CENTRE D ETUDES TECHNIQUES DE L EQUIPEMENT Point national d appui documentaire. Rapport de Stage. Master Informatique du Document.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CENTRE D ETUDES TECHNIQUES DE L EQUIPEMENT Point national d appui documentaire. Rapport de Stage. Master Informatique du Document."

Transcription

1 UNIVERSITÉ LILLE III - CHARLES DE GAULLE UFR Mathématiques, Sciences Économiques et Sociales CENTRE D ETUDES TECHNIQUES DE L EQUIPEMENT Point national d appui documentaire Rapport de Stage Master Informatique du Document Développement d un portail de Recherche Fédérée basé sur Apache Solr Grégoire Neuville Responsables pédagogiques Rémi Gilleron Fabien Torre Responsable professionnel André Davignon

2 J adresse mes remerciements à l équipe du Pandoc pour son accueil, plus précisément à André Davignon pour ses précieux conseils, à l équipe enseignante du Master Informatique et Document

3 Table des matières 1 Introduction 5 2 Contexte de Stage - Présentation de la mission Contexte Le CETE - Pandoc Système d information documentaire du Pandoc Mission Besoins et existant Portail Besoins Existant Outil et Concept Solr Recherche fédérée Recherche Fédérée Définitions théoriques Acception principale Variété lexicale Dimension technique Retour sur le contexte de la mission Configurations de Solr et tests Configurations Mono-index Schéma Description Multi-index multi-instances Schéma Description Multi-index multi-cores Schéma Description Tests Environnement Données Logiciel Matériel Résultats Tests d Indexation Tests de Requêtes Synthèse

4 PORTAIL DE RECHERCHE FÉDÉRÉE BASÉ SUR SOLR Tests d indexation Tests de requêtes Conclusions Conclusion 41 A Schémas d indexation 45 A.1 Schéma RDFS de la base Urbamet A.2 Schéma d indexation Solr B Feuilles XSL 54 B.1 Feuille de transformation des notices Notix en notices Solr B.2 Feuille de transformation des schémas RDFS Notix en schéma solr 58 4

5 1 Introduction Ce rapport présente le stage que j ai effectué au Centre d Etudes Techniques de l Equipement Nord-Picardie, au sein du département nommé Pandoc (Point national d appui documentaire), situé à Lille, pour une période de six mois du 18 février 2008 au 14 août Il constituait la dernière étape du Master Informatique et Document dispensé à l université de Lille III. Dans le cadre de cette formation, un projet avait été réalisé dont l objectif était de reproduire une application web de consultation de notices catalographiques, initialement développée par le Pandoc, à partir de la plateforme de publication Apache Cocoon et du moteur de recherche Apache Solr. C est dans la continuité de ce projet que m a été proposée la mission dont je rends compte dans ces pages et qui visait, à partir des mêmes technologies, à développer un portail de recherche fédérée. La mission s est déroulée en deux temps : une première phase a consisté à étudier les possibilités qu offre Solr en matière de recherche fédérée, puis à concevoir et mettre en oeuvre des tests des solutions retenues la deuxième phase a été consacrée au développement de l application de consultation, c est-à dire du portail en lui-même. Je dois préciser ici que le développement du portail n est pas achevé. Par conséquent, j ai choisi de ne consacrer ce rapport qu à la première phase. Son plan est articulé en trois partie : la première est consacrée à la présentation du contexte de stage ; la seconde à l axe théorique qui le sous-tendait et en constituait l objectif, à savoir la recherche fédérée ; la rencontre de cet objectif et de l outil que j avais à utiliser - Solr - n a pas été sans poser un certain nombre de problèmes : ce sont les solutions que j ai pu proposer et leur validation par une série de tests dont la troisième partie rend compte. 5

6 2 Contexte de Stage - Présentation de la mission 2.1 Contexte Le CETE - Pandoc Le Centre d Études Techniques de l Équipement est un bureau d ingénierie publique au service des collectivités territoriales, des organismes publics, parapublics ou privés ou des services de l Etat. LE CETE Nord-Picardie est membre du Réseau Scientifique et Technique du Ministère de l Écologie, de l Énergie du développment durable et de l aménagement du territoire (MEDAD). Coordonné par la Direction de la Recherche et des Affaires Scientifiques et Techniques (DRAST), il rassemble les 7 CETE du territoire national et la Direction Régionale de l Équipement d Ile-de-France (DREIF). Il abrite le point national d appui documentaire (Pandoc) qui assure la partie technique de la politique documentaire du MEDAD et de ses 130 centres de documentation. Plus précisément, le Pandoc héberge, donne accès et administre les banques de données documentaires du ministère assure la maîtrise d oeuvre des applications nationales informatiques du domaine assiste la maîtrise d ouvrage centrale pour la conduite et le pilotage d études effectue des prestations de conseil, d assistance ou de maîtrise d oeuvre assure la formation des utilisateurs effectue une veille technologique dans le domaine Système d information documentaire du Pandoc Pour mener à bien ces missions, le Pandoc s appuie sur un système d information documentaire sophistiqué, dont les fonctions majeures sont : la gestion et la publication de notices bibliographiques la gestion de centres de documentation la production de documents structurés 6

7 PORTAIL DE RECHERCHE FÉDÉRÉE BASÉ SUR SOLR Les applications que l on voit sur ce schéma s appuient sur des technologies diverses et dont le nombre va croissant : toutefois, et c est ce qui explique les possibilités de missions pour les étudiants du Master ID, l interopérabilité entre elles est assurée par l usage du métalangage XML. De fait, ce dernier joue, dans le cadre de ce système documentaire, pleinement son rôle de structuration de données - les notices, unité documentaire principalement manipulée au Pandoc, étant au format XML - et de support à la communication entre application. Plus précisément, ce qui intéresse la mission dont je rends ici compte est l application SDX qui propulse les applications de consultation de bases de notices bibliographiques (dont l actuel portail). Sa position à une extrémité du schéma témoigne de son rôle d interface entre le système documentaire et l extérieur ; d autre part, on remarque que la plupart des liens qui l unissent à ce système s établissent avec l application Notix, ce qui est logique puisque celle-ci est en charge de la saisie et la gestion des notices que les applications SDX permettent de rechercher et consulter. 2.2 Mission L intitulé de la mission ( Développement d un portail de recherche fédéré basé sur Solr ) fait s articuler autour d un concept théorique (recherche fédérée) un 7

8 PORTAIL DE RECHERCHE FÉDÉRÉE BASÉ SUR SOLR produit documentaire (portail) et une technologie de recherche. Dans les sections qui suivent, j interroge chacun de ces éléments : ce que constitue un portail et la nécessité de son développement (2.2.1) d abord, puis l environnement technique et théorique de ce développement (2.2.2) Besoins et existant Portail Dans le cadre d un système d information documentaire, un portail peut être défini comme un point d accès unique à des ressources multiples. Il conjugue généralement les spécificités suivantes : outil de recherche pouvant interroger plusieurs sources distantes personnalisation des services (par authentification, session, cookies, etc...) réservation, panier, historique, toutes fonctionnalités héritées des OPAC (online public access catalog) enregistrement des requêtes, exports des données de réponses en différents formats interface d administration Ainsi défini, il apparaît de suite qu un portail constitue un produit documentaire hautement élaboré, et que, par conséquent, son déploiement en vitrine d un système d information documentaire doit être motivé. Cette motivation s enracine généralement dans une étude de besoins qu il m aurait incombé de réaliser si, à mon arrivée au Pandoc, un portail n eût déjà existé, légitimé par une étude de besoins menée en En effet, à cette époque s est fait jour le constat de la nécessité de valoriser les ressources documentaires mises en ligne par le Pandoc, les bases de données restant peu ou mal connues, d accès malaisé et en conséquence les statistiques de consultation en baisse. Des attentes fortes ont également été identifiées en rapport au contenu des bases documentaires ainsi qu aux résultats de recherche (BETTOCHI (2008)). Les besoins existaient donc, et pour y répondre, la décision de développer un portail documentaire a été prise. Ses objectifs étaient de proposer une sélection de ressources pertinentes et des services complémentaires ainsi que de permettre un accès unifié aux principales ressources documentaires du ministère, en améliorant par là la visibilité (BETTOCHI (2008)) Besoins La légitimité du portail documentaire n était donc pas en cause. Par conséquent, les besoins relatifs à ma mission se situaient ailleurs ; un nouvel examen du libellé 8

9 PORTAIL DE RECHERCHE FÉDÉRÉE BASÉ SUR SOLR de cette dernière donne la clé : Solr. Les besoins du Pandoc s exprimait là non plus à un niveau documentaire mais technique. Pour mieux discerner la nature de ces besoins, il m a fallut étudier l existant technique à la base du portail Existant Comme on l a dit plus haut, les applications web de consultation des bases de notices du Pandoc sont propulsées par un logiciel nommé SDX (Système Documentaire en XML). SDX, sur le site officiel du projet 1, est défini ainsi : SDX est un logiciel libre qui vous permet de construire des applications Web documentaires où la recherche joue un rôle important. Basé sur l infrastructure Cocoon 2 de la fondation Apache, il permet de construire des sites Web complexes adaptés à vos besoins. Les deux aspects majeurs d SDX sont ici présents : la construction d applications web de publication de documents et la recherche au sein de ces documents. Pour la publication, SDX s appuie sur le framework Cocoon ; pour la recherche sur la library Lucene. Parmi les avantages d SDX, on peut citer : les grandes facilités qu il offre au développeur en lui fournissant une librairie de tags ( taglib ) qui permet de mobiliser très simplement des fonctions complexes à partir de cette taglib, SDX fournit nativement des fonctionnalités qui peuvent être complexes ou laborieuses à développer intégralement. Ainsi, des fonctionnalités de recherche, de gestion d historique ou de panier, de gestion des droits utilisateurs sont intégrés à la plateforme et n ont pas à être re-développées pour être mises en oeuvre. SDX n utilise que des composants sous licence libre, comme il l est luimême, et donc bénéficie de tous les avantages propre à ce type de licence : évolutivité, interopérabilité, pérénnité, respect des standarts, etc... À l inverse, SDX présente des faiblesses non négligeables : ses capacités d indexation restent limitées et n offrent que peu de souplesse (par exemple au niveau des traitements sur les données avant stockage dans l index (normalisation, tokenization ), des types de données configurables, etc...) ses perfomances, notamment à l indexation, ne sont guère satisfaisantes (comme en témoignent les résultats de tests présentés dans la documentation 2 ) 1 http ://adnx.org/sdx/fr/index.html 2 http ://www.nongnu.org/sdx/docs/html/doc-sdx2/fr/charge/mesures/ajlsm /indexation.html 9

10 PORTAIL DE RECHERCHE FÉDÉRÉE BASÉ SUR SOLR les communautés d utilisateurs et de développeurs demeurent restreintes après 7 ou 8 années d existence du projet, ce qui, au niveau d un logiciel libre, constitue un handicap certain. enfin, les principaux avantages d SDX, liés à la taglib, repose sur une technologie Cocoon nommée XSP (extended server pages) qui, si elle ne peut être considérée comme obsolète, n en est pas moins de plus en plus souvent déconseillée par les développeurs Cocoon : elle est d ailleurs abandonnée dans la dernière version de ce framework (2.2). La mission que j ai eu à remplir au Pandoc trouve son origine dans le constat de ces faiblesses et dans le premier test de substition de Solr à SDX que fut le projet de Master mentionné en introduction. Ce projet montre d ailleurs que l attention porté à Solr par le Pandoc n est pas nouvelle. Dans la section qui suit, j essaie, en présentant les principales fonctionnalités et qualités de Solr, de mettre à jour quelques unes des raisons de cette attention Outil et Concept Solr Pour cette présentation, j utilise les données du woki Solr 3. Solr est un moteur de recherche basé sur la librarie de recherche plein-texte Apache Lucene. Avec Lucene, un document est considéré comme un ensemble de champs. À l indexation, ces derniers sont typés dynamiquement et leur contenu peut faire l objet de traitements tels que la tokenization, des fltrages, etc... Elle utilise la méthode TF/IDF pour calculer les scores de documents au regard d une requête. Solr reprend certaines des fonctionnalités liées à Lucene, mais étend cette dernière pour constituer un moteur de recherche à part entière. En fait, le but fondamental de Solr est d accéder à Lucene par le biais d un service web. Ceci implique : l utilisation d un protocol de communication : HTTP (GET pour obtenir des documents, POST pour en envoyer) une URL vaut une commande (/select pour interroger l index, /update pour le mettre à jour, etc...) la possibilité de déclencher des actions sur l index à distances, via un format d échange de données : XML ( commit / pour déclencher l écriture dans l index, delete query :docid /delete pour effacer un document, optimize / pour lancer l optimisation de l index,...) le retour des réponses dans un format structuré (XML, JSON, PHP, Python,...) 3 SolrResources 10

11 PORTAIL DE RECHERCHE FÉDÉRÉE BASÉ SUR SOLR Les requêtes d interrogation (à l adresse /select) prennent un certains nombres de paramètres dont sont présentés ci-après les principaux : q : la requête (en syntaxe Lucene) start : rang à partir duquel les résultats sont ramenés rows : nombre de résultats à retourner fq : tri sur un champ donné (paramètre caché indépendamment de q) fl : noms des champs à ramener facet.field : champ à partir duquel construire des catégories (facettes) facet.date : champ de type date à partir duquel construire des facettes hl : autorise le highlighting (surlignement) de termes dans la réponse hl.fl : liste de champs sur lesquels effectuer le surlignement hl.fragsize : taille en caractères du fragment à surligner Les éléments que l on vient de décrire révèle les qualités d accessibilité de Solr, de précision de ses requêtes, les options de recherche précieuses qu il implémente (facettes) ; mais sa réputation s est bâtie sur les perfomances dont il fait preuve, notamment à grande échelle (pour des volumes de données importants). Ces perfomances proviennent de plusiseurs éléments de la structure et du fonctionnement de Solr dont on cite ici les principaux : le système de cache : il s appuie sur plusieurs types de cache ; on en donne ici trois le filtercache : il stocke des listes non ordonnées d identifiants de documents et est utilisé notamment par le paramètre fq le queryresultcache : il stocke des listes ordonnées d identifiants de documents - les résultats d une requête (paramètre q) ordonnés selon un critère donné. le documentcache : il stocke des champs de documents récupérés sur le disque dur (tous les champs ne sont pas forcément stockés à l indexation) le Warming : la recherche sur un index est réalisée au moyen d un IndexSearcher (un cliché de l index à un moment donné) ; à chaque nouveau Searcher créé (lorsque l index est modifié par exemple) ce nouveau Searcher est progressivement rempli avec les données de l ancien, lequel pendant ce temps continue à répondre aux requêtes. Un mécanisme similaire préchauffe les caches créés avec l IndexSearcher (tout cache est associé à un IndexSearcher) l indexation : elle repose sur un schéma d indexation 4 et conditionne en fait deux types de perfomances : la pertinence des résultats : elle tient aux analyseurs que l on peut associer à la déclaration d un type de donnée (élément fieldtype, définissant un type chaîne de caractère, texte, etc...) dans le schéma : ces analyseurs sont nombreux et peuvent soit exercer une tokenization des champs de ce type, ou l apparier à un anti-dictionnaire, un thésaurus de synonymes, etc... Le traitement est effectué à l indexation sur les données indexées selon ce type, et au moment de la requête sur les termes de 4 un exemple en est présenté en annexe A.2 11

12 PORTAIL DE RECHERCHE FÉDÉRÉE BASÉ SUR SOLR celle-ci si elle porte sur un champ du type en question. les temps d indexation et de réponses aux requêtes, la consommation des ressources système : les facteurs importants ici sont les attributs indexed et stored que portent les déclaration de champs dans l index (élément field). En effet, plus le nombre de champs indexés est grand, plus la RAM sera sollicitée pendant l indexation, plus les temps d optimisation de l index seront longs et plus la taille de l index sera importante. Concernant les champs stockés, le problème n est pas tatn leur nombre que la quantité de donnée qu on stocke dans un seul champ : interroger un champ qui contient un grand volume de données se traduira par un allongement du temps de réponse. Nombre de ces éléments sont hautement configurables (à l aide d un fichier prévu à cet effet) et, ensemble, font de Solr une application dont la renommée se fonde avant tout sur ses perfomances. Si la page que le wiki Solr consacre à ce propos 5 ne présente que peu d exemples, on en trouve davantages sur la liste solr-user et qui confirment la vocation de Solr aux larges volumes de données (à l échelle souvent minimale du million de documents). Par ailleurs, la version 1.3 de Solr (dont j ai usé durant le stage), fourni de nouvelles fonctionnalités dont : le MultiCore (renomée depuis CoreAdmin) qui autorise la gestion de plusieurs index au sein d une seule servlet (ou webapp) Solr. Son principe de fonctionnement repose sur l instanciation multiple d une classe nommée Solr- Core : chaque instance porte un nom, réunit un schéma d indexation, un jeu de configuration et un index et est interrogeable par URL. la recherche distribuée (Distributed Search) qui permet la recherche sur plusieurs index simultanément Recherche fédérée Une fois l outil de recherche mieux connu, il s est agit de savoir comment il pouvait répondre à la problématique de recherche fédérée. Afin, donc de montrer en quoi cette problématique a contraint les modèles de configuration de solr que j ai pu élaborer et, à l inverse, comment la contingence technique que constitue Solr a affecté ladite problématique, il faut évidemment d abord définir ce concept de recherche fédérée. C est ce à quoi s attache la partie qui suit, qui procède en trois temps : des définitions théoriques en sont d abord données puis vient une description technique 5 http ://wiki.apache.org/solr/solrperformancedata 12

13 PORTAIL DE RECHERCHE FÉDÉRÉE BASÉ SUR SOLR enfin, le concept ainsi défini est replacé et réinterprété dans le contexte de la mission 13

14 3 Recherche Fédérée 3.1 Définitions théoriques Acception principale Le concept de recherche fédérée admet des définitions plus ou moins détaillées, mais qui toutes comportent les mêmes lignes de force. J en cite ici trois, par ordre croissant de précision : Un moteur de recherche fédérée (metasearch en anglais) est un outil de recherche proposant à l utilisateur un formulaire de recherche unique, et qui transmet ensuite la requête à différentes bases de données distantes, récupère la liste de leurs résultats et l affiche sur une page unique pour l utilisateur. La recherche fédérée est avec la gestion de contenu, l un des deux piliers des portails documentaires. (BIBLIOPEDIA (2008)) La recherche fédérée diffuse une unique requête vers de multiples sources d information et en aggrège les résultats, habituellement présentés dans un format courant, au niveau d un seul point d accès. (MARSHALL et al. (2006)) La recherche fédérée est la récupération unificatrice de résultats en réponse à une requête envoyée à plusieurs bases de données hébergées par différents systèmes d information en ligne. Mettre en oeuvre une recherche fédérée consiste à transformer une requête et à la diffuser à un ensemble de bases de données disparates dans une syntaxe appropriée, à fusionner les résultats collectés à partir des bases, à les présenter dans un format succint et unifié avec un minimum de doublons et à permettre le classement des résultats rassemblés selon différents critères. (JACSO (2004)) De ces définitions, il ressort que le processus de recherche fédérée peut être décomposé en cinq phases majeures : traduction de la requête dans les diverses syntaxes des systèmes de recherche visés transmission de cette requête aux dits systèmes récupération des résultats issus des différents systèmes fusion des résultats présentation des résultats dans un format unique Variété lexicale Une difficulté concernant le concept de recherche fédérée est la grande variété de termes qui le désigne, notamment en anglais. On rencontre ainsi les appellations de : 14

15 PORTAIL DE RECHERCHE FÉDÉRÉE BASÉ SUR SOLR federated search metasearch distributed search cross-databases search broadcast search distributed information retrieval (cette liste provient d un googling effectué par l auteur d un blog consacré à la recherche fédérée (LEDERMAN (2008a))) Cette difficulté se voit redoublée par le fait que ces termes recouvrent souvent des réalités techniques diverses, offrant des solutions à des problèmes eux mêmes différents dans des contextes variés. Pour autant, toutes ces notions et techniques partagent tout de même un objectif : celui d interroger à l aide d une seule requête des sources de données géographiquement distantes(crawford (2004)), ce qui correspond aux deuxième et troisième (quoique la fusion des résultats ne soient pas systématiques) phases précitées. Il m a semblé important de faire ces précisions car dans la suite de ce rapport, j utilise les termes de recherche fédérée et de recherche distribuée. Considérant la variété de vocabulaire dont je viens de parler, il est donc nécessaire d arréter des définitions précises de ces termes afin d éviter toute confusion. Ainsi, par recherche fédérée je désignerai le processus qui met en oeuvre les cinq phases citées plus haut, et par recherche distribuée une restriction de ce processus basée sur une semi-homogénéïté des sources de données qui rend inutile la première des cinq phases 1. 1 cette dernière définition est issue du Wiki Solr (SOLRWIKI (2007)) ; elle est approfondie au point

16 PORTAIL DE RECHERCHE FÉDÉRÉE BASÉ SUR SOLR Dimension technique Une infrastructure de recherche fédérée peut-être schématisée de la manière suivante : En suivant pas-à-pas ce schéma de droite à gauche et retour, il est possible d expliciter les différentes phases du processus de recherche fédérée et d identifier les composants techniques qu elles mobilisent. Ainsi 2 : le processus débute par une requête formulée par un utilisateur au niveau d une interface de recherche (par exemple un portail web et/ou documentaire) ; c est également au niveau de cette interface que l utilisateur choisit les ressources qu il veut interroger (les systèmes de recherche sur le schéma) 3. Enfin, c est là encore qu en fontion des ressources sélectionnées, les connecteurs qui leur correspondent sont mobilisés pour traiter la requête. les connecteurs sont les éléments centraux d un système de recherche fédérée. En effet, c est à leur niveau que sont centralisées les trois premières des cinq phases mentionneés au point Ainsi, ces connecteurs sont en charge de : 2 Les éléments de description donnés ici sont issus de LEDERMAN (2008b), MATTSSON (2004), CHERNOV et al. (2006) et LU et al. (2005) 3 Toutefois certains systèmes se contentent de la requête et déterminent à partir de celleci les ressources les plus pertinentes ; dans ce cas, un composant supplémentaire s intercale entre l interface de recherche et les connecteurs. Ce composant analyse la requête (en extrait les termes et les opérateurs booléens) et, en fonction de statistiques tenues sur les différentes ressources, déploie un algorithme de sélection de ces dernières. 16

17 PORTAIL DE RECHERCHE FÉDÉRÉE BASÉ SUR SOLR la traduction de la requête dans la syntaxe attendue par le système de recherche auquel le connecteur est associé. Deux aspects sont ici importants : 1. la syntaxe de la requête : utilisation des opérateurs booléens, des troncatures, des guillemets, parenthèses, etc la correspondance entre les champs d interrogation proposés par l interface de recherche et les champs des index ou les entrées (noms de tables, de rangs) des bases de données ciblées par les connecteurs 4 La reformulation de la requête consiste donc en la création d une nouvelle requête utilisant les symboles et visant les champs, tables ou rangs reconnus par le système de recherche distant géré par le connecteur. la transmission de la requête qui s effectue selon le protocole par lequel le système de recherche visé est interrogeable. Ce peut être : le protocole Z39.50 : plutôt propre au monde des bibliothèques, il décrit à la fois un protocole de communication client/serveur et une syntaxe de requête ; il autorisait, bien avant l émergence des protocoles liés au world wide web, des interrogations multi-bases (alors appelées cross-databases searches ). Si cette antériorité par rapport aux technologies aujourd hui en vogue ne l ont pas rendu obsolète, il fait toutefois l objet de plusieurs tentatives de modernisation (protocoles SRU (Search/Retrieve Web Service) et SRW (Search/Retrieve URL Service)) qui visent à substituer le protocol de communication Z39.50 par HTTP tout en conservant la syntaxe de requête. le protocole HTTP : 2 cas principaux peuvent se présenter : 1. le système de recherche n est pas un service web : la transmission de la requête revient alors à la validation distante d un formulaire initalement destiné à être validé par un utilisateur humain. Celà peut se révéler une opération difficile suivant la complexité du formulaire lui-même, mais aussi selon la connaissance qu a le développeur du connecteur des paramètres nécessaires à la validation. 2. le système de recherche est un service web : (a) de type REST (Representational State Transfer) : la recherche distante est alors lançée par simple jeu d URI, laquelle pourrait se limiter à l adresse de l applications suivie de la commande à éxécuter (rechercher) et de la requête construite par le connecteur. 4 Par delà la variété des technologies de recherche (indexations plein texte, bases de données relationnelles), cet élément est un critère majeur d appréciation de l hétérogénéïté des ressources. C est une dimension que j ai eu a prendre en compte dans le contexte du Pandoc ; aussi ces aspects sont-ils réabordés au point

18 PORTAIL DE RECHERCHE FÉDÉRÉE BASÉ SUR SOLR (b) basé sur SOAP : dans ce cas, le protocole HTTP ne sert plus que d enveloppe à des messages répondant à un autre protocole : RPC (Remote Procedure Call). Selon ce dernier, le rôle du connecteur sera alors d appeler une procédure - par exemple une méthode de classe - du système de recherche distant en lui passant en paramètre la requête précédemment construite. C est cette procédure qui lançera la recherche. le protocole STARTS (Stanford Protocol Proposal for Internet Retrieval and Search) : élaboré par un groupe de travail de l université de Stanford, il peut être comparé à Z39.50 (en ce qu il décrit à la fois une syntaxe de requête et un protocole de communication) mais au contraire de ce dernier, les communications avec les ressources n exigent pas l ouverture de sessions, et ces ressources sont sans états (autrement dit, comme dans le cas d un service web de type REST, une seul requête est nécessaire à l interrogation). De plus, il prévoit l interrogation automatique et régulière des ressources pour entretenir un jeu de statistiques et de métadonnées utiles au futur interclassement des résultats (voir plus bas). Les problématiques d authentification, de transmission de cookies et de données de session sont gérées à ce niveau également. la récupération des résultats issus du système de recherche associé au connecteur. Ces résultats peuvent être retournés dans des formats divers (HTML, XML, JSON, etc...). Le connecteur a ici pour tâche de de parcourir la iste des résultats, d en extraire les données et métadonnées pertinentes au regard de ce qu attend l interface de recherche (noms des champs, valeurs associées à ces champs, informations de tri,...) et d envoyer ces informations à l interface de recherche au format que cette dernière attend. Cet à ce niveau que sont également traités les problèmes de lenteur ou dysfonctionnement du système de recherche distant. les systèmes de recherche. Ils peuvent être : des moteurs de recherche web des moteurs de recherche fédérée des catalogues de bibliothèques en ligne des services webs etc... L important ici réside dans l exhaustivité et la précision des informations nécessaires à son interrogation et à l exploitation de ses résultats que ce système peut délivrer. Celles-ci conditionnent en effet la simplicité de développment et l efficacité du connecteur dédié au système de recherche. L initative Open Search est un exemple de format de description de système de recherche visant à faciliter l interrogation distante de tels systèmes. les source de données. Elles peuvent être : des index (tels que produits par des moteurs d indexation plein-texte) des bases de données (relationnelles, XML,...) 18

19 PORTAIL DE RECHERCHE FÉDÉRÉE BASÉ SUR SOLR des systèmes de fichiers des annuaires (LDAP) Leur interrogation est la responsabilité des systèmes de recherche cités ci-dessus. Elles ne sont donc pas directement visibles pour l interface de recherche fédérée, mais c est précisemment là que réside l avantage de ce type d interface par rapport à des systèmes basés sur le parcours de liens hypertextes ( crawling ). Un système de recherche fédérée peut ainsi agrégér des données issues du web visible et du web invisible ( deep web constitué notamment de toutes les pages générées dynamiquement à partir de données stockées dans des bases de données, index, etc...). les segments du parcours de retour (de la gauche vers la droite du schéma) qui concerne la problématique de recherche fédérée se situent de par et d autre des connecteurs. Le premier a été évoqué plus haut : c est la récupération et la transformation des résultats issus d un système de recherche distant ; le second comprend la fusion ou interclassement et le dédoublonnage des résultats fournis par l ensemble des connecteurs au niveau de l interface de recherche. C est là une des problématiques les plus complexes que comporte la recherche fédérée et de nombreuses méthodes existent pour y répondre : je n en cite ici que quelques unes. une première approche consiste, une fois obtenus les multiples jeux de résultats, à affecter à chaque documents qu ils comportent un score en appliquant par exemple une méthode statistique (telle TF/IDF, qui calculerait ce score à partir de la fréquence des termes de la requête dans les documents) ou une méthode de similarité basée sur un modèle vectoriel (qui mesurait la distance à la requête des différents documents). L avantage de cette aproche est qu elle ne nécessite pas de connaître les scores attribués aux documents par les divers moteurs de recherche interrogés ; son inconvénient majeur réside dans le fait qu elle applique les méthodes précitées à l ensemble des documents ramenés, ce qui, quand ils sont nombreux, peut se révéler trés lourd en termes de performance. Afin de remédier à ce problème, certaines approches utilisent soit les informations associées aux résultats pour en accomplir l interclassement( d autres difficultés se présentent alors, liées à l hétérogénéïté des systèmes de recherche interrogés : certains retourneront un score pour chaque documents, d autres non ; ou, deux moteurs ayant une partie de leurs résultats semblables, leurs auront affectés des scores différents, n ayant pas déployé les mêmes algorithmes de calcul) ; soit une partie seulement des multiples jeux de résultats. On peut citer la méthode Borda Count, qui ignore les scores attribués par les moteurs, et ne s appuie que sur l ordre dans lequel chacun d eux renvoie ses résultats. Elle fonctionne comme suit : l ensemble des résultats retournés sont considérés comme candidats et chaque moteur comme votant. Pour chaque votant, le candidat le mieux classé se voit assigné n points (s il y a n candidats), le second n-1 points, et ainsi de suite... Pour les candidats n ayant pas reçu de vote par un moteur (parce qu il n ont pas été ramenés par ce moteur), les points 19

20 PORTAIL DE RECHERCHE FÉDÉRÉE BASÉ SUR SOLR restants du votant (chaque votant dispose d un certain nombre de points) sont répartis également entre eux. Les candidats sont alors classés en ordre décroissant des points qu ils ont obtenus. D autres méthodes existent qui effectuent la même conversion des rangs en scores, mais par des calculs différents (D-WISE). Une autre difficulté éventuelle est la présence de doublons parmi les jeux de résultats. Dans ce cas, les scores qui leurs ont été attribués au niveau de l interface de recherche fédérée doivent être combinés. Un certain nombre de méthodes ont été proposées à cet effet, parmi lesquelles les méthodes min, max, sum, average ou encore CombMNZ. Enfin, certaines méthodes s appuient sur des algorithmes d apprentissage automatique. Un exemple d approche de ce type peut être décrit ainsi : à partir d échantillons de requêtes-tests, une description du contenu de chaque système de recherche est élaborée et stockée dasn une base de données (la base d exemples). Celles-ci peut donner de bonnes approximations des scores que les documents auraient obtenus s ils avaient été récupérés à partir d un seul système global. La requête saisie par l utilisateur est alors transmise non seulement aux ressources sélectionnées, mais également à la base d exemples. Les scores indépendants de tout système de recherche issus de la bases d exemples ainsi que les scores dépendants du sytème de recherche pour chaque système sélectionné alimentent un algorithme d apprentissage qui apprend à transformer les scores dépendants des systèmes en scores indépendants. C est sur la base de ces nouveaux scores que sont finalement classés les résultats. la publication des résultats : elle peut, si l on est sûr qu il ne faille produire qu un affichage se limiter à un format prévu à cet effet (HTML, par exemple) ; néanmoins, il paraît plus pertinent de diffuser un format structuré (XML, JSON ou autre) afin que la plateforme de recherche fédérée publiant ces résultats puissent elle-même être aisément interrogée par un système du même type. 3.3 Retour sur le contexte de la mission Il s agit, après les définitions et descriptions du processus de recherche fédérée de voir comment il s est intégré dans le contexte de la mission. Ce dernier supposait l utilisation d une part d une application web qui, sur le modèle de l existant, devait permettre la saisie d une requête dans un formulaire ainsi que la sélection des ressources à interroger ; et d autre part une technologie de recherche unique : Solr. 20

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (CCTP) MISE EN PLACE ET MAINTENANCE D UN MOTEUR DE RECHERCHE

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (CCTP) MISE EN PLACE ET MAINTENANCE D UN MOTEUR DE RECHERCHE PREMIER MINISTRE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DU GOUVERNEMENT CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (CCTP) MISE EN PLACE ET MAINTENANCE D UN MOTEUR DE RECHERCHE SUR LES SITES INTERNET GÉRÉS PAR LA DOCUMENTATION

Plus en détail

Présentation générale du projet data.bnf.fr

Présentation générale du projet data.bnf.fr Présentation générale du projet data.bnf.fr La Bibliothèque nationale a mis en œuvre un nouveau projet, qui a pour but de rendre ses données plus utiles sur le web. Ceci nécessite de transformer données

Plus en détail

Les Architectures Orientées Services (SOA)

Les Architectures Orientées Services (SOA) Les Architectures Orientées Services (SOA) Ulrich Duvent Guillaume Ansel Université du Littoral Côte d Opale 50, Rue Ferdinand Buisson BP 699 62228 Calais Cedex Téléphone (33) 03.21.46.36.92 Télécopie

Plus en détail

Programmation Web. Madalina Croitoru IUT Montpellier

Programmation Web. Madalina Croitoru IUT Montpellier Programmation Web Madalina Croitoru IUT Montpellier Organisation du cours 4 semaines 4 ½ h / semaine: 2heures cours 3 ½ heures TP Notation: continue interrogation cours + rendu à la fin de chaque séance

Plus en détail

Introduction à. Oracle Application Express

Introduction à. Oracle Application Express Introduction à Oracle Application Express Sommaire Qu est-ce que Oracle Application Express (APEX)? Vue d ensemble des fonctionnalités et des différents composants d Oracle APEX Démonstration de création

Plus en détail

Les principaux domaines de l informatique

Les principaux domaines de l informatique Les principaux domaines de l informatique... abordés dans le cadre de ce cours: La Programmation Les Systèmes d Exploitation Les Systèmes d Information La Conception d Interfaces Le Calcul Scientifique

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS

LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS Annuaire Ouvrage publié en principe chaque année ou selon une périodicité proche de l'année, qui donne une liste de noms de personnes ou d'organismes

Plus en détail

Bien architecturer une application REST

Bien architecturer une application REST Olivier Gutknecht Bien architecturer une application REST Avec la contribution de Jean Zundel Ce livre traite exactement du sujet suivant : comment faire pour que les services web et les programmes qui

Plus en détail

Architecture Orientée Service, JSON et API REST

Architecture Orientée Service, JSON et API REST UPMC 3 février 2015 Précedemment, en LI328 Architecture générale du projet Programmation serveur Servlet/TOMCAT Aujourd hui Quelques mots sur les SOA API - REST Le format JSON API - REST et Servlet API

Plus en détail

BES WEBDEVELOPER ACTIVITÉ RÔLE

BES WEBDEVELOPER ACTIVITÉ RÔLE BES WEBDEVELOPER ACTIVITÉ Le web developer participe aux activités concernant la conception, la réalisation, la mise à jour, la maintenance et l évolution d applications internet/intranet statiques et

Plus en détail

HighPush. document 3.0 18/06/2009 Révision pour version 3.0 2.0 20/11/2008 Revision pour la 2.0 1.0 01/10/2008 Documentation initiale.

HighPush. document 3.0 18/06/2009 Révision pour version 3.0 2.0 20/11/2008 Revision pour la 2.0 1.0 01/10/2008 Documentation initiale. Version du Date document 3.0 18/06/2009 Révision pour version 3.0 2.0 20/11/2008 Revision pour la 2.0 1.0 01/10/2008 Documentation initiale Commentaires 1 Table des matières 1 Introduction / Identification...

Plus en détail

Cours 1 : introduction

Cours 1 : introduction Cours 1 : introduction Modèle entité-association Exemple : Deux entités (produit et dépôt) sont mises en relation (stock). Une entité doit être constituée d un identifiant et peut être complétée par des

Plus en détail

Je catalogue, tu FRBRises, il/elle googlise. L évolution des catalogues et les bibliothécaires Vendredi 29 mars 2013 Manufacture des tabacs

Je catalogue, tu FRBRises, il/elle googlise. L évolution des catalogues et les bibliothécaires Vendredi 29 mars 2013 Manufacture des tabacs Je catalogue, tu FRBRises, il/elle googlise. L évolution des catalogues et les bibliothécaires Vendredi 29 mars 2013 Manufacture des tabacs Journée organisée par le CRFCB Midi-Pyrénées / Languedoc-Roussillon

Plus en détail

Catalogue des formations Edition 2015

Catalogue des formations Edition 2015 Antidot - Formations Catalogue des formations Edition 2015 : catalogue_formation_2015 Révision du 06.01.2015 Sommaire!!"##$%&'( )! $*$+,(-'(."##'+.'&( /!,'.0+"1"2%'( /!!."3'( /! $(3&"3"!(-4(5(.$,$1"24'(-'!(6"&#$,%"+!(7('-%,%"+()89:(;(

Plus en détail

18 TCP Les protocoles de domaines d applications

18 TCP Les protocoles de domaines d applications 18 TCP Les protocoles de domaines d applications Objectifs 18.1 Introduction Connaître les différentes catégories d applications et de protocoles de domaines d applications. Connaître les principaux protocoles

Plus en détail

CHAPITRE 1. Introduction aux web services. 1.1 Définition. Contenu du chapitre : Env. De dev. Langage Visual Studio Java EE Qt Creator C#

CHAPITRE 1. Introduction aux web services. 1.1 Définition. Contenu du chapitre : Env. De dev. Langage Visual Studio Java EE Qt Creator C# CHAPITRE 1 Introduction aux web services Contenu du chapitre : Env. De dev. Langage Visual Studio Java EE Qt Creator C# NetBeans JavaScript Eclipse Objective C Xcode PHP HTML Objectifs du chapitre : Ce

Plus en détail

NVU, Notepad++ (ou le bloc-note), MySQL, PhpMyAdmin. HTML, PHP, cas d utilisation, maquettage, programmation connaissances en HTML, PHP et SQL

NVU, Notepad++ (ou le bloc-note), MySQL, PhpMyAdmin. HTML, PHP, cas d utilisation, maquettage, programmation connaissances en HTML, PHP et SQL Prise en main de NVU et Notepad++ (conception d application web avec PHP et MySql) Propriétés Intitulé long Formation concernée Matière Présentation Description Conception de pages web dynamiques à l aide

Plus en détail

Technologies du Web. Créer et héberger un site Web. Pierre Senellart. Page 1 / 26 Licence de droits d usage

Technologies du Web. Créer et héberger un site Web. Pierre Senellart. Page 1 / 26 Licence de droits d usage Technologies du Web Créer et héberger un site Web Page 1 / 26 Plan Planification Choisir une solution d hébergement Administration Développement du site Page 2 / 26 Cahier des charges Objectifs du site

Plus en détail

Hébergement de sites Web

Hébergement de sites Web Hébergement de Solutions complètes et évolutives pour l hébergement de sites Web dynamiques et de services Web sécurisés. Fonctionnalités Serveur Web Apache hautes performances Apache 1. et.0 1 avec prise

Plus en détail

Paiement sécurisé sur Internet Service TPE Virtuel (sécurisé par le protocole SSL)

Paiement sécurisé sur Internet Service TPE Virtuel (sécurisé par le protocole SSL) Paiement sécurisé sur Internet Service TPE Virtuel (sécurisé par le protocole SSL) Présentation Générale Page 1 / 23 SOMMAIRE 1 1.1 Présentation du service de paiement par carte bancaire sur Internet,

Plus en détail

Qu est-ce que ArcGIS?

Qu est-ce que ArcGIS? 2 Qu est-ce que ArcGIS? LE SIG ÉVOLUE Depuis de nombreuses années, la technologie SIG améliore la communication, la collaboration et la prise de décision, la gestion des ressources et des infrastructures,

Plus en détail

WysiUpStudio. CMS professionnel. pour la création et la maintenance évolutive de sites et applications Internet V. 6.x

WysiUpStudio. CMS professionnel. pour la création et la maintenance évolutive de sites et applications Internet V. 6.x WysiUpStudio CMS professionnel pour la création et la maintenance évolutive de sites et applications Internet V. 6.x UNE SOLUTION DE GESTION DE CONTENUS D UNE SOUPLESSE INÉGALÉE POUR CRÉER, MAINTENIR ET

Plus en détail

Manuel d utilisation de la plate-forme de gestion de parc UCOPIA. La mobilité à la hauteur des exigences professionnelles

Manuel d utilisation de la plate-forme de gestion de parc UCOPIA. La mobilité à la hauteur des exigences professionnelles Manuel d utilisation de la plate-forme de gestion de parc UCOPIA La mobilité à la hauteur des exigences professionnelles 2 Manuel d utilisation de la plate-forme de gestion de parc UCOPIA 1 Table des matières

Plus en détail

«clustering» et «load balancing» avec Zope et ZEO

«clustering» et «load balancing» avec Zope et ZEO IN53 Printemps 2003 «clustering» et «load balancing» avec Zope et ZEO Professeur : M. Mignot Etudiants : Boureliou Sylvain et Meyer Pierre Sommaire Introduction...3 1. Présentation générale de ZEO...4

Plus en détail

Dynamiser l innovation tout en réduisant son coût

Dynamiser l innovation tout en réduisant son coût Dynamiser l innovation tout en réduisant son coût L utilisation croissante de logiciels open source par les développeurs d applications a rendu le besoin de solutions de gestion et de gouvernance automatisées

Plus en détail

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES Dossier G11 - Interroger une base de données La base de données Facturation contient tout un ensemble d'informations concernant la facturation de la SAFPB (société anonyme de fabrication de produits de

Plus en détail

1 Introduction et installation

1 Introduction et installation TP d introduction aux bases de données 1 TP d introduction aux bases de données Le but de ce TP est d apprendre à manipuler des bases de données. Dans le cadre du programme d informatique pour tous, on

Plus en détail

INTERNET est un RESEAU D ORDINATEURS RELIES ENTRE EUX A L ECHELLE PLANETAIRE. Internet : interconnexion de réseaux (anglais : net = réseau)

INTERNET est un RESEAU D ORDINATEURS RELIES ENTRE EUX A L ECHELLE PLANETAIRE. Internet : interconnexion de réseaux (anglais : net = réseau) CS WEB Ch 1 Introduction I. INTRODUCTION... 1 A. INTERNET INTERCONNEXION DE RESEAUX... 1 B. LE «WEB» LA TOILE, INTERCONNEXION DE SITES WEB... 2 C. L URL : LOCALISER DES RESSOURCES SUR L INTERNET... 2 D.

Plus en détail

Bases de données documentaires et distribuées Cours NFE04

Bases de données documentaires et distribuées Cours NFE04 Bases de données documentaires et distribuées Cours NFE04 Introduction du cours Auteurs : Raphaël Fournier-S niehotta, Philippe Rigaux, Nicolas Travers prénom.nom@cnam.fr Département d informatique Conservatoire

Plus en détail

Le signalement des acquisitions numériques à l échelle nationale Le rôle du hub de métadonnées scénarios et prototype

Le signalement des acquisitions numériques à l échelle nationale Le rôle du hub de métadonnées scénarios et prototype Le signalement des acquisitions numériques à l échelle nationale Le rôle du hub de métadonnées scénarios et prototype Raymond BERARD, directeur de l ABES 0 Sommaire 1. La genèse du projet 2. Etude de faisabilité

Plus en détail

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information.

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information. PACBASE «Interrogez le passé, il répondra présent.». Le Module e-business Les entreprises doivent aujourd hui relever un triple défi. D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue

Plus en détail

XML, PMML, SOAP. Rapport. EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003. Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million

XML, PMML, SOAP. Rapport. EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003. Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million XML, PMML, SOAP Rapport EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003 Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million i TABLE DES MATIÈRES Table des matières 1 XML 1 1.1 Présentation de XML.................................

Plus en détail

AIDE MEMOIRE. Forprev. De l habilitation à la gestion de sessions. Page 1 sur 55

AIDE MEMOIRE. Forprev. De l habilitation à la gestion de sessions. Page 1 sur 55 2013 AIDE MEMOIRE Forprev De l habilitation à la gestion de sessions Page 1 sur 55 Bienvenue, Vous êtes, ou souhaitez être, habilité à dispenser des formations relevant du dispositif de démultiplication

Plus en détail

Documentation utilisateur "OK-MARCHE" Historique des modifications. 3.0 Mise à jour complète suite à version OK-MARCHE V2.2. de marchés publics

Documentation utilisateur OK-MARCHE Historique des modifications. 3.0 Mise à jour complète suite à version OK-MARCHE V2.2. de marchés publics Documentation utilisateur "OK-MARCHE" Historique des modifications Version Modifications réalisées 1.0 Version initiale de diffusion Ouverture & traitement des 2.0 Mise à jour complète enveloppes électroniques

Plus en détail

LIVRE BLANC Décembre 2014

LIVRE BLANC Décembre 2014 PARSING MATCHING EQUALITY SEARCH LIVRE BLANC Décembre 2014 Introduction L analyse des tendances du marché de l emploi correspond à l évidence à une nécessité, surtout en période de tension comme depuis

Plus en détail

Devenez un véritable développeur web en 3 mois!

Devenez un véritable développeur web en 3 mois! Devenez un véritable développeur web en 3 mois! L objectif de la 3W Academy est de former des petits groupes d élèves au développement de sites web dynamiques ainsi qu à la création d applications web

Plus en détail

Département Informatique 5ème année 2008-2009. Cahier des Charges

Département Informatique 5ème année 2008-2009. Cahier des Charges École Polytechnique de l Université de Tours 64, Avenue Jean Portalis 37200 TOURS, FRANCE Tél. +33 (0)2 47 36 14 14 Fax +33 (0)2 47 36 14 22 www.polytech.univ-tours.fr Département Informatique 5ème année

Plus en détail

Sage 100 CRM Guide de l Import Plus avec Talend Version 8. Mise à jour : 2015 version 8

Sage 100 CRM Guide de l Import Plus avec Talend Version 8. Mise à jour : 2015 version 8 Sage 100 CRM Guide de l Import Plus avec Talend Version 8 Mise à jour : 2015 version 8 Composition du progiciel Votre progiciel est composé d un boîtier de rangement comprenant : le cédérom sur lequel

Plus en détail

Competence Management System (Système de Gestion de Compétences)

Competence Management System (Système de Gestion de Compétences) Dispositif :... 3 Qu est-ce qu un CMS?... 3 Quels sont les dispositifs intégrés à un CMS... 3 Comment envoyer des emails?... 3 Puis-je envoyer des emails seulement à un groupe de personnes?... 4 Comment

Plus en détail

NFP111 Systèmes et Applications Réparties

NFP111 Systèmes et Applications Réparties NFP111 Systèmes et Applications Réparties 1 de 46 NFP111 Systèmes et Applications Réparties Cours 2 - Les appels de procédure distants (Partie 1) Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques

Plus en détail

Sélection d un moteur de recherche pour intranet : Les sept points à prendre en compte

Sélection d un moteur de recherche pour intranet : Les sept points à prendre en compte Sélection d un moteur de recherche pour intranet : Les sept points à prendre en compte 1Les bases : vos objectifs 2 Sélection d un moteur de recherche pour intranet : Les sept points à prendre en compte

Plus en détail

Définition des Webservices Ordre de paiement par email. Version 1.0

Définition des Webservices Ordre de paiement par email. Version 1.0 Définition des Webservices Ordre de paiement par email Version 1.0 Rédaction, Vérification, Approbation Rédaction Vérification Approbation Nom Date/Visa Nom Date/Visa Nom Date/Visa Historique du document

Plus en détail

Plan de notre intervention 1. Pourquoi le test de charge? 2. Les différents types de tests de charge 1.1. Le test de performance 1.2.

Plan de notre intervention 1. Pourquoi le test de charge? 2. Les différents types de tests de charge 1.1. Le test de performance 1.2. Plan de notre intervention 1. Pourquoi le test de charge? 2. Les différents types de tests de charge 1.1. Le test de performance 1.2. Le test aux limites 3. Méthode 2.1. Pré-requis 2.2. Préparation des

Plus en détail

Exemple accessible via une interface Web. Bases de données et systèmes de gestion de bases de données. Généralités. Définitions

Exemple accessible via une interface Web. Bases de données et systèmes de gestion de bases de données. Généralités. Définitions Exemple accessible via une interface Web Une base de données consultable en ligne : Bases de données et systèmes de gestion de bases de données The Trans-atlantic slave trade database: http://www.slavevoyages.org/tast/index.faces

Plus en détail

Formation Fonctions Collaboratives

Formation Fonctions Collaboratives 1 Formation Fonctions Collaboratives 2 Introduction Ergonomie Données initiales Messagerie Gestion de ressources Agenda partagé Disque virtuel Publication Sommaire Applications tierces 3 Introduction 4

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Chapitre 4 Les Servlets. 1. Qu'est-ce qu'une Servlet? 1.1 Présentation. 1.2 Requêtes HTTP

Chapitre 4 Les Servlets. 1. Qu'est-ce qu'une Servlet? 1.1 Présentation. 1.2 Requêtes HTTP 210 Les Servlets 1. Qu'est-ce qu'une Servlet? 1.1 Présentation Les Servlets sont la base de la programmation Java EE. La conception d'un site Web dynamique en Java repose sur ces éléments. Une Servlet

Plus en détail

Evolutions du Web et des langages

Evolutions du Web et des langages Evolutions du Web Evolutions du Web et des langages WEB statique Ces pages sont écrites en HTML Les pages demandées sont identiques quelque soit La personne qui les demande L heure de la demande Etc. WEB

Plus en détail

Architectures web/bases de données

Architectures web/bases de données Architectures web/bases de données I - Page web simple : HTML statique Le code HTML est le langage de base pour concevoir des pages destinées à être publiées sur le réseau Internet ou intranet. Ce n'est

Plus en détail

Marché à Procédure adaptée. Tierce maintenance applicative pour le portail web www.debatpublic.fr

Marché à Procédure adaptée. Tierce maintenance applicative pour le portail web www.debatpublic.fr Marché à Procédure adaptée Passé en application de l article 28 du code des marchés publics Tierce maintenance applicative pour le portail web www.debatpublic.fr CNDP/ 03 /2015 Cahier des clauses techniques

Plus en détail

Découvrir les vulnérabilités au sein des applications Web

Découvrir les vulnérabilités au sein des applications Web Applications Web Découvrir les vulnérabilités au sein des applications Web Les vulnérabilités au sein des applications Web sont un vecteur majeur du cybercrime. En effet, selon le rapport d enquête 2012

Plus en détail

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur Indications

Plus en détail

Plateforme PAYZEN. Définition de Web-services

Plateforme PAYZEN. Définition de Web-services Plateforme PAYZEN Définition de Web-services Ordre de paiement Version 1.1 Rédaction, Vérification, Approbation Rédaction Vérification Approbation Nom Date/Visa Nom Date/Visa Nom Date/Visa Lyra-Network

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Table des matières Avant-propos................................................ 1 Quel est l objectif de cet ouvrage?............................. 4 La structure

Plus en détail

Application des Spécifications détaillées pour la Retraite, architecture portail à portail

Application des Spécifications détaillées pour la Retraite, architecture portail à portail Pour Application des Spécifications détaillées pour la Retraite, architecture portail à portail Version 1.0 ON-X S.A. est une société du Groupe ON-X 15, quai Dion Bouton 92816 PUTEAUX cedex. Tél : 01 40

Plus en détail

4. SERVICES WEB REST 46

4. SERVICES WEB REST 46 4. SERVICES WEB REST 46 REST REST acronyme de REpresentational State Transfert Concept introduit en 2000 dans la thèse de Roy FIELDING Est un style d architecture inspiré de l architecture WEB En 2010,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Acquisition d un logiciel de gestion et de recherches documentaires

CAHIER DES CHARGES. Acquisition d un logiciel de gestion et de recherches documentaires CAHIER DES CHARGES Acquisition d un logiciel de gestion et de recherches documentaires 09 Septembre 2014 Fédération Française de Handball 62 rue Gabriel Péri 94250 Gentilly [1] Table des matières I. Présentation

Plus en détail

Concevoir des applications Web avec UML

Concevoir des applications Web avec UML Concevoir des applications Web avec UML Jim Conallen Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09172-9 2000 1 Introduction Objectifs du livre Le sujet de ce livre est le développement des applications web. Ce n est

Plus en détail

les techniques d'extraction, les formulaires et intégration dans un site WEB

les techniques d'extraction, les formulaires et intégration dans un site WEB les techniques d'extraction, les formulaires et intégration dans un site WEB Edyta Bellouni MSHS-T, UMS838 Plan L extraction des données pour un site en ligne Architecture et techniques Les différents

Plus en détail

«Clustering» et «Load balancing» avec Zope et ZEO

«Clustering» et «Load balancing» avec Zope et ZEO «Clustering» et «Load balancing» avec Zope et ZEO IN53 Printemps 2003 1 Python : généralités 1989 : Guido Van Rossum, le «Python Benevolent Dictator for Life» Orienté objet, interprété, écrit en C Mêle

Plus en détail

Recherche d information textuelle

Recherche d information textuelle Recherche d information textuelle Pré-traitements & indexation B. Piwowarski CNRS / LIP6 Université Paris 6 benjamin@bpiwowar.net http://www.bpiwowar.net Master IP - 2014-15 Cours et travaux pratiques

Plus en détail

PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA. 9 ème FED

PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA. 9 ème FED PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA 9 ème FED TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN DEVELOPPEUR PHP/MySQL POUR LA REALISATION D UNE PLATEFORME DE GESTION DES ACTIVITES DE FORMATION

Plus en détail

Cours Bases de données

Cours Bases de données Informations sur le cours Cours Bases de données 9 (10) séances de 3h Polycopié (Cours + TD/TP) 3 année (MISI) Antoine Cornuéjols www.lri.fr/~antoine antoine.cornuejols@agroparistech.fr Transparents Disponibles

Plus en détail

White Paper - Livre Blanc

White Paper - Livre Blanc White Paper - Livre Blanc Développement d applications de supervision des systèmes d information Avec LoriotPro Vous disposez d un environnement informatique hétérogène et vous souhaitez à partir d une

Plus en détail

La fédération d identités, pourquoi et comment? Olivier Salaün, RENATER ANF Mathrice 2014

La fédération d identités, pourquoi et comment? Olivier Salaün, RENATER ANF Mathrice 2014 La fédération d identités, pourquoi et comment? Olivier Salaün, RENATER ANF Mathrice 2014 25/09/2014 1 RENATER Opérateur du réseau enseignement et recherche Sécurité Le CERT RENATER Animation réseau des

Plus en détail

Surveiller et contrôler vos applications à travers le Web

Surveiller et contrôler vos applications à travers le Web Surveiller et contrôler vos applications à travers le Web Valérie HELLEQUIN Ingénieur d application Internet permet aujourd hui la diffusion d informations et de ressources que chaque utilisateur peut

Plus en détail

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation

4. Utilisation d un SGBD : le langage SQL. 5. Normalisation Base de données S. Lèbre slebre@unistra.fr Université de Strasbourg, département d informatique. Présentation du module Contenu général Notion de bases de données Fondements / Conception Utilisation :

Plus en détail

Tarification comparative pour l'industrie des assurances

Tarification comparative pour l'industrie des assurances Étude technique Tarification comparative pour l'industrie des assurances Les technologies de l'information appliquées aux solutions d'affaires Groupe CGI inc., 2004. Tous droits réservés. Aucune partie

Plus en détail

FileMaker Server 11. Publication Web personnalisée avec XML et XSLT

FileMaker Server 11. Publication Web personnalisée avec XML et XSLT FileMaker Server 11 Publication Web personnalisée avec XML et XSLT 2007-2010 FileMaker, Inc. Tous droits réservés. FileMaker, Inc. 5201 Patrick Henry Drive Santa Clara, Californie 95054 FileMaker est une

Plus en détail

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free.

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free. 2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant Page:1/11 http://robert.cireddu.free.fr/sin LES DÉFENSES Objectifs du COURS : Ce cours traitera essentiellement

Plus en détail

Atelier 1. Portails documentaires : BioLib et Cemadoc

Atelier 1. Portails documentaires : BioLib et Cemadoc Atelier 1 Portails documentaires : BioLib et Cemadoc Intervenants Emmanuelle Jannes-Ober, responsable de la médiathèque - Institut Pasteur Odile Hologne, chef du service de l infomation scientifique et

Plus en détail

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de 1 2 «Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de Copie, seules les références bibliographiques peuvent

Plus en détail

Création d'un Portail partagé sur l'offre de formation en région Languedoc-Roussillon

Création d'un Portail partagé sur l'offre de formation en région Languedoc-Roussillon Création d'un Portail partagé sur l'offre de formation en région Languedoc-Roussillon Retours des entretiens téléphoniques 1. Présentation du contexte : Atout Métiers LR Offre de formation L association

Plus en détail

Le projet SIST. Internet et Grilles de calculs en Afrique Agropolis- Montpellier 10-12 Décembre 2007

Le projet SIST. Internet et Grilles de calculs en Afrique Agropolis- Montpellier 10-12 Décembre 2007 Le projet SIST Internet et Grilles de calculs en Afrique Agropolis- Montpellier 10-12 Décembre 2007 Le projet SIST Le projet du fonds de solidarité prioritaire (FSP) SIST (Système d Information Scientifique

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail

Introduction à LDAP et à Active Directory... 15. Étude de cas... 37

Introduction à LDAP et à Active Directory... 15. Étude de cas... 37 Introduction à LDAP et à Active Directory... 15 Généralité sur l annuaire et LDAP... 16 Qu est-ce qu un annuaire?... 16 Un peu d histoire sur le protocole... 16 LDAP version 2 et version 3... 17 Le standard

Plus en détail

Installation d un serveur HTTP (Hypertext Transfer Protocol) sous Débian 6

Installation d un serveur HTTP (Hypertext Transfer Protocol) sous Débian 6 Installation d un serveur HTTP (Hypertext Transfer Protocol) sous Débian 6 1 BERNIER François http://astronomie-astrophotographie.fr Table des matières Installation d un serveur HTTP (Hypertext Transfer

Plus en détail

Logiciel photothèque professionnel GUIDE D UTILISATION - 1 -

Logiciel photothèque professionnel GUIDE D UTILISATION - 1 - Logiciel photothèque professionnel GUIDE D UTILISATION - 1 - Sommaire La solution en quelques mots... 3 Les utilisateurs et leurs droits... 4 Les albums, les dossiers et leurs droits... 5 Créer un album,

Plus en détail

KWISATZ_TUTO_module_magento novembre 2012 KWISATZ MODULE MAGENTO

KWISATZ_TUTO_module_magento novembre 2012 KWISATZ MODULE MAGENTO _TUTO_module_magento Table des matières -1) - :...2-1.1) Introduction :...2-1.2) Description :...3-1.2.1) Schéma :...3-1.3) Mise en place :...4-1.3.1) MAGENTO :...4-1.3.1.1) Les Web Services :...4-1.3.1.2)

Plus en détail

Architectures d'intégration de données

Architectures d'intégration de données Architectures d'intégration de données Dan VODISLAV Université de Cergy-ontoise Master Informatique M1 Cours IED lan Intégration de données Objectifs, principes, caractéristiques Architectures type d'intégration

Plus en détail

[STUDIO ASA : CONDITIONS DE PARTENARIAT DANS LE CADRE

[STUDIO ASA : CONDITIONS DE PARTENARIAT DANS LE CADRE 2014 Fondation Maison des Sciences de l Homme (FMSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM) Francis Lemaitre & Peter Stockinger [STUDIO ASA : CONDITIONS DE PARTENARIAT DANS LE CADRE D UN

Plus en détail

INTERSYSTEMS CACHÉ COMME ALTERNATIVE AUX BASES DE DONNÉES RÉSIDENTES EN MÉMOIRE

INTERSYSTEMS CACHÉ COMME ALTERNATIVE AUX BASES DE DONNÉES RÉSIDENTES EN MÉMOIRE I N T E RS Y S T E M S INTERSYSTEMS CACHÉ COMME ALTERNATIVE AUX BASES DE DONNÉES RÉSIDENTES EN MÉMOIRE David Kaaret InterSystems Corporation INTERSySTEMS CAChé CoMME ALTERNATIvE AUx BASES de données RéSIdENTES

Plus en détail

Efficace et ciblée : La surveillance des signaux de télévision numérique (2)

Efficace et ciblée : La surveillance des signaux de télévision numérique (2) Efficace et ciblée : La surveillance des signaux de télévision numérique (2) La première partie de cet article publié dans le numéro 192 décrit la méthode utilisée pour déterminer les points de surveillance

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD3 Exercices Exercice 1 Enumérez les sept étapes du processus consistant à convertir les communications de l utilisateur en données. 1. L utilisateur entre les données via une interface matérielle.

Plus en détail

Rapport de Cryptographie

Rapport de Cryptographie Cryptographie [MIF30] / Année 2008-2009 Rapport de Cryptographie Les Injections SQL Sylvie Tixier & François-Xavier Charlet Page 1 20/05/2009 Sommaire Introduction...3 Définition d une injection SQL...3

Plus en détail

Proposer de nouveaux services aux Levalloisiens. Des ressources numériques, accessibles à distance. http://mediatheque.ville-levallois.

Proposer de nouveaux services aux Levalloisiens. Des ressources numériques, accessibles à distance. http://mediatheque.ville-levallois. La Médiathèque virtuelle ou la 2 ème Médiathèque Objectifs et enjeux Proposer de nouveaux services aux Levalloisiens Une Médiathèque ouverte 7j/7, 24h/24 Un catalogue enrichi Des ressources numériques,

Plus en détail

Recherche d Information(RI): Fondements et illustration avec Apache Lucene. par Majirus Fansi @majirus

Recherche d Information(RI): Fondements et illustration avec Apache Lucene. par Majirus Fansi @majirus 1 Recherche d Information(RI): Fondements et illustration avec Apache Lucene par Majirus Fansi @majirus Résumé Fondements de la Recherche d Information (RI) Noyau de toute application de RI Éléments à

Plus en détail

Fouillez facilement dans votre système Big Data. Olivier TAVARD

Fouillez facilement dans votre système Big Data. Olivier TAVARD Fouillez facilement dans votre système Big Data Olivier TAVARD A propos de moi : Cofondateur de la société France Labs Développeur (principalement Java) Formateur en technologies de moteurs de recherche

Plus en détail

COMMENT LIRE UN DEVIS DE CREATION DE SITE WEB?

COMMENT LIRE UN DEVIS DE CREATION DE SITE WEB? COMMENT LIRE UN DEVIS DE CREATION DE SITE WEB? Lorraine En matière de création ou de refonte d un site Internet, il apparaît souvent difficile de faire un choix parmi les propositions qui font suite à

Plus en détail

Guide d utilisation du navigateur web OECD.Stat

Guide d utilisation du navigateur web OECD.Stat OECD.Stat 2008 2 / 39 Table des matières : Introduction... 4 Concepts liés à OECD.Stat... 4 Organisation des données... 4 Séries de référence... 5 Recherche... 5 Le navigateur web OECD.Stat... 5 Guide

Plus en détail

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique

Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Enquête 2013-2014 sur les ressources numériques en bibliothèque publique Ministère de la Culture et de la Communication Direction générale des médias et des industries culturelles Service du livre et de

Plus en détail

Introduction à Microsoft InfoPath 2010

Introduction à Microsoft InfoPath 2010 Introduction à Microsoft InfoPath 2010 Couplé à Microsoft SharePoint Designer 2010, InfoPath 2010 simplifie la création de solutions de bout en bout sur SharePoint Server 2010, qui contiennent des formulaires

Plus en détail

Sommaire. 1 Introduction 19. 2 Présentation du logiciel de commerce électronique 23

Sommaire. 1 Introduction 19. 2 Présentation du logiciel de commerce électronique 23 1 Introduction 19 1.1 À qui s adresse cet ouvrage?... 21 1.2 Comment est organisé cet ouvrage?... 22 1.3 À propos de l auteur... 22 1.4 Le site Web... 22 2 Présentation du logiciel de commerce électronique

Plus en détail

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT ANNEXE VI MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES Les utilisateurs s attendent à trouver dans les définitions des

Plus en détail

Normes et standards FOAD. Cognifer / Moodle

Normes et standards FOAD. Cognifer / Moodle Normes et standards FOAD «L interopérabilité pédagogique» Interopérabilité de plates-formes FOAD dans l échange de ressources pédagogiques Cognifer / Moodle Manuel de procédures élaboré par Mokhtar BEN

Plus en détail

Construction d'un entrepôt de métadonnées - LOM Application: E-learning

Construction d'un entrepôt de métadonnées - LOM Application: E-learning Construction d'un entrepôt de métadonnées - LOM Application: E-learning Nawel Iles, Azzeddine Chikh, Sidi Mohammed Chouiti Faculté des sciences de l ingénieur Université de Tlemcen Algérie (n_iles/ az_chikh

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Appui SIE :Développement de services web ADES/SIE

Appui SIE :Développement de services web ADES/SIE Appui SIE :Développement de services web ADES/SIE Rapport final BRGM/ RP-55128-FR Décembre 2006 Appui SIE : Développement de services web ADES/SIE Rapport final BRGM/ RP-55128-FR décembre 2006 Étude réalisée

Plus en détail