Pour le personnel. Des équipes motivées, des clients satisfaits.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pour le personnel. Des équipes motivées, des clients satisfaits."

Transcription

1 P 67 Pour le personnel. Des équipes motivées, des clients satisfaits. Dans un contexte concurrentiel, les CFF doivent relever de grands défis, notamment sur le marché du travail. D ici à 2016, ils entendent compter parmi les meilleures entreprises en matière de satisfaction de la clientèle et asseoir leur position d employeur de première classe. Pour réaliser leurs objectifs, ils s appuient sur un développement des cadres visionnaire, un marketing du personnel professionnel, des conditions d emploi compétitives et une main-d œuvre qualifiée, motivée et en bonne santé.

2 P 68 Nombre de collaboratrices et collaborateurs aux CFF. En équivalents temps plein (ETP) En pourcentage de l effectif , Trafic voyageurs (ETP) Trafic marchandises (ETP) Infrastructure (ETP) Immobilier (ETP) Unités centrales (ETP) Filiales (ETP) Part des femmes (%) «CFF 2016: en route, comme chez soi.» Ce slogan traduit un objectif ambitieux: compter parmi les meilleures entreprises en matière de satisfaction de la clientèle d ici à trois ans. Cette mission prioritaire est essentielle à la réalisation de tous les autres objectifs du groupe et vient compléter la charte CFF, élaborée avec le concours de quelque 2000 collaboratrices et collaborateurs. La mise en œuvre de la charte requiert l engagement de l ensemble du personnel. Ambitieux, responsable, alerte, passionné, respectueux: le groupe entend vivre au quotidien les valeurs qu il a définies. La charte, moteur de l orientation clientèle. Dévoilée en mars devant 1300 cadres et 100 clients, la charte se compose de la promesse des CFF, des principes de direction, des valeurs et de l objectif Sa communication en interne s appuie sur une vaste campagne de témoignages et un support ludique. Étudiée par les cadres lors d ateliers, elle sera progressivement intégrée dans les principaux instruments de conduite. Le modèle de compétences destiné aux cadres et le feed-back au supérieur en tiennent déjà compte. En 2014, le «Prix CFF» récompensera les collaboratrices et collaborateurs qui auront proposé des idées ou des améliorations contribuant à la réalisation des objectifs du groupe et au renforcement tangible de l orientation clientèle au sein de l entreprise. Les cadres des CFF jouent ici un rôle-clé. Interrogés lors d une enquête inédite menée auprès de 3000 personnes en 2013, ils s estiment bien armés pour assumer leurs tâches de conduite et suffisamment informés sur la charte du groupe. Par rapport à 800 entreprises internationales ayant mesuré leur «énergie organisationnelle» selon des critères identiques, les CFF obtiennent de bons résultats dans la plupart des domaines, avec un bémol toutefois: le cloisonnement, autrement dit la tendance à considérer son champ d activité ou son secteur de manière isolée. Avec un taux de participation de 83 %, l enquête montre que toutes les forces ne tendent pas encore vers un objectif commun. Les CFF entendent y travailler afin de compter d ici à 2016 parmi les meilleures entreprises en matière de satisfaction de la clientèle collaboratrices et collaborateurs issus de 89 pays. En 2013, collaboratrices et collaborateurs travaillaient aux CFF. Par rapport à l année précédente, les effectifs ont progressé de 1737 personnes (+5,9 %), en particulier en raison de la participation des CFF à login formation professionnelle SA

3 P 69 depuis juillet 2013 (voir encadré ci-dessous). La croissance du trafic, la hausse du volume d investissement, le développement des infrastructures et la multiplication des travaux d entretien se sont reflétés dans les besoins en personnel des divisions Voyageurs (+1,3 %) et Infrastructure (+4,8 %). Si l effectif de la division Immobilier a aussi augmenté (+4,5 %), CFF Cargo affiche en revanche une nouvelle diminution de son effectif ( 8 %), imputable au programme de renforcement de l efficacité en cours. La plus forte progression des effectifs a été enregistrée chez les ingénieurs, dans les secteurs de l informatique et de l artisanat, alors que les fonctions du service de la manœuvre ont connu le recul le plus important. Les collaboratrices et les collaborateurs des CFF proviennent de 89 pays différents. En 2013, la part de collaborateurs étrangers était de 13,7 %. Ceux-ci sont importants pour les CFF et, à ce titre, indissociables du groupe. Avec leurs collègues de Suisse, ils fournissent une contribution essentielle au succès des CFF et au bien-être de la clientèle. L âge moyen des collaboratrices et collaborateurs des CFF est de 43,9 ans, comme en En 2013, l ensemble des effectifs comptait 16,4 % de femmes. Elles sont davantage représentées parmi les cadres supérieurs (18,9 %). Si les CFF entendent atteindre une proportion de femmes de 17 % en 2014, ils ont déjà dépassé l objectif de 15 % qu ils s étaient fixé chez les cadres supérieurs. Le groupe ne relâche toutefois pas ses efforts en faveur de l égalité des chances: il met généralement au concours des postes avec un taux d occupation flexible entre 80 % et 100 %, donne accès à des programmes de mentoring pour les femmes, favorise la garde des enfants avec «Kidz Care», encourage le travail à temps partiel chez les hommes, organise des rencontres de réseautage au féminin, facilite la reprise du travail après un congé de maternité et propose des formations à temps partiel au personnel des locomotives et des trains. Au total, 50,0 % des femmes et 10,6 % des hommes employés aux CFF travaillent à temps partiel. Parallèlement à la parité hommes-femmes, les CFF veulent renforcer leur action en faveur de l égalité des chances quels que soient la langue, l âge et l ancienneté des personnes, et répondre ainsi aux évolutions majeures du marché du travail et de la société. Réorganisation de la formation. Afin d assurer la relève à long terme, les CFF, en concertation avec la branche, ont réorganisé leur formation de base ainsi que le développement du personnel et des cadres. L association login, qui comptait 62 entreprises membres, est devenue une société anonyme le 1 er juillet 2013 avec l aval de l Assemblée générale. Les CFF, principale entreprise formatrice, participent à son capital à hauteur de 70 %, tandis que le Chemin de fer rhétique, le BLS et l Union des transports publics (UTP) détiennent respectivement 10 % des parts. Avec login formation professionnelle SA, les CFF et la branche ont mis au point une solution de qualité garantissant des formations d avenir. Celles-ci sont essentielles pour les CFF et leurs 1379 apprenties et apprentis, mais aussi pour la formation professionnelle dans toute la branche. En tant que plus grande entreprise formatrice dans le secteur des transports publics, les CFF assument une responsabilité particulière et renforcent donc leur engagement au sein de la nouvelle société anonyme. Même si login formation professionnelle SA devient une filiale des CFF, son offre actuelle restera accessible à toutes les entreprises de transports publics, tout comme les formations continues actuelles de login, qui seront transférées aux CFF le 1 er avril 2014.

4 P 70 Attirer et former un personnel qualifié. Au cours des prochaines années, les CFF recruteront dans la plupart des fonctions. Chaque année, ils engagent en moyenne entre 1500 et 2000 nouveaux collaborateurs et collaboratrices afin de compenser en premier lieu les départs, dont le taux peut être qualifié de faible (environ 6 %). Parmi les nouvelles recrues, 5 % ont plus de 50 ans. Dans la perspective d une future vague de départs à la retraite, les CFF doivent se préparer à embaucher chaque année quelque 120 ingénieurs, entre 70 et 80 techniciens spécialisés, ainsi que 70 à 80 spécialistes en informatique et 40 à 50 experts financiers. Une pénurie de main-d œuvre qualifiée n étant pas exclue dans certains secteurs, les CFF misent sur la formation continue de leur personnel jusqu à l âge de la retraite, de même que sur la reconversion professionnelle dans les métiers ferroviaires. En 2013, ils ont ainsi formé 118 chefs-circulation des trains, Le fort attrait des CFF sur le marché du travail facilite le recrutement de personnes qualifiées. 124 mécaniciens de locomotive, 268 agents commerciaux des trains et 105 vendeurs de voyages. Le groupe a également besoin d une relève qualifiée. Actuellement, les apprentis occupent 5,5 % des postes. Soucieux de disposer de collaboratrices et collaborateurs dûment qualifiés, les CFF ont réorganisé la formation de base ainsi que le développement du personnel et des cadres (voir encadré page 71). Un employeur attrayant pour les diplômés des hautes écoles. Si le niveau de satisfaction du personnel influe sur l image de l employeur, une bonne image attire les candidats à la recherche d un emploi. Les CFF comptent parmi les employeurs attrayants, comme en atteste le classement publié par Universum en Pour preuve, les jeunes professionnels diplômés des hautes écoles les placent parmi les dix employeurs suisses préférés. Le groupe se situe également dans le top 20 national, toutes filières confondues. Les jeunes ingénieurs le propulsent au deuxième rang en 2013, alors qu il n était que sixième au classement 2012, et partagent ainsi l avis des étudiants qui l avaient hissé sur le podium quelques mois plus tôt. Ce palmarès confirme l excellent positionnement des CFF au sein de la profession. Leur fort attrait sur le marché du travail facilitera les futurs recrutements de personnes qualifiées. Les classements obtenus démontrent l efficacité des mesures de marketing du personnel mises en œuvre depuis En 2013, l attrait interne des CFF en tant qu employeur est resté stable: selon un sondage mené auprès de 3000 collaboratrices et collaborateurs, les niveaux de satisfaction et de motivation sont comparables à ceux de La satisfaction du personnel s élève ainsi à 61 points sur 100 ( 1), sa motivation (comportement orienté vers les objectifs) à 73 points (+1). À cela s ajoutent l engagement et l attachement du personnel à l égard de l entreprise, ainsi que son sentiment de contribution à la réalisation des objectifs du groupe. La confiance accordée à l employeur atteint 63 points. De manière générale, le résultat peut être jugé satisfaisant dans la mesure où 2013 a été une année difficile pour les collaboratrices et collaborateurs, marqués par le tragique accident de Granges-Marnand et par l accumulation d événements négatifs. En 2014, les CFF veulent de nouveau renforcer la satisfaction de leur personnel. Pour compter parmi les meilleures entreprises en matière de satisfaction de la clientèle d ici à 2016, ils ont besoin de collaboratrices et de collaborateurs satisfaits et motivés, mais aussi ambitieux et responsables, qui s investissent résolument en faveur des objectifs du groupe. Des conditions de travail compétitives et conformes à la responsabilité sociale des CFF. Le système salarial adopté par les CFF en 2011 tient compte des exigences du poste, récompense les prestations individuelles, prend en considération la situation sur le marché de l emploi et assure l équité salariale au sein du groupe. Des comparaisons salariales avec d autres entreprises garantissent la compétitivité actuelle et future des salaires des CFF sur le marché suisse du travail. Les mesures salariales annuelles appliquées au 1 er mai sont le résultat des négociations menées entre les CFF et leurs partenaires sociaux. Dans le domaine réglementé par la CCT, les CFF affecteront en ,35 % de la masse salariale aux augmentations de salaires, soit 0,6 % de plus qu en Il est prévu d allouer 0,9 % (0,5 % en 2013) aux augmentations individuelles liées à l évolution de l expérience et des prestations. Les collaboratrices et collaborateurs ayant fourni des prestations supérieures à la moyenne (note A ou B lors de l évaluation annuelle) se verront octroyer, comme les années précédentes,

5 P 71 une prime unique. Environ 0,45 % (0,25 % en 2013) de la masse salariale sera destiné au versement de cette prime. À défaut d augmentation générale des salaires, les partenaires sociaux se sont accordés sur un relèvement des plages salariales de 0,5 %. Quant aux salaires des cadres dont les rapports de travail sont régis par le code des obligations, ils seront adaptés à raison de 0,9 % en mai Un collaborateur sur 20 est apprenti. Les CFF ont besoin d une relève qualifiée. Les apprenties et apprentis occupent 5,5 % des postes de l entreprise. En 2013, cette dernière accueillait 1379 jeunes dans le cadre de 21 cursus d apprentissage professionnel: 729 employés de commerce et 152 stagiaires commerciaux, mais aussi 261 techniciens, 132 constructeurs de voies, 141 logisticiens, 64 nettoyeurs de bâtiments, 32 informaticiens et 20 personnes aspirant à d autres professions. Ils sont encadrés à leur poste de travail par 1110 formateurs pratiques, de manière satisfaisante d après le taux de réussite obtenu à l examen final au cours des dernières années (79,2 %). Si, actuellement, quelque 53 % des apprentis intègrent les CFF à l issue de leur apprentissage, l entreprise souhaite faire passer ce taux à 70 %. Formations professionnelles aux CFF. Répartition des 1379 apprentis (moyenne annuelle 2013) par formation Commerce Technique Logistique Construction de voies Nettoyage des bâtiments Informatique Autres professions

6 P 72 Flexibilité des formes de travail, strict respect des normes éthiques. Les CFF encouragent la flexibilité et la mobilité. Des formes de travail flexibles sont susceptibles d améliorer les prestations et la satisfaction du personnel. L entreprise procède actuellement à un regroupement des postes de travail sur quelques grands sites: un bâtiment a déjà été inauguré à Zurich Altstetten en 2013, et deux autres sont prévus à Berne Wankdorf (2014) et à Olten (2015). Le concept de bâtiment multispace mis en œuvre sur ces trois sites offre de nombreuses possibilités d aménagement du travail et favorise les échanges directs entre les personnes. Le travail mobile, qu il s agisse de travailler chez soi ou en route, contribue à délester le trafic aux heures de grande affluence. Si les CFF proposent la technologie nécessaire, il appartient aux supérieurs d inciter leurs collaboratrices et collaborateurs à être parfaitement autonomes et responsables. L instruction relative au télétravail a été remaniée afin d adapter les fondements juridiques aux formes de travail flexibles. D ici à la fin 2014, les CFF entendent doter leurs collaboratrices et leurs collaborateurs d outils de travail mobiles et modernes. L objectif est qu ils aient un lien direct avec les CFF, que ce soit au moyen d un smartphone, d une tablette ou directement au poste de travail. Les appareils mobiles simplifient le travail quotidien et améliorent le partage d informations. Cette condition est importante pour que nos collaboratrices et collaborateurs soient en mesure de fournir un service de premier ordre à notre clientèle. En automne 2013, un pilote a été réalisé avec succès auprès de 370 collaboratrices et collaborateurs en surface. Début 2014, la Direction du groupe a décidé d un déploiement à l échelle des CFF. Flexibles dans l aménagement des formes de travail, les CFF font preuve, en revanche, de fermeté en matière de normes éthiques et se montrent intransigeants quant à l acceptation et à la remise de dons et autres gratifications. Ils ont rédigé une instruction sur la lutte anticorruption qui précise leur code de conduite. Cette instruction se substitue aux précédentes règles et harmonise ainsi la réglementation en vigueur. En adoptant des directives claires et praticables, les CFF satisfont à leurs engagements éthiques et légaux et en assurent le strict respect. À l avant-garde de la gestion de la santé. Les CFF font figure de pionniers dans la gestion de la santé en entreprise. En 2010, ils étaient en effet l un des premiers employeurs suisses à développer et à mettre en œuvre une stratégie en la matière. Cette dernière définit le cadre pour une gestion intégrale de la santé, qui non seulement prend en compte le comportement du personnel, mais se base aussi sur les conditions et les processus de travail au sein de l entreprise. L application de mesures appropriées permet ainsi aux CFF de réduire d environ 10 % les coûts totaux liés aux maladies et aux accidents. La gestion de la santé en entreprise peut avoir d autres effets positifs (p. ex. sur la productivité et les frais de recrutement et de remplacement) et se traduire par une diminution nette des charges de personnel de 1 à 2 % par an. En 2013, les CFF ont encadré 1357 collaboratrices et collaborateurs absents pour une durée prolongée par suite d accident ou de maladie. Ils ont aidé 55 % d entre eux à réintégrer leur poste et 20 % à trouver une nouvelle activité, aux CFF ou dans une autre entreprise, parfois au terme d un reclassement professionnel. Le taux de réinsertion atteint désormais 75 % (64 % en 2012). Au total, 78 collaboratrices et collaborateurs Les CFF font figure de pionniers dans la gestion de la santé en entreprise. âgés de plus de 50 ans et inaptes à exercer pleinement leur activité pour des raisons de santé ont trouvé un emploi de niche grâce à l organisation Anyway CFF, qui se consacre depuis onze ans à la réintégration des personnes ne pouvant plus effectuer leurs tâches habituelles. Le nombre d emplois de niche sera porté à 120 d ici à Par ailleurs, les divisions et les unités centrales comptent 42 postes de réinsertion. À moyen terme, les CFF prévoient de créer 100 postes de ce type. Grâce à leur excellente gestion globale de la santé, les CFF ont reçu le label «Friendly Work Space» fin Cette récompense distingue des entreprises progressistes qui proposent des activités en faveur de la santé de leur personnel. Retraite progressive: un modèle d avenir. Les employés tout comme l employeur ressentent, au fil des années, le besoin d une plus grande souplesse en matière de temps de travail et de départ en retraite. Depuis près de deux ans, les CFF étudient différents modèles de retraite flexibles. La Direction du groupe a demandé l élaboration d un plan comprenant trois modèles:

7 P 73 Taux de couverture de la Caisse de pensions. En % ,4% modèle «travailler moins mais plus longtemps», modèle de durée de la vie active avec possibilité d épargne, modèle de préretraite fondé sur la pénibilité du travail et le faible niveau de rémunération. Le premier modèle est destiné aux personnes désirant travailler au-delà de l âge ordinaire de la retraite. En accord avec leur supérieur, elles réduisent leur taux d occupation et, en contrepartie, travaillent plus longtemps. Le deuxième modèle permet aux collaboratrices et collaborateurs qui le souhaitent d adapter leur temps de travail à leurs besoins, par exemple en se constituant une épargne qu ils perçoivent ultérieurement sous forme de temps. Enfin, le dernier modèle facilite la préretraite pour les personnes qui occupent des fonctions éprouvantes pour la santé et dont les moyens financiers leur permettent difficilement d envisager un arrêt anticipé de leur activité. 96,4 moyenne des caisses de pensions suisses. En un an, le taux de couverture a progressé de 3,3 %, franchissant la barre des 100 % pour la première fois depuis fin À partir de janvier 2014, les salaires du personnel seront à nouveau versés dans leur intégralité, sans retenue au titre de la contribution d assainissement. Il reste toutefois du chemin à parcourir. La solidarité entre actifs et retraités est toujours mise à rude épreuve: la CP CFF est parvenue au taux de couverture de 102,4 % en rémunérant, à l instar de nombreuses autres caisses suisses, les avoirs de vieillesse des actifs au taux minimal. Chaque année, quelque 300 millions de francs ont ainsi été redistribués des actifs vers les retraités, ce qui réduit d autant les futures rentes des premiers. Le Conseil de fondation de la CP CFF étudie différentes mesures afin d atténuer l ampleur de cette redistribution à juste titre, car les personnes encore en activité ont aussi droit à une retraite juste et équitable. Une solution consisterait à harmoniser rémunération des avoirs de vieillesse des actifs et montant de la rente versée aux retraités, par exemple à l aide de modèles de retraite variables. Quelles que soient les mesures choisies, les CFF assumeront leur responsabilité sociale dans le domaine de la prévoyance. Chaque collaboratrice ou collaborateur doit pouvoir conserver son mode de vie après le départ en retraite. Les prestations resteront équitables, sûres et calculables. Les éventuelles modifications seront assorties de délais de transition. La date à laquelle le Conseil de fondation statuera sur les mesures n est pas encore connue. Caisse de pensions: le taux de couverture a franchi le seuil des 100 %. La Caisse de pensions CFF (CP CFF) a réalisé un bon exercice 2013, surtout grâce à l évolution positive du cours des actions. Sur l année, ses placements ont produit un rendement de 5,7 %, une performance à nouveau satisfaisante par rapport à la

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 -

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - Sommaire 1 - Les principes de la rémunération 2 - Les composantes de la rémunération globale 3 - Le salaire 4 - La performance individuelle 5 -

Plus en détail

Crédits de cotisations grâce à la gestion de la santé pour les grandes entreprises et leurs collaborateurs. En route vers un avenir sûr

Crédits de cotisations grâce à la gestion de la santé pour les grandes entreprises et leurs collaborateurs. En route vers un avenir sûr Votre fidélité est récompensée. Crédits de cotisations grâce à la gestion de la santé pour les grandes entreprises et leurs collaborateurs. En route vers un avenir sûr Table des matières Crédits de cotisations

Plus en détail

HOTELA : votre partenaire pour toutes les assurances sociales. Simplify your business.

HOTELA : votre partenaire pour toutes les assurances sociales. Simplify your business. 1 HOTELA : votre partenaire pour toutes les assurances sociales. Simplify your business. Table des matières 3 HOTELA : le portrait Par des entrepreneurs pour des entrepreneurs 4 HOTELA : les assurances

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés Rendre plus compatibles les modalités d organisation du temps

Plus en détail

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1 Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité des sexes sur le marché du travail Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes 2013 marque le début de la refondation de la formation initiale des enseignants > Pour remplacer les départs des enseignants en 2013, 22 100 postes

Plus en détail

CHARTE EGALITE HOMME FEMME

CHARTE EGALITE HOMME FEMME CHARTE EGALITE HOMME FEMME Information : Afin de limiter les effets liés à l éloignement prolongé de la vie de l Entreprise et faciliter le retour dans son activité professionnelle, Whirlpool s engage

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION La rémunération est une activité ayant un impact important sur la performance de l entreprise. Une gestion efficace de la rémunération permet de contrôler les coûts liés à la main-d œuvre,

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

Effectif de l entreprise TA et FPC

Effectif de l entreprise TA et FPC Décompte des effectifs de l entreprise Contribution supplémentaire à l apprentissage et Formation Professionnelle continue Les effectifs des entreprise déterminent des obligations pour les entreprises

Plus en détail

Réalisez vos rêves de carrière

Réalisez vos rêves de carrière Réalisez vos rêves de carrière UN EMPLOYEUR DE CHOIX Premier employeur en TI au Canada, entreprise internationale en pleine croissance, CGI est constamment à la recherche de personnes compétentes, créatives

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Le SPPMM œuvre dans le secteur

Le SPPMM œuvre dans le secteur LE SYNDICAT DES PROFESSIONNELLES ET PROFESSIONNELS MUNICIPAUX DE MONTRÉAL LE CHOIX des professionnels Le SPPMM œuvre dans le secteur municipal depuis près de 40 ans. Fondé en 1965 par quelques préposés

Plus en détail

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres.

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres. «Effectif de l entreprise CSA et FPC» Décompte des effectifs de l entreprise pour le calcul du taux de la Contribution supplémentaire à l apprentissage et de contribution Formation Professionnelle continue

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Édition du 3 mars 2014

Édition du 3 mars 2014 1 Édition du 3 mars 2014 LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS 2 TOUT SAVOIR SUR LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS SOMMAIRE Ce qui est dû à l apprenti

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE SOMMAIRE 04 Introduction OBJET FINANCEMENT FONCTIONNEMENT 10 Les entreprises et le Congé de Fin d Activité ADHeSION à L AGECFA-Voyageurs PERSONNEL AFFILIe

Plus en détail

Politique de rémunération des cadres

Politique de rémunération des cadres Politique de rémunération des cadres Adoptée par le comité exécutif le 29 septembre 2010 Résolution CE10 1546 Amendée par le directeur général le 15 novembre 2011 Décision DG110395004 Amendée par le directeur

Plus en détail

Rapport annuel 2011. Helvetia Prisma Fondation collective de prévoyance du personnel.

Rapport annuel 2011. Helvetia Prisma Fondation collective de prévoyance du personnel. Rapport annuel 2011. Helvetia Prisma Fondation collective de prévoyance du personnel. 2 011 Tout simplement. Contactez-nous. T 058 280 1000 (24 h), www.helvetia.ch Sommaire. 3 Portrait 4 Comptes annuels

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

Tout sur la Banque WIR

Tout sur la Banque WIR Tout sur la Banque WIR 1 Au service de la classe moyenne et des PME Fondée en 1934, la Banque WIR, dont le siège principal est à Bâle, entend être la partenaire privilégiée de la classe moyenne dans la

Plus en détail

Tendances salariales et d embauche en technologies de l'information (TI)

Tendances salariales et d embauche en technologies de l'information (TI) Tendances salariales et d embauche en technologies de l'information (TI) Perspectives 2014 -Canada 2013 Robert Half Technology. Employeur offrant l équité en matière d emploi. La discussion d aujourd hui

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

ASSURANCES. Votre partenaire formation continue. MODULES Salaires et Assurances dans la pratique : débutant, avancé, confirmé

ASSURANCES. Votre partenaire formation continue. MODULES Salaires et Assurances dans la pratique : débutant, avancé, confirmé ASSURANCES MODULES Salaires et Assurances dans la pratique : débutant, avancé, confirmé CERTIFICAT Généraliste en assurances sociales Votre partenaire formation continue www.virgile.ch tél. 021 921 19

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS LE COMPTE EPARGNE TEMPS SOMMAIRE : Article 1 : objet... Page 2 Article 2 : bénéficiaires et modalités d ouverture Article 3 : alimentation du compte épargne temps Article 4 : utilisation... Page 3 Article

Plus en détail

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de Construire un accord ou d entreprise un Plan d Action Séniors TRANSPORT & LOGISTIQUE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Avec la participation de La loi, les

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Conseiller-Gestionnaire de clientèle de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES La Direction de Distribution Casino France, représentée par M. Gérard MASSUS, Directeur des Ressources

Plus en détail

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Giovanni Zucchinetti GiTeC Prévoyance SA Conseil en prévoyance professionnelle Av. de l Eglise-Anglaise 6 1006 Lausanne +41 21 613

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale (ces exemples visent à accompagner les partenaires sociaux dans leur négociation, ils ne sont pas exhaustifs des bonnes

Plus en détail

LES RÉSULTATS SALARIAUX VUS PAR TRANSFAIR: UN AUTOMNE SALARIAL MOYENNEMENT SATISFAISANT

LES RÉSULTATS SALARIAUX VUS PAR TRANSFAIR: UN AUTOMNE SALARIAL MOYENNEMENT SATISFAISANT Berne, le 15 décembre 2014 Conférence de presse Travail.Suisse Stefan Müller-Altermatt, transfair LES RÉSULTATS SALARIAUX VUS PAR TRANSFAIR: UN AUTOMNE SALARIAL MOYENNEMENT SATISFAISANT Hormis les quelques

Plus en détail

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Quels statuts pour motiver les personnels et soutenir les efforts de développement

Plus en détail

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part :

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part : ENTENTE À INTERVENIR entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC et d autre part : LE SECRÉTARIAT INTERSYNDICAL DES SERVICES PUBLICS (SISP) LA CONFÉDÉRATION DES SYNDICATS NATIONAUX (CSN) LA FÉDÉRATION

