Dr. Jean-Baptiste THIERRY

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dr. Jean-Baptiste THIERRY"

Transcription

1 [La Fraude A L assurance En Droit Français] La Fraude A L assurance En Droit Français Submitted By Dr. Jean-Baptiste THIERRY Maître de conférences de Droit privé Directeur de l Institut d Etudes Judiciaires de Nancy ISCRIMED - Institut François Gény (EA 7301) Université de Lorraine Le droit des assurances est confronté à la multiplication des risques qu il faut couvrir. Le développement du droit de la responsabilité civile et celui du droit des assurances sont étroitement liés. Au-delà, chaque personne peut, grâce au contrat d assurance, se prémunir d un risque ou opérer un placement financier intéressant, y compris pour un tiers. Le droit des assurances s est affiné au fil du temps: depuis la première assurance de l histoire qui consistait à garantir le risque maritime, en passant par l assurance incendie rendue nécessaire au XIXe siècle, le droit des assurances a dû s adapter à de nouveaux risques. Le droit commun des contrats est rapidement apparu insuffisant et le législateur français a encadré les règles du contrat d assurances au sein du Code des assurances. Si la liberté contractuelle reste le principe, le droit des assurances est marqué aujourd hui par l incursion de l ordre public de protection afin de protéger les assurés - personnes physiques ou morales - mais également les tiers et les assureurs eux-mêmes. Le développement exponentiel du secteur des assurances a entraîné, corrélativement, le développement de la fraude à l assurance. Depuis la première forme de fraude - la baraterie (1) - l imagination des fraudeurs s est adaptée aux nouvelles formes de contrats. La fraude ne fait pas l objet d une définition particulière en droit français, alors pourtant qu elle «est omniprésente dans le (1) La baraterie est une forme de fraude en matière maritime, consistant pour le capitaine d un navire à faire croire à un naufrage du navire. [13-14/5/2014] [College of Law at the UAEU] 93

2 [Dr. Jean-Baptiste THIERRY] droit, parce que la tentation est naturelle chez les individus de chercher à se soustraire à certaines des contraintes que la loi fait peser sur eux» (2). L absence de fraude peut s assimiler à un principe général du droit (3) : fraus omnia corrumpit. Mise en relation avec la définition de l assurance - «technique de couverture de risques et plus précisément de prise en charge des risques par un tiers» (4) - la fraude à l assurance regroupe plusieurs pratiques (5). Il peut d abord s agir d une fausse déclaration des risques lors de la souscription du contrat d assurances : l exemple type est alors celui de l assuré qui dissimule à l assureur un risque particulier. La fraude peut également intervenir lors de l exécution du contrat d assurances et, plus particulièrement, au moment de la déclaration de sinistres. A ce stade, trois types de fraudes peuvent être isolés (6) : le sinistre réel mais provoqué ; le sinistre réel mais surévalué ; le sinistre fictif et simulé. Dans le premier cas, il s agira de l exemple de la voiture incendiée par son propriétaire ou de l automutilation. Dans le deuxième cas, il s agira du cas peut-être le plus courant : un vol a lieu et l assuré déclare volés des objets qu il n a jamais eus en sa possession ou leur attribue une valeur bien supérieure à leur valeur réelle. Dans le troisième cas, il s agira de faire croire à un sinistre : la baraterie a déjà été citée en exemple ; l assuré déclare ainsi un accident qui n a jamais eu lieu. La fraude est donc, on le voit, principalement le fait de l assuré. Mais il ne faut pas oublier que la fraude peut également émaner de l assureur lui-même, ou d un professionnel comme le courtier, par exemple : «la fraude à l'assurance n'est pas uniquement le fait de clients ou de tiers. Elle peut être réalisée par un collaborateur de l'enseigne, le cas échéant au profit d'un tiers» (7). La fraude est, par définition, difficile à détecter. Elle engendre un coût que l on ne peut qu estimer, à défaut de pouvoir le chiffrer précisément. En plus du coût lié à l indemnisation indûment versée par l assureur, il faut ajouter le coût sur l image de la compagnie d assurances ainsi que le coût de la lutte contre la fraude, qui suppose de mettre en œuvre un certain nombre de mesures pour l éviter, la punir, etc. Les assureurs considèrent que la fraude représente environ 5% du chiffre d affaires réalisé (8), ce qui est considérable au regard de l ampleur du chiffre d affaires, qui s exprime en milliards d euros pour les grandes compagnies. (2) B. Audit, Vo «Fraude», in D. Alland, S. Rials (sous la dir.), Dictionnaire de la culture juridique, PUF, 2003, coll. Quadrige, p (3) Ibidem. (4) L. Mayaux, «Assurances terrestres», Rép. civ.2007, no 1. (5) Sur ce point : P.-G. Marly, «La fraude à l assurance, Rapport introductif», JCP E 2012, (6) Ibidem. (7) E. Chartier, «Les risques de fraude à l assurance lors de la gestion des sinistres», JCP E 2012, (8) Ibidem. [22 nd International Annual Conference Legal Aspects of Insurance & Its Contemporary Trends]

3 [La Fraude A L assurance En Droit Français] Face à l ampleur du phénomène de la fraude, les assureurs français se sont organisés en association : l Agence pour la Lutte contre la Fraude à l Assurance (A.L.F.A.) (9). Créée en 1989, cette association a pour rôle d organiser la lutte des compagnies d assurances contre la fraude. L association A.L.F.A met ainsi à disposition des assureurs des moyens pour lutter contre les fraudes : annuaire d enquêteurs privés, mise à disposition d une documentation technique, réalisation d études techniques ou juridiques, coordination avec les pouvoirs publics, etc. Cette association centralise également les informations qui lui sont fournies par les assureurs adhérents afin de mieux cerner le phénomène de la fraude. Ainsi, en 2009, on recensait fraudes détectées, pour un montant total de euros ; en 2010, ces chiffres passaient à fraudes détectées, représentant un montant total de euros (10). Les dossiers frauduleux concernent presque exclusivement les sinistres relatifs à l usage de l automobile et les «incendies et risques divers». Ceci ne signifie bien évidemment pas qu il s agit des seuls domaines de la fraude : la fraude concernant d autres risques est tout simplement inconnue de l association et ne fait pas l objet d un recensement particulier. Le droit doit-il réagir à la fraude à l assurance? La réponse à cette question est évidemment positive, pour deux raisons principales. Avant tout, la fraude à l assurance va à l encontre de l essence même du contrat d assurance qui repose sur l aléa. Sans aléa, sans incertitude liée à la survenance du risque assuré, un déséquilibre contractuel apparaît et le contrat d assurance perd de son sens. En application de l article 11, alinéa 2, du Code civil, un contrat est dit aléatoire «lorsque l'équivalent [que s engage à donner une partie] consiste dans la chance de gain ou de perte pour chacune des parties, d'après un événement incertain» (11). L existence d un contrat aléatoire empêche la caractérisation d une lésion, en application de l adage traditionnel selon lequel l aléa chasse la lésion. La fraude empêche l équilibre du contrat aléatoire qui se voit ainsi dépourvu de cause. Comme l explique bien l Avant-projet de réforme du droit des obligations (12), «les contrats aléatoires sont dépourvus de cause réelle lorsque, dès l origine, l absence d aléa rend illusoire ou dérisoire pour l un des contractants la contrepartie convenue» : l existence de l aléa est déterminante de l existence de (9) On peut consulter utilement le site de l ALFA : (10) Ces chiffres sont issus de F. Nguyen Kim, «Lutte contre la fraude : présentation de l organisation professionnelle», JCP E, 2012, (11) Le contrat aléatoire s oppose au contrat commutatif, qui intervient lorsque «lorsque chacune des parties s'engage à donner ou à faire une chose qui est regardée comme l'équivalent de ce qu'on lui donne, ou de ce qu'on fait pour elle». (12) Dit «Avant-projet Catala». [13-14/5/2014] [College of Law at the UAEU]

4 [Dr. Jean-Baptiste THIERRY] la cause d un contrat aléatoire. Cette idée du droit commun des obligations se retrouve en droit spécial des assurances. L article L du Code des assurances dispose en effet que «l'assurance est nulle si, au moment du contrat, la chose assurée a déjà péri ou ne peut plus être exposée aux risques». Le droit des contrats a donc vocation à sanctionner l existence d une fraude dans la conclusion ou l exécution du contrat d assurances. La deuxième raison de la légitimité de la réaction du droit face à une fraude à l assurance relève de l ordre public. La fraude peut en effet consister à obtenir l attribution illégitime d un bien. Elle peut s analyser en une atteinte aux biens. A ce titre, elle est appréhendée par le droit pénal. Cette répression de la fraude à l assurance se justifie d autant plus que les conséquences de la fraude ne sont pas supportées par le seul assureur : c est toute la collectivité des assurés qui supporte le coût de la fraude. La fraude à l assurance est donc appréhendée par le droit, soit par l application des mécanismes propres au droit des contrats, soit par l application des mécanismes relevant du droit pénal. I. La fraude à l assurance en droit civil La fraude à l assurance en matière civile est appréhendée par les instruments du droit spécial des assurances (A) qu il peut être difficile de mettre en œuvre (B). A - Le droit spécial des assurances La fraude de l assuré est sanctionnée par le droit des assurances. La particularité du droit spécial des assurances est que la nullité qui fait suite à la commission d une fraude au moment de la conclusion du contrat voit ses effets aménagés afin de sanctionner le fraudeur. L objectif est d instaurer «une véritable peine privée destinée à sanctionner l'assuré de mauvaise foi» (13). Ainsi, l article L du Code des assurances dispose : «Indépendamment des causes ordinaires de nullité, [ ] le contrat d'assurance est nul en cas de réticence ou de fausse déclaration intentionnelle de la part de l'assuré, quand cette réticence ou cette fausse déclaration change l'objet du risque ou en diminue l'opinion pour l'assureur, alors même que le risque omis ou dénaturé par l'assuré a été sans influence sur le sinistre». Le deuxième alinéa du texte ajoute que «les primes payées demeurent alors acquises à l'assureur, qui a droit au paiement de toutes les primes échues à titre de dommages et intérêts». La nullité n a donc pas d effet rétroactif pour l assureur. (13) C. Guelfucci-Thibierge, Nullité, restitution et responsabilité : LGDJ, 1992, p [22 nd International Annual Conference Legal Aspects of Insurance & Its Contemporary Trends]

5 [La Fraude A L assurance En Droit Français] On constate également que le droit des assurances permet d obtenir la nullité du contrat en cas de fausse déclaration pendant l exécution du contrat. Ceci est particulièrement notable, la nullité venant traditionnellement sanctionner le nonrespect des conditions de validité d une situation juridique au jour de sa création, et non en cours d exécution. Il est ainsi possible d obtenir la nullité du contrat en cas de non-déclaration des circonstances nouvelles qui ont pour conséquence d aggraver les risques ou d en créer de nouveaux (14). La nullité pourra être invoquée à plusieurs conditions. Il sera d abord nécessaire de caractériser l existence d une fausse déclaration. Il faudra ensuite prouver l impact de cette fausse déclaration sur la nature du risque déclaré. Il faudra enfin démontrer la mauvaise foi de l assuré. B - La mise en œuvre du droit spécial des assurances Un auteur relève que le droit des assurances fait parfois obstacle au prononcé de la nullité (15). La déclaration des risques se fait sur la base d un formulaire de déclaration du risque qui doit être suffisamment précis. Il n y a pas de nullité si l assuré ne répond pas à une question qui ne lui était pas posée : «l'assuré n'est pas tenu de révéler spontanément une information qui ne lui est pas demandée, même s'il sait que cette information est déterminante pour l'assureur. C'est précisément là que le bât blesse. Le droit des assurances interdit à l'assureur de se prévaloir du dol par réticence!» (16). Dès lors que l assuré répond correctement au formulaire de déclaration de risques, il importe peu qu il dissimule des informations à l assureur, même s il est de mauvaise foi. Ce dispositif est particulièrement protecteur des assurés. Toutefois, la jurisprudence considère que «si les dispositions de l'article L , 2 du Code des assurances imposent à l'assuré d'informer l'assureur des circonstances de nature à lui faire apprécier le risque qu'il prend en charge, lorsque lui sont posées des questions, le juge peut prendre en compte, pour apprécier l'existence d'une fausse déclaration intentionnelle prévue à l'article L du même code, les déclarations faites par l'assuré à sa seule initiative lors de la conclusion du contrat» (17). Dans cette décision, une société avait sollicité la souscription d une assurance couvrant sa responsabilité civile professionnelle. L assureur avait par la suite sollicité, et obtenu, la nullité du contrat. La Cour de (14) Art. L C. ass. Y. Lambert-Faivre et L. Leveneur, Droit des assurances : Dalloz, 12e éd., 2005, n 333 (15) Ch. Lachièze, «La fraude à l assurance : le point de vue d un civiliste», JCP E, 2012, (16) Ibidem. (17) Cass. 2e civ., 19 févr. 2009, n : Bull. civ. 2009, II, n 48. [13-14/5/2014] [College of Law at the UAEU] 09

6 [Dr. Jean-Baptiste THIERRY] cassation a admis que les juges se fondent sur la prise en compte de la déclaration spontanée de l assuré. Outre les conditions de la fraude, qui devront être prouvées par l assureur, il faut noter que la sanction judiciaire de la fraude peut ne pas être très efficace si elle n est que civile. La procédure pénale présente ainsi de multiples avantages pour l assureur (18) : possibilité pour la partie civile de demander des mesures conservatoires, rapidité, régime de la preuve La fausse déclaration peut également être difficile à prouver lorsque le risque non déclaré est protégé par un secret, comme le secret médical par exemple. Au-delà de la sanction civile, le droit pénal apparaît mieux armé pour sanctionner le recours à la fraude. Il est en effet plus dissuasif, l auteur de la fraude encourant une peine en plus des réparations civiles. II. La fraude à l assurance en droit pénal Le droit pénal est un instrument efficace de lutte contre la fraude, qu il s agisse de la fraude de l assuré (A) ou de la fraude de l assureur (B). A - La fraude de l assuré La fraude de l assuré est efficacement combattue par le droit pénal. Etrangement, il n existe pas d infraction spécifique à la fraude à l assurance : les infractions de droit commun ont vocation à s appliquer et permettent d appréhender efficacement ces comportements. L escroquerie est l infraction qui permet sans doute le mieux de réprimer les fraudes à l assurance, lorsqu elle est consommée et même lorsqu elle est simplement tentée. L article du Code pénal punit ainsi de cinq ans d emprisonnement et euros d amende le fait soit par l'usage d'un faux nom ou d'une fausse qualité, soit par l'abus d'une qualité vraie, soit par l'emploi de manœuvres frauduleuses, de tromper une personne physique ou morale et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d'un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge. Cette incrimination permet d appréhender à la fois les fraudes à l assurance qui interviennent lors de la souscription du contrat, mais également celles qui interviennent lors de la déclaration de sinistres (19). En ce qui concerne les fraudes lors de la souscription du contrat, c est-à-dire la fausse déclaration de risques, l escroquerie peut s appliquer si ses éléments (18) Sur ce point, v. F. Loyseau de Grandmaison, «Fraude à l assurance : le point de vue de l avocat», JCP E, 2012, (19) V. J. Gatsi, «L escroquerie à l assurance : état des lieux», Les Petites affiches, 1996, no 76, p [22 nd International Annual Conference Legal Aspects of Insurance & Its Contemporary Trends]

7 [La Fraude A L assurance En Droit Français] constitutifs sont caractérisés. La fausse déclaration doit alors s assimiler à des manœuvres frauduleuses : le simple mensonge et, a fortiori, la réticence dolosive, ne permettant pas de caractériser la tromperie. Il faudra dès lors que le mensonge soit appuyé par la rédaction de faux documents, par exemple, ou par l intervention d un tiers (20). La responsabilité pénale du fraudeur - et de son complice - peut donc être retenue. L examen de la jurisprudence montre toutefois que le contentieux est faible sur cette question : les escrocs sont généralement identifiés au moment de la déclaration de sinistres. Constitue ainsi une manœuvre frauduleuse, la fausse déclaration de vol d'une voiture automobile au commissariat de police, après l'immersion volontaire de ce véhicule dans une gravière, pour obtenir par ce moyen le remboursement de sa valeur par la compagnie d'assurances (21). La tromperie est également caractérisée si l assuré déclare un incendie comme étant accidentel alors qu il l a lui-même provoqué (22). La solution est la même pour la production de certificats médicaux, destinée à donner force et crédit à des déclarations mensongères d'arrêt de travail, afin d'obtenir d'une société d'assurance le versement d'indemnités indues (23). L infraction sera caractérisée si l assuré fait une déclaration de sinistre et obtient la remise d une somme d argent de la part de l assureur. Faute d indemnisation par l assureur, seule la tentative est caractérisée. Il faut également préciser que le fait pour un assuré de provoquer un sinistre sans procéder à la déclaration de sinistres, ne permet pas de caractériser la tentative, faute de commencement d exécution (24) : «La déclaration de sinistre est retenue comme la signature de la tentative d'escroquerie» (25). Mais l escroquerie n est pas la seule incrimination qui peut s appliquer. L incrimination du faux, qui figure à l article du Code pénal, permet également de réprimer la fausse déclaration de risques réalisée lors de la souscription du contrat d assurance. En effet, le faux est une altération frauduleuse de la vérité, de nature à causer un préjudice et accomplie par quelque moyen que ce soit, dans un écrit ou tout autre support d'expression de la pensée qui a pour objet ou qui peut avoir pour effet d'établir la preuve d'un droit ou d'un fait ayant (20) Cass. crim., 13 févr. 1995, n : Bull. crim. n 63 : pour l intervention d un agent d assurance ayant antidaté un contrat. (21) Cass. crim. 11 oct : Bull. crim.no 352. (22) Cass. crim. 1er juin 1994 : Dr. pénal , note M. Véron; Rev. sc. crim , obs. R. Ottenhof. (23) Cass. crim. 29 juin 2005 : Dr. pénal comm. 147, obs.m. Véron. (24) Cass. crim., 17 déc. 2008, n : D. 2009, p. 1796, note A. Prothais. (25) J. Pradel, «La fraude à l'assurance. Aspects de droit pénal», in La lutte contre la fraude à l'assurance, Actes du colloque organisé à Niort les 28 et 29 juin 1990 : Publications de la Faculté de Droit et des Sciences Sociales de l'université de Poitiers, p. 75. [13-14/5/2014] [College of Law at the UAEU]

8 [Dr. Jean-Baptiste THIERRY] des conséquences juridiques. Cette infraction est punie de trois ans d emprisonnement et de euros d amende. «De manière générale, l'établissement, la falsification ou l'usage d'une attestation ou d'un certificat afin d'apporter crédit aux déclarations préalables à la souscription du contrat d'assurance, qu'ils émanent de l'assuré lui-même ou de tiers, relèvent des qualifications de faux» (26). Il faut ajouter le bénéficiaire de la prime d assurance, ou l un de ses proches, peut également commettre un recel, dès lors qu il bénéficie, en connaissance de cause, du produit d une infraction (27). Il faut enfin préciser que l assuré peut également commettre un blanchiment (28). Celui-ci se définit (29) comme le fait de faciliter, par tout moyen, la justification mensongère de l'origine des biens ou des revenus de l'auteur d'un crime ou d'un délit ayant procuré à celui-ci un profit direct ou indirect (30). «Le délit est constitué lorsque la souscription de l'assurance conduit à placer des fonds d'origine illicite ou à assurer un bien d'origine illicite. Dans de tels cas, la souscription du contrat a pour seul objet, au moment de la mise en jeu de l'assurance, de récupérer des fonds d'origine licite. Tantôt, le produit de l'infraction a directement été l'objet de l'assurance (dans le cas d'une assurance par capitalisation), tantôt le produit a été investi dans un bien qui fait l'objet de la police d'assurance et qui, lorsqu'il sera détruit, substituera dans le patrimoine de son auteur des fonds licites à des fonds d'origine illicite» (31). Les pratiques sont très variables. On peut ainsi signaler le cas, relaté par TRACFIN (32), d un blanchiment opéré sur des contrats d assurance-vie : les membres d une même famille souscrivaient de multiples contrats d assurance-vie puis effectuaient «des demandes de rachats anticipés formulées de manière quasi-concomitante par l intermédiaire du même notaire avec une volonté de dissimuler la destination ultérieure des fonds par l utilisation d un ordre de virement sur le compte de l office». Le rapport d activités 2011 de TRACFIN relate également le cas d une fraude complexe à l assurance. Une société d import-export de textiles avait souscrit une quinzaine de contrats d assurance auprès de compagnies d assurance et voyait ses (26) J. Alix, «Les aspects pénaux de la fraude à l assurance», JCP E, 2012, (27) Art C. pén. (28) En ce sens, v. J. Alix, art. préc. (29) Art C. pén. (30) Il faut préciser que constitue également un blanchiment le fait d'apporter un concours à une opération de placement, de dissimulation ou de conversion du produit direct ou indirect d'un crime ou d'un délit. (31) J. Alix, art. préc. (32) TRACFIN est la cellule française de lutte contre le blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. [22 nd International Annual Conference Legal Aspects of Insurance & Its Contemporary Trends]

9 [La Fraude A L assurance En Droit Français] comptes régulièrement approvisionnés par ces compagnies. La société d importexport n a pourtant jamais eu la moindre activité commerciale : elle effectuait de fausses déclarations et procédait ensuite au blanchiment des capitaux reçus en virant les fonds à l étranger. L absence de qualification pénale spécifique à la fraude à l assurance n est, on le voit, guère problématique, les qualifications de droit commun permettant d appréhender la multitude des comportements des fraudeurs. Il ne faut toutefois pas oublier que l assureur lui-même peut être fraudeur, ce que le droit pénal appréhende également. B - La fraude de l assureur Les qualifications de droit commun sont également applicables à l hypothèse de l assureur fraudeur, que celui-ci commette une escroquerie, des faux ou un blanchiment. Au-delà de ces aspects, qui ne diffèrent pas de ce qui a été vu précédemment pour le cas de l assuré fraudeur, le droit pénal comporte également plusieurs incriminations qui ont vocation à s assurer du bon fonctionnement du secteur des assurances. L Etat assure également un contrôle sur le secteur des assurances : «Ce contrôle vise principalement à préserver les intérêts de l'assuré, qui acquiert ainsi la certitude de traiter avec des entreprises présentant des garanties de solvabilité, de moralité» (33). L article L du Code des assurances punit de trois ans d emprisonnement et euros d amende le fait de pratiquer, en France, des opérations d assurance sans se conformer aux conditions d exercice prévues par le droit français ou le droit de l Union européenne. A côté de cette infraction d exercice illégal de l assurance, on trouve également des infractions destinés à protéger la confiance que les assurés peuvent avoir en leur assureur. Est ainsi puni d'un emprisonnement de deux ans et d'une amende de le fait pour quiconque de «formuler des déclarations mensongères dans tout document porté à la connaissance du public ou de la clientèle» (34). Le législateur a également prévu des incriminations le code énumère diverses interdictions d'exercer l'activité d'assurance à l'égard de personnes ayant été condamnées pour certains crimes ou délits. L article L du Code des assurances interdit ainsi à un certain nombre de personnes de diriger, gérer ou administrer une entreprise d'assurances, à être membre d'un organe collégial de contrôle de ces entreprises ou de disposer du pouvoir de signer pour (33) S. Porchy-Simon, «Assurances», Rép. pén., 2010, no 74. (34) Art. L , al. 3 C. ass. [13-14/5/2014] [College of Law at the UAEU]

10 [Dr. Jean-Baptiste THIERRY] leur compte. Toute personne qui exerce de telles activités en violation de ces interdictions encourt trois ans d emprisonnement et euros d amende. Dans la même logique de prévention, le droit pénal interdit la réalisation de certaines opérations pour les assureurs : il leur est ainsi interdit de réaliser certaines opérations de démarchage financier ou de placement. On relèvera toutefois que les peines prévues sont particulièrement clémentes (35). Le droit comprend donc de nombreux instruments permettant de lutter contre la fraude, de l assureur comme de l assuré. Les mécanismes du droit civil et du droit pénal sont complémentaires et permettent de graduer l intensité de la réponse selon l ampleur de la fraude. Toutes les fraudes ne relèvent pas de l atteinte à l ordre public et le droit civil permet souvent, par le jeu de la nullité, d obtenir un résultat tout à fait satisfaisant. Il ne faut toutefois pas négliger la principale difficulté de la fraude en matière d assurance : sa détection. Lorsque la fraude est connue, la réponse, civile ou pénale, est connue et efficace. En revanche, il appartient aux compagnies d assurance de mettre en place des outils efficaces de détection de ces fraudes afin de dissuader les éventuels fraudeurs et de ne pas faire peser sur la collectivité des assurés une charge trop importante. (35) Il s agit d une amende de euros : art. L C. ass. [22 nd International Annual Conference Legal Aspects of Insurance & Its Contemporary Trends]

Lutte contre la fraude

Lutte contre la fraude Lutte contre la fraude Agence pour la Lutte contre la fraude à l assurance 1 Sommaire I. Présentation d ALFAd II. Lutte contre la fraude et expertise III. Le blanchiment de capitaux en IARD 2 L Agence

Plus en détail

La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés

La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés Chapitre Les professionnels de la gestion de patrimoine Renaud Salomon La France compte quelque 3 000 conseillers en gestion de patrimoine, regroupés en près de 500 établissements, tenus aux trois quarts

Plus en détail

Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly

Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 19 JANV-FEV 2011 Etat des lieux de la nullité pour fausse déclaration intentionnelle de risques S. Abravanel-Jolly Mots clés : C.

Plus en détail

Cybercriminalité et responsabilité du chef d entreprise

Cybercriminalité et responsabilité du chef d entreprise Cybercriminalité et responsabilité du chef d entreprise MEDEF LYON RHONE 28 avril 2015 Xavier VAHRAMIAN, Avocat Associé Sommaire INTRODUCTION DELITS SUBIS PAR LES ENTREPRISES DELITS COMMIS PAR LES ENTREPRISES

Plus en détail

La responsabilité du Directeur administratif et financier

La responsabilité du Directeur administratif et financier La responsabilité du Directeur administratif et financier Quels sont les risques liés à la fonction de DAF? Comment les prévenir? Le livre blanc des experts SVP Pourquoi vous proposer un livre blanc sur

Plus en détail

La prise illégale d intérêts

La prise illégale d intérêts La prise illégale d intérêts Valeurs sociales protégées : Il s agit simplement de préserver, d une part, la probité dans la gestion des affaires publiques en respectant le vieil adage " nul ne peut servir

Plus en détail

Avocat au barreau de Paris Spécialiste en droit financier

Avocat au barreau de Paris Spécialiste en droit financier Avocat au barreau de Paris Spécialiste en droit financier Actualités Assurance & Réassurance - septembre décembre 2011 Présentation International Compétences Le Cabinet Actualités Publications Recrutement

Plus en détail

FICHE 13 : Le contrat

FICHE 13 : Le contrat FICHE 13 : Le contrat Le contrat, ou convention, est l accord de volonté intervenu entre deux ou plusieurs personnes en vue de créer, modifier, transmettre ou éteindre un droit subjectif. En pratique,

Plus en détail

Fraude interne, malveillance interne Couverture des risques

Fraude interne, malveillance interne Couverture des risques Jeudi 4 juin 2009 Fraude interne, malveillance interne Couverture des risques Luc Vignancour Luc.vignancour@marsh.com 06 07 52 10 89 www.marsh.fr Couverture des risques Lorsque l entreprise a fait le maximum

Plus en détail

BIBLIOGRAPHIE OUVRAGES : ARTICLES, COMMENTAIRES ET COMMUNICATIONS :

BIBLIOGRAPHIE OUVRAGES : ARTICLES, COMMENTAIRES ET COMMUNICATIONS : BIBLIOGRAPHIE OUVRAGES : - H. Groutel, F. Leduc, Ph. Pierre, M. Asselain, Traité du contrat d assurance terrestre, Litec 2008. - M. Asselain, Ch. Vercoutère, Droit des Assurances, collection Master, RB

Plus en détail

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large

Assurance automobile C est une assurance obligatoire depuis 1958 en France pour les dommages causés aux tiers. L obligation est large LEXIQUE Accident D une façon générale l accident est un événement fortuit ou involontaire entraînant des conséquences dommageables. En matière de circulation automobile voir implication Pour la sécurité

Plus en détail

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris 41 Avenue de la Liberté L- 1930 Luxembourg Tel. +352 266 886 Fax. +352 266 887 00 Avenue Louise 240 B-1050 Bruxelles Tel. +32 2 600 52 00 Fax. +32 2

Plus en détail

Les remèdes aux déséquilibres du contrat d assurance

Les remèdes aux déséquilibres du contrat d assurance Master 2 professionnel Droit des Assurances Université Paris Assas Note obtenue 11,5/20 Les remèdes aux déséquilibres du contrat d assurance Le contrat tel que défini par l article 1101 du Code Civil est

Plus en détail

ASSURANCE : DÉFINITION***

ASSURANCE : DÉFINITION*** ASSURANCE : DÉFINITION*** Opération d assurance Garantie panne mécanique des véhicules d occasion - Garantie octroyée par un opérateur indépendant du revendeur - Paiement d une somme forfaitaire - Articles

Plus en détail

Obs. : La confiscation pénale du contrat d'assurance vie : la question de la nature de la faculté de rachat confisquée

Obs. : La confiscation pénale du contrat d'assurance vie : la question de la nature de la faculté de rachat confisquée Cass. crim., 30 sept. 2015, n 15-81744, à paraître au Bulletin Cass. crim., 30 sept. 2015, n 15-81745 Cass. crim., 30 sept. 2015, n 15-81746. Confiscation pénale valeur de rachat créance contre l assureur

Plus en détail

Comment appréhender la lutte contre la fraude fiscale dans votre sphère antiblanchiment

Comment appréhender la lutte contre la fraude fiscale dans votre sphère antiblanchiment LES RENCONTRES DE L ARGUS de l ASSURANCE «BLANCHIMENT- FRAUDE FISCALE» Comment appréhender la lutte contre la fraude fiscale dans votre sphère antiblanchiment Maître Sylvie VAQUIERI Avocat Associé FIDAL

Plus en détail

L ABUS DE CONFIANCE I - CONDITION PREALABLE A - LES BIENS CONCERNÉS B - LA REMISE DU BIEN

L ABUS DE CONFIANCE I - CONDITION PREALABLE A - LES BIENS CONCERNÉS B - LA REMISE DU BIEN L ABUS DE CONFIANCE L abus de confiance est le fait par une personne de détourner au préjudice d autrui des fonds, des valeurs ou un bien quelconque qui lui ont été remis et qu elle a acceptés à charge

Plus en détail

Techniques d'assurance E 5.2 Assurances de dommages - 2005 DOSSIER MARTIN ELEMENTS DE CORRIGE

Techniques d'assurance E 5.2 Assurances de dommages - 2005 DOSSIER MARTIN ELEMENTS DE CORRIGE Techniques d'assurance E 5.2 Assurances de dommages - 2005 DOSSIER MARTIN ELEMENTS DE CORRIGE PREMIER TRAVAIL (6 points) 1.1- Prise en charge des dommages matériels du véhicule de Nicolas MARTIN Au titre

Plus en détail

RESPONSABILITE ET ASSURANCES

RESPONSABILITE ET ASSURANCES RESPONSABILITE ET ASSURANCES 1 CHAPITRES Pages 1 RESPONSABILITE CIVILE 3 2 RESPONSABILITE PENALE 4 3 DIRIGEANTS D ASSOCIATION ET RESPONSABILITE 4 4 OBLIGATION D INFORMATION DES ASSOCIATIONS SUR LES ASSURANCES

Plus en détail

La nullité du contrat d'assurance ne prend effet qu'à la date de la fausse déclaration intentionnelle qu'elle sanctionne

La nullité du contrat d'assurance ne prend effet qu'à la date de la fausse déclaration intentionnelle qu'elle sanctionne La nullité du contrat d'assurance ne prend effet qu'à la date de la fausse déclaration intentionnelle qu'elle sanctionne ( A propos de Cass. crim., 2 déc. 2014, n 14-80.933, à paraître au Bulletin) Matthieu

Plus en détail

La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme

La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme Présentation des obligations professionnelles des métiers du conseil et de la finance 19 mai 2011 Christophe ZEEB

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La volonté affichée au printemps 2013 par le Président de la République d intensifier la

Plus en détail

Dr. Philippe Briand Professeur à la faculté de droit de Nantes

Dr. Philippe Briand Professeur à la faculté de droit de Nantes [L assurance Lyers Impayés] L assurance loyers impayés Submitted By Dr. Philippe Briand Professeur à la faculté de droit de Nantes Depuis plus de trente ans, le contrat de bail d habitation fait l objet

Plus en détail

La fausse déclaration de risques en assurances

La fausse déclaration de risques en assurances La fausse déclaration de risques en assurances Article juridique publié le 04/03/2014, vu 3356 fois, Auteur : Elodie Plassard S'il est un point du droit des assurances qui alimente un contentieux lourd

Plus en détail

LES CARNETS DE BORD DE L ACDA L ASSURANCE CIRCUIT

LES CARNETS DE BORD DE L ACDA L ASSURANCE CIRCUIT LES CARNETS DE BORD DE L ACDA L ASSURANCE CIRCUIT Me TEISSEDRE - Administrateur ACDA La pratique d un sport automobile n est pas sans risque, tant au niveau physique que pécuniaire, et ses conséquences

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/03/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 28 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66255 Publié au bulletin Cassation Mme Favre, président M. Le Dauphin, conseiller apporteur

Plus en détail

Vente en ligne, CGV et clauses abusives

Vente en ligne, CGV et clauses abusives Vente en ligne, CGV et clauses abusives L examen de sites de vente aux consommateurs (B-to-C) fait apparaître de manière récurrente des clauses contractuelles dans les conditions générales de vente (CGV)

Plus en détail

Permis de conduire et contrat de travail

Permis de conduire et contrat de travail La multiplication des mesures individuelle de prise en charge des usagers, l élargissement des secteurs géographiques d intervention des associations lié notamment aux opérations de regroupement génère

Plus en détail

LA LUTTE CONTRE LES SIGNATURES DE COMPLAISANCE

LA LUTTE CONTRE LES SIGNATURES DE COMPLAISANCE LA LUTTE CONTRE LES SIGNATURES DE COMPLAISANCE Signature du Protocole en vue de lutter contre la signature de complaisance - Objectif du protocole - Quelques définitions - Quelles conséquences? Objectif

Plus en détail

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme JUIN 2014 HORS-SÉRIE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Ce mini-guide

Plus en détail

La responsabilité du sauveteursecouriste

La responsabilité du sauveteursecouriste Page 1 sur 5 La responsabilité du sauveteursecouriste du travail Les sauveteurs-secouristes du travail peuvent s'inquiéter de leur responsabilité e et civile s'ils pratiquent les premiers secours. Cependant,

Plus en détail

Lutte contre le blanchiment des capitaux

Lutte contre le blanchiment des capitaux Lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme - recommandations professionnelles en IARD - 2005 Lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme - recommandations

Plus en détail

Introduction. Qu est ce qu une association? -Un contrat - Une personne morale - Une responsabilité civile et pénale CHANTONNAY 2012 1

Introduction. Qu est ce qu une association? -Un contrat - Une personne morale - Une responsabilité civile et pénale CHANTONNAY 2012 1 Introduction Qu est ce qu une association? -Un contrat - Une personne morale - Une responsabilité civile et pénale CHANTONNAY 2012 1 Plan de la formation La responsabilité de l association La responsabilité

Plus en détail

Moyens d actions des créanciers contre le contrat d assurance vie souscrit par le débiteur

Moyens d actions des créanciers contre le contrat d assurance vie souscrit par le débiteur Moyens d actions des créanciers contre le contrat d assurance vie souscrit par le débiteur Article juridique publié le 06/01/2013, vu 5101 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Moyens d actions des créanciers

Plus en détail

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste La responsabilité juridique des infirmiers Carine GRUDET Juriste Introduction Dans notre société civile, la responsabilité est un principe juridique selon lequel chacun doit répondre des conséquences de

Plus en détail

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24)

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III: Incrimination, détection et répression Infractions obligatoires Corruption d agents publics nationaux (Art. 15) Corruption

Plus en détail

LE NON-RESPECT, PAR LE PROFESSIONNEL, DE SES OBLIGATIONS PRÉ-CONTRACTUELLES EN DROIT FRANÇAIS

LE NON-RESPECT, PAR LE PROFESSIONNEL, DE SES OBLIGATIONS PRÉ-CONTRACTUELLES EN DROIT FRANÇAIS LE NON-RESPECT, PAR LE PROFESSIONNEL, DE SES OBLIGATIONS PRÉ-CONTRACTUELLES EN DROIT FRANÇAIS Gilles PAISANT Professeur à l université de Savoie Doyen honoraire de la Faculté de droit et d économie de

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Maison des Sciences économiques. Table-ronde DERPI- EHESE Vendredi 25 octobre 2013

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Maison des Sciences économiques. Table-ronde DERPI- EHESE Vendredi 25 octobre 2013 Université Paris I Panthéon-Sorbonne Maison des Sciences économiques Table-ronde DERPI- EHESE Vendredi 25 octobre 2013 Les personnes morales étrangères, comme objet d'une sanction pénale française David

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

NOTE RELATIVE AU PRET DE MAIN-D'ŒUVRE ILLICITE DANS LE DROIT FRANCAIS

NOTE RELATIVE AU PRET DE MAIN-D'ŒUVRE ILLICITE DANS LE DROIT FRANCAIS CERN/DSU-DO/RH/9165 (version non-confidentielle) 17 août 1999 ( ) NOTE RELATIVE AU PRET DE MAIN-D'ŒUVRE ILLICITE DANS LE DROIT FRANCAIS 1. La présente note a pour but de résumer la situation juridique

Plus en détail

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012 COURTIER EN ASSURANCE 23/07/2012 Le courtier d assurance est un commerçant qui fait à titre principal des actes d entremise dont le caractère est commercial. A ce titre, il doit s inscrire au Registre

Plus en détail

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1156c La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? L association peut, dans l exercice de ses activités, causer des dommages, porter atteinte aux intérêts des tiers. L'association est

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Actualité juridique publié le 03/04/2014, vu 558 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à deux jurisprudences

Plus en détail

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme SEPTEMBRE 2015 HORS-SÉRIE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Ce

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

ASSURANCES AFFINITAIRES ASSUR TRAVEL I 21 MARS 2013

ASSURANCES AFFINITAIRES ASSUR TRAVEL I 21 MARS 2013 ASSURANCES AFFINITAIRES ASSUR TRAVEL I 21 MARS 2013 L AUTO ASSURANCE : un risque Juridique important La quasi totalité des voyagistes français proposent à leurs clients des garanties «annulation de voyage».

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 10 Les assurances Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu L assurance La coassurance et la réassurance L obligation de déclarer et ses conséquences L assurance-vie L assurance-invalidité

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE DONNÉES DU CERTIFICAT D'ASSURANCE-AUTOMOBILE

ÉLÉMENTS DE DONNÉES DU CERTIFICAT D'ASSURANCE-AUTOMOBILE ÉLÉMENTS DE DONNÉES DU CERTIFICAT D'ASSURANCE-AUTOMOBILE Remarque : 1. Tous les éléments sont des champs de données, à moins d'indication contraire. 2. Les éléments de «texte» doivent être reproduits à

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

Galop d essai (novembre 2013)

Galop d essai (novembre 2013) Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Galop d essai (novembre 2013) Droit du crédit Monsieur le Professeur Crocq Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier très sincèrement

Plus en détail

Le célèbre «plombier polonais» est revenu récemment

Le célèbre «plombier polonais» est revenu récemment Les sanctions pénales liées au travail illégal dans le cadre des contrats publics La notion de travail illégal regroupe différents types d infractions. La plus répandue en matière de marchés publics est

Plus en détail

La déclaration à la CNIL

La déclaration à la CNIL La déclaration à la CNIL Est-on obligé de déclarer son site à la CNIL? Une déclaration du site Internet à la CNIL est obligatoire lorsque le site diffuse ou collecte des données à caractère personnel.

Plus en détail

LOCATION DE VOITURE GARANTIE ANNULATION. Notice d assurance. Contrat n 07905634

LOCATION DE VOITURE GARANTIE ANNULATION. Notice d assurance. Contrat n 07905634 LOCATION DE VOITURE GARANTIE ANNULATION Notice d assurance Contrat n 07905634 L Européenne d assurances voyages 41 rue des trois Fontanot 92024 Nanterre cedex S.A. à directoire et conseil de surveillance

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

Les assurances directes- Rapport français

Les assurances directes- Rapport français Les assurances directes- Rapport français Agnès Pimbert Maître de conférences à l Université de Poitiers, Equipe de recherche en droit privé (EA 1230) L assurance directe désigne le mécanisme d indemnisation

Plus en détail

Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux poudres en matière d appréciation de la faute intentionnelle

Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux poudres en matière d appréciation de la faute intentionnelle Cass. civ. 2 e, 30 avril 2014, n 13-16.901 Contrat d assurance Droit commun Faute intentionnelle Exclusion conventionnelle de garantie Validité de la clause Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux

Plus en détail

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES 1 A. RESPONSABILITE PENALE Article 121-2 Les personnes morales, à l'exclusion de l'etat, sont responsables pénalement,

Plus en détail

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS/INSTITUTIONS

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS/INSTITUTIONS LE MEDECIN ET LES Depuis la loi du 4 mars 2002 dite «loi KOUCHNER» relative au droit des malades et à la qualité du système de santé, tout professionnel de santé doit obligatoirement souscrire une responsabilité

Plus en détail

Articles-CODE DES ASSURANCES

Articles-CODE DES ASSURANCES Article L111-4 :L'autorité administrative peut imposer l'usage de clauses types de contrats. Article L112-1 :L'assurance peut être contractée en vertu d'un mandat général ou spécial ou même sans mandat,

Plus en détail

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA DEUXIEME EDITION 2001 L assureur est tenu, avant la conclusion du contrat de fournir une fiche d information sur le prix, les garanties et les exclusions.

Plus en détail

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : M. Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC PLAISE AU TRIBUNAL 1. Après avoir été placé en garde à vue,

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

TITRE PRELIMINAIRE : TERMINOLOGIE ARTICLE PREMIER. Au sens de la présente ordonnance, il faut entendre par :

TITRE PRELIMINAIRE : TERMINOLOGIE ARTICLE PREMIER. Au sens de la présente ordonnance, il faut entendre par : LA REPRESSION DES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE, DE CARTE BANCAIRE ET D AUTRES INSTRUMENTS ET PROCEDES ELECTRONIQUES DE PAIEMENT (ORDONNANCE 2009-388 DU 1er DECEMBRE 2009 RELATIVE A LA REPRESSION DES

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA) Projets de recherche conformément à l'ordonnance relative à la recherche sur l'être humain ORH

Conditions générales d assurance (CGA) Projets de recherche conformément à l'ordonnance relative à la recherche sur l'être humain ORH Conditions générales d assurance (CGA) Projets de recherche conformément à l'ordonnance relative à la recherche sur l'être humain ORH Edition 2014 Conditions générales d assurance, essais non-cliniques

Plus en détail

La question des contrats obsèques pour les personnes sous tutelle est récurrente.

La question des contrats obsèques pour les personnes sous tutelle est récurrente. La question des contrats obsèques pour les personnes sous tutelle est récurrente. Si l'intérêt pour les personnes sous tutelle et surtout ceux sans familles ou dont les parents sont vieillissants est évident,

Plus en détail

Aspects juridiques des tests d'intrusion

Aspects juridiques des tests d'intrusion HERVÉ SCHAUER CONSULTANTS Cabinet de Consultants en Sécurité Informatique depuis 1989 Spécialisé sur Unix, Windows, TCP/IP et Internet JSSI 2012 Aspects juridiques des tests d'intrusion Frédéric Connes

Plus en détail

Assurance L ESSENTIEL DE VOS DROITS ÉDITION

Assurance L ESSENTIEL DE VOS DROITS ÉDITION Assurance L ESSENTIEL DE VOS DROITS ÉDITION 2012 Contrat Sinistre Indemnisation Habitation Automobile Résiliation Responsabilité civile Dépendance Complémentaire santé Litiges Obsèques Crédits editions

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Réponses aux questions 10.1 Le contrat d assurance est celui par lequel l assureur, moyennant

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES RACHAT DE FRANCHISE VEHICULE DE LOCATION

CONDITIONS GENERALES RACHAT DE FRANCHISE VEHICULE DE LOCATION CONDITIONS GENERALES RACHAT DE FRANCHISE VEHICULE DE LOCATION Article 1. Définitions: Ce contrat entend par: 1.1. L assureur et le gestionnaire des sinistres: A.G.A. International S.A. Belgium branch (dénommé

Plus en détail

Algérie. Loi relative à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Algérie. Loi relative à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Loi relative à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Loi n 05-01 du 6 février 2005 Source : www.droit-algerie.com [NB - Loi n 05-01 du 6 février 2005 relative à la prévention

Plus en détail

CIRCULAIRE CIR-1/2012. Document consultable dans Médi@m. Date : 02/01/2012 Domaine(s) : à Mesdames et Messieurs les. Pour mise en oeuvre Immédiate

CIRCULAIRE CIR-1/2012. Document consultable dans Médi@m. Date : 02/01/2012 Domaine(s) : à Mesdames et Messieurs les. Pour mise en oeuvre Immédiate CIRCULAIRE CIR-1/2012 Document consultable dans Médi@m Date : 02/01/2012 Domaine(s) : gestion du risque à Mesdames et Messieurs les Directeurs CPAM CARSAT UGECAM CGSS CTI Agents Comptables Nouveau Modificatif

Plus en détail

la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme

la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme 30 novembre 2004 la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme Intervention de Jean-Marc MAURY Secrétaire Général adjoint Une définition juridique Art 324-1 du code pénal «Le blanchiment

Plus en détail

PARTIE VII. Responsabilités et assurances 7. 1

PARTIE VII. Responsabilités et assurances 7. 1 PARTIE VII Responsabilités et assurances 7. 1 A. ASSURANCE EN RESPONSABILITE CIVILE Le code de l action sociale et des familles (art R 227-27 à R 227-30) institue l obligation d assurance en responsabilité

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

Algérie. Protection des marques

Algérie. Protection des marques Protection des marques Ordonnance n 03-06 du 19 juillet 2003 Titre 1 - Définitions et obligations générales Art.1.- La présente ordonnance a pour objet de définir les modalités de protection des marques.

Plus en détail

2/ Dispositions issues de la loi du 17 mars 2014 (*ces nouvelles dispositions ne s appliquent qu aux contrats conclus après le 13 juin 2014)

2/ Dispositions issues de la loi du 17 mars 2014 (*ces nouvelles dispositions ne s appliquent qu aux contrats conclus après le 13 juin 2014) CONTRATS A DISTANCE/ CONTRATS HORS ETABLISSEMENT/DEMARCHAGE TELEPHONIQUE Nouvelles dispositions issues de la loi n 2014-344 du 17 mars 2014 1/ Dispositions antérieures à la loi du 17 mars 2014 Rappel :

Plus en détail

LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET LE BLANCHIMENT D ARGENT

LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET LE BLANCHIMENT D ARGENT LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE ET LE BLANCHIMENT D ARGENT Introduction A l instar du secteur financier classique, le secteur de la Microfinance doit faire face au problème crucial du blanchiment des capitaux.

Plus en détail

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage?

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? Car c est une impression d orage à venir que laisse la première

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

DÉTERMINATION DE L ACTIF SUCCESSORAL :

DÉTERMINATION DE L ACTIF SUCCESSORAL : CRIDON Nord-Est CHRONIQUE COMMENTEE DÉTERMINATION DE L ACTIF SUCCESSORAL : LA BOÎTE À OUTILS DU NOTAIRE SE COMPLÈTE Les difficultés de recherche des éléments constitutifs de l actif successoral limitent

Plus en détail

TITRE VI- De diverses infractions liées au commerce électronique

TITRE VI- De diverses infractions liées au commerce électronique TITRE VI- De diverses infractions liées au commerce électronique Présentation des textes Le commerce électronique, l'informatique et les nouvelles technologies de l'information se développent et prennent

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

DEFENSE PENALE ET RECOURS

DEFENSE PENALE ET RECOURS DEFINITIONS On entend par : > Assuré : Toute personne réputée assurée au présent contrat, c est-à-dire : Le souscripteur du contrat : personne morale régulièrement déclarée auprès des autorités préfectorales

Plus en détail

Vente d un bien, fosse septique et vices cachés

Vente d un bien, fosse septique et vices cachés Vente d un bien, fosse septique et vices cachés Actualité juridique publié le 24/03/2014, vu 1446 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à l hypothèse, oh combien classique,

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE

PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE Mai 2013 TEXTES : Loi n 70-9 du 2 janvier 1970 Décret n 72-678 du 20 juillet 1972 Agent immobilier : conditions d'exercice de l'activité L'agent immobilier est

Plus en détail

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS» DES AÉRONEFS

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS» DES AÉRONEFS Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

Assurance Pertes Pécuniaires sur un Crédit Impôt Recherche (CIR) Questionnaire de souscription CIR 2014 (pour les dépenses de R&D 2013)

Assurance Pertes Pécuniaires sur un Crédit Impôt Recherche (CIR) Questionnaire de souscription CIR 2014 (pour les dépenses de R&D 2013) Assurance Pertes Pécuniaires sur un Crédit Impôt Recherche (CIR) Questionnaire de souscription CIR 2014 (pour les dépenses de R&D 2013) Le présent questionnaire de souscription [ci-après le Questionnaire]

Plus en détail