COR-E : un modèle pour la simulation d agents affectifs fondé sur la théorie COR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COR-E : un modèle pour la simulation d agents affectifs fondé sur la théorie COR"

Transcription

1 COR-E : un modèle pour la simulation d agents affectifs fondé sur la théorie COR SABRINA CAMPANO DIRECTION: NICOLAS SABOURET ENCADREMENT : NICOLAS SABOURET, VINCENT CORRUBLE, ETIENNE DE SEVIN SOUTENANCE DE THÈSE - 06 JUIN 2013 Université Pierre et Marie Curie Laboratoire d Informatique de Paris 6

2 Contexte : le projet Terra Dynamica Objectifs principaux peupler une ville virtuelle avec des personnages (agents) exhibant des comportements crédibles agents, plusieurs niveaux de granularité (individu, groupe, foule) Systèmes Multi-Agents Objectif lié à cette thèse : Simuler des comportements affectifs crédibles Informatique Affective INTRODUCTION 2

3 Introduction Domaines de l Informatique Affective (Picard,1997) perception et reconnaissance des émotions expression des émotions (expressions faciales, posture, voix) modélisation des phénomènes affectifs (influence sur les décisions et le comportement) Domaine de cette thèse INTRODUCTION 3

4 Deux approches en psychologie des émotions exemple de William James, 1890 Première approche (intuitive) : vision de l ours émotion de peur fuite sensations Seconde approche : vision de l ours fuite sensations émotion de peur émotion : interprétation de nos comportements et de nos sensations INTRODUCTION 4

5 Deux façons de simuler des comportements affectifs 1) déclencher des comportements émotionnels grâce à la simulation de catégories d émotions (Elliott, 1992) vue «entité» 2) déclencher des comportements émotionnels sans utiliser de catégories d émotions (Pfeifer, 1994) vue «concept», modèles d émergence des émotions INTRODUCTION 5

6 Difficultés Modèles simulant des émotions (vue entité) association émotion comportement paramétrage (intensité, seuls) émotion 1 émotion 2 comportement 1 comportement 2 comportement 3 Modèles d émergence des émotions (vue concept) approche peu utilisée en Informatique Affective déficit sur les protocoles d évaluation application sur un domaine plus réduit (robotique) INTRODUCTION 6

7 Problématiques Objectifs simuler des personnages réalisant des comportements émotionnels crédibles simplifier le paramétrage approche émergente Contributions formalisation et mise en œuvre d une théorie psychologique définition et mise en œuvre d un protocole d évaluation adapté INTRODUCTION 7

8 Plan Première partie : Deuxième partie : Troisième partie : état de l art le modèle COR-E évaluation du modèle COR-E 8

9 Première partie : état de l art 9

10 Modèles informatiques des émotions : l approche entité Affective Reasoner (Elliott 1992, Ortony & al. 1988) Principe : variables d'évaluation catégorie émotionnelle activée catégorie émotionnelle activée + personnalité comportement Limitations : o choix des catégories o une catégorie plusieurs comportements, et vice versa o définition de l'intensité des émotions et des seuils ÉTAT DE L ART 10

11 Les émotions comme concepts Point de vue adopté par plusieurs auteurs majeurs en psychologie (Wundt, James, Russell, Frijda, Barrett) Arguments principaux : pas de cohérence sur le nombre de catégories d émotions existantes influence sur la cognition, le comportement non clairement défini différences subjectives dans la perception des émotions une émotion n est pas mesurable en tant qu entité (on peut mesurer la valence et l excitation) Débat entité/concept toujours d actualité : Lindquist & al., 2013 : «la guerre de cent ans des émotions» (The hundred-year emotion war) ÉTAT DE L ART 11

12 Modèles informatiques des émotions : l approche émergente R. Pfeifer, 1994 Motivation : trouver des solutions aux difficultés rencontrées par les modèles catégoriels Système : architecture motivationnelle simple (collecte d énergie, évitement d obstacle) pas de simulation d émotion Résultats espérés : reconnaissance d émotions chez le robot par un observateur humain. observateur humain : «ce robot est frustré» ÉTAT DE L ART 12

13 Modèles informatiques des émotions : l approche émergente Actuellement : utilisation orientée sur les robots, environnements restreints (Avila Garcia, Canamero 2004 ; Dorner et al., 2006 ; Rank et Petta, 2007) Apports et limitations des modèles d émergence des émotions encore incertains, en particulier pour la simulation de personnages virtuels ÉTAT DE L ART 13

14 La théorie de la Conservation des Ressources Objectif : comprendre et prédire le stress ressenti par un individu (Hobfoll, 1989) Elément de base : ressource types de ressources : matériel, psychologique, social culture occidentale 74 types (Hobfoll, 2001) exemples : moyen de transport, stabilité familiale, temps libre, sens de l humour, santé, image de soi Objectifs des individus : acquérir des ressources qu ils ne possèdent pas protéger les ressources acquises lorsqu elles sont menacées ÉTAT DE L ART 14

15 Apports de la théorie COR Psychologie : pouvoir prédictif, validation par plusieurs études Informatique : permet d utiliser une approche émergente des émotions règles générales simples tous les types de ressources sont traités de la même façon (voiture ou estime de soi) orienté sur le comportement, ce que nous recherchons pour le projet TD? Comment adapter cette théorie pour un modèle informatique? Obtient-on des comportements émotionnels jugés crédibles? Quelles sont les limitations d un tel modèle informatique? ÉTAT DE L ART 15

16 Deuxième partie : le modèle COR-E 16

17 Modèle Proposition : architecture fondée sur la théorie psychologique de la COnservation des Ressources (COR, Hobfoll1981) Principes du modèle COR-E protéger ses ressources acquérir de nouvelles ressources Un agent cherche à : Ressources de types variés : matérielles, psychologiques. LE MODÈLE COR-E 17

18 Modèle Caractéristiques de COR-E, COnservation of Resources Engine o chaque agent a des préférences individuelles sur des ressources o 2 types de comportements : protection et acquisition o préférences + état des ressources comportement choisi Architecture générale : Comportements d acquisition Ressources Désirées Ressources Acquises Ressources Menacées Comportements de protection LE MODÈLE COR-E 18

19 Modèle Environnement o Ensembles de ressources R = {r 1, r 2,, r n } o Ensembles d agents A = {a 1, a 2,, a m } Préférences Un agent i A a des préférences R i sur un ensemble de ressources R R Valeur d une ressource v(r, i) : valeur d une ressource r R du point de vue d un agent i A ressource la moins préférée préférence égale préf. stricte sans intermédiaire pas de préférence r R r, r i R r v r, i = 1 r R r, r i R r v r, i = v(r, i) r R r r tq. (r i R r r i R r ) v(r, i) = v r, i + 1 r R v r, i = 0 LE MODÈLE COR-E 19

20 Préférences, un exemple sous-ensemble de ressources : R R = r 1, r 2, r 3 préférences de i : r 1 i R r 2, r 3 i R r 1 valeur des ressources pour i v r 2, i = 1 v r 1, i = 2 v r 3, i = 2 r3 r1 R r2 instanciation possible pour les ressources r 1 : estime de soi de l agent i r 2 : veste r 3 : réputation de l agent i i LE MODÈLE COR-E 20

21 Modèle Comportements Ensemble de comportements : C = {c 1, c 2,, c n } Tout agent i A peut réaliser un comportement c C pour : o acquérir une ressource o protéger une ressource Comportement d acquisition Ressources Acquises RA i Ressources Menacée RM i Ressources Désirées RD i Comportement de protection LE MODÈLE COR-E 21

22 Modèle Effets d un comportement Réalisation d un comportement c Effets de c sur les ressources d un ensemble d agents A A Types d effets de c pour i A : R c + (i) et R c (i) : ressources acquises et perdues pour i R c o (i) et R c (i) : ressources protégées et menacées pour i Applications des effets de c pour i A : RA i = RA i R c + (i) RA i = RA i R c i RM i = RM i R c (i) acquisition perte menace LE MODÈLE COR-E 22

23 Calcul de la valeur d un comportement V(c, i) : valeur pour d un comportement c pour un agent i, calculé par : o effets du comportement c sur les ressources pour l ensemble des agents A o v r, i : valeur d une ressource pour i V(c, i) ressources gagnées ressources protégées ressources perdues V c, i = v r, i v r, i j A r R c + j r R c o j r R c j LE MODÈLE COR-E 23

24 Sélection 1 2 comportement de protection c 1 de valeur positive maximum? non comportement d acquisition c 2 de valeur positive maximum? non oui oui aucune sélection sélection de c 1 sélection de c 2 Principe 1 de la théorie COR : la perte de ressource est plus importante que le gain de ressource LE MODÈLE COR-E 24

25 Exemple : file d attente proteste achète un ticket Ensembles de ressources de chaque agent i : Ressources acquises (RA i ) 1 rang dans la file ressources de réputation ressources de santé Ressources désirées (RD i ) tout rang meilleur que celui acquis par i Ressources menacées(rm i ) aucune LE MODÈLE COR-E 25

26 Exemple : file d attente Comportements possibles et effets : Acquisition doubler(i, j) + i acquiert le rang possédé par j - i perd une ressource de réputation Protection protester (i, j) + i protège son rang - j perd une ressource de réputation ou de santé Indications textuelles menace de la réputation : «proteste», «proteste violemment» menace de la santé : «menace de frapper la personne» LE MODÈLE COR-E 26

27 Exemple : file d attente Vidéo du scénario simulé avec COR-E LE MODÈLE COR-E 27

28 Simulation des groupes Nouveaux concepts : groupe (ensemble d agents) comportement collectif acquisition protection Un agent entre dans un groupe pour réaliser un comportement collectif. exemple : manifester pour protéger un emploi comportement collectif ressource menacée Scénario de manifestation simulé avec COR-E LE MODÈLE COR-E 28

29 Troisième partie : évaluation de COR-E 29

30 Evaluation Objectif Général H1 : comportements simulés par COR-E jugés crédibles et émotionnels Apport des composantes de COR-E : o H2 comportements d'acquisition et de protection émotion o H3 préférences sur les ressources crédibilité o H4 utilisation d une ressource psychologique, la «réputation» crédibilité o Protocole 1. implémentation d'un scénario de simulation avec COR-E (file d attente) 2. production de vidéos de simulation avec ce scénario permettant de contrôler chaque hypothèse (11 vidéos au total) 3. questionnaire en ligne sur des vidéos produites EVALUATION DE COR-E 30

31 Evaluation Questionnaire sur Internet (liste de diffusion du RISC) 113 participants Q1. Les comportements des personnages sont-ils crédibles? pas du tout d'accord tout à fait d'accord / sans opinion; Q2. Ces comportements sont-ils liés à des émotions chez les personnages? oui / non / sans opinion; Q3. Si oui, lesquelles (par ordre de préférence)? 3 choix possibles : colère / peur / tristesse / joie / dégoût / surprise / fierté / honte / mépris / amour / haine / ennui / frustration / autres / aucune. Chaque participant évalue toutes les vidéos EVALUATION DE COR-E 31

32 Résultats H2 : comportements de protection et acquisition activés comportements COR-E jugés émotionnels Q2. Ces comportements sont-ils liés à des émotions chez les personnages? Légende : oui non test du Chi2 significatif 92,04% vidéo 2a A & P 7,96% 48,67% 51,33% vidéo 2b A & non P 81,42% vidéo 2c non A & non P 18,58% Conditions A : les agents peuvent doubler (Acquisition) P : les agents peuvent protester (Protection) EVALUATION DE COR-E 32

33 Résultats H3 : préférences bien configurées meilleure crédibilité Q1. Les comportements des personnages sont-ils crédibles? score de crédibilité Légende : a préf. nominales COR-E complet + config. ok COR-E : incomplet / config. non ok 3b préf.non nominales 3c préf. aléat. vidéo Conditions test t de Student significatif préf. nominales (supposées crédibles) : 3/4 : Santé i R Réputation i R Rang 1/4 : Santé i R Rang i R Réputation préf. non nominales : Santé i R Rang i R Réputation EVALUATION DE COR-E 33

34 Résultats H4 : ressource de réputation meilleure crédibilité Q1. Les comportements des personnages sont-ils crédibles? score de crédibilité Légende : COR-E complet + config. nominale COR-E : incomplet / config. non nominale 4a réput. 4b non réput. vidéo test t de Student significatif Conditions réput : ressources de réputation simulées non réput : ressources de réputation non simulées EVALUATION DE COR-E 34

35 Résultats H1a : comportements COR-E jugés crédibles Q1. Les comportements des personnages sont-ils crédibles? Légende : COR-E complet + config. nominale COR-E : incomplet / config. non nominale test t de Student significatif score de crédibilité a non A & non P test A & P test préférences test réputation 2b A & non P 2c A & P 3a préf. nomin. 3b préf. non nomin. 3c préf. aléat. 4a réput. 4b non réput. vidéo EVALUATION DE COR-E 35

36 Résultats H1b : comportements COR-E jugés émotionnels Q2. Ces comportements sont-ils liés à des émotions chez les personnages? Légende : COR-E complet + config. ok COR-E : incomplet / config. non ok test du Chi2 significatif pourcentage de réponses «oui» à Q2 (émotion) 100% 80% 60% 40% 20% 0% 2a non A & non P test A & P test préférences test réputation 2b A & non P 2c A & P 3a préf. nomin. 3b préf. non nomin. 3c préf. aléat. 4a réput. 4b non réput. vidéo EVALUATION DE COR-E 36

37 Résultats H1 : comportements COR-E jugés crédibles et émotionnels émotion crédibilité COR-E score de crédibilité a 2b 2c 3a 3b 3c 4a 4b 100,00% 80,00% 60,00% 40,00% 20,00% 0,00% pourcentage de réponses «oui» à Q2 (émotion) COR-E émotion + crédibilité EVALUATION DE COR-E 37

38 Scénario de «l oiseau» Evaluation comparative avec le modèle EMA (Marsella & Gratch 2009) Objectifs comparer les comportements produits par COR-E comparer le paramétrage des deux modèles Scénario de «l oiseau» simulé avec COR-E EVALUATION DE COR-E 38

39 Scénario de «l oiseau» Comportements simulés par le modèle COR-E réalistes salaire 1 ϵ RD sgt salaire 1 ϵ RD sgt sante sgt ϵ RM sgt salaire 1 ϵ RD sgt états des ressources mobilite ois ϵ RD ois jouer(sgt,salaire 1 ) valeur : 2 frapper(sgt,ois,sante sgt ) valeur : 2 aider(sgt,ois,mobilite ois ) valeur : 3 comportement réalisé p 1 p 12 p 14 pas de temps EVALUATION DE COR-E 39

40 Scénario de «l oiseau» Moins de variables utilisées dans le modèle COR-E EMA et COR-E EMA COR-E valence préférences attribution causale états contrôle probabilité qu un agent ait l intention de réaliser une action probabilité que l action soit réalisée par l agent émotions intensités seuils ressources EVALUATION DE COR-E 40

41 Conclusion et Perspectives 41

42 Conclusion Modèle informatique d émergence des émotions fondé sur la théorie COR Caractéristiques de l architecture : comportements de protection et d'acquisition préférences ressources variées (ex : réputation) Facilité de configuration préférences ordinales catégories d émotion non simulées pas de probabilités ou de seuils CONCLUSION ET PERSPECTIVES 42

43 Conclusion Définition d un protocole d évaluation pour le modèle COR-E généralisable pour les modèles d émergence des émotions Résultats de l évaluation positifs : o comportements jugés crédibles et émotionnels o validation des caractéristiques de COR-E CONCLUSION ET PERSPECTIVES 43

44 Intégration de COR-E à Terra Dynamica COR-E est le Module Affectif, utilisé pour les comportements réactifs (court terme) Environnement Agent Module Motivationnel Module Affectif Module Cognitif Module Coordination Modules de Haut niveau Module Décisionnel propositions de comportements Actions (navigation, animation) Modules de Bas niveau Architecture de l Intelligence Artificielle de Terra Dynamica (de Sevin & al, 2012) CONCLUSION ET PERSPECTIVES 44

45 Questions ouvertes Evaluation compréhension du terme «crédible» différente selon les participants Priorités des comportements priorité rigide entre la protection et l acquisition Limitation : communication des émotions communication verbale, faciale, ou gestuelle des émotions non prise en charge exemple : un agent COR-E ne peut pas communiquer «je suis content» CONCLUSION ET PERSPECTIVES 45

46 Perspectives Aspects dynamiques apparition de nouvelles ressources désirées évolution de la valeur des ressources (ex : appréciation d une personne) Evaluation facilité de configuration de COR-E Expressivité enrichissement de la base de comportements et de la base de ressources CONCLUSION ET PERSPECTIVES 46

47 Perspectives Simulation des groupes nouveaux facteurs de décision : ressources possédées par le groupe ressources qu un personnage perd en rejoignant / quittant un groupe représentation des rivalités et affinités entre groupes : actes au nom du groupe Assistants psychologues existant : détection de signaux expressifs (voix, de l expression faciale) pour l évaluation de l état de dépression (SimSensei, Institute for Creative Technologies) valeur ajoutée de COR : compréhension de la cause de l état dépressif propositions de stratégies adaptées CONCLUSION ET PERSPECTIVES 47

48 Merci pour votre attention!

Les compétences émotionnelles au cœur de la performance individuelle et collective

Les compétences émotionnelles au cœur de la performance individuelle et collective Quand psychologie et émotions riment avec recherche et application Les compétences émotionnelles au cœur de la performance individuelle et collective Lisa Bellinghausen Psychologue du travail / Chercheuse

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Reconnaissance d Etats Emotionnels et Interaction Temps-Réel avec un Agent Conversationnel : application à la Simulation d Entretien de Recrutement

Reconnaissance d Etats Emotionnels et Interaction Temps-Réel avec un Agent Conversationnel : application à la Simulation d Entretien de Recrutement Reconnaissance d Etats Emotionnels et Interaction Temps-Réel avec un Agent Conversationnel : application à la Simulation d Entretien de Recrutement Hamza Hamdi, Paul Richard, Valerie Billaudeau LISA, Université

Plus en détail

Simulation de la dynamique des émotions et des relations sociales de personnages virtuels

Simulation de la dynamique des émotions et des relations sociales de personnages virtuels Simulation de la dynamique des émotions et des relations sociales de personnages virtuels Magalie Ochs Nicolas Sabouret Vincent Corruble LIP6-Université Pierre et Marie Curie 104, avenue du président Kennedy,

Plus en détail

Définitions Approches managériales Approches psychologiques

Définitions Approches managériales Approches psychologiques Séminaire [CID] : Créativité, Innovation, Décision Partie B : DECISION Définitions Approches managériales Approches psychologiques www.evoreg.eu M2i : Management International de l Innovation Emmanuel

Plus en détail

Dossier de candidature pour un poste de Maître de Conférence en 27eme section (Informatique) Etienne de Sevin

Dossier de candidature pour un poste de Maître de Conférence en 27eme section (Informatique) Etienne de Sevin Dossier de candidature pour un poste de Maître de Conférence en 27eme section (Informatique) Etienne de Sevin Table des matières 1. Activité d'enseignement 2 1.1 Formation pédagogique 2 1.2 Compétences

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Modélisation et conception d'un. environnement de suivi pédagogique synchrone. d'activités d'apprentissage à distance

Modélisation et conception d'un. environnement de suivi pédagogique synchrone. d'activités d'apprentissage à distance Modélisation et conception d'un environnement de suivi pédagogique synchrone d'activités d'apprentissage à distance Christophe DESPRÉS Laboratoire d Informatique de l'université du Maine Plan de la présentation

Plus en détail

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE GOBERT 1 PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE 1. Perception et perception sociale Perception = processus par lequel l individu organise et interprète ses impressions sensorielles de façon à donner un sens

Plus en détail

Modélisation agent d une Architecture Logicielle de commande d un Véhicule Autonome

Modélisation agent d une Architecture Logicielle de commande d un Véhicule Autonome Modélisation agent d une Architecture Logicielle de commande d un Véhicule Autonome ENNAJI Mourad LASC université de Metz Ile du Saulcy B.P 80794 57 012 METZ Ennaji@lasc.sciences.univ-metz.fr Résumé Cet

Plus en détail

Simulation centrée individus

Simulation centrée individus Simulation centrée individus Théorie des jeux Bruno BEAUFILS Université de Lille Année 4/5 Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les

Plus en détail

III. Comprendre vos réactions. Exercice Comprendre les besoins humains fondamentaux

III. Comprendre vos réactions. Exercice Comprendre les besoins humains fondamentaux III. Comprendre vos réactions Exercice Comprendre les besoins humains fondamentaux Nous, les humains, avons plusieurs besoins essentiels et fondamentaux (Rosenberg, 2004). Nous ressentons des émotions

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

L analyse de la gestion de la clientèle

L analyse de la gestion de la clientèle chapitre 1 - La connaissance du client * Techniques utilisées : observation, recherche documentaire, études de cas, études qualitatives (entretiens de groupes ou individuels, tests projectifs, analyses

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA PERCEPTION DE LA MALADIE (IPQ-R) (Moss-Morris et coll. 2002, v.f. : Nebal Al Anbar, Roland Dardennes & Kelley Kaye 2005)

QUESTIONNAIRE SUR LA PERCEPTION DE LA MALADIE (IPQ-R) (Moss-Morris et coll. 2002, v.f. : Nebal Al Anbar, Roland Dardennes & Kelley Kaye 2005) QUESTIONNAIRE SUR LA PERCEPTION DE LA MALADIE (IPQ-R) (Moss-Morris et coll. 2002, v.f. : Nebal Al Anbar, Roland Dardennes & Kelley Kaye 2005) Nom : Date : VOTRE VISION DE LA MALADIE DE VOTRE ENFANT Ci-dessous

Plus en détail

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI OBJECTIF Développer la confiance en soi pour être plus à l aise dans sa vie personnelle et professionnelle. Adopter les comportements efficaces pour établir

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est

Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est Quand la peur nous prend, qu est-ce qu elle nous prend? Vivre la crainte, l inquiétude, la panique, l affolement ou la terreur; la peur est une émotion à la fois si commune et si unique que la langue française

Plus en détail

Formations dédiées aux acteurs du logement social

Formations dédiées aux acteurs du logement social Gestion et communication de crise Formations dédiées aux acteurs du logement social Arjuna est un cabinet conseil dédié, depuis 1993, à la gestion et la communication de crise. Lors des formations qu ils

Plus en détail

L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM

L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM Tenero, 25-26.01.2013 Prof. Philippe Sarrazin Laboratoire Sport et Environnement Social Université

Plus en détail

Extraversion. Agréabilité. Stabilité émotionnelle. Conscience. Ouverture

Extraversion. Agréabilité. Stabilité émotionnelle. Conscience. Ouverture Les tests utilisés par les RH : le D5D et le Big Five Extraversion Agréabilité Stabilité émotionnelle Conscience Ouverture Renvoie à la quantité et à l intensité des relations avec l environnement, elle

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

Spécialité IAD. Master de Sciences et technologie de l UPMC. Mention informatique. Partenaires : ENST, ENSTA. Responsables : T. Artières, C.

Spécialité IAD. Master de Sciences et technologie de l UPMC. Mention informatique. Partenaires : ENST, ENSTA. Responsables : T. Artières, C. Master de Sciences et technologie de l UPMC Mention informatique Spécialité IAD Partenaires : ENST, ENSTA Responsables : T. Artières, C. Gonzales Secrétariat : N. Nardy LES THÉMATIQUES ABORDÉES Les thématiques

Plus en détail

Formation obligatoire d adaptation à l emploi

Formation obligatoire d adaptation à l emploi Cycle de formation Praxis Conforme à l arrêté du 16 juillet 2009 Formation obligatoire d adaptation à l emploi Agent de service mortuaire Madame, Monsieur, Depuis l arrêté du 16 juillet 2009 relatif à

Plus en détail

Psychologie des grands traders

Psychologie des grands traders Thami KABBAJ Psychologie des grands traders Préface de Jean-Jacques Joulié, 2007 ISBN : 978-2-212-53880-9 Sommaire Préface... 15 Introduction... 19 Partie 1 Biais psychologiques et trading Chapitre1 Biais

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

SPORT ET PERSONNALITE

SPORT ET PERSONNALITE BILAN DES RECHERCHES MICHEL LE HER Le concept de personnalité et son DEFINITIONS DE DEPART évolution Guilford : «le patron de traits d une personne» Maddi : «Une série de caractéristiques et de tendances

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

destiné à: - faciliter la constitution des groupes - mieux vous connaître

destiné à: - faciliter la constitution des groupes - mieux vous connaître DOCTORIALES franco-belges 20112 QUESTIONNAIRE DE PRE-EVALUATION destiné à: - faciliter la constitution des groupes - mieux vous connaître L accès au questionnaire se fera en vous identifiant sur le site

Plus en détail

www.cyberactionjeunesse.ca

www.cyberactionjeunesse.ca www.cyberactionjeunesse.ca CyberAction Jeunesse Canada 2011 Présentation de l organisme Projet pilote Prévention (approche en amont) Mission Objectif CyberAction Jeunesse Canada 2011 Plan de la présentation

Plus en détail

Techniques d accueil clients

Techniques d accueil clients Techniques d accueil clients L accueil est une des phases capitales lors d un entretien de vente. On se rend tout à fait compte qu un mauvais accueil du client va automatiquement engendrer un état d esprit

Plus en détail

LA PNL. Programmation Neuro Linguistique

LA PNL. Programmation Neuro Linguistique LA PNL Programmation Neuro Linguistique Définition : Programmation «A partir des expériences que nous vivons depuis notre enfance (et peut être avant), nous nous créons des programmes de fonctionnement

Plus en détail

Ces enfants ont des besoins spécifiques

Ces enfants ont des besoins spécifiques L Enfant Qui? Par Adoptons-Nous association neuchâteloise de familles adoptantes Les enfants adoptés sont des enfants comme les autres. C est leur histoire qui fait d eux des enfants ayant des besoins

Plus en détail

Intelligence Inventive & Mapping des réseaux de Recherche. Expernova & Active Innovation Management GFII 5 Mars 2015

Intelligence Inventive & Mapping des réseaux de Recherche. Expernova & Active Innovation Management GFII 5 Mars 2015 Intelligence Inventive & Mapping des réseaux de Recherche Expernova & Active Innovation Management GFII 5 Mars 2015 Identification d experts & Mapping des Réseaux de Recherche [ expernova, qui sommes nous?]

Plus en détail

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com Feel Well Work Well POUR MIEUX TRAVAILLER ensemble LE CAPITAL HUMAIN RESTE LA

Plus en détail

Théorie du vote et Visualisation

Théorie du vote et Visualisation Grenoble INP - ENSIMAG Introduction à la Recherche en Laboratoire Rapport de stage Théorie du vote et Visualisation Auteur : Corentin COS Encadrants : Sylvain BOUVERET Renaud BLANCH 19 mai 2014 Résumé

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS Préparé pour: Madeline Bertrand Par: Sample Organization Session: Improving Interpersonal Effectiveness 22 juil. 2014 Behavioral EQ (QE comportemental),

Plus en détail

PM Ressources. Atelier 1: Devenez un As de la Communication. Les Ateliers du Coach

PM Ressources. Atelier 1: Devenez un As de la Communication. Les Ateliers du Coach de ht nive service de l entreprise du Coach Atelier 1: Devenez un As de la Communication progresser en communication et toute personne en situation de difficultés relationnelles Maîtriser les fondamentx

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Nom : # Dossier : Date : QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Dans le questionnaire suivant, nous nous intéressons à votre propre vision de votre condition actuelle,

Plus en détail

PMA.. Quand l intelligence émotionnelle s invite dans le monde de l entreprise La méthode PMA La «Pensée Musicale Active»

PMA.. Quand l intelligence émotionnelle s invite dans le monde de l entreprise La méthode PMA La «Pensée Musicale Active» PMA.. Quand l intelligence émotionnelle s invite dans le monde de l entreprise La méthode PMA La «Pensée Musicale Active» Ouvrir de nouveaux champs de réflexion personnelle et collective par l'approche

Plus en détail

La définition La méthode. Les échelles de mesure L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE

La définition La méthode. Les échelles de mesure L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE L ENQUETE PAR SONDAGE : LA METHODE La définition La méthode Le questionnaire Les biais La passation du questionnaire La validité des réponses Les échelles de mesure Les échelles d évaluation Les échelles

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

Comportements et sentiments. De l ambiguïté dans les émotions? Pierre Molette LERASS PsyCom Toulouse mai 2014

Comportements et sentiments. De l ambiguïté dans les émotions? Pierre Molette LERASS PsyCom Toulouse mai 2014 Comportements et sentiments. De l ambiguïté dans les émotions? Pierre Molette LERASS PsyCom Toulouse mai 2014 www.tropes.fr www.owledge.org www.lerass.com 2 Différentes approches pour l analyse de textes

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

«L impact de l interculturel sur la négociation» construire des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables

«L impact de l interculturel sur la négociation» construire des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables Le Centre de Langues et de Traduction de l Université Libanaise vous invite à prendre part au colloque international : «L impact de l interculturel sur la négociation» qui se tiendra dans les locaux du

Plus en détail

DOSSIER THEMATIQUE LES INFLUENCES SUR LES GROUPES Xavier BEILLAS

DOSSIER THEMATIQUE LES INFLUENCES SUR LES GROUPES Xavier BEILLAS DOSSIER THEMATIQUE LES INFLUENCES SUR LES GROUPES Xavier BEILLAS En psychologie lorsque l'on étudie des groupes on parle de psychologie sociale. Mais qu'est ce que la psychologie sociale? «La psychologie

Plus en détail

Conseiller en Bilans de Compétences : un métier exigeant.

Conseiller en Bilans de Compétences : un métier exigeant. Conseiller en Bilans de Compétences : un métier exigeant. Par Myriam Bousselet Directrice de CBC, formatrice et coach mai 2008 Les conseillers bilans sont pour partie des psychologues, mais les centres

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

Guide à destination des chefs d établissement et des enseignants

Guide à destination des chefs d établissement et des enseignants Guide à destination des chefs d établissement et des enseignants Une démarche pédagogique en éducation au développement durable : Organiser des jeux de rôles (simulations) en milieu scolaire Introduction

Plus en détail

Quels outils pour prévoir?

Quels outils pour prévoir? modeledition SA Quels outils pour prévoir? Les modèles de prévisions sont des outils irremplaçables pour la prise de décision. Pour cela les entreprises ont le choix entre Excel et les outils classiques

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

Livre banc. Contrôle de trajet dynamique : la base de votre WAN hybride

Livre banc. Contrôle de trajet dynamique : la base de votre WAN hybride Contrôle de trajet dynamique : la base de votre WAN hybride Le réseau étendu (WAN, wide area network) a connu bien peu d innovations pendant une grande partie de la dernière décennie. Alors que le reste

Plus en détail

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction?

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction? Le trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? Emmanuelle Pelletier, M.Ps., L.Psych. Psychologue scolaire Octobre 2004 Trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? La personne oppositionnelle

Plus en détail

N Contenu Dates. N Contenu Date 1 Dates 2

N Contenu Dates. N Contenu Date 1 Dates 2 L association : Association Vivre Sa Vie 78 L association Vivre Sa Vie 78 a pour but le développement personnel et professionnel, le mieux-être, une meilleure connaissance de soi et l amélioration de la

Plus en détail

Demande de bourse DGA/LABEX MS2T

Demande de bourse DGA/LABEX MS2T Demande de bourse DGA/LABEX MS2T Titre : Modélisation de personnages virtuels autonomes cognitifs pour la formation à l intelligence collective et à la cohésion d équipe dans des environnements sociotechniques

Plus en détail

APPORT DES RESEAUX BAYESIENS DANS LA PREVENTION DE LA DELINQUANCE

APPORT DES RESEAUX BAYESIENS DANS LA PREVENTION DE LA DELINQUANCE SûretéGlobale.Org La Guitonnière 49770 La Meignanne Téléphone : +33 241 777 886 Télécopie : +33 241 200 987 Portable : +33 6 83 01 01 80 Adresse de messagerie : c.courtois@sureteglobale.org APPORT DES

Plus en détail

Introduction. Présentation Qu est ce qu un manager? Qu est ce qu un collaborateur?

Introduction. Présentation Qu est ce qu un manager? Qu est ce qu un collaborateur? Introduction Présentation Qu est ce qu un manager? Qu est ce qu un collaborateur? Introduction Présentation David ZOUTE Weeziu, Conseil en Evolution Professionnelle Qu est ce qu un manager? Spécialiste

Plus en détail

Institut Pro-Actions. Valorisation du produit action

Institut Pro-Actions. Valorisation du produit action Institut Pro-Actions Valorisation du produit action Présentation des résultats BJ5780 De : Philippe Le Magueresse, Marc Rota, Laurent Gassie / OpinionWay A : Alain Metternich / Dominique Leblanc / Institut

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Résumé de «The psychology of Security- DRAFT»

Résumé de «The psychology of Security- DRAFT» Résumé de «The psychology of Security- DRAFT» 1. Introduction La sécurité est un sentiment et une réalité. La réalité de la sécurité est mathématique, elle est basée sur la probabilité de différents risques

Plus en détail

Jeux sous forme normale

Jeux sous forme normale CHAPITRE 4 Jeux sous forme normale Dans les problèmes de décision, nous avons relié les choix qui pouvaient être faits par un agent avec les utilités qu il pouvait en dériver. L idée qu un agent rationnel

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Certification APAC /IAE LYON

Certification APAC /IAE LYON Certification APAC /IAE LYON Corinne Forgues Corinne Lecot http://iae.univ-lyon3.fr Rappel du contexte du projet APAC / IAE LYON L APAC souhaite pouvoir proposer à ses membres des parcours de formation

Plus en détail

FORMATION FORMATION CERTIFIANTE AU METIER DE COACH. Public. Objectifs : Mode pédagogique : une formation avant tout pratique, novatrice et cohérente.

FORMATION FORMATION CERTIFIANTE AU METIER DE COACH. Public. Objectifs : Mode pédagogique : une formation avant tout pratique, novatrice et cohérente. FORMATION Public Cette action de formation professionnelle au coaching s adresse à ceux et celles qui souhaitent soit devenir coach, soit intégrer les outils du coaching pour enrichir leur pratique professionnelle,

Plus en détail

3. Projet de lecture. Français 30-2. Médias : Fait ou fiction? Cahier de l élève. Nom :

3. Projet de lecture. Français 30-2. Médias : Fait ou fiction? Cahier de l élève. Nom : 3. Projet de lecture Médias : Fait ou fiction? Français 30-2 Cahier de l élève Nom : Fait ou fiction? DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire un texte qui traite de la validité de l information en ligne pour

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

Les représentations sociales des juges et des experts concernant le meilleur intérêt de l enfant dont la garde est contestée

Les représentations sociales des juges et des experts concernant le meilleur intérêt de l enfant dont la garde est contestée Les représentations sociales des juges et des experts concernant le meilleur intérêt de l enfant dont la garde est contestée Elisabeth Godbout Doctorante en service social Université Laval Colloque Autour

Plus en détail

Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1

Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1 Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1 BULLE D AIR Auteurs 1. Référent contact Responsable du projet: Mme BOISSEAU Béatrice Intervenante bien-être Mme PESCHARD Aurélie Enseignante EPS et professeur

Plus en détail

Me définir. Intérêts

Me définir. Intérêts Intérêts Voici quelques exemples de champs d intérêt. Ce sont tous des mots ou groupes de mots pouvant servir à compléter la phrase : «J aime». Ne vous limitez pas à cette liste. Elle est loin d être complète!

Plus en détail

GIND5439 Systèmes Intelligents. Chapitre 1: Intelligence artificielle

GIND5439 Systèmes Intelligents. Chapitre 1: Intelligence artificielle GIND5439 Systèmes Intelligents Chapitre 1: Intelligence artificielle Contenu du chapitre Approches vs Intelligence artificielle Définition de l intelligence Historique Le test de Turing 2 Approches Science

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

D AIDE À L EXPLOITATION

D AIDE À L EXPLOITATION SYSTÈMES D AIDE À L EXPLOITATION P.MARSAUD Juin 2011 UN PEU DE VOCABULAIRE.. L Informatique Industrielle à développé au fil des années de son existence son propre vocabulaire issu de ses métiers et fonctions

Plus en détail

Programmation de services en téléphonie sur IP

Programmation de services en téléphonie sur IP Programmation de services en téléphonie sur IP Présentation de projet mémoire Grégory Estienne Sous la supervision du Dr. Luigi Logrippo Introduction La téléphonie sur IP comme support à la programmation

Plus en détail

Martin Camiré. Colloque AITQ-RISQ Trois-Rivières 20 octobre 2014

Martin Camiré. Colloque AITQ-RISQ Trois-Rivières 20 octobre 2014 Martin Camiré Colloque AITQ-RISQ Trois-Rivières 20 octobre 2014 Plan de présentation Intervention de groupe Définition, constats et enjeux Formation expérientielle à l intervention de groupe Le projet

Plus en détail

L Université du Management HEC-CRC lance l Ecole du Coaching Universelle

L Université du Management HEC-CRC lance l Ecole du Coaching Universelle COMMUNIQUE DE PRESSE L Université du Management HEC-CRC lance l Ecole du Coaching Universelle Validée par un Certificat d Aptitude au Coaching de l Université du Management HEC- CRC, ce nouveau cycle de

Plus en détail

W4 - Workflow La base des applications agiles

W4 - Workflow La base des applications agiles W4 - Workflow La base des applications agiles, W4 philippe.betschart@w4global.com Vous avez dit «workflow»? Processus : Enchaînement ordonné de faits ou de phénomènes, répondant à un certain schéma et

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It?

Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Androids as an Experimental Apparatus: Why Is There an Uncanny Valley and Can we Exploit It? Karl F. MacDorman 1 The Uncanny Valley : Le terme d Uncanny Valley a été défini par Masahiro Mori, chercheur

Plus en détail

CYCLE CONTROLE DE GESTION NIVEAU 2

CYCLE CONTROLE DE GESTION NIVEAU 2 Plan Régional Interministériel de Formation Haute Normandie ECONOMIE FINANCE GESTION CYCLE CONTROLE DE GESTION NIVEAU 2 Dates : 22 et 23 juin 2015 Ginette MONTCHO Cadre de la Fonction Publique Responsable

Plus en détail

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence Justice alternative Lac-Saint-Jean Printemps 2013 OBJECTIFS Démystifier la problématique violence. Promouvoir les solutions pacifiques en matière de résolution de

Plus en détail

Jour 1. Origines et évolution du marketing

Jour 1. Origines et évolution du marketing Jour 1 Origines et évolution du marketing Origines et évolution du marketing Jour 1 Cette journée est consacrée à la présentation de la discipline au travers de trois sous-thèmes : l histoire du marketing,

Plus en détail

Préparation au concours infirmier «Droit commun» (Titulaires du baccalauréat ou homologué)

Préparation au concours infirmier «Droit commun» (Titulaires du baccalauréat ou homologué) Préparation au concours infirmier «Droit commun» (Titulaires du baccalauréat ou homologué) Vous souhaitez vous engager dans le métier d infirmier, vous pouvez intégrer notre cycle préparatoire combinant

Plus en détail

Projet de programme pour l enseignement d exploration de la classe de 2 nde : Informatique et création numérique

Projet de programme pour l enseignement d exploration de la classe de 2 nde : Informatique et création numérique Projet de programme pour l enseignement d exploration de la classe de 2 nde : Informatique et création numérique 19 mai 2015 Préambule L informatique est tout à la fois une science et une technologie qui

Plus en détail

L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Les enjeux et éléments historiques. Principaux concepts et théories sous-jacentes

L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Les enjeux et éléments historiques. Principaux concepts et théories sous-jacentes 9/25/14 L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Présentation du thème 1 Catherine Delgoulet LATI Thème 1 (C. Delgoulet) Comprendre/transformer le travail Les enjeux et éléments historiques

Plus en détail

L'ordinateur oblige à l'autonomie?

L'ordinateur oblige à l'autonomie? L'ordinateur oblige à l'autonomie?!!pas d'autonomie, pas de séance d'informatique...!!les logiciels interactifs permettent d alterner avec la liaison frontale professeur élèves!!mémoire PE2 : Debernardi,

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits.

NOTICE EXPLICATIVE. Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits. NOTICE EXPLICATIVE Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits. écrit. Vous allez être reçu(e) pour relater des faits qui seront

Plus en détail

L évaluation de la performance de la communication media

L évaluation de la performance de la communication media L évaluation de la performance de la communication media Pascal ROOS Enseignant en BTS Management des Unités Commerciales Lycée Edmond Rostand, Saint Ouen l Aumône (95) «Je sais qu un dollar de publicité

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Monter son propre espace web Réf : D01

Monter son propre espace web Réf : D01 1 Monter son propre espace web Réf : D01 Intervenant : Difficile de faire son propre site ou blog? Pas vraiment. Découvrez des outils et services simples pour monter votre propre espace Web et créer le

Plus en détail

Fouille de données et aide à la décision.

Fouille de données et aide à la décision. Fouille de données et aide à la décision. Introduction au datamining. Anne-Claire Haury M2 Informatique Université Denis Diderot Second semestre 2014-2015 1 Introduction 2 Outline 1 Peut-on faire dire

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION

CATALOGUE DE FORMATION CATALOGUE DE FORMATION 2014 Formations en image professionnelle, en efficacité relationnelle, en développement personnel 1 SOMMAIRE Image professionnelle Page 3 Valoriser son image et sa communication

Plus en détail

Les enjeux de la mobilité et de la réalité augmentée dans les jeux éducatifs localisés. GéoEduc3D

Les enjeux de la mobilité et de la réalité augmentée dans les jeux éducatifs localisés. GéoEduc3D Les enjeux de la mobilité et de la réalité augmentée dans les jeux éducatifs localisés Le projet de recherche GéoEduc3D Sylvain GENEVOIS Chargé d études et de recherche (INRP, équipe EducTice) Docteur

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail