S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire"

Transcription

1 S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire Nathalie Gettliffe, Université de Strasbourg Hortense Rengade-Bouchard, Académie du Bas-Rhin Diversité linguistique et culturelle à l école primaire et formation professionnelle: regards croisés entre expériences des praticiens et recherches scientifiques Equipe Didactiques/ELLIADD (EA 4661), UFC, ESPE de Franche-Comté, en collaboration avec le CASNAV de l académie Besançon. Journée d étude du 29 janvier 2014, Besançon.

2 Problématique Accueil des Enfants Allophones Nouvellement Arrivés (EANA) dans des structures spécialisées au primaire et au collège Accueil des EANA en classe ordinaire pour les classes de maternelle o maternelle centrée sur l'oral et la socialisation o aides partielles avec les heures de soutien et le RASED Isolement, univers nouveau, besoin de sécurisation affective risque de blocage

3 Question de recherche Le but de notre étude est de mettre en lumière les étapes d intégration d un enfant allophone en classe de maternelle ordinaire afin d établir le parcours qu il suit de manière naturelle. Les aides mobilisées spontanément par les enseignants pour aider l enfant à prendre sa place, être à l aise dans le quotidien de la classe pour ensuite développer des relations avec ses camarades seront présentées afin de comprendre si l école maternelle offre un dispositif adapté pour remplir la mission d intégration d une enfant découvrant le français.

4 Cadre théorique: Intégration Assimiler, intégrer, inclure? Développer des pratiques éducatives inclusives vise tout à la fois la nécessité que l élève allophone se fonde dans la masse (l assimilation), qu on le considère au final comme un élève ordinaire, et l obligation de lui faire une place indiscutable (l inclusion), en tenant compte des ses particularités : il est, sans aucun doute, un élève plurilingue, pluriculturel, en situation d apprentissage du français, et souvent un élève avec un parcours scolaire antérieur, mais parfois aussi sans expérience de l école et analphabète. L inclusion est un processus à double sens : l enfant ou le jeune allophone cherche à s intégrer, et l école (les professeurs et les élèves) fait une place au nouvel arrivant. L inclusion provoque un changement de part et d autre. (MEN/DGESCO, 2012b: 46).

5 Cadre théorique: anxiété lien entre facteurs affectifs et développement cognitif Désir de communiquer L'affectif en maternelle o adulte référent o insécurité (linguistique) o peur o estime de soi

6 Cadre théorique: FLSco une langue qui s apprend à l école et pour l école Verdelhan- Bourgade (2002a:2) fonctions: o découvrir le monde (heuristique) o appréhender de nouveaux modes de raisonnement (méthodologique) o s adapter à d autres modalités d interactions en milieu scolaire (fonction langagière) o assimiler des valeurs (fonction sociale et citoyenne) (Verdelhan- Bourgade (2002b) analyse des besoins: o priorité à la compréhension orale o aux actes de langage interactifs

7 Méthodologie observation longitudinale participative de plusieurs mois 4 enfants (personnalités différentes) journal de bord et entretiens 2010/2011 Igor (MS) Journal de bord 2011/2012 Medhi, Ana, Eva (PS) Journal de bord Entretiens (PS, MS, RASED) Entretiens (MS) 2011/2012 Igor (PS) Entretien (GS)

8 Résultats, analyse et discussion. Liées à l'affectif COMPREHENSION ORALE PRODUCTION ORALE / entrée dans la langue 1 Peur et sentiment d insécurité de l enfant 2 isolement,, présence de tensions et de frustrations 3 Construction de l estime de soi Compréhension liée aux habitudes, -Rituels et conventions sociales -Rituels de fonctionnement. 4 - Langage d action -Vocabulaire lié aux objets ou mots figuratifs En interaction : 1 ) Rituels (salutation, activités répétées ) 2 )Liée à un besoin, un manque 5 6 -Utilisation du langage d action, spontanément - Vers le langage d évocation

9 Résultats, analyse et discussion I. Evolutions affectives Etape 1 : au départ : peur et sentiment d insécurité Exemple d Anna Conséquence : Prise de confiance de l enfant dans la structure d accueil, «donner à l enfant une place» Indicateur: ose s engager dans l action avec ou sans sollicitations de l adulte, premiers instants d autonomie dans les actions du quotidien.

10 Résultats, analyse et discussion I. Evolutions affectives Etape 2 : Au départ : isolement (tensions, frustrations, pression familiale): Exemple de Mehdi : par un lien et une communication régulière avec les parents pour créer un environnement serein, Exemples d Igor et Mehdi:: par l établissement d un contact de confiance avec l adulte grâce à des activités où il est pris en charge particulièrement et où il pourra être en situation de réussite Conséquence : Prise de confiance de l enfant dans les adultes qui l encadrent, «l enfant se fait une place» Indicateur : L enfant n hésite plus lors d une activité nouvelle et s engage spontanément dans l action.

11 Résultats, analyse et discussion I. Evolutions affectives Etape 3 : Au départ : mésestime de soi, manque de confiance en soi Exemples de Mehdi et Igor : par la valorisation et par des activités avec des situations de réussites, par la mise en place de responsabilités particulières pour l enfant, Conséquence : L enfant prend confiance en lui, «responsabilisation», l enfant se donne une place aux yeux du groupe-classe. Indicateur : enfant acteur, prend des initiatives en lien avec ses responsabilités ou dans ses relations avec les autres.

12 Résultats, analyse et discussion II. Evolutions linguistiques: Etape 3 (en parallèle avec la prise de confiance en soi): compréhension apportée par les rituels: Exemples de Mehdi et Igor: 1 ) Rituels et conventions sociales (bonjour, pardon, ) 2 ) Rituels de fonctionnement : mots-clés pour les consignes, activités progressives avec une présentation habituelle, Conséquence : L enfant sait ce qu on attend de lui et peut réaliser de manière autonome un certain nombre d actions attendues. Indicateur : réalise les rituels et activités à protocole de réalisation habituel spontanément ou avec quelques sollicitations de l adulte.

13 Résultats, analyse et discussion II. Evolutions linguistiques Etape 4 : Compréhension du vocabulaire apporté par les gestes, le langage d action et les images : Exemples de Mehdi et Igor - Compréhension du langage d action : consignes, actions motrices, Indicateur : réalise la consigne ou l action demandée. -Vocabulaire lié aux objets ou mots figuratifs : couleurs, objets, Conséquence : L enfant possède un socle pour progresser en compréhension et en production à l école ou en dehors. Indicateur : dans un premier temps montre avec la main l'objet demandé, puis, en fonction de son entrée dans le langage oral, nomme ce qu il voit ou fait par un ou plusieurs mots (Acte de réponse).

14 Résultats, analyse et discussion III. Intégration: Etape 4 : Production orale liée à une situation problème: 1 )En interaction rituelle (salutation, activités répétées ) Exemple, notamment, d Igor Indicateur : 1 mot, suite à une sollicitation puis spontanément. 2 )Puis liée à un besoin, un manque : vis-à-vis des camarades (jeu, défense, ) puis vis-à-vis de l adulte (demande). Exemples d Eva, Mehdi et Igor Conséquence : L enfant est entré dans l utilisation du français, il s intègre dans la classe. Indicateur : Plusieurs mots, puis ensemble de mots proches d'une phrase simple (avec erreurs de syntaxe) pour exprimer une demande.

15 Résultats, analyse et discussion III. Intégration: Etape 5 : Production orale d'abord avec puis sans sollicitation de l'adulte: (peut être simultanée avec la compréhension en fonction du tempérament et l âge de l enfant) : Exemples d Igor - Utilisation de langage d action, spontanément : sans questionnement de l adulte. Etape 6: - Vers le langage d évocation : avec un lien affectif fort par une situation personnelle vécue, suite à l exemple d expression des autres enfants Conséquence : L enfant s est intégré au même titre que ses pairs. Indicateurs : L enfant, par un ensemble de mots puis phrases apparentes (sans justesse syntaxique), exprime des faits non-visibles ou non-illustrés sans sollicitation de l adulte. Puis commence à participer aux échanges collectifs.

16 Propositions en classe ordinaire Dispositif général o travail en petits groupes pour les activités o rituels de classe pour anonymat o moments de dualité avec l'enfant o manipulation o parler de ce qu on fait au moment où on le fait o Accompagner les paroles de gestes Attitudes de l enseignant à privilégier

17 Propositions en classe ordinaire Étape 1: sentiment d'insécurité o accueil particulier, avec un enfant tuteur, en parlant de son origine/ créant une relation avec quelques mots simples de sa langue d'origine avec celle des enfants de la classe o garder des habitudes de fonctionnement, des mots ou activités rituelles avec l'enfant Étape 3: construction de l estime de soi o Responsabiliser l enfant Étapes 4 et 5:entrée dans le langage o mimes, dictée à l'adulte, exploitations d albums,

18 Propositions: résumé tableau récapitulatif

19 Conclusions Synthèse rédiger une grille de placement avec les indicateurs avec des verbes d'action et la tester Proposer des activités concrètes pour chaque étape (boite outils) questionnaire sur les attitudes des enseignants pour changer les représentations. (vitesse d'acquisition;...)

20 Bibliographie Arnold, J. (2006). Comment les facteurs affectifs influencent-ils l apprentissage d une langue étrangère? ELA, n 144 (4): Calin, D. (1999) De la mère à l école. Cuq, J.-P. (1991) Le Français langue seconde: origine d une notion et implications didactiques. Paris: Hachette. Damasio, A. (1994). L erreur de Descartes: la raison des émotions. Paris: Odile Jacob. Kleinholt, Sylvie (2012) Note d information Les élèves nouvellement arrivants non-francophones Direction de l évaluation, de la prospective et de la performance, MEN. Macintyre, P., R. Clément, Z. Dörnyei, K. A. Noels «Conceptualizing willingness to communicate in L2 : A situational model of L2 confidence and affiliation». The Modern Language Journal, 82, 4, Ministère de l Education Nationale (2012a) Scolarisation des élèves Organisation de la scolarité des élèves allophones nouvellement arrivés. circulaire n du Ministère de l Education Nationale (2008). Bulletin officiel - Hors série n 3 - Programme de l école maternelle - petite section, moyenne section, grande section. Cortier C. (2007) Accueil et scolarisation des élèves allophones à l école française : Contextes, dispositifs et didactiques, Diversités, décembre, n 151, p MEN/DGSCO (2012b) L enseignement du français langue de scolarisation: concepts-clés sur l apprentissage du FLSco. EduScol. En ligne Schumann, J Where is cognition. Studies in second language acquisition, 16: Verdelhan-Bourgade, M. (2002a) Enseigner le français langue de scolarisation: Principes et conséquences. Intervention au CASNAV de l Académie de Toulouse. Document PDF en ligne. Verdelhan-Bourgade, M. (2002b) Le français de scolarisation: pour une didactique réaliste. Paris: PUF.

En quoi les nouveaux programmes pour l'école maternelle sont-ils nouveaux?

En quoi les nouveaux programmes pour l'école maternelle sont-ils nouveaux? En quoi les nouveaux programmes pour l'école maternelle sont-ils nouveaux? Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l éducation nationale Toulouse 28 mars 2015 JOURNEE ACADEMIQUE AGEEM «Nouveaux programmes»?

Plus en détail

Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle

Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle Bien accueillir les enfants et leurs parents est une des clefs essentielle, pour qu à l école maternelle,

Plus en détail

L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE. Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO)

L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE. Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO) L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE 1 Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO) 1 Évaluation de l oral : éléments à considérer Facilités

Plus en détail

Le cahier de vie en maternelle Animation pédagogique 2011-2012

Le cahier de vie en maternelle Animation pédagogique 2011-2012 Le cahier de vie en maternelle Animation pédagogique 2011-2012 Cette animation pédagogique a été préparée à partir du site du CRDP/IUFM de l Académie de Montpellier- Banque de séquences didactiques. Intérêt

Plus en détail

Enseigner en UPE2A : UPE2A. Qu en. est-il de ma pratique une année après réflexion? Saulge TATY, enseignant

Enseigner en UPE2A : UPE2A. Qu en. est-il de ma pratique une année après réflexion? Saulge TATY, enseignant Enseigner en UPE2A : Qu en est-il de ma pratique une année après réflexion? Saulge TATY, enseignant UPE2A Enseigner en UPE2A : Plan! UPE2A! Mon travail de recherche! Un an après? UPE2A : Définitions! Unité

Plus en détail

I. Compétences communes à tous les professeurs

I. Compétences communes à tous les professeurs REFERENTIEL DE COMPETENCES DES PROFESSEURS Au sein de l équipe pédagogique, l enseignante ou l enseignant accompagne chaque élève dans la construction de son parcours de formation. Afin que son enseignement

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE

COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE I. RETOUR SUR LA CONFÉRENCE DE VIVIANE BOUYSSE (le 11 février à Montfort) I.I LANGUE ET LANGAGE À L ÉCOLE 1) Distinguer

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

L accompagnement personnalisé

L accompagnement personnalisé L accompagnement personnalisé Anne Burban IGEN Maths Orléans le 30 Mars 2011 1 Objectifs de la présentation Apporter un éclairage théorique sur l accompagnement personnalisé en tant qu enseignement d un

Plus en détail

Circonscription de Saint Avertin Mission maternelle Mme Gourin, I.E.N Saint Avertin mai 2008 S APPROPRIER LE LANGAGE

Circonscription de Saint Avertin Mission maternelle Mme Gourin, I.E.N Saint Avertin mai 2008 S APPROPRIER LE LANGAGE Circonscription de Saint Avertin Mission maternelle Mme Gourin, I.E.N Saint Avertin mai 2008 S APPROPRIER LE LANGAGE Le langage à l école maternelle et son développement doivent être envisagés sous trois

Plus en détail

Ingénierie pédagogique et de la formation

Ingénierie pédagogique et de la formation UNIVERSITÉ DE FRANCHE-COMTÉ Formation d été de professeurs et de formateurs Ingénierie pédagogique et de la formation Concevoir, piloter et animer des dispositifs de formation Descriptifs des modules de

Plus en détail

L OUTIL «CLASSE ÉTAPE» UNE MODALITÉ DE COOPÉRATION MÉDICO-SOCIAL / EDUCATION NATIONALE

L OUTIL «CLASSE ÉTAPE» UNE MODALITÉ DE COOPÉRATION MÉDICO-SOCIAL / EDUCATION NATIONALE L OUTIL «CLASSE ÉTAPE» UNE MODALITÉ DE COOPÉRATION MÉDICO-SOCIAL / EDUCATION NATIONALE UN AGRÉMENT «Les Instituts Thérapeutiques, Educatifs et Pédagogiques accueillent les enfants adolescents ou jeunes

Plus en détail

Enseigner l éveil à la diversité linguistique à l Ecole Maternelle Enjeux, Actions, Supports possibles, Bibliographie

Enseigner l éveil à la diversité linguistique à l Ecole Maternelle Enjeux, Actions, Supports possibles, Bibliographie Enseigner l éveil à la diversité linguistique à l Ecole Maternelle Enjeux, Actions, Supports possibles, Bibliographie D LE DREAU CPD Langues Vivantes AVRIL 2015 Les objectifs définis par les programmes

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Synthèse des ateliers du séminaire CASNAV des 3 et 4 avril 2013

Synthèse des ateliers du séminaire CASNAV des 3 et 4 avril 2013 éduscol Ressources pour le Français Langue de Scolarisation Synthèse des ateliers du séminaire CASNAV des 3 et 4 avril 2013 ATELIER FORMATION Ressources FLS Juillet 2013 MEN/DGESCO http://eduscol.education.fr/fls

Plus en détail

Cahier de vie Cahier de progrès

Cahier de vie Cahier de progrès Mercredi 7 mars 2012 : Cayenne Nord Jeudi 8 mars 2012 : Rémire-Montjoly Cahier de vie Cahier de progrès à l'école maternelle Mmes Kong Marie-Line Lacanaud-Gimenez Nathalie Silbande Ingrid Le cahier de

Plus en détail

Déroulement de la journée de formation

Déroulement de la journée de formation Déroulement de la journée de formation Matin : données théoriques A) Organisation de l examen Note de service N 2004-175 du 19-10-2004 B) Lexique S accorder sur les termes employés C) Contenus à maîtriser

Plus en détail

Dix considérations préliminaires sur l enseignement du français et en français comme langue seconde

Dix considérations préliminaires sur l enseignement du français et en français comme langue seconde Fiches repères pour l apprentissage du Français Langue de Scolarisation avec les élèves allophones nouvellement arrivés en France Dix considérations préliminaires sur l enseignement du français et en français

Plus en détail

Les composantes de la réussite scolaire

Les composantes de la réussite scolaire Les composantes de la réussite scolaire Cognitives Culturelles Physiologiques Psychologiques Sociologiques Que devons-nous privilégier dans cette notion polysémique? Sa mesure (évaluations, signalements,

Plus en détail

Dictée à l adulte. Animation du 19 décembre 2012

Dictée à l adulte. Animation du 19 décembre 2012 Dictée à l adulte Animation du 19 décembre 2012 Déroulement de l animation Recueil des représentations sur la dictée à l adulte Les Instructions officielles Constat Définition et objectifs Modalités, déclencheurs

Plus en détail

Comment présenter le livret de compétences aux familles?

Comment présenter le livret de compétences aux familles? Séminaire Évaluation Comment présenter le livret de compétences aux familles? Introduction Dans la perspective d une acquisition effective des compétences attendues à la fin de l école maternelle relatives

Plus en détail

Présentation. Etudes suivies par les élèves (Toulouse) Scolarité en LSF. Le choix de l éducation bilingue. L éducation bilingue à Massy

Présentation. Etudes suivies par les élèves (Toulouse) Scolarité en LSF. Le choix de l éducation bilingue. L éducation bilingue à Massy L éducation bilingue à Massy Massy - 3 février 2007 Le choix de l éducation bilingue Patrice Dalle! Parent d enfant sourd! 1979! Classes bilingues Présentation! 1985 : création classe bilingue primaire

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Fiche n 14 - Outil d accompagnement : descripteurs des degrés d acquisition des compétences à l entrée dans le métier Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétence Composante

Plus en détail

Rapport sur les pratiques professionnelles de l étudiant professeur stagiaire

Rapport sur les pratiques professionnelles de l étudiant professeur stagiaire Adopté en Conseil d'école du 26 juin 2015 Rapport sur les pratiques professionnelles de l étudiant professeur stagiaire Pour les étudiants fonctionnaires stagiaires de l ÉSPÉ de l académie de Versailles,

Plus en détail

Le maître propose aux enfants de former librement des petits groupes de travail. Les groupes se constituent par affinités entre élèves.

Le maître propose aux enfants de former librement des petits groupes de travail. Les groupes se constituent par affinités entre élèves. LE TRAVAIL DE GROUPE I. Introduction 1. L apport de R. Cousinet Roger Cousinet (1881/1973), instituteur puis inspecteur primaire, initie le travail libre par groupes en 1920. Les travaux de recherche effectués

Plus en détail

FICHE 1 BILAN DU PROJET D ÉCOLE 2007-2010. Objectifs

FICHE 1 BILAN DU PROJET D ÉCOLE 2007-2010. Objectifs FICHE 1 BILAN DU PROJET D ÉCOLE 2007-2010 AES PÉDAGOGIQUES TRAVAIL EN ÉQUIPE Constats de départ en 2007 Nécessité de développer les compétences de : *mise en pratique des règles de vie commune (élaboration

Plus en détail

Certification complémentaire Mention français langue seconde. Rapport du jury Session 2014

Certification complémentaire Mention français langue seconde. Rapport du jury Session 2014 Certification complémentaire Mention français langue seconde Rapport du jury Session 2014 Texte de référence Note de service n 2004-175 du 19-10-2004 relative à l attribution aux personnels enseignants

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

Cahier des charges académique - déclinaison 1 er degré - PAF 2014/2015

Cahier des charges académique - déclinaison 1 er degré - PAF 2014/2015 Cahier des charges - déclinaison 1 er degré - PAF 2014/2015 R0 : Accueil, accompagnement et formation des nouveaux enseignants à la culture professionnelle commune aux métiers du professorat et de l'éducation

Plus en détail

Jeux de coopération et langage: Utiliser les jeux de coopération au service des apprentissages langagiers à l école maternelle

Jeux de coopération et langage: Utiliser les jeux de coopération au service des apprentissages langagiers à l école maternelle Animation Pédagogique Direction des services départementaux de l Éducation nationale du Loir-et-Cher Groupe Jeux de coopération et langage: Utiliser les jeux de coopération au service des apprentissages

Plus en détail

L action en quelques mots

L action en quelques mots Académie de Nancy-Metz PASI- CARDIE http://www4.ac-nancy-metz.fr/pasi/ Fiche informative sur une action (année scolaire 2012/2013) fiche actualisée le 7/07/2014 Titre explicite de Anglais tous les matins

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Promouvoir des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement

Plus en détail

Information Formation de Formateurs FEI / DAIC

Information Formation de Formateurs FEI / DAIC Information Formation de Formateurs FEI / DAIC En complément de sa programmation annuelle, le Centre Ressources Illettrisme tient à informer l ensemble des acteurs régionaux de la mise en place d un dispositif

Plus en détail

Modules de langues, langages et techniques de communication

Modules de langues, langages et techniques de communication Cadre Européen Commun de Référence en Langues (CECRL) Echelle globale MODULES NIVEAU DESCRIPTIF anglais français expérimenté expérimenté C2 Peut comprendre sans effort pratiquement tout ce qu il/elle lit

Plus en détail

Livret d accueil des Auxiliaires de Vie Scolaire

Livret d accueil des Auxiliaires de Vie Scolaire Livret d accueil des Auxiliaires de Vie Scolaire Inspection Académique d Ille-et-Vilaine 1, quai Dujardin B.P.3145 35031 Rennes cedex Inspectrice de l Education Nationale chargée de l Adaptation Scolaire

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Travail en groupe Apprendre la coopération

Travail en groupe Apprendre la coopération Travail en groupe Apprendre la coopération Travailler en groupe, en atelier peut répondre à de nombreux objectifs qui peuvent être très différents les uns des autres. Nous insisterons ici sur les pratiques

Plus en détail

Accueil et scolarisation des Elèves Allophones Nouvellement Arrivés (E.A.N.A.) dans le département de la Savoie 2014-2015

Accueil et scolarisation des Elèves Allophones Nouvellement Arrivés (E.A.N.A.) dans le département de la Savoie 2014-2015 Accueil et scolarisation des Elèves Allophones Nouvellement Arrivés (E.A.N.A.) dans le département de la Savoie 2014-2015 Principes, dispositifs et démarches Les textes de référence Circulaire n 2012-141

Plus en détail

Texte préparé par Jacques CHAVANES, formateur et mis en ligne le 15 décembre 2012.

Texte préparé par Jacques CHAVANES, formateur et mis en ligne le 15 décembre 2012. CASNAV d Orléans Tours. Présentation synthétique des ressources accompagnant les nouvelles instructions officielles sur la scolarisation des nouveaux arrivants mises en ligne sur le site Eduscol à l adresse

Plus en détail

STAGES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE ET ENSEIGNEMENTS D ACCOMPAGNEMENT MASTER MEEF SECOND DEGRE, DISCIPLINES GENERALES.

STAGES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE ET ENSEIGNEMENTS D ACCOMPAGNEMENT MASTER MEEF SECOND DEGRE, DISCIPLINES GENERALES. STAGES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE ET ENSEIGNEMENTS D ACCOMPAGNEMENT MASTER MEEF SECOND DEGRE, DISCIPLINES GENERALES. I. Stages de M1. A. Calendrier et description. Le stage se décompose en deux parties,

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C.

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C. EPS ET SOCLE COMMUN Les activités athlétiques à l'école primaire CONNAISSANCES 2 Piliers Tout élève devra connaître courir Sauter Lancer Un vocabulaire juste et précis pour désigner des objets réels, des

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

La refondation de l école Formation des inspecteurs de l éducation nationale (IEN) stagiaires

La refondation de l école Formation des inspecteurs de l éducation nationale (IEN) stagiaires La refondation de l école Formation des inspecteurs de l éducation nationale (IEN) stagiaires Mai 2013 - direction générale de l enseignement scolaire La loi d orientation, de programmation pour la refondation

Plus en détail

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire présentant une déficience langagière Document d information et critères d admissibilité du service Document révisé : Juin 2014 1. Présentation

Plus en détail

DISPOSITIF PLUS DE MAITRES QUE DE CLASSES : FICHE PROJET. GROUPE SCOLAIRE GAMBETTA GRASSE Maternelle et élémentaire

DISPOSITIF PLUS DE MAITRES QUE DE CLASSES : FICHE PROJET. GROUPE SCOLAIRE GAMBETTA GRASSE Maternelle et élémentaire DISPOSITIF PLUS DE MAITRES QUE DE CLASSES : FICHE PROJET GROUPE SCOLAIRE GAMBETTA GRASSE Maternelle et élémentaire I. Eléments de diagnostic en lien avec le contexte de l école Voici quelques chiffres

Plus en détail

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Critères efficaces dans la relation d aide «Empathie, disponible, attentif, attentionné,

Plus en détail

Aide individualisée, aide personnalisée

Aide individualisée, aide personnalisée Aide individualisée, aide personnalisée Sujet d étude du stage international des inspecteurs en 2010 «Aide individualisée, aide personnalisée Comment les systèmes éducatifs des pays visités prennent- ils

Plus en détail

Le nouveau programme d enseignement de l école maternelle rentrée 2015 Animation pédagogique DSDEN87

Le nouveau programme d enseignement de l école maternelle rentrée 2015 Animation pédagogique DSDEN87 Le nouveau programme d enseignement de l école maternelle rentrée 2015 Animation pédagogique DSDEN87 3ème année de la Refondation de l école Priorité au primaire : des moyens et des dispositifs innovants

Plus en détail

Séminaire fédéral du réseau bilingue de Russie ---- Institut français de Moscou 19-21 novembre 2014

Séminaire fédéral du réseau bilingue de Russie ---- Institut français de Moscou 19-21 novembre 2014 Séminaire fédéral du réseau bilingue de Russie ---- Institut français de Moscou 19-21 novembre 2014 Hélène Buisson Attachée de coopération pour le français Institut français de Russie 22 ème séminaire

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences

L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences Animation pédagogique Mise en œuvre du LPC 87 Un principe majeur! L école maternelle n est pas un palier du socle commun de connaissances

Plus en détail

Activités extra-scolaires

Activités extra-scolaires Activités extra-scolaires en anglais Contactez-nous 01 45 27 37 56 est tout d abord une école maternelle et primaire qui accueille les enfants à partir de 2 ans ½ et les accompagne jusqu à la fin du primaire.

Plus en détail

Mise en œuvre du livret personnel de compétences

Mise en œuvre du livret personnel de compétences Mise en œuvre du livret personnel de compétences Sommaire 1. Pourquoi un livret personnel de compétences? 2. Qu est-ce que le livret personnel de compétences? 3. Comment valider une compétence? 4. Livret

Plus en détail

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 1 SOMMAIRE 1) Textes de référence 2) Cadrage départemental 3) Charte du tuteur : rôle et missions 4) Les outils des professeurs des écoles

Plus en détail

Catalogue de prestations 2013

Catalogue de prestations 2013 Catalogue de prestations 2013 Synthèse de l offre du catalogue de l Association MetaFor pour l année 2013. Sommaire Affirmation de soi Bilan & orientation Coaching Comment rebondir en situation de crise

Plus en détail

De la tâche à sa réalisation à l aide d un document plus qu authentique. Cristina Nagle CEL UNICAMP cnagle@unicamp.br

De la tâche à sa réalisation à l aide d un document plus qu authentique. Cristina Nagle CEL UNICAMP cnagle@unicamp.br De la tâche à sa réalisation à l aide d un document plus qu authentique Cristina Nagle CEL UNICAMP cnagle@unicamp.br I. Le contexte Plan de l intervention II. Le document authentique et le Projet 7 milliards

Plus en détail

PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous

PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous POURQUOI? COMMENT? comparatif 2008/2015 PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous Explorer le monde du vivant, des objets et de la matière

Plus en détail

Enseignements primaire et secondaire

Enseignements primaire et secondaire Enseignements primaire et secondaire Formation des enseignants Dossier suivi par Max Gratadour Conseiller du Recteur Doyen des Inspecteurs de l Education nationale Référentiel des compétences professionnelles

Plus en détail

Vous trouverez ci-dessous quelques propositions et pistes de travail pour vous aider à accueillir au mieux des «Enfants du Voyage» dans votre école.

Vous trouverez ci-dessous quelques propositions et pistes de travail pour vous aider à accueillir au mieux des «Enfants du Voyage» dans votre école. ACCUEILLIR ET ACCOMPAGNER LES «ENFANTS DU VOYAGE» A L ECOLE «Si je veux réussir à accompagner un être vers un but précis, je dois le chercher là où il est, et commencer là, justement là» S.Kierkegaard

Plus en détail

Le concept inédit de formation sur-mesure

Le concept inédit de formation sur-mesure Le concept inédit de formation sur-mesure Les formations innovantes Allor permettent aux cadres, managers et dirigeants d optimiser leur efficacité professionnelle (Organisation, communication, etc.) et

Plus en détail

CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS D INSTITUTEUR OU DE PROFESSEUR DES ECOLES MAÎTRE FORMATEUR

CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS D INSTITUTEUR OU DE PROFESSEUR DES ECOLES MAÎTRE FORMATEUR 1 CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS D INSTITUTEUR OU DE PROFESSEUR DES ECOLES MAÎTRE FORMATEUR 2 Guide à l attention des membres des commissions et des candidats Madame, Monsieur, Vous trouverez dans

Plus en détail

Accompagner un élève ayant des troubles de la conduite et du comportement. Avril 2009 ASH 04 1

Accompagner un élève ayant des troubles de la conduite et du comportement. Avril 2009 ASH 04 1 Accompagner un élève ayant des troubles de la conduite et du comportement 1 Ce que peuvent révéler r des troubles du comportement Un désir d d être d et de communiquer quelque chose Une peur, une inquiétude

Plus en détail

Points à coordonnées entières sur une droite! La valeur ajoutée du numérique Sommaire

Points à coordonnées entières sur une droite! La valeur ajoutée du numérique Sommaire Points à coordonnées entières sur une droite! La valeur ajoutée du numérique Sommaire 1. Tableau récapitulatif... 2 2. Enoncé et consigne données aux... 3 3. Objectifs et analyse a priori... 3 4. Scénario

Plus en détail

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique A.F.P. Ateliers de Formation Professionnelle Construire un lien entre théorie et pratique Plan de la présentation 1. Les A.F.P. Une nouveauté dans la réforme de la formation initiale des enseignants 2.

Plus en détail

Catalogue de formations transversales pour cadres

Catalogue de formations transversales pour cadres Cabinet de Conseil et de formation Agréé par le ministère de la formation et de l enseignement professionnel Catalogue de formations transversales pour cadres 42, Rue MAX MARCHAND GAMBETTA. Oran - Algérie

Plus en détail

Livret d'observations

Livret d'observations Livret d'observations Fin du cycle I - apprentissages premiers Nom : Prénom : Date de naissance : Entré(e) au Jardin d'enfants le : 21 rue Vauban- 67000 Strasbourg- tel/fax : 03.88.61.75.25 1 / 15 Présentation

Plus en détail

QU EST-CE QUE TRAVAILLER EN ÎLOTS BONIFIÉS?

QU EST-CE QUE TRAVAILLER EN ÎLOTS BONIFIÉS? Travailler en îlots bonifés selon la méthode pédagogique créée par Marie Rivoire. par Catherine Manesse et Anne Dauvergne IPR Langues vivantes Académie de Dijon Cette façon de travailler, dont on entend

Plus en détail

Kostanca Cuko Université de Fribourg La diversité au cœur de la recherche interculturelle 19-23 juin 2011, Sherbrooke

Kostanca Cuko Université de Fribourg La diversité au cœur de la recherche interculturelle 19-23 juin 2011, Sherbrooke «Images de soi versus images de l autre sur soi et leurs effets sur le sentiment d appartenance des élèves (issus) de l immigration dans une classe d accueil du primaire à Montréal» Kostanca Cuko Université

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @...

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @... Sco Scolarisation Maison Départementale des Personnes Handicapées 16 Rue Albert Einstein BP 10635 53000 LAVAL Éléments relatifs à un parcours de scolarisation et/ou de formation : support de recueil d

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

L évolution du langage chez les jeunes enfants

L évolution du langage chez les jeunes enfants L évolution du langage chez les jeunes enfants De la difficulté au trouble Animation pédagogique-brigitte Lavallée 1 Avant-propos La maîtrise du langage, élément fondamental de la réussite scolaire de

Plus en détail

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative»

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» Les TICE, un mode d accès à mon autonomie bien sûr! «L'autonomie n'est pas un don! Elle ne survient pas par une sorte de miracle!

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU PROFESSEUR TUTEUR D UN FONCTIONNAIRE STAGIAIRE A TEMPS COMPLET ISSU DU CONCOURS 2014 EXCEPTIONNEL OU RESERVE.

CAHIER DES CHARGES DU PROFESSEUR TUTEUR D UN FONCTIONNAIRE STAGIAIRE A TEMPS COMPLET ISSU DU CONCOURS 2014 EXCEPTIONNEL OU RESERVE. CAHIER DES CHARGES DU PROFESSEUR TUTEUR D UN FONCTIONNAIRE STAGIAIRE A TEMPS COMPLET ISSU DU CONCOURS 2014 EXCEPTIONNEL OU RESERVE. PREAMBULE : Avant d aborder votre rôle et vos tâches auprès du professeur

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Vers 2 ans et 6 moins

Vers 2 ans et 6 moins Le développement de l enfant Quelques repères De la naissance à 18 mois : - réagit aux bruits à la naissance - comprend des petites phrases vers 8 mois - - gazouille vers 3 mois - rit aux éclats vers 4

Plus en détail

Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours

Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours S approprier le langage - Cycle 1 Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours Compétence attendue à l issue de l école Programme 2008 Livret scolaire

Plus en détail

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 C O M P E T E N C E 7 : L A U T O N O M I E, L I N I T I A T I V E. D après Ph Meirieu. Année scolaire 2011/2012 http://www.meirieu.com/index.html

Plus en détail

FRANÇAIS LANGUE DE SCOLARISATION

FRANÇAIS LANGUE DE SCOLARISATION FRANÇAIS LANGUE DE SCOLARISATION I. DEFINITIONS DES TERMES QUI GRAVITENT AUTOUR DU CONCEPT DE LANGUE 1. BILINGUISME : de façon générale : Etre bilingue, c'est parler 2 langues Bloomfield, 1933 : Le bilinguisme

Plus en détail

Éducatives Familiales

Éducatives Familiales Éducatives Familiales FICHE 6 : UN EXEMPLE, LE JEU DU MEMORY Type de jeu / description Jeu de mémoire (discrimination visuelle) 2 à 4 joueurs Choisir une thématique (Memory de la forêt, des animaux, de

Plus en détail

Sciences Physiques et Socle Commun des Connaissances et des Compétences

Sciences Physiques et Socle Commun des Connaissances et des Compétences Sciences Physiques et Socle Commun des Connaissances et des Compétences 20/04/2011 DDEC 29 Animation pédagogique La notion de compétence Travailler par compétences, pourquoi? Travailler par compétences,

Plus en détail

Formation des AVS 9 décembre 2014 Lycée Jacques Amyot

Formation des AVS 9 décembre 2014 Lycée Jacques Amyot Formation des AVS 9 décembre 2014 Lycée Jacques Amyot Présentation : La ou les surdités? Sourds ou malentendants? Les textes qui régissent la prise en charge des élèves sourds AVS et enseignants spécialisés

Plus en détail

Enseigner le langage oral à l école maternelle

Enseigner le langage oral à l école maternelle Enseigner le langage oral à l école maternelle Animation RRS Brest Janvier 2015 ESPE Brest Sylvaine Talarmin CPC Brest Iroise Enjeux de la formation Identifier les acquis, les besoins et attentes de chacun

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Didactique du Français Langue Étrangère et Seconde DiFLES

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Didactique du Français Langue Étrangère et Seconde DiFLES www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Didactique du Français Langue Étrangère et Seconde DiFLES Introduction sur la formation Depuis 2005, le master DiFLES propose une formation approfondie dans le domaine

Plus en détail

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Présentation des programmes 2007: nouveautés par rapport à 2002 Objectif prioritaire: savoir lire, écrire et s exprimer oralement dans toutes

Plus en détail

Sélection de ressources pour les malentendants SITES OFFICIELS SITES SPECIALISES. Février 2010

Sélection de ressources pour les malentendants SITES OFFICIELS SITES SPECIALISES. Février 2010 Sélection de ressources pour les malentendants Février 2010 SITES OFFICIELS Ministère de l Éducation nationale : dossier sur la scolarisation des élèves handicapés (reportages vidéo dispositifs de scolarisation

Plus en détail

Expérience des centres de formation de. l U.R.M.A Région Martinique. Chambre de Métiers et de l Artisanat

Expérience des centres de formation de. l U.R.M.A Région Martinique. Chambre de Métiers et de l Artisanat Favoriser l insertion des publics les plus fragilisés Expérience des centres de formation de l U.R.M.A Région Martinique Chambre de Métiers et de l Artisanat Le concept de l URMA des Chambres de Métiers

Plus en détail

Réseau de Réussite Scolaire Anatole France

Réseau de Réussite Scolaire Anatole France Académie de Limoges Réseau de Réussite Scolaire Anatole France Projet Mai 2010 Les orientations choisies pour le projet de réseau : Les axes qui constituent l ossature de ce projet de réseau sont au nombre

Plus en détail

HABILETÉS SOCIALES à l école. Emmanuelle CHAMBRES COLLOQUE NATIONAL AUTISME- PLURADYS Dijon 3 Avril 2015

HABILETÉS SOCIALES à l école. Emmanuelle CHAMBRES COLLOQUE NATIONAL AUTISME- PLURADYS Dijon 3 Avril 2015 HABILETÉS SOCIALES à l école Emmanuelle CHAMBRES COLLOQUE NATIONAL AUTISME- PLURADYS Dijon 3 Avril 2015 PRÉSENTATIONS Cabinet de Psychologie- Riom 63 LES HABILETÉS SOCIALES: DÉFINITION «Il s agit d un

Plus en détail

eduscol Former et évaluer par compétences dans le cadre des activités expérimentales Physique-chimie Grilles de compétences

eduscol Former et évaluer par compétences dans le cadre des activités expérimentales Physique-chimie Grilles de compétences eduscol Physique-chimie Former et évaluer par compétences dans le cadre des activités expérimentales Grilles de compétences Mai 2010 mise à jour le 29 juin 2010 MEN/DGESCO eduscol.education.fr/pc FORMER

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

Ministère de la Communauté française COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EDUCATION PHYSIQUE HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES

Ministère de la Communauté française COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EDUCATION PHYSIQUE HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES Ministère de la Communauté française COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS en EDUCATION PHYSIQUE HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES HUMANITES PROFESSIONNELLES ET TECHNIQUES 2000 PREAMBULE Les compétences

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Seconde baccalauréat professionnel en trois ans Suivi individualisé

Seconde baccalauréat professionnel en trois ans Suivi individualisé QUELQUES CONSEILS EN VUE DE L ELABORATION D OUTILS DE SUIVI INDIVIDUALISÉ DE L ELEVE I L ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUALISE DES ELEVES : POURQUOI? L accompagnement de l élève dans la construction de son projet

Plus en détail