RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A06Q0180 PERTE D ALIMENTATION ÉLECTRIQUE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A06Q0180 PERTE D ALIMENTATION ÉLECTRIQUE"

Transcription

1 RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A06Q0180 PERTE D ALIMENTATION ÉLECTRIQUE DU BEECHCRAFT KING AIR 100 C-GJLP EXPLOITÉ PAR PROPAIR INC. À L AÉROPORT DE MONTRÉAL/ST-HUBERT (QUÉBEC) LE 18 OCTOBRE 2006

2 Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a enquêté sur cet événement dans le seul but de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales. Rapport d enquête aéronautique Perte d alimentation électrique du Beechcraft King Air 100 C-GJLP exploité par Propair Inc. à l aéroport de Montréal/St-Hubert (Québec) le 18 octobre 2006 Rapport numéro A06Q0180 Sommaire Le Beechcraft King Air 100, (immatriculé C-GJLP, numéro de série B 148), exploité par Propair Inc. sous l indicatif de vol PRO101, avec deux pilotes et quatre passagers à bord, décolle de l aéroport international de Montréal/Pierre-Elliott-Trudeau (Québec) à 9 h 18, heure avancée de l Est, pour effectuer un vol selon les règles de vol aux instruments (IFR) à destination de l aéroport de Montréal/St-Hubert (Québec). Peu de temps après le décollage, le système électrique de bord cesse de fonctionner. Il s ensuit une perte totale de l équipement de radionavigation, de certains instruments de vol ainsi que la perte de la majorité des indicateurs du panneau instruments moteur et une interruption des communications radio. L équipage quitte l altitude assignée pour descendre à l altitude minimale de secteur. Une éclaircie à travers les nuages permet de descendre sous la couche nuageuse. L équipage poursuit le vol à vue (VFR), et l appareil se pose à l aéroport de Montréal/St-Hubert sans autre incident. Aucun des occupants n est blessé, et l appareil n est pas endommagé. This report is also available in English.

3 Autres renseignements de base L équipage de conduite possédait les licences et les qualifications nécessaires pour effectuer le vol conformément à la réglementation en vigueur. Le commandant de bord totalisait environ 5500 heures de vol, dont 300 heures comme commandant de bord sur le King Air 100. Le copilote totalisait environ 2200 heures de vol, dont 200 heures en tant que copilote sur le King Air 100. Le commandant de bord avait suivi la formation en gestion des ressources de l équipage (CRM) en mars Le copilote, nouvellement embauché, n avait pas encore suivi cette formation. Selon le Règlement de l aviation canadien (RAC), cette formation n est pas obligatoire pour les compagnies exploitées en vertu de la sous-partie 3 de la Partie VII du RAC. Cependant, l exploitant a pris l initiative d offrir la formation tous les deux ans pour instruire ses équipages sur les concepts de CRM en but d assurer un meilleur travail d équipe. Avant le départ, l équipage a complété la planification de vol. Le commandant de bord a obtenu un exposé météo pour lequel les informations lui avaient été télécopiées. Il a déposé un plan de vol aux instruments (IFR) de l aéroport international de Montréal/Pierre-Elliott-Trudeau à l aéroport de Montréal/St-Hubert (Québec). Le plan de vol indiquait une autonomie de carburant de 5 heures et demie. Par la suite l appareil devait se rendre à Québec (Québec), Wabush (Québec) et Schefferville (Québec). La météo annonçait des conditions de vol aux instruments jusqu à Québec, mais s améliorait pour les destinations plus au nord. À l heure d arrivée prévue à St-Hubert, l équipage pouvait s attendre selon la prévision d aérodrome (TAF) à un plafond fragmenté à 700 pieds et à un ciel couvert à 1200 pieds avec une visibilité de 5 milles dans la bruine légère et la brume. À l occasion, entre 9 h 1 et 11 h la couche fragmentée pouvait devenir éparse et la visibilité pouvait être de 6 milles dans la brume. Le démarrage des moteurs s est fait normalement. Tout en circulant vers la piste 24 gauche (24L) pour le départ, l équipage a exécuté les vérifications avant décollage et a débuté les vérifications «alignement». Puisqu il était numéro quatre dans la séquence de décollage, l équipage a reporté deux points de la liste de vérification «alignement», soit la mise en fonction des phares d atterrissage et de l auto-allumage, jusqu à ce que l appareil soit sur la piste prêt à décoller. En position sur la piste pour le décollage, le copilote a allumé les phares d atterrissage, et le commandant de bord a exécuté la liste de vérification en plaçant ce qu il croyait être les interrupteurs de l auto-allumage à la position ON. En fait, il a plutôt placé par inadvertance les commutateurs d allumage-démarrage à la position allumage/démarrage. À ce moment, le voyant principal d avertissement s est allumé momentanément sans révéler d autres indications anormales sur le panneau annonciateur. 1 Les heures sont exprimées en heure avancée de l Est (temps universel coordonné moins quatre heures).

4 - 3 - L avion a décollé à 9 h 18. L équipage a été autorisé pour un départ normalisé aux instruments (SID) JADEE SIX piste 24L. Cette procédure de départ comporte une montée à 3000 pieds sur un cap de 238 degrés avant d être guidé par le contrôle de la circulation aérienne (ATC) et être transféré de la fréquence tour à la fréquence terminale. Une observation météorologique aéronautique spéciale émise pour Montréal à 9 h 21, soit trois minutes après le décollage, indiquait quelques nuages à 600 pieds, un plafond fragmenté à 1000 pieds et un ciel couvert à 2800 pieds avec une visibilité de 3 milles dans la bruine. Après le décollage, le train d atterrissage n est pas rentré normalement lorsque le levier de train a été placé à la position UP. Quoique l équipage ait entendu le bruit du moteur entraînant le train d atterrissage, le voyant de mouvement indiquant que le train n était pas rentré correctement est resté allumé. L équipage a entamé la liste de vérification après décollage, et le commandant de bord a effectué une manœuvre de sortie puis de rentrée du train. C est à ce moment que le commandant de bord a réalisé que les voyants blancs de l auto-allumage étaient restés allumés. Il a manipulé les interrupteurs de l auto-allumage, mais les voyants ne se sont pas éteints. La liste de vérification applicable à cette anomalie n a pas été exécutée, car l équipage était occupé à exécuter la liste de vérification «indication anormale du train train en mouvement». Au même moment, une panne des instruments de radionavigation est survenue. À l exception de l horizon artificiel situé du côté copilote, seuls les instruments anémométriques comme les altimètres, les indicateurs de vitesse, les variomètres étaient fonctionnels en plus de la boussole et du coordonnateur de virage. Au moment où l équipage de PRO101 faisait face à la panne d instruments, le contrôleur a tenté à trois reprises de communiquer avec PRO101, mais sans succès. À 9 h 25, le contrôleur a informé l équipage de PRO101 qu il voyait la cible secondaire sur le radar, mais que les transmissions radio étaient faibles. Le cap 050 a été assigné à PRO101 pour le guidage radar pour une approche piste 24 droite (24R) à l aéroport de St-Hubert. L interception de l axe d approche était prévue à 9 milles en finale. Le contrôleur a également demandé à PRO101 d accuser réception, ce qui a été fait en appuyant sur le bouton IDENT du transpondeur. L équipage a tenté sans succès de communiquer avec l ATC au moyen de la deuxième radio de l avion. Le contrôleur terminal a continué de guider l appareil, et l accusé de réception a été fait avec le bouton IDENT. La dernière transmission reçue par l équipage était l instruction de passer sur l autre fréquence terminale. Le contrôleur terminal a coordonné l arrivée de PRO101 avec le contrôleur de la tour de St-Hubert. À la demande du contrôleur de la tour, l appareil a été autorisé à l approche et à l atterrissage piste 24R. Cette transmission n a pas été reçue par l équipage. Durant le guidage radar, l équipage était en mesure d estimer sa position par rapport à l aéroport de St-Hubert (voir la Figure 1). Le commandant de bord se rappelait que lors de la montée au départ de Montréal, il avait pu voir le sol au travers de la couche nuageuse éparse jusqu à une altitude d environ 2000 pieds. L équipage a donc décidé de quitter la dernière altitude assignée de 3000 pieds pour l altitude minimale de secteur (MSA) 2, qu il croyait être de 2 MSA : altitude la plus basse qui assure une marge minimale de franchissement de 1000 pieds au-dessus de tous les objets situés dans un secteur circulaire de 25 NM de rayon centré sur une aide de radionavigation.

5 pieds. La MSA à l ouest du radiophare non directionnel (NDB) Hauts-Bois (voir l annexe A), le repère d approche finale (FAF) pour la piste 24R, est de 2200 pieds alors que la MSA à l est du NDB Hauts-Bois est de 2600 pieds. À 2200 pieds, le commandant de bord a aperçu le sol et a exécuté un virage serré vers la gauche tout en maintenant le contact visuel avec les références au sol. Une fois l avion établi en palier, l équipage a estimé que le plafond était à environ 200 pieds au-dessus du sol (AGL) avec une visibilité de ½ mille. Le tracé radar montre qu au moment de la descente l appareil était à 9 milles marins (NM) à l est-nord-est du NDB; la MSA pour cette région aurait été de 2600 pieds. Figure 1. Trajectoire radar L équipage a dirigé l appareil sur un cap estimé vers l aéroport de St-Hubert sans avoir l aéroport en vue. En préparation pour l atterrissage, l équipage a tiré le coupe-circuit du train d atterrissage conformément à la procédure d urgence de sortie du train d atterrissage, et le train d atterrissage a été sorti manuellement. Le système de positionnement mondial (GPS) de l avion s est remis en fonction, et le copilote a rapidement sélectionné la route directe vers St-Hubert. Le GPS affichait une distance de 12 NM et un cap de 255 pour se diriger vers St-Hubert. À environ 5 NM du seuil de la piste 24R, les trois voyants verts indiquant que le train d atterrissage était sorti et verrouillé se sont allumés. Le copilote a donné un exposé d atterrissage d urgence aux passagers, et la liste de vérification avant atterrissage a été exécutée. PRO101 a atterri normalement à 9 h 45 et a roulé jusqu à l aire de trafic. Au moment de l atterrissage, le plafond à St-Hubert était à 700 pieds AGL et la visibilité était de 3 ½ milles terrestres (sm). Le vol a duré 27 minutes.

6 - 5 - Le panneau annonciateur centré sur la partie supérieure du tableau de bord comprend plusieurs voyants rouges associés aux systèmes de l avion qui s allument en cas d anomalie. L illumination d un voyant provoque l illumination simultanée du voyant principal d avertissement situé à gauche du panneau, presque face au pilote de gauche. Après s être activé, le voyant clignote jusqu à ce qu il soit désactivé. Le voyant principal d avertissement a pour but d attirer l attention de l équipage sur le panneau annonciateur pour identifier le système fautif pour que l équipage puisse appliquer la procédure appropriée. Lors de l événement, les deux voyants blancs de l auto-allumage étaient allumés, ce qui est normal, jusqu à ce que les leviers de commande de puissance moteur soient avancés au-delà d une puissance (couple) prédéterminée, laquelle désengage le système de l auto-allumage. La liste de vérification indique de vérifier la position des commutateurs d allumage-démarrage si les voyants restent allumés lorsque les leviers sont avancés au-delà de la puissance prédéterminée. Les interrupteurs de l autoallumage ainsi que les commutateurs d allumagedémarrage des moteurs, installés sur les appareils King Air 100, sont positionnés sur le côté gauche au bas du tableau de bord (voir la Photo 1). Ils ne sont accessibles que par le commandant de bord et ne sont pas visibles pour le copilote. La vue de ces interrupteurs et commutateurs est obstruée par le volant gauche et les documents qui peuvent y être attachés. Un mouvement de la tête est requis pour les observer. Photo 1. Vue des interrupteurs et des commutateurs Les interrupteurs de l auto-allumage ont deux positions : vers le haut et vers le bas. Vers le bas, le système est désactivé. Vers le haut, l auto-allumage est en mode armé. La position est confirmée par deux voyants verts situés sous les interrupteurs. Également, deux voyants blancs «L IGNITION» et «R IGNITION» sur le panneau annonciateur s allument lorsque le couple moteur est en deçà de 425 livres-pied. Les interrupteurs sont protégés contre de faux mouvements par un cran qui nécessite que le levier de l interrupteur soit tiré pour permettre une sélection. La liste de vérification du King Air A100 exige que les interrupteurs soient placés en mode armé durant la vérification alignement, qui est le dernier point à exécuter avant le décollage. Ils doivent être placés à la position OFF lors de la vérification après atterrissage. Les commutateurs d allumage-démarrage des moteurs ont trois positions. La position basse sert à faire tourner les moteurs sans allumage. La position du centre met les commutateurs hors circuit, alors que la position vers le haut commande le démarrage, ce qui comprend l allumage. Il n y a pas de cran de protection sur ces commutateurs; ils peuvent donc être activés par inadvertance. En position basse, un ressort de rappel tend à ramener le commutateur vers le centre. Par contre, lorsque le commutateur est placé en position vers le haut pour le démarrage

7 - 6 - des moteurs, il n y a pas de ressort de rappel. Le commutateur demeure donc en position allumage/démarrage jusqu à ce qu il soit désactivé. À cette position, le voyant blanc approprié, «L IGNITION» ou «R IGNITION» du panneau annonciateur s allume et reste allumé, peu importe la puissance moteur produite. Sur les moteurs du King Air 100, la même unité alterne entre les fonctions de démarreur et de générateur. La sélection allumage/démarrage commande la fonction démarreur et désactive la fonction génératrice. Dans ce cas, tous les besoins électriques de l appareil sont alors fournis par la batterie. Sur le C-GJLP, si les commutateurs d allumage-démarrage sont laissés en position allumage/démarrage par inadvertance, l équipage ne bénéficie pas de l avertissement des voyants rouges «L GENERATOR» et «R GENERATOR» signalant que les deux générateurs sont hors circuit. La seule indication disponible à l équipage aurait été une lecture des indicateurs de charge. Ceux-ci auraient indiqué zéro, et la sélection voltmètre aurait indiqué le voltage restant de la batterie, soit 24 volts ou moins, au lieu du voltage de 28 volts produit par les générateurs. Une vérification des indicateurs de charge au moment de mettre les interrupteurs de l auto-allumage à ON ne fait pas partie de la liste de vérification «alignement». Les indicateurs de charge positionnés sous les commutateurs d allumage-démarrage ne permettent pas une lecture facile pour le pilote en place gauche et ne sont pas visibles pour le pilote en place droite. Le problème initial remarqué par l équipage a été l indication que le train restait en mouvement. La liste de vérification «indication anormale du train» indique d effectuer une manœuvre de sortie puis de rentrée du train. Cette action est connue pour rectifier un problème de microcontacts 3. Par contre, si la situation persiste, l équipage doit laisser le levier en position rentrée, réduire la vitesse à V le 4 et revoir la planification de vol. L instruction d effectuer une manœuvre de sortie puis de rentrée du train ne tient pas compte d un problème électrique et ne renvoie pas le pilote à la liste de vérification applicable «train ne rentre pas». Cette liste de vérification indique de tirer le coupe-circuit pour mettre le moteur du train d atterrissage hors tension. Cette procédure n ayant pas été effectuée, le moteur du train est resté alimenté, ce qui a exacerbé le taux de décharge de la batterie. Le GPS installé sur le C-GJLP peut fonctionner sur une gamme de voltages entre 11 et 32 volts. La perte du GPS confirme que le voltage de la batterie est descendu en deçà de 11 volts. Lorsque l équipage a tiré le coupe-circuit du train d atterrissage pour sortir le train manuellement, la réduction de la demande électrique a permis au voltage de la batterie de se rétablir et de réactiver le GPS. Quelques heures après l événement, la batterie affichait un voltage de 18 volts. Les radios de communication et de navigation exigent normalement un voltage supérieur à 20 volts. Le voltage était également insuffisant pour les besoins des onduleurs qui alimentent les instruments de vol en courant alternatif. 3 Microcontact : petit interrupteur confirmant la position du train d atterrissage. 4 V le : vitesse maximale autorisée avec le train d atterrissage sorti.

8 - 7 - Le C-GJLP, numéro de série B 148, a été construit en 1973 et était entretenu conformément à la réglementation en vigueur. Après l événement, des tests de rentrée du train ont démontré que le train fonctionnait correctement. Le problème de rentrée du train a été relié à la baisse de voltage, ce qui a diminué la capacité du moteur électrique du train en deçà du couple requis pour escamoter les roues du train principal qui rentrent vers l avant contre le vent relatif. Au cours de l enquête, le BST a exécuté des vérifications des voyants lumineux du panneau annonciateur du C-GJLP. Ces vérifications ont confirmé que le voyant lumineux du générateur «GEN» ne s allume pas si l équipage a mal positionné le commutateur d allumage-démarrage, ce qui prive l équipage d un avertissement critique. Par contre, le même essai sur un autre King Air 100, numéro de série B 235, a immédiatement provoqué l illumination des voyants de générateur et déclenché le voyant principal d avertissement. Le constructeur a confirmé qu à partir du numéro de série B 224, le régulateur de voltage de chacun des générateurs avait été remplacé par un modèle électronique. Les changements au câblage électrique requis pour la modification ont permis l activation des voyants d anomalie de générateurs en cas de sélection fortuite des commutateurs d allumage-démarrage. Cette modification n a pas été offerte pour convertir le système électrique des modèles de King Air antérieurs. L illumination momentanée du voyant principal d avertissement rencontrée par l équipage lors des vérifications à l alignement sur la piste n a pu être reproduite lors des essais. Ce genre d indication erratique avait déjà été observé sur le C-GJLP lorsqu il était laissé à l extérieur par temps frais et humide, comme c était le cas le matin de l incident. Deux autres événements similaires s étaient produits auparavant au sein de la compagnie. Dans le premier cas, l anomalie avait été remarquée avant le décollage, et dans le deuxième cas, l appareil en vol VFR de nuit avait pu revenir atterrir sans conséquence. Ces deux événements n étaient pas documentés et n existaient que dans la mémoire corporative de la compagnie. Transports Canada a mis en œuvre des systèmes de gestion de la sécurité (SGS) 5. Cependant, la mise en œuvre des SGS s appliquant aux exploitants dont le certificat d exploitation a été délivré en vertu de la sous-partie 3 de la partie VII du RAC est prévue pour entrer en vigueur vers septembre Une fois implanté, le SGS exigera dans un tel cas, un examen des circonstances et un suivi avec les équipages. Une vérification de la base de données du BST n a révélé qu un seul événement similaire (A04W0047) de perte de courant électrique complète sur un King Air 100 au cours duquel l équipage avait placé par inadvertance les commutateurs d allumage-démarrage à la position allumage/démarrage. Puisque ces événements n occasionnent pas nécessairement une situation d urgence ou des dommages à l appareil, il n est pas obligatoire de les signaler au BST. Par conséquent, les statistiques disponibles ne reflètent probablement pas la réalité. 5 SGS : processus documenté de gestion des risques qui intègre des systèmes d exploitation et des systèmes techniques à la gestion des ressources financières et humaines pour assurer la sécurité aérienne ou la sécurité du public.

9 - 8 - L article du RAC, le Canada Air Pilot et le Supplément de vol Canada spécifient les procédures à suivre en cas de panne de communications bilatérales en vol IFR ou VFR. Cependant, ces procédures ne prennent pas en considération la perte totale des systèmes de radionavigation. Dans un tel cas, on s attend à ce qu un pilote fasse preuve de bon jugement dans les mesures qu il prendra. Les procédures permettent l utilisation d un téléphone cellulaire en cas de panne complète. Ce n est qu après le vol de l incident qu il a été réalisé que cette option aurait été disponible puisqu il y avait des téléphones cellulaires à bord de l appareil. Analyse Tout indique que le commandant de bord a sélectionné les commutateurs d allumage-démarrage au lieu des interrupteurs de l auto-allumage peu de temps avant le décollage. Quoique ces deux ensembles de commutateurs et interrupteurs aient des mécanismes d opération distincts, les différences n ont pas été suffisantes pour éviter l erreur. Ce type d erreur est fréquent pour des tâches routinières où l objet à être actionné est situé à proximité d un autre. La liste de vérification «alignement» ne comprend pas une lecture de l indicateur de charge au moment de sélectionner l auto-allumage. Celle-ci confirmerait que les générateurs sont en circuit. À partir du numéro de série B 224, les voyants des générateurs du King Air 100 s allument si ceux-ci sont hors circuit dus aux commutateurs d allumage-démarrage laissés en position allumage/démarrage. Cependant, cette modification n a pas été offerte aux exploitants de King Air de modèles antérieurs. Bien que les commutateurs d allumage-démarrage soient dotés d un ressort de rappel dans la position servant à faire tourner les moteurs sans démarrage, cette option n a pas été retenue pour la position démarrage. Par conséquent, les commutateurs restent dans la position démarrage s ils y sont placés par inadvertance, et ce jusqu à ce qu ils soient ramenés manuellement. Des procédures d urgence sont formulées pour donner à l équipage des solutions pratiques aux situations anormales. Pour qu un équipage puisse suivre une procédure d urgence, il doit reconnaître la situation, identifier la solution appropriée et l exécuter. Sans indication claire que les générateurs étaient hors circuit, l équipage n a pas identifié que la source de l ensemble des pannes était le manque d alimentation électrique, pour lequel une procédure existe. La vérification pertinente aux voyants blancs de l auto-allumage qui restaient allumés aurait guidé l équipage vers les commutateurs d allumage-démarrage. Cependant, puisque ces voyants blancs sont d abord utilisés à titre d information pour indiquer que le système est en marche, ils n ont pas la connotation d anomalie devant être gérée de façon prioritaire. Ce qui expliquerait pourquoi l équipage n a pas exécuté la liste de vérification applicable et qu il a plutôt porté son attention sur les autres anomalies qui se développaient. La logique d effectuer une manœuvre de sortie puis de rentrée du train suite à l illumination du voyant de mouvement ne tient pas compte de la possibilité d une panne électrique. Le dernier point indiquant de modifier la planification de vol donne l impression qu il n y a pas d autres procédures disponibles pour rectifier la situation et ne guide pas l équipage de conduite vers la liste de vérification «train ne rentre pas». L exécution de cette liste de vérification aurait permis de couper l alimentation électrique au moteur du train, et l énergie conservée aurait assuré le fonctionnement des radios et des instruments de vol pendant plusieurs minutes. Le GPS serait

10 - 9 - resté en fonction et plusieurs options auraient alors été disponibles. L autonomie de carburant étant suffisante, le vol aurait pu être dérouté vers un endroit où existaient des conditions plus propices au vol VFR. La série d anomalies se chevauchant immédiatement après le décollage a monopolisé l attention de l équipage et l a contraint à continuellement réévaluer les nouvelles pannes : Le train d atterrissage est resté en mouvement après que le pilote a mis le levier de train à la position UP. Les voyants de l auto-allumage sont restés allumés. Certains instruments de vol sont tombés en panne. Les instruments de radiocommunication sont tombés en panne. Les instruments de radionavigation sont tombés en panne. Le GPS est tombé en panne. L équipage n a pas identifié la source des problèmes comme étant une panne d alimentation électrique. En conditions de vol IFR, l équipage faisait face à des pannes d instruments de vol et des systèmes de navigation non prévue dans la réglementation applicable en cas de perte des communications bilatérales. Ne connaissant pas la source du problème et craignant de nouvelles pannes, l équipage a décidé d amorcer une descente pour rétablir le contact visuel avec le sol. La décision de descendre à 2200 pieds était basée sur le fait que l équipage connaissait bien la région et que le guidage radar reçu avant la panne de communication lui fournissait une position approximative. De plus, il venait de quitter Montréal où il avait gardé le sol en vue jusqu à une altitude de 2000 pieds. La collecte et l analyse d informations reliées aux expériences opérationnelles sont essentielles pour bien gérer la sécurité. Des incidents qui semblent minimes présentent une opportunité de comprendre quand et où des erreurs peuvent survenir et permettent de formuler des correctifs pour les éliminer. Une fois en place, le SGS incitera les exploitants à analyser ce genre d incident. L absence de divulgation de cette information a permis la récurrence du même événement dans des conditions plus difficiles. Sans processus formel pour analyser les expériences opérationnelles, il est probable que les mêmes erreurs se reproduiront. Faits établis quant aux causes et aux facteurs contributifs 1. Peu de temps avant le décollage, le commandant de bord a sélectionné par inadvertance les commutateurs d allumage-démarrage au lieu des interrupteurs de l auto-allumage. Par conséquent, tous les besoins électriques de l appareil ont été approvisionnés par la batterie qui n a pu garder la charge nécessaire pour l utilisation normale du système électrique et ses instruments connexes. 2. La liste de vérification «alignement» ne comprend pas une lecture de l indicateur de charge au moment de sélectionner l auto-allumage. Celle-ci confirmerait que les générateurs sont en circuit.

11 L absence d indication claire par les voyants lumineux que les générateurs étaient hors circuit a privé l équipage d une information nécessaire pour reconnaître rapidement l anomalie. 4. L équipage a exécuté la liste de vérification «indication anormale du train train en mouvement». Cette liste de vérification donne l impression qu il n y a pas d autres procédures disponibles pour rectifier la situation et ne guide pas l équipage de conduite vers la liste de vérification «train ne rentre pas». 5. L équipage n a pas exécuté la liste de vérification «train ne rentre pas», ce qui aurait permis de couper l alimentation électrique au moteur du train. L énergie conservée aurait assuré le fonctionnement des radios et des instruments de vol pendant plusieurs minutes. Fait établi quant aux risques 1. L équipage est descendu à une altitude plus basse que l altitude du secteur applicable à sa position, sans connaître sa position exacte. Cette situation augmentait le risque de collision avec le relief ou avec des obstacles. Autres faits établis 1. L absence d un processus formel pour analyser les expériences opérationnelles et de divulgation de l information relative à des accidents ou incidents similaires précédents a permis la récurrence du même événement dans des conditions plus difficiles. 2. L équipage faisait face à un chevauchement de pannes. Il n a pas eu le temps d exécuter les listes de vérification spécifiques à chaque panne, ce qui l aurait éventuellement aidé à rectifier la situation. Il a plutôt pris la décision de descendre pour retrouver et maintenir le contact avec le sol. Mesures de sécurité Depuis l incident, lors de la formation au sol (initiale et périodique), les instructeurs formateurs chez Propair Inc. insistent sur le risque associé au système de démarreur/générateur et sur ses conséquences sur certains appareils Beechcraft King Air 100 de la compagnie Propair. Le présent rapport met un terme à l enquête du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) sur cet événement. Le Bureau a autorisé la publication du rapport le 13 février Visitez le site Web du BST (www.bst.gc.ca) pour plus d information sur le BST, ses services et ses produits. Vous y trouverez également des liens vers d autres organismes de sécurité et des sites connexes.

12 Annexe A Instructions d approche ILS piste 24R à l aéroport de Montréal/St-Hubert

RAPPORT D=ENQUÊTE SUR UN ACCIDENT AÉRONAUTIQUE A00P0026 PERTE DE PUISSANCE ET DÉFECTUOSITÉ MÉCANIQUE

RAPPORT D=ENQUÊTE SUR UN ACCIDENT AÉRONAUTIQUE A00P0026 PERTE DE PUISSANCE ET DÉFECTUOSITÉ MÉCANIQUE RAPPORT D=ENQUÊTE SUR UN ACCIDENT AÉRONAUTIQUE A00P0026 PERTE DE PUISSANCE ET DÉFECTUOSITÉ MÉCANIQUE SCHWEIZER 269C (hélicoptère) C-GFJO 20 nm au sud de PRINCE GEORGE (COLOMBIE-BRITANNIQUE) LE 21 FÉVRIER

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE A98W0181 PERTE DE MAÎTRISE/ATTERRISSAGE DUR

RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE A98W0181 PERTE DE MAÎTRISE/ATTERRISSAGE DUR Bureau de la sécurité des transports du Canada Transportation Safety Board of Canada RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE A98W0181 PERTE DE MAÎTRISE/ATTERRISSAGE DUR CANADIAN HELICOPTERS LTD EUROCOPTER

Plus en détail

RAPPORT INCIDENT GRAVE

RAPPORT INCIDENT GRAVE www.bea.aero RAPPORT INCIDENT GRAVE Approche au-dessus du plan de descente, interception d un signal ILS secondaire, augmentation de l assiette commandée par le pilote automatique (1) Sauf précision contraire,

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A06W0111 PERTE DE MAÎTRISE ET COLLISION AU SOL

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A06W0111 PERTE DE MAÎTRISE ET COLLISION AU SOL RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A06W0111 PERTE DE MAÎTRISE ET COLLISION AU SOL DU PIPER PA-34-200T (SENECA II) C-GOLY À EDSON (ALBERTA) LE 11 JUILLET 2006 Le Bureau de la sécurité des transports du Canada

Plus en détail

Quest-ce qui caractérise un ULM

Quest-ce qui caractérise un ULM Multiaxe Pendulaire Qu est-ce qui caractérise un ULM? Faut-il un brevet pour piloter un ULM? Quelle est la durée de la formation jusqu à l obtention du brevet? Un pilote ULM peut-il voler où il veut? Un

Plus en détail

RAPPORT INCIDENT GRAVE

RAPPORT INCIDENT GRAVE www.bea.aero RAPPORT INCIDENT GRAVE Atterrissage sur une piste désaffectée (1) Sauf précision contraire, les heures figurant dans ce rapport sont exprimées en heure locale. Aéronef Avion Cessna 510 Citation

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION AÉRONAUTIQUE 5/15

CIRCULAIRE D INFORMATION AÉRONAUTIQUE 5/15 CIRCULAIRE D INFORMATION AÉRONAUTIQUE 5/15 1.0 Introduction OPÉRATIONS SELON LES RÈGLES DE VOL AUX INSTRUMENTS (IFR) BASÉES SUR LE SYSTÈME MONDIAL DE NAVIGATION PAR SATELLITE (GNSS) (Remplace l AIC 16/08)

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A04Q0041 DIFFICULTÉ DE CONTRÔLE

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A04Q0041 DIFFICULTÉ DE CONTRÔLE Bureau de la sécurité des transports du Canada Transportation Safety Board of Canada RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A04Q0041 DIFFICULTÉ DE CONTRÔLE DU DHC-8-300 C-GABP EXPLOITÉ PAR AIR CANADA JAZZ À L

Plus en détail

Protocole pour vol au-dessus des grandes cités. Par Daniel Turcotte

Protocole pour vol au-dessus des grandes cités. Par Daniel Turcotte Protocole pour vol au-dessus des grandes cités. Par Daniel Turcotte Historique À l occasion, les commanditaires peuvent demander un peu plus de visibilité en survolant les grandes villes comme Montréal

Plus en détail

RAPPORT D=ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE A99A0046 PASSAGER BLESSÉ LORS DE SA DESCENTE DE L=AVION

RAPPORT D=ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE A99A0046 PASSAGER BLESSÉ LORS DE SA DESCENTE DE L=AVION RAPPORT D=ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE A99A0046 PASSAGER BLESSÉ LORS DE SA DESCENTE DE L=AVION AIR CANADA BOEING 767-200, C-FBEM ST. JOHN=S (TERRE-NEUVE) 31 MARS 1999 Le Bureau de la Sécurité des

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A05A0161 CONTACT ENTRE L AILE ET LA PISTE À L ATTERRISSAGE

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A05A0161 CONTACT ENTRE L AILE ET LA PISTE À L ATTERRISSAGE RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A05A0161 CONTACT ENTRE L AILE ET LA PISTE À L ATTERRISSAGE DU BOEING 737-700 C-GWJF DE WESTJET AIRLINES À L AÉROPORT INTERNATIONAL DE HALIFAX (NOUVELLE-ÉCOSSE) LE 25 DÉCEMBRE

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A07A0056 DÉFAILLANCE DU BOÎTIER RÉDUCTEUR

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A07A0056 DÉFAILLANCE DU BOÎTIER RÉDUCTEUR RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A07A0056 DÉFAILLANCE DU BOÎTIER RÉDUCTEUR DE L HÉLICOPTÈRE BELL 407 C-GOFL EXPLOITÉ PAR UNIVERSAL HELICOPTERS NEWFOUNDLAND LIMITED À 7 NM AU SUD DE POSTVILLE (TERRE-NEUVE

Plus en détail

RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRIENNE A07-09

RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRIENNE A07-09 RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRIENNE A07-09 Commutateur de coupure du circuit hydraulique à valeur électrique nominale trop faible Contexte À 17 h 25, heure locale,

Plus en détail

Check-list Du. Rans Coyote II-S-6ES-Rotax 912 UL P F J V K S - 72 Q A

Check-list Du. Rans Coyote II-S-6ES-Rotax 912 UL P F J V K S - 72 Q A Check-list Du Rans Coyote II-S-6ES-Rotax 912 UL P F J V K S - 72 Q A Mise à jour du 06/10/2015 2 PRE-VOL Contrôle visuel général de l apparence devant l appareil. Contacts magnétos sur «OFF» ou vers le

Plus en détail

ATR 72-212A immatriculé F-OIQU Date et heure 25 juin 2011 à 17 h 12 Exploitant

ATR 72-212A immatriculé F-OIQU Date et heure 25 juin 2011 à 17 h 12 Exploitant www.bea.aero RAPPORT INCIDENT Dysfonctionnement de la commande de compensation de la gouverne de direction en montée initiale, demi-tour. Aéronef ATR 72-212A immatriculé F-OIQU Date et heure 25 juin 2011

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A05C0109 AMERRISSAGE DUR ET CAPOTAGE

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A05C0109 AMERRISSAGE DUR ET CAPOTAGE RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A05C0109 AMERRISSAGE DUR ET CAPOTAGE DU STINSON 108-1 C-FEXL À L HYDROBASE DE BURNTWOOD RIVER À THOMPSON (MANITOBA) LE 18 JUIN 2005 Le Bureau de la sécurité des transports

Plus en détail

Formation Pratique PPL (Pilote Privé) PHASE I

Formation Pratique PPL (Pilote Privé) PHASE I Formation Pratique PPL (Pilote Privé) PHASE I Le but de cette phase est l intégration de l élève dans le milieu aéronautique et lui permettre d'acquérir les connaissances nécessaires à son premier vol.

Plus en détail

Décision du Ministre du Transport et de l équipement N 050 du 24 Mai 2011 Fixant les méthodes et minimums de séparations des aéronefs aux procédures.

Décision du Ministre du Transport et de l équipement N 050 du 24 Mai 2011 Fixant les méthodes et minimums de séparations des aéronefs aux procédures. République Tunisienne ***** Ministère du Transport et de l Equipement Décision du Ministre du Transport et de l équipement N 050 du 24 Mai 2011 Fixant les méthodes et minimums de séparations des aéronefs

Plus en détail

JORF n 0042 du 18 février 2012. Texte n 11

JORF n 0042 du 18 février 2012. Texte n 11 Le 21 février 2012 JORF n 0042 du 18 février 2012 Texte n 11 ARRETE Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 24 juillet 1991 relatif aux conditions d utilisation des aéronefs civils en aviation générale

Plus en détail

Note d orientation sur la mise en œuvre de coupe-circuits pour titre individuel

Note d orientation sur la mise en œuvre de coupe-circuits pour titre individuel Avis sur les règles Note d orientation RUIM Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Institutions Pupitre de négociation Personne-ressource : James E. Twiss

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE SUR UN ACCIDENT FERROVIAIRE R00D0026 DÉRAILLEMENT

RAPPORT D ENQUÊTE SUR UN ACCIDENT FERROVIAIRE R00D0026 DÉRAILLEMENT Bureau de la sécurité des transports du Canada Transportation Safety Board of Canada RAPPORT D ENQUÊTE SUR UN ACCIDENT FERROVIAIRE R00D0026 DÉRAILLEMENT CANADIEN NATIONAL TRAIN DE MARCHANDISES NUMÉRO L-525-21-10

Plus en détail

2190 Boul. Dagenais Ouest TEL: 514.337.4415 LAVAL (QUEBEC) FAX: 514.337.4029 CANADA WWW.BURCAM.COM GUIDE D INSTALLATION ET D OPÉRATION

2190 Boul. Dagenais Ouest TEL: 514.337.4415 LAVAL (QUEBEC) FAX: 514.337.4029 CANADA WWW.BURCAM.COM GUIDE D INSTALLATION ET D OPÉRATION 2190 Boul. Dagenais Ouest TEL: 514.337.4415 LAVAL (QUEBEC) FAX: 514.337.4029 CANADA H7L 5X9 info@burcam.com WWW.BURCAM.COM GUIDE D INSTALLATION ET D OPÉRATION EXTRACTEUR D AIR ET SYSTEME DE DÉSHUMIDIFICATION

Plus en détail

Les risques en aéronautique, une réalité

Les risques en aéronautique, une réalité MENTALPILOTE.COM Les risques en aéronautique, une réalité En tant que pilote vous êtes davantage vulnérables si vous n êtes pas conscient des dangers qui vous menacent, et la prévention commence par l

Plus en détail

RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRONAUTIQUE A09-02. Formation en gestion des ressources de l équipage

RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRONAUTIQUE A09-02. Formation en gestion des ressources de l équipage RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRONAUTIQUE A09-02 Contexte Formation en gestion des ressources de l équipage Le 7 janvier 2007, le Beech A100 King Air (immatriculation

Plus en détail

Mode d emploi. Portail coulissant: Delta / Orion. Motorisation: Type ZT /IT 06

Mode d emploi. Portail coulissant: Delta / Orion. Motorisation: Type ZT /IT 06 Mode d emploi Portail coulissant: Delta / Orion Motorisation: Type ZT /IT 06 MODE D EMPLOI 1 1. GÉNÉRALITÉS 3 1.1 Fabricant/ fournisseur 3 1.2 Utilisation du mode d emploi 3 1.3 Définitions: Utilisateur

Plus en détail

RAPPORT ACCIDENT. Rupture de la barre de tractage lors du refoulement, collision de l avion avec le véhicule de repoussage.

RAPPORT ACCIDENT. Rupture de la barre de tractage lors du refoulement, collision de l avion avec le véhicule de repoussage. www.bea.aero RAPPORT ACCIDENT Rupture de la barre de tractage lors du refoulement, collision de l avion avec le véhicule de repoussage (1) Sauf précision contraire, les heures figurant dans ce rapport

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L'AUTOMOBILE

FEDERATION INTERNATIONALE DE L'AUTOMOBILE FEDERATION INTERNATIONALE DE L'AUTOMOBILE COMMISSION DE LA SECURITE COMMISSION DES CIRCUITS SEMINAIRE DES DIRECTEURS D'EPREUVE DES SERIES INTERNATIONALES 16 FEVRIER 2009 BRIEFING DES PILOTES Un guide pour

Plus en détail

RÉÉVALUATION DES RÉPONSES À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRIENNE A06-07. Système de surveillance des performances au décollage

RÉÉVALUATION DES RÉPONSES À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRIENNE A06-07. Système de surveillance des performances au décollage RÉÉVALUATION DES RÉPONSES À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRIENNE A06-07 Introduction Système de surveillance des performances au décollage Le 14 octobre 2004, l avion, une Boeing 747-244SF

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

Placements du gouvernement du Yukon dans du papier commercial adossé à des actifs

Placements du gouvernement du Yukon dans du papier commercial adossé à des actifs Placements du gouvernement du Yukon dans du papier commercial adossé à des actifs Ministère des Finances Février 2008 Office of the Auditor General of Canada Bureau du vérificateur général du Canada Tous

Plus en détail

INFORMATION DU PERSONNEL. INSTALLATION ALCYON (SOURCE SCELLEE DE 60 Co).

INFORMATION DU PERSONNEL. INSTALLATION ALCYON (SOURCE SCELLEE DE 60 Co). 1 INFORMATION DU PERSONNEL. INSTALLATION ALCYON (SOURCE SCELLEE DE 60 Co). Risques encourus par le personnel. * Il s agit de la défaillance de la sécurité de barrière qui n arrête pas l irradiation en

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A09C0167 PANNE D ALIMENTATION EN CARBURANT ET ATTERRISSAGE FORCÉ

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A09C0167 PANNE D ALIMENTATION EN CARBURANT ET ATTERRISSAGE FORCÉ RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A09C0167 PANNE D ALIMENTATION EN CARBURANT ET ATTERRISSAGE FORCÉ DU CESSNA 185A C-FBWP EXPLOITÉ PAR WEST CARIBOU AIR SERVICE INC. À 10 nm AU NORD-EST DE THUNDER BAY (ONTARIO)

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Manuel du fauteuil roulant électrique

Manuel du fauteuil roulant électrique Moto Standard et Tilto Manuel du fauteuil roulant électrique Moto Standard & Moto Tilto Félicitations pour votre achat du fauteuil roulant électrique Hepro Moto Fabricant: Overmoan 9 8500 Rognan Norvège

Plus en détail

PILOTE PROFESSIONNEL, AVION (CPL-ME-IR)

PILOTE PROFESSIONNEL, AVION (CPL-ME-IR) Cahier de programme PILOTE PROFESSIONNEL, AVION (CPL-ME-IR) PROGRAMME MENANT À UNE AEC PRÉAMBULE Le programme Pilote professionnel, avion (CPL-ME-IR) menant à une attestation d études collégiales (AEC)

Plus en détail

Introduction : 1) Windows refuse d imprimer : Raisons : Solutions :

Introduction : 1) Windows refuse d imprimer : Raisons : Solutions : Introduction : Une imprimante qui refuse d imprimer ou qui imprime mal c est souvent stressant et peut laisser perplexe celui qui ne pratique pas l impression souvent ou qui ne ne maitrise pas très bien

Plus en détail

Rapport. f-pi081024. Bureau d Enquêtes et d Analyses pour la sécurité de l aviation civile

Rapport. f-pi081024. Bureau d Enquêtes et d Analyses pour la sécurité de l aviation civile f-pi081024 Rapport Incident survenu le 24 octobre 2008 sur l aérodrome de Toulouse Blagnac (31) à l ATR 72-212 A immatriculé F-GRPI exploité par la Compagnie Aérienne Corse Méditerranée Bureau d Enquêtes

Plus en détail

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective Renouvellement de la tarification de l assurance collective au 1 er janvier 2016 2015-12-15 Table des matières Introduction... 2 Établissement de la tarification... 2 Assurance maladie... 3 Hausse de 1,18

Plus en détail

Quadricoptère SYMA X11 et X11C Manuel de l utilisateur

Quadricoptère SYMA X11 et X11C Manuel de l utilisateur Quadricoptère SYMA X11 et X11C Manuel de l utilisateur Il est recommandé de lire attentivement la notice d utilisation avant d utiliser l appareil. FR NORME STANDARD : GB/T26701-2011 Caractéristiques essentielles

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A06O0180 COLLISION AVEC UN PLAN D EAU

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A06O0180 COLLISION AVEC UN PLAN D EAU RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A06O0180 COLLISION AVEC UN PLAN D EAU DU CESSNA 172M C-FKWP AU LAC WILCOX, À RICHMOND HILL (ONTARIO) LE 16 JUILLET 2006 Le Bureau de la sécurité des transports du Canada

Plus en détail

KILOTECH. KWD 500 Pèse-portion étanche. Mode d emploi

KILOTECH. KWD 500 Pèse-portion étanche. Mode d emploi KILOTECH KWD 500 Pèse-portion étanche Mode d emploi Version 1.0 Révision : Janvier 2006 1 Pèse-portion KWD 500 Merci d avoir acheté une balance KWD 500. Veuillez lire ce mode d emploi attentivement avant

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

UTILISATION DE CE GUIDE MISE EN GARDE D UN APPEL

UTILISATION DE CE GUIDE MISE EN GARDE D UN APPEL UTILISATION DE CE GUIDE Ce guide contient des instructions sommaires relatives aux fonctions fréquemment utilisées du téléphone SUPERSET MC 401. Plusieurs de ces fonctions sont activées au moyen des touches

Plus en détail

Rôle des instruments de bord : Les familles d instruments :

Rôle des instruments de bord : Les familles d instruments : Rôle des instruments de bord : Renseigner l équipage sur les valeurs des paramètres indispensables au pilotage et à la sécurité des vols. Principaux paramètres : Cap. Vitesse. Altitude. Les familles d

Plus en détail

RAPPORT INCIDENT GRAVE

RAPPORT INCIDENT GRAVE www.bea.aero RAPPORT INCIDENT GRAVE Feu du moteur droit en montée initiale, demi-tour, atterrissage d urgence (1) Sauf précision contraire, les heures figurant dans ce rapport sont exprimées en temps universel

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A06C0204 OUVERTURE D UNE PORTE DE SOUTE AU DÉCOLLAGE

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A06C0204 OUVERTURE D UNE PORTE DE SOUTE AU DÉCOLLAGE RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A06C0204 OUVERTURE D UNE PORTE DE SOUTE AU DÉCOLLAGE DU BOEING 727-227 C-GJKF EXPLOITÉ PAR KELOWNA FLIGHTCRAFT AIR CHARTER LTD. À REGINA (SASKATCHEWAN) LE 13 DÉCEMBRE 2006

Plus en détail

III. L Intelligence Artificielle dans les transports

III. L Intelligence Artificielle dans les transports III. L Intelligence Artificielle dans les transports De nos jours, l Intelligence Artificielle occupe une place de plus en plus importante dans le domaine des transports ; d ailleurs, d aucuns pensent

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE TRANSPORTS, MER ET PÊCHE Arrêté du 10 avril 2013 relatif à la conduite en mer des véhicules

Plus en détail

SYSTEME DE PROTECTION TG 2005/2. CLASSE S.R.A MOTO ET SCOOTER DE PLUS DE 50 cm2 UNIQUEMENT. 1 - Introduction

SYSTEME DE PROTECTION TG 2005/2. CLASSE S.R.A MOTO ET SCOOTER DE PLUS DE 50 cm2 UNIQUEMENT. 1 - Introduction V81198A SYSTEME DE PROTECTION TG 2005/2 CLASSE S.R.A MOTO ET SCOOTER DE PLUS DE 50 cm2 UNIQUEMENT 1 - Introduction Vous venez d acquérir l alarme TG 2005/2 et nous vous en remercions. Le système TG 2005/2

Plus en détail

Montant de retenue et obligation de remboursement

Montant de retenue et obligation de remboursement Guide technique sur le développement des systèmes à l intention des fournisseurs de REEI Montant de retenue et obligation de remboursement Les institutions financières sont responsables de déterminer les

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

RAPPORT D=ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A04C0174 AFFAISSEMENT DU TRAIN D=ATTERRISSAGE ET SORTIE DE PISTE

RAPPORT D=ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A04C0174 AFFAISSEMENT DU TRAIN D=ATTERRISSAGE ET SORTIE DE PISTE RAPPORT D=ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A04C0174 AFFAISSEMENT DU TRAIN D=ATTERRISSAGE ET SORTIE DE PISTE FAIRCHILD SA-227-AC METRO III C-FIPW EXPLOITÉ PAR NORTHERN DENE AIRWAYS LTD. (NORCANAIR) À LA RONGE (SASKATCHEWAN)

Plus en détail

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement 6. Analyse La tarification, le financement et le caractère procyclique des régimes d assurance-dépôts sont étroitement liés. De fait, lorsque les primes sont relativement basses, elles ne permettent pas

Plus en détail

Manuel IVAO Skill Tracker

Manuel IVAO Skill Tracker Manuel IVAO Skill Tracker Version Française Documentation: version 3.03 Division France Note: Les versions de programme indiquées dans les figures de ce document peuvent ne pas correspondre à la dernière

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Extraits du Code Canadien de l électricité

Extraits du Code Canadien de l électricité Extraits du Code Canadien de l électricité Section 46 - Systèmes d alimentation de secours, luminaires autonomes et enseignes de sortie 46-000 Domaine d application 1. Cette section s applique à l installation,

Plus en détail

CORPORATION DATACOM WIRELESS

CORPORATION DATACOM WIRELESS États financiers de CORPORATION DATACOM WIRELESS pour les périodes de trois mois arrêtées les 31 mars 2008 et 2007 États financiers États financiers Bilans... 1 États des résultats et du résultat étendu...

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A10Q0148 PERTE DE RÉFÉRENCES VISUELLES ET COLLISION AVEC DES ARBRES

RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A10Q0148 PERTE DE RÉFÉRENCES VISUELLES ET COLLISION AVEC DES ARBRES RAPPORT D ENQUÊTE AÉRONAUTIQUE A10Q0148 PERTE DE RÉFÉRENCES VISUELLES ET COLLISION AVEC DES ARBRES DE L HÉLICOPTÈRE EUROCOPTER AS350 B-2, C-GHVD EXPLOITÉ PAR HÉLICOPTÈRES CANADIENS LIMITÉE À 12 nm AU NORD-OUEST

Plus en détail

A. Réglementation. Dans un circuit d'aérodrome contrôlé, l'évitement des aéronefs incombe: R- au commandant de bord.

A. Réglementation. Dans un circuit d'aérodrome contrôlé, l'évitement des aéronefs incombe: R- au commandant de bord. A. Réglementation Aérodrome Aérodrome contrôlé Un aérodrome contrôlé n'est accessible qu'aux aéronefs: R : pouvant établir une liaison radio avec la tour de contrôle Vous êtes en final sur un aérodrome

Plus en détail

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil 1 Modifications fiscales de 217 touchant l assurance-vie EN DÉTAIL offre une protection, mais certains L assurance-vie contrats permettent en plus d accumuler de l épargne de façon fiscalement avantageuse.

Plus en détail

Renvoi du commissaire à l intégrité du secteur public : Rapport de décembre 2014

Renvoi du commissaire à l intégrité du secteur public : Rapport de décembre 2014 Commissariat aux conflits d intérêts et à l éthique Office of the Conflict of Interest and Ethics Commissioner Renvoi du commissaire à l intégrité du secteur public : Rapport de décembre 2014 en vertu

Plus en détail

Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage

Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage Financé par le Gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils sectoriels Introduction et contexte :

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Version originale signée par LE 21 juillet 2015 M. DANIEL GOSSELIN DATE ADMINISTRATEUR EN CHEF TABLE

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Juin 2005 Série technique 05-100 Incidence de la température de consigne des thermostats sur la consommation d énergie introduction Les occupants d une maison règlent habituellement

Plus en détail

Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés*

Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés* Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés* L article 36.4 du Code de déontologie des comptables professionnels agréés, entré en

Plus en détail

Le vol IFR. Un vol IFR, c est quoi? Structure du vol. Schéma d un vol IFR type

Le vol IFR. Un vol IFR, c est quoi? Structure du vol. Schéma d un vol IFR type Le vol IFR Le vol sous régime IFR (Instrument Flight Rules) est très encadré, faisant appel à de nombreuses règles. Malgré tout rassurez vous, c est à la portée de n importe quel pilote, pourvu que vous

Plus en détail

Dysfonctionnements des systèmes de sécurité équipant les engins moteurs des trains

Dysfonctionnements des systèmes de sécurité équipant les engins moteurs des trains Référentiels EPSF Recommandation Dysfonctionnements des systèmes de sécurité équipant les engins moteurs des trains Sécurité des circulations RC A-B 7a n 7 Applicable sur : RFN Version n 1 du 30 octobre

Plus en détail

POSSIBILITÉ QUE DES MATELAS D ISOLATION THERMIQUE ET ACOUSTIQUE CONTAMINÉS AINSI QUE DES DÉBRIS PROPAGENT UN INCENDIE

POSSIBILITÉ QUE DES MATELAS D ISOLATION THERMIQUE ET ACOUSTIQUE CONTAMINÉS AINSI QUE DES DÉBRIS PROPAGENT UN INCENDIE RÉÉVALUATION DES RÉPONSES DE TRANSPORTS CANADA ET DE LA FEDERAL AVIATION ADMINISTRATION À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRONAUTIQUE A02-05 POSSIBILITÉ QUE DES MATELAS D ISOLATION THERMIQUE

Plus en détail

Programme général des essais de validation et de performance des centrales biomasses raccordées au réseau de distribution d'hydro-québec

Programme général des essais de validation et de performance des centrales biomasses raccordées au réseau de distribution d'hydro-québec BC Programme général des essais de validation et de performance des centrales biomasses raccordées au réseau de distribution d'hydro-québec Rédigé par : Essais spécialisés de transport (TransÉnergie) Pour

Plus en détail

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS DÉCEMBRE 2011 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS Le nouveau chapitre SP 3260, Passif au titre des sites contaminés, du Manuel de comptabilité pour le secteur

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile Mémoire relatif aux Consultations particulières et auditions publiques sur le document d information sur le transport rémunéré de personnes

Plus en détail

Le présent Arrêté a pour objet de fixer les attributions et le mécanisme de fonctionnement des Organismes AFIS aux aérodromes de Madagascar.

Le présent Arrêté a pour objet de fixer les attributions et le mécanisme de fonctionnement des Organismes AFIS aux aérodromes de Madagascar. ************** MINISTERE DES TRANSPORTS ************* ARRETE N 23129 /2011 fixant les attributions et le mécanisme de fonctionnement des Organismes AFIS aux aérodromes de Madagascar LE MINISTRE DES TRANSPORTS,

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET

Plus en détail

Navigation Pack. Vodafone Find & Go. Questions / Réponses

Navigation Pack. Vodafone Find & Go. Questions / Réponses Navigation Pack Vodafone Find & Go Questions / Réponses Sommaire Sommaire Présentation générale Plateformes et appareils Utilisation Installation/Première utilisation Utilisation/GPS Utilisation/Navigation

Plus en détail

Planifier, Organiser, Diriger et Contrôler (PODC) la conception selon les trois modes de management - tableau synthèse

Planifier, Organiser, Diriger et Contrôler (PODC) la conception selon les trois modes de management - tableau synthèse Planifier, Organiser, Diriger et Contrôler (PODC) la conception selon les trois modes de management - tableau synthèse Planification Organisation Direction Programme formel d action. Conçu par les dirigeants.

Plus en détail

Les drones de petite et de grande envergure en sécurité civile

Les drones de petite et de grande envergure en sécurité civile Les drones de petite et de grande envergure en sécurité civile 18 février 2015 Par : Bernard Dallaire Christian Larouche Plan de présentation Introduction Fonctionnement Applications Catégories Applications

Plus en détail

Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie

Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie Exposé-sondage Note éducative Attestation de la norme de capital réglementaire pour les assureurs-vie Commission sur la gestion des risques et le capital requis Novembre 2005 Document 205121 This document

Plus en détail

Notice d utilisation. Radio-réveil FM PLL. Reference : AR313 Version : 1.3 Langue : Français

Notice d utilisation. Radio-réveil FM PLL. Reference : AR313 Version : 1.3 Langue : Français Radio-réveil FM PLL Reference : AR313 Version : 1.3 Langue : Français 1 Vous venez d acquérir un produit de la marque Clipsonic Technology et nous vous en remercions. Nous apportons un soin particulier

Plus en détail

Le transport scolaire, responsabilité partagée

Le transport scolaire, responsabilité partagée Le transport scolaire, une responsabilité partagée Par les citoyens Avec plus de 10 000 véhicules, près de 563 000 élèves transportés et un million de kilomètres parcourus chaque jour, le transport scolaire

Plus en détail

PROJET DE MODIFICATION À LA LOI SUR LE PILOTAGE

PROJET DE MODIFICATION À LA LOI SUR LE PILOTAGE Position de la Société de développement économique du Saint-Laurent sur le PROJET DE MODIFICATION À LA LOI SUR LE PILOTAGE Document présenté à Transports Canada Québec, le jeudi 8 mars 2007 mars 2007 1

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

MANUEL D INSTALLATION ET DE PROGRAMMATION. MetaSat RC09 1-14

MANUEL D INSTALLATION ET DE PROGRAMMATION. MetaSat RC09 1-14 5040274400 MANUEL D INSTALLATION ET DE PROGRAMMATION MetaSat RC09 1-14 MANUEL DE PROGRAMMATION RC09 Le présent manuel décrit les opérations à effectuer pour une installation correcte du produit. La procédure

Plus en détail

Apprentissage (APPR) du Système d information d Emploi Ontario (SIEO) Guide pour les fournisseurs de services

Apprentissage (APPR) du Système d information d Emploi Ontario (SIEO) Guide pour les fournisseurs de services Apprentissage (APPR) du Système d information d Emploi Ontario (SIEO) Guide pour les fournisseurs de services Trousse d information pour les employeurs qui offrent une formation modulaire Version 1.2 Décembre

Plus en détail

1. Blocage d une roue pendant le roulage

1. Blocage d une roue pendant le roulage recinfo4. 4 Rédigé par un usager, le récit d un incident mineur, d une singularité, d une situation inhabituelle, met en lumière une combinaison de facteurs causaux. Ces facteurs auraient pu être à l origine

Plus en détail

Les phares directionnels

Les phares directionnels ECOLE ROYALE MILITAIRE 146 ème Promotion SSMW, Lieutenant de Vaisseau Victor BILLET Année académique 2009 2010 1 ère Licence Les phares directionnels Par les Sous-lieutenants Elèves Alain LANGUILLIER Jérémy

Plus en détail

DETECTEUR DE RADAR FIXE ET MOBILE KAZA CDP DT 400 MODELE EUROPEEN Réglages d usine

DETECTEUR DE RADAR FIXE ET MOBILE KAZA CDP DT 400 MODELE EUROPEEN Réglages d usine DETECTEUR DE RADAR FIXE ET MOBILE KAZA CDP DT 400 MODELE EUROPEEN Réglages d usine 1. Introduction Merci pour votre achat de détecteur de radar fixe et mobile KAZA CDP DT 400. Le détecteur de radar KAZA

Plus en détail

ANNEXE A : CONDITIONS D'HOMOLOGATION ET PROCÉDURES D'EXPLOITATION DES AÉRODROMES

ANNEXE A : CONDITIONS D'HOMOLOGATION ET PROCÉDURES D'EXPLOITATION DES AÉRODROMES CHEA A-III-1 ANNEXE A : CONDITIONS D'HOMOLOGATION ET PROCÉDURES D'EXPLOITATION DES AÉRODROMES ****** III. PISTE UTILISEE POUR LES APPROCHES CLASSIQUES CHEA A-III-2 (page intentionnellement vide) CHEA A-III-3

Plus en détail

REGLES GENERALES ET DIRECTIVES POUR LA REALISATION ET LE JUGEMENT DES EXERCICES

REGLES GENERALES ET DIRECTIVES POUR LA REALISATION ET LE JUGEMENT DES EXERCICES V REGLES GENERALES ET DIRECTIVES POUR LA REALISATION ET LE JUGEMENT DES EXERCICES Les règles et les directives pour la réalisation et le jugement des exercices sont formées de A) Une partie générale qui

Plus en détail

CONTRAT DE FORMATION AU BREVET FRANCAIS PILOTE ULM

CONTRAT DE FORMATION AU BREVET FRANCAIS PILOTE ULM CONTRAT DE FORMATION AU BREVET FRANCAIS PILOTE ULM Entre : La SPRL «Air Evasion» Siège social Rue d Anlier nr 24 B-6630 Martelange Représenté par Gielkens Peter Et : M.. I Objet Le présent contrat a pour

Plus en détail

Gestion des urgences nucléaires

Gestion des urgences nucléaires POLITIQUE D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION Gestion des urgences nucléaires P 325 Mai 2006 GENRES DE DOCUMENTS D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION Les documents d application de la réglementation appuient

Plus en détail

RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRIENNE A07-03. Prise de décision du pilote

RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRIENNE A07-03. Prise de décision du pilote RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRIENNE A07-03 Contexte Prise de décision du pilote L Airbus A340-313 d Air France immatriculé F-GLZQ, de numéro de série 0289, quitte

Plus en détail

Avion Cessna U206F immatriculé F-GGVC Date et heure 13 septembre 2014 à 16 h 40 (1) Exploitant. Les parachutistes atterrissent sans incident.

Avion Cessna U206F immatriculé F-GGVC Date et heure 13 septembre 2014 à 16 h 40 (1) Exploitant. Les parachutistes atterrissent sans incident. www.bea.aero RAPPORT ACCIDENT Ouverture intempestive d un parachute pendant un largage de parachutistes, interférence de la voile avec l empennage horizontal, rupture en vol, collision avec le sol (1)

Plus en détail

Le Ministre du Transport et de la Marine Marchande, du Tourisme, de l Energie et des Mines,

Le Ministre du Transport et de la Marine Marchande, du Tourisme, de l Energie et des Mines, Arrêté du Ministère du Transport et de la Marine Marchande, du Tourisme, de l Energie et des Mines n 3066 97 du 23 Février 1988 (25 Chawal 1418) fixant le programme et le régime de l examen pour l obtention

Plus en détail

Vérifications de la formation externe et de la participation aux conférences

Vérifications de la formation externe et de la participation aux conférences Health CanadaC Santé Canada Rapport de vérification final Vérifications de la formation externe et de la participation aux conférences juin 2008 Table des matières Sommaire..... ii Introduction..... 3.

Plus en détail

APPAREILS D ÉLÉVATION ET DE LEVAGE

APPAREILS D ÉLÉVATION ET DE LEVAGE INSTRUCTION GÉNÉRALES D UTILISATION D ÉLÉVATEURS À NACELLE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT LA MISE EN SERVICE!! N UTILISEZ PAS L ÉLÉVATEUR À NACELLE SANS AVOIR PRIS CONNAISSANCE DES INSTRUCTIONS DECRITES CI-APRÈS!!

Plus en détail

GI.BI.DI. BENELUX NV. Paddegatstraat 51 B-1880 Kapelle o/d Bos

GI.BI.DI. BENELUX NV. Paddegatstraat 51 B-1880 Kapelle o/d Bos Paddegatstraat 51 B-1880 Kapelle o/d Bos Installateur: (Nom, adresse, téléphone) GUIDE UNAC N. 2 POUR LA MOTORISATION DE PORTAILS BATTANTS CONFORMEMENT A LA DIRECTIVE MACHINES 98/37/CE ET AUX PARTIES APPLICABLES

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

Avis relatif à l intégrité du marché Approbation de modifications

Avis relatif à l intégrité du marché Approbation de modifications Avis relatif à l intégrité du marché Approbation de modifications 26 mai 2006 N o 2006-012 Acheminement suggéré Négociation Affaires juridiques et conformité DISPOSITIONS SE RAPPORTANT À LA PRIORITÉ AUX

Plus en détail