ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE"

Transcription

1 ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE SANTÉ PUBLIQUE - MÉDICAMENT - PRODUITS DE SANTÉ - BIOLOGIE - SANTÉ ET ENVIRONNEMENT Fondée le 3 août 1803 sous le nom de Société de Pharmacie de Paris Reconnue d utilité publique le 5 octobre 1877 «La vaccination : un acte individuel de prévention pour un bénéfice collectif» Séance thématique sous l égide de la 3 ème section (sciences biologiques) sous le haut Patronage de la Ministre des Affaire sociales et de la Santé Mercredi 17 octobre 2012 à 9 h 15 Salle des Actes Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques Université Paris Descartes 4 avenue de l Observatoire Paris h 15 Accueil, Pr Jean-Paul CHIRON, Président de l Académie nationale de Pharmacie 9 h 30 Ouverture, Jean-Yves GRALL, Directeur général de la Santé, Ministère des Affaires sociales et de la Santé Modérateurs de la journée: Pr François DENIS, Professeur émérite, Faculté de médecine, Limoges Pr Christian PERRONNE, Professeur de Maladies infectieuses et tropicales, Chef de Département à l Hôpital Raymond Poincaré à Garches, AP-HP, Université de Versailles - St Quentin, Président de la Commission spécialisée Maladies transmissibles du Haut Conseil de la Santé publique, Vice-Président d ETAGE à l OMS (ETAGE = European Technical Advisory Group of Experts on Immunization) 10 h 00 «Utilisation des données de surveillance pour l'élaboration de la politique vaccinale» Dr Isabelle PARENT DU CHÂTELET, Médecin épidémiologiste, Unité Maladies à Prévention Vaccinale, Département des Maladies Infectieuses, Institut de Veille Sanitaire La surveillance épidémiologique des maladies à prévention vaccinale vise à collecter des données dont l analyse contribue à l élaboration de la politique de prévention vaccinale incluant la définition ou la révision de stratégies de vaccination. Elle permet d estimer l impact des vaccinations en termes de morbidité, de séquelles ou de mortalité évitées. Elle permet également l identification d éventuels effets épidémiologiques indirects liés à l immunité de groupe. Ces effets sont le plus souvent bénéfiques (diminution du risque de maladie chez les sujets non vaccinés par réduction de la circulation de l agent pathogène, élimination de la maladie sans atteindre 100 % de couverture vaccinale ). Ils peuvent cependant être défavorables (déplacement de l âge des cas vers des âges où la maladie est plus sévère, phénomène de remplacement séro ou génotypique ). Elle est avec la surveillance des effets secondaires une des composantes essentielles de la balance bénéfice/risque de toute vaccination et contribue également aux analyses médico-économiques des vaccins. Les modalités de surveillance d une maladie sont souvent évolutives pour s adapter aux modifications de l épidémiologie de la maladie induite par la vaccination ellemême. En France, la surveillance des maladies à prévention vaccinale ne repose pas essentiellement sur la déclaration obligatoire mais aussi sur les centres nationaux de référence, des réseaux de laboratoires ou de OJ séance 17 octobre 2012 VF du Page 1/6

2 cliniciens volontaires, des bases de données médico-administratives comme le PMSI ou la base des certificats de décès, des systèmes de surveillance syndromique ou des enquêtes épidémiologiques ponctuelles. A l échelle supra-nationale, la prévention des maladies transmissibles nécessite une approche globale et coordonnées des pays. Des dispositifs de surveillance comportant un volet virologique ou bactériologique sont mis en place à l échelle planétaire par l OMS. En Europe, l ECDC, en lien avec le bureau régional de l OMS, est au centre d un réseau des structures chargées dans les états-membres de collecter les données épidémiologiques et de les utiliser pour identifier les mesures de contrôle les plus adaptées. Pour illustrer l utilisation des données épidémiologiques dans l élaboration de la politique vaccinale, plusieurs exemples concernant la France seront présentés. Ces exemples montreront comment l évolution des caractéristiques d une maladie ou d un vaccin a conduit à adapter ou modifier des recommandations dans le calendrier vaccinal. 10 h 25 «Cadre actuel de l'évaluation du bénéfice-risque de la vaccination» Dr François SIMONDON, Médecin épidémiologiste, Directeur Exécutif, Département d'épidémiologie, Sanofi Pasteur MSD, Lyon L'évaluation de la balance bénéfice-risque a toujours été le référentiel dans le programme de développement des médicaments et des vaccins, lors des différentes phases du développement clinique, lors de l'évaluation pour l'approbation de l'autorisation de mise sur le marché puis de son maintien. Le cadre actuel de cette évaluation et plus spécifiquement son évolution sont discutés notamment au niveau de la nouvelle réglementation Européenne en pharmacovigilance. Actuellement, aucune méthode standard n'est recommandée et une adaptation pour une mise en pratique est une étape nécessaire. Cette adaptation suscite des interrogations, à la fois théoriques, ou de principe, et pratiques, parfois même spécifiques au domaine des vaccins. La principale évolution porte sur la démarche de quantification de l'analyse bénéfice/risque, jusqu'alors essentiellement qualitative, s'appuyant sur la prise en compte des bénéfices par rapport aux risques, qu'ils soient certains mais aussi incertains. Une autre évolution porte sur l'aspect dynamique, au cours du temps, de cette nouvelle évaluation bénéfice/risque. La démarche de quantification de l'analyse bénéfice/risque impliquera des choix sur les différentes méthodes utilisées, comme l'analyse de décision multicritères et sur la pondération des données prises en compte. Elle pose aussi la question de son apport à la prise de décision, en complément et soutien à l'analyse bénéfice/risque qualitative, plutôt que visant à la remplacer. L'aspect dynamique de cette évaluation bénéfice/risque se traduit par son suivi périodique lors de l'utilisation des vaccins dans le cadre de programmes de vaccination. Ce suivi pose la question du référentiel de bénéfice en santé publique: la vaccination diminuant l'incidence de la maladie, le bénéfice en santé publique ne diminue-t-il pas le bénéfice individuel? Ce suivi, également, de part sa dimension en santé publique, implique la contribution de différents intervenants, publics et privés, ce qui nécessite de préciser leurs contributions respectives, leurs responsabilités, et leur mode de collaboration. Plusieurs projets européens initiés par l'agence européenne du médicament s'y rapportent, comme le nouveau projet de l'imi (Innovative Medicines Initiative) sur le bénéfice/risque de la vaccination : «Developing a framework for rapid assessment of vaccination benefit/risk in Europe». 10 h 45 Discussion 10 h 55 «Efficacité des vaccinations vétérinaires dans l'éradication des zoonoses» Pr Hervé BAZIN, Professeur émérite, Faculté de Médecine de Louvain, membre de l Académie Vétérinaire de France et membre correspondant de l Académie Nationale de Médecine Il existe actuellement au moins 400 à 500 zoonoses répertoriées, certaines classiques comme la rage, la brucellose, la tuberculose (Mycobacterium bovis), le monkey-pox ; d autres sont d apparition récente comme le SRAS (Severe Acute Respiratory Syndrome), la maladie de Creutzfeld-Jacob, la grippe aviaire, etc. Pourquoi tant de zoonoses? Sont-elles susceptibles d être éradiquées grâce aux vaccinations? A ces questions, il existe des réponses d une part, plus ou moins applicables de manière générale, d autre part, à caractère individuel. 1. Plusieurs facteurs contribuent à l augmentation du nombre de zoonoses, à leur diffusion et à la nouveauté de certaines de leurs caractéristiques - La croissance de l humanité. - Les comportements des hommes à l égard des animaux, à la ville et à la campagne. - Les germes impliqués dans les zoonoses d origine alimentaire et leur origine. - Les caractéristiques des animaux susceptibles d induire des zoonoses. - Les moyens de lutte contre les zoonoses et la place de la vaccination. OJ séance 17 octobre 2012 VF du Page 2/6

3 - Les propriétés requises d un candidat vaccin susceptible d emploi pour l éradication de zoonoses. - Les comportements en fonction des situations. 2. L emploi des vaccinations au cours des éradications de zoonoses. - Quelques exemples d emploi de vaccins dans l éradication des zoonoses. - Un exemple intéressant : la rage. - La situation mondiale. - La situation européenne. - Le modus operandi, en Europe occidentale. 3. De la théorie à la pratique : un essai difficile et malheureux : la grippe porcine aux États-Unis en Conclusion : L élaboration de plans d action en période de répit. Un souhait «une santé, une médecine» déjà exprimé, en 1903, par Theobald Smith, Président de la «Society of the American Bacteriologists», mais toujours peu appliqué. 11 h 10 «L éradication mondiale de la poliomyélite. Progrès, retards, difficultés» Pr Michel REY, Professeur honoraire, Faculté de Médecine de Clermont-Ferrand (Maladies infectieuses et tropicales), Président de la Commission nationale de certification de l éradication de la poliomyélite en France, membre correspondant de l Académie Nationale de Médecine Vieux fléau de l humanité, la poliomyélite est une maladie infectieuse, invalidante plus que meurtrière, agent de paralysies flasques définitives. Elle est due au poliovirus (3 sérotypes), enterovirus à transmission orale interhumaine. Elle est éradicable, car sans réservoir autre que l homme. Deux bons vaccins trivalents sont disponibles : le vaccin Salk (1953,), inactivé, injectable, stable, efficace et bien toléré (IPV), et le vaccin Sabin (1962), vivant, facile à administrer oralement, peu onéreux, efficace sous réserve de certaines conditions, mais susceptible de redevenir - rarement - neuropathogène. La mise en place par l OMS de la lutte à l échelle mondiale contre la polio s est faite en deux étapes, en 1975 avec le programme élargi de vaccination (PEV) dans les pays en voie de développement (PVD), et en 1988, avec le lancement du programme d éradication mondiale, lancement encouragé par le succès de l éradication mondiale de la variole qui avait été confirmée en Des progrès considérables ont été obtenus à la suite de la mondialisation de la vaccination par OPV. A partir des cas annuels de paralysies définitives estimés dans le monde en 1975, il ne restait plus en 2011 que 650 cas déclarés, et en septembre 2012, 134 cas déclarés (dans 4 pays encore contaminés (Nigeria, Tchad, Pakistan, Afghanistan). Mais l éradication mondiale, souhaitée par l OMS en 2000, est retardée, en raison de plusieurs difficultés. La surveillance des paralysies flasques aigües (PFA) dans les PVD n est pas toujours rigoureuse. La couverture vaccinale s avère insuffisante, parfois en recul, dans certains pays. Le refus historique de la vaccination (accusée de stériliser les femmes et d inoculer le SIDA) au Nord-Nigeria en 2003, a été suivi d une épidémie dramatique, et de la recontamination de 25 pays. Le financement international, en grande partie privé, des campagnes de vaccination de masse s est quelque peu essoufflé. En fait la polio s avère une maladie infectieuse beaucoup plus difficile à éradiquer que la variole. La grande majorité des infections est inapparente ou difficilement détectable. Le vaccin OPV trivalent est irrégulièrement efficace, il a du être souvent remplacé par des vaccins monovalents 1 et 3, ou bivalents, la multiplication des doses s avère nécessaire, surtout dans les PVD intertropicaux. Son remplacement par le vaccin inactivé (plus efficace, mais plus onéreux, à introduire dans le PEV) est souhaité. Si l éradication mondiale espérée est obtenue, la post-éradication devra être gérée : jusqu à devra-t-on poursuivre la surveillance des paralysies polio et de la circulation inapparente des poliovirus, et jusqu à quand faudra-t-il maintenir la vaccination? 11 h 30 Discussion 11 h 50 «Variabilité et modulation de la réponse immunitaire aux vaccins» Pr Jean-Daniel LELIÈVRE, Service d Immunologie clinique ; Directeur de l Unité INSERM U 955, CHU Henri Mondor - Créteil, Centre de vaccination anti-vih (Agence Nationale de Recherche sur le Sida) La sensibilité aux infections et à la vaccination contre des agents pathogènes sont très variables d un individu à l autre. Un certain nombre de déterminants influençant cette variabilité sont d ores et déjà connu. Ainsi l âge, l existence d un déficit immunitaire connu et la nature du vaccin sont des éléments importants modulant la réponse immunitaire à la vaccination. Il est à noter que la caractérisation de cette réponse immunitaire repose en pratique très souvent sur la seule mise en évidence de l apparition d anticorps neutralisants qui sont souvent plus des marqueurs de corrélation statistique que des marqueurs de corrélation clinique. OJ séance 17 octobre 2012 VF du Page 3/6

4 L objectif premier de cette présentation est de détailler ces différents déterminants en expliquant comment ils peuvent influencer des stratégies vaccinales. Un autre objectif est de mettre en perspective les possibilités offertes via de nouvelles avancées technologiques de mieux caractériser dans l avenir les réponses immunitaires aux vaccins et les facteurs (génétiques, épigénétiques et environnementaux) qui participent à cette hétérogénéité. La connaissance de ces facteurs pourraient ainsi permettre demain de mieux cibler les populations cibles des stratégies vaccinales et/ou de mieux définir les adjuvants nécessaires à l amélioration de la réponse vaccinale dans une population donnée. 12 h 10 Discussion 12 h 30 Pause déjeuner 14 h 00 «Les nouveaux adjuvants : le bon choix selon la réponse vaccinale recherchée» Dr Arnaud DIDIERLAURENT, Responsable de recherche sur le mode d action des adjuvants, Unité de recherche en vaccinologie, GlaxoSmithKline Vaccins, Rixensart, Belgique La vaccinologie moderne n est pas exempte de challenges. Des vaccins efficaces contre des pathogènes complexes ou destinés aux patients immuno-déficients restent à développer. Le type de réponse immunitaire à induire dans ce contexte nécessite de moduler la réponse vaccinale, notamment par l utilisation d adjuvants. Les adjuvants mettent en jeu des processus d activation similaires à ceux intervenant lors d infections par des organismes pathogènes, généralement en activant les cellules de l immunité innée. Ceci se traduit par une activation des cellules présentatrices de l antigène et par la stimulation des cellules T dans les ganglions lymphatiques. La combinaison de plusieurs molécules immunostimulantes offre la possibilité d orienter la réponse vaccinale en modulant la réponse immunitaire innée. GlaxoSmithKline Vaccines a développé plusieurs adjuvants à partir de ce concept, dénommés systèmes d adjuvants (AS), et basés sur l utilisation de plusieurs combinaison d immunostimulants afin d induire la réponse immunitaire la mieux adaptée à la maladie ciblée. Le processus de sélection de ces AS sera illustré par le développement clinique du candidat vaccin anti-malaria. Ce vaccin, qui cible la phase préérythrocytaire du parasite, est composé de l antigène RTS,S et d AS01 (AS contenant MPL et QS21), une combinaison d immunostimulants sélectionnée sur la base de résultats précliniques et cliniques, notamment dans un modèle humain de challenge avec le parasite. Ces dernières années, l accroissement des connaissances sur les mécanismes qui régissent la réponse immunitaire a permis une meilleure compréhension du rôle des adjuvants et des AS. Chaque nouveau candidat vaccin sera unique et nécessitera une évaluation précise, aussi bien préclinique que clinique, de l adjuvant ou la combinaison d immunostimulants qui lui sera adjoint, et ce en fonction de l antigène. Cette approche rationnelle devrait permettre l émergence de nouveaux produits vaccinaux pour la prévention des maladies contre lesquelles des vaccins efficaces ne sont pas encore disponibles. Dr Jean HAENSLER, Directeur adjoint, Département Discovery Europe, Sanofi Pasteur Les adjuvants sont des produits destinés à augmenter ou à moduler les réponses immunitaires induites par des antigènes vaccinaux. Ils sont devenus indispensables pour le développement de vaccins à base d antigènes recombinants ou synthétiques, hautement purifiés, qui ne possèdent pas le pouvoir intrinsèque requis pour induire une réponse immunitaire protectrice. Ils sont importants aussi pour l amélioration de vaccins existants. Les adjuvants forment une classe de substances très hétérogène qui peut néanmoins être subdivisée en trois grands groupes : 1. les adjuvants à base de particules (micro- et nanoparticules) qui servent à piéger les antigènes au site d administration et à augmenter leur délivrance dans les cellules présentatrices d antigènes tout en activant ces cellules ; 2. les adjuvants basés sur des composés qui stimulent l immunité via les récepteurs du système immunitaire inné ; 3. les adjuvants ou systèmes adjuvants basés sur la combinaison des deux précédents. Le développement de vaccins antigrippaux adjuvés, efficaces notamment contre les pandémies grippales, illustre le rôle des nouveaux adjuvants dans l élargissement de la couverture vaccinale contre une infection virale en augmentant la protection croisée et la séroconversion de populations réfractaires aux vaccins classiques tout en permettant la diminution de la charge antigénique dans le vaccin. Le développement de nouveaux vaccins adjuvés pose néanmoins de sérieux défis en matière de contraintes réglementaires de qualité et d innocuité et de coût de développements cliniques et industriels. 14 h 30 Discussion OJ séance 17 octobre 2012 VF du Page 4/6

5 14 h 40 «Vaccin contre la dengue : espoirs pour demain» Dr Rémy TEYSSOU, Dr Jean LANG, Affaires Médicales Globales, Sanofi Pasteur, Lyon Introduction La dengue est un problème majeur de santé publique dans les régions intertropicales. Il n existe pas de traitement spécifique et la prévention repose uniquement sur le control vectoriel. Sanofi Pasteur développe depuis 1998 un vaccin vivant atténué tétravalent, qui atteint aujourd hui les dernières étapes de développement clinique (études d efficacité) et de mise en œuvre de son outil production industrielle. Ce vaccin est administré en 3 doses ( mois) avec pour objectif prioritaire la prévention de la maladie dans les zones endémiques. La première étude d efficacité de ce vaccin a débutée en février 2009, chez des enfants de 4 à 11 ans en Thaïlande dans la province Ratchaburi. Les résultats viennent d être publiés dans la revue The Lancet, le 11 septembre Résultats de l étude d efficacité Le vaccin a montré une protection contre trois des quatre sérotypes et une absence d efficacité contre le sérotype 2, malgré une réponse en anticorps neutralisant mesurée par le test PRNT 50 satisfaisante et comparable à celles observées dans les études précédentes. Les résultats confirment un excellent profil de tolérance. Conclusion C est la première fois qu un vaccin candidat contre la dengue montre une efficacité clinique. Ces résultats ainsi que le bon profil de tolérance représentent une avancée majeure dans le contexte des objectifs de l OMS pour la dengue (réduction de 50 % de la mortalité et de 25 % de la morbidité de la maladie d ici 2020) L absence d efficacité contre le sérotype 2, dans un environnement épidémiologique particulier et malgré une bonne réponse en anticorps neutralisant est inattendue et nécessite de nouvelles investigations. Deux autres études d efficacité dans 10 pays d Asie et d Amérique Latine sont actuellement en cours, incluant enfants de 2 à 16 ans ( en Asie et en Amérique Latine). Les résultats de ces études permettront de préciser le profil d efficacité du vaccin. 15 h 00 «Actualité sur le développement des vaccins contre le VIH» Pr Brigitte AUTRAN, Chef du Département d Immunologie, Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, Université Pierre et Marie Curie, UMR-S 945 Immunité et Infection, membre du Haut Conseil de Santé Publique, membre du Global Advisory Committee on Vaccine Safety de l OMS La quête d un vaccin contre le VIH se heurte à des échecs répétés malgré de longues et intensives recherches débutées dès l isolement du virus, échecs en grande partie expliqués par la biologie de ce rétrovirus constamment létal et dont aucun cas de guérison spontanée n a jamais été rapporté. Trois obstacles majeurs s opposent à un vaccin préventif efficace contre le VIH: l intégration immédiate et définitive du virus dans le génome des cellules immunes cibles, l extraordinaire diversité virale et les contraintes structurelles de l enveloppe virale lui permettant d échapper aux anticorps neutralisants. Ces derniers sont un élément clé du succès des stratégies classiques des vaccins prophylactiques recommandés aujourd hui contre les autres pathogènes, explicitant ainsi les échecs des méthodes Jennérienne et Pasteuriennes de vaccins atténués, inactivés ou sous-unitaires protéiques dirigés contre le VIH. Ces recherches infructueuses ont conduit à l élaboration de nouvelles stratégies basées sur l induction de cellules T tueuses anti-vih, visant à prévenir l évolutivité de la maladie plus qu à bloquer la pénétration du virus, sur un modèle proche du BCG. Des candidats vaccins, soit chimiques utilisant des peptides, voire des lipopeptides, ou des acides nucléiques (ADN) nus, soit basés sur des vecteurs viraux recombinants non réplicatifs, souvent combinés dans des stratégies dites de «prime-boost», ont donné des résultats prometteurs dans des modèles simiens. Ils ont été évalués au cours des dix dernières années dans de larges essais internationaux de phase II avec des résultats totalement paradoxaux. En effet l essai STEP évaluant le candidat vaccin le plus prometteur quant à sa capacité d induction de cellules T tueuses basé sur un adénovirus-recombinant a été définitivement arrêté en cours d essai du fait du sur-risque d infection associé à la vaccination. Par contre un très large essai (RV-144) évaluant une stratégie de «prime-boost» utilisant un vecteur pox-virus recombinant associé à une protéine d enveloppe, jugés par certains moins prometteurs, a permis de façon historique d obtenir le premier succès dans l histoire du développement d un vaccin anti-vih, succès modeste puisque seuls 30% de la population vaccinée était protégés. Ces résultats spectaculaires ont induit un renversement complet d objectifs et de stratégies. Ainsi les succès de l essai RV-144 ont réhabilité l objectif d un vaccin prophylactique bloquant l invasion virale et du rôle OJ séance 17 octobre 2012 VF du Page 5/6

6 clé des anticorps, alors que les échecs de STEP ont montré qu une stratégie de «prime-boost» inductrice à la fois d anticorps et de cellules T était préférable à une stratégie d induction de cellules T seules. Depuis, les recherches se sont ré-orientées de façon massive vers les anticorps, soit neutralisants et à très large spectre, grâce à des travaux très intensifs de vaccinologie structurale menés essentiellement aux USA combinant cristallographie et immunologie de très haut niveau, soit pourvus d autres fonctions protectrices, plus menés en Europe. D autres approches visant à l induction, nécessaire, de cellules T utilisent soit des vecteurs réplicatifs très prometteurs, soit de nouveaux modes de vectorisation et cherchent à cibler les régions les plus conservées du génome viral. S il apparait aujourd hui indiscutable pour un vaccin prophylactique contre le VIH d induire des anticorps protecteurs, aucune formulation vaccinale ne s en est encore montrée capable. La quête d un vaccin préventif efficace nécessitera l apport de stratégies combinées et reste encore un objectif à long terme imposant le maintien d une recherche active dans ces domaines. 15 h 20 Discussion 15 h 40 «Rôle du pharmacien dans l'éducation du patient à la vaccination» Pr Pierre BÉGUÉ, Professeur émérite de Pédiatrie, Université Pierre et Marie Curie, Paris, membre de l'académie Nationale de Médecine En France, la vaccination est un acte médical et le vaccin est un médicament: médecin et pharmacien sont donc complémentaires. La vaccinologie et le geste vaccinal se sont transformés depuis 50 ans, le nombre de vaccins du calendrier passant de 5 à 16 vaccins et la perception de la vaccination dans la société se transformant profondément. Il en résulte une difficulté pour obtenir une couverture vaccinale suffisante pour certains vaccins, ce qui justifie une réflexion sur le renforcement et l amélioration de la pratique vaccinale quotidienne. La tâche des médecins praticiens généralistes et pédiatres s est également transformée, voire alourdie, et la désertification de certaines régions est à prendre en considération. L ensemble des professions de santé devrait donc contribuer à l accomplissement des recommandations vaccinales. Le pharmacien, par sa formation et par sa présence bien répartie sur le territoire, est au premier plan pour contribuer à cette nécessaire amélioration. Vus sous l angle du médecin le rôle du pharmacien est multiple: d une part, il doit approvisionner et bien conserver les vaccins, d autre part il a un rôle très important dans le «conseil». Ce conseil s exerce à plusieurs niveaux: rappel du calendrier vaccinal, orientation des personnes vers le médecin, information sur l intérêt d un vaccin et sur le rationnel des recommandations du calendrier vaccinal, conseils de conservation du vaccin au moment de la délivrance du produit, contribution à la surveillance des effets adverses des vaccins. Lors de campagnes vaccinales ou en situation épidémique (par ex : la grippe) la place du pharmacien est importante et à renforcer. Pour chacune de ces actions il est indispensable que la formation des pharmaciens et des médecins soit régulièrement évaluée et que l information soit parfaitement coordonnée entre eux, pour préserver la confiance du public dans le geste vaccinal. Isabelle ADENOT, Président du Conseil national de l Ordre des Pharmaciens, membre correspondant de l Académie nationale de Pharmacie Isabelle ADENOT introduira brièvement son propos en rappelant l'obligation de "contribuer à l'information et à l'éducation du public en matière sanitaire et sociale" (article R4235-2) inscrite dans le code de déontologie des pharmaciens, pour se demander ensuite de quelle manière le pharmacien peut agir dans l'éducation à la vaccination. Isabelle ADENOT évoquera tour à tour, à partir des besoins de la population, les atouts du pharmacien, son rôle consistant avant tout à informer et mobiliser - avec un petit tour d'horizon du rôle du pharmacien dans la vaccination en Europe - et enfin les moyens dont il dispose pour agir. Parmi ces moyens, Isabelle ADENOT abordera notamment les possibilités offertes par le Dossier pharmaceutique en termes de suivi vaccinal et présentera les brochures proposées par le Cespharm (Comité d éducation sanitaire et sociale de la pharmacie française). 16 h 10 Discussion 16 h 30 Conclusions et perspectives, Dr Liliane GRANGEOT-KEROS, membre de l Académie nationale de Pharmacie 16 h 45 Clôture, Pr Jean-Paul CHIRON, Président de l Académie nationale de Pharmacie OJ séance 17 octobre 2012 VF du Page 6/6

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à Information presse Roche, l Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les hépatites virales (ANRS), le Baylor Research Institute (BRI) et Inserm Transfert mettent en place une coopération stratégique

Plus en détail

Objectif 3 : Confinement et certification

Objectif 3 : Confinement et certification Objectif 3 : Confinement et certification CONFINEMENT ET CERTIFICATION Principaux objectifs Indicateurs de réalisation Principales activités Certifier l éradication et le confinement de tous les poliovirus

Plus en détail

Vaccinations. Actualités et perspectives

Vaccinations. Actualités et perspectives Vaccinations Actualités et perspectives Cet ouvrage présente les travaux du groupe d experts réunis par l Inserm dans le cadre de la procédure d expertise collective, pour répondre aux questions posées

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens DECLARATION COMMUNE DES ACADEMIES DU G SCIENCE 2013 La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens Une menace globale pour l'humanité Depuis l introduction dans les années 40 du premier

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Club Santé «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Contacts Presse : Florence PARIS Fanny ALLAIRE Tél : 01.39.17.90.85 Fax : 01.39.17.86.56 Adresses e-mail

Plus en détail

Programme international de formation

Programme international de formation Programme international de formation La science n a pas de patrie, car la connaissance appartient à l humanité, c est un flambeau qui illumine le monde. Louis Pasteur Le Réseau International des Instituts

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques infectieux Bureau des maladies infectieuses, des risques

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière

Vaccination contre la grippe saisonnière le point sur risques infectieux > Vaccinations Vaccination contre la grippe saisonnière Questions / Réponses - Professionnels de santé Document élaboré le 14 octobre 2014 1 - Quand a lieu la campagne de

Plus en détail

LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN

LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN Chaîne de production, exigences réglementaires et accès aux vaccins International Federation of Pharmaceutical Manufacturers & Associations LE CHEMINEMENT COMPLEXE D

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Le cadre réglementaire des Essais Cliniques en Tunisie

Le cadre réglementaire des Essais Cliniques en Tunisie REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION DE LA PHARMACIE ET DU MEDICAMENT Le cadre réglementaire des Essais Cliniques en Tunisie Dr Kamel IDDIR Directeur Général DPM/MSP 15ème journée de la

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

CONGRÈS. Vendredi 10 Décembre 2010 de 7h30 à 18h30

CONGRÈS. Vendredi 10 Décembre 2010 de 7h30 à 18h30 CONGRÈS Vendredi 10 Décembre 2010 de 7h30 à 18h30 Sous la présidence du Professeur Catherine WEIL-OLIVIER Et du Docteur François VIE LE SAGE LA SANTE PUBLIQUE APPARTIENT A TOUS Pavillon Dauphine Place

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Plan d action mondial de l OMS pour le confinement des poliovirus sauvages en laboratoire

Plan d action mondial de l OMS pour le confinement des poliovirus sauvages en laboratoire ORIGINAL : ANGLAIS DISTR. : GÉNÉRALE Plan d action mondial de l OMS pour le confinement des poliovirus sauvages en laboratoire DÉPARTEMENT VACCINS ET PRODUITS BIOLOGIQUES Organisation mondiale de la Santé

Plus en détail

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne CartoVaccins Haute-Vienne Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe en Haute-Vienne Quelle couverture vaccinale contre la Rougeole en Haute-Vienne > Contexte > Résultats Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

Plan stratégique pour l éradication de la poliomyélite et la phase finale 2013-2018

Plan stratégique pour l éradication de la poliomyélite et la phase finale 2013-2018 Plan stratégique pour l éradication de la poliomyélite et la phase finale 2013-2018 Organisation mondiale de la Santé 2013 Tous droits réservés. Les publications de l Organisation mondiale de la Santé

Plus en détail

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France?

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France? 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s de réanimation 2011 Sfar. Tous droits réservés. Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées

Plus en détail

L INPES et la prévention des Maladies Infectieuses

L INPES et la prévention des Maladies Infectieuses 1 L INPES et la prévention des Maladies Infectieuses Institut National de Prévention et d Éducation pour la Santé 2 Établissement public sous tutelle du ministère de la santé 2002, succède au Comité Français

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB Alimatou Ndiaye et Christian Lienhardt Programme Tuberculose, UMR 145 IRD Dakar Justification

Plus en détail

FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES. Promouvoir les soins pharmaceutiques

FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES. Promouvoir les soins pharmaceutiques FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES Promouvoir les soins pharmaceutiques PRÉSENTATION DE LA FORMATION Contexte Le métier du pharmacien est en pleine évolution. Un concept qui va

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Programme de Recherche INterdisciplinaire sur les Crises et la Protection Sanitaires 15 octobre 2015 Maison de la Chimie PARIS

Programme de Recherche INterdisciplinaire sur les Crises et la Protection Sanitaires 15 octobre 2015 Maison de la Chimie PARIS Séminaire scientifique annuel Université Sorbonne Paris Cité 2015 Programmes de recherche interdisciplinaires Programme de Recherche INterdisciplinaire sur les Crises et la Protection Sanitaires 15 octobre

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des Grippe : un nouveau dispositif de communication Dossier de presse 24 Août 2009 CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère

Plus en détail

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur

Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique. et l Institut Pasteur Les Maladies Tropicales, la Société de Pathologie Exotique et l Institut Pasteur Un partenariat qui a bien plus de 100 ans Beaucoup des grands noms de la recherche française sur les maladies tropicales

Plus en détail

Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes- Atlantique Nantes- Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food

Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes- Atlantique Nantes- Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food Masters Oniris Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes-Atlantique Nantes Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food Science and Engineering Secteur «Recherche»

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

First do no harm Hippocrates (470 360 BC)

First do no harm Hippocrates (470 360 BC) PHARMACOVIGILANCE DR A.TEBAA - Pr R. SOULAYMANI BENCHEIKH CENTRE ANTI POISON ET DE PHARMACOVIGILANCE M.COOPER-SHANTHI-PAL QUALITY ASSURANCE ET SECURITY MEDECINE Dakar 5-9 Mars 2006 First do no harm Hippocrates

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux

Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Médecine 4P Prédictive, Préventive, Personnalisée, Participative Les enjeux Unité Inserm UMR 1087-CNRS UMR 6291 Hervé Le Marec Evolution de la médecine et de la recherche biomédicale développement de traitements

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Liste des masters de santé publique et apparentés 2011

Liste des masters de santé publique et apparentés 2011 1. Université Aix-Marseille II... 2 2. Université Amiens... 2 3. Université Angers... 3 4. Université Bordeaux II... 3 5. Université de Clermont-Ferrand... 4 6. Université de Dijon... 4 7. Université Grenoble

Plus en détail

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé Prise de position sur les biosimilaires Résumé Les médicaments biotechnologiques, appelés également biomédicaments, occupent une place importante dans le traitement de maladies comme le cancer, la polyarthrite

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

PARTAGER NOTRE PASSION. Livret de présentation de la vaccination et de nos vaccins

PARTAGER NOTRE PASSION. Livret de présentation de la vaccination et de nos vaccins PARTAGER NOTRE PASSION Livret de présentation de la vaccination et de nos vaccins PARTAGER NOTRE PASSION LIVRET DE PRÉSENTATION DE LA VACCINATION ET DE NOS VACCINS Ces hommes qui ont fait l histoire de

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel La place de la vaccination dans la prévention des risques infectieux La prévention des risques infectieux au travail ne se réduit pas à la protection vaccinale. La vaccination s inscrit comme une des mesures

Plus en détail

Physiopathologie : de la Molécule à l'homme

Physiopathologie : de la Molécule à l'homme Mention Sciences du Vivant Spécialité de Master : Physiopathologie : de la Molécule à l'homme Pourquoi, comment, combien, contourner, greffer, restaurer, inhiber, suppléer Responsables : Dr Gilles Prévost

Plus en détail

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme

1.1.2 : Indiquer la voie de pénétration du microorganisme Situation n 2 : EN QUOI L EPIDEMIE DE CHIKUNGUNYA APPORTE T- ELLE DES CHANGEMENTS DANS NOTRE VIE QUOTIDIENNE? Séance n 1 : Le chikungunya Objectif : Prévenir le risque infectieux Tout d un coup, Adeline

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Contacts Presse Leem : Stéphanie Bou-Fleurot - Tél : 01 45 03 88 38-06 60 46 23 08 - sfleurot@leem.org Virginie Pautre - Tél : 01 45 03 88 87 -

Contacts Presse Leem : Stéphanie Bou-Fleurot - Tél : 01 45 03 88 38-06 60 46 23 08 - sfleurot@leem.org Virginie Pautre - Tél : 01 45 03 88 87 - 50 QUESTIONS SUR LES VACCINS Contacts Presse Leem : Stéphanie Bou-Fleurot - Tél : 01 45 03 88 38-06 60 46 23 08 - sfleurot@leem.org Virginie Pautre - Tél : 01 45 03 88 87 - vpautre@leem.org 1 Les vaccins,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 PREVENAR 13 0,5 ml, suspension injectable vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Boîte de 1 seringue pré-remplie avec aiguille

Plus en détail

La biologie médicale en France : présent et avenir. Académie Nationale de Pharmacie Mercredi 4 Février 2015

La biologie médicale en France : présent et avenir. Académie Nationale de Pharmacie Mercredi 4 Février 2015 La biologie médicale en France : présent et avenir Académie Nationale de Pharmacie Mercredi 4 Février 2015 Les fondamentaux de la biologie médicale en France Une discipline jeune, apparue dans les années

Plus en détail

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE F I C H E P R E V E N T I O N N 1 1 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LA VACCINATION PROFESSIONNELLE INTRODUCTION La vaccination en milieu professionnel a un intérêt individuel dans le sens où elle protège

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE)

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE DES PLANTES

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

13 ème Forum pharmaceutique international: Problématique de l accès au médicament. CEREMONIE D OUVERTURE Intervention de la Présidente de la CIOPF

13 ème Forum pharmaceutique international: Problématique de l accès au médicament. CEREMONIE D OUVERTURE Intervention de la Présidente de la CIOPF 13 ème Forum pharmaceutique international: Problématique de l accès au médicament N Djamena, 5 juin 2012 CEREMONIE D OUVERTURE Intervention de la Présidente de la CIOPF Excellence, Monsieur le Président

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2006 ADVATE 1500 UI, poudre et solvant pour solution injectable 1 flacon(s) en verre de 1 500 UI - 1 flacon(s) en verre de 5 ml avec matériel(s) de perfusion(s)

Plus en détail

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * *

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * République du Sénégal Ministère de la Santé et de l Action Sociale Direction Générale de la Santé Direction des Laboratoires Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * PLAN DE FORMATION DES PERSONNELS

Plus en détail

Présentation des intervenants et modérateurs

Présentation des intervenants et modérateurs «NOSOPICARD 2015», 20 ème Rencontre d Hygiène Hospitalière, de Prévention et de Lutte contre les Infections Associées aux Soins Présentation des intervenants et modérateurs Roland GORI est : Professeur

Plus en détail

Protégeons-nous ensemble!

Protégeons-nous ensemble! Grippe saisonnière. Protégeons-nous ensemble! Informations importantes pour vous et votre famille. www.sevaccinercontrelagrippe.ch www.ofsp.admin.ch B C Qu est-ce que la grippe saisonnière et quels en

Plus en détail

Lait cru. à chauffer avant consommation! Brochure informative à l attention des consommateurs

Lait cru. à chauffer avant consommation! Brochure informative à l attention des consommateurs Brochure informative à l attention des consommateurs Une édition du Comité scientifique de l Agence alimentaire Lait cru à chauffer avant consommation! 1 Editeur responsable Prof. Em. dr. Pharm. C. Van

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 1 : Epidémiologie descriptive Docteur José LABARERE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

REFLEXIONS POUR LE DEVELOPPEMENT D UNE PRATIQUE DE CONCERTATION PROFESSIONNELLE ENTRE MEDECINS ET PHARMACIENS DANS L INTERET DES MALADES

REFLEXIONS POUR LE DEVELOPPEMENT D UNE PRATIQUE DE CONCERTATION PROFESSIONNELLE ENTRE MEDECINS ET PHARMACIENS DANS L INTERET DES MALADES REFLEXIONS POUR LE DEVELOPPEMENT D UNE PRATIQUE DE CONCERTATION PROFESSIONNELLE ENTRE MEDECINS ET PHARMACIENS DANS L INTERET DES MALADES Le médecin et le pharmacien bien que fréquentant souvent des facultés

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Master Développement et Immunologie

Master Développement et Immunologie Master Développement et Immunologie MASTER 2 PROFESSIONNALISANT EN IMMUNOLOGIE Le Master 2 Professionnalisant en Immunologie propose aux étudiants des filières scientifiques et médicales une formation

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

les deux premières années du Bachelor of Science en sciences pharmaceutiques

les deux premières années du Bachelor of Science en sciences pharmaceutiques UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE FACULTÉ DES SCIENCES UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ MATHEMATISCH-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT Plan d'études pour les deux premières années du Bachelor of Science en sciences

Plus en détail

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL MPP 2015 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par le VIH 28.6 millions devraient bénéficier d un traitement* Pourtant seuls 12.9 millions y ont aujourd hui accès * conformément aux directives

Plus en détail

2007-2012. L agence fédérale des médicaments et des produits de santé fête son cinquième anniversaire

2007-2012. L agence fédérale des médicaments et des produits de santé fête son cinquième anniversaire 2007-2012 L agence fédérale des médicaments et des produits de santé fête son cinquième anniversaire Cinq ans : petit coup d œil dans le rétro Cher lecteur, chère lectrice, 2012 est une année particulière

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR SOMMAIRE COMMENT SE FAIT LA RECHERCHE SUR UN NOUVEAU MÉDICAMENT?...p. 3 À QUOI SERT LA RECHERCHE?...p. 4 QUELLES SONT LES GARANTIES?...p.

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

L INSTITUT DE RECHERCHE EN

L INSTITUT DE RECHERCHE EN 1 L INSTITUT DE RECHERCHE EN IMMUNOLOGIE ET EN CANCÉROLOGIE COMMERCIALISATION DE LA RECHERCHE VISION Être un centre reconnu internationalement pour ses activités de maximisation de la valeur de la recherche

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail