NOUVEAUX. Stage PRF 2013-2014 Lycée La Bourdonnais Maurice 14, 15 et 16 octobre 2013. Laurence Comte EEMCP2

LES NOUVEAUX. Stage PRF 2013-2014 Lycée La Bourdonnais Maurice 14, 15 et 16 octobre 2013. Laurence Comte EEMCP2 LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE SVT (TS) Stage PRF 2013-2014 Lycée La Bourdonnais Maurice 14, 15 et 16 octobre 2013 Laurence Comte EEMCP2 Préoccupations Critères évaluation Découvrir le programme et les pratiques

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2008 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement?

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? La question que l on se pose : Les végétaux ont-ils besoin d eau, de minéraux, d air

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos 11. Remerciements 13. Chapitre 1 - Les molécules organiques 15

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos 11. Remerciements 13. Chapitre 1 - Les molécules organiques 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos 11 Remerciements 13 Chapitre 1 - Les molécules organiques 15 I. Les glucides 15 1. Les oses ou monosaccarides 15 2. Les diholosides ou disaccharides 15 3. Les polyholosides

Plus en détail

ECRANS ACOUSTIQUES DURABLES

ECRANS ACOUSTIQUES DURABLES FICHE TECHNIQUE : CASSETTE ACOUSTIQUE ABSORBANTE P9507 A3/B3 (DLα 8 db/dl R 33 db) CODES P9507 : L = 0.00 3.00m P9371 : L = 3.01 4.00m (avec renforcement interne) P9372 : L = 4.01 5.00m (avec renforcement

Plus en détail

Lycée Mas de Tesse Option Sciences Thème 1 2005/2006. L eau

Lycée Mas de Tesse Option Sciences Thème 1 2005/2006. L eau L eau SÉANCE 1 (21/09/05, 3H) Présentation du thème en présence des deux groupes d élèves (2 nde 08 et 2 nde 09) et des six professeurs (Maths, Ph.-Ch., S.V.T.) 1 8h 15 10h 05 : Les élèves et les enseignants

Plus en détail

Traiter et Soigner les bois

Traiter et Soigner les bois Pour bien agir, bien connaître les régions à risques. les termites sont plus présents dans le Sud, Corse, Sud-Ouest et l Ouest de la France ainsi qu en région parisienne. Bois attaqués: Tous les types

Plus en détail

Béton ciré sols & murs

Béton ciré sols & murs Béton ciré sols & murs FICHE PRATIQUE BÉTON CIRÉ SOLS & MURS 1 Les nouveautés apportées par Cirex System Face à la demande croissante et à l engouement des médias pour le béton ciré, Cirex System a décidé

Plus en détail

ANNEXE 3 VERTE [1] [6] GÉNÉRALITÉS ANNEXE 3 : LA TOITURE VERTE LA TOITURE-JARDIN

ANNEXE 3 VERTE [1] [6] GÉNÉRALITÉS ANNEXE 3 : LA TOITURE VERTE LA TOITURE-JARDIN ANNEXE 3 LA TOITURE VERTE [1] [6] GÉNÉRALITÉS LES TYPES DE TOITURE VERTE La toiture-jardin La toiture-jardin légère La toiture végétalisée LES AVANTAGES DE LA TOITURE VERTE LES PARTICULARITÉS DE L ÉTANCHÉITÉ

Plus en détail

La notion de croissance (végétale) en sixième et en première S.

La notion de croissance (végétale) en sixième et en première S. La notion de croissance (végétale) en sixième et en première S. Activité proposée : La notion de croissance est abordée en classe de 6 ème et elle est traitée en première S. Montrez sur cet exemple qu

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : Thème 1 Les systèmes vivants présentent une organisation particulière de la matière Sous-thèmes

Plus en détail

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES Plan de cours STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES 101-FYA-PT Pondération 3-1-2 Gilles Bourbonnais (C360) gilles.bourbonnais@dgpc.ulaval.ca Sciences de la Nature / PASC@L http://ici.cegep-ste-foy.qc.ca/profs/gbourbonnais/

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

Broyage des végétaux à domicile

Broyage des végétaux à domicile Broyage des végétaux à domicile Dans le cadre de son plan de prévention des déchets avec le Conseil Général de l Ain, le SIVOM du Bas-Bugey décide de lancer un nouveau service : Le broyage consiste à réduire,

Plus en détail

TP 8. Comment distinguer la croûte océanique de la croûte continentale?

TP 8. Comment distinguer la croûte océanique de la croûte continentale? TP 8 Comment distinguer la croûte océanique de la croûte continentale? Lycée E. Delacroix 1 ère S Programme 2011 La démarche du géologue Quelle est cette pierre? Les enveloppes abordées directement par

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE

LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Thèmes 4 et 5 1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances (8 points). LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Les zones de subduction sont le siège d'une importante activité magmatique qui aboutit à la

Plus en détail

Initiation à la photographie sous marine

Initiation à la photographie sous marine Initiation à la photographie sous marine 1. Présentation de l appareil photo 2. La photo sous marine (1/2) 3. La photo sous marine (2/2) 4. Traitement numérique Présentation de l appareil photo 1. Les

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Service Consommateurs 5, rue René Panhard 72021 LE MANS Cédex 02 Tél : (+33) 02 43 83 83 00 - p.ball@colart.fr

Service Consommateurs 5, rue René Panhard 72021 LE MANS Cédex 02 Tél : (+33) 02 43 83 83 00 - p.ball@colart.fr Service Consommateurs 5, rue René Panhard 72021 LE MANS Cédex 02 Tél : (+33) 02 43 83 83 00 - p.ball@colart.fr La peinture acrylique est un moyen d expression permettant des écritures et des effets picturaux

Plus en détail

Les altéra*ons microbiologiques des biens patrimoniaux

Les altéra*ons microbiologiques des biens patrimoniaux Cycle théma*que des Sciences du Patrimoine - 2012 Journée scien*fique pluridisciplinaire Université de Cergy- Pontoise - 15 Mars 2012 Impossible d'afficher l'image. Votre ordinateur manque peut-être de

Plus en détail

LES NAPPES A EXCROISSANCES DE PAROIS ENTERREES (N.E.P.E.) Fonctions et caractéristiques

LES NAPPES A EXCROISSANCES DE PAROIS ENTERREES (N.E.P.E.) Fonctions et caractéristiques LES NAPPES A EXCROISSANCES DE PAROIS ENTERREES (N.E.P.E.) Fonctions et caractéristiques Le présent document a été établi à l initiative de l ANEPE Association des Nappes à Excroissances pour Parois Enterrées

Plus en détail

ENTRETIEN DE LA SURFACE DE FINITION

ENTRETIEN DE LA SURFACE DE FINITION ENTRETIEN DE LA SURFACE DE FINITION ENTRETIEN DE LA SURFACE DE FINITION Lumec recommande fortement que vous fassiez l entretien de vos luminaires deux fois par année pour prolonger la beauté de leur surface

Plus en détail

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES Plan de cours STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES 101-FYA-PT Pondération 3-1-2 Gilles Bourbonnais (C360) gilles.bourbonnais@dgpc.ulaval.ca Sciences de la Nature / PASC @L http://ici.cegep-ste-foy.qc.ca/profs/gbourbonnais/

Plus en détail

Titre de la séance : la structure moléculaire du vivant

Titre de la séance : la structure moléculaire du vivant Partie du programme : la Terre dans l Univers, la vie et l évolution du vivant : une planète habitée Niveau : seconde EXTRAIT DU PROGRAMME Les êtres vivants sont constitués d éléments chimiques disponibles

Plus en détail

SOMMMAIRE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL...

SOMMMAIRE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL... SOMMMAIRE PAGE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL...5 LE PH ET LE POUVOIR TAMPON DU SOL...6 LE CALCAIRE TOTAL

Plus en détail

VIII LA GESTION DES VIEUX ARBRES ET DE LA BIODIVERSITE

VIII LA GESTION DES VIEUX ARBRES ET DE LA BIODIVERSITE VIII LA GESTION DES VIEUX ARBRES ET DE LA BIODIVERSITE Vieux trognes en milieu urbain, ville d Angers. Un patrimoine en voie de disparition préservé. GENERALITES Motifs de la formation L arbre n est pas

Plus en détail

Le microscope simplifié. TP : Le microscope. Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope.

Le microscope simplifié. TP : Le microscope. Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope. Le microscope simplifié TP : Le microscope Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope. Description : Un microscope est constitué entre autres de

Plus en détail

FIXIT.CH. Système d enduit thermo-isolant Aerogel. Directives de mise en œuvre. Mise en œuvre facile. minéral. 0.028 W/mK BAUSTOFFE MIT SYSTEM

FIXIT.CH. Système d enduit thermo-isolant Aerogel. Directives de mise en œuvre. Mise en œuvre facile. minéral. 0.028 W/mK BAUSTOFFE MIT SYSTEM FIXIT.CH Système d enduit thermo-isolant Aerogel Directives de mise en œuvre BAUSTOFFE MIT SYSTEM λ 0.028 W/mK minéral Mise en œuvre facile Isolation efficace des bâtiments avec la technologie spatiale

Plus en détail

Sopratuile. Couvrir en beauté!

Sopratuile. Couvrir en beauté! Sopratuile Couvrir en beauté! 2 SOPRATUILE réunit une large gamme de bardeaux bitumineux armés voile de verre destinée à la couverture des toitures. Par leurs performances techniques et de leur qualité

Plus en détail

SCT-306 2012-2013. École secondaire De La Rive

SCT-306 2012-2013. École secondaire De La Rive SCT-306 2012-2013 Nom : Groupe : Date SAVOIRS S 11 1/2 Chapitre 2 L univers vivant Section 1 L organisation hiérarchique du vivant, p. 62 à 65 Les tissus, les organes et les systèmes 1. Complétez les phrases

Plus en détail

Poser du papier peint

Poser du papier peint Fiche 10 Poser du papier peint Pour chaque début de pose d un papier peint, toujours poser 3 lés et vérifier le résultat avant de continuer la pose (défauts d aspect, couleur ). 1 - Sur support intissé

Plus en détail

Comment planter un arbre *

Comment planter un arbre * Comment planter un arbre * 1. Avant la plantation Gardez la motte de racines humide. Gardez l arbre dans un endroit ombragé jusqu à la plantation. 2. Préparez le site pour la plantation Enlevez le gazon,

Plus en détail

ORGANISATION DU PREMIER TRIMESTRE

ORGANISATION DU PREMIER TRIMESTRE Extrait cours svt 4e ORGANISATION DU PREMIER TRIMESTRE SEMAINES LEÇONS DEVOIRS À SOUMETTRE 1 Partie 1 : La transmission de la vie chez l homme Chapitre 1 : De l enfance à l âge adulte Activités 1 et 2

Plus en détail

Quelques conseils pratiques pour l entretien des monuments funéraires

Quelques conseils pratiques pour l entretien des monuments funéraires Jardins de pierres - Conservation de la pierre dans les parcs, jardins et cimetières Conférence internationale 22-24 juin 2011 Quelques conseils pratiques pour l entretien des monuments funéraires Geneviève

Plus en détail

Activité 47 : Recueil de données (images numériques) à partir de la réalisation d une dissection d un lapin

Activité 47 : Recueil de données (images numériques) à partir de la réalisation d une dissection d un lapin Activité 47 : Recueil de données (images numériques) à partir de la réalisation d une dissection d un lapin 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Parties concernées : Respiration et occupation des milieux de

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

La tectonique des plaques: histoire d un modèle. Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG

La tectonique des plaques: histoire d un modèle. Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG La tectonique des plaques: histoire d un modèle Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG Temps approximatif: 10 semaines Rappel des acquis de 4 e et motivation Tableau d Hokusai montrant le tsunami

Plus en détail

KIT IDENTIFICATION DES MOLECULES DU VIVANT REF : KIMV A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous

KIT IDENTIFICATION DES MOLECULES DU VIVANT REF : KIMV A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : www.sordalab.com @ : sordalab@wanadoo.fr KIT IDENTIFICATION DES MOLECULES DU VIVANT REF : KIMV A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée

Plus en détail

POSER SON PARQUET FLOTTANT.

POSER SON PARQUET FLOTTANT. POSER SON PARQUET FLOTTANT. L'outillage : Matériel nécessaire. Cordex ( cordeau à tracer ) Équerre normale Équerre de frappe Marteau Maitre ruban Pieds de biche Règle alu 2m50 ou 3 m Scie égoïne ou: Scie

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

Un métier pour demain

Un métier pour demain Avril 2012 Version 2.1 Numéro #138 Cherchez-le!! L encre de Chine Calisph air campagne de mesure de printemps Un métier pour demain 1 Teinture et colorant L encre de Chine http://air.maintenon.free.fr

Plus en détail

Les petites bêtes. Les décomposeurs utiles

Les petites bêtes. Les décomposeurs utiles Les petites bêtes Voici une liste non exhaustive des «bêtes» que vous pourrez observer dans votre lombricomposteur. Mais la plupart apparaîtront dans votre caisse seulement si elle se trouve en extérieur.

Plus en détail

Un parquet en bois massif, vieillit avec les années. Véritable élément de décoration, il faut le traiter avec soin pour en profiter pleinement.

Un parquet en bois massif, vieillit avec les années. Véritable élément de décoration, il faut le traiter avec soin pour en profiter pleinement. Comment rénover un parquet? NIVEAU DE DIFFICULTÉ DÉBUTANT Confirmé EXPERT Caisse à outils Matériaux nécessaires Un aspirateur Un marteau Un ciseau à bois Une spatule Une cale de ponçage et des papiers

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

UFR des Sciences. Objectifs. Description. Publics Débouchés. Modalités d'accès. Formation continue Responsable

UFR des Sciences. Objectifs. Description. Publics Débouchés. Modalités d'accès. Formation continue Responsable UFR des Sciences 33 rue Saint-Leu 80039 Amiens Cedex 1 www.u-picardie.fr Objectifs Description Publics Débouchés Modalités d'accès Formation continue Responsable Licence Domaine Sciences, Technologies,

Plus en détail