COR-E : un modèle pour la simulation d agents affectifs fondé sur la théorie COR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COR-E : un modèle pour la simulation d agents affectifs fondé sur la théorie COR"

Transcription

1 COR-E : un modèle pour la simulation d agents affectifs fondé sur la théorie COR SABRINA CAMPANO DIRECTION: NICOLAS SABOURET ENCADREMENT : NICOLAS SABOURET, VINCENT CORRUBLE, ETIENNE DE SEVIN SOUTENANCE DE THÈSE - 06 JUIN 2013 Université Pierre et Marie Curie Laboratoire d Informatique de Paris 6

2 Contexte : le projet Terra Dynamica Objectifs principaux peupler une ville virtuelle avec des personnages (agents) exhibant des comportements crédibles agents, plusieurs niveaux de granularité (individu, groupe, foule) Systèmes Multi-Agents Objectif lié à cette thèse : Simuler des comportements affectifs crédibles Informatique Affective INTRODUCTION 2

3 Introduction Domaines de l Informatique Affective (Picard,1997) perception et reconnaissance des émotions expression des émotions (expressions faciales, posture, voix) modélisation des phénomènes affectifs (influence sur les décisions et le comportement) Domaine de cette thèse INTRODUCTION 3

4 Deux approches en psychologie des émotions exemple de William James, 1890 Première approche (intuitive) : vision de l ours émotion de peur fuite sensations Seconde approche : vision de l ours fuite sensations émotion de peur émotion : interprétation de nos comportements et de nos sensations INTRODUCTION 4

5 Deux façons de simuler des comportements affectifs 1) déclencher des comportements émotionnels grâce à la simulation de catégories d émotions (Elliott, 1992) vue «entité» 2) déclencher des comportements émotionnels sans utiliser de catégories d émotions (Pfeifer, 1994) vue «concept», modèles d émergence des émotions INTRODUCTION 5

6 Difficultés Modèles simulant des émotions (vue entité) association émotion comportement paramétrage (intensité, seuls) émotion 1 émotion 2 comportement 1 comportement 2 comportement 3 Modèles d émergence des émotions (vue concept) approche peu utilisée en Informatique Affective déficit sur les protocoles d évaluation application sur un domaine plus réduit (robotique) INTRODUCTION 6

7 Problématiques Objectifs simuler des personnages réalisant des comportements émotionnels crédibles simplifier le paramétrage approche émergente Contributions formalisation et mise en œuvre d une théorie psychologique définition et mise en œuvre d un protocole d évaluation adapté INTRODUCTION 7

8 Plan Première partie : Deuxième partie : Troisième partie : état de l art le modèle COR-E évaluation du modèle COR-E 8

9 Première partie : état de l art 9

10 Modèles informatiques des émotions : l approche entité Affective Reasoner (Elliott 1992, Ortony & al. 1988) Principe : variables d'évaluation catégorie émotionnelle activée catégorie émotionnelle activée + personnalité comportement Limitations : o choix des catégories o une catégorie plusieurs comportements, et vice versa o définition de l'intensité des émotions et des seuils ÉTAT DE L ART 10

11 Les émotions comme concepts Point de vue adopté par plusieurs auteurs majeurs en psychologie (Wundt, James, Russell, Frijda, Barrett) Arguments principaux : pas de cohérence sur le nombre de catégories d émotions existantes influence sur la cognition, le comportement non clairement défini différences subjectives dans la perception des émotions une émotion n est pas mesurable en tant qu entité (on peut mesurer la valence et l excitation) Débat entité/concept toujours d actualité : Lindquist & al., 2013 : «la guerre de cent ans des émotions» (The hundred-year emotion war) ÉTAT DE L ART 11

12 Modèles informatiques des émotions : l approche émergente R. Pfeifer, 1994 Motivation : trouver des solutions aux difficultés rencontrées par les modèles catégoriels Système : architecture motivationnelle simple (collecte d énergie, évitement d obstacle) pas de simulation d émotion Résultats espérés : reconnaissance d émotions chez le robot par un observateur humain. observateur humain : «ce robot est frustré» ÉTAT DE L ART 12

13 Modèles informatiques des émotions : l approche émergente Actuellement : utilisation orientée sur les robots, environnements restreints (Avila Garcia, Canamero 2004 ; Dorner et al., 2006 ; Rank et Petta, 2007) Apports et limitations des modèles d émergence des émotions encore incertains, en particulier pour la simulation de personnages virtuels ÉTAT DE L ART 13

14 La théorie de la Conservation des Ressources Objectif : comprendre et prédire le stress ressenti par un individu (Hobfoll, 1989) Elément de base : ressource types de ressources : matériel, psychologique, social culture occidentale 74 types (Hobfoll, 2001) exemples : moyen de transport, stabilité familiale, temps libre, sens de l humour, santé, image de soi Objectifs des individus : acquérir des ressources qu ils ne possèdent pas protéger les ressources acquises lorsqu elles sont menacées ÉTAT DE L ART 14

15 Apports de la théorie COR Psychologie : pouvoir prédictif, validation par plusieurs études Informatique : permet d utiliser une approche émergente des émotions règles générales simples tous les types de ressources sont traités de la même façon (voiture ou estime de soi) orienté sur le comportement, ce que nous recherchons pour le projet TD? Comment adapter cette théorie pour un modèle informatique? Obtient-on des comportements émotionnels jugés crédibles? Quelles sont les limitations d un tel modèle informatique? ÉTAT DE L ART 15

16 Deuxième partie : le modèle COR-E 16

17 Modèle Proposition : architecture fondée sur la théorie psychologique de la COnservation des Ressources (COR, Hobfoll1981) Principes du modèle COR-E protéger ses ressources acquérir de nouvelles ressources Un agent cherche à : Ressources de types variés : matérielles, psychologiques. LE MODÈLE COR-E 17

18 Modèle Caractéristiques de COR-E, COnservation of Resources Engine o chaque agent a des préférences individuelles sur des ressources o 2 types de comportements : protection et acquisition o préférences + état des ressources comportement choisi Architecture générale : Comportements d acquisition Ressources Désirées Ressources Acquises Ressources Menacées Comportements de protection LE MODÈLE COR-E 18

19 Modèle Environnement o Ensembles de ressources R = {r 1, r 2,, r n } o Ensembles d agents A = {a 1, a 2,, a m } Préférences Un agent i A a des préférences R i sur un ensemble de ressources R R Valeur d une ressource v(r, i) : valeur d une ressource r R du point de vue d un agent i A ressource la moins préférée préférence égale préf. stricte sans intermédiaire pas de préférence r R r, r i R r v r, i = 1 r R r, r i R r v r, i = v(r, i) r R r r tq. (r i R r r i R r ) v(r, i) = v r, i + 1 r R v r, i = 0 LE MODÈLE COR-E 19

20 Préférences, un exemple sous-ensemble de ressources : R R = r 1, r 2, r 3 préférences de i : r 1 i R r 2, r 3 i R r 1 valeur des ressources pour i v r 2, i = 1 v r 1, i = 2 v r 3, i = 2 r3 r1 R r2 instanciation possible pour les ressources r 1 : estime de soi de l agent i r 2 : veste r 3 : réputation de l agent i i LE MODÈLE COR-E 20

21 Modèle Comportements Ensemble de comportements : C = {c 1, c 2,, c n } Tout agent i A peut réaliser un comportement c C pour : o acquérir une ressource o protéger une ressource Comportement d acquisition Ressources Acquises RA i Ressources Menacée RM i Ressources Désirées RD i Comportement de protection LE MODÈLE COR-E 21

22 Modèle Effets d un comportement Réalisation d un comportement c Effets de c sur les ressources d un ensemble d agents A A Types d effets de c pour i A : R c + (i) et R c (i) : ressources acquises et perdues pour i R c o (i) et R c (i) : ressources protégées et menacées pour i Applications des effets de c pour i A : RA i = RA i R c + (i) RA i = RA i R c i RM i = RM i R c (i) acquisition perte menace LE MODÈLE COR-E 22

23 Calcul de la valeur d un comportement V(c, i) : valeur pour d un comportement c pour un agent i, calculé par : o effets du comportement c sur les ressources pour l ensemble des agents A o v r, i : valeur d une ressource pour i V(c, i) ressources gagnées ressources protégées ressources perdues V c, i = v r, i v r, i j A r R c + j r R c o j r R c j LE MODÈLE COR-E 23

24 Sélection 1 2 comportement de protection c 1 de valeur positive maximum? non comportement d acquisition c 2 de valeur positive maximum? non oui oui aucune sélection sélection de c 1 sélection de c 2 Principe 1 de la théorie COR : la perte de ressource est plus importante que le gain de ressource LE MODÈLE COR-E 24

25 Exemple : file d attente proteste achète un ticket Ensembles de ressources de chaque agent i : Ressources acquises (RA i ) 1 rang dans la file ressources de réputation ressources de santé Ressources désirées (RD i ) tout rang meilleur que celui acquis par i Ressources menacées(rm i ) aucune LE MODÈLE COR-E 25

26 Exemple : file d attente Comportements possibles et effets : Acquisition doubler(i, j) + i acquiert le rang possédé par j - i perd une ressource de réputation Protection protester (i, j) + i protège son rang - j perd une ressource de réputation ou de santé Indications textuelles menace de la réputation : «proteste», «proteste violemment» menace de la santé : «menace de frapper la personne» LE MODÈLE COR-E 26

27 Exemple : file d attente Vidéo du scénario simulé avec COR-E LE MODÈLE COR-E 27

28 Simulation des groupes Nouveaux concepts : groupe (ensemble d agents) comportement collectif acquisition protection Un agent entre dans un groupe pour réaliser un comportement collectif. exemple : manifester pour protéger un emploi comportement collectif ressource menacée Scénario de manifestation simulé avec COR-E LE MODÈLE COR-E 28

29 Troisième partie : évaluation de COR-E 29

30 Evaluation Objectif Général H1 : comportements simulés par COR-E jugés crédibles et émotionnels Apport des composantes de COR-E : o H2 comportements d'acquisition et de protection émotion o H3 préférences sur les ressources crédibilité o H4 utilisation d une ressource psychologique, la «réputation» crédibilité o Protocole 1. implémentation d'un scénario de simulation avec COR-E (file d attente) 2. production de vidéos de simulation avec ce scénario permettant de contrôler chaque hypothèse (11 vidéos au total) 3. questionnaire en ligne sur des vidéos produites EVALUATION DE COR-E 30

31 Evaluation Questionnaire sur Internet (liste de diffusion du RISC) 113 participants Q1. Les comportements des personnages sont-ils crédibles? pas du tout d'accord tout à fait d'accord / sans opinion; Q2. Ces comportements sont-ils liés à des émotions chez les personnages? oui / non / sans opinion; Q3. Si oui, lesquelles (par ordre de préférence)? 3 choix possibles : colère / peur / tristesse / joie / dégoût / surprise / fierté / honte / mépris / amour / haine / ennui / frustration / autres / aucune. Chaque participant évalue toutes les vidéos EVALUATION DE COR-E 31

32 Résultats H2 : comportements de protection et acquisition activés comportements COR-E jugés émotionnels Q2. Ces comportements sont-ils liés à des émotions chez les personnages? Légende : oui non test du Chi2 significatif 92,04% vidéo 2a A & P 7,96% 48,67% 51,33% vidéo 2b A & non P 81,42% vidéo 2c non A & non P 18,58% Conditions A : les agents peuvent doubler (Acquisition) P : les agents peuvent protester (Protection) EVALUATION DE COR-E 32

33 Résultats H3 : préférences bien configurées meilleure crédibilité Q1. Les comportements des personnages sont-ils crédibles? score de crédibilité Légende : a préf. nominales COR-E complet + config. ok COR-E : incomplet / config. non ok 3b préf.non nominales 3c préf. aléat. vidéo Conditions test t de Student significatif préf. nominales (supposées crédibles) : 3/4 : Santé i R Réputation i R Rang 1/4 : Santé i R Rang i R Réputation préf. non nominales : Santé i R Rang i R Réputation EVALUATION DE COR-E 33

34 Résultats H4 : ressource de réputation meilleure crédibilité Q1. Les comportements des personnages sont-ils crédibles? score de crédibilité Légende : COR-E complet + config. nominale COR-E : incomplet / config. non nominale 4a réput. 4b non réput. vidéo test t de Student significatif Conditions réput : ressources de réputation simulées non réput : ressources de réputation non simulées EVALUATION DE COR-E 34

35 Résultats H1a : comportements COR-E jugés crédibles Q1. Les comportements des personnages sont-ils crédibles? Légende : COR-E complet + config. nominale COR-E : incomplet / config. non nominale test t de Student significatif score de crédibilité a non A & non P test A & P test préférences test réputation 2b A & non P 2c A & P 3a préf. nomin. 3b préf. non nomin. 3c préf. aléat. 4a réput. 4b non réput. vidéo EVALUATION DE COR-E 35

36 Résultats H1b : comportements COR-E jugés émotionnels Q2. Ces comportements sont-ils liés à des émotions chez les personnages? Légende : COR-E complet + config. ok COR-E : incomplet / config. non ok test du Chi2 significatif pourcentage de réponses «oui» à Q2 (émotion) 100% 80% 60% 40% 20% 0% 2a non A & non P test A & P test préférences test réputation 2b A & non P 2c A & P 3a préf. nomin. 3b préf. non nomin. 3c préf. aléat. 4a réput. 4b non réput. vidéo EVALUATION DE COR-E 36

37 Résultats H1 : comportements COR-E jugés crédibles et émotionnels émotion crédibilité COR-E score de crédibilité a 2b 2c 3a 3b 3c 4a 4b 100,00% 80,00% 60,00% 40,00% 20,00% 0,00% pourcentage de réponses «oui» à Q2 (émotion) COR-E émotion + crédibilité EVALUATION DE COR-E 37

38 Scénario de «l oiseau» Evaluation comparative avec le modèle EMA (Marsella & Gratch 2009) Objectifs comparer les comportements produits par COR-E comparer le paramétrage des deux modèles Scénario de «l oiseau» simulé avec COR-E EVALUATION DE COR-E 38

39 Scénario de «l oiseau» Comportements simulés par le modèle COR-E réalistes salaire 1 ϵ RD sgt salaire 1 ϵ RD sgt sante sgt ϵ RM sgt salaire 1 ϵ RD sgt états des ressources mobilite ois ϵ RD ois jouer(sgt,salaire 1 ) valeur : 2 frapper(sgt,ois,sante sgt ) valeur : 2 aider(sgt,ois,mobilite ois ) valeur : 3 comportement réalisé p 1 p 12 p 14 pas de temps EVALUATION DE COR-E 39

40 Scénario de «l oiseau» Moins de variables utilisées dans le modèle COR-E EMA et COR-E EMA COR-E valence préférences attribution causale états contrôle probabilité qu un agent ait l intention de réaliser une action probabilité que l action soit réalisée par l agent émotions intensités seuils ressources EVALUATION DE COR-E 40

41 Conclusion et Perspectives 41

42 Conclusion Modèle informatique d émergence des émotions fondé sur la théorie COR Caractéristiques de l architecture : comportements de protection et d'acquisition préférences ressources variées (ex : réputation) Facilité de configuration préférences ordinales catégories d émotion non simulées pas de probabilités ou de seuils CONCLUSION ET PERSPECTIVES 42

43 Conclusion Définition d un protocole d évaluation pour le modèle COR-E généralisable pour les modèles d émergence des émotions Résultats de l évaluation positifs : o comportements jugés crédibles et émotionnels o validation des caractéristiques de COR-E CONCLUSION ET PERSPECTIVES 43

44 Intégration de COR-E à Terra Dynamica COR-E est le Module Affectif, utilisé pour les comportements réactifs (court terme) Environnement Agent Module Motivationnel Module Affectif Module Cognitif Module Coordination Modules de Haut niveau Module Décisionnel propositions de comportements Actions (navigation, animation) Modules de Bas niveau Architecture de l Intelligence Artificielle de Terra Dynamica (de Sevin & al, 2012) CONCLUSION ET PERSPECTIVES 44

45 Questions ouvertes Evaluation compréhension du terme «crédible» différente selon les participants Priorités des comportements priorité rigide entre la protection et l acquisition Limitation : communication des émotions communication verbale, faciale, ou gestuelle des émotions non prise en charge exemple : un agent COR-E ne peut pas communiquer «je suis content» CONCLUSION ET PERSPECTIVES 45

46 Perspectives Aspects dynamiques apparition de nouvelles ressources désirées évolution de la valeur des ressources (ex : appréciation d une personne) Evaluation facilité de configuration de COR-E Expressivité enrichissement de la base de comportements et de la base de ressources CONCLUSION ET PERSPECTIVES 46

47 Perspectives Simulation des groupes nouveaux facteurs de décision : ressources possédées par le groupe ressources qu un personnage perd en rejoignant / quittant un groupe représentation des rivalités et affinités entre groupes : actes au nom du groupe Assistants psychologues existant : détection de signaux expressifs (voix, de l expression faciale) pour l évaluation de l état de dépression (SimSensei, Institute for Creative Technologies) valeur ajoutée de COR : compréhension de la cause de l état dépressif propositions de stratégies adaptées CONCLUSION ET PERSPECTIVES 47

48 Merci pour votre attention!

COR-E : un modèle pour la simulation d agents affectifs fondé sur la théorie COR

COR-E : un modèle pour la simulation d agents affectifs fondé sur la théorie COR THÈSE DE DOCTORAT DE l UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE Spécialité Informatique École doctorale Informatique, Télécommunications et Électronique (Paris) Présentée par Sabrina Campano Pour obtenir le grade

Plus en détail

Introduction. Études classiques font généralement varier 3 niveaux de peur. Principe de l utilisation de la peur en marketing social

Introduction. Études classiques font généralement varier 3 niveaux de peur. Principe de l utilisation de la peur en marketing social Notion de peur Introduction «Facteur indispensable à la survie des espèces car sans elle, une indifférence totale s installe par rapport à la mort» (Dantzer, 1989) Études classiques font généralement varier

Plus en détail

De la conception à l évaluation d un jeu vidéo éducatif

De la conception à l évaluation d un jeu vidéo éducatif De la conception à l évaluation d un jeu vidéo éducatif Application à l enseignement du jazz avec le jeu Pads n Swing guillaume.denis@ensmp.fr Centre de recherche en informatique Ecole des mines de Paris

Plus en détail

Préparation Mentale appliquée à la performance sportive

Préparation Mentale appliquée à la performance sportive Préparation Mentale appliquée à la performance sportive Lamugnière Julien 38 avenue du Limousin 63100 Clermont-Ferrand 06-59-79-14-67 http://mentalup.free.fr La Préparation Mentale «Faire ce que l on sait

Plus en détail

Les compétences émotionnelles au cœur de la performance individuelle et collective

Les compétences émotionnelles au cœur de la performance individuelle et collective Quand psychologie et émotions riment avec recherche et application Les compétences émotionnelles au cœur de la performance individuelle et collective Lisa Bellinghausen Psychologue du travail / Chercheuse

Plus en détail

Définitions Approches managériales Approches psychologiques

Définitions Approches managériales Approches psychologiques Séminaire [CID] : Créativité, Innovation, Décision Partie B : DECISION Définitions Approches managériales Approches psychologiques www.evoreg.eu M2i : Management International de l Innovation Emmanuel

Plus en détail

La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique

La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique INFORMATION ET COMMUNICATION THEMES A. LE COMPORTEMENT DES INDIVIDUS Introduction : interaction individu/groupe

Plus en détail

Table des matières. 1. La performance organisationnelle : définition et mesure... 16

Table des matières. 1. La performance organisationnelle : définition et mesure... 16 Table des matières PRÉFACE... 5 Patrice Roussel AVANT-PROPOS ET REMERCIEMENTS... 11 Sylvie Saint-Onge et Victor Y. Haines III CHAPITRE 1 LA GESTION DES PERFORMANCES DES ORGANISATIONS ET DES PERSONNES..

Plus en détail

Dorel Gorga. Mémoire pour l obtention du DESS STAF "Sciences et Technologies de l'apprentissage et de la Formation"

Dorel Gorga. Mémoire pour l obtention du DESS STAF Sciences et Technologies de l'apprentissage et de la Formation WINE (Web INtelligent Emotion) : d un agent émotionnel d interface vers un système tuteur émotionnellement intelligent. Développement d états émotionnels au sein d une plateforme de type PostNuke. Dorel

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

Reconnaissance d Etats Emotionnels et Interaction Temps-Réel avec un Agent Conversationnel : application à la Simulation d Entretien de Recrutement

Reconnaissance d Etats Emotionnels et Interaction Temps-Réel avec un Agent Conversationnel : application à la Simulation d Entretien de Recrutement Reconnaissance d Etats Emotionnels et Interaction Temps-Réel avec un Agent Conversationnel : application à la Simulation d Entretien de Recrutement Hamza Hamdi, Paul Richard, Valerie Billaudeau LISA, Université

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

C ACHING WAYS. Programme PAI

C ACHING WAYS. Programme PAI ING WAYS C ACHING WAYS COACHING WAYS Programme PAI INTRODUCTION A LA FORMATION COACHING WAYS PAI : Les clés du Coaching Cette formation conduit à devenir coach, à un niveau théorique PCC (ICF). 23 jours

Plus en détail

OPTION Neurobiologie. Les Emotions

OPTION Neurobiologie. Les Emotions OPTION Neurobiologie Les Emotions 1. Situation du Problème a. Qu est-ce qu une émotion? C est une sensation plus ou moins nette de plaisir ou de déplaisir que l on peut reconnaître en soi ou prêter aux

Plus en détail

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Unité de Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitive, Université de Genève Jeu problématique / pathologique:

Plus en détail

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers PVP «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers Frédéric BADAWI Professeur des Universités Directeur du CIES Centre Chargé de mission 1 Projet Mise en place d un

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Plan La première partie : L intelligence artificielle (IA) Définition de l intelligence artificielle (IA) Domaines

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

La théorie du Flow. Psychologie du bonheur. Psychologie de l expérience optimale

La théorie du Flow. Psychologie du bonheur. Psychologie de l expérience optimale La théorie du Flow Psychologie du bonheur Psychologie de l expérience optimale Olivier Guillaneux Double activité : Consultant en management, Groupe Ressources & Changement wwwressources-et-changementcom

Plus en détail

Projet Tempus. Présentation de la psychologie économique. 28-30 juin 2010

Projet Tempus. Présentation de la psychologie économique. 28-30 juin 2010 Projet Tempus Présentation de la psychologie économique 28-30 juin 2010 Introduction Qu est est-ce que la psychologie économique? Etude du comportement du consommateur recouvre l ensemble des décisions

Plus en détail

L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM

L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM Tenero, 25-26.01.2013 Prof. Philippe Sarrazin Laboratoire Sport et Environnement Social Université

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Les émotions. Introduction historique et psychométrie. cours L3 option psychologie différentielle et de la santé - Nicole RASCLE

Les émotions. Introduction historique et psychométrie. cours L3 option psychologie différentielle et de la santé - Nicole RASCLE Les émotions Introduction historique et psychométrie Qu est ce qu une émotion? (1) William James (1884): «des stimuli particuliers issus de l environnement déclenchent, par le biais de mécanismes génétiquement

Plus en détail

Extraversion. Agréabilité. Stabilité émotionnelle. Conscience. Ouverture

Extraversion. Agréabilité. Stabilité émotionnelle. Conscience. Ouverture Les tests utilisés par les RH : le D5D et le Big Five Extraversion Agréabilité Stabilité émotionnelle Conscience Ouverture Renvoie à la quantité et à l intensité des relations avec l environnement, elle

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

Équipes LILaC & ADRIA. Représentation des connaissances et formalisation du raisonnement

Équipes LILaC & ADRIA. Représentation des connaissances et formalisation du raisonnement IRIT Thèmes 3 & 4 Thèmes 4 Équipes LILaC & ADRIA Équipe LILaC Modélisation d agents cognitifs Informatique Intelligence Artificielle Représentation des connaissances et formalisation du raisonnement Logique

Plus en détail

Rigoureux, rigide, intelligent, abstrait. Dépendant, obéissant, respectueux, accepte les contraintes

Rigoureux, rigide, intelligent, abstrait. Dépendant, obéissant, respectueux, accepte les contraintes Première STMG Thème 1 : De l individu à l acteur Sciences de gestion Chapitre 1 : Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? SEQUENCE 1 : LES ELEMENTS QUI INFLUENCENT LE COMPORTEMENT

Plus en détail

Préparation au concours infirmier «Droit commun» (Titulaires du baccalauréat ou homologué)

Préparation au concours infirmier «Droit commun» (Titulaires du baccalauréat ou homologué) Préparation au concours infirmier «Droit commun» (Titulaires du baccalauréat ou homologué) Vous souhaitez vous engager dans le métier d infirmier, vous pouvez intégrer notre cycle préparatoire combinant

Plus en détail

Le réentrainement attentionnel

Le réentrainement attentionnel Le réentrainement attentionnel Une nouvelle méthode pour réduire les troubles émotionnels Alexandre Heeren a, b a Groupe de recherche en Psychopathologie et Neurosciences, Université catholique de Louvain

Plus en détail

La formation des membres du CHSCT

La formation des membres du CHSCT La formation des membres du CHSCT FORMATION INITIALE Objectif pédagogique Prévenir et anticiper les accidents du travail et l apparition des maladies professionnelles. Permettre aux membres du CHSCT de

Plus en détail

Introduction à l expérimentation en marketing

Introduction à l expérimentation en marketing Romain Cadario romain.cadario@dauphine.fr Séminaire, Master 102 Université Paris Dauphine, Octobre 2014 1 Zlatan et le beau temps 63% des individus préfèrent un temps chaud vs. froid, alors que cette proportion

Plus en détail

Utilisation du Numérique pour l Enseignement et l Evaluation des Compétences à l Université

Utilisation du Numérique pour l Enseignement et l Evaluation des Compétences à l Université 1er Colloque International sur l Usage du Numérique dans l Enseignement Supérieur Utilisation du Numérique pour l Enseignement et l Evaluation des Compétences à l Université Farida Bouarab-Dahmani Maitre

Plus en détail

E Learning. VOS Bénédicte SIZ Nursing asbl Administratrice «E learning FNIB»

E Learning. VOS Bénédicte SIZ Nursing asbl Administratrice «E learning FNIB» E Learning VOS Bénédicte SIZ Nursing asbl Administratrice «E learning FNIB» Plan 1. Introduction 2. Définition 3. Historique 4. Avantages / Inconvénients 5. Du général 6. Au spécifique 7. Exemple concret

Plus en détail

Décision d investissement et contrôle de gestion. Contrôle de gestion- ISTIC 2012

Décision d investissement et contrôle de gestion. Contrôle de gestion- ISTIC 2012 Décision d investissement et contrôle de gestion Contrôle de gestion- ISTIC 2012 Rappel : Profit = RT-CT Profit = Q.Px-Q.CU Profit unitaire = Px-CU Q est la quantité produite, Px est le prix, et CU le

Plus en détail

Préparer et faire une présentation

Préparer et faire une présentation Préparer et faire une présentation Hadj Batatia Thierry Millan 1 Questions Qu est ce qu une présentation? Qu est ce qu un support visuel? 2 Questions Qu est ce qui est commun aux activités d un Professeur

Plus en détail

E Projet d écriture FLA 20-2. Texte analytique : Mon robot a des puces. Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

E Projet d écriture FLA 20-2. Texte analytique : Mon robot a des puces. Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE E Projet d écriture Texte analytique : Mon robot a des puces FLA 20-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : D Mon robot favori Lecture E Mon robot a des

Plus en détail

Introduction : La psychologie, une science qui a rapporté à l humanité depuis son apparition.

Introduction : La psychologie, une science qui a rapporté à l humanité depuis son apparition. Plan Introduction I. Application de la psychologie au domaine professionnel : Apparition de la psychologie du travail 1. définition : la psychologie du travail 2. historique. 3. Les domaines d intervention

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

«INTRODUCTION À LA PSYCHOLOGIE SOCIALE»

«INTRODUCTION À LA PSYCHOLOGIE SOCIALE» PLAN DU COURS 1 : «INTRODUCTION À LA PSYCHOLOGIE SOCIALE» I. QU EST-CE QUE LA PSCHOLOGIE SOCIALE? 1. Définitions et caractéristiques 2. Les thèmes d étude 3. Les spécificités de la discipline : la psychologie

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

La définition La méthode. Les échelles de mesure L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE

La définition La méthode. Les échelles de mesure L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE La définition La méthode Le questionnaire Les biais La passation du questionnaire La validité des réponses Les échelles de mesure Les échelles d évaluation Les échelles

Plus en détail

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication

Horaires. B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de l information et de la communication ANNEXE III Horaires Première année* Horaires Modules Numéro Heures Total A. Institutions et réseaux A1 30 A2 50 120 A3 40 B. Publics B1 30 B2 60 90 C. Prestations et services C1 20 20 D. Techniques de

Plus en détail

Quelques éléments sur la conception et l ingénierie des EIAH

Quelques éléments sur la conception et l ingénierie des EIAH Quelques éléments sur la conception et l ingénierie des EIAH Lium Université du Maine Pierre.Tchounikine@lium.univ-lemans.fr EIAH : définition EIAH = Environnement Informatique pour l Apprentissage Humain

Plus en détail

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre Avant-propos 1. Objectif du livre 17 2. Illustrations des exemples de ce livre 18 2.1 Office 365 comme plateforme technologique pour une digital workplace 18 2.2 SharePoint et Yammer à l honneur 18 3.

Plus en détail

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com Feel Well Work Well POUR MIEUX TRAVAILLER ensemble LE CAPITAL HUMAIN RESTE LA

Plus en détail

Diffuser des connaissances pro-environnementales sur le Web : rôle de la qualité ergonomique du site sur les intentions de comportements

Diffuser des connaissances pro-environnementales sur le Web : rôle de la qualité ergonomique du site sur les intentions de comportements Diffuser des connaissances pro-environnementales sur le Web : rôle de la qualité ergonomique du site sur les intentions de comportements Barbara Bonnefoy, Aline Chevalier, et Marie Bréda LAPPS (EA 4386)

Plus en détail

Comment contrôler la colère

Comment contrôler la colère a. La colère apparaît pour nous envoyer un signal qu un obstacle s oppose à notre satisfaction et que nos désirs et nos besoins ne sont pas comblés. b. Facteurs et événements externes et internes qui provoquent

Plus en détail

Management et communication. www.adca-gfp.fr

Management et communication. www.adca-gfp.fr Management et communication www.adca-gfp.fr Pour nous joindre par téléphone : 08 70 40 76 78 ou par courriel : forma@adca-gfp.fr MC 110 La technique de vente et la négociation MC 120 avec les clients A

Plus en détail

LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Z. ALIMAZIGHI Laboratoire des Systèmes Informatiques Faculté d Électronique et d Informatique Département Informatique

Plus en détail

Quelles sont les raisons qui poussent le chaland à acheter tel ou tel produit?

Quelles sont les raisons qui poussent le chaland à acheter tel ou tel produit? Quelles sont les raisons qui poussent le chaland à acheter tel ou tel produit? Introduction b 4 Les Solutions 3 5 Adaptation Les Limites 1-1 Les CONSTATS 2 Etapes Prise de conscience Recherche d information

Plus en détail

Simulation de la dynamique des émotions et des relations sociales de personnages virtuels

Simulation de la dynamique des émotions et des relations sociales de personnages virtuels Simulation de la dynamique des émotions et des relations sociales de personnages virtuels Magalie Ochs Nicolas Sabouret Vincent Corruble LIP6-Université Pierre et Marie Curie 104, avenue du président Kennedy,

Plus en détail

LA NÉGOCIATION COMMERCIALE EN PRATIQUE

LA NÉGOCIATION COMMERCIALE EN PRATIQUE Patrick DAVID LA NÉGOCIATION COMMERCIALE EN PRATIQUE Préface de Jean-Noël Machon Troisième édition, 2001, 2005, 2006 ISBN : 2-7081-3652-6 SOMMAIRE REMERCIEMENTS... XIII PRÉFACE... XV INTRODUCTION... XVII

Plus en détail

Le test triangulaire

Le test triangulaire Le test triangulaire Objectif : Détecter l absence ou la présence de différences sensorielles entre 2 produits. «les 2 produits sont-ils perçus comme différents?» Contexte : la différence sensorielle entre

Plus en détail

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage.

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. L'apprentissage 1 Définitions a. Approche globale La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. Un apprentissage est l acquisition d un nouveau savoir. Dans la

Plus en détail

THÉORIE ET PRATIQUE DE L AUDIT INTERNE

THÉORIE ET PRATIQUE DE L AUDIT INTERNE Jacques RENARD THÉORIE ET PRATIQUE DE L AUDIT INTERNE Préface de Louis GALLOIS Président de la SNCF Prix IFACI 1995 du meilleur ouvrage sur l audit interne Cinquième édition Éditions d Organisation, 1994,

Plus en détail

Cours 7: Conception des systèmes interactifs (partie 1)

Cours 7: Conception des systèmes interactifs (partie 1) Cours 7: Conception des systèmes interactifs (partie 1) Anastasia.Bezerianos@lri.fr (plusieurs slides sont basés sur des slides de T. Tsandilas, W. Mackay, M. Beaudouin Lafon, D. Vogel et S. Greenberg)

Plus en détail

Dossier de candidature pour un poste de Maître de Conférence en 27eme section (Informatique) Etienne de Sevin

Dossier de candidature pour un poste de Maître de Conférence en 27eme section (Informatique) Etienne de Sevin Dossier de candidature pour un poste de Maître de Conférence en 27eme section (Informatique) Etienne de Sevin Table des matières 1. Activité d'enseignement 2 1.1 Formation pédagogique 2 1.2 Compétences

Plus en détail

Connaissance de soi >> Evaluation >> Positionnement

Connaissance de soi >> Evaluation >> Positionnement P R O G R A M M E D E S S É M I N A I R E S 2010 1 er semestre Séminaires Développement & Carrières Connaissance de soi >> Evaluation >> Positionnement > L expertise de spécialistes au service de votre

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Il existe plus d une centaine de définitions du mot «émotion». En fait, le seul point sur lequel tout le monde s accorde, c est que le concept est difficile à définir. Une première difficulté

Plus en détail

Soutenance de thèse de doctorat 7 Octobre 2015 EDITE de Paris

Soutenance de thèse de doctorat 7 Octobre 2015 EDITE de Paris Étude et définition de mécanismes sémantiques dans les environnements virtuels pour améliorer la crédibilité comportementale des agents Utiltion d une ontologie de services Soutenance de thèse de doctorat

Plus en détail

Cognition & Emotions

Cognition & Emotions Université Nice Sophia-Antipolis Département Sociologie Anthropologie Cognition & Emotions L Emotion et le Virtuel : Le Cas Heavy Rain Julien ROCCHI Master 1 Sociologie Semestre 2 Enseignement A. HALLOY

Plus en détail

HABILETÉS SOCIALES à l école. Emmanuelle CHAMBRES COLLOQUE NATIONAL AUTISME- PLURADYS Dijon 3 Avril 2015

HABILETÉS SOCIALES à l école. Emmanuelle CHAMBRES COLLOQUE NATIONAL AUTISME- PLURADYS Dijon 3 Avril 2015 HABILETÉS SOCIALES à l école Emmanuelle CHAMBRES COLLOQUE NATIONAL AUTISME- PLURADYS Dijon 3 Avril 2015 PRÉSENTATIONS Cabinet de Psychologie- Riom 63 LES HABILETÉS SOCIALES: DÉFINITION «Il s agit d un

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA PERCEPTION DE LA MALADIE (IPQ-R) (Moss-Morris et coll. 2002, v.f. : Nebal Al Anbar, Roland Dardennes & Kelley Kaye 2005)

QUESTIONNAIRE SUR LA PERCEPTION DE LA MALADIE (IPQ-R) (Moss-Morris et coll. 2002, v.f. : Nebal Al Anbar, Roland Dardennes & Kelley Kaye 2005) QUESTIONNAIRE SUR LA PERCEPTION DE LA MALADIE (IPQ-R) (Moss-Morris et coll. 2002, v.f. : Nebal Al Anbar, Roland Dardennes & Kelley Kaye 2005) Nom : Date : VOTRE VISION DE LA MALADIE DE VOTRE ENFANT Ci-dessous

Plus en détail

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Formulation du problème Cueillette et analyse de données Conception

Plus en détail

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC Pourquoi les TCC en tabacologie? «Chez environ la moitié des fumeurs les plus dépendants on retrouve des antécédents d

Plus en détail

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés

Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la gestion du risque des sociétés Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier : comment y contribuer? Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Etude empirique de la valeur d utilité de l immobilier des entreprises : un actif associé à la

Plus en détail

Atelier tests utilisateurs. Module Webdesigner

Atelier tests utilisateurs. Module Webdesigner Atelier tests utilisateurs Module Webdesigner Prendre connaissance de l interface et identifier les objectifs du projet 1. Identifier la cible utilisateur et ses caractéristiques (personas) 2. Identifier

Plus en détail

Analyse, modélisation et simulation de la demande pour des véhicules électriques en Suisse

Analyse, modélisation et simulation de la demande pour des véhicules électriques en Suisse Analyse, modélisation et simulation de la demande pour des véhicules électriques en Suisse Dr. Michaël Thémans, Vice-Présidence pour le Transfert de Technologie Directeur Adjoint du Centre de Transport

Plus en détail

Programmation de services en téléphonie sur IP

Programmation de services en téléphonie sur IP Programmation de services en téléphonie sur IP Présentation de projet mémoire Grégory Estienne Sous la supervision du Dr. Luigi Logrippo Introduction La téléphonie sur IP comme support à la programmation

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli

Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli La conscience du soi corps pour éduquer Expériences en HEDS Prendre soin de soi et techniques d autoprotection COMMENT : Sentir

Plus en détail

Le Coaching Cognitif & Comportemental

Le Coaching Cognitif & Comportemental Le Coaching Cognitif & Comportemental Par Michael PICHAT, docteur en psychologie, M.C.U., responsable du diplôme Aujourd hui, le coaching apparaît de plus en plus, en France et à l international, comme

Plus en détail

Ce résumé de cours de psychologie s'adresse à un public d'étudiants en première année de Licence de soins infirmiers.

Ce résumé de cours de psychologie s'adresse à un public d'étudiants en première année de Licence de soins infirmiers. Ce résumé de cours de psychologie s'adresse à un public d'étudiants en première année de Licence de soins infirmiers. UE11.S1 EC2 LES GRANDS DOMAINES DE LA PSYCHOLOGIE LES GRANDS DOMAINES DE LA PSYCHOLOGIE

Plus en détail

Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis (EA 41 61) aurelie.merle@iae-aix.

Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis (EA 41 61) aurelie.merle@iae-aix. LA VALEUR PERCUE DE LA CUSTOMISATION DE MASSE : PROPOSITION ET TEST D UN MODELE CONCEPTUEL INTEGRATEUR Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis

Plus en détail

Management opérationnel. Communication Négociation. Gestion de projet. Animation d équipe. Karin Bouin - Dirigeante BKonseil

Management opérationnel. Communication Négociation. Gestion de projet. Animation d équipe. Karin Bouin - Dirigeante BKonseil Management opérationnel Communication Négociation Gestion de projet Animation d équipe Karin Bouin - Dirigeante BKonseil Déroulement Qui suis- je? Le réseau Impulsion Consulting Que puis- je apporter?

Plus en détail

Formation Coaching N 5

Formation Coaching N 5 Formation Coaching N 5 Jouir de sa Vie Association Jouir de sa Vie. jouirdesavie.com Bilan 1 er mois Reprendre et réévaluer les notes coaching 1 Pourquoi? Célébrer les victoires Augmenter confiance en

Plus en détail

LE BONHEUR ET LES SALARIÉS FRANÇAIS

LE BONHEUR ET LES SALARIÉS FRANÇAIS LE BONHEUR ET LES SALARIÉS FRANÇAIS Extrait de l étude de l institut Think pour RBMediation sur les émotions et sentiments ressentis au travail auprès de 03 salariés français interrogés en ligne du 1er

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Evaluer des logiciels éducatifs

Evaluer des logiciels éducatifs DES-TEF 2001-2002 Evaluer des logiciels éducatifs Bernadette Charlier Cellule d Ingénierie Pédagogique Département Education et Technologie FUNDP 1 Evaluer des logiciels éducatifs hyper et multimédias

Plus en détail

III. Comprendre vos réactions. Exercice Comprendre les besoins humains fondamentaux

III. Comprendre vos réactions. Exercice Comprendre les besoins humains fondamentaux III. Comprendre vos réactions Exercice Comprendre les besoins humains fondamentaux Nous, les humains, avons plusieurs besoins essentiels et fondamentaux (Rosenberg, 2004). Nous ressentons des émotions

Plus en détail

LA VIE EST PLUS SIMPLE QUAND ON EST BIEN FORMÉ!

LA VIE EST PLUS SIMPLE QUAND ON EST BIEN FORMÉ! Animer ses réunions efficacemment (1 J) Prévenir les RPS (1 J) Mobiliser son intelligence émotionnelle (1 J) Conduire ses 2 entretiens (2 J) Développer son Leadership (1 J) Piloter efficacement une équipe

Plus en détail

Introduction à la recherche qualitative (I) Principes

Introduction à la recherche qualitative (I) Principes Introduction à la recherche qualitative (I) Principes Jacques CITTEE - DUERMG Module d aide à la préparation de la thèse Février 2013 La recherche qualitative Une recherche dont les problématiques et les

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

HABITUDES PROBLÉMATIQUES DE JEUX DE

HABITUDES PROBLÉMATIQUES DE JEUX DE HABITUDES PROBLÉMATIQUES DE JEUX DE HASARD ET D ARGENT À L ADOLESCENCE: DE L EXPÉRIENCE À UNE RATIONALISATION SOCIALE Annie-Claude Savard, M. Serv. Soc., candidate au doctorat, École de Service Social,

Plus en détail

Enseigner le management des organisations

Enseigner le management des organisations Enseigner le des organisations Par l expérimentation Introduction L économie expérimentale Se définit comme l utilisation de l expérimentation en tant que méthode d investigation en économie. Il s agit

Plus en détail

Renforcer votre engagement à changer

Renforcer votre engagement à changer RENFORCER VOTRE ENGAGEMENT À CHANGER PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le deuxième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement?

Plus en détail

Dynamique de groupe, changement, gestion de projet

Dynamique de groupe, changement, gestion de projet Rencontre des potagers collectifs Dynamique de groupe, changement, gestion de projet 26 mai 2012 Présentation réalisée par Josué Dusoulier josuedusoulier@gmail.com 1 Dynamique de groupe «On entend par

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION Comprendre, accepter et maîtriser ses émotions afin de gérer sa relation avec autrui

PROGRAMME DE FORMATION Comprendre, accepter et maîtriser ses émotions afin de gérer sa relation avec autrui PROGRAMME DE FORMATION Comprendre, accepter et maîtriser ses émotions afin de gérer sa relation avec autrui La Bulle Emotionnelle Damien Acoca 103 rue de Ménilmontant - 75020 Paris 06 18 76 38 66 bulle.emotionnelle@gmail.com

Plus en détail

Un nouvel outil sur Repères :

Un nouvel outil sur Repères : Un nouvel outil sur Repères : Aller plus loin avec les aspirations, les projets et le rapport au savoir des adolescents Animateurs : Chantale Beaucher, Université de Sherbrooke Léon Barrière, Société GRICS

Plus en détail

Présentation de la Gestion des Exigences (REQM) SopraGroup / Direction de la Transformation et de la Performance : Qualité, Méthode & Outils

Présentation de la Gestion des Exigences (REQM) SopraGroup / Direction de la Transformation et de la Performance : Qualité, Méthode & Outils emedia Présentation de la Gestion des Exigences (REQM) SopraGroup / Direction de la Transformation et de la Performance : Qualité, Méthode & Outils Unissons nos Talents T A L E N T E D T O G E T H E R

Plus en détail

Action Spécifique Humain Virtuel Les outils logiciels : réalisations et usages

Action Spécifique Humain Virtuel Les outils logiciels : réalisations et usages Action Spécifique Humain Virtuel Les outils s : réalisations et usages Nous présentons ici un état des usages et des réalisations propres en terme de s dédiés des équipes de la communauté française. Résultats

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils

LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils Patrice Stern Patricia Tutoy LE MÉTIER DE CONSULTANT Principes, méthodes, outils Cinquième édition Éditions d Organisation, 1995, 1997, 1998, 2001, 2003 ISBN : 2-7081-2899-X STYLES DE CONSULTANTS ET TYPES

Plus en détail

Expert workshop. 9h-16h 14 septembre 2011

Expert workshop. 9h-16h 14 septembre 2011 Expert workshop 9h-16h 14 septembre 2011 Effets de la convergence d industries sur le choix stratégique associé à l organisation du processus d innovation : Le cas du jeu vidéo et du cinéma d animation

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail