Etat des lieux des. Internet. Etude réalisée pour le CSTI mise à jour novembre 2001 MS12047/4/JG/DP/FP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etat des lieux des. Internet. Etude réalisée pour le CSTI mise à jour novembre 2001 MS12047/4/JG/DP/FP"

Transcription

1 Etat des lieux des modes d accès à Internet Etude réalisée pour le CSTI mise à jour novembre 2001 MS12047/4/JG/DP/FP Novembre 2001

2 Sommaire 1 Présentation des modes d accès à Internet Modem V90 sur RTC RNIS Présentation Schéma et équipement d un réseau RNIS ADSL Schéma technique et équipements Perspectives Câble Présentation La structure des réseaux HFC Télévision numérique terrestre (TNT) Présentation Avantages / Inconvénients par rapport aux accès câble ou satellite Satellite Présentation Les services Internet sur PC RLE Présentation Perspectives Metro WDM Présentation BLR Présentation Coût d acquisition du matériel par l utilisateur Les perspectives d évolution GSM + WAP Présentation Perspectives GSM + GPRS Présentation Les perspectives d évolution UMTS Présentation Coût d acquisition du matériel par l utilisateur Les perspectives d évolution RLE sans fil Présentation Le marché des WLAN (Réseaux locaux sans-fil) IDATE octobre 2002

3 Répartition par zone géographique Perspective d évolution Cas français Modem V90 sur RTC Contexte Principaux acteurs et nombre d abonnés Offres des principaux FAI RNIS ADSL Les offres ADSL Nombre d abonnés et parts de marché : Câble Les offres des principaux acteurs Nombre d abonnés Internet par le câble Télévision numérique terrestre Satellite RLE Metro WDM Situation Principaux acteurs et offres MAN en France Perspectives BLR GSM + WAP GSM + GPRS UMTS RLE sans fil Produits et services WLAN Comparaison technico-économique Eléments de comparaison généraux Marché résidentiel (xdsl et câble) Marché professionnel (xdsl et BLR) Prévisions globales Doctrine d emploi par les opérateurs ANNEXE octobre 2002 IDATE 3

4 Introduction Ce document a pour objet de dresser un état des lieux des modes d accès à Internet en France. Il comprend : * une description des différents modes d accès et de leurs perspectives d évolution ; * l étude du cas français avec la présentation des principales caractéristiques du marché national : acteurs, offres, taux de pénétration ; * une comparaison technico-économique des technologies concurrentes : marché résidentiel (xdsl et câble) et marché professionnel (xdsl et BLR). Infrastructures pour services fixes d accès à Internet : modem V90 sur RTC RNIS xdsl Câble BLR Satellite Television numérique terrestre RLE (LAN) Metro WDM Infrastructures pour services mobiles d accès à Internet : GSM + WAP GSM + GPRS UMTS RLE sans fil (WLAN) 4 IDATE octobre 2002

5 1 Présentation des modes d accès à Internet 1.1 Modem V90 sur RTC C'est le réseau téléphonique classique, tel qu'il existe actuellement, et qui reste à ce jour le mode d'accès prédominant. Conçu à l'origine pour transporter exclusivement la voix humaine, le spectre des fréquences reconnues a été limité à 4 KHz, représentant un débit théorique de 64 kbps. Cette limitation permet en effet un nombre plus important de communications simultanées en les multiplexant (technique autorisant le passage de plusieurs communications simultanées sur un même canal de transmission) sur la même ligne. Le réseau téléphonique français est actuellement entièrement numérique depuis le répartiteur (central local, lieu d'aboutement des paires de cuivres qui sont ensuite multiplexées vers le commutateur). La portion donc entre le répartiteur et l'abonné reste analogique, ce qui nécessite donc l'utilisation de modems (Modulateurs - Démodulateurs) pour transformer le signal numérique en analogique entre l'ordinateur de l'utilisateur et le central. Par extension, on parle de modems RTC, c'est-à-dire de modems permettant de recevoir des données numériques en connectant un ordinateur à une prise téléphonique. La connexion par modem par une ligne téléphonique classique n'est pas permanente et dure le temps de l'appel. Le débit de transmission de données est relativement lent comparé aux formules d'accès à haut débit telles que le câble ou l'adsl. Il faut alors souscrire un abonnement auprès d'un FAI, sachant que l'abonnement peut être gratuit ou payant. A cela s'ajoute le prix des communications, le plus souvent au tarif local, ou incluses dans le cadre de forfaits. octobre 2002 IDATE 5

6 1.2 RNIS Présentation L'architecture des Réseaux Numériques à Intégration de Services (RNIS) a été conçue pour associer la voix, les données, la vidéo et tout autre application ou service. Cette architecture peut être vue comme une évolution des réseaux téléphoniques existants. Le débit est de 64 Kbps (128 en utilisant deux canaux, et même 2 Mbps en utilisant 30 canaux) au lieu de 56 Kbps avec les modems les plus rapides. L Union Internationale des Télécommunications (ITU) a défini la technologie RNIS comme un réseau fournissant une connectivité numérique de bout en bout avec une grande variété de services. Deux caractéristiques importantes des réseaux RNIS les distinguent des réseaux téléphoniques traditionnels: les connexions sont numériques d'une extrémité à l'autre. RNIS définit un jeu de protocoles d'interface utilisateur/réseau standard. De cette façon, tous les équipements RNIS utilisent les mêmes connexions physiques et les mêmes protocoles de signalisation pour accéder aux services. En France, les connexions RNIS sont disponibles sous la dénomination commerciale Numéris. Le réseau national de télécommunication a été entièrement numérisé et les protocoles d'accès implantés par France Télécom sont conformes au standard Euro-ISDN publié par l'etsi et l'uit. Dans un réseau téléphonique analogique, une boucle sur une paire torsadée de fils de cuivre entre le commutateur central de la compagnie de télécommunication et l'abonné supporte un canal de transmission unique. Ce canal ne traite qu'un seul service simultanément : la voix ou les données. Avec un Réseau Numérique à Intégration de Services, la même paire torsadée est divisée en plusieurs canaux logiques. RNIS définit deux types de canaux logiques que l'on distingue par leurs fonctions et leurs débits. les canaux B transmettent à un débit de 64Kbps en commutation de circuit ou de paquet les informations utilisateur : voix, données, fax. Tous les services réseau sont accessibles à partir des canaux B. les canaux D transmettent à un débit de 16Kbps en accès de base et 64Kbps en accès primaire. Ils supportent les informations de signalisation : appels, établissement des connexions, demandes de services, routage des données sur les canaux B et enfin libération des connexions. Ces informations de signalisation ont été conçues pour cheminer sur un réseau totalement distinct des canaux B. C'est cette signalisation hors bande qui donne aux réseaux RNIS des temps d'établissement de connexion rapides (environ 4 secondes) relativement aux réseaux analogiques (environ 40 secondes). Il est aussi possible de transmettre des données utilisateur à travers les canaux D (protocole X.31b), mais comme le débit de ces canaux est limité ce type d'utilisation est rare. Une interface d'accès à un réseau RNIS est une association de canaux B et D. Il existe deux interfaces standards. Elles correspondent à deux catégories d'utilisation distinctes : résidentielle : utilisation simultanée des services téléphoniques et d'une connexion Internet professionnelle : utilisation d'un commutateur téléphonique (PABX) et/ou d'un routeur d'agence. Dans les deux cas, le nombre de canaux utilisés peut varier suivant les besoins. Le débit maximum étant fixé par le type d'interface Schéma et équipement d un réseau RNIS Un accès de base Numéris divise une ligne téléphonique en 3 canaux numériques : 2 canaux B d'une capacité de transmission de 64 Kbits/s 6 IDATE octobre 2002

7 1 canal D, d'une capacité de transmission de 16 Kbits/s Lors d'un raccordement à Numéris, France Télécom installe une TNR (terminaison numérique du réseau) ou une TNRG (cas de Numéris Duo ou Itoo - la TNRG offre la fonction d'adaptateur analogique) qui permet de transmettre un signal numérique sur la paire de cuivre. Ce signal est émis par ordinateur ou téléphone numérique. Le rôle de la TNR/TNRG est de minuter l'envoi des signaux numériques et de communiquer avec le réseau (via le canal D) pour s'assurer du bon déroulement de la communication. Dans le cas d une connexion RNIS pour entreprise, le PABX de l entreprise permet de raccorder l'ensemble des postes téléphoniques de l'entreprise ainsi que certains autres terminaux spécialisés : terminaux informatiques, équipements d'audio ou de visioconférence, applications informatiques liées à la téléphonie, équipements pour téléphones mobiles, gestionnaire des coûts de télécommunications, équipement de diffusion de messages ou de musique... Il est au cœur du système de communication d'entreprise et permet ainsi d'accéder aux service de télécommunication. Le PABX assure deux fonctions principales : le PABX assure la gestion du système téléphonique interne de l'entreprise : c'est au travers de lui que les différents postes de l entreprise sont reliés le PABX concentre les interfaces de raccordement au réseau et permet à chaque poste d'accéder aux services offerts par Numéris En outre, l utilisateur (résidentiel ou professionnel) a besoin d un adaptateur/modem RNIS, équipement qui permet de faire communiquer un ordinateur avec un réseau de communication. Cet adaptateur prend le nom de modem (modulateur / démodulateur) lorsqu'il s'agit de faire communiquer un ordinateur et le réseau téléphonique traditionnel. Il en existe trois catégories : les cartes RNIS : l'adaptateur est placé à l'intérieur même de l'ordinateur, dans l'unité centrale, les adaptateurs externes : l'adaptateur est placé à l'extérieur de l'ordinateur. Il est relié à l'unité centrale par câble sur un port, les cartes PCMCIA : il s'agit d'adaptateur RNIS pour les ordinateurs portables. Les cartes PCMCIA sont en général des cartes que l'on insère dans l'ordinateur portable même. Un emplacement est prévu à cet effet par les constructeurs d'ordinateurs portables. octobre 2002 IDATE 7

8 1.3 ADSL Les travaux sur l ADSL ont débuté au début des années Cette technologie permet d'obtenir un débit important de l opérateur vers l abonné, et une voie de retour bas débit d où la dénomination d asymétrie. La bande passante est partagée entre le téléphone analogique, d une part, et le canal de données, d autre part. Un circuit ADSL relie un central du réseau public au modem ADSL de l'utilisateur, créant ainsi trois canaux d'information : un canal descendant haut débit un canal duplex moyen débit un canal de téléphonie analogique (POTS : Plain Old Telephone Service) Pour créer des canaux multiples, les modem ADSL divisent la largeur de bande disponible d'une ligne téléphonique suivant l'une de ces deux méthodes: le multiplexage à division de fréquence (FDM) et l'annulation d'écho. Avec l'une ou l'autre de ces techniques, les transmissions ADSL laissent la région autour des 4kHz libre afin de laisser passer les communications téléphoniques (POTS). Pour cela, en plus du modem ADSL, il est nécessaire d'installer un séparateur de ligne (POTS splitter). Les débits sont étroitement liés à la distance qui sépare le modem ADSL du central téléphonique, du fait des effets d'atténuation du signal. Les opérateurs sont donc conduits à limiter les débits à 1Mbps maximum pour garantir une meilleure couverture aux abonnés situés en moyenne entre 3 et 5 km de leur central téléphonique. Avantages: Connexion permanente à Internet Disponibilité de la ligne téléphonique durant la connexion à Internet La technologie ADSL s'appuie sur le réseau RTC existant et ses paires de cuivre Mais l'adsl induit aussi plusieurs contraintes fortes: Le coût est important: un modem est nécessaire pour chaque utilisateur final La distance entre le centre d'exploitation et l'abonné doit être limitée entre 3 et 5 km maximum La mise en place de produits ADSL doit mettre en œuvre une remise à niveau de l'installation téléphonique de chaque foyer pour éviter les dérivations L ADSL est une technologie appartenant à la famille xdsl : cet ensemble de technologies a pour point commun d utiliser le cuivre comme support physique, mais diffère par le nombre de lignes utilisées, les modulations retenues et les débits descendants et montants offerts. Dans tous les cas, la vitesse de transmission dépend de la distance entre l abonné et le commutateur central de raccordement. Le tableau suivant récapitule les caractéristiques des principaux xdsl. 8 IDATE octobre 2002

9 Tableau: Caractéristiques des technologies xdsl Technologie ADSL Asymetric DSL HDSL High speed DSL Débit optimal descendant / montant Nombre de paires Portée optimale 8 Mbit/s : 768 Kbit/s m 2 Mbit/s : 2 Mbit/s 2 ou m 52 Mbit/s : 2 Mbit/s m VDSL Very high speed DSL 25 Mbit/s : 25 Mbit/s 12 Mbit/s : 12 Mbit/s 25 Mbit/s : 2 Mbit/s m 800 m m 12 Mbit/s : 2 Mbit/s m SDSL Symetric DSL IDSL ISDN like DSL 2 Mbit/s : 2 Mbit/s m 128 Kbit/s : 128 Kbit/s m Source : IDATE Schéma technique et équipements Côté opérateur, le réseau doit être équipé d'interfaces ADSL et de splitters qui se chargeront de traiter simultanément les communications classiques et les informations ADSL. Côté utilisateur, un filtre est installé à l'arrivée de la ligne et le PC est ensuite connecté au réseau téléphonique via un modem ADSL auquel est relié une carte Ethernet 10 base T. Légende : voir page suivante octobre 2002 IDATE 9

10 DSLAM : DSL Access Multiplexer, situé sur le réseau de l'opérateur local, au niveau du répartiteur. La fonction du DSLAM est de regrouper plusieurs lignes ADSL sur un seul support, qui achemine les données en provenance et à destination de ces lignes. RTC : Réseau Téléphonique Commuté BAS : Broadband Acces Server, équipement dont la fonction est de gérer le transport de données en mode ATM dans le cadre des offres d'accès à Internet par ADSL. Sur le réseau de FT, chaque BAS regroupe le trafic ATM issu d'une dizaine de DSLAM. Un BAS gère donc le trafic de l'ensemble des lignes ADSL situées dans les zones couvertes par les DSLAM qui lui sont connectés. La zone ainsi couverte par un BAS est appelée "plaque" par FT. Il est établi un circuit ATM montant et un circuit ATM descendant entre chaque client connecté et le BAS auquel il est raccordé. FAI : Fournisseur d'accès Internet Perspectives Nouveau standard SHDSL (Symetrical High-speed DSL) L'Europe est censée être un élément moteur dans l'application du nouveau standard G.shdsl. Ce nouveau standard est particulièrement intéressant pour les ISPs en termes de coûts et de performances techniques mais encore par la possibilité d'offrir des services à valeur ajoutée. G.shdsl permet l'envoi et la réception de débits symétriques jusqu'à 2,3 Mbps avec la possibilité de créer un large éventail de débits inférieurs. Actuellement, les équipementiers mènent des bêta tests sur de nouveaux équipements utilisant cette norme. La voix sur ADSL? Certains constructeurs ont eu l'idée de se servir de la bande passante pour transporter plusieurs dizaines de communications téléphoniques simultanées. La communication téléphonique est tout bonnement numérisée et transportée dans des paquets comme pour les données. Cette technique permet de transporter jusqu'à 16 lignes téléphoniques sur un lien DSL. Un opérateur pourra ainsi proposer une installation destinée à un groupe d utilisateurs (PME/PMI) pour leur téléphonie complète et leur accès Internet haut débit. Les opérateurs de boucle locale pourront en tirer un moyen économique de concurrencer France Télécom. 10 IDATE octobre 2002

11 1.4 Câble Présentation Le câble est (si l'on exclut la diffusion télévisuelle hertzienne) le réseau large bande le plus déployé en Europe de l'ouest. La France est dans la situation du modèle "pay-tv" caractérisé par les éléments suivants : l'opérateur de câble est un fournisseur de services de télévision. Il sélectionne et facture un ensemble de chaînes qu'il diffuse à l'abonné par le réseau. L'offre de nouveaux services a contraint les opérateurs de câble à un effort important de mise à niveau de leurs réseaux, généralisant l'architecture de type HFC (Hybrid Fibre Coax) et activant une voie de retour bande étroite. L'architecture HFC a été reconnue comme l'une des plus fiables, tant techniquement qu'économiquement, car elle combine les avantages de la large bande passante de la fibre optique et les coûts faibles de la technologie câble coaxial. La transmission des signaux se fait, sur une partie du réseau sur un réseau en fibre optique, jusqu'au centre de distribution, qui transforme le signal optique en signal électrique, propre à la diffusion sur la partie la plus maillée du réseau, en câble coaxial. Avantages : structure existante de réseaux TV câblés et base de clients déjà développée possibilité d offre groupée : TV + téléphonie + Internet Inconvénients : bande passante limitée : en effet, la totalité de la bande passante est partagée entre les utilisateurs en ligne simultanément ce qui peut poser des problèmes de vitesse de transmission limitation en download du volume de données téléchargeables nécessité de mettre à niveau certains réseaux TV câblés qui ne seraient pas bi-directionnels pour permettre l accès à Internet ce qui représente de forts investissements couverture limitée (zones urbaines, grandes agglomérations) La structure des réseaux HFC Par ailleurs, les débits autorisés par les réseaux câblés de type HFC sont importants : 10 Mbps en voie descendante en théorie, même si les débits réellement constatés sont plutôt proches de 2 à 4 Mbps, et 760 kbps en voie remontante (de l abonné vers la tête de réseau). La vitesse de transmission des données est donc plusieurs centaines de fois supérieure à celle d un modem classique utilisant la ligne téléphonique. octobre 2002 IDATE 11

12 Tête de réseau Modems de de réseau Serveurlocal de contenu Gestion du réseau Switch ATM Traducteur fréquentiel Routeur IP central Réseau de téléphonie publique commuté Réseau Internet Clientèle particulière Nœud de fibre Amplificateur optique Réseau IP Centre de distribution Modulateur, démodulateur, convertisseur Seveur Proxy local Routeur Réseau de distribution coaxiale Amplification électrique Customer Interface Unit Dernière terminaison LAN Modem Clientèle Business Source: IDATE 12 IDATE octobre 2002

13 1.5 Télévision numérique terrestre (TNT) Présentation La diffusion numérique terrestre (ou hertzienne) utilise le principe classique de la diffusion dans les bandes VHF/UHF, mais ces dernières, au lieu de transporter images ou sons en analogique, les véhiculent après numérisation et compression, selon la norme MPEG-2/DVB-T (T = Terrestre). La norme DVB-T a été élaborée en 1995 par DVB (Digital Video Broadcasting) pour l'europe. Les réseaux de diffusion numérique terrestre vont utiliser les bandes de fréquences déjà allouées à la télévision analogique. La ressource nécessaire peut être obtenue selon deux voies qui mettent en valeur le potentiel de la modulation COFDM : le réseau monofréquence (SFN) : un seul et même canal est utilisé par tous les émetteurs pour couvrir le même territoire. le réseau multifréquences (MFN) : il s'agit du principe actuellement utilisé pour les réseaux de diffusion de la télévision analogique. La ressource est alors essentiellement liée à la capacité qu'offre le numérique d'utiliser les canaux adjacents de ceux destinés à la diffusion analogique actuelle. C'est sur cette base que la France, comme la plupart des pays européens, prévoit de dégager une ressource d'au moins six canaux pour la nouvelle TVNT. Concrètement : les 6 canaux analogiques (TF1, F2, F3, C+, La Cinquième/ARTE, M6) offriront en numérique de 30 (6X5) à 36 (6X6) canaux. source : TDF En 1998, alors que l'angleterre, la Suède et l'espagne ont déjà fixé le cadre juridique de la TVNT, les pouvoirs publics français restaient très discrets. Ils étaient confortés dans leur lenteur par les grands investisseurs du côté des diffuseurs notamment (TF1, France Télécom, Canal+, CGV...) qui ont beaucoup dépensé pour la télévision numérique par satellite. Si la France est en retard pour la mise en place de la TVNT sur son territoire, elle est en avance d'un point de vue technique. TDF est entré en 1997 dans le capital de la société américaine CTI (Castel Transmission International) qui est en charge des réseaux numériques terrestres en Grande-Bretagne pour les chaînes publiques et privées (BDB). TDF a donc acquis dès le lancement de la TVNT en Europe une grande expérience dans ce domaine. Quant aux industriels, ils travaillent depuis 1997 sur les futurs téléviseurs numériques avec décodeurs intégrés. octobre 2002 IDATE 13

14 1.5.2 Avantages / Inconvénients par rapport aux accès câble ou satellite Avantages : accessibilité du numérique pour tous support idéal pour les programmes régionaux pour l Etat, une surveillance et un contrôle accru et plus facile pour les constructeurs électroniques : renouvellement du parc des téléviseurs, nécessité de décodeurs Inconvénients : nécessité de changer l antenne réceptrice pour la plupart des usagers nécessité d acheter un nouveau téléviseur numérique ou un terminal adapté, programmes payants nombre limité de fréquences (une trentaine) couverture presque totale futur gel des fréquences analogiques 1.6 Satellite Présentation Au-delà de son marché traditionnel de la diffusion TV et radio, il apparaît que le satellite peut également se positionner de façon tout à fait intéressante sur le marché de l Internet, et plus particulièrement sur les applications "multicast". Ces applications consistent à diffuser un contenu unique qui est répliqué et envoyé simultanément à un grand nombre d utilisateurs. La diffusion "multicast" devrait représenter une part croissante du trafic Internet. Contrairement aux technologies terrestres conçues sur le principe du point-à-point, le satellite est par nature adapté à ce type de transmissions point-à-mulltipoint. L utilisation d un lien satellite pour diffuser un même contenu Internet vers un grand nombre d utilisateurs simultanément (qu il s agisse d utilisateurs finaux ou d ISP) permet un acheminement beaucoup plus rapide qui évite les goulets d étranglement du réseau Internet traditionnel. Le satellite permet ainsi de garantir un certain débit de bande passante, ce qui est particulièrement important pour des applications de streaming média en temps réel. Les satellites peuvent avoir des configurations techniques différentes qui induisent le type d applications qu ils seront en mesure de proposer. Deux grands types de satellites peuvent être distingués : les satellites de diffusion, dits traditionnels, et les satellites multimédias de nouvelle génération. 14 IDATE octobre 2002

15 Tableau 1 : Les principales caractéristiques des satellites de diffusion et des satellites multimédias Satellite de diffusion Voie de retour optionnelle Haut débit (voie descendante), identique pour tous les utilisateurs Un nombre illimité d utilisateurs Bande de fréquence Ku qui offre de bonnes conditions de propagation Mode de transmission diffusé Allocation de la bande passante statique (pour la voie descendante) Source : IDATE Satellite multimédia Nécessité d une voie de retour (qui peut être terrestre) Haut débit par utilisateur (quelques Mbps en voie descendante, quelques Kbps en voie montante) Un nombre limité d utilisateurs Bande de fréquence Ka ( encore souvent Ku) qui offre un spectre disponible plus large Mode de transmission unicast ou multicast Allocation de la bande passante dynamique, à la demande Les satellites multimédias sont généralement bidirectionnels, c est-à-dire permettant une voie de retour (qui peut être terrestre). L objectif de ces satellites large bande est de diffuser un contenu spécifique à un utilisateur (configuration "unicast"), ou à un groupe d utilisateurs (configuration "multicast"). Ils opèrent souvent encore dans la bande de fréquence Ku, mais de manière croissante dans la bande Ka qui offre un spectre disponible plus large et permet des faisceaux plus étroits, d où un taux plus élevé de réutilisation des fréquences. En revanche, l utilisation de la bande Ku, technologie encore très couramment utilisée, s avère plus économique que la bande Ka Les services Internet sur PC Bien que le support TV soit encore le plus répandu pour la diffusion de services satellite sur le marché grand public, les services par satellite destinés à un usage PC commencent à se développer. Trois grands types de service peuvent être distingués : les services "multicast" basés sur la diffusion point-à-multipoint, les services à la demande basés sur une diffusion point-à-point, les services d accès à Internet bidirectionnel. Tableau 2 : Caractéristiques des services Internet par satellite sur PC Services Type de liaison Nature de la voie de retour Services "multicast" Point-à-multipoint Terrestre Stockage Mode de diffusion des données Services à la demande Point-à-point Terrestre Stockage ou temps réel Accès Internet bidirectionnel Point-à-point Satellite Temps réel Source : IDATE Les services d accès bidirectionnel à Internet De nouvelles offres d accès à Internet haut débit bidirectionnel par satellite commencent à être proposées sur PC à destination des résidentiels, des travailleurs indépendants et des petites entreprises. Il s agit d un tout nouveau marché sur lequel se positionnent des acteurs tels que Gilat, octobre 2002 IDATE 15

16 avec son offre Starband, ou encore WildBlue. L idée est de proposer aux utilisateurs une antenne unique qui leur permettra d accéder à Internet sur leur PC et de recevoir des programmes TV sur leur poste de télévision. Jusqu à récemment, les solutions d accès Internet bidirectionnel par satellite étaient considérées comme étant trop onéreuses pour un usage grand public. Aujourd hui, Starband Communications (Gilat) et Hughes Network Systems construisent des terminaux satellite bidirectionnels commercialisés à quelques centaines de dollars et relativement facile à installer, bien que l installation requière l intervention d un professionnel. Le prix de ce service est aujourd hui plus élevé qu une connexion haut débit par réseau terrestre, mais il devrait diminuer compte tenu d une concurrence accrue sur le marché. 16 IDATE octobre 2002

17 1.7 RLE Présentation Les réseaux locaux correspondent à une infrastructure de communications filaire reliant des équipements informatiques et permettant de partager des ressources communes sur une aire limitée à quelques centaines de mètres. Les réseaux locaux d entreprise (RLE) représentent, via des liaisons spécialisées haut débit, le moyen d accès à Internet le plus répandu dans les entreprises. Les principales normes de réseaux locaux d entreprises sont les suivantes : Token-ring (IEEE 802.5) qui autorise des débits par utilisateur de 4 ou 16 Mbit/s (évolution prévue à 100 Mbit/s) ; Ethernet (IEEE 802.3) et ses évolutions (voir tableau ci-dessous) ; FDDI (Fiber Distributed Data Interface) Perspectives Les évolutions d Ethernet à 1 Gbit/s et 10 Gbit/s sont présentées dans le tableau ci-dessous: Tableau 3 : technologies Ethernet Technologie Débit Ethernet 10 Base T 10 Mbit/s Fast Ethernet 100 Base T 100 Mbit/s Gigabit Ethernet 1000 Base x 1 Gbit/s 10 Gigabit Ethernet 10 Gbit/s L évolution d Ethernet vers le haut débit permettra de supporter les applications multimédia qui nécessitent de très larges bandes passantes. octobre 2002 IDATE 17

18 1.8 Metro WDM Présentation Les réseaux métropolitains sont constitués d'une boucle à haut débit en fibres optiques interconnectant différents sites publics et privés d'une agglomération. Les réseaux métropolitains utilisent la fibre optique comme support physique car elle permet le passage de débits importants de communication. La fibre optique permet de transmettre toutes les données numériques, telles que les paquets Ethernet et ATM. Les réseaux métropolitains en fibres optiques reposent sur deux principes techniques : le multiplexage et un protocole de communications. SDH/SONET Les débits supportés sur les liens de transmission de ces réseaux augmentent grâce aux nouvelles technologies de multiplexage synchrone : les liens PDH (Plesiochronous Digital Hierarchy), qui permettaient jusqu à des débits de 140 Mbps laissent peu à peu la place au SDH (Synchronous Digital Hierarchy), ou SONET (Synchronous Optical Network) aux Etats-Unis, qui autorise jusqu à des débits de 2,5 Gbps, ainsi qu'au WDM (Wavelength Division Multiplexing) qui permet des débits allant au delà de 40 Gbps par fibre. Les accords sur la normalisation de la SDH ont été ratifiés par le CCITT, à Melbourne fin Le niveau 1 de SDH (155,52 Mbps) est le niveau 3 de SONET et le niveau 2 de SDH (622,08 Mbps) est le niveau 12 de SONET. Pour la norme SONET, les niveaux sont classés suivant la rapidité du support optique (OC : Optical Carrier). Pour la norme SDH, les niveaux sont organisés hiérarchiquement en STM - n (Synchronous Transport Module, niveau n). Les réseaux SDH les plus déployés sont aujourd'hui des réseaux STM 1, STM 4 et STM 16. WDM/DWDM La course vers des débits toujours plus élevés a entraîné l'apparition au début des années 90 du multiplexage de longueurs d'onde (ou WDM pour Wavelength Division Multiplexing). Cette technologie permet la transmission de 155 Mbps, 622 Mbps, 2,5 Gbps, 10 Gbps, voire 40 Gbps sur une seule longueur d'onde. La technologie WDM est née de l'idée d'injecter simultanément dans la même fibre optique plusieurs trains de signaux numériques à la même vitesse de modulation, mais chacun à une longueur d'onde distincte. Un mutiplexeur en longueur d'onde est un composant qui permet d'injecter sur la même ligne deux (ou plusieurs) signaux de différentes longueurs d'onde. La séparation des signaux est effectuée à l'autre extrémité de la ligne par un démultiplexeur. Les systèmes WDM / DWDM commercialisés aujourd'hui comportent 4, 8, 16, 32 voire 80 canaux optiques, ce qui permet d'atteindre des capacités de 10, 20, 40, 80 voire 200 Gbps en prenant un débit nominal de 2,5 Gbps par canal, débit pour lequel les composants d'émission / réception sont très répandus. Par exemple, un système à 16 canaux 2,5 Gbps permet de transmettre conversations téléphoniques simultanées sur une fibre. 18 IDATE octobre 2002

19 Les fibres optiques Il existe trois types de fibre optique : la fibre à saut d'indice 200/380, la fibre à gradient d'indice et la fibre monomode. Cette dernière constitue le type le plus utilisé pour la construction de réseaux métropolitains. En effet, elle est particulièrement appropriée pour l'interconnexion de sites distants car, à la différence des autres types de fibres, le diamètre du cœur de cette fibre est si petit (quelques µ), qu'il permet un chemin pratiquement direct de propagation des différents modes de la lumière. De plus, la bande passante transmise sur ce type de fibre est très élevée (supérieure à 10GHz/km). Perspectives Les progrès des techniques optiques permettant d améliorer les débits relèvent à la fois de l amélioration des performances des équipements de routage et de commutation que du type de fibre. En outre, la distance joue un rôle important sur le débit de transmission. En moins d une année, grâce à la technologie DWDM, la capacité est passée de 40 canaux transportant des données à 10 Gbit/s à un débit de 40 Gbit/s par canal. Des câbles optiques qui offrent des débits de l ordre du térabit sont également attendus. Le WDM va même bientôt permettre de transporter des données sur un nombre encore plus important de canaux. Des essais en laboratoire ont d ores et déjà permis de compacter plus de cent longueurs d onde sur une seule fibre, une capacité qui pourra être commercialisée dans quelques années. Les laboratoires Bell Labs ont porté la capacité de multiplexage à quelque 1022 canaux, le débit théorique pouvant alors s élever à plusieurs térabits par seconde. Quant aux constructeurs, ils se penchent sur la prochaine génération qui, elle, sera photonique. Les multiplexeurs DWDM travailleront directement sur les signaux lumineux en entrée. La conversion électrique-optique sera supprimée. Les réseaux seront «tout optiques». octobre 2002 IDATE 19

20 1.9 BLR Présentation La baisse récente des coûts des faisceaux hertziens point-à-point ainsi que la mise au point de systèmes point-à-multipoint dans des bandes de fréquence élevées permettent désormais d offrir des moyens d accès radio susceptibles d offrir de façon compétitive des services à haut débit dans la boucle locale. La boucle locale radio haut débit également appelée LMDS repose sur une architecture de réseau cellulaire dans laquelle une station de base dessert plusieurs dizaines d abonnés dans sa zone de couverture. Le LMDS (Local Multipoint Distribution Service), système de transmission radio numérique point-àmultipoint, fonctionne dans les bandes des GHz aux Etats-Unis et 26 GHz en Europe et est déployé en une architecture cellulaire avec des cellules d'un rayon d'environ 3 à 5 km. Le débit maximal par utilisateur devrait atteindre 45 Mbit/s en 2001 dans le sens descendant (station de base vers utilisateur) et environ 10 Mbit/s dans le sens montant. Des fréquences on également été attribuées pour la boucle locale radio haut débit en Europe dans la bande des 3,5 GHz. Le LMDS 1 est théoriquement capable de supporter des applications large bande audiovisuelles et de télécommunications. En pratique, seuls les services de télécommunications sont commercialisés avec cette technologie plus spécifiquement bi-directionnelle. Le LMDS présente plusieurs caractéristiques intéressantes : il permet à de nouveaux entrants de s affranchir complètement des opérateurs locaux existants ; il fonctionne dans des bandes de fréquences élevées (entre 26 et 30 GHz) dans lesquelles les allocations spectrales sont relativement importantes ce qui permet d introduire plusieurs réseaux d accès large bande en concurrence avec les infrastructures filaires. Aux Etats-Unis, le spectre alloué aux opérateurs LMDS dépasse les 1000 MHz ; le déploiement de ces systèmes est extrêmement rapide : dès qu une station de base a été installée, les prospects situés dans la zone de couverture peuvent être raccordés en l espace de quelques jours ; l équipement d abonné est réutilisable : si un utilisateur vient à résilier son abonnement, l opérateur peut immédiatement réutiliser l antenne et le terminal pour un autre utilisateur. Ses limitations sont les suivantes: la technique de transmission point-à-multipoint est relativement récente et il n y a pas pour le moment d exemple de déploiement à grande échelle de cette technologie ; le coût des terminaux d abonnés est encore assez élevé et peut restreindre les cibles de marchés dans les premières étapes de déploiement ; l obligation de visibilité directe dans la bande des GHz est assez contraignante ; d autres plates-formes d accès haut débit existent déjà dans la boucle locale avec des degrés de développement très divers selon les pays : xdsl sur les paires de cuivre des réseaux des opérateurs historiques de télécommunications, réseaux câblés de télédistribution, réseaux métropolitains en fibre optique, réseaux satellitaires, futurs réseaux cellulaires de troisième génération (UMTS). Le LMDS supporte des débits de transmission élevés dans les sens montants et descendants et permet ainsi d offrir une très large gamme de services de télécommunications : téléphonie : offre alternative à la boucle locale filaire des opérateurs historiques de télécoms et des réseaux câblés de télédistribution ; 1 On trouve aussi l'appellation LMCS (Local Multipoint Communications Systems) au Canada. 20 IDATE octobre 2002

Partie 5 : réseaux de grandes distances. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.esil.perso.univmed.

Partie 5 : réseaux de grandes distances. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.esil.perso.univmed. 1 Réseaux I Partie 5 : réseaux de grandes distances Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.esil.perso.univmed.fr 2 Plan 1 Généralités sur les WAN 2 WANs d accès 3

Plus en détail

Cours n 12. Technologies WAN 2nd partie

Cours n 12. Technologies WAN 2nd partie Cours n 12 Technologies WAN 2nd partie 1 Sommaire Aperçu des technologies WAN Technologies WAN Conception d un WAN 2 Lignes Louées Lorsque des connexions dédiées permanentes sont nécessaires, des lignes

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale Présentation Générale Modem routeur LAN Inte rnet Système de connectivités Plan Modem synchrone et Asynchrone La famille xdsl Wifi et WiMax Le protocole Point à Point : PPP Le faisceau hertzien Et le Satellite.

Plus en détail

Architectures et Protocoles des Réseaux

Architectures et Protocoles des Réseaux Chapitre 5 - Les réseaux xdsl Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX Claude.Duvallet@gmail.com Claude Duvallet 1/32 Plan de la

Plus en détail

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP)

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2.1 Introduction 2.2 Signal 2.3 Support de transmission 2.4 Adaptation du signal aux supports de transmission 2.5 Accès WAN 2.1 Introduction Introduction Rôle

Plus en détail

En route vers le Très Haut Débit à l école Les technologies. Vendredi 23 mai 2014

En route vers le Très Haut Débit à l école Les technologies. Vendredi 23 mai 2014 En route vers le Très Haut Débit à l école Les technologies Vendredi 23 mai 2014 En route vers le Très Haut Débit Docsis 3 LTE WiFi ADSL VDSL xdsl Câble Débit Haut Débit Très Haut Débit Cuivre Satellite

Plus en détail

Evolution de l infrastructure transport

Evolution de l infrastructure transport Les réseaux optiques I Les réseaux optiques Jean-Paul GAUTIER, jpg@urec.cnrs.fr CNRS / UREC Une des grandes tendances de la fin des années 90 est la demande croissante en bande passante des réseaux d entreprises

Plus en détail

xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre»

xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre» xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre» Le marché en France ~ 9 millions d abonnés fin 2005 ~ 6 millions fin 2004 dont la moitié chez l opérateur historique et

Plus en détail

Panorama des réseaux haut débit

Panorama des réseaux haut débit Panorama des réseaux haut débit Participants Ingénieurs, techniciens ou toutes personnes disposant des connaissances de base sur les réseaux et souhaitant les approfondir avec un panorama détaillé des

Plus en détail

Bac Pro SEN Epreuve E2 Session 2008. Baccalauréat Professionnel SYSTEMES ELECTRONIQUES NUMERIQUES. Champ professionnel : Télécommunications et réseaux

Bac Pro SEN Epreuve E2 Session 2008. Baccalauréat Professionnel SYSTEMES ELECTRONIQUES NUMERIQUES. Champ professionnel : Télécommunications et réseaux Baccalauréat Professionnel SYSTEMES ELECTRONIQUES NUMERIQUES Champ professionnel : Télécommunications et réseaux EPREUVE E2 ANALYSE D UN SYSTEME ELECTRONIQUE Durée 4 heures coefficient 5 Notes à l attention

Plus en détail

Technologies xdsl. 1 Introduction 2 1.1 Une courte histoire d Internet... 2 1.2 La connexion à Internet... 3 1.3 L évolution... 3

Technologies xdsl. 1 Introduction 2 1.1 Une courte histoire d Internet... 2 1.2 La connexion à Internet... 3 1.3 L évolution... 3 Technologies xdsl Table des matières 1 Introduction 2 1.1 Une courte histoire d Internet.......................................... 2 1.2 La connexion à Internet..............................................

Plus en détail

Digital Subscriber Line

Digital Subscriber Line Digital Subscriber Line Bernard Cousin Présentation d'adsl But : Offrir l'accès à l'internet à partir d'un domicile personnel Le cout des réseaux d'accès est très important par rapport à celui du réseau

Plus en détail

Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique. Novembre 2011

Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique. Novembre 2011 Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique Novembre 2011 Préambule Ce document est destiné à la Filière, c est à dire les installateurs, prescripteurs, promoteurs, opérateurs, fabricants,

Plus en détail

Liste des protocoles de la séparation comptable

Liste des protocoles de la séparation comptable France Télécom SA au capital de 10 595 541 532-78 rue Olivier de Serres - 75505 Paris Cedex 15-380 129 866 RCS Paris Liste des protocoles de la séparation comptable Protocole 1 : Accès Analogiques et Numéris

Plus en détail

DOSSIER ADSL. DEMARCHE DE TRAVAIL : Consultez rapidement le dossier avant de commencer Complétez le dossier en suivant les indications du document

DOSSIER ADSL. DEMARCHE DE TRAVAIL : Consultez rapidement le dossier avant de commencer Complétez le dossier en suivant les indications du document DOSSIER ADSL OBJECTIFS DU DOSSIER : Dans le dossier suivant, nous vous proposons de découvrir les spécificités des lignes à haut débit. Nous verrons notamment deux dossiers : L ADSL (Asymmetric Digital

Plus en détail

Comprendre et améliorer son débit internet

Comprendre et améliorer son débit internet Comprendre et améliorer son débit internet Lorraine Pour une entreprise, accéder à Internet est devenu vital. Les débits et réseaux accessibles s avèrent néanmoins très variables d un territoire à l autre.

Plus en détail

Introduction ADSL. ADSL signifie Asymetric Digital Suscriber Line. La palette des technologies en présence

Introduction ADSL. ADSL signifie Asymetric Digital Suscriber Line. La palette des technologies en présence Introduction... 2 Les situations d accès à l ADSL... 3 Les choix techniques... 4 Les distances et les débits... 4 Le multiplexage des fréquences... 4 Les canaux... 4 La modulation... 5 La connexion ADSL...

Plus en détail

Les télécommunications au service de la ville

Les télécommunications au service de la ville Les télécommunications au service de la ville HYPCOM Page 1 Préambule A ce jour, l évolution des structures nécessite souvent une implantation sur plusieurs sites. Parallèlement, les besoins de communiquer

Plus en détail

Transmission ADSL. Dominique PRESENT Dépt S.R.C. - I.U.T. de Marne la Vallée

Transmission ADSL. Dominique PRESENT Dépt S.R.C. - I.U.T. de Marne la Vallée Transmission ADSL Dominique PRESENT Dépt S.R.C. - I.U.T. de Marne la Vallée Hauts débits sur paires torsadées Fournir un accès haut débit à des serveurs sur paires téléphoniques ; Assurer la simultanéïté

Plus en détail

LE VDSL 2 EN FRANCE. Source : www.ant.developpement-durable.gouv.fr

LE VDSL 2 EN FRANCE. Source : www.ant.developpement-durable.gouv.fr LE VDSL 2 EN FRANCE Par Jean-Marc Do Livramento Consultant télécom fixe et mobile Mai 2013 Des offres d accès Internet Très Haut Débit par VDSL 2 bientôt disponibles en France? Le 26 avril dernier, le

Plus en détail

Conception d un outil d aide au déploiement d un réseau EV-DO dans un concept IMS pour l opérateur CAMTEL

Conception d un outil d aide au déploiement d un réseau EV-DO dans un concept IMS pour l opérateur CAMTEL Conception d un outil d aide au déploiement d un réseau EV-DO dans un concept IMS pour l opérateur CAMTEL L outil à développer devra donner la possibilité de planifier tout d abord un réseau EV-DO Rev

Plus en détail

ADSL. C est comme son nom l indique une liaison asymétrique fort bien adaptée à l Internet et au streaming radio et vidéo.

ADSL. C est comme son nom l indique une liaison asymétrique fort bien adaptée à l Internet et au streaming radio et vidéo. A Principes de fonctionnement La technologie de l Asymetric Digital Subscriber Line utilisant à travers un modem spécial votre ligne de téléphone permet une connexion permanente à l Internet atteignant

Plus en détail

Réseaux grande distance

Réseaux grande distance Chapitre 5 Réseaux grande distance 5.1 Définition Les réseaux à grande distance (WAN) reposent sur une infrastructure très étendue, nécessitant des investissements très lourds. Contrairement aux réseaux

Plus en détail

3 / Pour en savoir plus

3 / Pour en savoir plus 3 / Pour en savoir plus / Fiches techniques / Le dégroupage d une ligne téléphonique P. 38 / Les débits P. 39 / Les équipements à domicile P. 40 / Communications électroniques et accès à la télévision

Plus en détail

1 Définition et présentation. 2 Le réseau Numéris. 3 Les services. 3.1 Les services Support (Bearer service) SYNTHESE

1 Définition et présentation. 2 Le réseau Numéris. 3 Les services. 3.1 Les services Support (Bearer service) SYNTHESE 1 Définition et présentation RNIS = Réseau Numérique à Intégration de Services En Anglais = ISDN = Integrated Services Digital Network Le RNIS est une liaison autorisant une meilleure qualité que le RTC

Plus en détail

La voix sur IP n'est pas un gadget, et présente de réels bénéfices pour l'entreprise.

La voix sur IP n'est pas un gadget, et présente de réels bénéfices pour l'entreprise. VOIX SUR IP - VoIP Comprendre la voix sur IP et ses enjeux La voix sur IP n'est pas un gadget, et présente de réels bénéfices pour l'entreprise. Introduction La voix sur IP (Voice over IP) est une technologie

Plus en détail

Les Réseaux Informatiques

Les Réseaux Informatiques Les Réseaux Informatiques Licence Informatique, filière SMI Université Mohammed-V Agdal Faculté des Sciences Rabat, Département Informatique Avenue Ibn Batouta, B.P. 1014 Rabat Professeur Enseignement

Plus en détail

Fiche de l'awt Les différents modes de connexion à Internet

Fiche de l'awt Les différents modes de connexion à Internet Fiche de l'awt Les différents modes de connexion à Internet PSTN, RNIS, ADSL, SDSL, câble, ligne louée ou encore accès mobile: l'offre de connexion à l'internet s'est considérablement diversifiée. Comment

Plus en détail

Organisation du module

Organisation du module Organisation du module Cours: 2 séances de TD (3H) + DS (1h30, commun avec TP) Introduction à la téléphonie d entreprise : Matériel, configurations et possibilités courantes Voix sur IP, Téléphonie sur

Plus en détail

Les techniques de multiplexage

Les techniques de multiplexage Les techniques de multiplexage 1 Le multiplexage et démultiplexage En effet, à partir du moment où plusieurs utilisateurs se partagent un seul support de transmission, il est nécessaire de définir le principe

Plus en détail

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE PROFITEZ DU RÉSEAU. maintenant. Glossaire Glossaire de la technologie mobile 3G Accès distant Adaptateur Client sans fil ADSL AVVID Carte réseau Convergence GPRS Haut

Plus en détail

Genevais Jérémy & Dubuc Romuald

Genevais Jérémy & Dubuc Romuald Genevais Jérémy & Dubuc Romuald 1 Sommaire Introduction: Qu est ce que la DSL L ADSL SDSL et SHDSL, le DSL symétrique La VDSL G.lite, splitterless ADSL, ADSL simplifié ADSL2, ADSL2+ READSL (Reach Extended

Plus en détail

GSM UMTS. Voix, Data, Téléphonie, Vidéo, 802.5 MAN IBM -> Token Ring - > FDDI -> FDDI II AT&T -> DQDB (155Mb/s) (Double Queuing Double Bus)

GSM UMTS. Voix, Data, Téléphonie, Vidéo, 802.5 MAN IBM -> Token Ring - > FDDI -> FDDI II AT&T -> DQDB (155Mb/s) (Double Queuing Double Bus) Réseaux Publics Jeanluc.langbois@orange-ftgroup.com Avec Fil X25 -> -> MPLS (MPλS / GMPLS) -> xdsl ->Frame Relay Frame Switching X21 -> RTC RTNM : Réseau Transmission Numérique Multiplexé RTNM + X25 +RTC

Plus en détail

Câblage des réseaux WAN. www.ofppt.info

Câblage des réseaux WAN. www.ofppt.info Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Câblage des réseaux WAN C-D-002.doc Mars 1-7 Sommaire 1. Couche physique WAN... 3 1.1. Connexions série WAN... 4 1.2. Routeurs et connexions

Plus en détail

1 Les techniques DSL :

1 Les techniques DSL : A.D.S.L. 1 LES TECHNIQUES DSL :... 2 1.1 HDSL... 3 1.2 SDSL... 3 1.3 ADSL... 3 1.4 RADSL... 4 1.5 VDSL... 4 1.6 SHDSL... 5 2 ADSL... 5 2.1 BANDE PASSANTE :... 5 2.2 DÉBITS :... 6 2.3 ADSL ET TÉLÉPHONIE

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R F.1332* UTILISATION DE FIBRES OPTIQUES POUR LE TRANSPORT DE SIGNAUX À FRÉQUENCE RADIOÉLECTRIQUE (Question UIT-R 204/9)

RECOMMANDATION UIT-R F.1332* UTILISATION DE FIBRES OPTIQUES POUR LE TRANSPORT DE SIGNAUX À FRÉQUENCE RADIOÉLECTRIQUE (Question UIT-R 204/9) Rec. UIT-R F.1332 1 RECOMMANDATION UIT-R F.1332* UTILISATION DE FIBRES OPTIQUES POUR LE TRANSPORT DE SIGNAUX À FRÉQUENCE RADIOÉLECTRIQUE (Question UIT-R 204/9) Rec. UIT-R F.1332 (1997) L'Assemblée des

Plus en détail

Réseaux et Télécommunication Interconnexion des Réseaux

Réseaux et Télécommunication Interconnexion des Réseaux Réseaux et Télécommunication Interconnexion des Réseaux 1 Concevoir un réseau Faire évoluer l existant Réfléchir à toutes les couches Utiliser les services des opérateurs (sous-traitance) Assemblage de

Plus en détail

LA VIDÉOSURVEILLANCE SANS FIL

LA VIDÉOSURVEILLANCE SANS FIL LA VIDÉOSURVEILLANCE SANS FIL Par Garry Goldenberg ALVARION garry.goldenberg@gk-consult.com INTRODUCTION Dans un monde de plus en plus sensible aux problèmes de sécurité, les systèmes de vidéosurveillance

Plus en détail

5.5 Utiliser le WiFi depuis son domicile

5.5 Utiliser le WiFi depuis son domicile Utiliser le WiFi depuis son domicile D autres formules existent. Une autre association, Wifi-Savoie propose par exemple un accès WiFi pour les utilisateurs de passage. Ceux-ci devront s acquitter d environ

Plus en détail

Chap.1: Introduction à la téléinformatique

Chap.1: Introduction à la téléinformatique Chap.1: Introduction à la téléinformatique 1. Présentation 2. les caractéristiques d un réseau 3. les types de communication 4. le modèle OSI (Open System Interconnection) 5. l architecture TCP/IP 6. l

Plus en détail

6. Liaisons à haute vitesse, haut débit, ADSL, ATM.

6. Liaisons à haute vitesse, haut débit, ADSL, ATM. Notre magasin YBET informatique Rue Albert 1er, 7 6810 Pin - Chiny Route Arlon - Florenville Le cours HARDWARE 2: Serveurs, réseaux et communication FORMATIONS Le MAGASIN YBET PRODUITS et SERVICES COURS

Plus en détail

On distingue deux catégories de réseaux : le réseau «poste à poste» et le réseau disposant d un «serveur dédié».

On distingue deux catégories de réseaux : le réseau «poste à poste» et le réseau disposant d un «serveur dédié». Un réseau est un ensemble de connexions entre plusieurs ordinateurs. Il va permettre : - la communication entre utilisateurs à travers les machines - la partage de ressources matérielles - le partage de

Plus en détail

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h Conf 1 : WIFI, les bases 1) Principes de fonctionnement (antennes, fréquences, emetteurs/recepteurs, point d'accés) a) Les grandes classes de fréquences HF, 300 Khz

Plus en détail

Les réseaux de seconde

Les réseaux de seconde Introduction aux Télécommunications Aspects physiques et architecturaux des réseaux de télécommunication, notamment de téléphonie Pierre Parrend, 2005 Les réseaux de seconde génération Pourquoi? Le succès

Plus en détail

LTE dans les transports: Au service de nouveaux services

LTE dans les transports: Au service de nouveaux services LTE dans les transports: Au service de nouveaux services 1 LTE dans les transports: Au service de nouveaux services Dr. Cédric LÉVY-BENCHETON Expert Télécom, Egis Rail cedric.levy-bencheton@egis.fr Résumé

Plus en détail

Réseaux, 4 e édition Andrew Tanenbaum

Réseaux, 4 e édition Andrew Tanenbaum Réseaux, 4 e édition Andrew Tanenbaum Table des matières détaillée Préface 1. Introduction 1.1 Usage des réseaux d ordinateurs 1.1.1 Applications professionnelles 1.1.2 Applications domestiques 1.1.3 Utilisateurs

Plus en détail

Télécommunications pour tous* (*sauf les ingénieurs)

Télécommunications pour tous* (*sauf les ingénieurs) 102-F Télécommunications pour tous* (*sauf les ingénieurs) Eric C. Coll Institut de Formation Teracom www.teracomtraining.com Copyright Le meilleur Institut de de sa formation classe -Teracom depuis 1992

Plus en détail

NOUVELLES TECHNOLOGIES RESEAUX

NOUVELLES TECHNOLOGIES RESEAUX NOUVELLES TECHNOLOGIES RESEAUX ADSL Asymmetric Digital Subscriber Line (ligne numérique à paires asymétriques) Réseau ATM DSLAM BAS Internet DSLAM HERVE Steve PETAS Vincent BOUZON Elodie Informatique Réseaux

Plus en détail

Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications. Direction de l Interconnexion et des Nouvelles Technologies.

Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications. Direction de l Interconnexion et des Nouvelles Technologies. Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications Direction de l Interconnexion et des Nouvelles Technologies La voix sur IP Présentée par : M elle CHERID Leila Département Veille Technologique

Plus en détail

Téléinformatique. Chapitre V : La couche liaison de données dans Internet. ESEN Université De La Manouba

Téléinformatique. Chapitre V : La couche liaison de données dans Internet. ESEN Université De La Manouba Téléinformatique Chapitre V : La couche liaison de données dans Internet ESEN Université De La Manouba Les techniques DSL La bande passante du service voix est limitée à 4 khz, cependant la bande passante

Plus en détail

Conception d'une architecture commutée. Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1

Conception d'une architecture commutée. Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1 Conception d'une architecture commutée Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1 Conception d'une architecture commutée Définition Master 2 Professionnel STIC-Informatique 2 Motivations L'architecture

Plus en détail

Internet, GPRS, WIFI : Enfin de nouvelles réponses aux besoins des utilisateurs nomades? 4 mars 2004 laurent.stoupy@solucom.fr

Internet, GPRS, WIFI : Enfin de nouvelles réponses aux besoins des utilisateurs nomades? 4 mars 2004 laurent.stoupy@solucom.fr Internet, GPRS, WIFI : Enfin de nouvelles réponses aux besoins des utilisateurs nomades? 4 mars 2004 laurent.stoupy@solucom.fr Agenda 1. Les enjeux du nomadisme : les attentes des utilisateurs 2. Internet,

Plus en détail

TRÈS HAUT DÉBIT. en Seineet-Marne EN 10 QUESTIONS

TRÈS HAUT DÉBIT. en Seineet-Marne EN 10 QUESTIONS TRÈS HAUT DÉBIT en Seineet-Marne EN 10 QUESTIONS éditorial Pour que chacun puisse bénéficier des progrès des nouvelles technologies, le Conseil général de Seine-et-Marne, le Conseil régional d Île-de-France

Plus en détail

ADSL. Étude d une LiveBox. 1. Environnement de la LiveBox TMRIM 2 EME TRIMESTRE LP CHATEAU BLANC 45120 CHALETTE/LOING NIVEAU :

ADSL. Étude d une LiveBox. 1. Environnement de la LiveBox TMRIM 2 EME TRIMESTRE LP CHATEAU BLANC 45120 CHALETTE/LOING NIVEAU : LP CHATEAU BLANC 45120 CHALETTE/LOING THEME : ADSL BAC PROFESSIONNEL MICRO- INFORMATIQUE ET RESEAUX : INSTALLATION ET MAINTENANCE ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS 2 EME TRIMESTRE NIVEAU : TMRIM Étude d une LiveBox

Plus en détail

CAS IT-Interceptor. Formation «Certificate of Advanced Studies»

CAS IT-Interceptor. Formation «Certificate of Advanced Studies» CAS IT-Interceptor Formation «Certificate of Advanced Studies» Description détaillée des contenus de la formation. Structure, objectifs et contenu de la formation La formation est structurée en 3 modules

Plus en détail

Fiche statistique Services aux entreprises

Fiche statistique Services aux entreprises A l issue des collectes semestrielles des indicateurs du marché des communications électroniques, l Institut Luxembourgeois de Régulation (ILR) publie au mois d août 2015 une fiche statistique sur les

Plus en détail

Présentation de l IPBX SATURNE

Présentation de l IPBX SATURNE Présentation de l IPBX SATURNE SATURNE : Le concept Fournir aux entreprises des outils de télécommunications essentiels mais jusqu alors inabordables pour les petites et moyennes structures, Profiter des

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

Introduction. Multi Média sur les Réseaux MMIP. Ver 01-09 1-1

Introduction. Multi Média sur les Réseaux MMIP. Ver 01-09 1-1 Chapitre 1 Introduction Multi Média sur les Réseaux MMIP Ver 01-09 1-1 Les Objectifs Voir les questions soulevées quand nous abordons le Multi Média sur IP Considérer les technologies utilisées en MMIP

Plus en détail

ANNEXE 1 : Les normes utilisées en visioconférence.

ANNEXE 1 : Les normes utilisées en visioconférence. ANNEXE 1 : Les normes utilisées en visioconférence. La grande variété de constructeurs de matériel pour la visioconférence a poussé les organismes de normalisation à étudier des recommandations dans ce

Plus en détail

Plan du Travail. 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI 30

Plan du Travail. 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI 30 Plan du Travail Chapitre 1: Internet et le Web : Définitions et historique Chapitre 2: Principes d Internet Chapitre 3 : Principaux services d Internet Chapitre 4 : Introduction au langage HTML 2014/2015

Plus en détail

2. DIFFÉRENTS TYPES DE RÉSEAUX

2. DIFFÉRENTS TYPES DE RÉSEAUX TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION 1 2. GÉNÉRALITÉS 5 1. RÔLES DES RÉSEAUX 5 1.1. Objectifs techniques 5 1.2. Objectifs utilisateurs 6 2. DIFFÉRENTS TYPES DE RÉSEAUX 7 2.1. Les réseaux locaux 7 2.2. Les

Plus en détail

Année 2010-2011. Transmission des données. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed.

Année 2010-2011. Transmission des données. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed. Année 2010-2011 Réseaux I Transmission des données Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed.fr 1 Plan 1 Notions de signaux 2 Caractéristiques communes

Plus en détail

Brochure. Soulé Protection contre la foudre Gamme parafoudres courant faible

Brochure. Soulé Protection contre la foudre Gamme parafoudres courant faible Brochure Slé contre la fdre Gamme parafdres crant faible Énergie et productivité pr un monde meilleur Guide de sélection des équipements de téléphonie RTC (Réseau Téléphonique public Commuté) Réseau permettant

Plus en détail

4. Les réseaux locaux

4. Les réseaux locaux 4. Les réseaux locaux 4.1 Types des réseaux 4.2 Modèle en couches et réseaux locaux 4.3 Topologie et câblage 4.4 Méthodes d accès au médium CSMA/CD Anneau à jeton Caractéristiques «Réseau» Réseau : ensemble

Plus en détail

Vers l Internet 2... - Synthèse Bibliographique -

Vers l Internet 2... - Synthèse Bibliographique - Vers l Internet 2... - Synthèse Bibliographique - Introduction Vers l Internet 2... I - II - L Internet : historique et état des lieux Les moyens de l évolution III - La conduite du changement I - Internet

Plus en détail

LECOCQ Marc & LOTH Ludovic. Réseaux Mobile et Haut Débit

LECOCQ Marc & LOTH Ludovic. Réseaux Mobile et Haut Débit LECOCQ Marc & LOTH Ludovic Réseaux Mobile et Haut Débit Plan xdsl Définitions & fonctionnements Technologies Offres sur le marché Son avenir FTTx Définitions & fonctionnements Technologies Offres sur le

Plus en détail

STI 22 Édition 5 / Octobre 2002

STI 22 Édition 5 / Octobre 2002 STI 22 Édition 5 / Octobre 2002 Spécifications Techniques d Interface pour le réseau de France Télécom Directive 1999/5/CE Caractéristiques des interfaces d accès aux services La ligne ADSL Résumé : Ce

Plus en détail

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP PRESENTATION DE LA PROBLEMATIQUE Dans le cadre de la dérégulation des télécommunications d un pays Africain, un industriel Européen s appuyant sur sa filiale basée dans ce pays, souhaite devenir «ISP»

Plus en détail

STI 20 Édition 3 /Novembre 2002

STI 20 Édition 3 /Novembre 2002 STI 20 Édition 3 /Novembre 2002 Spécifications Techniques d Interface pour le réseau de France Télécom Directive 1999/5/CE Caractéristiques des interfaces d accès au service Turbo DSL en sites d extrémité

Plus en détail

NOTIONS DE RESEAUX INFORMATIQUES

NOTIONS DE RESEAUX INFORMATIQUES NOTIONS DE RESEAUX INFORMATIQUES GENERALITES Définition d'un réseau Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux afin de partager des données, des ressources et d'échanger des

Plus en détail

La Voix Sur IP (VoIP)

La Voix Sur IP (VoIP) La Voix Sur IP (VoIP) Sommaire 1. INTRODUCTION 2. DÉFINITION 3. POURQUOI LA TÉLÉPHONIE IP? 4. COMMENT ÇA MARCHE? 5. LES PRINCIPAUX PROTOCOLES 6. QU'EST-CE QU'UN IPBX? 7. PASSER À LA TÉLÉPHONIE SUR IP 8.

Plus en détail

ROGERS VOUS OFFRE LA VITESSE, LA PUISSANCE ET LA FIABILITÉ DE LA FIBRE OPTIQUE.

ROGERS VOUS OFFRE LA VITESSE, LA PUISSANCE ET LA FIABILITÉ DE LA FIBRE OPTIQUE. ROGERS VOUS OFFRE LA VITESSE, LA PUISSANCE ET LA FIABILITÉ DE LA FIBRE OPTIQUE. SOLUTIONS D AFFAIRES ROGERS En optant pour Solutions d affaires Rogers, vous profitez d une collaboration continue avec notre

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration systèmes et réseaux

//////////////////////////////////////////////////////////////////// Administration systèmes et réseaux ////////////////////// Administration systèmes et réseaux / INTRODUCTION Réseaux Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec

Plus en détail

Réseaux et Services de Télécommunication Concepts, Principes et Architectures

Réseaux et Services de Télécommunication Concepts, Principes et Architectures Réseau et Services de Télécommunication Concepts, Principes et Architectures EFORT http://www.efort.com Le business des opérateurs de télécommunication repose sur la commercialisation de services de télécommunication

Plus en détail

L INTERNET MOBILE PLAN DE LA PRESENTATION INTRODUCTION INTERNET DANS LES ENTREPRISES. LES ENJEUX :: Projets B to E. LES ENJEUX :: Plan

L INTERNET MOBILE PLAN DE LA PRESENTATION INTRODUCTION INTERNET DANS LES ENTREPRISES. LES ENJEUX :: Projets B to E. LES ENJEUX :: Plan Etude d approfondissement Florent CHARDONNEREAU Alexis MERCIER Camille PERINEL PLAN DE LA PRESENTATION L INTERNET MOBILE Introduction Enjeux pour les entreprises de l internet mobile Évolution des technologies

Plus en détail

Synthèse sur l'évolution des réseaux de télécommunications. Daniel Kofman Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications.

Synthèse sur l'évolution des réseaux de télécommunications. Daniel Kofman Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications. Synthèse sur l'évolution des réseaux de télécommunications Daniel Kofman Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications 21 Septembre 2001 Contact : daniel.kofman@enst.fr 1 Remerciements Dans l objectif

Plus en détail

W I-FI SECURISE ARUBA. Performances/support de bornes radio

W I-FI SECURISE ARUBA. Performances/support de bornes radio ARUBA Performances/support de bornes radio Bande passante non cryptée : 1 Gbps-16 Gbps Bande passante cryptée : 200 Mbps-8 Gbps 6000-6100 256-512 APs 2400 48 APs 5000-5100 48-128-256 APs 800-4/800-16 04-16

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2000, 2004, ISBN : 2-212-11330-7

Groupe Eyrolles, 2000, 2004, ISBN : 2-212-11330-7 Groupe Eyrolles, 2000, 2004, ISBN : 2-212-11330-7 Sommaire Cours 1 Introduction aux réseaux 1 Les transferts de paquets... 2 Les réseaux numériques... 4 Le transport des données... 5 Routage et contrôle

Plus en détail

Comprendre le Wi Fi. Patrick VINCENT pvincent@erasme.org

Comprendre le Wi Fi. Patrick VINCENT pvincent@erasme.org Comprendre le Wi Fi Patrick VINCENT pvincent@erasme.org Le standard 802.11 Débit théorique maximum 802.11b 802.11a 802.11g 11 Mbps 54 Mbps 54 Mbps Bande de fréquence Portée maximale Observations intérieur

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA VOIX SUR IP?

QU EST-CE QUE LA VOIX SUR IP? QU EST-CE QUE LA VOIX SUR IP? Lorraine A côté du réseau téléphonique traditionnel et des réseaux de téléphonie mobile (GSM, GPRS, UMTS, EDGE ), il existe, depuis quelques années, une troisième possibilité

Plus en détail

Arguments clés. (1) : disponible sur certaines offres

Arguments clés. (1) : disponible sur certaines offres OVH Télécom SDSL Connexion SDSL OVH Arguments clés Avantages SDSL GTR : Garantie de Temps de Rétablissement Téléphonie VoIP Un débit optimal pour vos sauvegardes en cloud Débit symétrique jusqu à 20 Mbps

Plus en détail

Télécommunications SICE. Télécommunications. Technologie leader à votre service

Télécommunications SICE. Télécommunications. Technologie leader à votre service SICE Technologie leader à votre service Modèle d affaires Planification, conception et exécution de projets clefs en main de communications. Plan de travail Ingénierie fonctionnelle SICE réalise le support

Plus en détail

Vademecum. Solutions numériques

Vademecum. Solutions numériques Vademecum 1 Solutions numériques «La visioconférence est l ensemble des techniques et outils qui permettent et facilitent la communication à distance»* 2 1) Visioconférence, Webconférence : des solutions

Plus en détail

«AS 400 Everywhere» les solutions Business Everywhere et 3G de France Telecom

«AS 400 Everywhere» les solutions Business Everywhere et 3G de France Telecom «AS 400 Everywhere» les solutions Business Everywhere et 3G de France Telecom Conférence CLUB AS 400 19 Octobre 2004 OrangeFrance - 1 Le nomadisme réussi : un enjeu clé pour les entreprises Proximité et

Plus en détail

Le déploiement du Très Haut Débit

Le déploiement du Très Haut Débit Le Haut Débit Débits : 512Kbit/s à 20 Mbits/s pour la voie montante Assuré sur le réseau cuivre, coaxial, réseau câblé, mobile 3G et UMTS, satellite et wifi La Technologie ADSl a été utilisée sur le réseau

Plus en détail

CONCEPT de MICRO-DOMOTIQUE. Système STANTOR-DOMODULOR

CONCEPT de MICRO-DOMOTIQUE. Système STANTOR-DOMODULOR CONCEPT de MICRO-DOMOTIQUE Système STANTOR-DOMODULOR Sommaire 1 Introduction...1 2 Le concept de services WEB en micro-domotique dans le logiciel STANTOR- DOMODULOR...3 2.1 Composition et services fournis...3

Plus en détail

Caractéristiques et débits de votre ligne ADSL

Caractéristiques et débits de votre ligne ADSL Une documentation Côtière Informatique Mise à jour du 20/01/2014 Caractéristiques et débits de votre ligne ADSL Sommaire : 1) La face cachée de la technologie ADSL2+ page 1 2) Les caractéristiques de sa

Plus en détail

Les Fiches thématiques Jur@tic. la Visio Conférence

Les Fiches thématiques Jur@tic. la Visio Conférence Les Fiches thématiques Jur@tic la Visio Conférence Les Fiches thématiques Jur@TIC 1. Un rêve ancien : se voir sans se déplacer La visioconférence consiste à mettre en relation plusieurs personnes situés

Plus en détail

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Systèmes cellulaires Réseaux cellulaires analogiques de 1ère génération : AMPS (USA), NMT(Scandinavie), TACS (RU)... Réseaux numériques de 2ème

Plus en détail

Editorial. Chères lectrices, chers lecteurs,

Editorial. Chères lectrices, chers lecteurs, wireless & internet Editorial Chères lectrices, chers lecteurs, La situation va devenir explosive sur le marché des télécommunications. La radiocommunication mobile est confrontée à une augmentation très

Plus en détail

Théorie sur les technologies LAN / WAN Procédure de test sur les réseaux LAN / WAN Prise en main des solutions de test

Théorie sur les technologies LAN / WAN Procédure de test sur les réseaux LAN / WAN Prise en main des solutions de test Théorie sur les technologies LAN / WAN Procédure de test sur les réseaux LAN / WAN Prise en main des solutions de test Formation CONTACTEZ- NOUS AU 01 69 35 54 70 OU VISITEZ NOTRE SITE INTERNET IDEALNWD.FR

Plus en détail

Conditions de tests pour le raccordement au réseau d'accès SDSL de France Télécom. Edition 2

Conditions de tests pour le raccordement au réseau d'accès SDSL de France Télécom. Edition 2 ST/FTR&D/7804 Edition 2 1 Spécification Technique ST/FTR&D/7804 Janvier 2004 Conditions de tests pour le raccordement au réseau d'accès SDSL de France Télécom Edition 2 ST/FTR&D/7804 Edition 2 2 Table

Plus en détail

INDEX. Historique...p2 Qu est ce que le mpls...p2 Pourquoi le mpls?...p3 Principe de fonctionnement...p4

INDEX. Historique...p2 Qu est ce que le mpls...p2 Pourquoi le mpls?...p3 Principe de fonctionnement...p4 INDEX Introduction Historique...p2 Qu est ce que le mpls...p2 Pourquoi le mpls?...p3 Principe de fonctionnement...p4 Développement Définitions...p 4 Avantages...p5 Inconvénients...p6 Applications...p6

Plus en détail

Vu le code des postes et télécommunications et notamment ses articles L. 34 8 et L. 36 10 ;

Vu le code des postes et télécommunications et notamment ses articles L. 34 8 et L. 36 10 ; Avis n 99 493 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 11 juin 1999 donné au Conseil de la concurrence sur la demande de mesures conservatoires présentée par la société Grolier Interactive

Plus en détail

La maison connectée grâce au courant porteur en ligne (CPL)

La maison connectée grâce au courant porteur en ligne (CPL) La maison connectée grâce au courant porteur en ligne (CPL) Introduction au réseau informatique Quel est l'intérêt de créer un réseau informatique? Partager les photos de son PC sur sa TV, imprimer depuis

Plus en détail

Sommaire. MAC Telecom, premier opérateur. wireless de Belgique. Historique de MAC Telecom. Les avantages de MAC Telecom. A propos du sans fil

Sommaire. MAC Telecom, premier opérateur. wireless de Belgique. Historique de MAC Telecom. Les avantages de MAC Telecom. A propos du sans fil Agence Wallone des Télécommunications Le WiMax, une première en Europe MAC Telecom, premier opérateur wireless de Belgique Nicolas du Chastel 31 mai 2005 Sommaire Historique de MAC Telecom Les avantages

Plus en détail

Autour de la téléphonie mobile et des antennes

Autour de la téléphonie mobile et des antennes Autour de la téléphonie mobile et des antennes La présente fiche d information contient des informations techniques sur la téléphonie mobile en général et plus spécifiquement sur les antennes. Elle explique

Plus en détail

Réseaux communicants

Réseaux communicants Nom.. Prénom.. Réseaux communicants Technologie 1 Energie transportée / données transportées : Dans une installation électrique, on distingue 2 utilisations de la tension transportée : - la tension pour

Plus en détail