Plus en détail

ffévrier 2011 Cumul emploi - retraite et régimes supplémentaires évrier 2011

ffévrier 2011 Cumul emploi - retraite et régimes supplémentaires évrier 2011 f évrier 2011 Cumul emploi - retraite et régimes supplémentaires Question 1: Tout d abord, pouvez-vous nous rappeler la situation du salarié au regard de son employeur? La libéralisation du cumul emploi

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE. (autre qu en service de garde)

Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE. (autre qu en service de garde) DE-02-03-04 Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE (autre qu en service de garde) La convention collective et les arrangements locaux S3 2000-2002 Fédération du personnel de soutien

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS

PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS PROTOCOLE D ACCORD CONCERNANT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Le présent protocole d accord crée un Compte Epargne Temps au sein de SGS et en définit les règles de fonctionnement et de gestion. Ce dispositif s

Plus en détail

Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur

Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur 1. Dispositions générales Art.1 Organisation de la CPR Responsable de la professionnelle 1 Sous le nom de «Caisse de pension Ramoneur» (CPR) une fondation

Plus en détail

Pour information, consultez la liste téléphonique pour le volume 5 à la pièce 5 0 0 1.

Pour information, consultez la liste téléphonique pour le volume 5 à la pièce 5 0 0 1. 1 2014-04-03 Pour information, consultez la liste téléphonique pour le volume 5 à la pièce 5 0 0 1. C.T. 211312 du 3 avril 2012 modifié par C.T. 211346 du 17 avril 2012 C.T. 211431 du 15 mai 2012 C.T.

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité?

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? ATELIER DE LA PROFESSION Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa

Plus en détail

Annexe ANNEXE I - Employés Convention collective nationale du 14 janvier 2000

Annexe ANNEXE I - Employés Convention collective nationale du 14 janvier 2000 Le 19 mars 2015 Annexe ANNEXE I - Employés Convention collective nationale du 14 janvier 2000 Classification et définition des emplois Article 1er Modifié par Classifications - art. 1er (VNE) Les niveaux

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE NOTE D INFORMATION MARS 2008 Mise à jour JUIN 2009 (Annule et remplace la précédente) LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Les organisations syndicales signataires : CFDT, SNECA-CGC, SUD AtlantiCA TABLE DES MATIERES L ACCORD INDEX TABLE DES MATIERES

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

ET LES DISPONIBILITÉ ARMÉES NATIONALE. 1 er mars

ET LES DISPONIBILITÉ ARMÉES NATIONALE. 1 er mars Association des collèges communautaires du Canada LES COLLÈGES ET LES INSTITUTS CONTRIBUENT AU MAINTIEN DISPONIBILITÉ OPÉRATIONNELLE DES FORCES ARMÉES CANADIENNES PAR LA FORMATION ET LE RECRUTEMENT EN

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention Synthèse Les ouvriers non qualifiés de la manutention assurent le chargement, le déchargement, le tri, l emballage et l expédition de marchandises. Ils sont

Plus en détail

Synthèse Rapport de gestion 2014

Synthèse Rapport de gestion 2014 Synthèse Rapport de gestion 2014 Prévoyance professionnelle de la Fonda on collec ve Vita et de la Zurich Assurance Chiffres clés 2013 2014 Retraités Tous les retraités sont réassurés auprès de la Zurich

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration»

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Le champ d activité des employés 1 de commerce de la branche «Services et administration» va du contact avec la clientèle au back office. La

Plus en détail

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées Enquête sur le marché de la traduction Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS Méthodologie Les données de ce document sont issues

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

ACCORD DU 5 AVRIL 2006

ACCORD DU 5 AVRIL 2006 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE (4 novembre 1987) ACCORD DU 5 AVRIL 2006 RELATIF AUX MODALITÉS D APPLICATION

Plus en détail

ACCORD DU 18 JUIN 2010 PRÉAMBULE

ACCORD DU 18 JUIN 2010 PRÉAMBULE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3367 Convention collective nationale IDCC : 2847. PÔLE EMPLOI ACCORD DU 18 JUIN 2010 RELATIF AU TRANSFERT

Plus en détail

la Direction des ressources humaines et des relations de travail (langue du travail ; maîtrise du français par les employé(e)s)

la Direction des ressources humaines et des relations de travail (langue du travail ; maîtrise du français par les employé(e)s) L'application de cette politique est sous la responsabilité et la coordination de la Direction générale en collaboration avec la Direction des études et la Direction de la formation continue (langue d

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE Les clés pour réussir votre mission 2 L APPRENTISSAGE, UN PARCOURS «GAGNANT - GAGNANT» Côté entreprise : C est

Plus en détail

Caisse (de pension) autonome Caisse autogérée (institution possédant sa propre organisation et sa propre administration).

Caisse (de pension) autonome Caisse autogérée (institution possédant sa propre organisation et sa propre administration). Glossaire Âge LPP L année civile moins l année de naissance donne l âge LPP. Autorité de surveillance L autorité de surveillance est prévue par la LPP. Il doit s agir d une instance cantonale centrale

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Crédit photo : Reza Estakhrian/Stone Déterminer la couverture d un risque, cerner les besoins des assurés et y répondre sont des opérations complexes et en grande partie immatérielles qui font de l assurance

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Logistique et commercialisation des boissons (Distech 1) de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

UN MBA POUR QUI, POURQUOI?

UN MBA POUR QUI, POURQUOI? PARTIE 1 UN MBA POUR QUI, POURQUOI? L e MBA est une formation connue et reconnue dans le monde entier. Cependant, l appellation MBA n est pas un label déposé. Conséquence : l univers des MBA est un monde

Plus en détail

Les autres obligations :

Les autres obligations : COMITE D ENTREPRISE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Les autres obligations : E g a l i t é p r o f e s s i o n n e l l e H a n d i c a p S é n i o r P é n i b i l i t é

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées

5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées 5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées 5.11 PROGRAMME DE SUBVENTIONS AUX ENTREPRISES ADAPTÉES 2014-02-17 Table des matières Page 2 sur 16 Table des matières RÉFÉRENCE 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE L E S S E N T I E L La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours

Plus en détail

TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS Circulaire C.G n 04.18 D.M du 3 novembre 2004 Mise à jour Juillet 2008 TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS Réf. : - Décret 2004.878 du 26 août 2004 relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique

Plus en détail

HFVESA. Ecole supérieure assurance (ESA) Höhere Fachschule Versicherung Ecole supérieure assurance. Une coopération entre l AFA et AKAD Business

HFVESA. Ecole supérieure assurance (ESA) Höhere Fachschule Versicherung Ecole supérieure assurance. Une coopération entre l AFA et AKAD Business HFVESA Höhere Fachschule Versicherung Ecole supérieure assurance Une coopération entre l AFA et AKAD Business Ecole supérieure assurance (ESA) 2 Selon l Office fédéral de la formation professionnelle et

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

Compte de prévoyance pilier 3a

Compte de prévoyance pilier 3a Compte de prévoyance pilier 3a Prevoir tôt avec PRIVOR Prévoyance Assurances sociales de l Etat AVS/AI Garantie du minimum vital Prestations complémentaires Prévoyance prof. obligatoire LPP/LAA Garantie

Plus en détail

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles Baromètre 2015 de l ouverture sociale des grandes écoles, réalisé par la CGE et l association Passeport Avenir, en partenariat avec le cabinet Inergie et le mécénat de compétences des groupes Orange et

Plus en détail

LA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION

LA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION LA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION DE L ÉQUIPE COMMERCIALE La rémunération est un poste de dépense important dans l activité tertiaire, en matière de service ou de négoce. Toutefois, gérer la rémunération ne

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

La PROMOTION INTERNE NT/SG Service Carrière Mars 2010 05 63 60 16 54 INT:/base doc/carrière/fonctionnaire/promotion interne LE PRINCIPE

La PROMOTION INTERNE NT/SG Service Carrière Mars 2010 05 63 60 16 54 INT:/base doc/carrière/fonctionnaire/promotion interne LE PRINCIPE NOTE D INFORMATION La PROMOTION INTERNE NT/SG Service Carrière Mars 2010 05 63 60 16 54 INT:/base doc/carrière/fonctionnaire/promotion interne Références - Article 39 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle 01.400 Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle Rapport de la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les Trophées de l alternance au féminin 2012. Jeudi 13 décembre 2012 à 16h30 Préfecture du Territoire de Belfort Salle Bartholdi

DOSSIER DE PRESSE. Les Trophées de l alternance au féminin 2012. Jeudi 13 décembre 2012 à 16h30 Préfecture du Territoire de Belfort Salle Bartholdi DOSSIER DE PRESSE Les Trophées de l alternance au féminin 2012 Jeudi 13 décembre 2012 à 16h30 Préfecture du Territoire de Belfort Salle Bartholdi Trophées de l alternance au féminin Jeudi 13 décembre 2012

Plus en détail

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération Les enjeux du nouveau système de politique de rémunération Suite aux diverses propositions faites par

Plus en détail

Financement hypothécaire

Financement hypothécaire Financement hypothécaire Petit tour d horizon des possibilités de financement proposées par : Votre partenaire hypothèques Un projet d achat de votre propre logement? Vous avez déjà trouvé le logement

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail