Programme de formation et inter-formation sur l initiation du diagnostic de lymphome en médecine générale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme de formation et inter-formation sur l initiation du diagnostic de lymphome en médecine générale"

Transcription

1 Programme de formation et inter-formation sur l initiation du diagnostic de lymphome en médecine générale 2012 Partenariat SFMG et association de patients France Lymphome Espoir (FLE) Avec le soutien de la Société Française d Hématologie (SFH) et de ROCHE

2 Plan 1. Présentation des principes et objectifs généraux du programme 2. Votre expérience personnelle et choix face aux cas cliniques 3. Epidémiologie et classification des lymphomes 4. Bilan diagnostique et pronostique 5. Les éléments de prise en charge diagnostique et thérapeutique 6. La coordination des acteurs impliqués 7. En guise de conclusion 8. Bibliographie et documents téléchargeables

3 Présentation des principes et objectifs généraux du programme Société Française de Médecine Générale

4 Pourquoi ce programme? Des besoins de prise en compte de données récentes qui modifient les stratégies de soins en médecine générale. 1) Les lymphomes, une forme de cancer dont la fréquence épidémiologique augmente 2) Des progrès importants dans le domaine thérapeutique avec une espérance de vie moyenne à 5 ans de plus de 80 % 3) Le constat : si les médecins généralistes connaissent les services d onco-hématologie, ils n ont pas de référent hématologique 4) Le renforcement de la place du médecin généraliste comme médecin traitant dans le parcours de soins 5) La place désormais incontournable des associations de patients dans le champ de la santé, comme ressource supplémentaire pour les malades et les professionnels de la santé

5 Echanges professionnels / usagers Des échanges entre associations de patients et sociétés savantes (SFMG SFH) aboutissant à un programme d actualisation et d optimisation des procédures médicales focalisées sur la phase diagnostique Un programme téléchargeable sur site internet de la SFMG et des actions régionales de formation pour : o Une meilleure visibilité des acteurs impliqués o Le développement d une circulation des informations utiles à tous pour des soins de qualité

6 Rappel important Ce programme vise à sensibiliser à certains des aspects diagnostiques et thérapeutiques actualisés liés aux problèmes posés par les lymphomes dans les pratiques de médecine générale. Il s inscrit dans une réflexion professionnelle sur la gestion des risques fréquents ou rares en médecine générale : o Il incite à un usage optimisé des ressources disponibles selon les cas. o Il participe à la réflexion du MG sur son exercice et ses choix dans une situation donnée. Ce programme sera le plus souvent lu en plusieurs temps. Les réponses de chaque médecin aux questions posées participent à une approche réflexive : s interroger sur ce que je fais ou ferais et sur ce qui pourrait l être. Les documents bibliographiques téléchargeables sont en nombre volontairement limité, pour préciser les aspects évoqués dans le diaporama.

7 Logique de recherches utiles Dans un grand nombre de consultations, le doute et/ou l inquiétude du patient comme du médecin sur une éventuelle évolution et/ou émergence d une pathologie grave ou/et handicapante conduit le médecin à investiguer la situation cliniquement et par des examens et demandes d avis de diverses spécialités. La gestion de ces risques prend implicitement en compte la fréquence du problème mais surtout sa gravité et l intérêt d un diagnostic précoce pour initier un traitement spécifique et efficace quand cela est devenu possible. Identifier ce que le «patient n a pas» est aussi important qu établir «ce qu il a». Cette fonction de repérage et de hiérarchisation des risques possibles, même rares, est un élément central des stratégies de décision en médecine générale.

8 2009 : des éléments récents Les données de l enquête «Perceptions et pratiques des médecins français pour Initier le Diagnostic de Lymphome en 2009» (IDIL) : o Enquête réalisée auprès de MG, ORL et radiologues suite au sentiment d errance diagnostique exprimé par les patients de l association de France Lymphome Espoir (FLE) o Un polymorphisme symptomatique très important et donc une multiplicité de risques et diagnostics différentiels possibles o Une découverte qui reste fortuite dans un cas sur deux o Un délais déclaré d un mois avant l établissement du diagnostic

9 Des approches différentes Des changements de perspective : o Les Lymphomes sont d emblée des affections généralisées qui ne correspondent pas aux représentations habituelles des cancers : «tumeur locale» «extension locale» «métastase à distance» Des changements dans les procédures diagnostiques pour réaliser des biopsies : o A coté des techniques chirurgicales traditionnelles o Les évolutions de l imagerie interventionnelle

10 Objectifs principaux Actualiser des données sur ce thème en particulier sur les procédures et les parcours diagnostiques Optimiser les échanges réciproques entre les acteurs impliqués, principalement les MG, les patients et le réseau des ressources hématologiques et associatives Accroître la lisibilité des responsabilités, des tâches, des missions et des compétences respectives de chacun dans le parcours de soin du patient Améliorer la qualité des soins à la phase diagnostique des lymphomes Faciliter secondairement les modalités du suivi thérapeutique immédiat puis du suivi au long cours Développer son réseau de ressources professionnelles

11 Votre expérience personnelle et choix face aux cas cliniques Société Française de Médecine Générale

12 Votre Expérience? Ces dernières années avez-vous été confronté(e) à titre professionnel ou personnel à: o Un patient ayant eu un antécédent de lymphome traité? o Un patient en cours d investigation pour un suspicion de lymphome? o En cours de traitement spécifique pour un lymphome? o Si oui, quel(s) type(s) de lymphome(s)? o Les signes d appel étaient-ils ganglionnaires ou extraganglionnaires? Dans ces circonstances, quelles difficultés particulières avez-vous alors rencontrées : o Pour vous? o Pour le patient?

13 «Et si c était un lymphome?» (1/2) En tant que médecin généraliste, quelles sont les situations cliniques qui vous conduiraient à évoquer l hypothèse d un lymphome? A qui vous adresseriez-vous dans de telles circonstances compte tenu de votre contexte et lieu d exercice?

14 «Et si c était un lymphome?» (2/2) Parmi les points suivants, quels sont ceux pour lesquels vous ressentez le plus de besoin d informations? o Les facteurs de risque o Les symptômes des lymphomes o Les examens pour établir le diagnostic o La coordination des soins à l étape diagnostique o L évolution de ces maladies o Leurs traitements o Les effets secondaires des traitements o La coordination de la prise en charge thérapeutique o La physiopathologie o Le pronostic

15 Cas cliniques Si vous aviez été confronté(e) en tant que médecin traitant aux trois cas cliniques qui vont suivre, qu auriez-vous pensé et fait pour chacun d eux? o Fait d emblée et pourquoi? o Fait dans un second temps et pourquoi? o Fait de votre propre initiative? o Fait après une demande de conseil? (avis labo, pairs associés, correspondant, par entretien direct ou téléphone)

16 Cas clinique n 1 Monsieur A, agriculteur non fumeur, producteur de pommes à la retraite âgé de 66 ans, suivi pour HTA et dyslipidémie Constat d une fatigue inhabituelle, d un essoufflement et une toux persistante et découverte d une anomalie du médiastin lors d une radiographie pulmonaire

17 Cas clinique n 2 Monsieur B, professeur des écoles âgé de 23 ans, grand utilisateur d Internet, consulte pour une adénopathie visible, indolore du cou apparue pendant les vacances, il y a moins d un mois L entretien médical et l examen clinique général attentif n apportent pas d autres éléments d orientation

18 Cas clinique n 3 Madame C, mère de famille de 45 ans avec un tableau clinique de poly-adénopathies Adénopathies multiples axillaires et inguinales non inflammatoires, sans éruption associée avec splénomégalie clinique

19 Fréquence & Gravité Face à chacune de ces trois situations cliniques avec des adénopathies diverses, à quelles affections auriez-vous pensé selon l âge, la localisation et sa durée (symptomatologie récente puis persistante) : o Les situations les plus fréquentes : A B C etc. o Les situations les plus graves : etc.

20 Bilan initial et secondaire (1/2) Bilan initial Bilan secondaire Hémogramme CRP Transaminases LDH Sérologie VIH Sérologie VHB Autre(s) sérologie(s) Cyto-ponction ganglionnaire Β 2 -microglobuline

21 Bilan initial et secondaire (2/2) Bilan initial Bilan secondaire Radio pulmonaire Consultation ORL Scintigraphie abdominale Scanner abdomino-pelvien Scanner thoracique IRM Consultation interniste Consultation hématologue Autre investigation

22 Approches diagnostique et pronostique Société Française de Médecine Générale

23 Une clinique variable Avec des anomalies cliniques palpables et/ou visibles Avec des anomalies non cliniquement visibles et/ou peu accessibles Avec des anomalies persistantes lors de consultations de contrôle et de suivi planifiées Avec des troubles et/ou anomalies non expliqués par les hypothèses, les investigations ou traitements initiaux

24 Société Française de Médecine Générale Quelques étiologies possibles

25 L intrication possible des troubles Comme la fréquence des lymphomes augmente avec l âge, les symptômes peuvent être masqués ou être intriqués avec d autres manifestations cliniques non liées, le nombre de problèmes de santé augmentant également avec l âge Graphique du nombre moyen de problèmes pris en charge par consultation de médecine générale en fonction de la tranche d âge du patient. Observatoire de la Médecine Générale SFMG. Exemple de lecture : plus de 2,6 problèmes par acte pour les ans.

26 MG & intrication pathologies chroniques Part des pathologies chroniques (%) Age Nbre de patho chroniques par patient Nbre de patho chroniques par acte Classe 1 Classe 2 Classe 3 Classe 4 Classe 5 Classe 6 37,83 23,14 14,34 13,34 7,52 3,83 > 60 ans Deux tiers de plus de 70 ans < 60 ans, dont la moitié entre 26 et 39 ans De 40 à 69 ans ans et ans ans 4 à 9 7 à 8 1 à 4 4 à 6 1 à 4 1 à 2 3 à5 > 6 1 à2 2 à3 1 à2 1 à2 L association des problèmes est une difficulté à l étape du diagnostic initial, mais aussi dans la gestion des consultations et hiérarchisation de traitements multiples

27 Escalade des investigations (1/2) Quelque soit le tableau clinique, en dehors de complications urgentes, le bilan ambulatoire initial vise à vérifier par la biologie et l imagerie des hypothèses différentes pour confirmer ou infirmer une maladie infectieuse ou systémique, selon les localisations ganglionnaires et les symptômes associés. Les délais pour obtenir ces investigations et les premiers résultats ne doivent pas conduire à différer une biopsie sur une adénopathie accessible avec les techniques existantes si l évolution clinique persiste ou s aggrave. La diversité des tableaux cliniques des lymphomes peuvent conduire à des recours successifs à différents spécialistes (gastro-entérologue, pneumologue, dermatologue, interniste, etc.) avant confirmation de l origine hématologique des troubles.

28 Escalade des investigations (2/2) La demande d un avis hématologique est : o Parfois secondaire aux résultats de la biopsie o Parfois plus précoce car la biopsie a été «idéalement» réalisée dans un service d onco-hématologie Compte-tenu des particularités et du niveau de spécialisation des investigations nécessaires au bilan d extension et à la classification du lymphome comme préalable au choix thérapeutique, la coordination et les échanges réguliers d informations entre le médecin traitant et les spécialistes en hématologie sont indispensables.

29 Bilan initial Lymphome Source : Delarue.R. Devant quel tableau clinique suspecter un lymphome et comment orienter la prise en charge. Rev praticien 2010;80:41-52.

30 Adénopathies médiastinales Société Française de Médecine Générale

31 Typologies des lymphomes Le diagnostic de lymphome, le bilan pronostique et le choix des traitements nécessitent : o Une analyse anatomopathologique o Une analyse immuno-histochimique o Une analyse cytogénétique et moléculaire L importance de l analyse histologique dans les choix thérapeutiques impose donc d évoquer explicitement l hypothèse «lymphome» lors de la demande de biopsie : o Conditions du prélèvement o Conservation du prélèvement Biopsies par chirurgie classique ou par radiologie interventionnelle selon les localisations et les ressources des circuits de consultation

32 Source :??? Techniques de biopsie Société Française de Médecine Générale

33 Repères épidémiologiques et classification des lymphomes Société Française de Médecine Générale

34 Lymphomes : quelques chiffres Les lymphomes comme 5 ème cancer le plus fréquent Augmentation de l incidence pendant 40 ans, puis stabilisation récente En France, nouveaux cas par an notifiés en 2009 Augmentation des Lymphomes Non Hodgkiniens (LNH) qui sont les plus fréquents des lymphomes (80 %) Stabilité des Lymphomes Hodgkiniens (LH) (20 %) Nombre de nouveaux cas par an (incidence annuelle) des LNH 12/ pour l homme et 8,2/ chez la femme Parfois une susceptibilité génétique avec un risque familial accru

35 Rappel historique : la maladie de Hodgkin La maladie, décrite en 1832 par Thomas Hodgkin (anatomopathologiste) et caractérisée par les cellules de Reed-Sternberg, a connu des appellations diverses allant de «lymphogranulomatose maligne» à celle «lymphome hodgkinien» Ce type «historique» de Lymphome, aujourd hui minoritaire, présente une incidence bimodale avec deux pics d âges : l un chez l adulte jeune (vers ans) et l autre vers ans Prédominance masculine Les cellules de Reed-Sternberg sont majoritairement des cellules Lymphoïdes B Le LH peut être classé en 4 sous-types histologiques selon la classification de Lukes-Rye

36 Evolution des terminologies La variabilité des termes utilisés, selon les périodes, pour désigner les cancers du système lymphatiques ne facilite pas la visibilité des lymphomes : Sarcome, cancer de la lymphe, néoplasie du tissu lymphoïde, hémopathie maligne, syndrome lympho-prolifératif, maladie de Hodgkin, lymphomes indolents, lymphome hodgkinien, lymphome non hodgkinien L évolution des classifications internationales (OMS, Américaine ou Européenne) se fait autour de trois grandes catégories de lymphomes avec des sous-groupes : o Lymphomes hodgkiniens o Lymphomes non hodgkiniens à cellules B o Lymphomes non hodgkiniens à cellules T

37 LNH agressifs ou indolents? Société Française de Médecine Générale

38 Des situations d alerte Les formes ganglionnaires : o Apparition d un ou plusieurs ganglions indolore(s) Les formes extra-ganglionnaires les plus fréquentes : o Digestives, découverte lors d une endoscopie pour bilan digestif o ORL au niveau du pharynx ou des glandes salivaires o Hépatiques secondaires o Splénique, mammaire, testiculaire, pulmonaire, cérébrale

39 Risques & Complications Des tableaux cliniques variés en fonction des localisations et de leur durée d évolution avec des complications révélatrices, parfois urgentes : o Compressions veineuses o Compressions lymphatiques o Compressions des nerfs périphériques o Syndrome obstructif digestif o Complications métaboliques o...

40 Quid des lymphomes cutanés? Les lymphomes cutanées sont des lymphoproliférations ne touchant que la peau au moment du diagnostic avec une distinction entre : o Les lymphomes à localisation cutanée initiale, o Et les lymphomes initialement extra-cutanés avec extension cutanée secondaire. 2 types : les lymphomes cutanés T (80 %) et les lymphomes cutanés B (20 %) Le pronostic est variable selon les extensions des lésions cutanées, des lésions ganglionnaires, des atteintes viscérales et des atteintes sanguines

41 Des situations particulières Les patients connus (ou non) ayant des antécédents ou des affections à risque de lymphomes : o Patients VIH + o Patients HTLV+ o Patients VHB+ et VHC+ o Patients exposés aux pesticides o Patients traités par chimiothérapies anticancéreuses o Patients porteurs de certains déficits immunitaires ou pathologies auto-immunes o Patient présentant un syndrome sec o Autres risques

42 Classification d Ann-Arbor Stade I : atteinte d un seul ganglion ou d un seul site ganglionnaire (médiastin, rate, anneau de Waldeyer) Stade II : atteinte de plus de 2 sites ganglionnaires d un même coté du diaphragme. Stade III : atteinte de part et d autre du diaphragme Stade IV : atteinte extra-ganglionnaire non contigüe d une atteinte ganglionnaire (foie, moelle, etc.) Pour chaque stade, la classification prend également en compte : la présence d extension locale [E], d une atteinte de la rate [S], de l absence [A] ou la présence [B] de signes d évolutivité clinique (fièvre, amaigrissement, sueurs)

43 ECOG : indice d activité Cet indice permet d apprécier l impact de l affection sur la vie quotidienne : o o o o o Indice 0 : activité normale chez un patient asymptomatique Indice 1 : poursuite de l activité ambulatoire avec symptômes Indice 2 : incapacité à travailler + alitement dans la journée (< 50 % du temps de veille) Indice 3 : incapacité à travailler + > 50% d alitement dans la journée Indice 4 : confinement au lit et besoin d une tierce personne

44 IPI : Index Pronostique International La définition de l IPI permet de préciser non seulement le pronostic évolutif mais aussi de définir les protocoles thérapeutiques. Il est la résultante des stratégies d investigations dans le cadre du «bilan d extension». L IPI permet de distinguer les LNH indolents des LNH agressifs o IPI des LNH agressifs : 1. Age > 60 ans 2. Stade III et IV 3. Nb localisations extra-ganglionnaires = 2 ou >2 4. LDH > ou = normale 5. Indice d activité (ECOG) > ou = 2

45 Coordination des acteurs impliqués Société Française de Médecine Générale

46 Des étapes essentielles Le constat : la déclaration du médecin traitant est effective chez 88 % des femmes et 83 % des hommes ainsi que chez 96 % des plus de 60 ans, 90 % des ans mais seulement 72 % des ans L organisation des recours et retours d investigations facilitant l accès et le déroulement optimal du parcours de soins pluridisciplinaire impliquant : Le médecin traitant et les autres professionnels consultés Particulièrement le réseau onco-hématologique La rédaction du protocole d ALD par le médecin traitant décrivant les actions et ressources à mobiliser Le bon usage du dossier médical du médecin généraliste avec la disponibilité effective des informations utiles et actualisées pour : Le médecin traitant Son remplaçant ou son associé

47 Des dispositifs prévus Les réalités et limites variables des dispositifs prévus comme «Le dispositif d annonce» «Le plan Personnalisé de soins» «Les Plans cancers successifs»

48 Les phases d attente et d incertitude Les doutes, craintes, incertitudes quelles soient diagnostiques, thérapeutiques ou pronostiques concernent : o Le patient o Son entourage o Les soignants eux-mêmes La multiplication des investigations et demandes d avis peuvent participer au sentiment d errance vécu par certains patients. Dans le parcours de soins, importance du recours précoce à des compétences hématologiques pour infirmer ou confirmer le diagnostic de lymphome et définir le projet thérapeutique

49 Que dire au patient? Quand? Quelles sont les explications nécessaires et utiles en prenant en compte les multiples sources d informations disponibles et/ou les besoins rapportés par les patients au sein des associations? Les explications et réponses aux interrogations du patient varient selon les moments. Elles visent à une optimisation et une cohérence des soins et favorise l observance : Au cours du bilan initial de «débrouillage» pour argumenter les besoins voire l urgence d investigation servant à infirmer ou confirmer une hémopathie ou une autre affection maligne Au cours du bilan complémentaire demandé par l hématologue Au cours du suivi immédiat ou à distance

50 Lymphome : Google test Société Française de Médecine Générale

51 France Lymphome Espoir : Société Française de Médecine Générale le point de vue des patients (1/2) Avant le traitement 1. Comprendre ce qu est un lymphome : o Questions à son médecin. o Brochures et site France Lymphome Espoir. 2. Établir une relation de confiance avec l équipe soignante 3. Régler les problèmes pratiques : o Prise en charge 100 % o Rôle de l assistant(e) social(e) o Compatibilité avec l activité professionnelle 51

52 France Lymphome Espoir : le point de vue des patients (2/2) Pendant le traitement 1. Connaître les effets secondaires : o Les dépister et les signaler o Traitements curatifs et/ou préventifs possibles 2. Adapter son style de vie : o Fatigue et dépression o Diététique o Activité physique o Libido et relations sexuelles o Vie sociale et risque infectieux 3. Coopération médecin référent / équipe soignante / médecin traitant 4. Rôle des associations de patients 52

53 Le site Internet ACCES MG -Le Lymphome, pourquoi y penser? -Les Lymphomes -Le diagnostic -Rôle du médecin traitant 53

54 Eventail des thérapeutiques En fonction de la nature, de la classification, du stade évolutif du lymphomes, mais aussi des effets des traitements déjà entrepris,, le service spécialisé et le référent hématologique proposeront des schémas thérapeutiques variés dans le cadre de protocoles bien établis ou parfois dans le cadre d essais thérapeutiques Les moyens mis en œuvre peuvent comporter : o Abstention thérapeutique avec surveillance o Mono ou poly-chimiothérapies o Radiothérapie parfois seule ou plus fréquemment associée o Immunothérapie (interféron, anticorps monoclonal) o Autogreffe o Allogreffe

55 Un schéma explicatif différent Par rapport aux autres domaines de la cancérologie, le schéma explicatif «atteinte locale métastase ganglionnaire métastase à distance» n est pas applicable aux lymphomes. Ces derniers sont d emblée et toujours une maladie virtuellement disséminée qui ne peut bénéficier d un traitement local ou loco-régional

56 Pronostics sous traitements (1/2) LH survie à 5 ans selon le stade : o Stade I et Stade II = 80 à 90 % o Stade III A = 75 à 85 % o Stade III B et Stade IV = 60 % Les LNH ont également une survie à 5 ans variant de 30 % à 80 % selon l âge et l index IPI. Ces données sont celles liées aux chimiothérapies standards et elles ne prennent pas encore en compte les bénéfices des nouveaux traitements avec anticorps monoclonaux (Cf. schéma diapositive 58) Source : Cancers. Pronostics à long terme. INSERM 2005

57 Pronostics sous traitements (2/2) Le risque résiduel de décès* à 10 ans est limité : o Maladie de Hodgkin : risque de 1,24 % pour les hommes et 0,81 % pour les femmes o LNH : risque de 4,28 % pour les hommes et 4,2 % pour les femmes * cancers rarement évolutifs : risque évolutif < 2 % cancers peu évolutifs : risque entre 2 et 5 % cancers avec risque > 5 % incluant les cancers avec métastases et ceux avec évolution chronique stable Source : Cancers. Pronostics à long terme. INSERM 2005

58 Évolution de la mortalité Source : INVS Cedepic INCA, 2010 Société Française de Médecine Générale

59 Guérisons? / Rémissions? / Rechutes? La rémission complète est affirmée par le bilan post-traitement et la notion de maladie résiduelle chronique est d actualité dans les formes indolentes La vigilance et surveillance périodique coordonnée contrôle l absence ou l existence d une rechute avec des reprises de traitement La prise en charge et les procédures spécifiques indispensables au suivi d un patient ayant ou ayant eu un lymphome ne doit pas conduire à oublier les autres problèmes de santé non hématologiques ou risques (aigus ou chroniques) associés

60 Des liens durables et synergiques Développer à toutes les phases de la prise en charge des patients, la logique de mise en réseau des professionnels impliqués est le moyen et la garantie de cohérence des discours et des actions Quelle que soit la nature de la pathologie hématologique en cause, la réciprocité et la traçabilité des échanges sont essentielles, tant du MG vers l hématologue que de l hématologue vers le MG Les transferts rapides et en temps utile des courriers et comptes-rendus, des choix de traitements (avec leurs effets bénéfiques et secondaires), des données de suivi au long cours. Cette communication adaptée illustre la personnalisation des liens impactant la qualité de soins et de vie du patient, mais aussi la qualité d exercice des professionnels eux-mêmes Ces échanges sont les leviers et les marqueurs du développement durable d un réseau de ressources hématologiques pour des aides diagnostiques, des suivis thérapeutiques coordonnés et des suivis au long cours cohérents Mise en place d une communication et d une synergie entre les acteurs des divers niveaux de soins ambulatoires et hospitaliers

61 En guise de conclusion Société Française de Médecine Générale

62 Que retenir en pratique Les Lymphomes comme un ensemble hétérogène d hémopathies malignes pouvant présenter un risque évolutif grave à évoquer précocement devant des tableaux cliniques variés ou atypiques Un fil rouge essentiel : «Y penser» Une affection cancéreuse dont les progrès et innovations thérapeutiques ont transformé le pronostic et qui nécessite un suivi très structuré au long cours Des questions transversales au thème général des cancers mais avec des aspects spécifiques aux LNH et LH Un cadre modélisant de parcours de soins associant le médecin traitant aux services spécialisés en onco-hématologie, avec des besoins pour une communication personnalisée réciproque qui reste à optimiser Des dynamiques nouvelles avec les associations de patients comme ressource pour les patients et leurs proches mais aussi pour l ensemble des professionnels de la santé

63 Bibliographie et documents téléchargeables Société Française de Médecine Générale

64 Eléments de bibliographie OMS INCA CIRC. «Le cancer dans le monde». IARC Press. Lyon INCA. «Survie attendue des patients atteints de cancers en France : état des lieux» Dossier Lymphome. Monographie. Revue du Praticien; vol 10, 20 janvier Association FLE. «Comprendre le lymphome non hodgkinien. Un guide d information pour les patients et leurs proches». Site :

65 Documents téléchargeables Détails du dossier Lymphome. Monographie. Rev Prat; vol 10, 20 janvier 2010 o Salles G. Lymphomes. o Maynadier M. Epidémiologie des lymphomes. o Delarue R. Devant quel tableau clinique suspecter un lymphome et comment orienter la prise en charge? o Molina TJ. Classification des lymphomes. o Bachy E, Salles G. Facteurs pronostiques des lymphomes. o Tilly H. Stratégie thérapeutique dans les lymphomes non hodgkiniens. Ingen-Houz-Oro S, Bagot M. Lymphomes cutanés. Mise au point. Rev Prat, vol 59, 20 nov 2009 HAS. Guide ALD LNH, septembre Feugier F et al. Perceptions et pratiques des médecins français pour initier le diagnostic de lymphome en 2009 : IDIL. Correspondances en Onco-Hématologie, Vol.V, N 1.Jan Fev Mars 2010

66 La SFMG et ses partenaires vous remercient pour l intérêt que vous portez à ce programme.

67 Contact : Site web : Société Française de Médecine Générale

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE II - DIAGNOSTIC A - Circonstances du diagnostic B - Diagnostic de certitude = biopsie ganglionnaire C - Bilan d extension III - FORMES CLINIQUES IV - PRONOSTIC

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané Rapport d orientation sur les facteurs de retard au diagnostic du Mélanome cutané RAPPORT D ORIENTATION Facteurs de retard au diagnostic du mélanome cutané Juillet 2012 SYNTHESE Ce rapport d orientation

Plus en détail

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Pré-requis : Connaître l anatomie du système lymphatique et notamment les sites de drainage des principaux sites ganglionnaires

Plus en détail

Item 291 : Adénopathie superficielle

Item 291 : Adénopathie superficielle Item 291 : Adénopathie superficielle Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Diagnostic d'adénopathie...3 I.1 Circonstances de découverte...3 I.2 Diagnostic positif...3 II Démarche

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

Questions / Réponses

Questions / Réponses Questions / Réponses Participation au dépistage du cancer du sein : Recommandations de la HAS pour les femmes de 50 à 74 ans Quelques données sur le dépistage du cancer du sein en France en 2012 : 52 588

Plus en détail

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie Dossier de presse Lyon, le 4 avril 2012 Cancer du sein : accompagner les patientes à chaque étape de leur maladie Une nouvelle plateforme à l hôpital de la Croix-Rousse Avec plus de 50 000 nouveaux cas

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE

PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE Congrès de la FHF Picardie 06.06.2014 Dr Sarah MONTEMBAULT- Centre Hospitalier de Soissons ETABLISSEMENTS FHF AU CŒUR DES PARCOURS DE SOINS Les données épidémiologiques

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée

Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée PREAMBULE. La prévalence des maladies chroniques est en progression constante. 15 millions de personnes présenteraient une affection

Plus en détail

Jeudi 17 Décembre 2009. Quelles prises en charge chez la personne âgée Du cancer du sein et du côlon

Jeudi 17 Décembre 2009. Quelles prises en charge chez la personne âgée Du cancer du sein et du côlon RESEAU GERIATRIQUE DE L EST PARISIEN RESEAU ONCOLOGIE PARIS EST Associations loi 1901 Bureaux : 2, Rue Plichon 75011 Paris Tél : 01 46 36 08 12 Séance de Formation Pluridisciplinaire Jeudi 17 Décembre

Plus en détail

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Si les conditions physiques telles que l âge, les antécédents, mais aussi des facteurs sociaux, psychiques et culturels influencent

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer I) Introduction Traitement actuel du cancer : compétences multiples oncologie médicale radiothérapie réanimation biologie anatomopathologie des tumeurs

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 SOMMAIRE 1. Epidémiologie 1. Incidence du cancer bronchique 2. Mortalité liée au cancer bronchique 3. Facteurs de risque

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR Groupe de cancers du tissu lymphoïde Le plus grand groupe des hémopathies 5% des cancers de l adulte On distingue les LNH et MDH Grand bénéfice des

Plus en détail

Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) :

Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Les meilleures expertises du CHU Amiens-Picardie rassemblées dans un pôle d excellence régional. Avril 2014 1 Communiqué de synthèse La prévention,

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

Valérie Drouvot Direction Générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins - Cellule Infections nosocomiales

Valérie Drouvot Direction Générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins - Cellule Infections nosocomiales L organisation de la lutte contre les infections nosocomiales en France & La place de l usager dans le programme national de lutte contre les infections nosocomiales 2005/2008 Valérie Drouvot Direction

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015 Feuille de route Proposition de traitement de la demande La feuille de route vise à proposer au Collège une orientation méthodologique pour répondre à une demande d évaluation inscrite au programme de

Plus en détail

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Sarcomes Ubiquitaires: touche les tissus mous, les viscères,

Plus en détail

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes Le dépistage organisé du cancer colorectal Présentation aux médecins généralistes Sommaire Pourquoi cette réunion? Les conditions de la généralisation La dynamique en France Les acteurs du dépistage organisé

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

P artie 2... PATHOLOGIES

P artie 2... PATHOLOGIES P artie 2 PATHOLOGIES Gynécologie AU PROGRAMME Cancer du sein Processus tumoral 1. Épidémiologie C est le cancer le plus fréquent chez la femme. Au cours de sa vie, 1 femme/11 présentera un cancer du

Plus en détail

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération PLAN CANCER 2003-2007 Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération consolidant le plateau technique du Centre Hospitalier Sud Francilien dédié à la cancérologie Mercredi 19 décembre

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

La maladie de Hodgkin (164b) Docteur Remy GRESSIN Février 2005

La maladie de Hodgkin (164b) Docteur Remy GRESSIN Février 2005 La maladie de Hodgkin (164b) Docteur Remy GRESSIN Février 2005 Pré-requis : Séméiologie adénopathie, imagerie Anatomie du système lymphatique Mode d'action et toxicité de la chimiothérapie et de la radiothérapie

Plus en détail

L accompagnement dans les maladies rares

L accompagnement dans les maladies rares L accompagnement dans les maladies rares Marie-Pierre BICHET Vice présidente de l Alliance Maladies Rares Poitiers 3 mars 2016 L accompagnement dans les maladies rares Vivre avec une maladie rare c est

Plus en détail

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Mesure 40 du plan cancer Novembre 2005 Introduction Le dispositif d annonce est une mesure

Plus en détail

RECHERCHE D ANTICORPS DANS LA MALADIE CŒLIAQUE :

RECHERCHE D ANTICORPS DANS LA MALADIE CŒLIAQUE : RECHERCHE D ANTICORPS DANS LA MALADIE CŒLIAQUE : DIAGNOSTIC ET SUIVI DE L OBSERVANCE DU RÉGIME SANS GLUTEN LES AUTOANTICORPS ANTI-RETICULINE (ARA) Classement NABM : chapitre 7-03 Auto-immunité - code :

Plus en détail

ossier e presse Mardi 11 Juillet 2006

ossier e presse Mardi 11 Juillet 2006 ossier e presse Mardi 11 Juillet 2006 1. OU EN EST LE CENTRE HOSPITALIER DE LOURDES? En dépit du contexte difficile que connaît le milieu de la santé, le Centre Hospitalier de Lourdes poursuit sa progression.

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: 12000 nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas.

Plus en détail

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA 1 Sommaire Contexte... p. 3 Une technologie de pointe pour une meilleure prise en charge du

Plus en détail

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances Risques liés aux Accidents Exposant au Sang : Rôle du Médecin du Travail & interactions avec les différentes instances Dr Martine Domart-Rançon Service de Santé au Travail Hôpital Européen Georges Pompidou

Plus en détail

GESTION DE CRISE EN SALLE DE NAISSANCE

GESTION DE CRISE EN SALLE DE NAISSANCE GESTION DE CRISE EN SALLE DE NAISSANCE EXEMPLE DE SITUATION DE CRISE : LA MORT MATERNELLE EN SALLE 3 chocs vont se succéder : l état de choc maternel aboutissant au décès subit, imprévisible et imprévu.

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes 11 ème RENCONTRE SUR LES URGENCES ET COMPLICATIONS SEVERES CHEZ LE PATIENT CANCEREUX N Meuleman 16/10/2010 Atteintes pulmonaires et hémopathies malignes

Plus en détail

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance ENDOMETRIOSE ET INFERTILITE Dr. Michel CANIS On admet classiquement que 20 à 50 % des patientes qui consultent pour une infertilité ont une endométriose et que 30 à 40 % des patientes qui ont une endométriose

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 Point d information mensuel Jeudi 5 juillet 2007 Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 L évolution des dépenses de santé et les modalités de leur prise en charge sont au cœur de nombreuses réflexions

Plus en détail

Étude ESPRIT Etude nationale en Soins PRImaires sur les événements indésirables

Étude ESPRIT Etude nationale en Soins PRImaires sur les événements indésirables Étude ESPRIT Etude nationale en Soins PRImaires sur les événements indésirables Ph Michel (HCL, Lyon), au nom du CCECQA (Bordeaux) Responsable des études ESPRIT, EVISA, ENEIS 2004, ENEIS 2009 et le groupe

Plus en détail

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique Diagnostiquer une tumeur du sein : argumenter l'attitude thérapeutique et justifier le suivi du patient Professeur X Pivot, Professeur M Marty, Docteur M Espié CHU de Besançon, Hôpital Saint Louis-Paris

Plus en détail

RESEAUX EN ONCOLOGIE THORACIQUE : EXEMPLES CONCRETS

RESEAUX EN ONCOLOGIE THORACIQUE : EXEMPLES CONCRETS RESEAUX EN ONCOLOGIE THORACIQUE : EXEMPLES CONCRETS Pr. Arnaud SCHERPEREEL Pneumologie et Oncologie Thoracique Hôpital Calmette - CHRU de Lille et Unité INSERM 1019 Institut Pasteur de Lille Francophones

Plus en détail

Qu est-ce qu un bilan exhaustif?

Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Référentiel interrégional (Alsace, Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine) Examen clinique Mammographie Incidences face et oblique Le profil permet de préciser la topographie

Plus en détail

ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP

ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP ROHLim - rapport d activité année 213 ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP 1 Il existe en Limousin 3 Centres de Coordination

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers UE : Biopathologie Oncologie Date : 23 mars 2011 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-18h Enseignant : M.Coindre Ronéistes : de LABARRE Marie (marie.delabarre40@laposte.net) ALLOUCHE Justine (justine_ptitezoe@hotmail.fr)

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu Dépistage du cancer du sein Pr N Tubiana Mathieu Cancer du sein en France incidence mortalité Cancer du sein en France L incidence a augmenté La durée de vie après cancer a augmenté Pourquoi? Impact du

Plus en détail

Voix et voies de l annonce en Cancérologie

Voix et voies de l annonce en Cancérologie Voix et voies de l annonce en Cancérologie Professeur BOLLA Michel Clinique Universitaire de Cancérologie Radiothérapie CHU Grenoble Voix et voies de l annonce en Cancérologie -Parcours du patient Approche

Plus en détail

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum INFORMATION & PRÉVENTION Les cancers du côlon et du rectum G R A N D P U B L I C Les cancers du côlon et du rectum Les cancers du côlon et du rectum (gros intestin qui va de l intestin grêle à l anus)

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE DE L ADULTE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN 2009 COMITE DE REDACTION René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET COMITE DE RELECTURE Didier MYHIE Hervé

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL MÉTIER ET COMPÉTENCES DU MÉDECIN RADIOLOGUE

RÉFÉRENTIEL MÉTIER ET COMPÉTENCES DU MÉDECIN RADIOLOGUE Mission Évaluation des compétences professionnelles des métiers de la santé Conseil professionnel de la radiologie médicale française OCTOBRE 2010 RÉFÉRENTIEL MÉTIER ET COMPÉTENCES DU MÉDECIN RADIOLOGUE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 septembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 septembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 23 septembre 2009 FIRMAGON 80 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/1, (CIP : 3943268) FIRMAGON 120 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/2, (CIP

Plus en détail

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Les référentiels régionaux : quels liens avec les recommandations de l INCa et les sociétés savantes? Eric Bauvin Réseau Oncomip Association des Coordonnateurs de

Plus en détail

Référentiel SFORL Société Française ORL & CCF

Référentiel SFORL Société Française ORL & CCF Référentiel Société Française ORL & CCF THEME : BILAN PRETHERAPEUTIQUE DES CARCINOMES DES VADS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l optimisation du bilan pré thérapeutique des carcinomes épidermoïdes

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION

DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION SEPTEMBRE 2011 Le contexte Fin juillet 2011, le Groupe Cap Santé, un groupe privé régional d établissements de soins,

Plus en détail

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE 1 Elianne DUBOIS IDE CENTRE G F LECLERC DIJON SOFOG TOULOUSE 9 octobre 2015 LA PERSONNE ÂGÉE En France, la population âgée

Plus en détail

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum.

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum. Cancers du cavum Entité clinique, biologique et histologique différente des autres cancers cervicofaciaux par sa relation avec le virus Epstein bar, sa répartition géographique et sa radiosensibilité.

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

L HÔPITAL NORD, PÔLE D EXCELLENCE DANS LE DIAGNOSTIC PRÉNATAL

L HÔPITAL NORD, PÔLE D EXCELLENCE DANS LE DIAGNOSTIC PRÉNATAL L HÔPITAL NORD, PÔLE D EXCELLENCE DANS LE DIAGNOSTIC PRÉNATAL DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION DU CENTRE DE MÉDECINE FŒTALE ET DU LABORATOIRE DE BIOLOGIE MOLÉCULAIRE FOETO-MATERNELLE HÔPITAL NORD VENDREDI

Plus en détail

État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire

État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire Cette étude rétrospective est la première de grande ampleur réalisée en France, chez 38 sujets connus des services de médecine

Plus en détail

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : EHPAD Marcel Jacquelinet Pôle : Personnes âgées Adresse postale :65 route de Dijon 21604 LONGVIC

Plus en détail

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE?

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Dr Marion DEWAILLY, Dr Nathalie FAYE Service d imagerie de la femme Hôpital Jeanne de

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire GENERALISTE Oncologue Radiologue Radiothérapeute Chirurgien Vincent Pointillart Unité de Pathologie Rachidienne CHU Bordeaux Clairement

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein Collège Universitaire des Urologues

Item 308 (Item 158) Cancer du rein Collège Universitaire des Urologues Item 308 (Item 158) Cancer du rein Collège Universitaire des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour Comprendre... 3 2. Épidémiologie... 3 2.1. Quelques chiffres... 3 2.2. Les facteurs de risque...

Plus en détail

Cancer de l œsophage (152) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer de l œsophage (152) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer de l œsophage (152) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Histologie et anatomie pathologique de l'œsophage Sémiologie des dysphagies Radiologie et imagerie du médiastin Résumé : L'alcool

Plus en détail

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME L asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies aériennes, caractérisée par une obstruction bronchique variable dans le temps. Sous-diagnostiqué et insuffisamment pris en charge dans la population

Plus en détail

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA)

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Epidémiologie 3 ème cause de cancer chez l enfant après leucémies et tumeurs cérébrales 10% des cancers pédiatriques

Plus en détail

Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau?

Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau? Personnalisation des traitements et du suivi des femmes mutées Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau? Viviane Feillel Institut Claudius Regaud 1 Mutations BRCA1/2: Quels risques? Risque

Plus en détail

2. Comment peuvent-elles expliquer la gravité accrue des affections cardiovasculaires chez le sujet âgé?

2. Comment peuvent-elles expliquer la gravité accrue des affections cardiovasculaires chez le sujet âgé? Fondamentale juin 2011 Traiter TROIS questions parmi les SIX suivantes. Une question par copie 1. Quelles sont les conséquences de la restriction calorique chez l'animal et chez l'homme? Quelles sont les

Plus en détail

GENERALITES SUR LE CANCER. Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008

GENERALITES SUR LE CANCER. Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008 GENERALITES SUR LE CANCER Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008 PLAN 1 Définition 2 Les causes connues 3 Fréquence 4 Les principaux cancers et leurs signes d alarmes 5 Prévention

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Ce jeu de questions-réponses est susceptible d évoluer en fonction de la situation épidémiologique,

Plus en détail

Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP

Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP Contexte et méthode d évaluation 2 Une évaluation par la HAS : Pourquoi? Mars 2005: lancement effectif

Plus en détail

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans Introduction En 1992, l introduction d'un anticorps monoclonal, l herceptine, pour le traitement du cancer du sein a donné

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

La tuberculose CLAT Calvados -CPMI Caen

La tuberculose CLAT Calvados -CPMI Caen La tuberculose CLAT Calvados -CPMI Caen MODALITES D ENQUETE DE DEPISTAGE AUTOUR DUN CAS DE TUBERCULOSE DECLARE EN COLLECTIVITE DE PERSONNES AGEES Maisons de retraite et EHPAD du Calvados Réunion du :20/11/2007

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail