La bataille de Diên Biên Phu

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La bataille de Diên Biên Phu"

Transcription

1 La bataille de Diên Biên Phu Un combat pour l impossible 1 13 mars mai 1954 Après la Seconde Guerre mondiale, le conflit indochinois commence. Tandis que le CEFEO (corps expéditionnaire français en Extrême-Orient) 2 tente de maintenir une présence française en Indochine, soutenu par l'aide américaine, et encourage les troupes vietnamiennes engagées dans l'union française à lutter contre le Viêt-minh 3, le PCI (parti communiste indochinois), dirigé par Hô Chi Minh, s'emploie à lutter pour l'indépendance du Viêtnam tant dans le domaine politique que dans le domaine militaire. Les troupes du Viêtminh remportent des succès lors des batailles de Ninh Binh (mai-juin 1952), de Laï Chau, de Thakkek, Pac Sé, Tuy Hoa, Phong Saly et Luang Prabang. Plusieurs commandants en chef du CEFEO se succèdent en Indochine. En mai 1953, le général de corps d armée Henri Navarre devient le septième commandant en chef. Son arrivée coïncide avec le départ de nombreuses personnalités : trois commandants de zone sur cinq du delta tonkinois ainsi que Jean Letourneau, ministre des états associés et haut commissaire. Après un tour d horizon et dans un environnement indochinois qui lui est inconnu, le général Navarre élabore un plan de bataille qui doit permettre une «sortie honorable» 4 du conflit. Selon les hommes politiques présents sur place en Indochine, la chute du Laos signifierait l effondrement de tout le système occidental de défense de l Asie du Sud-Est. Le «plan Navarre» préconise une attitude défensive des forces du corps expéditionnaire français dans les zones où le Viêt-minh est le plus fort, au nord du 18 e parallèle. Au sud du 18 e parallèle, la stratégie est différente : le général Navarre recommande la poursuite de la pacification, l objectif étant de confier rapidement le contrôle de la zone à l armée baodaïste et par conséquent d y récupérer des forces. Ce transfert est prévu pour les années Dans le «plan Navarre», Diên Biên Phu ne tient qu un rôle secondaire ; l opération d envergure prévue est l opération Atlante qui est déclenchée le 20 janvier «Destinée à pacifier les provinces échelonnées sur 400 kilomètres entre Nhatrang et Faifoo (à 20 kilomètres de Tourane), [l opération Atlante consiste en] la fouille systématique de la région, la recherche d un ennemi parfaitement dissimulé, la détection et la destruction des pièges minés disposés par l ennemi, l installation d un appareil militaire, policier et administratif important, la réfection rapide des coupures des routes et la reconstruction des ouvrages d art de la région.» 5 Commandée par le général de Beaufort, cette opération de débarquement sera maintenue comme prévue même au plus fort de la bataille de Diên Biên Phu. 1 René Bail, Diên Biên Phu, un combat pour l impossible, ECPAD, Commandé en 1945 et 1946 par le général de corps d armée Philippe Leclerc de Hauteclocque. 3 Abréviation de Viêt Nam Doc Lap Dong Minh, qui signifie «Ligue pour l indépendance du Viêtnam». 4 Expression utilisée par Joseph Laniel, président du Conseil. 5 ECPAD, reportage CVN 54-13, légende du photographe Fernand Jentile. 1

2 Photo n 1/ Référence : CVN 54-7 R9 Dans le cadre de l opération Atlante, les véhicules du génie progressent après le colmatage d'une coupure sur une route. 3 février 1954, photographe Jean Péraud. Photo n 2/ Référence : CVN R20 Un barrage du Viêt-minh bloque la route : deux militaires de la compagnie du 3/73 BG (3 e compagnie du 73 e bataillon du génie) vérifient qu'il n'y ait pas de mines ou de pièges dans l'amoncellement de pierres ; au premier plan, un militaire transmet des informations par radio. 12 mars 1954, photographe Fernand Jentile. Du côté Viêt-minh, le général Vo Nguyen Giap est chef des armées depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il souhaite un succès décisif de ses forces avant qu une négociation ne s engage. En février 1954, la conférence de Genève est annoncée au cours de la conférence de Berlin. Elle doit permettre d examiner le rétablissement de la paix en Indochine. Le cadre d un règlement diplomatique du conflit est fixé. Dans le domaine militaire, la situation est, elle aussi, enclenchée. Le succès retentissant qu il convient de remporter, d un côté comme de l autre, ce sera Diên Biên Phu. I / Les préparatifs : La Haute-Région tonkinoise est une région au relief escarpé. Les forces françaises y éprouvent du mal à combattre loin de leurs bases. Des opérations réussies comme celle de Nasan, bourgade de l Ouest tonkinois, semblent démontrer que la solution d un camp retranché est la meilleure stratégie. La bataille de Nasan (octobre-décembre 1952): À Nasan, à la fin de l année 1952, dans une zone reculée et difficile d accès, en pays thaï, le Viêt-minh attaque le corps expéditionnaire français regroupé dans une base opérationnelle entièrement dépendante du transport aérien. 2

3 Photo n 3/ Référence : D Le général Gilles, commandant du camp de Nasan puis de l opération Castor. Novembre-décembre 1953, photographe Henri Mauchamp, cliché original en couleurs. Le Viêt-minh procède par vagues d assaut, en plein jour, sur un terrain dégagé. C est un désastre : les mines, le réseau de barbelés, les tirs, stoppent les assaillants. Le général Giap décide de lever le siège. Le Viêt-minh tire les leçons de Nasan : d une part, à Diên Biên Phu, les troupes bénéficieront de pièces d artillerie (sol-sol et sol-air) (de fabrication chinoise) ; d autre part, entre ces deux batailles, le général Giap privilégiera les techniques de guérilla. Du côté français, le succès de Nasan conforte l état-major et l incite à reproduire la même stratégie. Photo n 4/ Référence : TONK R15 Une partie du camp de Nasan. 6 décembre 1952, photographe Jean Péraud. 3

4 Photo n 5/ Référence : TONK R6 Passage d'avions chasseurs Bearcat F8F au-dessus de la piste de Nasan. 12 décembre 1952, photographe Paul Corcuff. La cuvette de Diên Biên Phu est un carrefour de pistes, à l ouest du Tonkin, à proximité des frontières chinoise et laotienne, en pays thaï. La rivière Nam Youn traverse la plaine couverte de rizières et de champs. Diên Biên Phu se trouve à 300 kilomètres de Gia Lam, le terrain d aviation de Hanoi (ce qui représente une heure et demie d avion). Photo n 6/ Référence : TONK R8 (recadrée) Le poste de Diên Biên Phu. 4 février 1951, photographe inconnu. À Diên Biên Phu, la piste d aviation aménagée par les Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale sera utilisée par le corps expéditionnaire français. Elle constituera la colonne vertébrale du camp. Les bases du Viêt-minh les plus proches de Diên Biên Phu se trouvent à 500 kilomètres ; l artillerie sera donc peu active. D après l état-major en Indochine, le Viêt-minh ne peut entretenir que deux divisions sur place ; les combats seront donc limités et la bataille de courte durée. 4

5 L opération Castor (20-22 novembre 1953) : Photo n 7/ Référence : TONK R14 Regroupement de parachutistes du 6 e BPC (bataillon de parachutistes coloniaux) largués sur la dropping zone lors de l opération Castor novembre 1953, photographe Daniel Camus. Photo n 8/ Référence : TONK R30 Mise en batterie d un canon de 75 mm SR (sans recul) par un parachutiste du 35 e RALP (régiment d artillerie légère parachutiste) lors de l opération Castor novembre 1953, photographe Daniel Camus. Le 20 novembre 1953 commence l opération Castor, décidée par le général Navarre ; l opération consiste en un important largage de parachutistes pour occuper la cuvette de Diên Biên Phu. Le 6 e BCP (bataillon de parachutistes coloniaux) du commandant Bigeard et le 2 e bataillon du 1 er RCP (régiment de chasseurs parachutistes) du commandant Bréchignac sont parachutés et s emparent de Diên Biên Phu. 5

6 Á la suite de cette opération, des renforts viennent compléter les troupes parachutées et le camp est aménagé. Photo n 9/ Référence : D La base de Diên Biên Phu après l opération Castor ; défenses de la face nord et de la face nord-ouest. Novembre-décembre 1953 ; photographe Henri Mauchamp, cliché original en couleurs. Aménagement du camp de Diên Biên Phu : Photo n 10/ Référence : NVN R12 Le camp de Diên Biên Phu. 1954, photographe inconnu. 6

7 Photo n 11/ Référence : NVN R13 La cuvette de Diên Biên Phu. 1954, photographe inconnu. Á la suite de l opération Castor et contrairement aux prévisions de l état-major des forces françaises, le général Giap parvient à regrouper quatre divisions autour de Diên Biên Phu, dont la division lourde 351 qui possède 24 canons de 105 mm. Fin décembre, le camp est entièrement encerclé par les troupes du Viêt-minh. La bataille décisive aura lieu. Photo n 12/ Référence : NVN R18 Au camp de Diên Biên Phu, des troupes à leur poste d observation avril 1954, photographe Paul Corcuff. 7

8 Côté français, le nombre de pièces d artillerie du Viêt-minh a été sous-estimé. Ainsi, aucun ordre de s enterrer n a été donné. Les abris construits sont relativement sommaires : des sacs de sable, des tôles. Un réseau de tranchées relie les abris les uns aux autres. Aucun ouvrage en béton n est construit, aucun réseau souterrain ni aucune protection pour les canons ne sont prévus. Le ravitaillement en vivres et en matériel se fait par voie aérienne. Le matériel lourd est démonté puis parachuté en pièces détachées sur Diên Biên Phu. Photo n 13/ Référence : NVN R146 Plan moyen de l'entrée d'un abri fortifié souterrain mars 1954 ; photographes Daniel Camus et Jean Péraud. Photo n 14/ Référence : NVN 54-9 R28 Montage des chars M24 Chaffee du 1 er RCC (régiment de chasseurs à cheval) par la 2 e CREBLE (compagnie de réparations d'engins blindés de la Légion étrangère) après le parachutage en pièces détachées. Janvier 1954, photographe Daniel Camus. Du côté Viêt-minh, le ravitaillement se fait par convois routiers. Des camions livrés par les Soviétiques permettent d acheminer des stocks de munitions. Des milliers de coolies 6, telle une armée de fourmis, s activent pour effectuer le ravitaillement. L armement, les uniformes et les munitions du Viêt-minh sont de fabrication chinoise. La logistique est un élément primordial car chaque camp se trouve loin de ses bases. Les options sont différentes : dispositif aérien contre coolies. Début mars, hommes sont concentrés dans le camp ; camouflés dans les montagnes dominant la cuvette, les éléments du Viêt-minh sont Terme hindi signifiant «travailleur». 8

9 Le camp retranché de Diên Biên Phu : Source: avril 2009 Le camp est installé de part et d autre de la rivière Nam Youn. Il est constitué d un réseau de points d appui (PA) ou centres de résistance aux prénoms féminins. Le commandement du GONO (groupement opérationnel du Nord-Ouest) est assuré par le colonel Christian de Castries 7. Le PC (poste de commandement) du GONO est implanté au centre du camp retranché. La base est divisée en sous-secteurs : - Le sous-secteur nord composé des PA Anne-Marie et Gabrielle couvre le nord et le nord-est du terrain d aviation, point sensible du camp. Une piste pavée relie le terrain d aviation au PA Anne-Marie et Gabrielle. Chacun de ces PA est tenu par un bataillon. - Le sous-secteur centre comprend les points d appui Claudine, Huguette, Dominique, Eliane et Béatrice. Il regroupe huit bataillons et il est commandé par le lieutenant-colonel Gaucher. - Le PA Isabelle constitue le sous-secteur sud. Il est tenu par deux bataillons et il est commandé par le lieutenant-colonel André Lalande. Le GAP 2 (groupement aéroporté 2), composé du 1 er BEP (bataillon étranger de parachutistes), du 8 e BPC (bataillon parachutiste de choc) et du 5 e BPVN (bataillon de parachutistes vietnamiens), est commandé par le lieutenant-colonel Pierre Langlais. Quant à l artillerie, elle est commandée par le colonel Charles Piroth. Des antennes chirurgicales se trouvent à différents endroits du camp. Côté Viêt-minh, la division 308 est positionnée dans les collines proches du PA Gabrielle ; la division 312 est postée à l Est du PA Béatrice. Le «Mont Chauve» et le «Mont Fictif» (en rouge sur la carte ci-dessus) sont deux bases du Viêt-minh. II / La bataille de Diên Biên Phu : Le 13 mars 1954, le général Giap prend l initiative de l attaque. Son objectif est le point d appui Béatrice tenu par le 3/13 e DBLE (3 e bataillon de la 13 e demi-brigade de la Légion étrangère). La bataille prend très vite un tour dramatique. La surprise vient de l artillerie du Viêt-minh qui tire de manière isolée, depuis les collines surplombant la cuvette de Diên Biên Phu, en concentrant le feu sur le camp ; la contre-batterie du corps expéditionnaire français est impuissante. Les abris plutôt sommaires ne sont pas conçus pour résister à des projectiles de gros calibre. 7 Il sera nommé général au cours de la bataille. 9

10 Les points d appui Béatrice et Gabrielle sont très vite submergés ; dès le 17 mars, le terrain d aviation est inutilisable ; c est le cordon ombilical entre la base et Hanoi qui est coupé. Dès lors, la situation devient difficile pour les défenseurs. La bataille devient une guerre d usure entre des éléments du Viêt-minh nombreux et ravitaillés par pistes et une garnison recroquevillée, entièrement dépendante du ravitaillement aérien. La tactique du Viêt-minh consiste à utiliser, dans un premier temps, l artillerie pour pilonner le camp, puis à procéder par assauts successifs de l infanterie, l objectif étant d étouffer le camp en resserrant l étau au fur et à mesure et en prenant les centres de résistance les uns après les autres. La prise des points d appui permet ensuite de neutraliser les pistes et de maîtriser le ciel. En plus des tunnels et des tranchées à travers les collines, des terrasses sont aménagées par le Viêt-minh ; les canons y sont installés puis à la fin du tir, ils sont mis à l abri à l intérieur des collines. La contre-batterie française n a que rarement réussi à neutraliser ces canons. En outre, les pièces d artillerie du Viêt-minh dominent la cuvette ; les cibles sont donc facilement repérables et les pièces d artillerie peuvent aisément être orientées. Photo n 15/ Référence : NVN R42 Attaque d une position du Viêt-minh au sud de Diên Biên Phu. 27 mars 1954, photographes Daniel Camus et Jean Péraud. Le 15 mars, le colonel de Castries réagit en lançant une contre-attaque dont l objectif est de reprendre Gabrielle ; mais les forces engagées et la préparation sont insuffisantes. C est un échec. 10

11 Photo n 16 / Référence : NVN R55 Après l attaque d une position du Viêt-minh au sud de Diên Biên Phu, réunion au PC (poste de commandement) entre (de gauche à droite) le commandant Guiraud du 1 er BEP (bataillon étranger de parachutistes), le capitaine Botella, du 5 e BPVN (bataillon de parachutistes vietnamiens), le chef de bataillon Bigeard du 6 e BPC (bataillon de parachutistes coloniaux), le lieutenant-colonel Langlais, responsable du secteur centre, commandant le GAP (groupement aéroporté) de Diên Biên Phu, le capitaine Tourret du 8 e BPC (Bataillon de parachutistes de choc) et le commandant Seguins-Pazzis, chef d état-major du colonel de Castries. 27 mars 1954, photographes Daniel Camus et Jean Péraud. Le moral des troupes est atteint. Le 14 et le 16 mars, le 7 e BPC (bataillon de parachutistes coloniaux), commandé par le chef de bataillon Marcel Bigeard et le 5 e BPVN (bataillon de parachutistes vietnamiens) sont largués sur le camp. Photo n 17/ référence : NVN R51 Le lieutenant-colonel Langlais. 27 mars 1954, photographes Daniel Camus et Jean Péraud. Du côté Viêt-minh, les attaques des 14 et 15 mars ont causé de nombreuses pertes humaines et les stocks de munitions ont beaucoup diminué. Il est nécessaire de reconstituer les forces et les stocks. Le 17 mars, le pont aérien est interrompu ; mais le général Giap suspend les attaques pour permettre le réapprovisionnement et la préparation de la seconde phase de l opération. Le lieutenant-colonel Langlais, à qui le colonel de Castries a confié le commandement de la position centrale, lance des contre-attaques qui aboutissent à la destruction de pièces de DCA 8 du Viêt-minh ; le moral des troupes remonte. 8 Défense contre les aéronefs. 11

12 Après une dizaine de jours, les stocks sont reconstitués des deux côtés et les unités sont renforcées. Du côté français, les opérations aériennes ont été coûteuses et aléatoires. Le 30 mars, le général Giap lance une offensive contre les cinq points d appui qui défendent le côté est de la position centrale : Dominique 1 et 2, Eliane 1, 2 et 4. Il fait intervenir les divisons 312 et 316 pour donner l assaut à ces collines défendues par hommes. «Le soir du 30 mars, nos avions de reconnaissance nous avaient informés de la préparation d une attaque ennemie. Nous avons eu droit à un tir d artillerie très violent, et puis le Viêt-minh est monté par vagues d assaut. Avec l aide de notre artillerie, nous avons pu les repousser en choc frontal. Grâce au largage de pots éclairants par l avion qui survolait le champ de bataille, nous y voyions presque comme en plein jour. Avec mes soldats marocains, nous nous sommes repliés au sommet du point d appui Eliane 2. Je n avais plus dans ma section que 16 tirailleurs marocains sur les 25 que nous étions à l arrivée à Diên Biên Phu.» 9 témoigne Serge Fantinel, ancien sergent-chef en Indochine. Le 31 mars au matin, le Viêt-minh a pris Dominique 1 et 2 ainsi qu Eliane 1. Sous l impulsion du commandant Bigeard, les troupes françaises reprennent Dominique 2 et Eliane 1 ; mais les renforts n arrivent pas et le commandant Bigeard doit se résoudre à donner l ordre de repli. Il concentre alors ses troupes sur Eliane 2 et 4 qui constituent le dernier rempart au camp retranché. «L étouffement lent mais continu de notre position se poursuit, accéléré par les violentes attaques du 30 mars au 3 avril, provisoirement contenu par l envoi de nos renforts, repris avec la perte successive de plusieurs points d appui et surtout avec l action d une DCA de plus en plus violente qui, jointe aux mauvaises conditions météo, a ralenti notre ravitaillement.» 10 écrit le commandement en chef des forces terrestres navales et aériennes en Indochine. Côté Viêt-minh, la transcription d une émission radio («La voix du Viêtnam») relate l émotion ressentie par une unité de DCA qui vient de descendre le 50 e avion français. L unité de DCA envoie le télégramme suivant : «Les combattants, troupes et travailleurs ouvriers du front de Diên Biên Phu sont tous heureux d avoir descendu le 50 e avion ennemi, dans un mois de temps (du 11 mars au 11 avril 1954) 11». Fin avril, la pluie transforme le terrain en bourbier. Non seulement les troupes à pied ont de plus en plus de difficultés à combattre, mais les aléas météorologiques renforcent encore l aléatoire de l activité aérienne audessus de Diên Biên Phu. 9 Témoignage du commandant Serge Fantinel, Les Chemins de la Mémoire, n 192, mars 2009, p Service historique de la Défense, département marine, carton UU TB 59 : évolution de la situation militaire en Indochine, période du 26 mars au 25 avril 1954, état-major interarmées et des forces terrestres, commandement en chef des forces terrestres navales et aériennes en Indochine. 11 Service historique de la Défense, département marine, carton UU19. 12

13 Photo n 18/ Référence : NVN R86 Largage de 12 bombes de 500 livres par un bombardier Privateer PB4Y-2 pour effectuer une coupure de route près de Son La en pays thaï avril 1954, photographe Paul Corcuff. Le 1 er mai, le général Giap lance l offensive finale. Les troupes du Viêt-minh procèdent par assauts successifs ; à l intérieur du camp, la défense est de plus en plus difficile ; en outre, de nombreux blessés s y trouvent ; le Viêt-minh a refusé les évacuations sanitaires ; les blessés doivent donc rester à l intérieur du camp et être traités du mieux possible sur place. Dès le mois d avril, le 2 e bureau de l état-major interarmées et des forces terrestres attirait l attention du commandement sur le fait que l impossibilité d évacuer les blessés posera à terme de graves problèmes ; au 10 avril, on compte 610 blessés soignés à l intérieur du camp de Diên Biên Phu. 12 Le 7 mai, le dernier point d appui, Isabelle, tombe. C est la division 308, commandée par le général Vuong Thua Vu, qui donne le coup de grâce. Cette division était déjà présente à Cao Bang et à Lang Son en 1950 et sera la première division à entrer dans Hanoi en Après 57 jours de combat, l armée du Viêt-minh vient à bout du camp retranché le 7 mai 1954 à 17h30. III / Bilan et conséquences : Bilan humain : Au total, hommes du corps expéditionnaire français ont participé à la défense du camp de Diên Biên Phu ; plus de d entre eux ont été tués ou sont portés disparus. Plus de ont été blessés dont ont été opérés dans les antennes chirurgicales du camp. Plus de combattants sont faits prisonniers ; beaucoup mourront en détention (ils devront marcher à travers la jungle et les montagnes) ; quelques-uns seulement parviennent à s échapper. On estime que le Viêt-minh déplore trois fois plus de morts. En tout, 33 bataillons du Viêt-minh ont été engagés soit hommes. 12 Service historique de la Défense, département marine, carton UU TB 59 : situation militaire en Indochine, bulletin n 359, période du 26 mars au 10 avril 1954, 2 e bureau, état-major interarmées et des forces terrestres, commandement en chef des forces terrestres navales et aériennes en Indochine, 19 avril

14 Les camps : Après une longue marche forcée vers le Nord à travers la jungle, les prisonniers français sont internés dans des camps. Ils ont à subir aussi la propagande communiste, des cours politiques obligatoires. Brimades et privations sont monnaie courante. Les prisonniers doivent faire leur autocritique et avouer des crimes qu ils n ont pas commis. Les blessés ne sont pas soignés, les médecins militaires sont regroupés et ont l interdiction d intervenir auprès des prisonniers blessés. Les éléments du Viêt-minh faits prisonniers par le corps expéditionnaire français sont regroupés dans des camps de PIM (prisonniers internés militaires). Photo n 19/ Référence : TONK R12 Le camp de PIM (prisonniers internés militaires) de Diên Biên Phu décembre 1953, photographe Jean Péraud. Échange de prisonniers : Après les accords de Genève, signés en juillet 1954, qui mettent fin au conflit indochinois et qui instaurent une partition du pays le long du 17 e parallèle, la France quitte le Tonkin. Les deux parties acceptent un échange général de prisonniers ; prisonniers rescapés ont été rendus à la France. Le destin des prisonniers d origine indochinoise qui ont combattu du côté français reste inconnu. 14

15 Photo n 20/ Référence : CVN R43 Retrouvailles entre un commandant du Viêt-minh et l un de ses anciens officiers. 14 juillet 1954, photographe René Adrian. Photo n 21/ Référence : NVN R1 Prisonniers du Viêt-minh blessés arrivant à l un des points d appui mars 1953, photographes Daniel Camus et Jean Péraud. 15

16 IV / Le SCA (Service cinématographique des armées) à Diên Biên Phu : «C est la guerre, je ne la fais pas, je la filme» 13. Photo n 22/ Référence : TONK R5 Traversée d'un arroyo par le 2 e BEP (bataillon étranger de parachutistes) ; au premier plan, le reporter cinéaste André Lebon. 24 septembre 1953, photographe Pierre Ferrari. Le SCA (service cinématographique des armées) dépend du cabinet du ministre de la Défense et se trouve en métropole. Sur le terrain, la section «ciné-photo» regroupe les opérateurs ; elle est placée sous le contrôle du SPI 14 (service presse information), qui, en collaboration avec le cabinet du commandant en chef, a en charge le contrôle de l ensemble de l information militaire. La section «ciné-photo» a pour mission d assurer la couverture cinématographique du conflit et de filmer les séquences nécessaires à la réalisation de courts métrages. 15 Les opérateurs du SCA ont couvert l opération Castor. Ils ont par la suite suivi les visites des officiels au camp de Diên Biên Phu, lors de l aménagement de la base. Aucune équipe n est présente de façon continue, l étatmajor français estimant qu une couverture permanente ne se justifie pas. Des photographes et des cameramen du SCA étaient présents à Diên Biên Phu. Ils ont été parachutés sur le camp et ont couvert la bataille ; ils ont tenté de rendre compte au mieux des conditions à l intérieur du camp et des événements qui se sont succédé. Ces opérateurs connaîtront des sorts divers. Le photographe Raymond Martinoff et le cinéaste André Lebon arrivent à Diên Biên Phu en mars 1954, quand les avions peuvent encore y atterrir. L atterrissage est périlleux, Raymond Martinoff est tué, André Lebon perd une jambe ; il sera évacué par un des derniers hélicoptères partis de Diên Biên Phu. Le photographe Daniel Camus est également présent à Diên Biên Phu. Il est rejoint par Pierre Schoendoerffer et Jean Péraud. Pierre Schoendoerffer devait être rapatrié en France, mais il insiste pour sauter sur Diên Biên Phu. Ces trois soldats de l image ont été les seuls présents dans la cuvette de Diên Biên Phu au cours de la bataille. Lors d une visite de Pierre Schoendoerffer en février 2008 à l ECPAD (établissement de communication et de production audiovisuelle de la défense), il raconte qu il n a pas filmé son saut sur Diên Biên Phu car il avait peur de casser sa caméra à l atterrissage ; il la protégea donc du mieux possible dans son paquetage, se concentra sur son saut et put filmer par la suite les troupes dans la cuvette. 13 André Lebon, L Asiate, Albin Michel, Créé en juillet 1948, ce service change plusieurs fois d appellation avant de devenir en juin 1950 le SPI (service presse information). 15 Pascal Pinoteau, Diên Biên Phu dans le cinéma d actualité. 16

17 Pierre Schoendoerffer évoque aussi son matériel : il utilise une caméra américaine Bell Howell, portée sur le front. Le plan le plus long possible dure 20 secondes 16. Jusqu au 20 mars 1954, les opérateurs du SCA purent envoyer leurs bobines et leurs négatifs par avion sanitaire. À partir de cette date, aucune photo ni aucun film ne quittèrent Diên Biên Phu. Il n existe donc pas de films ou de photos des derniers jours de la bataille. Le 7 mai, les trois opérateurs Daniel Camus, Pierre Schoendoerffer et Jean Péraud sont faits prisonniers ensemble. Lors de la longue marche des prisonniers dans la jungle dense, ils décident de tenter de s évader. Jean Péraud quitte le premier la colonne de prisonniers, il s enfonce dans la jungle, on ne le reverra plus. Pierre Schoendoerffer essaye de le suivre mais est rattrapé. Daniel Camus et Pierre Schoendoerffer se retrouvent dans le camp 41, en compagnie notamment du général de Castries. Daniel Camus essaye de s échapper mais sa tentative échoue. Les deux opérateurs sont ensuite transférés dans d autres camps de prisonniers, le dernier étant le camp de Tuyen Quang. Informés à leur arrivée qu un échange de prisonniers doit avoir lieu, ils sont libérés deux jours plus tard et sont accueillis à Hanoi par le général de corps d armée René Cogny, commandant les FTNV (forces terrestres du Nord Viêtnam). Photo n 23/ Référence : NVN R34 Arrivée du LCM (Landing Craft Materiel) à Hanoi et débarquement des prisonniers libérés, en présence d Eliane Jughon, opératrice de cinéma en Indochine, participant au rapatriement des prisonniers. 28 août 1954, photographes Georges Liron et Jean Lussan. Le reporter Robert Capa, qui couvre le conflit pour la presse américaine, arrive au Tonkin en mai Il photographie les premiers rescapés de Diên Biên Phu. Peu de jours après son arrivée, le 25 mai, il meurt au cours d une opération. 16 Propos tenus par Pierre Schoendoerffer lors de la projection d une sélection de rushes à la Cinémathèque française, novembre

18 Pendant la guerre d Indochine, Brigitte Friang est rédactrice pour la revue Indochine Sud-Est asiatique. Elle n appartient pas au SCA, mais suit certaines opérations militaires. On la voit ici après un saut en parachute lors de l opération Castor. Photo n 24/ Référence : TONK R7 Brigitte Friang, reporter de guerre, replie son parachute. 21 novembre 1953, photographe Daniel Camus. Trente-sept ans après, le tournage du film Diên Biên Phu : L opérateur vidéo du SCA (service cinématographique des armées) devenu réalisateur, Pierre Schoendoerffer est revenu en Indochine en 1991 pour tourner le film Diên Biên Phu. Près de Hanoi, dans un camp militaire, le site de la bataille a été reconstitué. Les avions Dakota qui effectuent les largages et les parachutages sur le camp ont été achetés aux États-Unis. Photo n 25/ Référence : DIA Pendant le tournage du film Diên Biên Phu, un avion Dakota survole le pont Doumer. 16 février-12 juin 1991, photographe Michel Metereau. L armée de la république démocratique du Viêtnam et l armée française ont participé à ce film. Un détachement de 84 soldats français, issus des régiments qui se sont illustrés à Diên Biên Phu, est mis à la disposition du réalisateur ; ils effectuent les scènes de sauts sur le camp retranché. Lors du tournage, les soldats français côtoient les descendants des bodoïs 17 du général Giap. Une équipe de l ECPAD était présente sur place. 17 Soldats 18

19 Photo n 26/ Référence : DIA Pierre Schoendoerffer, le réalisateur, pendant le tournage. 16 février-12 juin 1991, photographe Michel Metereau. Ce film, sorti en salle le 4 mars 1992, est une évocation historique en hommage aux militaires qui en ont été les principaux acteurs. Dédié à tous ceux qui ont combattu à Diên Biên Phu, il se veut un film pour la mémoire. Conclusion La dernière grande bataille de la guerre d Indochine scelle le sort des troupes françaises dans la cuvette en même temps que le sort de l Indochine française. Ce fut la bataille la plus longue, la plus meurtrière de l après- Seconde Guerre mondiale. Le 11 août 1954, les hostilités cessent effectivement dans la totalité des territoires d Indochine. La guerre d Indochine constitue un modèle pour les troupes indépendantistes du monde entier. C est la première étape d un long processus qui aboutira à l indépendance de toutes les colonies françaises. La section études du 3 e bureau de l état-major des FTNV (forces terrestres du Nord Viêtnam) a réalisé un historique des opérations dans le delta, de la chute de Diên Biên Phu au cessez-le-feu. Cette section a étudié les conséquences de la chute de Diên Biên Phu dans les domaines politique et psychologique des deux camps : «- chez l adversaire : l armée populaire par sa victoire : - renforce opportunément à Genève la position de la délégation du Viêt-minh [ ] - offre [ ] aux organismes de propagande l atout décisif qui était le thème de la libération promise. En retour, le parti : - étale, aux yeux du peuple, le prestige éclatant de son armée - obtient une nouvelle valorisation du potentiel militaire par accroissement des livraisons d équipements et de matériels lourds - galvanise le moral [ ] - dans notre camp : - les cadres et la troupe du corps expéditionnaire, solidaires de leurs camarades du camp retranché, ont durement ressenti la fin d un combat qu ils savaient sans espoir. Chacun était partagé entre le désir de réparer dans le delta la bataille perdue en Haute-Région et le sentiment d une guerre achevée puisque la France traitait à Genève. - La fraction du peuple vietnamien encore liée à nous, objet d une propagande insidieuse et soigneusement entretenue de bouche à oreille, mesure toute la faiblesse de l organisation politique 19

20 gouvernementale, craint un abandon du Nord Viêtnam, amenant un partage du pays et connaît une émotion qui gagne les rangs de nos unités autochtones. - Conscient de l étendue du danger et de l importance de l enjeu et bien que gêné par une presse au rôle détestable, le commandement n hésite pas à exiger de tous un surplus d énergie pour appliquer les mesures imposées par la situation.» 18 En 2005, le gouvernement français a instauré une «journée nationale d hommage aux morts pour la France en Indochine», fixée au 8 juin. Delphine Bizet, CED Responsable du fonds Indochine de l ECPAD Sources René Bail, Diên Biên Phu, un combat pour l impossible, ECPAD, Jacques Dalloz, Dictionnaire de la guerre d Indochine, Armand Colin, Général Yves Gras, Histoire de la guerre d Indochine, Denoël, Albert de Saint-Julien, Caméra au poing, Documents du Monde, Archives du Service historique de la Défense, département marine. Sites web : ANAPI (Association nationale des anciens prisonniers d Indochine) Pour en savoir plus Voir le dossier réalisé par le SHD (Service historique de la Défense) «L armée de l air pendant la guerre d Indochine» : rubrique «Histoire» puis «Les dossiers du SHD». 18 Service historique de la Défense, département marine, carton UU TB

LA BATAILLE DE DIEN BIEN PHU

LA BATAILLE DE DIEN BIEN PHU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE Collection «Mémoire et Citoyenneté» n 39 LA BATAILLE DE DIEN BIEN PHU 13 mars-7 mai 1954 DIRECTION DE LA MÉMOIRE, DU PATRIMOINE ET DES ARCHIVES ECPAD France Vue aérienne du camp

Plus en détail

Bataille de la Somme Ressources: Documents de source primaire

Bataille de la Somme Ressources: Documents de source primaire Tués au combat dans la Somme Liste des 118 soldats tués au combat avec le 38 e bataillon, unité levée à Ottawa, pendant l attaque contre la tranchée Desire et Grandcourt, dans la Somme, le 18 novembre

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

50e anniversaire des indépendances africaines et malgache

50e anniversaire des indépendances africaines et malgache 50e anniversaire des indépendances africaines et malgache 1960-2010 29 Hommage aux anciens combattants africains et malgaches Dans le cadre des célébrations officielles du cinquantième anniversaire des

Plus en détail

Ces efforts ont déjà contribué significativement à l atteinte des objectifs de l OTAN depuis 2014.

Ces efforts ont déjà contribué significativement à l atteinte des objectifs de l OTAN depuis 2014. Dès le début de la crise ukrainienne et compte tenu de la menace potentielle perçue par ses alliés d Europe centrale et du Nord à leurs frontières, l OTAN a pris un ensemble de mesures politiques et militaires

Plus en détail

La Libération du Nord-Pas de Calais

La Libération du Nord-Pas de Calais La Libération du Nord-Pas de Calais I Une Libération éclair : 1 er au 5 septembre 1944 A La libération de la région et de la Belgique en 5 jours, du 1 er au 5 septembre : une ruée fulgurante des Alliés,

Plus en détail

Les Hauts-de-Seine et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919)

Les Hauts-de-Seine et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919) Les Hauts-de-Seine et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919) Les archives de la SPCA sur les Hauts-de-Seine Nombre de reportages : 75 Nombre

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU SECONDAIRE

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU SECONDAIRE LE MUR DE L ATLANTIQUE PAGES 4-5 Le Mur était constitué de blockhaus de toutes sortes : des batteries d artillerie équipées de canons, des radars, des obstacles pour défendre les plages Reportez, pour

Plus en détail

le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration

le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration HISTORIQUE DU BÂTIMENT Robert II, dit Le Pieux (972-1031), fils et successeur de Hugues Capet, bâtit le premier en

Plus en détail

Jours de Gloire Campagne Allemagne 1813

Jours de Gloire Campagne Allemagne 1813 Allemagne 1813 - De Lützen à Leipzig Jours de Gloire Campagne Allemagne 1813 Un jeu de Frédéric Bey Jour de Gloire Campagne est un jeu prévu pour deux joueurs, l un prenant en charge le camp des Français

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

L Histoire en photos Ressources: Photos officielles du Première Guerre mondiale

L Histoire en photos Ressources: Photos officielles du Première Guerre mondiale Drainage des tranchées Dans la France du Nord et la Belgique gorgées de pluie, les tranchées, pendant une bonne partie de l année, n étaient plus que des fossés boueux. La vie y devenait encore plus pénible

Plus en détail

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise :

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise : Fichier enseignant Dans le programme d histoire du cycle 3 au chapitre le 20 ème siècle et notre époque les deux conflits mondiaux sont abordés. L accent est mis sur ce qui fit basculer l humanité dans

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

La Théorie des Contraintes Appliquée à la Première Guerre Mondiale. Yves REHBY, CFPIM, CIRM

La Théorie des Contraintes Appliquée à la Première Guerre Mondiale. Yves REHBY, CFPIM, CIRM La Théorie des Contraintes Appliquée à la Première Guerre Mondiale Yves REHBY, CFPIM, CIRM Rappel Historique La Bataille de Verdun Phase 1: 21 février 30 Avril Commandant en chef : Pétain un défenseur

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

Fiche pédagogique 7 : Paris, ville bombardée

Fiche pédagogique 7 : Paris, ville bombardée Fiche pédagogique 7 : Paris, ville bombardée Paris, ville bombardée Paris n a pas été occupée par les Allemands durant la Première Guerre mondiale. Elle est restée une ville de l arrière. Pourtant, les

Plus en détail

1914-18 Hohrodberg - Linge

1914-18 Hohrodberg - Linge Circuit Historique 1914-18 Hohrodberg - Linge Une réalisation Dr Marc Georges Président de la CCVM Le Mot du Président : Les 350 kilomètres de sentiers balisés de la vallée de Munster constituent, pour

Plus en détail

RAPPORT Marche exploratoire. Réalisée à Montréal, dans le quartier de Verdun District Champlain Île-des-Sœurs. PRÉSENTÉ PAR Action Prévention Verdun

RAPPORT Marche exploratoire. Réalisée à Montréal, dans le quartier de Verdun District Champlain Île-des-Sœurs. PRÉSENTÉ PAR Action Prévention Verdun RAPPORT Marche exploratoire Réalisée à Montréal, dans le quartier de Verdun District Champlain Île-des-Sœurs PRÉSENTÉ PAR Action Prévention Verdun Le 7 mai 2014 Table des matières Préambule... 3 Mise en

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII Sciences et techniques 4. Comment se libérer du vertige? Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM

Plus en détail

L Essentiel des Règles de jeu du GN Version 2014-finale

L Essentiel des Règles de jeu du GN Version 2014-finale L Essentiel des Règles de jeu du GN Version 2014-finale Ceci est un résumé. Pour le détail des règles, reportez vous au document complet. NOTA : Nous avons souhaité une simplification radicale des règles

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91)

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) LA GUERRE FROIDE p82 à 89 Fiche d objectifs/plan détaillé Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) Comment à partir de 1947, Etats-Unis et l URSS s affrontent-ils

Plus en détail

Chapitre 8. Le bestiaire. «Où donc avons-nous fait fausse route?» Maelle, Complainte des Corbeaux, 823

Chapitre 8. Le bestiaire. «Où donc avons-nous fait fausse route?» Maelle, Complainte des Corbeaux, 823 Chapitre 8 Le bestiaire «Où donc avons-nous fait fausse route?» Maelle, Complainte des Corbeaux, 823 Table des matières Table des matières... 2 Le bestiaire... 3 Fiche de créature... 4 Styles de combat...

Plus en détail

Le Président de la République est le responsable

Le Président de la République est le responsable LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Le Président de la République est le responsable suprême de la politique de défense. A ce titre, il est le garant de l indépendance nationale, de l intégrité du territoire

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

Reconstitution tactique de la bataille de Morat 1476

Reconstitution tactique de la bataille de Morat 1476 Reconstitution tactique de la bataille de Morat 1476 Comité d'étude pour une reconstitution tactique de la bataille historique de Morat 1. LE PROJET RECONSTITUTION TACTIQUE DE LA BATAILLE DE MORAT - 1476

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème LE NAZISME (1933-1945) DU TRAITE DE VERSAILLES A L ARRIVEE D HITLER AU POUVOIR PAGES 4-5 Comment Mussolini, nouveau dirigeant de l Italie est-il mis en valeur

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

La bataille de l Yser. Le vieil éclusier Henri Geeraert, s'est conduit de manière héroïque en exécutant les manœuvres indispensables à l'inondation.

La bataille de l Yser. Le vieil éclusier Henri Geeraert, s'est conduit de manière héroïque en exécutant les manœuvres indispensables à l'inondation. La bataille de l Yser. Le vieil éclusier Henri Geeraert, s'est conduit de manière héroïque en exécutant les manœuvres indispensables à l'inondation. Situation Générale : La situation générale est la suivante

Plus en détail

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Les Voies de la Liberté Du 15 septembre 2015 au 28 mai 2016 Communiqué de presse Mémorial de la Shoah, CDLV82017 Le Mémorial En 2009,

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

Le bridge c'est quoi? Laval Du Breuil École de bridge Picatou, Québec picatou@picatou.com

Le bridge c'est quoi? Laval Du Breuil École de bridge Picatou, Québec picatou@picatou.com Le bridge c'est quoi? Laval Du Breuil École de bridge Picatou, Québec picatou@picatou.com 1. Historique Le bridge moderne fait partie de la famille du Whist, popularisé au XIX e siècle par Edmond Hoyle

Plus en détail

Clash of Giants II. Les campagnes de Galicie et d Ypres de 1914. Conception du jeu Ted Raicer LIVRE DES BATAILLES

Clash of Giants II. Les campagnes de Galicie et d Ypres de 1914. Conception du jeu Ted Raicer LIVRE DES BATAILLES Clash of Giants II Les campagnes de Galicie et d Ypres de 1914 Conception du jeu Ted Raicer LIVRE DES BATAILLES La campagne de Galicie, 1914 1.0 Introduction...2 2.0 Composants...2 3.0 Mise en place du

Plus en détail

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de)

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de) Dans nos classes La Résistance et la Déportation dans les manuels Classe de troisième Les leçons : Belin, avril 2003. Eric Chaudron, Remy Knafou. Leçons La 2 guerre mondiale. * Les grandes phases de la

Plus en détail

GRÉVILLE-HAGUE (Manche) : Morts pour la France (1914-1919)

GRÉVILLE-HAGUE (Manche) : Morts pour la France (1914-1919) 1 GRÉVILLE-HAGUE (Manche) : Morts pour la France (1914-1919) (4 e version, 31 oct. 2014) Notice par Hugues Plaideux, d après le site «Mémoire des Hommes» du Ministère de la Défense, l état civil, les répertoires

Plus en détail

Le centre de secours de «NICE BON VOYAGE»

Le centre de secours de «NICE BON VOYAGE» Le centre de secours de «NICE BON VOYAGE» PREAMBULE Nous voici dans la plus atypique de nos casernes niçoises de sapeurs pompiers Tour à tour : - Parc des subsistances de notre Armée, - Dépôt de matériels

Plus en détail

Comment se déroule un tour de jeu?

Comment se déroule un tour de jeu? Mise à jour : novembre 2013 Le jeu de figurines : comment ça marche? Voici quelques explications de la règle de jeu «Argad!» (d autres règles de jeu sont différentes, mais les grands principes sont souvent

Plus en détail

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009)

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009) (1975-2009) Ruptures et continuités dans les relations internationales des années 80 à nos jours? L ouverture du mur de Berlin : le 9/11/1989 Sommet d Oslo : un espoir de paix en 1993 I/ Une remise en

Plus en détail

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 20 L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 21 Besançon : des défenses façonnées par un méandre dominé > 21 27 La citadelle Historique La position stratégique

Plus en détail

Carnets d Orient POINTS FORTS. La série C

Carnets d Orient POINTS FORTS. La série C Carnets d Orient La série C arnets d Orient de Jacques Ferrandez est un ensemble d albums huit sont parus, deux sont encore à venir qui ont pour thème la présence française en Algérie, de la conquête à

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger (LPSP) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54, al. 1, 95, al. 1, et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

LIVRET PÉDAGOGIQUE. Depuis plus de 35 ans, notre famille recherche et étudie les objets de la 1ère guerre mondiale.

LIVRET PÉDAGOGIQUE. Depuis plus de 35 ans, notre famille recherche et étudie les objets de la 1ère guerre mondiale. LIVRET PÉDAGOGIQUE Situé à 10km au sud de Lille, le fort de Seclin est le dernier Fort intact de la ceinture de Lille. Oublié pendant de longues années, notre famille le restaure depuis plus de 18 ans

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Campagne de Mésopotamie.

Campagne de Mésopotamie. Campagne de Mésopotamie. Résumé : En 1914, les Britanniques possédaient les riches gisements pétrolifères du Koweït mais ils rêvaient de s'emparer plus au nord de la région de Bassorah, elle aussi riche

Plus en détail

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi?

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? L'outil militaire A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? Un manuel de l outil militaire? La mésange qui explique à l oursin comment le lézard doit se servir de sa clé USB. Les conflits après

Plus en détail

INF 202 MANUEL D'EMPLOI DE LA SECTION D'INFANTERIE. Approuvé le : 18 juin 1999 Edition 1999 Sous le n 5382/EAI/CETEI

INF 202 MANUEL D'EMPLOI DE LA SECTION D'INFANTERIE. Approuvé le : 18 juin 1999 Edition 1999 Sous le n 5382/EAI/CETEI INF 202 MANUEL D'EMPLOI DE LA SECTION D'INFANTERIE Approuvé le : 18 juin 1999 Edition 1999 Sous le n 5382/EAI/CETEI SOMMAIRE AVANT PROPOS 1 Partie LE COMBAT DU FANTASSIN ET DU TRINOME. Chapitre 1 - Le

Plus en détail

El condor SPECIAL Montélimar 06 2012

El condor SPECIAL Montélimar 06 2012 El condor SPECIAL Montélimar 06 2012 Le petit journal illustré de l AERO-CLUB ROYANS-VERCORS Rédacteur en chef : Henri LAGASSE. Collaborateur : Jean-Paul DROUOT. Aéro-Club du Royans-Vercors. Champlong.

Plus en détail

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ MCC et incertitude 10 mars 2015 Par Christophe Béesau et Christian Leliepvre Avec Altran, Solar Impulse s attaque au défi du tour du monde à l énergie solaire. Depuis 2010, Solar Impulse vole à l énergie

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES SUR LES ENSEIGNEMENTS DES INONDATIONS DE 2010 SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE (XYNTHIA) ET DANS LE VAR La Cour des comptes et les trois chambres régionales

Plus en détail

Coudekerque-Branche Café-cinéma L Odéon 1929 Récit de Bernard Develter

Coudekerque-Branche Café-cinéma L Odéon 1929 Récit de Bernard Develter Coudekerque-Branche Café-cinéma L Odéon 1929 Récit de Bernard Develter Le cabaret l Odéon était situé au 53 de la rue Pasteur, face à la Place de la République A sa création, l immeuble appartient à monsieur

Plus en détail

LE PROJET. Enfants du Jardin d Enfants

LE PROJET. Enfants du Jardin d Enfants CONSTRUCTION ET ENTRETIEN DU VILLAGE D ENFANTS SOS A SAVANNAKETH, LAOS BENEFICIAIRES : VILLAGE 150 ENFANTS, JARDIN D ENFANTS 60 ENFANTS, CENTRE SOCIAL 60 ENFANTS PROJET SOUTENU PAR LE MINISTERE DE LA COOPERATION

Plus en détail

Présentation ED portable le 10 septembre 2014

Présentation ED portable le 10 septembre 2014 1 Présentation ED portable le 10 septembre 2014 Je vais m appuyer sur une séquence pour le cycle d orientation qui entre dans les thèmes de géographie du PER au 10 ème degré «De la production à la consommation

Plus en détail

Sommaire. Installation du jeu Remarque : pour plus d informations sur la configuration requise, rendez-vous sur http://www.ea.com/fr.

Sommaire. Installation du jeu Remarque : pour plus d informations sur la configuration requise, rendez-vous sur http://www.ea.com/fr. TM Sommaire Qu est-ce que Titanfall?...2 Commandes... 3 Menu principal... 7 Accès à une partie... 7 Qu est-ce que Titanfall? Voilà de nombreuses années que les citoyens de la Frontière sont victimes de

Plus en détail

LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA LOIRE présente. 1914, cent ans après. Livret de l enseignant

LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA LOIRE présente. 1914, cent ans après. Livret de l enseignant LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA LOIRE présente 1914, cent ans après Livret de l enseignant Une action des Archives départementales de la Loire Le projet 1914, cent ans après est organisé par le Conseil général

Plus en détail

La liberté guidant le peuple sur les barricades

La liberté guidant le peuple sur les barricades La liberté guidant le peuple sur les barricades Eugène DELACROIX 1830 Une étrange lumière Le soleil brille à travers la fumée de la poudre. Les écrits nous disent que nous sommes en début de matinée et

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

«Est-ce que mon enfant est à risques?» Sécurité sur la rue

«Est-ce que mon enfant est à risques?» Sécurité sur la rue «Est-ce que mon enfant est à risques?» Sécurité sur la rue 1. Est-ce que votre enfant sait ce qu est un inconnu? 2. Est-ce que votre enfant connaît la différence entre un bon et un mauvais inconnu? 3.

Plus en détail

Centre aéré (ancien moulin de Lavray)

Centre aéré (ancien moulin de Lavray) Centre aéré (ancien moulin de Lavray) ancien chemin de Saint-Jorioz à Saint-Eustache Lavray Saint-Eustache Dossier IA74001642 réalisé en 2011 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire

Plus en détail

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC)

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) Entente administrative sur la certification de produits conclue entre la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) et l Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) (ci-après

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE 2 HISTOIRE MODERNE ET CONTEMPORAINE UMR 8138 Identités, Relations internationales et civilisation de l Europe T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ

Plus en détail

SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes. www.tda-armements.com

SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes. www.tda-armements.com SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes www.tda-armements.com Intégration : un précieux savoir-faire Dialogue avec les roquettes Conforme à toutes les normes OTAN Intégré sur LH10 ELLIPSE

Plus en détail

Le ski à l'école. Réalisé par les CPC E.P.S. de Moselle. Février 2008

Le ski à l'école. Réalisé par les CPC E.P.S. de Moselle. Février 2008 Le ski à l'école Réalisé par les CPC E.P.S. de Moselle 1 «Les Activités Physiques de Pleine Nature, par leur possibilité de réinvestissement, constituent un terrain privilégié pour la mise en œuvre de

Plus en détail

Accor au Vietnam. Le 24 novembtre 2010 Hanoi, Vietnam

Accor au Vietnam. Le 24 novembtre 2010 Hanoi, Vietnam Accor au Vietnam Le 24 novembtre 2010 Hanoi, Vietnam Accor dans le monde Accor, groupe de gestion d hôtels de 1 er rang mondial, du marché de luxe au marché économique, avec une série de marques stratégiques

Plus en détail

Soldat de métier au Détachement de reconnaissance de l armée 10

Soldat de métier au Détachement de reconnaissance de l armée 10 Soldat de métier au Détachement de reconnaissance de l armée 10 1 2 3 4 5 6 7 8 Engagement & mission I Processus de sélection & profil exigé I Instruction I Vie quotidienne au travail I Contact Le détachement

Plus en détail

Comment sont nés les Etats-Unis?

Comment sont nés les Etats-Unis? Comment sont nés les Etats-Unis? Au début du 18ème siècle, l Amérique est composée de colonies européennes. En 1776, les 13 colonies Anglaises d Amérique du nord se révoltent et prennent le nom d Etats-Unis

Plus en détail

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon L histoire en photos : Analyse photographique Description : Les élèves apprennent à analyser des photos de la Première Guerre mondiale. Ils choisissent une photo dans la collection officielle de photos

Plus en détail

Aide à la lecture des cotes dans le Fichier principal des militaires des armées française et belge C G1 E 13-01. En résumé

Aide à la lecture des cotes dans le Fichier principal des militaires des armées française et belge C G1 E 13-01. En résumé Aide à la lecture des cotes dans le Fichier principal des militaires des armées française et belge C G E -0 En résumé Si la fiche indique une cote alphanumérique commençant par : P (la cote la plus fréquente)

Plus en détail

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015 Guide des expositions temporaires Service Educatif Édition 2015 Résistance et Monde rural en Zone interdite 1940-1944 Le Musée de la Résistance de Bondues Le musée a pour vocation de transmettre ce que

Plus en détail

La Somme et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919)

La Somme et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919) La Somme et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919) Les archives de la SPCA et dons faits à l ECPAD sur la Somme : Nombre de reportages : 274

Plus en détail

La IIe Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides Introduction : «radicalisation de la violence» une guerre d anéantissement

La IIe Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides Introduction : «radicalisation de la violence» une guerre d anéantissement H2.1 : Guerres mondiales et espoirs de paix. La II e Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides. Introduction : Si la 1 ère guerre mondiale fut la première guerre totale, la 2 ème GM, par

Plus en détail

Le Centre: Hue et Hoi An

Le Centre: Hue et Hoi An Le Centre: Hue et Hoi An Hué est sans conteste la capitale du Trung Bo, le Centre du Viêt Nam. Non loin de la Mer de Chine Méridionale, la ville est construite sur les rives de la Rivière des Parfums (Song

Plus en détail

Extrait de l'ouvrage Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. éditions A.Pedone EAN 978-2-233-00653-0 AVANT-PROPOS

Extrait de l'ouvrage Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. éditions A.Pedone EAN 978-2-233-00653-0 AVANT-PROPOS Extrait de l'ouvrage Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. éditions A.Pedone EAN 978-2-233-00653-0 AVANT-PROPOS «Charbonnier est maître chez soi. Nous traiterons comme nous l'entendons nos

Plus en détail

ZOOM SUR 10 DEMONSTRATIONS

ZOOM SUR 10 DEMONSTRATIONS ZOOM SUR 10 DEMONSTRATIONS Colombes, jeudi 3 février 2010 UN SYSTEME DE VIDEO SURVEILLANCE GRANDEUR NATURE Thales révolutionne l affichage des systèmes de vidéo surveillance en permettant aux opérateurs

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

DEPOT ESSENCES MARINE DE BREST. Réunion des riverains des 9 et 10 septembre 2013

DEPOT ESSENCES MARINE DE BREST. Réunion des riverains des 9 et 10 septembre 2013 DEPOT ESSENCES MARINE DE BREST Dépôt d hydrocarbures d de la Maison Blanche Réunion des riverains des 9 et 10 septembre 2013 1 SOMMAIRE Présentation sommaire du DEMa de Brest Historique du dépôt d de Maison

Plus en détail

Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement?

Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement? 1 Concerne : Abords d école limitation 30Km/h Gilet rétro réfléchissant Camions Nouvelles cartes de stationnement - Motards Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement? Arrêté Royal

Plus en détail

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Origine, composition des fonds d archives C est la loi Jourdan du 15 septembre 1798 qui substitue

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence La sécurité s'exprime par plusieurs aspects : maintien de la tranquillité et de l'ordre public, sauvegarde de la sécurité

Plus en détail

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Colloque International, Liège - 22, 23 et 24 octobre 2014 La professionnalisation

Plus en détail

Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada

Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada Aperçu de la leçon Le leadership est une qualité importante en temps de guerre. Qu est-ce qui fait un leader? Le chef Tecumseh a joué

Plus en détail

SITUATION GENERALE Description du phénomène

SITUATION GENERALE Description du phénomène BULLETIN N 007 REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Fitiavana Tanindrazana Fandrosoana ------------------- MINISTERE DE L INTERIEUR ------------------ BUREAU NATIONAL DE GESTION DES RISQUES ET DES CATASTROPHES -----------------

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie 1 Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie et de colonnes de ravitaillement, puis de quelques

Plus en détail

Mémorial de Caen 70 E ANNIVERSAIRE DE LA BATAILLE DE NORMANDIE POINT DE RENCONTRE. 5 / Réf. : 140B4560 ISBN : 978-2-86618-613-5

Mémorial de Caen 70 E ANNIVERSAIRE DE LA BATAILLE DE NORMANDIE POINT DE RENCONTRE. 5 / Réf. : 140B4560 ISBN : 978-2-86618-613-5 POINT DE RENCONTRE Mémorial de Caen 70 E ANNIVERSAIRE DE LA BATAILLE DE NORMANDIE 5 / Réf. : 140B4560 ISBN : 978-2-86618-613-5 Mémorial de Caen Sommaire CANOPÉ ACADÉMIE DE CAEN Directeur de la publication

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Définition de l activité «Jeux de Lutte» Page 2. II - Composantes de l activité Page 3

SOMMAIRE. I - Définition de l activité «Jeux de Lutte» Page 2. II - Composantes de l activité Page 3 SOMMAIRE I - Définition de l activité «Jeux de Lutte» Page 2 II - Composantes de l activité Page 3 III - incontournables de l activité Page 4 IV - Construire une unité d apprentissage au cycle 1 Page 5

Plus en détail

Restauration du bureau de Georges Clemenceau à l Hôtel de Brienne

Restauration du bureau de Georges Clemenceau à l Hôtel de Brienne Restauration du bureau de Georges Clemenceau à l Hôtel de Brienne 17 novembre 2014 Sommaire 100 ans après le déclenchement de la Grande Guerre, le bureau de Georges Clemenceau restauré Le bureau de Georges

Plus en détail

! "# $ " % &# "' ()( ' *& +

! # $  % &# ' ()( ' *& + ! "# $ " % &# "' ()( ' *& +,- %,.,/*01(,2*3,2*3 4 5$')$,$'678$7 5$'$!'&""9$ Les personnages des peuples libres = Compagnons L Ombre = Serviteurs Chaqu un possède sa propre figurine et ses capacités sont

Plus en détail

Fiche d exploitation andragogique La maison de Marjo

Fiche d exploitation andragogique La maison de Marjo Fiche d exploitation andragogique La maison de Marjo Résumé du livre Marjo a toujours rêvé d avoir une grande maison avec des animaux. Après avoir épousé Daniel, elle réalise son rêve et devient fermière.

Plus en détail

L AGENCE INTERNATIONALE DES PRISONNIERS DE GUERRE. Le CICR dans la Première Guerre mondiale

L AGENCE INTERNATIONALE DES PRISONNIERS DE GUERRE. Le CICR dans la Première Guerre mondiale L AGENCE INTERNATIONALE DES PRISONNIERS DE GUERRE Le CICR dans la Première Guerre mondiale Août 1914. Le monde entre en guerre et, durant 52 mois, brutalité, violence et souffrances déchirent l humanité.

Plus en détail

REVUE. Annexe : liste des règles coutumières du droit international humanitaire. Le principe de la distinction

REVUE. Annexe : liste des règles coutumières du droit international humanitaire. Le principe de la distinction Volume 87 Sélection française 2005 REVUE INTERNATIONALE de la Croix-Rouge Annexe : liste des règles coutumières du droit international humanitaire La liste ci-après est fondée sur les conclusions exposées

Plus en détail