Guide de la fonction linge

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide de la fonction linge"

Transcription

1 Guide de la fonction linge dans les maisons de retraite et les centres d hébergement de longs et moyens séjours 1

2 2

3 A vant - propos Aider les maisons de retraite et les Etablissements Hébergeant des personnes âgées dépendantes (EHPAD) à bien décider pour l avenir de la fonction linge, tel a été l objectif de la réalisation de ce guide. La prise en charge adaptée du linge des personnes âgées en établissement d hébergement, est aujourd hui au cœur des débats, et la question de faire ou faire faire est à nouveau d actualité. Notre association a toujours pensé que le tout ou rien n est pas la seule voie, et a voulu apporter d autres réponses. A l instar du Guide sur la Fonction Linge dans les établissements de Santé publié en 2001 par le Ministère de la Santé avec la participation de l URBH, ce document doit permettre aux décideurs et professionnels de la fonction linge, de trouver les solutions les mieux adaptées à leur situation dans un seul et même but : offrir à nos résidents une prestation linge de qualité avec des coûts maîtrisés. Le Président de l URBH, Thierry Desenzani Remerciements L élaboration de ce Guide a été rendue possible grâce à la participation active de personnes aux compétences complémentaires. Remerciements à : - Jacques Giorgio, responsable de la Fonction Linge des Hospices Civils de Lyon, - Alain Vialatte, responsable de la blanchisserie du CHU de Bordeaux - Denis Notter de la Société Grandjard - Élizabeth Brevière de la société Thermopatch - Véronique Colfort de la société Electrolux Systems - François Giraud de la société Kreussler - Jean Claude Kerleaux du CTTN-IREN - Patrice Lefrançois des Editions Belouze (Revue Blanchisserie/location textile). 3

4 4 GIRBAU SA - 12 rue des Chardonnerets - BP ROISSY CDG CEDEX Tél Fax

5 Sommaire Introduction 7 Les textiles utilisés 11 Le traitement des articles textiles : les options et les choix 15 Le traitement des articles textiles en blanchisserie de proximité 21 Accréditation et hygiène 37 Formation 41 Annexes Fiches Textiles 44 Formation 46 Stage décideurs prendre soin du linge du résidents 46 Stage personnel de lingerie prendre soin du linge du résident 46 Procédure pour le linge contaminé par la gale 47 Bibliographie 48 5

6 CHOISISSEZ PARMI LES FORMATIONS DU CTTN-IREN FONCTION LINGE dont : - Maisons de retraites : quelles solutions pour votre linge? - Prendre soin du linge des résidents - CAP Blanchisserie PROPRETÉ HYGIÈNE DES LOCAUX dont : - Hygiène et environnement du patient - CAP Maintenance Hygiène des Locaux STAGES INTER OU INTRA - Contenu adapté au besoin CTTN-IREN Institut de Recherche sur l Entretien et le Nettoyage BP41 Avenue Guy de Collongue ECULLY Cedex Tél. : Fax : (Loi de 1948) sans but lucratif sous la tutelle du Ministère de l Industrie et le contrôle du Ministère des Finances AUDITS ET CONSEILS La toute nouvelle génération Imprimante thermo-transfert TT3 Pour l impression d étiquettes résistantes aux lavages. Système permettant l impression de textes et de graphiques, équipé d un dispositif de coupe, d une rampe d impression de 203 dpi, d un bac de récupération ou d un système de réception d étiquettes. Avantages : Imprimante très performante avec rampe d impression spéciale pour le marquage textile. Thermofixation aisée sur textile. Rubans encreurs spéciaux pour une résistance optimale aux lavages (Un seul coloris d impression). Ruban de marquage CT 2008 Fin, moelleux, extensible Bon comportement. Presses à thermofixer! Commande nouvelle de technologie de pointe Levier de travail permettant un travail ergonomique 3 x touche F permettant un réglage préalable des paramètres Réglage facile de la pression Plateau inférieur libre permettant de travailler librement sans être gêné par le tissu sur le plateau de thermofixation Label-Printer 3-24 L imprimante à plat du futur, spéciale étiquettes Haftex. ouverture automatique Le partenaire innovateur pour le marquage et la logistique des textiles ThermoTex Nagel GmbH Schutterstr. 14 D Schutterwald Tél / Fax / No. vert

7 1 Introduction 1.1. Perspectives De plus en plus de personnes dépendantes 1.3. Dénombrement des établissements d hébergement 1.4. Evaluation des consommations de linge par lit 1.5. Définition de la fonction linge 9 7

8 1.1. Perspectives Aujourd hui une personne sur cinq a plus de 60 ans (12 millions sur 63 millions d habitants soit 20 %) (enquêtes HID 1998 et 1999) vivent à domicile, vivent en établissements pour personnes âgées (maison de retraite, service de soins de longue durée des hôpitaux, logementsfoyers). La proportion des personnes âgées de 60 ans et plus dans la population totale est passée de 18 % en 1970 à 21 % en Les projections pour 2020 font état de 17 millions de personnes, et de 21,6 millions en 2040 soit une augmentation de 80 % (Chiffres INSEE 2002). La quantité de personnes très âgées en maison de retraite va croître de manière particulièrement importante et rapide De plus en plus de personnes dépendantes L amélioration des conditions de vie conduit à l allongement de l espérance de vie de chaque individu. Cette tendance conduit à accentuer le nombre de personnes très âgées par rapport aux personnes de plus de 60 ans. Ainsi les projections font état pour 2020 de près de 4 millions de personnes de plus de 80 ans soit 1,8 fois plus qu en A l horizon 2040, il y aurait près de 7 millions de personnes de 80 ans et plus soit 3,2 fois plus qu en Cette tendance recule l âge d entrée en maison de retraite car la majorité de la population souhaite rester à domicile et cette tendance est encouragée. Cependant, les personnes qui entrent en maison de retraite sont de ce fait beaucoup plus dépendantes ce qui va accentuer la médicalisation des établissements, avec pour corollaire une augmentation des dépenses par lit. Selon les projections de la DRESS, la croissance du nombre de personnes âgées dépendantes va s accélérer à partir de dans une fourchette comprise en 6 et 14 % suivant les simulations. On peut supposer que la consommation de linge par lit va croître fortement suivant en cela la situation de santé des pensionnaires accueillis Dénombrement des établissements d hébergement Selon le Finess 2003 il y a unités de soins de longue durée : - Etablissements publics : Établissements en organisme privé non lucratif : Établissements en organisme privé commercial. : 25 - Les établissements d hébergement pour personnes âgées recensées sont dont : - Organisme privé non lucratif : Etablissements publics : Organismes privés commerciaux : Le nombre de lits était en 1999 de lits dont places en services de soins de longue durée. - Hospices - maisons de retraite des hôpitaux publics: lits - Maisons de retraite publiques autonomes : Maison de retraite privée : Logements - foyers publics : Logements - foyers privés : Autres établissements : La dépense globale d hébergement en 1999 dans les établissements médicalisés a représenté 5 milliards d euros (34,07 milliards de francs) et 2,53 milliards d euros (16,62 milliards en F) en établissements de longue durée, soit un coût moyen de la place d hébergement en maison de retraite de euros ( F), et euros ( F) en section de cure médicale Evaluation des consommations de linge par lit La consommation, suivant les établissements, varie fortement (de 1,5 à 5 kg), mais cette estimation est très imparfaite en l absence de comptage précis des poids de linge envoyés au nettoyage. Critères d appréciation : Le type d établissement et la typologie de sa population de résidents : on sait que les foyers logement accueillent des individus valides tandis que les hospices accueillent une population en santé précaire. Outre les grandes catégories (unités de soins de longue durée, centres psychiatriques, centre pour handicapés âgés, maison de retraite etc.), il est possible de caractériser la consommation en fonction des pathologies rencontrées (taux pour 1000 habitants des pathologies selon le sexe pour les 75 ans et plus fournis par le PMSI, «La santé en France», Drees janvier 2002) Le type de résident, son âge et 8

9 son sexe, son taux de dépendance suivant une des grilles d évaluation. La part de la consommation de produits jetables (couches, alèses jetables) par rapport au textile. Au vu des écarts constatés sur les consommations, l évaluation globale est difficile. Cependant, en prenant la valeur médiane de 3 kg/lit et par jour, il est possible d estimer la consommation à : x 3 kg x 365 x 0,9 (taux d occupation de 90 %) = kg/an Considérant un prix moyen du kilo de linge à 1,46 euro, le budget linge pour les personnes âgées en France peut être estimé à : euros Définition de la fonction linge La fonction linge regroupe l ensemble des moyens qui permettent d assurer toutes les prestations relatives à l approvisionnement, aux ramassages, à l entretien et à la distribution des articles de linge et d habillement dont les services d utilisateurs ont besoin. La mission du responsable de la fonction linge est de veiller à satisfaire, dans un cadre économique déterminé et dans les meilleures conditions d hygiène les besoins en articles textiles des services utilisateurs, tant du point de vue quantitatif que qualitatif. Il s agit donc une fonction de service dont la continuité et l amélioration permanente doivent être assurées. Introduction 9

10 10

11 2 Les textiles utilisés 2.1. Linge et habillement du personne Habillement des résidents Le linge pour incontinence Articles textiles spécifiques à la gériatrie Comportement au feu des articles textiles Réglementation 2. Recommandation 3. Normes Conseils 13 11

12 Les textiles ont évolué durant ces 30 dernières années à la suite de l évalution : des changements d habitudes vestimentaires (importance des vêtements de type sportswear) de la population, plus âgée, plus dépendante, au niveau de vie plus élevé, et plus exigeante (ainsi que les familles) de la prise en charge de l incontinence des contraintes dues à l hygiène des contraintes dues à la sécurité au feu du niveau des prestations Linge et habillement du personnel Pour la majorité du linge hôtelier et de l habillement du personnel, les établissements d hébergement pour les personnes âgées et dépendantes utilisent beaucoup d articles textiles communs aux établissements de santé. Il convient donc de se reporter au «Guide de la fonction linge dans les établissements de santé» pour plus de précisions (téléchargeable sur le site de l URBH : Les fiches produits de ces articles textiles communs extraits du guide de la «Fonction linge dans les établissements de santé» sont reproduites en annexe Habillement des résidents Il est en pleine mutation, suite aux modifications des habitudes vestimentaires. D un habillement plus ou moins standard (lié aux habitudes et/ou à un habillement par la collectivité), il est passé à un habillement diversifié qui traduisent les souhaits de continuer à utiliser ses propres vêtements lorsque l on doit intégrer une structure d hébergement. ces textiles très variés nécessitent : Une adaptation des techniques d entretien Un savoir faire des agents chargés d assurer cet entretien, impliquant une formation initiale Le linge pour incontinence Le traitement de l incontinence dans les établissements d hébergement a pris ces dernières années une grande importance avec l accroissement du nombre d incontinents tant du point de vue budgétaire que de celui des volumes d articles utilisés. Si l usage unique, avec une large gamme de produits adaptés à chaque cas d incontinence et à chaque morphologie s est imposé pour une meilleure maîtrise de l incontinence, quelques réponses spécifiques existent en textile recyclable. Il faut citer notamment les cas des alèses multicouches qui disposent de 3 composants : Une couche de confort (en contact avec le patient) qui doit être hydrophobe Une couche absorbante Une couche imperméable. En fonction des besoins exprimés, ces alèses permettent de fournir : Une protection suffisante pour la literie permettant de supprimer ou de limiter les autres produits d incontinence Un accompagnement des produits d incontinence à usage unique Une aide à la manutention des patients sur les produits disposant de poignées Une aide au maintien du produit sur le lit sur les produits disposant de rabats 2.4. Articles textiles spécifiques à la gériatrie Les fiches techniques des articles spécifiques à la gériatrie suivants : a) bavoir b) combinaison de gériatrie c) robe de soins d) pantalon de gériatrie sont reproduites en annexe n Comportement au feu des articles textiles Des exemples d incendie d établissements d hébergement ont malheureusement démontré qu il existait un risque dans ce domaine. Le textile pouvant être un des facteurs de risques, il est nécessaire de le prendre en compte lors des achats. Cependant, entre le sacro-saint principe de précaution, la réglementation, les normes et les conseils divers, il est parfois difficile de déterminer les choix à faire dans ce domaine. Ce paragraphe se propose d apporter un peu de clarté en fonction des éléments disponibles actuellement. Réglementation Un seul texte existe (décret b du 23/03/2000) et il s applique aux articles de literie garnis suivants : oreillers, traversins, couettes, édredons, couverture ou couvre lit matelassé, ouatinés. Il ne s applique pas aux couvertures et dessus de lit classiques. Ce texte impose que les articles mis sur le marché passent avec succès les essais réalisés selon la norme EN parties 1 et 2 Recommandation Il s agit des textes D1 bis 89 et D 1/90 du GPEM, qui s appliquent au matelas équipé d une housse. 12 Les textiles utilisés

13 Elle ne s applique pas à la housse seule ou à la plaque de mousse. La recommandation limite les achats aux produits ayant obtenu un classement de A à C aux essais prévus dans cette recommandation D1 BIS 89 : test consistant à poser une cigarette en combustion sur le matelas équipée de sa housse. D 1/90 : application successive de 3 sources d inflammation : S1 petite flamme, S2 simule une grande flamme de briquet, S3 flamme de 250 mm. Passe l essai après application des flammes sous la tranche du matelas équipé de sa housse. Classement de A (passe l essai avec S3) à F (ne passe pas l essai avec la cigarette en combustion) Pratiquement le GPEM recommande de n acheter pour les lieux à risque d inflammation volontaire que des matelas équipés de leur housse classés de A à C c est-à-dire passant au minimum la source allumette S1 sous l arête. Ces recommandations ne s appliquent qu au matelas équipé de sa housse et ne s appliquent donc pas à la housse seule ou à la plaque de mousse seule. Normes Il faut tout d abord rappeler que les normes ne sont obligatoires que si elles sont intégrées dans un texte réglementaire (c est le cas de la NF EN ISO 12952). Elles peuvent cependant servir de référence pour exprimer ses besoins et aider aux choix de produits. Norme NF EN ISO Le principe de la méthode consiste à soumettre le produit, ayant au préalable subi 5 cycles de nettoyage suivant les prescriptions du fabricant, aux sources cigarette incandescente pour la partie 1 et 2, et flamme simulant une allumette pour la partie 3 et 4. Les critères d allumage pris en compte au cours de l essai et conduisant au résultat «ne passe pas l essai», sont : combustion dangereuse (extinction forcée) produit presque entièrement dégradé pendant l essai totalité de l épaisseur dégradée distance détruite supérieure à 50 mm persistance de fumée supérieure à 1 heure apparition de flamme (pour la partie 1) persistance de flamme supérieure à 120 s (pour la partie 2) NORME NF EN ISO 6941 modifiée Le principe de la méthode consiste à soumettre un matériau textile, ayant au préalable subi 5 cycles de nettoyage suivant les prescriptions du fabricant, orienté verticalement, à une flamme de 40 mm de hauteur pendant 5 secondes et 15 secondes. La flamme orientée à 45 est directement appliquée sous la tranche de l échantillon. S il y a allumage une mesure de la vitesse de combustion est réalisée par le biais des temps d atteinte des fils repères placés à 185 mm, 370 mm et 555 mm du bord de l éprouvette. La persistance de la flamme doit être pour chaque éprouvette inférieure ou égale à 25 secondes après retrait du brûleur. Il ne doit pas y avoir de propagation de flamme : aucun fil repère atteint. NORME EN et 2 2 cigarettes (partie 1 de la norme) et 2 petites flammes simulant une allumette S1 (partie 2 de la norme) sont appliquées sur la surface d un matelas. Le matelas est déclaré conforme si la persistance de la flamme est inférieure à 120 secondes. Si la distance détruite est inférieure à 100 mm Si la persistance de la fumée est inférieure à 60 minutes. CLASSEMENT M1 Il faut savoir que ce classement M a été créé à l origine pour tester des matériaux destinés au bâtiment. Il n est donc pas spécialement adapté aux articles de literie. C est pourquoi il n en est pas question dans ce chapitre ou toutes les normes font référence aux risques d inflammation par cigarette ou allumette. La référence à ce classement M est cependant encore très répandue chez les acheteurs. A titre d information un tissu ou un complexe classe M1 garantit un comportement au feu remarquable et dans la plupart des cas supérieur aux normes spécifiques literie comme la norme EN partie 1 à 4. La référence à ce classement peut cependant être utilisée dans le cas des rideaux, tentures, voilages et couvertures par exemple ou être impose par une commission de sécurité. Conseils Le risque essentiel d incendie lié aux textiles dans les centres d hébergement apparaît comme fortement corrélé avec la présence de fumeurs dans l établissement (cigarette et/ou allumette). De ce fait, pour les articles ne disposant pas de réglementation, il est possible d intégrer dans son cahier des charges : Articles devant passer avec succès les essais prévus dans la Norme NF EN ISO Partie 1 et 2. Les textiles utilisés 13

14 LANADOL Le produit d avant-garde pour le nettoyage à l eau Mélange des couleurs: au choix* Nettoyage: propre E+F et frais Protection des fibres: fiable * l authenticité de la couleur dépend du label d entretien «linge délicat 30» LANADOL est le résultat d un savoir faire sans précédents dans le domaine du nettoyage a l eau, développé par Kreussler 10 années durant. Les avantages: procédé simple, tri des couleurs uniquement par teintes foncées et claires, efficacité intense de nettoyage déjà atteinte à partir d une température de 20-30, protection des fibres avec apprêt. Nous vous enverrons volontiers les informations Kreussler nº 25 «LANADOL: La pratique du nettoyage à l eau». Elles contiennent tout ce que vous désirez savoir sur les possibilités et les limites du procédé, le matériel nécessaire, les produits LANADOL et les procédés, la mise en pratique, la consommation et les coûts ainsi qu un bilan écologique. L équipe d assistance technique de Kreussler est à votre disposition pour vous conseiller à tout moment. Appelez-nous, écrivez-nous ou envoyeznous un . Kreussler & Co. Produits Chimiques S.A.R.L. C.D. 63 Reichstett, Tél , Télécopieur Chemische Fabrik Kreussler & Co GmbH Postfach , D Wiesbaden Telefon : , Fax : Internet: Votre partenaire pour l hygiène, l ennoblissement et l entretien des textiles 14

15 3 Le traitement des articles textiles : les options et les choix 3.1. Comment appréhender la fonction linge? Quelles alternatives pour le traitement du linge Traitement sur place 2. Traitement à l extérieur Problématique de chaque catégorie de linge Grands plats - Petits plats 2. Linge en forme 3. Linge séché plié Les vêtements des résidents et les vêtements de travail 3.4. Résumé de la démarche 18 15

16 3.1. Comment appréhender la fonction linge? Le lecteur trouvera dans ce guide une démarche qui peut l aider à déterminer, en fonction de son contexte propre, les éléments à prendre en compte pour définir une politique sur le traitement des articles textiles et minimiser les coûts de la fonction linge. Il trouvera également des renseignements techniques lui permettant de mieux préciser ses besoins. La démarche proposée permet de sortir des attitudes maximalistes auxquelles peuvent être conduit un directeur de Maison de Retraite lorsqu il appréhende la Fonction Linge dans son établissement. Il s agit donc d une alternative face à un choix du tout ou rien. Cette approche repose sur une classification des articles textiles en catégories, puis sur le choix, pour chacune de ces catégories de conserver son traitement en interne ou de faire appel à la sous traitance. Ceci permet de prendre en compte des problématiques aussi différentes que celles des draps banalisés et celles du vêtement de résident identifié. Le classement des articles textiles en catégories s effectue par rapport à leurs modes de finition. En effet, dans le coût du traitement du linge les frais de personnel représentent le premier poste de dépense, et la finition (le repassage, pliage, etc. ) absorbe l essentiel de ces ressources humaines. Dans ce classement, il convient aussi de tenir compte de la banalisation ou de la personnalisation des articles textiles, ainsi que du cas particulier du linge à désinfecter. Le classement des catégories d articles textiles est synthétisé par le tableau ci-dessous : 3.2. Q u e l l e s alternatives pour le traitement du linge Traitement sur place Il s effectue dans une unité qui se situe à l intérieur de l établissement d hébergement, et qui dans ce guide sera appelée «Blanchisserie de proximité». Le recours à ce type de blanchisserie s effectuera en fonction des critères suivants : Nécessité de restitution rapide, principalement des articles textiles personnalisés tels que : Classement des catégories d articles textiles 16 Le traitement des articles textiles : les options et les choix

17 vêtements des résidents vêtements de travail linge désinfecté venant des résidents en isolement septique (gale, BMR, etc. ), selon les protocoles en vigueur dans l établissement. Pas d avantages significatifs en terme de productivité et de coûts dans une blanchisserie industrielle sous-traitante Nécessité d un marquage et d un raccommodage de qualité; Traitement à l extérieur Il s effectue dans une unité qui se situe généralement à l extérieur de l établissement et qui dans ce guide sera appelée «Blanchisserie Industrielle». Le recours à ce type de blanchisserie s effectue par rapport aux critères suivants : Temps de restitution rapide non nécessaire (cas des articles banalisés) Seuils de productivité significativement plus élevés notamment au niveau de la finition Volume de linge trop faible pour acquérir des matériels industriels permettant d atteindre des productivités élevées, matériels par ailleurs hors de portée du budget d un petit établissement Linge standardisé permettant d optimiser le matériel Articles pouvant facilement bénéficier d une prestation de type location de linge 3.3. Problématique de chaque catégorie de linge Grands plats Petits plats Ces catégories répondent à tous les critères énoncés précédemment et justifiant le recours à une blanchisserie industrielle : Pas de restitution rapide, le linge étant banalisé Seuils de productivité significatifs possibles en blanchisserie industrielle (300 à 450 pièces/heure/ agent) Linge standardisé. Dans les blanchisseries industrielles, cette catégorie peut représenter 50% de la production, ce qui permet d atteindre des volumes importants et de disposer d une chaîne de traitement très automatisée comprenant : Matériel de mise à l unité pour les draps - engageuse grands plats, petits plats, mixte - sécheuse - repasseuse à cuvettes - plieuse et empileur filmeuse automatique etc. assurent le pliage automatique du Grand Plat, le Petit Plat doit toujours être plié séparément. Linge en forme Le point commun à ces articles textiles banalisés dits «en forme» est d être confectionnés dans des tissus en polyester/coton, permettant ainsi leur traitement dans des matériels industriels appelés «tunnels de finition». Ces matériels ont rendu obsolètes les matériels de repassage destinés au linge en forme en 100 % coton (fer, presse tournante, cabinet à blouses). Là encore, cette catégorie répond aux critères énoncés : Temps de restitution rapide non nécessaire (cas des chemises de malade banalisées) Seuils de productivité significatifs notamment au niveau de la finition (300 à 400 pièces / heure / agent) Volumes importants justifiant les investissements élevés permettant d atteindre les seuils de productivité Linge standardisé permettant d optimiser le matériel (polyester/coton) Articles pouvant facilement bénéficier d une prestation de type location de linge Dans une blanchisserie industrielle, cette catégorie représente 15 à 20% de la production ce qui permet d envisager une chaîne de traitement très automatisée comprenant : postes de mises sur cintres, convoyage, tri automatique, automate de pliage, filmeuse Il existe sur le marché du matériel de plus faible capacité : Petit Tunnel de finition de 150/200 pièces/heure Cabine de finition de 70 pièces/heure Cependant, ce type de matériel ne dispose pas de Il existe bien entendu sur le marché du matériel permettant de traiter des quantités plus faibles mais avec des productivités d au moins deux fois inférieures et qui ne conduisent pas toujours à atteindre les seuils de rentabilité. D autre part, si ces machines (en règle générale des sécheuses repasseuses murales) ont évolué et Le traitement des articles textiles : les options et les choix 17

18 toute la gamme de périphériques utilisés en blanchisserie industrielle ce qui accentue encore les différences de productivité. Même avec ces faibles capacités, rares sont les établissements d hébergement qui ont suffisamment de linge en forme permettant de justifier l acquisition de ce type de matériel. Dans le cas, toutefois, d un volume d articles indispensables à conserver pour compléter l emploi du temps d un agent s occupant de la blanchisserie intégrée de proximité, l intégration de ce matériel permettrait d améliorer la productivité globale de l unité. Dans ce cas le critère financier n est pas prépondérant. Linge séché plié Pour cette catégorie de linge, il faut raisonner article par article car la réponse peut souvent être mixte. Ce linge, dont la finition est effectuée en séchoirsrotatifs, est essentiellement banalisé: drapshousses, alèses absorbantes, articles en éponge etc Si certains articles sont personnalisés, ils devront être traités sur place (couvertures, articles en filet, par exemple). Ce linge, dont la finition ne nécessite pas des investissements lourds, et bien qu il soit banalisé, peut être traité en interne. Il peut ainsi servir d appoint pour équilibrer l activité d un poste de travail. Il est à noter que certains articles comme les draps de dessus, et les taies d oreiller, peuvent être confectionnés comme pour les draps housses en jersey polyester/coton 50/50. Ces articles qui viennent à l origine, du Canada peuvent facilement être traités sur place (laveuse essoreuse + séchoir rotatif). Si ce linge est traité sur place, il sera personnalisé au service par la couleur, par exemple. Pour cette catégorie d articles, la possibilité de pliage automatique doit également être prise en compte (plieuse éponge par exemple), car certains articles peuvent être avantageusement traités dans une blanchisserie industrielle. Les vêtements des résidents et les vêtements de travail Si les vêtements de travail sont faciles à maîtriser, le linge de résident est d une approche plus difficile. En effet, dans cette catégorie, il est possible de retrouver pratiquement toutes les catégories déjà vues : Petit Plat : Mouchoirs par exemple même si ils deviennent de plus en plus marginaux Linge en forme : Cas des chemises, pantalons, robes Linge séché à plier : pulls, sous vêtements, jogging, maillots En dehors du linge en forme, les articles seront donc intégrés sur le choix effectué précédemment, ce qui permettra dans certains cas d optimiser les activités. En ce qui concerne le linge en forme, vêtements de travail et vêtements de résident sont des catégories qui peuvent être regroupées parce qu elles présentent la même problématique dans la plupart des établissements d hébergement. Le traitement de proximité, sur ces catégories peut se justifier par les critères déjà énoncés : Nécessité de restitution rapide (plus particulièrement sur les vêtements de résidents), ces articles sont personnalisés Seuils de productivité non significatifs, sauf pour les vêtements de travail Nécessité d un marquage et d un raccommodage de qualité; A la lecture de ces critères, il peut subsister une ambiguïté sur les vêtements de travail. Pour lever cette ambiguïté, il faut ajouter un critère supplémentaire pour mieux cerner les choix, le type de matériel et de qualité de finition. Dans la mesure où la finition en cabine a été choisie (voir chapitre Matériel), et avec une livraison sur cintre, le traitement en blanchisserie de proximité permet d obtenir une finition de qualité acceptable et un niveau de productivité intéressant, pour les vêtements de résidents mais également pour les vêtements de travail. Si on choisit une qualité supérieure, c est dire, une finition sur mannequin et table à repasser pour les vêtements des résidents, le traitement des vêtements de travail sera réalisé en blanchisserie industrielle avec la possibilité de recourir à la location de linge. (Voir article n 5.5 du guide de la fonction linge dans les établissements de santé). Les vêtements des résidents doivent être traités sur place, non pas parce que, les blanchisseurs privés ne veulent pas en assurer le traitement, mais parce qu ils répondent aux critères de choix retenus pour une prestation de proximité 3.4. Résumé de la démarche La démarche proposée pourrait être synthétisée le plus souvent par le diagramme suivant : 18 Le traitement des articles textiles : les options et les choix

19 Toute la mercerie adaptée aux lingeries et blanchisseries Fils à coudre, fermetures à glissières, rubans serge, sangles, coullisses trachéo, inscriptions tissées, rubans velcro, boutons, grippers et pressions métal, tresses et rubans élastiques, épingles sureté, sous-vêtements, vêtement professionnels, etc. CATALOGUE SUR SIMPLE DEMANDE Fax Vert : LOUTTE S.A 20, rue Alfred de Musset SAINT-QUENTIN Tél. : Fax :

20 20

Direction des Affaires Juridiques

Direction des Affaires Juridiques Direction des Affaires Juridiques Guide relatif à la sécurité vis-à-vis de l allumabilité de matelas et d articles de literie destinés aux établissements à hauts risques prisons, services psychiatriques

Plus en détail

Blanchisserie Industrielle

Blanchisserie Industrielle Blanchisserie Industrielle recueil sur CD-ROM Référence : 3074511 ISBN : 978-2-12-074511-5 Année d édition : 2009 Analyse Les blanchisseries industrielles traitent le linge confié principalement par des

Plus en détail

SYSTEME G. La Blanchisserie Spécial Maisons de Repos et Soins

SYSTEME G. La Blanchisserie Spécial Maisons de Repos et Soins SYSTEME G La Blanchisserie Spécial Maisons de Repos et Soins 05-02-2014 SYSTEME G LA REPONSE AUX SOUCIS DU SECTEUR Le système G: l application aux maisons de repos de la philosophie de Automatic Industries

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste LE CIRCUIT DU LINGE Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste Introduction Le linge est au plus près du malade, à son contact direct. C est un élément de confort indispensable. Les articles textiles doivent répondre

Plus en détail

LANADOL L original du nettoyage à l eau

LANADOL L original du nettoyage à l eau LANADOL L original du nettoyage à l eau Votre gage de succès pour un nettoyage éco-responsable des textiles www.kreussler-chemie.com WETCLEANING, CREATED BY KREUSSLER. Êtes-vous à la recherche d une solution

Plus en détail

LAVAGE À LA MAIN Recommandé pour les pièces imprimées multicolores et les pièces délicates.

LAVAGE À LA MAIN Recommandé pour les pièces imprimées multicolores et les pièces délicates. SOINS GENERAUX Lisez attentivement les étiquettes des vêtements Respectez toujours les recommandations des fabricants des machines à laver. Dissolvez bien les détergents pour que ceux-ci ne forment pas

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Certificat d aptitude professionnelle Métier du pressing 5 DÉFINITION DU SECTEUR D EMPLOI Dans la catégorie des métiers

Plus en détail

LE GAZ DIREC T en BLANCHISSERIE INDUSTRIELLE

LE GAZ DIREC T en BLANCHISSERIE INDUSTRIELLE LE GAZ DIREC T en BLANCHISSERIE INDUSTRIELLE Le gaz direct : une étude approfondie réalisée par le CTTN-IREN, avec le soutien de l ADEME Le Centre Technique de la Teinture et du Nettoyage, en partenariat

Plus en détail

WET CLEANING READY HS6013

WET CLEANING READY HS6013 WET CLEANING READY HS6013 HS6017 HS6023 RESPECTEZ L ENVIRONNEMENT AVEC LE NETTOYAGE À L EAU ED260 ED340 ED460 GIRBAU Laundry equipment un concept de nettoyage rapide, efficace, respectant la grande majorité

Plus en détail

HOPITAL LOCAL CLAUDE DEJEAN

HOPITAL LOCAL CLAUDE DEJEAN HOPITAL LOCAL CLAUDE DEJEAN BP 34 07170 VILLENEUVE-DE-BERG : 04.75.88.80.26 - : 04.75.88.80.31 POUR VOTRE CONFORT VOTRE LINGE PERSONNEL pendant votre séjour L établissement fournit le linge hôtelier tel

Plus en détail

Fiche technique Octobre, 2010 Dernière version : Sept 1999

Fiche technique Octobre, 2010 Dernière version : Sept 1999 Scotch-Weld 49 Colle acrylique aqueuse Fiche technique Octobre, 2010 Dernière version : Sept 1999 Description Caractéristiques typiques La colle 3M Scotch-Weld 49 est une colle aqueuse, à haut extrait

Plus en détail

La gestion du linge en EMS

La gestion du linge en EMS La gestion du linge en EMS Quelles mesures mettre en place? Journée Cclin Est / ARLIN Lorraine 6 Novembre 2014 K. Guerre Introduction (1) Rôle primordial dans le confort et la protection des résidents

Plus en détail

CONCOURS D AGENT TECHNIQUE DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT 2006. (concours externe, interne et troisième voie) Spécialité : LINGERIE

CONCOURS D AGENT TECHNIQUE DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT 2006. (concours externe, interne et troisième voie) Spécialité : LINGERIE Centres de Gestion de la Jeudi 7 décembre 2006 Fonction Publique Territoriale de la région Bretagne Centre organisateur : CDG 35 CONCOURS D AGENT TECHNIQUE DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT 2006 (concours

Plus en détail

Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques

Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques HYGIENE & SECURITE Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques Irritations, brûlures, allergies, maladies, l utilisation de produits chimiques lors de l entretien des locaux expose les agents

Plus en détail

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET FICHE DE PRESENTATION DE PROJET TITRE : COLLECTE DE VETEMENTS POUR UNE ASSOCIATION CARITATIVE NIVEAU : 3 ème POLE : ENTRETIEN DU LINGE SITUATION DANS L ANNEE/ EN AUTOMNE OU AU MOMENT D UNE CAMPAGNE HUMANITAIRE

Plus en détail

FICHE DE POSTE DE TRAVAIL. Sommaire :

FICHE DE POSTE DE TRAVAIL. Sommaire : Sommaire : poste N 1 : gestion des produits lessiviels (poudre ou liquide)..1 poste N 2 : contrôle entrée linge sale et tri.2 poste N 3 : chargement lavage.3 poste N 4 : déchargement et orientation......4

Plus en détail

PIECE N 3 : CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES. Consultation Simple - MAPA

PIECE N 3 : CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES. Consultation Simple - MAPA MAISON DE RETRAITE DE MORNANT (Rhône) PIECE N 3 : CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Consultation Simple - MAPA «Fourniture de produits d entretien avec mission de conseils et de formation pour

Plus en détail

ECO-CONSTRUCTION : L ISOLATION ECOLOGIQUE

ECO-CONSTRUCTION : L ISOLATION ECOLOGIQUE Annexe 1 Page 1 1. FINALITES DE L UNITE DE FORMATION 1.1. FINALITES GENERALES Dans le respect de l article 7 du décret de la Communauté française du 16 avril 1991 organisant l enseignement de promotion

Plus en détail

Nouveau Centre de service de MAN Truck & Bus Deutschland GmbH Mannheim basée à Hirschberg (Allemagne) Un gain de volume de plus de 1 100 m³

Nouveau Centre de service de MAN Truck & Bus Deutschland GmbH Mannheim basée à Hirschberg (Allemagne) Un gain de volume de plus de 1 100 m³ SSI SCHAEFER LOCATION STORE MANAGEMENT (LSM) Nouveau Centre de service de MAN Truck & Bus Deutschland GmbH Mannheim basée à Hirschberg (Allemagne) Un gain de volume de plus de 1 100 m³ Nouvel entrepôt

Plus en détail

Pour allier propreté et écologie: le nettoyage à sec Coop Oecoplan.

Pour allier propreté et écologie: le nettoyage à sec Coop Oecoplan. Avec prix courant Pour allier propreté et écologie: le nettoyage à sec Coop Oecoplan. POUR ALLIER PROPRETÉ ET ÉCOLOG IE: LE NETTOYAGE À SEC COOP OECOPLAN. Pour prendre soin de vos textiles et de notre

Plus en détail

TARIFS PRESTATION CREATIVITE ET RETOUCHE AMEUBLEMENT RETOUCHES*

TARIFS PRESTATION CREATIVITE ET RETOUCHE AMEUBLEMENT RETOUCHES* AMEUBLEMENT RETOUCHES* RIDEAUX / VOILAGES 2014-2015 (Fourniture non comprises, en mètre piqué linéaire) Panneau à plis tapissier / tête flamande (le pli) 3,00 Panneau à plis plats (différentes possibilités)

Plus en détail

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer La démarche qualité appliquée à l établissement «test» 1) Le contexte Dégradation des résultats

Plus en détail

SAVOIRS TECHNOLOGIQUES ASSOCIÉS. S1 Connaissance des vêtements et des articles à entretenir. CONNAISSANCES ÊTRE CAPABLE DE Unités

SAVOIRS TECHNOLOGIQUES ASSOCIÉS. S1 Connaissance des vêtements et des articles à entretenir. CONNAISSANCES ÊTRE CAPABLE DE Unités SAVOIRS TECHNOLOGIQUES ASSOCIÉS S1 Connaissance des vêtements et des articles à entretenir CONNAISSANCES ÊTRE CAPABLE DE Unités 1 Matériaux composant les articles textiles à entretenir 1 1 Les fibres textiles

Plus en détail

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Prestations audit/conseils Votre expert en flux documentaires et logistiques Prestations audit/conseils 1. ConseiL optimisation d exploitation courrier 2. Conseil Aménagements 3. Conseil en procédures de gestion courrier 4. Accompagnement

Plus en détail

WWW.CLEVERCARE.INFO LAVAGE

WWW.CLEVERCARE.INFO LAVAGE WWW.CLEVERCARE.INFO LAVAGE Le symbole du cuvier indique si le lavage domestique est possible à la main et en machine. Le nombre à l intérieur de ce symbole indique la température de lavage maximale en

Plus en détail

I. Etapes du service et procédés utilisés

I. Etapes du service et procédés utilisés I. Etapes du service et procédés utilisés Réception des vêtements Détachage des vêtements Nettoyage à sec des vêtements Lavage des vêtements Essorage des vêtements Séchage des vêtements Repassage des vêtements

Plus en détail

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE Astrid Demarchi Soins Prédésinfection Lavage Stockage Retraitement des dispositifs médicaux stériles Désinfection Stérilisation Emballage Contrôles Le lavage est

Plus en détail

Etiquettes autocollantes

Etiquettes autocollantes 12 18 mm 12 25 mm 12 38 mm 15 34 mm 15 60 mm 16 22 mm 20 50 mm 21 34 mm 24 51 mm 24 68 mm 25 39 mm 26 97 mm 2.2007 12.2.1 33 33 mm 34 51 mm 34 65 mm 34 75 mm 35 105 mm 39 49 mm 39 70 mm 48 138 mm 50 97

Plus en détail

l indispensable LE CIRCUIT DU LINGE Le linge. Le changement Contexte réglementairer plus en plus exigeant A -B -C

l indispensable LE CIRCUIT DU LINGE Le linge. Le changement Contexte réglementairer plus en plus exigeant A -B -C Le linge. LE CIRCUIT DU LINGE l indispensable Hygiène du linge et méthode m R-R A -B -C 16/05/13 le circuit du linge/c- 16/05/13 le circuit du linge/c- Le changement Un contexte réglementaire r de plus

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN REVÊTEMENT DE SOL VINYLE TISSÉ

GUIDE D ENTRETIEN REVÊTEMENT DE SOL VINYLE TISSÉ GUIDE D ENTRETIEN REVÊTEMENT DE SOL VINYLE TISSÉ ENTRETIEN Un nettoyage facile à la main ou à la machine Véritable innovation technique développée pour les environnements publics les plus exigeants, les

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION IDENTIFICATION DES COMPÉTENCES À PARTIR DES ACTIVITÉS

RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION IDENTIFICATION DES COMPÉTENCES À PARTIR DES ACTIVITÉS RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION IDENTIFICATION DES COMPÉTENCES À PARTIR DES ACTIVITÉS ACTIVITÉS Capacités COMPÉTENCES C1 Préparation des activités Réalisation d activités Relations avec les clients, avec

Plus en détail

Imprimantes d adresses et de personnalisation. Une gamme complète pour la gestion de vos envois

Imprimantes d adresses et de personnalisation. Une gamme complète pour la gestion de vos envois Imprimantes d adresses et de personnalisation Une gamme complète pour la gestion de vos envois La première impression est toujours la meilleure Le courrier est un lien majeur entre vous, vos collaborateurs,

Plus en détail

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise.

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise. Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion budgétaire Prévoir et contrôler les activités de l entreprise Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3251-2 Chapitre 3 Optimiser

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

iprint Imprimantes en continu jet d encre

iprint Imprimantes en continu jet d encre Solutions Impika Imprimantes en continu jet d encre Basée sur la technologie Impika éprouvée de jet d encre piézoélectrique Goutte à la demande, la gamme a été spécialement conçue pour les applications

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

L évaluation. Contrôle en Cours de. Formation CAP ATMFC

L évaluation. Contrôle en Cours de. Formation CAP ATMFC L évaluation en Contrôle en Cours de Formation CAP ATMFC C.C.F. EN MILIEU FAMILIAL EP 1 SERVICES AUX FAMILLES Coefficient 7 (6 + 1 pour la VSP) METHODOLOGIE EXPLICATIONS 1 situation d évaluation OU QUAND

Plus en détail

PROTECTIVE FABRICS. Une gamme de tissus avec finition retardatrice de flammes. Recommandations de lavage de soin et d entretien

PROTECTIVE FABRICS. Une gamme de tissus avec finition retardatrice de flammes. Recommandations de lavage de soin et d entretien PROTECTIVE FABRICS Une gamme de tissus avec finition retardatrice de flammes Recommandations de lavage de soin et d entretien Sommaire : 1.0 INTRODUCTION 2.0 LAVAGE INDUSTRIEL 2.1 Détergents et autres

Plus en détail

Systèmes d étiquetage transversaux Idéal pour l étiquetage d emballages thermoformés MARKING & INSPECTION

Systèmes d étiquetage transversaux Idéal pour l étiquetage d emballages thermoformés MARKING & INSPECTION Systèmes d étiquetage transversaux Idéal pour l étiquetage d emballages thermoformés MARKING & INSPECTION Systèmes d étiquetage Les étiquettes sont distribuées sous un canal de dépose et perpendiculairement

Plus en détail

Guide Franchise votre franchise Eco Lav en bref LE CONCEPT Eco Lav, Mot du Fondateur ACCOMPAGNEMENT. QUALITÉ ECOLOGIE INNOVATION Mehdi Ben Hmida

Guide Franchise votre franchise Eco Lav en bref LE CONCEPT Eco Lav, Mot du Fondateur ACCOMPAGNEMENT. QUALITÉ ECOLOGIE INNOVATION Mehdi Ben Hmida Guide Franchise votre franchise Eco Lav en bref Mot du Fondateur Grâce à nos méthodes de travail et d organisation, à nos formules de fidélisation de la clientèle, vous saurez vous imposer comme le professionnel

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

Calandres professionnelles. L ensemble de produits

Calandres professionnelles. L ensemble de produits Calandres professionnelles L ensemble de produits Technologie de repassage de pointe Singulière par sa performance convaincante par sa qualité Le linge propre, frais et parfaitement repassé est la carte

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Votre solution d impression et de mise sous pli à grande vitesse

Votre solution d impression et de mise sous pli à grande vitesse Votre solution d impression et de mise sous pli à grande vitesse 150 pages par minute, en noir et en couleur Une technologie jet d encre unique qui vous permet de concilier vitesse et qualité, pour imprimer,

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE FICHE DE DONNEES DE SECURITE 1 - IDENTIFICATION DU PRODUIT DE LA SOCIETE Nature du produit : Nom du produit : Type d utilisation : Importateur : Origine : Adresse France : Isolant à base de fibres de cellulose

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE A L HÔPITALL

LE CIRCUIT DU LINGE A L HÔPITALL LE CIRCUIT DU LINGE A L HÔPITALL UE 2.10 Semestre 1 «INFECTIOLOGIE-HYGIENE» Hervé OLEON Cadre de Santé Formateur IFSI Saint-Louis Objectifs pédagogiquesp A l issue l de ce cours, l él étudiant sera capable

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

VÊTEMENTS DE TRAVAIL, LINGE PLAT ET VÊTEMENTS DE RÉSIDENTS

VÊTEMENTS DE TRAVAIL, LINGE PLAT ET VÊTEMENTS DE RÉSIDENTS VÊTEMENTS DE TRAVAIL, LINGE PLAT ET VÊTEMENTS DE RÉSIDENTS THERMOPATCH BLANCHISSERIE FR 02 INTRODUCTION LA VISION DE THERMOPATCH Depuis plus de 80 ans, Thermopatch se positionne en tant que leader pour

Plus en détail

Technologie d identification par radiofréquence (RFID)

Technologie d identification par radiofréquence (RFID) Technologie d identification par radiofréquence (RFID) Vos besoins nous font progresser. ThermoTex propose des solutions clés en main pour le marquage textile. 1,8 milliard d étiquettes par an 23 ans d

Plus en détail

DEMANDE D ADMISSION A LA MAISON DE RETRAITE SAINT NICOLAS DE ROSCOFF

DEMANDE D ADMISSION A LA MAISON DE RETRAITE SAINT NICOLAS DE ROSCOFF DEMANDE D ADMISSION A LA MAISON DE RETRAITE SAINT NICOLAS DE ROSCOFF Nom - Prénom Nom de jeune fille né(e) le : / / 19 à ( ) Situation familiale : Célibataire / Marié(e) / Veuf(ve) marié(e) le : / / 19

Plus en détail

Etiquetage. Imprimantes d étiquettes. Ruban transfert thermique. Etiquettes autocollantes

Etiquetage. Imprimantes d étiquettes. Ruban transfert thermique. Etiquettes autocollantes Etiquetage Imprimantes d étiquettes Ruban transfert thermique Etiquettes autocollantes Haslistrasse 41 4600 Olten Tél. 0842 82 82 82 Fax 0842 85 85 85 info@directpack.ch Imprimantes d étiquettes TTP-244

Plus en détail

Dans l hôpital Dans le service

Dans l hôpital Dans le service Dans l hôpital Dans le service LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes:

Plus en détail

TROUSSEAU TYPE D'UN RESIDENT EN MAISON DE RETRAITE

TROUSSEAU TYPE D'UN RESIDENT EN MAISON DE RETRAITE 56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30 TROUSSEAU TYPE D'UN RESIDENT EN MAISON DE RETRAITE 10 Culottes de coton 90 5 Chemises de corps coton 90 10 Collants,

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001 SARL Capital de 24 000 Siret 350 521 316 00025 NAF 741G créée en 1989 1bis rue Marcel PAUL - 91742 MASSY Cedex Adresse postale : 6 rue SORET 91600 Savigny sur Orge Tél : 33 (0)1 69 44 20 33 Fax : 33 (0)826

Plus en détail

5. HABILLEMENT ET TEXTILE 5.1. CONFECTION

5. HABILLEMENT ET TEXTILE 5.1. CONFECTION CCPQ Bd Pachéco - 19 - boîte 0 1010 Bruxelles Tél. : 02 210 50 65 Fax : 02 210 55 33 Email : ccpq@profor.be www.enseignement.be 5. HABILLEMENT ET TEXTILE 5.1. CONFECTION AGENT QUALIFIE / AGENTE QUALIFIEE

Plus en détail

Introduction. CINET : SOLVETEX II Etude comparative de La qualité des solvants

Introduction. CINET : SOLVETEX II Etude comparative de La qualité des solvants CINET : SOLVETEX II Etude comparative de La qualité des solvants L association CINET (comité international de l entretien du textile) a confié en mars 2011 au TKT une étude comparative sur les performances

Plus en détail

weber.mur G lisse, la solution pour le débullage du béton Jeudi 17 Février 2011

weber.mur G lisse, la solution pour le débullage du béton Jeudi 17 Février 2011 Toujours à l écoute d une clientèle en quête de solutions innovantes et pratiques, Weber, filiale du groupe Saint-Gobain, s appuie sur le succès rencontré par weber.mur lisse, lancé fin 2008, pour offrir

Plus en détail

Formations au bénéfice de personnes en situation de handicap en ESAT

Formations au bénéfice de personnes en situation de handicap en ESAT Formations au bénéfice de personnes en situation de handicap en ESAT 2014 EDITO La formation est un droit qui permet d élargir ses compétences et d évoluer dans son travail. Ce catalogue est fait pour

Plus en détail

LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 BON DE COMMANDE

LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 BON DE COMMANDE LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 Une grande étude IPEA Vous voulez cerner le marché du meuble de salle de bains et explorer les pistes prospectives à l horizon 2020? A partir de

Plus en détail

lagoon Advanced Care Electrolux Professionnel Pressing Nettoyage à l eau Rapide, facile et écologique

lagoon Advanced Care Electrolux Professionnel Pressing Nettoyage à l eau Rapide, facile et écologique lagoon Advanced Care Electrolux Professionnel Pressing Nettoyage à l eau Rapide, facile et écologique Vos attentes......un système respectueux de l environnement,, conforme au 2345 et sans solvants pour

Plus en détail

Votre solution d impression et de mise sous pli à grande vitesse

Votre solution d impression et de mise sous pli à grande vitesse Votre solution d impression et de mise sous pli à grande vitesse 150 pages par minute, en noir et en couleur Une technologie jet d encre unique qui vous permet de concilier vitesse et qualité, pour imprimer,

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Mini Guide des Bonnes pratiques en blanchisserie selon la norme EN 14065 et le système RABC,

Mini Guide des Bonnes pratiques en blanchisserie selon la norme EN 14065 et le système RABC, , Mini Guide des Bonnes pratiques en blanchisserie selon la norme EN 14065 et le système RABC, Electrolux Professional Mini guide Photo Denis Paillard - Tous droits cédés à Electrolux Laundry Systems France

Plus en détail

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Le présent chapitre doit être lu en conjonction avec les Dispositions générales sur les pratiques de publicité et de communication

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France RT 2012 OBJECTIF : La règlementation thermique RT 2012 a pour objectif de protéger l environnement en favorisant les économies d énergie. Inspirée du concept des bâtiments basse consommation (BBC), elle

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS Organisme de formation spécialisé dans l hygiène et le nettoyage

CATALOGUE DE FORMATIONS Organisme de formation spécialisé dans l hygiène et le nettoyage 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS Organisme de formation spécialisé dans l hygiène et le nettoyage Arnaud REBÊCHE Un constat s impose : le secteur de la propreté et du multi services, dans la restauration,

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE Didier LAFAGE : Directeur du Pôle Equipements, Hôtellerie, Logistique CHU TOULOUSE 1 Optimisation de la prise

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes

Projet de Fin d Etudes Juin 2014 Projet de Fin d Etudes Résumé Déménagement industriel de la production dans ses nouveaux locaux ALSACE TOLERIE 13 Rue du MITTLERWEG 68000 COLMAR CEDOLIN Jeremy GM5 ISP Ce Projet de Fin d Etudes,

Plus en détail

36 rue des Loges 37460 VILLELOIN COULANGE

36 rue des Loges 37460 VILLELOIN COULANGE Commun lecture/dossier ADMISSION/ contrats séjours/contrat temporaire 04-2009 1 36 rue des Loges 37460 VILLELOIN COULANGE Commun lecture/dossier ADMISSION/ contrats séjours/contrat temporaire 04-2009 2

Plus en détail

Les éventuels plis restants disparaîtront d eux-même grâce à la chaleur de votre corps lors du porter.

Les éventuels plis restants disparaîtront d eux-même grâce à la chaleur de votre corps lors du porter. OLYMP Luxor - impeccable même sans repassage: Lavez toujours séparément les vêtements blancs et couleurs. Pour conserver des couleurs éclatantes, nous vous recommandons l utilisation de lessives fines.

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Notice d utilisation TRESCOMAT CONFORT STE

Notice d utilisation TRESCOMAT CONFORT STE N290/R01(24.04.09) Notice d utilisation TRESCOMAT CONFORT STE Câble de rénovation biconducteur, posé sur treillis, avec bandes autocollantes. Pour support béton. Finition carrelée. 675, rue Louis Bréguet

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 4

Comptabilité et gestion Sujet n 4 Comptabilité et gestion Sujet n 4 CAS «LES RUBANS» Ce cas est composé de deux dossiers à traiter obligatoirement «Les Rubans», PMI occupant environ 200 personnes, est une société anonyme qui vend des rubans

Plus en détail

DOSSIER ADMINISTRATIF de pré-admission en EHPAD

DOSSIER ADMINISTRATIF de pré-admission en EHPAD Dossier réceptionné le : / / (Réservé à l administration) Futur Résident rencontré le : / / Par : Souhaite : 1 lit 2 lits Pour la Résidence : Studio Appartement Date d entrée prévue le : / / Service :

Plus en détail

Association Suisse des Fabricants et Fournisseurs d Appareils électrodomestiques. La nouvelle étiquette énergie 2011

Association Suisse des Fabricants et Fournisseurs d Appareils électrodomestiques. La nouvelle étiquette énergie 2011 Association Suisse des Fabricants et Fournisseurs d Appareils électrodomestiques La nouvelle étiquette énergie 2011 INTRODUCTION L étiquette énergie, histoire d un succès Les principaux critères d achat

Plus en détail

Gravure et la Découpe Laser

Gravure et la Découpe Laser Manuel pour la Gravure et la Découpe Laser www.troteclaser.com Trucs et Astuces pour travailler avec une machine laser Trotec Table des matières 3 Introduction 3 Que peut faire un laser? 4 Les sources

Plus en détail

documentation g e n e r a l e

documentation g e n e r a l e documentation g e n e r a l e D O C U M E N T A T I O N GENERALE protection incendie passive FLOCAGES CALFEUTREMENTS CF MACONNERIE CF CAROTTAGES JOINTS CF CTP / VTP PORTES CF Cheminement Technique Protégé

Plus en détail

Annexe A : Tableau des exigences

Annexe A : Tableau des exigences E1 E1.1 E1.2 E1.3 E1.4 E1.5 E1.6 Exigences générales production Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent être cultivés au Québec. Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent

Plus en détail

SEPTEMBRE 2011 LINGERIE BLANCHISSERIE GUIDE DE PRÉVENTION. Evaluation des risques professionnels

SEPTEMBRE 2011 LINGERIE BLANCHISSERIE GUIDE DE PRÉVENTION. Evaluation des risques professionnels SEPTEMBRE 2011 LINGERIE BLANCHISSERIE GUIDE DE PRÉVENTION Evaluation des risques professionnels INTRODUCTION Ce guide est un outil pour prévenir les risques professionnels dans les lingeries/blanchisseries

Plus en détail

UN BLOC CUISINE UTILISABLE EN E. R. P. 1. COUPE-FEU 1 HEURE Essai C. T. I. C. M. : 99-V-053 TRANSPORTABLE

UN BLOC CUISINE UTILISABLE EN E. R. P. 1. COUPE-FEU 1 HEURE Essai C. T. I. C. M. : 99-V-053 TRANSPORTABLE C EST UN BLOC CUISINE UTILISABLE EN E. R. P. 1 COUPE-FEU 1 HEURE Essai C. T. I. C. M. : 99-V-053 TRANSPORTABLE 1 Etablissement Recevant du Public. LES PAROIS SONT COUPE-FEU 1 HEURE Essai C. T. I. C. M.

Plus en détail

Fiche technique Mai, 2011 Dernière version : Oct 2010. Produits transparents : SJ 3460 : non adhésif SJ 3560 : Muni d un adhésif acrylique VHB

Fiche technique Mai, 2011 Dernière version : Oct 2010. Produits transparents : SJ 3460 : non adhésif SJ 3560 : Muni d un adhésif acrylique VHB Dual Lock 250 Système de fixation ouvrable et refermable Fiche technique Mai, 2011 Dernière version : Oct 2010 Description du produit Produits transparents : SJ 3460 : non adhésif SJ 3560 : Muni d un adhésif

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

Exemples de substrats. Avant de commencer

Exemples de substrats. Avant de commencer FR11 - Comment sublimer des vêtements en polyester dans une presse à chaud à plat standard - processus avec mousse 193-199 C / 380-390 F 35-45 SECONDES 1 PRESSION TRÈS LÉGÈRE (10 psi) VIDÉO : http://youtube.com/v/wpioxh-

Plus en détail

Sanitaires Lavabo accessible

Sanitaires Lavabo accessible Fiche H.11 Objet de la fiche Rappeler les dispositions de l arrêté pour l application, aux sanitaires, des articles R.111-19 à R.111-19- 3 ; R.111-19-6, R.111-19-8 et R.111-19-11 du code de la construction

Plus en détail

Rouen 05 décembre 2013 LAVE-BASSINS

Rouen 05 décembre 2013 LAVE-BASSINS LAVE-BASSINS I : Utilité du lave-bassins Le lave-bassins est un dispositif médical conçu pour les fonctions vidage, nettoyage et désinfection des différents ustensiles : bassins, urinaux, bocaux, seaux

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

Information Equipment

Information Equipment PLM Information Equipment SOMMAIRE: DESCRIPTION ET CARACTERISTIQUES PRINCIPALES PLAN D INSTALLATION INFORMATIONS TECHNIQUES CONFIGURATION Sealed Air S.A.S. 53 rue St Denis Boîte Postale 9 F-28234 EPERNON

Plus en détail

Les Français et le Grand Age

Les Français et le Grand Age Les Français et le Grand Age Fédération Hospitalière de France / TNS Sofres Mai 2013 En préambule Le vieillissement de la population et la prise en charge du grand âge : un enjeu crucial dans l agenda

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Une excellente expérience d utilisation dans différents environnements clients

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Une excellente expérience d utilisation dans différents environnements clients COMMUNIQUÉ DE PRESSE Intermec présente son nouveau portefeuille d imprimantes de bureau, la Série PC, pour l impression d'étiquettes dans les environnements de transport, de logistique, d industrie légère,

Plus en détail

GESTION DE LA RESTAURATION COLLECTIVE SORESS RÉUNION

GESTION DE LA RESTAURATION COLLECTIVE SORESS RÉUNION GESTION DE LA RESTAURATION COLLECTIVE SORESS RÉUNION Qu est est-ce que aidomenu? VICI conçoit et édite depuis plusieurs années des progiciels utilisés par les différents acteurs professionnels de la Restauration

Plus en détail

C.C.T.P. Lot N 3 PEINTURE ET NETTOYAGE

C.C.T.P. Lot N 3 PEINTURE ET NETTOYAGE C.C.T.P. Lot N 3 PEINTURE ET NETTOYAGE Les prestations dues par l Entrepreneur du présent lot suivent strictement les prescriptions énoncées dans le présent lot. Ci-après toutes fournitures et ouvrages

Plus en détail

DESHUMIDIFICATEURS D AIR PISCINES. La maîtrise de l hygrométrie, c est nous! La technologie du bien - être. catalogue 2012

DESHUMIDIFICATEURS D AIR PISCINES. La maîtrise de l hygrométrie, c est nous! La technologie du bien - être. catalogue 2012 DESHUMIDIFICATEURS D AIR PISCINES catalogue 2012 Fabricant - Constructeur en France La maîtrise de l hygrométrie, c est nous! La technologie du bien - être DESHUMIDIFICATEURS D AIR PISCINES Notre savoir

Plus en détail