Peut-on faire confiance à une personne démente?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr"

Transcription

1 Peut-on faire confiance à une personne démente? Actualités en Médecine Gériatrique, Paris 17 juin 2015

2 Conflit d intérêt Remerciements au Dr O. Faraldi

3 Une réponse triviale? La confiance est impossible Il est toujours suspect d agir dans l intérêt d un autre, intérêt réel Je suis le seul à savoir ce que je dis ou ce que je pense Le «dément» est l archétype de l incapable majeur stigmatisation sociale Le langage rend dépendant «Mensch mit demenz» Toutefois, une personne sous tutelle peut être désignée comme une «personne de confiance»

4 Expressions contenant confiance Confiance aveugle, inébranlable, absolue, totale, naïve. Confiance excessive, ébranlée, détruite, réciproque. Confiance bien( ou mal) fondée. Confiance l' égard de quelqu un. Confiance en soi. Confiance qui s' effrite, dure. Confiance qui règne entre eux. La confiance règne! Une confiance que rien ne justifiait. Votre confiance m' honore. Vote, question, preuve, abus, excès, manque de confiance. Maison, climat, personne, paroles de confiance. En toute confiance. Votre confiance m autorise à vous dire ceci. Je lui garde toute ma confiance. Abuser de la confiance de quelqu un. Accorder sa confiance à quelqu un ou quelque chose. Acheter de confiance. Acheter en toute confiance. Apporter sa confiance à quelque chose ou quelqu un. Arriver à une confiance sans bornes. Avoir confiance dans les médecins, dans une entreprise. Avoir confiance dans un remède, une tentative, un procédé. Avoir confiance dans un matériel, un mécanisme, un système. Avoir( toute) confiance en quelqu un ou quelque chose. Avoir( toute) la confiance de quelqu un. Capter la confiance de quelqu un. Décevoir la confiance de quelqu un. Donner sa confiance. Détruire la confiance de quelqu un. Donner confiance. Douter de la confiance de quelqu un. Ébranler la confiance de quelqu un. Être honoré de la confiance de quelqu un. Exprimer sa confiance à l' adresse de quelqu un. Faire confiance à quelqu un ou quelque chose. Faire renaître la confiance. Forcer la confiance. Gagner la confiance de quelqu un. Honorer quelqu un de sa confiance. Inspirer( la) confiance. Inspirer confiance à quelqu un. Investir quelqu un de sa confiance. Manquer de confiance( en soi). Mériter la confiance de quelqu un. Mettre sa confiance en Dieu, en( ou dans) quelqu un. Mettre sa confiance dans quelque chose. Mettre quelqu un en confiance. Obtenir la confiance de quelqu un. Parler avec confiance. Perdre( toute) confiance( en soi). Perdre la confiance de quelqu un. Rechercher la confiance de quelqu un. Reposer sur la confiance. Retirer sa confiance à quelqu un. S épancher avec confiance. S insinuer dans la confiance de quelqu un. Susciter( la) confiance. Témoigner sa confiance. Trahir la confiance de quelqu un. Tromper la confiance de quelqu un.

5 Étymologie Chanson de Roland (1070) XIII ème: «foi en qq chose, en quelqu un» XV ème: «assurance, hardiesse» «cum (avec) fidere (fier), confidere»: remettre quelque chose de précieux à quelqu un, en se fiant à lui et en s abandonnant ainsi à sa bienveillance et à sa bonne foi et on assure un retour indéfectible «Fiance» Serment de fidélité, hommage Fiancer: engager sa parole

6 Confiance Une relation mais asymétrique A priori, il y a toujours une divergence possible car nous n avons pas accès à l intimité de l autre Le risque de trahison est toujours possible Hiatus => besoin de faire confiance

7

8 Confiance stratégique Envisager l avenir dans un certain intervalle de confiance Prévoir de façon fiable pour minimiser les risques L autre est un paramètre de l avenir (Ex: on pari sur un cheval, sur une technique)

9 Confiance stratégique Avec un «patient dément»? Risque d accident de voiture Diagnostic probable d Alzheimer

10 Confiance stratégie Manque de confiance stratégique Interdire toutes situations de danger Planification de l existence / directives anticipées / adaptation permanente de la personne Exécution d une volonté en faisant fi des valeurs

11 Confiance morale Parier sur la bonté humaine, l honnêteté L autre est capable de s élever au dessus de son propre intérêt Au nom de l idée que je me fais de l autre, de sa dignité intrinsèque, de son humanité

12 Confiance morale Ex: l ours et l amateur de jardin

13 Confiance morale «Rien n'est si dangereux qu'un ignorant ami ; Mieux vaudrait un sage ennemi». Dialogue Le doute diagnostic Faire du mal en voulant faire du bien, «l enfer est pavé de mauvaises intentions» Importances des proches / formation +++ La confiance morale est incarnée avant tout par les proches

14 Confiance morale Une personne a part entière, être pensant Le dément reconstruit en permanence sa réalité (fictionnalisation) Le pari du sens (N. Rigaux) / digne d intérêt

15 Confiance clinique La «validation» des émotions empreintes des évènements de vie des valeurs des croyances Empathie reconstructive (Stephen Darwall 2002) Imaginer ce qui est bon du point de vue de cette personne Reconnaître l émotion de l autre pour mieux le connaître

16 Confiance et réciprocité Ce qui prime c est le regard que l on nous porte Lui faire confiance pour qu il me fasse confiance: un engagement respectif La responsabilité du choix de faire confiance en répondant de soi-même et de son discernement médical

17 La confiance est dynamique Donner sa confiance rend vulnérable: on dépend de l autre. Une certaine forme d abandon de pouvoir Quelle valeur à pour le malade la confiance que je lui prête? Tout se rejoue à chaque instant. Un lien dans la durée.

18 Confiance soignante La confiance se fonde sur la capacité à tenir ses promesses (P. Ricœur) Je m engage à tenir parole. Je reste moi-même malgré les changements et l évolution de la maladie. «L assurance confiante d être soi». Je donne ma confiance avec un bénéfice rassurant, structurant et même narcississant

19 Bien intentionné et prudent Capacité à choisir les bons moyens, les contingences pour s adapter Fonction des conditions de vie, l entourage Fonction de la faisabilité

20 Bien intentionné et prudent Ce qui polarise la confiance c est le danger Ex: le risque de la «fugue» «50 % des patients décèdent si dans l heure qui suit leur disparition ils ne sont pas retrouvés» Assoc Alzheimer Yukon 1% à 32 % de décès (Rowe et al. BMC Geriatrics :28)

21 Confiance et projet de soins Disposer de plusieurs regards, expertises diminuent les risques d erreurs Considérer la personne et son entourage Laisser une place à l incertitude (entre la maitrise totale et la confiance aveugle) Une clarté des objectifs

22 Conclusion Peut-on faire confiance à une personne démente? Un jeu de miroir où chacun s affirme dans l altérité Une invitation à donner Une condition à la créativité

23 Peut-on faire confiance aux gériatres?

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX. e des matières. Table des matières

SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX. e des matières. Table des matières SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX e des matières CODE D ÉTHIQUE Table des matières JANVIER 2013 TABLE DES MATIERES PRÉAMBULE 3 Pourquoi un code d éthique? 3 À qui s adresse le code d éthique? 3 LA

Plus en détail

ETHIQUE. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Cathy Langlois-Thery CCA Gériatrie/Neurologie CHU Rouen/Boisguillaume. Réunion Réseau Alzheimer

ETHIQUE. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Cathy Langlois-Thery CCA Gériatrie/Neurologie CHU Rouen/Boisguillaume. Réunion Réseau Alzheimer ETHIQUE Réunion Réseau Alzheimer Cathy Langlois-Thery CCA Gériatrie/Neurologie CHU Rouen/Boisguillaume 09/12/2010 Introduction Situations Conflictuelles Difficiles à vivre Pour le malade Pour l entourage

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion Le présent outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion est conçu

Plus en détail

En prévision de l inaptitude : le mandat

En prévision de l inaptitude : le mandat En prévision de l inaptitude : le mandat Le Curateur public du Québec À la rencontre de la personne En prévision de l inaptitude le mandat Avez-vous déjà pensé à ce qui arriverait si un jour, à cause d

Plus en détail

La dimension sociale en soins palliatifs, à domicile et en institution

La dimension sociale en soins palliatifs, à domicile et en institution Annick SOUDANT-ROQUETTE (DUSP Lille 1996-97, DIUSP Lille 2004-05) La dimension sociale en soins palliatifs, à domicile et en institution Table des matières 1.Ses missions...2 2. Le patient...3 3. La famille,

Plus en détail

Aspects déontologiques en santé mentale

Aspects déontologiques en santé mentale Aspects déontologiques en santé mentale Nancy Guilbeault Conseillère en soins infirmiers France Ouellet Conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Juin 2012 Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

BIENTRAITANCE ET MALTRAITANCE EN EHPAD

BIENTRAITANCE ET MALTRAITANCE EN EHPAD BIENTRAITANCE ET MALTRAITANCE EN EHPAD http://medecine.alexis-mazoyer.com Juin 2013 A. Mazoyer I - Introduction «Une manière d être, d agir et de dire, soucieuse de l autre, réactive à ses besoins et à

Plus en détail

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE 0 Page2 Sommaire Les droits rattachés au respect de la personne... 3 Le droit au respect de sa dignité... 3 Quelle est la signification de la dignité en droit de

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

CONTACT PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr

CONTACT PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Regards portés sur la maladie d Alzheimer par les malades et leurs aidants proches Dossier de presse Septembre 2010 CONTACT PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Stratégie de gestion du stress :

Stratégie de gestion du stress : Le stress est une fonction normale de l être humain qui fait face à un danger. C est une réaction d alerte contre une menace psychologique. Une perturbation des habitudes, de l équilibre force l individu

Plus en détail

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave.

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave. CHAPITRE 1 LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module 1 : «Apprentissage

Plus en détail

Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis

Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis Journées Santé au Travail dans le BTP -Limoges 27, 28 et 29 mai 2015 Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis Dr Audrey

Plus en détail

Ankri J. Epidémiologie des démences et de la maladie d Alzheimer BEH n 5-6,2006. 3

Ankri J. Epidémiologie des démences et de la maladie d Alzheimer BEH n 5-6,2006. 3 Le regard porté sur la maladie d Alzheimer Résultats de trois études pour mieux connaître la maladie Dossier de presse mars 2009 1 Sommaire Introduction...p.3 91% des personnes interrogées souhaiteraient

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle La responsabilité contractuelle est la sanction de l inexécution ou de la mauvaise exécution du contrat. Elle est prévue par l article

Plus en détail

Les mandats, l incapacité et le décès

Les mandats, l incapacité et le décès Les mandats, l incapacité et le décès UN MANDAT EST UN ACTE PAR LEQUEL UNE PERSONNE (LE MANDANT) DONNE LE POUVOIR À UNE AUTRE PERSONNE QU ELLE CHOISIT (LE MANDATAIRE), DE FAIRE QUELQUE CHOSE EN SON NOM.

Plus en détail

RECONSTRUCTION MAMMAIRE

RECONSTRUCTION MAMMAIRE RECONSTRUCTION MAMMAIRE IMAGE DE SOI ET MOTIVATIONS Dr Bernard DESCLAUX Oncomip 18/4/2013 Le Contexte Quand le paraître a plus d importance que l être, la mutilation corporelle apparaît comme une blessure

Plus en détail

Erreur médicale au cabinet

Erreur médicale au cabinet Plan Erreur médicale au cabinet Prof. Philippe Ducor Médecine communautaire 13 avril 2011 1. Evolution récente en Suisse dérive à l américaine? 2. Aspects juridiques 3. Aspects psychologiques 4. Apects

Plus en détail

Exercice : répondre aux objections du client

Exercice : répondre aux objections du client Exercice : répondre aux objections du client Difficile d envisager un entretien de négociation sans objections de la part du client : chacun voudra défendre ses intérêts, au meilleur prix, et chacun sera

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES ESSENTIELLES EN COACHING DE L INTERNATIONAL COACH FEDERATION (ICF)

LES 11 COMPÉTENCES ESSENTIELLES EN COACHING DE L INTERNATIONAL COACH FEDERATION (ICF) LES 11 COMPÉTENCES ESSENTIELLES EN COACHING DE L INTERNATIONAL COACH FEDERATION (ICF) Les 11 compétences essentielles en coaching ont été développées par ICF afin d assurer une meilleure compréhension

Plus en détail

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8 SOMMAIRE Préface Page 3 La maladie en quelques mots Page 4 à 5 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7 2 - Le diagnostic. Page 8 3 - Les aides Page 9 à 11 3.1 - Le soutien à domicile (ménage, courses,

Plus en détail

Suggestions d activités de développement spirituel

Suggestions d activités de développement spirituel Suggestions d activités de développement spirituel Le leadership : Suggestion de jeux avant d entamer la discussion : Le chef d orchestre : Un enfant sort de la salle ou on le couvre les yeux pendant un

Plus en détail

Charte du Médecin-conseil de la CAAMI

Charte du Médecin-conseil de la CAAMI P P P P P Charte Charte du Médecin-conseil de la CAAMI Le médecin-conseil est un médecin assermenté, agissant dans le cadre de la Loi AMI * (Art. 153 de la Loi coordonnée du 14.7.1994). Dans l exercice

Plus en détail

BIENTRAITANCE ET QUALITE DE SERVICE Avignon, 16 et 17 septembre 2011

BIENTRAITANCE ET QUALITE DE SERVICE Avignon, 16 et 17 septembre 2011 Atelier «Retour d expérience» BIENTRAITANCE ET QUALITE DE SERVICE Avignon, 16 et 17 septembre 2011 Michel SCHMITT Pilote de la mission ministérielle «Promouvoir la Bientraitance dans les établissements

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

simulation c est [parfois] formidable

simulation c est [parfois] formidable La simulation c est [parfois] formidable Thierry PELACCIA Faculté de médecine de Strasbourg SAMU - CESU 67 La simulation c est [parfois] formidable Thierry PELACCIA Faculté de médecine de Strasbourg SAMU

Plus en détail

Les enjeux éthiques et psychosociaux de la réception de l aide l soins palliatifs

Les enjeux éthiques et psychosociaux de la réception de l aide l soins palliatifs Les enjeux éthiques et psychosociaux de la réception de l aide l en soins palliatifs Éric Pilote Ph.D. t.s. Professeur en travail social Université du Québec à Chicoutimi France Sirois, bac. en psycho,

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice : Pour qui : o patient majeur ayant besoin d une représentation temporaire

Plus en détail

Adopté à l automne 2006

Adopté à l automne 2006 Adopté à l automne 2006 PRÉAMBULE Un code d éthique pour l AQEM Notre mission Mise en perspectives Nos principales valeurs Application du code d éthique Chapitre 1 : Deux valeurs fondatrices de l AQEM

Plus en détail

Position de Pro Mente Sana sur l application cantonale du nouveau droit de la protection de l adulte

Position de Pro Mente Sana sur l application cantonale du nouveau droit de la protection de l adulte Position de Pro Mente Sana sur l application cantonale du nouveau droit de la protection de l adulte A l in intention du Canton de Genève, août 2011 Article 429 CC : placement par le médecin A Genève,

Plus en détail

Risques professionnels pour l entrepreneur : Comment les assurer? Michel BOYER Boyer & Morvilliers Assureurs

Risques professionnels pour l entrepreneur : Comment les assurer? Michel BOYER Boyer & Morvilliers Assureurs Risques professionnels pour l entrepreneur : Comment les assurer? Michel BOYER Boyer & Morvilliers Assureurs Sommaire : L Assurance : indispensable à la vie de l entreprise Un monde de risques Etre bien

Plus en détail

Quelle place, quels devoirs, quelles obligations?

Quelle place, quels devoirs, quelles obligations? Quelle place, quels devoirs, quelles obligations? Dr Michaël Robin (CH. Charcot, Plaisir) Pourquoi moi? «Soyez attentifs, vous êtes souvent les premiers, voire les seuls médecins que les victimes de violence

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE

INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE Définition de la toxicomanie : Habitude de consommer un ou plusieurs produits psychoactifs, susceptibles d'entraîner une dépendance psychique et parfois physique.

Plus en détail

ORGANİSATİON DES SOİNS PALLİATİFS EN EHPAD. Lille : 24 mars 2011 Docteur Dominique DUCORNEZ Gériatre ADGV-UNION

ORGANİSATİON DES SOİNS PALLİATİFS EN EHPAD. Lille : 24 mars 2011 Docteur Dominique DUCORNEZ Gériatre ADGV-UNION ORGANİSATİON DES SOİNS PALLİATİFS EN EHPAD Lille : 24 mars 2011 Docteur Dominique DUCORNEZ Gériatre ADGV-UNION 1 INTRODUCTION «La première qualité de la vie, c est d user de la vie. C est oser la vie.»

Plus en détail

EHPAD. Quels soins palliatifs en EHPAD? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en

EHPAD. Quels soins palliatifs en EHPAD? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en Quels soins palliatifs en? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en Quels soins palliatifs en? Dr M. SALLAMAGNE 1992: «Faire du soin palliatif,

Plus en détail

Stages : Ateliers pratiques

Stages : Ateliers pratiques Stages : Ateliers pratiques ***** Pour nous contacter ou pour vous inscrire : Tel : 06 68 65 20 20 ou mail : dforcari@gmail.com Stages Automne/Hiver 2015/2016 1 - Savoir se relaxer, s entraîner au lâcher-prise

Plus en détail

L Estime de soi et la confiance en soi

L Estime de soi et la confiance en soi L Estime de soi et la confiance en soi On confond couramment l estime de soi et la confiance en soi. Ce sont deux attitudes pourtant bien différentes qui se développent chacune à leur façon. On pense souvent

Plus en détail

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Laurent KARSENTY CRTD-CNAM (Paris) ErgoManagement (Toulouse) www.ergomanagement.fr Plan de la présentation 1.

Plus en détail

Séminaire Relation médecin patient

Séminaire Relation médecin patient Séminaire Relation médecin patient Université Claude Bernard Lyon 1, Département de médecine générale, 3 cycle Novembre 2007 OBJECTIFS GENERAUX : 1) Pratiquer la relation d aide et connaître l approche

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Formation Coaching N 5

Formation Coaching N 5 Formation Coaching N 5 Jouir de sa Vie Association Jouir de sa Vie. jouirdesavie.com Bilan 1 er mois Reprendre et réévaluer les notes coaching 1 Pourquoi? Célébrer les victoires Augmenter confiance en

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée

L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée 1 L intolérance à l incertitude et le trouble d anxiété généralisée Dans notre compréhension actuelle du trouble d anxiété généralisée (TAG), nous estimons que l intolérance à l incertitude joue un rôle

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance Mis à jour : Catherine VOYNNET FOURBOUL Décembre 2007 La confiance Bibliographie Ouvrages : A. Duluc(2000),Leadership et confiance, édition DUNOD Revue : Lewicki R. J. et Bunker B. B. (1995), Trust in

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

AGEA 2010. Préparez votre dossier assurance

AGEA 2010. Préparez votre dossier assurance AGEA 2010 Préparez votre dossier assurance Préambule Dans le cas d une création ou d une reprise d entreprise, plusieurs questions doivent être posées : Comment bien assurer mes biens professionnels? Que

Plus en détail

Blessure : LA TRAHISON - Masque : de contrôlant Structure de caractère : Psychopathe

Blessure : LA TRAHISON - Masque : de contrôlant Structure de caractère : Psychopathe Po/Gi Blessure : LA TRAHISON - Masque : de contrôlant Structure de caractère : Psychopathe 1. Trahison Cesser d être fidèle à quelqu un ou à une cause ; livrer quelqu un. 2. Réveil de la blessure Entre

Plus en détail

Tu as des droits.. Document original d Annie Simard TES

Tu as des droits.. Document original d Annie Simard TES Pourquoi dire non? Savoir dire non est indispensable pour me protéger, poser mes limites face aux autres et éviter de me laisser envahir par des demandes abusives. Quand les autres envahissent mon territoire

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II ANNEXE II DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions

L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions L annonce est un service rendu Importance d un travail d équipe Importance de la temporalité Importance dans la justesse des mots employés Une annonce

Plus en détail

29/03/14. Mareil-Marly, le 29 mars 2014. Conférence

29/03/14. Mareil-Marly, le 29 mars 2014. Conférence 29/03/14 Mareil-Marly, le 29 mars 2014 Conférence Adapei des AlpesMaritimes AFTC Adapei 78 La protection juridique de la personne vulnérable : de la mise en œuvre à la transmission de la protection Programme

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

S. Fantoni Praticien hospitalier, Docteur en droit, CHRU Lille, Université Nord de France CRDP

S. Fantoni Praticien hospitalier, Docteur en droit, CHRU Lille, Université Nord de France CRDP S. Fantoni Praticien hospitalier, Docteur en droit, CHRU Lille, Université Nord de France CRDP Responsabilité morale Responsabilité pénale : présence, usage ou trafic de produits stupéfiants au sein de

Plus en détail

Prévenir... l alcoolisme

Prévenir... l alcoolisme Prévenir... l alcoolisme 8 Avec l alcool, faites-vous bon ménage ou mauvais usage? Vous faites bon ménage, si vous usez sans abuser (1) Consommateur ponctuel, vous ne buvez pas plus de 4 verres par occasion.

Plus en détail

L ouverture du mariage et de l adoption aux couples composés de personnes de même sexe n est pas un choix sans conséquences

L ouverture du mariage et de l adoption aux couples composés de personnes de même sexe n est pas un choix sans conséquences L ouverture du mariage et de l adoption aux couples composés de personnes de même sexe n est pas un choix sans conséquences En présentant son projet de loi «ouvrant, selon ses propres termes, le mariage

Plus en détail

Droits et responsabilités du patient

Droits et responsabilités du patient Droits et responsabilités du patient Vos droits Quel objectif? Le but de ce dépliant est de vous présenter brièvement vos droits et responsabilités. Nous vous invitons également à poser toutes vos questions

Plus en détail

Le pouvoir de l Amour

Le pouvoir de l Amour Le pouvoir de l Amour Bonjour, Je vais aborder avec vous aujourd hui le plus grand des pouvoirs, celui de l Amour! En effet l Amour peut tout transformer, aider, guérir, soulager, éveiller et pardonner

Plus en détail

programme connect Mars 2015 ICF-Léman

programme connect Mars 2015 ICF-Léman programme connect Mars 2015 ICF-Léman Déroulement des soirées 19:00-19:30 Accueil 19:30-20:00 Repas 20:00-20:05 Fin de repas / nettoyages 20:05-20:15 Annonces / infos 20:15-20:45 Programme vidéo ou étude

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Guide pour les personnes âgées du Manitoba Selon des recherches canadiennes, près de 10 % des personnes âgées du Manitoba seront victimes d une

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale

Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale Résumé de l étude France Bénévolat pour la Caisse des dépôts (FCS) Auteur : Jean Beaujouan Décembre 2007 1 Présentation

Plus en détail

Prévenir le harcèlement : une responsabilité accrue pour l employeur. Consultante en entreprise, Gérante de la société Sémiode

Prévenir le harcèlement : une responsabilité accrue pour l employeur. Consultante en entreprise, Gérante de la société Sémiode Prévenir le harcèlement : une responsabilité accrue pour l employeur Ariane Bilheran Consultante en entreprise, Gérante de la société Sémiode Le développement (prétendu ou avéré) des situations de harcèlement

Plus en détail

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Une approche interdisciplinaire et intégrative neuropsychologie psychologie neuroanatomie linguistique philosophie SCIENCES COGNITIVES logique/probas neurosciences

Plus en détail

COMMENT VENIR A BOUT DES DIFFICULTES

COMMENT VENIR A BOUT DES DIFFICULTES APPENDICE COMMENT VENIR A BOUT DES DIFFICULTES Les difficultés créées par celui ou celle que l on souhaiterait conduire à Christ se révèlent sous forme de questions, d excuses, d objections et d arguments

Plus en détail

Le code d éthique ROCH- PINARD. Résidences OU11&8LAY

Le code d éthique ROCH- PINARD. Résidences OU11&8LAY Le code d éthique ROCH- PINARD OU11&8LAY Résidences 1615 et 1625, boul. Gouin Est Montréal (Québec) H2C 1C2 Téléphone : 514 381-1841 www.berthiaume-du-tremblay.com Rédaction et révision : Chantal Bernatchez,

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE. Le patient est notre raison d être et nous nous engageons à :

CODE D ÉTHIQUE. Le patient est notre raison d être et nous nous engageons à : CODE D ÉTHIQUE CODE D ÉTHIQUE RÉSEAU DE SANTÉ VITALITÉ Avant-propos Ce code d éthique définit les droits et les responsabilités des patients ainsi que les responsabilités des intervenants. Nous nous engageons

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

Les Français et la confiance

Les Français et la confiance pour Les Français et la confiance Septembre 2011 Note méthodologique Etude réalisée pour : Cityzencar Echantillon : Echantillon de 1009 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans

Plus en détail

Discriminations et violations de la protection des données en relation avec le VIH/sida de mai 2011 à novembre 2011

Discriminations et violations de la protection des données en relation avec le VIH/sida de mai 2011 à novembre 2011 Discriminations et violations de la protection des données en relation avec le VIH/sida de mai 2011 à novembre 2011 Total 44 cas Activité lucrative 3 2 1 Assurances sociales 2 4 10 22 Assurances vie Violations

Plus en détail

Profil de leadership des gestionnaires

Profil de leadership des gestionnaires Profil de leadership des gestionnaires Apprentissage et développement Chambre des communes Quelques notions pour faciliter la consultation du Profil. INTRODUCTION DÉFINITIONS Profil de compétences : Liste

Plus en détail

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION

ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION ASSOCIATION LA CHRYSALIDE ARLES & SON ARRONDISSEMENT PROJET ASSOCIATIF HISTORIQUE DE L ASSOCIATION 1961 : Naissance de La Chrysalide Arles, section dépendante de La Chrysalide de Marseille affiliée à l

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

Situation Complexe soumise àun Comitéd Ethique

Situation Complexe soumise àun Comitéd Ethique Situation Complexe soumise àun Comitéd Ethique L établissementenquelqueschiffres Date de 1906 = établissement public = plusieurs pôles sur 9,6 ha 525 résidents: 415 en EHPAD -USA USLD Pôle gériatrique

Plus en détail

6 ième dimanche de Pâques C. Frères et Sœurs,

6 ième dimanche de Pâques C. Frères et Sœurs, 6 ième dimanche de Pâques C Frères et Sœurs, Jésus venait de dire : «SI QUELQU UN M AIME, IL RESTERA FIDÈLE À MA PAROLE ; MON PÈRE L AIMERA, NOUS VIENDRONS CHEZ LUI; NOUS IRONS DEMEURER AUPRÈS DE LUI»

Plus en détail

Un commentaire de texte (subjectif?)

Un commentaire de texte (subjectif?) Un commentaire de texte (subjectif?) Par Virginie MATTIO Psychologue spécialiste des troubles cognitifs Présidente de l APOC (Association de Psychologues à Orientation Cognitive) a demande de Nicolas SARKOSY

Plus en détail

Etes-vous sûr d être bien assurés? Jeudi 5 novembre 2015

Etes-vous sûr d être bien assurés? Jeudi 5 novembre 2015 Etes-vous sûr d être bien assurés? Jeudi 5 novembre 2015 Présentation du dispositif ANTICIP LR Françoise SACO CCI Montpellier Dispositif régional piloté par la Région Languedoc Roussillon en collaboration

Plus en détail

Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur?

Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur? Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur? Dr Philippe Poulain Unité Territoriale de Soins Palliatifs Polyclinique de l Ormeau Tarbes phpoulain@wanadoo.fr Placebo: de

Plus en détail