Pour le personnel. Des équipes motivées, des clients satisfaits.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pour le personnel. Des équipes motivées, des clients satisfaits."

Transcription

1 P 67 Pour le personnel. Des équipes motivées, des clients satisfaits. Dans un contexte concurrentiel, les CFF doivent relever de grands défis, notamment sur le marché du travail. D ici à 2016, ils entendent compter parmi les meilleures entreprises en matière de satisfaction de la clientèle et asseoir leur position d employeur de première classe. Pour réaliser leurs objectifs, ils s appuient sur un développement des cadres visionnaire, un marketing du personnel professionnel, des conditions d emploi compétitives et une main-d œuvre qualifiée, motivée et en bonne santé.

2 P 68 Nombre de collaboratrices et collaborateurs aux CFF. En équivalents temps plein (ETP) En pourcentage de l effectif , Trafic voyageurs (ETP) Trafic marchandises (ETP) Infrastructure (ETP) Immobilier (ETP) Unités centrales (ETP) Filiales (ETP) Part des femmes (%) «CFF 2016: en route, comme chez soi.» Ce slogan traduit un objectif ambitieux: compter parmi les meilleures entreprises en matière de satisfaction de la clientèle d ici à trois ans. Cette mission prioritaire est essentielle à la réalisation de tous les autres objectifs du groupe et vient compléter la charte CFF, élaborée avec le concours de quelque 2000 collaboratrices et collaborateurs. La mise en œuvre de la charte requiert l engagement de l ensemble du personnel. Ambitieux, responsable, alerte, passionné, respectueux: le groupe entend vivre au quotidien les valeurs qu il a définies. La charte, moteur de l orientation clientèle. Dévoilée en mars devant 1300 cadres et 100 clients, la charte se compose de la promesse des CFF, des principes de direction, des valeurs et de l objectif Sa communication en interne s appuie sur une vaste campagne de témoignages et un support ludique. Étudiée par les cadres lors d ateliers, elle sera progressivement intégrée dans les principaux instruments de conduite. Le modèle de compétences destiné aux cadres et le feed-back au supérieur en tiennent déjà compte. En 2014, le «Prix CFF» récompensera les collaboratrices et collaborateurs qui auront proposé des idées ou des améliorations contribuant à la réalisation des objectifs du groupe et au renforcement tangible de l orientation clientèle au sein de l entreprise. Les cadres des CFF jouent ici un rôle-clé. Interrogés lors d une enquête inédite menée auprès de 3000 personnes en 2013, ils s estiment bien armés pour assumer leurs tâches de conduite et suffisamment informés sur la charte du groupe. Par rapport à 800 entreprises internationales ayant mesuré leur «énergie organisationnelle» selon des critères identiques, les CFF obtiennent de bons résultats dans la plupart des domaines, avec un bémol toutefois: le cloisonnement, autrement dit la tendance à considérer son champ d activité ou son secteur de manière isolée. Avec un taux de participation de 83 %, l enquête montre que toutes les forces ne tendent pas encore vers un objectif commun. Les CFF entendent y travailler afin de compter d ici à 2016 parmi les meilleures entreprises en matière de satisfaction de la clientèle collaboratrices et collaborateurs issus de 89 pays. En 2013, collaboratrices et collaborateurs travaillaient aux CFF. Par rapport à l année précédente, les effectifs ont progressé de 1737 personnes (+5,9 %), en particulier en raison de la participation des CFF à login formation professionnelle SA

3 P 69 depuis juillet 2013 (voir encadré ci-dessous). La croissance du trafic, la hausse du volume d investissement, le développement des infrastructures et la multiplication des travaux d entretien se sont reflétés dans les besoins en personnel des divisions Voyageurs (+1,3 %) et Infrastructure (+4,8 %). Si l effectif de la division Immobilier a aussi augmenté (+4,5 %), CFF Cargo affiche en revanche une nouvelle diminution de son effectif ( 8 %), imputable au programme de renforcement de l efficacité en cours. La plus forte progression des effectifs a été enregistrée chez les ingénieurs, dans les secteurs de l informatique et de l artisanat, alors que les fonctions du service de la manœuvre ont connu le recul le plus important. Les collaboratrices et les collaborateurs des CFF proviennent de 89 pays différents. En 2013, la part de collaborateurs étrangers était de 13,7 %. Ceux-ci sont importants pour les CFF et, à ce titre, indissociables du groupe. Avec leurs collègues de Suisse, ils fournissent une contribution essentielle au succès des CFF et au bien-être de la clientèle. L âge moyen des collaboratrices et collaborateurs des CFF est de 43,9 ans, comme en En 2013, l ensemble des effectifs comptait 16,4 % de femmes. Elles sont davantage représentées parmi les cadres supérieurs (18,9 %). Si les CFF entendent atteindre une proportion de femmes de 17 % en 2014, ils ont déjà dépassé l objectif de 15 % qu ils s étaient fixé chez les cadres supérieurs. Le groupe ne relâche toutefois pas ses efforts en faveur de l égalité des chances: il met généralement au concours des postes avec un taux d occupation flexible entre 80 % et 100 %, donne accès à des programmes de mentoring pour les femmes, favorise la garde des enfants avec «Kidz Care», encourage le travail à temps partiel chez les hommes, organise des rencontres de réseautage au féminin, facilite la reprise du travail après un congé de maternité et propose des formations à temps partiel au personnel des locomotives et des trains. Au total, 50,0 % des femmes et 10,6 % des hommes employés aux CFF travaillent à temps partiel. Parallèlement à la parité hommes-femmes, les CFF veulent renforcer leur action en faveur de l égalité des chances quels que soient la langue, l âge et l ancienneté des personnes, et répondre ainsi aux évolutions majeures du marché du travail et de la société. Réorganisation de la formation. Afin d assurer la relève à long terme, les CFF, en concertation avec la branche, ont réorganisé leur formation de base ainsi que le développement du personnel et des cadres. L association login, qui comptait 62 entreprises membres, est devenue une société anonyme le 1 er juillet 2013 avec l aval de l Assemblée générale. Les CFF, principale entreprise formatrice, participent à son capital à hauteur de 70 %, tandis que le Chemin de fer rhétique, le BLS et l Union des transports publics (UTP) détiennent respectivement 10 % des parts. Avec login formation professionnelle SA, les CFF et la branche ont mis au point une solution de qualité garantissant des formations d avenir. Celles-ci sont essentielles pour les CFF et leurs 1379 apprenties et apprentis, mais aussi pour la formation professionnelle dans toute la branche. En tant que plus grande entreprise formatrice dans le secteur des transports publics, les CFF assument une responsabilité particulière et renforcent donc leur engagement au sein de la nouvelle société anonyme. Même si login formation professionnelle SA devient une filiale des CFF, son offre actuelle restera accessible à toutes les entreprises de transports publics, tout comme les formations continues actuelles de login, qui seront transférées aux CFF le 1 er avril 2014.

4 P 70 Attirer et former un personnel qualifié. Au cours des prochaines années, les CFF recruteront dans la plupart des fonctions. Chaque année, ils engagent en moyenne entre 1500 et 2000 nouveaux collaborateurs et collaboratrices afin de compenser en premier lieu les départs, dont le taux peut être qualifié de faible (environ 6 %). Parmi les nouvelles recrues, 5 % ont plus de 50 ans. Dans la perspective d une future vague de départs à la retraite, les CFF doivent se préparer à embaucher chaque année quelque 120 ingénieurs, entre 70 et 80 techniciens spécialisés, ainsi que 70 à 80 spécialistes en informatique et 40 à 50 experts financiers. Une pénurie de main-d œuvre qualifiée n étant pas exclue dans certains secteurs, les CFF misent sur la formation continue de leur personnel jusqu à l âge de la retraite, de même que sur la reconversion professionnelle dans les métiers ferroviaires. En 2013, ils ont ainsi formé 118 chefs-circulation des trains, Le fort attrait des CFF sur le marché du travail facilite le recrutement de personnes qualifiées. 124 mécaniciens de locomotive, 268 agents commerciaux des trains et 105 vendeurs de voyages. Le groupe a également besoin d une relève qualifiée. Actuellement, les apprentis occupent 5,5 % des postes. Soucieux de disposer de collaboratrices et collaborateurs dûment qualifiés, les CFF ont réorganisé la formation de base ainsi que le développement du personnel et des cadres (voir encadré page 71). Un employeur attrayant pour les diplômés des hautes écoles. Si le niveau de satisfaction du personnel influe sur l image de l employeur, une bonne image attire les candidats à la recherche d un emploi. Les CFF comptent parmi les employeurs attrayants, comme en atteste le classement publié par Universum en Pour preuve, les jeunes professionnels diplômés des hautes écoles les placent parmi les dix employeurs suisses préférés. Le groupe se situe également dans le top 20 national, toutes filières confondues. Les jeunes ingénieurs le propulsent au deuxième rang en 2013, alors qu il n était que sixième au classement 2012, et partagent ainsi l avis des étudiants qui l avaient hissé sur le podium quelques mois plus tôt. Ce palmarès confirme l excellent positionnement des CFF au sein de la profession. Leur fort attrait sur le marché du travail facilitera les futurs recrutements de personnes qualifiées. Les classements obtenus démontrent l efficacité des mesures de marketing du personnel mises en œuvre depuis En 2013, l attrait interne des CFF en tant qu employeur est resté stable: selon un sondage mené auprès de 3000 collaboratrices et collaborateurs, les niveaux de satisfaction et de motivation sont comparables à ceux de La satisfaction du personnel s élève ainsi à 61 points sur 100 ( 1), sa motivation (comportement orienté vers les objectifs) à 73 points (+1). À cela s ajoutent l engagement et l attachement du personnel à l égard de l entreprise, ainsi que son sentiment de contribution à la réalisation des objectifs du groupe. La confiance accordée à l employeur atteint 63 points. De manière générale, le résultat peut être jugé satisfaisant dans la mesure où 2013 a été une année difficile pour les collaboratrices et collaborateurs, marqués par le tragique accident de Granges-Marnand et par l accumulation d événements négatifs. En 2014, les CFF veulent de nouveau renforcer la satisfaction de leur personnel. Pour compter parmi les meilleures entreprises en matière de satisfaction de la clientèle d ici à 2016, ils ont besoin de collaboratrices et de collaborateurs satisfaits et motivés, mais aussi ambitieux et responsables, qui s investissent résolument en faveur des objectifs du groupe. Des conditions de travail compétitives et conformes à la responsabilité sociale des CFF. Le système salarial adopté par les CFF en 2011 tient compte des exigences du poste, récompense les prestations individuelles, prend en considération la situation sur le marché de l emploi et assure l équité salariale au sein du groupe. Des comparaisons salariales avec d autres entreprises garantissent la compétitivité actuelle et future des salaires des CFF sur le marché suisse du travail. Les mesures salariales annuelles appliquées au 1 er mai sont le résultat des négociations menées entre les CFF et leurs partenaires sociaux. Dans le domaine réglementé par la CCT, les CFF affecteront en ,35 % de la masse salariale aux augmentations de salaires, soit 0,6 % de plus qu en Il est prévu d allouer 0,9 % (0,5 % en 2013) aux augmentations individuelles liées à l évolution de l expérience et des prestations. Les collaboratrices et collaborateurs ayant fourni des prestations supérieures à la moyenne (note A ou B lors de l évaluation annuelle) se verront octroyer, comme les années précédentes,

5 P 71 une prime unique. Environ 0,45 % (0,25 % en 2013) de la masse salariale sera destiné au versement de cette prime. À défaut d augmentation générale des salaires, les partenaires sociaux se sont accordés sur un relèvement des plages salariales de 0,5 %. Quant aux salaires des cadres dont les rapports de travail sont régis par le code des obligations, ils seront adaptés à raison de 0,9 % en mai Un collaborateur sur 20 est apprenti. Les CFF ont besoin d une relève qualifiée. Les apprenties et apprentis occupent 5,5 % des postes de l entreprise. En 2013, cette dernière accueillait 1379 jeunes dans le cadre de 21 cursus d apprentissage professionnel: 729 employés de commerce et 152 stagiaires commerciaux, mais aussi 261 techniciens, 132 constructeurs de voies, 141 logisticiens, 64 nettoyeurs de bâtiments, 32 informaticiens et 20 personnes aspirant à d autres professions. Ils sont encadrés à leur poste de travail par 1110 formateurs pratiques, de manière satisfaisante d après le taux de réussite obtenu à l examen final au cours des dernières années (79,2 %). Si, actuellement, quelque 53 % des apprentis intègrent les CFF à l issue de leur apprentissage, l entreprise souhaite faire passer ce taux à 70 %. Formations professionnelles aux CFF. Répartition des 1379 apprentis (moyenne annuelle 2013) par formation Commerce Technique Logistique Construction de voies Nettoyage des bâtiments Informatique Autres professions

