I. La vision de la folie à la fin du moyen âge

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. La vision de la folie à la fin du moyen âge"

Transcription

1 I. La vision de la folie à la fin du moyen âge Qu est-ce que la folie, et qu appelle-t-on un fou au XVIe siècle, période transitoire au cours de laquelle le Moyen Age prend fin et la Renaissance se met en place? Partons d un constat, que nous nuancerons ensuite : Les connaissances fragmentaires, incertaines, que nous possédons touchant le Moyen Age ne permettent guère de se faire une juste idée du statut du fou et de la folie dans la société et dans la pensée médicale de cette époque. 1 Ce terme de folie recouvre à ce moment de l histoire un sens encore plus large et imprécis que celui qui lui est donné de nos jours. La psychiatrie et le terme de maladie mentale ne seront inventés que vers le début du XIXe siècle. En cette fin du XVe siècle, on désigne par le terme de fou toute personne ayant une attitude qui ne correspond pas à la règle sociale établie. C est celui qui a perdu la tête, pour quelque raison que ce soit. On peut alors en distinguer trois catégories. Il peut ainsi s agir du vrai malade mental avec un problème relevant de la psychiatrie. Alors appelé idiot, maniaque, dément, furieux ou encore lunatique, il serait aujourd hui considéré comme atteint de névrose, psychose, schizophrénie,... Le fou peut-être également le bouffon, celui qui divertit et amuse par ses tours (et auquel on s intéressera plus loin). Souvent, mais de moins en moins au fil des siècles, cette catégorie recoupe la première. Les bouffons sont ainsi des arriérés mentaux, tare mentale à laquelle s ajoute fréquemment une tare physique : déformation quelconque, strabisme important, bosse sur le dos... Enfin, était aussi fou, tout comme à notre époque, l amoureux éperdu qui s égare dans sa passion ; 1 Evelyne Pewzner, L homme coupable, p56. 1ere partie- p 1 -

2 l homme ivre; le forcené; l assoiffé de pouvoir ; l amoureux ; etc. Bref tous ceux qui par leur attitude, leur comportement, ne correspondent plus à la norme de la société dans laquelle ils vivent. Ils deviennent alors anormaux, marginaux, voire (même) dangereux. Le fou, dans le sens premier du terme, est intégré dans la société. Jusqu au début du XVIIe siècle environ, il semble y trouver sa place. Michel Foucault emploie la formule très juste du personnage du fou comme type social familier. 2 Au Moyen Age, il ne s agit absolument pas de le soigner ou de l enfermer. 3 D abord parce qu il fascine : la folie et le fou deviennent personnages majeurs, dans leur ambiguïté 4 Mais aussi parce que l insensé est comme un rappel, à tous les hommes, de ce qu ils sont ou peuvent devenir, ce qui les attend peut-être. 5 Il représente la vie, une vie grotesque et souffrante, mais humaine. 6 Une humanité que le XVIIe siècle tâchera d effacer, notamment derrière la sacro-sainte Raison. Cependant, pour pouvoir comprendre pleinement cet aspect essentiel du terme, il convient de le replacer dans le contexte. En effet, le fou véritable possède alors un lien étroit avec l Eglise, un caractère sacré que l on ne saurait oublier. C est 2 Michel Foucault, op. cit., p Même si, comme on a va le voir avec La nef des fous de Jérôme Bosch, on va progressivement tenter de le mettre à l écart; mais on est là, déjà, à la fin du Moyen Age. 4 Michel Foucault, op. cit., p24. 5 Notre amour si pur, notre raison si sûre, notre pouvoir si implacable, notre talent, ne sont rien d autre que des éclats de folie assemblés, des forces domptées, un Moi mis en cage, une chimie provisoire. ; Sophie de Sivry et Phillipe Meyer, L art et la folie, p Ibid 1ere partie- p 2 -

3 pourquoi nous expliquerons, dans une deuxième partie, les raisons profondes de cette relation folie/eglise, après avoir considéré l importance de l Eglise et les conséquences graves de son laisser-aller dans une première partie. Ce n est qu après ce déblayage indispensable que l on pourra faire, dans une troisième et une quatrième partie, le rapprochement entre cette perspective chrétienne et la peinture. Avec Jérôme Bosch, d abord. Sa Nef des fous, comme on le verra, révèle bien des aspects utiles à une compréhension des mentalités et de la relation à la folie que les hommes de cette époque pouvaient avoir. Puis, avec Pieter Bruegel l Ancien. En reprenant sensiblement les mêmes thèmes que son prédécesseur à plusieurs décennies d intervalle, il reflète les intenses préoccupations relatives à la foi que connaissent ses contemporains. 1ere partie- p 3 -

4 A. Une perspective essentiellement religieuse 1) Les difficultés de l Eglise La fin du Moyen Age est une période d angoisse, d inquiétude. Pour en comprendre les raisons, faisons un saut dans le passé et replaçons-nous dans le contexte. A cette époque, la peur est omniprésente, partout, en tous : L Occident médiéval c est [...] le monde de la peur certaine. 7 Peur de l Autre ; peur du lointain (c est l époque des grandes découvertes). Mais surtout, peurs eschatologiques : les pestes, les guerres récurrentes sont interprétées comme des signes annonciateurs de la fin du monde. L inquiétude est grande, et on se demande ce qu il adviendra de soi, de son âme, après sa mort. Or jusque là, c est l Eglise qui fournissait des réponses à ces interrogations. Elle rassurait, et assurait qu après cette vie de souffrance sur terre viendraient des temps meilleurs - le paradis. Mais en ce siècle de guerres, de maladies, de souffrances extrêmes, la foi des hommes est mise à rude épreuve. Tous ces malheurs ne sont-ils pas les signes annonciateurs de la fin des temps, Dieu punissant ainsi les hommes? On considérait la peste, les inondations et autres calamités naturelles comme des manifestations de la colère divine [...]. 8 Un réconfort spirituel serait plus que jamais nécessaire. Malheureusement, c est également le moment où le clergé, justement sensé dispensé ce réconfort, est au plus mal et le moins apte à remplir sa mission. Il est secoué par des problèmes internes, résultat de pratiques contraires à l esprit sacerdotal : absentéisme des prêtres, richesses ostentatoires, abus divers,... bref, l Eglise ne joue plus son rôle au moment où l on a le plus besoin d elle. Ceci est d autant plus grave et problématique que cette perte de confiance et cette inquiétude 7 Jacques Le Goff, La civilisation de L Occident médiéval, p Sophie de Sivry et Philippe Meyer, op. cit.,,idem, p52. 1ere partie- p 4 -

5 ne datent pas d hier. Elles révèlent un malaise profond, ancien, que l on peut faire remonter au moins à la peste noire qui décima près du tiers de la population européenne entre 1347 et Cette hécatombe fut considérée alors, par beaucoup, comme étant le châtiment de Dieu pour la corruption de Son peuple, 9 et donna lieu à un besoin plus profond encore de spiritualité 10 - besoin dont l Eglise, déjà, sous-estima manifestement la profondeur. Le clergé, en effet, sembla incapable d estimer à sa juste valeur la demande et l importance de la réponse à lui apporter. C est que le besoin de réconfort de ses ouailles n est pas à l ordre du jour ; parcouru par trop de scandales et de préoccupations bassement matérielles, 11 il ne se rend pas compte que ses bases s affaiblissent, voire que le doute s installe quant à ses compétences pour les guider. 12 L image que l Eglise donne d elle-même est des plus mauvaises : les évêques ne résident plus dans leurs diocèses ; les prêtres le deviennent par pragmatisme ; les ordres religieux n obéissent plus à la règle... même le pape, autorité spirituelle suprême, participe de cette déliquescence et est incapable de montrer l exemple. 13 La vente des indulgences par Rome dès 1515, si elle mit le feu au poudre en provoquant l indignation de Luther, 14 ne fut finalement 9 Sœur Wendy Beckett, Histoire de la peinture, p Et qui entraîna des excès comme la flagellation, ainsi que l illustration par des peintres comme le Maître de Rohan de la fascination de l époque pour la mort. Sœur Wendy Beckett, op. cit., p Prenons pour exemple le Grand Schisme, qui dura de 1378 à 1417, et fut une période de scandales et de troubles au cour duquel l Eglise fut divisée et ne sut trancher entre plusieurs papes. Il accentua un ébranlement des certitudes dans l esprit des chrétiens qui, déjà désorientés et en recherche de sens face aux difficultés, voient dans ces débordements les limites et l incapacité de l Eglise à répondre à leur attente. 12 Attention, le doute ne porte jamais sur la croyance en elle-même: la foi est réelle, ce qui est en cause est le guide pour parvenir à mener une vie juste. 13 Parmi de nombreux exemples possibles, citons l attitude du pape Alexandre VI qui, en 1506, favorise la carrière de son fils (!), César Borggia. 14 En 1517, le théologien Martin Luther ( ) affiche sur les portes du château de Wittenberg ses 95 thèses, dans lesquelles il dénonce le trafic des indulgences (qui consistait initialement en une rémission des péchés par l Eglise. Initialement accordées au départ aux croisés partant en guerre, elles le furent ensuite contre 1ere partie- p 5 -

6 qu un abus supplémentaire à la suite de tant d autres. Il eût pourtant suffi de peu de choses pour redonner confiance. Mais sclérosé et trop effrayé à l idée de perdre ses privilèges, le clergé refuse tout changement, même à petite échelle. Idées et tentatives existent pourtant, allant de la Dévotio Moderna 15 à l expérience du cercle de Meaux conduite par Guillaume Briçonnet. 16 Et tant d autres, qui se heurteront de même aux blocages énormes de l Eglise. Or, parmi les peurs citées plus haut, il en est une encore plus grande, qui se trouve être la préoccupation majeure des individus de cette époque : il s agit de la question du salut de leur âme, de ce qu il en adviendra et de ce qu ils trouveront après leur mort. En effet, profondément ancrée en eux, se trouvait [...] la conviction bien établie qu après la disparition du corps physique l âme continuait d exister, peutêtre vouée aux souffrances éternelles de l enfer. 17 Et celui qui n aura pas réussi à mener une vie exempte de péché devra en rendre compte devant Dieu lui-même, au moment de l épreuve terrifiante qu est le Jugement dernier, évaluation à laquelle chacun devait se soumettre immédiatement après sa mort 18. Alors, après avoir effectué la pesée des âmes et fait le tri, tandis que certains pourront accéder au paradis, les damnés se verront rejetés en enfer, [...] dans le feu éternel qui à été de l argent afin de remplir les caisses du pape) comme étant une trahison des Evangiles. Ce fut le point de départ de la Réforme. 15 Il s agissait d une méthode de piété individuelle prônant une spiritualité intériorisée et individuelle, donc accessible à tous, et le retour à la Bible ; mouvement ascétique et mystique, il prit naissance à la fin du XIVe siècle aux Pays-Bas. L Imitation de Jésus-Christ, de Thomas a Kempis ( ) en est le texte principal. 16 Le cercle, ou cénacle, de Meaux, fut créé par Guillaume Briçonnet ( ). Cet évèque, désireux d aider à résoudre les problèmes de l Eglise, s entourât d humanistes (comme Lefevre d Etaples ou Guillaume Farel). Il tenta des réformer au sein de son diocèse : sermon de qualité, adaptation de la prière aux fidèles, présence effective du prêtre dans sa paroisse... mais ces initiatives, bien que soutenues par le roi lui-même, seront condamnées par la Sorbonne ; l expérience de Meaux devra s arrêter, victime des blocages énormes de l Eglise. 17 Walter S. Gibson, Jérôme Bosch,p Idem, p60. 1ere partie- p 6 -

7 préparé pour le diable et ses anges. (Evangile selon Matthieu, XXV, 41). Il était impossible d échapper à cette crainte. Par tous les moyens, on rappelle à l éventuel pécheur les risques qu il prend, que ce soit par le biais de textes, 19 ou d images, comme l explique Alexandre Micha : Créer l épouvante est le but véritable de ces productions.[...] elles sont œuvres d édification ; pour mettre en garde les chrétiens contre les risques de la vie future, il faut par tous les moyens les détourner du chemin qui conduit immanquablement à la damnation.[...] Il ne suffit pas de croire à l enfer, il faut en montrer les atrocités, les raffinements de cruauté, les affres infinies. 20 C est illustrer parfaitement ce qu un auteur mystique du XIVe siècle, Thomas a Kempis, disait déjà dans son ouvrage L imitation du Christ : Il est salutaire que si l amour de Dieu ne vous empêche pas de pécher,alors la crainte de l enfer y parvienne. 21 La relation entre cette peur et la folie devient alors évidente. Il y a un réel danger à ne pas se comporter de manière à mériter d aller au paradis ; l enfer est tellement effrayant, qu il faut être complètement fou et incapable d imaginer les conséquences de ses actes pour ne pas, au moins, essayer d éviter le risque d aller en enfer après sa vie terrestre. 19 Comme nous le montre cet extrait, écrit par un mystique allemand du XIVe, Henri Suso: [ ]s il existait une meule, de la longueur et de l épaisseur de la terre entière, et d une circonférence si large qu elle touche chaque pouce du firmament, et s il devait venir un petit oiseau après cent mille ans et qu il picore une poussière de la taille d un grain de millet, et que ce processus se répète une fois tous les cent mille ans, si bien qu en un million d année une particule de la taille d un grain de millet entier aurait été enlevé à la pierre, nous, les damnés, souhaitons seulement que notre châtiment se termine avec cette pierre et même cela ne peut être. (cité dans Walter S. Gibson, op. cit., p60) 20 Alexandre Micha, Le magazine littéraire, juillet-août 1997, p Walter S. Gibson, op. cit., p49. 1ere partie- p 7 -

8 2) Une étroite relation au fou Outre ce premier lien, les relations entre Eglise et folie se retrouvent à d autres niveaux. En effet, comme nous allons maintenant le voir, le fou, le simple d esprit, a longtemps été l enfant chéri de l Eglise. S agit-il d un paradoxe quand on considère que cette dernière s oppose dans un même temps aux fêtes des fous et autres divertissements populaires ayant pour thème central la folie et le dérèglement? 22 En fait, non, car il s agit de deux notions assez éloignées l une de l autre. Les manifestations populaires, comme on va le voir plus loin, sont l occasion de tourner en dérision le clergé et le pouvoir en général, et ne sont que tolérées. De même, la folie que représente, comme on l a vu plus haut, [...] l humanité se livrant au péché et qui est [...] oublieuse de la loi de Dieu et du sort qu il lui réserve. 23 est sévèrement condamnée. Par contre, le vrai fou - c est-à-dire l insensé, le simple d esprit - est quant à lui considéré comme un être quasiment sacré aux yeux de l Eglise. En effet, pris individuellement, il doit être l objet de toutes les attentions. D abord parce que, contrairement à ce que l on pourrait d abord penser, il peut incarner une forme de sagesse et être bien plus sensé que le plus sage lui-même. La raison est à trouver dans les Ecritures saintes, en particulier dans le Nouveau Testament. D abord avec la première épître aux Corinthiens de saint Paul : dans le passage sur Sagesse du monde et sagesse chrétienne, il rend à la folie sa juste valeur face à la sagesse : Ce qu il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a 22 Maurice Lever, Le sceptre et la marotte, p18. De plus, n oublions pas que certains bouffons de la cour de France appartenaient en même temps au clergé (p29). 23 Walter S. Gibson, op. cit., p71. 1ere partie- p 8 -

9 choisi pour confondre les sages.. Surtout, il donne aux humbles et aux méprisés (dont font partie les fous et les errants) leur place - et pas n importe laquelle : [...] ce qui dans le monde est sans naissance et ce que l on méprise, voilà ce que Dieu a choisi. 24 Dans le même esprit, on peut lire, dans l évangile selon saint Matthieu, au passage des Béatitudes : Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des cieux est à eux Le fou, pour l Eglise, représente la simplicité, l homme dans sa vraie nature. L innocence (perdue?) En tant que simple d esprit, il ignore le mal (et par conséquent le bien) parce que la nature l a privé de raison. 26 Premier au royaume des cieux, il doit en être de même sur la terre. Il est donc celui qu elle chérira toujours. Alors que les mendiants sont rejetés et méprisés, le fou pourra longtemps compter sur l aide et l assistance des ecclésiastiques pour sa nourriture et leur protection. Saint Vincent de Paul rappelle ainsi à ceux qui sont chargés, dans les maisons d internement qu il créent, de soigner les internés, que Notre-Seigneur [..] a voulu être entouré de lunatiques, de démoniaques, de fous, de tentés, de possédés. 27 Ce seigneur, c est du Christ dont il s agit. Lui qui [...] a voulu lui-même passer aux yeux de tous pour un dément, parcourant ainsi [...] toutes les misères de l humaine déchéance. 24 La Bible de Jérusalem : Le Nouveau Testament, Première épître aux Corinthiens, p idem ; cette fois dans l Evangile selon saint Matthieu, 5.11 le discours sur la montagne : les Béatitudes p1683; dans cette traduction récente, on donne une interprétation plus large, qui intègre la première : Heureux ceux qui ont une âme de pauvre[...]. Selon le commentateur, elle permettrait [...] un approfondissement et une intériorisation. 26 idem, p Michel Foucault, op. cit., p171. 1ere partie- p 9 -

10 Ainsi, [...] la folie devient [...] la forme ultime, le dernier degré du Dieu fait homme, avant l accomplissement et la délivrance de la Croix. 28 Le fou, tout comme le Christ, est une victime dont les plus forts peuvent abuser. Il faut donc le protéger et assurer sa subsistance, sa survie. N oublions pas qu au Moyen Age la survie spirituelle était autant, et même plus, importante que la survie physique et que celui qui ne s en préoccupait pas ardemment était perdu d avance. L Eglise avait donc pour devoir de venir en aide à celui qui échoue face à la tentation et se condamne à l enfer pour avoir péché. Dans ce cas, il ne s agit plus uniquement du malade, fou véritable, mais également du fou qui le devient par oubli. Celui qui, comme nous l avons vu au début, perd sa raison pour une passion quelconque - l amour, le pouvoir, l argent... la notion de folie s élargit donc. En même temps que le rôle de l Eglise : l importance que revêt sa mission de réconfort, de guide spirituel, grandit sous la pression croissante de la population. Or, la manière d accomplir cette mission, que ce soit dans le but d aider l insensé ou n importe laquelle de ses ouailles, va être l objet de critique. En effet, elle est de plus en plus mal remplie, et certains, comme le peintre Jérôme Bosch, ne peuvent le supporter. Il va donc, à sa manière, rappeler à ses contemporains le véritable message et l importance de la vigilance à apporter à chacune de leurs actions - pour tout homme raisonnable et sain d esprit. 28 idem, p172. 1ere partie- p 10 -

11 3) La folie, critique et mise en garde : Jérôme Bosch Né vers 1450, Hiéronymus van Aken, ou Jhéronimus Bosch, dit Jérôme Bosch, était l un des derniers représentants du style gothique et se démarquait de manière unique de la tradition flamande. 29 Son nom est un emprunt partiel à celui de sa ville natale, s Hertogenbosch. Notable, il faisait partie de la Confrérie Nôtre-Dame, qui regroupait des personnalités laïques et religieuses. L homme était estimé et très apprécié, tant pour son travail que comme citoyen, et complètement intégré à la société dans laquelle il vivait. De son vivant déjà, sa renommée s étendait à toute l Europe, ce qui lui valut d ailleurs d être énormément copié à tel point qu on a parfois du mal, encore aujourd hui, à différencier l original de la copie. L artiste s est beaucoup inspiré de l imagerie populaire, et s en est servi pour faire, à plusieurs niveaux, une satire de la société - entrant ainsi en résonance avec des œuvres littéraires comme celle de Sébastien Brant. Ses thèmes sont sombres, l homme est tourmenté : [...] il exprime un pessimisme intense, qui révèle l état d esprit de ses contemporains, et reflète l inquiétude d une époque en proie aux troubles sociaux et politiques. 30 Walter S. Gibson, lui aussi, estime que ses œuvres... sont le reflet des espoirs et des peurs de la fin du Moyen Age. 31 On le connaît le plus souvent pour ses toiles fourmillantes, pleines de ces démons qui sont de véritables horreurs grouillantes, 32 ou de ces petits personnages bizarres, évoluant dans une atmosphère fiévreuse, onirique, proche de celle de nos pires cauchemars. On peut les voir dans des tableaux comme Le Jugement dernier, Le chariot de foin, ou encore Le jardin des délices. Au travers de cette folie et de l apparente perte de sens dans laquelle évoluent ces personnages, se cache en fait une intense 29 Sœur Wendy Beckett, op. cit., p Ibid 31 Walter S. Gibson, op. cit., p Idem, p60. 1ere partie- p 11 -

12 préoccupation religieuse - insoupçonnée au premier abord, mais à laquelle on peut parfois accéder d abord grâce aux noms donnés aux œuvres. En analysant les toiles du peintre, on perçoit assez vite les rapports qui existaient entre ce qu il a pu peindre, le sentiment d angoisse dominant les mentalités de son époque, et la folie ; de même que l on peut pleinement comprendre Walter S. Gibson quand il affirme que péché et folie étaient les conditions universelles de l humanité. 33 Pour faire le lien entre tous ces éléments, partons de 1494, date essentielle car très représentative pour qui veut essayer de comprendre l état d esprit relatif à cette fin de Moyen Age et son rapport à la folie. Cette année là, deux événements se produisent, intimement liés malgré leur apparente contradiction, et qui reflètent deux perceptions de l homme. Ainsi, alors qu à Bâle se déroule le carnaval, on publie en février La nef des fous. Das Narren schyff, 34 ou La nef des fous, est l œuvre de Sébastien Brant. Ce poème octosyllabique de vers, divisé en 112 chapitres, est un succès énorme et immédiat : les six éditions, les nombreuses traductions (il deviendra en latin Stultifera navis ) et plagiats du vivant même de l auteur suffisent à le démontrer. Ce fut un des ouvrages les plus vendus au XVIe siècle, à travers l Europe entière. Sébastien Brant y décrit l humanité perdue par ses vices et dont la conduite, plutôt que la racheter, voue davantage encore à la damnation. C est un recueil de poèmes satiriques sur les égarements et les lubies de l humanité, nous dit Walter S. Gibson. 35 On trouve en fait dans cet ouvrage une description précise de tous les types de folie possible ; l auteur décrit et commente les attitudes d individus commettant des actes fous, car assimilés au péché. Cela 33 Walter S. Gibson, op. cit., p Nous reprenons ici l orthographe donnée par Philippe Dollinger dans sa préface à La nef des fous, de Sébastien Brant, traduit par Madeleine Horst. 35 Walter S. Gibson, op. cit.,p33. 1ere partie- p 12 -

13 peut aller du moins condamnable (l ivrogne, le menteur, celui qui ne suit pas les bons conseils, le bavard...), au plus grave (l orgueil, le mépris des saintes Ecritures, l adultère...). Une des raisons de son succès fut son illustration par des gravures réalisées, aux deux tiers semble-t-il aujourd hui, par le célèbre graveur allemand Albrecht Dürer. Brant désirait que même les illettrés puissent avoir accès à son message. 36 Car bien sûr, dans ce bateau partant à la dérive, tout le monde est concerné - y compris l auteur qui reconnaît sa propre folie. Que cette publication se fasse la même année que le carnaval n est pas qu un effet du hasard, et un rapprochement peut facilement être fait entre les deux. En effet, le carnaval et la nef sont deux représentations de la démesure, de la déviance par rapport à une certaine norme - et donc de la folie. Mais si l une est gaie, entraînante et pleine de vie, l autre est angoissante, liée à la mort et à la morale - Elle ouvre donc sur un univers entièrement moral. 37 Avec ces deux événements, ce sont bien deux visages de la folie que l on peut voir : [...] d un côté la folie ludique, qui prend le contre pied de l aliénation et libère pour un temps les forces anarchiques de l instinct, et De l autre, la folie du pécheur, qui dénonce les passions et les vices d une humanité oublieuse de ses devoirs, et plaide pour l ordo humanitatis. 38 Ces deux manières radicalement différentes (et en même temps indissociables) de vivre la folie font en fait écho aux deux représentations de l humanité qui prévalent à la fin du XVe siècle : l une est positive, joyeuse, et traduit la foi optimiste de la Renaissance italienne folie des humanistes, folie critique ou sacrée célébrée par une élite intellectuelle 39. Les meilleurs illustrateurs en sont peut 36 On peut voir en annexe 2 et 3, des exemples de ces gravures. 37 Michel Foucault, op. cit., p36. Elle, c est la folie, thème central de Sébastien Brant. 38 Maurice Lever, op. cit., p Evelyne Pewzner, op. cit., p57. 1ere partie- p 13 -

14 être Erasme, qui a dans son Eloge de la folie une approche tolérante de l humanité et voit dans la folie une condition naturelle, voire nécessaire, de l homme. Pic de la Mirandolle fait lui aussi partie d une minorité cultivée et reconnaît une parenté entre la folie et la nature humaine 40 : il écrit en 1486, dans son Oraison sur la dignité de L homme qu Il est juste de voir en l homme un grand miracle et une créature merveilleuse. 41 L autre conception est beaucoup plus noire et pessimiste. Elle est la plus répandue, et reflète davantage la conception des habitants du nord de L Europe qui vivaient encore dans l obscurité du Moyen Age. L homme est alors considéré comme corrompu depuis le péché originel ; il ne peut que se débat[re] faiblement contre son penchant au mal. et est donc davantage susceptible de tomber que de s élever [...]. 42 C est cette perception négative, à forte connotation morale et religieuse, qui est illustrée par Jérôme Bosch. Il va reprendre à son tour ce thème de la Nef des fous pour un de ses tableaux. S agit-il d un emprunt à Sébastien Brant, ou le contraire? On ne peut savoir exactement ; si on est sûr que le livre fut publié en 1494, le tableau, lui date d environ Cependant, on peut légitimement penser que l œuvre littéraire et l œuvre picturale eurent la même source d inspiration. D abord parce que, comme nous le rappelle Michel Foucault, Peinture et texte renvoient perpétuellement l un à l autre [...]. 43 Mais surtout, il se trouve que ce 40 Ibid 41 Cité dans Walter S. Gibson, op. cit., p Ibid 43 Michel Foucault, op. cit., p27. On peut lire également, p28, à propos du lien entre Sébastien Brant et Jérôme Bosch : Quant à la fameuse Nef des Fous n est-elle pas traduite directement du Narrenschiff de Brant, dont elle porte le titre, et dont elle semble illustrer d une façon très précise le chant XXVII, consacré lui aussi à stigmatiser les potatores et edaces?on a même été supposer que le tableau de Bosch faisait partie de toute une série de 1ere partie- p 14 -

15 thème, que ce soit sous les termes de Das Narrenschif, de Stultifera navis ou de Nef des fous est alors très répandu. 44 Il est en fait inspiré de faits réels : ils ont existé, ces bateaux qui d une ville à l autre menaient leur cargaison insensée. 45.Michel Foucault est celui qui nous éclaire le mieux sur ce sujet. Il s agissait de bateaux voguant sur les fleuves rhénaniens, ou sur les canaux flamands, et qui prenaient parfois à leur bord les fous, les insensés, dont les villes auprès desquelles ils passaient souhaitaient se débarrasser. On voyait ainsi passer lentement, au fil de l eau, ces exclus de la société. Il pouvait s agir également de navires de pèlerins ; ceux-ci sillonnaient en effet les canaux, fleuves, emmenant à leur bord ces malades vers des lieux de pèlerinage connus et supposés les guérir : Gheel, Besançon, ou Saint Mathurin. Ils étaient même parfois subventionnés par des villes ou des hôpitaux. Cependant, même si le fait est réel et attesté, il n en reste pas moins qu il a été largement amplifié au point de dépasser la réalité. Cette image d un bateau errant avec toutes ces têtes folles à son bord fascine et fait rêver. Ces navires ont suscité de nombreuses œuvres, littéraires et picturales. Symboliques avant tout, il pourrait s agir d une adaptation du mythe des Argonautes, reprenant ce thème d un équipage fait de personnages atypiques (héros ou proscrits) embarqués pour un voyage, une quête, sensée leur apporter un trésor : matériel, comme de l argent, peintures, illustrant les principaux chants du poème de Brant. (ici, l auteur fait référence à la thèse de Desmonts dans La gazette des Beaux-Arts, 1919, p1). 44 Il s agit, respectivement, du titre original de l ouvrage de Sébastien Brant, puis de sa traduction en latin et en français. 45 Michel Foucault, op. cit., pp19 et 20. Il faut toutefois garder à l esprit que si ces bateaux ont réellement existé, les nombreuses représentations qui en ont été faites sont pour la plupart liées à l imaginaire et aux fantasmes de leurs auteurs. 1ere partie- p 15 -

16 ou spirituel, comme la révélation du but de leur existence... Michel Foucault dénombre au moins six œuvres ayant pour thème principal cette nef errante, illustrées par des dessins, des gravures diverses. 46 On peut se demander la raison d un tel engouement. Comment se fait-il que ce thème devienne autant à la mode, que ces insensés embarqués suscitent une telle fascination? C est en fait assez difficile à expliquer. N oublions pas l image que véhicule le fou au Moyen Age : il fascine et inquiète tout à la fois. Il hante l imagination, et représente l animalité qui se trouve en chaque homme. Il est aussi celui qui peut dénoncer : de par son ambiguïté, il devient un personnage majeur et central des contes et des moralités. Dans son langage bien à lui, sans limite, le fou dit les paroles de raison que nul autre que lui ne pourrait prononcer. Le tableau de Jérôme Bosch va plus loin et reprend, totalement ou en partie, certaines de ces images de la folie, mythiques ou réelles, véhiculées par le Moyen Age. Le fou, la folie, sont comme des outils qui lui servent à faire passer plusieurs messages. Comme on l a vu plus haut, pour lui et ses contemporains, la préoccupation essentielle qu un homme doit avoir dans sa vie est celle... de sa mort - ou plutôt, de la période qui suivra sa mort : n oublions pas que [...] le salut est la grande affaire de l homme. 47 L âme serait, d après la croyance chrétienne, la seule chose qui resterait après le décès du corps physique, la vie n étant qu un passage déterminant le droit d aller soit au paradis pour les plus méritants, soit en enfer pour les pêcheurs. La folie, dans cette optique, consiste donc à se perdre, à s égarer dans les plaisirs terrestres plutôt que de s occuper de ce problème bien plus important. 46 Michel Foucault, op. cit., p ere partie- p 16 -

17 C est elle, et les formes sous lesquelles elle se manifeste que va représenter Jérôme Bosch. Il nous montre ainsi des hommes qui, inconscients des risques qu ils prennent ou trop faibles pour résister à l appel de leurs sens, se laissent aller à la débauche. 48 Cependant, cet humain faible et susceptible par définition de tomber dans le péché n est pas seul. Il existe sur terre des garde-fous, censés l aider à ne pas chuter : l Eglise et ses représentants. Mais ils ne remplissent malheureusement pas toujours leur rôle, et la critique de leur attitude est un sujet fréquemment repris par le peintre, en particulier dans la toile que nous allons maintenant examiner. La nef des fous Ce petit tableau, peint aux alentours de 1490, représente une barque ayant à son bord douze personnages. Ils sont sûrement en train de dériver, car personne, et surtout pas celui qui tient le gouvernail, ne semble se soucier de leur direction. Par son côté surréaliste, il semble évident qu il s agit d une scène fictive : la barque est bien trop petite pour contenir réellement tout ce monde et son mât est fait d un arbre véritable, en haut duquel est perché un hibou impassible. A l arrière du bateau se trouve un autre arbre, dont on retrouve une branche attachée en haut du premier. C est également une branche qui sert de gouvernail. Les personnages ont l air de s amuser énormément. Il faut dire qu ils ne manquent de rien : une grosse bouteille les attend encore au frais, surveillée de près par un homme complètement ivre qu une femme, tenant à la main une espèce de gourde, tente de faire boire encore davantage. Au mât est attachée une volaille, une 48 On le retrouve dans de nombreux tableau, comme par exemple l Allégorie de la gourmandise et de la luxure. 1ere partie- p 17 -

18 oie ou un gros poulet ; déjà plumée et rôtie, un des fêtards tente de la décrocher à l aide d un couteau. Sur la gauche du tableau, une troisième bouteille se déverse ; on ne distingue pas dans quoi ni par qui, le tableau étant trop sombre dans cette partie. On voit également deux hommes nus autour de la barque. Nageant dans l eau verdâtre, ils ont emmené avec eux leurs bols et semblent demander à ce que l on les leur remplisse. Penché à l arrière, un autre personnage vomit. Enfin, au centre de la barque, cinq personnes chantent et essayent d attraper avec la bouche de la nourriture suspendue. Trois d entre eux ont les têtes de joyeux drilles que l on s attend à rencontrer dans ce type d assemblée. Beaucoup plus surprenants sont les deux autres : il s agit de deux ecclésiastiques, une nonne et un moine. Tous deux chantent, la première jouant en même temps d un instrument qui semble être un luth. De par leur vêtement, leur appartenance au clergé ne fait aucun doute. Enfin, dernier personnage, assis à l écart sur une branche et tournant la tête aux autres convives, un bouffon boit. Lui aussi est aisément reconnaissable grâce à son habit : il porte le bonnet d âne et tient à la main une marotte. On a vu précédemment la signification courante du thème du Narrenschif, que Jérôme Bosch reprend dans son tableau. Quel élément supplémentaire le peintre apporte-t-il, et comment illustre-t-il le sujet? D après le titre du tableau, les personnages embarqués sur cette barque sont tous fous. Pourtant, la première impression donnée est celle d une banale scène d amusement collectif qui déborderait peut-être un peu. Mais gardons en mémoire ce que l on a vu précédemment, à savoir le lien étroit entre péché et folie : intimement mêlés, tous 1ere partie- p 18 -

19 deux mènent à l enfer. Or, que font tous ces fêtards? Non seulement ils pèchent, mais en plus ils y prennent plaisir. Presque tous les vices sont représentés ici et certains le sont de manière claire et explicite. Ainsi, on devine que les gourdes ne sont pas remplies d eau bénite - il suffit de regarder l état de certains protagonistes pour comprendre qu il s agit bien d alcool. C est donc le péché d Ivresse qui est représenté. Le péché de Gourmandise, lui, est symbolisé par cette homme qui, armé de son couteau, tente de décrocher la viande accrochée au mât. La Luxure a également pris place à bord, mais il faut cette fois interpréter certains éléments pour déceler sa présence. Si leur proximité n est peut-être pas une preuve suffisante pour attester d un rapport charnel, les cerises placées entre le moine et la nonne (et les quelques noyaux restants dans l assiette qui attestent de la consommation du fruit ) peuvent nous en convaincre. En effet, Robert L. Delevoy nous rappelle qu elles étaient alors signe de volupté. Renforçant cet effet, le luth, auquel on attachait à l époque une signification érotique. 49 En les regardant chanter de manière si lascive, on pourrait presque croire avoir sous les yeux un de ces [...] couples d amoureux de la littérature médiévale qui jouent de la musique en prélude à l amour. 50 C est donc bien à une impression de débauche, de laisser-aller, que Bosch veut nous amener. De nombreux autres symboles vont dans ce sens et le confirment. Par exemple, regardons l eau de plus près. Il ne s agit pas d une eau claire et transparente, elle ne ressemble pas à une mer ou à un océan. Au contraire, on a l impression que les personnages naviguent sur une mare. Or, justement, l eau de ce type, verte et 49 Robert L. Delevoy, Bosch, p Walter S. Gibson, op. cit., p40. 1ere partie- p 19 -

20 sombre, est un symbole d avilissement moral. 51 Détail qui a son importance pour un élément qui supporte l ensemble de la scène. 52 Autre exemple de décadence : le drapeau qui flotte au dessus de la barque. Il porte, non le symbole de la croix (auquel on pourrait légitimement s attendre, avec deux représentants du clergé à bord) mais le croissant, symbolisant l islam et à l époque emblème du diable. 53 Il est de surcroît attaché à un arbre, pour lequel on peut voir trois sens possibles - et complémentaires. En effet, il s agit ici d un coudrier, symbole au XVIe siècle de bêtise. Mais on peut le considérer aussi comme étant une sorte de mât de cocagne, poteau érigé au moment des fêtes populaires du printemps, lesquelles étaient un moment de défoulement et de laisser-aller collectif. Ou encore, pourquoi ne pas voir en lui, comme Michel Foucault nous le suggère, un rappel à l arbre interdit et symbole de péché du jardin d éden sur lequel Adam cueillit sa pomme? Autre rappel de cette ambiance de déchéance, le hibou. Perché dans son arbre et assistant à la scène d un air stoïque, cet oiseau est traditionnellement symbole de bêtise, de stupidité. Seymour Slive va même plus loin : selon lui, il [...] apparaît comme un symbole de démence profonde dans l œuvre de Bosch. Il nous rappelle également qu il est souvent associé [...] à l ivrognerie. 54 Ce bateau, sur lequel on entasse des indésirables, est donc une allégorie. L humanité est embarquée sur une barque qui s en va à la dérive, et se livre à toutes 51 Robert L. Delevoy, op. cit., p L eau peut également symboliser le temps qui s écoule ; mais il semble plus probable que le peintre ait voulu mettre un symbole plus fort. 53 Robert L. Delevoy, op. cit., p Seymour Slive (sous la direction de), Frans Hals,p236. Il existerait même des expressions comme zoo beschonken als een uil, signifiant soûls comme des hiboux. 1ere partie- p 20 -

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE Compétence Comprendre l importance de l Église dans la vie des hommes au Moyen Âge. Quelle impression te donne l église dans cette photographie, par rapport aux autres constructions?

Plus en détail

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu.

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu. «AIMER SES ENNEMIS» «Qui veut prendre ta tunique, laisse lui aussi ton manteau». Si quelqu un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui». «Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent»

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Tétanisés par la spirale de la violence? Non! MERCREDI DES CENDRES B Frère Antoine-Emmanuel Jl 2, 12-18 ; Ps 50 2 Co 5, 20 6,2 ; Mt 6, 1-6.16-18 18 février 2015 Sanctuaire du Saint Sacrement, Montréal Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Plus en détail

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle Iconographie du template Le jugement dernier, cathédrale de Bourges Ange au sourire, cathédrale de Reims Identifie l enfer

Plus en détail

CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229)

CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229) CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229) 1 Seigneur, avec toi nous irons au désert, Poussés comme toi par l Esprit (bis). Et nous mangerons la parole de Dieu Et nous choisirons notre Dieu Et nous fêterons

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc)

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Pâques 5 (B) : 6 mai 2012 Cinquième Dimanche de Pâques : 6 mai 2012 Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Référence Biblique : 1 ère

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

13 Quelle est l église du Nouveau Testament?

13 Quelle est l église du Nouveau Testament? DU NOUVEAU TESTAMENT? 169 13 Quelle est l église du Nouveau Testament? Ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ et nous sommes tous membres les uns des autres (Rm 12.5). Par

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

UN CERTAIN ÉVANGILE SOCIAL

UN CERTAIN ÉVANGILE SOCIAL UN CERTAIN ÉVANGILE SOCIAL La bonne nouvelle chantée par les anges au-dessus des collines de Bethléem dans la nuit où naquit le Sauveur du monde, n était que le commencement de la manifestation de cet

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille L Illusion comique De Corneille L œuvre à l examen oral Par Alain Migé Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille PREMIÈRE QUESTION : L ÊTRE ET LE PARAÎTRE Le titre même de L illusion

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

Résister aux tentations et aux accusations

Résister aux tentations et aux accusations Résister aux tentations et aux accusations Jésus est venu détruire toute dette Exode 20.17 «Tu ne convoiteras pas!» Satan structure sa dette et travaille avec la tentation essentiellement à travers les

Plus en détail

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres,

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Prières de confession et assurance du pardon Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Pour toutes les fois où nous étions trop fatigués pour nous préoccuper de nos

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

Le Baptême de notre enfant

Le Baptême de notre enfant Le Baptême de notre enfant Baptême de notre enfant : Le à l église de Ce même jour, ils ont également reçu le baptême 1 Chers parents, Déroulement de la célébration (p 3-8) 1. Accueil et entrée dans l

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption

Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption Religieuses de l Assomption 17 rue de l Assomption 75016 Paris France Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption U n c h e m i n d E s p é r a n c e a v e c M a r i e www.assumpta.fr

Plus en détail

La Neuvaine de l'assomption

La Neuvaine de l'assomption La Neuvaine de l'assomption 6 au 14 août 2012-15 août fête de l'assomption Après chaque journée, terminer par une dizaine de chapelet aux intentions de Marie. Confession et communions recommandés durant

Plus en détail

DIEU : CET INCONNU. «29 Terre, terre, terre, écoute la Parole de l Éternel.» (Jérémie 22, 29)

DIEU : CET INCONNU. «29 Terre, terre, terre, écoute la Parole de l Éternel.» (Jérémie 22, 29) DIEU : CET INCONNU Il y a dix-neuf siècles, l apôtre Paul, en parcourant la vielle d Athènes découvrit un autel qui portait une inscription étrange : «23 À un Dieu inconnu!» (Actes 17, 23) De crainte d

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

«Ce Qui Sort de la Bouche de l Éternel»

«Ce Qui Sort de la Bouche de l Éternel» «Ce Qui Sort de la Bouche de l Éternel» Quelqu un remarqua un jour une chose étrange dans un cimetière. Une grande pierre tombale portait l épitaphe suivante : Passant, réfléchis et arrêt-toi Tu es là

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Les 100 plus belles façons. François Gagol

Les 100 plus belles façons. François Gagol Les 100 plus belles façons d'aimer François Gagol Les 100 plus belles façons d Aimer François Gagol François Gagol, 2003. Toute reproduction ou publication, même partielle, de cet ouvrage est interdite

Plus en détail

Quelle est situation durant sa vie?

Quelle est situation durant sa vie? Benjamin CHOPARD CM1 Avril 2008 Ecole de saint Blaise Briançon Vincent Van Gogh (1853 1890) Qui est Van Gogh? Vincent Van Gogh est né en Hollande ( au Pays-Bas) en 1853 à Groot- Zundert. C est le fils

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

BnF Service d Action pédagogique de la Bibliothèque nationale de France

BnF Service d Action pédagogique de la Bibliothèque nationale de France PARTIE 3 les merveilles de la mer Éternelle source de rêve NIVEAU 2 De même qu on se prend à imaginer une vie dans les étoiles, n existe t-il pas un monde sous-marin peuplé d êtres aux allures humaines?

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

Rencontre avec Younil par Bouba Tabti-Mohammedi

Rencontre avec Younil par Bouba Tabti-Mohammedi NOUVEAUTÉ Entretien Rencontre avec Younil par Bouba Tabti-Mohammedi Younil, L œil du chacal. Alger : Éditions Barzakh, 2000. Nous avons rencontré à Alger, où elle est née en 1965, où elle est allée à l

Plus en détail

programme connect Mars 2015 ICF-Léman

programme connect Mars 2015 ICF-Léman programme connect Mars 2015 ICF-Léman Déroulement des soirées 19:00-19:30 Accueil 19:30-20:00 Repas 20:00-20:05 Fin de repas / nettoyages 20:05-20:15 Annonces / infos 20:15-20:45 Programme vidéo ou étude

Plus en détail

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à Le Pavé Mosaïque «Mais à quel jeu jouent donc les francs maçons sur cet échiquier dessiné à même le sol du Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à la

Plus en détail

Là où vont nos pères1

Là où vont nos pères1 Là où vont nos pères1 Ces pages ne cherchent pas à servir de guide d interprétation pour cet album sans paroles. Chacun y cherchera et y trouvera des significations personnelles, des situations familières

Plus en détail

Quelques exemples de croyants célibataires

Quelques exemples de croyants célibataires Périodique de matière biblique pour les jeunes - Août 2013 - Numéro 16 Quelques exemples de croyants célibataires La situation du chrétien En 1 Corinthiens 7, Paul aborde le sujet du chrétien célibataire.

Plus en détail

Histoire des arts. sujet : les mythes célèbres dans la peinture le mythe de Narcisse. 1) Présentation du mythe de Narcisse

Histoire des arts. sujet : les mythes célèbres dans la peinture le mythe de Narcisse. 1) Présentation du mythe de Narcisse Histoire des arts sujet : les mythes célèbres dans la peinture le mythe de Narcisse 1) Présentation du mythe de Narcisse Narcisse, trop imbu de lui-même, ne voit pas l'amour que lui portent les nymphes

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Emmanuel, Dieu avec nous

Emmanuel, Dieu avec nous Emmanuel, Dieu avec nous Jésus, un homme comme nous, dans une chair de péché Texte : Matthieu 1:18-23 (Ce que croit les Ad7J, p. 103, 55) Connaissez-vous la généalogie de Jésus? Luc 3:31 - Fils de David

Plus en détail

Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus

Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus Chers fidèles du Christ, Chers séminaristes, La fête de Sainte Thérèse de l Enfant Jésus, patronne de votre séminaire, permet chaque

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail

Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr

Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr Actualités en Médecine Gériatrique, Paris 17 juin 2015 Conflit d intérêt Remerciements au Dr O. Faraldi Une réponse triviale?

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

22 Nous Reconnaissons la force du pardon

22 Nous Reconnaissons la force du pardon 22 Nous Reconnaissons la force du pardon 23 Par le rite pénitentiel, les chrétiens se tournent vers Dieu pour lui demander son pardon. Dieu nous reçoit tels que nous sommes et nous pardonne pour que nous

Plus en détail

«Qu est-ce qui fait courir les gens aisés?» Aspirations, valeurs et styles de vie Etude HSBC Premier / CSA

«Qu est-ce qui fait courir les gens aisés?» Aspirations, valeurs et styles de vie Etude HSBC Premier / CSA «Qu est-ce qui fait courir les gens aisés?» Aspirations, valeurs et styles de vie Etude HSBC Premier / CSA Une enquête online auprès de 507 Françaises et Français détenant plus de 75000 euros d avoirs

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

Nom : Prénom : Date :

Nom : Prénom : Date : J observe le livre dans son ensemble, je le feuillette et je réponds aux 1) Je complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Collection Genre 2) Qui

Plus en détail

Vive le jour de Pâques

Vive le jour de Pâques Voici le joyeux temps du Carême, 40 jours où les chrétiens élargissent leurs cœurs, se tournent vers leurs frères et sont invités à vivre à la manière de Jésus-Christ. Chaque semaine ce livret t aidera

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Sommaire. Gabrielle Vincent 2 Résumé 2. 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur d enfant 3

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Sommaire. Gabrielle Vincent 2 Résumé 2. 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur d enfant 3 JANVIER 2008 LIRE C EST GRANDIR DOSSIER PÉDAGOGIQUE SÉLECTION DU MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE Sommaire Gabrielle Vincent 2 Résumé 2 AXES D ÉTUDE : 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur

Plus en détail

En la fête de l Assomption de la Vierge Marie, Homélie pour une profession perpétuelle 1

En la fête de l Assomption de la Vierge Marie, Homélie pour une profession perpétuelle 1 Vies consacrées, 83 (2011-3), 163-168 En la fête de l Assomption de la Vierge Marie, Homélie pour une profession perpétuelle 1 «Un signe grandiose apparut dans le ciel» : ce signe, c est le voyant de Patmos

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Fiche pédagogique Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Le public : Adultes Niveaux intermédiaires avancés (B1 et +)

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer Découverte Complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Que voit- on sur la 1 ère page de couverture? C est l histoire q d un poisson q d une souris

Plus en détail

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le 22/10/2012. I Souvenirs. - d un grand renouveau dans l Eglise- l église. Les chrétiens aspiraient à ce renouveau. On

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

ORIGINES : St Patrick, patron des Irlandais, serait né vers 385.

ORIGINES : St Patrick, patron des Irlandais, serait né vers 385. Fête célébrée le 17 mars (March 17th) par les Irlandais pour honorer SaintPatrick, un missionnaire qui a converti l Irlande au christianisme. ORIGINES : St Patrick, patron des Irlandais, serait né vers

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

L Annonciation Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin

L Annonciation Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin Catéchèse 1 Apprendre que Dieu parle au fond de notre cœur Découvrir le récit de l Annonciation 1 Accueil et chant Encore un peu de temps de Christiane Gaud et Jean Humenry Activité de bricolage «Comment

Plus en détail

SOMMAIRE. > Notre premier concurrent. > Notre second concurrent.

SOMMAIRE. > Notre premier concurrent. > Notre second concurrent. SOMMAIRE I. Etude de marché. > Le marché du chocolat en France. > La marque. > Les points forts de la marque. > Les différents produits de la marque. > Les action menées par la marque. II. Etude de la

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : ----------------------------------------------------------------------------- L ATELIER du COQUELICOT 1 «Spectacle marionnettes», juillet 2015 TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) Personnages : - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but DE MATÉRIEL CONSÉQUENCE POUR ET DE BUTALLOPHONES 1 Notion de phrase Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but 1 LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE CAUSE La subordonnée circonstancielle

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

«AVANCER EN AGE» Pour chacun, ce temps donné peut être un temps reçu de Dieu qui édifie son Eglise.

«AVANCER EN AGE» Pour chacun, ce temps donné peut être un temps reçu de Dieu qui édifie son Eglise. «AVANCER EN AGE» «C est pourquoi nous ne perdons pas courage, et même si en nous l homme extérieur va vers sa ruine, l homme intérieur se renouvelle de jour en jour.» (2 Corinthiens 4, 16) 1. Prêtres en

Plus en détail

Livre Bibliothèque. Bénédiction Eglise

Livre Bibliothèque. Bénédiction Eglise Emanuele Ormella Design : Frank Czarné Nombre de joueurs : 2-5 Age : 12+ Durée : 90-120 minutes CONTENU Un plateau de jeu (avec la carte de la région, le tableau d affichage des prix et le marché principal)

Plus en détail

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à la sagesse qu il lui faut, avant tout, adapter ses

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

Chapitre 8. Le bestiaire. «Où donc avons-nous fait fausse route?» Maelle, Complainte des Corbeaux, 823

Chapitre 8. Le bestiaire. «Où donc avons-nous fait fausse route?» Maelle, Complainte des Corbeaux, 823 Chapitre 8 Le bestiaire «Où donc avons-nous fait fausse route?» Maelle, Complainte des Corbeaux, 823 Table des matières Table des matières... 2 Le bestiaire... 3 Fiche de créature... 4 Styles de combat...

Plus en détail

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT NOTE DE LECTURE Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT par André TURCOTTE «Pourquoi s intéresser au téléphone public?» En posant cette question dès le début de son livre,

Plus en détail

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE Musée des beaux-arts de Brest 1 Les objectifs : - Comment percevons-nous les couleurs? Quel rôle joue le cerveau? - Comprendre les choix et les procédés de création

Plus en détail

Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1

Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1 Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1 Qui n a pas déjà essayé de dessiner une table ou une chaise? Si vous ne vous souvenez plus très bien du résultat, prenez tout de suite un bout de papier et

Plus en détail

Dans le noir, je l entends qui m appelle RENCONTRE PRÉPARATOIRE

Dans le noir, je l entends qui m appelle RENCONTRE PRÉPARATOIRE Complément à la rencontre préparatoire GUIDE Dans le noir, je l entends qui m appelle ÉTAPE Qu est-ce que je vise dans cette rencontre? Permettre aux enfants d avoir une impression positive par rapport

Plus en détail

Debout sur le Pavé Mosaïque

Debout sur le Pavé Mosaïque 1 Debout sur le Pavé Mosaïque A la Gloire du Grand Architecte De L Univers, Au nom de la Franc-maçonnerie Universelle et sous les hospices de la Grande Loge de France, Francs-maçons sous le Rite Ecossais

Plus en détail

Comment le Chat et la Souris sont venus au monde Conte populaire du Vietnam Partie 1

Comment le Chat et la Souris sont venus au monde Conte populaire du Vietnam Partie 1 Comment le Chat et la Souris sont venus au monde Conte populaire du Vietnam Partie 1 Ngoc-hoang, l empereur de Jade, le dieu suprême des cieux, vivait dans son royaume céleste où il possédait un palais

Plus en détail