CHAPITRE 1 STRUCTURE DU NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE 1 STRUCTURE DU NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS"

Transcription

1 chapitre_1_2_3.qxd 29/06/04 10:46 Page 15 CHAPITRE 1 STRUCTURE DU NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS Les référentiels par langue élaborés dans le cadre du Conseil de l Europe sont avant tout, comme Un niveau-seuil (1976), des inventaires de formes dont la maîtrise par les apprenants sert à caractériser un niveau de compétence visé ou acquis. Ces inventaires dessinent un «objet-langue», produit de choix effectués dans la totalité des formes linguistiques existantes ou potentielles du français (mots, phrases, textes ). Ces formes proposées à l apprentissage ne sont pas le français, mais du français, comme «extrait» de ses emplois effectifs par des francophones. Certaines des formes du français sont retenues dans un référentiel parce qu on s accorde à les considérer comme devant être maîtrisées par les apprenants à ce niveau de compétence. On dira que, dans la matière verbale (y compris phonique et graphique) constituant le français, ces référentiels «découpent» un objet-langue particulier, destiné à l enseignement, qui se présente sous l aspect d inventaires d éléments de la langue (lexique, morphologie, fonctions ). Les inventaires sont rendus nécessaires par la convergence des systèmes éducatifs en Europe et par le marché de l enseignement de langues : les responsables des formations en langues et les utilisateurs/apprenants doivent pouvoir s accorder sur la matière verbale (à enseigner et à apprendre) considérée comme caractéristique de tel ou tel niveau. Pour construire des programmes, des examens ou des certifications pour la connaissance du français compatibles entre eux, il est utile de disposer de standards communs. Ces standards communs ne constituent pas une obligation de nature «légale». Ils laissent une marge d adaptation, en ce qui concerne l élaboration de programmes d enseignement adaptés à des situations, à des besoins langagiers immédiats, à des attentes personnelles ou à des formes d enseignement et d apprentissage très divers. Ils constituent cependant un étalonnage de référence qui, d une certaine manière, promeut une norme. Il importe que celle-ci soit acceptée par tous ses utilisateurs : d où la nécessité de prendre en compte, dans la durée, les observations de ceux-ci (adjonctions, suppressions dans le référentiel ), de manière à définir progressivement l assiette des contenus proposés comme constituant la matière verbale de B2. Dans le même esprit, ce référentiel laisse lui-même place à des déclinaisons spécifiques propres aux environnements éducatifs. En particulier, les contenus de B2 sont supposés être maîtrisés dans les activités de réception orale et/ou écrite. Il reviendra à chacun de déterminer plus spécifiquement ce qui doit être maîtrisé dans les activités de production orale et écrite, en fonction des utilisateurs/ apprenants et des situations éducatives. Le degré de conformité des connaissances attendues d apprenants de niveau B2 est à définir compétence par compétence. Et, en ce qui concerne les catégories retenues pour classifier la matière verbale, ce degré sera d autant plus précis que cette matière est aisée à définir. Il est assez simple d identifier les régularités morpho-syntaxiques à maîtriser, cela est déjà moins vrai pour les réalisations verbales attendues des fonctions communicatives et il est beaucoup plus aléatoire de le faire en ce qui concerne le lexique : qui décidera si laitue ou pintade font partie des mots à connaître pour un apprenant de niveau B2, quel qu il soit? On indiquera, pour les notions spécifiques, en particulier d autres formes de flexibilité dans l identification des contenus relevant de B2. 15

2 chapitre_1_2_3.qxd 29/06/04 10:46 Page 16 NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS 1.1. LA MATIÈRE VERBALE CORRESPONDANT AU NIVEAU B2 DE COMPÉTENCE DE COMMUNICATION Le présent référentiel pour le français est l inventaire de la matière verbale correspondant au niveau B2, tel qu il est spécifié par le Cadre européen commun de référence pour les langues. Les définitions des compétences en langues du Cadre sont déjà utilisées dans de nombreuses institutions éducatives pour déterminer la nature des compétences langagières et le degré de maîtrise dans ces compétences qui sont à atteindre dans tel ou tel programme de langue ou secteur de l enseignement. Les référentiels par langue déjà existants (anglais, allemand ) seront pris en compte dans le présent inventaire, de manière à tirer parti des acquis et à construire un référentiel pour le français comparable à ces derniers. Le rôle assigné à ce Niveau B2 pour le français est de «transposer» en français le niveau correspondant du Cadre européen commun de référence pour les langues qui, lui, est établi en dehors d une langue particulière. Ce référentiel pour le français regroupe les formes dont la maîtrise est posée comme correspondant au niveau B2 de compétence langagière et culturelle. Dans l échelle à 6 niveaux du Cadre (utilisateur élémentaire : A1 et A2, utilisateur indépendant : B1 et B 2, utilisateur expérimenté : C1 et C2), le niveau B2 est dit avancé ou indépendant. Les formes retenues sont supposées être nécessaires à la réalisation de la communication langagière, définie au niveau de maîtrise B2, qui respecte : les contraintes internes de la langue (par exemple : la morphologie, l ordre des mots), la pertinence des emplois, c est-à-dire leur adaptation aux objectifs de l échange (oral ou écrit), les régulations sociales et ethnolinguistiques de la communication verbale. Le Niveau B2 pour le français n est donc pas une description de la langue mais la spécification d un objet-langue pour l enseignement, qui identifie une certaine matière verbale nécessaire à des activités de communication définies par ailleurs LES INVENTAIRES DU NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS : DE LA COMMUNICATION AUX MOTS Les choix à effectuer pour construire ces inventaires impliquent de passer de la caractérisation de la communication verbale et des compétences qui y sont utilisées (comprendre un texte, interagir à l oral ) aux «mots» du français qui permettent de les réaliser concrètement. Il faut donc : identifier la nature des compétences de communication ainsi que la nature et le degré de maîtrise dans chacune d elle, à retenir comme constitutifs d un niveau B2. Ceci a été réalisé à partir des descripteurs de compétence du Cadre ; identifier les contextes dans lesquels la communication, ainsi spécifiée s effectue. Ceci a été réalisé à partir des descripteurs de compétence du Cadre et des inventaires de situations de communication retenus pour l anglais et l allemand ; identifier les contenus possibles de ces échanges communicatifs. Ceci a été réalisé à partir des descripteurs de compétence du Cadre et des inventaires de situations de communication retenus pour l anglais et l allemand ; identifier les discours, qui sont utilisés, en français, dans ces situations de communication, ceci sous forme de genres discursifs comme : la conversation à bâtons rompus, la conférence, l interview, le fait divers, l horoscope Cette première spécification est décrite dans le chapitre 2, où l on passe ainsi des compétences de communication au répertoire des genres de discours caractérisant, pour le français, la compétence de niveau B2. Une fois définis les genres de discours concernés, ainsi que leurs formes et leur degré de 16