6 P 72 Flexibilité des formes de travail, strict respect des normes éthiques. Les CFF encouragent la flexibilité et la mobilité. Des formes de travail flexibles sont susceptibles d améliorer les prestations et la satisfaction du personnel. L entreprise procède actuellement à un regroupement des postes de travail sur quelques grands sites: un bâtiment a déjà été inauguré à Zurich Altstetten en 2013, et deux autres sont prévus à Berne Wankdorf (2014) et à Olten (2015). Le concept de bâtiment multispace mis en œuvre sur ces trois sites offre de nombreuses possibilités d aménagement du travail et favorise les échanges directs entre les personnes. Le travail mobile, qu il s agisse de travailler chez soi ou en route, contribue à délester le trafic aux heures de grande affluence. Si les CFF proposent la technologie nécessaire, il appartient aux supérieurs d inciter leurs collaboratrices et collaborateurs à être parfaitement autonomes et responsables. L instruction relative au télétravail a été remaniée afin d adapter les fondements juridiques aux formes de travail flexibles. D ici à la fin 2014, les CFF entendent doter leurs collaboratrices et leurs collaborateurs d outils de travail mobiles et modernes. L objectif est qu ils aient un lien direct avec les CFF, que ce soit au moyen d un smartphone, d une tablette ou directement au poste de travail. Les appareils mobiles simplifient le travail quotidien et améliorent le partage d informations. Cette condition est importante pour que nos collaboratrices et collaborateurs soient en mesure de fournir un service de premier ordre à notre clientèle. En automne 2013, un pilote a été réalisé avec succès auprès de 370 collaboratrices et collaborateurs en surface. Début 2014, la Direction du groupe a décidé d un déploiement à l échelle des CFF. Flexibles dans l aménagement des formes de travail, les CFF font preuve, en revanche, de fermeté en matière de normes éthiques et se montrent intransigeants quant à l acceptation et à la remise de dons et autres gratifications. Ils ont rédigé une instruction sur la lutte anticorruption qui précise leur code de conduite. Cette instruction se substitue aux précédentes règles et harmonise ainsi la réglementation en vigueur. En adoptant des directives claires et praticables, les CFF satisfont à leurs engagements éthiques et légaux et en assurent le strict respect. À l avant-garde de la gestion de la santé. Les CFF font figure de pionniers dans la gestion de la santé en entreprise. En 2010, ils étaient en effet l un des premiers employeurs suisses à développer et à mettre en œuvre une stratégie en la matière. Cette dernière définit le cadre pour une gestion intégrale de la santé, qui non seulement prend en compte le comportement du personnel, mais se base aussi sur les conditions et les processus de travail au sein de l entreprise. L application de mesures appropriées permet ainsi aux CFF de réduire d environ 10 % les coûts totaux liés aux maladies et aux accidents. La gestion de la santé en entreprise peut avoir d autres effets positifs (p. ex. sur la productivité et les frais de recrutement et de remplacement) et se traduire par une diminution nette des charges de personnel de 1 à 2 % par an. En 2013, les CFF ont encadré 1357 collaboratrices et collaborateurs absents pour une durée prolongée par suite d accident ou de maladie. Ils ont aidé 55 % d entre eux à réintégrer leur poste et 20 % à trouver une nouvelle activité, aux CFF ou dans une autre entreprise, parfois au terme d un reclassement professionnel. Le taux de réinsertion atteint désormais 75 % (64 % en 2012). Au total, 78 collaboratrices et collaborateurs Les CFF font figure de pionniers dans la gestion de la santé en entreprise. âgés de plus de 50 ans et inaptes à exercer pleinement leur activité pour des raisons de santé ont trouvé un emploi de niche grâce à l organisation Anyway CFF, qui se consacre depuis onze ans à la réintégration des personnes ne pouvant plus effectuer leurs tâches habituelles. Le nombre d emplois de niche sera porté à 120 d ici à Par ailleurs, les divisions et les unités centrales comptent 42 postes de réinsertion. À moyen terme, les CFF prévoient de créer 100 postes de ce type. Grâce à leur excellente gestion globale de la santé, les CFF ont reçu le label «Friendly Work Space» fin Cette récompense distingue des entreprises progressistes qui proposent des activités en faveur de la santé de leur personnel. Retraite progressive: un modèle d avenir. Les employés tout comme l employeur ressentent, au fil des années, le besoin d une plus grande souplesse en matière de temps de travail et de départ en retraite. Depuis près de deux ans, les CFF étudient différents modèles de retraite flexibles. La Direction du groupe a demandé l élaboration d un plan comprenant trois modèles:

7 P 73 Taux de couverture de la Caisse de pensions. En % ,4% modèle «travailler moins mais plus longtemps», modèle de durée de la vie active avec possibilité d épargne, modèle de préretraite fondé sur la pénibilité du travail et le faible niveau de rémunération. Le premier modèle est destiné aux personnes désirant travailler au-delà de l âge ordinaire de la retraite. En accord avec leur supérieur, elles réduisent leur taux d occupation et, en contrepartie, travaillent plus longtemps. Le deuxième modèle permet aux collaboratrices et collaborateurs qui le souhaitent d adapter leur temps de travail à leurs besoins, par exemple en se constituant une épargne qu ils perçoivent ultérieurement sous forme de temps. Enfin, le dernier modèle facilite la préretraite pour les personnes qui occupent des fonctions éprouvantes pour la santé et dont les moyens financiers leur permettent difficilement d envisager un arrêt anticipé de leur activité. 96,4 moyenne des caisses de pensions suisses. En un an, le taux de couverture a progressé de 3,3 %, franchissant la barre des 100 % pour la première fois depuis fin À partir de janvier 2014, les salaires du personnel seront à nouveau versés dans leur intégralité, sans retenue au titre de la contribution d assainissement. Il reste toutefois du chemin à parcourir. La solidarité entre actifs et retraités est toujours mise à rude épreuve: la CP CFF est parvenue au taux de couverture de 102,4 % en rémunérant, à l instar de nombreuses autres caisses suisses, les avoirs de vieillesse des actifs au taux minimal. Chaque année, quelque 300 millions de francs ont ainsi été redistribués des actifs vers les retraités, ce qui réduit d autant les futures rentes des premiers. Le Conseil de fondation de la CP CFF étudie différentes mesures afin d atténuer l ampleur de cette redistribution à juste titre, car les personnes encore en activité ont aussi droit à une retraite juste et équitable. Une solution consisterait à harmoniser rémunération des avoirs de vieillesse des actifs et montant de la rente versée aux retraités, par exemple à l aide de modèles de retraite variables. Quelles que soient les mesures choisies, les CFF assumeront leur responsabilité sociale dans le domaine de la prévoyance. Chaque collaboratrice ou collaborateur doit pouvoir conserver son mode de vie après le départ en retraite. Les prestations resteront équitables, sûres et calculables. Les éventuelles modifications seront assorties de délais de transition. La date à laquelle le Conseil de fondation statuera sur les mesures n est pas encore connue. Caisse de pensions: le taux de couverture a franchi le seuil des 100 %. La Caisse de pensions CFF (CP CFF) a réalisé un bon exercice 2013, surtout grâce à l évolution positive du cours des actions. Sur l année, ses placements ont produit un rendement de 5,7 %, une performance à nouveau satisfaisante par rapport à la

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr.

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr. Transports urbains Bilan Social (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) Édition 2014 www.utp.fr Avant-propos Ce rapport de branche présente les données sociales

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines L assurance emploie environ 205 000 personnes en France. Fort recruteur depuis des années, elle offre des perspectives de mobilité et de carrière intéressantes, favorisées par la formation initiale et

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL

RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL Emploi et relations employeurs/employés CDC Entreprises, en tant que société de gestion agréé AMF, est soumise au respect de la réglementation de l'autorité des Marchés

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Groupe Helvetia. Politique en matière de ressources humaines

Groupe Helvetia. Politique en matière de ressources humaines Groupe Helvetia Politique en matière de ressources humaines Chères collaboratrices, chers collaborateurs Notre politique en matière de ressources humaines est basée sur la charte d entreprise «Les meilleurs

Plus en détail

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés Rendre plus compatibles les modalités d organisation du temps

Plus en détail

De l école au métier. Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail.

De l école au métier. Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail. De l école au métier Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail. Prise de position sur l intégration professionnelle d insieme Suisse, de l association Cerebral Suisse

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

Modèle STAGE 1. GROUPE CIBLE

Modèle STAGE 1. GROUPE CIBLE Modèle STAGE 1. GROUPE CIBLE Tout apprenti intéressé en formation initiale en école (FIE, par ex. écoles des métiers) Tout apprenti intéressé en formation professionnelle initiale, dont l entreprise formatrice

Plus en détail

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI)

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) sommaire 1 Préambule P. 4 2 Champ d application P. 6 3 Système

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) 418.01 du 28 novembre 2014 (Etat le 1 er janvier 2015) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3249 Convention collective nationale IDCC : 1516. ORGANISMES DE FORMATION ACCORD

Plus en détail

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1 Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité des sexes sur le marché du travail Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

CHARTE EGALITE HOMME FEMME

CHARTE EGALITE HOMME FEMME CHARTE EGALITE HOMME FEMME Information : Afin de limiter les effets liés à l éloignement prolongé de la vie de l Entreprise et faciliter le retour dans son activité professionnelle, Whirlpool s engage

Plus en détail

7 mesures fortes pour assainir durablement la Caisse de pensions de la République et Canton du Jura

7 mesures fortes pour assainir durablement la Caisse de pensions de la République et Canton du Jura Embargo 30 août 2012 12h00 Lancement de la consultation: 7 mesures fortes pour assainir durablement la Caisse de pensions de la République et Canton du Jura 28, 29 et 30 août 2012 1 Contexte La loi sur

Plus en détail

Le FNS comme employeur

Le FNS comme employeur Le FNS comme employeur Table des matières L essentiel en bref 5 Tâches intéressantes 6 Modèle salarial 7 Salaire 7 Evolution du salaire 7 Compensation du renchérissement 7 Primes spontanées 7 Prévoyance

Plus en détail

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA

OBSERVATOIRE PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA OBSERVATOIRE Progression d activité PERSPECTIVES D EMBAUCHES ET DIFFICULTES DE RECRUTEMENT DANS LES ENTREPRISES DU CRA 1 Compte tenu de la forte croissance actuelle au niveau de l ensemble de l économie

Plus en détail

Guide d accompagnement à la mise en œuvre de la grille des classifications Convention Collective Nationale de la Coiffure et des professions connexes

Guide d accompagnement à la mise en œuvre de la grille des classifications Convention Collective Nationale de la Coiffure et des professions connexes Guide d accompagnement à la mise en œuvre de la grille des classifications Convention Collective Nationale de la Coiffure et des professions connexes Validé par les membres de la CMP, le 23 octobre 2012

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

Le secteur informatique

Le secteur informatique Mai 2014 Le secteur informatique Service Etudes CCI Indre Le secteur informatique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR INFORMATIQUE EN FRANCE Etablissements

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Synthèse Rapport de gestion 2014

Synthèse Rapport de gestion 2014 Synthèse Rapport de gestion 2014 Prévoyance professionnelle de la Fonda on collec ve Vita et de la Zurich Assurance Chiffres clés 2013 2014 Retraités Tous les retraités sont réassurés auprès de la Zurich

Plus en détail

La situation des travailleurs et travailleuses âgés : problèmes et solutions

La situation des travailleurs et travailleuses âgés : problèmes et solutions C O N F É R E N C E D E P R E S S E D U 1 6 A V R I L 1 5 Daniel Lampart premier secrétaire et économiste en chef de l USS La situation des travailleurs et travailleuses âgés : problèmes et solutions Les

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

BUREAUX D ARCHITECTES

BUREAUX D ARCHITECTES REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la solidarité et de l'emploi Office cantonal de l'inspection et des relations du travail Document REFLÉTANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET PRESTATIONS SOCIALES

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

Caisse de pensions ASMPP/SSPC. Première partie: plan de prévoyance BB-flex

Caisse de pensions ASMPP/SSPC. Première partie: plan de prévoyance BB-flex Caisse de pensions ASMPP/SSPC (proparis Fondation de prévoyance arts et métiers Suisse) RÈGLEMENT 2013 Première partie: plan de prévoyance BB-flex Le présent plan de prévoyance entre en vigueur au 1 er

Plus en détail

La réforme des pensions et son impact sur le deuxième pilier

La réforme des pensions et son impact sur le deuxième pilier La réforme des pensions et son impact sur le deuxième pilier Les petits déjeuners de l ADP 19 juin 2015 Florence DELOGNE Directrice adjointe du Ministre des Pensions 1 L accord de gouvernement prévoit

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE PRÉVOYANCE VIEILLESSE 1 THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE RAIFFEISEN PRÉVOYANCE VIEILLESSE (ÉTAT 2015) PR É VOYA N C E V IE ILLE SS E 1.1 PRÉVOYANCE ÉTATIQUE 1 ER

Plus en détail

rises de Prévoyance professionnelle : Le taux de conversion Prises de position du secteur de l assurance No 1 Février 2009 Agir avec clairvoyance 2

rises de Prévoyance professionnelle : Le taux de conversion Prises de position du secteur de l assurance No 1 Février 2009 Agir avec clairvoyance 2 No 1 Février 2009 Prises de position du secteur de l assurance Prévoyance professionnelle : Le taux de conversion rises de Association Suisse d Assurances (ASA) C. F. Meyer-Strasse 14, Case Postale, CH-8022

Plus en détail

Le Belge veut arrêter de travailler à 62 ans

Le Belge veut arrêter de travailler à 62 ans DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 4 février 2008 Le Belge veut arrêter de travailler à 62 ans Résultats d une enquête unique sur le passage de la vie active

Plus en détail

Le MPR peinture et plâtrerie

Le MPR peinture et plâtrerie Le MPR peinture et plâtrerie Modèle de préretraite de la branche peinture Etat du projet: «petit groupe de travail CPPC» du 21 août 2013 2 / 24 Thèmes: Idées sous-tendant le MPR Bases de calcul Prestations

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale (ces exemples visent à accompagner les partenaires sociaux dans leur négociation, ils ne sont pas exhaustifs des bonnes

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Prévoyance. Envisager l avenir en toute sérénité grâce à nos solutions de prévoyance, assorties d avantages fiscaux.

Prévoyance. Envisager l avenir en toute sérénité grâce à nos solutions de prévoyance, assorties d avantages fiscaux. Prévoyance Envisager l avenir en toute sérénité grâce à nos solutions de prévoyance, assorties d avantages fiscaux. Une fois à la retraite, vous tenez à préserver votre liberté et indépendance. Il importe

Plus en détail

Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51

Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51 N 3 10 juin 2005 Formation REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51 Les Flash-infos sont disponibles sur le site

Plus en détail

Revendications de congrès CFDT

Revendications de congrès CFDT PARIS - UPSM Jeudi 17 Octobre 2013 Revendications de congrès CFDT «Refondation de la répartition» congrès de Lille, «Réforme globale des retraites» congrès de Nantes, ou «Harmonisation et consolidation

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés 1 Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés La réforme de la formation professionnelle a été publiée au Journal officiel mars 2014. Nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

Ordonnance sur la maturité professionnelle fédérale

Ordonnance sur la maturité professionnelle fédérale Ordonnance sur la maturité professionnelle fédérale (OMPr) 412.103.1 du 24 juin 2009 (Etat le 1 er octobre 2013) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 25, al. 5, de la loi fédérale du 13 décembre 2002 sur

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

QUE PENSE VOTRE PERSONNEL DE VOTRE ENTREPRISE? ARBEITGEBER AWARD 2010

QUE PENSE VOTRE PERSONNEL DE VOTRE ENTREPRISE? ARBEITGEBER AWARD 2010 ARBEITGEBER QUE PENSE VOTRE PERSONNEL DE VOTRE ENTREPRISE? PARTICIPEZ: «cash Arbeitgeber-Award» vous permettra de vous faire une image réelle des conditions de travail dans votre entreprise. ARBEITGEBER

Plus en détail

Formation professionnelle: réflexions de base

Formation professionnelle: réflexions de base Formation professionnelle: réflexions de base Édition 2015 PAGE 2 DOCUMENT DE POSITION La formation professionnelle est une clé essentielle du développement qualitatif de l accueil extrafamilial. En sa

Plus en détail

Politique des ressources humaines Vers un Etat t moderne et exemplaire

Politique des ressources humaines Vers un Etat t moderne et exemplaire Politique des ressources humaines Vers un Etat t moderne et exemplaire Département des infrastructures et des ressources humaines Nuria Gorrite, conseillère d Etatt 15 septembre 2014 Plan 1. L Etat de

Plus en détail

Modèle ÉCHANGE DE PLACES D APPRENTISSAGE 1. GROUPE CIBLE. Tout apprenti intéressé en formation professionnelle initiale (apprentissage).

Modèle ÉCHANGE DE PLACES D APPRENTISSAGE 1. GROUPE CIBLE. Tout apprenti intéressé en formation professionnelle initiale (apprentissage). Modèle ÉCHANGE DE PLACES D APPRENTISSAGE 1. GROUPE CIBLE Tout apprenti intéressé en formation professionnelle initiale (apprentissage). 2. CONCEPT DE BASE Deux apprentis issus de régions linguistiques

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS

CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS CE QUE ÇA CHANGE POUR LES FRANÇAIS POUR CEUX AYANT EXERCE UN METIER PENIBLE A partir du 1er janvier 2015, le compte personnel de prévention de la pénibilité permettra à près de 5 millions de salariés de

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. COMPOSITION ET QUORUM Le Comité des ressources humaines et de la rémunération (le «Comité») est composé d au moins trois administrateurs,

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le Ernst Bachmann, Vice-président de GastroSuisse Président Commission pour le droit du travail et les affaires sociales Conférence de presse annuelle

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

WAGRAM CONSULTING sarl. 5 rue Villaret de Joyeuse 75017 Paris. Tel : 01 80 87 44 24. www.wagram-portage.fr. contact@wagramconsulting.

WAGRAM CONSULTING sarl. 5 rue Villaret de Joyeuse 75017 Paris. Tel : 01 80 87 44 24. www.wagram-portage.fr. contact@wagramconsulting. Depuis 2008, Wagram Consulting offre aux consultants la possibilité d exercer leur activité en toute indépendance en les libérant des contraintes administratives. Le portage salarial est reconnu par les

Plus en détail

Communication on progress (COP) / en cours. Intégration des principes du «UNITED NATION GLOBAL COMPACT» au sein du GROUPE BSL.

Communication on progress (COP) / en cours. Intégration des principes du «UNITED NATION GLOBAL COMPACT» au sein du GROUPE BSL. Communication on progress (COP) / en cours Intégration des principes du «UNITED NATION GLOBAL COMPACT» au sein du GROUPE BSL. 1 er RAPPORT DE COMMUNICATION SUR NOS ENGAGEMENTS Date : 23/06/2014 1. INTRODUCTION

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Mission Nationale de la Relation Client / AGEFOS PME Avril 2011 Nobody s Unpredictable Fiche technique Etude et sondage effectués pour Observatoire

Plus en détail

Ce processus décisionnel ainsi que les principes présentés sont documentés afin d en assurer l auditabilité.

Ce processus décisionnel ainsi que les principes présentés sont documentés afin d en assurer l auditabilité. REMUNERATION DES PROFESSIONNELS DES MARCHES FINANCIERS 1 - Processus décisionnel mis en œuvre pour définir la politique de rémunération de l'entreprise, y compris la composition et le mandat du comité

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur,

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur, Avant-propos Chère lectrice, cher lecteur, En ces temps économiquement difficiles, il est important de savoir ce que je peux exiger comme salaire en tant qu entraîneur ou entraîneuse. En particulier, en

Plus en détail

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE)

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) du Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 7, al. 3, deuxième phrase, 8, al. 4, 10,

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Rapport final Mars 2015 Pour le compte de: Eurociett UNI Europa Projet n VS/2013/0389 With financial support from the European Union Document

Plus en détail

Conférence de presse Travail.Suisse Stefan Müller-Altermatt, transfair

Conférence de presse Travail.Suisse Stefan Müller-Altermatt, transfair Berne, le 21 décembre 2015 Conférence de presse Travail.Suisse Stefan Müller-Altermatt, transfair RÉSULTATS DES NÉGOCIATIONS SALARIALES TRANSFAIR GEL FRÉQUENT DES SALAIRES DANS LE SERVICE PUBLIC Globalement,

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Ordonnance du DFE concernant les conditions minimales de reconnaissance des écoles supérieures d économie

Ordonnance du DFE concernant les conditions minimales de reconnaissance des écoles supérieures d économie Ordonnance du DFE concernant les conditions minimales de reconnaissance des écoles supérieures d économie du 15 mars 2001 Le Département fédéral de l économie, vu l art. 61, al. 2, de la loi fédérale du

Plus en détail

Loi sur la représentativité du genre féminin sur le marché du travail

Loi sur la représentativité du genre féminin sur le marché du travail SEPTIÈME SÉANCE SOIXANTE-QUATRIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité du genre féminin sur le marché du travail Adoption finale ADOPTÉ Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Description du produit BusinessComposit. Prévoyance professionnelle modulaire pour les petites et moyennes entreprises

Description du produit BusinessComposit. Prévoyance professionnelle modulaire pour les petites et moyennes entreprises Description du produit BusinessComposit Prévoyance professionnelle modulaire pour les petites et moyennes entreprises 1 Conforme au marché et aux courtiers Les courtiers veulent des solutions de prévoyance

Plus en détail

PLAN DE PRÉVOYANCE C

PLAN DE PRÉVOYANCE C PLAN DE PRÉVOYANCE C RÈGLEMENT, 1 re partie Valable à partir du 1 er janvier 2010 Mis en vigueur par le Conseil de fondation le 9 novembre 2009 Le présent plan de prévoyance s applique à toutes les personnes

Plus en détail

PROCESSUS RESSOURCES HUMAINES

PROCESSUS RESSOURCES HUMAINES PROCESSUS RESSOURCES HUMAINES 02.06.2015 PROCEDURE Politique de Rémunération des Salariés LuxDev La Politique de Rémunération s intègre dans la Politique générale Ressources humaines et doit être construite

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME ENTREPRISES DE 300 SALARIÉS ET PLUS, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE. LES ENJEUX MAJEURS POUR LES ENTREPRISES

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention Synthèse Les ouvriers non qualifiés de la manutention assurent le chargement, le déchargement, le tri, l emballage et l expédition de marchandises. Ils sont

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

Note d application Politique salariale de l Encadrement 2010/2011

Note d application Politique salariale de l Encadrement 2010/2011 Note d application Politique salariale de l Encadrement 2010/2011 Les négociations menées avec les organisations syndicales représentatives de AVENANCE Entreprises, ont porté sur les éléments fixes et

Plus en détail

Options de transformation de votre régime de retraite à prestations déterminées

Options de transformation de votre régime de retraite à prestations déterminées Options de transformation de votre régime de retraite à prestations déterminées SOLUTIONS EFFICACES POUR RÉPONDRE AUX BESOINS ACTUELS ET FUTURS DE VOTRE ENTREPRISE ET DE VOTRE PERSONNEL Répondre aux besoins

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Édition du 3 mars 2014

Édition du 3 mars 2014 1 Édition du 3 mars 2014 LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS 2 TOUT SAVOIR SUR LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS SOMMAIRE Ce qui est dû à l apprenti

Plus en détail

Avenant au règlement. pour PraderLosinger SA (CCT du Canton du Valais plan de prévoyance 4) Fondation de prévoyance edifondo

Avenant au règlement. pour PraderLosinger SA (CCT du Canton du Valais plan de prévoyance 4) Fondation de prévoyance edifondo Fondation de prévoyance edifondo Avenant au règlement pour PraderLosinger SA (CCT du Canton du Valais plan de prévoyance 4) valable à partir du 1.1.2015 Dans un souci de simplification, seule la forme

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Rémunération et carrière des fonctionnaires : les 10 mesures phares de l accord PPCR

Rémunération et carrière des fonctionnaires : les 10 mesures phares de l accord PPCR Rémunération et carrière des fonctionnaires : les 10 mesures phares de l accord PPCR arahan - Fotolia.com Malgré un défaut de représentativité des syndicats signataires, le Gouvernement a décidé d appliquer

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

ils et elles sont fiers de construire

ils et elles sont fiers de construire L A F O R M A T I O N A U X M É T I E R S D U B Â T I M E N T ils et elles sont fiers de construire Les jeunes qui choisissent le bâtiment ont de bonnes raisons de le faire Dans le bâtiment, on se sent

Plus en détail

Résultats techniques Quel est l état de santé réel des caisses de pension?

Résultats techniques Quel est l état de santé réel des caisses de pension? Résultats techniques Quel est l état de santé réel des caisses de pension? Swisscanto Prévoyance SA Michelle Mottu Stella, experte en caisses de pension Lausanne, le 20 mai 2015 Résultats techniques Quel

Plus en détail