Basic Education for Change

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Basic Education for Change"

Transcription

1 RAPPORT DE CONFÉRENCE Parlement fédéral, Bruxelles, 14 mai 2013 Basic Education for Change La Belgique doit-elle investir autrement dans le Sud?

2 Avant-propos Quel pourrait être le rôle de la Coopération belge au développement dans l enseignement de base des pays en développement? Telle était la question au centre de la conférence Basic Education for Change. A l initiative de Plan Belgique et en collaboration avec UNICEF Belgique, VVOB et HIVA-KU Leuven, plus de cent politiques, stratèges et experts de terrain se sont penchés ensemble sur ce sujet pour le moins important. Cela fait plusieurs années que Plan Belgique s engage à créer une assise sociale et politique plus large pour les investissements en faveur de l enseignement dans les pays en développement. A cet effet, nous mettons à profit l expertise acquise par le biais de nos programmes dans le Sud. Mais nous collaborons aussi avec des partenaires nationaux et internationaux. L an dernier, par exemple, Leymah Gbowee, lauréate du prix Nobel de la Paix, nous a fait l honneur de sa présence en Belgique pour soutenir notre campagne en faveur de l enseignement des filles. A travers cette conférence, Plan Belgique a voulu élargir et approfondir son lobbying sur ce thème. "Elargir", en coopérant avec d autres organisations et en stimulant le débat dans ce secteur. "Approfondir" en rendant possible une étude scientifique sérieuse sur le rôle de la Coopération belge dans l enseignement de base des pays en développement. Cette conférence a provisoirement attiré toute l attention sur l enseignement de base au sein de la Coopération belge. Cela dit, la voie vers des changements politiques concrets est encore longue. C est pourquoi Plan Belgique continuera à plaider pour une augmentation des moyens attribués à l éducation, plus particulièrement à l enseignement de base, pour plus de programmes scolaires dans la coopération bilatérale et pour une meilleure mise en œuvre des programmes de bourses d étude au bénéfice des systèmes éducatifs dans le Sud. Soyez convaincus que cette conférence n est pas la dernière occasion que nous saisirons de mettre ce thème au cœur des débats. Dirk Van Maele Directeur National de Plan Belgique Investir dans les enfants est le meilleur moyen de lutter contre la pauvreté et l inégalité. Sabine de Bethune, Présidente du Sénat Ce compte-rendu donne un aperçu du déroulement de la conférence Basic Education for Change, organisée le 14 mai 2013 au Parlement fédéral. Il ne s agit pas d un rapport complet ou littéral des présentations et discussions. Les éventuelles erreurs ou imprécisions sont à mettre au compte de Plan Belgique. Plan Belgique Basic Education for Change - La Belgique doit-elle investir autrement dans le Sud? Page 2 sur 8

3 Les orateurs Oley Dibba-Wadda Directeur Forum for African Woman Educationalists (FAWE) Les défis de la réalisation d un enseignement de base de qualité pour tous en Afrique. "En tant qu organisations de développement dans le secteur de l enseignement, nous perdons parfois de vue le contexte général. Nous nous appliquons à faire passer nos propres priorités et à rivaliser plutôt qu à collaborer pour contribuer positivement à l enseignement dans les pays en développement. Quelles que soient les priorités identifiées, elles demanderont sans nul doute d énormes investissements. Indépendamment de cela, il faudra continuer à consacrer des fonds à l entretien de l infrastructure, du matériel scolaire et, plus important encore, aux enseignants. Ceux qui sont déjà en fonction, mais aussi les millions d enseignants que nous devons engager et former pour que chaque enfant puisse aller à l école." Paul Atherton Education Policy Team, DfID Que peuvent faire les bailleurs de fonds pour contribuer à l amélioration de l enseignement dans les pays en développement? "Quel niveau d enseignement doit recevoir la priorité des bailleurs de fonds? Il existe quantité de preuves de l efficacité des investissements dans l enseignement préscolaire et les programmes pour jeunes enfants. Un enseignement primaire de qualité est aussi nécessaire, mais insuffisant, pour préparer les enfants à une vie meilleure. Le secondaire a également des effets très positifs, surtout pour les adolescentes. Quant à l enseignement supérieur, il peut former de bons dirigeants et agir en faveur des progrès technologiques. Cette analyse ne nous aide pas beaucoup. J ai donc pris un peu de recul pour observer quelques faits incontournables. Dans le monde, beaucoup d enfants font partie de la première génération de leur famille à fréquenter l école. Nombre d entre eux décrocheront après l enseignement de base. Souvent, leurs résultats scolaires sont terriblement bas. En d autres termes, il y a encore du pain sur la planche pour l éducation de base. Lui tourner le dos aujourd hui, c est faire notre travail à moitié. L enseignement de base doit rester une priorité des bailleurs de fonds. Nous devons aussi être flexibles et poser nos choix en fonction des besoins de chaque pays." En Kiswahili, "Tuseme" signifie s exprimer ouvertement sur ses propres choix en tant que jeune adulte'. C est l approche que promeut le FAWE avec succès, pour motiver de jeunes filles à suivre des formations professionnelles visant des métiers traditionnellement réservés aux hommes. Cette approche exige d adapter les manuels, méthodes et programmes scolaires, qui nient trop souvent la réalité des filles. Le plaidoyer politique est donc crucial pour créer un environnement scolaire à l écoute des problématiques de genre." Extrait de l étude de cas: "Improving equity: girls education", présentée par Oley Dibba-Wadda, directrice du FAWE (Forum of African Women Educationalists). Plan Belgique Basic Education for Change - La Belgique doit-elle investir autrement dans le Sud? Page 3 sur 8

4 Sarah Beardmore Replenishment Strategy coordinator, Global Partnership for Education Les engagements des bailleurs de fonds bilatéraux en faveur de l enseignement: constats du Partenariat mondial pour l éducation (PME). "Les bailleurs de fonds du PME attribuent en général moins de 10% de leur APD (Aide publique au développement) à l éducation de base. Entre 2010 et 2011, l assistance bilatérale à l enseignement de base a diminué en Belgique, au Canada, en France, au Japon, aux Pays-Bas, en Espagne, aux Etats-Unis et dans l Union Européenne, d un total de 650 millions de dollars. C est inquiétant car tous sont traditionnellement des bailleurs de fonds majeurs de l enseignement de base. Heureusement, cette baisse a été compensée par 525 millions de dollars d investissements supplémentaires consentis par l Allemagne, la Suède, l Australie, le Danemark, la Norvège et la Grande-Bretagne. C est positif, mais tous ces pays poursuivront-ils dans cette voie? Pas sûr. A nous de veiller à ce qu ils le fassent et d inverser la tendance des autres bailleurs de fonds, qui réduisent leurs dépenses." "Les bailleurs de fonds traditionnels doivent absolument fournir un effort financier plus important. Toutefois, il faut rester réaliste. Le gouffre financier est profond et les bailleurs traditionnels ne répondront pas seuls à tous les besoins. Il faut chercher de nouvelles sources de financement, entre autres auprès des bailleurs de fonds émergents et des partenaires de développement qui, jusqu ici, ne focalisent pas sur l enseignement. Il serait aussi indiqué de se tourner vers des mécanismes innovants, comme la taxe sur les transactions financières. Par ailleurs, les pays en développement doivent réformer leur politique financière. Nous devons agir pour que les ministères des Finances cessent de considérer l enseignement de base comme un trou noir qui aspire tout leur argent, et voient ces sommes comme un investissement dans l avenir de leur pays." Gordon Brown Ancien Premier ministre britannique et Envoyé spécial des Nations Unies pour l éducation mondiale: D ici à 2015, l éducation de base doit devenir une priorité absolue de la coopération au développement. Pour donner une éducation à un enfant en Afrique, 100 dollars suffisent. En d autres mots: même avec un budget restreint, nous pouvons scolariser des millions d enfants. "Les modèles de coopération comme celui du VVOB en Zambie, fondés sur le partage d expertise et l assistance technique, sont une niche potentielle pour le soutien belge à l enseignement de base. La coopération belge au développement peut ne pas être en mesure de construire des milliers d écoles ou des centaines d instituts pour la formation des enseignants, elle est parfaitement capable de soutenir l expertise des partenaires du Sud." Extrait de l étude de cas: Enhancing éducation quality: supporting teacher training in Zambia. Plan Belgique Basic Education for Change - La Belgique doit-elle investir autrement dans le Sud? Page 4 sur 8

5 Aide belge à l'enseignement de base Etude de Huib Huyse (HIVA) sur le rôle de la coopération belge au développement dans l enseignement de base dans le Sud Constats 1. En tant que bailleur de fonds pour l éducation, la Belgique se concentre clairement sur l enseignement supérieur: environ deux tiers des moyens pour l éducation y sont investis. 2. Concernant la politique belge à l égard de l éducation de base, il y a assurément des évolutions positives, comme la concentration thématique et géographique, le recours à de nouvelles modalités d aide et la création de la plate-forme Educaid. 3. D autre part, il y a un fossé très marqué entre le discours politique belge et la pratique. Plusieurs documents officiels soulignent l importance des investissements dans l éducation de base. En même temps, la part qui lui est dévolue dans le soutien total au secteur de l enseignement reste très réduite. 4. Une grande part des moyens ne sont pas affectés au renforcement des systèmes d enseignement du Sud, mais à des bourses pour l enseignement supérieur. Ces dernières ont leurs points forts et défis, mais ne contribuent pas pour autant aux systèmes d enseignement du Sud. Recommandations 1. Actuellement, le soutien belge à l enseignement de base se situe à la croisée des chemins. On constate une nette baisse des moyens affectés à l enseignement (de base). De plus, la capacité interne du ministère est plus limitée que celle d autres domaines politiques, comme l agriculture ou la santé. Il faut donc absolument redoubler d efforts, tant en termes de moyens que d acquisition d une expertise politique. Concernant le focus politique, j appelle le ministère à faire des choix tranchés et à ne pas se concentrer simultanément sur l accès à l enseignement, la qualité et l équité. 2. Nous suggérons une approche plus intégrée de l appui au secteur de l enseignement. Les investissements dans l enseignement supérieur, par exemple, peuvent contribuer davantage à l enseignement de base si on oriente plus les bourses d études vers le soutien aux systèmes éducatifs dans le Sud. 3. Une question technique cruciale est celle de l attribution des dépenses en faveur de l enseignement. Nous ne contestons pas la valeur des projets de bourses et de la collaboration universitaire, mais grand nombre d entre eux ne contribuent pas aux systèmes d enseignement dans le Sud. En cessant de les attribuer en tant qu appui à l enseignement dans le Sud, nous pouvons obtenir une meilleure vision du soutien réel que la Belgique apporte aux systèmes d enseignement dans le Sud. 4. En conclusion, le rapport propose trois scénarios pour l avenir de l aide belge à l enseignement de base. Il s agit de pistes stratégiques larges qui identifient les défis pour entamer la discussion sur la manière dont un bailleur de fonds modeste comme la Belgique peut faire la différence. 1 er scénario: l intégration complète dans le futur cadre post e scénario: la spécialisation, afin de remplir les chaînons manquants du futur cadre post e scénario: la spécialisation approfondie, indépendamment de l agenda post Plan Belgique Basic Education for Change - La Belgique doit-elle investir autrement dans le Sud? Page 5 sur 8

6 La discussion des experts Frank De Wispelaere Directeur de la direction thématique auprès de la DGD Sur le fossé entre le discours politique et la pratique: "En 2000, lors du Sommet du millénaire, la Belgique a promis de faire plus et mieux pour les OMD, en particulier pour l enseignement de base. Nous avons fourni des efforts. Pour exemple, la Belgique figure parmi les fondateurs de la Fast Track Initiative. La contribution à cette initiative (entre autres le Partenariat mondial pour l éducation) a depuis été augmenté de 6 à 9 millions d euros. Mais nous pouvons faire davantage. L étude menée par HIVA démontre clairement que le nombre de pays où la Belgique investit dans le secteur de l enseignement baisse. Dans les pays où nous sommes toujours actifs dans ce secteur, nous investissons davantage, mais la somme totale investie dans l enseignement diminue. En période de croissance économique, il est facile de promettre d en faire davantage à tous niveaux. En revanche, en période de crise, cela implique un choix politique: dépenser moins dans un autre domaine. L étude HIVA affirme aussi que nous pouvons faire mieux en termes d expertise. Et c est le cas. Celle que nous possédons sur l enseignement est relativement faible en comparaison avec l expertise médicale. Nous avons de nombreux médecins, mais peu d experts en éducation." Sven Rooms Coprésident du comité de pilotage d Educaid Sur la manière dont Educaid peut contribuer à des investissements accrus et à l enseignement de base: "Educaid accorde beaucoup d importance au dialogue entre les ministères et les autres acteurs de l enseignement. Tant la DGD que la CTB sont d ailleurs membres d Educaid. Dans le cadre de la conception d une nouvelle note stratégique pour le secteur de l enseignement, Educaid a fait, il y a peu, une proposition très concrète: L enseignement a beau être l un des quatre secteurs de concentration de la coopération belge au développement, il n est une priorité que dans quatre des dix-huit pays partenaires de la coopération bilatérale. Au moment de renégocier les Programmes de Coopération (PC) avec les pays partenaires, Educaid propose de prévoir une analyse de chacun des quatre secteurs de concentration. Actuellement, cela n est fait que pour les priorités du PIC en cours. On obtient ainsi une sorte de selffulfilling prophecy (prophétie autoréalisatrice), où les priorités du PIC en cours sont aussi celles des PIC suivants. Ce qui empêche l enseignement d être pris en compte dans un nombre plus important de pays partenaires. Un fonctionnement qui analyse tous les secteurs mène à un choix basé sur les besoins effectifs des pays partenaires. La chance est grande que cela mène à un investissement accru pour l enseignement. Paul Bossyns Coordinateur éducation et santé auprès de la CTB agence belge de développement Sur une approche intégrée au sein du secteur de l enseignement: "Naturellement, je dis oui à une meilleure collaboration entre les détenteurs d enjeux belges. Toutefois, je ne pense pas qu il soit de notre ressort de faire des choix, de proposer des scénarios. Il faut partir d analyses sectorielles. Ces dernières sont spécifiques à chaque pays et doivent se pencher sur les différents piliers qui, réunis, composent le secteur de l enseignement. Par ailleurs, la répartition des tâches est importante. Que font les autorités locales, les autres bailleurs de fonds? Et que pouvons-nous faire? Comment pouvons-nous être complémentaires? Ce n est pas en se spécialisant à l avance que l on peut fournir un travail efficace dans les pays partenaires. Les grands bailleurs de fonds misent surtout sur l accès à l enseignement. En effet, l accès est plus facile à mesurer. Seulement, cela ne fait pas avancer la qualité de l enseignement. Notre profil de donateur modeste peut être un avantage si nous optons pour la qualité plutôt que pour la quantité. Cela pourrait être notre niche." "La Belgique doit adopter une attitude ouverte et créative dans l identification de sources de financement alternatives, comme celle, par exemple, provenant du secteur privé, ou une taxe sur les transactions financières. Elle doit aussi identifier les mécanismes de soutien qui peuvent atteindre tous les bénéficiaires vite et facilement, tout en maintenant une gestion transparente." Extrait de l étude de cas: "Le besoin de continuité des investissements des bailleurs de fonds en éducation de base: une étude réalisée par ASO/EPT sur le cas du Niger." Plan Belgique Basic Education for Change - La Belgique doit-elle investir autrement dans le Sud? Page 6 sur 8

7 La place des bourses d études est-elle bien dans le secteur de enseignement? Ne pourrait-on pas plutôt les axer vers le soutien au secteur de l enseignement? Frank De Wispelaere: "Je répondrai brièvement à cette dernière question: Bien-sûr que oui. C est l une des premières choses auxquelles je pense quand j évoque la cohérence interne de la politique dans le secteur de l enseignement. Par ailleurs, nous devons respecter la spécificité et le droit à l initiative des acteurs." Paul Bossyns: "Les bourses d études octroyées dans d autres domaines ne peuvent pas être comptabilisées comme contributions à l enseignement. Il n y a aucun lien direct, ni même indirect, entre une bourse attribuée à un étudiant en médecine et le développement du système éducatif du pays d origine. La méthodologie actuelle d attribution est erronée et les bourses n appartiennent pas à la catégorie des dépenses pour l éducation. Bien-sûr, le renforcement des capacités individuelles est important pour le développement des pays. Une expérience d étude à l étranger peut être très riche. Il ne faut pas abolir les bourses, mais créer un lien plus clair avec l enseignement." Sven Rooms: "En adaptant la méthodologie, on constatera une énorme baisse des chiffres du soutien belge à l enseignement dans le Sud. Cela favorisera la transparence et augmentera aussi le sentiment d urgence face au financement de l enseignement." Jean-Pascal Labille Ministre de la Coopération au Développement, formule des engagements qui font écho au plaidoyer de Plan Belgique et de ses partenaires: "La Coopération belge au développement concentrera son travail sur l éducation de base et l enseignement technique et professionnel et ciblera l équité, la qualité et la pertinence des apprentissages dans ses actions et ses financements en matière d éducation." Yves Willemot Bart Dewaele Directeur-General, VVOB, exprime ses préoccupations sur la baisse d intérêt pour l éducation des bailleurs internationaux et la manière dont ils investissent: "Les bailleurs de fonds qui accordent encore de l attention à l enseignement ont tendance à l aborder de manière étroite, à ne s intéresser qu aux résultats." Directeur, UNICEF Belgique, souligne l importance de continuer à investir dans le Sud: "Ce que nous avons atteint en matière d accès à l enseignement est impressionnant. Le nombre d enfants qui suivent l enseignement de base n a jamais été aussi élevé. Mais nous ne pouvons en aucun cas accepter l idée qu aujourd hui, certains enfants ne fréquentent toujours pas l enseignement de base." Le rapport HIVA et les présentations de tous les intervenants sont téléchargeables sur "Les enfants en situations d urgence considèrent l enseignement comme une priorité, mais la communauté humanitaire voit les choses autrement. L enseignement est une première manière de protéger les enfants en situation d urgence. Et c est un véritable investissement dans la construction d un avenir." Extrait de l étude de cas: "Education in Emergencies: a case from Mauritania." Plan Belgique Basic Education for Change - La Belgique doit-elle investir autrement dans le Sud? Page 7 sur 8

8 Conclusions Dirk Van Maele Directeur National de Plan Belgique 1. Cette conférence n est pas une conclusion mais doit être le début de davantage de réflexion et d actions autour du soutien belge à l enseignement de base dans le Sud. 2. Les acteurs belges du développement présents dans le secteur de l enseignement peuvent et doivent collaborer étroitement. Pas sur base de directives imposées mais d une vision commune du soutien belge à l enseignement. 3. Cette collaboration ne peut pas se limiter aux acteurs belges. La collaboration avec les partenaires dans le Sud et d autres bailleurs de fonds est cruciale. 4. Si les moyens sont limités, il faut faire des choix. Pour le soutien belge à l éducation dans le Sud, cela signifie un focus sur la qualité, l équité et les transitions d un niveau à l autre de l enseignement. 5. La méthodologie d attribution budgétaire de l APD belge doit être revue. Une grande partie du budget pour l éducation de l APD belge comprend des dépenses qui ne contribuent pas aux systèmes éducatifs du Sud. "Le renforcement des capacités des autorités locales est crucial pour le succès des programmes de développement et protection de la petite enfance (EPPE). Les programmes grass-roots, comme celui de Plan Cambodge, peuvent aider à démontrer l importance de l EPPE et à tirer les leçons relatives aux modalités des interventions." Extrait de l étude de cas: "The importance of investing early: the impact of an integrated Early Childhood Care and Development approach in Cambodia". Plan Belgique asbl Galerie Ravenstein 3 B Bruxelles Contact: Hans De Greve Research and Advocacy officer T +32 (0) M +32 (0) Avec et pour les enfants. Plan Belgique Basic Education for Change - La Belgique doit-elle investir autrement dans le Sud? Page 8 sur 8

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

APPEL A PROJETS. A l exception des productions audiovisuelles

APPEL A PROJETS. A l exception des productions audiovisuelles APPEL A PROJETS APPEL A PROJETS EN VUE DE FINANCER DES ACTIONS PONCTUELLES D EDUCATION AU DEVELOPPEMENT ORGANISEES PAR DES TIERS DANS LE CADRE DE L ANNEE EUROPEENNE DU DEVELOPPEMENT 2015 A l exception

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Un cadre d action commun des partenaires sociaux européens du secteur de l électricité I. Introduction

Plus en détail

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Aperçu général de la nouvelle JICA

Aperçu général de la nouvelle JICA Aperçu général de la nouvelle JICA 1 Naissance de la nouvelle JICA : La plus grande agence de coopération bilatérale du monde L Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) va renaître le 1er

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S sur L AVANT-PROJET DE PLAN D ACTION EN MATIERE DE RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE *** 2 Dans sa lettre du 10 juillet

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Le programme de prêts pour les études à temps partiel Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Décembre 2001 1 Introduction Une revendication vieille de plus de dix ans

Plus en détail

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009)

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Intervention de M. Assane Diop Directeur exécutif Secteur de la Protection sociale Bureau

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A.

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A. Nations Unies A/RES/58/172 Assemblée générale Distr. générale 11 mars 2004 Cinquante-huitième session Point 117, b, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification Identification des be Le HCR est pleinement conscient de la nécessité de travailler en étroit partenariat avec ses principaux bailleurs de fonds pour rassembler les ressources dont il doit disposer pour

Plus en détail

COMMUNIQUE. Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin

COMMUNIQUE. Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Berlin, le 31 mars 2015 COMMUNIQUE Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin La Chancelière fédérale Angela Merkel, le Président de la République

Plus en détail

Collection Au Quotidien. out of food

Collection Au Quotidien. out of food Collection Au Quotidien out of food Début septembre de cette année, la Belgique, comme le reste de l Europe apprend la nouvelle avec stupéfaction : l Union Européenne va supprimer la plupart des aides

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

LES PAYS EN TRANSITION

LES PAYS EN TRANSITION CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DANS LES PAYS EN TRANSITION >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> CRDI : Peter Bennett Récemment, le CRDI a examiné pourquoi et

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Les problèmes de politisation. Comprendre. l Indice de réponse humanitaire

Les problèmes de politisation. Comprendre. l Indice de réponse humanitaire Les problèmes de politisation Comprendre l Indice de réponse humanitaire 2010 Les donateurs sont essentiels / Les donateurs jouent un rôle essentiel lorsqu il s agit de garantir que l aide parvienne aux

Plus en détail

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement Rapport mondial 2010 sur l e-parlement Chapitre 10 Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement La première édition du Rapport mondial sur l e-parlement a montré qu en 2008 seulement quelques assemblées

Plus en détail

Etude de cas : la coordination des partenaires au Ghana

Etude de cas : la coordination des partenaires au Ghana Etude de cas : la coordination des partenaires au Ghana Marty Makinen R4D/HFG avril 2015 Abt Associates Inc. In collaboration with: Broad Branch Associates Development Alternatives Inc. (DAI) Futures Institute

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

Plan d action national en faveur du commerce équitable

Plan d action national en faveur du commerce équitable préparé sous la coordination des MINISTRE DELEGUE CHARGE DU DEVELOPPEMENT MINISTRE DELEGUE CHARGE DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET DE LA CONSOMMATION Plan d action national en faveur du commerce équitable

Plus en détail

info@diasporaburundaise-belgique.org 23 juli 2013 PROJET DE RELEVE DU NIVEAU DES ELEVES DU CYCLE SUPÉRIEUR DU SECONDAIRE.

info@diasporaburundaise-belgique.org 23 juli 2013 PROJET DE RELEVE DU NIVEAU DES ELEVES DU CYCLE SUPÉRIEUR DU SECONDAIRE. PROJET DE RELEVE DU NIVEAU DES ELEVES DU CYCLE SUPÉRIEUR DU SECONDAIRE. 1. Introduction Plusieurs événements importants ont marqué le monde au cours de ces vingt dernières années : la mondialisation, l

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste DESCRIPTIF DE VISION SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste Un centre d expertise en tant que balise pour le huissier de justice soucieux

Plus en détail

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Istikshaf: explorer la mobilité Agenda politique régional pour la mobilité

Plus en détail

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies Année internationale de la jeunesse 12 août 2010-11 août 2011 Dialogue et compréhension mutuelle asdf Nations Unies «Nous devons nous engager sans réserve pour que les jeunes aient accès à l éducation,

Plus en détail

Compte rendu de la journée d étude sur la diversité culturelle et la médiation interculturelle dans les hôpitaux du 23 mai 2006

Compte rendu de la journée d étude sur la diversité culturelle et la médiation interculturelle dans les hôpitaux du 23 mai 2006 Compte rendu de la journée d étude sur la diversité culturelle et la médiation interculturelle dans les hôpitaux du 23 mai 2006 Organisation : Cellule Médiation interculturelle (DG1, SPF Santé publique),

Plus en détail

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 29 janvier 212 EFFETS REDISTRIBUTIFS DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Résultats actualisés et simulations de l INSEE 1 SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 1 INTRODUCTION 1) Motivations

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Ce chapitre offre un aperçu du processus de

Ce chapitre offre un aperçu du processus de Identification des be Introduction Ce chapitre offre un aperçu du processus de planification qui sert à déterminer les besoins des réfugiés, des apatrides et des autres personnes relevant de la compétence

Plus en détail

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION»

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» Février 2012 1. INTRODUCTION Depuis quelques années, la Justice s interroge sur la qualité de son fonctionnement. En novembre 2010, le

Plus en détail

L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes

L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes Les engagements de la Belgique La loi sur la coopération internationale de 1999 institue l égalité

Plus en détail

Assises de la Coopération luxembourgeoise 2014 (24-25 avril 2014) Discours d ouverture du Ministre Romain Schneider du 24 avril 2014

Assises de la Coopération luxembourgeoise 2014 (24-25 avril 2014) Discours d ouverture du Ministre Romain Schneider du 24 avril 2014 Assises de la Coopération luxembourgeoise 2014 (24-25 avril 2014) Discours d ouverture du Ministre Romain Schneider du 24 avril 2014 Mesdames et Messieurs les députés, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs

Plus en détail

NOUS AVONS LE MEILLEUR SYSTÈME DE SANTÉ AU MONDE

NOUS AVONS LE MEILLEUR SYSTÈME DE SANTÉ AU MONDE NOUS AVONS LE MEILLEUR SYSTÈME DE SANTÉ AU MONDE VÉRITÉ OU MENSONGE? Le Canada et le Québec ont le meilleur système de santé au monde POURTANT PERSONNE N A COPIÉ NOTRE SYSTÈME! Nous avons un bon système

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques «Les changements climatiques se constatent jour après jour partout dans le

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

Séminaire de haut niveau. La paix, la sécurité et le développement durable PROGRAMME (29/09/15)

Séminaire de haut niveau. La paix, la sécurité et le développement durable PROGRAMME (29/09/15) Séminaire de haut niveau La paix, la sécurité et le développement durable Le rôle des parlements africains et européens pour lutter contre les causes profondes et les conséquences de l extrémisme violent

Plus en détail

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-quatrième session 1 er -12 mars 2010 Point 3 a) de l ordre du jour Suivi de la quatrième Conférence

Plus en détail

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Avner Levin * * Professeur agrégé et directeur, Privacy and Cyber

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

Etablissant des exigences techniques pour les virements et les prélèvements en euros et modifiant le règlement (CE) n 924/2009

Etablissant des exigences techniques pour les virements et les prélèvements en euros et modifiant le règlement (CE) n 924/2009 Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL Etablissant des exigences techniques pour les virements et les prélèvements en euros et modifiant le règlement (CE) n 924/2009 Position du BEUC

Plus en détail

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION À L

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE. Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine

FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE. Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine Clément DORNIER Caroline FERTÉ Audrey LEGRAND Marie-Anne MILAN 1 UN ÉVENTAIL DE

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

Services mondiaux d infrastructure Notre meilleure offre sur votre table

Services mondiaux d infrastructure Notre meilleure offre sur votre table Services mondiaux d infrastructure Notre meilleure offre sur votre table cgi.com 2 Grâce à notre modèle Mondial de presentation des services, nos clients bénéficient d un accès immédiat aux ressources

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

DEUXIÈME RECONSTITUTION DES RESSOURCES 2015 2018 250 MILLIONS DE RAISONS D INVESTIR DANS L ÉDUCATION : UN PLAIDOYER EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT

DEUXIÈME RECONSTITUTION DES RESSOURCES 2015 2018 250 MILLIONS DE RAISONS D INVESTIR DANS L ÉDUCATION : UN PLAIDOYER EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT DEUXIÈME RECONSTITUTION DES RESSOURCES 2015 2018 250 MILLIONS DE RAISONS D INVESTIR DANS L ÉDUCATION : UN PLAIDOYER EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT La pauvreté mondiale diminuerait de 12 % si tous les élèves

Plus en détail

CAP VERT. Le Cap Vert affiche un revenu national brut (RNB) par habitant de 3 010 USD en 2009,

CAP VERT. Le Cap Vert affiche un revenu national brut (RNB) par habitant de 3 010 USD en 2009, 00 CAP VERT INTRODUCTION Le Cap Vert affiche un revenu national brut (RNB) par habitant de 3 010 USD en 2009, qui progresse de 6 % par an en moyenne depuis 2005 (WDI, 2011). Le Cap Vert possède une population

Plus en détail

Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique

Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique Un partenaire pour assurer une éducation de qualité pour tous en Afrique «Je n ai jamais encore rencontré de donateur comme celui-ci : il écoute

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

Les sociétés européennes en transition vers des datacenters agiles

Les sociétés européennes en transition vers des datacenters agiles Les sociétés européennes en transition vers des datacenters agiles À travers toute l Europe, des entreprises toujours plus nombreuses cherchent à transformer leurs datacenters. Une nouvelle recherche menée

Plus en détail

BURKINA FASO INTRODUCTION RÉSUMÉ DES PROGRÈS RÉALISÉS

BURKINA FASO INTRODUCTION RÉSUMÉ DES PROGRÈS RÉALISÉS 00 BURKINA FASO INTRODUCTION LE BURKINA FASO, pays à faible revenu, affiche en 2009 un revenu national brut (RNB) par habitant de 510 USD qui progresse de 5 % par an en moyenne depuis 2005 (WDI, 2011).

Plus en détail

Introduction. Le Canada est un pays qui donne son plein rendement.

Introduction. Le Canada est un pays qui donne son plein rendement. le 23 mars 2004 «tout au long de notre histoire, les Canadiens ont été animés par une idée bien simple : que nous avons la responsabilité de faire en sorte que nos enfants et nos petits-enfants aient une

Plus en détail