3 chapitre_1_2_3.qxd 29/06/04 10:46 Page 17 CHAPITRE 1 : STRUCTURE DU NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS maîtrise, il devient possible de «redescendre» aux formes linguistiques qui permettent de produire/comprendre ces genres de discours : les genres de discours sont caractérisés par des régularités ethnolinguistiques, c est-àdire par des manières de parler ou d écrire reconnues comme appropriées et légitimes dans les communautés de communication concernées (les communautés francophones, en l occurrence). Les genres deviennent alors descriptibles en termes de «mots» employés, en particulier au niveau de la réalisation verbale des fonctions discursives (comme conseiller, se plaindre), laquelle peut varier suivant les genres discursifs où ces fonctions sont présentes ; on peut passer ensuite des contraintes relatives aux comportements langagiers admis dans une communauté de communication donnée (régulations culturelles et sociales) aux contraintes internes à la langue. Il s agit alors de regrouper les formes de la langue utilisées pour réaliser les fonctions utilisées dans les genres de discours retenus comme caractéristiques de B2 en catégories transversales à la matière verbale ainsi définie. Ces inventaires classificatoires sont donc nécessairement croisés, puisqu ils concernent la même matière verbale. Pour constituer ces inventaires, on aura recours à des catégories linguistiques différentes (mots classés en champs sémantiques, en catégories distributionnelles, en catégories énonciatives ). La diversité des inventaires cherche ainsi à prendre en compte la diversité des besoins pédagogiques et des traditions éducatives. Elle devrait autoriser l élaboration de formes multiples de programmation des contenus d enseignement, en fonction des choix didactiques considérés comme pertinents dans une situation éducative donnée : programme d enseignement par fonctions (dites aussi actes de parole), par stratégies d apprentissage, par éléments du lexique, par catégories formelles, par catégories sémantiques (notions générales) Il est donc nécessaire d établir des renvois entre ces inventaires qui définissent, en grande partie, la même matière verbale présentée selon des classifications catégorielles différentes, pour que les utilisateurs du Niveau B2 pour le français puissent constituer d autres regroupements en fonction de leurs propres besoins d enseignement LES INVENTAIRES DE LA MATIÈRE VERBALE DU FRANÇAIS CARACTÉRISANT LA COMPÉTENCE DE NIVEAU B Catégorisations issues de la linguistique et inventaires des référentiels Les référentiels pour les langues sont des inventaires en principe neutres du point de vue de la description linguistique, puisqu ils n ont aucunement pour rôle de se substituer aux grammaires de référence, qu elles soient traditionnelles, pédagogiques ou scientifiques, normatives ou descriptives. Mais ils mettent nécessairement en jeu des classifications pour fabriquer les inventaires, sauf à présenter la matière verbale en un seul bloc, sous forme de liste alphabétique de mots, par exemple. Ils mettent donc en jeu des catégorisations et ils ont l aspect des descriptions linguistiques ou grammaticales, en ce qu ils privilégient certaines entrées descriptives par rapport à d autres. Par ailleurs, ils ne se bornent pas à renvoyer à des descriptions existantes, parce que, précisément, certaines caractéristiques de la langue n ont pas fait l objet de descriptions exhaustives, y compris pour une langue aussi décrite que le français. Si son lexique et sa morphosyntaxe sont bien décrits, il n en va pas de même pour les fonctions, qui n ont été décrites de manière systématique que dans les niveaux de référence antérieurs ou encore pour les genres discursifs, dont il n existe que des typologies ou des analyses éparses et souvent incomplètes. 17

4 chapitre_1_2_3.qxd 29/06/04 10:46 Page 18 NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS Pour ces raisons, et contrairement à ce que l on a souvent avancé, les référentiels sont aussi des descriptions linguistiques, sans portée explicative cependant, en ce que : les classifications adoptées pour inventorier les éléments de la matière verbale se fondent sur des catégories existantes qui proviennent de la linguistique ; certaines classifications réputées utiles à la caractérisation de la matière verbale ne peuvent prendre appui sur des descriptions linguistiques de référence, parce que certaines ne sont disponibles que partiellement par rapport à la matière verbale considérée ; d autres ne disposent pas de descriptions parce qu elles sont situées hors du champ de la linguistique (compétences culturelles). Ce Niveau B2 pour le français prend donc appui sur des descriptions existantes, mais il est aussi amené à proposer des éléments de description inédits Les inventaires du Niveau B2 pour le français Les catégories retenues pour réaliser les inventaires de la matière verbale correspondant au niveau B2, l ont été, en partie, en fonction de la tradition descriptive des référentiels du Conseil de l Europe et en tenant compte des catégories utilisées dans le Cadre, tout autant que pour leur pertinence linguistique intrinsèque. Les inventaires présentés sont les suivants. Inventaire par genres discursifs : le répertoire discursif de niveau B2 On a choisi de retenir la catégorie de discours, plus précisément de genres de discours pour décrire la compétence identifiée par le Cadre pour les compétences communicationnelles de niveau B2. Cette catégorie y est présente sous forme de texte, compétence pragmatique On retient, après M. Bakhtine, que le locuteur fait l expérience immédiate du langage à travers les genres verbaux : «les formes de la langue et les formes des types d énoncés, c està-dire les genres du discours, s introduisent dans notre expérience et dans notre conscience conjointement et sans que leur corrélation étroite soit rompue» («Les genres du discours» dans Esthétique de la création verbale, 1984 trad. française, p. 285). Le locuteur n est pas défini uniquement par sa compétence plurilingue (Cadre, p. 129), mais par son répertoire discursif, c est-à-dire par la possibilité, variable suivant les locuteurs et suivant les moments de sa vie langagière, d utiliser des genres de la communication verbale (chaque genre étant réalisé dans une ou plusieurs langues) et d en jouer en fonction de ses besoins. «Les genres du discours organisent notre parole de la même façon que l organisent les formes grammaticales (syntaxiques)» (M. Bakhtine, op. cit., p. 285). Ils peuvent être considérés comme des traits linguistiques identitaires, caractérisant des groupes. On peut les décrire au moyen de catégories linguistiques, puisqu un genre discursif est un objet verbal, distinct cependant de l énoncé, du texte, de l acte de langage, du type de textes Comme il est impossible de décrire tous les discours impliqués dans le niveau B2, on s en tiendra à la description de traits communs à des ensembles de genres verbaux (de type narratif, par exemple : anecdote, fable, récit, conte, épopée ) et à celle des catégories qui permettent de les décrire. Inventaire par fonctions La catégorie fonction a caractérisé les niveaux-seuils et elle est devenue comme le symbole des méthodologies d enseignement qui se réclament de l approche dite communicative. Il a donc paru indispensable de la conserver, en tenant compte de questions comme : la classification de ces fonctions en «familles» ; les groupages déjà utilisés dans les référentiels existants mettent en évidence des affinités entre différentes fonctions qui sont sans doute rentables pour la création de programmes d enseignement ; la dénomination des fonctions ; à chaque fois que cela a été possible, on a choisi de nommer les fonctions par les noms utilisés dans le métalangage naturel (se plaindre, 18

5 chapitre_1_2_3.qxd 29/06/04 10:46 Page 19 CHAPITRE 1 : STRUCTURE DU NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS s excuser, conseiller ). On manifeste ainsi clairement que ces inventaires renvoient à l expérience communicationnelle des locuteurs natifs, puisque ces catégories ne sont pas universelles et peuvent varier d une communauté de communication à l autre. Ces variations ethnolinguistiques seront explicitées, dans le cadre de l enseignement, si nécessaire ; les réalisations verbales correspondant à ces intentions de communication. On a retenu celles qui sont interprétables hors de contextes spécifiques, en ce sens qu elles renvoient de manière consensuelle à une intention identifiable : chacun sait que je vous prie de fermer la porte n est pas une prière ou un conseil, mais une demande de faire exprimée de manière indirecte. On s est limité à ces réalisations rituelles ou quasi-formulaires ; la prise en compte de l existant, en particulier de Un niveau-seuil et des niveaux déjà réalisés pour d autres langues. Inventaire par notions générales Dans les niveaux-seuils, on avait cherché à créer des catégories de description de la langue qui soient en accord avec le caractère fondamentalement sémantique des actes de parole. On y a donc utilisé la catégorie de notion pour décrire les régularités de la langue. Ce point de vue descriptif était censé être proche des apprenants/utilisateurs, car pour eux ce qui est important est le sens qu ils veulent exprimer ou comprendre. Cet inventaire reprend, dans son principe, celui de Un niveau-seuil, et ceux du Threshold Level et du Vantage Level. On a donc conservé cette catégorie, bien qu à l évidence, elle ne soit pas en mesure de permettre la description de toutes les régularités de la langue pertinentes pour l apprentissage et que sa diffusion en linguistique soit aujourd hui faible. Si le terme de notion et la dénomination de notions générales ont été conservés, c est surtout parce qu il s agit de catégories sémantiques renvoyant à des concepts et des notions (ou recouvertes par des notions) assez larges pour être présumées communes à la diversité des langues concernées par le Cadre et aux domaines d expérience, conceptuels et référentiels de leurs locuteurs. Elles se prêtent à inventaires, regroupements et classifications lexicales. Ce premier niveau, à base sémantique (concepts et notions), de spécification du lexique assure de plus l articulation avec les fonctions et la partie sémantique de la grammaire. En effet, certaines notions recouvrent ou rejoignent des catégories énonciatives (deixis, temps, personne) ou des opérations énonciatives (détermination, qualification, quantification), qui dépassent le cadre strictement lexical et se trouvent croisées avec des catégories pragmatiques et des catégories grammaticales. D autre part, à des notions générales correspondent à la fois des mots ou expressions de la langue (hyperonymes, termes génériques, etc.), jouant un rôle essentiel d anaphoriques dans la compréhension et la production de textes, et des formes linguistiques servant à exprimer des relations logiques ou à structurer une argumentation. De ce strict point de vue pratique, l entrée dans la matière verbale par des notions générales est d une utilité majeure pour les utilisateurs, qu ils s inscrivent ou non dans une approche notionnelle-fonctionnelle. Inventaire par catégories morpho-syntaxiques et structures d énoncés : la grammaire Cet inventaire, dans son principe, sa structure et le détail de son contenu, diffère partiellement des instruments antérieurs (Un niveau-seuil, Threshold Level, Vantage Level ), dont il s est cependant inspiré en partie. Il recense les structures syntaxiques et morphosyntaxiques de base, sans reprendre les descriptions ou explications fournies par les grammaires de référence et les analyses linguistiques, qui sont accessibles ailleurs. Mais cet inventaire, ajusté aux compétences communicatives et aux moyens linguistiques globalement spécifiés par le niveau B2, opère forcément des choix quant aux catégories et à 19

6 chapitre_1_2_3.qxd 29/06/04 10:46 Page 20 NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS la terminologie adaptées à une présentation commode de structures listées et exemplifiées. Il n est pas assujetti à un modèle théorique ou descriptif de la grammaire. Il est alors essentiellement différent d une grammaire pédagogique du français langue étrangère. La dimension sémantique de la grammaire qui constituait l armature théorique et descriptive de Un niveau-seuil, est ici traitée autrement, dans des rubriques sémantico-grammaticales et par les inter-renvois avec les chapitres Fonctions et Notions générales. Par exemple, l hypothèse ou la supposition peuvent s exprimer par une diversité de types d énoncés et de structures grammaticales. Par ailleurs, on a jugé pertinent, pour le niveau B2, d adjoindre au chapitre Grammaire des inventaires de formes et structures d énoncés (des mots-phrases, des énoncés tronqués, etc.) ne relevant pas strictement ou uniquement des fonctions ni des notions mais qui se situent à l intersection de plusieurs inventaires spécifiant B2 (les renvois servent alors au guidage de la consultation). Par exemple, bravo, qui entre dans les formes répertoriées du chapitre 3 (Fonctions), n a pas a priori de place dans le lexique (sauf comme forme nominale) mais il figure dans le chapitre 5 (inventaire des mots-phrases), avec ses constructions (Bravo, Bravo à N, Bravo pour N). On soulignera, pour finir, que, dans le cas du français, on a présumé familière aux utilisateurs de l instrument B2 une terminologie grammaticale minimale de référence. Cette terminologie figure par ailleurs dans le chapitre Notions spécifiques, en tant que composante du répertoire métalinguistique (établi, utile ou nécessaire, selon les cas) d apprenants de niveau B2. Inventaire par notions spécifiques (lexique) L inventaire lexical, dans l enseignement/apprentissage des langues, n est autre, traditionnellement, que la liste du vocabulaire à apprendre. Puisqu il s agit ici de notions spécifiques, le vocabulaire associé aux notions l est, en bonne partie, sur une base thématique. Les choix thématiques (centres d intérêt, domaines de référence, etc.) et la sélection (choix en amont et en aval, par niveaux, entre A1 et C2) de ce qui est à apprendre, à savoir dire et à comprendre sont les critères de spécification des contenus d enseignement/apprentissage, de délimitations de compétence en ce qui concerne la maîtrise du lexique. Se posent alors les questions du choix et de l extension des champs (thématiques, d expérience, de référence, situationnels, d interaction ) relevant, prioritairement et optionnellement, du niveau B2. Pour l utilisateur, comment s aiguiller dans des inventaires thématisés et choisir du vocabulaire à enseigner? La conception retenue pour le Niveau B2 pour le français est de lister, à titre indicatif, à l intérieur de catégories sémantico-référentielles, les unités lexicales pouvant être considérées comme à comprendre et, éventuellement, à apprendre/produire, selon les circonstances de réception, de production et d interaction relevant à quelque titre que ce soit d un niveau B2. L appréciation du niveau (B2, A2, C1 ) est ici moins importante que l appropriation de B2 comme instrument de travail, c est-à-dire de ses modalités de consultation. Pour prendre un exemple précis, l utilisateur/apprenant de niveau lexical B2 n aura pas forcément besoin de connaître un vocabulaire de la pharmacie (celui que peut utiliser un client dans une pharmacie), minimal ou étendu et non technique, mais les circonstances peuvent susciter ce besoin. Un tel constat évoque, par exemple, le principe et l utilisation des guides linguistiques pour le voyage, dont l utilité pratique n est plus à démontrer. Une contrainte et une condition de la constitution de l inventaire du chapitre 6, en fonction du niveau B2 spécifié par le Cadre, sont la nécessité de son ajustement à une diversité potentielle de publics, de besoins et de visées. Aucun utilisateur, probablement, ne trouvera exactement ce qu il cherche dans le schéma d ensemble du répertoire présenté. Il y sélectionnera tels champs thématiques et lexicaux ; il en exclura d autres, en fonction des niveaux d apprentissage, des programmes et des visées. Au niveau B2, divers types ou divers groupes d apprenants se trouvent engagés dans 20

7 chapitre_1_2_3.qxd 29/06/04 10:46 Page 21 CHAPITRE 1 : STRUCTURE DU NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS des programmes thématiques et professionnels spécialisés. Cette orientation (dite de français spécialisé ou de français sur objectifs spécifiques) requiert, selon les cas, une programmation focalisée sur tels contenus du niveau B2 (ou d autres niveaux) et/ou un élargissement «sur mesure» des inventaires établis dans le chapitre Notions spécifiques de ce niveau. Dans tous les cas, ni l évaluation, pour un apprenant, de son niveau de compétence ni l établissement d un programme d apprentissage ne sont subordonnés à une échelle de niveau de compétence lexicale qui serait en rapport strict et dépendant avec la définition globale des niveaux européens de compétence (de A1 à C2). Autrement dit, les inventaires présentés dans le chapitre 6 servent non seulement d outils consultables, mais également d outilsrelais pour qui veut ou doit disposer, au besoin en les composant lui/elle-même, d inventaires lexicaux spécialisés en rapport avec un projet de programme, d enseignement, de formation ou d apprentissage. Inventaire des caractéristiques de la matière phonique On a choisi de traiter de la compétence/performance en prononciation au niveau B2 dans un chapitre spécifique, articulé aux autres inventaires. On y propose une spécification générale de matière phonique en compétence phonétique en français de niveau B2. On y aborde liminairement les questions comme celle de la/des norme(s) en prononciation du français, de la variabilité en production comme en perception, de l intelligibilité face à la distinction traditionnelle entre fautes phonologiques/fautes phonétiques. La compétence en prononciation au niveau B2 est ensuite décrite d abord à partir de catégories suprasegmentales, essentiellement celles du rythme (découpage syntaxico-prosodique des énoncés en groupes rythmiques, enchaînements et liaisons à l intérieur du groupe rythmique, allongement de la syllabe accentuée, régularité des syllabes inaccentuées) et de l accentuation (allongement de la dernière syllabe du groupe rythmique, autres syllabes accentuées expressives). L intonation est décrite au moyen de caractéristiques simples (montées de continuation majeure et mineure, descente), sans mise en relation avec des fonctions expressives. Les aspects segmentaux (voyelles, semi-consonnes, consonnes) constituent une autre forme de spécification de la matière phonique de niveau B2. Les compétences relatives au <e> dit muet et du <h> dit aspiré sont inventoriées. Inventaire des caractéristiques de la matière graphique L enseignement de l orthographe a toujours tenu une grande place dans l enseignement du français en France, à l école primaire puis au collège, tout autant que dans l enseignement à des apprenants francophones. Sa maîtrise s offre comme un défi à l «intelligence». Elle est devenue une sorte d art national, narcissiquement cultivé, comme en témoigne le succès public des grandes épreuves internationales de dictée, largement télévisées. La place qui lui est donnée dans les enseignements est souvent excessive, mais il a paru indispensable d en faire figurer un inventaire dans ce Niveau B2 pour le français, ceci pour la première fois dans la tradition des référentiels du Conseil de l Europe. Cette matière graphique est distribuée en six niveaux, comme pour les autres aspects du français, ce qui souligne bien que l acquisition de cette compétence est une œuvre de longue haleine. L orthographe du français se caractérise par le fait que de nombreux mots monosyllabiques se prononcent de la même manière alors qu ils s écrivent différemment. La portée de règles d orthographes «générales» s en trouve très limitée et implique le recours à des stratégies de mémorisation. Dans le présent chapitre, on recense les formes graphiques dont la maîtrise correspond à un niveau de compétence B2. Les classements des éléments du système graphique seront 21

8 chapitre_1_2_3.qxd 29/06/04 10:46 Page 22 NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS effectués dans une perspective qui va de l oral à l écrit, comme dans la tradition des enseignements structuro-globaux audio-visuels, où l on parlait du «passage à l écrit». La matière graphique définissant le niveau B2 est recensée, dans le chapitre 8, selon 4 catégories : l orthographe et la prononciation : graphie des principaux phonèmes ; l orthographe lexicale : graphie des mots figurant dans les relevés notionnels, quand ils présentent des particularités ; l orthographe grammaticale : graphie des mots-outils (par exemple : a/as/à ) et accords ; l orthographe dans la morphologie verbale, en distinguant les problèmes liés aux radicaux des problèmes liés aux désinences. On n a pas tenu compte dans ce chapitre ni dans cet ouvrage, des «Tolérances orthographiques» recommandées par l Académie française et publiées au Journal officiel du 6 décembre 1990, dans la mesure où, sauf exception, les points concernés ne relèvent pas du niveau B2. Description par compétences culturelles Dans ce référentiel, figure une description des compétences, fondées sur des connaissances et des savoir-faire, qui caractérisent les dimensions culturelles de l agir au contact d une société réputée différente de celle à laquelle les utilisateurs/apprenants disent appartenir. Les enseignements de langues sont potentiellement et effectivement un des lieux de contact avec la différence ou l altérité. Cela implique de gérer ce contact de manière raisonnée et dans une perspective éducative, souvent identifiée sous le terme d interculturel. Pour ce faire, on a été conduit à élaborer un référentiel de ces compétences qui soit en mesure de permettre la constitution de programmes d enseignement dans ce domaine, à la fois transversaux et spécifiques, de l enseignement des langues. Ces compétences ne se réduisent pas à des compétences strictement langagières, car elles comportent des dimensions cognitives psycho-sociales, affectives et identitaires. On a cependant choisi de les décrire en ce qu elles ont de plus proche de compétences en langue, qui sont les plus familières aux destinataires de ces référentiels. Elles seront ainsi spécifiées selon qu elles relèvent : d un savoir-agir dans une société non connue ou peu connue ; d un savoir langagier relatif aux régulations courantes qui organisent les comportements langagiers collectifs (et non à un savoir concernant la correction formelle des énoncés) ; d un savoir langagier et psycho-social qui entre en jeu quand il s agit de communiquer avec des membres d un autre groupe que celui auquel on dit appartenir et qui concerne les moyens verbaux nécessaires à la communication interculturelle ; d un savoir de nature interprétative qui a pour objet de rendre compte des comportements observés et des caractéristiques d une société autre ; des finalités éducatives auxquelles le développement de ces compétences est censé répondre. Ce référentiel, relativement nouveau dans la tradition des référentiels du Conseil de l Europe, est probablement à discuter et il serait risqué de l utiliser à d autres fins que celles de déterminer des objectifs d enseignement. En particulier, il ne saurait servir à l évaluation de telles compétences dont on ignore si elles peuvent être mesurées et certifiées et dont on peut surtout se demander si elles doivent l être. Inventaire des stratégies d apprentissage Cet inventaire, dans son principe, son rôle, sa structure et le détail de son contenu, diffère nettement des inventaires de fonctions et de notions ainsi que de l inventaire grammatical. Il 22

9 chapitre_1_2_3.qxd 29/06/04 10:46 Page 23 CHAPITRE 1 : STRUCTURE DU NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS ne s agit pas là en effet de recensement classé de contenus langagiers, mais d une typologie empirique des moyens utilisés ou utilisables par des apprenants, à un niveau non initial, pour construire, mettre en œuvre, développer et exploiter leurs capacités d appropriation (acquisition et apprentissage) de la langue et de la communication. D une part, les stratégies d apprentissage et de communication, partiellement différentes, sont souvent complémentaires. De l autre, elles comportent des dimensions individuelles (stratégies de mémorisation, par exemple) et des dimensions sociales (stratégies d interaction). Ces stratégies (procédures, techniques, moyens, heuristiques, etc.) sont à la fois constructrices du développement de l apprentissage et, à leur tour, développées et permises par celuici. Il n est donc pas possible ni pertinent de délimiter des stratégies qui seraient spécifiques d un niveau B2. Le recensement indicatif proposé tente plutôt de recouvrir un éventail de pratiques, dont une partie est certainement à l œuvre bien avant le niveau B2, et dont l ensemble peut correspondre globalement à ce niveau, mais de façon très variable selon les types d apprenants, les contextes, les programmes, les objectifs, etc. Le choix est alors de signaler des types de stratégies, qui relèvent de l initiative individuelle des apprenants ou/et de la contrainte des situations dans lesquelles ils se trouvent engagés, ainsi que de leur contexte d apprentissage. Ces stratégies peuvent être prises en compte dans un programme d enseignement, voire donner lieu à des activités et tâches spécifiques, à des conseils, à des guidages, à des incitations. Inversement, des pratiques originales d apprenants (dont beaucoup échappent à l inventaire indicatif proposé) peuvent être ajoutées et intégrées à ce que propose le chapitre 10. De façon traditionnelle, les exercices de langue visent, à leur manière, à activer et exploiter certains types de stratégie. Dans une perspective communicative, celle du Cadre, les stratégies sont investies, au niveau B, dans l appropriation d une compétence communicative ouverte, dans l autonomisation de l apprentissage et dans le développement d une compétence interactionnelle adaptée à une multiplicité de situations et de contextes. Bien que cet inventaire indicatif de stratégies diffère fondamentalement des inventaires langagiers de notions, de fonctions et de grammaire, il s y raccorde de plusieurs façons. Une partie des stratégies engagera et exploitera des interactions spécifiques (par exemple, reformuler, répéter, faire préciser, etc.), une autre portera sur l interprétation de fonctions et de notions, à travers des énoncés en situation ; d autres encore concerneront une explicitation grammaticale, sollicitant au moins des exemples illustratifs. Dans tous les cas, elles nécessiteront des moyens langagiers en rapport avec des formes et des contenus mentionnés dans les inventaires précités. Par ailleurs, l inventaire de stratégies proposé touche, dans son ensemble, aux dimensions ethnolinguistiques, sociales et interculturelles des interactions et des représentations, présentées dans le chapitre 9 (Compétences culturelles) UN NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS : RÉALISATION La réalisation du Niveau B2 pour le français est une entreprise collective qui a commencé à la fin de On a adopté le protocole de réalisation suivant pour identifier la matière verbale du français nécessaire à la réalisation des formes de communication définies à ce degré de maîtrise par le Cadre : détermination de ses éléments constitutifs, en tenant compte des niveaux de référence déjà élaborés (pour le français, l anglais ) et des catégorisations des compétences du Cadre. Par éléments constitutifs, on entend les catégories qui permettent de classifier et d ordonner cette matière verbale. Cette structuration a été discutée et mise au point au sein du Comité scientifique. Elle servira de base à la réalisation des référentiels pour les autres niveaux ; 23

10 chapitre_1_2_3.qxd 29/06/04 10:46 Page 24 NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS répartition des recherches (essentiellement, collecte des données linguistiques) ; identification et répartition des études préparatoires dont certaines figurent dans le volume Textes et références (apport indirect de données, cadrage théorique général ), discussion des données recueillies par les différentes équipes ; première homogénéisation ; discussion générale au niveau Comité scientifique ; homogénéisation ; expertise extérieure confiée à des chercheurs en didactique des langues et des responsables d évaluation ; mise au point de la version publiée qui est la forme «définitive» prise par ce référentiel après la réalisation de trois versions intermédiaires. Les phases à venir sont les suivantes : mise au point, en relation avec les autres niveaux (pour le français, pour les autres langues romanes, au moins) ; mise au point par rapport aux nouveaux référentiels produits ultérieurement (A1 ) ; mise au point en fonction des observations des utilisateurs. Ces trois dernières phases impliquent sans doute des modifications de la présente version diffusée (ou la diffusion de documents de mise à jour). La matière verbale que l on cherche à définir est très vaste et ses contours peuvent être indécis, puisque leur détermination relève de considérations différentes : des choix programmatiques partagés par les utilisateurs, qui conduisent à considérer que telle ou telle forme appartient ou n appartient pas à ce niveau (par exemple : je n en peux mais entre-t-il dans le niveau B2?) ; des choix linguistiques qui conduisent à considérer que telle ou telle forme linguistique est impliquée dans la gestion de telle ou telle forme de communication verbale (par exemple : je vous prie d agréer, Monsieur le Ministre, l assurance de ma haute considération, pour la correspondance). Le terme d implication est lui-même ambigu, en ce sens qu il désigne à la fois la «nécessité» d une forme ou sa «possibilité» : par exemple, pour remercier, il est malaisé de se passer de merci, mais je vous remercie est, parfois seulement, possible. Dans ces conditions, on imagine combien la détermination de cette matière verbale, sous forme d inventaires fermés est problématique. Sa détermination stabilisée ne pourra être qu affaire d ajustements dans le temps et par la concertation des opérateurs impliqués dans le champ de l enseignement/apprentissage du français LES CARACTÉRISTIQUES DU NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS La matière verbale considérée comme correspondant au niveau de maîtrise B2 du français a été caractérisée de manière globale et non compétence par compétence. Cela implique donc de la redéfinir en fonction des compétences retenues pour l enseignement, en particulier selon que l on enseigne la production ou la réception. Comme on l a déjà souligné, les éléments retenus sont à considérer comme devant être compris par les apprenants de niveau B2, mais seuls certains sont à considérer comme devant être effectivement employés en production. Cette distinction est impossible à effectuer en dehors d une situation de communication ou d enseignement donnée. Elle ne sera donc pas signalée au niveau des mots, mais uniquement à celui des genres de discours. On soulignera à nouveau que le niveau B2 n est pas nécessairement un objectif à lui seul, mais qu il peut être celui que l on se propose d atteindre pour certaines compétences, les objectifs pour les autres compétences étant fixés à des niveaux de maîtrise inférieurs ou supérieurs. 24

11 chapitre_1_2_3.qxd 29/06/04 10:46 Page 25 CHAPITRE 1 : STRUCTURE DU NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS La matière verbale définie par le présent référentiel comprend : la totalité de la morphologie nominale, pronominale et l essentiel de la morphologie verbale ; la graphie grammaticale à 80 % environ ; la reconnaissance et/ou l utilisation d un lexique constitué de plusieurs milliers de termes ; une première approche des variations sociolectales (en particulier dans le chapitre Fonctions, où figurent des formes de l oral ordinaire) et régiolectales (dans le chapitre Notions spécifiques); l essentiel de la syntaxe de la phrase écrite et des formes des énoncés oraux ; l expression diversifiée de la quantité, la qualité, l espace, le temps ; la maîtrise des interactions orales courantes de la vie sociale ; une compétence culturelle qui prend en compte la connaissance des interprétations internes à la communauté d accueil ; une véritable indépendance dans l acquisition individuelle, qui permet à l apprenant/utilisateur de tirer profit, par exemple, de son implication dans des interactions exolingues. Par rapport aux référentiels identifiés sous le titre général de niveau-seuil et par rapport aux niveaux disponibles pour l anglais et l allemand (de A1 à B2), le présent référentiel présente les caractéristiques suivantes : il a été construit, dès l origine, en relation explicite avec le Cadre européen commun de référence, comme le Profile Deutsch ; il comporte une organisation hiérarchique des inventaires, comme le Profile Deutsch qui a ouvert la voie, dans ce domaine ; il utilise des spécifications en genre discursif et en répertoire discursif ; il sépare les notions générales (rapprochées des inventaires de nature grammaticale, à cause de leurs affinités avec les catégories énonciatives) des notions spécifiques (traitées comme inventaires de vocables regroupés par domaines) ; il fait une place explicite aux dimensions ethnolinguistiques de la communication, c est-à-dire à la variété culturelle des régulations de la communication ; il prend en compte la matière phonique et graphique ; il prend en compte les compétences culturelles, étant amené à innover dans ce domaine par rapport au Cadre, qui spécifie assez peu celles-ci ; il cherche à prendre en charge le rôle du français en tant que langue d enseignement, bien que cet aspect soit sans doute encore trop peu marqué. Cela suppose probablement des spécifications ultérieures, relativement aux formes des genres discursifs didactiques (écrits et oraux) et aux terminologies disciplinaires ; il fait sa place, là encore à la suite du Vantage Level et Profile Deutsch, aux stratégies d apprentissage, dans la perspective de l éducation à l autonomie ; il se présente comme un référentiel «provisoire» en ce qu il doit être mis à l épreuve des faits par ses utilisateurs (concepteurs de matériels, de tests d entrée/de positionnement, d examens, de programmes ) et prendre sa forme définitive dans la durée, en thésaurisant l expérience pédagogique collective des enseignants de français ; il se fonde, en partie, sur des études de référence commandées spécifiquement à des spécialistes (voir le volume Textes et références). De tous ces points de vue, il apparaît à l évidence que ce Niveau B2 pour le français s inscrit dans la culture éducative organisée autour et par la Division des Politiques linguistiques dans le dernier quart du XX e siècle. Il propose aussi aux didacticiens en Europe quelques éléments nouveaux qu il leur appartient de valider et d utiliser, éventuellement, à leur tour, pour créer ou revisiter leurs propres référentiels. 25

12 chapitre_1_2_3.qxd 29/06/04 10:46 Page 26 NIVEAU B2 POUR LE FRANÇAIS Structure du Niveau B2 pour le français Spécification du niveau B2 par les formes de la compétence à communiquer langagièrement (chapitre 2.1.) Spécification du niveau B2 par les contextes d utilisation de la langue (chapitre 2.2.) Spécifications de la matière verbale correspondant au niveau B2 par les formes discursives (genres discursifs et répertoire discursif) (chapitre 2.3.) Spécifications de la matière verbale par fonctions discursives (chapitre 3) Spécifications de la matière verbale par notions générales (chapitre 4) Spécifications morpho-syntaxiques et par structures d énoncés : grammaire (chapitre 5) Spécifications du lexique (chapitre 6) Spécifications de la matière phonique (chapitre 7) Spécifications de la matière graphique (chapitre 8) Description par compétences culturelles (chapitre 9) Descriptions par stratégies d apprentissage (chapitre 10) 26

N 334 - SIMON Anne-Catherine

N 334 - SIMON Anne-Catherine N 334 - SIMON Anne-Catherine RÉALISATION D UN CDROM/DVD CONTENANT DES DONNÉES DU LANGAGE ORAL ORGANISÉES EN PARCOURS DIDACTIQUES D INITIATION LINGUISTIQUE A PARTIR DES BASES DE DONNÉES VALIBEL Introduction

Plus en détail

Grammaire : ce que ça demande à l'enseignant

Grammaire : ce que ça demande à l'enseignant Grammaire : ce que ça demande à l'enseignant Article paru dans le Café Pédagogique en mars 2009 Décortiquer la langue, oui, mais de quel point de vue? Dans sa thèse, Philippe Clauzard revient en profondeur

Plus en détail

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE MONOLOGUE SUIVI

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

Développer des compétences par le biais de tâches

Développer des compétences par le biais de tâches Stage de Michelle Soumier et Marylène Lebel des 02 et 03 mars 2006 Développer des compétences par le biais de tâches Le Plan de rénovation des Langues prévoit une mise en place du cadre Européen Commun

Plus en détail

1. Qu est-ce que la conscience phonologique?

1. Qu est-ce que la conscience phonologique? 1. Qu est-ce que la conscience phonologique? Définition La conscience phonologique est définie comme la connaissance consciente et explicite que les mots du langage sont formés d unités plus petites, à

Plus en détail

Anglais intensif Préparation au TOEIC

Anglais intensif Préparation au TOEIC ASSOCIATION DE DEVELOPPEMENT DE PROJETS ECOLOGIQUES - ADPE Centre de Formation Professionnelle Association loi 1901 contact@association-adpe.com Programme Pédagogique Anglais intensif Préparation au TOEIC

Plus en détail

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème contenus DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème Prendre en compte niveau des élèves motivation des élèves besoins

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

EXPRESSION ECRITE - ADMINISTRATIF/COMMERCIAL

EXPRESSION ECRITE - ADMINISTRATIF/COMMERCIAL CATALOGUE FORMATION EXPRESSION ECRITE - ADMINISTRATIF/COMMERCIAL NOS FORMATIONS 1. COMMUNICATION ECRITE-PRISE DE NOTE COMPTE RENDU DE REUNION 2. SECRETARIAT ADMINISTRATIF 3. SECRETARIAT COMMERCIAL 4. CREER

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation Compte rendu de la formation «Expertise de vos pratiques en Méthode Naturelle de la Lecture et de l Ecriture (MNLE)» Animée par Sybille Grandamy Le 10 mars 2015 BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 9 participant(e)s

Plus en détail

Table des matières. Intégration linguistique, scolaire et sociale. Présentation de la discipline... 1

Table des matières. Intégration linguistique, scolaire et sociale. Présentation de la discipline... 1 Table des matières Présentation de la discipline.............................. 1 Relations entre le programme d intégration linguistique, scolaire et sociale et les autres éléments du Programme de formation...

Plus en détail

Catalogue 2010. Formations à l anglais. Learn English today! Des programmes à la carte pour enfin parler anglais

Catalogue 2010. Formations à l anglais. Learn English today! Des programmes à la carte pour enfin parler anglais Catalogue 2010 Formations à l anglais Learn English today! Des programmes à la carte pour enfin parler anglais Communiquez en anglais avec aisance et en toutes circonstances 6 raisons de choisir une formation

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

Commerce International. à référentiel commun européen

Commerce International. à référentiel commun européen Brevet de technicien supérieur Commerce International à référentiel commun européen Référentiel de formation SEPTEMBRE 2011 RÉFÉRENTIEL DE FORMATION Unités de formation UF1 Culture Générale et Expression

Plus en détail

Document d aide au suivi scolaire

Document d aide au suivi scolaire Document d aide au suivi scolaire Ecoles Famille Le lien Enfant D une école à l autre «Enfants du voyage et de familles non sédentaires» Nom :... Prénom(s) :... Date de naissance :... Ce document garde

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES. école fondamentale

PLAN D ÉTUDES. école fondamentale PLAN D ÉTUDES école fondamentale Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau, Vu la loi du 6 février 2009 portant organisation de l enseignement fondamental; Notre Conseil d État entendu; Sur le

Plus en détail

Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues Apprendre, enseigner, évaluer Formation de formateurs AUF Institut français Universités d Irak

Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues Apprendre, enseigner, évaluer Formation de formateurs AUF Institut français Universités d Irak Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues Apprendre, enseigner, évaluer Formation de formateurs AUF Institut français Universités d Irak Institut français d Erbil du 13 au 16 octobre 2014 1 Jour

Plus en détail

LICENCE LANGUES ETRANGERES APPLIQUEES. Semestre 1

LICENCE LANGUES ETRANGERES APPLIQUEES. Semestre 1 Semestre 1 Institutions et sociétés Economie et sociétés Grammaire théorique et 18 CM : traduction théorique et Acquisition lexicale et grammaticale Compréhension L étudiant se familiarise avec le vocabulaire

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

ANNEXE 2 LES DOCUMENTS RADIOPHONIQUES : ANALYSE LINGUISTIQUE ET EXPÉRIMENTATION DOSSIER 2.1. Les modalités d analyse FICHIER 2.1.1

ANNEXE 2 LES DOCUMENTS RADIOPHONIQUES : ANALYSE LINGUISTIQUE ET EXPÉRIMENTATION DOSSIER 2.1. Les modalités d analyse FICHIER 2.1.1 ANNEXE 2 LES DOCUMENTS RADIOPHONIQUES : ANALYSE LINGUISTIQUE ET EXPÉRIMENTATION DOSSIER 2.1 Les modalités d analyse FICHIER 2.1.1 Les codes de transcription Nous avons mis dans l annexe 2 les 12 documents

Plus en détail

Langues vivantes Allemand Anglais Espagnol Italien

Langues vivantes Allemand Anglais Espagnol Italien Langues vivantes Allemand Anglais Espagnol Italien Considérations générales L enseignement des langues vivantes au gymnase donne accès aux cultures et littératures des régions ou pays des langues étudiées.

Plus en détail

Livret personnel de compétences

Livret personnel de compétences Livret personnel de compétences Grilles de références pour l évaluation et la validation des compétences du socle commun au palier 2 Janvier 2011 MENJVA/DGESCO eduscol.education.fr/soclecommun LES GRILLES

Plus en détail

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot JOURNEES IPFC Paris, 5 et 6 décembre 2011 Pour travailler sur l acquisition de la dimension orale

Plus en détail

EXPERIMENTATION ACADEMIQUE DE LA BALADODIFFUSION

EXPERIMENTATION ACADEMIQUE DE LA BALADODIFFUSION EXPERIMENTATION ACADEMIQUE DE LA BALADODIFFUSION Aix-en-Provence Mars 2010 Laurence Giovannoni, IA-IPR d anglais Académie d Aix-Marseille Baladodiffusion: définition Traduction du mot podcasting: ipod

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

Les nouveaux programmes de l él. école primaire. Projet soumis à consultation

Les nouveaux programmes de l él. école primaire. Projet soumis à consultation Les nouveaux programmes de l él primaire Projet soumis à consultation primaire Les nouveaux programmes sont plus courts : environ 36 pages format BO contre 104. Ils sont écrits dans un langage clair sans

Plus en détail

Atelier rédactionnel

Atelier rédactionnel Baccalauréat professionnel Gestion - Administration Atelier rédactionnel Exemples de séances réalisées en première et au début de l année de terminale Joëlle PERRETIER & Patrice VIRIEUX Lycée professionnel

Plus en détail

CHARTE DES PROGRAMMES

CHARTE DES PROGRAMMES CHARTE DES PROGRAMMES Charte relative à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des programmes d enseignement ainsi qu aux modalités d évaluation des élèves dans l enseignement scolaire CONSEIL SUPÉRIEUR

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Tableau des contenus

Tableau des contenus Tableau des contenus Dossier 1 L image dans les relations amicales, sociales, professionnelles et amoureuses Dossier 2 Présenter quelqu un Je séduis. Parler de son rapport à l image. Caractériser des personnes

Plus en détail

Projet de programme pour le cycle 3

Projet de programme pour le cycle 3 Projet de programme pour le cycle 3 9 avril 2015 Mise à jour du 15 avril Avant-propos La commande ministérielle Par une lettre au Président du Conseil supérieur des programmes datée du 4 décembre 2013,

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau A2.1 Descripteur global La personne peut : comprendre des phrases isolées et des expressions fréquemment

Plus en détail

Le Cadre européen commun de référence pour les langues: activités, compétences, niveaux

Le Cadre européen commun de référence pour les langues: activités, compétences, niveaux Deuxième programme d'activités à moyen terme du CELV (2004-2007) Le Cadre européen commun de référence pour les langues: activités, compétences, niveaux Avant-propos Une réaction souvent entendue de la

Plus en détail

SMPMKOM. råáí =ÇÛbåëÉáÖåÉãÉåí=_= rb=_=j=i~åöìé=sáî~åíé=bìêçé ÉååÉ

SMPMKOM. råáí =ÇÛbåëÉáÖåÉãÉåí=_= rb=_=j=i~åöìé=sáî~åíé=bìêçé ÉååÉ SMPMKOM råáí =ÇÛbåëÉáÖåÉãÉåí=_= rb=_=j=i~åöìé=sáî~åíé=bìêçé ÉååÉ SMPMKOMN UC B3 - Langue Vivante Européenne Utilisateur indépendant - Niveau B1 du CECR A - Référentiel de formation UC B31 Langue Vivante

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE ÉCOLE DE CULTURE GÉNÉRALE MONTHEY. pour le travail de maturité spécialisée, Édition 2014-2015

GUIDE METHODOLOGIQUE ÉCOLE DE CULTURE GÉNÉRALE MONTHEY. pour le travail de maturité spécialisée, Édition 2014-2015 Département de la formation et de la sécurité Service de l enseignement ECCG Monthey Departement für Bildung und Sicherheit Dienststelle für Unterrichtswesen HFMS Monthey GUIDE METHODOLOGIQUE pour le travail

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

Le Cadre Européen Commun de Références pour les Langues

Le Cadre Européen Commun de Références pour les Langues Le Cadre Européen Commun de Références pour les Langues (CECRL) = un cadre européen pour apprendre, enseigner, évaluer 1 Le Cadre européen commun de référence pour les langues (souvent appelé le CERCL

Plus en détail

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE?

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE? Module sur l utilisation de la vidéo en classe de français langue étrangère JEAN-MICHEL DUCROT Coordinateur de programmes pédagogiques à Alep-Syrie. Responsable du Centre de Documentation Pédagogique d'alep,

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 12 participants 18 heures de formation sur 3 jours 9 associations de 2 départements représentées (75 et 94) Evaluation orale et bilan individuel écrit effectuée en fin de

Plus en détail

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 19770-1 Deuxième édition 2012-06-15 Technologies de l information Gestion des actifs logiciels Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité Information technology

Plus en détail

Curriculum - Langue Deux - Second Language - Zweite Sprache

Curriculum - Langue Deux - Second Language - Zweite Sprache Schola Europaea Bureau du Secrétaire général Unité de Développement pédagogique Réf.: 2012-08-D-13-fr-2 Orig.: EN Version : FR Curriculum - Langue Deux - Second Language - Zweite Sprache APPROUVÉ PAR LE

Plus en détail

Le modèle standard, SPE (1/8)

Le modèle standard, SPE (1/8) Le modèle standard, SPE (1/8) Rappel : notion de grammaire mentale modulaire Les composants de la grammaire : module phonologique, sémantique syntaxique Syntaxe première : elle orchestre la relation mentale

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

Niveau linguistique Berlitz 1 Niveau A1 du CECRL

Niveau linguistique Berlitz 1 Niveau A1 du CECRL Niveau linguistique Berlitz 1 Niveau A1 du CECRL Vous pouvez comprendre et utiliser des expressions courantes familières et des phrases simples. Vous êtes capable de vous présenter et de poser à vos interlocuteurs

Plus en détail

Flash Com5 : Duo, doublette ou duette, l important d être à deux pour enseigner deux langues. La duette en école française au Guatemala

Flash Com5 : Duo, doublette ou duette, l important d être à deux pour enseigner deux langues. La duette en école française au Guatemala La duette en école française au Guatemala 1. Le contexte local 2. Les horaires et les enseignants 3. Un dispositif : la duette 4. Objectifs et contenus 5. Bénéfices pour l élève 1 - Le contexte local -

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Mesurer en système métrique et impérial de mesure

Mesurer en système métrique et impérial de mesure Plan de leçon n o 15 Mesurer en système métrique et impérial de mesure Niveaux NCLC: 4 à 6 Habiletés langagières NCLC: Expression orale, Compréhension écrite Compétences essentielles: Calcul, Utilisation

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations

Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations U Université dumaine Faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations Carole Lailler 1 L interrogation : une modalité

Plus en détail

Catalogue de Formation

Catalogue de Formation SARL INSTITUT FRANÇAIS DE LANGUES ET DE SERVICES ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT PRIVE CREE EN 1992 Catalogue de Formation vous propose des formations adaptées à vos besoins et à vos attentes Particuliers,

Plus en détail

Formation Pédagogique 3h

Formation Pédagogique 3h Formation Pédagogique 3h Carole MOULIN Conseillère Pédagogique généraliste Bourgoin 2 20 mars 2013 Ecrire c est: Copier Ecrire sans erreurs sous la dictée Concevoir et écrire une phrase, des phrases, un

Plus en détail

CIRCULAIRE N 1376 DU 22/02/2006

CIRCULAIRE N 1376 DU 22/02/2006 CIRCULAIRE N 1376 DU 22/02/2006 Objet : BOURSE POUR IMMERSION «LANGUE ET METHODOLOGIE» - Stage à Gand Réseaux : Tous Niveaux et services : Primaire Secondaire Promotion sociale Période : Année scolaire

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire Langue Française Redatto da Dott.ssa Annie Roncin Syllabus A1 Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire L étudiant peut : -comprendre et utiliser des expressions familières et quotidiennes

Plus en détail

Introduction. Bernard Caron. To cite this version: HAL Id: halshs-00644330 https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00644330

Introduction. Bernard Caron. To cite this version: HAL Id: halshs-00644330 https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00644330 Introduction Bernard Caron To cite this version: Bernard Caron. Introduction. Bernard Caron. Subordination, dépendance et parataxe dans les langues africaines, Peeters, Louvain, pp.9-13, 2008, Afrique

Plus en détail

Journée pédagogique des stagiaires 1 octobre 2014

Journée pédagogique des stagiaires 1 octobre 2014 Journée pédagogique des stagiaires 1 octobre 2014 LP Blaise Pascal COLMAR Retour d expériences Choisir 2 images qui témoignent de votre ressenti dans votre prise de fonction Restitution au groupe LE REFERENTIEL

Plus en détail

Tableau mettant en relation les niveaux du CECRL et les programmes IFALPES par compétences.

Tableau mettant en relation les niveaux du CECRL et les programmes IFALPES par compétences. Tableau mettant en relation les niveaux du CCRL et les programmes IFALPS par compétences. A1 CCRL CONTNU DU PROGRAMM A1 IFALPS Compréhension orale. C Des formules de politesse et de salutation O Je peux

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

L ORAL OBJET OU MOYEN D APPRENTISSAGE?

L ORAL OBJET OU MOYEN D APPRENTISSAGE? PROFESSIONAL COMMUNICATION AND TRANSLATION STUDIES, 6 (1-2) / 2013 211 L ORAL OBJET OU MOYEN D APPRENTISSAGE? Laura CHIRIAC Politehnica University of Timişoara, Romania Résumé: Cet article tente de donner

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION Il est demandé aux étudiants qui souhaitent déposer un master à la chaire RHO de prendre connaissance

Plus en détail

Quelle formation professionnelle pour développer des outils linguistiques d intégration?

Quelle formation professionnelle pour développer des outils linguistiques d intégration? Quelle formation professionnelle pour développer des outils linguistiques d intégration? Odile Malavaux et Marie-Christine Clerc-Gevrey IA-IPR langues vivantes Académie de Besançon Place de la compétence

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

LES REFERENTIELS DES TROIS BACCALAUREATS PROFESSIONNELS DU TERTIAIRE COMMERCIAL VENTE COMMERCE SERVICES

LES REFERENTIELS DES TROIS BACCALAUREATS PROFESSIONNELS DU TERTIAIRE COMMERCIAL VENTE COMMERCE SERVICES LES REFERENTIELS DES TROIS BACCALAUREATS PROFESSIONNELS DU TERTIAIRE COMMERCIAL VENTE COMMERCE SERVICES LES CONTENUS DE FORMATION COMMUNS Champ professionnel «Métiers de la relation aux clients et aux

Plus en détail

FICHE 9 TECHNIQUE DU CHANGEMENT LE PLUS SIGNIFICATIF

FICHE 9 TECHNIQUE DU CHANGEMENT LE PLUS SIGNIFICATIF FICHE 9 TECHNIQUE DU CHANGEMENT LE PLUS SIGNIFICATIF COTA asbl 7, rue de la révolution 1000 Bruxelles www.cota.be COTA asbl Fiche 9 - Technique du changement le plus significatif Cette fiche s inscrit

Plus en détail

CORRIGÉ DU DOSSIER N 2

CORRIGÉ DU DOSSIER N 2 Christian PUREN Professeur émérite de l Université de Saint-Étienne (France) Cours collaboratif en ligne «La didactique des langues-cultures comme domaine de recherche» http://www.christianpuren.com/cours-collaboratif-la-dlc-comme-domaine-de-recherche/

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

LE CADRE EUROPÉEN COMMUN DE RÉFÉRENCE POUR LES LANGUES : UN OUTIL D APPRENTISSAGE, D ENSEIGNEMENT ET D ÉVALUATION

LE CADRE EUROPÉEN COMMUN DE RÉFÉRENCE POUR LES LANGUES : UN OUTIL D APPRENTISSAGE, D ENSEIGNEMENT ET D ÉVALUATION LE CADRE EUROPÉEN COMMUN DE RÉFÉRENCE POUR LES LANGUES : UN OUTIL D APPRENTISSAGE, D ENSEIGNEMENT ET D ÉVALUATION François RICHERME Centre Culturel Français de Cluj, Attaché de coopération pour le français

Plus en détail

LES OUTILS DU CONSEIL DE L EUROPE EN CLASSE DE LANGUE

LES OUTILS DU CONSEIL DE L EUROPE EN CLASSE DE LANGUE LES OUTILS DU CONSEIL DE L EUROPE EN CLASSE DE LANGUE Cadre européen commun et Portfolios Francis Goullier IGEN Représentant national auprès français de auprès la Division de la Division des Politiques

Plus en détail

Guide manager pour l entretien professionnel

Guide manager pour l entretien professionnel - 1/14 - Guide manager pour l entretien professionnel Le présent guide a pour objet de faciliter la mise en œuvre de l entretien professionnel et, pour cela, de rappeler pour chacune des étapes les activités

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

Annexe 1 : TABLEAUX DES FONCTIONS ETAM

Annexe 1 : TABLEAUX DES FONCTIONS ETAM Annexe 1 : TABLEAUX DES FONCTIONS ETAM FONCTION D EXECUTION POSITION 1..1 et 1.. L exercice de la fonction consiste, à partir d instructions définissant les séquences successives des travaux à accomplir,

Plus en détail

Un cadre conceptuel pour l élaboration d un curriculum selon l approche par les compétences 1

Un cadre conceptuel pour l élaboration d un curriculum selon l approche par les compétences 1 Place des Peintres, 5 B - 1348 Louvain-la-Neuve Tél. +32 10 45 28 46 Fax +32 10 45 34 47 info@bief.be - www.bief.be Un cadre conceptuel pour l élaboration d un curriculum selon l approche par les compétences

Plus en détail

LIVRET PERSONNEL DE COMPÉTENCES

LIVRET PERSONNEL DE COMPÉTENCES Nom... Prénom... Date de naissance... Note aux parents Le livret personnel de compétences vous permet de suivre la progression des apprentissages de votre enfant à l école et au collège. C est un outil

Plus en détail