UNIVERSITE DE PARIS I - PANTHEON-SORBONNE IUFR DE PHILOSOPHIE 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE DE PARIS I - PANTHEON-SORBONNE IUFR DE PHILOSOPHIE 2009"

Transcription

1 UNIVERSITE DE PARIS I - PANTHEON-SORBONNE IUFR DE PHILOSOPHIE 2009 THESE pour l obtention du grade de docteur en sociologie présentée et soutenue publiquement par Christine Fassert le 28 septembre 2009 La transparence dans les organisations à risque : Une approche ethnographique dans le contrôle de la navigation aérienne JURY DIRECTEURS DE RECHERCHE Alain Gras, Professeur à l Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, directeur de la thèse Sophie Poirot-Delpech, Maître de conférences à l Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, co-directeur de la thèse Benoit Journé, Professeur des universités à l université du Maine Alain Desrosières, Administrateur de l INSEE Nadine Pilon, Responsable des études prospectives, Eurocontrol.

2

3 A Emile, qui veut piloter des avions lorsqu il sera grand, et à Iris qui veut bien sûr imiter son grand frère, A Laurent, leur père, qui sait leur expliquer comment vole un avion, laissant à leur mère, qui n est que sociologue, la question du sens de tout cela

4

5 Remerciements Cette thèse n aurait jamais commencé sans Nadine Pilon, qui a accepté, au sein d Eurocontrol, de financer un sujet «sensible», et qui m a ensuite maintenu sa confiance tout au long de ces années, Mais cette thèse n aurait jamais été terminée sans Laurence Raineau et Marina Maestrutti. Elles ont eu l élégance et la bonté, deux qualités chérissables entre toutes, de toujours faire «comme si» je viendrai à bout de ce travail, entre consulting, biberons, totottes, ce qui joua pour bonne part à la réalisation de cette prophétie. Leur amitié me fut infiniment précieuse tout au long de ces années. Laurence relut de nombreuses parties de ce travail et me prodigua des encouragements et des commentaires indispensables. Autre relectrice et amie, Eve Lamendour s attela à la tâche avec enthousiasme et rigueur. Dans la rubrique amitié, je salue bien sûr mes amies des «facteurs humains», Nathalie de Beler, Caroline Chabrol, Deirdre Bonnini, et Carine Hebrau, et nos joyeux diners de filles, ainsi que Ludovic Moulin, avec lequel le «TRM» fut une belle aventure. Merci aussi à Cyril Barriquault pour nos discussions passionnantes. Esthela Gonzalez Herrera, mon amie philosophe rencontrée en DEA, rendit moins aride un long été de travail à la bibliothèque nationale, grâce à nos pauses mémorables et phénoménologiques au Starbuck du coin. Plus récemment, je remercie Nicolas Fota, m aidant à rassembler des informations sur les subtilités institutionnelles de l aéronautique, et Yves Descourvières qui me proposa son aide à un moment où une main tendue est si importante. Alain Gras, mon directeur, avec lequel je suis souvent jamais d accord, (sur les Facteurs Humains, la décroissance, ou la douceur de la vie au Moyen âge, ) et dont le caractère un peu soupe au lait me terrorisa parfois, m accorda sa confiance et sut être là aux moments clefs, impatient mais chaleureux. Sophie Poirot Delpech m encouragea au début de ce travail, fut une compagne de «terrain» formidable à Malte, pleine de sollicitude lorsque je terminai mon séjour à l hôpital. Le CETCOPRA constitua un environnement de travail fort convivial, avec une mention toute particulière pour les encouragements bienveillants de Caroline Moricot et de Valérie Souffron. J ai suivi avec passion le séminaire de Louis Quéré et d Albert Ogien, qui m a ouvert les yeux sur le domaine fascinant de la confiance, ainsi que le lumineux séminaire de Cyril Lemieux sur le secret. Les cours de Ian Hacking au Collège de France furent aussi un grand moment de plaisir d apprendre. Le Collège de France est ouvert à tous, mais est-il beaucoup d industries «à risque» qui accepteraient d ouvrir leurs portes à une recherche ethnographique sur la sécurité et la transparence? Je remercie infiniment les personnes qui furent mes contacts sur place à travers l Europe : Maurizio Scholtze, «PP», Anthony Seychell, Billy Joseffson, Jean Yves Le

6 Luduec et Jean Pierre Kerleroux, mais aussi tous les contrôleurs et autres acteurs pour leur accueil chaleureux. Côté français, je remercie également Thierry Delord, pour un entretien particulièrement captivant, Daniel Jousse, pour toutes nos discussions, ainsi qu Alain Printemps, et ses encouragements précieux lorsque j ai présenté ce travail dans des versions initiales. A l ENAC, Roland Lafon et Sophie N Guyen m ont demandé de présenter une partie de ce travail dans le cadre la formation continue des ingénieurs de la maintenance, et m ont permis de clarifier ainsi certains éléments avec un auditoire attentif et ouvert. Une pensée particulière pour Emmanuel Delbarre, que je remercie infiniment pour les heures qu il m a consacré dans le cadre de ce travail. Chef du bureau AIRPROX à l époque de l enquête, et représentant français au SISG, il est très présent dans cette thèse, à la hauteur de son enthousiasme et de sa haute idée de la sécurité aérienne. Parmi les «eurocontroliens», je remercie Tzetomir Blajev, chairman du SISG, de m avoir acceptée dans la «grande famille de la sécurité aérienne» en train de se construire. A Brétigny, je remercie tous ceux qui ont accueilli ce travail avec intérêt et sans parano sur les possibles «fuites journalistiques» : Martine Blaize, Max Bezzina, Gilles Gawinovski, Laurent Guichard et Sandrine Guibert. Jour après jour, j ai pu apprécier le personnel efficace et patient de la bibliothèque de la Maison des Sciences de l Homme. Et je dois un immense merci à Mila Ferreira de Carvalho qui veillait pendant ce temps sur mes enfants avec efficacité et tendresse, ainsi qu aux amis d Issy et à ma belle-famille, si présents pendant le «sprint final» de la rédaction. Jour après jour, j ai pu compter sur l appui sans faille et sur l aide de Laurent, que je remercie avec Amour.

7 Sommaire INTRODUCTION Introduction générale Plan de la thèse Partie I : Cadrage théorique Chapitre 1 : bref panorama de la transparence Introduction et plan Une notion «molle»? Une constellation sémantique Transparence et démocratie : un lien solide Systèmes politiques et transparence La critique de la transparence La rhétorique de la transparence Conclusion Chapitre 2 : l enjeu de la transparence dans les organisations à risque Introduction Le «secret structurel» d une organisation : l exemple de la NASA L'organisation générative de Westrum : une transparence idéale? Les Macro Systèmes Techniques : La limite de l auto transparence Perrow : l accident normal Les HRO : la transparence pour retrouver la confiance Conclusion : quels usages de la notion de transparence dans les organisations à risque? Conclusion générale... 94

8 Partie II : l enquête de terrain Chapitre 3 : introduction à l enquete de terrain et au domaine de la navigation aérienne Introduction Le contrôle de la navigation aérienne en quelques mots Le contexte politique et institutionnel Les enquêtes de terrain Chapitre 4 : LA COMPARAISON DE QUATRE CENTRES DE CONTROLE aérien EN EUROPE Les carnets : pourquoi? Les données et leur variabilité L Italie La Suède Malte La France Conclusion générale Chapitre 5 : des échanges européens : Le Safety improvement Sub Group Introduction ESARR 2 : la transparence sur les incidents Les premières réunions du «Safety Group» Les carnets ethnographiques du Safety Group Chapitre 6 : Synthèse et conclusion Happy end? «Discuter l indiscutable» Des incidents aux catégories La classification de la gravité des incidents En guise de récapitulation : qui comprend mes chiffres?

9 Partie III : Les organisations à risque entre transparence et confiance Chapitre 7 : Les indicateurs : au service de la transparence? Introduction Des indicateurs et de leur usage La critique des indicateurs Conclusion Chapitre 8 : Le rôle de la transparence dans la confiance Introduction Une relecture de la confiance à partir de la transparence Trust et confidence Quelle place pour le «cognitif»? Mériter la confiance : la trustworthiness Quel «bilan» pour la transparence dans la construction de la confiance? Conclusion générale Les partis pris de la thèse La technique au service de la transparence? Transparence et confiance Mesurer la sécurité? Bibliographie et références Bibliographie Autres références

10

11 P a g e 11 INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION

12 12 P a g e 1. INTRODUCTION GENERALE Novembre Il est jeune, il est beau, il va sans doute être élu Président des Etats Unis Le Monde du «Qui est, au fond, Barack Obama?», se demande un journaliste qui l'a accompagné pendant dix-huit mois de sa campagne. «La personne qu'il a l'air d'être», résume l'un de ses anciens étudiants. ( ) Barack Obama veut rétablir la crédibilité de la fonction. Mettre fin à ce qu'il appelle les «mensonges mous» : «l'esquive, la manipulation». Après les présidences de Bill Clinton et George Bush, l'amérique souffre d'une crise morale. C'est aussi à cette crise-là qu'il espère s'attaquer. Corinne Lesnes La transparence est un terme utilisé de façon pléthorique dans nos démocraties contemporaines : «plus de transparence» semble être un mot d ordre qui traverse de nombreux domaines : finances, santé publique, prises de décision dans le domaine politique. Dans les industries à risque, le terme est également largement convoqué, et peu questionné, tant il paraît aller de soi A l occasion de certaines crises qui ont généré la défiance des citoyens ordinaires, l injonction de transparence est fréquente, et elle est souvent évoquée comme une solution : désormais, davantage de transparence, promet-on, ou exige-t-on. Cette exigence peut se traduire en termes juridiques. Un exemple récent nous est fourni par la loi 1 sur la transparence nucléaire qui stipule l'obligation pour tout exploitant d une installation nucléaire d établir chaque année un rapport, exposant en particulier les incidents et les accidents en matière de sûreté et de radioprotection. Ce rapport est rendu public et il est transmis à la commission locale d information et au Haut Comité pour la transparence et l information sur la sécurité nucléaire. Mais cette loi, pour vertueuse qu elle paraisse en première instance, provoque déjà quelques effets pervers sur lesquels nous reviendrons : la sécurité ne se suffit pas de bonnes intentions. Le monde de l aéronautique n échappe pas à cette demande de transparence. Dans le domaine du contrôle de la navigation aérienne, cette demande s inscrit dans un contexte de profond changement organisationnel, qui organise et rend possible la surveillance, par une autorité séparée, du fournisseur de service. La séparation des «fournisseurs de service de contrôle de la navigation aérienne» et des «autorités de contrôle et de réglementation» est 1 Article 21 de la loi relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire (dite loi TSN) du 13 Juin 2006.

13 P a g e 13 désormais effective en Europe. Des règlements définissent ce qui est désormais rendu contrôlable et soumis à des audits. La sécurité, qui est, comme le rappelle Jean Claude Coulardot, 2 la raison d être d un service de contrôle de la navigation aérienne, devient aussi un objet à examiner et à contrôler. Dans ce contexte, la notion de transparence sera largement convoquée : le fonctionnement global des fournisseurs de service doit être surveillé, et dans une large mesure, rendu transparent aux autorités de surveillance, que celles-ci soient nationales ou Européenne. Eurocontrol, l organisation européenne pour la sécurité aérienne, a élaboré une série d Exigences de Sécurité Réglementaires (les ESARRs). Parmi celles-ci, l ESARR 2 établit l obligation, pour les fournisseurs de service de contrôle de la navigation aérienne, de notifier leurs incidents et d'évaluer leur gravité. Cette demande s insère dans le développement de pratiques dites de «retour d expérience» : il s agit d apprendre de ses propres incidents, mais aussi, grâce aux informations communiquées sur les incidents, d apprendre les uns des autres. Mais ce règlement présente également un autre enjeu : le suivi du nombre d incidents afin de permettre une évaluation de la sécurité. Le travail présenté ici s appuie sur une étude empirique et se veut une contribution à une approche sociologique de la transparence. Il s agit en quelque sorte de mettre à l épreuve cette «notion molle 3» (Lequesne), en examinant les significations qu elle peut prendre dans une situation concrète. Dans la situation particulière que nous avons explorée, les enjeux peuvent être problématisés en termes de transparence et on peut ainsi opérer un va-et-vient entre l univers de la notion (avec des notions qui lui sont associées, telles que : contrôle, pouvoir, défiance/confiance, etc.) et les questions qui se posent concrètement pour les acteurs des organisations à risque. En examinant comment des acteurs d un monde technique, en charge du contrôle de la navigation aérienne, convoquent le terme de transparence dans le domaine de la sécurité, en comparant les sens qui sont donnés à ce terme, en étudiant aussi le rôle des systèmes techniques dans cette «mise en transparence», nous tentons d apporter une petite pierre à l édifice d une sociologie des organisations et d une socio-anthropologie des «univers à risque». Il ne s agit donc pas de proposer ici une «sociologie de la transparence de la sécurité dans le domaine du contrôle aérien». L ambition est davantage d enrichir la notion générale de la transparence à partir d un terrain qui lui donne substance. Il s agira, notamment, de faire tenir ensemble deux questionnements : en quoi la demande et la mise en œuvre de la transparence dans les organisations à risque est l une des manifestations d un phénomène plus global que l on pourrait appeler «la demande de transparence dans nos sociétés actuelles» et en quoi la transparence dans les organisations à risque pose aussi une problématique singulière, avec des questions qui lui sont propres. 2 Bulletin sécurité. Circulation aérienne. Service du Contrôle du Trafic Aérien. DGAC. N Christian Lequesne. La transparence, vice ou vertu des démocraties, Actes du colloque organisé par le CEDORE (Nice) sur La transparence dans l'union européenne. Mythe ou principe juridique? (p. 11).

14 14 P a g e Une première partie permet d explorer l usage du terme de transparence, dont nous verrons qu il est essentiellement médiatique et politique, et qu il est rarement conceptualisé. En effet, la «transparence» est souvent réclamée de façon quasi incantatoire : dans ces cas, le contenu mais aussi les conséquences de cette transparence semblent aller de soi, elles font figure d évidence. Ces injonctions quelque peu melliflues s accordent bien à un certain flou. La transparence est alors à la fois valeur morale, et solution toute trouvée. L usage métaphorique est souvent pris à son propre piège : à force d aller de soi, la référence à la transparence est aussi faussement consensuelle car elle ne pose pas les enjeux et les difficultés qui sont pourtant constitutives de cette notion. Certes, une «critique» de la notion de transparence s est élaborée. Il s agit cependant, presque toujours, de dénoncer des modalités particulières de la transparence. D abord, la transparence comme s opposant à l intimité ou au secret personnel (par opposition au secret d état). Dans ce cas, on fustige une certaine forme d exposition de la vie privée encouragée par les média (jeux télévisés du type de la série LOFT, envahissement d une littérature dite d auto fiction ), ou encore l exposition grandissante de la vie privée des hommes politiques par exemple. Un second axe de la critique s intéresse à la transparence lorsqu elle ressort du développement du contrôle de l état sur les individus. Dans cette lecture, une large place est faite à l analyse des nouveaux outils développés sur la base de technologies de l information toujours plus puissantes. Il s agit le plus souvent d une littérature dénonciatrice, attachée à débusquer le spectre de Big Brother, mais également, dans une optique plus foucaldienne, d autres travaux sont dédiés à l analyse fine des mécanismes de pouvoir de l Etat sur les individus. Cependant, pour vivaces que soient ces réflexions critiques, elles sont cependant loin d épuiser les questions afférentes à une notion si fréquemment évoquée. Ainsi, il n existe pas à notre connaissance de travaux étudiant la portée et le sens de «la transparence» dans une situation concrète, dans laquelle se trouvent enchevêtrés des acteurs, des institutions, des objets techniques. C est pourquoi on se propose justement, dans ce travail, d opérationnaliser 4, de concrétiser cette notion. Il nous semble en effet, dans la lignée des travaux en socio anthropologie dans laquelle nous nous inscrivons, que c est à l épreuve d une situation réelle que le sens d un terme peut se clarifier, s enrichir, et peut être, poser de nouvelles questions qui n avaient pas pu être formulées dans les analyses purement discursives de la notion. Nous pensons que seul ce détour par une situation de terrain permet de clarifier la notion afin de participer en retour à une réflexion critique et théorique de la transparence. La critique classique de la transparence méconnaît en outre un autre aspect de cette notion, qui est pourtant central dans les usages politiques du terme. La demande de transparence est liée au devoir, pour l institution qui s y soumet, de rendre des comptes. Cette idée est très présente 4 Ce terme est emprunté à la psychologie expérimentale. Opérationnaliser une variable, dans un plan expérimental, c est élaborer un dispositif qui rende concret le concept que l on cherche à appréhender.

15 P a g e 15 dans l une des traductions possibles du terme de transparence, l accountability. Rendre compte est un processus central des démocraties occidentales. Dans les organisations à risque particulièrement, cette notion reste convocable et pertinente. La notion de «rendre compte» excéderait en quelque sorte le seul «contrôle» auquel il est souvent associé. Les critiques de la transparence qui réduisent la transparence à ce seul contrôle méconnaissent la dimension «éthico-civique 5» de la transparence. Dans ce cas, la transparence est un processus actif (du contrôlé vers le contrôleur) et non un processus passif. L hypothèse que nous proposons en effet, est que la transparence est la réponse partielle, et «hyper rationnalisante», ce qui en constitue une limite, donnée à une question symbolique : comment les acteurs des industries à risque peuvent-ils «répondre de», être «accountable» de leurs actes, et, parfois, des catastrophes qui surviennent. Notre étude de terrain appréhende les enjeux de la transparence à travers deux enquêtes. La première consiste en une comparaison de quatre centres de contrôle aérien en Europe quant à la visibilité donnée aux incidents, au sein et en dehors de l organisation. La seconde s est basée sur le suivi de réunions entre des acteurs d un groupe d échanges et d harmonisation de la sécurité aérienne au niveau Européen. Ces deux enquêtes permettent d explorer différentes facettes de la question de la transparence sur les risques dans le contrôle de la navigation aérienne. Aborder concrètement la notion de transparence passera également par l analyse d un système technique élaboré peu ou prou comme outil de la transparence. Cet outil, dont le nom signifie qu il est (un) système de surveillance de la sécurité de la gestion de la navigation aérienne» sera le plus souvent abrégé en ASMT, l anagramme sous lequel il est communément désigné sur la base de son nom Anglais (ATM Safety Monitoring Tool). L objectif affiché par l organisation qui l a développé était clairement d assurer plus de transparence sur les incidents survenant dans les centres de contrôle. Il s agissait de rendre visibles des incidents qui pouvaient rester cachés, ou non révélés. Il est clair que l analyse de cet outil ne pouvait avoir de pertinence que réinséré dans le contexte global dans lequel il apparaît : le développement d une autorité de surveillance et d une commission d examen des performances du contrôle de la navigation aérienne au niveau européen. L usage d indicateurs se développe dans de nombreux domaines : ils sont souvent conçus comme des façons d outiller la transparence réclamée sur des activités à contrôler. A partir de débats sur la conception d un indicateur de sécurité, un examen critique de la conception et de l usage des indicateurs sera proposé. Il s agit enfin de participer à l élucidation des rapports entre transparence et confiance. Le sens commun fait un lien entre ces deux notions. Instaurer ou restaurer la confiance semble bien souvent, être l une des visées plus ou moins explicites de la transparence. Ainsi, un des principaux théoriciens des «High Reliability organisations», 5 Sylvie Trosa et Bernard Perret, «Vers une nouvelle gouvernance publique? La nouvelle loi budgétaire, la culture administrative et les pratiques décisionnelles», Esprit, n 312, février 2005.

16 16 P a g e La Porte, propose la notion de légitimité soutenable : pour maintenir sa légitimité sur la durée, pour être «digne de confiance», une organisation hautement fiable 6 doit, notamment, instaurer une forme de transparence envers le public, les autorités qui la contrôlent, et les parties adverses le cas échéant. Le présent travail se situe dans une continuation critique des travaux de La Porte : quel rôle exact la transparence joue-t-elle dans la construction de la confiance? Quelles sont les limites d une théorie de la confiance qui se réfère aux aspects essentiellement cognitifs, rationnels, de la confiance? Explorer les différentes théorisations de la notion de confiance nous permettra de défendre une vision dans laquelle «le geste de confiance repose sur des opérations cognitives ( ) mais il n est pas lui-même de nature cognitive» 7» (Quéré). 6 Une organisation hautement fiable est une organisation fiable en dépit de ses activités potentiellement risquées, selon le courant des HRO, («High Reliability Organisations»), développé par l école de Berkeley aux Etats Unis. Une présentation complète de ce courant est proposée dans le chapitre 2 de la première partie. 7 Louis Quéré, La structure cognitive et normative de la confiance, in La confiance, Réseaux, Vol. 19, N 108, (p.135).

17 P a g e PLAN DE LA THESE Ce travail est présenté en trois grandes parties, plus la présente introduction générale et une conclusion générale. La première Partie constitue le cadrage théorique de ce travail. Un premier chapitre présente un «bref panorama de la transparence». Il s agit de montrer comment la notion est évoquée par différents points de vue (notamment : politique, juridique) en se restreignant cependant aux aspects les plus utiles pour la problématique étudiée. Un second chapitre explore plus précisément la façon dont la question de la transparence est abordée dans les industries à risque, à travers l analyse de travaux théoriques dans le domaine. La seconde Partie présente l enquête de terrain. Un premier chapitre (chapitre trois de la thèse) présente le contexte et donne quelques clefs sur le domaine de l étude empirique, indispensables pour la lecture des chapitres suivants. Le chapitre 4 propose une étude ethnographique comparative dans quatre centres de contrôle de trafic aérien en Europe. Le chapitre 5 relate une étude complémentaire concernant le suivi d un groupe d échanges sur la sécurité au niveau européen, (Le Safety Improvement Sub Group). Un dernier chapitre (chapitre 6) propose une synthèse des réflexions que l on peut tirer de cette enquête. La troisième partie ouvre, à partir des problématiques identifiées, une réflexion théorique sur deux questions centrales afférentes à la transparence dans les organisations à risque. Le chapitre 7 étudie les questions liées aux indicateurs. Le chapitre 8 aborde de façon centrale une question qui aura «gravité» tout au long de ce travail : le lien entre les notions de transparence et de confiance.

18 18 P a g e

19 P a g e 19 PARTIE I CADRAGE THEORIQUE

20 20 P a g e

21 P a g e 21 PARTIE I : CADRAGE THEORIQUE CHAPITRE 1 : BREF PANORAMA DE LA TRANSPARENCE

22 22 P a g e 1. INTRODUCTION ET PLAN La revue théorique qui est proposée dans cette première partie ne prétend pas proposer un tableau exhaustif des significations et des usages du terme de transparence. Il s agit encore moins d écrire une histoire du concept en repérant sur un temps long les termes qui lui sont apparentés : par exemple, pour évoquer les mécanismes de contre-pouvoir nécessaires au fonctionnement d une démocratie, Benjamin Constant utilise le terme de publicité. L objet de cette thèse, en effet, n est pas d élaborer une «théorie» générale du concept de transparence. Le tableau dressé dans cette première partie cherche bien plus modestement à replacer la transparence dans un contexte plus général. Il s attache à rappeler quelques unes des questions théorisées par les politologues, les sociologues, les juristes. Cette tentative de mise en perspective générale a pour seul objectif de mieux circonscrire l usage de ce terme dans les industries à risque, domaine dans lequel le terme est largement convoqué, et peu questionné. Il s agira en effet dans la seconde partie de cette thèse d examiner en quoi la notion de transparence, lorsqu elle est utilisée dans les industries à risque, s inscrit dans cet univers de sens multiples déjà identifiés, mais aussi en quoi elle va développer son originalité et ses questions propres. Explorer les usages de la notion de transparence permet d'en dégager les principales significations ; nous avons ainsi tenté de structurer les différents sens tels qu ils apparaissent dans les discours et les écrits.). Comme toute classification, celle-ci a son arbitraire et ses limites. Nous avons ainsi renoncé à opposer un usage profane du terme (dans la presse, par exemple) à un usage savant, académique : impossible de déceler des différences notables Au delà de la classification, ce qui frappe est plutôt l absence de définition explicite tant la «transparence» semble frappée du sceau de l évidence, d une forme de quasi naturalité. Ce chapitre entend donc participer à la déconstruction de la notion de transparence, tant il semble que l invocation pléthorique du terme et ses nombreuses connotations obscurcissent désormais la perception des enjeux qui sont, dans la plupart des cas, loin d être anodins dès lors que la transparence est invoquée.

23 P a g e UNE NOTION «MOLLE 8»? LA VOGUE DE LA TRANSPARENCE Commençons par le plus familier et le plus immédiat : la vogue de la notion de transparence, l emploi pléthorique du terme depuis presque deux décennies. Il est rare que plusieurs jours ne se passent sans qu un journal ne présente au moins un titre comportant le terme «transparence», ou qu un chroniqueur à la radio ne l évoque. Que survienne une «crise», un événement dramatique, et l occurrence du terme explose. Cette impression sans doute largement partagée par la plupart des lecteurs de journaux, des auditeurs, et des téléspectateurs, peut être corroborée par des travaux de recherche. Ainsi, Grossman, Lucques et Muniesa 9 ont analysé les occurrences du terme de transparence dans un corpus de littérature en sciences sociales. Ils notent une forte augmentation du thème dans les années 90, ce qui confirme leur intuition initiale, à savoir que l explosion de la notion de transparence est un phénomène «récent et substantiel». Ils détaillent la courbe d'usage du terme : une forte augmentation depuis le début des années 90, une apogée dans le milieu des années 90, puis une légère descente à un niveau plus bas, tout en restant plus haut que dans les années précédentes. La transparence ne se limite cependant pas aux discours, aux injonctions. Elle envahit le champ juridique, institutionnel, avec des «lois sur la transparence» et des références nombreuses dans des textes (Traité de Maastricht par exemple). Elle devient également une valeur en soi, un critère d évaluation majeur pour juger une politique publique, une nouvelle institution. Ce caractère polymorphe de la notion sera abordé comme une dimension constitutive de la transparence, la «vogue» du terme faisant en quelque sorte partie de la labilité de sa définition, que nous allons aborder maintenant. QUELLES DEFINITIONS? Le Robert propose en première définition : «la qualité de ce qui laisse paraître la réalité toute entière, de ce qui exprime la vérité sans l altérer». Il note ensuite la «transparence d un texte, dont le sens est littéral, non ambigu», et enfin : «le caractère de ce qui est visible par tous, public (en matière économique)». Cette définition permet d identifier quelques caractéristiques du mot, et une première ambiguïté : la transparence est à la fois «ce qui laisse 8 Christian Lequesne. «La transparence, vice ou vertu des démocraties», in Joël Rideau (dir.), La transparence dans l'union européenne, Mythe ou principe juridique?, Paris, Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence, Emiliano Grossman, Emilio Luque, Fabian Muniesa, Economies through transparency, Papiers de recherche du CSI, n 3, 2006.

24 24 P a g e voir à travers (autre chose)» et «ce qui est transparent (la chose elle-même)», c est-à-dire intelligible. Dans le domaine de l architecture, Rowe et Slutzki 10 distinguent la transparence littérale (on peut voir à travers l outil) et la transparence phénoménale (ou abstraite) qui réorganise la représentation afin que les traits de l acteur ou de l objet soient aisément transportés et traités. La transparence phénoménale est donc une transparence voulue, en quelque sorte «construite», par opposition à une transparence littérale qui «laisserait voir». Cette distinction recoupe partiellement, en l enrichissant, la distinction établie dans Le Robert. Nous reviendrons en temps utile sur les sens identifiés ici. Il est cependant, en premier lieu, déterminant de noter que ce mot n est presque jamais défini par ceux qui l utilisent. Cette «injonction de transparence» à tout va provoque, on le verra plus loin, une forme certaine d agacement et le développement d une critique qui s émeut d un usage idéologique de la transparence 11 (Libaert). Pour Lequesne, au contraire, elle est une de ces «notions molles 12» (comme subsidiarité ou évaluation par exemple), dont la polysémie permet à chaque citoyen d'y trouver des connotations positives ; cette plasticité permet justement une application au cas par cas, une marge de liberté dont nos démocraties sont friandes. Une autre caractéristique majeure pour la compréhension du terme de «transparence» est bien sûr sa richesse connotative. Ces connotations (de pureté, de moralité, de vertu, d immédiateté, d intelligibilité) sont toutes essentielles et seront abordées au fil de la réflexion proposée ici. Nous utiliserons parfois l expression «transparence dans son sens littéral» lorsque nous voudrons insister sur le sens plus simple de «mise en visibilité». L ANGLE DE LA TRADUCTION Etant donné que ce travail s inscrit dans une perspective comparatiste, avec une étude de terrain menée dans plusieurs pays d Europe, il est intéressant d examiner comment peut se traduire le terme de «transparence», et s il dépasse les frontières de l hexagone. La traduction offre de surcroît ceci de passionnant qu elle rend manifestes les connotations d un mot, soit que celui ci soit difficile à traduire dans une autre langue, soit qu il ne corresponde que partiellement à d autres mots lorsqu il est utilisé comme traduction d une notion venant d une langue étrangère. La notion de transparence est traduite en anglais par «transparency». Transparency.org est d ailleurs, on y reviendra, le nom d une organisation non gouvernementale toute entière 10 Cité dans : Emiliano Grossman, Emilio Luque, Fabian Muniesa, Economies through transparency, Papiers de recherche du CSI, n 3, Thierry Libaert. La transparence en trompe l œil. Ed. Charles Leopold Meyer Christian Lequesne. La transparence, vice ou vertu des démocraties, Actes du colloque organisé par le CEDORE (Nice) sur La transparence dans l'union européenne. Mythe ou principe juridique? (p. 11).

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008

Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008 Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008 Cette recherche offre une présentation de la culture et de

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

L AUTORITE. Un acte éducatif?

L AUTORITE. Un acte éducatif? L AUTORITE Un acte éducatif? Vos motivations pour ce sujet Pour vous, l autorité c est Introduction Des éclairages théoriques - Interrogeons le concept - Autorité et éducation Des réflexions - Punir :

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Deux regards sur la société des individus

Deux regards sur la société des individus Deux regards sur la société des individus Véronique GUIENNE Dans leurs derniers ouvrages, Robert Castel et François Dubet s interrogent sur la recherche en sociologie et son utilité sociale et politique.

Plus en détail

La Nature du coaching

La Nature du coaching ENJEUX ET FONCTIONS DE LA SUPERVISION EN COACHING 1. INTRODUCTION Le coaching connaît un développement croissant dans l entreprise. Ceci a notamment comme conséquence, une «arrivée» massive de nombreux

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold S o m m a i r e Introduction 1 1. Benjamin Graham 7 2. Philip Fisher 53 3. Warren Buffett et Charles Munger 81 4. John Templeton 133 5. George Soros 169 6. Peter Lynch 221 7. John Neff 255 8. Anthony Bolton

Plus en détail

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles UE.4 S6 Initiation à la démarche de recherche 6. Évaluation Le moment viendra où le jury mettra fin à l entretien. L épreuve étant terminée, acceptez cette limite même s il ne vous semble pas avoir fait

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

Mais que fait-on réellement, au niveau plus vaste du système sociotechnique (ou hommes-machines) en tentant de gérer ce risque? Le

Mais que fait-on réellement, au niveau plus vaste du système sociotechnique (ou hommes-machines) en tentant de gérer ce risque? Le INTRODUCTION Tenerife, Tchernobyl, Concorde, AZF Tout accident se révèle aujourd hui insupportable, quels qu en soient l échelle ou le nombre de victimes, à l image des accidents d anesthésie ou de transfusion.

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Gestion technique de l immobilier d entreprise

Gestion technique de l immobilier d entreprise Gestion technique de l immobilier d entreprise Pascal Hendrickx Jean Perret Groupe Eyrolles 2003 ISBN 2-212-11251-3 Introduction Le patrimoine bâti n est pas un produit éphémère et périssable. C est un

Plus en détail

Enterprise Transformation Manifesto

Enterprise Transformation Manifesto Enterprise Transformation Manifesto Règles d or pour améliorer les entreprises, dans le respect des valeurs et intérêts fondamentaux de la société Motivation du Manifeste En réponse à la complexité à laquelle

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Première partie, chapitre 1 (pages 12 à 14)

Première partie, chapitre 1 (pages 12 à 14) Première partie, chapitre 1 (pages 12 à 14) 5 10 15 20 25 30 Au-dehors, même à travers le carreau de la fenêtre fermée, le monde paraissait froid. Dans la rue, de petits remous de vent faisaient tourner

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

D epuis quelques décennies, la nécessité d une évolution permanente

D epuis quelques décennies, la nécessité d une évolution permanente Introduction CHANGER EST UNE PARTIE CONSTITUTIVE DE NOTRE VIE PROFESSIONNELLE D epuis quelques décennies, la nécessité d une évolution permanente a fait irruption dans la vie professionnelle de chacun.

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé liminaire du Premier ministre Charles Konan Banny Je me

Plus en détail

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le 1. Introduction Cette étude porte sur le sujet des hommes en mouvement 1 en Suisse. Son objectif général est de décrire et de comprendre l affirmation, à la fois identitaire et politique, de ce mouvement,

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Entretien avec Richard Silver

Entretien avec Richard Silver Entretien avec Richard Silver par Claude Larivière et Sarah Boucher-Guévremont 1. Richard Silver, vous combinez deux domaines de formation professionnelle, le droit et le travail social. Pour plusieurs

Plus en détail

Révision par l ombudsman de Radio-Canada d une plainte à propos de la diffusion des travaux de la Chambre des communes sur les ondes du RDI.

Révision par l ombudsman de Radio-Canada d une plainte à propos de la diffusion des travaux de la Chambre des communes sur les ondes du RDI. 1 Révision par l ombudsman de Radio-Canada d une plainte à propos de la diffusion des travaux de la Chambre des communes sur les ondes du RDI. LA PLAINTE Le plaignant, M. Robert Blanchard, de Lamèque au

Plus en détail

Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps.

Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps. Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps. Dans un premier temps, nous mettons davantage l accent sur les présupposés que peuvent contenir les questions des participants.

Plus en détail

Chapitre 1 C est quoi, une crise, au juste?

Chapitre 1 C est quoi, une crise, au juste? «Tout ce qui ne fut pas sera, et nul n en est à l abri.» LAO TSEU Chapitre 1 C est quoi, une crise, au juste? Définition d une crise Avant toute chose, essayons de définir ce qu est une crise en entreprise,

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE Département de management et technologie École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Chronique éditoriale DE L INTÉRÊT

Plus en détail

Monsieur le Président, Excellences, Monsieur le Directeur Général, Mesdames et Messieurs, Chers amis,

Monsieur le Président, Excellences, Monsieur le Directeur Général, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Allocution de S.A.S. le Prince Centenaire de l Institut Océanographique de Paris 21 juin 2011 Monsieur le Président, Excellences, Monsieur le Directeur Général, Mesdames et Messieurs, Chers amis, C est

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva.

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva. The master thesis The master thesis (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) Code: thesis-writing Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva thesis-writing Menu 1. Introduction: le mémoire est

Plus en détail

Entretien d évaluation : l Anact décrypte des pratiques de grandes entreprises!

Entretien d évaluation : l Anact décrypte des pratiques de grandes entreprises! Patrick Conjard, chargé de mission Anact 1 - septembre 2011 Initialement déployées pour les cadres dans les grandes entreprises, les pratiques d évaluation de la performance individuelle se sont étendues

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 3 : Surveillance et lutte contre la criminalité en ligne Thème de la journée de

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* NOTE DETAILLÉE Enquêtes sur l école maternelle Enquête Harris Interactive pour le SNUipp Enquête grand public réalisée en ligne entre le 03 et le 05 novembre 2015. Echantillon de 1 000 personnes, représentatif

Plus en détail

RAPPORT DE LA CONFÉRENCE DU 3 JUIN 2013

RAPPORT DE LA CONFÉRENCE DU 3 JUIN 2013 2013 Rédigé par : France Riel RAPPORT DE LA CONFÉRENCE DU 3 JUIN 2013 Conférencier : Me Jean-Pierre Ménard, Ad. E. Lieu : Hôtel DeVille, Salle Osisko Page 2 I l faut voir, pour le croire. Ceci est une

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

1) Qu est ce que le réalisme? Qu est ce que l idéalisme?

1) Qu est ce que le réalisme? Qu est ce que l idéalisme? Dix questions clé pour la gouvernance des fondations Une fondation dispose de deux atouts précieux parce qu ils sont rares : l indépendance et la capacité à agir dans la durée. La gouvernance d une fondation

Plus en détail

Intervention de Thierry BRAILLARD. Clôture du Forum sur l intégrité du sport. Université de la Sorbonne. Paris le 15 mai 2014

Intervention de Thierry BRAILLARD. Clôture du Forum sur l intégrité du sport. Université de la Sorbonne. Paris le 15 mai 2014 Intervention de Thierry BRAILLARD Clôture du Forum sur l intégrité du sport Université de la Sorbonne Paris le 15 mai 2014 Mesdames, Messieurs, Chers amis du sport, Depuis que j'ai été nommé secrétaire

Plus en détail

Panorama de la méthode en organisation

Panorama de la méthode en organisation Albert Moundosso Panorama de la méthode en organisation Les différents visionnaires, concepteurs et praticiens de l organisation du travail Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Partir un an à l étranger Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara, Isabelle

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière A N A L Y S E S 2 0 0 8-1 Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière Contexte Lorsque l on évoque les personnes handicapées et le vote, l on pense presque systématiquement à l accessibilité

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne. Aboubekeur ZINEDDINE

La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne. Aboubekeur ZINEDDINE Table Ronde : L'ACTIVITÉ DE PUBLICATION DU JEUNE CHERCHEUR La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne 13 décembre 2013 Bibliothèque de Paris MINES ParisTech Aboubekeur ZINEDDINE

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Guide de rédaction pour le travail de recherche. Dans le cadre du cours SCP-4010-2. Travail remis par Votre prénom et votre nom

Guide de rédaction pour le travail de recherche. Dans le cadre du cours SCP-4010-2. Travail remis par Votre prénom et votre nom Guide de rédaction pour le travail de recherche Dans le cadre du cours SCP-4010-2 Travail remis par Votre prénom et votre nom À Simon Martin (votre enseignant) Centre de formation des Maskoutains 6 juin

Plus en détail

Comment présenter le livret de compétences aux familles?

Comment présenter le livret de compétences aux familles? Séminaire Évaluation Comment présenter le livret de compétences aux familles? Introduction Dans la perspective d une acquisition effective des compétences attendues à la fin de l école maternelle relatives

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Un travail didactique de «re-lecture»

Un travail didactique de «re-lecture» Comment mesurer la démocratisation? Proposition de cadre interprétatif Sylvie OCTOBRE * S il est vrai que les résultats d enquêtes viennent parfois nourrir les assertions politiques de l information à

Plus en détail

Petit bréviaire des idées reçues en management

Petit bréviaire des idées reçues en management CriM Sous la direction d Anne Pezet et de Samuel Sponem Petit bréviaire des idées reçues en management Logo 3 Remerciements. Nous aimerions remercier ici tout particulièrement Alain Burlaud et Bernard

Plus en détail

Monsieur l Ambassadeur, chers amis,

Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Je suis très honorée par la haute distinction dont vous venez de me remettre les insignes. Et je vous remercie de vos paroles particulièrement chaleureuses. Je suis

Plus en détail

Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers

Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers Quelques mois après la mise en place de la réforme hospitalière de juillet 1991, une enquête permet d évaluer les réactions des professionnels

Plus en détail

Une recomposition de champ entre l éducation et le travail Discussion Pour une sociologie de l action publique en matière d éducation et de formation

Une recomposition de champ entre l éducation et le travail Discussion Pour une sociologie de l action publique en matière d éducation et de formation Dossier Une recomposition de champ entre l éducation et le travail Discussion Pour une sociologie de l action publique en matière d éducation et de formation ÉRIC VERDIER Laboratoire d économie et de sociologie

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013)

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) 1 CONCERTATION POUR LE PROJET DE RECONSTRUCTION DE LA LIGNE DE GRAND TRANSPORT D ELECTRICITE ENTRE ARRAS ET LILLE RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) RAPPEL Le débat public pour ce projet dont

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE 21/12/09

COMMUNIQUE DE PRESSE 21/12/09 COMMUNIQUE DE PRESSE 21/12/09 «JOURNEE DE LA PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES. A L ERE DU NUMERIQUE : QUEL DEVENIR POUR L INDIVIDU, SON IDENTITE, SA LIBERTE? CONSTATS, PERSPECTIVES ET REGARDS CROISES».

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

INTRODUCTION Amour, apprentissages, approches, abandons des débuts, violence du désir, corps- à- corps, emprises et dépenses, incertitudes et attentes, pratiques et codes, plaisirs ordinaires, jouissance

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le 24 mai 2012 LE TEXTE PRONONCÉ FAIT FOI. Pour renseignements :

Toronto (Ontario) Le 24 mai 2012 LE TEXTE PRONONCÉ FAIT FOI. Pour renseignements : Allocution prononcée par la surintendante Julie Dickson, du Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF), devant L Association des compagnies de fiducie du Canada à l occasion de sa séance

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau

Forum Panafricain de Haut niveau Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) EVALUATION DES REFORMES DES COURS ET INSTITUTIONS

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail