Importance de la Vaccination

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Importance de la Vaccination"

Transcription

1 VACCINER! Importance de la Vaccination VACCINER! «La vaccination complète de l enfant avant son premier anniversaire constitue son premier passeport pour la vie. Il est de notre devoir de nous assurer qu aucun enfant n est laissé pour compte.» Bruno Maes, Représentant de l Unicef au Tchad Un vaccin pour quoi faire? (Enquête de couverture vaccinale 2012, Ministère de la Santé) Au Tchad, seulement 1 enfant sur 3 âgé de 0 à 11 mois a reçu tous les vaccins prévus dans le programme national. Au Tchad, les enfants meurent très jeunes et en grand nombre à cause des maladies infectieuses généralement évitables par la vaccination. La vaccination protège efficacement et de manière sûre les enfants contre les maladies infantiles. Et pourtant, le programme de routine vise à protéger les enfants contre 9 infections: la poliomyélite, la tuberculose, le tétanos, la coqueluche, la diphtérie, l hépatite virale B, les infections à Hib, la rougeole et la fièvre jaune. Le vaccin prépare le corps à se défendre contre des virus ou des bactéries. Ainsi, quand le corps les rencontre, il est armé. Et la poliomyélite, c est quoi? Une seule façon de garantir une protection à 100% : l éradication! Pour s assurer que les enfants n attraperont pas ces maladies, rien de plus facile: cinq visites de vaccination. A titre indicatif, les 5 doigts de la main pour rappeler le calendrier vaccinal. La poliomyélite est une maladie grave, invalidante, et parfois mortelle: Elle se manifeste en particulier avant l âge de cinq ans. Elle ne peut pas être traitée. Le virus envahit le système nerveux et entraîne la paralysie en quelques heures. Seule la vaccination complète permet d assurer que l enfant n aura pas la poliomyélite. La poliomyélite est une maladie extrêmement contagieuse. Pour y parvenir, tous les responsables doivent donner la main aux partenaires de la santé publique et se mobiliser. Un seul crédo : vacciner!

2 VACCINER! «Certains parents n ont pas confiance dans le vaccin. [ ] et pourtant même les ministres et les chefs religieux donnent ce vaccin à leurs propres enfants.» Adam Mahamat Kouta, Vaccinateur. Et après? Les campagnes de vaccination contre la poliomyélite offrent une opportunité unique de rassembler les enfants pour leur administrer les autres vaccins du programme national. Et quand la polio aura disparu, il restera les infrastructures et le système logistique mis en place pour vacciner, livrer les vaccins, et offrir ainsi la possibilité de continuer à améliorer de façon significative la santé des enfants au Tchad. Un seul enfant non vacciné peut en infecter 200 autres. Sa vaccination complète est un de ses droits fondamentaux en matière de santé. Ne prenons pas le risque de voir à nouveau nos enfants handicapés par cette maladie!

3 SITUATION MONDIALE Situation MONDIALE «Je suis venue ici en tant que mère, grand-mère et ambassadrice de l UNICEF pour dire à toutes les mères et à tous les pères d emmener leurs enfants se faire vacciner, c est capital!» Mia Farrow, Ambassadrice de l UNICEF en mission au Tchad 25 ans de combat En 1988, commence l initiative globale pour l éradication de la poliomyélite et depuis: 2,5 milliards d enfants vaccinés plus de 200 pays 20 millions de volontaires Le nombre de cas de poliomyélite a diminué de 99% depuis le lancement de l initiative, et c est ce dernier 1% qui peut déterminer l avenir de nos enfants. De cas en 1988, seuls 650 cas ont été déclarés en 2011, soit une diminution de 99% Plus de 125 pays d endémie La situation mondiale en 2013 (les 3 seuls pays endémiques restant : le Nigéria, l Afghanistan et le Pakistan) Chacun a un rôle à jouer! Il aura fallu 25 ans pour combattre 99% de cette maladie. Combien de temps nous faudra-t-il pour en finir avec ce dernier 1%? Le combat pour l éradication de la poliomyélite a engendré le plus grand partenariat public-privé pour la santé et le résultat nous montre que chacun a un rôle à jouer : tous les acteurs de cette initiative, qu ils soient gouvernants ou bénévoles, préfets ou mobilisateurs sociaux, représentants des organisations internationales, médias, chefs religieux, chefs traditionnels ou annonceurs de rue, tous sont un maillon de la grande chaîne de solidarité qui aura contribué bientôt à éradiquer ce fléau. Le vaccin antipoliomyélitique doit être administré à chaque enfant, et ce jusqu au dernier, pour débarrasser le monde de cette maladie.

4 Situation MONDIALE Mobilisons-nous tous aujourd hui et œuvrons pour faire disparaître la poliomyélite de la carte du monde. Cela a été possible pour la variole. Pourquoi pas pour la poliomyélite? Nous y sommes presque! Et après? À ce jour, le monde a investi 9 milliards de dollars en faveur de l éradication. Les bénéfices nets de l éradication peuvent atteindre 40 à 50 milliards de dollars sur les 20 prochaines années, fonds qui pourraient être alloués à combattre d autres maladies. Les infrastructures mises en place dans le cadre de l éradication de la poliomyélite seront des acquis pour revitaliser la vaccination de routine et soutenir d autres initiatives de santé. Concerts, programmes de radio sur les ondes nationales ou communautaires, matchs de football et activités auprès des enfants scolarisés toutes les initiatives sont bonnes pour augmenter la prise de conscience des familles sur le bien-fondé et l importance de la vaccination. Que reste-t-il à faire? L UNICEF maintient et renforce ses partenariats avec le Gouvernement du Tchad, les partenaires au développement, la société civile, les organisations non gouvernementales, les médias, les artistes de renommée nationale, les groupes religieux, les chefs traditionnels et les écoles à travers différentes activités de communication et de mobilisation sociale. Il s agit de réduire le nombre d enfants manqués, dû en partie à leur absence durant les campagnes ou au refus de la vaccination. C est à portée de main! Mia Farrow, ambassadrice itinérante de l UNICEF s engage et accompagne régulièrement les campagnes de vaccination de l UNICEF. Elle-même victime de la poliomyélite étant enfant, elle a adopté un enfant paralysé par le virus.

5 Situation au TCHAD «Le moment est crucial pour le programme au Tchad. En 2013, le nombre de cas de poliomyélite au Tchad peut encore basculer dans un sens ou dans l autre. Personne ne veut voir le Tchad perdre les acquis obtenus au terme d une bataille acharnée au cours de ces derniers mois.» Gianluca Flamigni, MD. MS Chef de l Unité Polio pour l UNICEF au Tchad. SITUATION AU TCHAD Une couverture vaccinale encore beaucoup trop faible. (Enquête de couverture vaccinale 2012, Ministère de la Santé) 1 enfant sur 5 (19%) n a reçu aucun vaccin avant son premier anniversaire. Seul 1 enfant sur 3 (32%) est complètement vacciné- BCG, 3 doses Polio, 3 doses vaccin Pentavalent, rougeole (VAR) et fièvre jaune (VAA). Seul 1 enfant sur 2 (52%) a reçu la troisième dose de vaccin anti polio. 68% des enfants ont été vaccinés contre la tuberculose (BCG), 55% ont reçu la première dose de pentavalent et 42% la troisième dose de pentavalent. Seuls 45% des enfants sont vaccinés contre la fièvre jaune et 54% des enfants contre la rougeole. La couverture vaccinale au Tchad est encore trop faible avec seulement 32% des enfants de moins de un an ayant reçu les vaccinations de routine du programme élargi de vaccination (le PEV) : tuberculose, tétanos, coqueluche, diphtérie, hépatite virale B, infections à Hib, rougeole, fièvre jaune et poliomyélite. Afin d optimiser les ressources et obtenir de meilleurs résultats, l UNICEF mène son action sur deux fronts complémentaires : l éradication de la polio et la promotion des autres vaccins du PEV, les problématiques de ces deux actions étant similaires. L UNICEF et ses partenaires appuient aussi le gouvernement pour optimiser la chaîne d approvisionnement, y compris la logistique et le matériel de la chaîne du froid. Communiquer pour sauver des vies L UNICEF a mis en place de nombreuses stratégies de communication en plus des campagnes de vaccination, afin d assurer que les familles et en particulier les mères, sachent quel est l impact du virus de la polio sur la santé de leurs enfants et l importance d accepter le vaccin à chaque fois qu il est proposé. La problématique des refus de la vaccination et des enfants manqués lors des campagnes demeure un défi de taille au Tchad. C est pour cette raison que l UNICEF a décidé de renforcer ses activités de mobilisation sociale en nouant de nouveaux partenariats avec des acteurs stratégiques tels que les stations de radios et les organisations de la société civile. Près de 40 stations de radio réparties dans toutes les régions du pays appuient la diffusion de messages de sensibilisation et produisent des émissions ludoéducatives dans les communautés. Dans cette phase finale du programme d éradication, les programmes de l UNICEF visent particulièrement à atteindre les enfants des populations les plus désavantagées et vulnérables, qui risquent le plus d être manqués. Ces groupes tiennent la clé de l éradication de la polio au Tchad.

6 Situation au TCHAD «Ce n est pas pour rien que nous nous mobilisons pour cette cause. Nous voulons sauver les vies des générations futures. Si vous cachez les enfants, c est sérieux. Un enfant porteur du virus peut en contaminer 200 autres autour de lui.» Ngass David, artiste musicien Il n y a eu que 5 cas de poliomyélite au Tchad en 2012 et pourtant Le Tchad était débarrassé de la poliomyélite depuis 2003 lorsque le virus a réapparu en Tant qu il restera un enfant non vacciné au Tchad, ce risque continuera d exister. Cette résurgence du virus a été le signal d alarme qui a provoqué le véritable plan de bataille mis en place depuis au Tchad. Un vaste réseau de communication et de mobilisation sociale appuyé par l UNICEF (Avril 2013) Un réseau d environ de 3500 crieurs publics Un réseau de 3300 relais communautaires 19 points de contacts régionaux formés pour la communication 61 points de contacts au niveau des districts formés pour la communication Un réseau de 50 consultants nationaux pour la communication et le développement 140 personnes de la société civile formées pour la communication 40 stations de radios de proximité partenaires Un réseau d artistes de renom acquis à la lutte contre la polio 12 campagnes de vaccination en 2012 dont 6 nationales Planification de campagnes transfrontalières avec le Cameroun, le Niger et le Nigeria Alors, comment peut-on faire pour éradiquer la poliomyélite? Les seuls moyens de se prémunir contre une nouvelle avancée du virus sont de parvenir à vacciner tous les enfants et de renforcer la surveillance des nouveaux cas éventuels. Pour cela, il est vital d aller au devant de toutes les populations, en particulier nomades, insulaires et les plus vulnérables pour atteindre le dernier enfant. Approche ACD : «Atteindre Chaque District» Le Gouvernement et ses partenaires ont mis en place une stratégie intégrée de vaccination et de surveillance pour Atteindre Chaque District (ACD), afin de relever et maintenir la couverture de la vaccination de routine à un haut niveau, en ciblant les zones moins performantes. L approche ACD met l accent sur le renforcement de la capacité de gestion, de la planification, de la chaîne de froid, l amélioration de l accessibilité par la combinaison des stratégies vaccinales et le renforcement de la stratégie avancée, les liens avec la communauté et du suivi des services de santé qui, si elles sont bien appliquées contribuent à l augmentation de la couverture vaccinale. Rendre les districts capables de planifier, mettre en œuvre et superviser leurs propres services de vaccination constitue l un des principaux objectifs de l approche ACD. Elle favorise également les partenariats entre les districts, les agents de santé et les communautés afin de permettre aux populations d accéder et d utiliser correctement les services de santé. Comparaison du nombre des cas de poliovirus en 2011 et en cas en cas en 2012 Le Tchad est déjà parvenu dans le passé à interrompre la transmission de la poliomyélite. Il le pourra de nouveau si la dynamique insufflée par le gouvernement et les partenaires est préservée.

7 Les RÉUSSITES «Je déclare la guerre contre la poliomyélite aujourd hui, et je compte sur les mères et les pères des enfants du Tchad. J appelle le Gouvernement et les partenaires de la santé, les autorités à tous les niveaux, les leaders d opinions, les parents et tous ceux qui sont impliqués dans la santé de la population, à travailler en synergie afin que la vaccination contre la polio réussisse. Il faut combattre ce fléau et l éliminer dans notre pays.» Idriss Deby Itno, Président de la République du Tchad Tous les moyens sont mis en œuvre pour atteindre tous les enfants : LES RÉUSSITES Mettre à contribution le secteur vétérinaire, sollicité par les populations nomades : les communautés pastorales font appel aux services vétérinaires pour vacciner les bêtes avant de franchir les frontières vers les pays voisins afin de trouver de nouvelles pâtures. Des campagnes de vaccination sont organisées conjointement pour les animaux, les enfants et les femmes de 15 à 49 ans. Cette initiative innovante est non seulement très appréciée des communautés mais aussi exige de bien moindres ressources que des campagnes séparées. Grandes campagnes d information par sms en partenariat avec les réseaux mobiles locaux, utilisation intensive des radios nationales et locales pour annoncer les campagnes de vaccination. Des hélicoptères ont été utilisés dans la région du Lac pour atteindre les populations isolées. Dans cette région frontalière avec le Cameroun, le Niger et le Nigéria, l utilisation de ce moyen d acheminement a permis la tenue de campagnes de vaccination transfrontalières. Les progrès enregistrés en 2012 ont été obtenus grâce à l engagement au plus haut niveau de l Etat pour soutenir l organisation d environ une vingtaine de campagnes depuis Tous les chefs religieux, les leaders, les autorités administratives, civiles, militaires, traditionnelles, les parents, les enseignants, les responsables de la société civile doivent s impliquer personnellement pour sensibiliser la population, afin que le message de la vaccination puisse aller à toutes les mères et à tous les parents.

8 Les RÉUSSITES Le moment d écrire l une des plus belles pages d histoire en matière de santé publique, c est maintenant! Société civile Responsables religieux Parents Médias Enseignants Responsables politiques Responsables traditionnels Mais trop d enfants sont encore absents au cours de ces campagnes et c est là où chacun de nous a un rôle crucial à jouer pour : informer les mères de l importance de la vaccination rassurer à propos de la sûreté de la vaccination convaincre que le vaccin est la seule garantie que les enfants ne seront pas affectés. Les principaux partenaires de l Initiative Mondiale pour l Éradication de la Polio (IMEP) sont l Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le Rotary International, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis d Amérique et l UNICEF. Ensemble, les principaux partenaires aident les gouvernements nationaux à planifier, à mettre en œuvre et à contrôler les activités prévues dans le Plan stratégique de l IMEP et à affiner encore les activités stratégiques. Il n y aura pas de meilleur moment pour en finir avec la poliomyélite.

9 Les DÉFIS «Tous les responsables à tous les niveaux doivent intensifier les efforts pour s assurer que tous les enfants soient complètement vaccinés, et ce jusqu au dernier.» Adoum Dangai Nokour Guet, Gouverneur de la Région du Lac Pourquoi est-ce si difficile? Malgré un gouvernement acquis à la cause et engagé dans la lutte, les défis restent nombreux: Des infrastructures peu développées Le système de santé de la République du Tchad est limité en raison de l insuffisance en nombre et en qualité des infrastructures de soins. Les défis sont énormes au niveau structurel : capacités techniques, chaîne du froid, acheminement des vaccins, capacité de réponse à la demande suscitée par les campagnes de communication. LES DÉFIS «Une chaîne du froid fonctionnelle au niveau des districts et des régions est nécessaire pour conserver les vaccins à une température adaptée. Au Tchad, la chaîne du froid n arrive pas à couvrir l ensemble du territoire, ce qui cause des problèmes majeurs avant et pendant les phases de vaccination.» Des populations nomades dispersées - 3,5% de la population totale personnes - Couverture de vaccination extrêmement basse En raison de leur mode de vie, de leur mobilité permanente et de leur dispersion dans le pays et entre les pays, l atteinte des populations nomades et insulaires par les services de vaccination est une préoccupation majeure au Tchad. Un manque de prise de conscience des parents Plusieurs raisons poussent les parents à ne pas amener leurs enfants à se faire vacciner, tels les événements sociaux, la réticence sociale et religieuse, le manque d information entre autres. Analyse des tendances des raisons des enfants manqués (UNICEF Tchad, avril 2013) La proportion des enfants manqués est en baisse au cours des quatre campagnes nationales de vaccination d octobre 2012 à mars Au niveau national, environ 5 enfants sur 100 ne sont pas vaccinés au cours des campagnes de vaccination. 6 enfants sur 10 sont manqués à cause de leur absence durant les campagnes au niveau national. Les refus à la vaccination représentent plus de 3% de la proportion des enfants manqués. La tendance des refus à la vaccination est en hausse au niveau national, particulièrement dans les régions de Kanem, Logone Occidentale, Logone Orientale, Moyen Kebbi Est, Ouaddai, Waddi Fira, et Lac. «Concernant la poliomyélite, il n y a que la prévention. Quand un enfant est atteint par la poliomyélite, c est trop tard. Il n y a pas de traitement. Alors ouvrez vos portes aux vaccinateurs.» Diego le Maestro, Artiste Musicien

10 Les DÉFIS «Atteindre les populations nomades est vital. Nous devons, avec les nomades eux-mêmes, définir des stratégies visant à trouver et vacciner leurs enfants.» Dr. Ndoue Djonga, Délégué sanitaire de la région du Lac «C est la première fois que mes enfants sont vaccinés. Ce sont les mobilisateurs sociaux déployés dans le camp qui m ont parlé de cette campagne. En tant que parent, je suis responsable de m assurer que mes enfants sont en bonne santé.» Amina Brahim, 20 ans, mère de deux enfants. Atteindre les populations nomades Le campement des éleveurs nomades de la souspréfecture de Mani dans la Région du Hadjer-Lamis, a servi de cadre au lancement des journées de vaccination supplémentaire contre la poliomyélite, le 15 mars 2013, signe d un engagement renouvelé des pouvoirs publics, en partenariat avec les organisations internationales, d accéder aux populations les plus difficiles à atteindre. Les enfants vivant en milieu nomade, où la couverture vaccinale est très faible, sont les plus touchés et les plus affectés par la poliomyélite. Un défi particulièrement complexe : l absence de l enfant Pour répondre à un taux croissant d enfants absents et de refus de vaccins, en particulier dans la capitale, le programme de mobilisation sociale a été intensifié, mettant à contribution certains artistes tchadiens populaires et influents, les mouvements des scouts, le Conseil National de la Jeunesse et les radios de proximité. Des concerts gratuits sont organisés et des musiciens populaires relayent des messages forts sur l importance de la vaccination. Ils accompagnent aussi les vaccinateurs de porte en porte afin de convaincre les parents qui refusaient le vaccin. A l intérieur du pays, des groupes artistiques locaux participent à la mobilisation. Les groupes de femmes aussi jouent un rôle important dans la promotion de la santé, accentuant leurs discours sur la prévention et la vaccination. «En changeant nos comportements, nous pouvons changer nos conditions de vie et vraiment changer les choses. La poliomyélite est l affaire de tous, des gouvernements jusqu aux familles.» Raabi Diouf, Coordonnatrice adjointe de la Communication pour la vaccination à Mongo pour l UNICEF. Surmonter l opposition à la vaccination La communication joue un rôle vital dans l effort pour éradiquer la poliomyélite. L UNICEF dirige les opérations de communication pour l Initiative Mondiale pour l Eradication de la Polio (IMEP) afin de continuer à mobiliser les populations et surmonter des réticences sociales et religieuses. A travers des campagnes innovantes, l UNICEF utilise entre autres les réseaux sociaux pour encourager la mobilisation sociale, l effort d information et d éducation des communautés ainsi que la formation de relais communautaires, de membres d ONG et d associations communautaires. Atteindre chaque enfant : une stratégie et un défi pour s assurer qu aucun enfant ne reste en dehors du programme élargi de vaccination et ce jusqu au dernier!

11 Questions & RÉPONSES Ce n est qu ensemble que nous parviendrons à bouter la poliomyélite hors du Tchad et à l éradiquer dans le monde entier, aidez-nous à faire circuler le message! Pourquoi est-il si important de vacciner tous les enfants au Tchad? Le vaccin est le moyen le plus efficace d éviter que les enfants attrapent la poliomyélite et d autres maladies dangereuses, contagieuses et mortelles. Si tous les enfants sont vaccinés, le virus mourra et nous aurons rayé de la carte une maladie qui aurait pu faire des millions de victimes. Il suffit qu un seul enfant ne soit pas vacciné pour que tous nos efforts soient anéantis et que l épidémie reprenne. Un enfant atteint par la poliomyélite peut en contaminer 200 autres. QUESTIONS & RÉPONSES Pourquoi autant d efforts pour éradiquer la poliomyélite au Tchad? L éradication de la poliomyélite est un objectif sur lequel tous les chefs d Etat africains se sont engagés en Il faut maintenant mener ce projet à terme. Beaucoup de progrès ont été faits depuis, mais la vaccination doit continuer pour atteindre cet important objectif au Tchad. Même s il n y a que peu de cas aujourd hui, la menace de voir de nouveaux cas apparaître demeure. Il faut aussi continuer à vacciner tous les enfants pour éviter l importation du virus des pays voisins et la circulation dans le territoire national. C est ainsi que l on pourra éradiquer cette maladie du Tchad. Il est crucial que la poliomyélite soit éradiquée dans un avenir très proche pour éviter de nouvelles victimes et épidémies. Avec la circulation du virus sauvage de la poliomyélite au Nigeria voisin, y a-t-il un risque d importation du virus au Tchad? Nos frontières peuvent effectivement permettre à des porteurs du virus d entrer dans notre pays et de contaminer nos enfants. C est ce qui s est passé en 2008 et 2009 quand de nouveaux cas sont apparus au Tchad alors que la circulation du virus semblait avoir été interrompue. Il faut donc continuer à vacciner tous les enfants pour assurer une forte immunité collective, car avec une population bien vaccinée, le virus ne trouvera pas de terrain pour circuler et infecter d autres enfants. Oui, il faut donc vacciner TOUS les enfants, jusqu au dernier. «Parfois, certaines mères hésitent à nous laisser donner les deux gouttes à leurs petits bébés. Elles disent qu ils sont malades ou fatigués. Je leur dis que la vaccination est entièrement sûre et qu elles doivent saisir l opportunité de notre présence. Je leur dis que tous mes enfants sont vaccinés et qu ils sont en bonne santé, et cela les rassure, en général, elles acceptent ensuite le vaccin.» Madame Karouba a 47 ans. Mère de 5 enfants, elle travaille au premier plan de la bataille contre la poliomyélite depuis Elle considère que son rôle est de bâtir une relation avec les jeunes mères lors des campagnes de vaccination. Que fait l UNICEF pour augmenter la demande de vaccination contre la poliomyélite au Tchad? En plus du vaccin que l UNICEF fournit, l organisation, en partenariat avec le Ministère de la Santé et d autres partenaires, met en œuvre de nombreuses interventions de communication pour assurer que les familles, et en particulier les parents d enfants âgés de 0 à 59 mois, comprennent bien les dangers de la poliomyélite ; l impact que le virus peut avoir sur la santé de leurs enfants et acceptent ainsi de leur administrer le vaccin lorsqu il leur est proposé.

12 Questions & RÉPONSES Est-ce qu un enfant malade ou qui vient de naître doit être vacciné? Oui! Immédiatement après la naissance, l enfant doit recevoir le vaccin BCG pour être protégé contre la tuberculose, maladie qui se transmet par les gouttelettes projetées dans l air par les personnes infectées lorsqu elles toussent. De même, le vaccin polio oral est sans danger pour les nouveaunés. Il en est de même pour les enfants malades. Le vaccin polio oral ne rend pas malade et n aggrave pas la maladie. C est même le meilleur moyen de protéger les enfants de 0 à 59 mois contre la poliomyélite. Faisons vacciner sans aucune crainte nos nouveau-nés et nos enfants malades! Qu entend-on par poliovirus dérivé d une souche vaccinale? Le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) contient une forme atténuée (affaiblie) du poliovirus qui active une réponse immunitaire de l organisme. Quand le VPO est administré à un enfant, la souche vaccinale affaiblie se réplique dans l intestin pendant une période limitée, ce qui lui permet de développer son immunité en synthétisant des anticorps. Il arrive de temps en temps, dans les populations ayant une très faible immunité, que la souche vaccinale excrétée puisse continuer de circuler sur une durée prolongée. Plus elle survit longtemps, plus elle peut subir de mutations génétiques. Dans de très rares cas, le virus acquiert, par mutation, la capacité de provoquer une paralysie et il est devenu ce que l on appelle un poliovirus circulant dérivé d une souche vaccinale (PVDVc). Est-ce que la vaccination rend la femme stérile? Non, le vaccin ne rend aucune femme stérile. Si cela était le cas, toutes les jeunes filles seraient stériles à ce jour. En effet, le pays vaccine contre la poliomyélite plusieurs fois par an, et ce depuis Tous les vaccins proposés dans le programme de vaccination de routine pour les enfants âgés de 0 à 59 mois sont sûrs. Ils sont donnés plusieurs fois à des doses compatibles avec l âge de l enfant pour l aider à construire une barrière immunitaire contre les maladies. Pour la poliomyélite, il n y a aucun risque qu un enfant reçoive trop de vaccins. Il n y a pas de risque de surdose. Le risque est plutôt qu il n en reçoive pas assez. C est facile, cinq (5) contacts avec les services de vaccination sont suffisants pour protéger complètement l enfant. (cf. calendrier illustré par les 5 doigts de la main) Est-ce que l islam et le christianisme sont contre la vaccination? Non. Les religions révélées comme l islam et le christianisme sont pour le bien-être de l enfant. Souvent, les familles ignorent que le vaccin est sûr et il suffit de les rassurer pour que les parents et les communautés ne soient plus réticents. C est à ce titre que tous les responsables des communautés, notamment les leaders et responsables religieux, doivent à partir des textes et dispositions des Écritures Saintes, assurer la sensibilisation de leurs fidèles sur les avantages de la vaccination en rapport avec le devoir du croyant. Ceci aide à apaiser les réticences. Après les campagnes, où pourrai-je faire vacciner mes enfants et les enfants de mes voisins? La vaccination se fait au quotidien dans tous les centres de santé publics, privés et confessionnels et au passage des équipes de vaccination dans les communautés. Dès sa naissance, l enfant doit être présenté au centre de vaccination où il sera enregistré et suivi selon le calendrier vaccinal jusqu à la vaccination complète. Cinq (5) contacts sont suffisants pour assurer la vaccination complète de l enfant avant son premier anniversaire. Que puis-je faire pour contribuer à l effort de vaccination des enfants au Tchad? Je m assure que mes enfants et ceux de mon voisinage direct sont tous vaccinés. En tant qu autorité, le fait que mes propres enfants soient publiquement vaccinés, est une source de motivation, d assurance et de confiance pour le reste de la population. Il faut aussi mobiliser les collaborateurs les plus proches: délégués régionaux, préfets, souspréfets, maires, chefs de canton ou de village et tous les responsables de la communauté afin qu ils fassent de même autour d eux, pour s assurer que tous les parents vaccinent leurs enfants lors des campagnes de vaccination. L acte vaccinal doit devenir un réflexe automatique dans les communautés et chaque famille doit présenter tous ses enfants au passage des vaccinateurs.

Objectif 3 : Confinement et certification

Objectif 3 : Confinement et certification Objectif 3 : Confinement et certification CONFINEMENT ET CERTIFICATION Principaux objectifs Indicateurs de réalisation Principales activités Certifier l éradication et le confinement de tous les poliovirus

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

ECHO ACD UNICEF TCHAD

ECHO ACD UNICEF TCHAD N 004 - Mars 2015 Points saillants : Évaluation de la Gestion Efficace des Vaccins au Tchad - Mai 2015 Tenue de la deuxième téléconférence de suivi de la mise en œuvre des activités PEV/ACD Renforcement

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

Plan stratégique pour l éradication de la poliomyélite et la phase finale 2013-2018

Plan stratégique pour l éradication de la poliomyélite et la phase finale 2013-2018 Plan stratégique pour l éradication de la poliomyélite et la phase finale 2013-2018 Organisation mondiale de la Santé 2013 Tous droits réservés. Les publications de l Organisation mondiale de la Santé

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE MEDECINS DU MONDE - BELGIQUE

RAPPORT D ACTIVITE MEDECINS DU MONDE - BELGIQUE Allemagne Argentine Belgique Canada Espagne Grèce Italie Japon Pays-Bas Portugal Royaume-Uni Suède Suisse France RAPPORT D ACTIVITE DE LA RIPOSTE A L EPIDEMIE DE ROUGEOLE MENEE DU 11 AU 15 DECEMBRE 2012

Plus en détail

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans Mikalou se fait vacciner Récit Mikalou n a peur de rien Dans le jardin, Mikalou s assoit sur la balançoire. Il n est pas une poule mouillée, et pourtant, il

Plus en détail

Communication et mobilisation sociale dans les campagnes de vaccination contre la fièvre jaune

Communication et mobilisation sociale dans les campagnes de vaccination contre la fièvre jaune Communication et mobilisation sociale dans les campagnes de vaccination contre la fièvre jaune 10 points basés sur l expérience de terrain INITIATIVE FIÈVRE JAUNE WHO/HSE/PED/CED/2015.1. Communication

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne CartoVaccins Haute-Vienne Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe en Haute-Vienne Quelle couverture vaccinale contre la Rougeole en Haute-Vienne > Contexte > Résultats Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Conférence de presse Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Dossier d information Jeudi 13 octobre 2011 www.info-rougeole.fr Contacts Presse Inpes, Lamiel Denisse : 01 49 33

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification Identification des be Le HCR est pleinement conscient de la nécessité de travailler en étroit partenariat avec ses principaux bailleurs de fonds pour rassembler les ressources dont il doit disposer pour

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

FOND DE DEVELOPPEMENT AGACIRO

FOND DE DEVELOPPEMENT AGACIRO A. Historique FOND DE DEVELOPPEMENT AGACIRO Le Fond de Développement Agaciro est le premier fond de solidarité au Rwanda, basé sur des dons volontaires. Ce fond a été initié par les Rwandais lors du Dialogue

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale.

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale. Communiqué Santé au Sahel : l AFD, la Fondation Bill & Melinda Gates et Gavi s engagent ensemble pour renforcer la vaccination dans six pays de la région du Sahel Paris, le 26 juin 2015 - L Agence Française

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel La place de la vaccination dans la prévention des risques infectieux La prévention des risques infectieux au travail ne se réduit pas à la protection vaccinale. La vaccination s inscrit comme une des mesures

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

ATTESTATION DE VALIDATION DU STAGE D ORIENTATION PROFESSIONNELLE. Nom :... Nom marital éventuel :... Adresse :... Code postal :... Ville :...

ATTESTATION DE VALIDATION DU STAGE D ORIENTATION PROFESSIONNELLE. Nom :... Nom marital éventuel :... Adresse :... Code postal :... Ville :... INSTITUT DE FORMATION DES AMBULANCIERS Centre Hospitalier - 133 rue de la Forêt CS 20 606 35 306 FOUGERES CEDEX : 02 99 17 71 24 / Fax : 02 99 17 72 15 Annexe 1 ATTESTATION DE VALIDATION DU STAGE D ORIENTATION

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

Plan d action mondial de l OMS pour le confinement des poliovirus sauvages en laboratoire

Plan d action mondial de l OMS pour le confinement des poliovirus sauvages en laboratoire ORIGINAL : ANGLAIS DISTR. : GÉNÉRALE Plan d action mondial de l OMS pour le confinement des poliovirus sauvages en laboratoire DÉPARTEMENT VACCINS ET PRODUITS BIOLOGIQUES Organisation mondiale de la Santé

Plus en détail

Directive opérationnelle

Directive opérationnelle Page 1 Populations autochtones Introduction 1. Cette directive décrit les politiques et les procédures d instruction de la Banque 1 pour les projets qui touchent les populations autochtones. Elle présente

Plus en détail

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG CENTRE NATIONAL DE TRANSFUSION SANGUINE ---------------------------------- DIRECTION DE LA COMMUNICATION ET DE LA PROMOTION DU DON DE SANG AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG Pour vos dons et activités

Plus en détail

Réduction de la Mortalité Infantile : Expérience de la Tunisie et Perspectives. Présentée par Dr. Mounira Garbouj - Tunisie

Réduction de la Mortalité Infantile : Expérience de la Tunisie et Perspectives. Présentée par Dr. Mounira Garbouj - Tunisie Réduction de la Mortalité Infantile : Expérience de la Tunisie et Perspectives Présentée par Dr. Mounira Garbouj - Tunisie * Superficie 154530 Km2 * Population générale : 9 779 000 habitants * Taux de

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Remise du rapport du Dr Jean CARLET sur la préservation des antibiotiques Mercredi 23 septembre 2015

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Colloque COMORESPOIR 11 juin 2003 à Paris

Colloque COMORESPOIR 11 juin 2003 à Paris Colloque COMORESPOIR 11 juin 2003 à Paris DOCUMENT DE REFLEXION SUR UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT SANITAIRE AUX COMORES Intervention de Monsieur MOHAMED Adame Cadre Supérieur de Santé Diplômé en Management

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES

COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES GUIDE PRATIQUE DE SENSIBILISATION COMMUNAUTAIRE POUR LES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

Liste de questions et d initiatives relatives à l établissement d un plan d action pour les fonctions et services essentiels

Liste de questions et d initiatives relatives à l établissement d un plan d action pour les fonctions et services essentiels Liste de questions et d initiatives relatives à l établissement d un plan d action pour les fonctions et services essentiels Initiatives en matière d établissement de plans d urgence et de plans d action

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION POUR LA PREVENTION CONTRE L EPIDEMIE DE LA FIEVRE EBOLA

PLAN DE COMMUNICATION POUR LA PREVENTION CONTRE L EPIDEMIE DE LA FIEVRE EBOLA ------- MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ------------ PLAN DE COMMUNICATION POUR LA PREVENTION CONTRE L EPIDEMIE DE LA FIEVRE EBOLA

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2009. Projet triennal d intervention artistique contre les IST/VIH/SIDA chez les plus plus et jeunes de la ville de bobo et environs

RAPPORT ANNUEL 2009. Projet triennal d intervention artistique contre les IST/VIH/SIDA chez les plus plus et jeunes de la ville de bobo et environs A. PAGE DE COUVERTURE RAPPORT ANNUEL 2009 NOM, ADRESSE ET CONTACT SIDA KA TAA, BP 533 BOBO- DIOULASSO 01 Téléphone : 20 97-74-75 E-mail : sidakataa@hotmail.com sidakataa@yahoo.fr TITRE DU PROJET NUMERO

Plus en détail

TOUS !"#$ ENSEMBLE REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS #!"$& #!"$' RAPPORTS THEMATIQUES 2013

TOUS !#$ ENSEMBLE REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS #!$& #!$' RAPPORTS THEMATIQUES 2013 RAPPORTS THEMATIQUES 2013 - OMD 1 ELIMINER L EXTRÊME PAUVRETE ET LA FAIM RAPPORT NATIONAL TOUS ENSEMBLE Union des Comores! " # $ % & ' & () *!"#$%&'"$%()'*+," Le gouvernement de l Union des Comores et

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

Texte ici CRÉATION D UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION

Texte ici CRÉATION D UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION Texte ici CRÉATION D UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION Kit - Journée mondiale contre les hépatites 2015 1 K i t Journée mondiale co K i t ur0n1é5e mondialentcreolnetsr hépatitjeos 2 e les Le 28 juillet,

Plus en détail

Ordonnance sur les épizooties

Ordonnance sur les épizooties Version provisoire - Seule la version publiée dans le Recueil officiel du droit fédéral RO fait foi Ordonnance sur les épizooties (OFE) Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Dossier de Presse SAFETY FIRST

Dossier de Presse SAFETY FIRST Dossier de Presse SAFETY FIRST 10 Février 2015 Pour vous médias, votre rôle primordial est de nous accompagner tout au long de cette campagne. Votre pierre à l édifice se traduirait par votre rôle de relais

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE F I C H E P R E V E N T I O N N 1 1 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LA VACCINATION PROFESSIONNELLE INTRODUCTION La vaccination en milieu professionnel a un intérêt individuel dans le sens où elle protège

Plus en détail

Les vaccinations en milieu professionnel

Les vaccinations en milieu professionnel Les vaccinations en milieu professionnel Mise à jour Août 2008 Dans le cadre de la prévention du risque biologique, le code du travail précise, aux articles R.4421-1 et suivants, la démarche d'analyse

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Août 2014 l enfance aux enfants Organisation mondiale de la Santé 2014 Tous droits réservés. Les appellations employées dans la présente

Plus en détail

SUIVI PAR LE MONITORING DE LA MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE DE BAMAKO : L EXPERIENCE DU DISTRICT DE HOUNDE

SUIVI PAR LE MONITORING DE LA MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE DE BAMAKO : L EXPERIENCE DU DISTRICT DE HOUNDE SUIVI PAR LE MONITORING DE LA MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE DE BAMAKO : L EXPERIENCE DU DISTRICT DE HOUNDE NACOULMA D.*, PETITJEAN F.*, SANOU A.* RESUME Un monitoring semestriel a été réalisé dans les

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des Grippe : un nouveau dispositif de communication Dossier de presse 24 Août 2009 CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

EVALUATION DE LA COMMUNICATION DES BÉNÉFICIAIRES

EVALUATION DE LA COMMUNICATION DES BÉNÉFICIAIRES Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge EVALUATION DE LA COMMUNICATION DES BÉNÉFICIAIRES Résumé Executif / Haiti / 2011 Avant-propos d Eduard Tschan, directeur de

Plus en détail

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005

Club Santé. «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Club Santé «Vaccination : quelle évolution pour une meilleure prévention?» Dimanche 16 octobre 2005 Contacts Presse : Florence PARIS Fanny ALLAIRE Tél : 01.39.17.90.85 Fax : 01.39.17.86.56 Adresses e-mail

Plus en détail

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ NOVEMBRE 2014 Table des matières RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 Introduction du président et chef de la direction...ii Buts en matière de sécurité

Plus en détail

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé)

vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) EMA/90006/2015 EMEA/H/C/001104 Résumé EPAR à l intention du public vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Le présent document est un résumé du rapport européen public d évaluation

Plus en détail

Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile

Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile Aperçu : Permettre l agilité du data-center La flexibilité métier est votre objectif primordial Dans le monde d aujourd hui, les clients attendent

Plus en détail

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL N 20 le 09 mai 2012 SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL L e Ministre de la Santé SEM Ba

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE

OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE Commission européenne European Commission Enterprise publication OUVRIR LA VOIE À DE MEILLEURS SOINS DE SANTÉ À TRAVERS L EUROPE Proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative à

Plus en détail

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

L UDOPER: une OP construite sur la base des marchés à bétail autogérés

L UDOPER: une OP construite sur la base des marchés à bétail autogérés L UDOPER: une OP construite sur la base des marchés à bétail autogérés A- Présentation de l UDOPER et de ses relations avec les marchés à bétail a. Les marchés à bétail et la naissance de l UDOPER Sur

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015 Deuxi ème jour Premier jour Jour 0 Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena 28-30 avril 2015 Date Heure Activité Veille du forum (Hôtel KEMPINSKI) Arrivée

Plus en détail

SEPTIEME REUNION DE L'AUDIT CONJOINT RELATIF A L'ASSECHEMENT DU LAC TCHAD

SEPTIEME REUNION DE L'AUDIT CONJOINT RELATIF A L'ASSECHEMENT DU LAC TCHAD REPUBLIQUE DU TCHAD ------------------- Unité Travail Progrès ------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------- PRIMATURE ------------------- SECRETARIAT GENERAL SEPTIEME REUNION DE L'AUDIT

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

BULLETIN BIANNUEL : CRÉER UN NET CHANGEMENT DANS LE SUIVI ET L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS

BULLETIN BIANNUEL : CRÉER UN NET CHANGEMENT DANS LE SUIVI ET L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS BULLETIN BIANNUEL : CRÉER UN NET CHANGEMENT DANS LE SUIVI ET L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS Août 2012 Tout d abord, un grand MERCI à tous ceux qui sont intervenus et qui ont fourni des efforts

Plus en détail

L Ecole Koenig Kindergarten

L Ecole Koenig Kindergarten L Ecole Koenig Kindergarten Stages de vacances 2014-15 Formulaires d'inscription Prénom: RENSEIGNEMENTS SUR LA FAMILLE: Parent 1: Parent 2: Prénom : Prénom: Tél. Maison: Tél. Maison: Tél. Travail: Tél.

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées Garantir un accès aux soins de santé des Peuples Autochtones Pygmées expulsés dans le PNKB dans la province du Sud Kivu : Capitalisation du thème de la journée internationale des Peuples Autochtones 2015

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2013 L assurance maternité Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

PARTAGER NOTRE PASSION. Livret de présentation de la vaccination et de nos vaccins

PARTAGER NOTRE PASSION. Livret de présentation de la vaccination et de nos vaccins PARTAGER NOTRE PASSION Livret de présentation de la vaccination et de nos vaccins PARTAGER NOTRE PASSION LIVRET DE PRÉSENTATION DE LA VACCINATION ET DE NOS VACCINS Ces hommes qui ont fait l histoire de

Plus en détail

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité Stratégie nationale en matière de cyber sécurité 1 INTRODUCTION Le fonctionnement de notre société est aujourd hui étroitement lié aux infrastructures et systèmes de communication et de traitement de l

Plus en détail

MEMOIRE DE FIN D ETUDE

MEMOIRE DE FIN D ETUDE SOMMAIRE DEDICACE REMERCIEMENTS Année académique 2008 2009 DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE (DIU) 3 ème Cycle «Organisation et Management des Systèmes Publics de Prévention Vaccinale dans les Pays en Développement»

Plus en détail

CONNAÎTRE LA TUBERCULOSE

CONNAÎTRE LA TUBERCULOSE Health CONNAÎTRE LA TUBERCULOSE Ce que tout le monde devrait savoir Nous sommes tous en relation par l air que nous respirons Table des matières Connaître la tuberculose Qu est-ce que la tuberculose et

Plus en détail

La vaccination, une bonne protection

La vaccination, une bonne protection Vaccin contre l hépatite A et l hépatite B La personne qui reçoit ce vaccin se protège contre l hépatite A, l hépatite B et leurs complications. L hépatite A et l hépatite B sont des infections du foie

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Tiken Jah Fakoly : Je dis non!

Tiken Jah Fakoly : Je dis non! Tiken Jah Fakoly : Je dis non! Paroles et musique : Tiken Jah Fakoly / Tiken Jah Fakoly Barclay / Universal Music Thèmes L Afrique et ses problèmes. Objectifs Objectifs communicatifs : Repérer les rimes

Plus en détail

Les contre-indications au don de sang

Les contre-indications au don de sang Les contre-indications au don de sang Souvent, les donneurs s interrogent sur les raisons pour lesquelles tout le monde ne peut pas donner son sang. Le don de sang est une démarche d assistance à autrui,

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail