LES PECHERIES CANADA. PAil

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES PECHERIES CANADA. PAil"

Transcription

1

2 LES PECHERIES DU CANADA PAil J. M. LEMOINE, Auteur de I'Histoire Naturelle des Oi3eaux du Canadad'une Etude sur les decouvertes de McClure, de Kane et de McClintoch, dans les mers polaires-membre de la Societe Lit tilraire et Hiswrique de Quebec. "Il::: QUEBEC: ATELIER TYPOGRAPHIQUE DU CANADIEN 21, RUE LAMONTAGNE. ~.

3 AU PEIJPLE.

4 Ll':~ P~CHERIES DU CANADA PREMnJR~ P AUTlE LA PECHE DE RIVIERE:', PlSCICULTna:, ETC" ETC, ell \1' I TilE 1'1\. E )1 1 U\ Si "c'eot un beau spectacle que cejui de J'intelii,;euco hwnaine disposant des forces de la nature, les divisant, les rellnissaljt, Jes com Linant, les dirigeant it sun gril, et, ]Jar ['usage habile (lue J'expel'iel1ee et l'obsen'atioll lui on Ollt appris, ll10difiallt les substan,;os, tl'ansformant les drus," e'en est UII en(:'ol'e plus beau et par Ie temps qui court pills utile que cejui qui liolls montl e " Ie geni<j de l'holllme exel' <;allt sou empire lion seulernellt sur la matiere brute qui ne lui rcsisle quo pal' sa m:\s,.;e, maifl encore Sill' Ia matiere orgallis~'e ct "ire, SIll' Ie, earl's a\lilllu~. filii' les 6tH'S sellsiljles, 8111' Ie., prol'riell's des esi'cl:e:;."

5 4 LES I'.f:CHERIES.. Parmi les objets 8i dignes de l'attention de 1't3conome prive at de l'econome public, comptons la connaissance des productions de la natnre,la possession et la propagation des poissons, Jes plus anologues ami: besoins de l'homme." Ainsi se Tesume un des plus feconds pwmemes de l'economie sociale, une des qnestions les plus pratiques, celie de nos pecheries. Certes, s'il doit y avoir un moment plus favorable qu'un autre pour discuter une matiere si nationale dans sa portee, c'est, ce semble, celui qui nous fait voir parmi ceux a qui Ie vreu populaire a confie les destinees du Canada, I'Honorable Conseiller pour la Division du Golfe, (Ie quartier general des pechel'ies), et l'honorable Procureur General du Bas-Canada, qui dans un parlement precedent s'est acquis Je glorieux titre de pere des pecheries; mais qu'est-il besoin d'adresser specialement a nos hommes d'etat du jour des mots que la grande voix du peuple criera dans l'oreiue de tontes les administrations. "N'oubliez pas nos pecheries." La quest.ion des pecheries, a part son mel'ite intrinseque nous arrive en ce moment des Provinces Inf{Hieures recommandee par un triste et solennel evenement: I'homme illustre!jui depuis des annees presidait au developpement des richesses marines dtl la Nouvelle-

6 DU CANADA. 5 Ecosse, elu Nouveau-Brunswick, de Terreneuve, M. H. Perley, ecuyer, Commissaire des Pecberies et President de ]a Societe d'histoiro N aturelle du N ouveau-brunswicl;, vicnt de suecomber, quand sa gloricusc et utile carriere n'etait qu'a demi relllplie: la mort la frappe au moment ou entoure d'honneurs, il se preparait a mettre la derniere maiu a fon reuvre de bienfaisanc:e publique, l'auglllentation des moyeus de sub,istance pour Ie peujlle, I'accroissement des objets ]>our Ie colllmerce et partant, des richcsscs nation ales. Les hommes de sciellce de Montreal I'iennent de con signer dans Ie Canadian Naturalist, leur tribu de louanges et de regrets, pour un homme dont la lliort est une vraie calamite pour IllS Provinces Illt'el ieures Et pourtant nos pecbel'ies it liolls, nos l'ichesses naturelies sout Lien autrement considerables que celles de la Nouvelle-E<:osse. Qu'avons-nous fait pour les exploiter, )Jour les developper ~ II est vrai que des lois ont ete passees POU1' controler et protegei' nos pecheries: on a aussi affel'me a des particuliers n'ombre de J'ivieres sur Itt cute Nonl du St. Laurent, lesquelles etaient precedellllllent SOliS Ie COlltrule de la COlllpagnie de la Hai1l d'hudson. Un a passe des ordunnance, I'0ur [oleer le~ }'I'nl'rietail'% de 1Il0ulillc, d'l I;0113truile dans

7 6 X,ES P11;CREnIES leurs eciuses, des passes pour laissel' remontar Ie sanmon I'automne au temps du frai: cepen. dant, la loi SUI' ae point est vialee chaque jour avec une entiere impunito. OTt! que n'avons nous une organisation 8emblable a celie des Provinces Inforieures: alai's sul'giront parmi nous des speeialites qui comme M. H. Perley, identifieront leur nom au developpement de nos ressoul'ces naturelles. Ce travail a pour but d'appeler l'attention publique sur nos pecheries, d'en demontrer Ie prix, l'eicndue comme objet exploitable, de devoiler ce qui a ete fait en Canada dcpnis quelques annees et de eonstater les resultats obtenus flu systeme de protection que lesadministrations precedentes ont inaugure. Il Be divi,era en deux partie: lola premiere, oera COllS;l(;l'ce a traiter sneeintement la pisci. culture ou propagation artificielle d u saumon, avec une description de ce beau poisson et de In truite : 2 0 la seconde, traitem de la peche des eanx profondes. Voyons d'abord ce que ("est que la propagation des po'issons par des Illoyens arlificiel~, c'est a-dire ce que les auteurs appellent la piscicul lure. La pisciculture n'est pas une idee nouvelle: c'esl la meme sciellce que plusieurs des plus beaux :ienie., anciens recl>illjl1enduient dans

8 flu CANADA. '1 leurs eerits, aux peuples les plm; polices de la Greee, et aux maitres uu monue romain: nous orgueillons Moclernes qui quelquefoie nous imaginons avoir Ie monopole des sciences et du progres, eh bien! en ceci reconllaissons nos maitres; nous ne faisons que continuer l'reuvl'e d'illustres devancierset quand, ces pauvres pecheurs des Vosges, Gehin et Remy tentaient par la reprocluction du poisson dans lours rivieres epuisees, de foul'llir Ie pain quotidien a leurs families, non seulement, il8 donnaieut la solution d'un vaste probleme, mais sans Ie savoil', ill! se chargeaient encore rle confirmcr par \Inc preuve eclatante, irrefragable, les doctrines que l'autorite et les ecl,its de Xenophon, d'oppien, de Varron, d'ovide de Columelle, d' Ansone, avaient des siecles all" paravant recommandees aux Grecs et aux Romains. En effet la pisciculture a pollr objet de "rendre les ealix aubsi prolluctives que la terre, en repanclant Jes semences d'nne abondante et utile recolte, dans tolls ler lacs, dans les rivieres, dans les l'llisseaux, dans tolls les endroits que 1[1 plus faille source arrose, et par tout d'augmenter la surface fertile et nourriciere du globe, de laquelle no us tirons nos veritables tresors." II y a l'lusienm moy8118 de l'rati'llll'l la pir.,;i-

9 8 LES PECIIEnIJ';S culture: d'abord, cn transport.ant avec precaution Ie poisson IIIElIllC aux lacs, aux rivieres, tel qu'on I'a fait en Europe avant et surtout au seizieme siecle, avec des sncces si marques; ne cetie sorte Mas0hal it introduit la carpe en Angleterre en 1514, Pierre Oxe l'a donnee au Danemark en 1550 ; pills tard Ia Suede et Ia Pomeranie voyaient leurs eaux se remplir de nouvelles espeees, et la Chine envoyait ses beaux cyprins dores, Ee reprotlnire ell France, en AnglelelTe, en liollande et 011 Allemagne. Mais, COllllll'l ajoute Laccpede, "il est nil autre procede par Ie moyen duquel on parvient a son Lut avec Lien pills de surete, de facilite et d'economie, quoique beancoup plus lentement. "II consiste a transporter Ie poisson non pas deve\oppe et parvenu a une taille plus ou moins grande, mais encore dans l'etat d'embryon et renferme dans son amf, Pour reussir plus aisement, on prend les herbes ou les pierres sur Iesquelles les femelles ont depose leurs reufs, et les males leur laite, et on les porte dans un vase plein d'eau, jusqu'au lac, a l'elang, it la riviere on au hassin que 1'011 desir de peupler. On apprend faciiement a distinguer les reufs feeondes, d'avec ceux qui n'ont pas ete arroses de la lifjllenl' proiifique d\l mtde, ot que I'on dnit rejeter: los prellliern

10 DU CANADA. 9 paraissent toujours jaunes, plus clairs, plus diaphanes. On remarque cette difference des Ie pramier jour de leur fecondation, si 1'on se sert d'une loupe et des Ie troisi(lille au Ie quatrieme jour, on n'a plus besoin de cet instrument pour voir que ceux qui n'ont pas eta fecondes par ie male deviennent it chaque instant plus troubles, plus opaques et plus ternes: ils perdent taus leur eclat, s'alterent, se decomposent; et dans cet etat de demiputrefaction, ils ont ete compares a de petits grains de grille qui commencent it se fondre... Pour pouvoir employer ce transport des reufs fecondes, d'une eau dans une autre, il faudra s'attacher it connaitre dans chaque pays Ie veritable temps de Ia ponte de chaque espece et du passage des males au-dessus des reufs et comme dans presque toutes les especes de poissons, on compte trois au quatre epoques du frai, le3 jeunes individus pondent leurs reufs plus tard que les femelles plus avancees en age, et celles-ci plus tard que d'autres femelles plus agees encore; que ces epoques Bont ordinairement separees par un intervalle de neuf au dix jours, et que d'aiileurs, il s'ecoule toujours au moins pres de neuf jours entre l'instant de la fccondation et celui au Ie fretns brise sa coque et parait it la lumiere, on pourra chaouc annee, pendant till mois ou

11 If) elll'ii'uil, ellen her :1\'ee ~lil'ce~ de,; 'Jo'ufti fecondl'~ do l'esljeee qu'on youdra intl'oduire dan5 ulle cau qui ne l'aura pas encore nourrie, Si Ie tl'aj~t est long, on change sou vent I'eau du vase danr lequel les reufs Bout trallsportes. Cette precautioij a pain necessaire meme dans les premiers jours de la ponte, 01\ I'embryoll coulellll dans l'reuf ne peut Nre suppose respiror en aucune maniere... " Oll favorise Ie developpement de l'reuf et la sortie du fretns en les plac;ant arjl'es Ie transport dans Ull ('uuroit eclaire par Ie 80- lei!...." II est supertlu d'elltl'er dans de plus grands dm.ails sur cette theode de la propagation des ljoissons par des moyens artificiels: (*) I'experiBnee de tous les pays, a demonti'll la justesse des donnees du comte de Lacepede, J'Ull des plus grands noms dans les scienees Ilaturelles Oil Franee. (') Les umateurs (Illi vourj,'aient s'y li\'l'cl', troll' Y,-",,"I, dnll'l'adonirable p{'tit 11'aite de l\j. Cosl{', lllcrnbre ue l'iil6titllt, d'amples rcliseigncnl' nls.

12 l>l' (',\X.\II \, 11 CIIAPITRE SI:COND,}'ai,bns Ie chapitre precedent fourni quelques donnees sur la piseiculture, je v<lis maintenant tflcher,ie preciser I'et:tt Oll se tl'dll\'e aetucllement celle science. "Pen se doutent, <lit Ul1 auteur allglais, des vastes entl'eprisos fjlli ont l'tl' executees pour propager artifici"llemollt Ie sanll1on. " " ~os ami, Ie, frnn<jais dol1nent it cepl'oced6 Ie nom de pisciculture: il a ete employe ell France depllis quelques annee" surtont par.joseph Remy et!if. Gehim, qui s'imagincrellt avoir les premier~ en 1842, r\('eouvert un art, eonnu eependant deo; ROlllai IlS et pratique pendant pres (l'nn sie(',le pal' des natuwlistes dernes. Aux beanx joul's de Rome, non-senle ment on s'oecupait il propager Ie,; pois"ons, mais eneore I'on s'etucliait a communiquer U Ipnl' chair des saveul's nollvelles C') en les engraissant soignensement, POlll' en Hugmenter Ie volume... On donna une att~ntion tres millnticuse;\ (") Va,lin, Pollioll nnnj'issait.if's 1vlu'ellE'8 avpc Iii ellail' <1t's esciavi\s qn'il fllisait 11I01l1'il': (Ill,,"Ilt rllltjvl~1' la l'i~t';('i1itili'f' a III,illS.

13 12 LES P CHERIES une autre branche de la pisciculture,l'acclimatation des poissons d'eau salee dans les rivieres d'eau douce. En ceci, comme Pon peut bien penser, on ne reussissait pas sans peine: mais la science et les ressources des Lucullus d'alors etant vastes, inepuisabies, Ie succes d'ordinaire couronnait leurs efforts. Comme ce n'est pas notre fait d'aller demander anx Romaine et aux Chinois ce qu'ils entendaient par la propagation artificielle des poissons, nous n'examinerons la pisciculture que dans les temps modernes, sous son aspect utilitaire. C'est it M. Jacobi, parmi les modernes que revient incontestablement l'honneur d'avoir decouvert l'art depuis longtemps oublie de la propagation des poissons: en 1763, il publia un compte renchl fort circonstancie et fort interessant des resultats que trente annees d'efforts lui avaient donnes... Ce n'etait pas assez pour M. Jacobi, d'a voir fait line decouverte, dont la science s'etait emue, il voulut que Ie fruit de son genie ret;ut la consecration des economistes, entra dans Ie domaine du commerce: au moment ou Jacobi devoilait au monde ses importantes experiences, plusieurs savants distingues s'occupaient it propager Ie poisson artificiellement. Le comte de Golustein ecrivaient Bur cette ma-

14 DU CANADA. 13 tiere a. M. Fourcroy et Duhamel du Monceau enregistrait dans son Traite des peches, la nouvelle decouverte. L'idee de Jacobi trouvait droit de cite dans Ie journal de Hano vre, ainsi que dans les memoires de l'academie Royale de Berlin. Un 6Jmmen attentif du saumon au temps du frai avait delvoili3 au savant franliais, Ie mystere de la ponte et de la vivification de l'umf. Convaincu que'la fecondation s'operait par un acte tout it. fait externe, ii vit de suite que i'art pouvait suppleer it. la nature, de sorte qu'en propageant les especes sur une grande echelle, 1'0n POUl' rait produ.ife une quantite tres vaste de poissons avec une entiel'e certitude de sueces: Ia reussite de Jacobi fut si complete que non seulement Ie gouvernement fran<;ais s'empara de Ia nouvelle science, mais qu'il accorda it. l'utile savant une p~m6ion sur i'etat. "Les travauxde Gehim et Hemy meritent une mention honor3.ble, car c'est surtout it leurs efforts que nous sommes redeva1ie& des vaates entreprises qui out 6U lieu dans l'art de la propagation al'tificelle de toute eapece de poissons d'eau douce. Bien que, comme ii a eta dit preeedemment, ce procede fut connu deb anciens et de quelques savants qui fienrirent il y a pres d'un siecle, neanmoins, les!feux pecheurs iiletres des VosgeR ont d~oi~ a

15 ]4 LES l'jl:clleiues la llleme glo.ire que s'ils eussant eux"memes origine la pisciculture. Quand ils firent III, premiere tentative, ils ignoraient que cela aut jamais eta pracmemment assaye. "Ces daux hommes vivaient a 11\ Brasse, obscur village du departement des Vosges, tarritoire en renom a came des succulentes tl'uites que la Moselle et ses afhuents fournis sent aux populations d'alentoul'. La tentative de propagation artificielle que Gehim et Remy entreprirent fut suivic d'un succes ~nstantane et complct! et pour les encourager, la SQCiate d'emulation des Y osges leur vota une somme considerable et nne medaille en bronze. Ce De fut neaumoius qu'en 1849 que les procedes de Gehim et Remy, attil'crent Ie degre d'atteu"tion que leur importance economique et scientifique reclamait. Le Docteul' Haxo, d'epinal, communiquaa l'academie des Sciences, a Paris, un travail soigne sur la pisciculhue, qui fixa sur les deux pecheurs l'attention de I'Academie et dl! peuple frangais. Le gouvernement d'alors s'occupa de la decouverte; convaincu que tout ce que l'on en disait etait vrai, il prit des mesures cnergiques POUl' empoissonner toutes les rivieres de la France, surtout celles des departements pauvres: les deux pecheul's des Vosges, sous ses auspices se mirent. it l'ceuvre et bient6t les plus beue~

16 DU VAN ADA. 15 rivieres du royaume fourmillerent de pois 'Son. " Le systeme en question a ~te introdliit en Espagne,enHollande, dans lagrande-bretagne etdans plusieurs autres contrees. Onse figurera les proportions que la nouvelle industrie prit a. l'etranger, puisque les bassins et autres structures erigees par Ie gouvernement, it Bfde, ponr Ill. propagation artificielle du saumon, des truites, de Ill. carpe et autres delicienx poissons, couvrent une etendue de vingt cinq acres de terre. II exisie aussi it HUllingue un vaste laboratoire pour Ie meme objet, qui produit Ie poisson par milliers et qui alimente le9 ruisseaux et les rivieres envirollnantes. " Ce fut M. Shaw, qui Ie premier en ce pays (I' Angleterre) asbaya Ia propagation artificiehe du poisson: il y a de cela pres de vingt-six ans: ses experiences dans leur objet diffe b raient de celles de Jacobi, il voulait resou dre un probleme d'histoire naturelle par rapo por~ au saumon. M. Boccius, ingenieur civil a aubsi travaille dans Ie meme sens. II a sur Ie domaine d'nn seul proprietaire, produit, dit-on, 120,000 truites : il fit aussi, avec succes, des tentatives de pisciculture a Chatsworth et ailleurs. Le procede de la fecondation artificiellc a ete introduit en Irlande. Denx entreprenants gentilhommes anglais pos-

17 115 H.:S Pit 0l.\'ER I ES MS8{lUTS de capitauxr les MM. Ashwortli, (I'Egerton Hall, pres de Bolton, ayant achete les pecheries de Lough Corribb se mirent en tete de rewujre 1a question suivante: "Le~ pecheriej au saumon de I'Irlanoo peuvent-eirl8> ~tl'e restllurees a leu.\' ancie-n etat de fecondi. te? Cefut M. Ramsbottom, de Chitheroe,qu'ilsemploye rent pour diriger les essais de culture = M. Halliday fournit un compte rendu de ces' operations, dans une le11tre qu'il adressa au~ Commissaires des Pecheries de l'irlande; nous allons en emprunter un passage. "Le 14- decembre 185Z, on choisit un petit l!uisseau it Outerard, que l'on illtercepta d'nne digue, afin d'avoir une provision constanta d'eau pour lressai que' Fon voulait tenter. On, plac;a it six polices de Ia &urface dg' l'eau dans> ]a digue, trois conduits de boiii-, de deux ponceseru-res et longs de quelques pieds, lesquels COIl>duits servaient a conduire l'eau aux boites au devait reposer Ie frai, landis que l'excedant de Vean sjechapperait par son COUl'S naturel~ Les boites soot loogthlfl de six pieds r larges de' dix-huit pollces, nenl pouc,'cs en profondeur. ouvertes at deposees Sill' Ie sol en deux rangs avec une inclinaison de deux a trois pouces Ii chaque boite, Ie bout de l'une reposant contrs Ie bout de l'antre: elles sont de plus encais-. :we~ dans Ie sol jllsqu'a un pollce du haut.

18 On depose it. DU CANADA. 17 l'interieur d'abol'd une couche de petits cailloux fins, ensnite des cailloux plus gros, la couche superienre se compose de petites pierres: Ie tout peut avoir six pouces de profond. On pratique dans Ie bout de chaque boite une ouverture longue de douze pouces et de deux pouces de profondeur, une feuille de fer blanc replie sert de conduit d'une boile a l'autre et empeche l'ean do s'echapper; de cette sorte, l'eau Sol communique d'una boite a I'autre ot tombe dans un reservoir destine it. recevoir les jeunes poissons." Un simple coni' d'reil a la structure de I'appareil a Quebot: et aux dessinll dans les livres en dira plus long que toute la description elaboree de M. Halliday, mais continuolls : " II est consolant cle savoir que la tentative en question a eu un succes digne de I'habilete de Ia personne qui I'a tentee. C'est M. Ramsbottom qui Ie premier a conduit 8 bonne fin les experiences entreprises dans les trois royaumes avec des reufs de saumon. II fit aclore en 1852, 5000 reufs, sur Ie domaine de Jonathan Peel, Ecuier a Knowlsmel'e et plus recemment encore, il figure au premier rang parmi ceux qui tenterent de restaurer Ie sanmon dans la riviere Tay: voici comment it s'exprime a co sujet : "La fecondite e.\trar)r,jinaire rln poisson

19 .to LES PiOHERIES est un fait hors de doute: leurs ceufs suffi sent pour eng-endrer des millions de jeunes Jloissons. Un saumon, par example da poids de dix li"nes contient des ceufs capables de produire 100,000. Mais quand la ponte 3 lieu, selon Ie cours ordinaire des choses dans Ie~ rivieres fn quentees par Ie poisson, taut de dangers entou~ent Ia berceau de 1a future fa:. mme, que rarament plus du quart des ceufs en viennent a. matnrite. De la, necessita ur gente de preparer pour Ies jeunes ces reser voirs artificiels, qui les protegeront contre des dangers Bans nombte, jusqu'liu moment ou jls seront assez forts pow' entreprendre d~ grands voyages. Lfl. plus "aste experience qui ait encore ete entreprfse da ns la Grande Bretagne pour l'illcubation du saumon, a eu lieu sur les rives de Ja Tay, a un endroit appele Colinhough, mieux conou sons Ie nom de Stormontfield, sur les terres du comte de Mansfield. Ce projet fut enfante a une assemblee des proprietaires riverains tenue en juillet 1&&2, ou Ie Dr. Eisdale lut un memoire sur la pisciculture-; et ou M. Thomas Ashworth, de Poynton, expliqua les experiences dont ses pecheries eo Irlande avaient ete Ie themri. II dit qu'il avait depuis longtemps pense qu'il serait aussi facile de propa,ger artificieljement Ie eaumon

20 DU CANADA, HI danl! nos rivieres que de produire Ie vers a lioie, bien que l'un vit dans l'eau et l'autre en plein air. C'etait un fait indubitable que 1'on pouvait faire eclore Je saumon et les autre5 especes de poissons par des moyens artificiel8l dans des rivieres par millions, a Ull corxt nominal et que de cette sorte, on pouvait les proteger contre leurs ennemis naturels pendant Ia premiere annee de leur existence: que ce temps ecoule, ilb pourraient se garantir contre lea perils bi~n plus facilement que lorsqu'ils vi enn~dt d'eclore."

21 20 LES P]tCHII:RIES CHAPITRE TROI8IE~IE Hatons nous de terminer cette courte ex qui sse de la pisciculture telle que plusieurs gollvernements l'ont pratiquee avec SUCC9S dans l'ancien monde et telle que nous conseillerons aui amateurs qui ont des moyens, de l'essayer en Canada: LA GRAr>DE MANUFACTUHE AUX SAUMONS SUR LA 'fay. N ous venons de laisser M. Thomas Ashworth expliquant it une assemblee publique tenue it Stormontfield en juillet 1852, Ie mode qu'il avait adopte en Irlande pour propager Ie Baumon. "Mon frere et moi, continua t il nous avons dans notre appareil 20,000 jeunes aaumons que nous avons fait aelore: chaque jour, nous avons soin de leur fournir la nourriture con venable :" M. Ashworth ajoute que les habitudes et l'histoire du saumon ne sont encore qu'imparfaitement connues et que pour jeter du jour sur plusieurs points encore en. veloppes de mystere, it avait ecrit aux commissaires des Pecheries en Irlande, de transferer chaque annee une partie des jeunes sall. l110ns des reservoirs, it l'eau db mer, le~ y te-

22 DU CASADA. 21 nant plonges pendant trois mois, puis de les replacer dans les reservoirs; de continuer de ce faire, pendant plusieurs annees. Les commissaires avaient fait deposer une douzaine des saumoneaux dans la salle de I'Exposition a. Dublin, dans un reservoir constamment alimente d'une eau courante: on avait adapte une echelle et des conduits pour faire sauter et remonter ces poissons d'un compartiment dans l'autl'e. Les spectateurs furent emerveilles de Ia souplesse et des ebats de ces petits etres: on les nourissait chaque jour de morceaux de viande coupes tres fins: ces experiences tendaient it faire connaitre la vie intima lin saumon. Ce systeme de propagation coutait a peu pres un louis du mille, c'est a dire unfarthing pour chaque saumon. "Le grand motif, ajouta M. Ashworth, qui me fait entreprendre cette propagation, c'est que j'y vois une vaste augmentationdenourritllre pour I'espece humaine." Puis, ii recommancle fortement d'envoyer qllerir M. Ramsbottom pour restaurer Ie poisson dan3 Ja riviere Tay et pour enseigner aux autres son art. Un comite de suite adopta l'idee de M. Ashworth. L'appareil pour la propagation artificielle du poisson a Stormontfield est agreablement situe sur une rive ou plan incline

23 22 LEt! P CHERIES protege par une plantation d'arbres, a cinq milles de Perth: Ie site est admirablement auapte; c'e8t M. Peter Brown, ingenieur civil qui a fourni les dessins et les plans pour la construction des etangs, boltes, glissoires, etc., etc.: ill! fonctionnent tous au parfait. Omettons les details de construction pour dire un mot sur Ie procede meme de la propagation. " On se mit a l'ceuvre Ie 23 nov. 1853, pour deposer Ie frai dans les boues et dans Ie cours d'un mois 300 boites avec leurs couches de gravois comme plus haut dit, contenaient 300,000 ceufs." On salt que Ie proceue a change depuis Ie temps OU Lacepede ecrivait. V oici la methode moderne : " Prenez un couple de saumons: comprimez legerement Ie ventre de la femelle de la main, en Ia tenant par Ia tete, et vous lui ferez sans effort rendre to us ses (Bufs, que vous recevrez dans un seau d'eau rempli au quart: vous en userez de meme avec Ie mft.le dont la laite se melera aux ceufs de la femelle, en reo muant l'eau de la main a une minute d'intervalle j versez l'eau, excepte ce qujil en faut pour submerger Ie frai et remplacez Ie liquide par de l'eau fraiche que vous verserez de nouveau, pour y substituer une seconde fols de l'onde pure, puis deposez Ie frai feconde dans les boites destinees a Ie l'ecevoir: ou place les

24 DU CANAD.\. 23 <:eufs autant que faire se pent, comme si la femelle les y avait deposes elle-meme dans Ie cours ordinaire de la nature, mais avec cet avantage marque que Ie frai, au lieu de reposer sur Ie lit d'une riviere, expose it mille dangere, tel que d'etre snbmerge par des depots allnviauy, ou d'etre deplace et entraine par Ie gon fiement subit des eanx, est en surete, une fois dans les boites et parvient a maturite avec une certitude infaillible. Les premiers jeunes s'echapperent de leur coquille Ie 30 mars; pendant les mois d'avril et de mai, la presque totalile des <:eufs se transforma en jeunes saumons, lesquels circulaient en tous sens: en juin, ils avaient atteint la longueur d'un pouce, et furent transportes des boltes dans Ie reservoir. Sir William Jardine dans un Memoire ht devant l' Association Bl'itannique, affirme en parlant des experiences faites dans la premiere annee, que les resultats sont.tout a fait satisfaisants, en autant qu'ils demontrent la possibilite de faire eclorc et d'elever une grande quantite de jeune, poissons forts et vigoureux pendant deux ans, et eel a (si I'on excepte les frais de construction de I'appareil) a un collt fort minime. Sir William a aussi fait rapport des operations de la seconde annee comme fort rassnr:mtes : on comment;a I'ceuvre Ie 12

25 24 LES rll:cherif.s nov. et Ie 19 dec. suivant, cent quatre-vingttrois boites contenaient, 2000 reufs. Un journal tenu par un M. Marshall a un etablissement de propagation demontre que les poissons males sont assez rares; trois coups de seine avaient donne quatre saumons femelles et un male seulement. Ce monsieur remarque qu'apres la manipulation de l'operateur, la femelle privee de ses reufs et deposee de nouveau dans Ie fleuve, s'echappa en fretillant fort alegrement. On a remarque en Ecosse que les males etaient aux femelles dans la proportion d'un a quatorze. Le cadre etroit que je me Buis trace me force de referer l'amatenr desireux d'etudier a. fonds cette branche de la pisciculture a I'excellent travail de M. Coste, intitule: Instructions pratiques sur la Pisciculture; ce petit volume dont Ie prix modique Ie rend accessible a tous, contient tout ce qu'il est necessail'e de sa voir a ce sujet: Voir Page 30, Fecondation artificielle des Olufs qui res tent libres. Terminons maintenant par ces remarqueb du Times de Londres sur les moyens et les capitaux que Pon emploie dans les autres pays, pour acclimater les poissons, les animanx et les oiseaux etrangers... Le nom de M. Edward Wilso.n est identifie avec la transmission d'oni-

26 DU CANADA. 25 manx de l' Angleterre en Australie et vice versa.. A son retour Ii. Melbourne, il assembla quelques amis et organisa une societe d'accli matation. Rarement son nom ne parait, mais c'est Ii. lui qu'appartient tout Ie merite de l'entreprise. II y a plus chez lui que de l'enthousiasme: ses efforts sont constants, sou tenus energiques : nos enfants et les enfants de nos enfants lui devront beaucoup. De temps Ii. autres, on voit sa signature au bas d'une correspondance dans les journaux: il a donne deux ou trois lectures, mais c'est plutot un homme d'action que de paroles. Sa societe, car je do is l'appeler ainsi, est un veritable BUCCeS; les fonds provenant de dons et de souscriptiona ont atteint Ie chiffre de 1,000. Le parlement vota 2,000 pour l'acclimatation des alpacas, 500 pour Itt naturalisation d'oiseaux, d'animaux et de poissons." C'est M. Wilson qui a aussi introduit en Australie la celebre morne appelee Murray Cod, poisson vraiment gigantesque, dans la riviere Yarra. La societe a maintenant en sa possession 150 animaux, 350 oiseaux et une quantite de carpes, tanches etc., ainsi que des poisson dores et argentes. " J usqu'a present tous nos efforts pour introduire Ie saumon ont failli: mais no us n'abandonnons pas Ia partie pour tout cela. Nous nous sommes adresse Ii. la France, Ii. PAngIe- 3

27 26 LES Pll:CHERIES terre et a d'autres pays, surtout pour echanger des oiseaux avec eux: nous p08sedons mainte nant dans la colonie plusieurs des oiseaull; chanteurs des autres pays: on a reiacm plusieurs especes: et on enumd dans nos environs Ie chant de l'alouette, du merle et de Is grive; il y a aussi en Australie piusieurs oiljeaux indigenes que l'oll pourrait echanger avec l' Angleterre."

28 DU CANADA. 2'7 tc.hal'itre QUATRIEME Ayant a. traiter de l'espece de pisciculture qui me semble la plus convenable au Canada, je vais donner la traduction d'un document qui dans Ie temps fit sensation: it est Ie fruit de vingt-cinq annees d'etudes d'un homme qui comprend a. fond la peche au saumon et qui.a fourni 100 materiaux pour Ie plub beau volume qui ait encore vu Ie jour sur la peche au Baumon en Canada: (*) publication qui honore Bon auteur et rend un service reel au pays en devoilant aux etrangers Bes ressoufces. Memoire Iu dwant l' ]"Kf;itut Canadien de Toronto en 1856 par Ie Revd. Wm. Agar Adamson D. C. L. BUr la Diminution, la Restauration et Ia Preservation du Sauman en Canada. [Traduction. ] " La decouverte d'un mets nouveau, dit Brillat-Savarin, fait plus pour Ie bonheur du genre humain que la decouverte d'une etoile." Posez une fois comme certain cet axiome de la " Physiologie du gofit," et queue importance acquie- (*) Salmon Fishing in Canada by a residentedited by Sir Jame.s Edward.6.lcxandel'.-London, 1860.

29 28 LES P1l;OHERIES rera avos yeux, la t~che de J'homme qui travaille a augmenter et a preserver un ancien comestible, un plat d'un merite incontestable comme aliment sain et recherche: rose croire que les membres de cet Institut verront avec fa veur les efforts d'un tel homme,tout humble,tout inexperimente qu'ij puisse etre dans Ie champ de la science. Encourage par cette idee autant que desireux de repondre aux vreux des membres de cette institution, je me hasarderai a vous communiquer mes observations sur la diminution, la restauration et la preservation du saumon en Canada. Ce serait peine perdue de pretendre eclairer l'economiste sur la valeur de ce poisson comme objet d'echange dans Ie commerce; comme comestible, c'ost sans contredit Ie poisson d'eau douce Ie plus precieux, tant a cause de sa saveur, qu'a, raison de son abondance. Peu de soins, quelques petits efforts et une depense mini me, non-seulement lui donnera acces dans presque toute8 les families caladiennes, mais encore en fera un important objet de commerce et d'exportation aux Etats-Uniil, ou grace a, la methode atroce que J'on a jusqu'ici employee en Canada, on a reussi a exterminer presque totalement ce poisson. II y a une trentaine d'annees, tous les tributaires du St. Laurent, de Niagam au Labrador. sur la rive

Dans la première ruse de Renart, ce fut Ysengrin la victime.

Dans la première ruse de Renart, ce fut Ysengrin la victime. Je vais vous présenter les ruses de Renart dans le roman de Renart. Renart, notre héros Renart est le personnage principal choisi par l'auteur. Dans chacune de ses histoires, il est dans une mauvaise posture

Plus en détail

Proverbes autour de la thématique de l'argent Présentés par les élèves de 4e3

Proverbes autour de la thématique de l'argent Présentés par les élèves de 4e3 Proverbes autour de la thématique de l'argent Présentés par les élèves de 4e3 En une phrase courte, souvent imagée, parfois énigmatique, les proverbes expriment des «vérités» fondées sur l'expérience ancestrale

Plus en détail

JE SUIS. Voici la dernière partie de cette entrevue houleuse :

JE SUIS. Voici la dernière partie de cette entrevue houleuse : JE SUIS Le chapitre huit de l Évangile selon Jean rapporte une très vive conversation qui oppose Jésus aux pharisiens jaloux de lui et impatients de le perdre. Leur propos est de le prendre en flagrant

Plus en détail

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 JE ME SOUCIE DE TOI Chant d entrée : La promesse Grégoire et Jean-Jacques Goldman La Promesse On était quelques hommes Quelques hommes quelques femmes en rêvant de

Plus en détail

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (Mt 5,1-12)

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (Mt 5,1-12) E1 Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu (Mt 5,1-12) Quand jésus vit toute la foule qui le suivait, il gravit la montagne. Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent. Alors, ouvrant la bouche,

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Le Haut Ellé. Station de pompage de Barréguan près D790 "Le Grand Pont" sous le Faouët. Département 56

Le Haut Ellé. Station de pompage de Barréguan près D790 Le Grand Pont sous le Faouët. Département 56 Le Haut Ellé Station de pompage de Barréguan près D790 "Le Grand Pont" sous le Faouët Département 56 Présentation L'Ellé regroupe tous les niveaux techniques, ainsi l'ellé peut être divisée en trois tronçons

Plus en détail

Bonjour! Je suis collombine, votre guide. Mes ancêtres, les ours des cavernes et moi-même avons habité pendant des millénaires dans ces montagnes.

Bonjour! Je suis collombine, votre guide. Mes ancêtres, les ours des cavernes et moi-même avons habité pendant des millénaires dans ces montagnes. Bonjour! Je suis collombine, votre guide. Mes ancêtres, les ours des cavernes et moi-même avons habité pendant des millénaires dans ces montagnes. Je vivais à la préhistoire, à l époque de la dernière

Plus en détail

MONSEIGNEUR, 32 LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE DE SAINT-BONIFACE. A MONSElGNEUR J. O. PLESSIS EVEQUE DE QUEBEC. FORT DEAR ou PEMBINA, 15 JANVIER 1819.

MONSEIGNEUR, 32 LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE DE SAINT-BONIFACE. A MONSElGNEUR J. O. PLESSIS EVEQUE DE QUEBEC. FORT DEAR ou PEMBINA, 15 JANVIER 1819. 32 LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE DE SAINT-BONIFACE A MONSElGNEUR J. O. PLESSIS EVEQUE DE QUEBEC. MONSEIGNEUR, FORT DEAR ou PEMBINA, 15 JANVIER 1819. Les agents de la colonie de sa Seigneurie Mylord Selkirk vont

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

VINCENT 06.82.59.56.89

VINCENT 06.82.59.56.89 Pour tout renseignement sur les animations proposées par la fédération vous pouvez contacter nos deux animateurs diplômés du BPJEPS Pêche de Loisir aux numéros ci-dessous. VINCENT 06.82.59.56.89 ARNAUD

Plus en détail

Gestion dynamique de votre compte BullionVault

Gestion dynamique de votre compte BullionVault Mostafa Belkhayate Gestion dynamique de votre compte BullionVault Lorsque vous ouvrez un compte BullionVault, vous avez le choix entre 3 compartiments devises, l euro, le dollar et la livre sterling et

Plus en détail

Projet «Création littéraire»

Projet «Création littéraire» Projet «Création littéraire» Ce projet vise principalement à développer les compétences écrites des élèves et à stimuler chez eux la création littéraire. Il est destiné à un public adolescent francophone

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

EMERVEILLE. Psaume 19

EMERVEILLE. Psaume 19 EMERVEILLE Psaume 19 Cédric Chanson La Colline, le 12 juillet 2015 Soli Deo Gloria 1. S émerveiller, remercier, partager (Faire passer et déguster des morceaux de melon) Comment vous trouvez ce melon?

Plus en détail

Les Activités Les Futures Forêts

Les Activités Les Futures Forêts Les Activités Les Futures Forêts MODULE A POURQUOI LES FORÊTS ET LES ARBRES SONT IMPORTANTS Ce module aidera vos jeunes à apprendre pourquoi les arbres et les forêts sont importants pour eux. Il contient

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

DESCARTES (1648) TRAITÉ DE L HOMME

DESCARTES (1648) TRAITÉ DE L HOMME René DESCARTES (1648) TRAITÉ DE L HOMME Extraits Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi Courriel: jmt_sociologue@videotron.ca

Plus en détail

Bien convaincre son ami + Bien s exprimer = Bon voyage assuré.

Bien convaincre son ami + Bien s exprimer = Bon voyage assuré. Bien convaincre son ami + Bien s exprimer = Bon voyage assuré. Il faudrait que tu fasses ce voyage. Tout d'abord, tu ne travailleras pas et tu verras tes copains à longueur de journée. Puis, tu n'auras

Plus en détail

Les habitudes alimentaires des Français changent

Les habitudes alimentaires des Français changent ΥΠΟΥΡΓΕΙΟ ΠΑΙ ΕΙΑΣ ΚΑΙ ΠΟΛΙΤΙΣΜΟΥ ΙΕΥΘΥΝΣΗ ΜΕΣΗΣ ΕΚΠΑΙ ΕΥΣΗΣ ΚΡΑΤΙΚΑ ΙΝΣΤΙΤΟΥΤΑ ΕΠΙΜΟΡΦΩΣΗΣ ΤΕΛΙΚΕΣ ΕΝΙΑΙΕΣ ΓΡΑΠΤΕΣ ΕΞΕΤΑΣΕΙΣ ΣΧΟΛΙΚΗ ΧΡΟΝΙΑ 2013-2014 Μάθημα: Γαλλικά Επίπεδο: 4 ιάρκεια: 2.30 Ημερομηνία:

Plus en détail

ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE

ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE Enseignement intégré des humanités Octobre 2012 Épreuve n 2 Compréhension et expression écrites Les Mille et une nuits ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE Nom : Prénom : Classe de sixième :.. COMPRÉHENSION

Plus en détail

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions.

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. LIRE UN CNTE ET RÉPNDRE À UN QUESTINNAIRE METTANT EN JEU DIFFÉRENTES CMPÉTENCES. Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. Dans une forêt très sombre,

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour,

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, Le loup et les sept chevreaux Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, comme elle voulait aller chercher de quoi manger dans la forêt, elle les appela tous

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

H i s t o i r e s e n f a n t i n e s

H i s t o i r e s e n f a n t i n e s Histoires ep 4_Attila 09/01/2014 19:53 Page4 P E T E R B I C H S E L H i s t o i r e s e n f a n t i n e s Merci aux antennes espiègles de Gisela Kaufman, libraire bienfaitrice de la rue Burq, qui après

Plus en détail

CONSEIL CANADIEN DES NORMES DE LA RADIOTÉLÉVISION CONSEIL RÉGIONAL DU QUÉBEC. Transcription partielle du reportage de J.E. diffusé le 7 novembre, 1997

CONSEIL CANADIEN DES NORMES DE LA RADIOTÉLÉVISION CONSEIL RÉGIONAL DU QUÉBEC. Transcription partielle du reportage de J.E. diffusé le 7 novembre, 1997 CONSEIL CANADIEN DES NORMES DE LA RADIOTÉLÉVISION CONSEIL RÉGIONAL DU QUÉBEC Annexe A CFTM-TV (TVA) au sujet de J.E. (Croisade pour un presbytère) (CBSC Decision 97/98-0555) Transcription partielle du

Plus en détail

Pour en avoir pour son argent

Pour en avoir pour son argent Pour en avoir pour son argent Préparé par Annie Chrétien Maman faisant partie de la grande famille du Carrefour familial les Pitchou Mars 2014 Comment en avoir plus pour son argent en 8 étapes faciles

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Pourquoi le Chien. chasse le Chat

Pourquoi le Chien. chasse le Chat Pourquoi le Chien chasse le Chat 1 Pourquoi le Chien chasse le Chat Par Liz Hutchison À Madame Yannick Post, mon premier professeur de français. Ce livre est un don à l organisme non gouvernemental Seeds

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Ma solution de la 560 (MrMagoo)

Ma solution de la 560 (MrMagoo) Ma solution de la 560 (MrMagoo) Je ne donne ci-dessous que l essentiel de ma solution, parce qu il y a des éléments annexes que je ne tiens pas à révéler. En plus, je veux essayer de faire court, pour

Plus en détail

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel Johan Theorin L Heure trouble ROMAN Traduit du suédois par Rémi Cassaigne Albin Michel Öland, septembre 1972 L E MUR de grosses pierres rondes couvertes de lichens gris était aussi haut que le petit garçon.

Plus en détail

Table des matières (cliquable)

Table des matières (cliquable) Table des matières (cliquable) De l importance de se créer des revenus passifs et alternatifs...4 Pourquoi investir dans une place de parking?..6 Qu est ce qui fait un bon emplacement de parking?...8 Gare

Plus en détail

TRAITÉ DE LA JEUNESSE'ET DE LA VIEILLESSE DE LA VIE ET DE LA MORT, ARISTOTE

TRAITÉ DE LA JEUNESSE'ET DE LA VIEILLESSE DE LA VIE ET DE LA MORT, ARISTOTE TRAITÉ DE LA JEUNESSE ET DE LA VIEILLESSE DE LA VIE ET DE LA MORT ARISTOTE Traduction de Jules Barthélemy-Saint-Hilaire Paris : Ladrange, 1866 Nouvelle édition numérique http://docteurangelique.free.fr

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication LA BRÈVE HISTOIRE DE MA VIE La brève histoire de ma vie 4 Stephen Hawking LA BRÈVE HISTOIRE DE MA VIE Traduit de l anglais par Laurent Bury Flammarion Copyright 2013 by Stephen W. Hawking Tous droits réservés

Plus en détail

1860 : un Parisien visite la cité ouvrière

1860 : un Parisien visite la cité ouvrière Complément de l article : La cité ouvrière sur http://isundgau.eklablog.com/ 1860 : un Parisien visite la cité ouvrière Un dimanche d été, je me trouvais à Mulhouse, plus désœuvré que ne le fut jamais

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

Article. «Tu ferais un bon avocat» Paul-Patrick Paradis. Biscuit chinois : littérature pop, n 7, 2008, p. 70-73.

Article. «Tu ferais un bon avocat» Paul-Patrick Paradis. Biscuit chinois : littérature pop, n 7, 2008, p. 70-73. Article «Tu ferais un bon avocat» Paul-Patrick Paradis Biscuit chinois : littérature pop, n 7, 2008, p. 70-73. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/2464ac

Plus en détail

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Ma première Lettre d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Table des matières (par ordre alphabétique des prénoms): Page 3 : Anonyme Page 4 : Anonyme Page 5 : Clara Page 6 : Anonyme

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

En voiture Simone. Luc Tartar Editions Lansman

En voiture Simone. Luc Tartar Editions Lansman Simone Luc Tartar Editions Lansman Entre le père, avec un cadeau. PAPA Le père : Simone? Tu es là? Evidemment que tu es là. On m a dit que tu avais roulé sous une voiture. Simone. Que s est-il passé? Temps

Plus en détail

Leçon 1-3 La Bible. 1. La Bible est appelée la Parole de Dieu. Comment savons-nous que c'est vrai?

Leçon 1-3 La Bible. 1. La Bible est appelée la Parole de Dieu. Comment savons-nous que c'est vrai? 1 www.jecrois.org Leçon 1-3 La Bible 1. La Bible est appelée la Parole de Dieu. Comment savons-nous que c'est vrai? 2. La Bible est un très vieux livre qui a été sous la garde de beaucoup de personnes,

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

Concept de commerce au primaire (1645-1745-1820)

Concept de commerce au primaire (1645-1745-1820) Concept de commerce au primaire (1645-1745-1820) Concept (s) Objectifs Pour qui? Attributs Question de départ Commerce Comprendre les implications du commerce et permettre la description de différents

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Évangiles (N bleus pages 35 à 42)

Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles pages 1/5 N 12 Matthieu 28, 18-20 Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu Au temps de Pâques, Jésus ressuscité adressa ces paroles aux Apôtres : «Tout

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

Le songe de la statue. du roi Nebucadonosor

Le songe de la statue. du roi Nebucadonosor Le songe de la statue du roi Nebucadonosor http://www.bibleetnombres.online.fr/nabuchod.htm (1 sur 6)2011-02-04 18:36:03 " [...] La seconde année du règne de Nebucadonosor, Nebucadonosor eut des songes.

Plus en détail

QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P

QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P Année scolaire 2015-2016 Mme Sicot 1 Préambule : Les élèves de la classe de 6 ème P ont d'abord rédigé diverses situations initiales à partir de cartes

Plus en détail

Ezéchiel, homme de visions

Ezéchiel, homme de visions La Bible pour enfants présente Ezéchiel, homme de visions Ecrit par : Edward Hughes Illustré par : Lazarus Adapté par : Ruth Klassen Traduit par : Yvon l'hermitte Produit par : Bible for Children www.m1914.org

Plus en détail

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Bruno Pompili Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Nous avions cru que c était vrai, et que les sculptures de Jean-Pierre Duprey étaient définitivement perdues. Un

Plus en détail

«La détérioration récente de l emploi au Québec relativement à l Ontario»

«La détérioration récente de l emploi au Québec relativement à l Ontario» Note «La détérioration récente de l emploi au Québec relativement à l Ontario» Raymond Depatie L'Actualité économique, vol. 49, n 3, 1973, p. 425-434. Pour citer cette note, utiliser l'information suivante

Plus en détail

Un guide pour vous aider à cesser de fumer, étape par étape. www.jecrasepourdebon.ca

Un guide pour vous aider à cesser de fumer, étape par étape. www.jecrasepourdebon.ca Un guide pour vous aider à cesser de fumer, étape par étape. www.jecrasepourdebon.ca Cette fois, je vais m y prendre autrement. Félicitations! Vous venez de faire un premier pas important vers l abandon

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

LA REPRODUCTION ANIMALE EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES

LA REPRODUCTION ANIMALE EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES LA REPRODUCTION ANIMALE EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES I. La reproduction des animaux Observer le comportement des parents, suivre la croissance des jeunes est si intéressant que, dès le CP, les enfants

Plus en détail

Les 10 Excuses qui vous Paralysent

Les 10 Excuses qui vous Paralysent Jérôme YVON Les 10 Excuses qui vous Paralysent Les réponses pour agir! Investisseur Immobilier Débutant.fr Les gagnants trouvent des moyens, les perdants des excuses F. D. Roosevelt Investisseur Immobilier

Plus en détail

15E ET 16E SIÈCLES > EUROPE > RENAISSANCE > TRANSFORMATIONS MAJEURES : 1) RIVALITÉS ENTRE LES PUISSANTS > OBTENIR DE NOUVELLES RICHESSES

15E ET 16E SIÈCLES > EUROPE > RENAISSANCE > TRANSFORMATIONS MAJEURES : 1) RIVALITÉS ENTRE LES PUISSANTS > OBTENIR DE NOUVELLES RICHESSES MODULE 2 (PREMIÈRE PARTIE) L ÉMERGENCE D UNE SOCIÉTÉ EN NOUVELLE-FRANCE 1ER - LES PREMIERS TEMPS DES COLONIES EN ROUTE VERS L ORIENT (P. 74 VOLUME ORANGE) 15E ET 16E SIÈCLES > EUROPE > RENAISSANCE > TRANSFORMATIONS

Plus en détail

au s s i on t un e âm e

au s s i on t un e âm e Frère Marie-Angel Les canailles au s s i on t un e âm e Itinéraire spirituel d un enfant SDF éditions des Béatitudes Préface Je m appelle Angel. Mon second prénom chrétien est Gabriel et c est par ce dernier

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Olaf était face à l océan.

Olaf était face à l océan. Olaf était face à l océan. Rêvasser, c était tellement plus amusant qu apprendre à déchiffrer les runes. Cette écriture bizarre ne lui servirait pas à grand-chose quand il prendrait la mer. Trouver son

Plus en détail

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers http://www.investir et immobilier.com Sommaire Sommaire... 2 1. Bien définir son objectif et sa stratégie... 3 2. Acheter dans un secteur

Plus en détail

Legs de biens personnels par testament

Legs de biens personnels par testament Legs de biens personnels par testament La Fondation canadienne des maladies inflammatoires de l intestin (FCMII) se consacre à la découverte d un traitement curatif pour la maladie de Crohn et la colite

Plus en détail

Des métaphores pour appréhender la résurrection

Des métaphores pour appréhender la résurrection Des métaphores pour appréhender la résurrection J ai longtemps tenté de me représenter «la résurrection», mais en vain. Il me manquait une métaphore quelque peu convaincante. La mue du papillon fut pour

Plus en détail

Difficultés d écoute et de communication

Difficultés d écoute et de communication 1 CHAPITRE 1 Difficultés d écoute et de communication Dans le monde entier il y a beaucoup d enfants qui sont soit sourds soit incapables d entendre très bien. Les parents peuvent ne pas savoir ce qui

Plus en détail

faire carrière, d amasser une fortune ou de devenir célèbre. À Portland, on avait la possibilité de vivre.

faire carrière, d amasser une fortune ou de devenir célèbre. À Portland, on avait la possibilité de vivre. Portland J aimerais dire que je suis tombé sous le charme de la ville. Mais j ai beau y réfléchir, je ne lui en trouve aucun. Pourtant, j ai tout de suite su que la ville me plairait, et que je voudrais

Plus en détail

Collège Maximilien ROBESPIERRE

Collège Maximilien ROBESPIERRE Collège Maximilien ROBESPIERRE Évaluations communes (2 e trimestre) Niveau 6 e Année scolaire 2013-2014 N de l élève : Durée : 1 heure 30 Épreuve : FRANÇAIS Première partie : 1heure 15 Dictée : 15 dernières

Plus en détail

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE 1 ER MAI 1802 (FLOREAL AN X) TITRE I DIVISION DE L'INSTRUCTION Art.1. L'instruction sera donnée : 1 Dans les Écoles primaires établies par les commu nes ; 2 Dans

Plus en détail

Voyage à. de Compostelle (26 au 28 mai 2010) classes de 5ème. Le programme :

Voyage à. de Compostelle (26 au 28 mai 2010) classes de 5ème. Le programme : Voyage à de Compostelle (26 au 28 mai 200) classes de 5ème Le programme : Le premier jour : Nous sommes arrivés à 2h30 (heure espagnole) à Saint-Jacques et nous avons piqueniqué au parc Alameda. On a commencé

Plus en détail

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien 1 Au Japon, dans un petit village, vivait un vieil homme. Il habitait une minka une petite maison de bambou et cultivait le riz avec sa femme. Un jour, dans la forêt, le vieil homme vit son chien gratter

Plus en détail

Aussitôt dit, aussitôt fait! - En avant pour le concert de la star Jérémy... COOL!

Aussitôt dit, aussitôt fait! - En avant pour le concert de la star Jérémy... COOL! Il était une fois un ours blanc qui s appelait Rocky. Ses parents lui avaient donné ce nom parce qu ils aimaient le rock and roll. Durant toute son enfance et toute son adolescence, il écoutait cette musique

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Lotissements agricoles de la rivière Rouge

Lotissements agricoles de la rivière Rouge Lotissements agricoles de la rivière Rouge Aperçu de la leçon Les élèves étudient le rôle que la rivière Rouge a joué dans le type d établissement et le système de propriété foncière adoptés par les Métis

Plus en détail

17. Le petit lou p qui se prenait pour un grand

17. Le petit lou p qui se prenait pour un grand 17. Le petit lou p qui se prenait pour un grand raconte par Albena Ivanovitch-Lair d'apres un conte bulgare, illustrations d'eric Gaste Un jeune loup affame marchait dans la campagne, a la recherche d'une

Plus en détail

3ème groupe : Tous les autres verbes et les verbes irréguliers (venir, prendre, savoir, devoir, vendre, croire, naître, courir...

3ème groupe : Tous les autres verbes et les verbes irréguliers (venir, prendre, savoir, devoir, vendre, croire, naître, courir... Les trois groupes de verbes 1er groupe : tous les verbes terminés par er (chanter,manger, tomber, laver...) sauf aller qui est irrégulier 2ème groupe : tous les verbes terminés par ir (finir, agir, réfléchir

Plus en détail

RESOLUTION CANADA À PROPOS DE LA PLAINTE RELATIVE À L'ENREGISTREMENT DU NOM DE DOMAINE «GREVIN.CA» DECISION

RESOLUTION CANADA À PROPOS DE LA PLAINTE RELATIVE À L'ENREGISTREMENT DU NOM DE DOMAINE «GREVIN.CA» DECISION RESOLUTION CANADA À PROPOS DE LA PLAINTE RELATIVE À L'ENREGISTREMENT DU NOM DE DOMAINE «GREVIN.CA» PLAIGNANT Musée Grévin Montréal Inc. a/s Me Richard J. Sheitoyan, avocat 28 Notre-Dame Est, suite 201

Plus en détail

Secondaire : Histoire Traités entre les Premières Nations et le gouvernement canadien

Secondaire : Histoire Traités entre les Premières Nations et le gouvernement canadien Secondaire : Histoire Traités entre les Premières Nations et le gouvernement canadien Objectif : Grâce à des stratégies d apprentissage coopératif, les élèves utiliseront la recherche, des articles d opinion,

Plus en détail

Qu est ce qu une proposition?

Qu est ce qu une proposition? 1. J ai faim, donc je mange.. propositions 2. Il possède une villa qu'il a héritée de son père... propositions 3. Mon ami m'a dit qu'il avait été surpris quand il a appris la nouvelle... propositions 4.

Plus en détail

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade.

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade. Il était une fois un ogre, un vrai géant, qui vivait tout seul. Comme la plupart des ogres, il avait des dents pointues, une barbe piquante, un nez énorme et un grand couteau. Il était toujours de mauvaise

Plus en détail

La partie poursuivie doit connaître les motifs et l'objet de la demande pour pouvoir se préparer à y répondre à l'audience.

La partie poursuivie doit connaître les motifs et l'objet de la demande pour pouvoir se préparer à y répondre à l'audience. Comment se préparer à une audience Introduction Vous avez produit une demande à la Régie du logement, ou reçu copie d'une demande. Que vous soyez demandeur ou défendeur, il est important de bien se préparer

Plus en détail

Est-ce le bon moment pour renégocier votre crédit immobilier?

Est-ce le bon moment pour renégocier votre crédit immobilier? Est-ce le bon moment pour renégocier votre crédit immobilier? Par Virginie Franc Jacob L express Votre Argent Avec des taux de crédits frôlant les 2 %, vous avez sans doute intérêt à renégocier votre crédit

Plus en détail

Une tempête inoubliable

Une tempête inoubliable Une tempête inoubliable Résultat d'apprentissage Écrire clairement pour exprimer des idées. Indicateur de réussite Intègre à son vocabulaire parlé et écrit des expressions et des mots nouveaux rencontrés

Plus en détail

Islande. Description et informations pratiques :

Islande. Description et informations pratiques : Description et informations pratiques : Islande Le massif de Kerlingarfjöll est un endroit somptueux, situé au centre du pays, au sud de l'immense glacier du Hofsjökull, le long de la piste de la Kjölur

Plus en détail

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer Corpus n 2 : Sujet : Dans une classe de première, vous étudierez le groupement de textes suivant dans le cadre de l objet d étude Ecriture poétique et quête du sens». Vous présenterez votre projet d ensemble

Plus en détail

LE PLAN DE MILI. Si tout le monde signe, elle aura plus de valeur!

LE PLAN DE MILI. Si tout le monde signe, elle aura plus de valeur! LE PLAN DE MILI Mili lance un message comme on lance une bouteille à la mer. Elle s adresse à nous tous, mais plus particulièrement à ceux Des îles de la Polynésie Française Vous pouvez l aider en envoyant

Plus en détail

La poule qui se promenait dans la forêt

La poule qui se promenait dans la forêt Téa la poule et la montre à remonter le temps Il était une fois une poule qui s'appelait Téa. Quand Téa voulait dormir c'était que le matin! Il n'était que 9 heures, Téa cria tous les jours, Je veux dormir

Plus en détail

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation?

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? 5. Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? S occuper ne signifie pas rassembler des informations auprès de quelqu un, mais participer à la prise de décisions concernant l évaluation et à sa réalisation.

Plus en détail

Évaluations diagnostiques - Consignes de passation

Évaluations diagnostiques - Consignes de passation Consignes Page 1/12 Évaluations diagnostiques - Consignes de passation Partie 1 Exercice 1 : La consigne est «Observe les images. Elles appartiennent toutes à un même thème sauf une. Entoure-la.» Tu (vous)

Plus en détail

4 ÈME NUMÉRO. Rédigé par Mickael, Quentin, Thomas et Shérazade

4 ÈME NUMÉRO. Rédigé par Mickael, Quentin, Thomas et Shérazade 4 ÈME NUMÉRO Rédigé par Mickael, Quentin, Thomas et Shérazade Sommaire Musique : Rihanna..p3 Activités : Poker...p4 Documentaires: les moutons..p 8 Documentaire : le sanglier...p10 MUSIQUE Rihanna. Rihanna

Plus en détail

Histoire «La boîte à couleurs»

Histoire «La boîte à couleurs» Histoire «La boîte à couleurs» Objectif pédagogique Découvrir la diversité des formes et des couleurs des espèces marines. Lien avec les programmes de l école primaire (2008) Domaine d activité «Découvrir

Plus en détail

La prière L Amour de Dieu Ephesiens 3:14-21 4 février 2007 1. Prier: L Amour de Dieu Éphésiens 3:14-21

La prière L Amour de Dieu Ephesiens 3:14-21 4 février 2007 1. Prier: L Amour de Dieu Éphésiens 3:14-21 La prière L Amour de Dieu Ephesiens 3:14-21 4 février 2007 1 Prier: L Amour de Dieu Éphésiens 3:14-21 Introduction Introduction : les requêtes spirituelles de Paul 1. Fortifier l homme intérieur, 2. Christ

Plus en détail

2. Formalisation ... Or les variables sont indépendantes. Donc si

2. Formalisation ... Or les variables sont indépendantes. Donc si L'estimation 1. Concrètement... Dernièrement un quotidien affichait en première page : en 30 ans les françaises ont grandi de... je ne sais plus exactement, disons 7,1 cm. C'est peut-être un peu moins

Plus en détail

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur.

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur. Hansel et Gretel Première scène Il était une fois, dans un petit village, un bûcheron et ses deux enfants, Hansel et Gretel. Un jour, il n'y avait plus de manger dans la maison alors le bûcheron demandait

Plus en détail

Deutsche Welle «Learning By Ear» Emploi et formation 05 : Tourisme directeur d hôtel

Deutsche Welle «Learning By Ear» Emploi et formation 05 : Tourisme directeur d hôtel Deutsche Welle «Learning By Ear» Emploi et formation 05 : Tourisme directeur d hôtel Texte : Alex Gitta, Ouganda Rédaction : Ludger Schadomsky, Sandrine Blanchard, Ulrich Neumann, Maja Dreyer Traduction

Plus en détail

1. Pourquoi le petit oiseau n est-il pas parti. 2. Comment se déplace le petit oiseau?

1. Pourquoi le petit oiseau n est-il pas parti. 2. Comment se déplace le petit oiseau? Ministèredel éducationnationale, dela jeunesseetdelavieassociative Directiongénéralede l enseignementscolaire Exercice 2 Ecoute les deux questions 1. Pourquoi le petit oiseau n est-il pas parti avec les

Plus en détail

Notre sortie à la ferme de LA BERTINE

Notre sortie à la ferme de LA BERTINE Notre sortie à la ferme de LA BERTINE Dans cette ferme ils y avaient toutes sortes d'animaux différents comme une cinquantaine de brebis et de chèvres, 2 vaches, 1 poney une dizaine de poules ou encore

Plus en détail

Ling Tsui dans son bureau de Paris avec le ministre Sun Jiadong

Ling Tsui dans son bureau de Paris avec le ministre Sun Jiadong 1 of 6 Vers la célébrité CHAPITRE 12: Demain est un mystère Un jour de 1991 où je me trouvais en réunion dans mon bureau de Paris avec le professeur Sun Jiadong, ministre chinois de l'industrie aérospatiale,

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

Micheline revit et essaie de réapprendre à sourire.

Micheline revit et essaie de réapprendre à sourire. Région Son mari la faisait dormir dans la grange: "si les gendarmes n'étaient pas venus, je ne serais pas là aujourd'hui" [+vidéo] Recluse dans sa ferme de Couture, Micheline en était réduite à dormir

Plus en détail