Le marché de l électricité aux Etats-Unis

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le marché de l électricité aux Etats-Unis"

Transcription

1 1 juin 211 N. Le marché de l électricité aux Etats-Unis Nous réalisons un tour d horizon du marché de l électricité aux Etats-Unis. Nous observons notamment que la production d électricité aux Etats-Unis repose avant tout sur l usage de centrales à charbon (7%), à gaz (21%) et sur le nucléaire (19%). Les facteurs d offre et de demande sont multiples et varient fortement d un Etat à l autre. Malgré tout, la technologie de production utilisée est déterminante dans le processus de fixation des prix. En particulier, au niveau national, les prix de l électricité sont corrélés avec les cours du gaz. Au cours des prochaines années nous attendons les tendances suivantes : avec une amélioration des technologies de production et d importantes ressources exploitables dans le sous-sol, les technologies utilisant le gaz seront privilégiées. En parallèle, la hausse du coût de production des centrales à charbon et l incertitude sur le cadre réglementaire seront défavorables à ces dernières, fortement émettrices de mercure. De fait, leur part dans la production totale devrait baisser. Le développement des énergies renouvelables sera soutenu par les pouvoirs publics. Malgré le projet du président Obama, qui est hypothéqué par la catastrophe de Fukushima, la part du nucléaire devrait baisser. Au final, les Etats-Unis conserveront un parc de production fortement émetteur de CO2, avec des prix de l électricité relativement élevés qui pourraient toutefois bénéficier d effets favorables liés à l exploitation de nouveaux gisements de gaz naturel sur le territoire. RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteurs : Thomas JULIEN Inna MUFTEEVA Avec le soutien de l équipe de Project Finance de New-York

2 La production d électricité aux Etats- Unis La production d électricité aux Etats-Unis est relativement diversifiée mais repose avant tout sur les centrales à charbon et au gaz naturel (graphique 1). En 28, les centrales à charbon assuraient à elles seules 7% de la production totale d électricité, tandis que les centrales à gaz prenaient la seconde place avec 21% de la production talonnée de peu par les 19% du nucléaire. Les énergies renouvelables étaient représentées à hauteur de 12% avec une prédominance de l hydroélectrique (7%), alors que l éolien ne représentait que 1% de la production totale. Graphique 1 Etats-Unis: production d'éléctricité par combustible en 28 (en % du total) Nucléaire 19% Energie renouvelable 12% Charbon 7% Gaz Naturel 21% Sources : EIA, Natixis Pétrole 1% A noter que l indépendance énergétique sur le marché de l électricité aux Etats-Unis est quasiment assurée : 87% du gaz naturel consommé sur le territoire est produit aux Etats- Unis ; 98% du charbon consommé sur le territoire est produit aux Etats-Unis. En revanche seulement 1% de l uranium consommé est produit sur place, le reste étqnt principalement importé en provenance du Canada, de la Russie, Kazakhstan et Ouzbékistan. Le marché de l électrcité aux Etats- Unis Avant les années 9, le marché de l électricité était caractérisé par essentiellement deux types de monopoles naturels (Stoffaës 199) : 1- Le rendement croissant des installations de production (avantages compétitifs des grandes unités de production par rapport aux petites entités). 2- Le rendement croissant des réseaux de distributions et de transport (le coût excessif de duplication de ces réseaux rend la concurrence inapplicable)/ Ces caractéristiques ont donc favorisé un processus de concentration horizontale et verticale sur le marché de l électricité. La déréglementation du secteur de l électricité Au cours des années 197, s est enclenché un mouvement de déréglementation aux Etats-Unis. Plus que pour des raisons idéologiques, c est la volonté de protection du consommateur qui a motivé cette tendance. Ce mouvement a tout d abord touché les compagnies gazières et aériennes et ce n est que dans les années 9, avec l «Energy Policy Act». que la déréglementation du marché de l électricité prend forme. Flash 211-2

3 «L Energy Policy Act» L «Energy Policy act», voté en 1992 crée le cadre de la déréglementation du marché de l électricité aux Etats-Unis. Il visait principalement à augmenter la concurrence sur ce marché. Les grandes lignes de cette loi sont les suivantes : Permettre aux producteurs indépendants d électricité d accéder aux réseaux de distribution au même prix que ce réseau facturerait à ses propres unités de production. L ordre 888, impose aux propriétaires de réseaux de transmission de séparer leur activité de distribution et de production d électricité avec pour but d éviter que les entités possédant leur propre réseau ne donne un accès préférentiel à leur production d électricité. L ordre 2 vise à encourager la formation d organismes régionaux de transmission (RTOs). La FERC (Federal Energy Regulatory Commission) déléguant à ces entités régionales la tâche de développer le réseau de distribution et la structure de formation des prix afin de promouvoir la concurrence sur le marché de vente en gros. Un marché encore très hétérogène Après le vote de cette loi, certains états ont suivi le mouvement et voté pour déréguler leur marché. Ce sont en général les Etats qui avaient les prix de l électricité les plus élevés qui ont voté pour cette réforme. Aujourd hui, la déréglementation de ce marché est encore en cours puisque de nombreux Etats utilisent encore le modèle de monopole naturel (régulé par la FERC) qui a prévalu avant les années 9 dans l ensemble du pays. Le reste du marché s est organisé en régions autonomes nommées RTO et ISO (Regional Transmission Organization et Independant System Operator, carte ci-dessous). En réalité ces régions prennent la forme d acteurs indépendants chargés de vérifier qu aucune préférence n est donnée à un producteur en particulier. Ces organisations ont également un pouvoir en matière de fixation des prix. Actuellement, deux tiers de la production d électricité aux Etats-Unis se fait sous leur égide et ces régions sont elles-mêmes régulées par la FERC. Les organisations indépendantes régionales de distribution du marché de l électricité aux Etats-Unis Source : EPSA Flash 211-3

4 La demande d électricté La demande d électricité émane principalement de trois secteurs : le secteur résidentiel qui compte pour environ 3% de la demande ; le secteur Industriel (3% de la demande) ; le secteur commercial (2% de la demande) ; Le secteur des transports, avec moins de 1% est très faiblement représenté. Sur la tendance récente on a pu observer que le marché de l électricité a significativement été touché par la crise. En effet en 29, en ligne avec l important ralentissement de l activité économique, les ventes et les revenus d électricité ont respectivement baissé de 3,% et de 2,8% (graphique 2a et 2b). Graphique 2a Etats-Unis: ventes aux consommateurs finaux (Milliers Mw /h) Graphique 2b Etats-Unis: chiffre d'affaire par type de consommateurs (millions de dollars) 1 Résidentiel Commercial Industriel Ensemble des secteurs Résidentiel Industriel Commercial Ensemble des secteurs Sources : EIA, Natixis Sources : EIA, Natixis Les determinants de la demande Comme on peut l observer sur les graphiques ci-dessus, l évolution de la demande varie fortement d un secteur à l autre. Prenant l exemple des revenus tirés des ventes d électricité, on relève que les ventes aux secteurs industriel et commercial ont beaucoup plus souffert du ralentissement de la demande que celles à destination du secteur résidentiel. Nous expliquons ces différences par le fait que les déterminants de la demande varient d un secteur à l autre. 1- La demande des ménages Sur le graphique 3a, on observe une très faible corrélation entre la croissance du revenu réel des ménages et leur demande d électricité en volume. En réalité, la demande des ménages en électricité est considérée comme un poste de dépense incompressible dans leur budget et dépend ainsi fortement du niveau des températures. Le repli des ventes de l année 29 s explique en grande partie par les températures relativement inférieures aux normales saisonnières durant l été. A plus long terme, le principal déterminant de la demande de ce secteur est la croissance de la population. Flash 211 -

5 2- La demande des secteurs industriel et commercial En revanche, la demande émanant de ces deux secteurs est beaucoup plus lié au cycle de croissance. Le graphique 3b montre une forte corrélation entre l activité industrielle et les ventes d électricité en volume pour ce secteur. De même, le graphique 3c montre que la demande du secteur commercial est liée à l activité économique. Ainsi, si le partage inter sectoriel de la demande est relativement stable dans le temps, la part du résidentiel à tendance à augmenter en période de récession et a diminuer en période de croissance soutenue Graphique 3a Etats-Unis: ventes d'éléctricité au secteur résidentiel et revenu disponible réel (GA en %) Correlation:.27 Sources : EIA, BLS, Natixis Ventes au secteurs résidentiel Revenu disponible réel Graphique 3b Etats-Unis: ventes d'éléctricité au secteur industriel et production industrielle (GA en %) Sources : EIA, BLS, Natixis Ventes au secteur industriel Production industrielle Correlation: Graphique 3c Etats-Unis: ventes d'éléctricité au secteur commercial et PIB (GA en %) Ventes au secteur commercial PIB réel Correlation: Sources : EIA, BLS, Natixis Les prix de l électrcité aux Etats-Unis La littérature économique stipule que les prix de l électricité se fixent au niveau du coût marginal de l unité marginale de production 1. Dans le tableau situé dans l annexe 2, on voit que les centrales à gaz ont le coût marginal le plus élevé (on exclut les éoliennes qui représentent seulement 1% de la production d électricité aux Etats-Unis et qui peuvent être significativement subventionnées par l Etat). Avec un parc de production composé de nombreuses centrales à gaz (21% de la production) les prix de l électricité à l échelle du pays reflètent les prix de production de ces centrales. De fait, aux Etats-Unis les prix de l électricité dépendent de l évolution des prix du gaz naturel (l input). Cette relation est relativement stable dans le temps et perdure malgré la hausse de la volatilité des cours du gaz (graphique ). 1 Pour une explication de la formation des prix de l électricité se référer à l annexe 1 Flash 211 -

6 8 2 Graphique Etats-Unis: prix moyen du gaz naturel et de l'électricité (GA en %) Gaz naturel Electricité Sources : BLS, Natixis une fonction retardée des prix du gaz Sur les graphiques a et b ci-dessous, on voit que les prix de l électricité suivent assez fidèlement les prix du gaz avec un retard d environ mois (la corrélation observée entre les deux séries est la plus forte avec un tel retard). Le fait que les centrales à gaz passent des contrats d approvisionnement avec leurs fournisseurs de gaz, explique en grande partie le délai d ajustement entre les deux (ie. les producteurs d électricité ne répercutent pas directement la hausse de leur coût de production sur le consommateur final). Ce délai s explique également par un facteur technique lié au coût d arrêt et de redémarrage des centrales électriques, qui peut retarder le passage d une technologie à une autre. 8 Graphique a Etats-Unis: prix moyen du gaz naturel et de l'électricité (GA en %) Gaz naturel (Ech G) Electricité (Ech D) Graphique b Etats-Unis: corrélation glissante sur 3 ans entre les prix moyen du gaz naturel et de l'électricité mois mois 2 mois Sources : BLS, Natixis Sources : BLS, Natixis Mais les prix peuvent varier fortement d un état à l autre Avec une multitude d acteurs et de technologies disponibles l offre d électricité est extrêmement fragmentée. Les Etats ont tendance à se spécialiser dans les technologies pour lesquelles le combustible utilisé est directement disponible dans son sous-sol. Ainsi, les conditions d offre diffèrent d un état à l autre suivant les différentes technologies utilisées, le nombre de producteurs, le niveau de déréglementation et la capacité de production disponible. De même, les facteurs de demande sont hétérogènes et varient suivant la densité de population, le climat et la spécialisation productive de l état. En conséquence, les prix de l électricité peuvent varier fortement d un état à l autre. Flash 211 -

7 Toutefois, si le niveau de la demande a apparemment un faible rôle dans la fixation des prix (graphique ), le facteur déterminant du niveau des prix semble être la technologie dominante utilisée dans l Etat (Tableau 1). En effet, les Etats utilisant à majorité des centrales à charbon fournissent aux consommateurs finaux (ménages, industries et commerces) des tarifs d électricité plus faibles. De même, les Etats qui utilisent le gaz comme combustible pour produire l électricité, offrent des prix plus élevés. Seule exception pour le nucléaire, censé produire de l électricité à faible coût : les Etats qui y ont recours offrent les tarifs les plus élevés. 3 Graphique Etats-Unis: consommation d'électricité (en Mds de kwh, ordonnée) et prix de l'électricité (en $/M Btu, abscisse) par Etat Sources : EIA, Etats Tableau 1 Prix moyen de l'électricité en 28 ($ / million Btu) Combustible le plus utilisé West virginia 1. Charbon Wyoming 1.7 Charbon Kansas 21.9 Charbon Oklahoma 22.9 Charbon Virginie 23. Charbon Ohio 2.7 Charbon Michigan 2.3 Charbon Wisconsin 2. Charbon Mississippi 2. Gaz Arizona 2.7 Charbon Illinois 27.3 Charbon Pennsylvania 27. Charbon Louisiane 27.8 Gaz US 28. Charbon Nevada 29.1 Gaz Floride 31. Gaz Texas 32. Gaz Californie 3.7 Gaz Maryland 38.1 Charbon Washington DC 38. Pétrole Maine. Gaz New-jersey 2. Nucléaire Alaska 3.2 Gaz Rode Island.9 Gaz Massachusset 7.7 Gaz New-York 8. Gaz Connecticut 2.2 Nucléaire Sources: EIA, Natixis Flash 211-7

8 Perspectives Moins de charbon, plus de gaz Dans les années à venir, si la demande d électricité augmentera en ligne avec la croissance de la population et la croissance économique, les conditions d offre devraient évoluer. En effet, l utilisation plus intensive de certaines ressources naturelles, la tragédie de Fukushima, les changements du cadre réglementaire envisageables (sur les émissions de gaz à effet de serre ou de mercure par exemple), les incitations gouvernementales sur les énergies renouvelables impacteront le marché de l électricité. La tendance principale attendue est la baisse de la production d électricité par les centrales à charbon au profit des centrales à gaz. Cette substitution déjà en cours, s explique par plusieurs raisons : Ces dernières années nous avons observé une forte ré-estimation des réserves gazières fossiles («shale gas») exploitables dans le sous-sol américain (graphique 7). La raison principale étant l amélioration des technologies d extraction dans ce domaine, qui a rendu cette source énergétique économiquement attractive. De fait, l offre potentielle disponible sur le marché s en trouve considérablement augmentée et génère en tendance des pressions baissières sur les prix de cette qui devraient se poursuivre. Les producteurs d électricité auront donc l opportunité d obtenir cette ressource historiquement plus chère que le charbon à un prix moins élevé. Cela devrait également renforcer l indépendance énergétique des Etats-Unis envers le Canada (auprès duquel il importe 1% de la quantité de gaz naturel consommée chaque année). 7 Graphique 7 Etats-Unis: estimation des ressources de gaz naturel exploitables dans le sous-sol américain (en trillions de mètre cube) Source: FERC Il n existe actuellement aucune réglementation en matière d émission de mercure pour les producteurs d électricité sur le territoire américain. Or, ces dernières sont principalement émises par les centrales à charbon. L administration Obama a récemment présenté un projet visant à réduire les émissions de mercure par 91% à horizon 21, ce qui pourrait impacter les producteurs d électricité utilisant des centrales à charbon. Certes, il est peu probable que ce projet voit le jour sous sa forme actuelle (forte opposition des Républicains) mais le champ de la réglementation, totalement vide dans ce domaine, ne peut que se durcir et inciter les producteurs d électricité à se tourner vers les technologies de productions utilisant le gaz naturel (les deux technologies possèdent des caractéristiques techniques relativement proches). A noter que si la production d électricité avec du gaz est plus propre que celle à base de charbon, les conséquences de l extraction du gaz de schiste («fracking») sont méconnues mais a priori néfaste pour l environnement (pollution des nappes phréatiques). De fait, un durcissement de la réglementation dans ce domaine pourrait réduire l offre de cette ressource. Flash 211-8

9 Le prix du charbon est historiquement plus faible que celui du gaz, cependant depuis le début de la mi-28, les cours du charbon ont eu tendance à fortement augmenter tandis que les prix du gaz ont baissés (graphique 8). En effet, le prix du charbon dépendent fortement des coûts de transports, qui depuis l été 28 ont été tirés à la hausse par la flambée des prix du pétrole. Si ce mouvement se poursuit, on devrait avoir à terme un coût marginal de production des centrales à gaz inférieur à celui des centrales à charbon. Le vieillissement du parc de production des centrales à charbon (% ont été construites il y a plus de ans) avec en parallèle l amélioration des technologies de production à gaz (a moins forte intensité capitalistique mais plus flexibles) devraient également favoriser cette tendance Graphique 8 Coût de la ressource utilisée pour produire de l'électricité ($ par million de Btu, taxes comprises) Charbon Gaz naturel J-73 J-77 J-81 J-8 J-89 J-93 J-97 J-1 J- J-9 Les énergies renouvelables ont le vent en poupe En 29, une part importante de la hausse des capacités de production d électricité sont attribuables à la croissance du parc éolien (un peu plus d un tiers). En effet, en introduisant son projet de stimulus fiscal en début de l année 29, le Président Obama a annoncé son intention de doubler la production des énergies renouvelables dans les 3 prochaines années. Le stimulus fiscal (ARRA 29) prévoyait le financement à hauteur de 23Md$ pour le développement de l efficacité énergétique (tableau 2). Tableau 2 Financement des projets d'énergie et d'environnement (ARRA 29) $Mds L'efficacité énergétique et les énergies renouvelables 1.8 Garanties fédérales pour les crédits pour les systèmes des énergies renouvelables et de la transmission d'électricité Subventions d'états pour les projets d'infrastructure pour l'eau.8 Autres projets d'énergie inclus le programme de rénovations des grilles électriques ("smart grid", $,Md) 22. Autres projets d'environnement (y compris le développement des parcs nationaux).7 Les allocations pour la recherche scientifique liées aux énergies (Fondation Nationale des Sciences, Bureau de la Recherche du Département de l Energie, NASA)* Autres 1 Total 1.7 *Allocations à la Fondation Nationale des Sciences ($3Md), au Bureau de la Recherche du Département de l Energie pour les projets sur les biocarburants, physique nucléaire et des énergies de la fusion ($1,Md), à NASA pour la recherche sur le climat (,M Flash 211-9

10 Cependant, l énergie éolienne ne représente que 1% de la production totale de l électricité aux Etats-Unis, la source des énergies renouvelables la plus répandue étant l énergie hydraulique (7% de l électricité). Les autres sources comme l énergie solaire, géothermale ou biomasse contribuent moins de 1% chacune. Malgré les incitations publiques (subventions et allégements fiscaux), ces énergies ne peuvent constituer qu un complément aux sources plus traditionnelles. En effet, les coûts d installation sont assez importants alors que le caractère de production de certaines sources peut s avérer trop instable et dépendant des conditions naturelles pour un approvisionnement permanent. Le projet nucléaire du président Obama Le parc nucléaire américain est actuellement composé de 1 centrales qui assurent environ 2% de la production totale d électricité du pays. Le président Obama a récemment présenté un projet de prêts garantis à hauteur de 3Md$ pour construire 33 nouvelles centrales dans le pays. Il a également proposé d augmenter les dépenses dans le domaine de la recherche nucléaire. Même si en date où la proposition a été faite, le président avait reçu le soutien de nombreux Républicains, permettant d envisager un accord bipartisan, de nombreux membres du parti démocrate se sont d ores et déjà opposés à ce projet. De plus, l accident majeur de la centrale Fukushima au Japon pourrait compromettre cette initiative. En effet, déjà par le passé, les événements de Three Mile Island en Pennsylvanie (1979) et de Tchernobyl (198) avaient marqué les esprits et durablement freiné l expansion du nucléaire dans le pays. Or, l incident de Fukushima est désormais classé au niveau 7 (Echelle ci-dessous). La proposition du président visait principalement la réduction durable des émissions de gaz à effet de serre. Le nucléaire est effectivement classé parmi les énergies «propres» et son développement aurait permis une réduction durable des émissions de CO2. Toutefois, si ces projets ne sont pas retenus, la part du nucléaire dans la production totale d électricité devrait reculer. Echelle internationale des évenements nucléaires (INES) Echelle Exemples 7 Accident Majeur Tchernobyl (198) Accident grave Kychtyn (197) Accident (entraînant un risque hors du site) Three Mile Island (1979) Accident (n'entraînant pas de risque important à l'extérieur du site) 3 Incident grave 2 Indicent 1 Anomalie Ecart Sources: INES Tokatimura, Japon (1999) Saint- Laurent, France (198) Sellafield, Windscale (2) la Hague, France (1981) Résumé des tendances à venir Pour les prochaines années, globalement la tendance restera similaire : le charbon conservera la part du lion mais baissera légèrement au profit du gaz naturel et des énergies renouvelables d après les projections de l EIA (graphique 9, prévisions EIA). La part du nucléaire actuellement de 2%, devrait baisser pour atteindre 17%. En effet, après la catastrophe nucléaire du Japon, le projet du président Obama d augmenter d un tiers le nombre de centrales devrait rencontrer une sérieuse opposition. Au final, les Etats-Unis conserveront un parc de production fortement émetteur de CO2 (graphique 1, prévisions EIA), avec des prix de l électricité relativement élevés qui pourraient toutefois bénéficier d effets favorables liés à l exploitation de nouveaux gisements de gaz sur le territoire (graphique 11, prévisions EIA). Flash 211-1

11 % Graphique 9 Etats-Unis: projection de la production d'électricité par combustible (Mds KW/h) Charbon Nucléaire Autres dont pétrole Sources : EIA, Natixis 22% 2% Gaz Naturel Energies renouvelables 2% 12% % 17% 1% Graphique 1 Emissions de Dioxyde de Carbone (CO2) aux Etats -Unis (Base 1 en 29) Prévisions Sources : EIA, Natixis Graphique 11 Etats-Unis: projections des prix de l'électricité (cents par kilow atthour 29) Tous les secteurs Commercial Transpo rts Projections Residentiel Industriel Sources : EIA Flash

12 Annexe 1 : La formation des prix de l électrcité en théorie La littérature économique sur le sujet est assez dense et décrit de manière plus ou moins complexe la formation des prix. Il est généralement admis que le prix de l électricité, est égal au coût marginal de production. Dans le cas du marché de l électricité, avec plusieurs unités de production (correspondant aux différentes technologies), la courbe d offre n est pas linéaire et le prix se fixe autour du coût marginal de l unité la moins efficace. Exemple simplifié Dans une économie où seulement trois technologies de production sont disponibles (nucléaire, charbon et gaz), les prix se fixent de la manière suivante : Comme énoncé ci-dessus, le prix se fixe sur le coût marginal de l unité marginale. D après le tableau de l annexe 2, le nucléaire est la technologie pour laquelle le coût marginal est le plus faible tandis que les centrales à gaz ont le coût marginal le plus élevé. Ainsi, dans le cas 1 sur le graphique ci-dessous (avec le prix de marché en ordonné : Pm et la quantité en abscisse : Q), la demande croise l offre en un point où le producteur se doit d utiliser des centrales à Gaz pour fournir la quantité (Q1) demandée. Le prix de marché se fixe donc en Pm 1, ce qui correspond au coût marginal de la centrale à gaz (Cm3). Passé ce niveau de production, l offre est inélastique à court terme et l ajustement se fait par les prix (Cas 2) : le prix de marché augmente avec la demande tandis que la quantité ne varie plus. Pm Offre Pm 2 Demande cas 2 Pm 1 Cm 3 Gaz Cm 2 Charbon Demande Cm 1 Nucléaire cas 1 Q1 Q2 Q (GW) Flash

13 Annexe 2 : l électricité un bien particulier L électricité est un bien particulier avec des caractéristiques physiques et économiques très singulières : la demande n est jamais nulle ; il y a une forte variation de la demande au cours de l année ; c est un bien non stockable ; nécessité d assurer les balances physiques active et réactive en tout point du réseau pour conserver la fréquence et la tension du système. Le parc de production optimale Dans la théorie, le producteur d électricité doit recourir aux différentes technologies de production disponibles afin de couvrir la demande au moindre coût. Le tableau ci-dessous résume les différentes caractéristiques des technologies disponibles pour produire de l électricité. Les différentes technologies de production Tableau Données techniques et économiques pour différentes technologies Eolien onshore Eolien offshore Charbon TGV* TAG** Nucléaire Données techniques Capacité MW net Rendement % Coût variable Bas Bas Bas Moyen Haut Haut Coût d'investissement Euro/kWnet Durée de vie Années Capacité minimale de production % de la taille à à à 8 Temps de démarrage (à froid) Heures 1 min 1 min à 2h 2 à h 1 min à 1h Données additionnelles Taux d'émission de CO2 kg/gji 93 Prix du combustible Euro/MWh Coût marginal de long terme (CMLT) Euro/MWh Sources: IAE 21 Median Case, de boeck * TGV = turbines gaz à vapeur ** TAG = turbines à gaz On observe donc que ces différentes technologies offrent un large éventail de combinaisons de production pour un coût et des contraintes techniques données. Par exemple, si la centrale nucléaire apparait utile pour répondre à une forte demande (capacité importante pour un coût marginal de production faible), dans un contexte où la demande est relativement faible et volatile, utiliser cette même centrale peut s avérer être inadapté du fait de sa faible réactivité (contrainte de rampe, capacité minimale de production élevée) tandis que l usage d une centrale TGV serait plus approprié. Toutefois, les informations présentées dans ce tableau dressent un portrait des différentes technologies à l heure actuelle, or on note déjà une inflexion de certaines tendances actuelles. Entre autres, on note une hausse des prix du charbon et une baisse des prix du gaz, qui devrait impacter le coût variable de production en faveur des unités de production à gaz. Un vieillissement du parc de production à charbon et une amélioration des technologies de production utilisant le gaz devrait également accentuer cette tendance. Flash

14 AVERTISSEMENT / DISCLAIMER Ce document et toutes les pièces jointes sont strictement confidentiels et établis à l attention exclusive de ses destinataires. Ils ne sauraient être transmis à quiconque sans l accord préalable écrit de Natixis. Si vous recevez ce document et/ou toute pièce jointe par erreur, merci de le(s) détruire et de le signaler immédiatement à l expéditeur. Ce document a été préparé par nos économistes. Il ne constitue pas un rapport de recherche indépendant et n a pas été élaboré conformément aux dispositions légales arrêtées pour promouvoir l indépendance de la recherche en investissement. En conséquence, sa diffusion n est soumise à aucune interdiction prohibant l exécution de transactions avant sa publication. La distribution, possession ou la remise de ce document dans ou à partir de certaines juridictions peut être limitée ou interdite par la loi. Il est demandé aux personnes recevant ce document de s informer sur l existence de telles limitations ou interdictions et de s y conformer. Ni Natixis, ni ses affiliés, directeurs, administrateurs, employés, agents ou conseils, ni toute autre personne accepte d être responsable à l encontre de toute personne du fait de la distribution, possession ou remise de ce document dans ou à partir de toute juridiction. Ce document et toutes les pièces jointes sont communiqués à chaque destinataire à titre d information uniquement et ne constituent pas une recommandation personnalisée d investissement. Ils sont destinés à être diffusés indifféremment à chaque destinataire et les produits ou services visés ne prennent en compte aucun objectif d investissement, situation financière ou besoin spécifique à un destinataire en particulier. Ce document et toutes les pièces jointes ne constituent pas une offre, ni une sollicitation d achat, de vente ou de souscription. Ce document ne peut en aucune circonstance être considéré comme une confirmation officielle d'une transaction adressée à une personne ou une entité et aucune garantie ne peut être donnée sur le fait que cette transaction sera conclue sur la base des termes et conditions qui figurent dans ce document ou sur la base d autres conditions. Ce document et toutes les pièces jointes sont fondés sur des informations publiques et ne peuvent en aucune circonstance être utilisés ou considérés comme un engagement de Natixis, tout engagement devant notamment être soumis à une procédure d'approbation de Natixis conformément aux règles internes qui lui sont applicables. Natixis n a ni vérifié ni conduit une analyse indépendante des informations figurant dans ce document. Par conséquent, Natixis ne fait aucune déclaration ou garantie ni ne prend aucun engagement envers les lecteurs de ce document, de quelque manière que ce soit (expresse ou implicite) au titre de la pertinence, de l exactitude ou de l exhaustivité des informations qui y figurent ou de la pertinence des hypothèses auxquelles elle fait référence. En effet, les informations figurant dans ce document ne tiennent pas compte des règles comptables ou fiscales particulières qui s appliqueraient aux contreparties, clients ou clients potentiels de Natixis. Natixis ne saurait donc être tenu responsable des éventuelles différences de valorisation entre ses propres données et celles de tiers, ces différences pouvant notamment résulter de considérations sur l application de règles comptables, fiscales ou relatives à des modèles de valorisation. De plus, les avis, opinions et toute autre information figurant dans ce document sont indicatifs et peuvent être modifiés ou retirés par Natixis à tout moment sans préavis. Les informations sur les prix ou marges sont indicatives et sont susceptibles d évolution à tout moment et sans préavis, notamment en fonction des conditions de marché. Les performances passées et les simulations de performances passées ne sont pas un indicateur fiable et ne préjugent donc pas des performances futures. Les informations contenues dans ce document peuvent inclure des résultats d analyses issues d un modèle quantitatif qui représentent des évènements futurs potentiels, qui pourront ou non se réaliser, et elles ne constituent pas une analyse complète de tous les faits substantiels qui déterminent un produit. Natixis se réserve le droit de modifier ou de retirer ces informations à tout moment sans préavis. Plus généralement, Natixis, ses sociétés mères, ses filiales, ses actionnaires de référence ainsi que leurs directeurs, administrateurs, associés, agents, représentants, salariés ou conseils respectifs rejettent toute responsabilité à l égard des lecteurs de ce document ou de leurs conseils concernant les caractéristiques de ces informations. Les opinions, avis ou prévisions figurant dans ce document reflètent, sauf indication contraire, celles de son ou ses auteur(s) et ne reflètent pas les opinions de toute autre personne ou de Natixis. Les informations figurant dans ce document n ont pas vocation à faire l objet d une mise à jour après la date apposée en première page. Par ailleurs, la remise de ce document n entraîne en aucune manière une obligation implicite de quiconque de mise à jour des informations qui y figurent. Natixis ne saurait être tenu pour responsable des pertes financières ou d une quelconque décision prise sur le fondement des informations figurant dans la présentation et n assume aucune prestation de conseil, notamment en matière de services d investissement. En tout état de cause, il vous appartient de recueillir les avis internes et externes que vous estimez nécessaires ou souhaitables, y compris de la part de juristes, fiscalistes, comptables, conseillers financiers, ou tous autres spécialistes, pour vérifier notamment l adéquation de la transaction qui vous est présentée avec vos objectifs et vos contraintes et pour procéder à une évaluation indépendante de la transaction afin d en apprécier les mérites et les facteurs de risques. Natixis est agréée par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) en France en qualité de Banque prestataire de services d investissements et soumise à sa supervision. Natixis est réglementée par l AMF (Autorité des Marchés Financiers) pour l exercice des services d investissements pour lesquels elle est agréée. Natixis est agréée par l ACP en France et soumise à l autorité limitée du Financial Services Authority au Royaume Uni. Les détails concernant la supervision de nos activités par le Financial Services Authority sont disponibles sur demande. Natixis est agréée par l ACP et régulée par la BaFin (Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht) pour l exercice en libre établissement de ses activités en Allemagne. Le transfert / distribution de ce document en Allemagne est fait(e) sous la responsabilité de NATIXIS Zweigniederlassung Deutschland. Natixis est agréée par l ACP et régulée par la Banque d Espagne (Bank of Spain) et la CNMV pour l exercice en libre établissement de ses activités en Espagne. Natixis est agréée par l ACP et régulée par la Banque d Italie et la CONSOB (Commissione Nazionale per le Società e la Borsa) pour l exercice en libre établissement de ses activités en Italie. Natixis ne destine la diffusion aux Etats-Unis de cette publication qu aux «major U.S. institutional investors», définis comme tels selon la Rule 1(a) (). Cette publication a été élaborée et vérifiée par les économistes de Natixis (Paris). Ces économistes n'ont pas fait l'objet d'un enregistrement professionnel en tant qu'économiste auprès du NYSE et/ou du NASD et ne sont donc pas soumis aux règles édictées par la FINRA. This document (including any attachments thereto) is confidential and intended solely for the use of the addressee(s). It should not be transmitted to any person(s) other than the original addressee(s) without the prior written consent of Natixis. If you receive this document in error, please delete or destroy it and notify the sender immediately. This document has been prepared by our economists. It does not constitute an independent investment research and has not been prepared in accordance with the legal requirements designed to promote the independence of investment research. Accordingly there are no prohibitions on dealing ahead of its dissemination. The distribution, possession or delivery of this document in, to or from certain jurisdictions may be restricted or prohibited by law. Recipients of this document are therefore required to ensure that they are aware of, and comply with, such restrictions or prohibitions. Neither Natixis, nor any of its affiliates, directors, employees, agents or advisers nor any other person accept any liability to anyone in relation to the distribution, possession or delivery of this document in, to or from any jurisdiction. This document (including any attachments thereto) are communicated to each recipient for information purposes only and do not constitute a personalised recommendation. It is intended for general distribution and the products or services described therein do not take into account any specific investment objective, financial situation or particular need of any recipient. It should not be construed as an offer or solicitation with respect to the purchase, sale or subscription of any interest or security or as an undertaking by Natixis to complete a transaction subject to the terms and conditions described in this document or any other terms and conditions. Any undertaking or commitment shall be subject to Natixis prior approval and formal written confirmation in accordance with its current internal procedures. This document and any attachments thereto are based on public information. Natixis has neither verified nor independently analysed the information contained in this document. Accordingly, no representation, warranty or undertaking, express or implied, is made to the recipients of this document as to or in relation to the accuracy or completeness or otherwise of this document or as to the reasonableness of any assumption contained in this document. The information contained in this document does not take into account specific tax rules or accounting methods applicable to counterparties, clients or potential clients of Natixis. Therefore, Natixis shall not be liable for differences, if any, between its own valuations and those valuations provided by third parties; as such differences may arise as a result of the application and implementation of alternative accounting methods, tax rules or valuation models. In addition, any view, opinion or other information provided herein is indicative only and subject to change or withdrawal by Natixis at any time without notice. Prices and margins are indicative only and are subject to changes at any time without notice depending on inter alia market conditions. Past performances and simulations of past performances are not a reliable indicator and therefore do not predict future results. The information contained in this document may include the results of analysis derived from a quantitative model, which represent potential future events, that may or may not be realised, and is not a complete analysis of every material fact representing any product. The information may be amended or withdrawn by Natixis at any time without notice. More generally, no responsibility is accepted by Natixis, nor any of its holding companies, subsidiaries, associated undertakings or controlling persons, nor any of their respective directors, officers, partners, employees, agents, representatives or advisors as to or in relation to the characteristics of this information. The opinions, views and forecasts expressed in this document (including any attachments thereto) reflect the personal views of the author(s) and do not reflect the views of any other person or Natixis unless otherwise mentioned. It should not be assumed that the information contained in this document will have been updated subsequent to date stated on the first page of this document. In addition, the delivery of this document does not imply in any way an obligation on anyone to update such information at any time. Natixis shall not be liable for any financial loss or any decision taken on the basis of the information contained in this document and Natixis does not hold itself out as providing any advice, particularly in relation to investment services. In any event, you should request for any internal and/or external advice that you consider necessary or desirable to obtain, including from any financial, legal, tax or accounting advisor, or any other specialist advice, in order to verify in particular that the investment(s) described in this document meets your investment objectives and constraints and to obtain an independent valuation of such investment(s), its risks factors and rewards. Natixis is authorised in France by the Autorité de contrôle prudentiel (ACP) as a Bank Investment Services providers and subject to its supervision. Natixis is regulated by the AMF in respect of its investment services activities. Natixis is authorised by the ACP in France and subject to limited regulation by the Financial Services Authority in the United Kingdom. Details on the extent of our regulation by the Financial Services Authority are available from us on request. Natixis is authorised by the ACP and regulated by the BaFin (Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht) for the conduct of its business in Germany. The transfer / distribution of this document in Germany is done by / under the responsibility of NATIXIS Zweigniederlassung Deutschland. Natixis is authorised by the ACP and regulated by Bank of Spain and the CNMV for the conduct of its business in Spain. Natixis is authorised by the ACP and regulated by Bank of Italy and the CONSOB (Commissione Nazionale per le Società e la Borsa) for the conduct of its business in Italy. This research report is solely available for distribution in the United States to major U.S. institutional investors as defined by SEC Rule 1(a)(). This research report has been prepared and reviewed by research economists employed by Natixis (Paris). These economists are not registered or qualified as research economists with the NYSE and/or the NASD, and are not subject to the rules of the FINRA Flash 211-1

Le niveau bas des taux d intérêt décourage t-il l épargne des ménages

Le niveau bas des taux d intérêt décourage t-il l épargne des ménages janvier N Le niveau bas des taux d intérêt décourage t-il l épargne des ménages Les pays de l OCDE ont mis en place des politiques monétaires avec des taux d intérêt très bas ; sauf dans les pays en difficulté

Plus en détail

Facteurs de production de croissance mobiles (recherche-développement) et immobiles (éducation)

Facteurs de production de croissance mobiles (recherche-développement) et immobiles (éducation) 6 septembre 2013 N. 613 Facteurs de production de croissance mobiles (recherche-développement) et immobiles (éducation) Nous regardons dans quelle mesure les gains de productivité (la croissance potentielle)

Plus en détail

Forte élasticité-prix des exportations en volume : le signe d'un grave problème (la faiblesse du niveau

Forte élasticité-prix des exportations en volume : le signe d'un grave problème (la faiblesse du niveau 20 mars 2013 N 215 Forte élasticité-prix des exportations en volume : le signe d'un grave problème (la faiblesse du niveau de gamme), mais aussi une claire opportunité : la baisse des coûts de production,

Plus en détail

Ne pas oublier les dettes privées

Ne pas oublier les dettes privées 7 novembre 1 N. 71 Ne pas oublier les dettes privées L analyse de la solvabilité des pays en difficulté de la zone euro est souvent concentrée sur l analyse des dettes publiques : sera-t-il possible de

Plus en détail

Le ratio crédits/dépôts des banques

Le ratio crédits/dépôts des banques 1 avril 212 N 26 Le ratio crédits/dépôts des banques Les nouvelles règlementations des banques (ratio de liquidité en particulier) vont contraindre les banques à avoir un ratio crédits/dépôts voisin de

Plus en détail

Le maintien des excédents extérieurs de l Allemagne, la correction des déficits extérieurs

Le maintien des excédents extérieurs de l Allemagne, la correction des déficits extérieurs mars 1 N 8 Le maintien des excédents extérieurs de l Allemagne, la correction des déficits extérieurs de l Espagne et de l Italie se sont-ils faits au détriment des autres pays de la zone euro, dont la

Plus en détail

Peut-il y avoir de la croissance sans crédit dans la zone euro?

Peut-il y avoir de la croissance sans crédit dans la zone euro? septembre 13 N 7 Peut-il y avoir de la croissance sans crédit dans la zone euro? De la seconde moitié des années 199 à la crise de 8, la croissance, aux Etats- Unis, en Europe, a été accompagnée par une

Plus en détail

Quand un pays a une dette publique trop élevée, il doit faire défaut : seule la forme du défaut peut être choisie

Quand un pays a une dette publique trop élevée, il doit faire défaut : seule la forme du défaut peut être choisie juillet N. Quand un pays a une dette publique trop élevée, il doit faire défaut : seule la forme du défaut peut être choisie RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteur : Patrick ARTUS Un pays qui a une dette publique

Plus en détail

Etats-Unis : doit-on s inquiéter de la forte hausse des prêts étudiants?

Etats-Unis : doit-on s inquiéter de la forte hausse des prêts étudiants? novembre N 88 Etats-Unis : doit-on s inquiéter de la forte hausse des prêts étudiants? RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteurs : Inna MUFTEEVA Thomas JULIEN Depuis le début de la crise, les ménages américains

Plus en détail

Le "mystère du CAC 40" est-il durable?

Le mystère du CAC 40 est-il durable? 1 er mars 11 N. 17 Le "mystère du CAC " est-il durable? Les grandes entreprises cotées en (le CAC ) ont une situation et un comportement qui diffèrent totalement de celui des autres entreprises, ce qui

Plus en détail

Echanges commerciaux avec la Chine : peut-on comprendre les différences entre les pays?

Echanges commerciaux avec la Chine : peut-on comprendre les différences entre les pays? mai 13 N 3 Echanges commerciaux avec la Chine : peut-on comprendre les différences entre les pays? Nous regardons les échanges commerciaux avec la Chine, des États-Unis, du, de l, de la, de l et du. Les

Plus en détail

L Espagne va plus mal qu en 2009 : quelles conséquences?

L Espagne va plus mal qu en 2009 : quelles conséquences? 1 septembre 1 N. 5 L Espagne va plus mal qu en : quelles conséquences? Après plus de ans de politiques d ajustement, la situation de l Espagne est plus mauvaise aujourd hui qu au début de la crise : le

Plus en détail

Comment ces deux modèles de financement de l économie ont-ils résisté à la crise? Il faut regarder :

Comment ces deux modèles de financement de l économie ont-ils résisté à la crise? Il faut regarder : janvier N 7 Financement des entreprises par les marchés aux États-Unis, financement des entreprises par les banques dans la zone euro : que nous a appris la crise? Les entreprises aux États Unis sont surtout

Plus en détail

L immobilier est-il une bonne protection contre l inflation?

L immobilier est-il une bonne protection contre l inflation? août N L immobilier est-il une bonne protection contre l inflation? Beaucoup d investisseurs institutionnels ont accru leurs portefeuilles d immobilier (résidentiel et commercial), d une part en raison

Plus en détail

Le modèle américain et le modèle de la zone euro de financement des entreprises : lequel est préférable?

Le modèle américain et le modèle de la zone euro de financement des entreprises : lequel est préférable? avril 1 N. 7 Le modèle américain et le modèle de la zone euro de financement des entreprises : lequel est préférable? Les entreprises américaines se financent essentiellement sur le marché obligataire,

Plus en détail

Les deux graphiques qui expliquent la crise de la zone euro

Les deux graphiques qui expliquent la crise de la zone euro 31 août 11 N 3 Les deux graphiques qui expliquent la crise de la zone euro Nous pensons que la crise de la zone euro est facilement expliquée avec deux graphiques : - les avoirs et les dettes extérieurs

Plus en détail

Taux de change euro-dollar : la seule chose qu on puisse prévoir est une forte volatilité

Taux de change euro-dollar : la seule chose qu on puisse prévoir est une forte volatilité 1 er septembre 1 N Taux de change euro-dollar : la seule chose qu on puisse prévoir est une forte volatilité Le taux de change euro-dollar a montré une très forte volatilité depuis le début de la crise,

Plus en détail

23 décembre 2013 N 930

23 décembre 2013 N 930 3 décembre 13 N 93 Qu est ce qui est le plus dangereux dans les bilans des banques des pays du Sud de l Europe : les créances douteuses ou les détentions de dette publique? L Asset Quality Review de la

Plus en détail

Un problème central pour la zone euro : il n y a plus aucun canal de transmission de la politique monétaire

Un problème central pour la zone euro : il n y a plus aucun canal de transmission de la politique monétaire janvier N Un problème central pour la zone euro : il n y a plus aucun canal de transmission de la politique monétaire La politique monétaire peut influencer l économie essentiellement au travers de trois

Plus en détail

Sans un choc d offre massif, aucune possibilité que l économie française redémarre

Sans un choc d offre massif, aucune possibilité que l économie française redémarre Juillet 1 N. 91 Sans un choc d offre massif, aucune possibilité que l économie française redémarre Les pays en difficulté de la zone euro souffrent de maux différents : par exemple explosion de la bulle

Plus en détail

Quels sont les problèmes avec les taux d endettement public élevés?

Quels sont les problèmes avec les taux d endettement public élevés? 15 février 13 N 154 Quels sont les problèmes avec les taux d endettement public élevés? Dans beaucoup de pays de la zone euro, le taux d endettement public va se stabiliser à un niveau extrêmement élevé,

Plus en détail

D'ailleurs, ça sert à quoi une monnaie unique?

D'ailleurs, ça sert à quoi une monnaie unique? 11 mai 212 N. 332 D'ailleurs, ça sert à quoi une monnaie unique? Avant de définir les institutions de la zone euro, il serait bon de se poser une question simple : pourquoi construit-on des Unions Monétaires?

Plus en détail

FLASH PROBLÈMES STRUCTURELS

FLASH PROBLÈMES STRUCTURELS PROBLÈMES STRUCTURELS RECHERCHE ÉCONOMIQUE juillet 15 France Italie : ces deux pays peuvent légitimement avoir des préférences sociales différentes, mais il faut en assumer les conséquences dans une économie

Plus en détail

Le rôle stabilisant de l épargne des ménages dans le financement du budget de la France

Le rôle stabilisant de l épargne des ménages dans le financement du budget de la France novembre N. Le rôle stabilisant de l épargne des ménages dans le financement du budget de la France Au cours de la décennie passée, les ménages français ont dégagé une importante capacité de financement,

Plus en détail

Les allemands travaillent-ils plus que les européens du Sud? Non, ils travaillent beaucoup moins, et pas plus intensément

Les allemands travaillent-ils plus que les européens du Sud? Non, ils travaillent beaucoup moins, et pas plus intensément 3 mai 11 N. 1 Les allemands travaillent-ils plus que les européens Sud? Non, ils travaillent beaucoup moins, et pas plus intensément RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteur : Patrick ARTUS La chancelière A. Merkel

Plus en détail

Que penser du marché du travail aux Etats-Unis?

Que penser du marché du travail aux Etats-Unis? 13 mai211 N. 357 Que penser du marché du travail aux Etats-Unis? Avec 244 emplois créés en avril, l amélioration du marché du travail gagne en intensité. En effet, malgré des données confuses, le passage

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE août 1 N 3 Un pays peut-il échapper à une crise économique, financière et immobilière quand la dette des ménages et les prix de l immobilier s écartent? La situation où la

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Pays ayant un déficit extérieur chronique : dans quels cas y a-t-il danger? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Pays ayant un déficit extérieur chronique : dans quels cas y a-t-il danger? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin 15 N 53 Pays ayant un déficit extérieur chronique : dans quels cas y a-t-il danger? Plusieurs pays ont un déficit extérieur chronique : Etats-Unis, Royaume-Uni, Brésil,

Plus en détail

Where have profit margins fallen in France?

Where have profit margins fallen in France? Where have profit margins fallen in France? 1. It is well known that the profit margins of companies as a whole and of manufacturing industry as a whole have fallen in France. But, to refine the analysis,

Plus en détail

BRICS : l enthousiasme a bien disparu

BRICS : l enthousiasme a bien disparu 1 mai 1 N 1 BRICS : l enthousiasme a bien disparu Triste sort que celui des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). Ces pays présentés comme les grands pays à croissance forte de l avenir

Plus en détail

1 Il serait très important de connaître le multiplicateur budgétaire pour les pays de la zone euro

1 Il serait très important de connaître le multiplicateur budgétaire pour les pays de la zone euro juillet 1 - N Patrick Artus Quelle est la taille du multiplicateur budgétaire? Les enseignements de la littérature. Un multiplicateur budgétaire très élevé pour les pays de la zone euro? 1 Il serait très

Plus en détail

Le modèle américain de financement des entreprises est-il supérieur ou inférieur au modèle européen?

Le modèle américain de financement des entreprises est-il supérieur ou inférieur au modèle européen? 19 septembre 211 N. 77 Le modèle américain de financement des entreprises est-il supérieur ou inférieur au modèle européen? Le modèle américain de financement des entreprises consiste en une forte désintermédiation

Plus en détail

How would exchange rates adjust if the euro were to break up?

How would exchange rates adjust if the euro were to break up? July 1, 212 - No. 467 How would exchange rates adjust if the euro were to break up? More and more financial institutions and multinationals want to hedge the exchange rate risk stemming from a possible

Plus en détail

La crise de la zone euro peut durer 20 ans

La crise de la zone euro peut durer 20 ans Août 1 N. 3 La crise de la zone euro peut durer ans Ne croyez pas que la crise de la zone euro sera résolue rapidement. Pour que la zone euro sorte de la crise, il faudra à la fois : - que le secteur privé

Plus en détail

Where can we see wealth effects linked to the crisis?

Where can we see wealth effects linked to the crisis? 23 August 2 - No. Where can we see wealth effects linked to the crisis? In theory, household spending (their savings rate and housing investment) is linked to their property and financial wealth; corporate

Plus en détail

Quel pays a le plus perdu en raison des politiques de l'offre mises en place par l'allemagne dans les années 2000?

Quel pays a le plus perdu en raison des politiques de l'offre mises en place par l'allemagne dans les années 2000? avril N. 7 Quel pays a le plus perdu en raison des politiques de l'offre mises en place par l'allemagne dans les années? Les politiques mises en place par l'allemagne depuis le début des années ont consisté

Plus en détail

FLASH. Transmission de la politique monétaire par les cours boursiers

FLASH. Transmission de la politique monétaire par les cours boursiers ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juillet 15 N 9 La Bourse comme instrument de la politique monétaire? Aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Japon, la hausse des cours boursiers a joué et joue encore un rôle

Plus en détail

In what ways do fiscal consolidations due to tax hikes differ from fiscal consolidations due to a reduction in government expenditure?

In what ways do fiscal consolidations due to tax hikes differ from fiscal consolidations due to a reduction in government expenditure? October 1 str, 1 - No. 7 In what ways do fiscal consolidations due to tax hikes differ from fiscal consolidations due to a reduction in government expenditure? In the past (since the early 1s) we have

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Quelles sont les ruptures économiques de moyen terme que les investisseurs doivent analyser? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Quelles sont les ruptures économiques de moyen terme que les investisseurs doivent analyser? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 1 juin 1 N Quelles sont les ruptures économiques de moyen terme que les investisseurs doivent analyser? Certaines ruptures économiques structurelles sont extrêmement importantes

Plus en détail

Attention à bien comprendre ce qu'est vraiment la monétisation

Attention à bien comprendre ce qu'est vraiment la monétisation 6 janvier 212 N. 12 Attention à bien comprendre ce qu'est vraiment la monétisation La monétisation de la dette, définie précisément, est une opération par laquelle la dette est remplacée par la monnaie

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juillet 1 N 8 Peut-on imaginer la situation de la Grèce s il y a défaut, sortie de l euro et dévaluation? Nous essayons d imaginer la situation de la Grèce s il y a défaut

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib.

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib. Crédit Agricole CIB Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Paris, Jeudi 6 Février 2014 www.ca-cib.com Le marché Euro PP Le développement du marché Euro PP Volumes

Plus en détail

L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences?

L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences? 24 octobre 211 N. 793 L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences? Les entreprises de la zone euro sont aujourd hui essentiellement

Plus en détail

FLASH MARKETS. How does an expansionary monetary policy influence the economy s cost of financing? ECONOMIC RESEARCH

FLASH MARKETS. How does an expansionary monetary policy influence the economy s cost of financing? ECONOMIC RESEARCH MARKETS ECONOMIC RESEARCH August, - No. How does an expansionary monetary policy influence the economy s cost of financing? We look at how the expansionary monetary policy has affected the economy's cost

Plus en détail

Etats-Unis : quelles perspectives pour le marché immobilier?

Etats-Unis : quelles perspectives pour le marché immobilier? avril N. Etats-Unis : quelles perspectives pour le marché immobilier? RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteurs : Thomas JULIEN Inna MUFTEEVA Après presque ans de dépression, le marché immobilier offre aujourd hui

Plus en détail

Peut-on rétablir la confiance dans l Europe?

Peut-on rétablir la confiance dans l Europe? février N 97 Peut-on rétablir la confiance dans l Europe? Si l Europe est encore attrayante pour les pays d Europe Centrale, dans beaucoup de pays de l Union Européenne les citoyens sont de plus en plus

Plus en détail

The "monetary trap" for OECD countries is a "distribution trap"

The monetary trap for OECD countries is a distribution trap April 8, 1 - No. The "monetary trap" for OECD countries is a "distribution trap" We look at the grouping of the United States, the United Kingdom, the euro zone and Japan. Among this group, income distribution

Plus en détail

Les critiques à l encontre du SRM ne sont pas (entièrement) justifiées

Les critiques à l encontre du SRM ne sont pas (entièrement) justifiées 15 avril 14 N 9 Les critiques à l encontre du SRM ne sont pas (entièrement) justifiées Il y a trois conditions d optimalité pour un mécanisme de résolution des crises bancaires. Premièrement, il doit être

Plus en détail

Quelle est la bonne règle budgétaire?

Quelle est la bonne règle budgétaire? 18 août 11 N. 68 Quelle est la bonne règle budgétaire? RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteur : Patrick ARTUS A. Merkel et N. Sarkozy souhaitent que tous les pays de la zone euro mettent en place la «règle d or»,

Plus en détail

Quelles sont les «richesses nettes» des pays?

Quelles sont les «richesses nettes» des pays? 9 mars 212 N. 196 Quelles sont les «richesses nettes» des pays? La richesse nette d un pays est la somme de son capital (productif, en logement, public) et de ses actifs extérieurs nets (s il a des actifs

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Quelles perspectives pour l emploi en France? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Quelles perspectives pour l emploi en France? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 5 juin 15 N 456 Quelles perspectives pour l emploi en France? La poursuite d une hausse rapide du chômage en France conduit à s interroger sur les perspectives de l emploi

Plus en détail

Que faut-il changer à la gouvernance de la zone euro? Quelques leçons de la crise des dettes souveraines

Que faut-il changer à la gouvernance de la zone euro? Quelques leçons de la crise des dettes souveraines Patrick Artus JOURNEES DE L'ÉCONOMIE LYON NOVEMBRE Que faut-il changer à la gouvernance de la zone euro? Quelques leçons de la crise des dettes souveraines La crise des dettes souveraines de la zone euro

Plus en détail

Outil de calcul de rentabilité des projets photovoltaiques en Tunisie. eclareon Management Consultants Tunis, 11 Septembre 2014

Outil de calcul de rentabilité des projets photovoltaiques en Tunisie. eclareon Management Consultants Tunis, 11 Septembre 2014 Outil de calcul de rentabilité des projets photovoltaiques en Tunisie eclareon Management Consultants Tunis, 11 Septembre 2014 Policy Consulting Market Intelligence Strategy Consulting Business Promotion

Plus en détail

Prix élevés de l immobilier résidentiel : état des lieux, conséquences, politiques économiques

Prix élevés de l immobilier résidentiel : état des lieux, conséquences, politiques économiques 29 novembre 213 N 86 Prix élevés de l immobilier résidentiel : état des lieux, conséquences, politiques économiques Nous partons de l état des lieux pour les prix de l immobilier résidentiel : dans quels

Plus en détail

FLASH ECONOMICS. Is it possible to estimate China s actual growth rate? ECONOMIC RESEARCH

FLASH ECONOMICS. Is it possible to estimate China s actual growth rate? ECONOMIC RESEARCH ECONOMICS ECONOMIC RESEARCH July 22, 2 - No. 589 Is it possible to estimate China s actual growth rate? China has published a growth figure of 7% for the second quarter of 2. We seek to estimate China

Plus en détail

Quelles conséquences si le niveau du PIB est durablement réduit dans la zone euro?

Quelles conséquences si le niveau du PIB est durablement réduit dans la zone euro? 7 février N 9 Quelles conséquences si le niveau du PIB est durablement réduit dans la zone euro? Il semble que la crise a deux effets qui s ajoutent sur le PIB de la zone euro : une perte de niveau de

Plus en détail

Pour diffusion immédiate

Pour diffusion immédiate Pour diffusion immédiate Communiqué de presse - Kaufman & Broad met en place le refinancement de sa dette senior - Eléments de performance financière et opérationnelle du 1 er trimestre 2014, estimés Paris,

Plus en détail

Conférence Kluwer. Actualités comptables et fiscales. Le projet de loi 6376 : un. Anne Sophie Preud homme Associée PricewaterhouseCoopers

Conférence Kluwer. Actualités comptables et fiscales. Le projet de loi 6376 : un. Anne Sophie Preud homme Associée PricewaterhouseCoopers www.pwc.lu Conférence Kluwer Actualités comptables et fiscales Le projet de loi 6376 : un complément à la loi du 10 décembre 2010 Anne Sophie Preud homme Associée PricewaterhouseCoopers Agenda 1. Le processus

Plus en détail

A quoi ressemblera la banque de demain dans la zone euro? Un peu de "banquefiction"

A quoi ressemblera la banque de demain dans la zone euro? Un peu de banquefiction 2 juillet 213 N 487 A quoi ressemblera la banque de demain dans la zone euro? Un peu de "banquefiction" Nous partons d'une analyse positive et non normative : quelle est l'évolution la plus probable de

Plus en détail

Conditions de l offre et frontière des prix des facteurs de production

Conditions de l offre et frontière des prix des facteurs de production juin 1 N. 9 Conditions de l offre et frontière des prix des facteurs de production La frontière des prix des facteurs de production est la relation que doivent vérifier les prix des facteurs (taux d intérêt

Plus en détail

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire,

FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire, FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire, Laure Capron BNP Paribas Securities Services Responsable FATCA France 18 septembre 014 Table

Plus en détail

Les Nouvelles Technologies «modernes» ont-elles des effets macroéconomiques?

Les Nouvelles Technologies «modernes» ont-elles des effets macroéconomiques? 9 novembre 3 N 8 Les Nouvelles Technologies «modernes» ont-elles des effets macroéconomiques? On attend beaucoup aujourd hui des Nouvelles Technologies : internet mobile, cloud computing, robotique, véhicules

Plus en détail

Paris, le 8 février 2016

Paris, le 8 février 2016 Paris, le 8 février 2016 ECOSLOPS lance une émission par placement privé d Obligations à option de Remboursement en Numéraire et/ou en Actions Nouvelles et/ou Existantes (ORNANE) à échéance 19 février

Plus en détail

Salaires et prix : comment expliquer la différence entre le Japon d une part, les Etats-Unis et les pays européens d autre part?

Salaires et prix : comment expliquer la différence entre le Japon d une part, les Etats-Unis et les pays européens d autre part? Janvier N Salaires et prix : comment expliquer la différence entre le Japon d une part, les Etats-Unis et les pays européens d autre part? La crise au Japon a fait apparaître dans la seconde moitié des

Plus en détail

Les différents systèmes comptables et leurs incidences de traitement

Les différents systèmes comptables et leurs incidences de traitement www.pwc.lu Les différents systèmes comptables et leurs incidences de traitement Laurent Gateau Introduction Différents systèmes comptables au sein de l entreprise Les différentes définitions du terme «système»

Plus en détail

NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL 60839-2-3 STANDARD. Systèmes d'alarme

NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL 60839-2-3 STANDARD. Systèmes d'alarme NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL 60839-2-3 STANDARD Première édition First edition 1987-12 Systèmes d'alarme Partie 2: Prescriptions pour les systèmes d'alarme anti-intrusion Section trois Prescriptions

Plus en détail

Offre contractuelle de rachat sur emprunt obligataire VEOLIA ENVIRONNEMENT

Offre contractuelle de rachat sur emprunt obligataire VEOLIA ENVIRONNEMENT CORPORATE EVENT NOTICE: Offre contractuelle de rachat sur emprunt obligataire VEOLIA ENVIRONNEMENT PLACE: Paris AVIS N : PAR_20141120_08701_EUR DATE: 20/11/2014 MARCHE: EURONEXT PARIS Suite à l'avis PAR_20141112_08468_EUR

Plus en détail

Dispersion des taux d épargne entre les pays de la zone euro : quelle cause?

Dispersion des taux d épargne entre les pays de la zone euro : quelle cause? mars 1 N. Dispersion des taux d épargne entre les pays de la zone euro : quelle cause? La dispersion des taux d épargne (totaux, des ménages) entre les pays de la zone euro peut être due à une cause :

Plus en détail

Quel cours du baril assure l équilibre budgétaire des pays exportateurs?

Quel cours du baril assure l équilibre budgétaire des pays exportateurs? 7 juin 21 N 413 Quel cours du baril assure l équilibre budgétaire des pays exportateurs? Poursuivant notre étude de la dépendance au pétrole des pays producteurs, nous calculons ici le cours du baril qui

Plus en détail

Réforme du secteur bancaire au Royaume-Uni : la feuille de route validée

Réforme du secteur bancaire au Royaume-Uni : la feuille de route validée 20 février 2012 N. 154 Réforme du secteur bancaire au Royaume-Uni : la feuille de route validée En décembre dernier, le gouvernement publiait sa réponse à la réforme du secteur bancaire présentée trois

Plus en détail

5 octobre 2012 N. 666

5 octobre 2012 N. 666 5 octobre N. 666 L'écart de coût de production de l'industrie qui s'est creusé en faveur de l' par rapport à la est nettement plus élevé qu'on ne le croit : % et non 1% Lorsqu'on regarde les salaires et

Plus en détail

Les différentes politiques monétaires non conventionnelles : la BCE et la Fed

Les différentes politiques monétaires non conventionnelles : la BCE et la Fed 27 juillet 212 N. 524 Les différentes politiques monétaires non conventionnelles : la BCE et la Fed Depuis la crise de Lehman en septembre 28, les banques centrales ont étendu leurs actions à des politiques

Plus en détail

Les migrations de l industrie européenne : une illustration par la cartographie

Les migrations de l industrie européenne : une illustration par la cartographie 8 février 2012 N. 110 Les migrations de l industrie européenne : une illustration par la cartographie L industrie européenne est depuis toujours très concentrée. 9 régions motrices, environ 3% du territoire,

Plus en détail

Les taux de change sont-ils vraiment liés à l offre relative de monnaie?

Les taux de change sont-ils vraiment liés à l offre relative de monnaie? 13 février 213 N 145 Les taux de change sont-ils vraiment liés à l offre relative de monnaie? Une des raisons de l appréciation récente de l euro est l observation sur les marchés financiers de ce que

Plus en détail

CAC Rendement. Le produit est soumis au risque de défaut de Morgan Stanley BV

CAC Rendement. Le produit est soumis au risque de défaut de Morgan Stanley BV CAC Rendement Titres de créance1 présentant un risque de perte en capital Produit de placement, alternative à un investissement dynamique risqué de type actions Durée d investissement conseillée : 7 ans

Plus en détail

Quelle est la contrepartie de la dette extérieure?

Quelle est la contrepartie de la dette extérieure? février 1 N 1 Quelle est la contrepartie de la dette extérieure? Nous regardons les grands pays de l OCDE qui ont une dette extérieure : Etats-Unis, Royaume-Uni, Espagne, Italie, France (l Allemagne et

Plus en détail

L autre manière pour accroître le pouvoir d achat : réduire les prix par la concurrence

L autre manière pour accroître le pouvoir d achat : réduire les prix par la concurrence avril 1 N. 31 L autre manière pour accroître le pouvoir d achat : réduire les prix par la concurrence Dans beaucoup de pays de la zone euro, les salaires réels diminuent aujourd hui, ce qui conduit à une

Plus en détail

Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs

Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs Paris 5 avril 2013 Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs Serge LESCOAT Associé INDAR ENERGY Conseiller en Investissements Financiers Membre du CNCIF Association agréé

Plus en détail

Press Release. Nanterre, le 12 septembre 2012

Press Release. Nanterre, le 12 septembre 2012 Ce communiqué ne constitue pas une offre de valeurs mobilières aux Etats-Unis d Amérique ni dans tout autre pays. Les Obligations (et les actions sous-jacentes) ne peuvent être ni offertes ni cédées aux

Plus en détail

Difficulté de réduction du déficit public et

Difficulté de réduction du déficit public et 9 avril N 8 Difficulté de réduction du déficit public et multiplicateur budgétaire élevé : le cas de la France ; il faudra, ex ante, réduire le déficit public de Mds en La faiblesse de la croissance en

Plus en détail

Japon : le choc énergétique et le choc d offre après le tsunami

Japon : le choc énergétique et le choc d offre après le tsunami Février 1 N. 1 Japon : le choc énergétique et le choc d offre après le tsunami Le tremblement de terre et le tsunami ont entraîné l arrêt de la totalité des centrales nucléaires et malgré l utilisation

Plus en détail

De combien faudrait-il pouvoir baisser le coût du travail en France?

De combien faudrait-il pouvoir baisser le coût du travail en France? 12 avril 2013 N 2 De combien faudrait-il pouvoir baisser le coût du travail en? Nous nous demandons de combien il faudrait pouvoir baisser le coût du travail en pour rétablir une situation de compétitivité

Plus en détail

SOMMAIRE. Un régime dont la pérennité et la soutenabilité sont garanties. L indemnisation par l Assurance chômage

SOMMAIRE. Un régime dont la pérennité et la soutenabilité sont garanties. L indemnisation par l Assurance chômage 1 SOMMAIRE L indemnisation par l Assurance chômage Une assurance relevant des partenaires sociaux Deux opérateurs publics chargés du recouvrement et du paiement des allocations Un régime dont la pérennité

Plus en détail

Technip lance une émission réplicative de son financement obligataire synthétique

Technip lance une émission réplicative de son financement obligataire synthétique Paris, le 3 mars 2016 Le présent communiqué ne constitue pas une offre de souscription à l attention d une quelconque personne en Afrique du Sud, en Australie, au Canada, aux Etats-Unis d'amérique, au

Plus en détail

Quelle est la capacité prévisionnelle des PMIs, ou : faut-il s inquiéter pour la France?

Quelle est la capacité prévisionnelle des PMIs, ou : faut-il s inquiéter pour la France? 9 novembre 13 - N 185 Patrick ARTUS Quelle est la capacité prévisionnelle des PMIs, ou : faut-il s inquiéter pour la France? 1. Inquiétude concernant la France Nous regardons les quatre plus grands pays

Plus en détail

HEXAGONE RENDEMENT. Le produit est émis par Morgan Stanley BV, société ad hoc de droit néerlandais et soumis au risque de défaut de l émetteur

HEXAGONE RENDEMENT. Le produit est émis par Morgan Stanley BV, société ad hoc de droit néerlandais et soumis au risque de défaut de l émetteur HEXAGONE RENDEMENT Titres de créance présentant un risque de perte en capital Produit de placement, alternative à un investissement dynamique risqué de type actions Durée d investissement conseillée :

Plus en détail

Les "vrais" taux d'endettement des pays

Les vrais taux d'endettement des pays juillet N Les "vrais" taux d'endettement des pays Nous comparons les taux d'endettement publics, privés et totaux des Etats- Unis, de la zone euro, du, du. La comparaison entre les niveaux absolus des

Plus en détail

France : ce qui est frappant est l absence de certaines forces de rappel

France : ce qui est frappant est l absence de certaines forces de rappel 5 juin 1 N. 391 : ce qui est frappant est l absence de certaines forces de rappel Quand on compare la à l (mais ce serait le cas aussi vis-àvis des Etats-Unis, de l Espagne, du Royaume-Uni ), nous sommes

Plus en détail

Airbus Group projette de céder sa participation restante dans Dassault Aviation

Airbus Group projette de céder sa participation restante dans Dassault Aviation (Le présent communiqué ne doit pas être publié ou distribué aux Etats-Unis, en Australie, au Canada, au Japon ou en Afrique du Sud, ou dans toute autre juridiction dans laquelle l offre ou la vente de

Plus en détail

Expliquer le taux de change /$

Expliquer le taux de change /$ 18 Novembre 211 N 851 Expliquer le taux de change /$ Nous partons de l analyse économétrique pour décomposer l évolution du taux de change /$ depuis 1999 entre les effets : - des taux d intérêt, de la

Plus en détail

Ce que révèle la profitabilité faible des entreprises : les exemples de l'allemagne, de la France, de l'espagne, de l'italie

Ce que révèle la profitabilité faible des entreprises : les exemples de l'allemagne, de la France, de l'espagne, de l'italie mars N. Ce que révèle la profitabilité faible des entreprises : les exemples de l', de la, de l', de l' Jusqu'en, la profitabilité des entreprises françaises, espagnoles, italiennes était nettement plus

Plus en détail

Émission par GECINA d Obligations à option de Remboursement en Numéraire et/ou en Actions Nouvelles et/ou Existantes (ORNANE)

Émission par GECINA d Obligations à option de Remboursement en Numéraire et/ou en Actions Nouvelles et/ou Existantes (ORNANE) Paris, le 1 er avril 2010 Communiqué de presse Émission par GECINA d Obligations à option de Remboursement en Numéraire et/ou en Actions Nouvelles et/ou Existantes (ORNANE) Exercice en totalité de l option

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 29 août 214 N 648 Espagne - : l impossible divorce Exacerbée par les différentes crises qui ont frappé le pays depuis 28, la volonté d indépendance de la est plus que jamais

Plus en détail

PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIÉE ANNONCÉ PAR ITALCEMENTI

PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIÉE ANNONCÉ PAR ITALCEMENTI PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIÉE ANNONCÉ PAR ITALCEMENTI Paris, le 6 mars 2014 Ciments Français a été informée du projet d offre publique simplifiée visant ses actions annoncé ce jour par son

Plus en détail

Honnêtement, ne serait-il pas plus raisonnable de casser l euro?

Honnêtement, ne serait-il pas plus raisonnable de casser l euro? 24 octobre 212 N. 723 Honnêtement, ne serait-il pas plus raisonnable de casser l euro? Bien sûr, la disparition de l euro aurait un coût économique, commercial, financier et politique énorme, et c est

Plus en détail

L'absence d'ajustement des salaires réels à la situation économique en France : bonne ou mauvaise nouvelle?

L'absence d'ajustement des salaires réels à la situation économique en France : bonne ou mauvaise nouvelle? 15 mai 1 N. 3 L'absence d'ajustement des salaires réels à la situation économique en : bonne ou mauvaise nouvelle? Quand on compare la à l', à l', à l', on est frappé de l'absence de réaction en des salaires

Plus en détail

19 octobre 2012 N. 710

19 octobre 2012 N. 710 19 octobre N. 7 - : que se passe-t-il quand deux pays ayant des fonctionnements aussi différents des marchés du travail choisissent d avoir la même monnaie? RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteur : Patrick ARTUS

Plus en détail

BCE RECHERCHE ECONOMIQUE

BCE RECHERCHE ECONOMIQUE 11 juin 1 N La BCE doit changer de philosophie de la politique monétaire : de la gestion de la liquidité des banques à la gestion du capital réglementaire des banques La BCE a choisi de mener la politique

Plus en détail

FLASH MARKETS. How much higher could European equities go? ECONOMIC RESEARCH

FLASH MARKETS. How much higher could European equities go? ECONOMIC RESEARCH MARKETS ECONOMIC RESEARCH April - No. How much higher could European equities go? The fall in the oil price, the quantitative easing programme and the euro s depreciation have driven up share prices in

Plus en détail