Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1 1

2 2

3 3

4 4

5 5

6 6

7 7

8 8

9 Procédures Une procédure est un bloc PL/SQL nommé qui peut accepter des paramètres (ou arguments). Les procédures sont utilisée généralement pour effectuer un certain nombre d actions. Une procédure est compilée et stockée comme objet dans un schéma de la base de données. Les procédures facilitent la réutilisabilité et la maintenance du code. Les paramètres permettre l échange d information dans l environnement d exécution de la procédure (ou sous programme). Les paramètres sont déclarés dans l entête du sous programme derrière son nom et avant la section de déclaration des variables locales. Les paramètres peuvent être passés selon trois modes: IN, OUT, ou IN OUT. Un paramètres IN passe la valeur d une constante depuis l environnement d exécution à la procédure. Un paramètre OUT passe une valeur depuis la procédure vers l environnement d exécution. Un paramètre IN OUT passe des valeurs dans les deux sens. 9

10 Procedure : Exemple Cette procédure réutilisable prend des paramètres d entrée et affecte le résultat dans des variables. Remarque : Si la procédure est supprimée pour être recréée, l ensemble des droits d exécution lui sont enlevés. Il est préférable d ajouter la clause OR REPLACE qui permet de conserver les droits lorsque l on est amené à faire des modifications. Il en est de même pour les fonctions et les packages. Les droits et les privilèges sur les objets sont également conservés. 10

11 Fonctions Une fonction est un bloc PL/SQL nommé qui peut prendre des paramètres en entrée et retourne une valeur en sortie. Les fonction sont généralement utilisée pour calculer des valeurs. Elles sont structurée comme les procédures. Une fonction doit toujours retourner une valeur vers l environnement d appel tandis qu une procédure peut retourner zéro ou plusieurs valeurs. Comme les procédures, une fonction a un entête, une section déclarative, d exécution et optionnellement un gestionnaire d exception. Une fonction doit obligatoirement comporter la clause RETURN dans sont entête et au moins un ordre RETURN dans la partie d exécution. Chaque handler d exception doit retourner une valeur. Cela permet d éviter l erreur ORA-06503: PL/SQL: Function returned without value. Les fonctions peuvent être soit stockées dans les schémas de la base de données comme stored function, soit être créées au niveau de l application cliente. Les fonctions contribuent à améliorer la réutilisabilité et la maintenance des applications. Une fonction peut également faire partie d une expression SQL ou PL/SQL. Dans le contexte PL/SQL, les fonctions se comportent comme des variables dont les valeurs dépendent des paramètres qui leur sont passés. 11

12 Functions : Exemple La fonction get_credit est créée avec un seul paramètre en entrée et retourne une valeur de type number comme le montre le premier cadre de la diapositive. La fonction get_credit suit les pratiques standard de programmation d assignement d une valeur à une variable locale et utilise un seul ordre RETURN afin de la retourner. Si la fonction comporte une section exception, celle-ci doit également contenir un ordre RETURN. Le deuxième cadre de la diapositive montre comment la fonction peut être appelée comme expression de la procédure DBMS_OUTPUT.PUT_LINE en tant qu argument avec la commande SQL*Plus EXECUTE. La procédure en question permet d afficher le résultat de la fonction dans la session SQL*Plus (dans la mesure où la commande SET SERVEROUTPUT ON a été exécutée). Remarque : L attribut %TYPE affecte le type de données qui est défini pour la colonne de la table correspondante. Vous pouvez utiliser l attribut %TYPE comme spécificateur lorsque vous déclarez des constantes, des variables, des champs et des paramètres. Une fonction doit toujours retourner une valeur. Dans l exemple ci-dessus, la fonction ne retourne rien s il n y a pas de ligne correspondant à l ID passé en paramètre. Idéalement, une section exception devrait être créée pour prendre en compte ce cas de figure. 12

13 Contextes d exécution des fonctions Les fonctions peuvent être appelée dans les contextes suivants : Dans une expression PL/SQL : Vous pouvez utiliser des variables hôte ou locales pour récupérer les valeurs retournées. En tant que paramètre d un autre sous programme : La fonction get_credit du troisième exemple est imbriquée comme paramètre de la procédure packagée DBMS_OUTPUT.PUT_LINE. Depuis un ordre SQL : Le dernier exemple montre l utilisation d une fonction mono ligne. Remarque : Les fonctions utilisées avec les ordres SQL sont sujettes à certaines restrictions. 13

14 Variables hôtes et SQL*Plus Vous pouvez créer des «bind variables» dans SQL*Plus. Elles pourront être utilisées comme vous le feriez avec une variable déclarée dans un programme PL/SQL, par exemple. Vous pouvez utiliser ces variables pour des choses telles que le stockage de codes de retour ou de débogage des sous-programmes PL/SQL. L exemple ci-dessus montre comment imprimer le résultat d exécution d une procédure stockée en utilisant des «binds variables». Remarque : variable, execute et print sont des commandes spécifiques de SQL*Plus et ne font pas partie du langage SQL. Voir le manuel «SQL*Plus user guide and reference» pour plus de détails. 14

15 Restrictions sur l appel des fonctions dans les expressions SQL (suite) Un ordre SELECT ou l exécution d instruction UPDATE ou DELETE ne peuvent modifier la base de données au sein d une expression SQL, sauf si ces modifications s effectuent dans le cadre d une autonomous transaction Un ordre INSERT... SELECT (mais pas INSERT... VALUES), UPDATE, ou DELETE, une fonction ne peut intéroger ou modifier la table qui est en cours de modification. Pour un ordre SELECT, INSERT, UPDATE, ou DELETE, une fonction ne peut exécuter directement ou indirectement par l intermédiaire de sous programmes des instructions de contrôle telles que : COMMIT ou ROLLBACK SET ROLE ALTER SYSTEM N importe quel ordre DDL (data definition language) tels que CREATE, parce qu ils effectuent un COMMIT automatiquement. Remarque : Les fonctions peuvent exécuter les ordres de contrôle de transaction dans le cadre des transaction autonomes. 15

16 Packages PL/SQL Les packages PL/SQL permettent de regrouper logiquement les objets relatifs à un même sujet fonctionnel. Ces objets : les types PL/SQL, les variables, les structures de données, les exceptions et les sous programmes peuvent être regroupés dans un même conteneur. Un package est habituellement composé de deux parties qui sont stockées séparément dans la base de données : La spécification Le coprs (optionnel) Le contenu d un package peut être partagé par plusieurs applications simultanément. Lorsqu un package est référencé pour la première fois, son contenu est chargé en mémoire, par conséquent, l accès au éléments qu il contient ne nécessite pas d entrées/ sortie disque supplémentaires. 16

17 Composants d un Package PL/SQL Un package PL/SQL est composé de deux parties : La spécification est l interface pour les applications. Les objets public y sont déclarés. Ce sont les types, variables, constantes, exceptions, curseurs et sous programmes qui sont accessibles de l extérieur au package. La spécification peut également contenir des pragmas qui sont des directives de compilation. Le corps du package défini ses propres sous programmes et contient leur implementation ainsi que celle des procédures et fonctions qui sont déclarés dans la specification. Le corps du package peut également contenir les constructions PL/SQL privées. Les composants Public sont déclarés dans la spécification. C est une API publique pour les applications qui utilisent les fonctionnalité du package. Les composants Privés qui sont placés dans le corps du package body et ne sont pas déclarés dans la spécification ne peuvent être référencés de l extérieur du package, seuls les composants du package y ont accès. A l inverse, les composants peuvent référencer les composants publics du package. 17

18 Creation de la Spécification du Package Toutes les constructions publiques doivent être déclarée dans la spécification. Indiquez l option OR REPLACE pour écraser une spécification existante. Les variables peuvent être initialisées avec des valeurs de constante ou des formules de déclaration, si nécessaire; autrement, les variables sont initialisées implicitement à NULL. Les définitions syntaxiques de l exemple ci-dessus sont les suivantes : Nom_package indique le nom du package qui doit être unique dans le schéma. Le nom du package est facultatif après le mot clé END à la fin du package. Types publics et declarations des variables sont les déclarations des objets publics : variables, constantes, curseurs, exceptions, types personnalisés et sous types. Specifications des sous programmes sont les déclarations des procédures ou des fonctions publiques. Remarque : La spécification doit contenir les signatures des procédure et fonction terminées par un point virgule. La signature est tout ce qui se trouve avant les mots clés IS AS. L implémentation d une procédure ou d une fonction déclarée dans la spécification est implanté dans le corps du package. 18

19 Création du corps du Package Le corps du package permet de définir et d implémenter tous les sous programmes publics et constructions privées. Pour créer le corps d un package exécuter les étapes suivantes : Spécifier l option OR REPLACE pour écraser et remplacer le corps de package existant. Définir les sous programmes dans l ordre approprié. Le principe de base est de déclarer les variables ou sous programmes avant de les référencer par un autre composant dans le même corps de package. Il est habituel de voir toutes les variables et sous programmes privés définis avant les sous programmes publics dans les corps de package. Le corps de package doit implémenter toutes les procédures ou fonctions déclarées dans la spécification du package. Les définitions syntaxiques de l exemple ci-dessus sont les suivantes : Nom_package spécifie le nom du package qui doit être identique à celui de la spécification. Le nom du package est facultatif après le mot clé END à la fin du package. Types privés et déclarations de variables sont les déclarations des objets privés : variables, constantes, curseurs, exceptions, types personnalisés et sous types. Corps de Sous programmes sont l implémentation complète des procédures ou fonctions privées ou publiques. [BEGIN ordres d initialization] est un bloc optionel d initialisation 19 du code qui s exécutes à la première sollicitation du package.

20 Dépendances Les objets sont interdépendants en PL/SQL. Par exemple, une procédure stockées peut contenir un ordre SELECT qui sollicite les colonnes d une table. Par conséquent, la procédure est un objet dépendant, tandis que la table est un objet référencé. Conséquences Si l on modifie la definition d un objet référencé, les objets dépendant peuvent ou ne peuvent pas continuer à fonctionner correctement. Par exemple, si la définition d une table change, une procédure qui lui est dépendante peut ne plus fonctionner sans erreur. Le noyau Oracle enregistre automatiquement les dépendances entre les objets. Pour gérer les dépendances, l ensemble des objets dans les schémas (base de données logique) ont un statut (valid ou invalid) qui est enregistré dans le dictionaire. Ce statut est consultable via la vue USER_OBJECTS. 20

21 Dépendances indirectes Une procédure ou une fonction peut directement ou indirectement (par l intermédiaire d une vue, procédure, fonction ou des sous programmes packagés) faire référence aux types d objets suivants : Tables Vues Séquences Procédures Fonctions Procédures ou fonctions packagés 21

22 Affichage des dépendances directes et indirectes Il est possible de visualiser les dépendance en consultant les vues DEPTREE et IDEPTREE. Ces vues sous fournies en supplément avec Oracle database. Exemple 1. Exécuter préalablement le script utldtree.sql afin de créer ces vues. Le script se trouve dans le répertoire $ORACLE_HOME/rdbms/admin. 2. Alimenter la table DEPTREE_TEMPTAB pour un objet référencé en exécutant la procédure DEPTREE_FILL. Cette procédure a 3 paramètres : object_type Type de l objet référencé object_owner Shéma dans lequel se trouve l objet object_name Nom de l objet référencé 22

23 23

24 Utiliser les Packages fournis avec le logiciel Les Packages sont fournis additionnellement avec Oracle Database afin de permettre : L accès en PL/SQL à certaines caractéristiques du langage SQL D étendre les fonctionnalité du logiciel Tous les packages fournis ne sont pas installés dans le dictionnaire de la base de données. Les scripts de création de ces packages se trouvent dans $ORACLE_HOME/ rdbms/admin. Les packages standards sont créés dans la base avec le script catproc.sql. La documentation de référence des packages fournis en standard avec le logiciel est le manuel : Oracle Database PL/SQL Packages and Types Reference. (http://otn.oracle.com) 24

25 Exemples de packages fournis par Oracle La liste des packages PL/SQL grossit au fûr et à mesure des versions de Oracle database. Pour plus d information, se reporter à Oracle Database PL/SQL Packages and Types Reference 11g Release 2 (11.2). DBMS_ALERT supporte la notification asynchrone d événements database. Les Messages ou alertes sont envoyés par commande COMMIT. DBMS_LOCK est utilisé pour demander, convertir et relâcher les verrous avec Oracle Lock Management services. DBMS_SESSION permet l utilisation par programmation de l utilisation de la commande SQL ALTER SESSION entre autres. DBMS_OUTPUT fournit des debogage et mise en buffer de données texte. HTP écrit des données HTML-tagged dans des buffers database. UTL_FILE permet la lecture et écriture de fichiers texte operating system. UTL_MAIL permet de composer et envoyer des messages par . DBMS_SCHEDULER permet de scheduler et automatiser l exécution de blocs PL/SQL, procédures stockées et procédures externes et exécutables. 25

26 Le package DBMS_OUTPUT DBMS_OUTPUT permet l envoi de messages depuis un bloc PL/SQL vers des buffers de la Database. Les procédures incluses dans ce package sont : PUT pour ajouter du texte sur la ligne en cours du buffer de sortie. NEW_LINE place un saut de ligne à la fin du buffer de sortie. PUT_LINE combine les actions précédentes PUT et NEW_LINE. GET_LINE récupère la ligne en cours dans le buffer et la met dans une variable GET_LINES récupère un tableau de lignes et les places dans un tableau de variables ENABLE/DISABLE active ou désactive les appels des procédures DBMS_OUTPUT. La taille du buffer peut être définie en utilisant : L option SIZE n derrière la commande SET SERVEROUTPUT ON, où n est compris entre 2000 (le défaut) et (1 million de caractères) Un entier compris entre 2000 et dans la procédure ENABLE Pratiques d utilisation Sortie des résultats à des fins de débogage. Tracer l exécution d une fonction ou d une procédure. Échanger des messages entre des sous programmes ou des triggers. Remarque : Il n existe pas de mùécanisme pour extraire la sortie pendant l exécution d une procédure. 26

27 Le package UTL_FILE Le package UTL_FILE permet l accès aux fichiers du système d exploitation depuis le serveur de base de données. L accès à des directories spécifiques en lecture écriture s effectue en ayant : Utilisé l ordre SQL CREATE DIRECTORY pour établir une association entre la base de données et un répertoire du système d exploitation. L alias base de données de directory doit être autorisé en lecture (READ) et écriture (WRITE) pour contrôler les types d accès aux fichiers du système. Par exemple: CREATE DIRECTORY mon_dir AS '/temp/ mon_dir'; GRANT READ, WRITE ON DIRECTORY mon_dir TO public; Il n est pas nécessaire de redémarrer la base après ces opérations Le répertoire du système d exploitation doit être accessible sur la même machine qui héberge la base de données et les permissions doivent être accordées à l utilisateur oracle du système pour lequel s exécutent les processus du serveur de base de données. La casse du chemin d accès OS peut être case-sensitive sur certain système (Unix/Linux en général). Remarque : Le package DBMS_LOB peut être utilisé pour lire des fichiers binaires du système. 27

28 Exceptions du package UTL_FILE The UTL_FILE package declares fifteen exceptions that indicate an error condition in the operating system file processing. You may have to handle one of these exceptions when using UTL_FILE subprograms. A subset of the exceptions are displayed in the slide. For additional information about the remaining exceptions, refer to the Oracle Database PL/SQL Packages and Types Reference 11g Release 1 guide. Note: These exceptions must always be prefixed with the package name. UTL_FILE procedures can also raise predefined PL/SQL exceptions such as NO_DATA_FOUND or VALUE_ERROR. The NO_DATA_FOUND exception is raised when reading past the end of a file by using UTL_FILE.GET_LINE or UTL_FILE.GET_LINES. 28

29 Les Fonctions FOPEN et IS_OPEN : Exemple The parameters include the following: p_location parameter: Specifies the name of a directory alias defined by a CREATE DIRECTORY statement, or an operating system specific path specified by using the utl_file_dir database parameter p_filename parameter: Specifies the name of the file, including the extension, without any path information open_mode string: Specifies how the file is to be opened. Values are: 'R' for reading text (use GET_LINE) 'W' for writing text (PUT, PUT_LINE, NEW_LINE, PUTF, FFLUSH) 'A' for appending text (PUT, PUT_LINE, NEW_LINE, PUTF, FFLUSH) The return value from FOPEN is a file handle whose type is UTL_FILE.FILE_TYPE. The handle must be used on subsequent calls to routines that operate on the opened file. The IS_OPEN function parameter is the file handle. The IS_OPEN function tests a file handle to see whether it identifies an opened file. It returns a Boolean value of TRUE if the file has been opened; otherwise it returns a value of FALSE indicating that the file has not been opened. The slide example shows how to combine the use of the two subprograms. For the full syntax, refer to the Oracle Database PL/SQL Packages and Types Reference 11g Release 1 (11.1) guide. 29

30 FOPEN and IS_OPEN Function Parameters: Example (continued) CREATE OR REPLACE PROCEDURE read_file(p_dir VARCHAR2, p_filename VARCHAR2) IS f_file UTL_FILE.FILE_TYPE; v_buffer VARCHAR2(200); v_lines PLS_INTEGER := 0; BEGIN DBMS_OUTPUT.PUT_LINE(' Start '); IF NOT UTL_FILE.IS_OPEN(f_file) THEN DBMS_OUTPUT.PUT_LINE(' Open '); f_file := UTL_FILE.FOPEN (p_dir, p_filename, 'R'); DBMS_OUTPUT.PUT_LINE(' Opened '); BEGIN LOOP UTL_FILE.GET_LINE(f_file, v_buffer); v_lines := v_lines + 1; DBMS_OUTPUT.PUT_LINE(TO_CHAR(v_lines, '099') ' ' buffer); END LOOP; EXCEPTION WHEN NO_DATA_FOUND THEN DBMS_OUTPUT.PUT_LINE(' ** End of File **'); END; -- ends Begin DBMS_OUTPUT.PUT_LINE(v_lines ' lines read from file'); UTL_FILE.FCLOSE(f_file); END IF; END read_file; / SHOW ERRORS EXECUTE read_file('utl_file', 'instructor.txt') 30

31 Exemple d utilisation UTL_FILE In the slide example, the sal_status procedure creates a report of employees for each department, along with their salaries. The data is written to a text file by using the UTL_FILE package. In the code example, the file variable is declared as UTL_FILE.FILE_TYPE, a package type that is a record with a field called ID of the BINARY_INTEGER data type. For example: TYPE file_type IS RECORD (id BINARY_INTEGER); The field of FILE_TYPE record is private to the UTL_FILE package and should never be referenced or changed. The sal_status procedure accepts two parameters: The p_dir parameter for the name of the directory in which to write the text file The p_filename parameter to specify the name of the file For example, to call the procedure, use the following: EXECUTE sal_status('utl_file', 'salreport.txt') Note: The directory location used (UTL_FILE) must be in uppercase characters if it is a directory alias created by a CREATE DIRECTORY statement. When reading a file in a loop, the loop should exit when it detects the NO_DATA_FOUND exception. The UTL_FILE output is sent synchronously. A DBMS_OUTPUT procedure does not produce an output until the procedure is completed. 31

32 Exemple d utilisation UTL_FILE The following is a sample of the salreport.txt output file:... 32

33 Using UTL_MAIL The UTL_MAIL package is a utility for managing that includes commonly used features such as attachments, CC, BCC, and return receipt. The UTL_MAIL package is not installed by default because of the SMTP_OUT_SERVER configuration requirement and the security exposure this involves. When installing UTL_MAIL, you should take steps to prevent the port defined by SMTP_OUT_SERVER being swamped by data transmissions. To install UTL_MAIL, log in as a DBA user in SQL*Plus and execute the You should define the SMTP_OUT_SERVER parameter in the init.ora file database initialization file: SMTP_OUT_SERVER=mystmpserver.mydomain.com The SMTP_OUT_SERVER parameter specifies the SMTP host and port to which UTL_MAIL delivers outbound . Multiple servers can be specified, separated by commas. If the first server in the list is unavailable, then UTL_MAIL tries the second server, and so on. If SMTP_OUT_SERVER is not defined, then this invokes a default setting derived from DB_DOMAIN, which is a database initialization parameter specifying the logical location of the database within the network structure. For example: db_domain=mydomain.com 33

34 Paramétrer et utiliser le package UTL_MAIL In Oracle Database 11g, the UTL_MAIL package is now an invoker s rights package and the invoking user will need the connect privilege granted in the access control list assigned to the remote network host to which he wants to connect. The Security Administrator performs this task. Notes For information about how a user with SYSDBA capabilities grants a user the required fine-grained privileges required for using this package, refer to the Managing Fine-Grained Access to External Network Services topic in the Oracle Database Security Guide 11g Release 1 (11.1) guide and the Oracle Database 11g Advanced PL/SQL instructor-led training course. Due to firewall restrictions, the UTL_MAIL examples in this lesson cannot be demonstrated; therefore, no labs were designed to use UTL_MAIL. 34

35 35

36 Installer et utiliser UTL_MAIL The slide shows how to configure the SMTP_OUT_SERVER parameter to the name of the SMTP host in your network, and how to install the UTL_MAIL package that is not installed by default. Changing the SMTP_OUT_SERVER parameter requires restarting the database instance. These tasks are performed by a user with SYSDBA capabilities. The last example in the slide shows the simplest way to send a text message by using the UTL_MAIL.SEND procedure with at least a subject and a message. The first two required parameters are the following : The sender address (in this case, The recipients address (for example, The value can be a comma-separated list of addresses. The UTL_MAIL.SEND procedure provides several other parameters, such as cc, bcc, and priority with default values, if not specified. In the example, the message parameter specifies the text for the , and the subject parameter contains the text for the subject line. To send an HTML message with HTML tags, add the mime_type parameter (for example, mime_type=>'text/html'). Note: For details about all the UTL_MAIL procedure parameters, refer to the Oracle Database PL/SQL Packages and Types Reference 11g Release 1 (11.1) guide. 36

37 Syntaxe de la procédure SEND This procedure packages an message into the appropriate format, locates SMTP information, and delivers the message to the SMTP server for forwarding to the recipients. It hides the SMTP API and exposes a one-line facility for ease of use. The SEND Procedure Parameters sender: The address of the sender. recipients: The addresses of the recipient(s), separated by commas. cc: The addresses of the CC recipient(s), separated by commas. The default is NULL. bcc: The addresses of the BCC recipient(s), separated by commas. The default is NULL. subject: A string to be included as subject string. The default is NULL. message: A text message body. mime_type: The mime type of the message, default is 'text/ plain; charset=us-ascii'. priority: The message priority. The default is NULL. 37

38 Les paramètres de la procédure SEND_ATTACH_RAW sender: The address of the sender. recipients: The addresses of the recipient(s), separated by commas. cc: The addresses of the CC recipient(s), separated by commas. The default is NULL. bcc: The addresses of the BCC recipient(s), separated by commas. The default is NULL. subject: A string to be included as subject string. The default is NULL. message: A text message body. mime_type: The mime type of the message, default is 'text/ plain; charset=us-ascii'. priority: The message priority. The default is NULL. attachment: A RAW attachment. att_inline: Specifies whether the attachment is viewable inline with the message body. The default is TRUE. att_mime_type: The mime type of the attachment, default is 'application/octet'. att_filename: The string specifying a file name containing the attachment. The default is NULL. 38

39 Envoyer un avec un attachement binaire : Exemple The slide shows a procedure calling the UTL_MAIL.SEND_ATTACH_RAW procedure to send a textual or an HTML message with a binary attachment. In addition to the sender, recipients, message, subject, and mime_type parameters that provide values for the main part of the message, the SEND_ATTACH_RAW procedure has the following highlighted parameters: The attachment parameter (required) accepts a RAW data type, with a maximum size of 32,767 binary characters. The att_inline parameter (optional) is Boolean (default TRUE) to indicate that the attachment is viewable with the message body. The att_mime_type parameter (optional) specifies the format of the attachment. If not provided, it is set to application/ octet. The att_filename parameter (optional) assigns any file name to the attachment. It is NULL by default, in which case, the name is assigned a default name. The get_image function in the example uses a BFILE to read the image data. Using a BFILE requires creating a logical directory name in the database by using the CREATE DIRECTORY statement. The code for get_image is shown on the following page. 39

40 Sending with a Binary Attachment: Example (continued) The get_image function uses the DBMS_LOB package to read a binary file from the operating system: CREATE OR REPLACE FUNCTION get_image( filename VARCHAR2, dir VARCHAR2 := 'TEMP') RETURN RAW IS image RAW(32767); file BFILE := BFILENAME(dir, filename); BEGIN DBMS_LOB.FILEOPEN(file, DBMS_LOB.FILE_READONLY); image := DBMS_LOB.SUBSTR(file); DBMS_LOB.CLOSE(file); RETURN image; END; / To create the directory called TEMP, execute the following statement in SQL Developer or SQL*Plus: CREATE DIRECTORY temp AS 'd:\temp'; Note You need the CREATE ANY DIRECTORY system privilege to execute this statement. Due to firewall restrictions at the Oracle Education Center, the examples on this page and the previous page are not available for demonstration. 40

41 The SEND_ATTACH_VARCHAR2 Procedure Parameters sender: The address of the sender. recipients: The addresses of the recipient(s), separated by commas. cc: The addresses of the CC recipient(s), separated by commas. The default is NULL. bcc: The addresses of the BCC recipient(s), separated by commas. The default is NULL. subject: A string to be included as subject string. The default is NULL. Message: A text message body. mime_type: The mime type of the message, default is 'text/ plain; charset=us-ascii'. priority: The message priority. The default is NULL. attachment: A text attachment. att_inline: Specifies whether the attachment is inline. The default is TRUE. att_mime_type: The mime type of the attachment, default is 'text/plain; charset=us-ascii'. att_filename: The string specifying a file name containing the attachment. The default is NULL. 41

42 Envoyer un avec un attachement texte : exemple La procédure UTL_MAIL.SEND_ATTACH_VARCHAR2 envoie un message texte ou un message HTML avec un attachement texte. En plus des paramètres pour l expéditeur, les destinataires, le message,l objet et mime type qui fournissent des valeurs pour la partie principale du message, la procédure SEND_ATTACH_VARCHAR2 a les paramètres (apparaissant encadrés) : Le paramètre attachment (obligatoire) de type VARCHAR2 avec une taille maximum de 32go. Le paramètre att_inline (optionnel) de type Boolean (par défaut TRUE) pour indiquer que l attachement est visualisable avec le message body. Le paramètre att_mime_type (optionnel) spécifie le format de l attachement. S il est non fourni, il est par défaut à application/octet. Le paramètre att_filename (optionnel) assigne un nom de fichier à l attachement. Il est NULL par défaut, dans ce cas, un nom par défaut. La fonction get_file dans l exemple utilise un BFILE pour lire un fichier texte sur les répertoires système pour la valeur de l attachement, initialisé par une variable VARCHAR2. Le code for get_file est montré sur la page suivante. 42

43 Envoyer un avec un attachement texte : exemple (suite) La fonction get_file utilise le package DBMS_LOB pour lire un fichier binaire depuis l operating system, et utilise le package UTL_RAW pour convertire les données binaires RAW en données texte sous la forme de type VARCHAR2 : CREATE OR REPLACE FUNCTION get_file( filename VARCHAR2, dir VARCHAR2 := 'TEMP') RETURN VARCHAR2 IS contents VARCHAR2(32767); file BFILE := BFILENAME(dir, filename); BEGIN DBMS_LOB.FILEOPEN(file, DBMS_LOB.FILE_READONLY); contents := UTL_RAW.CAST_TO_VARCHAR2( DBMS_LOB.SUBSTR(file)); DBMS_LOB.CLOSE(file); RETURN contents; END; / Note: Vous pouvez aussi lire le contenu d un fichier texte dans une variable VARCHAR2 en utilisant le package UTL_FILE. L exemple précédent nécessite que le directory TEMP soit créé en tant qu objet avec la syntaxe suivante sous SQL*Plus : CREATE DIRECTORY temp AS 'd:\temp'; Note Le privilège système CREATE ANY DIRECTORY est nécessaire pour exécuter cet ordre. 43

Développer en PL/SQL. Sommaire du cours

Développer en PL/SQL. Sommaire du cours Sommaire du cours Module 1 Introduction et Rappels Module 2 Eléments de langage PL/SQL Module 3 Accès à la Base de données Module 4 Traitements stockés Module 5 Gestion des exceptions Module 6 - Compléments

Plus en détail

PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers

PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers Département d informatique Collège Lionel Groulx. Préparé par Saliha Yacoub Table des matières. Introduction...

Plus en détail

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL

PL/SQL. Pourquoi PL/SQL? Introduction. Principales caractéristiques de PL/SQL. Utilisation de PL/SQL PL/SQL Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures stockées simples Elle laisse de côté de nombreuses fonctionnalités du langage Université

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL

PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL Il permet : - l'utilisation d'un sous-ensemble du langage SQL, - la mise en œuvre de structures procédurales, - la gestion des erreurs. L'une des plus importantes

Plus en détail

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL Cours PL/SQL Langage propre à Oracle basé sur ADA Offre une extension procédurale à SQL PL/SQL permet d utiliser un sous-ensemble du langage SQL des variables, des boucles, des alternatives, des gestions

Plus en détail

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités suivants: EMP(EmpNo, Enom, Job, DirNo, Sal, Prime) DEPT(DeptNo, Dnom, Adr) Où EmpNo est la clé primaire de EMP et DeptNo

Plus en détail

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ 1 Triggers: Motivation Les vérifications de contraintes (attribut ou n-uplet)

Plus en détail

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale

BD50. TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer. Gestion Commerciale Département Génie Informatique BD50 TP5 : Développement PL/SQL Avec Oracle SQL Developer Gestion Commerciale Françoise HOUBERDON & Christian FISCHER Copyright Avril 2007 Présentation de la gestion commerciale

Plus en détail

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS 1. Introduction Nous allons aborder la notion de surcouche procédurale au sein des SGBDS relationnels tels que Oracle (PLSQL)

Plus en détail

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Cours PL/SQL E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Programmation au sein du SGBD Pourquoi? Les contraintes prédéfinies ne sont pas toujours suffisantes. Exemple : tout nouveau prix pour un CD doit avoir

Plus en détail

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio

Bases de données Programmation PL/SQL. LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Bases de données Programmation PL/SQL LP TOSPI, IUT Montluçon, Université Blaise Pascal 2010-2011 Laurent d Orazio Plan I. Vue d ensemble et principes de fonctionnement II. Eléments de programmation III.

Plus en détail

Conception de bases de données relationnelles

Conception de bases de données relationnelles Conception de bases de données relationnelles Langage PL/(pg)SQL Marie Szafranski 2015-2016 ensiie 1 2015-2016 ensiie 1 Aperçu de PL/(pg)SQL Aperçu de PL/(pg)SQL PL/SQL : Procedural Language for SQL (Oracle)

Plus en détail

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle 1) Introduction 2) Événements déclenchant 3) Mécanisme général 4) Privilèges systèmes 5) Syntaxe 6) Nom du déclencheur 7) Option BEFORE ou AFTER 8) Déclencheur LMD 9) Déclencheur LDD 10) Déclencheur d'instance

Plus en détail

Université M Hamed Bougara Boumerdès, Faculté des Sciences, Département Informatique SQL PROCEDURAL

Université M Hamed Bougara Boumerdès, Faculté des Sciences, Département Informatique SQL PROCEDURAL Université M Hamed Bougara Boumerdès, Faculté des Sciences, Département Informatique Cours (Master 1) : Bases de Données Avancées, (Responsable : A. AIT BOUZIAD) SQL PROCEDURAL Dans les différentes parties

Plus en détail

PL/SQL. Présenté par Abdoul Aziz Ciss Dept GIT EPT Email: aaciss@ept.sn. 1 PL/SQL --AA Ciss

PL/SQL. Présenté par Abdoul Aziz Ciss Dept GIT EPT Email: aaciss@ept.sn. 1 PL/SQL --AA Ciss PL/SQL Présenté par Abdoul Aziz Ciss Dept GIT EPT Email: aaciss@ept.sn 1 Contenu Introduction au PL/SQL Variables PL/SQL Créer des sections exécutables Interactions avec le serveur Oracle Structures de

Plus en détail

CC30 Certificat de compétence Conception, développement et animation de sites Web

CC30 Certificat de compétence Conception, développement et animation de sites Web CC30 Certificat de compétence Conception, développement et animation de sites Web UE RSX053 Introduction aux bases de données Séance 9 1 Table des matières 1. PLSQL...3 1.1. Présentation...3 1.2. L utilité

Plus en détail

Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00

Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00 Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00 HFFv2 1. OBJET L accroissement de la taille de code sur la version 2.0.00 a nécessité une évolution du mapping de la flash. La conséquence de ce

Plus en détail

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes. Les Triggers SQL Didier DONSEZ Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.fr 1 Sommaire Motivations Trigger Ordre Trigger Ligne Condition Trigger

Plus en détail

Oracle : Langage PL/SQL

Oracle : Langage PL/SQL 1 Introduction à PL/SQL Oracle : Langage PL/SQL PL/SQL est un langage de programmation procédural et structuré. 1.1 Langage de programmation Il contient un ensemble d'instructions permettant de mettre

Plus en détail

Mostafa Hanoune. Traitement des Exceptions

Mostafa Hanoune. Traitement des Exceptions Mostafa Hanoune 8 Traitement des Exceptions Objectifs A la fin de ce chapitre, vous saurez : Définir des exceptions PL/SQL Reconnaître les exceptions non gérées Lister et utiliser les différents types

Plus en détail

1/44. I Programming Language with SQL. I Langage de programmation procédural ADA like. I Langage propriétaire mais qui a inspiré la norme SQL3

1/44. I Programming Language with SQL. I Langage de programmation procédural ADA like. I Langage propriétaire mais qui a inspiré la norme SQL3 Généralités 1/44 2/44 Anne-Cécile Caron Présentation Programming Language with SQL Langage de programmation procédural ADA like Langage propriétaire mais qui a inspiré la norme SQL3 Adapté à la manipulation

Plus en détail

On peut considérer les vues comme des «tables virtuelles» : leur contenu est constitué seulement au moment de la demande d exécution de cette vue.

On peut considérer les vues comme des «tables virtuelles» : leur contenu est constitué seulement au moment de la demande d exécution de cette vue. SQL Ch 9 DDL Vues, PL/SQL, procédures,... I. INTRODUCTION... 1 II. LES VUES (ANGLAIS «VIEWS»)... 1 A. CREER UNE VUE : CREATE VIEW... 1 B. SUPPRIMER UNE VUE DROP VIEW... 3 III. LANGAGE PL/SQL, PROCEDURES

Plus en détail

Bases de données avancées

Bases de données avancées Bases de données avancées Jean-Yves Antoine LI - Université François Rabelais de Tours Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr UFR Sciences et Techniques IUP SIR Blois Master 1 Bases de Données avancées IUP Blois,

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Durée: 3 Jours Description Ce cours offre aux étudiants une introduction à la technologie de

Plus en détail

AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr)

AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr) AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr) Doc.No. : EUM/OPS/TEN/13/706466 Issue : v2 Date : 23 July 2013 WBS : EUMETSAT Eumetsat-Allee 1, D-64295 Darmstadt, Germany Tel: +49 6151 807-7 Fax:

Plus en détail

Testez vos connaissances avec Oracle Forms 11g Niveau débutant Réponses aux questions

Testez vos connaissances avec Oracle Forms 11g Niveau débutant Réponses aux questions Testez vos connaissances avec Oracle Forms 11g Niveau débutant Réponses aux questions Document préparé par Abderrahmane Abed Octobre 2013 Version 1.0 Courriel : aabed@oraweb.ca Site web: www.oraweb.ca

Plus en détail

Les procédures stockées et les fonctions utilisateur

Les procédures stockées et les fonctions utilisateur Les procédures stockées et les fonctions utilisateur Z Grégory CASANOVA 2 Les procédures stockées et les fonctions utilisateur [08/07/09] Sommaire 1 Introduction... 3 2 Pré-requis... 4 3 Les procédures

Plus en détail

TD BD dynamique. DECLARE déclaration des variables, constantes, exceptions et curseurs locaux au bloc

TD BD dynamique. DECLARE déclaration des variables, constantes, exceptions et curseurs locaux au bloc TD BD dynamique Un déclencheur est utilisé pour complémenter les contraintes d'intégrité de la base. Une partie des contraintes ne peut souvent pas être définie avec les fonctionnalités décrites jusqu'ici.

Plus en détail

Programmer avec PL/SQL

Programmer avec PL/SQL Programmer avec PL/SQL École Supérieure de la Statistique et de l Analyse de l Information (ESSAI) Avertissement : cette partie du cours n est qu un survol du langage PL/SQL, utile pour écrire des procédures

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 4 : PL/SQL : ou comment faire plus avec ORACLE 2ème partie Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Exceptions Rappels bloc PL/SQL Definition

Plus en détail

et Active Directory Ajout, modification et suppression de comptes, extraction d adresses pour les listes de diffusion

et Active Directory Ajout, modification et suppression de comptes, extraction d adresses pour les listes de diffusion et Active Directory Ajout, modification et suppression de comptes, extraction d adresses pour les listes de diffusion Copyright 2009 Alt-N Technologies. 3 allée de la Crabette Sommaire Résumé... 3 MDaemon

Plus en détail

07/02/2011 (SQL/PSM) MySQL SQL/PSM. Application. Bloc SQL/PSM SQL SQL SQL SQL SQL IF... THEN SQL ELSE SQL END IF ; SQL

07/02/2011 (SQL/PSM) MySQL SQL/PSM. Application. Bloc SQL/PSM SQL SQL SQL SQL SQL IF... THEN SQL ELSE SQL END IF ; SQL (SQL/PSM) 1 Extension de SQL ( PSM ) Langage de programmation procédural Clauses SQL intégrées dans le code procédural SQL/PSM est donc un langage de programmation, propre à mysql : Intégre directement

Plus en détail

Remote Control Library Librairie Remote Control

Remote Control Library Librairie Remote Control Remote Control Library Librairie Remote Control Installation File, Fichier : REMOTEVPU.EXE After installation Après installation In the toolbox : Dans la boite à outils : Files Added, Files Ajoutés : C:\API32\Modules\

Plus en détail

PL/SQL 2014-2015. Bases de données 2

PL/SQL 2014-2015. Bases de données 2 Cours 10 : PL/SQL Procedural Language/SQL Blocs, variables, instructions, structures de contrôle, curseurs, gestion des erreurs, procédures/fonctions stockées, packages, triggers PL/SQL Chapitre 3 de la

Plus en détail

2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET. Quatrième partie. Focus sur Oracle

2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET. Quatrième partie. Focus sur Oracle 2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET Quatrième partie Focus sur Oracle 165 2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET Chapitre 12 Programmation PL/SQL 2008-2009 -JACQUES THOORENS

Plus en détail

2013-2014 N.EL FADDOULI 39 2013-2014 N.EL FADDOULI 40. Page 2

2013-2014 N.EL FADDOULI 39 2013-2014 N.EL FADDOULI 40. Page 2 Introduction Bloc PL/SQL Déclaration des variable Structure de contrôle Curseurs Les exceptions PL /SQL Les fonctions et procédures Les packages Les triggers 1 Les exceptions Définition Exceptions prédéfinies

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

Installing the SNMP Agent (continued) 2. Click Next to continue with the installation.

Installing the SNMP Agent (continued) 2. Click Next to continue with the installation. DGE-530T 32-bit Gigabit Network Adapter SNMP Agent Manual Use this guide to install and use the SNMP Agent on a PC equipped with the DGE-530T adapter. Installing the SNMP Agent Follow these steps to install

Plus en détail

3. Initialiser m2 et m3 à l aide de ce constructeur, puis afficher le contenu de la table Meuble à l aide d une requête SQL.

3. Initialiser m2 et m3 à l aide de ce constructeur, puis afficher le contenu de la table Meuble à l aide d une requête SQL. Base de données Département Informatique et Statistique, Faculté de SEG, Université Lumière Lyon 2 M2 Informatique spécialité IDS-IIDEE Année 2011-2012 Bases de données objets TD n 4 J. Darmont (http:eric.univ-lyon2.fr~jdarmont),

Plus en détail

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Loïc Paulevé, Nassim Hadj-Rabia (2009), Pierre Levasseur (2008) Licence professionnelle SIL de Nantes, 2009, version 1 Ces notes ont été élaborées

Plus en détail

PC industriels et disques associés

PC industriels et disques associés Technical Service Bulletin PRODUIT DATE CREATION DATE MODIFICATION FICHIER PC INDUSTRIEL 23/03/2010 201005 REV A PC industriels et disques associés English version follows. SF01 (du 4 au 8 janvier 2010)

Plus en détail

EOIS Service Provider Connect Service Provider User Guide. Chapter 4: Service Provider Management

EOIS Service Provider Connect Service Provider User Guide. Chapter 4: Service Provider Management EOIS Service Provider Connect Service Provider User Guide Chapter 4: Service Provider Management Version: 1.0 October, 2015 Document Versions Version # Date Description V 1.0 September 2015 First version

Plus en détail

Multitenant : Créer et Configurer une. Pluggable Database (PDB) avec Oracle Database 12c Release 1 (12.1)

Multitenant : Créer et Configurer une. Pluggable Database (PDB) avec Oracle Database 12c Release 1 (12.1) Multitenant : Créer et Configurer une Pluggable Database (PDB) avec Oracle Database 12c Release 1 (12.1) L'option multitenant introduite avec Oracle Database 12c permet à un seul conteneur database (CDB)

Plus en détail

AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr)

AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr) AMESD-Puma2010-EFTS- Configuration-update-TEN (en-fr) Doc.No. : EUM/OPS/TEN/13/706466 Issue : v3 Date : 7 May 2014 WBS : EUMETSAT Eumetsat-Allee 1, D-64295 Darmstadt, Germany Tel: +49 6151 807-7 Fax: +49

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration bases de données ////////////////////// Administration bases de données / INTRODUCTION Système d informations Un système d'information (SI) est un ensemble organisé de ressources (matériels, logiciels, personnel, données

Plus en détail

Bases de données avancées Triggers

Bases de données avancées Triggers Bases de données avancées Triggers Wies law Zielonka 12 décembre 2009 Résumé Ces notes ne sont pas corrigées, mais peut-être vous les trouverez quand même utiles pour préparer l examen ou projet. Ne pas

Plus en détail

Procédures Stockées WAVESOFT... 12 ws_sp_getidtable... 12. Exemple :... 12. ws_sp_getnextsouche... 12. Exemple :... 12

Procédures Stockées WAVESOFT... 12 ws_sp_getidtable... 12. Exemple :... 12. ws_sp_getnextsouche... 12. Exemple :... 12 Table des matières Les Triggers... 2 Syntaxe... 2 Explications... 2 Les évènements déclencheurs des triggers... 3 Les modes de comportements des triggers... 4 Les pseudo tables... 5 Exemple... 6 Les procédures

Plus en détail

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Déclencheurs Bases de Données TRIGGER C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Généralités Un déclencheur est un traitement (sous forme de bloc PL/SQL) qui s exécute automatiquement

Plus en détail

Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple

Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple Apprendre le langage SQL le DDL - 1 / 30 - Apprendre le langage SQL par l exemple Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire l objet d une exploitation

Plus en détail

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction:

Plus en détail

Smile Mobile Dashboard

Smile Mobile Dashboard Smile Mobile Dashboard 1. Magento Extension The iphone and Android applications require access to data from your Magento store. This data is provided through an extension, available on Magento Connect

Plus en détail

Configurer la supervision pour une base MS SQL Server Viadéis Services

Configurer la supervision pour une base MS SQL Server Viadéis Services Configurer la supervision pour une base MS SQL Server Référence : 11588 Version N : 2.2 : Créé par : Téléphone : 0811 656 002 Sommaire 1. Création utilisateur MS SQL Server... 3 2. Configuration de l accès

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

Quick Start Guide This guide is intended to get you started with Rational ClearCase or Rational ClearCase MultiSite.

Quick Start Guide This guide is intended to get you started with Rational ClearCase or Rational ClearCase MultiSite. Rational ClearCase or ClearCase MultiSite Version 7.0.1 Quick Start Guide This guide is intended to get you started with Rational ClearCase or Rational ClearCase MultiSite. Product Overview IBM Rational

Plus en détail

WEB page builder and server for SCADA applications usable from a WEB navigator

WEB page builder and server for SCADA applications usable from a WEB navigator Générateur de pages WEB et serveur pour supervision accessible à partir d un navigateur WEB WEB page builder and server for SCADA applications usable from a WEB navigator opyright 2007 IRAI Manual Manuel

Plus en détail

(Programme de formation pour les parents ~ Training program for parents)

(Programme de formation pour les parents ~ Training program for parents) PODUM-INFO-ACTION (PIA) La «carte routière» pour les parents, sur l éducation en langue française en Ontario A «road map» for parents, on French-language education in Ontario (Programme de formation pour

Plus en détail

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données Commandes de définition de données (DDL) Commandes de mise-à-jour de données (DML) Vues SQL-MAJ, vues-1 / 33 Exemple Définition de la relation

Plus en détail

REAL APPLICATION CLUSTERS

REAL APPLICATION CLUSTERS Oracle upg adm 9i Claude DA COSTA Chap 11 Scalable Real Appli Clusters Page 1/10 REAL APPLICATION CLUSTERS Cash Fusion Shared server_side initialization parameter Oracle upg adm 9i Claude DA COSTA Chap

Plus en détail

Feuille de TD 2 de BDA, M1 2008 2009 11-03-2011. SGBDRO avec Oracle. 1 Première version simpliste

Feuille de TD 2 de BDA, M1 2008 2009 11-03-2011. SGBDRO avec Oracle. 1 Première version simpliste Feuille de TD 2 de BDA, M1 2008 2009 11-03-2011 Les fichiers en format pdf des projections du cours sont disponibles sur la page : http://www.ibisc.univevry.fr/~serena mais ne pas les imprimer au bât.

Plus en détail

Présentation du PL/SQL

Présentation du PL/SQL I Présentation du PL/ Copyright Oracle Corporation, 1998. All rights reserved. Objectifs du Cours A la fin de ce chapitre, vous saurez : Décrire l intéret du PL/ Décrire l utilisation du PL/ pour le développeur

Plus en détail

Installation et compilation de gnurbs sous Windows

Installation et compilation de gnurbs sous Windows Installation et compilation de gnurbs sous Windows Installation de l environnement de développement Code::Blocks (Environnement de développement) 1. Télécharger l installateur de Code::Blocks (version

Plus en détail

Auto-évaluation DB2 for z/os: cours de base

Auto-évaluation DB2 for z/os: cours de base Auto-évaluation DB2 for z/os: cours de base Document: f1067test.fm 22/01/2013 ABIS Training & Consulting P.O. Box 220 B-3000 Leuven Belgium TRAINING & CONSULTING INTRODUCTION AUTO-ÉVALUATION DB2 FOR Z/OS:

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 6 SQL Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés Modèle des

Plus en détail

Date: 09/11/15 www.crmconsult.com Version: 2.0

Date: 09/11/15 www.crmconsult.com Version: 2.0 Date: 9/11/2015 contact@crmconsult.fr Page 1 / 10 Table des matières 1 SUGARPSHOP : SCHEMA... 3 2 PRESENTATION... 4 3 SHOPFORCE WITH SCREENSHOTS... 5 3.1 CLIENTS... 5 3.2 ORDERS... 6 4 INSTALLATION...

Plus en détail

Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL

Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL Apprendre le langage SQL - Le DDL - 1 / 34 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 1 : le DDL Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire

Plus en détail

DECLARE : n'est nécessaire que si il y a des déclarations locales au bloc.

DECLARE : n'est nécessaire que si il y a des déclarations locales au bloc. Introduction Utilisation de PL/SQL : Procedural Language : langage de développement pour Oracle PL/SQL est un langage hôte, ce qui signifie qu'il peut accueillir des ordres SQL, il est proche du Pascal

Plus en détail

Module 12 : Les ateliers PL/SQL version 4.1

Module 12 : Les ateliers PL/SQL version 4.1 Module 12 : Les ateliers PL/SQL version 4.1 Chaque module est accompagné d un ou plusieurs ateliers qui portent le même numéro. Sur le site www.bizoi.fr, vous pourrez trouver à partir de septembre 2014

Plus en détail

BD50. Gestion des courses

BD50. Gestion des courses Département Génie Informatique BD50 TP7 : Développement avec le module PL/SQL de 9iAS et DBMS_EPG d'oracle 10G Gestion des courses Françoise HOUBERDON & Christian FISCHER Copyright Mai 2007 Présentation

Plus en détail

Stéphane Bortzmeyer

Stéphane Bortzmeyer <stephane+blog@bortzmeyer.org> De l intérêt des règles d intégrité dans un SGBD Stéphane Bortzmeyer Première rédaction de cet article le 17 janvier 2008 Il semble que l utilisation des règles d intégrité

Plus en détail

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28

1/28. I Utiliser à bon escient les types de données proposés par SQL, ou. Introduction 3/28 Introduction 1/28 2/28 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Créer des tables à partir d un modèle I Utiliser

Plus en détail

Le langage PL/SQL 2 - Compléments

Le langage PL/SQL 2 - Compléments 1. Rappels de PL/SQL 2. Les Exceptions Le langage PL/SQL 2 - Compléments Bernard ESPINASSE Professeur à Aix-Marseille Université (AMU) Ecole Polytechnique Universitaire de Marseille Septembre 2015 3. Les

Plus en détail

TP ABD. Affichez le nom de la base, le nom de l'instance et la taille des blocs de données.

TP ABD. Affichez le nom de la base, le nom de l'instance et la taille des blocs de données. TP ABD Vues dynamiques adéquates, permettant de vérifier l'état (open) de la base, s assurez que les fichiers de la base ont été crées et vérifier la taille de l instance (Total System Global Area) select

Plus en détail

How To connect to TonVPN Max / Comment se connecter à TonVPN Max

How To connect to TonVPN Max / Comment se connecter à TonVPN Max How To connect to TonVPN Max / Comment se connecter à TonVPN Max Note : you need to run all those steps as an administrator or somebody having admin rights on the system. (most of the time root, or using

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

2011 Hakim Benameurlaine 1

2011 Hakim Benameurlaine 1 Table des matières 1 PRÉSENTATION DE TSQL... 2 1.1 Historique... 2 1.2 Les différents types d instructions... 2 1.2.1 Langage de Définition des Données... 2 1.2.2 Langage de Manipulation des Données...

Plus en détail

PL/SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft et Groupe Eyrolles, 2007, ISBN : 2-212-12056-7, ISBN 13 : 978-2-212-12056-1

PL/SQL pour. Oracle 10g. Razvan Bizoï. Tsoft et Groupe Eyrolles, 2007, ISBN : 2-212-12056-7, ISBN 13 : 978-2-212-12056-1 PL/ pour Oracle 10g Razvan Bizoï Tsoft et Groupe Eyrolles, 2007, ISBN : 2-212-12056-7, ISBN 13 : 978-2-212-12056-1 L architecture PL/ Le jeu de caractères Le bloc PL/ Sortie à l écran Déboguage Module

Plus en détail

CREATION WEB DYNAMIQUE

CREATION WEB DYNAMIQUE CREATION WEB DYNAMIQUE IV ) MySQL IV-1 ) Introduction MYSQL dérive directement de SQL (Structured Query Language) qui est un langage de requêtes vers les bases de données relationnelles. Le serveur de

Plus en détail

Solution d hébergement de "SWIFTAlliance ENTRY R7" Politique de Sauvegarde et de Restauration

Solution d hébergement de SWIFTAlliance ENTRY R7 Politique de Sauvegarde et de Restauration Solution d hébergement de "SWIFTAlliance ENTRY R7" Politique de Sauvegarde et de Restauration Avril 2012 I- Introduction Le présent document présente la politique de sauvegarde et de restauration à adopter

Plus en détail

SQL Server 2012 - SQL, Transact SQL Conception et réalisation d'une base de données

SQL Server 2012 - SQL, Transact SQL Conception et réalisation d'une base de données Le modèle relationnel 1. Introduction 9 2. Rappels sur le stockage des données 9 2.1 Les différentes catégories de données 10 2.1.1 Les données de base 10 2.1.2 Les données de mouvement 10 2.1.3 Les données

Plus en détail

Bases de Données Avancées PL/SQL

Bases de Données Avancées PL/SQL 1/170 Bases de Données Avancées Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin, F-93017

Plus en détail

Registry. Pierre Le Sidaner Observatoire de Paris. Hackathon ASOV septembre 2015 1

Registry. Pierre Le Sidaner Observatoire de Paris. Hackathon ASOV septembre 2015 1 Registry Pierre Le Sidaner Observatoire de Paris Hackathon ASOV septembre 2015 1 Demain Le panorama change car l'interface des registries change. Dans le futur un nouveau service au STSCI et à l'esac mais

Plus en détail

Technical Service Bulletin

Technical Service Bulletin Technical Service Bulletin FILE CONTROL CREATED DATE MODIFIED DATE FOLDER VP200 VP400 05/07/2006 662-02-26011 Rev. : A Amélioration Outil de Sauvegarde Opendrive English version follows. Afin d améliorer

Plus en détail

Les déclencheurs. Version 1.0. Grégory CASANOVA

Les déclencheurs. Version 1.0. Grégory CASANOVA Les déclencheurs Version 1.0 Grégory CASANOVA 2 Les déclencheurs [09/07/09] Sommaire 1 Introduction... 3 2 Pré-requis... 4 3 Les déclencheurs du DML... 5 3.1 Introduction... 5 3.2 Création d un déclencheur

Plus en détail

Devoir Data WareHouse

Devoir Data WareHouse Université Paris XIII Institut Galilée Master 2-EID BENSI Ahmed CHARIFOU Evelyne Devoir Data WareHouse Optimisation, Transformation et Mise à jour utilisées par un ETL Mr R. NEFOUSSI Année 2007-2008 FICHE

Plus en détail

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition)

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition) Introduction 1. Un peu d'histoire 11 2. Les normes SQL 12 3. Description rapide du modèle relationnel 14 3.1 Principaux concepts du modèle relationnel 15 3.2 Principales règles 16 4. Les opérateurs en

Plus en détail

PL/SQL. Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr

PL/SQL. Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr PL/SQL Richard CHBEIR Email : richard.chbeir@u-bourgogne.fr Plan Introduction Environnements Bloc PL/SQL Variables Traitements conditionnels Traitements répétitifs Curseurs Gestion des erreurs Fonctions

Plus en détail

Laboratoires de bases de données. Laboratoire n 6. Programmation SQL. par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN

Laboratoires de bases de données. Laboratoire n 6. Programmation SQL. par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN Département Informatique Laboratoires de bases de données Laboratoire n 6 Programmation SQL par Danièle BAYERS et Louis SWINNEN Ce document est disponible sous licence Creative Commons indiquant qu il

Plus en détail

Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications

Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications Bases de données Oracle Virtual Private Database (VPD) pour la gestion des utilisateurs d applications P.-A. Sunier, HEG-Arc Neuchâtel avec le concours de J. Greub pierre-andre.sunier@he-arc.ch http://lgl.isnetne.ch/

Plus en détail

Utilisation de la brique LEGO EV3 avec Automgen. Using EV3 brick with Automgen (C)2014 IRAI. Lego EV3, Automgen

Utilisation de la brique LEGO EV3 avec Automgen. Using EV3 brick with Automgen (C)2014 IRAI. Lego EV3, Automgen Utilisation de la brique LEGO EV3 avec Automgen Using EV3 brick with Automgen (C)2014 IRAI 1 Ce manuel décrit l'utilisation de la brique LEGO Ev3 avec Automgen. This manual describes the use of EV3 LEGO

Plus en détail

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle 1. a Ajouter un CHECK sur la table LigneCommande ALTER TABLE LigneCommande ADD (CONSTRAINT XXX CHECK (noarticle

Plus en détail

VTP. LAN Switching and Wireless Chapitre 4

VTP. LAN Switching and Wireless Chapitre 4 VTP LAN Switching and Wireless Chapitre 4 ITE I Chapter 6 2006 Cisco Systems, Inc. All rights reserved. Cisco Public 1 Pourquoi VTP? Le défi de la gestion VLAN La complexité de gestion des VLANs et des

Plus en détail

Bases de données. Cours 6 : Introduction à des notions avancées (Index, Déclencheurs, Transactions) Nicolas DURAND

Bases de données. Cours 6 : Introduction à des notions avancées (Index, Déclencheurs, Transactions) Nicolas DURAND Bases de données Cours 6 : Introduction à des notions avancées (Index, Déclencheurs, Transactions) Nicolas DURAND Polytech Marseille Université d Aix-Marseille 2012-2013 Nicolas DURAND Bases de données

Plus en détail

MySQL 5 (versions 5.1 à 5.6) Guide de référence du développeur (Nouvelle édition)

MySQL 5 (versions 5.1 à 5.6) Guide de référence du développeur (Nouvelle édition) Avant-propos 1. Les objectifs de ce livre 13 2. Les principaux sujets qu'aborde ce livre 13 3. À qui s adresse ce livre? 14 4. Les pré-requis 14 Introduction à MySQL 1. Introduction aux bases de données

Plus en détail

Programmation orientée objet en langage JAVA

Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe

Plus en détail

Projet MVC-CD. Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible

Projet MVC-CD. Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible Projet MVC-CD Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible Créé par S. Berberat, le 23 octobre.2014 Modifié par S. Berberat, le 29 octobre 2014 Page

Plus en détail

DynDNS. Qu est-ce que le DynDNS?

DynDNS. Qu est-ce que le DynDNS? DynDNS. Qu est-ce que le DynDNS? Le DynDNS (Dynamic Domain Name Server) sert à attribuer un nom de domaine à une adresse ip dynamique. Chaque ordinateur utilise une adresse ip pour communiquer sur le réseau.

Plus en détail

Version de la documentation 1.00

Version de la documentation 1.00 Version de la documentation 1.00 Documentation ECHOLINK par F4ASB Page 1 06/01/03 Présentation d'echolink EchoLink est un logiciel qui permet aux stations radio d'amateur de communiquer entre eux via Internet,

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail