Vaccinations. Actualités et perspectives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vaccinations. Actualités et perspectives"

Transcription

1 Vaccinations Actualités et perspectives Cet ouvrage présente les travaux du groupe d experts réunis par l Inserm dans le cadre de la procédure d expertise collective, pour répondre aux questions posées par la Mutuelle G énérale de l Education Nationale (MGEN) sur les perspectives d'évolution en matière de vaccinations. Il s appuie sur les données scientifiques en date du dernier semestre Environ articles ont constitué la base documentaire de cette expertise. Le Centre d Expertise Collective (Inserm SC14) a assuré la coordination scientifique de cette expertise collective en collaboration avec le Département du Partenariat Economique et Social pour l instruction du dossier et les services de documentation pour la recherche bibliographique du (Département de l information scientifique et de la communication (Disc). Les Editions INSERM, rue de Tolbiac PARIS ISBN Expertise Collective INSERM

2 Vaccinations Actualités et perspectives Cet ouvrage présente les travaux du groupe d experts réunis par l Inserm dans le cadre de la procédure d expertise collective, pour répondre aux questions posées par la Mutuelle Générale de l Education Nationale (MGEN) sur les perspectives d'évolution en matière de vaccinations. Il s appuie sur les données scientifiques en date du dernier semestre Environ articles ont constitué la base documentaire de cette expertise. Le Centre d Expertise Collective (Inserm SC14) a assuré la coordination scientifique de cette expertise collective en collaboration avec le Département du Partenariat Economique et Social pour l instruction du dossier et les services de documentation pour la recherche bibliographique du (Département de l information scientifique et de la communication (Disc). Groupe d experts et auteurs Pierre BÉGUÉ, chef du service de pédiatrie, Hôpital Trousseau, AP-HP, Paris Laurence BOUMSELL, immunologie cellulaire, INSERM U 448, Créteil Yves BUISSON, chef du laboratoire de biologie clinique, Hôpital d instruction des Armées du Val de Grâce, Paris Fabrice CARRAT, épidémiologie et sciences de l information, INSERM U 444, Paris Florence FUCHS, directeur du Site de Lyon, Agence du Médicament, contrôle des médicaments immunologiques, expert à la Commission Européenne pour la Pharmacopée Serge GILBERG, directeur du département de médecine générale de la Faculté de Médecine Necker-Paris V Nicole GUISO, bactériologie, chef du laboratoire des Bordetella, Institut Pasteur, Paris Daniel LEVY-BRUHL, épidémiologie, Réseau National de Santé Publique, Saint-Maurice Camille LOCHT, mécanismes moléculaires de la pathogénie microbienne, directeur de l unité INSERM 447, Lille Patrice PINELL, sociologie, INSERM U 158, Hôpital Necker, AP HP, Paris Michel ROTILY, économie de la santé, INSERM U 379, Institut Paoli Calmettes, Marseille

3 Jean-François VIRET, chef du département de biologie moléculaire, Swiss Serum and Vaccine Institute, Berne, Suisse Ont présenté une communication Teresa AGUADO, Vaccine Research & Development, Global Programme for Vaccines and Immunization, OMS, Genève, Suisse Francis ANDRÉ, vice président & directeur médical senior, SmithKline Beecham Pharmaceuticals, Rixensart, Belgique Radu CRAINIC, épidémiologie moléculaire des entérovirus, Institut Pasteur, Paris Wolf Herman FRIDMAN, immunologie cellulaire et clinique, directeur de l unité INSERM 255, Institut Curie, Paris Claude HANNOUN, virologie, professeur honoraire à l institut Pasteur, Paris Marc GIRARD, directeur de l unité de virologie moléculaire, Institut Pasteur, Paris Anne-Pascale GUDIN DE VALLERIN, développement des vaccins, Institut de Recherche Pierre Fabre, Boulogne Gilles RIVEAU, relations hôte parasite et stratégies vaccinales, INSERM U 167, Institut Pasteur, Lille Pierre SALIOU, directeur médical Pasteur Mérieux Connaught, Marnes-la-Coquette Coordination scientifique et éditoriale Françoise AUDIBERT, chargé d expertise, INSERM SC 14 Emmanuelle CHOLLET-PRZEDNOWED, attaché scientifique, INSERM SC 14 Jeanne ETIEMBLE, directeur du Centre d Expertise Collective, INSERM SC 14 Martine MuFFAT-JOLY, attaché scientifique, INSERM SC 14 Assistance bibliographique et technique Chantal GRELLIER et Florence LESECQ, INSERM SC 14 Iconagraphie INSERM SC 6

4 Préface La vaccination est un des plus beaux exemples de la maîtrise de l homme sur son environnement illustrant la lutte jamais achevée contre les bactéries, les virus et les parasites. Prévenir les maladies est, ici, l expression de l ingéniosité humaine devançant l agression des agents pathogènes. Pour empirique qu elle soit, la mise au point des premiers vaccins n en a pas moins emporté de grands succès avec la quasi-disparition de la diphtérie, du tétanos, de la poliomyélite et la première éradication désormais certaine d une maladie grave: la variole. Ces maladies responsables d une forte mortalité infantile il n y a guère que soixante ans sont aujourd hui presque oubliées. Pourtant, certaines sévissent encore dans différents pays et sont susceptibles de resurgir en un point de la planète, à l occasion d un relâchement de la couverture vaccinale. Bénéficiant de l avancée des connaissances dans le domaine de l immunologie et grâce aux technologies innovantes, la vaccinologie est désormais une discipline à part entière. Depuis Pasteur, les chercheurs ont vu leurs efforts couronnés de succès par le développement de nombreux vaccins qui ont pour une part contribué à l amélioration de la qualité de vie. Ces vingt dernières années, quatorze vaccins ont vu le jour et la perspective de procédures vaccinales est envisageable pour certains cancers. En France, les recherches académique et industrielle ont contribué à ces importantes avancées. Plusieurs laboratoires de l INSERM ont participé à ces succès. Je m en réjouis. Comme le souligne cet ouvrage rendant compte des travaux de l expertise collective, les acquisitions dans le domaine de la vaccination ne doivent pas occulter la nécessaire surveillance épidémiologique. Ne sommes nous pas à la merci de l émergence de mutants susceptibles de rompre des équilibres parfois précaires? De nouveaux agents, connus dans certaines espèces, ne peuvent-ils pas devenir subitement pathogènes pour l homme? Certains exemples récents nous mettent en garde. Lorsque les enjeux sont clairement perçus par chacun, la politique de prévention par la vaccination est simple à mettre en place et efficace. Elle l est moins lorsque l irrégularité de son application réduit le bénéfice collectif. A titre d exemple, pour la rougeole une couverture vaccinale supérieure à 90 % chez le tout jeune enfant permet une réduction du réservoir et de la circulation suffisante pour protéger du virus et met à l abri les populations plus âgées chez lesquelles la maladie est plus grave. Informer le public sur les bénéfices des vaccinations, sensibiliser les acteurs de santé à l importance des actions de prévention et d éducation pour la santé et réhabiliter auprès des médecins le geste vaccinal, telles sont semble-t-il, les principales recommandations formulées. Le travail réalisé par le groupe d experts fournit tous les arguments scientifiques et médicaux pour réaliser ces objectifs. Nous nous efforcerons, à l INSERM, de remplir notre mission en développant la recherche dans plusieurs directions, en particulier sur de nouveaux antigènes vaccinants, sur les vaccins multivalents et les présentations antigéniques appropriées à la voie orale, l ensemble de ces nouvelles avancées devant nous permettre à terme de renforcer et simplifier le calendrier vaccinal. Claude Griscelli Directeur général de l INSERM

5 Avant-Propos Les maladies infectieuses représentent encore actuellement un problème aigu de santé publique à l échelle mondiale. Elles sont la cause de 30 % des décès dans le monde. Ce taux signifie la mort de 17 millions d individus par an. Sur ces 17 millions, plus de 9 millions sont des enfants de moins de cinq ans. Des maladies que l on croyait maîtrisées réapparaissent dans l un ou l autre point de la planète et de nouveaux germes pathogènes émergent périodiquement. La multiplication et la rapidité des échanges internationaux favorisent la dissémination des agents infectieux. La proportion de souches résistantes aux antibiotiques et aux drogues antiparasitaires est en constante augmentation. Ainsi la nécessité de développer la prévention des infections par la vaccination demeure d une grande actualité d autant que ce type d intervention est estimé moins onéreux que le traitement. L avancée des technologies applicables à la mise au point des vaccins bouleverse aujourd hui le domaine des vaccins conventionnels et permettra le développement de vaccins nouveaux non seulement quant à leur cible mais aussi quant à leur composition et leur mode d administration. La MGEN a souhaité interroger l INSERM sur les avancées scientifiques et médicales susceptibles d avoir dans les prochaines années des répercussions sur les politiques vaccinales, en particulier en France. Pour répondre à la MGEN, I INSERM a mis en place un groupe pluridisciplinaire rassemblant des compétences dans les domaines de la médecine générale et pédiatrique, de la microbiologie, de l immunologie, de la biologie moléculaire, de l épidémiologie, de la sociologie, de l économie de la santé et de la réglementation pharmaceutique. Ce groupe a organisé sa réflexion sur la base des questions suivantes: Quel est actuellement le statut de la population vis-à-vis de la vaccination? Quels sont les critères d appréciation de la couverture vaccinale et de l efficacité de la protection conférée? Quelles sont les données épidémiologiques émergentes, concernant les populations ou les pathogènes, susceptibles de conduire à une adaptation du calendrier vaccinal actuel? Quelles sont les améliorations de la couverture vaccinale qu il serait possible de promouvoir en fonction d arguments d ordre socio économique? Quel peut être l impact des récentes avancées de la vaccinologie sur la mise à disposition de nouveaux vaccins à court et à moyen terme? À plus long terme, que peut-on attendre des technologies innovantes? L interrogation des bases de données a conduit à sélectionner environ articles. Ces articles concernent d une part les pratiques vaccinales et leur évolution, d autre part les avancées technologiques et la recherche de nouveaux immunogènes. Le groupe a également auditionné huit spécialistes qui ont illustré par leurs communications des aspects particuliers du domaine: exemple d une éradication en cours (le virus de la poliomyélite); risques de pandémie grippale et vaccin anti-influenza; fabrication de nouveaux vaccins multivalents; actualités sur les vaccins antisida, anticancers, antiparasites; prise en compte par les développeurs industriels de l évolution des exigences en matière d évaluation préclinique et clinique des nouveaux vaccins; implication de l Organisation Mondiale de la Santé dans la recherche et le développement des vaccins.

6 Certains sujets, qui nécessiteraient une expertise à part entière, n ont pu être développés dans le cadre de cette demande, comme par exemple les perspectives pour un vaccin tuberculeux autre que le BCG ou les vaccins thérapeutiques anticancéreux. Certaines recherches sur des vaccins contre diverses affections virales (cytomégalovirus, herpès virus, virus syncytial respiratoire...) s inscrivent dans les différentes approches technologiques décrites dans cet ouvrage mais n ont pas paru suffisamment abouties pour justifier un point particulier. Au cours de six séances de travail organisées entre février et décembre 1998, les experts ont présenté une analyse et une synthèse des travaux publiés dans leur domaine de compétence. Les deux dernières séances ont été réservées à l élaboration d une synthèse globale et de recommandations issues de cette synthèse.

7

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale Conférence-Débat Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE Académie des sciences 15h15 Introduction Jean-François Bach, Secrétaire perpétuel de l Académie des sciences 15h30 Actualités sur

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Ordre du jour provisoire

Ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/1 Cent trente-huitième session 16 octobre 2015 Genève, 25-30 janvier 2016 Ordre du jour provisoire 1. Ouverture de la session et adoption de l ordre du jour Documents EB138/1 et

Plus en détail

Grippe. Bilan de la saison 2014-2015 22/05/2015

Grippe. Bilan de la saison 2014-2015 22/05/2015 28 3 32 34 36 38 4 42 44 46 48 5 52 2 4 6 8 1 12 14 Taux d'incidence pour 1 habitants Grippe Bilan de la saison 214-215 22/5/215 L Institut de veille sanitaire, dans le cadre de ses missions de surveillance,

Plus en détail

Expertise collective Inserm Ecstasy : des données biologiques et cliniques aux contextes d usage

Expertise collective Inserm Ecstasy : des données biologiques et cliniques aux contextes d usage Expertise collective Inserm Ecstasy : des données biologiques et cliniques aux contextes d usage Cet ouvrage présente les travaux du groupe d experts réunis par l INSERM, dans le cadre de la procédure

Plus en détail

OUVERTURE DES TRAVAUX. Paul BLANC Sénateur des Pyrénées-Orientales Yves BUR Député du Bas-Rhin

OUVERTURE DES TRAVAUX. Paul BLANC Sénateur des Pyrénées-Orientales Yves BUR Député du Bas-Rhin Les vaccins: une excellence française à préserver Mercredi 04 Mars 2009 Programme Les débats sont animés par Adélaïde ROBERT-GERAUDEL, journaliste médicale 8H45 ACCUEIL 9H15 OUVERTURE DES TRAVAUX Paul

Plus en détail

Transfert des connaissances et des compétences pour un changement de pratiques

Transfert des connaissances et des compétences pour un changement de pratiques 7 ème séminaire Réseau francophone de prévention des traumatismes et de promotion de la sécurité Transfert des connaissances et des compétences pour un changement de pratiques Deuxième annonce et appel

Plus en détail

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/28 Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire Options pour renforcer le partage d informations sur les produits diagnostiques, préventifs

Plus en détail

Marrakech (Hôtel des Idrisses), le 03 novembre 2014 à 09h00.

Marrakech (Hôtel des Idrisses), le 03 novembre 2014 à 09h00. Discours du Professeur EL Houssaine Louardi, Ministre de la Santé à l occasion de l'inauguration de la Conférence Internationale de l Association Internationale des Instituts Nationaux de Santé Publique

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 FICHE 1 SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 A QUOI SERT LA SEMAINE DE LA VACCINATION? La Semaine de la Vaccination a été lancée par l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2005. Elle est

Plus en détail

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à Information presse Roche, l Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les hépatites virales (ANRS), le Baylor Research Institute (BRI) et Inserm Transfert mettent en place une coopération stratégique

Plus en détail

PLANIFICATION DE L INTRODUCTION DU VPI. Foire aux questions (FAQ)

PLANIFICATION DE L INTRODUCTION DU VPI. Foire aux questions (FAQ) PLANIFICATION DE L INTRODUCTION DU VPI Foire aux questions (FAQ) Mars 2014 En mai 2012, l Assemblée mondiale de la Santé a déclaré que l achèvement de l éradication du poliovirus était une urgence programmatique

Plus en détail

La Formation Complémentaire (Enseignement Obligatoire à Option)

La Formation Complémentaire (Enseignement Obligatoire à Option) La Formation Complémentaire (Enseignement Obligatoire à Option) Son but est de vous permettre d approfondir des notions qui vous intéressent soit de manière générale, soit en prévision d une orientation

Plus en détail

Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH

Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH De la sécurité alimentaire à la nutrition et la santé La sécurité alimentaire et la nutrition présentent des enjeux majeurs de santé publique et font aujourd hui

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CONCERTATION CITOYENNE SUR LA VACCINATION INSTALLATION DU COMITÉ D ORIENTATION SOUS LA PRÉSIDENCE DU PROFESSEUR ALAIN FISCHER

DOSSIER DE PRESSE CONCERTATION CITOYENNE SUR LA VACCINATION INSTALLATION DU COMITÉ D ORIENTATION SOUS LA PRÉSIDENCE DU PROFESSEUR ALAIN FISCHER DOSSIER DE PRESSE CONCERTATION CITOYENNE SUR LA VACCINATION INSTALLATION DU COMITÉ D ORIENTATION SOUS LA PRÉSIDENCE DU PROFESSEUR ALAIN FISCHER 7 AVRIL 2016 SOMMAIRE I - UNE RÉNOVATION DE LA POLITIQUE

Plus en détail

Professeur Cheikh Saad-Bouh Boye

Professeur Cheikh Saad-Bouh Boye Professeur Cheikh Saad-Bouh Boye Recteur de l'université de THIES / Senegal depuis Octobre 2010 Doyen de la Faculté de Medecine, Pharmacie et d Odontologie de l UCAD de Dakar de Decembre 2006 a Octobre

Plus en détail

Nom : GUIRIMAND Prénom : Nicolas E-mail : nicolas.guirimand@univ-rouen.fr Statut : MCF

Nom : GUIRIMAND Prénom : Nicolas E-mail : nicolas.guirimand@univ-rouen.fr Statut : MCF UFR DES SCIENCES DE L HOMME ET DE LA SOCIETE Département des Sciences de l Éducation Laboratoire CIVIIC- équipe d accueil 2657 Centre de recherches Interdisciplinaires sur les Valeurs les Idées les Identités

Plus en détail

LES MISSIONS DE BIOASTER

LES MISSIONS DE BIOASTER Unique IRT sélectionné dans le domaine de la santé par le Commissariat Général à l'investissement, BIOASTER est un institut de recherche technologique indépendant dédié à l infectiologie et à la microbiologie,

Plus en détail

Vers le dictionnaire des APS à visée médicale : Actualités et perspectives

Vers le dictionnaire des APS à visée médicale : Actualités et perspectives Plan de la présentation Vers le dictionnaire des APS à visée médicale : Actualités et perspectives Patrick Magaloff Directeur Dr Gilles Thöni Chargé de mission Journée Maison du Sport Français, Paris,

Plus en détail

QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR

QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR (le contenu de ce site change assez régulièrement en fonction de l'évolution du dossier) 1. SAVOIR / S'INFORMER Définition des grippes

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades

Les Grands enjeux de santé publique : 1. Enjeux de la Politique de Santé a. Les droits des personnes malades Définitions : 1. OMS en 1988 définit la Santé Publique : Un concept social et politique qui vise une amélioration de la santé, une plus grande longévité et un accroissement de la qualité de la vie de toutes

Plus en détail

Programme de Recherche INterdisciplinaire sur les Crises et la Protection Sanitaires 15 octobre 2015 Maison de la Chimie PARIS

Programme de Recherche INterdisciplinaire sur les Crises et la Protection Sanitaires 15 octobre 2015 Maison de la Chimie PARIS Séminaire scientifique annuel Université Sorbonne Paris Cité 2015 Programmes de recherche interdisciplinaires Programme de Recherche INterdisciplinaire sur les Crises et la Protection Sanitaires 15 octobre

Plus en détail

06/04/2014. Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels pédiatriques

06/04/2014. Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels pédiatriques Pourquoi la sélection de médicaments essentiels est un élément de la politique pharmaceutique nationale? Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels

Plus en détail

PRESENTATION DE L INTEGRALITE DE L OFFRE D UE LIBRES (UL classées par ORIENTATION, puis par disciplines)

PRESENTATION DE L INTEGRALITE DE L OFFRE D UE LIBRES (UL classées par ORIENTATION, puis par disciplines) OFFRE UL 2015 / 2016 16 JUIN 2015 PRESENTATION DE L INTEGRALITE DE L OFFRE D UE LIBRES (UL classées par ORIENTATION, puis par disciplines) Le tableau ci-dessous rassemble l intégralité de l offre d UL

Plus en détail

CONGRÈS. Vendredi 10 Décembre 2010 de 7h30 à 18h30

CONGRÈS. Vendredi 10 Décembre 2010 de 7h30 à 18h30 CONGRÈS Vendredi 10 Décembre 2010 de 7h30 à 18h30 Sous la présidence du Professeur Catherine WEIL-OLIVIER Et du Docteur François VIE LE SAGE LA SANTE PUBLIQUE APPARTIENT A TOUS Pavillon Dauphine Place

Plus en détail

PRESENTATION DE LA CIPCA. MILDECA- colloque INSERM 1

PRESENTATION DE LA CIPCA. MILDECA- colloque INSERM 1 PRESENTATION DE LA CIPCA MILDECA- colloque INSERM 1 LA CIPCA A ÉTÉ MISE EN PLACE DANS LE CADRE DU PLAN GOUVERNEMENTAL 2013-2017 Pour que la prévention devienne une priorité des politiques de lutte contre

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

Ce document présente les travaux d un groupe de travail réuni par l Inserm à la demande de la Caisse nationale d assurance maladie des travailleurs

Ce document présente les travaux d un groupe de travail réuni par l Inserm à la demande de la Caisse nationale d assurance maladie des travailleurs Ce document présente les travaux d un groupe de travail réuni par l Inserm à la demande de la Caisse nationale d assurance maladie des travailleurs indépendants (Canam) pour élaborer des propositions d

Plus en détail

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901 informations INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Association loi 1901 INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Le Centre d Information des Viandes

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT DE SANTE...

Plus en détail

Les événements grand public de la rentrée à l Institut Pasteur de Lille

Les événements grand public de la rentrée à l Institut Pasteur de Lille Communiqué de presse jeudi Les événements grand public à l Institut Pasteur de Lille Au menu : 1/ ouverture du musée pendant les Journées du Patrimoine 2/ Fête de la Science : - opération laboratoires

Plus en détail

Audition publique sur la vaccination. Levée de l obligation vaccinale? Suivi de la synthèse et des recommandations de la Commission d Audition

Audition publique sur la vaccination. Levée de l obligation vaccinale? Suivi de la synthèse et des recommandations de la Commission d Audition Audition publique sur la vaccination des enfants par le BCG. Levée de l obligation vaccinale? Suivi de la synthèse et des recommandations de la Commission d Audition 13-14 novembre 2006 Société française

Plus en détail

Université Saint-Joseph

Université Saint-Joseph Université Saint-Joseph Faculté de pharmacie Actuellement, le métier de pharmacien est un métier polyvalent, ouvert à plusieurs activités dans le domaine de la santé individuelle et publique. Mis à part

Plus en détail

M. Vittecoq & M. Gauthier-Clerc. Séminaire Biodiversité et Gestion des Crises, 31 Mai 2013, Lyon

M. Vittecoq & M. Gauthier-Clerc. Séminaire Biodiversité et Gestion des Crises, 31 Mai 2013, Lyon M. Vittecoq & M. Gauthier-Clerc Séminaire Biodiversité et Gestion des Crises, 31 Mai 2013, Lyon Les parasites : une part importante de la biodiversité? - Traitements antibiotiques Eradication de la variole

Plus en détail

La grippe, l asthme et la vaccination

La grippe, l asthme et la vaccination La grippe, l asthme et la vaccination vaccin anti-grippe pris en charge à 100 % pour tous les asthmatiques Qu est-ce que la grippe? La grippe est une maladie infectieuse très contagieuse, d apparition

Plus en détail

Vaccinations. Actualités et perspectives

Vaccinations. Actualités et perspectives Vaccinations Actualités et perspectives Cet ouvrage présente les travaux du groupe d experts réunis par l Inserm dans le cadre de la procédure d expertise collective, pour répondre aux questions posées

Plus en détail

Sen$nella? Pas seulement un système de surveillance épidémiologique!

Sen$nella? Pas seulement un système de surveillance épidémiologique! Recherche sur les services de santé en médecine de premier recours colloque du 6 novembre 2013 Berne Sen$nella? Pas seulement un système de surveillance épidémiologique! Dr Charles Dvořák /Vallorbe Président

Plus en détail

MÉMOIRE DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS DU CHUM À L'OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LE 11 DÉCEMBRE 2006, À MONTRÉAL

MÉMOIRE DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS DU CHUM À L'OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LE 11 DÉCEMBRE 2006, À MONTRÉAL MÉMOIRE DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS DU CHUM À L'OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LE 11 DÉCEMBRE 2006, À MONTRÉAL Document préparé par : Edgard Nassif, M.D., MBA Présentateur

Plus en détail

Etude d évaluation du dispositif de surveillance, d alerte et de gestion du risque infectieux épidémique en EHPAD dans le Nord-Pas-de-Calais

Etude d évaluation du dispositif de surveillance, d alerte et de gestion du risque infectieux épidémique en EHPAD dans le Nord-Pas-de-Calais Etude d évaluation du dispositif de surveillance, d alerte et de gestion du risque infectieux épidémique en EHPAD dans le Nord-Pas-de-Calais Dr Karine Wyndels, Dr Pascal Chaud Cellule de l InVS en Région

Plus en détail

Profils et formations des hygiénistes en Europe

Profils et formations des hygiénistes en Europe XXIIIe Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière Lille, 6-8 juin 2012 Profils et formations des hygiénistes en Europe Pierre Parneix www.sf2h.net http://www.infection-prevention.eu/

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Remise du rapport du Dr Jean CARLET sur la préservation des antibiotiques Mercredi 23 septembre 2015

Plus en détail

La vaccination de l adulte

La vaccination de l adulte et R La vaccination de l adulte Trop souvent négligée! Karl Weiss, MD, MSc, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007 Une étude canadienne

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E Recommandations pour le dépistage du cancer du col de l utérus en France Juillet 2010 Ces recommandations s inscrivent

Plus en détail

Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009

Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009 Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009 Entre médecine humaine et médecine vétérinaire: l usage et l abandon de la vaccination dans la prophylaxie de la tuberculose

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Séminaire ASPHER EHESP Rennes 13/05/14. A. Alioum - ISPED

Séminaire ASPHER EHESP Rennes 13/05/14. A. Alioum - ISPED L organisation de l offre de formation supérieure en santé publique en France Séminaire ASPHER EHESP Rennes 13/05/14 A. Alioum - ISPED Préambule La revue Actualité et Dossier en Santé Publique (adsp n

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

Politique nationale et internationale sur le bon usage des antibiotiques : quoi de neuf?

Politique nationale et internationale sur le bon usage des antibiotiques : quoi de neuf? Politique nationale et internationale sur le bon usage des antibiotiques : quoi de neuf? Journées Régionales d Infectiologie 2015 Prof. Céline PULCINI (Infectiologie, Nancy) Au niveau international Au

Plus en détail

Le cancer cet ennemi commun

Le cancer cet ennemi commun Le cancer cet ennemi commun En France, 360 000 nouveaux cas par an. 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 touchés au cours de leur vie. en Languedoc-Roussillon, ICI il tue 20 personnes par jour. www.icm.unicancer.fr

Plus en détail

NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1

NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1 NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1 APPARITION DE LA MALADIE Dans l état actuel de la connaissance du dossier, le virus de la grippe H1N1 qui circule au Mexique se transmet d homme

Plus en détail

Groupe d'experts et auteurs

Groupe d'experts et auteurs Groupe d'experts et auteurs Pr Pierre BEGUE, chef du service pédiatrique, Hôpital Trousseau, AP HP, Paris Pr Pierre BERTHELOT, chef du service d hépatologie, Centre d'investigation Clinique 93-03, Hôpital

Plus en détail

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a

La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a La vaccination pour les adultes Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? i m m u n i z e. c a Comment savoir de quels vaccins j ai besoin? La vaccination n est pas seulement pour les enfants. Les adultes

Plus en détail

Le Pôle départemental de médecine du sport. de l Essonne (PDMS)

Le Pôle départemental de médecine du sport. de l Essonne (PDMS) Pôle Départemental de Médecine du Sport Conception : ClinicProSport / Design : kreo / Crédits photos : Alexis Harnichard, Lionel Antoni Le Pôle départemental de médecine du sport de l Essonne (PDMS) Pôle

Plus en détail

Éducation thérapeutique du patient Rôle du pharmacien

Éducation thérapeutique du patient Rôle du pharmacien Éducation thérapeutique du patient Rôle du pharmacien Fabienne BLANCHET La Baule - 12 octobre 2010 1 L éducation thérapeutique du patient «Selon l OMS, l éducation thérapeutique du patient vise à aider

Plus en détail

Les bactéries. de recycler la matière Participent dans la fabrication d aliments et de médicaments

Les bactéries. de recycler la matière Participent dans la fabrication d aliments et de médicaments Les bactéries Apparues il y a 3,5 milliards d années, les bactéries sont les organismes vivants les plus diversifiés et les plus répandus sur Terre. Appartenant au monde des microbes, elles mesurent en

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N.

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Marty Lecture critique Monica Attinger - Unité HPCI Forum HH 10 mars 2015 Article

Plus en détail

Dématérialisation des archives et métiers de l archiviste Les chantiers du numérique

Dématérialisation des archives et métiers de l archiviste Les chantiers du numérique 11 e Journées des Archives de l Université catholique de Louvain 24-25 mars 2011 Dématérialisation des archives et métiers de l archiviste Les chantiers du numérique Photo : Agrion La dématérialisation

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit de la santé de l Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Licence professionnelle Technicien coordinateur de l aide psycho-sociale à l aidant

Licence professionnelle Technicien coordinateur de l aide psycho-sociale à l aidant Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Technicien coordinateur de l aide psycho-sociale à l aidant Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE ReMeD Réseau Médicaments et Développement Table ronde du 9 novembre 2004 Faculté de Pharmacie Paris V Communication Dr Nicole Ridolphi pharmacien inspecteur général honoraire EVOLUTION DE L INSPECTION

Plus en détail

Éradication de la variole : destruction des stocks de virus variolique

Éradication de la variole : destruction des stocks de virus variolique SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/37 Point 16.3 de l ordre du jour provisoire 14 mars 2014 Éradication de la variole : destruction des stocks de virus variolique Rapport du Secrétariat

Plus en détail

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL MPP 2015 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par le VIH 28.6 millions devraient bénéficier d un traitement* Pourtant seuls 12.9 millions y ont aujourd hui accès * conformément aux directives

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Le point sur la réglementation en expérimentation animale dans le domaine des antiparasitaires et antifongiques

Le point sur la réglementation en expérimentation animale dans le domaine des antiparasitaires et antifongiques Le point sur la réglementation en expérimentation animale dans le domaine des antiparasitaires et antifongiques INRA, UE-1277 PFIE, Centre Val de Loire, 37380 Nouzilly, France Mickaël Riou, Nathalie Kasal

Plus en détail

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne CartoVaccins Haute-Vienne Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe en Haute-Vienne Quelle couverture vaccinale contre la Rougeole en Haute-Vienne > Contexte > Résultats Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

Synthèse d activités 2014 www.genethon.fr

Synthèse d activités 2014 www.genethon.fr Synthèse d activités 2014 www.genethon.fr Missions Généthon a pour mission la conception, le développement préclinique et clinique ainsi que la production de médicaments de thérapie génique pour les maladies

Plus en détail

Acavi a été fondée en 2005 par Christine Giovane, titulaire d un Doctorat en Biochimie, Biologie Moléculaire et Cellulaire de l Université Louis

Acavi a été fondée en 2005 par Christine Giovane, titulaire d un Doctorat en Biochimie, Biologie Moléculaire et Cellulaire de l Université Louis Acavi a été fondée en 2005 par Christine Giovane, titulaire d un Doctorat en Biochimie, Biologie Moléculaire et Cellulaire de l Université Louis Pasteur de Strasbourg. Après un parcours scientifique de

Plus en détail

Annonce. Beyrouth, le 4/6/2013. La Doyenne. Nina SAADALLAH. UNIVERSITE LIBNAISE Faculté de Santé Publique Décanat

Annonce. Beyrouth, le 4/6/2013. La Doyenne. Nina SAADALLAH. UNIVERSITE LIBNAISE Faculté de Santé Publique Décanat UNIVERSITE LIBNAISE Faculté de Santé Publique Décanat Annonce La Doyenne de la Faculté de Santé Publique annonce le début du dépôt des dossiers de candidature pour les différents Masters Professionnels

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

Ensemble contre la maladie. Unis pour la recherche.

Ensemble contre la maladie. Unis pour la recherche. Fondation de recherche médicale reconnue d utilité publique Ensemble contre la maladie. Unis pour la recherche. www.digestscience.com «Dans cette maladie, les symptômes et les traitements sont pénibles.

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

QUEL EST LE METIER DE LA PUERICULTRICE?

QUEL EST LE METIER DE LA PUERICULTRICE? PUERICULTRICE QUEL EST LE METIER DE LA PUERICULTRICE? L infirmière puéricultrice ou l infirmier puériculteur est un infirmier spécialisé qui exerce des activités de soin et d éducation dans les établissements

Plus en détail

DISCOURS DE MONSIEUR LE PROFESSEUR EL HOUSSAINE LOUARDI MINISTRE DE LA SANTE

DISCOURS DE MONSIEUR LE PROFESSEUR EL HOUSSAINE LOUARDI MINISTRE DE LA SANTE DISCOURS DE MONSIEUR LE PROFESSEUR EL HOUSSAINE LOUARDI MINISTRE DE LA SANTE A L OCCASION DE LA CEREMONIE DE SIGNATURE DES CONVENTIONS A PROPOS DE L AMO ET DU RAMED Rabat, 10 septembre 2014. Monsieur le

Plus en détail

ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS LIEES AUX SOINS ROLE ET MISSION DES CORRESPONDANTS

ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS LIEES AUX SOINS ROLE ET MISSION DES CORRESPONDANTS ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS LIEES AUX SOINS ROLE ET MISSION DES CORRESPONDANTS Corinne FREMOND-LEJEUNE Resclin-Champagne-Ardenne resclin@chu-reims.fr Les ateliers du Resclin 2008/2009

Plus en détail

Charte des Maîtres de Stage des Universités (MSU), en médecine générale

Charte des Maîtres de Stage des Universités (MSU), en médecine générale 1 Charte des Maîtres de Stage des Universités (MSU), en médecine générale Préambule L objectif du stage de deuxième cycle en médecine générale est d appréhender les grands principes et les spécificités

Plus en détail

Maladie d Alzheimer. Expertise collective. Maladie d Alzheimer. Expertise collective. Enjeux scientifiques, médicaux et sociétaux

Maladie d Alzheimer. Expertise collective. Maladie d Alzheimer. Expertise collective. Enjeux scientifiques, médicaux et sociétaux Expertise collective Maladie d Alzheimer Enjeux scientifiques, médicaux et sociétaux La maladie d Alzheimer est une véritable pathologie et non un simple effet du vieillissement même si elle se révèle,

Plus en détail

Vaccination Grippe 2012/2013

Vaccination Grippe 2012/2013 23è Journée annuelle du Geres 6 décembre 2013 Vaccination Grippe 2012/2013 Contribution à l enquête sur les freins à la vaccination chez les IDE AC. Delavelle, E. Barthelemy, S. Touche, B. Lundy Santé

Plus en détail

Roche Canada. Faire une différence dans la vie des Canadiens

Roche Canada. Faire une différence dans la vie des Canadiens Roche Canada Faire une différence dans la vie des Canadiens La vie se charge des questions. Nous cherchons les réponses. Bienvenue chez Roche Canada Au sein du groupe Roche (Roche), les activités sont

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2015

DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2015 DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2015 Dossier de presse septembre 2015 2 SOMMAIRE Merial, un leader mondial en santé animale Merial en chiffres Merial en France La santé animale au cœur des enjeux alimentaires

Plus en détail

Surveillance de la grippe clinique Maroc, Saison 2009-2010

Surveillance de la grippe clinique Maroc, Saison 2009-2010 Surveillance de la grippe clinique Maroc, Saison 2009-2010 Au Maroc, la surveillance épidémiologique de l infection grippale est assurée par un système «sentinelle» mis en place par le Service de la Surveillance

Plus en détail

Conférence de presse du 12 juillet 2011 Présentation du rapport annuel 2010 de l AFSCA

Conférence de presse du 12 juillet 2011 Présentation du rapport annuel 2010 de l AFSCA Conférence de presse du 12 juillet 2011 Présentation du rapport annuel 2010 de l AFSCA Madame Sabine LARUELLE Ministre des PME, des Indépendants, de l Agriculture et de la Politique scientifique 1 1. AFSCA:

Plus en détail

Sensibiliser les professionnels de santé à la vaccination anti grippale :

Sensibiliser les professionnels de santé à la vaccination anti grippale : Journée Régionale de Prévention et de Maitrise du Risque Infectieux en EHPAD Vendredi 25 Septembre 2014 Sensibiliser les professionnels de santé à la vaccination anti grippale : Le projet 2015 de l ARLIN

Plus en détail

Vers la naissance de bureaux de patients en France Le projet de Pôle Universitaire Patient Partenaire (PU2P)

Vers la naissance de bureaux de patients en France Le projet de Pôle Universitaire Patient Partenaire (PU2P) Vers la naissance de bureaux de patients en France Le projet de Pôle Universitaire Patient Partenaire (PU2P) Plan de la présentation I. Contexte français II. Contexte international III. Le processus IV.

Plus en détail

Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie

Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie Michel Brazier Université de Picardie Jules Verne Faculté de Pharmacie Amiens Au nom des membres de la CPNEP Le Contexte Evolution des études de Pharmacie:

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 09/11/04 DSDS DE GUYANE 1 sommaire 1/ présentation de la légionelle et historique des épidémies de

Plus en détail

Sommaire. Introduction... p. 01. Aux origines de l association : fédérer la fonction technique... p. 02. Présidents et fondateurs de H360... p.

Sommaire. Introduction... p. 01. Aux origines de l association : fédérer la fonction technique... p. 02. Présidents et fondateurs de H360... p. DOSSIER DE PRESSE Sommaire Introduction... p. 01 Aux origines de l association : fédérer la fonction technique... p. 02 Présidents et fondateurs de H360... p. 03 Rassembler, faire entendre et former...

Plus en détail

Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 -

Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 - INSTITUT PASTEUR DE MADAGASCAR Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 - Au cours de la semaine du 2 février, de nombreux articles au sujet de la peste

Plus en détail