LES DROGUES ET LA LOI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES DROGUES ET LA LOI"

Transcription

1 34 RÉPONSES AUX 34 QUESTIONS LES PLUS FRÉQUENTES SUR LES DROGUES ET LA LOI [rubrique questions / réponses]

2 LES DROGUES ET LES LOIS : ETAT DES LIEUX, ETAT DU DROIT... 3 RAPPELS GENERAUX EXISTE-T-IL UNE DEFINITION JURIDIQUE DES DROGUES? EXISTE-T-IL UNE LISTE DES STUPEFIANTS? QUELLE EST LA POLITIQUE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROGUES? EXISTE-T-IL UNE DIFFERENCE ENTRE LA LEGALISATION ET LA DEPENALISATION? LA LOI ETABLIT-ELLE UNE DIFFERENCE ENTRE DROGUES «DOUCES» ET DROGUES «DURES»? CHAQUE INDIVIDU EST-IL LIBRE DE FAIRE CE QU IL VEUT POURVU QU IL NE NUISE PAS AUX AUTRES?... 6 LES DROGUES ILLICITES LE CANNABIS EST-IL INTERDIT? A-T-ON LE DROIT DE CULTIVER DU CANNABIS? LA PRESCRIPTION THERAPEUTIQUE DU CANNABIS EST-ELLE AUTORISEE? LES CHAMPIGNONS HALLUCINOGENES SONT-ILS DES STUPEFIANTS? LE «TESTING» EST-IL LEGALISE EN FRANCE?... 8 INTERPELLATION ET POURSUITES UN USAGER DE DROGUE PEUT-IL ETRE PLACE EN GARDE-A-VUE PAR LA POLICE? UN USAGER DE DROGUE PEUT-IL ETRE EMPRISONNE? LA LOI PREVOIT-ELLE LE CAS OU DES USAGERS PARTAGENT LEUR DROGUE? PROPOSER DE LA DROGUE A QUELQU UN EST-IL SEVEREMENT INTERDIT? LA LOI FAIT-ELLE UNE DISTINCTION ENTRE «GROS TRAFIQUANTS» ET PETITS REVENDEURS? EXISTE-T-IL DES MESURES SPECIALES POUR LES MINEURS FAISANT USAGE DE STUPEFIANTS? EST-ON EN INFRACTION QUAND ON EST INTERPELLE EN POSSESSION DE PETITES QUANTITES DE CANNABIS? PEUT-ON SUIVRE UN TRAITEMENT DE SUBSTITUTION EN PRISON? LA LOI EST-ELLE DIFFERENTE POUR DES ETRANGERS QUI CONSOMMENT OU VENDENT DES STUPEFIANTS? PEUT-ON INTERDIRE A QUELQU UN QUI CONSOMME DES DROGUES D EXERCER CERTAINES PROFESSIONS? TABAC, ALCOOL, DOPAGE LA PUBLICITE EN FAVEUR DU TABAC EST-ELLE INTERDITE? UN NON-FUMEUR PEUT-IL EXIGER D UN FUMEUR QU IL ETEIGNE SA CIGARETTE? EXISTE-T-IL DES MESURES POUR EMPECHER LES MINEURS DE FUMER DU TABAC? EXISTE-IL DES MESURES POUR EMPECHER LES MINEURS DE CONSOMMER DES BOISSONS ALCOOLISEES? LA CONSOMMATION D ALCOOL EST-ELLE INTERDITE A CERTAINES PERSONNES? LA PUBLICITE POUR LES BOISSONS ALCOOLISEES EST-ELLE REGLEMENTEE? PEUT-ON ETRE EMPRISONNE POUR DOPAGE? EXISTE-IL UNE LISTE DES PRODUITS DOPANTS? EN EUROPE ET DANS LE MONDE QUELLE EST LA POLITIQUE EUROPEENNE EN MATIERE DE DROGUES? LE CANNABIS EST-IL DEPENALISE EN EUROPE? LES PAYS-BAS AUTORISENT-ILS L USAGE DE CANNABIS OU D AUTRES DROGUES? EXISTE-T-IL DES MESURES CONTRE LES PAYS PRODUCTEURS DE DROGUE? PEUT-ON LUTTER CONTRE LE BLANCHIMENT DE L'ARGENT PROVENANT DU TRAFIC DE DROGUE? Comité de rédaction Page 2 sur 22

3 LES DROGUES ET LES LOIS : ETAT DES LIEUX, ETAT DU DROIT anime, depuis la création du site Internet de la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et la Toxicomanie (MILDT) en décembre 1999, une rubrique interactive de questions/réponses où les internautes peuvent, anonymement, obtenir des informations et des conseils dans le domaine des drogues et, plus largement, des substances psychoactives : alcool, tabac, médicaments psychotropes. Ce document présente la liste des questions qui figurent parmi les plus fréquemment abordées dans cette rubrique à propos de la loi et qui traduisent des interrogations sur le statut légal des drogues, les peines encourues, les politiques publiques en matière de soin, de prévention, de répression. Cet état des lieux, état du droit, met à disposition du public les informations essentielles à connaître sur les questions des drogues et des lois, dans un langage accessible. Il présente les lois en vigueur tient compte des évolutions législatives récentes et surtout en explique les principes et les fondements. Elaboré sous forme de questions simples, il donne des réponses claires ainsi que des références législatives et réglementaires précises. En cela, il s agit d un outil aussi utile pour le grand public que pour tous les professionnels qui ont un rôle à jouer pour faire connaître et expliquer les lois. En cela il s agit aussi d une contribution originale et pédagogique à tous les échanges d idées, d opinions et aux débats actuels sur ces questions. Page 3 sur 22

4 RAPPELS GENERAUX 1. Existe-t-il une définition juridique des drogues? NON. La notion de «drogue» ne figure pas dans la loi parce qu il n y a pas un régime juridique commun à l ensemble des «drogues». Toutefois, dans le langage courant les «drogues» regroupent les différentes substances qui modifient le fonctionnement du système nerveux central et peuvent provoquer une dépendance. L alcool et le tabac sont qualifiés de drogues licites parce que leur commerce et leur usage sont admis. Les stupéfiants sont qualifiés de drogues illicites parce que leur commerce ou leur usage sont interdits, sauf à des fins médicales et scientifiques. Remarques : Même si le tabac et l alcool sont des substances licites, leur commerce comme leur usage est soumis à une réglementation stricte dans l intérêt de la santé publique. 2. Existe-t-il une liste des stupéfiants? OUI. Il existe plus de 170 plantes et substances stupéfiantes qui figurent sur une liste établie par un arrêté du Ministre de la santé. La décision de classer une plante ou une substance sur cette liste est prise en tenant compte de son danger potentiel pour la santé humaine et du risque d abus que sa consommation suscite. Remarques : Il existe également un classement international des stupéfiants établi par les Nations Unies sur avis de l Organisation Mondiale de la Santé. La liste française des stupéfiants inclut toutes les plantes et substances classées par les conventions internationales de l ONU. Références : art. L du code de la santé publique ; arrêté du 22 février 1990, Journal Officiel, 7 juin, p Page 4 sur 22

5 3. Quelle est la politique française en matière de drogues? La politique française de lutte contre les drogues s inscrit dans une perspective de santé publique. Elle est destinée à prévenir l usage des drogues licites ou illicites et à soigner les usagers dépendants. La prévention passe par des campagnes d information et la diffusion des connaissances sur les effets des drogues dont la présente rubrique est une illustration. Elle s accompagne aussi de mesures limitant la publicité pour les drogues licites. La législation française vise aussi à contrôler l accès aux drogues en réglementant la production et la commercialisation des drogues licites et en sanctionnant pénalement la contrebande de drogues licites et le trafic de drogues illicites. Enfin, la législation française interdit l usage et le commerce des produits classés stupéfiants conformément aux conventions internationales. Elle interdit également certaines boissons ayant une très forte teneur en alcool. Cette prohibition s accompagne d une politique de soins aux usagers dépendants, d une politique de réduction des risques, et de programmes de soins anonymes et gratuits pour les toxicomanes. Références : MILDT Plan gouvernemental de lutte contre les drogues illicites, le tabac et l alcool Existe-t-il une différence entre la légalisation et la dépénalisation? OUI. Les deux termes n ont pas le même sens. La légalisation signifie que l usage de drogue est autorisé et que sa production et sa commercialisation sont également permises. La dépénalisation, en revanche, supprime les sanctions pénales (amende et emprisonnement) associées au comportement d usage sans nécessairement supprimer l interdit et prévoit éventuellement d autres formes de sanctions (amendes administratives par exemple). Page 5 sur 22

6 5. La loi établit-elle une différence entre drogues «douces» et drogues «dures»? NON. La loi française ne fait aucune différence entre les drogues dites «douces» et les drogues dites «dures». Toutefois, en pratique, les juges tiennent compte du danger de la substance saisie lorsqu ils déterminent la peine encourue par l usager ou le trafiquant. Leur sévérité sera d autant plus grande que la substance en cause est plus dangereuse. Remarques : La distinction entre drogues «douces» et drogues «dures» existe dans plusieurs pays européens comme les Pays- Bas, l Espagne ou la Suisse. Elle correspond à un régime juridique différent, l usage et le commerce des drogues «douces» sont tolérés sous certaines conditions, variables selon les pays, tandis que le commerce et l usage des drogues «dures» sont interdits. 6. Chaque individu est-il libre de faire ce qu il veut pourvu qu il ne nuise pas aux autres? OUI. Ce principe figure dans la Déclaration des droits de l homme et du citoyen de qui fait partie de la Constitution - et il a été réaffirmé par le Comité Consultatif National d Éthique. Néanmoins, on admet que certains comportements qui ne nuisent pas directement à autrui soient sanctionnés pénalement (port obligatoire du casque en moto ou de la ceinture de sécurité en voiture) en invoquant notamment le coût de ces comportements pour la collectivité (notamment la sécurité sociale). La Convention européenne de sauvegarde des droits de l homme admet d ailleurs l internement des toxicomanes et des alcooliques. Références : art. 4 et 5 de la Déclaration des droits de l homme et du citoyen ; Comité consultatif national d éthique pour les sciences de la vie et de la santé, rapport n 43 sur la toxicomanie, 23 nov. 1994, Éthique et Recherche biomédicale, rapports , La Documentation Française, Paris, 1996 ; art. 5, 1 e) de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales. Page 6 sur 22

7 LES DROGUES ILLICITES 7. Le cannabis est-il interdit? OUI. Le cannabis est un stupéfiant. Son usage, sa culture, sa détention ou sa vente sont interdits. Cette interdiction concerne toute la plante, mâle ou femelle, les graines, le pollen, l herbe, le haschich, l huile, quelles que soient les quantités. L usage de cannabis est une infraction dont la peine peut aller jusqu à un an d emprisonnement et euros d amende. Remarques: Le cannabis est toujours un stupéfiant, quelle que soit sa teneur en T.H.C. (principe actif du cannabis). Toutefois, les fibres et les graines de certaines variétés qui contiennent très peu de T.H.C. peuvent être utilisées par des entreprises habilitées pour la fabrication de divers produits (boissons, textiles, cosmétiques). Références : art. L du code de la santé publique, arrêté du 22 août 1990 (JO, 4 oct., p.12041) modifié. Cour de cassation, 9 mars 1992 (Bull., n 103, p. 267) et 5 févr (Bull., n 49, p. 134). 8. A-t-on le droit de cultiver du cannabis? NON. Le cannabis est un stupéfiant. Sa culture est considérée comme un acte de trafic grave dont la peine peut aller jusqu à vingt ans de réclusion et euros d amende quelle que soit la quantité. En pratique toutefois, lorsque la culture est limitée et destinée à l usage personnel du planteur, les tribunaux peuvent prononcer des peines beaucoup plus faibles, comparables à celles encourues pour usage. Remarques : Si la peine prononcée tient compte des quantités cultivées, l usager planteur reste considéré comme un trafiquant. À ce titre, il peut encourir de nombreuses interdictions professionnelles. En outre, son casier judiciaire mentionnera une condamnation pour trafic et non pour usage, ce qui constitue un obstacle sérieux à son insertion professionnelle. Référence : art du Code pénal. Page 7 sur 22

8 9. La prescription thérapeutique du cannabis est-elle autorisée? NON. Le cannabis est classé parmi les stupéfiants dénués de tout intérêt médical. Il ne peut donc être prescrit. En revanche, quelques médicaments contenant du THC de synthèse sont autorisés pour certaines affections (Marinol en particulier en prévention des nausées). Le ministère de la santé étudie actuellement les possibilités d expérimentation du cannabis à usage thérapeutique. Remarques : Plusieurs pays admettent plus largement la prescription de médicaments issus du cannabis, et même la prescription d herbe. Mais cette tolérance est parfois remise en cause, comme aux États-Unis. Références : en France, arrêté du 22 février 1990, Journal Officiel, 7 juin, p Aux Etats-Unis, Supreme Court, United States v. Cannabis Buyers cooperative, 14 mai Les Champignons hallucinogènes sont-ils des stupéfiants? OUI. En droit international, la Convention de Vienne 1971 sur les substances psychotropes classe comme telles la psilocine et la psilocybine contenues dans certains champignons. Le droit français est beaucoup plus strict puisque tous les champignons hallucinogènes sont classés comme stupéfiants, quel que soit leur genre (notamment les Stropharia, Conocybe et Psilocybe). Références : Convention de vienne sur les psychotropes de 1971 ratifiée par la loi n du 2 décembre 1974 (Journal Officiel, 3 décembre, p ), et publiée par le décret n du 11 janvier 1977 (Journal Officiel du 19 janvier, p. 452) ; annexe IV de l arrêté du 22 février 1990, Journal Officiel, 7 juin, p Le «testing» est-il légalisé en France? NON. Le «testing» est une analyse sommaire et instantanée des drogues de synthèse comme l ecstasy réalisée durant les «rave parties» par certaines associations de prévention. Elle ne permet pas d obtenir d informations suffisamment fiables sur les produits consommés. Elle est néanmoins tolérée lorsqu elle est assurée par des associations à vocation socio sanitaire, à condition qu elle soit accompagnée de mesures de prévention ou de réduction des risques plus globales. Page 8 sur 22

9 INTERPELLATION ET POURSUITES 12. Un usager de drogue peut-il être placé en garde-à-vue par la police? OUI. Toute personne soupçonnée d avoir commis un crime ou un délit puni d emprisonnement peut être placé en garde-à-vue pour les besoins d une enquête de police. En pratique toutefois, le gouvernement invite les forces de l ordre à ne pas placer en garde-à-vue les simples usagers. La durée de la garde-à-vue est de 24 heures. Elle peut être prolongée de 24 heures supplémentaires après autorisation du procureur de la République. À titre d exception, lorsque l enquête porte sur un trafic de stupéfiant, la garde-à-vue peut durer quatre jours (96 heures), même pour un usager, dès lors que pèse sur lui un soupçon de trafic (détention par exemple). Les services de police doivent informer sans délai la personne placée en garde-à-vue de ses droits. Cette personne peut s entretenir avec un avocat dès le début de la garde-à-vue, sauf lorsque l enquête porte sur un trafic. Dans ce cas, l avocat ne peut intervenir qu à partir du troisième jour de garde-à-vue (72 heures). La personne placée en garde-à-vue bénéficie également de visites régulières d un médecin pendant la garde-à-vue. Remarques : Les services des Douanes disposent d une procédure similaire, la «retenue douanière», d une durée de 24 heures maximum renouvelable une fois après l autorisation du procureur de la République. La durée de la retenue douanière est prise en compte pour calculer la durée d une éventuelle garde-à-vue lorsque la personne mise en cause est transférée aux services de police. Références : Sur la garde-à-vue, articles, 63, 63-1 et du Code de procédure pénale ; Cour de cassation. 8 juin 1999, (D. 1999, IR, 221) ; circulaire Ministère de la Justice, NOR JUS A C, 17 juin Sur la retenue douanière, art. 67 ter et 323 du Code des Douanes. Page 9 sur 22

10 13. Un usager de drogue peut-il être emprisonné? OUI. L usage de stupéfiants peut être puni d un emprisonnement d un an et d une amende de euros. Toutefois, la loi a ouvert d autres possibilités que cette sanction pénale. Le procureur de la République peut convoquer l usager pour un «rappel à la loi». Il peut également proposer à l usager une «composition pénale» qui peut consister par exemple dans le paiement d une amende de euros maximum ou le dépôt de son permis de conduire pendant une certaine durée. Il peut enfin lui demander de prendre contact avec une structure de soins (injonction thérapeutique) ou avec toute autre structure éducative ou sociale (classement sous condition). Une circulaire du ministère de la justice du 17 juin 1999 invite les procureurs à ne pas mettre les usagers simples en prison et à leur proposer des alternatives (soins, prise en charge sociale, mesures éducatives pour les jeunes). Dans ces différents cas, si l usager consent à ces mesures, il ne sera pas poursuivi. Remarques : L usager peut aussi être poursuivi pour trafic de stupéfiants, par exemple lorsqu il détient ou transporte des stupéfiants (art du Code pénal), lorsqu il est interpellé à la frontière en possession de stupéfiants (importation, art al.1 du Code pénal) ou qu il cultive du cannabis (art du Code pénal). Dans ce cas, aucune alternative n existe ; la peine sera plus sévère et l usager risque d être condamné à de nombreuses interdictions professionnelles et, s il est étranger, à l interdiction du territoire français. Références : Art. L et L du Code de la santé publique, art et 41-2 du Code de procédure pénale ; circulaire Ministère de la Justice, NOR JUS A C, 17 juin 1999 ; circulaire Ministère de la Justice CRIM F1, 11 juillet 2001 (BO Min. Just., 2001, n 83). 14. La loi prévoit-elle le cas où des usagers partagent leur drogue? OUI. Le partage de stupéfiants comme les pratiques «d achat groupé» de stupéfiants (partage de stupéfiants entre plusieurs usagers qui confient à l un d entre eux le soin d acheter la drogue nécessaire au groupe) sont des actes de trafic sanctionnés comme tels d un emprisonnement qui peut aller jusqu à dix ans et d une amende de Euros. Si ce maximum n est jamais atteint dans le cas de partage ou d achat groupé, la peine prononcée est toutefois beaucoup plus sévère qu en cas d usage simple. Remarques : un usager peut également être poursuivi pour détention ou importation de stupéfiants (le «tourisme de la drogue»). Même si les tribunaux seront bien moins sévères, les interdictions professionnelles comme l interdiction du territoire français pour les étrangers pourront être prononcées. Référence : art Code pénal. Page 10 sur 22

11 15. Proposer de la drogue à quelqu un est-il sévèrement interdit? OUI. Proposer, même gratuitement, des stupéfiants est un acte de trafic dont la peine, en principe de cinq ans d emprisonnement et euros d amende maximum, peut être portée à dix ans d emprisonnement et euros d amende maximum. Le juge tient compte dans l application de la loi de la gravité de l infraction et de la personnalité de l individu poursuivi. Le fait d inciter quelqu un à consommer des stupéfiants (par exemple en imprimant un papier ventant les mérites d un produit stupéfiant) est aussi sévèrement sanctionné (cinq ans d emprisonnement et euros d amende). La peine est aggravée lorsque cette provocation à l usage de stupéfiants est faite à un mineur ou à proximité d un établissement fréquenté par des mineurs (écoles, stades, etc.). Elle peut aller jusqu à sept ans d emprisonnement et euros d amende. Plus généralement, le fait d aider quelqu un à consommer des stupéfiants (par exemple un gérant de bar qui laisserait, en toute connaissance de cause, un client consommer dans son établissement) est puni comme un acte de trafic (10 ans d emprisonnement et euros d amende). Remarques : Le Code pénal réprime aussi le fait de provoquer directement un mineur à consommer de l alcool habituellement et de façon excessive d une peine de deux ans d emprisonnement et euros d amende ou de trois ans d emprisonnement et euros d amende si le mineur a moins de quinze ans ou que la provocation est commise au sein d un établissement recevant des mineurs ou aux abords d un tel établissement aux heures de sortie des mineurs (art du Code pénal). Références : art , et du Code pénal et art. L du Code de la santé publique. 16. La loi fait-elle une distinction entre «gros trafiquants» et petits revendeurs? OUI. Le Code pénal prévoit des peines d autant plus sévères que le trafic est important et que la personne arrêtée a joué un rôle clef dans ce trafic. Ainsi, les peines les plus sévères sont encourues en cas de trafic en bande organisée (trente ans de réclusion pour les exécutants, réclusion à perpétuité pour les organisateurs d un tel trafic). La culture, la production ou la fabrication de stupéfiants peuvent être sanctionnées de vingt ans de réclusion criminelle. Enfin, l importation, l exportation et tous les autres actes de trafic «simple» (détention, transport, vente, etc.) sont punis d un emprisonnement de dix ans maximum. À ces peines d emprisonnement s ajoutent des amendes qui peuvent aller jusqu à euros ainsi que des interdictions d exercer une profession (commerçant, fonctionnaire, moniteur d auto-école, employé de banque ou d assurance, etc.) et, pour les étrangers, l interdiction du territoire français. Quant aux petits dealers qui vendent les stupéfiants aux usagers, ils peuvent être punis de cinq ans d emprisonnement et euros d amende. Références : art , , et du Code pénal. Page 11 sur 22

12 17. Existe-t-il des mesures spéciales pour les mineurs faisant usage de stupéfiants? OUI. Même si la loi relative aux stupéfiants ne distingue pas selon que l usage est commis par un mineur ou un majeur, l ordonnance de 1945 relative à l enfance délinquante invite les juges à donner la priorité aux mesures de protection, d assistance et d éducation. En pratique, les juges ne condamnent pas les mineurs simples usagers à l emprisonnement ni même à l amende, mais cherchent à les protéger d une éventuelle dépendance en prononçant des mesures éducatives. Seuls les mineurs âgés de plus de seize ans qui commettent des actes de trafic sont parfois condamnés. Lorsque le mineur est arrêté, la police réalise une enquête de personnalité et informe les parents. Le mineur peut être placé en garde-à-vue le temps nécessaire à cette enquête. Ensuite, le procureur de la République comme le juge des enfants peuvent décider de mesures éducatives propres à éviter que le mineur ne consomme de nouveau des stupéfiants. Aucune amende ni aucun emprisonnement ne peut être prononcé lorsque le mineur a moins de treize ans. Exceptionnellement, les mineurs âgés de treize à seize ans peuvent être condamnés à une peine d amende ou d emprisonnement qui ne peut dépasser six mois maximum. Les mineurs âgés de seize à dix-huit ans, peuvent, dans les mêmes conditions, être condamnés à la même peine qu un adulte (un an d emprisonnement). Remarques : Afin d éviter l usage et le trafic de stupéfiants dans les écoles et les lycées, la fouille des effets personnels des élèves (cartables, bureau, vêtements) est autorisée en cas de soupçons d usage ou de trafic. L élève peut refuser cette fouille, mais il doit alors être isolé de ses camarades jusqu à ce que l on se soit assuré qu il n est ni usager ni impliqué dans un trafic. Références : circulaire du Ministère de l Intérieur du 11 oct. 1999, NOR INTC C ; Ordonnance du 2 février Est-on en infraction quand on est interpellé en possession de petites quantités de cannabis? OUI. Pour autant, les quantités saisies ne sont pas le critère principal sur lequel se basent les magistrats. D abord, les services répressifs peuvent reconstituer la consommation ou le trafic à partir des déclarations de la personne interpellée. Celui qui est arrêté avec 10 grammes de cannabis peut être poursuivi pour 40 grammes s il reconnaît avoir déjà acheté trois barrettes depuis un an. Ensuite, l essentiel pour les magistrats est de savoir si le cannabis est destiné à l usage personnel du délinquant ou au trafic (revente, partage, etc.). Pour cela la police et les douanes tiennent compte des circonstances de l interpellation (à la frontière ou sur le territoire national) et de tous les témoignages et indices retrouvés (déclarations d autres usagers, etc.). S il s avère que la personne interpellée est un usager simple, le procureur de la République peut décider de ne pas engager de poursuites. La circulaire du ministère de la justice du 17 juin 1999 Page 12 sur 22

13 invite les procureurs à favoriser les alternatives sanitaires ou sociales par rapport aux poursuites. Si des poursuites sont engagées, la peine est généralement une simple amende dont le montant peut aller jusqu à euros, un emprisonnement avec sursis ou une peine alternative à l incarcération ; l emprisonnement est exceptionnel. En revanche, si le cannabis est destiné à la revente ou à plusieurs usagers, les peines appliquées seront plutôt celles du trafic. Des peines d emprisonnement et d amende sont presque toujours prononcées. Références : art. L du Code de la santé publique et art du Code pénal, Circulaire Ministère de la Justice 17 juin 1999, NOR JUS A C. 19. Peut-on suivre un traitement de substitution en prison? OUI. La législation française reconnaît le droit à la continuité des soins durant les procédures pénales. La réorganisation des soins à l intérieur des établissements pénitentiaires permet de mieux repérer les personnes ayant des consommations problématiques de produits (50 % des détenus) et de leur proposer un traitement. Un usager peut donc poursuivre ou débuter en détention un traitement de substitution. De la même façon, l usager doit être en mesure de poursuivre un traitement de substitution durant une garde-à-vue ou une retenue douanière. Ensuite, afin de lutter contre la contamination par le VIH, un test de dépistage anonyme et gratuit de la séropositivité est proposé à tous les détenus. Par ailleurs il existe en prison un certain nombre de mesures de réduction des risques, comme par exemple la mise à disposition d eau de Javel. En revanche, la distribution de seringues stériles n est pas autorisée. Remarques : L'accès aux traitements de substitution demeure cependant encore insuffisant et aléatoire en prison. En effet, l'enquête réalisée par le ministère de la santé en novembre 1999 dans les services médicaux de 159 établissements faisait apparaître de fortes disparités selon les établissements : ainsi 10 services médicaux prescrivaient à eux seuls 50 % des traitements et 34 services médicaux ne prescrivaient aucun traitement. Ces variations tiennent en grande partie aux différences de pratique professionnelle existant au sein du corps médical. Références : Circulaire DH/AP n 739, 5 décembre 1996, Bulletin Officiel du Ministère de la santé, n 96/52, 25 janvier 1997, p. 245 ; Circulaires Ministère de la Justice 17 juin 1999, NOR JUS A C et Ministère de l Intérieur 11 octobre 1999, NOR INT C C. Page 13 sur 22

14 20. La loi est-elle différente pour des étrangers qui consomment ou vendent des stupéfiants? NON. L étranger encourt les mêmes peines principales d emprisonnement et d amende que le délinquant français. Toutefois, les peines complémentaires sont différentes. Les délinquants français peuvent être condamnés à l interdiction de séjour (défense de paraître en certains lieux) tandis que les délinquants étrangers peuvent être interdits du territoire français. L interdiction du territoire français ne s applique qu aux délinquants majeurs condamnés pour trafic de stupéfiants et non aux mineurs ou aux délinquants condamnés seulement pour usage. L interdiction peut être définitive ou limitée dans le temps (dix ans maximum). Elle s accompagne d une reconduite à la frontière à la fin de la peine d emprisonnement. Pour certains étrangers qui disposent d attaches particulières en France, cette interdiction doit être justifiée par le juge. Celui-ci doit ainsi tenir compte de la situation personnelle et familiale de l étranger résidant en France, de l importance du trafic et de la place qu il a tenu dans ce trafic. Remarques : Une procédure de «relèvement» permet de demander la levée de l interdiction (art alinéa 2 du Code pénal). En pratique cependant, ce relèvement est rarement accordé en cas de condamnation pour trafic de stupéfiants. Références : Articles , et du Code pénal. Cour européenne des droits de l homme, arrêt Ezzoudhi contre France, 13 février Peut-on interdire à quelqu un qui consomme des drogues d exercer certaines professions? OUI. La loi prévoit de nombreuses interdictions professionnelles lorsqu une personne est condamnée pour usage ou pour trafic de stupéfiants (plus d une centaine). Ces interdictions - destinées en particulier à protéger la jeunesse - découlent automatiquement de la condamnation, sans que le juge ait à les prononcer. Elles dépendent de la nature et de la durée de la peine (usage ou trafic, emprisonnement avec ou sans sursis, de plus de deux mois, trois mois, etc.). Les interdictions professionnelles concernent notamment la fonction publique (en particulier l éducation nationale), les commerçants, la banque et l assurance, les agents immobiliers et les agents de voyages ou l édition de livres et de journaux destinés à la jeunesse. On se fondera généralement pour les constater sur les condamnations inscrites au casier judiciaire de l intéressé. Remarques : Le condamné peut demander à être relevé de certaines interdictions. La décision est discrétionnaire et rarement accordée en pratique. Page 14 sur 22

15 TABAC, ALCOOL, DOPAGE 22. La publicité en faveur du tabac est-elle interdite? OUI. Le Code de la santé Publique interdit toute publicité directe ou indirecte en faveur du tabac ainsi que tout financement d événements sportifs ou culturels par des fabricants de tabac. La peine est une amende de à euros qui peut être portée à la moitié du montant des dépenses consacrées à la publicité interdite. En cas de récidive, le tribunal peut en outre interdire durant un à cinq ans la vente des produits qui ont bénéficié de cette publicité. Références : Articles L et L Code de la santé publique. 23. Un non-fumeur peut-il exiger d un fumeur qu il éteigne sa cigarette? OUI. De façon générale, la loi interdit de fumer dans tous les lieux clos à usage collectif et dans les transports publics à l exception des zones réservées aux fumeurs. Un non-fumeur peut donc demander à un fumeur d éteindre sa cigarette lorsqu il se trouve dans tout bâtiment public (administration, université, hôpital, gare, etc.) ou privé (entreprise, galerie marchande, hôtel, restaurant, boite de nuit, etc.). Le fumeur qui refuserait encourt une amende de 450 euros. Lorsque les locaux ne permettent pas d aménager des zones réservées aux fumeurs, il est interdit de fumer dans l ensemble des locaux. Remarques : Dans les entreprises, l interdiction de fumer ne s applique pas aux bureaux, ateliers et usines. Le chef d entreprise doit toutefois établir un plan d organisation des locaux qui protège les non-fumeurs. Un non-fumeur ne peut donc être contraint de partager le bureau ou le poste d un fumeur. Les exploitants de bâtiments qui ne respectent pas ces obligations ainsi que les normes de ventilation ou de signalisation peuvent être condamnés à une amende de euros (article 14 du Décret du 29 mai1992, JO, 30 mai, p. 7263). Toutefois, cette amende, comme celle prévue pour les fumeurs qui ne respectent pas les interdictions de fumer est rarement appliquée. Référence : Article L et R du Code de la santé publique. Page 15 sur 22

16 24. Existe-t-il des mesures pour empêcher les mineurs de fumer du tabac? OUI. La loi du 31 juillet 2003 interdit de vendre ou d'offrir gratuitement, dans les débits de tabac et tous commerces ou lieux publics, des produits du tabac ainsi que du papier à rouler à des mineurs de moins de seize ans sous peine de l amende prévue pour les contraventions de la 2e classe. Il est également interdit de fumer dans les lieux qui accueillent des mineurs (centres sportifs ou culturels) et dans l enceinte des établissements scolaires, y compris les cours de récréation. Les chefs d établissements doivent veiller au respect de ces interdictions et les fumeurs qui ne respecteraient pas cette interdiction sont passibles d une amende de 450 euros. Références : Loi n du 31 juillet 2003 visant à restreindre la consommation de tabac chez les jeunes, Journal Officiel, 3 août, p ; article 1er du Décret du 29 mai 1992, Journal Officiel, 30 mai, p et art du Code pénal. 25. Existe-il des mesures pour empêcher les mineurs de consommer des boissons alcoolisées? OUI. La loi poursuit deux objectifs : rendre plus difficile pour les mineurs l accès aux boissons alcoolisées et éviter toute provocation des mineurs à l abus d alcool. Est ainsi puni d une amende de euros le fait de vendre ou d offrir des boissons alcooliques à emporter ou à consommer sur place à un mineur de moins de seize ans dans un lieu public ou un commerce quel qu il soit (bar, restaurant, magasin d alimentation). Est puni de la même peine le fait de faire boire un mineur de moins de dix-huit ans jusqu à l ivresse. Les parents qui inciteraient leur enfant à s enivrer peuvent aussi être privés de l autorité parentale. Enfin, le fait de provoquer un mineur à la consommation habituelle et excessive de boissons alcooliques peut être puni d un emprisonnement de deux ans et d une amende de euros. Cette peine est portée à trois ans d emprisonnement et euros d amende lorsque le mineur a moins de quinze ans ou lorsque la provocation intervient à l intérieur ou à proximité d un lieu fréquenté par les mineurs (collège, lycée, salle de spectacle, etc.). Références : article L et L du Code de la santé publique, et art du Code pénal. Page 16 sur 22

17 26. La consommation d alcool est-elle interdite à certaines personnes? NON. L alcool est une drogue licite dont la consommation est totalement libre sauf pour les personnes qui prennent le volant. Conduire avec un taux d alcoolémie compris entre 0,5 et 0,8 grammes d alcool par litre de sang est puni d une amende de 750 euros et d un retrait de trois points sur le permis de conduire. À partir de 0,8 grammes d alcool par litre de sang, l infraction devient un délit qui peut être sanctionné d un emprisonnement de deux ans, d une amende de euros et du retrait de la moitié des points du permis de conduire. En cas de récidive, le juge peut ordonner le retrait du permis de conduire. Toutefois, si la consommation d alcool est libre, l ivresse est sanctionnée lorsqu elle a lieu en public, au volant ou dans une enceinte sportive (stade, terrain, gymnase). L ivresse publique est ainsi punie d une amende de 150 euros. L ivresse manifeste au volant est punie comme le fait de conduire avec plus de 0,8 grammes d alcool. Enfin, pénétrer dans une enceinte sportive en état d ivresse est un délit qui peut être puni d une amende de euros, peine portée à un an d emprisonnement et euros d amende lorsque la personne ivre s introduit en fraude sur le stade ou le terrain de sport. Remarque : L abus d alcool des parents peut entraîner des mesures éducatives à l égard de leurs enfants mineurs allant jusqu au placement dans un foyer. Plus généralement, l abus d alcool peut également entraîner un licenciement sans indemnités de l alcoolique pour faute grave. Références : art. R et L du Code de la route, R.4 du Code des débits de boissons, art. 42-4, loi n du 16 juillet 1984, Journal Officiel, 17 juillet, p Page 17 sur 22

18 27. La publicité pour les boissons alcoolisées est-elle réglementée? OUI. Le code de la santé publique interdit toute publicité directe ou indirecte pour toutes les boissons alcooliques sans distinction. Toutefois, cette interdiction de principe fait l objet de très nombreuses exceptions. Si la publicité pour des boissons alcooliques reste interdite à la télévision ou au cinéma, elle est admise dans la presse écrite, à la radio à certains moments de la journée, sur les affiches, ou durant les foires et manifestations traditionnelles, etc. L essentiel des restrictions concerne le contenu du message publicitaire plus que le support. C est ainsi, en particulier, que toute publicité pour une boisson alcoolique doit s accompagner de conseils de modération. Les fabricants qui ne respectent pas ces mesures de restriction peuvent être condamnés à une amende de euros dont le montant pourrait même être porté à la moitié des sommes consacrées à la publicité illégale. Références : articles L , L et L à L du Code de la santé publique. 28. Peut-on être emprisonné pour dopage? NON. Le dopage consiste à utiliser des produits interdits (substances dopantes et substances interdites) ou des «méthodes interdites» (dopage sanguin ou manipulation des échantillons) pour améliorer ses performances à l entraînement ou durant une compétition sportive. Aucune sanction pénale, amende ou emprisonnement, n est prévue contre les sportifs qui se dopent. La loi préfère insister sur la prévention du dopage en renforçant le suivi médical des sportifs et sur les sanctions sportives (interdiction temporaire ou définitive de compétition). En revanche, l entraîneur ou le médecin qui ont organisé le dopage sont passibles de sanctions pénales (5 ans d emprisonnement et euros d amende). Remarque : Plusieurs produits dopants sont également des stupéfiants. Le sportif qui les utiliserait pourrait être poursuivi pour usage ou détention de stupéfiants. Références : article L du Code de la santé publique. 29. Existe-il une liste des produits dopants? OUI. L arrêté du 2 février 2000 dresse en annexe une liste des produits dopants comprenant plus d une centaine de substances. Mais cette liste est seulement indicative. Une substance qui ne figure pas sur la liste peut être considérée comme dopante si elle est apparentée à une substance inscrite. Références : article L du Code de la santé publique et arrêté du 2 février 2000, Journal Officiel, 7 mars, p Page 18 sur 22

19 EN EUROPE ET DANS LE MONDE 30. Quelle est la politique européenne en matière de drogues? Aujourd hui les politiques menées au sein des pays de l union européenne ont tendance à converger. Un plan européen a été adopté en juin Il prévoit de donner la priorité à l éducation et à la prévention en intégrant tous les produits qu ils soient licites ou illicites. Il renforce également la coopération en matière de lutte contre le trafic. L Union européenne intervient à la fois dans le domaine des drogues licites (alcool, tabac, médicaments) et dans le domaine des drogues illicites comme les stupéfiants. Elle subventionne la culture du tabac et de la vigne au titre de la politique agricole commune. Elle subventionne également la culture du chanvre mais uniquement pour des variétés dépourvues d effets stupéfiants et pour les besoins du textile ou de l industrie. Au titre de la sécurité intérieure, elle favorise la coopération et la lutte contre le trafic de stupéfiants, le blanchiment et le contrôle des précurseurs (produits chimiques qui servent à fabriquer des stupéfiants). Au titre de la politique de santé publique, elle soutient des campagnes d information et s est doté d un organisme d observation et de recherche, l Observatoire Européen des Drogues et des Toxicomanies (OEDT). Références : Plan d action de l Union Européenne en matière de lutte contre la drogue ( ), COM (1999), Bruxelles, Le cannabis est-il dépénalisé en Europe? NON. En droit, le cannabis reste prohibé dans les pays d Europe. Cependant, l usage ou la détention d une petite quantité ne sont pas sanctionnés pénalement dans certains pays (en Espagne, aux Pays-Bas, au Portugal, en Italie, en Belgique ou en Suisse). Dans la plupart de ces pays, l usage en public est puni par une sanction administrative. Dans certains pays, la culture de plants de cannabis par les usagers, la vente en petite quantité, sont tolérés (comme par exemple aux Pays-Bas, la vente d une quantité de cannabis non supérieure à 5 grammes dans les coffee shops). Page 19 sur 22

20 32. Les Pays-Bas autorisent-ils l usage de cannabis ou d autres drogues? NON. En droit, l usage de cannabis et des autres stupéfiants est interdit. Mais, en pratique, une tolérance existe. Les Pays-Bas sont, en effet, le premier pays à s être engagé dans une politique de réduction des risques. La loi distingue le cannabis et ses dérivés (haschich, pollen, huile) des autres drogues. Dans les deux cas, la possession pour usage est une infraction, mais cette infraction n est pas sanctionnée. L usage de cannabis fait l objet d une plus grande tolérance que celui des autres produits. Pour les opiacés, des produits de substitution sont mis à la disposition des usagers. La vente de cannabis en petite quantité (pas plus de 5 grammes) est également tolérée dans les «coffee shops». La décision d autoriser l ouverture d un «coffee shop» est prise au niveau local. L exploitant doit souscrire de nombreux engagements (ne pas vendre de drogues dures, ne pas faire de publicité, etc.). Le «coffee shops» peut être fermé en cas de violation de ces engagements ou tout simplement de trouble à l ordre public (tapage nocturne, bagarres, etc.). Remarque : Pour les usagers d héroïne les plus dépendants, les Pays-Bas ont mis en place à titre expérimental un programme de distribution contrôlée d héroïne par les services de santé. En application des traités européens, les Pays-Bas et la France ont renforcé leur coopération pour lutter contre le «tourisme de la drogue», c est-à-dire l achat de cannabis ou d autres stupéfiants aux Pays-Bas par des français. L usager interpellé à la frontière en possession de stupéfiants sera poursuivi pour trafic par importation et risque une lourde condamnation (10 ans d emprisonnement maximum) et de nombreuses interdictions professionnelles. 33. Existe-t-il des mesures contre les pays producteurs de drogue? OUI. Afin de dissuader les pays producteurs, l Union européenne et la France ont introduit dans tous les Traités commerciaux des dispositions favorisant la lutte contre la drogue. Les pays qui acceptent de s engager dans la lutte contre le trafic peuvent ainsi bénéficier de taxes d exportation très faibles et d un accès plus facile au marché européen. C est le «SPG-drogue» ou Système de préférence généralisée. Les pays européens se sont également engagés dans des programmes de coopération avec les pays producteurs qui ont pour objectif de favoriser le développement alternatif. Références : Règlements du Conseil n 3281/94 du 19 décembre 1994 (Journal Officiel des Communautés Européennes, L.348, 31 décembre, p. 1), et n 2820 du 21 décembre 1998 (Journal Officiel des Communautés Européennes, L.357, 30 décembre, p. 1). Page 20 sur 22

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits ou réglementés. Cela concerne toutes les drogues illégales,

Plus en détail

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits ou réglementés. On désigne par ce terme toutes les

Plus en détail

Le trafic et la consommation des stupéfiants se trouvent classés dans le livre intitulé «Crimes et délits contre les personnes.

Le trafic et la consommation des stupéfiants se trouvent classés dans le livre intitulé «Crimes et délits contre les personnes. Drogues et loi Le trafic et la consommation des stupéfiants se trouvent classés dans le livre intitulé «Crimes et délits contre les personnes. Loi du 31 décembre 1970 Interdit et pénalise l usage de toute

Plus en détail

DROGUES ET LOI. Dr F. PAYSANT CHU GRENOBLE

DROGUES ET LOI. Dr F. PAYSANT CHU GRENOBLE DROGUES ET LOI Dr F. PAYSANT CHU GRENOBLE contexte Drogue licite (tabac, alcool, jeu, internet, ) Organisation, ou prise en compte des effets Drogue illicite (héroïne, cannabis, cocaine,.) Production,

Plus en détail

plus savoir drogues Premier ministre livret juridique

plus savoir drogues Premier ministre livret juridique Premier ministre drogues savoir plus livret juridique droit et réglementation actions internationales dispositifs publics données statistiques formation politiques publiques prévention science et recherche

Plus en détail

Loi antitabac 2010 version finale.txt

Loi antitabac 2010 version finale.txt REPUBLIQUE TOGOLAISE ASSEMBLEE NATIONALE Loi antitabac 2010 version finale.txt LOI RELATIVE A LA PRODUCTION, A LA COMMERCIALISATION, ET A LA CONSOMMATION DU TABAC ET DE SES PRODUITS DERIVES CHAPITRE 1ER

Plus en détail

Problèmes judiciaires. Problèmes judiciaires

Problèmes judiciaires. Problèmes judiciaires Problèmes judiciaires 61 62 63 Contrôles et délits routiers À partir de 0,5 g/l d alcool dans le sang, la conduite est interdite en France [Voir : Cadre légal en matière d alcool]. Par ailleurs, depuis

Plus en détail

CHAPITRE Ier DISPOSITIONS GENERALES

CHAPITRE Ier DISPOSITIONS GENERALES LOI N RELATIVE A LA PRODUCTION, A LA COMMERCIALISATION, A LA CONSOMMATION DES CIGARETTES ET AUTRES PRODUITS DU TABAC CHAPITRE Ier DISPOSITIONS GENERALES Article Premier. Objet et domaine d application

Plus en détail

Les aspects législatifs

Les aspects législatifs Les aspects législatifs 9 pl. du Général Koenig, 35000 Rennes, 02.23.20.14.60 cirdd@cirdd-bretagne.fr Jeudi 12 mai 2011 DU Addictologie - Rennes DEFINITION DES DROGUES un historique international (1) Les

Plus en détail

Charte. Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie

Charte. Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie Charte Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie La consommation excessive d alcool et les conduites à risque associées sont des

Plus en détail

ALCOOL TABAC PRODUITS ILLICITES. Quelle législation et quelle prévention pour les jeunes?

ALCOOL TABAC PRODUITS ILLICITES. Quelle législation et quelle prévention pour les jeunes? ALCOOL TABAC PRODUITS ILLICITES Quelle législation et quelle prévention pour les jeunes? Le plan gouvernemental 2008/2011 et la Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie (MILDT)

Plus en détail

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES Les conditions de dépistage de l alcoolémie par les différents corps de contrôle sont connues de tous. Rapides et sans équivoque, les dépistages permettent de constater rapidement si un conducteur est

Plus en détail

Prévention. conduites addictives. Guide d information et de prévention. Anticiper pour mieux vous protéger

Prévention. conduites addictives. Guide d information et de prévention. Anticiper pour mieux vous protéger Prévention conduites addictives Guide d information et de prévention Anticiper pour mieux vous protéger La prévention, un enjeu pour votre santé Tabac, alcool, drogues La dernière décennie a marqué une

Plus en détail

STAGE DE SENSIBILISATION AUX DANGERS DE L USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - CAHIER DES CHARGES -

STAGE DE SENSIBILISATION AUX DANGERS DE L USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - CAHIER DES CHARGES - STAGE DE SENSIBILISATION AUX DANGERS DE L USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - CAHIER DES CHARGES - LE CADRE La loi relative à la prévention de la délinquance du 5 mars 2007 introduit de nouvelles dispositions

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 317 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 28 janvier 2014 PROPOSITION DE LOI autorisant l'usage contrôlé du cannabis, PRÉSENTÉE Par Mmes Esther BENBASSA, Kalliopi

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-379 du 14 avril 2010 relative à la santé des sportifs et à la mise en conformité du code du sport avec

Plus en détail

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE Dossier de Presse Contacts presse OFDT : Julie-Emilie Adès/ 01 53 20 95 16 / juade@ofdt.fr MILDT: Patrick Chanson / 01 44 63 20

Plus en détail

RESPECT DES VALEURS DU SPORT

RESPECT DES VALEURS DU SPORT LOIS LOI n o 2012-158 du 1 er février 2012 visant à renforcer l éthique du sport et les droits des sportifs (1) NOR : SPOX1115082L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Ordonnance n o 2015-1207 du 30 septembre 2015 relative aux mesures relevant du domaine de la loi nécessaires

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

COLLOQUE «LES SPORTIFS UNIS FACE A L ALCOOL»

COLLOQUE «LES SPORTIFS UNIS FACE A L ALCOOL» COLLOQUE «LES SPORTIFS UNIS FACE A L ALCOOL» INTERVENTION ANGELINE ENGLER Enseignante en droit Thématique : Point sur la législation qui régit le monde sportif et la présence d alcool lors de manifestations

Plus en détail

Charte Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie à destination des étudiants

Charte Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie à destination des étudiants Charte Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie à destination des étudiants La consommation excessive d alcool et les conduites

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Les infractions liées à l alcoolémie CONTRAVENTION Conduite avec une alcoolémie égale ou supérieure à 0,5 et inférieure à 0,8 g/ l de

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Les infractions liées à l alcoolémie En 2009, 1 200 vies auraient pu être sauvées si tous les conducteurs avaient respecté la limite légale

Plus en détail

Attention: nouvelle réglementation routière

Attention: nouvelle réglementation routière 12 Service public fédéral Mobilité et Transports www.mobilit.fgov.be E.R..: C. Van Den Meersschaut, Chaussée de Haecht 1405, 1130 Bruxelles D/2004/0779/10 Attention: nouvelle réglementation routière Infractions

Plus en détail

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION Etre capable d apprécier le cadre juridique d intervention et mettre en œuvre la procédure judiciaire. Connaître et articuler les cadres juridiques des interventions. Etre capable de situer son action

Plus en détail

Cadre légal et orientations de la politique publique. Cadre légal et orientations de la politique publique

Cadre légal et orientations de la politique publique. Cadre légal et orientations de la politique publique 133 Cadre légal et orientations de la politique publique 134 135 Cadre légal en matière d alcool celui collecté. Par contre, le cannabis et l alcool sont consommés en même temps que l ecstasy par 7 consommateurs

Plus en détail

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT 2 Les transferts et changements d affectation CHANGER D ÉTABLISSEMENT Un changement d affectation est une décision de transférer un détenu dans un autre établissement. Le transfert est la conduite de la

Plus en détail

Alcool. Mémento législatif. Service Documentation A.N.P.A.A. Octobre 2011. Association Nationale de PRÉVENTION en ALCOOLOGIE et ADDICTOLOGIE

Alcool. Mémento législatif. Service Documentation A.N.P.A.A. Octobre 2011. Association Nationale de PRÉVENTION en ALCOOLOGIE et ADDICTOLOGIE Alcool Mémento législatif Service Documentation A.N.P.A.A. Octobre 2011 Association Nationale de PRÉVENTION en ALCOOLOGIE et ADDICTOLOGIE A.N.P.A.A. Alcool - Mémento législatif Octobre 2011 Travail Article

Plus en détail

Vous trouverez ci-dessous les résultats des réponses qui nous paraissent les plus intéressantes : Pour quelles raisons consommez-vous du cannabis?

Vous trouverez ci-dessous les résultats des réponses qui nous paraissent les plus intéressantes : Pour quelles raisons consommez-vous du cannabis? Nous sommes quatre élèves de Terminale STT en option Administration. Nous avons choisi comme projet pour notre baccalauréat de réaliser une réunion d information sur le cannabis. Pour cela, une classe

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE L INTERDICTION DE FUMER DANS LES RESTAURANTS n LC 142 Janvier 2005 - 3 - L INTERDICTION DE FUMER DANS LES RESTAURANTS Sommaire Pages NOTE DE

Plus en détail

l L immense majorité des condamnations concernent des délits

l L immense majorité des condamnations concernent des délits Prévention de la récidive et individualisation des peines Chiffres-clés Juin 2014 Les condamnations En 2012, environ 900 000 infractions ont donné lieu à environ 600 000 condamnations pénales prononcées

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/3/Rev.1 20 avril 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences.

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences. 3La responsabilité La responsabilité civile La responsabilité pénale La procédure judiciaire applicable La protection judiciaire pour les jeunes majeurs En devenant majeur-e, vous devenez responsable de

Plus en détail

Dossier de Presse MISE EN PLACE D UN DÉPISTAGE SYSTÉMATIQUE DES STUPÉFIANTS POUR LES CONDUCTEURS IMPLIQUÉS DANS UN ACCIDENT MORTEL

Dossier de Presse MISE EN PLACE D UN DÉPISTAGE SYSTÉMATIQUE DES STUPÉFIANTS POUR LES CONDUCTEURS IMPLIQUÉS DANS UN ACCIDENT MORTEL Dossier de Presse MISE EN PLACE D UN DÉPISTAGE SYSTÉMATIQUE DES STUPÉFIANTS POUR LES CONDUCTEURS IMPLIQUÉS DANS UN ACCIDENT MORTEL Paris, le 28 août 2001 Quel est le contexte? - La France a enregistré

Plus en détail

Code du sport : Santé des sportifs et lutte contre le dopage

Code du sport : Santé des sportifs et lutte contre le dopage Code du sport : Santé des sportifs et lutte contre le dopage LIVRE II ACTEURS DU SPORT TITRE III SANTÉ DES SPORTIFS ET LUTTE CONTRE LE DOPAGE Chapitre préliminaire Article L. 230-1 Le ministre chargé des

Plus en détail

Droit des jeunes : la Justice

Droit des jeunes : la Justice Droit des jeunes : la Justice Fonctionnement de la justice Qu'est-ce que la loi? Droits fondamentaux Des notions à éclaircir & définitions juridiques Justice des mineurs Fonctionnement de la Justice L'ordre

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 4 décembre 2015 relative au développement d une thématique consacrée au racisme et aux discriminations dans les stages de citoyenneté NOR : JUSD1530025C La garde des sceaux, ministre de la

Plus en détail

Loi fédérale sur le commerce des boissons alcooliques

Loi fédérale sur le commerce des boissons alcooliques Loi fédérale sur le commerce des boissons alcooliques (Loi sur le commerce de l alcool, LCal) Projet du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 95, al. 1, 105 et 118, al. 2, let. a,

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/3 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Alcool. Mémento législatif. Service Documentation A.N.P.A.A. Avril 2014. Association Nationale de PRÉVENTION en ALCOOLOGIE et ADDICTOLOGIE A.N.P.A.A.

Alcool. Mémento législatif. Service Documentation A.N.P.A.A. Avril 2014. Association Nationale de PRÉVENTION en ALCOOLOGIE et ADDICTOLOGIE A.N.P.A.A. Alcool Mémento législatif Service Documentation A.N.P.A.A. Avril 2014 Association Nationale de PRÉVENTION en ALCOOLOGIE et ADDICTOLOGIE A.N.P.A.A. Alcool - Mémento législatif Avril 2014 Travail Article

Plus en détail

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère des sports

Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère des sports Ministère de l éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative Ministère des sports Direction de la jeunesse de l éducation populaire et de la vie associative Sous-direction des politiques

Plus en détail

Vente et publicité pour les vins et alcools : de la loi Evin à la loi Bachelot

Vente et publicité pour les vins et alcools : de la loi Evin à la loi Bachelot Vente et publicité pour les vins et alcools : de la loi Evin à la loi Bachelot La vente et la publicité pour les vins et alcools opposent les intérêts de protection de la santé publique aux intérêts économiques

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 22 mars 2012 présentant les dispositions pénales d application immédiate de la loi n 2012-304 du 6 mars 2012 relative à l établissement d un contrôle des armes moderne, simplifié et préventif

Plus en détail

Mémento législatif. En 1916, l absinthe est interdite.

Mémento législatif. En 1916, l absinthe est interdite. Mémento législatif Juillet 2003 La législation antialcoolique a commencé à s esquisser au 19 ème siècle avec deux dispositions fondamentales : la loi de 1838 sur l internement des aliénés, et la loi de

Plus en détail

Réguler les jeux d'argent : Le rôle de l'autorité Bruxelles le 12 octobre 2010. Intervention de M. Jean-François VILOTTE, Président de l ARJEL

Réguler les jeux d'argent : Le rôle de l'autorité Bruxelles le 12 octobre 2010. Intervention de M. Jean-François VILOTTE, Président de l ARJEL Réguler les jeux d'argent : Le rôle de l'autorité Bruxelles le 12 octobre 2010 Intervention de M. Jean-François VILOTTE, Président de l ARJEL SOMMAIRE la loi n 2010-476 du 12 mai 2010 la régulation, point

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1233427L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1233427L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant la ratification de la convention du Conseil de l Europe relative au blanchiment, au dépistage, à la saisie et à la confiscation

Plus en détail

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Condamnations et sanctions prononcées en matière de sécurité routière Année 2011 Les condamnations pour infraction

Plus en détail

Prévention et lutte contre les addictions : La FNTV communique, informe, sensibilise, mobilise pour plus et mieux de sécurité dans les autocars.

Prévention et lutte contre les addictions : La FNTV communique, informe, sensibilise, mobilise pour plus et mieux de sécurité dans les autocars. Prévention et lutte contre les addictions : La FNTV communique, informe, sensibilise, mobilise pour plus et mieux de sécurité dans les autocars. ADDICTIONS = DEPENDANCE = DANGER : Nos entreprises assurent

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Ciculaire du 11 mars 2011 relative à la présentation des dispositions relatives à la contravention de dissimulation du visage dans l espace public Le garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés

Plus en détail

EN 2005, 248 845 condamnations ont été prononcées pour infraction à la sécurité routière, soit 40,2% de

EN 2005, 248 845 condamnations ont été prononcées pour infraction à la sécurité routière, soit 40,2% de INFOSTAT JUSTICE Juin 2007 Numéro 95 Bulletin d information statistique Les condamnations pour infraction à la sécurité routière en 2005 Odile Timbart *, Tiaray Razafindranovona ** EN 2005, 248 845 condamnations

Plus en détail

Direction de l administration pénitentiaire Le placement sous surveillance électronique mobile

Direction de l administration pénitentiaire Le placement sous surveillance électronique mobile Direction de l administration pénitentiaire Le placement sous surveillance électronique mobile Sous-direction des personnes placées sous main de justice (PMJ) Pôle PSEM Septembre 2007 Le placement sous

Plus en détail

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels (Loi sur le transfert des biens culturels, LTBC) 444.1 du 20 juin 2003 (Etat le 1 er janvier 2012) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

5 questions-réponses sur la notion des violences sexuelles dans le sport

5 questions-réponses sur la notion des violences sexuelles dans le sport Textes-clés tirés du code du sport (source Légifrance) Article L332-6 Lors d une manifestation sportive ou de la retransmission en public d une telle manifestation dans une enceinte sportive, le fait de

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Pour connaître le nombre de points sur votre permis, connectez-vous sur le site : www.interieur.gouv.fr les principales infractions au code de la route et leurs sanctions En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr

Plus en détail

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel?

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? SOMMAIRE L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? L alcool peut-il être toléré dans l entreprise? Que faire face à l état d ivresse d un salarié? Un salarié en état d ébriété

Plus en détail

1. Introduction. Les grands axes du rapport

1. Introduction. Les grands axes du rapport Rapport alternatif sur la mise en oeuvre du Protocole facultatif à la Convention des droits de l enfant sur la vente d enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants

Plus en détail

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Les substances psychoactives (alcool, cannabis, héroïne ) agissent sur le cerveau mais aussi sur les sensations du corps. Cela va avoir

Plus en détail

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies Règles et normes de l Organisation des Nations Unies en matière de prévention du crime et de justice pénale Aide-mémoire des Casques bleus Vous avez signé un contrat avec l Organisation des Nations Unies

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 AMENAGEMENT DE PEINE Projet de réinsertion solide, nécessité Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 Un projet permettant de prévenir le risque de récidive grâce à une réinsertion

Plus en détail

La responsabilité pénale dans l entreprise

La responsabilité pénale dans l entreprise La responsabilité pénale dans l entreprise PLATO Le Lieu : CCI Granville. 1 Plan de l intervention Déterminer les zones de risques pénales dans l entreprise. Qui peut voir sa responsabilité pénale engagée?

Plus en détail

Habiter. Le travail illégal FICHE 15

Habiter. Le travail illégal FICHE 15 FICHE 15 Habiter Le travail illégal Sont interdits par la loi : > le travail dissimulé : absence de déclarations obligatoires, de remises de bulletin de paie, dissimulation d heures de travail ; > le prêt

Plus en détail

PROFIL PAYS FRANCE Information mise à jour le 10 juin 2013

PROFIL PAYS FRANCE Information mise à jour le 10 juin 2013 PROFIL PAYS FRANCE Information mise à jour le 10 juin 2013 Le but de ce profil pays est de présenter le pays sous l angle de la mise en œuvre de la convention européenne sur la violence et les débordements

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LA PRESCRIPTION DE L ACTION PUBLIQUE EN MATIÈRE DE VIOL n LC 178 Octobre 2007 - 3 - LA PRESCRIPTION DE L ACTION PUBLIQUE EN MATIÈRE DE VIOL

Plus en détail

FORMATION AU PERMIS D EXPLOITATION DE LICENCES CHRD MODULE 2,5 JOURS ---------- * ---------- Arrêté d agrément du 07 Avril 2014 : NOR INTD1408248A

FORMATION AU PERMIS D EXPLOITATION DE LICENCES CHRD MODULE 2,5 JOURS ---------- * ---------- Arrêté d agrément du 07 Avril 2014 : NOR INTD1408248A CREER, ACCOMPAGNER, DEVELOPPER UN CAFE, HOTEL, RESTAURANT, DISCOTHEQUE FORMATION AU PERMIS D EXPLOITATION DE LICENCES CHRD MODULE 2,5 JOURS ---------- * ---------- Arrêté d agrément du 07 Avril 2014 :

Plus en détail

LOI 311.11 d'application du Code pénal suisse (LVCP)

LOI 311.11 d'application du Code pénal suisse (LVCP) Adopté le 26.11.1973, entrée en vigueur le 01.01.1974 - Etat au 01.01.2007 (abrogé) LOI 311.11 d'application du Code pénal suisse (LVCP) du 26 novembre 1973 LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD vu le projet

Plus en détail

LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES L assemblée nationale a délibéré et adopté, le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit : CHAPITRE

Plus en détail

Les addictions chez les adolescents

Les addictions chez les adolescents Les addictions chez les adolescents L adolescence Adolescence signifie en latin «grandir» Le passage entre l enfance et l âge adulte Une génération intermédiaire Le sentiment d identité ne peut être ni

Plus en détail

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution?

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France.

Plus en détail

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme JUIN 2014 HORS-SÉRIE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Ce mini-guide

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

PUBLIC : CHEFS D ENTREPRISE, GÉRANTS, SALARIES DELEGATAIRES DE POUVOIRS

PUBLIC : CHEFS D ENTREPRISE, GÉRANTS, SALARIES DELEGATAIRES DE POUVOIRS CREER, ACCOMPAGNER, DEVELOPPER UN CAFE, HOTEL, RESTAURANT, DISCOTHEQUE PACK OUVERTURE PERMIS D EXPLOITATION DE LICENCES & HYGIENE ALIMENTAIRE EN RESTAURATION COMMERCIALE ---------- * ---------- Arrêté

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

Que sais-tu de la toxicomanie?

Que sais-tu de la toxicomanie? Que sais-tu de la toxicomanie? Mai 2006 À usage des parents et des professionnels de l éducation et de la prévention Sommaire Pourquoi informer? 3 Pourquoi lutter contre la toxicomanie? 3 Qu appelle-t-on

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Economic and Social Council

Economic and Social Council UNITED NATIONS E Economic and Social Council Distr. GENERAL ECE/TRANS/WP.1/2006/3/Rev.2 17 août 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS et FRANÇAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS

Plus en détail

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES»

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» MARDI 15 DÉCEMBRE 2015 --- Evénement présidé par Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et Michel SAPIN,

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

1. L incrimination du blanchiment de capitaux et l article 505 du Code pénal

1. L incrimination du blanchiment de capitaux et l article 505 du Code pénal TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS CHAPITRE I er. GENÈSE DE LA CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIÈRES A. CONTEXTE INTERNATIONAL ET DROIT COMPARÉ 1. Les premiers textes internationaux 2. Les modélisations

Plus en détail

www.lafourriere.com JORF n 135 du 13 juin 2003 texte n 1 LOI LOI n 2003-495 du 12 juin 2003 renforçant la lutte contre la violence routière (1)

www.lafourriere.com JORF n 135 du 13 juin 2003 texte n 1 LOI LOI n 2003-495 du 12 juin 2003 renforçant la lutte contre la violence routière (1) Email : contact@lafourriere.com www.lafourriere.com Source : Legifrance JORF n 135 du 13 juin 2003 texte n 1 LOI LOI n 2003-495 du 12 juin 2003 renforçant la lutte contre la violence routière (1) NOR:

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)9 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration.

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration. L'AGENT IMMOBILIER L'agent immobilier est un intermédiaire intervenant dans les opérations d achat, de vente, d échange, de sous-location ou de location de maisons, appartements, fonds de commerce, terrains.

Plus en détail

République Centrafricaine. Possession, détention, exploitation et commerce de l or et des diamants bruts

République Centrafricaine. Possession, détention, exploitation et commerce de l or et des diamants bruts Possession, détention, exploitation et commerce de l or et des diamants bruts [NB - Ordonnance n 83.024 du 15 mars 1983 fixant les conditions de possession et de détention et réglementant l exploitation

Plus en détail

CLASSIFICATION DES INFRACTIONS / ALCOOL, DROGUES ET MEDICAMENTS 14

CLASSIFICATION DES INFRACTIONS / ALCOOL, DROGUES ET MEDICAMENTS 14 CLASSIFICATION DES INFRACTIONS / ALCOOL, DROGUES ET MEDICAMENTS 14 Classification des infractions 14.1 La loi sur la circulation prévoit une catégorisation des infractions en quatre degrés, des moins graves

Plus en détail

LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) TITRE PREMIER INFRACTION AUX REGLES CONCERNANT LA CONDUITE DES VEHICULES

LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) TITRE PREMIER INFRACTION AUX REGLES CONCERNANT LA CONDUITE DES VEHICULES République du Sénégal Un Peuple - Un but - Une Foi LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) L Assemblée nationale a adopté, en sa séance du Jeudi 12 Décembre 2002 Le Président de la

Plus en détail

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application Extrait du Bulletin Officiel du Maroc n 5584 25 Kaada 1428 (6.12.2007) version française Dahir n 1-07-155 du 19 kaada 1428 (30 novembre 200 7) portant promulgation de la loi n 27-06 relative aux activités

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 28 juillet 2011 relative à la présentation des dispositions de droit pénal général et de procédure pénale générale de la loi n 2011-267 du 14 mars 2011 d orientation et de programmation pour

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

L encadrement de la publicité alcool en France Description et retour d expérience

L encadrement de la publicité alcool en France Description et retour d expérience L encadrement de la publicité alcool en France Description et retour d expérience Colloque Offre d alcool et conséquences sociales Service public fédéral santé publique de Belgique 26 septembre 2014 1

Plus en détail

Dépenses publiques 6

Dépenses publiques 6 Dépenses publiques 6 6.1 Estimation des dépenses publiques en matière de lutte contre les drogues Cristina Díaz Gómez 148 Estimer les dépenses publiques relatives aux drogues consiste à déterminer quels

Plus en détail

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE Le casier judiciaire national automatisé est tenu sous l autorité du ministre de la Justice. Il recense les condamnations, décisions et jugements prononcées contre les personnes

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012. M. Éric M. (Discipline des notaires)

Commentaire. Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012. M. Éric M. (Discipline des notaires) Commentaire Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012 M. Éric M. (Discipline des notaires) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 27 octobre 2011 par la Cour de cassation (première chambre civile,

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 84 final 2015/0042 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme SEPTEMBRE 2015 HORS-SÉRIE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Ce

Plus en détail