Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations"

Transcription

1 U Université dumaine Faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines Morphosyntaxe de l'interrogation en conversation spontanée : modélisation et évaluations Carole Lailler 1

2 L interrogation : une modalité interactive Contexte de travail Quels problèmes pour quels objectifs? Les observables Un effort de modélisation RITEL : un corpus de développement Un SMS pour la Science : un corpus de tests L apport de la dimension ontologique Évaluations du modèle Une description par morphotypes Un test d analyse «computationnelle» Une enquête auprès de locuteurs natifs Conclusion et perspectives 2

3 L interrogation : une modalité interactive Contexte de travail 3

4 Une thèse de linguistique en morphosyntaxe dans un laboratoire d informatique le LIUM équipe LST 5 ans au total : 2 ans non financés, puis 3 demi-ater 4

5 1 er Objectif 2 nd Objectif Décrire l interrogation dans la réalité de ses pratiques langagières Modéliser l interrogation pour offrir un étiquetage efficient des questions la machine : traite les signifiants cette thèse : encore du côté des signifiés, même si elle se fonde sur les signifiants 5

6 L interrogation : une modalité interactive Quels problèmes pour quels objectifs? 6

7 Un double paradigme questions directes/indirectes et questions totales/partielles hérité du latin qui aboutit à des groupes hétérogènes en français ne rend pas compte des usages tels qu en témoignent les corpus (OTG, SNCF ) Qu en est-il de l intention du questionneur? 7

8 La conversation spontanée Identifier une interaction en conversation spontanée Caractérisation objective : nombre de phonèmes, de disfluences, présence ou non de «bruits» Caractérisation subjective : le locuteur est le «1 er auditeur de ses propos» [Coursil, 2000] 8

9 L interrogation : une modalité interactive Les observables 9

10 Une question = un paradigme à triple entrée L objet du monde visé par la question identité ontologique = mot interrogatif La relation à l interlocuteur [Goffman, 1974] lien future réponse = morphotype utilisé La place accordée à l autre : interlocuteur «plein/restreint» place et intensité des outils choisis 10

11 Un effort de modélisation 2 e axe : pragmatique 3 e axe : ontologie 1 er axe : morphosyntaxe 11

12 Un effort de modélisation RITEL : un corpus de développement 12

13 Corpus issu d un SQR LIMSI, équipe TLP Au plus près du dialogue humain grâce à une gestion de l historique appropriée un phénomène de «cohortes interrogatives» Beaucoup de testeurs, pas de barrière technologique 3600 énoncés à classer pré-interrogatives et diversité ontologique Questions type «quiz» primauté des questions factuelles Quel type d interaction? 13

14 Émergence des questions Entités Nommées Ontologie concernée Type de questions Pourcentage Pourcentage/ontologie Questions de phatique 0 10,66 l interlocution de réactivation 6,01 impérative 4,65 Questions factuelles quantificatrice 8,83 19,90 locative 3,4 temporelle 7,67 Questions Entités EN personne 13,54 34,99 Nommées EN lieu 13,48 EN objet 7,21 EN événement 0,44 EN numex 0,32 Questions causales Pourquoi (amont) 0,15 1,95 de cours 1,25 Comment (amont) 0,23 procédurale 0,32 Hors ontologie Fin d énoncé 2,99 32,5 Pas de modalité interrogative 14,32 Pré-interrogative 15,19 14

15 Émergence des questions Entités Nommées Différencier les questions factuelles des questions Entités Nommées des outils distincts : circonstants vs actants du verbe [Tesnière, 1959] une heuristique efficace : proche du nom propre, notion de «référent unique» 15

16 Un effort de modélisation Un SMS pour la Science : un corpus de tests 16

17 Corpus SMS Vaste campagne scientifique [Fairon, 2006] «Faites don de vos SMS à la science» un projet de grande envergure 2500 énoncés retenus des interrogations en cascade, de tout type Vers une nouvelle forme de langage pas d oral mais du spontané Des interactions elliptiques mais toujours tournées vers l interlocuteur primauté de la fonction phatique 17

18 Vers une nouvelle typologie de l interrogation Ontologie concernée Type de questions Pourcentage Pourcentage/ontologie Questions de phatique 9,58 65,44 l interlocution de réactivation 6,68 impérative 49,18 Questions factuelles quantificatrice 0,22 7,22 locative 2,90 temporelle 4,10 Questions Entités EN personne 0,88 7,23 Nommées EN lieu 0 EN objet 3,50 EN événement 2,63 EN numex 0,22 Questions causales Pourquoi (amont) 2,03 5,32 de cours 1,26 Comment (amont) 1,10 procédurale 0,93 Hors ontologie Fin d énoncé 0 14,79 Pas de modalité interrogative 14,79 Pré-interrogative 0 18

19 Vers une nouvelle typologie de l interrogation des corpus «constratifs» RITEL : un SQR Primauté des questions factuelles et en EN de type périphrastique ménager l «interlocuteur restreint» SMS : un support téléphonique Primauté des questions de l interlocution et des questions de type tonique privilégier la fonction phatique 19

20 Un effort de modélisation L apport de la dimension ontologique 20

21 Le processus à l œuvre dans une question Lien Question/Réponse [Damourette & Pichon, 1911] un interlocuteur libre de sa réponse mais invité à respecter un cadre Un effort de modélisation pour isoler des structures morphosyntaxiques idoines Une nouvelle typologie fonction de l ontologie mais aussi de l interaction créée un vide argumental saturé, structure morphosyntaxique déployée 21

22 «Cartographier» un échange spontané Très peu de questions au sein d une interaction distinguer les «vraies» des «fausses» questions Un seul morphotype réellement interrogatif la locution est-ce que [Obenauer, 1976] User de l interrogation pour interagir avec son interlocuteur les questions toniques vs les questions périphrastiques 22

23 Évaluation du modèle Une description par morphotypes 23

24 Construire des modèles : une vision schématique et structurée du monde et de ses réalités Interrogation adverbiale Interrogation déterminative Mot interrogatif simple Locution interrogative Substantive Nominale Prototypique Combien d euros Combien coûte X? Quel prix coûte X? coûte X? Que coûte X? Tonique X coûte combien? X coûte combien d euros? X coûte quel prix? X coûte quoi? Renforcée Combien est-ce que coûte X? Combien d euros estce que coûte X? Quel prix est-ce que coûte X? Qu est-ce que coûte X? Périphrastique Je voudrais savoir combien coûte X? Je voudrais savoir combien d coûte X? Je voudrais savoir quel prix coûte X? Je voudrais savoir que coûte X? 24

25 Un faisceau d indices à relever et étiqueter PROTOTYPIQUE Construire un monde virtuel Où va Paul? Adverbiale À quel endroit va Paul? Déterminative Indice faible Segment le plus court et atone TONIQUE Rapport à l autre Paul va où? Adverbiale Paul va à quel endroit? Déterminative Indice discriminant Segment le plus court mais tonique 25

26 Évaluation du modèle Un test d analyse «computationnelle» 26

27 Un stage ingénieur : vérifier la robustesse des modèles Pallier le lourd travail de classement d un modérateur Ex. : FAQ d un site web travailler en «domaine fermé» et selon l axe ontologique Un travail préparatoire de longue haleine constitution d un réservoir de possibles pour la BDD Un classement morphosyntaxique et quelques heuristiques tous les énoncés classés selon un pattern syntaxique 27

28 Après étiquetage, trois cas de figure Énoncé avec traitement ontologique l outil interrogatif dit l objet visé et le domaine ontologique concerné Énoncé en attente de traitement ontologique l outil interrogatif est déterminatif quel et ses composés Rejet de l énoncé concerne surtout les questions dites «de l interlocution» message invitant à la reformulation 28

29 Évaluation du modèle Une enquête auprès de locuteurs natifs 29

30 Tester la réalité des usages de la modalité interrogative Vérifier l adéquation des modèles à l usage en appeler à la compétence des locuteurs Tester quelques énoncés «délicats» à l intersection de deux catégories et/ou «fausse question» mélanger énoncés délicats et «faciles» Tester le «consensus culturel» autour des regroupements ontologiques proposer un tableau simplifié avec exemples 30

31 Une enquête auprès de locuteurs natifs Expliquer les causes Expliquer le fonctionnement Expliquer les circonstances Expliquer la marche à suivre D1 D2 D3 D4 Pourquoi les flamants roses sont-ils roses!? À quoi sert la couche d ozone!? Comment James Dean est-il mort!? Comment s écrit le mot «!cauchemar!»!? + À cause de leur alimentation. - C est comme ça, c est tout!! + À protéger la Terre. - À rien. + Au volant de sa voiture. - Tragiquement + c.a.u.c.h.e.m.a.r. - sans «!d!» final. Difficulté liée à la langue spontanée : importance du contexte énonciatif et stabilité ontologique, beaucoup de «fausses questions» 31

32 Conclusion et perspectives 32

33 Un travail guidé par un souci de description morphosyntaxique Abandonner les oppositions paradigmatiques traditionnelles variation dans l usage : ex. de la versation vs la question tonique Un pendant morphosyntaxique aux Actes de Langage [Searle, 1969] partition «vraies» et «fausses» questions Une vision modélisée de l interrogation : une typologie opératoire pas d application TAL mais une modélisation efficiente 33

34 Une méthodologie fondée sur les données attestées Décrire l interrogation selon ses points saillants aboutir à une modélisation Confronter cette modélisation aux données attestées un corpus de développement : RITEL Amender la modélisation : la dimension ontologique un corpus de test : «Un SMS pour la science» Amender la modélisation : 2 catégories de questions Évaluations 34

35 Des domaines à explorer Les autres langues Indo-Européennes pas de locuteur natif à disposition ni de corpus normalisé Les aspects intonatifs et phonologiques [Morel, 1998] [Marandin, 2002] problème de temps et gestion des corpus à disposition Les conditions d une réponse effective : morphotypes (informatifs/interactifs) application en TAL et corpus à construire 35

Morphosyntaxe de l'interrogation pour le système de question-réponse RITEL Anne Garcia-Fernandez (1), Carole Lailler (2)

Morphosyntaxe de l'interrogation pour le système de question-réponse RITEL Anne Garcia-Fernandez (1), Carole Lailler (2) Recital 2008, Avignon, 9-13 juin 2008 Morphosyntaxe de l'interrogation pour le système de question-réponse RITEL Anne Garcia-Fernandez (1), Carole Lailler (2) (1) LIMSI-CNRS Université Paris Sud, BP 133-91403

Plus en détail

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE?

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? PROGRAMMER LES APPRENTISSAGES Programmation # Progression Progression: division du savoir en petites unités réparties dans le temps: aller du simple au complexe.

Plus en détail

Master «Formation d enseignants pour le supérieur»

Master «Formation d enseignants pour le supérieur» Spécialité «DASP» (didactique de l anglais spécialisé) Site de formation : Cachan Etablissements co-habilités : - Responsables de la formation : Anthony SABER Maître de Conférence ENS Cachan Equipe pédagogique

Plus en détail

De la modélisation linguistique aux applications logicielles: le rôle des Entités Nommées en Traitement Automatique des Langues

De la modélisation linguistique aux applications logicielles: le rôle des Entités Nommées en Traitement Automatique des Langues De la modélisation linguistique aux applications logicielles: le rôle des Entités Nommées en Traitement Automatique des Langues Maud Ehrmann Joint Research Centre Ispra, Italie. Guillaume Jacquet Xerox

Plus en détail

Thèmes et situations : Renseignements et orientation. Fiche pédagogique

Thèmes et situations : Renseignements et orientation. Fiche pédagogique Ressources pour les enseignants et les formateurs en français des affaires Activité pour la classe : CFP Crédit : Joelle Bonenfant, Jean Lacroix Thèmes et situations : Renseignements et orientation Objectifs

Plus en détail

Moyens d intervention en fonction des objectifs

Moyens d intervention en fonction des objectifs Commission Scolaire des Samares DVE Plan d intervention Moyens d intervention en fonction des objectifs DOMAINE LANGAGIER L élève améliorera ses habiletés en conscience phonologique. L'élève développera

Plus en détail

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE 1 Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au lycée Pierre LAGOURGUE ENSEIGNEMENTS OBLIGATOIRES

Plus en détail

MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P)

MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P) MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme := Master Domaine : Arts, Lettres, Langues Mention : LITTERATURE, PHILOLOGIE, LINGUISTIQUE Spécialité : LANGUE ET INFORMATIQUE

Plus en détail

chapitre 1 Décrire la langue

chapitre 1 Décrire la langue chapitre 1 Décrire la langue 1 Du langage à la langue Quelques dé nitions préalables Le langage est cette faculté, que l homme est seul à posséder, de s exprimer par la parole et par l écriture. Elle lui

Plus en détail

Nouvelles de l AS fouille d images. Émergence de caractéristiques sémantiques

Nouvelles de l AS fouille d images. Émergence de caractéristiques sémantiques Nouvelles de l AS fouille d images Émergence de caractéristiques sémantiques Patrick GROS Projet TEXMEX IRISA - UMR 6074, CNRS, université de Rennes 1, INSA Rennes, INRIA L AS fouille d images Qu est-ce

Plus en détail

La liaison dans le corpus IPFC-italien (Rome)

La liaison dans le corpus IPFC-italien (Rome) La liaison dans le corpus IPFC-italien (Rome) Giulia BARRECA Université Paris Ouest Nanterre-Università Cattolica di Milano Oreste FLOQUET Sapienza, Università di Roma Plan Nouveau point d enquête IPFC

Plus en détail

Assises universitaires de français Moscou, 6 au 8 novembre 13 Université d Etat de la Région de Moscou. Introduction

Assises universitaires de français Moscou, 6 au 8 novembre 13 Université d Etat de la Région de Moscou. Introduction Assises universitaires de français Moscou, 6 au 8 novembre 13 Université d Etat de la Région de Moscou Atelier : Concevoir un programme de préparation à l'insertion universitaire, Alain Koenig, directeur

Plus en détail

Cours de langue vivante : objectifs linguistiques

Cours de langue vivante : objectifs linguistiques I.E.P. TOULOUSE Cours de langue vivante : objectifs linguistiques ANGLAIS 1A, 2A, 4A & 5A E. DI PAOLANTONIO 01/11/2015 Cadre européen commun de référence pour les langues - grille d'autoévaluation - «Le

Plus en détail

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot JOURNEES IPFC Paris, 5 et 6 décembre 2011 Pour travailler sur l acquisition de la dimension orale

Plus en détail

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux Frédéric Marcoul Responsable R&D de Spotter fmarcoul@spotter.com Ana Athayde Président Directeur Général de Spotter aathayde@spotter.com RÉSUMÉ

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Séminaire de formation Démarches FOS et FOU pour un apprentissage ciblé du français. Caroline Mraz

Séminaire de formation Démarches FOS et FOU pour un apprentissage ciblé du français. Caroline Mraz Séminaire de formation Démarches FOS et FOU pour un apprentissage ciblé du français Caroline Mraz Qu est-ce que le FOU? Le concept de Français sur objectif universitaire (FOU) a émergé en tant que nouvelle

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Activité langagière en situation de RÉCEPTION (1) la mise en œuvre et à l'adaptation de

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

A2 Certaines informations ont été comprises mais le relevé est incomplet, conduisant à une compréhension encore lacunaire ou partielle.

A2 Certaines informations ont été comprises mais le relevé est incomplet, conduisant à une compréhension encore lacunaire ou partielle. Annexe Fiche d évaluation et de notation pour la compréhension de l oral (LV1) Situer la prestation du candidat à l un des cinq degrés de réussite et attribuer à cette prestation le nombre de points indiqué

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Conduite de projets et architecture logicielle

Conduite de projets et architecture logicielle s et architecture logicielle ABCHIR Mohammed-Amine Université Paris 8 15 février 2011 1/36 ABCHIR Mohammed-Amine (Université Paris 8) Conduite de projets et architecture logicielle 15 février 2011 1 /

Plus en détail

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS «Validation méthodologique de l élaboration de scores composites de performance hospitalière» 1.

Plus en détail

Catalogue de formations transversales pour cadres

Catalogue de formations transversales pour cadres Cabinet de Conseil et de formation Agréé par le ministère de la formation et de l enseignement professionnel Catalogue de formations transversales pour cadres 42, Rue MAX MARCHAND GAMBETTA. Oran - Algérie

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Master domaine Sciences humaines et sociales, mention Sciences Du Langage, spécialité Didactique des langues et des cultures

Plus en détail

Comprendre, parler et écrire

Comprendre, parler et écrire Comprendre, parler et écrire Source : le Français dans le monde n 351 Comment lire le CECR? Pour naviguer dans les niveaux du CECR et pour vous aider à vous les représenter : Les termes clés A1 A2 B1 B2

Plus en détail

Annotation d un corpus de dialogue et systèmes de question-réponse interactionnels

Annotation d un corpus de dialogue et systèmes de question-réponse interactionnels d un corpus de dialogue et systèmes de question-réponse interactionnels García-Fernandez Anne annegf@limsi.fr M2R Informatique - Université Paris Sud Responsable de stage : Anne Vilnat LIMSI-CNRS nne García-Fernandez

Plus en détail

Langue vivante 1 pour tous : l anglais. en Seconde. en Première. en Terminale

Langue vivante 1 pour tous : l anglais. en Seconde. en Première. en Terminale LYCEE JEAN MONNET 70, Avenue du Général de Gaulle 33290 BLANQUEFORT 05.56.6.35.56 ce.0332745e@ac-bordeaux.fr POUR LA RENTREE 2010 Langue vivante 1 pour tous : l anglais Les niveaux en Seconde en Première

Plus en détail

Le cadre transcendantal de l analyse journalistique

Le cadre transcendantal de l analyse journalistique Les Cahiers du journalisme n o 7 Juin 2000 Le cadre transcendantal de l analyse journalistique Gilles Gauthier Professeur Département d Information et de Communication Université Laval à Québec «Journaliste

Plus en détail

Un exemple de transcription et annotation vidéo

Un exemple de transcription et annotation vidéo Un exemple de transcription et annotation vidéo Pourquoi utiliser la vidéo? Quelles possibilités offre le codage vidéo? Comment peut-on réaliser ces codages? Quels outils existent et pour quels usages?

Plus en détail

Introduction au TALN et à l ingénierie linguistique. Isabelle Tellier ILPGA

Introduction au TALN et à l ingénierie linguistique. Isabelle Tellier ILPGA Introduction au TALN et à l ingénierie linguistique Isabelle Tellier ILPGA Plan de l exposé 1. Quelques notions de sciences du langage 2. Applications et enjeux du TAL/ingénierie linguistique 3. Les deux

Plus en détail

APPELS D OFFRE: COMMENT BIEN DÉFINIR VOS BESOINS EN AMONT

APPELS D OFFRE: COMMENT BIEN DÉFINIR VOS BESOINS EN AMONT APPELS D OFFRE: COMMENT BIEN DÉFINIR VOS BESOINS EN AMONT POUR NE PAS LE REGRETTER ENSUITE? POUR UNE MISE EN PLACE SEREINE MICHAEL MONCHALIN INGÉNIEUR COMMERCIAL EUDONET JENNIFER STEPHENSON RESPONSABLE

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

UTILISATION DES ALBUMS ECHOS à la MATERNELLE VILLELE

UTILISATION DES ALBUMS ECHOS à la MATERNELLE VILLELE UTILISATION DES ALBUMS ECHOS à la MATERNELLE VILLELE Madame GOZZOLI - Petite Section de la maternelle Villèle (Saint Paul 2) L AUTEUR et la DEMARCHE Philippe BOISSEAU Philippe Boisseau, instituteur puis

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

PLAN CADRE DE COURS DE LA FORMATION SPÉCIFIQUE

PLAN CADRE DE COURS DE LA FORMATION SPÉCIFIQUE GUIDE DE RÉDACTION PLAN CADRE DE COURS DE LA FORMATION SPÉCIFIQUE Titre du cours : Numéro du cours : Pondération : Programme : Discipline : Préalables : Adopté le : par : Approuvé le : par : Approuvé le

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Titre Domaine De l ingénierie des besoins à l ingénierie des exigences

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Le e-commerce

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Le e-commerce ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B1 Le e-commerce Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain, Christian

Plus en détail

Éducatives Familiales

Éducatives Familiales Éducatives Familiales FICHE 6 : UN EXEMPLE, LE JEU DU MEMORY Type de jeu / description Jeu de mémoire (discrimination visuelle) 2 à 4 joueurs Choisir une thématique (Memory de la forêt, des animaux, de

Plus en détail

LE LANGAGE AU CŒUR DES APPRENTISSAGES

LE LANGAGE AU CŒUR DES APPRENTISSAGES LE LANGAGE AU CŒUR DES APPRENTISSAGES COMPETENCES DE COMMUNICATION répondre aux sollicitations de l adulte en se faisant comprendre dès la fin de la première année de scolarité (3 à 4 ans) prendre l initiative

Plus en détail

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale

Plus en détail

Anglais général et professionnel

Anglais général et professionnel Anglais général et professionnel spécial commerçants et artisans Niveau débutant DURÉE : selon la formation choisie, les besoins, objectifs et niveau en anglais du/des stagiaire(s). PUBLIC PRÉ-REQUIS Toutes

Plus en détail

4 ème Année Moyenne. Programmes de la 4 ème année moyenne

4 ème Année Moyenne. Programmes de la 4 ème année moyenne 4 ème Année Moyenne 27 SOMMAIRE 1- Rappel des finalités et des objectifs de l enseignement de la discipline au collège. 2- Objectifs de l enseignement du français en 4 ème AM. 2.1- Profil d entrée. 2.2-

Plus en détail

Stage FLE Tchernivtsi 29 juin 3 juillet

Stage FLE Tchernivtsi 29 juin 3 juillet Stage FLE Tchernivtsi 29 juin 3 juillet Atelier 3 Élaborer une fiche pédagogique Jehanne EL MRABET Plan Introduction 1. Déterminer les objectifs pédagogiques à partir du document 2. Structurer l unité

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Animation pédagogique Enseigner l oral au CP et au CE1 Ecole Robert-Desnos PARTIE 1

Animation pédagogique Enseigner l oral au CP et au CE1 Ecole Robert-Desnos PARTIE 1 Animation pédagogique Enseigner l oral au CP et au CE1 Ecole Robert-Desnos PARTIE 1 Laurent Peter, IEN - Isabelle Michel, CPAIEN Zone Maghreb -Est Machreck 9 octobre et 27 novembre 2013 Plan de l intervention

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Recherches linguistiques et applications informatiques ReLAI

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Recherches linguistiques et applications informatiques ReLAI www.u-bordeaux3.fr Master recherche Recherches linguistiques et applications informatiques ReLAI Introduction sur la formation Le master ReLAI propose une formation de haut niveau couvrant tous les domaines

Plus en détail

L apprentissage des langues à l école. Mme TARDIEU. I. L apprentissage des langues à l école

L apprentissage des langues à l école. Mme TARDIEU. I. L apprentissage des langues à l école L apprentissage des langues à l école Mme TARDIEU I. L apprentissage des langues à l école «Quelques vérités indiscutables» voir étude longitudinale d e la DEPP en fin de 3 ème. Ø 2004 Amélioration significative

Plus en détail

Carnet de bord Apprentissage linguistique en tandem

Carnet de bord Apprentissage linguistique en tandem Carnet de bord Apprentissage linguistique en tandem Année universitaire 20..-20.. Quadrimestre 1 Quadrimestre 2 Nom :... Prénom :... N de matricule :... ULB VUB ISTI Année d étude : BA1 BA2 BA3 MA1 MA2

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

Sphinx Institute. Conseil et expertise en collecte et analyse de données. Confiez-nous vos projets!

Sphinx Institute. Conseil et expertise en collecte et analyse de données. Confiez-nous vos projets! Sphinx Institute Conseil et expertise en collecte et analyse de données Confiez-nous vos projets! Sphinx Institute, un label pour vos études Sphinx Institute est un pôle de compétences qui vous conseille

Plus en détail

Portail Vocal d Entreprise

Portail Vocal d Entreprise Portail Vocal d Entreprise Responsable et intégration IBM Communication Langagière et Interaction Personne-Système CNRS - INPG - UJF BP 53-38041 Grenoble Cedex 9 - France Conception, maquette Évaluation

Plus en détail

Compréhension de la langue

Compréhension de la langue Compréhension de la langue Les petits guides Démarche Compréhension de la langue (CP) permet aux élèves de s interroger sur le sens d un texte, en développant l écoute, la prise de parole et la justification.

Plus en détail

Master IAD Module PS. IV. Reconnaissance de la parole. Gaël RICHARD Février 2008

Master IAD Module PS. IV. Reconnaissance de la parole. Gaël RICHARD Février 2008 Master IAD Module PS IV. Reconnaissance de la parole Gaël RICHARD Février 2008 1 Contenu Introduction aux technologies vocales Production et Perception de la parole Modélisation articulatoire Synthèse

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010 TABLEAU SYNOPTIQUE Court métrage Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 Madagascar, carnet de voyage Bastien Dubois Animation - 12 00 2009 Thèmes L adolescence, le sentiment amoureux,

Plus en détail

604-101-MQ Langue anglaise et communication. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités. Note préliminaire Objet de la discipline

604-101-MQ Langue anglaise et communication. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités. Note préliminaire Objet de la discipline Langue anglaise et communication Compétence 4SA1 Communiquer en anglais avec une certaine aisance. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités Objectif Énoncé de la compétence Standard

Plus en détail

Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2010 Hors-thèmes ENSEIGNER AVEC TV5

Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2010 Hors-thèmes ENSEIGNER AVEC TV5 Hors-thèmes ENSEIGNER AVEC TV5 PELISSERO Christian Institut franco-japonais de Tokyo, formateur labellisé TV5 cpelissero@institut.jp D'abord, je voudrais remercier tous les participants à cet atelier.

Plus en détail

Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale 1 ère

Plus en détail

OUTIL DE GUIDANCE DE L'ETUDIANT TEMPS EXPLORATOIRE DU TFE

OUTIL DE GUIDANCE DE L'ETUDIANT TEMPS EXPLORATOIRE DU TFE 1 NOM DE L'ETUDIANT : OUTIL DE GUIDANCE DE L'ETUDIANT TEMPS EXPLORATOIRE DU TFE 1 2 Guide questionnement pour 1- Choix de la situation d'ancrage Situation vécue par l'esi, en lien avec la pratique infirmière

Plus en détail

Bien orchestrer une campagne de courriel

Bien orchestrer une campagne de courriel Bien orchestrer une campagne de courriel Conférence Infopresse 10 octobre 2007 1260, rue Crescent Bureau 201 Montréal, Québec H3G 2A9 514.390.1260 www.zendata.ca Introduction À l heure où 80% des courriels

Plus en détail

Modélisation objet Le langage UML

Modélisation objet Le langage UML Modélisation objet Le langage UML Brahim HAMID La base de contrôle Robot Zone à explorer brahim.hamid@irit.fr brahim.hamid@univ-tlse2.fr http://mass-cara.univ-tlse2.fr/~brahimou/ens/uml 1 Les méthodes

Plus en détail

IFT2255 : Génie logiciel

IFT2255 : Génie logiciel IFT2255 : Génie logiciel Chapitre 6 - Analyse orientée objets Section 1. Introduction à UML Julie Vachon et Houari Sahraoui 6.1. Introduction à UML 1. Vers une approche orientée objet 2. Introduction ti

Plus en détail

Lycée français de San Salvador ECHANGER-S EXPRIMER

Lycée français de San Salvador ECHANGER-S EXPRIMER Lycée français de San Salvador ECHANGER-S EXPRIMER Compétences devant être acquise en Objectifs et compétences P1 P3 P5 1. prendre l initiative de poser des questions ou d exprimer son point de vue. Participer

Plus en détail

UE11 Phonétique appliquée

UE11 Phonétique appliquée UE11 Phonétique appliquée Christelle DODANE Permanence : mercredi de 11h15 à 12h15, H211 Tel. : 04-67-14-26-37 Courriel : christelle.dodane@univ-montp3.fr Bibliographie succinte 1. GUIMBRETIERE E., Phonétique

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème contenus DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème Prendre en compte niveau des élèves motivation des élèves besoins

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Evaluer la compétence en langue: C'estC'est quoi? C'est pourquoi? C'est comment? t quoi? C'est pourquoi? C'est?

Evaluer la compétence en langue: C'estC'est quoi? C'est pourquoi? C'est comment? t quoi? C'est pourquoi? C'est? Formation d enseignants Grenoble janvier 2011 Evaluer la compétence en langue: C'estC'est quoi? C'est pourquoi? C'est comment? t quoi? C'est pourquoi? C'est? Claire Bourguignon Maître de conférences HDR

Plus en détail

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Caroline Bogliotti caroline.bogliotti@u-paris10.fr Anne Lacheret anne@lacheret.com ; www.lacheret.com Maria Kihlstedt maria.kihlstedt@u-paris10.fr Objectifs du

Plus en détail

«La carte dialogique de l interaction» : un exemple d analyse séquentielle

«La carte dialogique de l interaction» : un exemple d analyse séquentielle Rodica Ailincai 1 «La carte dialogique de l interaction» : un exemple d analyse séquentielle 1. Contexte et questions de recherche Au travers de cette contribution, nous proposons un exemple d analyse

Plus en détail

SECTION 5 BANQUE DE PROJETS

SECTION 5 BANQUE DE PROJETS SECTION 5 BANQUE DE PROJETS INF 4018 BANQUE DE PROJETS - 1 - Banque de projets PROJET 2.1 : APPLICATION LOGICIELLE... 3 PROJET 2.2 : SITE WEB SÉMANTIQUE AVEC XML... 5 PROJET 2.3 : E-LEARNING ET FORMATION

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

L objet et la construction de son usage chez le bébé

L objet et la construction de son usage chez le bébé Exploration : Recherches en sciences de l'éducation 129 Une approche sémiotique du développement préverbal von Cintia Rodríguez, Christiane Moro 1. Auflage Rodríguez / Moro schnell und portofrei erhältlich

Plus en détail

TEXTES LIRE ECRIRE. Savoir repérer des effets : Réconter pour décrire ou pour émouvoir Raconter pour faire rêver Raconter pour faire peur

TEXTES LIRE ECRIRE. Savoir repérer des effets : Réconter pour décrire ou pour émouvoir Raconter pour faire rêver Raconter pour faire peur NOUVEAUX PROGRAMMES Objectifs de la classe de 6 e : tableaux récapitulatifs Lecture : Compétences et applications Textes issus de l héritage antique - La Bible - Homère, L Odyssée - Virgile, L Énéide -

Plus en détail

C ACHING WAYS. Programme PAI

C ACHING WAYS. Programme PAI ING WAYS C ACHING WAYS COACHING WAYS Programme PAI INTRODUCTION A LA FORMATION COACHING WAYS PAI : Les clés du Coaching Cette formation conduit à devenir coach, à un niveau théorique PCC (ICF). 23 jours

Plus en détail

Expression et communication en langue anglaise. Objectifs. Contenus

Expression et communication en langue anglaise. Objectifs. Contenus Expression et communication en langue anglaise Objectifs L'étude des langues vivantes étrangères contribue à la formation intellectuelle et à l'enrichissement culturel de l'individu. Pour l'étudiant de

Plus en détail

Marie-Claude L Homme Université de Montréal

Marie-Claude L Homme Université de Montréal Évaluation de logiciels d extraction de terminologie : examen de quelques critères Plan Marie-Claude L Homme Université de Montréal Unités recherchées et problèmes de base Catégories de critères Critères

Plus en détail

REPÉRER UN DÉCOR POUR LE CINÉMA ET LA TÉLÉVISION

REPÉRER UN DÉCOR POUR LE CINÉMA ET LA TÉLÉVISION Publié le 06/08/2015 Produit n 223250 Code interne : B INFORMATIONS PRATIQUES Du 02/11/2015 au 05/11/2015 Réf. Afdas : 1540059 Durée : 28h Lieu de formation : CENTRE IMAGE LORRAIN (Lorraine) Effectif :

Plus en détail

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1 sciences du langage 1 Comment l enfant acquiert la parole? sciences du langage 2 Partie I 1. Comment l enfant acquiert la parole? Partie II 2. A quel moment du processus d acquisition de la parole intervient

Plus en détail

Propositions de Sujets de recherche (mémoire) pour les étudiants en Master 2. Didactique des langues. Promotion 2012-2013

Propositions de Sujets de recherche (mémoire) pour les étudiants en Master 2. Didactique des langues. Promotion 2012-2013 Page 1 sur 5 Propositions de Sujets de recherche (mémoire) pour les étudiants en Master 2. Didactique des langues. Promotion 2012-2013 Options : Fle, didactique des langues-cultures. Enseignant Thème,

Plus en détail

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire Langue Française Redatto da Dott.ssa Annie Roncin Syllabus A1 Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire L étudiant peut : -comprendre et utiliser des expressions familières et quotidiennes

Plus en détail

Distinction des questions et des consignes

Distinction des questions et des consignes ET ŒIL DES CONSIGNES (OUTILS D EXPLORATION ET D INTÉGRATION DE LA LECTURE) 1 Questions et consignes Distinction des questions et des consignes Théorie Comment différencier les questions et les consignes

Plus en détail

TD1 Gestion de la relation clientèle

TD1 Gestion de la relation clientèle TD1 Gestion de la relation clientèle Prof. Christophe Sempels Plan des TD TD1 : le mailing et les outils alternatifs TD2 : l ACP et l analyse typologique méthodes d analyses utiles à la segmentation et

Plus en détail

ANNEXE IV - RÉGLEMENT D EXAMEN. U. 1 3 écrite 4 h CCF 3 situations d évaluatio n. 2h + 20 min* orale. 3 situations d évaluatio n

ANNEXE IV - RÉGLEMENT D EXAMEN. U. 1 3 écrite 4 h CCF 3 situations d évaluatio n. 2h + 20 min* orale. 3 situations d évaluatio n BTS Management des unités commerciales ANNEXE IV - RÉGLEMENT D EXAMEN Voie scolaire dans un établissement public ou privé sous contrat, CFA ou section d apprentissage habilité. Formation professionnelle

Plus en détail

Langage et communication d enfants avec autisme

Langage et communication d enfants avec autisme Langage et communication d enfants avec autisme Estelle Petit Orthophoniste Troubles autistiques Triade autistique : Trouble des interactions sociales Trouble de la communication Intérêts restreints, stéréotypés

Plus en détail

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM 2 À PROPOS De nos jours, il est essentiel pour les entreprises de définir une stratégie marketing précise et efficace.

Plus en détail

Typologie des programmes d apprentissage et des certifications

Typologie des programmes d apprentissage et des certifications QU EST - CE QUE LE CADRE EUROPÉEN COMMUN DE RÉFÉRENCE? - Il offre une base commune pour l élaboration de programmes de langues vivantes, de référentiels, d examens, de manuels - Il décrit ce que les apprenants

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

Qu est-ce que le TCF?

Qu est-ce que le TCF? Qu est-ce que le TCF? Le Test de Connaissance du Français (TCF ) est un test de niveau linguistique en français, conçu à la demande du ministère de l Éducation nationale, de l Enseignement supérieur et

Plus en détail

INGÉNIERIE DES CONNAISSANCES BCT (3b)

INGÉNIERIE DES CONNAISSANCES BCT (3b) 08.12.1999 INGÉNIERIE DES CONNAISSANCES BCT (3b) Nathalie Aussenac-Gilles (IRIT) Jean Charlet (DSI/AP-HP) Ingénierie des connaissances BCT (N. Aussenac-Gilles, J. Charlet) BCT-1 PLAN La notion de BCT :

Plus en détail

Conduite de projets SI. Les méthodes «Agiles» N QUAL/1995/3660e ORESYS

Conduite de projets SI. Les méthodes «Agiles» N QUAL/1995/3660e ORESYS Conduite de projets SI Les méthodes «Agiles» N QUAL/1995/3660e ORESYS Agilité : de quoi parle-t-on? Agilité de l entreprise Urbanisme Architectures SOA Agilité du SI ERP Plateformes applicatives agiles

Plus en détail

CQPI Technicien qualité

CQPI Technicien qualité CQPI Technicien qualité Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou à la mise

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

LA PRODUCTION ORALE SEPTIÈME ANNÉE

LA PRODUCTION ORALE SEPTIÈME ANNÉE LA PRODUCTION ORALE SEPTIÈME ANNÉE INTRODUCTION LA PRODUCTION ORALE L acquisition de la langue seconde s effectue à partir de situations de communication authentiques et signifiantes. Vivre le français

Plus en détail