Plan de la présentation Introduction présentation La réalité virtuelle pour le jeu pathologique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan de la présentation Introduction présentation La réalité virtuelle pour le jeu pathologique"

Transcription

1 Le monde virtuel au service de la prévention de la rechute du jeu pathologique Stéphane Bouchard, Ph.D., Lucie Laniel, Lynda Poirier Isabelle e Cyr, Josée Dostie, Geneviève e emorency oe cyet Cathy Tétreault t Plan de la présentation Introduction présentation La réalité virtuelle pour le jeu pathologique (30 min.) Première partie du programme de prévention des rechutes (45 min.) CASA, avec démo, suivi de l Odyssée Pause Seconde partie du programme de prévention des rechutes (45 min.) L Odyssée, avec démo, suivi de CASA Résultats préliminaires et conclusion (30 min.) 1

2 Qu est ce que la réalité virtuelle? La réalité virtuelle (RV) est une application permettant à un utilisateur de naviguer et d interagir en temps réel avec un environnement en trois dimensions généré par ordinateur (Pratt, Zyda, & Kelleher, 1995). Cette définition implique trois phénomènes: Interaction Images 3D Immersion Avantages de la RV en santé mentale Créer une expérience émotionnelle à des fins de prévention, de formation ou de thérapie. 2

3 Contraintes imposées aux interventions cognitives comportementales et motivationnelles Éveiller le désir, dans le bureau Disponibilité des stimuli Confidentialité Contexte théorique La démarche de l UQOs est inscrit dans La démarche de luqo sest inscrit dans deux éléments contextuels: Conception du jeu problématique comme une dépendance. Justifié par la dynamique biopsychosociale, les critères applicables, etc. La réduction des méfaits représente plus un angle pour intervenir en focalisant sur d autres facteurs importants plutôt que le trouble lui même. Conception cognitive comportementale. 3

4 Composante Biologie La théorie classique propose que les drogues et stimuli associés aux dépendances activent les régions du cerveau associées au plaisir, et ce en suivant une séquence bien documentée impliquant l aire tegmentale ventrale (VTA), puis le noyau accumbens, puis le cortex préfrontal. Le circuit de renforcement du plaisir => Composante Biologie Les théories plus récentes font maintenant place au conditionnement (p.ex. Incentivesensitization theory, Berrige & Robinson, 2003) Le circuit de renforcement décrit ce qui se passe durant les premières étapes reliées au plaisir (liking) alors que suite au pairage avec les stimuli, ces derniers déclenchent le circuit avant la consommation (wanting), ce qui créé une sensation de désir et implique désormais les régions associées à la mémoire (hypothalamus) et à l apprentissage émotionnel (amygdale). 4

5 Ces théories accentuent les liens entre la psychologie et la neurologie Everitt & Robbins, 2005 Franken, 2003 Composante Cognitive Situation à haut risque Pensées et croyances activées Sensation de besoin Pensées et croyances facilitantes Consommation (ou rechute) Allocation des ressources à des stratégies éi de coping instrumentales Adapté de Beck, Wright & Newman, 1993 Voir aussi Beck, Archives of General Psychiatry. 5

6 Modèle pour le jeu pathologique (Inspiré de Ladouceur & Lachance, 2007) Pensées envers le jeu Désirs et tentation Se trouver dans une situation à risque Gains Pause dans le cycle «je suis cassé» Première mise Pertes Motivation à rejouer «se refaire» Mises plus grandes Contraintes pour la prévention et le traitement du jeu excessif Un des défis dans le traitement des dépendances, incluant le jeu, est la difficulté de travailler en séance avec des gens qui sont «à froid» émotionnellement. Les choses se déroulent différemment lorsque la personne est confrontée à la tentation. Les croyances dysfonctionnelles sont activées Les pulsions et les émotions sont activées La motivation est plus ébranlée C est plus difficile de résister 6

7 La RV: une solution potentielle Projet sur 4 ans Subventionné par la Fondation Mise sur Ti Toi Développer un environnement virtuel pour le jeu excessif (prévention, etc.). Membres du comité aviseur: Mireille Beaulieu (Centre André Boudreau, Laurentides) Laurent Brisson (Centre Ubald-Villeneuve, Québec) Andrée-Chantal Charette (Centre Jellinek, Outaouais) Rachel Fraser (Centre LifeSong, Outaouais) Lucie Laniel (Maison l Odyssée, Québec) Lynda Poirier (Centre CASA, Québec) Présentation des stimuli (ALV et casino) Processus de développement: Réunion de développement de scénario Brainstorming avec le comité aviseur Mise sur papier du scénario Validation par le comité et l équipe technique Élaboration des requis techniques Besoins en contenu psychologique P.ex., Igor qui se choque, Nikki qui se fait les ongles. Règles du jeu Modélisation 3D Programmation Contre validation de la validation alpha 7

8 8

9 Vidéo du bar (point de vue du client) Le client est invité à s arrêter à différents endroits pour appliquer des stratégies vues en thérapie Vidéo du bar (immersion dans la voûte) 9

10 Casino en réalité virtuelle 10

11 Vidéo du casino (point de vue du client) 11

12 Présentation de l Étude 1 ou passer au programme, selon le temps... Étude 1 Compléter une étude empirique démontrant la validité de deux environnements virtuels créés dans le cadre du projet. 31 joueurs: Jouer au moins une fois par mois aux appareils de loterie vidéo (ALV) 36 non joueurs: Ne pas jouer aux ALV plus de 2 fois par année. 12

13 Équipement Résultats Désir de jouer Plaisir anticipé Effet Condition: F (1,62) = 10.87, p <.01 Effet Interaction: F (3,186) = 11.53, p <

14 Résultats Désir de jouer Pulsion à jouer Effet Condition: F (1,62) = 7.51, p <.01 Effet Interaction: F (3,186) = 4.97, p <.01 Résultats Désir de jouer Soulagement à jouer Effet Condition: F (1,62) = 2.88, ns Effet Interaction: F (3,186) = 1.42, ns 14

15 Étude 2 Efficacité clinique La collecte de données se poursuit afin d évaluer l efficacité ité de l environnement de bar / ALV dans la prévention de la rechute. En date d octobre joueurs (Casa et Maison l Odyssée) Moyenne d âge = 46 ans; 57 % d hommes. SOGS moyen = Somme moyenne jouée par mois: $ RV = 10 Imagination = 7 Résultats préliminaires Effet Temps: F (1,15) = 9.26, p <.01 Effet Interaction: F (1,15) =.16, ns 15

16 Conclusion Le virtuel fait sa place dans le réel Le Québec développe des stratégies innovatrices potentiellement ti tutiles pour le jeu excessif. La réalité virtuelle ouvre la voie à: Adapter les outils de prévention Rechute, détection de stimuli associés à un risque élevé, etc. Adapter les outils de traitement Faire la thérapie à chaud, identifier des moments clés, etc. La dissémination de cet outil d intervention. 16

17 25/10/2011 A.I.T.Q Le projet virtuel de l U.Q.O. 1 Centre CASA prône l expérientiel En scène à l A.I.T.Q.! Ce qu on en pense 2 1

18 25/10/2011 Vous savez que... 3 Évaluer la santé du participant Remise de questionnaires 4 2

19 25/10/2011 Critères d inclusion Critères d exclusion Un volontaire? 5 Jouer= Euphorie 7 étapes pour analyser 6 3

20 25/10/2011 Cybermalaises 7 En regardant le guichet automatique, au départ Près de la porte et des fumeurs, avant d entrer dans le bar 8 4

21 25/10/2011 Au coin du bar, près de la caisse À la flaque d eau, au coin de la table de pool

22 25/10/2011 dans 15 minutes! sans frais 11 6

23 MAISON L ODYSSÉE POUR JOUEURS COMPULSIFS Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute PREMIÈRE SÉANCE (AJOUTS) Réactions observées : Immersion immédiate : Excitation dès le début de l immersion Pensées erronées Certains sont déçus de ne pas pouvoir jouer Déçus de ne pas retrouver leur jeu préféré (pas de choix) 1

24 PREMIÈRE SÉANCE (SUITE) Indifférence : Aucune excitation Moins absorbés parce que: Ne croit pas à l environnement, le trouve peu réaliste Ils se savent en contexte virtuel, ne se laissent pas aller Ne sont pas dans l état émotif pour aller jouer (frustration, solitude) PREMIÈRE SÉANCE (SUITE) Observations : Difficulté à s arrêter aux endroits indiqués. Vont directement aux machines Certains n entendent pas le son et argumentent sur le fait qu il y en avait Exemples: N entend plus l intervenant et les indications tellement l excitation est grande. Se lève debout immédiatement. Rouge et tremblement. 2

25 DEUXIÈME SÉANCE Buts de la deuxième rencontre : Prévention de la rechute Évaluer la modification de la pensée Risque de rechute Évolution des acquis Les pensées erronées reviennent-elles? elles? Situations à risques Désensibilisation DEUXIÈME SÉANCE (SUITE) Déroulement de la deuxième séance : Choix de deux situations Mode solution Libre dans l environnement (prise de décision) Modification de la pensée 3

26 DEUXIÈME SÉANCE (SUITE) Réactions Observés : Reste indifférent comme la première fois Diminution de l excitation par rapport à la première fois Plus d excitation que ce qu ils croyaient DEUXIÈME SÉANCE (SUITE) Résultats observés, impacts, constats : Prennent conscience de leur vulnérabilité (risque de rechute) Prolongement de thérapie (offre aux clients) Substance pour les suivis individuels Clients se parlent, (mensonge afin de participer??) Biais Diminution globale du goût de jouer (honte de le dire à la fin de leur thérapie??) Jeunesse moins perméable à la réalité virtuelle 4

27 EXEMPLES Exemples de réactions : Mal au cœur, veut sortir Difficulté à changer la pensée : juste un 20$ La consommation d alcool Sentiment de culpabilité, incompatible avec la thérapie 5

Efficacité de la réalité virtuelle pour faciliter la prévention de la rechute auprès de joueurs en traitement

Efficacité de la réalité virtuelle pour faciliter la prévention de la rechute auprès de joueurs en traitement Efficacité de la réalité virtuelle pour faciliter la prévention de la rechute auprès de joueurs en traitement Stéphane Bouchard*, Ph.D. Département de Psychoéducation et de Psychologie Université du Québec

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent)

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) Colloque Européen et International THS 10, le 14 octobre 2011 Marthylle LAGADEC Marie GRALL-BRONNEC,

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

Présentation d un protocole de traitement utilisant la réalité virtuelle pour traiter le jeu pathologique.

Présentation d un protocole de traitement utilisant la réalité virtuelle pour traiter le jeu pathologique. Présentation d un protocole de traitement utilisant la réalité virtuelle pour traiter le jeu pathologique. Stéphane Bouchard, Marie Claude Gagné, Jennifer Mercure, Isabelle Provencher et Isabelle Giroux

Plus en détail

Une origine évolutive ancienne UNE ORIGINE ÉVOLUTIVE ANCIENNE 01/10/2014 LES SCHÉMAS NEUROBIOLOGIQUES DU CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE

Une origine évolutive ancienne UNE ORIGINE ÉVOLUTIVE ANCIENNE 01/10/2014 LES SCHÉMAS NEUROBIOLOGIQUES DU CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE 01/10/2014 Journées d études de l Institut des Actuaires et du SACEI LES SCHEMAS NEUROBIOLOGIQUES DE LA PRISE DE RISQUE Marion Noulhiane, PhD Neurosciences. Journées d études de l Institut des Actuaires

Plus en détail

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Unité de Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitive, Université de Genève Jeu problématique / pathologique:

Plus en détail

Bases neurobiologiques de la récompense

Bases neurobiologiques de la récompense Bases neurobiologiques de la récompense Le système de récompense est la base neurobiologique de l'apprentissage. Il est indispensable à la survie, car il fournit la motivation nécessaire à la réalisation

Plus en détail

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive

Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive Addictions sexuelles Les stratégies thérapeutiques pour réajuster une sexualité compulsive PARIS CSAPA BIZIA Dr Daulouède (Bayonne) lagadecaddiction@gmail.com Marthylle LAGADEC Psychologue clinicienne

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

La psychologie scientifique au service de l humain

La psychologie scientifique au service de l humain THERAPIES COGNITIVO COMPORTEMENTALES La psychologie scientifique au service de l humain Ces techniques interviennent à 3 niveaux COMPORTEMENT -COGNITIF- EMOTIONNEL Environnement Comportement Cognition

Plus en détail

Le réentrainement attentionnel

Le réentrainement attentionnel Le réentrainement attentionnel Une nouvelle méthode pour réduire les troubles émotionnels Alexandre Heeren a, b a Groupe de recherche en Psychopathologie et Neurosciences, Université catholique de Louvain

Plus en détail

HABITUDES PROBLÉMATIQUES DE JEUX DE

HABITUDES PROBLÉMATIQUES DE JEUX DE HABITUDES PROBLÉMATIQUES DE JEUX DE HASARD ET D ARGENT À L ADOLESCENCE: DE L EXPÉRIENCE À UNE RATIONALISATION SOCIALE Annie-Claude Savard, M. Serv. Soc., candidate au doctorat, École de Service Social,

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

Le circuit de la récompense

Le circuit de la récompense Le circuit de la récompense Vincent Roy, MCF Laboratoire PSY.CO EA 1780 Psychologie et Neurosciences de la Cognition Neurosciences Comportementales Animales Ce document est destiné aux étudiants de Biologie

Plus en détail

De la conception à l évaluation d un jeu vidéo éducatif

De la conception à l évaluation d un jeu vidéo éducatif De la conception à l évaluation d un jeu vidéo éducatif Application à l enseignement du jazz avec le jeu Pads n Swing guillaume.denis@ensmp.fr Centre de recherche en informatique Ecole des mines de Paris

Plus en détail

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 novembre 2012 Cadre de mieux-être en Le cadre de notre

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

La contribution des pères au développement de leur enfant

La contribution des pères au développement de leur enfant Activité 1 La contribution des pères au développement de leur enfant Le père: Un rôle en évolution Théorie de l évolution Question de survie! Homme Animaux Christine Gervais, Ph. D., Professeur au département

Plus en détail

LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE

LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE LE PHÉNOMÈNE DU POKER : ÉTAT DE LA SITUATION ET RÉFLEXION CRITIQUE Magali Dufour, Ph.D. Faculté de médecine et des sciences de la Santé Natacha Brunelle, Ph.D. Université du Québec à Trois-Rivières Sévrine

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA PRÉVENTION DU TABAGISME ET DU SEVRAGE TABAGIQUE

PRISE EN CHARGE DE LA PRÉVENTION DU TABAGISME ET DU SEVRAGE TABAGIQUE PRISE EN CHARGE DE LA PRÉVENTION DU TABAGISME ET DU SEVRAGE TABAGIQUE 1/ UNE PRÉSENTATION DES OBJECTIFS PRÉCIS DE FORMATION : Objectifs généraux : 5 Réduire la mortalité et la morbidité des maladies liées

Plus en détail

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques.

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. LUDIVINE FAGES Infirmière Anesthésiste/Hypnopraticien DIU aide au sevrage tabagique Année universitaire 2014/2015

Plus en détail

Place des thérapies cognitives et comportementales dans le traitement de la dépression avec complications suicidaires. Réal Labelle, M.Ps., Ph.D.

Place des thérapies cognitives et comportementales dans le traitement de la dépression avec complications suicidaires. Réal Labelle, M.Ps., Ph.D. Place des thérapies cognitives et comportementales dans le traitement de la dépression avec complications suicidaires Réal Labelle, M.Ps., Ph.D. Département de psychologie, UQÀM Centre de recherche et

Plus en détail

Introduction. Études classiques font généralement varier 3 niveaux de peur. Principe de l utilisation de la peur en marketing social

Introduction. Études classiques font généralement varier 3 niveaux de peur. Principe de l utilisation de la peur en marketing social Notion de peur Introduction «Facteur indispensable à la survie des espèces car sans elle, une indifférence totale s installe par rapport à la mort» (Dantzer, 1989) Études classiques font généralement varier

Plus en détail

Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans?

Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans? Onzième colloque annuel de la Société québécoise d évaluation de programme La pratique de l évaluation de programme: quoi de neuf depuis 10 ans? L évaluation formative d une intervention interdisciplinaire

Plus en détail

L ACTION DES DROGUES SUR

L ACTION DES DROGUES SUR L ACTION DES DROGUES SUR 16 Système de recapture de la dopamine Neuromédiateur (dopamine) Récepteur spécifique à dopamine >>LA DOPAMINE ET LE «CIRCUIT DE LA RÉCOMPENSE» Les drogues qui agissent le plus

Plus en détail

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage?

Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Consommation conjointe cigarette et cannabis Quelles implications pour le sevrage? Isabelle Jacot Sadowski Policlinique médicale universitaire Lausanne Berne, 03.12.2009 1 Problématique Décision d arrêt

Plus en détail

OPTION Neurobiologie. Les Emotions

OPTION Neurobiologie. Les Emotions OPTION Neurobiologie Les Emotions 1. Situation du Problème a. Qu est-ce qu une émotion? C est une sensation plus ou moins nette de plaisir ou de déplaisir que l on peut reconnaître en soi ou prêter aux

Plus en détail

Les cyberaddictions. Daniele Zullino Médecin chef de service Privatdocent Faculté de Médecine UNIGE. Service d addictologie

Les cyberaddictions. Daniele Zullino Médecin chef de service Privatdocent Faculté de Médecine UNIGE. Service d addictologie Les cyberaddictions Daniele Zullino Médecin chef de service Privatdocent Faculté de Médecine UNIGE Centre collaborateur OMS pour la recherche sur les addictions Agenda C est quoi une addiction? L addiction

Plus en détail

Logiciels pour le traitement des troubles anxieux et du jeu pathologique

Logiciels pour le traitement des troubles anxieux et du jeu pathologique Cliniques et Développement In Virtuo 4431588 Canada Inc. 15 rue Taschereau, Suite 220, Gatineau (Québec), J8Y 2V6 CANADA Logiciels pour le traitement des troubles anxieux et du jeu pathologique Cliniques

Plus en détail

Accompagner un changement orienté

Accompagner un changement orienté Accompagner un changement orienté Quelles compétences développer? Mai 2011 Louise Lafortune Université du Québec à Trois-Rivières Téléphone : 819-376-5011 poste 3644 Louise.lafortune@uqtr.ca Contenu Introduction

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION FORMATION LEADERSHIP ACCOMPAGNEMENT PROFESSIONNELS STRUCTURE DU PROGRAMME Programme de formation : 15 jours Siège social : 3B, Rue Taylor, CS 20004 75481 PARIS Cedex 10 Programme

Plus en détail

La psychologie clinique cognitive et comportementale. Introduction - Aspects historiques. Lectures obligatoires

La psychologie clinique cognitive et comportementale. Introduction - Aspects historiques. Lectures obligatoires La psychologie clinique cognitive et comportementale Introduction - Aspects historiques Lectures obligatoires Légeron, P. & Van Rillaer, J. (1999). Approche théorique des thérapies comportementales et

Plus en détail

La prévention, un travail d éd. équipe. Le programme PEC, une intervention multimodale. et de leurs parents. Martin Gendron, Ph.D.

La prévention, un travail d éd. équipe. Le programme PEC, une intervention multimodale. et de leurs parents. Martin Gendron, Ph.D. La prévention, un travail d éd équipe : Le programme PEC, une intervention multimodale auprès s d adolescents d en difficulté de comportement et de leurs parents. Martin Gendron, Ph.D. Université du Québec

Plus en détail

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Repérage et interv le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Je déclare n avoir aucun lien direct ou indirect avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

* 1 L entretien motivationnel: objectifs. * 2 Rappel de la psychologie de la personne alcoolique * 3 Les méthodes approfondies

* 1 L entretien motivationnel: objectifs. * 2 Rappel de la psychologie de la personne alcoolique * 3 Les méthodes approfondies * 1 L entretien motivationnel: objectifs * a - Définition * b - Les deux phases techniques * 2 Rappel de la psychologie de la personne alcoolique * 3 Les méthodes approfondies * a - Les 4R, la grille SECA

Plus en détail

Présentation de deux projets de formation Ginette Berteau Martin Camiré Sophie Lussier

Présentation de deux projets de formation Ginette Berteau Martin Camiré Sophie Lussier Présentation de deux projets de formation Ginette Berteau Martin Camiré Sophie Lussier 1 Plan de présentation Objectifs Spécificité de l intervention de groupe (définition et caractéristiques) Pertinence,

Plus en détail

Former n est pas jouer.

Former n est pas jouer. Former n est pas jouer. Pour quels objectifs et à quelles conditions miser sur la pédagogie ludique? Emmanuelle ROHOU, Consultante-experte en Sciences de l Education 1. Le principe de l utilisation du

Plus en détail

FORMATION A LA THERAPIE FAMILIALE ET A L INTERVENTION SYSTEMIQUE

FORMATION A LA THERAPIE FAMILIALE ET A L INTERVENTION SYSTEMIQUE IFISAM Institut de Formation à Intervention en Santé Mentale A.S.B.L. FORMATION A LA THERAPIE FAMILIALE ET A L INTERVENTION SYSTEMIQUE Début du cycle VIII de formation en septembre 2011 Coordination :

Plus en détail

Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne

Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne Jeune, vulnérabilité, société et communication avec l adulte Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne PLAN DE L EXPOSE Concepts: de l

Plus en détail

Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique. Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral

Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique. Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral Pour plus d informations 1. En théorie Plan 2. En pratique 3. Et l écologie dans tout

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux concernant la certification de certaines ressources offrant de l hébergement

Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux concernant la certification de certaines ressources offrant de l hébergement Projet de loi n o 56 Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux concernant la certification de certaines ressources offrant de l hébergement Mémoire présenté en commission parlementaire

Plus en détail

L APPROCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE EN ADDICTOLOGIE. David Lefebvre, psychologue

L APPROCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE EN ADDICTOLOGIE. David Lefebvre, psychologue L APPROCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE EN ADDICTOLOGIE David Lefebvre, psychologue LA NEUROPSYCHOLOGIE Neuropsychologie: étude des liens entre les lésions cérébrales et les conséquences sur les comportements des

Plus en détail

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives Benoît MELET (Paris) Dr DINTRANS Jean Roger (Paris) I Les quatre champs du coaching L univers sportif

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Programmes. Process Thérapie Model Process Guidance Model. Ateliers cliniques PTM 1 PTM 2 PTM 3

Programmes. Process Thérapie Model Process Guidance Model. Ateliers cliniques PTM 1 PTM 2 PTM 3 Programmes Process Thérapie Model Process Guidance Model Process Thérapie Model PTM 1 PTM 2 PTM 3 Ateliers cliniques Initiation hypnose Ericksonienne Les doubles contraintes Initiation Analyse Transactionnelle

Plus en détail

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be Table des matières 1 Introduction...3 2 Pourquoi choisir Health@Work?...3 2.1 Concentrez-vous désormais sur vos activités clés...4 2.2 Nombreuses fonctionnalités

Plus en détail

Un Cadre de référence qui fait la différence : la dépendance, l'affaire de tous

Un Cadre de référence qui fait la différence : la dépendance, l'affaire de tous Un Cadre de référence qui fait la différence : la dépendance, l'affaire de tous Présentation par Josée Woods, spécialiste en activités cliniques et Mélissa Sénécal, infirmière en dépendances Présentation

Plus en détail

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises 1 Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises Luca Fumagalli Adjoint au chef du Service des établissements spécialisés et délégué du canton au groupe d accompagnement

Plus en détail

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h LES JEUDIS DE L INSTITUT (Jeudis CDC-IUD) PROGRAMMATION 2013-2014 Formation, consultation et enseignement INITIATION AUX CONCEPTS DE BASE EN DÉPENDANCE 26 septembre 2013 SENSIBILISATION À L APPROCHE MOTIVATIONNELLE

Plus en détail

Pour un continuum de services intégrés

Pour un continuum de services intégrés Trois applications Trois niveaux d interventions différents 2 e partie de l atelier 3-VS4 Des moyens pour faire face à la complexité (suite ) Pour un continuum de services intégrés 1 3e Congrès Biennal

Plus en détail

LE COACHING? C'est quoi? A quoi ça sert? Comment ça marche? Mireille Allée et Gérard Vaillant Avril 2011, SICFOR-FCF

LE COACHING? C'est quoi? A quoi ça sert? Comment ça marche? Mireille Allée et Gérard Vaillant Avril 2011, SICFOR-FCF LE COACHING? C'est quoi? A quoi ça sert? Comment ça marche? Mireille Allée et Gérard Vaillant Avril 2011, SICFOR-FCF Déroulé 1. Vivre un coaching en live 2. Coaching qu est ce que c est? 3. Cadre déontologique

Plus en détail

Internet et les adolescents les nouvelles technologies

Internet et les adolescents les nouvelles technologies Internet et les adolescents les nouvelles technologies Lausanne, GREA, 29 mars 2012 Journée cyberaddiction Prof. PA Michaud, UMSA, CHUV PLAN 1. Les nouvelles technologies et les processus de l adolescence

Plus en détail

L ALCOOL AUX TABLES DE JEU : UN CHOIX DE SOCIÉTÉ

L ALCOOL AUX TABLES DE JEU : UN CHOIX DE SOCIÉTÉ L ALCOOL AUX TABLES DE JEU : UN CHOIX DE SOCIÉTÉ Avis présenté par le Centre Dollard-Cormier Institut universitaire sur les dépendances À la Commission de la santé et des services sociaux Consultations

Plus en détail

Motivation du projet

Motivation du projet Travail préventif auprès des groupes à haut risque de consommation de substances psychoactives: ces groupes sont: les enfants, les jeunes, les jeunes adultes et leurs parents Regio Roeselare Motivation

Plus en détail

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão LES PSYCHOTHÉRAPIES Filipe Galvão PLAN Introduction / définitions Psychothérapie de soutien Thérapies comportementales et cognitives Psychanalyse Hypnose Thérapies à médiation corporelle Thérapies collectives

Plus en détail

La prévention des conduites addictives en collectivité

La prévention des conduites addictives en collectivité Colloque SANTE SECURITE AU TRAVAIL Les collectivités territoriales face aux conduites addictives Alcool, drogues, médicaments,... Comment prévenir et gérer les consommations et addictions des agents? Laurent

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAITEMENT DE L ALCOOLISME ET DE LA TOXICOMANIE

PROGRAMME DE TRAITEMENT DE L ALCOOLISME ET DE LA TOXICOMANIE PROGRAMME DE TRAITEMENT DE L ALCOOLISME ET DE LA TOXICOMANIE Vous êtes-vous déjà questionné sur votre consommation d alcool ou de drogue? Votre consommation a-t-elle affecté votre santé, vos relations

Plus en détail

ALCOOLISME ET DEPENDANCE. Journée AFISTEB Novembre 2007 Docteur Luc BUELENS

ALCOOLISME ET DEPENDANCE. Journée AFISTEB Novembre 2007 Docteur Luc BUELENS ALCOOLISME ET DEPENDANCE Journée AFISTEB Novembre 2007 Docteur Luc BUELENS I. INTRODUCTION Consommateurs de boissons alcoolisées: +/- 60 à 70% de la population Suède: consommation le WE ++ : accidents,

Plus en détail

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients BURN OUT Le burn out est un syndrome touchant les personnes impliquées auprès d'autrui et tout particulièrement dans une relation de soin. Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel qui se

Plus en détail

Existe-t-il des différences entre les caractéristiques des joueurs d appareils de loterie vidéo selon les sites de jeu fréquentés?

Existe-t-il des différences entre les caractéristiques des joueurs d appareils de loterie vidéo selon les sites de jeu fréquentés? Existe-t-il des différences entre les caractéristiques des joueurs d appareils de loterie vidéo selon les sites de jeu fréquentés? Activité de transfert des connaissances Multiples facettes du jeu Rencontre

Plus en détail

Addictions et dépendances

Addictions et dépendances Addictions et dépendances Joëlle Visier Médecin Tabacologue CES de Bobigny/CPAM 93 Dr Hervé LE CLESIAU - Médecin Directeur Drogue, toxicomanie, addiction Faiblesse, vice, manie Souffrance, maladie Récompense,

Plus en détail

CapRésilience Développeur de Talent Process COACHING des personnes Coaching Professionnel Pour les particuliers en Entreprise V1Janvier 2015 Le Coaching de vie Définition : Permettre à un coaché qui sera

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

Martin Camiré. Colloque AITQ-RISQ Trois-Rivières 20 octobre 2014

Martin Camiré. Colloque AITQ-RISQ Trois-Rivières 20 octobre 2014 Martin Camiré Colloque AITQ-RISQ Trois-Rivières 20 octobre 2014 Plan de présentation Intervention de groupe Définition, constats et enjeux Formation expérientielle à l intervention de groupe Le projet

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

Mise en garde 418 523-1502

Mise en garde 418 523-1502 Mise en garde Afin de compléter ce questionnaire, nous te recommandons d être accompagné d un adulte afin de pouvoir valider certaines informations. Sinon, nous t invitons à contacter les intervenants

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire : une addiction?

Les troubles du comportement alimentaire : une addiction? Les troubles du comportement alimentaire : une addiction? Daniele Zullino Centre collaborateur OMS pour l enseignement et la recherche sur les addictions Produit Prédisposition Endophénotype ce qui sous-tend

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

Cartes heuristiques et schémas conceptuels

Cartes heuristiques et schémas conceptuels Cartes heuristiques et schémas conceptuels En animation et en travail de groupe, la prise de note, l organisation des informations et leur utilisation efficace sont d une grande aide pour favoriser la

Plus en détail

Le travail en équipe : une formule pédagogique mais pas une formule magique!

Le travail en équipe : une formule pédagogique mais pas une formule magique! Le travail en équipe : une formule pédagogique mais pas une formule magique! Par Stéphanie Fissette Atelier du 16 avril 2015 Comité de la pédagogie universitaire 1. Le travail collaboratif est-il une stratégie

Plus en détail

Définitions Approches managériales Approches psychologiques

Définitions Approches managériales Approches psychologiques Séminaire [CID] : Créativité, Innovation, Décision Partie B : DECISION Définitions Approches managériales Approches psychologiques www.evoreg.eu M2i : Management International de l Innovation Emmanuel

Plus en détail

Le coût social du jeu excessif

Le coût social du jeu excessif Le coût social du jeu excessif Jeu et précarité Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu Claude Jeanrenaud Dimitri Kohler Institut de recherches économiques Université de Neuchâtel

Plus en détail

L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques

L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques Emploi Québec Mauricie L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques Août 2003 Plan de la présentation Introduction : la toile de fond Le contexte économique

Plus en détail

Maladie de Parkinson et le jeu pathologique. Une problématique méconnue Dominic Nadeau, B.A. Isabelle Giroux, Ph.D. Martine Simard, Ph.D.

Maladie de Parkinson et le jeu pathologique. Une problématique méconnue Dominic Nadeau, B.A. Isabelle Giroux, Ph.D. Martine Simard, Ph.D. Maladie de et le jeu pathologique Une problématique méconnue Dominic Nadeau, B.A. Isabelle Giroux, Ph.D. Martine Simard, Ph.D. Plan de la présentation Facteurs génétiques et biologiques dans le développement

Plus en détail

Des neurosciences aux traitements : Le pharmacien face aux addictions

Des neurosciences aux traitements : Le pharmacien face aux addictions Des neurosciences aux traitements : Le pharmacien face aux addictions Colloque national de pharmacie Marrakech, 2 février 2013 Jalil Bennani Psychiatre et psychanalyste (Rabat) Habilité à diriger les recherches

Plus en détail

Enseigner le management des organisations

Enseigner le management des organisations Enseigner le des organisations Par l expérimentation Introduction L économie expérimentale Se définit comme l utilisation de l expérimentation en tant que méthode d investigation en économie. Il s agit

Plus en détail

Une école prête à accueillir des enfants de 4 ans

Une école prête à accueillir des enfants de 4 ans Une école prête à accueillir des enfants de 4 ans à plein temps, en milieu défavorisé. 2013 Nathalie Guimont, consultante en éducation Introduction Comment bien se préparer à accueillir, à l école maternelle,

Plus en détail

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX?

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? Projet formulé à partir de ma pratique de terrain: Constats Public défavorisé Plus le niveau d instruction est bas plus plus le risque est grand de développer des troubles

Plus en détail

Les Déterminants et Conséquences du Jeu pour le Bien-Être des Aînés

Les Déterminants et Conséquences du Jeu pour le Bien-Être des Aînés Les Déterminants et Conséquences du Jeu pour le Bien-Être des Aînés XXXIXe Colloque Trois-Rivières, 2011 Robert J. Vallerand, Ph.D., FRSC Ariane St-Louis, M.A. Laboratoire de Recherche sur le Comportement

Plus en détail

Table des matières. 1. La performance organisationnelle : définition et mesure... 16

Table des matières. 1. La performance organisationnelle : définition et mesure... 16 Table des matières PRÉFACE... 5 Patrice Roussel AVANT-PROPOS ET REMERCIEMENTS... 11 Sylvie Saint-Onge et Victor Y. Haines III CHAPITRE 1 LA GESTION DES PERFORMANCES DES ORGANISATIONS ET DES PERSONNES..

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

Programme d aide aux employés. Par Denis GOBEILLE

Programme d aide aux employés. Par Denis GOBEILLE Programme d aide aux employés Par Denis GOBEILLE Les difficultés des employés Santé mentale au Canada 1 Canadien sur 10 souffre de l'une ou l'autre des affections suivantes D une dépression; De manies;

Plus en détail

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Présentation des différents RPS et de leurs mécanismes La prévention collective des RPS: étapes, objectifs, ressources Sur le plan physique Migraines, maux d'estomac,

Plus en détail

Consommation de substances

Consommation de substances Consommation de substances Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : B 7.6 analyser les facteurs sociaux susceptibles d influencer le

Plus en détail

Fiche Synthèse aide au concours 2SEP ENS Rennes. La motivation

Fiche Synthèse aide au concours 2SEP ENS Rennes. La motivation La motivation 1) Définition La motivation comprend des comportements adaptatifs mais aussi non adaptatifs : l élève peut montrer de la motivation en EPS mais pas envers la tâche prescrite Ex : : élève

Plus en détail

Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation

Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation Les fonctions exécutives: le vocabulaire et son utilisation Formation offerte par Dominic Gauthier Conseiller pédagogique Gauthier.dominic@cscapitale.qc.ca 17 octobre 2014 Ordre du jour Fonctions cognitives

Plus en détail

Travail en groupe Apprendre la coopération

Travail en groupe Apprendre la coopération Travail en groupe Apprendre la coopération Travailler en groupe, en atelier peut répondre à de nombreux objectifs qui peuvent être très différents les uns des autres. Nous insisterons ici sur les pratiques

Plus en détail

La théorie du Flow. Psychologie du bonheur. Psychologie de l expérience optimale

La théorie du Flow. Psychologie du bonheur. Psychologie de l expérience optimale La théorie du Flow Psychologie du bonheur Psychologie de l expérience optimale Olivier Guillaneux Double activité : Consultant en management, Groupe Ressources & Changement wwwressources-et-changementcom

Plus en détail

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté 27e Entretiens Jacques Cartier Sherbroke, le 6 octobre 2014 Le suivi intensif dans

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL Anne Marie LANUSSE Éducatrice Spécialisée à l ADAPEI des Pyrénées Atlantiques INTERVENTION A LA 3ème JOURNEE SCIENTIFIQUE DE REZOPAU LES OBJECTIFS Mener

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille

Gestion du stress et de l anxiété par les TCC. Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Gestion du stress et de l anxiété par les TCC Dr Dominique SERVANT dominique.servant@chru-lille.fr Unité stress et anxiété CHRU de Lille Rappel sur les bases du modèle cognitif du stress Définitions du

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs :

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs : Logique dépannage La logique de dépannage dépend d une multitude d aspect, et un de ses aspects que j ai pu constater avec le temps en tant que formateur est que les techniciens industriels apprennent

Plus en détail

Dopage-addiction. Définitions (point de vue pharmacologique) Dr Maryse Lapeyre-Mestre

Dopage-addiction. Définitions (point de vue pharmacologique) Dr Maryse Lapeyre-Mestre Dopage-addiction Définitions (point de vue pharmacologique) Dr Maryse Lapeyre-Mestre Centre d Evaluation et d Information sur la Pharmacodépendance-Addictovigilance Service de Pharmacologie Clinique CHU

Plus en détail

PROTOCOLE Pour favoriser la réduction des cybermalaises Laboratoire de Cyberpsychologie (UQO) mars 2003. Ajustement de l équipement

PROTOCOLE Pour favoriser la réduction des cybermalaises Laboratoire de Cyberpsychologie (UQO) mars 2003. Ajustement de l équipement PROTOCOLE Pour favoriser la réduction des cybermalaises Laboratoire de Cyberpsychologie (UQO) mars 2003 Ajustement de l équipement Ajuster la sensibilité de l appareil de suivi des déplacements («tracker»)

Plus en détail

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Objectifs 1. Définition des risques psychosociaux 2. La prévention des risques psychosociaux

Plus en détail

Le développement de l'être dans sa globalité

Le développement de l'être dans sa globalité Le développement de l'être dans sa globalité «Devenez la plus belle version de vous-même» Dalai Lama La PNL vous offre la possibilité de maximiser l utilisation de vos ressources, d améliorer votre capacité

Plus en détail

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC

INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE. Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC INTÊRET DES TCC EN TABACOLOGIE Gilbert GERMAINI Dr en Psychologie Tabacologue TCC Pourquoi les TCC en tabacologie? «Chez environ la moitié des fumeurs les plus dépendants on retrouve des antécédents d

Plus en détail

Exposé de Robert Ladouceur (robert.ladouceur@psy.ulaval.ca) proposé par l association poitevine de TCC APCTCC, le 14 janvier 2012

Exposé de Robert Ladouceur (robert.ladouceur@psy.ulaval.ca) proposé par l association poitevine de TCC APCTCC, le 14 janvier 2012 Exposé de Robert Ladouceur (robert.ladouceur@psy.ulaval.ca) proposé par l association poitevine de TCC APCTCC, le 14 janvier 2012 Le TAG est le trouble anxieux le moins connu et le moins diagnostiqué.

Plus en détail