Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations"

Transcription

1 U Université dumaine Faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations Carole Lailler 1

2 L interrogation : une modalité interactive Contexte de travail Quels problèmes pour quels objectifs? Les observables Un effort de modélisation RITEL : un corpus de développement Un SMS pour la Science : un corpus de tests L apport de la dimension ontologique Évaluations du modèle Une description par morphotypes Un test d analyse «computationnelle» Une enquête auprès de locuteurs natifs Conclusion et perspectives 2

3 L interrogation : une modalité interactive Contexte de travail 3

4 Une thèse de linguistique en morphosyntaxe dans un laboratoire d informatique le LIUM équipe LST 5 ans au total : 2 ans non financés, puis 3 demi-ater 4

5 1 er Objectif 2 nd Objectif Décrire l interrogation dans la réalité de ses pratiques langagières Modéliser l interrogation pour offrir un étiquetage efficient des questions la machine : traite les signifiants cette thèse : encore du côté des signifiés, même si elle se fonde sur les signifiants 5

6 L interrogation : une modalité interactive Quels problèmes pour quels objectifs? 6

7 Un double paradigme questions directes/indirectes et questions totales/partielles hérité du latin qui aboutit à des groupes hétérogènes en français ne rend pas compte des usages tels qu en témoignent les corpus (OTG, SNCF ) Qu en est-il de l intention du questionneur? 7

8 La conversation spontanée Identifier une interaction en conversation spontanée Caractérisation objective : nombre de phonèmes, de disfluences, présence ou non de «bruits» Caractérisation subjective : le locuteur est le «1 er auditeur de ses propos» [Coursil, 2000] 8

9 L interrogation : une modalité interactive Les observables 9

10 Une question = un paradigme à triple entrée L objet du monde visé par la question identité ontologique = mot interrogatif La relation à l interlocuteur [Goffman, 1974] lien future réponse = morphotype utilisé La place accordée à l autre : interlocuteur «plein/restreint» place et intensité des outils choisis 10

11 Un effort de modélisation 2 e axe : pragmatique 3 e axe : ontologie 1 er axe : morphosyntaxe 11

12 Un effort de modélisation RITEL : un corpus de développement 12

13 Corpus issu d un SQR LIMSI, équipe TLP Au plus près du dialogue humain grâce à une gestion de l historique appropriée un phénomène de «cohortes interrogatives» Beaucoup de testeurs, pas de barrière technologique 3600 énoncés à classer pré-interrogatives et diversité ontologique Questions type «quiz» primauté des questions factuelles Quel type d interaction? 13

14 Émergence des questions Entités Nommées Ontologie concernée Type de questions Pourcentage Pourcentage/ontologie Questions de phatique 0 10,66 l interlocution de réactivation 6,01 impérative 4,65 Questions factuelles quantificatrice 8,83 19,90 locative 3,4 temporelle 7,67 Questions Entités EN personne 13,54 34,99 Nommées EN lieu 13,48 EN objet 7,21 EN événement 0,44 EN numex 0,32 Questions causales Pourquoi (amont) 0,15 1,95 de cours 1,25 Comment (amont) 0,23 procédurale 0,32 Hors ontologie Fin d énoncé 2,99 32,5 Pas de modalité interrogative 14,32 Pré-interrogative 15,19 14

15 Émergence des questions Entités Nommées Différencier les questions factuelles des questions Entités Nommées des outils distincts : circonstants vs actants du verbe [Tesnière, 1959] une heuristique efficace : proche du nom propre, notion de «référent unique» 15

16 Un effort de modélisation Un SMS pour la Science : un corpus de tests 16

17 Corpus SMS Vaste campagne scientifique [Fairon, 2006] «Faites don de vos SMS à la science» un projet de grande envergure 2500 énoncés retenus des interrogations en cascade, de tout type Vers une nouvelle forme de langage pas d oral mais du spontané Des interactions elliptiques mais toujours tournées vers l interlocuteur primauté de la fonction phatique 17

18 Vers une nouvelle typologie de l interrogation Ontologie concernée Type de questions Pourcentage Pourcentage/ontologie Questions de phatique 9,58 65,44 l interlocution de réactivation 6,68 impérative 49,18 Questions factuelles quantificatrice 0,22 7,22 locative 2,90 temporelle 4,10 Questions Entités EN personne 0,88 7,23 Nommées EN lieu 0 EN objet 3,50 EN événement 2,63 EN numex 0,22 Questions causales Pourquoi (amont) 2,03 5,32 de cours 1,26 Comment (amont) 1,10 procédurale 0,93 Hors ontologie Fin d énoncé 0 14,79 Pas de modalité interrogative 14,79 Pré-interrogative 0 18

19 Vers une nouvelle typologie de l interrogation des corpus «constratifs» RITEL : un SQR Primauté des questions factuelles et en EN de type périphrastique ménager l «interlocuteur restreint» SMS : un support téléphonique Primauté des questions de l interlocution et des questions de type tonique privilégier la fonction phatique 19

20 Un effort de modélisation L apport de la dimension ontologique 20

21 Le processus à l œuvre dans une question Lien Question/Réponse [Damourette & Pichon, 1911] un interlocuteur libre de sa réponse mais invité à respecter un cadre Un effort de modélisation pour isoler des structures morphosyntaxiques idoines Une nouvelle typologie fonction de l ontologie mais aussi de l interaction créée un vide argumental saturé, structure morphosyntaxique déployée 21

22 «Cartographier» un échange spontané Très peu de questions au sein d une interaction distinguer les «vraies» des «fausses» questions Un seul morphotype réellement interrogatif la locution est-ce que [Obenauer, 1976] User de l interrogation pour interagir avec son interlocuteur les questions toniques vs les questions périphrastiques 22

23 Évaluation du modèle Une description par morphotypes 23

24 Construire des modèles : une vision schématique et structurée du monde et de ses réalités Interrogation adverbiale Interrogation déterminative Mot interrogatif simple Locution interrogative Substantive Nominale Prototypique Combien d euros Combien coûte X? Quel prix coûte X? coûte X? Que coûte X? Tonique X coûte combien? X coûte combien d euros? X coûte quel prix? X coûte quoi? Renforcée Combien est-ce que coûte X? Combien d euros estce que coûte X? Quel prix est-ce que coûte X? Qu est-ce que coûte X? Périphrastique Je voudrais savoir combien coûte X? Je voudrais savoir combien d coûte X? Je voudrais savoir quel prix coûte X? Je voudrais savoir que coûte X? 24

25 Un faisceau d indices à relever et étiqueter PROTOTYPIQUE Construire un monde virtuel Où va Paul? Adverbiale À quel endroit va Paul? Déterminative Indice faible Segment le plus court et atone TONIQUE Rapport à l autre Paul va où? Adverbiale Paul va à quel endroit? Déterminative Indice discriminant Segment le plus court mais tonique 25

26 Évaluation du modèle Un test d analyse «computationnelle» 26

27 Un stage ingénieur : vérifier la robustesse des modèles Pallier le lourd travail de classement d un modérateur Ex. : FAQ d un site web travailler en «domaine fermé» et selon l axe ontologique Un travail préparatoire de longue haleine constitution d un réservoir de possibles pour la BDD Un classement morphosyntaxique et quelques heuristiques tous les énoncés classés selon un pattern syntaxique 27

28 Après étiquetage, trois cas de figure Énoncé avec traitement ontologique l outil interrogatif dit l objet visé et le domaine ontologique concerné Énoncé en attente de traitement ontologique l outil interrogatif est déterminatif quel et ses composés Rejet de l énoncé concerne surtout les questions dites «de l interlocution» message invitant à la reformulation 28

29 Évaluation du modèle Une enquête auprès de locuteurs natifs 29

30 Tester la réalité des usages de la modalité interrogative Vérifier l adéquation des modèles à l usage en appeler à la compétence des locuteurs Tester quelques énoncés «délicats» à l intersection de deux catégories et/ou «fausse question» mélanger énoncés délicats et «faciles» Tester le «consensus culturel» autour des regroupements ontologiques proposer un tableau simplifié avec exemples 30

31 Une enquête auprès de locuteurs natifs Expliquer les causes Expliquer le fonctionnement Expliquer les circonstances Expliquer la marche à suivre D1 D2 D3 D4 Pourquoi les flamants roses sont-ils roses!? À quoi sert la couche d ozone!? Comment James Dean est-il mort!? Comment s écrit le mot «!cauchemar!»!? + À cause de leur alimentation. - C est comme ça, c est tout!! + À protéger la Terre. - À rien. + Au volant de sa voiture. - Tragiquement + c.a.u.c.h.e.m.a.r. - sans «!d!» final. Difficulté liée à la langue spontanée : importance du contexte énonciatif et stabilité ontologique, beaucoup de «fausses questions» 31

32 Conclusion et perspectives 32

33 Un travail guidé par un souci de description morphosyntaxique Abandonner les oppositions paradigmatiques traditionnelles variation dans l usage : ex. de la versation vs la question tonique Un pendant morphosyntaxique aux Actes de Langage [Searle, 1969] partition «vraies» et «fausses» questions Une vision modélisée de l interrogation : une typologie opératoire pas d application TAL mais une modélisation efficiente 33

34 Une méthodologie fondée sur les données attestées Décrire l interrogation selon ses points saillants aboutir à une modélisation Confronter cette modélisation aux données attestées un corpus de développement : RITEL Amender la modélisation : la dimension ontologique un corpus de test : «Un SMS pour la science» Amender la modélisation : 2 catégories de questions Évaluations 34

35 Des domaines à explorer Les autres langues Indo-Européennes pas de locuteur natif à disposition ni de corpus normalisé Les aspects intonatifs et phonologiques [Morel, 1998] [Marandin, 2002] problème de temps et gestion des corpus à disposition Les conditions d une réponse effective : morphotypes (informatifs/interactifs) application en TAL et corpus à construire 35

Expression et communication en langue anglaise. Objectifs. Contenus

Expression et communication en langue anglaise. Objectifs. Contenus Expression et communication en langue anglaise Objectifs L'étude des langues vivantes étrangères contribue à la formation intellectuelle et à l'enrichissement culturel de l'individu. Pour l'étudiant de

Plus en détail

Apprentissage Automatique

Apprentissage Automatique Apprentissage Automatique Introduction-I jean-francois.bonastre@univ-avignon.fr www.lia.univ-avignon.fr Définition? (Wikipedia) L'apprentissage automatique (machine-learning en anglais) est un des champs

Plus en détail

Moyens d intervention en fonction des objectifs

Moyens d intervention en fonction des objectifs Commission Scolaire des Samares DVE Plan d intervention Moyens d intervention en fonction des objectifs DOMAINE LANGAGIER L élève améliorera ses habiletés en conscience phonologique. L'élève développera

Plus en détail

N 334 - SIMON Anne-Catherine

N 334 - SIMON Anne-Catherine N 334 - SIMON Anne-Catherine RÉALISATION D UN CDROM/DVD CONTENANT DES DONNÉES DU LANGAGE ORAL ORGANISÉES EN PARCOURS DIDACTIQUES D INITIATION LINGUISTIQUE A PARTIR DES BASES DE DONNÉES VALIBEL Introduction

Plus en détail

De la modélisation linguistique aux applications logicielles: le rôle des Entités Nommées en Traitement Automatique des Langues

De la modélisation linguistique aux applications logicielles: le rôle des Entités Nommées en Traitement Automatique des Langues De la modélisation linguistique aux applications logicielles: le rôle des Entités Nommées en Traitement Automatique des Langues Maud Ehrmann Joint Research Centre Ispra, Italie. Guillaume Jacquet Xerox

Plus en détail

Master Sciences du langage

Master Sciences du langage Master Sciences du langage Spécialité Signes, discours et monde contemporain Département de Sciences du langage Université Paris Descartes Sorbonne Paris Cité Responsable : Cécile Canut Master mention

Plus en détail

Un exemple de transcription et annotation vidéo

Un exemple de transcription et annotation vidéo Un exemple de transcription et annotation vidéo Pourquoi utiliser la vidéo? Quelles possibilités offre le codage vidéo? Comment peut-on réaliser ces codages? Quels outils existent et pour quels usages?

Plus en détail

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1 sciences du langage 1 Comment l enfant acquiert la parole? sciences du langage 2 Partie I 1. Comment l enfant acquiert la parole? Partie II 2. A quel moment du processus d acquisition de la parole intervient

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Recherches linguistiques et applications informatiques ReLAI

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Recherches linguistiques et applications informatiques ReLAI www.u-bordeaux3.fr Master recherche Recherches linguistiques et applications informatiques ReLAI Introduction sur la formation Le master ReLAI propose une formation de haut niveau couvrant tous les domaines

Plus en détail

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot JOURNEES IPFC Paris, 5 et 6 décembre 2011 Pour travailler sur l acquisition de la dimension orale

Plus en détail

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE MONOLOGUE SUIVI

Plus en détail

«Interactions entre professeurs et élèves porteurs de troubles de la communication et du langage :

«Interactions entre professeurs et élèves porteurs de troubles de la communication et du langage : «Interactions entre professeurs et élèves porteurs de troubles de la communication et du langage : Projet de recherche de P. Binisti Thèse de linguistique Paris 5 René Laboratoire Modyco sous la direction

Plus en détail

Anglais intensif Préparation au TOEIC

Anglais intensif Préparation au TOEIC ASSOCIATION DE DEVELOPPEMENT DE PROJETS ECOLOGIQUES - ADPE Centre de Formation Professionnelle Association loi 1901 contact@association-adpe.com Programme Pédagogique Anglais intensif Préparation au TOEIC

Plus en détail

MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P)

MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P) MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme := Master Domaine : Arts, Lettres, Langues Mention : LITTERATURE, PHILOLOGIE, LINGUISTIQUE Spécialité : LANGUE ET INFORMATIQUE

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010 TABLEAU SYNOPTIQUE Court métrage Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 Madagascar, carnet de voyage Bastien Dubois Animation - 12 00 2009 Thèmes L adolescence, le sentiment amoureux,

Plus en détail

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Caroline Bogliotti caroline.bogliotti@u-paris10.fr Anne Lacheret anne@lacheret.com ; www.lacheret.com Maria Kihlstedt maria.kihlstedt@u-paris10.fr Objectifs du

Plus en détail

Niveau A1 du Cadre européen commun de référence pour les langues FR1A1 ou FR2A1 - Initiation à la langue française préparation au DELF A1

Niveau A1 du Cadre européen commun de référence pour les langues FR1A1 ou FR2A1 - Initiation à la langue française préparation au DELF A1 Niveau du Cadre européen commun de référence pour les langues F1 ou F2 - Initiation à la langue française préparation au DELF 224 heures de formation réparties comme suit Module de langue, F1 ou F2 (15h

Plus en détail

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire Langue Française Redatto da Dott.ssa Annie Roncin Syllabus A1 Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire L étudiant peut : -comprendre et utiliser des expressions familières et quotidiennes

Plus en détail

Sphinx Institute. Conseil et expertise en collecte et analyse de données. Confiez-nous vos projets!

Sphinx Institute. Conseil et expertise en collecte et analyse de données. Confiez-nous vos projets! Sphinx Institute Conseil et expertise en collecte et analyse de données Confiez-nous vos projets! Sphinx Institute, un label pour vos études Sphinx Institute est un pôle de compétences qui vous conseille

Plus en détail

Master IAD Module PS. IV. Reconnaissance de la parole. Gaël RICHARD Février 2008

Master IAD Module PS. IV. Reconnaissance de la parole. Gaël RICHARD Février 2008 Master IAD Module PS IV. Reconnaissance de la parole Gaël RICHARD Février 2008 1 Contenu Introduction aux technologies vocales Production et Perception de la parole Modélisation articulatoire Synthèse

Plus en détail

Exploiter un album en langue étrangère : quelques pistes et repères. (Article rédigé par N. Bernat et L. Héron, Mission langues CDDP Gironde)

Exploiter un album en langue étrangère : quelques pistes et repères. (Article rédigé par N. Bernat et L. Héron, Mission langues CDDP Gironde) Journée des langues CDDP de la Gironde 16 novembre 2005 Intervention de Madame Nicole Bernat, Conseillère pédagogique en langues étrangères et régionales Exploiter un album en langue étrangère : quelques

Plus en détail

Introduction au TALN et à l ingénierie linguistique. Isabelle Tellier ILPGA

Introduction au TALN et à l ingénierie linguistique. Isabelle Tellier ILPGA Introduction au TALN et à l ingénierie linguistique Isabelle Tellier ILPGA Plan de l exposé 1. Quelques notions de sciences du langage 2. Applications et enjeux du TAL/ingénierie linguistique 3. Les deux

Plus en détail

Annotation d un corpus de dialogue et systèmes de question-réponse interactionnels

Annotation d un corpus de dialogue et systèmes de question-réponse interactionnels d un corpus de dialogue et systèmes de question-réponse interactionnels García-Fernandez Anne annegf@limsi.fr M2R Informatique - Université Paris Sud Responsable de stage : Anne Vilnat LIMSI-CNRS nne García-Fernandez

Plus en détail

Enseigner la compréhension au cycle 3

Enseigner la compréhension au cycle 3 Enseigner la compréhension au cycle 3 Les compétences visées chez les élèves : Programmes 2008 : La lecture et l écriture sont systématiquement liées : elles font l objet d exercices quotidiens, non seulement

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

La base de données textuelles orales VALIBEL

La base de données textuelles orales VALIBEL La base de données textuelles orales VALIBEL de la variation aux variétés http://www.uclouvain.be/valibel.html Alice Bardiaux (FNRS UCL) parcours : du corpus à l étude de la variation centre de recherche

Plus en détail

Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage. ASH/Document Béatrice DDEC Gard

Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage. ASH/Document Béatrice DDEC Gard Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage ASH/Document Béatrice DDEC Gard 1 Quelques précisions 3 à 5 % des enfants en âge scolaire souffrent de troubles du langage de type expressif

Plus en détail

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux Frédéric Marcoul Responsable R&D de Spotter fmarcoul@spotter.com Ana Athayde Président Directeur Général de Spotter aathayde@spotter.com RÉSUMÉ

Plus en détail

Modélisation des performances énergétiques du parc existant

Modélisation des performances énergétiques du parc existant MARCHAL Julien IPC 08 Stage Anah -SEPE 31-01-2008 Modélisation des performances énergétiques du parc existant Etude réalisée par Julien MARCHAL, Ingénieur du corps des ponts et chaussées en stage à l Anah

Plus en détail

Annotation d un corpus de dialogue et systemes de question-reponse interactionnels

Annotation d un corpus de dialogue et systemes de question-reponse interactionnels Annotation d un corpus de dialogue et systemes de question-reponse interactionnels Anne Garcia-Fernandez LIMSI-CNRS BP 133 91403 ORSAY CEDEX annegf@limsi.fr Resume Ce rapport traite de la problématique

Plus en détail

! La notion de système intentionnel (Dennett) ! Signification naturelle et non-naturelle (Grice)

! La notion de système intentionnel (Dennett) ! Signification naturelle et non-naturelle (Grice) Plan du cours Communication humaine et communication animale Langage et cognition, cours 4! La notion de système intentionnel (Dennett)! Signification naturelle et non-naturelle (Grice)! Typologie des

Plus en détail

PLAN DU COURS COMMUNICATION HUMAINE ET COMMUNICATION ANIMALE POURQUOI ÉTUDIER LA COMMUNICATION ANIMALE?

PLAN DU COURS COMMUNICATION HUMAINE ET COMMUNICATION ANIMALE POURQUOI ÉTUDIER LA COMMUNICATION ANIMALE? PLAN DU COURS COMMUNICATION HUMAINE ET COMMUNICATION ANIMALE Langage et cognition! Cours 3! 5 mars 2014! Jacques Moeschler 1. La notion de système intentionnel (Dennett)! 2. Signification naturelle et

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Thèmes et situations : Renseignements et orientation. Fiche pédagogique

Thèmes et situations : Renseignements et orientation. Fiche pédagogique Ressources pour les enseignants et les formateurs en français des affaires Activité pour la classe : CFP Crédit : Joelle Bonenfant, Jean Lacroix Thèmes et situations : Renseignements et orientation Objectifs

Plus en détail

Animation pédagogique Enseigner l oral au CP et au CE1 Ecole Robert-Desnos PARTIE 1

Animation pédagogique Enseigner l oral au CP et au CE1 Ecole Robert-Desnos PARTIE 1 Animation pédagogique Enseigner l oral au CP et au CE1 Ecole Robert-Desnos PARTIE 1 Laurent Peter, IEN - Isabelle Michel, CPAIEN Zone Maghreb -Est Machreck 9 octobre et 27 novembre 2013 Plan de l intervention

Plus en détail

Introduction. Bernard Caron. To cite this version: HAL Id: halshs-00644330 https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00644330

Introduction. Bernard Caron. To cite this version: HAL Id: halshs-00644330 https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00644330 Introduction Bernard Caron To cite this version: Bernard Caron. Introduction. Bernard Caron. Subordination, dépendance et parataxe dans les langues africaines, Peeters, Louvain, pp.9-13, 2008, Afrique

Plus en détail

Du texte brut au web sémantique

Du texte brut au web sémantique Du texte brut au web sémantique Thierry Poibeau LIPN, CNRS et Université Paris 13 Faciliter l accès au texte But : Améliorer l accès à l information (essentiellement textuelle) Moyen : Proposer de nouveaux

Plus en détail

LA DICTÉE À L ADULTE

LA DICTÉE À L ADULTE LA DICTÉE À L ADULTE «L enfant qui ne peut ni écrire, ni orthographier de manière suffisamment autonome peut toutefois développer ses capacités de production de textes écrits en les dictant à l adulte

Plus en détail

Marie-Claude L Homme Université de Montréal

Marie-Claude L Homme Université de Montréal Évaluation de logiciels d extraction de terminologie : examen de quelques critères Plan Marie-Claude L Homme Université de Montréal Unités recherchées et problèmes de base Catégories de critères Critères

Plus en détail

PARCOURS DISCIPLINAIRES option Traitement Automatique des Langues PREMIERE ANNEE

PARCOURS DISCIPLINAIRES option Traitement Automatique des Langues PREMIERE ANNEE PARCOURS DISCIPLINAIRES option Traitement Automatique des Langues PREMIERE ANNEE SEMESTRE 1 JGUA200 : Initiation au Traitement Automatique des Langues (36h) resp. I. Thomas - Traitement Automatique des

Plus en détail

La liaison dans le corpus IPFC-italien (Rome)

La liaison dans le corpus IPFC-italien (Rome) La liaison dans le corpus IPFC-italien (Rome) Giulia BARRECA Université Paris Ouest Nanterre-Università Cattolica di Milano Oreste FLOQUET Sapienza, Università di Roma Plan Nouveau point d enquête IPFC

Plus en détail

Le cadre transcendantal de l analyse journalistique

Le cadre transcendantal de l analyse journalistique Les Cahiers du journalisme n o 7 Juin 2000 Le cadre transcendantal de l analyse journalistique Gilles Gauthier Professeur Département d Information et de Communication Université Laval à Québec «Journaliste

Plus en détail

ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE

ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE ECRIRE A L ECOLE MATERNELLE Bibliographie : Lire Ecrire Produire des textes Tome 2 A. M. CHARTIER B.CLESSE J. HEBRARD HATIER Pédagogie Ch. BOMPARD IEN 1 LA DICTEE A L ADULTE Compétences visées : Familiarisation

Plus en détail

Document d aide au suivi scolaire

Document d aide au suivi scolaire Document d aide au suivi scolaire Ecoles Famille Le lien Enfant D une école à l autre «Enfants du voyage et de familles non sédentaires» Nom :... Prénom(s) :... Date de naissance :... Ce document garde

Plus en détail

L apprentissage des langues à l école. Mme TARDIEU. I. L apprentissage des langues à l école

L apprentissage des langues à l école. Mme TARDIEU. I. L apprentissage des langues à l école L apprentissage des langues à l école Mme TARDIEU I. L apprentissage des langues à l école «Quelques vérités indiscutables» voir étude longitudinale d e la DEPP en fin de 3 ème. Ø 2004 Amélioration significative

Plus en détail

LES PHASES DU DEVELOPPEMENT DU LANGAGE ORAL CHEZ L ENFANT

LES PHASES DU DEVELOPPEMENT DU LANGAGE ORAL CHEZ L ENFANT LES PHASES DU DEVELOPPEMENT DU LANGAGE ORAL CHEZ L ENFANT L étude du langage a beaucoup évolué ; nous sommes passés du répertoire de mots (par la description du répertoire de mots compris et produits par

Plus en détail

OUTIL DE GUIDANCE DE L'ETUDIANT TEMPS EXPLORATOIRE DU TFE

OUTIL DE GUIDANCE DE L'ETUDIANT TEMPS EXPLORATOIRE DU TFE 1 NOM DE L'ETUDIANT : OUTIL DE GUIDANCE DE L'ETUDIANT TEMPS EXPLORATOIRE DU TFE 1 2 Guide questionnement pour 1- Choix de la situation d'ancrage Situation vécue par l'esi, en lien avec la pratique infirmière

Plus en détail

Compréhension de la langue

Compréhension de la langue Compréhension de la langue Les petits guides Démarche Compréhension de la langue (CP) permet aux élèves de s interroger sur le sens d un texte, en développant l écoute, la prise de parole et la justification.

Plus en détail

La traduction anglais-français. Table des matières

La traduction anglais-français. Table des matières Table des matières Préface... 7 Avant-PROPOS... 9 247 Liste des signes, abréviations et conventions utilisés... 11 Partie I Cours et exercices Chapitre 1 Recatégorisation et chassé- CROISé... 15 1. Recatégorisation...

Plus en détail

Portail Vocal d Entreprise

Portail Vocal d Entreprise Portail Vocal d Entreprise Responsable et intégration IBM Communication Langagière et Interaction Personne-Système CNRS - INPG - UJF BP 53-38041 Grenoble Cedex 9 - France Conception, maquette Évaluation

Plus en détail

28/05/2015. Être informé(e) des différentes avenues afin de faire des choix éclairés. Donner un aperçu des étapes générales de l analyse qualitative

28/05/2015. Être informé(e) des différentes avenues afin de faire des choix éclairés. Donner un aperçu des étapes générales de l analyse qualitative 29 mai 2015 Colette Baribeau, professeure titulaire associée et présidente de l ARQ et Louise Giroux, professionnelle de recherche et administratrice à l ARQ 1 Accueil et présentation; objectifs de l activité

Plus en détail

Mise en œuvre pédagogique du nouveau programme d'enseignement des langues vivantes dans la voie professionnelle

Mise en œuvre pédagogique du nouveau programme d'enseignement des langues vivantes dans la voie professionnelle Formation continue des enseignants Publications Mise en œuvre pédagogique du nouveau programme d'enseignement des langues vivantes dans la voie professionnelle - Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Développer la maîtrise du langage à l école maternelle

Développer la maîtrise du langage à l école maternelle Développer la maîtrise du langage à l école maternelle Agnès FLORIN Université de Nantes, Centre de Recherche en Education de Nantes (CREN EA2661) DDEC 56, 3 octobre 2012 Introduction Le langage ne commence

Plus en détail

Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2010 Hors-thèmes ENSEIGNER AVEC TV5

Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2010 Hors-thèmes ENSEIGNER AVEC TV5 Hors-thèmes ENSEIGNER AVEC TV5 PELISSERO Christian Institut franco-japonais de Tokyo, formateur labellisé TV5 cpelissero@institut.jp D'abord, je voudrais remercier tous les participants à cet atelier.

Plus en détail

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions ISO 26000 Kezako che cosa è C est quoi donc Qué es Was ist das Hablas ISO 26 000 Do you speak ISO 26000 26000 L ISO en 10 questions 7 Bonnes questions centrales Environnement pratiques des affaires SOMMAIRE

Plus en détail

Catalogue de formations transversales pour cadres

Catalogue de formations transversales pour cadres Cabinet de Conseil et de formation Agréé par le ministère de la formation et de l enseignement professionnel Catalogue de formations transversales pour cadres 42, Rue MAX MARCHAND GAMBETTA. Oran - Algérie

Plus en détail

Formation et recherche dans le domaine du traitement automatique des langues en contexte universitaire

Formation et recherche dans le domaine du traitement automatique des langues en contexte universitaire Formation et recherche dans le domaine du traitement automatique des langues en contexte universitaire Dans cette intervention, nous nous pencherons sur le rôle spécifique que jouent ou que peuvent jouer

Plus en détail

Présentation de la plateforme d analyse linguistique médiévale

Présentation de la plateforme d analyse linguistique médiévale Présentation de la plateforme d analyse linguistique médiévale 1. Introduction Tout au long de ce document, notre projet sera présenté à travers la méthodologie suivie pour développer la plateforme d analyse

Plus en détail

SEQUENCE A PARTIR DE L ALBUM : C EST ENCORE LA FAUTE DU LOUP!

SEQUENCE A PARTIR DE L ALBUM : C EST ENCORE LA FAUTE DU LOUP! SEQ A PARTIR DE L ALBUM : C EST ENCORE LA FAUTE DU LOUP! Niveaux : Grande Section Domaine : S approprier le langage / Découvrir l écrit Périodes 2 ou 3 BO n 3 du 19 juin 2008 : «Ils [les élèves] acquièrent

Plus en détail

Un exemple de démarche EFMC pour le travail sur les codes

Un exemple de démarche EFMC pour le travail sur les codes Un exemple de démarche EFMC pour le travail sur les codes Etape 0: repérage des difficultés dans les productions des élèves pour atteindre la norme scolaire en français Évaluation diagnostique (test de

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

Linguistique française : syntaxe

Linguistique française : syntaxe Linguistique française : syntaxe 54LG2113 Syntagmes et structure syntagmatique Marie Candito la Phrase! comment caractériser ce qu est une phrase?! rejet des critères graphiques! «séquence commençant par

Plus en détail

TD Acquisition du langage. 1. Bruner 2. Prosodie

TD Acquisition du langage. 1. Bruner 2. Prosodie TD Acquisition du langage 1. Bruner 2. Prosodie J. Bruner (1/5) Le langage s apprend en grande partie dans l interaction sociale Pb essentiel à résoudre pour l enfant = apprendre à produire un énoncé adapté

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

éduscol Partie III - L écrit - Texte de cadrage Ressources maternelle Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions Retrouvez eduscol sur :

éduscol Partie III - L écrit - Texte de cadrage Ressources maternelle Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions Retrouvez eduscol sur : éduscol Ressources maternelle Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions Retrouvez eduscol sur : Septembre 2015 Table des matières Introduction 4 1. Se familiariser avec l écrit et ses fonctions

Plus en détail

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE?

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? Le problème C est le problème 2 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? «Ne me dite pas que ce problème est difficile. S il n était pas difficile, ce ne serait pas un problème!» Ferdinand

Plus en détail

Traitement Automatique des Langues

Traitement Automatique des Langues Traitement Automatique des Langues Jean-Yves Antoine Université François Rabelais de Tours www.info.univ-tours.fr/~antoine J.Y. Antoine 1 Traitement Automatique des Langues INTRODUCTION : TECHNOLOGIES

Plus en détail

Grammaire : ce que ça demande à l'enseignant

Grammaire : ce que ça demande à l'enseignant Grammaire : ce que ça demande à l'enseignant Article paru dans le Café Pédagogique en mars 2009 Décortiquer la langue, oui, mais de quel point de vue? Dans sa thèse, Philippe Clauzard revient en profondeur

Plus en détail

processus PRÉLECTURE LECTURE lecture conseil scolaire de district catholique centre- sud

processus PRÉLECTURE LECTURE lecture conseil scolaire de district catholique centre- sud guide des processus lecture PRÉLECTURE mprendre lire pour l de la conseil scolaire de district catholique LECTURE centre- sud Ce guide contient des conseils et des renseignements pour t aider à produire

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

Langage et communication d enfants avec autisme

Langage et communication d enfants avec autisme Langage et communication d enfants avec autisme Estelle Petit Orthophoniste Troubles autistiques Triade autistique : Trouble des interactions sociales Trouble de la communication Intérêts restreints, stéréotypés

Plus en détail

UE11 Phonétique appliquée

UE11 Phonétique appliquée UE11 Phonétique appliquée Christelle DODANE Permanence : mercredi de 11h15 à 12h15, H211 Tel. : 04-67-14-26-37 Courriel : christelle.dodane@univ-montp3.fr Bibliographie succinte 1. GUIMBRETIERE E., Phonétique

Plus en détail

Les tâches complexes

Les tâches complexes Les tâches complexes 1) Définition 2) Eléments constitutifs des tâches complexes 3) Tâches complexes des évaluations nationales 2011 4) Tâches complexes différenciées 5) Tâches complexes et difficulté

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

PLAN CADRE DE COURS DE LA FORMATION SPÉCIFIQUE

PLAN CADRE DE COURS DE LA FORMATION SPÉCIFIQUE GUIDE DE RÉDACTION PLAN CADRE DE COURS DE LA FORMATION SPÉCIFIQUE Titre du cours : Numéro du cours : Pondération : Programme : Discipline : Préalables : Adopté le : par : Approuvé le : par : Approuvé le

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Le e-commerce

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Le e-commerce ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B1 Le e-commerce Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain, Christian

Plus en détail

> innovation. Action «Normalisation» descriptif

> innovation. Action «Normalisation» descriptif Action «Normalisation» descriptif > Pour répondre aux questionnements des entreprises, la CCI Paris Ile-de-France et AFNOR Normalisation proposent aux entreprises de réaliser un pré-diagnostic normalisation

Plus en détail

COMMENT ENSEIGNER LE FRANÇAIS PARLÉ : QUELQUES RÉSULTATS À PARTIR DU CORPUS LANCOM

COMMENT ENSEIGNER LE FRANÇAIS PARLÉ : QUELQUES RÉSULTATS À PARTIR DU CORPUS LANCOM COMMENT ENSEIGNER LE FRANÇAIS PARLÉ : QUELQUES RÉSULTATS À PARTIR DU CORPUS LANCOM Juliette DELAHAIE Université Paris Ouest Nanterre La Défense Laboratoire Modyco, UMR 7114 Présentation du corpus Le corpus

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire Français éduscol Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement dans le cadre

Plus en détail

Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le

Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le Partie I BI 2.0 Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le SI classique avec l intégration de la

Plus en détail

Laboratoire ICAR Lyon 2. Samira Ibnelkaïd. Doctorante SDL. Co-identification : entre identité virtuelle et identité réelle IDENTITÉ

Laboratoire ICAR Lyon 2. Samira Ibnelkaïd. Doctorante SDL. Co-identification : entre identité virtuelle et identité réelle IDENTITÉ Samira Ibnelkaïd Doctorante SDL Laboratoire ICAR Lyon 2 IDENTITÉ Co-identification : entre identité virtuelle et identité réelle Quelques définitions Proposition de corpus Analyses de données Résultats

Plus en détail

A. ACTIVITES COMMUNICATIVES RECEPTION

A. ACTIVITES COMMUNICATIVES RECEPTION A. ACTIVITES COMMUNICATIVES RECEPTION ORAL ECRIT AUDIO- VISUEL Compréhension générale de l oral Comprendre une interaction entre locuteurs natifs Comprendre en tant qu auditeur Comprendre des annonces

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Des indices sur la fiabilité des sorties ou comment un analyseur robuste pourrait s auto-évaluer.

Des indices sur la fiabilité des sorties ou comment un analyseur robuste pourrait s auto-évaluer. Des indices sur la fiabilité des sorties ou comment un analyseur robuste pourrait s auto-évaluer. Nuria Gala GETA-CLIPS-IMAG 385 av. de la Bibliothèque, BP 53 F-38041 Grenoble cedex 9, France nuria.gala@imag.fr

Plus en détail

URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION

URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION URCA UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES L1S2 - TECHNIQUES D EXPRESSION 2012/2013 PARTIE 1 : METHODOLOGIE DU RESUME Le résumé est la reformulation d un texte en un nombre de mots restreint, c est une épreuve

Plus en détail

L analyse de processus au service de la gestion des risques

L analyse de processus au service de la gestion des risques L analyse de processus au service de la gestion des risques 1. Pourquoi faire? 2. L analyse des processus : une notion clé Définition Typologie et cartographie Niveaux d approche 3. Une approche pour identifier

Plus en détail

LA COMMUNICATION ORALE L EXPOSÉ

LA COMMUNICATION ORALE L EXPOSÉ LA COMMUNICATION ORALE L EXPOSÉ 2 Programme d études document de mise en œuvre / introduction du domaine Communication orale l exposé LA CULTURE ET L IDENTITÉ 1.0 L ORIENTATION DU DOMAINE CULTURE ET IDENTITÉ

Plus en détail

Recueil, constitution, préparation et test d un corpus lexicométrique (CORDIAL, HYPERBASE, LEXICO, WEBLEX, ALCESTE) CORRIGE

Recueil, constitution, préparation et test d un corpus lexicométrique (CORDIAL, HYPERBASE, LEXICO, WEBLEX, ALCESTE) CORRIGE Recueil, constitution, préparation et test d un corpus lexicométrique (CORDIAL, HYPERBASE, LEXICO, WEBLEX, ALCESTE) CORRIGE 1. Récupérer dans la base TEXTOPOL les trois débats Bush-Kerry dans la version

Plus en détail

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème contenus DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème Prendre en compte niveau des élèves motivation des élèves besoins

Plus en détail

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007)

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) Ces tableaux reprennent les compétences des programmes 2007. Ils servent de référentiel commun à tous les enseignants du cycle

Plus en détail

Introduction à la recherche qualitative (I) Principes

Introduction à la recherche qualitative (I) Principes Introduction à la recherche qualitative (I) Principes Jacques CITTEE - DUERMG Module d aide à la préparation de la thèse Février 2013 La recherche qualitative Une recherche dont les problématiques et les

Plus en détail

SemWeb : Interrogation sémantique du web avec XQuery. Les membres du projet SemWeb

SemWeb : Interrogation sémantique du web avec XQuery. Les membres du projet SemWeb SemWeb : Interrogation sémantique du web avec XQuery Les membres du projet SemWeb Contexte et objectifs Le projet SemWeb s inscrit dans les efforts de recherche et de développement actuels pour construire

Plus en détail

Anglais, langue seconde

Anglais, langue seconde ÉCHELLES DES NIVEAUX DE COMPÉTENCE ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, 2 e CYCLE Anglais, langue seconde Troisième édition 3 e, 4 e et 5 e année du secondaire ÉCHELLES DES NIVEAUX DE COMPÉTENCE ENSEIGNEMENT SECONDAIRE,

Plus en détail

«La carte dialogique de l interaction» : un exemple d analyse séquentielle

«La carte dialogique de l interaction» : un exemple d analyse séquentielle Rodica Ailincai 1 «La carte dialogique de l interaction» : un exemple d analyse séquentielle 1. Contexte et questions de recherche Au travers de cette contribution, nous proposons un exemple d analyse

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

sous forme de compétences à atteindre en fonction des programmes de 2002 1 2 3 4 5

sous forme de compétences à atteindre en fonction des programmes de 2002 1 2 3 4 5 ACTIVITÉS PHONOLOGIQUES AU CYCLE 2 Progressions de la moyenne section au CP CYCLE 1 Moyenne section Identifier une syllabe dans un mot. Localiser une syllabe dans un mot bisyllabique. Transformer les mots

Plus en détail

Anastasia.Bezerianos@lri.fr. (plusieurs slides sont basés sur des slides de T. Tsandilas, W. Mackay, M. Beaudouin Lafon, D. Vogel et S.

Anastasia.Bezerianos@lri.fr. (plusieurs slides sont basés sur des slides de T. Tsandilas, W. Mackay, M. Beaudouin Lafon, D. Vogel et S. Cours 5: Conception des systèmes & Modèles conceptuels Anastasia.Bezerianos@lri.fr (plusieurs slides sont basés sur des slides de T. Tsandilas, W. Mackay, M. Beaudouin Lafon, D. Vogel et S. Greenberg)

Plus en détail

PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous

PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous POURQUOI? COMMENT? comparatif 2008/2015 PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous Explorer le monde du vivant, des objets et de la matière

Plus en détail

APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011

APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011 APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011 L enquête Relations professionnelles et négociations

Plus en détail

T. Bouguerra : Cours de méthodologie

T. Bouguerra : Cours de méthodologie E 53 SLL1 T. Bouguerra : Cours de méthodologie III. LES APPROCHES ACTIONNELLES 1. Le Modèle actionnel et le Cadre Européen Commun de Référence pour les langues Par approche actionnelle on entend essentiellement

Plus en détail