La bataille de Diên Biên Phu

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La bataille de Diên Biên Phu"

Transcription

1 La bataille de Diên Biên Phu Un combat pour l impossible 1 13 mars mai 1954 Après la Seconde Guerre mondiale, le conflit indochinois commence. Tandis que le CEFEO (corps expéditionnaire français en Extrême-Orient) 2 tente de maintenir une présence française en Indochine, soutenu par l'aide américaine, et encourage les troupes vietnamiennes engagées dans l'union française à lutter contre le Viêt-minh 3, le PCI (parti communiste indochinois), dirigé par Hô Chi Minh, s'emploie à lutter pour l'indépendance du Viêtnam tant dans le domaine politique que dans le domaine militaire. Les troupes du Viêtminh remportent des succès lors des batailles de Ninh Binh (mai-juin 1952), de Laï Chau, de Thakkek, Pac Sé, Tuy Hoa, Phong Saly et Luang Prabang. Plusieurs commandants en chef du CEFEO se succèdent en Indochine. En mai 1953, le général de corps d armée Henri Navarre devient le septième commandant en chef. Son arrivée coïncide avec le départ de nombreuses personnalités : trois commandants de zone sur cinq du delta tonkinois ainsi que Jean Letourneau, ministre des états associés et haut commissaire. Après un tour d horizon et dans un environnement indochinois qui lui est inconnu, le général Navarre élabore un plan de bataille qui doit permettre une «sortie honorable» 4 du conflit. Selon les hommes politiques présents sur place en Indochine, la chute du Laos signifierait l effondrement de tout le système occidental de défense de l Asie du Sud-Est. Le «plan Navarre» préconise une attitude défensive des forces du corps expéditionnaire français dans les zones où le Viêt-minh est le plus fort, au nord du 18 e parallèle. Au sud du 18 e parallèle, la stratégie est différente : le général Navarre recommande la poursuite de la pacification, l objectif étant de confier rapidement le contrôle de la zone à l armée baodaïste et par conséquent d y récupérer des forces. Ce transfert est prévu pour les années Dans le «plan Navarre», Diên Biên Phu ne tient qu un rôle secondaire ; l opération d envergure prévue est l opération Atlante qui est déclenchée le 20 janvier «Destinée à pacifier les provinces échelonnées sur 400 kilomètres entre Nhatrang et Faifoo (à 20 kilomètres de Tourane), [l opération Atlante consiste en] la fouille systématique de la région, la recherche d un ennemi parfaitement dissimulé, la détection et la destruction des pièges minés disposés par l ennemi, l installation d un appareil militaire, policier et administratif important, la réfection rapide des coupures des routes et la reconstruction des ouvrages d art de la région.» 5 Commandée par le général de Beaufort, cette opération de débarquement sera maintenue comme prévue même au plus fort de la bataille de Diên Biên Phu. 1 René Bail, Diên Biên Phu, un combat pour l impossible, ECPAD, Commandé en 1945 et 1946 par le général de corps d armée Philippe Leclerc de Hauteclocque. 3 Abréviation de Viêt Nam Doc Lap Dong Minh, qui signifie «Ligue pour l indépendance du Viêtnam». 4 Expression utilisée par Joseph Laniel, président du Conseil. 5 ECPAD, reportage CVN 54-13, légende du photographe Fernand Jentile. 1

2 Photo n 1/ Référence : CVN 54-7 R9 Dans le cadre de l opération Atlante, les véhicules du génie progressent après le colmatage d'une coupure sur une route. 3 février 1954, photographe Jean Péraud. Photo n 2/ Référence : CVN R20 Un barrage du Viêt-minh bloque la route : deux militaires de la compagnie du 3/73 BG (3 e compagnie du 73 e bataillon du génie) vérifient qu'il n'y ait pas de mines ou de pièges dans l'amoncellement de pierres ; au premier plan, un militaire transmet des informations par radio. 12 mars 1954, photographe Fernand Jentile. Du côté Viêt-minh, le général Vo Nguyen Giap est chef des armées depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il souhaite un succès décisif de ses forces avant qu une négociation ne s engage. En février 1954, la conférence de Genève est annoncée au cours de la conférence de Berlin. Elle doit permettre d examiner le rétablissement de la paix en Indochine. Le cadre d un règlement diplomatique du conflit est fixé. Dans le domaine militaire, la situation est, elle aussi, enclenchée. Le succès retentissant qu il convient de remporter, d un côté comme de l autre, ce sera Diên Biên Phu. I / Les préparatifs : La Haute-Région tonkinoise est une région au relief escarpé. Les forces françaises y éprouvent du mal à combattre loin de leurs bases. Des opérations réussies comme celle de Nasan, bourgade de l Ouest tonkinois, semblent démontrer que la solution d un camp retranché est la meilleure stratégie. La bataille de Nasan (octobre-décembre 1952): À Nasan, à la fin de l année 1952, dans une zone reculée et difficile d accès, en pays thaï, le Viêt-minh attaque le corps expéditionnaire français regroupé dans une base opérationnelle entièrement dépendante du transport aérien. 2

3 Photo n 3/ Référence : D Le général Gilles, commandant du camp de Nasan puis de l opération Castor. Novembre-décembre 1953, photographe Henri Mauchamp, cliché original en couleurs. Le Viêt-minh procède par vagues d assaut, en plein jour, sur un terrain dégagé. C est un désastre : les mines, le réseau de barbelés, les tirs, stoppent les assaillants. Le général Giap décide de lever le siège. Le Viêt-minh tire les leçons de Nasan : d une part, à Diên Biên Phu, les troupes bénéficieront de pièces d artillerie (sol-sol et sol-air) (de fabrication chinoise) ; d autre part, entre ces deux batailles, le général Giap privilégiera les techniques de guérilla. Du côté français, le succès de Nasan conforte l état-major et l incite à reproduire la même stratégie. Photo n 4/ Référence : TONK R15 Une partie du camp de Nasan. 6 décembre 1952, photographe Jean Péraud. 3

4 Photo n 5/ Référence : TONK R6 Passage d'avions chasseurs Bearcat F8F au-dessus de la piste de Nasan. 12 décembre 1952, photographe Paul Corcuff. La cuvette de Diên Biên Phu est un carrefour de pistes, à l ouest du Tonkin, à proximité des frontières chinoise et laotienne, en pays thaï. La rivière Nam Youn traverse la plaine couverte de rizières et de champs. Diên Biên Phu se trouve à 300 kilomètres de Gia Lam, le terrain d aviation de Hanoi (ce qui représente une heure et demie d avion). Photo n 6/ Référence : TONK R8 (recadrée) Le poste de Diên Biên Phu. 4 février 1951, photographe inconnu. À Diên Biên Phu, la piste d aviation aménagée par les Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale sera utilisée par le corps expéditionnaire français. Elle constituera la colonne vertébrale du camp. Les bases du Viêt-minh les plus proches de Diên Biên Phu se trouvent à 500 kilomètres ; l artillerie sera donc peu active. D après l état-major en Indochine, le Viêt-minh ne peut entretenir que deux divisions sur place ; les combats seront donc limités et la bataille de courte durée. 4

5 L opération Castor (20-22 novembre 1953) : Photo n 7/ Référence : TONK R14 Regroupement de parachutistes du 6 e BPC (bataillon de parachutistes coloniaux) largués sur la dropping zone lors de l opération Castor novembre 1953, photographe Daniel Camus. Photo n 8/ Référence : TONK R30 Mise en batterie d un canon de 75 mm SR (sans recul) par un parachutiste du 35 e RALP (régiment d artillerie légère parachutiste) lors de l opération Castor novembre 1953, photographe Daniel Camus. Le 20 novembre 1953 commence l opération Castor, décidée par le général Navarre ; l opération consiste en un important largage de parachutistes pour occuper la cuvette de Diên Biên Phu. Le 6 e BCP (bataillon de parachutistes coloniaux) du commandant Bigeard et le 2 e bataillon du 1 er RCP (régiment de chasseurs parachutistes) du commandant Bréchignac sont parachutés et s emparent de Diên Biên Phu. 5

6 Á la suite de cette opération, des renforts viennent compléter les troupes parachutées et le camp est aménagé. Photo n 9/ Référence : D La base de Diên Biên Phu après l opération Castor ; défenses de la face nord et de la face nord-ouest. Novembre-décembre 1953 ; photographe Henri Mauchamp, cliché original en couleurs. Aménagement du camp de Diên Biên Phu : Photo n 10/ Référence : NVN R12 Le camp de Diên Biên Phu. 1954, photographe inconnu. 6

7 Photo n 11/ Référence : NVN R13 La cuvette de Diên Biên Phu. 1954, photographe inconnu. Á la suite de l opération Castor et contrairement aux prévisions de l état-major des forces françaises, le général Giap parvient à regrouper quatre divisions autour de Diên Biên Phu, dont la division lourde 351 qui possède 24 canons de 105 mm. Fin décembre, le camp est entièrement encerclé par les troupes du Viêt-minh. La bataille décisive aura lieu. Photo n 12/ Référence : NVN R18 Au camp de Diên Biên Phu, des troupes à leur poste d observation avril 1954, photographe Paul Corcuff. 7

8 Côté français, le nombre de pièces d artillerie du Viêt-minh a été sous-estimé. Ainsi, aucun ordre de s enterrer n a été donné. Les abris construits sont relativement sommaires : des sacs de sable, des tôles. Un réseau de tranchées relie les abris les uns aux autres. Aucun ouvrage en béton n est construit, aucun réseau souterrain ni aucune protection pour les canons ne sont prévus. Le ravitaillement en vivres et en matériel se fait par voie aérienne. Le matériel lourd est démonté puis parachuté en pièces détachées sur Diên Biên Phu. Photo n 13/ Référence : NVN R146 Plan moyen de l'entrée d'un abri fortifié souterrain mars 1954 ; photographes Daniel Camus et Jean Péraud. Photo n 14/ Référence : NVN 54-9 R28 Montage des chars M24 Chaffee du 1 er RCC (régiment de chasseurs à cheval) par la 2 e CREBLE (compagnie de réparations d'engins blindés de la Légion étrangère) après le parachutage en pièces détachées. Janvier 1954, photographe Daniel Camus. Du côté Viêt-minh, le ravitaillement se fait par convois routiers. Des camions livrés par les Soviétiques permettent d acheminer des stocks de munitions. Des milliers de coolies 6, telle une armée de fourmis, s activent pour effectuer le ravitaillement. L armement, les uniformes et les munitions du Viêt-minh sont de fabrication chinoise. La logistique est un élément primordial car chaque camp se trouve loin de ses bases. Les options sont différentes : dispositif aérien contre coolies. Début mars, hommes sont concentrés dans le camp ; camouflés dans les montagnes dominant la cuvette, les éléments du Viêt-minh sont Terme hindi signifiant «travailleur». 8

9 Le camp retranché de Diên Biên Phu : Source: avril 2009 Le camp est installé de part et d autre de la rivière Nam Youn. Il est constitué d un réseau de points d appui (PA) ou centres de résistance aux prénoms féminins. Le commandement du GONO (groupement opérationnel du Nord-Ouest) est assuré par le colonel Christian de Castries 7. Le PC (poste de commandement) du GONO est implanté au centre du camp retranché. La base est divisée en sous-secteurs : - Le sous-secteur nord composé des PA Anne-Marie et Gabrielle couvre le nord et le nord-est du terrain d aviation, point sensible du camp. Une piste pavée relie le terrain d aviation au PA Anne-Marie et Gabrielle. Chacun de ces PA est tenu par un bataillon. - Le sous-secteur centre comprend les points d appui Claudine, Huguette, Dominique, Eliane et Béatrice. Il regroupe huit bataillons et il est commandé par le lieutenant-colonel Gaucher. - Le PA Isabelle constitue le sous-secteur sud. Il est tenu par deux bataillons et il est commandé par le lieutenant-colonel André Lalande. Le GAP 2 (groupement aéroporté 2), composé du 1 er BEP (bataillon étranger de parachutistes), du 8 e BPC (bataillon parachutiste de choc) et du 5 e BPVN (bataillon de parachutistes vietnamiens), est commandé par le lieutenant-colonel Pierre Langlais. Quant à l artillerie, elle est commandée par le colonel Charles Piroth. Des antennes chirurgicales se trouvent à différents endroits du camp. Côté Viêt-minh, la division 308 est positionnée dans les collines proches du PA Gabrielle ; la division 312 est postée à l Est du PA Béatrice. Le «Mont Chauve» et le «Mont Fictif» (en rouge sur la carte ci-dessus) sont deux bases du Viêt-minh. II / La bataille de Diên Biên Phu : Le 13 mars 1954, le général Giap prend l initiative de l attaque. Son objectif est le point d appui Béatrice tenu par le 3/13 e DBLE (3 e bataillon de la 13 e demi-brigade de la Légion étrangère). La bataille prend très vite un tour dramatique. La surprise vient de l artillerie du Viêt-minh qui tire de manière isolée, depuis les collines surplombant la cuvette de Diên Biên Phu, en concentrant le feu sur le camp ; la contre-batterie du corps expéditionnaire français est impuissante. Les abris plutôt sommaires ne sont pas conçus pour résister à des projectiles de gros calibre. 7 Il sera nommé général au cours de la bataille. 9

10 Les points d appui Béatrice et Gabrielle sont très vite submergés ; dès le 17 mars, le terrain d aviation est inutilisable ; c est le cordon ombilical entre la base et Hanoi qui est coupé. Dès lors, la situation devient difficile pour les défenseurs. La bataille devient une guerre d usure entre des éléments du Viêt-minh nombreux et ravitaillés par pistes et une garnison recroquevillée, entièrement dépendante du ravitaillement aérien. La tactique du Viêt-minh consiste à utiliser, dans un premier temps, l artillerie pour pilonner le camp, puis à procéder par assauts successifs de l infanterie, l objectif étant d étouffer le camp en resserrant l étau au fur et à mesure et en prenant les centres de résistance les uns après les autres. La prise des points d appui permet ensuite de neutraliser les pistes et de maîtriser le ciel. En plus des tunnels et des tranchées à travers les collines, des terrasses sont aménagées par le Viêt-minh ; les canons y sont installés puis à la fin du tir, ils sont mis à l abri à l intérieur des collines. La contre-batterie française n a que rarement réussi à neutraliser ces canons. En outre, les pièces d artillerie du Viêt-minh dominent la cuvette ; les cibles sont donc facilement repérables et les pièces d artillerie peuvent aisément être orientées. Photo n 15/ Référence : NVN R42 Attaque d une position du Viêt-minh au sud de Diên Biên Phu. 27 mars 1954, photographes Daniel Camus et Jean Péraud. Le 15 mars, le colonel de Castries réagit en lançant une contre-attaque dont l objectif est de reprendre Gabrielle ; mais les forces engagées et la préparation sont insuffisantes. C est un échec. 10

11 Photo n 16 / Référence : NVN R55 Après l attaque d une position du Viêt-minh au sud de Diên Biên Phu, réunion au PC (poste de commandement) entre (de gauche à droite) le commandant Guiraud du 1 er BEP (bataillon étranger de parachutistes), le capitaine Botella, du 5 e BPVN (bataillon de parachutistes vietnamiens), le chef de bataillon Bigeard du 6 e BPC (bataillon de parachutistes coloniaux), le lieutenant-colonel Langlais, responsable du secteur centre, commandant le GAP (groupement aéroporté) de Diên Biên Phu, le capitaine Tourret du 8 e BPC (Bataillon de parachutistes de choc) et le commandant Seguins-Pazzis, chef d état-major du colonel de Castries. 27 mars 1954, photographes Daniel Camus et Jean Péraud. Le moral des troupes est atteint. Le 14 et le 16 mars, le 7 e BPC (bataillon de parachutistes coloniaux), commandé par le chef de bataillon Marcel Bigeard et le 5 e BPVN (bataillon de parachutistes vietnamiens) sont largués sur le camp. Photo n 17/ référence : NVN R51 Le lieutenant-colonel Langlais. 27 mars 1954, photographes Daniel Camus et Jean Péraud. Du côté Viêt-minh, les attaques des 14 et 15 mars ont causé de nombreuses pertes humaines et les stocks de munitions ont beaucoup diminué. Il est nécessaire de reconstituer les forces et les stocks. Le 17 mars, le pont aérien est interrompu ; mais le général Giap suspend les attaques pour permettre le réapprovisionnement et la préparation de la seconde phase de l opération. Le lieutenant-colonel Langlais, à qui le colonel de Castries a confié le commandement de la position centrale, lance des contre-attaques qui aboutissent à la destruction de pièces de DCA 8 du Viêt-minh ; le moral des troupes remonte. 8 Défense contre les aéronefs. 11

12 Après une dizaine de jours, les stocks sont reconstitués des deux côtés et les unités sont renforcées. Du côté français, les opérations aériennes ont été coûteuses et aléatoires. Le 30 mars, le général Giap lance une offensive contre les cinq points d appui qui défendent le côté est de la position centrale : Dominique 1 et 2, Eliane 1, 2 et 4. Il fait intervenir les divisons 312 et 316 pour donner l assaut à ces collines défendues par hommes. «Le soir du 30 mars, nos avions de reconnaissance nous avaient informés de la préparation d une attaque ennemie. Nous avons eu droit à un tir d artillerie très violent, et puis le Viêt-minh est monté par vagues d assaut. Avec l aide de notre artillerie, nous avons pu les repousser en choc frontal. Grâce au largage de pots éclairants par l avion qui survolait le champ de bataille, nous y voyions presque comme en plein jour. Avec mes soldats marocains, nous nous sommes repliés au sommet du point d appui Eliane 2. Je n avais plus dans ma section que 16 tirailleurs marocains sur les 25 que nous étions à l arrivée à Diên Biên Phu.» 9 témoigne Serge Fantinel, ancien sergent-chef en Indochine. Le 31 mars au matin, le Viêt-minh a pris Dominique 1 et 2 ainsi qu Eliane 1. Sous l impulsion du commandant Bigeard, les troupes françaises reprennent Dominique 2 et Eliane 1 ; mais les renforts n arrivent pas et le commandant Bigeard doit se résoudre à donner l ordre de repli. Il concentre alors ses troupes sur Eliane 2 et 4 qui constituent le dernier rempart au camp retranché. «L étouffement lent mais continu de notre position se poursuit, accéléré par les violentes attaques du 30 mars au 3 avril, provisoirement contenu par l envoi de nos renforts, repris avec la perte successive de plusieurs points d appui et surtout avec l action d une DCA de plus en plus violente qui, jointe aux mauvaises conditions météo, a ralenti notre ravitaillement.» 10 écrit le commandement en chef des forces terrestres navales et aériennes en Indochine. Côté Viêt-minh, la transcription d une émission radio («La voix du Viêtnam») relate l émotion ressentie par une unité de DCA qui vient de descendre le 50 e avion français. L unité de DCA envoie le télégramme suivant : «Les combattants, troupes et travailleurs ouvriers du front de Diên Biên Phu sont tous heureux d avoir descendu le 50 e avion ennemi, dans un mois de temps (du 11 mars au 11 avril 1954) 11». Fin avril, la pluie transforme le terrain en bourbier. Non seulement les troupes à pied ont de plus en plus de difficultés à combattre, mais les aléas météorologiques renforcent encore l aléatoire de l activité aérienne audessus de Diên Biên Phu. 9 Témoignage du commandant Serge Fantinel, Les Chemins de la Mémoire, n 192, mars 2009, p Service historique de la Défense, département marine, carton UU TB 59 : évolution de la situation militaire en Indochine, période du 26 mars au 25 avril 1954, état-major interarmées et des forces terrestres, commandement en chef des forces terrestres navales et aériennes en Indochine. 11 Service historique de la Défense, département marine, carton UU19. 12

13 Photo n 18/ Référence : NVN R86 Largage de 12 bombes de 500 livres par un bombardier Privateer PB4Y-2 pour effectuer une coupure de route près de Son La en pays thaï avril 1954, photographe Paul Corcuff. Le 1 er mai, le général Giap lance l offensive finale. Les troupes du Viêt-minh procèdent par assauts successifs ; à l intérieur du camp, la défense est de plus en plus difficile ; en outre, de nombreux blessés s y trouvent ; le Viêt-minh a refusé les évacuations sanitaires ; les blessés doivent donc rester à l intérieur du camp et être traités du mieux possible sur place. Dès le mois d avril, le 2 e bureau de l état-major interarmées et des forces terrestres attirait l attention du commandement sur le fait que l impossibilité d évacuer les blessés posera à terme de graves problèmes ; au 10 avril, on compte 610 blessés soignés à l intérieur du camp de Diên Biên Phu. 12 Le 7 mai, le dernier point d appui, Isabelle, tombe. C est la division 308, commandée par le général Vuong Thua Vu, qui donne le coup de grâce. Cette division était déjà présente à Cao Bang et à Lang Son en 1950 et sera la première division à entrer dans Hanoi en Après 57 jours de combat, l armée du Viêt-minh vient à bout du camp retranché le 7 mai 1954 à 17h30. III / Bilan et conséquences : Bilan humain : Au total, hommes du corps expéditionnaire français ont participé à la défense du camp de Diên Biên Phu ; plus de d entre eux ont été tués ou sont portés disparus. Plus de ont été blessés dont ont été opérés dans les antennes chirurgicales du camp. Plus de combattants sont faits prisonniers ; beaucoup mourront en détention (ils devront marcher à travers la jungle et les montagnes) ; quelques-uns seulement parviennent à s échapper. On estime que le Viêt-minh déplore trois fois plus de morts. En tout, 33 bataillons du Viêt-minh ont été engagés soit hommes. 12 Service historique de la Défense, département marine, carton UU TB 59 : situation militaire en Indochine, bulletin n 359, période du 26 mars au 10 avril 1954, 2 e bureau, état-major interarmées et des forces terrestres, commandement en chef des forces terrestres navales et aériennes en Indochine, 19 avril

14 Les camps : Après une longue marche forcée vers le Nord à travers la jungle, les prisonniers français sont internés dans des camps. Ils ont à subir aussi la propagande communiste, des cours politiques obligatoires. Brimades et privations sont monnaie courante. Les prisonniers doivent faire leur autocritique et avouer des crimes qu ils n ont pas commis. Les blessés ne sont pas soignés, les médecins militaires sont regroupés et ont l interdiction d intervenir auprès des prisonniers blessés. Les éléments du Viêt-minh faits prisonniers par le corps expéditionnaire français sont regroupés dans des camps de PIM (prisonniers internés militaires). Photo n 19/ Référence : TONK R12 Le camp de PIM (prisonniers internés militaires) de Diên Biên Phu décembre 1953, photographe Jean Péraud. Échange de prisonniers : Après les accords de Genève, signés en juillet 1954, qui mettent fin au conflit indochinois et qui instaurent une partition du pays le long du 17 e parallèle, la France quitte le Tonkin. Les deux parties acceptent un échange général de prisonniers ; prisonniers rescapés ont été rendus à la France. Le destin des prisonniers d origine indochinoise qui ont combattu du côté français reste inconnu. 14

15 Photo n 20/ Référence : CVN R43 Retrouvailles entre un commandant du Viêt-minh et l un de ses anciens officiers. 14 juillet 1954, photographe René Adrian. Photo n 21/ Référence : NVN R1 Prisonniers du Viêt-minh blessés arrivant à l un des points d appui mars 1953, photographes Daniel Camus et Jean Péraud. 15

16 IV / Le SCA (Service cinématographique des armées) à Diên Biên Phu : «C est la guerre, je ne la fais pas, je la filme» 13. Photo n 22/ Référence : TONK R5 Traversée d'un arroyo par le 2 e BEP (bataillon étranger de parachutistes) ; au premier plan, le reporter cinéaste André Lebon. 24 septembre 1953, photographe Pierre Ferrari. Le SCA (service cinématographique des armées) dépend du cabinet du ministre de la Défense et se trouve en métropole. Sur le terrain, la section «ciné-photo» regroupe les opérateurs ; elle est placée sous le contrôle du SPI 14 (service presse information), qui, en collaboration avec le cabinet du commandant en chef, a en charge le contrôle de l ensemble de l information militaire. La section «ciné-photo» a pour mission d assurer la couverture cinématographique du conflit et de filmer les séquences nécessaires à la réalisation de courts métrages. 15 Les opérateurs du SCA ont couvert l opération Castor. Ils ont par la suite suivi les visites des officiels au camp de Diên Biên Phu, lors de l aménagement de la base. Aucune équipe n est présente de façon continue, l étatmajor français estimant qu une couverture permanente ne se justifie pas. Des photographes et des cameramen du SCA étaient présents à Diên Biên Phu. Ils ont été parachutés sur le camp et ont couvert la bataille ; ils ont tenté de rendre compte au mieux des conditions à l intérieur du camp et des événements qui se sont succédé. Ces opérateurs connaîtront des sorts divers. Le photographe Raymond Martinoff et le cinéaste André Lebon arrivent à Diên Biên Phu en mars 1954, quand les avions peuvent encore y atterrir. L atterrissage est périlleux, Raymond Martinoff est tué, André Lebon perd une jambe ; il sera évacué par un des derniers hélicoptères partis de Diên Biên Phu. Le photographe Daniel Camus est également présent à Diên Biên Phu. Il est rejoint par Pierre Schoendoerffer et Jean Péraud. Pierre Schoendoerffer devait être rapatrié en France, mais il insiste pour sauter sur Diên Biên Phu. Ces trois soldats de l image ont été les seuls présents dans la cuvette de Diên Biên Phu au cours de la bataille. Lors d une visite de Pierre Schoendoerffer en février 2008 à l ECPAD (établissement de communication et de production audiovisuelle de la défense), il raconte qu il n a pas filmé son saut sur Diên Biên Phu car il avait peur de casser sa caméra à l atterrissage ; il la protégea donc du mieux possible dans son paquetage, se concentra sur son saut et put filmer par la suite les troupes dans la cuvette. 13 André Lebon, L Asiate, Albin Michel, Créé en juillet 1948, ce service change plusieurs fois d appellation avant de devenir en juin 1950 le SPI (service presse information). 15 Pascal Pinoteau, Diên Biên Phu dans le cinéma d actualité. 16

17 Pierre Schoendoerffer évoque aussi son matériel : il utilise une caméra américaine Bell Howell, portée sur le front. Le plan le plus long possible dure 20 secondes 16. Jusqu au 20 mars 1954, les opérateurs du SCA purent envoyer leurs bobines et leurs négatifs par avion sanitaire. À partir de cette date, aucune photo ni aucun film ne quittèrent Diên Biên Phu. Il n existe donc pas de films ou de photos des derniers jours de la bataille. Le 7 mai, les trois opérateurs Daniel Camus, Pierre Schoendoerffer et Jean Péraud sont faits prisonniers ensemble. Lors de la longue marche des prisonniers dans la jungle dense, ils décident de tenter de s évader. Jean Péraud quitte le premier la colonne de prisonniers, il s enfonce dans la jungle, on ne le reverra plus. Pierre Schoendoerffer essaye de le suivre mais est rattrapé. Daniel Camus et Pierre Schoendoerffer se retrouvent dans le camp 41, en compagnie notamment du général de Castries. Daniel Camus essaye de s échapper mais sa tentative échoue. Les deux opérateurs sont ensuite transférés dans d autres camps de prisonniers, le dernier étant le camp de Tuyen Quang. Informés à leur arrivée qu un échange de prisonniers doit avoir lieu, ils sont libérés deux jours plus tard et sont accueillis à Hanoi par le général de corps d armée René Cogny, commandant les FTNV (forces terrestres du Nord Viêtnam). Photo n 23/ Référence : NVN R34 Arrivée du LCM (Landing Craft Materiel) à Hanoi et débarquement des prisonniers libérés, en présence d Eliane Jughon, opératrice de cinéma en Indochine, participant au rapatriement des prisonniers. 28 août 1954, photographes Georges Liron et Jean Lussan. Le reporter Robert Capa, qui couvre le conflit pour la presse américaine, arrive au Tonkin en mai Il photographie les premiers rescapés de Diên Biên Phu. Peu de jours après son arrivée, le 25 mai, il meurt au cours d une opération. 16 Propos tenus par Pierre Schoendoerffer lors de la projection d une sélection de rushes à la Cinémathèque française, novembre

18 Pendant la guerre d Indochine, Brigitte Friang est rédactrice pour la revue Indochine Sud-Est asiatique. Elle n appartient pas au SCA, mais suit certaines opérations militaires. On la voit ici après un saut en parachute lors de l opération Castor. Photo n 24/ Référence : TONK R7 Brigitte Friang, reporter de guerre, replie son parachute. 21 novembre 1953, photographe Daniel Camus. Trente-sept ans après, le tournage du film Diên Biên Phu : L opérateur vidéo du SCA (service cinématographique des armées) devenu réalisateur, Pierre Schoendoerffer est revenu en Indochine en 1991 pour tourner le film Diên Biên Phu. Près de Hanoi, dans un camp militaire, le site de la bataille a été reconstitué. Les avions Dakota qui effectuent les largages et les parachutages sur le camp ont été achetés aux États-Unis. Photo n 25/ Référence : DIA Pendant le tournage du film Diên Biên Phu, un avion Dakota survole le pont Doumer. 16 février-12 juin 1991, photographe Michel Metereau. L armée de la république démocratique du Viêtnam et l armée française ont participé à ce film. Un détachement de 84 soldats français, issus des régiments qui se sont illustrés à Diên Biên Phu, est mis à la disposition du réalisateur ; ils effectuent les scènes de sauts sur le camp retranché. Lors du tournage, les soldats français côtoient les descendants des bodoïs 17 du général Giap. Une équipe de l ECPAD était présente sur place. 17 Soldats 18

19 Photo n 26/ Référence : DIA Pierre Schoendoerffer, le réalisateur, pendant le tournage. 16 février-12 juin 1991, photographe Michel Metereau. Ce film, sorti en salle le 4 mars 1992, est une évocation historique en hommage aux militaires qui en ont été les principaux acteurs. Dédié à tous ceux qui ont combattu à Diên Biên Phu, il se veut un film pour la mémoire. Conclusion La dernière grande bataille de la guerre d Indochine scelle le sort des troupes françaises dans la cuvette en même temps que le sort de l Indochine française. Ce fut la bataille la plus longue, la plus meurtrière de l après- Seconde Guerre mondiale. Le 11 août 1954, les hostilités cessent effectivement dans la totalité des territoires d Indochine. La guerre d Indochine constitue un modèle pour les troupes indépendantistes du monde entier. C est la première étape d un long processus qui aboutira à l indépendance de toutes les colonies françaises. La section études du 3 e bureau de l état-major des FTNV (forces terrestres du Nord Viêtnam) a réalisé un historique des opérations dans le delta, de la chute de Diên Biên Phu au cessez-le-feu. Cette section a étudié les conséquences de la chute de Diên Biên Phu dans les domaines politique et psychologique des deux camps : «- chez l adversaire : l armée populaire par sa victoire : - renforce opportunément à Genève la position de la délégation du Viêt-minh [ ] - offre [ ] aux organismes de propagande l atout décisif qui était le thème de la libération promise. En retour, le parti : - étale, aux yeux du peuple, le prestige éclatant de son armée - obtient une nouvelle valorisation du potentiel militaire par accroissement des livraisons d équipements et de matériels lourds - galvanise le moral [ ] - dans notre camp : - les cadres et la troupe du corps expéditionnaire, solidaires de leurs camarades du camp retranché, ont durement ressenti la fin d un combat qu ils savaient sans espoir. Chacun était partagé entre le désir de réparer dans le delta la bataille perdue en Haute-Région et le sentiment d une guerre achevée puisque la France traitait à Genève. - La fraction du peuple vietnamien encore liée à nous, objet d une propagande insidieuse et soigneusement entretenue de bouche à oreille, mesure toute la faiblesse de l organisation politique 19

20 gouvernementale, craint un abandon du Nord Viêtnam, amenant un partage du pays et connaît une émotion qui gagne les rangs de nos unités autochtones. - Conscient de l étendue du danger et de l importance de l enjeu et bien que gêné par une presse au rôle détestable, le commandement n hésite pas à exiger de tous un surplus d énergie pour appliquer les mesures imposées par la situation.» 18 En 2005, le gouvernement français a instauré une «journée nationale d hommage aux morts pour la France en Indochine», fixée au 8 juin. Delphine Bizet, CED Responsable du fonds Indochine de l ECPAD Sources René Bail, Diên Biên Phu, un combat pour l impossible, ECPAD, Jacques Dalloz, Dictionnaire de la guerre d Indochine, Armand Colin, Général Yves Gras, Histoire de la guerre d Indochine, Denoël, Albert de Saint-Julien, Caméra au poing, Documents du Monde, Archives du Service historique de la Défense, département marine. Sites web : ANAPI (Association nationale des anciens prisonniers d Indochine) Pour en savoir plus Voir le dossier réalisé par le SHD (Service historique de la Défense) «L armée de l air pendant la guerre d Indochine» : rubrique «Histoire» puis «Les dossiers du SHD». 18 Service historique de la Défense, département marine, carton UU TB

LA BATAILLE DE DIEN BIEN PHU

LA BATAILLE DE DIEN BIEN PHU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE Collection «Mémoire et Citoyenneté» n 39 LA BATAILLE DE DIEN BIEN PHU 13 mars-7 mai 1954 DIRECTION DE LA MÉMOIRE, DU PATRIMOINE ET DES ARCHIVES ECPAD France Vue aérienne du camp

Plus en détail

St Sylvestre 48, sur la Rivière Noire

St Sylvestre 48, sur la Rivière Noire St Sylvestre 48, sur la Rivière Noire Mon nom est Yves Boulanger, je suis Cambrésien donc CH TI, né le 25.01.1930 à Rumilly.Caporal-Chef au 24 ème Régiment de Marche de Tirailleurs Sénégalais (RMTS). Poste

Plus en détail

La guerre (ou les guerres) du Vietnam

La guerre (ou les guerres) du Vietnam La guerre (ou les guerres) du Vietnam Un double conflit périphérique au cœur de la guerre froide - 1945-1954/ -1964-1973 Un conflit traumatisant,des pertes civiles et militaires (photo) En 1945, L Indochine

Plus en détail

Le Var et la Grande Guerre. dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919).

Le Var et la Grande Guerre. dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919). Le Var et la Grande Guerre. dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919). Les archives de la SPCA sur le Var Nombre de reportages : 27 (environ 1350 photos) Nombre

Plus en détail

INDOCHINE, REGARDS CROISéS p.2. rachel richez. louis de Coppet. louis raymond. notre facebook mémoires de Civils

INDOCHINE, REGARDS CROISéS p.2. rachel richez. louis de Coppet. louis raymond. notre facebook mémoires de Civils INDOCHINE, REGARDS CROISéS p.2 Une exposition réalisée par l Histoire par la vidéo Commissaire d exposition rachel richez Comité éditorial louis de Coppet aladin farré hadrien mercier louis raymond Graphisme

Plus en détail

Deuxième Guerre mondiale

Deuxième Guerre mondiale Musée de la Défense aérienne de Bagotville Premier cycle du primaire Nom : Deuxième Guerre mondiale FICHES D HISTOIRE Cher élève, Je m appelle Charles. Je vis au Canada avec ma soeur Charlotte et nos parents.

Plus en détail

Pertes : Blessé : 1. Pertes : Blessés : 2

Pertes : Blessé : 1. Pertes : Blessés : 2 A 22 h, une vive fusillade allemande éclate en face de notre gauche et en face de la droite anglaise. Le tir de notre artillerie arrête immédiatement cette fusillade. La nuit est calme ; mêmes tirs systématiques

Plus en détail

Bataille de la Somme Ressources: Documents de source primaire

Bataille de la Somme Ressources: Documents de source primaire Tués au combat dans la Somme Liste des 118 soldats tués au combat avec le 38 e bataillon, unité levée à Ottawa, pendant l attaque contre la tranchée Desire et Grandcourt, dans la Somme, le 18 novembre

Plus en détail

1ère D.F.L. CONGRÈS DE STRASBOURG. 24 25 mai 2011 ----------------- Synthèse de l exposé de Colonel (H) ROBEDAT ancien du BM 4 ----------------

1ère D.F.L. CONGRÈS DE STRASBOURG. 24 25 mai 2011 ----------------- Synthèse de l exposé de Colonel (H) ROBEDAT ancien du BM 4 ---------------- 1ère D.F.L. CONGRÈS DE STRASBOURG 24 25 mai 2011 ----------------- La 1 ère DIVISION FRANCAISE LIBRE DANS LA DEFENSE DE l ALSACE Synthèse de l exposé de Colonel (H) ROBEDAT ancien du BM 4 Fin d année 1944

Plus en détail

Ces efforts ont déjà contribué significativement à l atteinte des objectifs de l OTAN depuis 2014.

Ces efforts ont déjà contribué significativement à l atteinte des objectifs de l OTAN depuis 2014. Dès le début de la crise ukrainienne et compte tenu de la menace potentielle perçue par ses alliés d Europe centrale et du Nord à leurs frontières, l OTAN a pris un ensemble de mesures politiques et militaires

Plus en détail

Jeux et Sports Collectifs Unité d Apprentissage Cycle 2 Equipe EPS 46/ C.D. hand 46/ USEP46 Oct 2012

Jeux et Sports Collectifs Unité d Apprentissage Cycle 2 Equipe EPS 46/ C.D. hand 46/ USEP46 Oct 2012 Jeux et Sports Collectifs Unité d Apprentissage Cycle 2 Equipe EPS 46/ C.D. hand 46/ USEP46 Oct 2012 Objectif général Coopérer avec ses partenaires pour affronter collectivement des adversaires, en respectant

Plus en détail

Souvenirs et devoir de mémoire

Souvenirs et devoir de mémoire Souvenirs et devoir de mémoire Je suis doublement incité à raconter mes souvenirs, d abord à la demande des parents de certains évadés, et ensuite à la demande d un officier supérieur, à qui j avais montré

Plus en détail

L armée de la Loire à Beaugency (décembre 1870)

L armée de la Loire à Beaugency (décembre 1870) L armée de la Loire à Beaugency (décembre 1870) C est suite à la défaite de Sedan, en septembre 1870, que Gambetta, refugié à Tours décida de créer l armée de la Loire pour continuer le combat. Celle-ci

Plus en détail

Tours de campagne 12 à 20. Tour 11 : la communauté est formée. Tour 11 : Gollum sort de la Moria Tour 14 : Gollum localise l armée qui porte l anneau

Tours de campagne 12 à 20. Tour 11 : la communauté est formée. Tour 11 : Gollum sort de la Moria Tour 14 : Gollum localise l armée qui porte l anneau Tour 11 : la communauté est formée. Tour 11 : Gollum sort de la Moria Tour 14 : Gollum localise l armée qui porte l anneau Tour 20 : Une armée du Rohan quitte le Gouffre de Helm pendant qu une autre armée

Plus en détail

La Presse des Tranchées.

La Presse des Tranchées. La Presse des Tranchées. Importance du phénomène Il dut y avoir au moins 500 journaux des tranchées et très certainement plus, car les journaux de «14» étaient de si mauvaise qualité et de si faible tirage

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

Les combats du 11 novembre 1918 à Vrigne-Meuse. La mort d Augustin Trébuchon!

Les combats du 11 novembre 1918 à Vrigne-Meuse. La mort d Augustin Trébuchon! Les combats du 11 novembre 1918 à Vrigne-Meuse. La mort d Augustin Trébuchon! «Vrigne-Meuse» fut la dernière bataille de la guerre de 14. Une tuerie, une boucherie comme les autres, mais la dernière enfin

Plus en détail

AM er Bataillon de parachutiste coloniaux ( BPC)

AM er Bataillon de parachutiste coloniaux ( BPC) AM75-013 - 1 er Bataillon de parachutiste coloniaux ( BPC) Le 1 er bataillon de choc est une unité d élite de l armée française formée en mai 1943 à Staoueli en Algérie. Entrainé au parachutisme et aux

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

Les Hauts-de-Seine et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919)

Les Hauts-de-Seine et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919) Les Hauts-de-Seine et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919) Les archives de la SPCA sur les Hauts-de-Seine Nombre de reportages : 75 Nombre

Plus en détail

Game Concept Flash Ma cité va t taper

Game Concept Flash Ma cité va t taper Game Concept Flash Ma cité va t taper Synopsis Le joueur a pour objectif de défendre la cité grâce à sa bande de Lascars. Scénario / Histoire Lassés de subir les incessantes bastons de regards et autres

Plus en détail

Le Val-de-Marne et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919)

Le Val-de-Marne et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919) Le Val-de-Marne et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919) Les archives de la SPCA sur le Val-de-Marne Nombre de reportages : 54 Nombre de films

Plus en détail

Rapport sur la politique et l'organisation adopté au congrès. Haïr, stigmatiser et écraser le centrisme!

Rapport sur la politique et l'organisation adopté au congrès. Haïr, stigmatiser et écraser le centrisme! Vive le marxisme-léninisme-maoïsme! Vive la Guerre Populaire! ---------------------------------------------------------------------- Charu Mazumdar Rapport sur la politique et l'organisation adopté au

Plus en détail

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14

Préparation de l épreuve orale du CAPES interne d histoire- géographie AEFE Madagascar - Arnaud Léonard 1/14 Enseigner «La Première Guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918)» en classe de troisième, dans le cadre de la partie «Guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945)» Préparation de l

Plus en détail

Les ethnies minoritaires du Vietnam

Les ethnies minoritaires du Vietnam Exposition des photographies de Sébastien Laval à la maison commune de Doi, à Thuong, district de Nam Dong. Sébastien Laval Les ethnies minoritaires du Vietnam Depuis 2005, Sébastien Laval a entrepris

Plus en détail

Lettre datée du 22 novembre 2006, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général

Lettre datée du 22 novembre 2006, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général Nations Unies S/2006/920 Conseil de sécurité Distr. générale 27 novembre 2006 Français Original : anglais Lettre datée du 22 novembre 2006, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire

Plus en détail

Le Vietnam depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Conférence. Par HO HAÏ QUANG (maître de conférences en économie) 09/11/2010 SAINT-PIERRE

Le Vietnam depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Conférence. Par HO HAÏ QUANG (maître de conférences en économie) 09/11/2010 SAINT-PIERRE Le Vietnam depuis la fin de la seconde guerre mondiale Conférence Par HO HAÏ QUANG (maître de conférences en économie) 09/11/2010 SAINT-PIERRE 1 / 13 Introduction : J ai eu la chance de faire une thèse

Plus en détail

LA DÉSERTION À L ENNEMI D UN MILITANT SOCIALISTE DES PYRÉNÉESORIENTALES EN 1914-1918.

LA DÉSERTION À L ENNEMI D UN MILITANT SOCIALISTE DES PYRÉNÉESORIENTALES EN 1914-1918. LA DÉSERTION À L ENNEMI D UN MILITANT SOCIALISTE DES PYRÉNÉESORIENTALES EN 1914-1918. LE MIDI ROUGE, BULLETIN DE L ASSOCIATION MAITRON LANGUEDOCROUSSILLON, PERPINYÀ, N 8, DÉCEMBRE 2006, pp. 22-24. Le Code

Plus en détail

VIÊT NAM. Hanoi LAOS. Vientiane VIÊT NAM CAMBODGE. Phnom Penh. Hô-Chi-Minh-Ville (Saïgon) CHINE. Mer de Chine méridionale THAÏLANDE.

VIÊT NAM. Hanoi LAOS. Vientiane VIÊT NAM CAMBODGE. Phnom Penh. Hô-Chi-Minh-Ville (Saïgon) CHINE. Mer de Chine méridionale THAÏLANDE. CHINE MYANMAR (Birmanie) VIÊT NAM Hanoi Golfe du Tonkin LAOS Vientiane Mer de Chine méridionale Hainan Îles Paracel THAÏLANDE Bangkok VIÊT NAM CAMBODGE Golfe de Thaïlande Phnom Penh Hô-Chi-Minh-Ville (Saïgon)

Plus en détail

Reconstitution de la bataille de Waterloo 18 juin 1815-24 juin 210

Reconstitution de la bataille de Waterloo 18 juin 1815-24 juin 210 Reconstitution de la bataille de Waterloo 18 juin 1815-24 juin 210 Après avoir voyagé à Waterloo la semaine auparavant, il s'agissait de mettre en pratique tactique ce que nous avions appris. Le champ

Plus en détail

OUTIL ÉCOLE MATERNELLE

OUTIL ÉCOLE MATERNELLE Jeux collectifs OUTIL ÉCOLE MATERNELLE Compétences à travailler en PS/MS Passer la balle en la faisant rouler puis en la lançant en l air... Lancer la balle de différentes façons en direction d une cible...

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Action éducative Dossier pédagogique

Action éducative Dossier pédagogique Action éducative Dossier pédagogique DU CINEMA, DES THEMES, DES DEVELOPPEMENTS : Sur l écran, l individu entre aller, vivre et faire la guerre Images de guerre : la Guerre d Algérie ALLER A LA GUERRE ANXIETE

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

ATELIERS 2015 PÉDAGOGIQUES Projets socioculturels et éducation à l image et au son

ATELIERS 2015 PÉDAGOGIQUES Projets socioculturels et éducation à l image et au son ATELIERS 2015 PÉDAGOGIQUES Projets socioculturels et éducation à l image et au son CIEL! LES NOCTAMBULES Depuis sa création en 1997, Ciel! Les Noctambules milite en faveur du court-métrage et de la création

Plus en détail

Bienvenue au Musée du Débarquement d Utah Beach!

Bienvenue au Musée du Débarquement d Utah Beach! E U Q I G O G A D LIVRET PE Bienvenue au Musée du Débarquement d Utah Beach! Crée à l endroit même où les troupes américaines ont débarqué en Normandie le 6 Juin 1944, le musée rend hommage à tous les

Plus en détail

Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005)

Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005) Le service des essences des armées (Lettre du Président du 17 février 2005) Le service des essences des armées (SEA) est un service interarmées relevant du Chef d Etat Major des armées et doté d un compte

Plus en détail

Projet pilote du programme de soutien de PAH au système pharmaceutique malgache Février-Juillet 2012

Projet pilote du programme de soutien de PAH au système pharmaceutique malgache Février-Juillet 2012 Projet pilote du programme de soutien de PAH au système pharmaceutique malgache Février-Juillet 2012 Notre mission à Madagascar s inscrit dans le cadre du projet pilote du programme de soutien de l association

Plus en détail

Monnaie-papier : vous e tes en guerre!

Monnaie-papier : vous e tes en guerre! Bonjour, c est Lionel du blog Gold-up (dit le «Boxeur Financier»)! Monnaie-papier : vous e tes en guerre! Nous sommes entrés sans votre accord dans une guerre qui se joue directement dans votre portefeuille

Plus en détail

PROJET EHPTMMMORPGSVR

PROJET EHPTMMMORPGSVR PROJET EHPTMMMORPGSVR Déroulement du projet Tableau d avancement : https://docs.google.com/spreadsheets/d/1aq1odbyaavk_rcxdcvowvz9kvmzy8nc5f1p26at2ufq/e dit?usp=sharing Tous d abord, nous avons installé

Plus en détail

Description de la destination :

Description de la destination : Description de la destination : Le Vietnam est un pays à découvrir après ses 30 années de combat pour l indépendance. Sa silhouette géographique dessine la forme d un dragon qui symbolise la force et les

Plus en détail

Modèle commercial 2015 de la FOAP DCA 33 Annexe 1 à l ordre de la FOAP DCA 33 de 2015

Modèle commercial 2015 de la FOAP DCA 33 Annexe 1 à l ordre de la FOAP DCA 33 de 2015 Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports DDPS Armée suisse Forces aériennes Formation d application de la défense contre avions 33 Marcel Amstutz 30.09.2014 Modèle

Plus en détail

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire?

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? LES RELATIONS INTERNATIONALES DE 1945 à nos JOURS p126 à 157 Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? I- LES

Plus en détail

L OPÉRATION EGLANTINE

L OPÉRATION EGLANTINE 1 Une conférence du Colonel Philippe POUVESLE. L OPÉRATION EGLANTINE Les églantines, fruits d un rosier sauvage, ont la particularité d être consommables. Espérons que ce n est pas cette particularité

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

ANAFACEM/BLN SORTIE SAINT-MALO LES 4 ET 5 SEPTEMBRE 2014

ANAFACEM/BLN SORTIE SAINT-MALO LES 4 ET 5 SEPTEMBRE 2014 ANAFACEM/BLN SORTIE SAINT-MALO LES 4 ET 5 SEPTEMBRE 2014 VISITE GUIDÉE SUR LES REMPARTS PRÉSENTATION DES FORTS DE MER DE LA BAIE DE SAINT-MALO Claude Tsiampalidis SAINT-MALO ET SES FORTS DE MER PRÉAMBULE

Plus en détail

RAPPORT COMITÉ COTE 100

RAPPORT COMITÉ COTE 100 RAPPORT COMITÉ COTE 100 Mardi, le 17 février 2015, Réjean Thibeault, Michel Dorval et Karo Ouellet ont rencontré M. Borduas attaché politique du cabinet des ministres du MERN. Celui-ci gère l utilisation

Plus en détail

La première guerre mondiale (1914-1918)

La première guerre mondiale (1914-1918) La première guerre mondiale (1914-1918) PBQ : En quoi peut-on dire que la première guerre mondiale est une guerre totale? Introduction : Les grandes phases de la guerre Carte p. 30 : 28 juin 1914 Assassinat

Plus en détail

Addis Abéba, ETHIOPIE Boîte postale: 3243 Téléphone 513822 Fax : 519321 E-mail : oau-ews@telemcom.net.et

Addis Abéba, ETHIOPIE Boîte postale: 3243 Téléphone 513822 Fax : 519321 E-mail : oau-ews@telemcom.net.et AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Abéba, ETHIOPIE Boîte postale: 3243 Téléphone 513822 Fax : 519321 E-mail : oau-ews@telemcom.net.et QUATRE-VINGT-SEPTIEME SESSION ORDINAIRE DE L ORGANE

Plus en détail

Guide des activités sportives «originales» LE TCHOUK BALL

Guide des activités sportives «originales» LE TCHOUK BALL LE TCHOUK BALL L esprit : Un jeu collectif qui, de par ses règles, implique le respect de tout joueur, adverse ou coéquipier, quelque soit ses capacités physiques et/ou son sexe. Une équipe ne peut gagner

Plus en détail

( collection particulière - S.E.H.R.I. édition 39/45 avril 2009 pour http://39-45.over-blog.com/ & http://3945.chez.com )

( collection particulière - S.E.H.R.I. édition 39/45 avril 2009 pour http://39-45.over-blog.com/ & http://3945.chez.com ) FLAK ALLEMANDE 1941 ( collection particulière - S.E.H.R.I. édition 39/45 avril 2009 pour http://39-45.over-blog.com/ & http://3945.chez.com ) Flak est l'abréviation d'un mot allemand: Fliegerabwehrkanone,

Plus en détail

Coudekerque-Branche Café-cinéma L Odéon 1929 Récit de Bernard Develter

Coudekerque-Branche Café-cinéma L Odéon 1929 Récit de Bernard Develter Coudekerque-Branche Café-cinéma L Odéon 1929 Récit de Bernard Develter Le cabaret l Odéon était situé au 53 de la rue Pasteur, face à la Place de la République A sa création, l immeuble appartient à monsieur

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud

Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud 5.1.1 Définir : autodétermination, colonialisme, loi sur l indépendance de l Inde, apartheid, Congrès national africain. (c) Autodétermination: La détermination

Plus en détail

Sans communication, la guerre n'est pas possible

Sans communication, la guerre n'est pas possible 1 Sans communication, la guerre n'est pas possible Les Grands méchants loups sont allés au musée de la Communication de Berlin et ont parlé à Thomas Jander et Jutta Scherm. Ils ont eu la chance de pouvoir

Plus en détail

Le mur de Berlin. Activité n 1 : Commentaire d images sur le découpag e de Berlin

Le mur de Berlin. Activité n 1 : Commentaire d images sur le découpag e de Berlin Le mur de Berlin Activités pédagogiques et ateliers Sommaire Le mur de Berlin I. Rappels historiques Pourquoi a-t-on construit un mur à Berlin? Activité n 1 : Commentaire d images sur le découpag e de

Plus en détail

Patrice Morlat. Le Krach. de la Banque Industrielle. de Chine. La rivalite des banques frangaises. en Extreme-Orient (1912-1928)

Patrice Morlat. Le Krach. de la Banque Industrielle. de Chine. La rivalite des banques frangaises. en Extreme-Orient (1912-1928) Patrice Morlat Le Krach de la Banque Industrielle de Chine La rivalite des banques frangaises en Extreme-Orient (1912-1928) "Indes savantes Table des matiere Remerciements 9 Avertissement 11 Concernant

Plus en détail

De Gaulle, Roosevelt et l'indochine de 1940 à 1945

De Gaulle, Roosevelt et l'indochine de 1940 à 1945 Michel Huguier De Gaulle, Roosevelt et l'indochine de 1940 à 1945 L'rfarmattan TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 7 PROLOGUE : LE DECOR ET L'HISTOIRE RECENTE 9 Chapitre I. L'ARMISTICE : SE RALLIER A LA FRANCE

Plus en détail

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS HTTP://WWW.BASELYNE.NET A AFFRONTEMENT DES DEUX BLOCS Les 2 blocs et les grandes crises, 1960-1975 Explosions ou premiers engins opérationnels

Plus en détail

ANGLAIS PHOTO NICK UT- VIETNAM

ANGLAIS PHOTO NICK UT- VIETNAM Le Viêt Nam est un pays d Asie du Sud-Est, entouré à l ouest par le Laos et le Cambodge et au nord par la Chine. Il est bordé par la mer de Chine, le golfe du Tonkin et le golfe de Thaïlande. En septembre

Plus en détail

Comment sont nés les Etats-Unis?

Comment sont nés les Etats-Unis? Comment sont nés les Etats-Unis? Au début du 18ème siècle, l Amérique est composée de colonies européennes. En 1776, les 13 colonies Anglaises d Amérique du nord se révoltent et prennent le nom d Etats-Unis

Plus en détail

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) PARTI COMMUNISTE ALGERIEN COMITE CENTRAL Le 12 juillet 1956 à la Direction du Front de Libération Nationale Chers Frères, Au cours

Plus en détail

INTERVENTION DU REPRESENTANT DU ROYAUME DU MAROC AU SEMINAIRE DES ACTEURS AFRICAINS FRANCOPHONES DE L ACTION CONTRE LES MINES ET R.E.

INTERVENTION DU REPRESENTANT DU ROYAUME DU MAROC AU SEMINAIRE DES ACTEURS AFRICAINS FRANCOPHONES DE L ACTION CONTRE LES MINES ET R.E. INTERVENTION DU REPRESENTANT DU ROYAUME DU MAROC AU SEMINAIRE DES ACTEURS AFRICAINS FRANCOPHONES DE L ACTION CONTRE LES MINES ET R.E.G COTONOU (Bénin) : 20-22 OCTOBRE 2008 1 Depuis la récupération de ses

Plus en détail

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?»

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» «Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» Michael Jabara Carley Professeur au département d histoire de l Université de Montréal, auteur de 1939: l'alliance de la dernière

Plus en détail

Jouer et imaginer avec les ballons de baudruche

Jouer et imaginer avec les ballons de baudruche Séance 1 : Le M aura préalablement gonflé autant de ballons que d enfants. Faire asseoir les E en ronde au sol dans le calme. Le M annonce plusieurs séances avec les ballons de baudruche. Mise en garde

Plus en détail

INTERNATIONAL RUGBY BOARD APPRENTISSAGE DES TECHNIQUES

INTERNATIONAL RUGBY BOARD APPRENTISSAGE DES TECHNIQUES INTERNATIONAL RUGBY BOARD APPRENTISSAGE DES TECHNIQUES MODULE 2 - Analyse des facteurs clés des techniques 6. PLAQUAGE LATERAL ET CHUTE MODULE 2.6 PLAQUAGE LATERAL ET CHUTE Unité 1 Connaissance du jeu

Plus en détail

L année 1950 en Indochine - Le désastre de Cao Bang -

L année 1950 en Indochine - Le désastre de Cao Bang - L année 1950 en Indochine - Le désastre de Cao Bang - N 1/ Référence : TONK 50-44 R18 Vues aériennes entre Cao Bang et Dong Khê. Septembre-octobre 1950, photographe SCA inconnu 1 Sommaire Introduction

Plus en détail

Carnet de Guerre de Rob Roy, 1939 à 1944. Dossier de presse

Carnet de Guerre de Rob Roy, 1939 à 1944. Dossier de presse Dossier de presse 1 Présentation Né à Mont-de Marsan dans la Landes, le 3 octobre 1909, Robert de la Rivière (1909-1992) dit Rob Roy fut dès sa jeunesse un amoureux fou de l automobile et du dessin. Il

Plus en détail

LES GRANDS NUMISMATES

LES GRANDS NUMISMATES 15 LES GRANDS NUMISMATES François Joyaux JULES SILVESTRE (1841 1918) Jules Silvestre fut le premier grand spécialiste français de la numismatique extrême-orientale. Sa carrière militaire et administrative

Plus en détail

Bonjour, c est Lionel du blog Gold-up (dit le «Boxeur Financier»)! Je viens d envoyer les résultats à ceux qui me l avaient demandé.

Bonjour, c est Lionel du blog Gold-up (dit le «Boxeur Financier»)! Je viens d envoyer les résultats à ceux qui me l avaient demandé. Bonjour, c est Lionel du blog Gold-up (dit le «Boxeur Financier»)! Merci pour votre participation active au quizz que vous avez reçu le 17 janvier dernier! Je viens d envoyer les résultats à ceux qui me

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

Faubourg Saint Médard

Faubourg Saint Médard Faubourg Saint Médard de 1860 à 1914 "Je m'informe donc je suis. J'agis donc j'existe" Dominos LA FONTAINE asbl À la recherche de l'histoire de notre local dans le cadre de nos activités d'éducation permanente

Plus en détail

Commémorations du centenaire de la Guerre 1914-1918 Présentation des actions menées et soutenues par le Conseil général

Commémorations du centenaire de la Guerre 1914-1918 Présentation des actions menées et soutenues par le Conseil général DOSSIER DE PRESSE Belfort, le 30 juin 2014 Commémorations du centenaire de la Guerre 1914-1918 Présentation des actions menées et soutenues par le Conseil général Le Territoire de Belfort, comme partout

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Nations Unies S/RES/1706 (2006) Conseil de sécurité Distr. générale 31 août 2006 Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi?

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? L'outil militaire A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? Un manuel de l outil militaire? La mésange qui explique à l oursin comment le lézard doit se servir de sa clé USB. Les conflits après

Plus en détail

XIV / XVIII LA PHOTOGRAPHIE ET LA GRANDE GUERRE 13.06-27.07.14 / 20.08-07.09.14 DOSSIER DE PRESSE

XIV / XVIII LA PHOTOGRAPHIE ET LA GRANDE GUERRE 13.06-27.07.14 / 20.08-07.09.14 DOSSIER DE PRESSE XIV / XVIII LA PHOTOGRAPHIE ET LA GRANDE GUERRE 13.06-27.07.14 / 20.08-07.09.14 DOSSIER DE PRESSE 2 FI 1069 0144, ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DU HAUT-RHIN - IMAGE RECADRÉE DANS LE CADRE DES COMMEMORATIONS

Plus en détail

OPERATION AVEC SA MAJESTE LE ROI DU CAMBODGE.

OPERATION AVEC SA MAJESTE LE ROI DU CAMBODGE. ACT 2472 OPERATION AVEC SA MAJESTE LE ROI DU CAMBODGE. Date : 1952 05/10/1952 Durée : 00:09:14 Le 24 septembre 1952, une opération est déclenchée dans la région au nord-ouest de Siem Réap, entre la route

Plus en détail

Compte-rendu de la visite au Musée de la Seconde Guerre mondiale en Nouvelle-Calédonie, à Nouméa.

Compte-rendu de la visite au Musée de la Seconde Guerre mondiale en Nouvelle-Calédonie, à Nouméa. Compte-rendu de la visite au Musée de la Seconde Guerre mondiale en Nouvelle-Calédonie, à Nouméa. Ce musée se situe en face de l Hôpital Gaston Bourret, rue Paul Doumer. Notre visite s est faite dans le

Plus en détail

1954-1956 Le départ du corps expéditionnaire français d Extrême-Orient

1954-1956 Le départ du corps expéditionnaire français d Extrême-Orient "La présence militaire française en Indochine ne s achève pas avec la fin de la guerre consacrée par les accords signés à Genève en juillet 1954. En effet, le Corps Expéditionnaire Français (CEFEO), présent

Plus en détail

La ligne Maginot de la C.F.S. L Italie fasciste change la donne en Afrique Orientale 1935-1938

La ligne Maginot de la C.F.S. L Italie fasciste change la donne en Afrique Orientale 1935-1938 La ligne Maginot de la C.F.S. La Côte Française des Somalis (C.F.S.) est mise en état de défense à partir de 1938 lorsque la menace italienne se matérialise après la conquête de l Éthiopie. En deux années,

Plus en détail

Négocier avec son employeur

Négocier avec son employeur Thierry KRIEF Négocier avec son employeur Techniques de négociation commerciales appliquées au marché de l emploi, 2008 ISBN : 978-2-212-54138-0 Cas 1 Négocier un départ quand l entreprise veut vous garder

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

L enseignement du jeu de go dans les écoles primaires

L enseignement du jeu de go dans les écoles primaires L enseignement du jeu de go dans les écoles primaires Julie Gauthier 16 février 2013 Sommaire 1 Les règles du jeu 3 1.1 Le matériel............................... 3 1.2 L atari-go................................

Plus en détail

W.. Semianiw. le 11 juillet 2007. Général R.J. Hillier. Général R.J. Hillier

W.. Semianiw. le 11 juillet 2007. Général R.J. Hillier. Général R.J. Hillier CHEF PERSONNEL MILITAIRE Cérémonie de passation de commandement du Contre-amiral T.H.W.. Pile au Major-général W.. Semianiw le 11 juillet 2007 Présidée par le Général R.J. Hillier Général R.J. Hillier

Plus en détail

Nom de code : 18.02.2012. Samedi 18 février 2012 à 20.45 7

Nom de code : 18.02.2012. Samedi 18 février 2012 à 20.45 7 Nom de code : poilus d Alaska 18.02.2012 Samedi 18 février 2012 à 20.45 7 au cours de la Grande Guerre, plus de 400 chiens de traineau franchirent l atlantique pour épauler les soldats français. Une aventure

Plus en détail

les 11, 12 et 13 avril 2014 Palais des Rois sardes à Nice

les 11, 12 et 13 avril 2014 Palais des Rois sardes à Nice L association généalogique des Alpes-Maritimes et le Conseil général vous présentent la 1 ère RENCONTRE GÉNÉALOGIQUE NATIONALE SUR LA GRANDE GUERRE les 11, 12 et 13 avril Palais des Rois sardes à Nice

Plus en détail

Le contexte sécuritaire, menaces et risques

Le contexte sécuritaire, menaces et risques Titre 1 Le contexte sécuritaire, menaces et risques 1. LE CONTEXTE REGIONAL Depuis les évènements de fin 2010 en Tunisie, la situation géopolitique et sécuritaire dans notre région, le monde arabe, est

Plus en détail

Discours du général de Gaulle ; le général de Gaulle décore l'amiral Muselier ; le général visite un navire français.

Discours du général de Gaulle ; le général de Gaulle décore l'amiral Muselier ; le général visite un navire français. Discours du général de Gaulle ; le général de Gaulle décore l'amiral Muselier ; le général visite un navire français. Référence : SA 633 Date : 1940 Durée : 00:03:34 (durée de l extrait : 1 36 // TCI 00

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Jouer avec les mains

Jouer avec les mains Benoît Gaud 2006/07 Ecole des Ranches, de Zürich et d Aïre leçons 5, 6 et 7 Jouer avec les mains Défendre le sol, vers une approche du mini volley Objectifs visés 1P-2P 3P-4P 5P-6P Jouer sans laisser tomber

Plus en détail

Le 31 octobre 2011, un Renault Trafic emprunte tranquillement et furtivement des petits chemins détournés, de la commune du Bugey.

Le 31 octobre 2011, un Renault Trafic emprunte tranquillement et furtivement des petits chemins détournés, de la commune du Bugey. ETUDE DU CAS N 1 Le 31 octobre 2011, un Renault Trafic emprunte tranquillement et furtivement des petits chemins détournés, de la commune du Bugey. A un croisement, les deux occupants sont contrôlés par

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Les documents du service éducatif des Archives du Calvados - premier degré

Les documents du service éducatif des Archives du Calvados - premier degré Étudier et valoriser le patrimoine Les documents du service éducatif des Archives du Calvados - premier degré «Enquête d archives» Comment retracer le parcours d un poilu du Calvados Le niveau concerné

Plus en détail

traces quelques réflexions sur la guerre du viêt nam et les accords de paris (1973)

traces quelques réflexions sur la guerre du viêt nam et les accords de paris (1973) traces quelques réflexions sur la guerre du viêt nam et les accords de paris (1973) En mai 1968, commençaient à Paris les négociations entre Américains et Nord-Vietnamiens, bientôt rejoints par le Gouvernement

Plus en détail

RENNES VILLE LUMIÈRE

RENNES VILLE LUMIÈRE RENNES VILLE LUMIÈRE CONTACT ANGELINI Barbara 06-99-20-92-81 barbaraa90@gmail.com Opérateur Son. BION Mélanie 06-78-23-46-21 melbion@hotmail.fr Opérateur Image. CHERET Jessica 06-06-41-18-47 jessie.cheret@gmail.com

Plus en détail

Savoir déléguer CADRES DE SANTE

Savoir déléguer CADRES DE SANTE Savoir déléguer CADRES DE SANTE Le 3 avril 2015 Walter DALLE VEDOVE Qu est-ce que déléguer? Nous avons vu que le manager: répartit le travail entre ses subordonnés coordonne les activités (dans son équipe

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

le front populaire des photographes Henri Cartier-Bresson I Robert Capa I Sam Lévin I André Kertész I François Kollar I Willy Ronis I David Seymour...

le front populaire des photographes Henri Cartier-Bresson I Robert Capa I Sam Lévin I André Kertész I François Kollar I Willy Ronis I David Seymour... le front populaire des Henri Cartier-Bresson I Robert Capa I Sam Lévin I André Kertész I François Kollar I Willy Ronis I David Seymour... photographes Les faits Un grand moment photographique Chim (David

Plus en détail

notamment au Soudan en 1885 et en Afrique du Sud au tournant du 20e siècle.

notamment au Soudan en 1885 et en Afrique du Sud au tournant du 20e siècle. 1 Les archives de la Première Guerre mondiale au Canada : un survol Marcelle Cinq-Mars, archiviste, Bibliothèque et Archives Canada Introduction La Grande Guerre fut pour le Canada la première expérience

Plus en détail