LA TECHNIQUE D'ELABORATION ET DE CONTROLE DES PROGRAMMES (Initiation aux Pert-temps) par Jacques Hallak

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA TECHNIQUE D'ELABORATION ET DE CONTROLE DES PROGRAMMES (Initiation aux Pert-temps) par Jacques Hallak"

Transcription

1 No. 37 LA TECHNIQUE D'ELABORATION ET DE CONTROLE DES PROGRAMMES (Initiation aux Pert-temps) par Jacques Hallak

2 ИЕР/ТМ/37/б9 juillet 197^ INSTITUT INTERNATIONAL DE PLANIFICATION DE L'EDUCATION 7-9* rue Eugène-Delacroix., Paris LA TECHNIQUE D'ELABORATION ET DE CONTROLE DES PROGRAMMES par Jacques Hallak Ce document fait partie de la série "Les principes de la planification de l'éducation ; conférences et discussions", préparée par l'iipe en vue de constituer une collection de matériaux d'enseignement de base dans le domaine de la planification de l'éducation. Ces documents sont basés sur les enregistrements«, transcriptions et notes de séminaires, conférences et discussions organisés par l'iipe dans le cadre de son programme de recherche et de formation % ils ne représentent - ni dans leur forme ni dans leur contenu -des publications officielles et les opinions qui y sont exprimées ne sont pas nécessairement celles de l'institut. L'utilisation,, l'adaptation ou la reproduction, entière ou partielle de ces documents sont strictement réservées aux Institutions et personnes spécifiquement autorisées par l'iife, i

3 TABLE DES MATIERES Pages I. LES PRINCIPES GENERAUX 1 1 о Définition 1 2, L'analyse du programme 2 3* L'élaboration du réseau 5 Conclusion 9 II. LE PERT-TEMPS L'estimation de la durée des opérations d'un projet 10 2, Le calcul des temps 15 3o La notion de battement ou latitude 16 4 о Le chemin critique 18 5» La probabilité de respecter un calendrier 19 6«, Un exemple d'application % projet de recherche sur l'administration de l'enseignement 25 a) Analyse préliminaire globale 23 b) Analyse détaillée 25 TERMINOLOGIE 32 Bibliographie sélective 33 ii

4 IIEP/TM/37/69 - page 1 I. LES PRINCIPES GENERAUX La Technique d'elaboration et de Controle des Programmes communément appelée PERT (Program Evaluation and Review Technique) utilisée sur une grande échelle par le département de la Marine des Etats-Unis en 1958* a vu son application s'étendre à la fois à d'autres domaines et dans d'autres pays. C'est ainsi que par exemple en France, la Méthode PERT et ses variantes (CPM)(l) commencent à être largement diffusées. A l'origine5 le besoin s'est fait sentir d'introduire ces méthodes en raison de la complexité de plus en plus grande des projets que l'on avait à traiter dans certains domaines. Des gains très sensibles de temps et d'argent ont pu être ainsi enregistrés et progressivement les méthodes de contrôle des délais et des coûts voient leur champ d'application s'étendre et toucher les secteurs d'activité les plus divers. En témoigne, par exemple, l'adoption récente de PERT dans les gros programmes de recherche et de développement en éducation* aux Etats-Unis. Tout en admettant que la Technique d"elaboration et de Contrôle des Programmes peut paraître de prime abord trop complexe pour voir son application se généraliser à tous les programmes d f éducation des pays en voie de développement, il n'en demeure pas moins qu'elle pourra s'appliquer avec profit dans quelques circonstances. Par exemple^, la programmation des projets de constructions scolaires* peut faire appel avec profit à la méthode PERTj de même l'organisation des examens à l'échelon national* en raison de la complexité et de son coût mériterait d'être basée sur un réseau PERT; en outre* l'introduction d'une réforme ou d'une innovation dans un système scolaire devrait être soigneusement planifiée et des versions simplifiées des méthodes PERT seraient probablement très utiles â la préparation du calendrier des opérations. Un dernier exemple d'utilisation potentielle des méthodes PERT est souvent proposé % il s'agit d'utiliser la technique d'élaboration et de contrôle des programmes dans la préparation des plans d'éducation. L'objet de ce cycle de deux conférences est d'introduire la méthode PERT de manière à montrer ses possibilités d'application et ses limites. C'est ainsi que cette partie est consacrée à la présentation des principes généraux de la méthode PERT; la seconde partie contiendra une initiation au PERT-TEMPS qui correspond à l'une des variantes de la Technique d 9 élaboration et de contrôle des programmes. 1. Définition Comme toute technique nouvelle-, le PERT fait l'objet de conversations animées dans les Directions d! entreprises* dans les administrations publiques* et dans tous les domaines où sa mise en application est à l'ordre du jour. Certains y voient la solution idéale à tous les problèmes de planification et le remède contre les décisions inopportunes* mais d'autres sont moins affirmatifs. Ces positions contrastées résultent souvent d'une mauvaise définition de la technique de contrôle et d'évaluation des programmes ou méthode PERT. (1) Critical Path Method ou méthode du chemin critique.

5 IIEP/TM/37/69 - Page 2 Le PERT est un instrument de direction destiné à définir et coordonner ce qui doit être fait pour atteindre les buts fixés dans les délais imposés. Cet instrument aide donc à prendre des décisions, La méthode intègre un nombre considérable de données statistiques : elle permet de détecter les incertitudes attachées à la réalisation de telle ou telle tâche, montre, grâce â la technique de simulation, les possibilités d'ajustements pour respecter les délais ou économiser les ressources, et s'appuie sur des principes mathématiques rigoureux tout en n'exigeant pas de ses utilisateurs une formation scientifique particulièrement poussée,, La technique d'élaboration et de contrôle des programmes est basée sur la théorie des graphesj elle s'exprime par des schémas graphiques sous forme d'une succession d'arcs orientés (réseaux de flèches) qui résulte de l'analyse d'un programme c Ces schémas supportent les éléments qui servent à l'établissement des calculs, 11 résulte de cette définition que, pour introduire les principes généraux sur lesquels repose la méthode PERT, il convient d'examiner successivement (i) la phase d'analyse du programme, (ii) la phase d'élaboration du réseau et la signification de ces différents éléments 2о L'analyse du programme L'analyse consiste essentiellement â préciser les objectifs du programme et â les décomposer en stades successifs de plus en plus détaillés jusqu'à ce que toutes les phases d'avancement figurent dans cette décomposition. Il s'agit donc de définir un objectif général du programme et de subdiviser ce dernier en objectifs partiels ou phases successives d'avancement selon le schéma suivant* SCHEMA No 1 Objectif du programme Г Objectifs partiels 1 Objectifs partiels 2 Objectifs partiels 3 ETC ETC Stade 1 Stade 2 Stade 3 ETC

6 ÏÏEP/TM/37/69 - Page 3 Bien sur, la décomposition peut continuer aussi loin que l'on désire;, mais ce qui est essentiel au niveau du directeur du programmai c'est de pouvoir préciser dès le départ en quoi consiste l'objectif et en quels éléments majeurs il désire l'analyser, quitte à laisser l'analyse de chaque élément â celui qui en sera responsable. Les niveaux et la consistance de cet objectif, la structure de la société ou de l'administration, les éléments clés auxquels le responsable a fixé son intérêt, les obligations existantes etc eso sont parmi les facteurs qui déterminent le choix des sections de décomposition et d'éclatement des responsabilités,, Le schéma d'analyse ne se borne donc pas â définir les objectifs et â mettre en évidence leurs relations, il montre également divers degrés de complexité selon chaque degré de responsabilité» Au niveau le plus bas de la hiérarchie, celui de l'exécution des opérations élémentaires, on atteint ce que l'on appelle dans le jargon PERT un "préstade". Le préstade est le stade qui précède la phase d'avancement d'une étape élémentaire du programme Nous remarquons d'ores et déjà, et nous pourrons le confirmer ultérieurement* qu'à partir d'un certain nombre d'activités le traitement d'un programme ne peut se faire sans le secours des machines électroniques, C'est précisément grâce aux ordinateurs que PERT a vu son champ d'application se développer dans tous les domaines«somme toute s l'analyse du programme consiste ä répondre aux questions suivantes t (i) Quel est le but â atteindre et de quel état partons=nous pour le faire? (il) Quels seront les états intermédiaires importants qui devront être atteints pour l'accomplissement du programme? (iii) Quelles opérations faut-il accomplir pour atteindre ces états"? L'analyse revient donc â définir les points clés du programme, c'est-à-dire son origine, son objectif, ses étapes et les opérations ou activités à réaliser. Il est utile, à ce stade, de définir très précisément ce que l'on entend par étapes et par activités dans la terminologie PERT, Une étape est le commencement ou la fin d'une tâche, et une activité consiste en l'exécution proprement dite de la tâche, C'est ainsi que "rédiger un rapport" n'est pas une étape mais une activité; en revanche, "rapport terminé" est une étape, mais non pas une activité* Par conséquent, les étapes РЕЙТ, contrairement aux activités, sent de durée nulle et ne consomment pas de ressources En outre, toute étape, sauf la (les) première(s) et la (les) dernière(s), est (sont) obligatoirement origine et fin d'une ou de plusieurs activités«de même tcute activité part d'une étape et aboutit â une étape.

7 IIEP/TM/37/69 - page 4 Par conséquent, les activités constituent en quelque sorte des contraintes pour l'achèvement des étapes, puisqu'une étape ne peut être considérée comme achevée (ou atteinte) que si les activités qui y aboutissent (ou antécédentes) sont accomplies, Il en résulte des contraintes entre les activités partant d'une (ou subséquente â une) étape et les activités antécédentes, (1) La phase d'analyse a justement pour objet de classer les étapes et les activités et de mettre en évidence les contraintes entre les différents éléments du schéma d'analyse s Le meilleur moyen de vérifier le classement est de s'assurer que les successions retenues sont logiques, A cet égard, deux types de difficultés sont à surmonter : d'une part, certaines contraintes peuvent ne correspondre ni à des activités, ni à des étapes» Elles doivent cependant être prises en considération dans l'analyse, dans la mesure où elles commandent l'achèvement des étapes subséquentes. Il s'agit des activités dites fictives, non consommatrices de ressources ou de temps; elles correspondent à des contraintes de liaison. D'autre part, il faut s? assurer que les contraintes que l'on a définies ne conduisent pas ä l'impossibilité d'atteindre l'objectif du programme. Il en est ainsi, par exemple, quand Í 'activité subséquente â une étape В est en mime temps antécédente à l'étape A qui précède B. Généralement, l'analyse critique des listes des étapes et des activités permet de trouver facilement les successions logiques* Mais, dès qu'il y a un grand nombre d'étapes ou d'activités, on peut craindre des erreurs ou des oublis et une certaine discipline s'impose alors. Plusieurs procédés ont été proposés i le plus simple consiste â préparer un tableau à double entrée ou matrice reliant les étapes et les activités entre elles. Plus précisément, on cherche d'abord l'étape (ou les étapes) origine(s). Elle est facile á dégager, C'est celle qui n'a aucune activité antérieure. Puis on recherche toutes les activités subséquentes â l'étape origine. Chacune de ces activités débouche nécessairement sur une étape, La question est alors la suivante : â partir de quelle étape peut-on entreprendre cette activité? On aboutit ainsi â un tableau des étapes complété des activités immédiatement postérieures ou subséquentes. On contrôle (et complète si nécessaire), ce tableau en examinant les activités antécédentes â chaque étape» Ce procédé très rapide permet de construire une matrice donnant pour chaque étape les activités immédiatement antérieures et immédiatement postérieures. Un exemple permettra de préciser la méthode ; le tableau suivant fournit la liste des étapes et des activités dans un sous-projet sans qu'elles aient été nécessairement classées dans un ordre logique, (1) Là où les étapes qui suivent immédiatement une autre étape-sans étape(s) intermédiaires- sont appelées étapes subséquentes. Là où les étapes qui précèdent immédiatement une autre étape-sans étape(s) intermédiaires- sont appelées étapes antécédentes,

8 IIEP/TM/37/69 - page 5 Etapes A, Examen final d'anglais passé«, B, Examen final d'histoire passé. C. Les inscriptions au cours d'anglais, et d'histoire terminées. D. Début des inscriptions au cours d'anglais et d'histoire. E. Délibérations du jury terminées«f, Diplômes distribués«activités a. Suivre les cours d'histoire» b Inscrire les élèves. Ce Corrections des copies d'anglais d. Suivre les cours d'anglais. e. Correction des copies d'histoire, f» Préparation des diplomes. La matrice qui suit est le résultat ultime de l'analyse du sous-projet, Elle indique la succession logique des étapes et des opérations 0 D В E D С A В P objectif Nous avons montré en quoi consiste l'analyse du projet. La phase qui suit dans la méthode consiste à préparer le graphe ou à élaborer le réseau, 3«L'élaboration du réseau Comme nous l'avons vu, la Technique d'elaboration et de contrôle des Programmes s'appuie sur un réseau de flèches préparé en utilisant les résultats de l'analyse. Le principe de la confection du réseau est très simple. Il utilise les propriétés des vecteurs. Rappelons qu'un vecteur est un segment de ligne continue, ayant une origine s une fin, une direction et une valeur (souvent mesurée par la longueur du vecteur). Dans la méthode PERT, le vecteur représente une activité, son origine l'étape antécédente 9 sa fin l'étape subséquente 3 et sa valeur représente à la fois un temps et un coût.

9 IIEP/TM/37/69 - Page 6 Le graphe d'un projet est un réseau constitué d'une succession de vecteurs ayant des points d'origine et de fins communes. Dans ce réseau, les étapes qui sont les éléments statiques du projet, sont représentées par des carrés ou des cercles. L'ordre dans lequel doivent se dérouler les activités fixe la disposition des vecteurs sur le graphe. Il est bien évident que les transcriptions des activités et des étapes sur le graphe seraient très lourdes sans le secours d'un système de repérage. On a pris l'habitude, pour faciliter la présentation, d'utiliser des codes ou un repérage par des lettres et des chiffres. Il arrive d'ailleurs, dans les cas simples, que l'on ne fasse appel qu'à un seul code pour les étapes; en vertu des conventions en vigueur dans la méthode PERT, il est possible de repérer toutes les activités par les codes, de l'étape origine et de l'étape fin. Par exemple, l'activité qui part de l'étape X et qui arrive à l'étape Y est repérée par X-Y Généralement, cependant, un système de repérage très élaboré doit être mis au point et il est habituel de préparer soigneusement un document de référence explicitant clairement le code, document mis à la disposition de tous les participants au projet programmé. Pour construire le graphe d'un programme, il est très commode d'utiliser le tableau à double entrée, qui a été préparé dans la phase analyse du programme. Il suffit d'indiquer la succession des étapes et des activités suivant l'ordre établi dans les tableaux d'analyse ou la matrice. On peut également procéder en passant par l'intermédiaire d'un classement des étapes en générations s Les étapes de la première génération sont atteintes au bout d'une seule série d'activités â partir de l'origine du programme. Les étapes de la deuxième génération sont atteintes au bout de deux séries d'activités à partir de l'origine du programme«les étapes de la x ème génération sont celles dont un chemin pour les atteindre comprendra x séries d'activités, A titre illustratif, l'exemple du sous-projet donné en (2) est représenté par le schéma no 2, suivant la méthode de classement des étapes en générations. Origine D le génération С 2e génération A SCHEMA No 2 3e génération E 4e génération F ш ь

10 IXEP/TM/37/69 - page 7 Un graphe plus simplifié est généralement admis, et nous l'adopterons dans la suite, SCHEMA No 3 (avec ou sans mention explicite des activités) 0 Sur le graphe ainsi constitué, on peut noter г г deux successions d'activités pour aller de l"étape origine à l'étape objectif Ces successions constituent des chemins (DCAEF et DCBEP) C = que l'étape E n'est atteinte (ou franchie puisqu'elle est de durée nulle) que si les activités с et e sont accomplies 0 - que toutes les étapes et toutes les activités figurent bien sur le graphe Somme toute, l'élaboration du graphe une fois terminée,, il est possible de procéder au eontrsle de l'analyse du projet D'une parti, il est nécessaire de suivre les chemins tracés sur le graphe depuis l'origine jusqu'à l'objectif et vérifier la logique de l'ordre retenu. En outrej, lors du controle des chemins, il sera facile de vérifier que l'on n'aboutit pas à une impossibilité. Cette impossibilité pourra se traduire sur le graphe par une boucle. Le schéma No 4 illustre un cas d'impossibilité (ou boucle) г ce cas est évidemment facile à mettre en évidence sur le graphe. SCHEMA No 4

11 IIEP/TM/37/69 - page 8 De plus, le controle du graphe suggère quelquefois un ajustement du schéma d'analyse dans la mesure ou il conduit à substituer â une présentation d'un sous-ensenable d'étapes "en série" une présentation de ce sous-ensemble "en parallèle"» Cette substitution est génératrice d'économies et correspond à une réallocation des ressources du projet. Le schéma No 5 montre le gain sur les délais obtenu au moyen d'une telle substitution» SCHEMA No ' 4 5 Mois De surcroît, le contrôle des chemins peut montrer que certains d'entre eux n'aboutissent pas à l'étape finale» Cela signifie s - soit que l'objectif atteint est un objectif partiel du programme et qu'il y a au moins une activité fictive qui doit lui être adjointe, soit vers une autre étape, soit vers l'objectif, - soit que l'objectif atteint n'a aucun rapport avec l'objectif final et dans ce cas, il est nécessaire de supprimer certaines activités,, SCHEMA No 6 En dernier lieu, il est nécessaire de faire un controle "en retour" du graphe en remontant de l'étape objectif â l'étape origine, contrsle qui portera essentiellement sur les conditions nécessaires aux démarrages de chaque activité.

12 IIEP/TM/37/69 - page 9 Conclusion Voici présenté à grands traits les principes généraux de la méthode PERT. De ces principes, il découle nettement que le PERT consiste essentiellement à analyser de manière logique et détaillée toutes les étapes et les activités intervenant dans la réalisation d'un projet de manière à les programmer de façon optimale. On présente dès lors les utilisations potentielles de PERT dans la planification de l'éducation. Il est bien certain, par exemple, que les projets de constructions scolaires pourraient constituer un domaine privilégié d'utilisation de PERT, Un autre domaine d'application de PERT est la mise en oeuvre de projets de recherche appliquée ou d'expérimentation«, De même, la préparation des plans d'éducation, en raison de sa complexité de plus en plus grande et du fait qu'elle fait appel à un nombre considérable d'organismes participants, pourra s'articuler selon un planning inspiré de PERT, Enfin, l'application de techniques voisines de PERT à l'administration et à la gestion des établissements d'enseignement supérieur semble, elle aussi, devoir s'étendre et se confirmer progressivement. Pour toutes ces raisons, il nous a semblé utile d'introduire cette méthode en indiquant les principes et les concepts généraux. Afin de compléter quelque peu cette initiation, il nous a paru utile d'exposer plus en profondeur l'une des variantes de la méthode PERT, celle dont l'application fait appel à relativement peu de difficultés de caractère méthodologique, le PERT-TEMPS, que nous exposerons dans la seconde partie«

13 IIEP/TM/37/69 - Page 10 II. LE PERT-TEMPS Un promoteur de construction a perdu le contrôle de son chantier quand il ne peut plus respecter les délais et les coûts de son exécution s Un projet est bien controlé quand son directeur peut répondre avec précision â ces deux questions: Quand sera-t-il terminé? Combien coûtera-t-il? Les deux questions sont évidemment interdépendantes puisque les coûts directs sont liés à la durée de la mise en oeuvre du projet* et l'idée la plus naturelle est d'utiliser le PERT comme une méthode de contrôle des délais et des coûts que l'on appelle PERT-C0UT o Cependant, il est possible de dissocier les données sur les délais des données sur les coûts, car* en effets il est souvent plus important ou tout au moins plus significatif,, de surveiller les délais d'exécution, dès lors que les précisions de cpût ont été établies Techniquement surtout, la méthode de contrôle des délais est moins complexe à mettre en oeuvre que celle qui concerne les coûts«, Aussi dans la partie qui suit* nous intéressonsnous uniquement au PERT-TEMPS dont nous expliquerons la méthode et illustrerons l'utilisation par un exemple concret. Il n'est évidemment pas dans notre intention de former des spécialistes du PERT-TEMPS, mais simplement de donner quelques indications sur la méthode, afin que le planificateur de l'éducation puisse apprécier ses possibilités, et, le cas échéant, y fasse appel afin de l'aider dans la mise en oeuvre des projets dont il est responsable«pour cette raison, cette partie ne sera pas un exposé exhaustif du PERT-TEMPS, mais sera centrée sur certains aspects particulièrement importants de son application, c'est-â-dire ; (i) L'estimation de la durée des opérations d'un projet (ii) Le calcul des temps, (iii) La notion de "battement" ou "latitude", (iv) Le "chemin critique", (v) La probabilité de respecter un calendrier,, En dernier lieu et en guise de conclusion au cycle consacré â la méthode PERT, nous étudierons un cas concret â titre illustratif* l e L'estimation de la dorée des opérations d'un projet Après avoir analysé le projet et construit le réseau ou graphe (voir partie No l), il est utile de compléter ce réseau en indiquant les durées des diverses opérations identifiées dans le projet» En effet, ainsi qu'il a été montré, par ailleurs, alors que les étapes ne sont consommatrices ni de temps, ni d'argent, en revanche les activités ou opérations nécessitent des délais de réalisation,, (l) (l) A l'exception, toutefois, des activités fictives«,

14 IIEP/TM/37/69 - page 11 Il est évident que l'obtention des renseignements exacts sur les durées de réalisation des opérations est une tâche difficile et fondamentale dans la mise en application de la méthode PERT, - Cette tâche est difficile, car les techniciens chargés des opérations élémentaires peuvent effectivement ignorer les durées réelles des opérations dont ils ont la chargej ils peuvent également répugner â donner ce type de renseignements, soit qu'ils craignent de s'engager sur des délais sans pouvoir les respecter, soit qu'ils y voient, â tort ou à raison, la preuve d'une volonté de controle plus poussé de la part des organismes centraux et de la Direction - Cette tâche est fondamentale, car en définitive, si les renseignements sur les durées des opérations sont erronés, toute la méthode PERT^TEMPS devient inefficace,, A quoi, en effet, sert-il d'établir des calendriers et de programmer des opérations, si calendriers et programmes devaient être plus proches de la théorie que des faits réels? Si les renseignements sur les délais pèchent systématiquement par excès, afin de garantir en tout état de cause le respect du calendrier, cela ne revient-il pas à vider de son sens l'application de la méthode PERT? Les spécialistes du PERT«=TEMPS attachent donc une grande importance à la phase des estimations des durées de réalisation des opérations et suggèrent que ces informations doivent être collectées "â la source", с'est-à-dire par enquête directe auprès des agents d'exécution du projet, partant du principe que la meilleure estimation de la durée d'une activité est celle que fournira le responsable de sa mise en oeuvre Afin de pallier aux incertitudes inhérentes à toute estimation, il a été recommandé de calculer trois valeurs différentes pour les durées de chaque opération Durée optimiste minimum: C'est la durée la plus courte nécessaire à l'accomplissement de 1 activité dans l'hypothèse où tout se déroulerait mieux qu'il n'est prévu 0 Durée pessimiste: C'est la durée maximale pendant laquelle l'opération peut être accomplie, c'est-à-dire "si tout se déroulait mal" (l) Durée la plus probable: C'est la durée la plus vraisemblable pour l'accomplissement de l'opération. C'est la durée qui aurait été fournie en tout état de cause, même si l'on n'avait demandé aux agents d'exécution qu'une seule estimation des données au lieu de trois (1) Compte non tenu des situations de caractère catastrophique»

15 IIEP/TM/37/69 - page.12 Chacune de ces durées est exprimée en jours, semaines ou mois. Les estimations représentent les jours de calendrier et non les jours ouvrables. Une fois établies, ces prévisions sont fermes et ne peuvent, en principe, plus être modifiées, sauf si la nature de l'activité change ou si les délais dans l'approvisionnement des ressources viennent à varier. Malgré leur caractère assez subjectif, les trois estimations de durées peuvent servir de base au calcul d'une grandeur - la durée moyenne - qui obéit à une loi de probabilité; il est possible de ce fait d'analyser les chances de réalisation d'un projet dans les limites de temps disponible«nous y reviendrons plus loin. Si 'a' est l'estimation optimiste, 'b' l'estimation pessimiste et 'm' l'estimation de temps la plus probable, la moyenne ou temps moyen 'te' est donnée par la relation : te = a -h 4m + b (1) Autrement dit, le temps moyen représente une moyenne statistique des trois estimations 'a', 'm' et 'b'. Pour les statisticiens, cela signifie que 'te' est le temps moyen que prendrait l'accomplissement de l'opération si elle était répétée un grand nombre de fois. Il convient de remarquer que si les valeurs données à 'a' et 'b' sont telles que : m ~ a = b ~ m, le temps moyen sera égal au temps le plus probable. Le temps moyen sera compris entre 'a' et 'm' ou 'm' et 'b' selon que m - a est supérieur ou inférieur â b - m. En dernier lieu, il est bien évident, que plus les valeurs de 'a' et de 'b* seront voisines de 'm', plus les renseignements sur les durées sont précis Les graphiques suivants illustrent les remarques faites sur 'a', 'm', 'b' et 'te'. Schéma Mo Si a - 9, b = 19 et m = 1.1, te = 12 te

16 IIEP/TM/57/69 - page 13 L'incertitude sur les durées est plus grande dans le cas *C" que dans le cas 'В*, D'ailleurs pour mesurer la dispersion, ou l'incertitude, on a l'habitude, en statistique, de calculer ce que l'on appelle la variance ^ qui est donnée par la relation rf 2 = (b - a)2 6 Plus la variance est élevée, plus grande est l'incertitude«2«, Le calcul des temps Une fois les durées moyennes estimées pour toutes les opérations du projet, elles sont portées sur le réseau au dessous des lignes des opérations représentées selon le schéma qui suit s a) Le temps le plus proche s les durées étant indiquées sur chaque opération du graphe, il est possible de calculer en suivant les chemins qui le composent les dates auxquelles les diverses étapes du projet peuvent être atteintes. Si plusieurs chemins débouchent sur une étape, l'étape n'est évidemment atteinte que si toutes les opérations antécédentes à cette étape ont été accomplies. La date qui tient compte des délais de réalisation des activités de tous les chemins est la "date au plus tot" de l'étape» Par exemple, sur le schéma précédent, la date au plus t6t de l'étape '4' est 9(2 + 7) et non pas 7(4 + 3) Donc la "date au plus tôt" ou le "temps le plus proche" pour atteindre une étape est obtenu en prenant le maximum des durées de réalisation des opérations se trouvant sur tous les chemins menant à l r étape* Si 'T' est la date au plus tot de 'A' et 'd', la durée de l'activité 'Aß', la date au plus tot de В est évidemment Т д + d e activités 'AB f Mais si les deux et? CB* aboutissent en 'B*, l'activité *AB' sera terminée à la date Т л + d n et l'activité 'CB' à la date T + d ; la date au plus tôt de A A c e l 1 étape 'B' sera la plus tardive des deux dates.

17 IXEP/TM/37/69 - page U Un peut ainsij de proche en proche, calculer les temps les plus proches pour toutes les étapes du projet, et partant pour l'objectif. Ces temps calculés en jours, semaines ou mois peuvent également être exprimés en dates du calendrier sous réserve que la date de l'origine du projet soit, fixée» Exercice : Quel est le temps le plus proche de l'étape ' 251' du réseau suivant? Te=0 Il y a 3 chemins pour aller de l'étape '2' à l'étape '25-1 '\/Ï (ii)( / TX /^22y fut^ /25Ï\ /v (ш/гу'гз)/' 25) (25ii ^~s ~^~^ V_y V_^y T21 = T2 -к 1 = 1 T22 = T2 + 6 = T23 = T2 +12 = 12 T24 = Maximum de (T ou T ) = 17 T25 = T = 22 T251 = Maximum de (T244-9 ou T25 + 7) =29.

18 ИЕР/ТМ/Л/вЭ - page 15 b) Le temps le plus éloigné : En général, le problème des temps et des délais de réalisation se pose de manière différente 0 Une date limite pour accomplir le projet est décidée, il reste à préciser les "dates au plus tard" des étapes successives du projet 0 Autrement dit, après avoir défini par contrat une date de terminaison d'un projet, quel est le temps le plus éloigné pour,le franchissement de chacune de ses étapes 0 Les responsables des diverses opérations sont tous concernés par cette question puisqu'ils veulent savoir dans quels délais ils doivent accomplir les opérations dont ils ont la chargeо Pour obtenir les dates "au plus tard" ou les "temps les plus éloignés" de chaque étape, il faut partir de la date admise pour l'objectif, puis remonter jusqu'à 1'originel en soustrayant à chaque fois la durée des activités antécédentes de son temps le plus éloigné, on obtient le temps le plus éloigné de l'étape précédente,, Cependant, si l'on obtient plusieurs valeurs de temps le plus éloigné pour une étape, on choisit évidemment la plus faible 0 Par exemple, si deux activités partent de l'étape "A', la date au plus tard du début de f AC' sera Tb - de; la date au plus tard de début de 'AB' sera de T e B - db 0 Donc la date au plus tard à laquelle l'étape 'A* devra être réalisée est la plus proche de ces deux dateso (l) On peut ainsi, de proche en proche, donner les dates au plus tard pour toutes les étapes du projeta Exercice s Reprenons le réseau donné plus haut, et supposons que la date contractuelle pour '251* est 3O0 Autrement dit, T = 30 0 Calculer les temps les plus éloignés pour 1'étape '2' Q (1) Alors que pour les dates au plus tot on utilise habituellement le symbole pour les dates au plus tard, on emploie le symbole "T*",

19 IIEP/TM/37/69 - page 16 Le tableau suivant montre comment procéder : Etape No Soustraction des te T* О = ) ) ) 3. La notion de battement ou latitude Après avoir.évalué le temps le plus éloigné et le temps au plus tôt de chaque étape, on dispose de suffisamment de renseignements pour calculer le battement, latitude (ou "flottement") dont on dispose pour atteindre chaque étape. Si la date au plus tot et la date au plus tard coïncident, il n'y a pas de margesí le battement est nul 1 et tout retard intervenant dans le franchissement de l'étape va se répercuter sur les opérations suivantes. Si, par contre, la date au plus tard est supérieure à la date au plus tôt pour une étape, la différence entre ces deux dates constitue une marge de manoeuvre pour le responsable du projet, puisqu'il dispose d'une certaine latitude dans l'accomplissement de l'activité considérée ou dans la surveillance de l'étape, La valeur du battement T' - T est alors positive et mesure l'importance de la marge de temps disponible, Cette notion de battement appliquée aux étapes peut également s'appliquer aux activités d'un programme. Il peut y avoir ainsi un battement entre la date au plus t8t de début d'une activité et la date au plus tard de début de cette activité, De même, intervient le battement entre la date au plus tot de fin d'une activité et la date au plus tard de fin de cette activité. L'intervention simultanée de divers types de battement rend rapidement le réseau d'un projet PERT très complexe. Sans vouloir développer plus avant cette notion de battement, il me semble cependant intéressant de vous montrer où son application peut conduire dans deux cas particuliers importants,

20 XIEP/TM/37/69 - page 17 a) Deux activités 1-3 et 2-3 conduisent à l'étape H J>\ La date au т 2 plus tot de,l'étape '2 étant 1, de l'étape s l' étant 2, des durées des deux activités 1-3 et 2-3 étant successivement de 4 et 6 S la date au plus tot de l'étape '.3* est J Q Or, il est clair que si l'activité 1=3 commence à la date au plus tôt de l'étape 'l' qui est aussi la date au plus tot du début de cette activité, alors la date au plus tot de la fin de I s activité 1-3 ne coïncide pas avec la date au plus tot de 1'étape? 3\ Il y a une marge de 7-6 = 1; cette marge est dite "libre" de l'activité 1-3= On remarque tout de suite que si on modifie la durée de l'activité I-3 de manière à absorber la marge libre, on ne modifie en rien le reste du programme; ce qui signifie qu'il est possible d'économiser des ressources sur l'activité 1-3 à concurrence de la marge libre, comme nous le verrons ultérieurement. b) Deux activités 1=3 et 1-4 sont subséquentes â l'étape 'l'. T' = 8 ^0 9 Les dates au plus tard des étapes 3 et 4 étant successivement de 8 et 9, les durées des activités 1-3 et 1-4 de 4 et 7, la date au plus tard de l'étape '1* est évidemment de 2. Or, il est clair que mime si l'activité 1-3 ne commence pas â la date au plus tard de l'étape 'l?, mais deux unités de temps plus tard, rien ne sera modifié dans le reste du programme Il y a donc battement entre la date au plus tard de fin de l'étape '1' et la date au plus tard de début de l'activité I-3.. Une telle marge est dite "indépendante". Là, également, il est possible d'économiser des ressources en annulant la marge indépendante; ceci permettra de rendre la réalisation du projet plus efficace.

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

PLANIFICATION DE PROJET ET METHODES D ORDONNANCEMENT

PLANIFICATION DE PROJET ET METHODES D ORDONNANCEMENT P a g e 1 PLANIFICATION DE PROJET ET METHODES D ORDONNANCEMENT NOTION DE PROJET ET D ORDONNANCEMENT Lors de la réalisation d un projet industriel (construction d usine, d autoroute, recherche et développement

Plus en détail

PLAN DE COURS. TITRE DU COURS : Mise à niveau pour mathématique 536

PLAN DE COURS. TITRE DU COURS : Mise à niveau pour mathématique 536 100, rue Duquet, Sainte-Thérèse (Québec) J7E 3G6 Téléphone : (450) 430-3120 Télécopieur : (450) 971-7883 Internet : http://www.clg.qc.ca SESSION : H-2009 NO DE COURS : 201-009-50 PRÉALABLE(S) : Math 436

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée

O b s e r v a t o i r e E V A P M. Taxonomie R. Gras - développée O b s e r v a t o i r e E V A P M É q u i p e d e R e c h e r c h e a s s o c i é e à l ' I N R P Taxonomie R. Gras - développée Grille d'analyse des objectifs du domaine mathématique et de leurs relations

Plus en détail

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Titre : Tangram en carré Numéro de la dernière page : 14 Degrés : 1 e 4 e du Collège Durée : 90 minutes Résumé : Le jeu de Tangram (appelé en chinois les sept planches

Plus en détail

À l'intention des parents

À l'intention des parents Septembre 2011 À l'intention des parents Information sur les examens en vue de l'obtention du diplôme Votre fils ou votre fille passera bientôt des examens en vue de l'obtention du diplôme? Voici de l'information

Plus en détail

Par : Abdel YEZZA, Ph.D. Date : avril 2011 / mise à jour oct. 2012 (ajout de la section 3 et augmentation de la section 1)

Par : Abdel YEZZA, Ph.D. Date : avril 2011 / mise à jour oct. 2012 (ajout de la section 3 et augmentation de la section 1) 1 Que signifient AON et AOA? Par : Abdel YEZZA, Ph.D. Date : avril 2011 / mise à jour oct. 2012 (ajout de la section 3 et augmentation de la section 1) Sommaire 1. Concepts... 2 2. Méthode PCM appliquée

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

MS PROJECT 2000. Prise en main. Date: Mars 2003. Anère MSI. 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere.

MS PROJECT 2000. Prise en main. Date: Mars 2003. Anère MSI. 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere. DOCUMENTATION MS PROJECT 2000 Prise en main Date: Mars 2003 Anère MSI 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere.com Le présent document est la propriété exclusive d'anère

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables Après l'étude des différents types d'erreurs en comptabilité (Section 1) nous étudierons la cause des erreurs (Section 2) et les techniques

Plus en détail

Attentes et transitions vers les études postsecondaires : sondage auprès des élèves de 12 e année des Maritimes

Attentes et transitions vers les études postsecondaires : sondage auprès des élèves de 12 e année des Maritimes : sondage auprès des élèves de 12 e année des Maritimes Introduction Collaboration CESPM N.-B. N.-É. Î.-P.-É. Description du projet Dans le cadre de son programme de sondages auprès des diplômés, la Commission

Plus en détail

Analyser l environnement

Analyser l environnement Analyser l environnement > Analyser pour anticiper > Analyser pour résoudre > Analyser pour anticiper - La grille M.O.F.F. - Le diagramme Causes/Effet - Le benchmarking - Les cercles de qualité 3. MÉTHODES

Plus en détail

Processus Gestion de Projet

Processus Gestion de Projet Processus Gestion de Projet 1 / 11 Contenu 1 Introduction... 3 2 Le cycle de vie du projet... 4 2.1 Présentation... 4 2.2 Cycle de vie d un projet... 5 2.3 Les livrables... 5 3 Les étapes du management

Plus en détail

CADRER SA RESPONSABILITE PAR LE CONTRAT

CADRER SA RESPONSABILITE PAR LE CONTRAT HMONP ENSA-V NOVEMBRE 2013 CADRER SA RESPONSABILITE PAR LE CONTRAT 1. DEFINITIONS PREALABLES - RESPONSABILITE(S) - Ecarter la responsabilité pénale (règles en matière d'urbanisme, faux, etc.) Ecarter la

Plus en détail

METHODOLOGIE DE RECOMMANDATIONS D'EXPERTS

METHODOLOGIE DE RECOMMANDATIONS D'EXPERTS - 1 - METHODOLOGIE DE RECOMMANDATIONS D'EXPERTS Bureau du Consensus Société de Réanimation de Langue Française (SRLF) P. Charbonneau (secrétaire), J-L. Diehl, B. Garrigues, B. Guidet, O. Jonquet, P. Jouvet,

Plus en détail

MODALITÉS DE TRANSFERT

MODALITÉS DE TRANSFERT 14 novembre 2003. ARRÊTÉ ROYAL portant exécution de la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de

Plus en détail

- Le Diagramme de Gantt. - Le Diagramme de Pert - La Méthode QQCQCCP - La Méthode MOSI - Cahier des charges fonctionnel

- Le Diagramme de Gantt. - Le Diagramme de Pert - La Méthode QQCQCCP - La Méthode MOSI - Cahier des charges fonctionnel Planifier le projet > Identifier les étapes > Organiser le projet > Identifier les étapes - Le Diagramme de Gantt > Organiser le projet - Le Diagramme de Pert - La Méthode QQCQCCP - La Méthode MOSI - Cahier

Plus en détail

Le module Supply Chain pour un fonctionnement en réseau

Le module Supply Chain pour un fonctionnement en réseau Prélude 7 ERP Le module Supply Chain pour un fonctionnement en réseau Gérard Baglin Septembre 2008 Sommaire Chapitre 1 Le mode de fonctionnement en réseau de Prélude 7... 1 Le principe des jeux en temps

Plus en détail

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur.

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur. Extrait de cours de maths de 6e Chapitre 1 : Les nombres et les opérations I) Chiffre et nombre 1.1 La numération décimale En mathématique, un chiffre est un signe utilisé pour l'écriture des nombres.

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation 1 / 8 Découvrir le code 1 5P-6P Fiche de présentation Titre de l'activité Sous-titre Degré(s) concerné(s) Durée estimée Résumé Contexte d'utilisation de la calculatrice Contenus et compétences mathématiques

Plus en détail

ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant

ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant LES QUESTIONS PROPRES À L ÉTUDIANT 4 Ai-je bien identifié mes besoins de formation et d'encadrement et les objectifs que je désire atteindre

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

1. Introduction...2. 2. Création d'une requête...2

1. Introduction...2. 2. Création d'une requête...2 1. Introduction...2 2. Création d'une requête...2 3. Définition des critères de sélection...5 3.1 Opérateurs...5 3.2 Les Fonctions...6 3.3 Plusieurs critères portant sur des champs différents...7 3.4 Requête

Plus en détail

BANQUES DE DONNÉES PÉDAGOGIQUES

BANQUES DE DONNÉES PÉDAGOGIQUES 223 Daniel BURET, Jean-Claude BLANCHARD. HISTORIQUE L'EPI a entrepris en 1989 de créer des bases d'énoncés mathématiques destinées aux enseignants pour la production de documents et accompagnées d'un outil

Plus en détail

Investissement dans la construction de nouveaux bâtiments résidentiels (travaux mis en place) Méthodologie

Investissement dans la construction de nouveaux bâtiments résidentiels (travaux mis en place) Méthodologie Investissement dans la construction de nouveaux bâtiments résidentiels (travaux mis en place) Méthodologie Division de l investissement et du stock de capital Méthodologie L'investissement dans la construction

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT SUR L ADMISSION, LA SÉLECTION, L INSCRIPTION ET LA RÉUSSITE SCOLAIRE DES ÉTUDIANTS (R 11) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT SUR L ADMISSION, LA SÉLECTION,

Plus en détail

MASTER 2 IMAFA. Informatique et Mathématiques Appliquées à la Finance et à l'assurance

MASTER 2 IMAFA. Informatique et Mathématiques Appliquées à la Finance et à l'assurance OBJECTIFS Ce Master prend le relais du DESS IMAFA créé en 1997 à l'essi. Il se fixe pour objectif de former des informaticiens de haut niveau maîtrisant parfaitement les concepts et outils mathématiques

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Note technique accompagnant l

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Note technique accompagnant l COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Note technique accompagnant l Avis CNC 2013/14 - Traitement comptable des impôts différés sur des plus-values réalisées bénéficiant du régime de la taxation différée et

Plus en détail

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS 1 sur 9 COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS (L'article intégral est paru dans Gestions Hospitalières n 357 de juin-juillet 1996) Pour plus d'informations concernant

Plus en détail

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe Convention de l'onu relative aux droits des personnes handicapées Rôle et tâches de la DOK (resp. de la future faîtière IH) dans la promotion et la surveillance de la mise en œuvre de la CDPH Contexte

Plus en détail

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES - 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Relation Besoin en Fonds de Roulement (B.F.R.) et Chiffre d'affaires (C.A.), Eléments variables

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

Vue d'ensemble OBJECTIFS

Vue d'ensemble OBJECTIFS Vue d'ensemble Créez des plans de projet plus aboutis en apprenant à utiliser les interdépendances (ou liens) des tâches, les retards et les avances dans Microsoft Office Project 2007. OBJECTIFS À la fin

Plus en détail

Gestion de projet - contraintes, chevauchement, attente entre 2 tâches, jalons

Gestion de projet - contraintes, chevauchement, attente entre 2 tâches, jalons Gestion de projet - contraintes, chevauchement, attente entre 2 tâches, jalons GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/

Plus en détail

Gestion de projet - logiciel de gestion de projets

Gestion de projet - logiciel de gestion de projets Gestion de projet - logiciel de gestion de projets GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/

Plus en détail

MODULE 7 - COMPTABILITÉ

MODULE 7 - COMPTABILITÉ MANUEL DE GESTION FINANCIÈRE POUR LES BÉNÉFICIAIRES DE FONDS EUROPÉENS DESTINÉS AUX ACTIONS EXTÉRIEURES - Histoire vraie Le projet «Droits humains et situations d'urgence» était géré par une organisation

Plus en détail

Analyse hiérarchique de tâches (AHT)

Analyse hiérarchique de tâches (AHT) (AHT) Définition Cette méthode consiste à décomposer la tâche principale (ou le but) de l'opérateur en sous-tâches (ou sous-buts), puis chacune de ces sous-tâches en plusieurs sous-sous-tâches, et ainsi

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

GUIDE POUR L ÉLABORATION D UN CAHIER DES CHARGES

GUIDE POUR L ÉLABORATION D UN CAHIER DES CHARGES GUIDE POUR L ÉLABORATION D UN CAHIER DES CHARGES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Unité de stratégie informatique de la Confédération USIC Friedheimweg 14, 3003 Berne Téléphone 031 32 245

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT DÉCLARATION DE PRINCIPES CONCERNANT L'ERGONOMIE ET LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION EMBARQUÉS Introduction

Plus en détail

Convention portant loi uniforme sur la formation des contrats de vente internationale des objets mobiliers corporels

Convention portant loi uniforme sur la formation des contrats de vente internationale des objets mobiliers corporels Convention portant loi uniforme sur la formation des contrats de vente internationale des objets mobiliers corporels (La Haye, 1er juillet 1964) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS POLITIQUE N o 11 POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS Adoptée le 14 juin 2005 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 14 juin 2005 (CA-05-06-14-19) Cégep de Drummondville 960,

Plus en détail

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Strasbourg, 11.V.2000 Préambule Les Etats membres du Conseil de l'europe et les autres Etats Parties

Plus en détail

Série sur les Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire et Vérification du Respect de ces Principes Numéro 4 (version révisée)

Série sur les Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire et Vérification du Respect de ces Principes Numéro 4 (version révisée) Non classifié ENV/JM/MONO(99)20 ENV/JM/MONO(99)20 Or. Ang. Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 22-Oct-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Plan du cours. Vocabulaire. Définitions d un projet. Les cinq phases de la Gestion de Projets. 1- Conception

Plan du cours. Vocabulaire. Définitions d un projet. Les cinq phases de la Gestion de Projets. 1- Conception Plan du cours Vocabulaire Définitions d un projet Les cinq phases de la Gestion de Projets 1- Conception Planification du Projet Ingénierie du projet Ordonnancement des activités Estimation des durées

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises A. Principes 1. En application de l'article 69, 1 er, 1 er alinéa de l'arrêté royal du 30 janvier 2001 portant exécution

Plus en détail

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES POLITIQUES DIRECTION DES INSTITUTIONS DEMOCRATIQUES Projet «BONNE GOUVERNANCE DANS LA SOCIETE DE L INFORMATION» CAHDE (2009) 2F Strasbourg, 20 janvier 2009 Guide No.2 de

Plus en détail

ERP5. Gestion des Services Techniques des Collectivités Locales

ERP5. Gestion des Services Techniques des Collectivités Locales Gestion des Services Techniques des Collectivités Locales Cte 1 2 P 3 s tio T 4 m ilg h trc c n p.o 5 re u fe ro a le tio c M S tw u aa c e O 2 Relation Citoyen Interventions Patrimoine Core Ressources

Plus en détail

TITRE IX- Des noms de domaine

TITRE IX- Des noms de domaine TITRE IX- Des noms de domaine Présentation des textes Les noms de domaine sur l'internet ont à la fois une fonction technique et une fonction d'identification des services de communication en ligne. Le

Plus en détail

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre. Assurance qualité/contrôle qualité

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre. Assurance qualité/contrôle qualité Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre Assurance qualité/contrôle qualité Version 2, avril 2012 Public cible et objectif des supports de formation Ces supports de formation

Plus en détail

claroline classroom online

claroline classroom online de la plate-forme libre d'apprentissage en ligne Claroline 1.4 Manuel Révision du manuel: 06/2003 Créé le 07/09/2003 12:02 Page 1 Table des matières 1) INTRODUCTION...3 2) AFFICHER LA PAGE DE DEMARRAGE...3

Plus en détail

13 conseils pour bien choisir son prestataire de référencement

13 conseils pour bien choisir son prestataire de référencement 13 conseils pour bien choisir son prestataire de référencement Objectifs : - Savoir identifier les propositions douteuses. - Connaître les critères d'évaluation d'un prestataire de référencement sérieux

Plus en détail

Gestion de projet - recueillir et structurer les informations

Gestion de projet - recueillir et structurer les informations Gestion de projet - recueillir et structurer les informations GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/

Plus en détail

COMMENT ORGANISER UN VOTE

COMMENT ORGANISER UN VOTE FICHE METHODOLOGIQUE N 2 COMMENT ORGANISER UN VOTE A l'attention des enseignants en grande section de maternelle et en école élémentaire Initiative de sensibilisation au handicap mental l'écolensemble

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION MINISTÈRE DE LA DÉFENSE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION 02 CHARTE DE L'AUDIT INTERNE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L'ADMINISTRATION

Plus en détail

6. Les différents types de démonstrations

6. Les différents types de démonstrations LES DIFFÉRENTS TYPES DE DÉMONSTRATIONS 33 6. Les différents types de démonstrations 6.1. Un peu de logique En mathématiques, une démonstration est un raisonnement qui permet, à partir de certains axiomes,

Plus en détail

1- Enregistrer le nouveau planning

1- Enregistrer le nouveau planning La planification est un outil indispensable de management de projet, un moyen essentiel de prise de décisions pour le chef de projet : pour définir les travaux à réaliser, fixer des objectifs, coordonner

Plus en détail

Services de mobilité cellulaire Foire aux questions

Services de mobilité cellulaire Foire aux questions Services de mobilité cellulaire Foire aux questions QUESTIONS RÉPONSES DATE DE MISE À JOUR ADHÉSION ET ADMISSIBILITÉ DES CLIENTS 1. Quels seront les impacts si nous ne sommes pas en mesure de vous retourner

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles VS10052 09.03.2012 Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles Précisions pour l'application du code de bonne conduite L'objet de la présente note

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

RESULTATS de MESURES et PRECISION

RESULTATS de MESURES et PRECISION Licence de physique, parcours Physique appliquée aux Sciences de la Vie et de la Planète Année 2005-2006 RESULTATS de MESURES et PRECISION Fascicule à lire avant de commencer les Travaux Pratiques Sommaire

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm Notez que vous trouverez les fiches citées à chaque étape sur le site (Normalement, les liens ont été conservés et fonctionnent) Reste

Plus en détail

IP Office IP Office Manuel de l'utilisateur de la messagerie vocale intégrée

IP Office IP Office Manuel de l'utilisateur de la messagerie vocale intégrée Manuel de l'utilisateur de la messagerie vocale intégrée 15-604067 Version 11a - (29/04/2011) 2011 AVAYA Tous droits réservés. Note Bien que tous les efforts nécessaires aient été mis en œuvre en vue de

Plus en détail

OPTIMISATION À UNE VARIABLE

OPTIMISATION À UNE VARIABLE OPTIMISATION À UNE VARIABLE Sommaire 1. Optimum locaux d'une fonction... 1 1.1. Maximum local... 1 1.2. Minimum local... 1 1.3. Points stationnaires et points critiques... 2 1.4. Recherche d'un optimum

Plus en détail

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES Ce code fait partie intégrante du règlement de l'association des

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

Formation projet informatique. Expression de besoins, définir un besoin informatique

Formation projet informatique. Expression de besoins, définir un besoin informatique Formation projet informatique Expression de besoins, définir un besoin informatique Enjeux L'expression de besoins est le premier document produit, avant même le commencement du projet Détermine le lancement

Plus en détail

Logiciel EV3 LEGO MINDSTORMS Education

Logiciel EV3 LEGO MINDSTORMS Education Robot éducateur : LEGO Education a le plaisir de vous présenter Robot éducateur, une sélection d'activités pédagogiques vous permettant de prendre en main votre EV3 LEGO MINDSTORMS Education de façon structurée

Plus en détail

XTRADE TRADING CFD EN LIGNE. XTRADE - XFR Financial Ltd. est régulée par la CySEC, Licence CIF no 108/10

XTRADE TRADING CFD EN LIGNE. XTRADE - XFR Financial Ltd. est régulée par la CySEC, Licence CIF no 108/10 XTRADE TRADING CFD EN LIGNE POLITIQUE RELATIVE AU MEILLEUR INTÉRÊT ET AUX ORDRES D'EXÉCUTION 1. Introduction La présente Politique relative au meilleur intérêt et aux Ordres d'exécution ("la Politique")

Plus en détail

Les «bonnes pratiques de laboratoire» Les «bonnes pratiques de laboratoire» De quoi s'agit-il?

Les «bonnes pratiques de laboratoire» Les «bonnes pratiques de laboratoire» De quoi s'agit-il? Les «bonnes pratiques de laboratoire» De quoi s'agit-il? 1 Résumé Aujourd'hui, les conséquences du scandale du thalidomide sont encore visibles et le seront encore par les générations futures. Or, les

Plus en détail

Date de diffusion : Rédigé par : Version : Mars 2008 APEM 1.4. Sig-Artisanat : Guide de l'utilisateur 2 / 24

Date de diffusion : Rédigé par : Version : Mars 2008 APEM 1.4. Sig-Artisanat : Guide de l'utilisateur 2 / 24 Guide Utilisateur Titre du projet : Sig-Artisanat Type de document : Guide utilisateur Cadre : Constat : Les Chambres de Métiers doivent avoir une vision prospective de l'artisanat sur leur territoire.

Plus en détail

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS CERN LIBRARIES, GENEVA CM-P00090679 1 EXTRAIT DU REGLEMENT INTERNE APPLIQUE PAR L'ADMINISTRATION DANS L'ATTRIBUTION DES MARCHES DU CERN 1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS 1.0 Ouverture et évaluation

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net

La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net Article rédigé avec epsilonwriter puis copié dans Word La théorie des mouvements

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 DIRECTIVE RÉGISSANT LES ACTIVITÉS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA PERCEPTION DES REVENUS DANS LES ÉTABLISSEMENTS 1.0 FONDEMENTS 1.1 Devoir d'établissement

Plus en détail

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements Paris le, Le ministre de l'intérieur, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie et la ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

A l'intention des collègues dont les élèves vont tester le sujet "prospectif" de bac ES.

A l'intention des collègues dont les élèves vont tester le sujet prospectif de bac ES. A l'intention des collègues dont les élèves vont tester le sujet "prospectif" de bac ES. Le sujet proposé s'inscrit dans le cadre du texte d'orientation ci-joint. L'exercice I est du type "compréhension

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 138/5 Logiciels Introduction La Commission a consacré une étude approfondie au traitement comptable de la création ou de l acquisition d un logiciel par une entreprise,

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS D'EMPLOI 1 (adoptée

Plus en détail

L ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI

L ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI 1 L ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI Analyse des effectifs Manuel pour l utilisation du logiciel À l intention des entreprises soumises au programme d obligation contractuelle Version 008 Direction des programmes

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION UNIFORME DES DOCUMENTS DU MSSS

PLAN DE CLASSIFICATION UNIFORME DES DOCUMENTS DU MSSS PLAN DE CLASSIFICATION UNIFORME DES DOCUMENTS DU MSSS Février 2011 Édition produite par : Le Service de l accès à l information et des ressources documentaires du ministère de la Santé et des Services

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Méthodes de développement

Méthodes de développement 1 / 19 Méthodes de développement Préparation de projet logiciel 1 - Introduction... 2 2 - Contextes de réalisation Client Fournisseur ou Fournisseur Investisseur... 2 2.1 Principaux contextes de réalisation...

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail