Importance de la Vaccination

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Importance de la Vaccination"

Transcription

1 VACCINER! Importance de la Vaccination VACCINER! «La vaccination complète de l enfant avant son premier anniversaire constitue son premier passeport pour la vie. Il est de notre devoir de nous assurer qu aucun enfant n est laissé pour compte.» Bruno Maes, Représentant de l Unicef au Tchad Un vaccin pour quoi faire? (Enquête de couverture vaccinale 2012, Ministère de la Santé) Au Tchad, seulement 1 enfant sur 3 âgé de 0 à 11 mois a reçu tous les vaccins prévus dans le programme national. Au Tchad, les enfants meurent très jeunes et en grand nombre à cause des maladies infectieuses généralement évitables par la vaccination. La vaccination protège efficacement et de manière sûre les enfants contre les maladies infantiles. Et pourtant, le programme de routine vise à protéger les enfants contre 9 infections: la poliomyélite, la tuberculose, le tétanos, la coqueluche, la diphtérie, l hépatite virale B, les infections à Hib, la rougeole et la fièvre jaune. Le vaccin prépare le corps à se défendre contre des virus ou des bactéries. Ainsi, quand le corps les rencontre, il est armé. Et la poliomyélite, c est quoi? Une seule façon de garantir une protection à 100% : l éradication! Pour s assurer que les enfants n attraperont pas ces maladies, rien de plus facile: cinq visites de vaccination. A titre indicatif, les 5 doigts de la main pour rappeler le calendrier vaccinal. La poliomyélite est une maladie grave, invalidante, et parfois mortelle: Elle se manifeste en particulier avant l âge de cinq ans. Elle ne peut pas être traitée. Le virus envahit le système nerveux et entraîne la paralysie en quelques heures. Seule la vaccination complète permet d assurer que l enfant n aura pas la poliomyélite. La poliomyélite est une maladie extrêmement contagieuse. Pour y parvenir, tous les responsables doivent donner la main aux partenaires de la santé publique et se mobiliser. Un seul crédo : vacciner!

2 VACCINER! «Certains parents n ont pas confiance dans le vaccin. [ ] et pourtant même les ministres et les chefs religieux donnent ce vaccin à leurs propres enfants.» Adam Mahamat Kouta, Vaccinateur. Et après? Les campagnes de vaccination contre la poliomyélite offrent une opportunité unique de rassembler les enfants pour leur administrer les autres vaccins du programme national. Et quand la polio aura disparu, il restera les infrastructures et le système logistique mis en place pour vacciner, livrer les vaccins, et offrir ainsi la possibilité de continuer à améliorer de façon significative la santé des enfants au Tchad. Un seul enfant non vacciné peut en infecter 200 autres. Sa vaccination complète est un de ses droits fondamentaux en matière de santé. Ne prenons pas le risque de voir à nouveau nos enfants handicapés par cette maladie!

3 SITUATION MONDIALE Situation MONDIALE «Je suis venue ici en tant que mère, grand-mère et ambassadrice de l UNICEF pour dire à toutes les mères et à tous les pères d emmener leurs enfants se faire vacciner, c est capital!» Mia Farrow, Ambassadrice de l UNICEF en mission au Tchad 25 ans de combat En 1988, commence l initiative globale pour l éradication de la poliomyélite et depuis: 2,5 milliards d enfants vaccinés plus de 200 pays 20 millions de volontaires Le nombre de cas de poliomyélite a diminué de 99% depuis le lancement de l initiative, et c est ce dernier 1% qui peut déterminer l avenir de nos enfants. De cas en 1988, seuls 650 cas ont été déclarés en 2011, soit une diminution de 99% Plus de 125 pays d endémie La situation mondiale en 2013 (les 3 seuls pays endémiques restant : le Nigéria, l Afghanistan et le Pakistan) Chacun a un rôle à jouer! Il aura fallu 25 ans pour combattre 99% de cette maladie. Combien de temps nous faudra-t-il pour en finir avec ce dernier 1%? Le combat pour l éradication de la poliomyélite a engendré le plus grand partenariat public-privé pour la santé et le résultat nous montre que chacun a un rôle à jouer : tous les acteurs de cette initiative, qu ils soient gouvernants ou bénévoles, préfets ou mobilisateurs sociaux, représentants des organisations internationales, médias, chefs religieux, chefs traditionnels ou annonceurs de rue, tous sont un maillon de la grande chaîne de solidarité qui aura contribué bientôt à éradiquer ce fléau. Le vaccin antipoliomyélitique doit être administré à chaque enfant, et ce jusqu au dernier, pour débarrasser le monde de cette maladie.

4 Situation MONDIALE Mobilisons-nous tous aujourd hui et œuvrons pour faire disparaître la poliomyélite de la carte du monde. Cela a été possible pour la variole. Pourquoi pas pour la poliomyélite? Nous y sommes presque! Et après? À ce jour, le monde a investi 9 milliards de dollars en faveur de l éradication. Les bénéfices nets de l éradication peuvent atteindre 40 à 50 milliards de dollars sur les 20 prochaines années, fonds qui pourraient être alloués à combattre d autres maladies. Les infrastructures mises en place dans le cadre de l éradication de la poliomyélite seront des acquis pour revitaliser la vaccination de routine et soutenir d autres initiatives de santé. Concerts, programmes de radio sur les ondes nationales ou communautaires, matchs de football et activités auprès des enfants scolarisés toutes les initiatives sont bonnes pour augmenter la prise de conscience des familles sur le bien-fondé et l importance de la vaccination. Que reste-t-il à faire? L UNICEF maintient et renforce ses partenariats avec le Gouvernement du Tchad, les partenaires au développement, la société civile, les organisations non gouvernementales, les médias, les artistes de renommée nationale, les groupes religieux, les chefs traditionnels et les écoles à travers différentes activités de communication et de mobilisation sociale. Il s agit de réduire le nombre d enfants manqués, dû en partie à leur absence durant les campagnes ou au refus de la vaccination. C est à portée de main! Mia Farrow, ambassadrice itinérante de l UNICEF s engage et accompagne régulièrement les campagnes de vaccination de l UNICEF. Elle-même victime de la poliomyélite étant enfant, elle a adopté un enfant paralysé par le virus.

5 Situation au TCHAD «Le moment est crucial pour le programme au Tchad. En 2013, le nombre de cas de poliomyélite au Tchad peut encore basculer dans un sens ou dans l autre. Personne ne veut voir le Tchad perdre les acquis obtenus au terme d une bataille acharnée au cours de ces derniers mois.» Gianluca Flamigni, MD. MS Chef de l Unité Polio pour l UNICEF au Tchad. SITUATION AU TCHAD Une couverture vaccinale encore beaucoup trop faible. (Enquête de couverture vaccinale 2012, Ministère de la Santé) 1 enfant sur 5 (19%) n a reçu aucun vaccin avant son premier anniversaire. Seul 1 enfant sur 3 (32%) est complètement vacciné- BCG, 3 doses Polio, 3 doses vaccin Pentavalent, rougeole (VAR) et fièvre jaune (VAA). Seul 1 enfant sur 2 (52%) a reçu la troisième dose de vaccin anti polio. 68% des enfants ont été vaccinés contre la tuberculose (BCG), 55% ont reçu la première dose de pentavalent et 42% la troisième dose de pentavalent. Seuls 45% des enfants sont vaccinés contre la fièvre jaune et 54% des enfants contre la rougeole. La couverture vaccinale au Tchad est encore trop faible avec seulement 32% des enfants de moins de un an ayant reçu les vaccinations de routine du programme élargi de vaccination (le PEV) : tuberculose, tétanos, coqueluche, diphtérie, hépatite virale B, infections à Hib, rougeole, fièvre jaune et poliomyélite. Afin d optimiser les ressources et obtenir de meilleurs résultats, l UNICEF mène son action sur deux fronts complémentaires : l éradication de la polio et la promotion des autres vaccins du PEV, les problématiques de ces deux actions étant similaires. L UNICEF et ses partenaires appuient aussi le gouvernement pour optimiser la chaîne d approvisionnement, y compris la logistique et le matériel de la chaîne du froid. Communiquer pour sauver des vies L UNICEF a mis en place de nombreuses stratégies de communication en plus des campagnes de vaccination, afin d assurer que les familles et en particulier les mères, sachent quel est l impact du virus de la polio sur la santé de leurs enfants et l importance d accepter le vaccin à chaque fois qu il est proposé. La problématique des refus de la vaccination et des enfants manqués lors des campagnes demeure un défi de taille au Tchad. C est pour cette raison que l UNICEF a décidé de renforcer ses activités de mobilisation sociale en nouant de nouveaux partenariats avec des acteurs stratégiques tels que les stations de radios et les organisations de la société civile. Près de 40 stations de radio réparties dans toutes les régions du pays appuient la diffusion de messages de sensibilisation et produisent des émissions ludoéducatives dans les communautés. Dans cette phase finale du programme d éradication, les programmes de l UNICEF visent particulièrement à atteindre les enfants des populations les plus désavantagées et vulnérables, qui risquent le plus d être manqués. Ces groupes tiennent la clé de l éradication de la polio au Tchad.

6 Situation au TCHAD «Ce n est pas pour rien que nous nous mobilisons pour cette cause. Nous voulons sauver les vies des générations futures. Si vous cachez les enfants, c est sérieux. Un enfant porteur du virus peut en contaminer 200 autres autour de lui.» Ngass David, artiste musicien Il n y a eu que 5 cas de poliomyélite au Tchad en 2012 et pourtant Le Tchad était débarrassé de la poliomyélite depuis 2003 lorsque le virus a réapparu en Tant qu il restera un enfant non vacciné au Tchad, ce risque continuera d exister. Cette résurgence du virus a été le signal d alarme qui a provoqué le véritable plan de bataille mis en place depuis au Tchad. Un vaste réseau de communication et de mobilisation sociale appuyé par l UNICEF (Avril 2013) Un réseau d environ de 3500 crieurs publics Un réseau de 3300 relais communautaires 19 points de contacts régionaux formés pour la communication 61 points de contacts au niveau des districts formés pour la communication Un réseau de 50 consultants nationaux pour la communication et le développement 140 personnes de la société civile formées pour la communication 40 stations de radios de proximité partenaires Un réseau d artistes de renom acquis à la lutte contre la polio 12 campagnes de vaccination en 2012 dont 6 nationales Planification de campagnes transfrontalières avec le Cameroun, le Niger et le Nigeria Alors, comment peut-on faire pour éradiquer la poliomyélite? Les seuls moyens de se prémunir contre une nouvelle avancée du virus sont de parvenir à vacciner tous les enfants et de renforcer la surveillance des nouveaux cas éventuels. Pour cela, il est vital d aller au devant de toutes les populations, en particulier nomades, insulaires et les plus vulnérables pour atteindre le dernier enfant. Approche ACD : «Atteindre Chaque District» Le Gouvernement et ses partenaires ont mis en place une stratégie intégrée de vaccination et de surveillance pour Atteindre Chaque District (ACD), afin de relever et maintenir la couverture de la vaccination de routine à un haut niveau, en ciblant les zones moins performantes. L approche ACD met l accent sur le renforcement de la capacité de gestion, de la planification, de la chaîne de froid, l amélioration de l accessibilité par la combinaison des stratégies vaccinales et le renforcement de la stratégie avancée, les liens avec la communauté et du suivi des services de santé qui, si elles sont bien appliquées contribuent à l augmentation de la couverture vaccinale. Rendre les districts capables de planifier, mettre en œuvre et superviser leurs propres services de vaccination constitue l un des principaux objectifs de l approche ACD. Elle favorise également les partenariats entre les districts, les agents de santé et les communautés afin de permettre aux populations d accéder et d utiliser correctement les services de santé. Comparaison du nombre des cas de poliovirus en 2011 et en cas en cas en 2012 Le Tchad est déjà parvenu dans le passé à interrompre la transmission de la poliomyélite. Il le pourra de nouveau si la dynamique insufflée par le gouvernement et les partenaires est préservée.

7 Les RÉUSSITES «Je déclare la guerre contre la poliomyélite aujourd hui, et je compte sur les mères et les pères des enfants du Tchad. J appelle le Gouvernement et les partenaires de la santé, les autorités à tous les niveaux, les leaders d opinions, les parents et tous ceux qui sont impliqués dans la santé de la population, à travailler en synergie afin que la vaccination contre la polio réussisse. Il faut combattre ce fléau et l éliminer dans notre pays.» Idriss Deby Itno, Président de la République du Tchad Tous les moyens sont mis en œuvre pour atteindre tous les enfants : LES RÉUSSITES Mettre à contribution le secteur vétérinaire, sollicité par les populations nomades : les communautés pastorales font appel aux services vétérinaires pour vacciner les bêtes avant de franchir les frontières vers les pays voisins afin de trouver de nouvelles pâtures. Des campagnes de vaccination sont organisées conjointement pour les animaux, les enfants et les femmes de 15 à 49 ans. Cette initiative innovante est non seulement très appréciée des communautés mais aussi exige de bien moindres ressources que des campagnes séparées. Grandes campagnes d information par sms en partenariat avec les réseaux mobiles locaux, utilisation intensive des radios nationales et locales pour annoncer les campagnes de vaccination. Des hélicoptères ont été utilisés dans la région du Lac pour atteindre les populations isolées. Dans cette région frontalière avec le Cameroun, le Niger et le Nigéria, l utilisation de ce moyen d acheminement a permis la tenue de campagnes de vaccination transfrontalières. Les progrès enregistrés en 2012 ont été obtenus grâce à l engagement au plus haut niveau de l Etat pour soutenir l organisation d environ une vingtaine de campagnes depuis Tous les chefs religieux, les leaders, les autorités administratives, civiles, militaires, traditionnelles, les parents, les enseignants, les responsables de la société civile doivent s impliquer personnellement pour sensibiliser la population, afin que le message de la vaccination puisse aller à toutes les mères et à tous les parents.

8 Les RÉUSSITES Le moment d écrire l une des plus belles pages d histoire en matière de santé publique, c est maintenant! Société civile Responsables religieux Parents Médias Enseignants Responsables politiques Responsables traditionnels Mais trop d enfants sont encore absents au cours de ces campagnes et c est là où chacun de nous a un rôle crucial à jouer pour : informer les mères de l importance de la vaccination rassurer à propos de la sûreté de la vaccination convaincre que le vaccin est la seule garantie que les enfants ne seront pas affectés. Les principaux partenaires de l Initiative Mondiale pour l Éradication de la Polio (IMEP) sont l Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le Rotary International, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis d Amérique et l UNICEF. Ensemble, les principaux partenaires aident les gouvernements nationaux à planifier, à mettre en œuvre et à contrôler les activités prévues dans le Plan stratégique de l IMEP et à affiner encore les activités stratégiques. Il n y aura pas de meilleur moment pour en finir avec la poliomyélite.

9 Les DÉFIS «Tous les responsables à tous les niveaux doivent intensifier les efforts pour s assurer que tous les enfants soient complètement vaccinés, et ce jusqu au dernier.» Adoum Dangai Nokour Guet, Gouverneur de la Région du Lac Pourquoi est-ce si difficile? Malgré un gouvernement acquis à la cause et engagé dans la lutte, les défis restent nombreux: Des infrastructures peu développées Le système de santé de la République du Tchad est limité en raison de l insuffisance en nombre et en qualité des infrastructures de soins. Les défis sont énormes au niveau structurel : capacités techniques, chaîne du froid, acheminement des vaccins, capacité de réponse à la demande suscitée par les campagnes de communication. LES DÉFIS «Une chaîne du froid fonctionnelle au niveau des districts et des régions est nécessaire pour conserver les vaccins à une température adaptée. Au Tchad, la chaîne du froid n arrive pas à couvrir l ensemble du territoire, ce qui cause des problèmes majeurs avant et pendant les phases de vaccination.» Des populations nomades dispersées - 3,5% de la population totale personnes - Couverture de vaccination extrêmement basse En raison de leur mode de vie, de leur mobilité permanente et de leur dispersion dans le pays et entre les pays, l atteinte des populations nomades et insulaires par les services de vaccination est une préoccupation majeure au Tchad. Un manque de prise de conscience des parents Plusieurs raisons poussent les parents à ne pas amener leurs enfants à se faire vacciner, tels les événements sociaux, la réticence sociale et religieuse, le manque d information entre autres. Analyse des tendances des raisons des enfants manqués (UNICEF Tchad, avril 2013) La proportion des enfants manqués est en baisse au cours des quatre campagnes nationales de vaccination d octobre 2012 à mars Au niveau national, environ 5 enfants sur 100 ne sont pas vaccinés au cours des campagnes de vaccination. 6 enfants sur 10 sont manqués à cause de leur absence durant les campagnes au niveau national. Les refus à la vaccination représentent plus de 3% de la proportion des enfants manqués. La tendance des refus à la vaccination est en hausse au niveau national, particulièrement dans les régions de Kanem, Logone Occidentale, Logone Orientale, Moyen Kebbi Est, Ouaddai, Waddi Fira, et Lac. «Concernant la poliomyélite, il n y a que la prévention. Quand un enfant est atteint par la poliomyélite, c est trop tard. Il n y a pas de traitement. Alors ouvrez vos portes aux vaccinateurs.» Diego le Maestro, Artiste Musicien

10 Les DÉFIS «Atteindre les populations nomades est vital. Nous devons, avec les nomades eux-mêmes, définir des stratégies visant à trouver et vacciner leurs enfants.» Dr. Ndoue Djonga, Délégué sanitaire de la région du Lac «C est la première fois que mes enfants sont vaccinés. Ce sont les mobilisateurs sociaux déployés dans le camp qui m ont parlé de cette campagne. En tant que parent, je suis responsable de m assurer que mes enfants sont en bonne santé.» Amina Brahim, 20 ans, mère de deux enfants. Atteindre les populations nomades Le campement des éleveurs nomades de la souspréfecture de Mani dans la Région du Hadjer-Lamis, a servi de cadre au lancement des journées de vaccination supplémentaire contre la poliomyélite, le 15 mars 2013, signe d un engagement renouvelé des pouvoirs publics, en partenariat avec les organisations internationales, d accéder aux populations les plus difficiles à atteindre. Les enfants vivant en milieu nomade, où la couverture vaccinale est très faible, sont les plus touchés et les plus affectés par la poliomyélite. Un défi particulièrement complexe : l absence de l enfant Pour répondre à un taux croissant d enfants absents et de refus de vaccins, en particulier dans la capitale, le programme de mobilisation sociale a été intensifié, mettant à contribution certains artistes tchadiens populaires et influents, les mouvements des scouts, le Conseil National de la Jeunesse et les radios de proximité. Des concerts gratuits sont organisés et des musiciens populaires relayent des messages forts sur l importance de la vaccination. Ils accompagnent aussi les vaccinateurs de porte en porte afin de convaincre les parents qui refusaient le vaccin. A l intérieur du pays, des groupes artistiques locaux participent à la mobilisation. Les groupes de femmes aussi jouent un rôle important dans la promotion de la santé, accentuant leurs discours sur la prévention et la vaccination. «En changeant nos comportements, nous pouvons changer nos conditions de vie et vraiment changer les choses. La poliomyélite est l affaire de tous, des gouvernements jusqu aux familles.» Raabi Diouf, Coordonnatrice adjointe de la Communication pour la vaccination à Mongo pour l UNICEF. Surmonter l opposition à la vaccination La communication joue un rôle vital dans l effort pour éradiquer la poliomyélite. L UNICEF dirige les opérations de communication pour l Initiative Mondiale pour l Eradication de la Polio (IMEP) afin de continuer à mobiliser les populations et surmonter des réticences sociales et religieuses. A travers des campagnes innovantes, l UNICEF utilise entre autres les réseaux sociaux pour encourager la mobilisation sociale, l effort d information et d éducation des communautés ainsi que la formation de relais communautaires, de membres d ONG et d associations communautaires. Atteindre chaque enfant : une stratégie et un défi pour s assurer qu aucun enfant ne reste en dehors du programme élargi de vaccination et ce jusqu au dernier!

11 Questions & RÉPONSES Ce n est qu ensemble que nous parviendrons à bouter la poliomyélite hors du Tchad et à l éradiquer dans le monde entier, aidez-nous à faire circuler le message! Pourquoi est-il si important de vacciner tous les enfants au Tchad? Le vaccin est le moyen le plus efficace d éviter que les enfants attrapent la poliomyélite et d autres maladies dangereuses, contagieuses et mortelles. Si tous les enfants sont vaccinés, le virus mourra et nous aurons rayé de la carte une maladie qui aurait pu faire des millions de victimes. Il suffit qu un seul enfant ne soit pas vacciné pour que tous nos efforts soient anéantis et que l épidémie reprenne. Un enfant atteint par la poliomyélite peut en contaminer 200 autres. QUESTIONS & RÉPONSES Pourquoi autant d efforts pour éradiquer la poliomyélite au Tchad? L éradication de la poliomyélite est un objectif sur lequel tous les chefs d Etat africains se sont engagés en Il faut maintenant mener ce projet à terme. Beaucoup de progrès ont été faits depuis, mais la vaccination doit continuer pour atteindre cet important objectif au Tchad. Même s il n y a que peu de cas aujourd hui, la menace de voir de nouveaux cas apparaître demeure. Il faut aussi continuer à vacciner tous les enfants pour éviter l importation du virus des pays voisins et la circulation dans le territoire national. C est ainsi que l on pourra éradiquer cette maladie du Tchad. Il est crucial que la poliomyélite soit éradiquée dans un avenir très proche pour éviter de nouvelles victimes et épidémies. Avec la circulation du virus sauvage de la poliomyélite au Nigeria voisin, y a-t-il un risque d importation du virus au Tchad? Nos frontières peuvent effectivement permettre à des porteurs du virus d entrer dans notre pays et de contaminer nos enfants. C est ce qui s est passé en 2008 et 2009 quand de nouveaux cas sont apparus au Tchad alors que la circulation du virus semblait avoir été interrompue. Il faut donc continuer à vacciner tous les enfants pour assurer une forte immunité collective, car avec une population bien vaccinée, le virus ne trouvera pas de terrain pour circuler et infecter d autres enfants. Oui, il faut donc vacciner TOUS les enfants, jusqu au dernier. «Parfois, certaines mères hésitent à nous laisser donner les deux gouttes à leurs petits bébés. Elles disent qu ils sont malades ou fatigués. Je leur dis que la vaccination est entièrement sûre et qu elles doivent saisir l opportunité de notre présence. Je leur dis que tous mes enfants sont vaccinés et qu ils sont en bonne santé, et cela les rassure, en général, elles acceptent ensuite le vaccin.» Madame Karouba a 47 ans. Mère de 5 enfants, elle travaille au premier plan de la bataille contre la poliomyélite depuis Elle considère que son rôle est de bâtir une relation avec les jeunes mères lors des campagnes de vaccination. Que fait l UNICEF pour augmenter la demande de vaccination contre la poliomyélite au Tchad? En plus du vaccin que l UNICEF fournit, l organisation, en partenariat avec le Ministère de la Santé et d autres partenaires, met en œuvre de nombreuses interventions de communication pour assurer que les familles, et en particulier les parents d enfants âgés de 0 à 59 mois, comprennent bien les dangers de la poliomyélite ; l impact que le virus peut avoir sur la santé de leurs enfants et acceptent ainsi de leur administrer le vaccin lorsqu il leur est proposé.

12 Questions & RÉPONSES Est-ce qu un enfant malade ou qui vient de naître doit être vacciné? Oui! Immédiatement après la naissance, l enfant doit recevoir le vaccin BCG pour être protégé contre la tuberculose, maladie qui se transmet par les gouttelettes projetées dans l air par les personnes infectées lorsqu elles toussent. De même, le vaccin polio oral est sans danger pour les nouveaunés. Il en est de même pour les enfants malades. Le vaccin polio oral ne rend pas malade et n aggrave pas la maladie. C est même le meilleur moyen de protéger les enfants de 0 à 59 mois contre la poliomyélite. Faisons vacciner sans aucune crainte nos nouveau-nés et nos enfants malades! Qu entend-on par poliovirus dérivé d une souche vaccinale? Le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) contient une forme atténuée (affaiblie) du poliovirus qui active une réponse immunitaire de l organisme. Quand le VPO est administré à un enfant, la souche vaccinale affaiblie se réplique dans l intestin pendant une période limitée, ce qui lui permet de développer son immunité en synthétisant des anticorps. Il arrive de temps en temps, dans les populations ayant une très faible immunité, que la souche vaccinale excrétée puisse continuer de circuler sur une durée prolongée. Plus elle survit longtemps, plus elle peut subir de mutations génétiques. Dans de très rares cas, le virus acquiert, par mutation, la capacité de provoquer une paralysie et il est devenu ce que l on appelle un poliovirus circulant dérivé d une souche vaccinale (PVDVc). Est-ce que la vaccination rend la femme stérile? Non, le vaccin ne rend aucune femme stérile. Si cela était le cas, toutes les jeunes filles seraient stériles à ce jour. En effet, le pays vaccine contre la poliomyélite plusieurs fois par an, et ce depuis Tous les vaccins proposés dans le programme de vaccination de routine pour les enfants âgés de 0 à 59 mois sont sûrs. Ils sont donnés plusieurs fois à des doses compatibles avec l âge de l enfant pour l aider à construire une barrière immunitaire contre les maladies. Pour la poliomyélite, il n y a aucun risque qu un enfant reçoive trop de vaccins. Il n y a pas de risque de surdose. Le risque est plutôt qu il n en reçoive pas assez. C est facile, cinq (5) contacts avec les services de vaccination sont suffisants pour protéger complètement l enfant. (cf. calendrier illustré par les 5 doigts de la main) Est-ce que l islam et le christianisme sont contre la vaccination? Non. Les religions révélées comme l islam et le christianisme sont pour le bien-être de l enfant. Souvent, les familles ignorent que le vaccin est sûr et il suffit de les rassurer pour que les parents et les communautés ne soient plus réticents. C est à ce titre que tous les responsables des communautés, notamment les leaders et responsables religieux, doivent à partir des textes et dispositions des Écritures Saintes, assurer la sensibilisation de leurs fidèles sur les avantages de la vaccination en rapport avec le devoir du croyant. Ceci aide à apaiser les réticences. Après les campagnes, où pourrai-je faire vacciner mes enfants et les enfants de mes voisins? La vaccination se fait au quotidien dans tous les centres de santé publics, privés et confessionnels et au passage des équipes de vaccination dans les communautés. Dès sa naissance, l enfant doit être présenté au centre de vaccination où il sera enregistré et suivi selon le calendrier vaccinal jusqu à la vaccination complète. Cinq (5) contacts sont suffisants pour assurer la vaccination complète de l enfant avant son premier anniversaire. Que puis-je faire pour contribuer à l effort de vaccination des enfants au Tchad? Je m assure que mes enfants et ceux de mon voisinage direct sont tous vaccinés. En tant qu autorité, le fait que mes propres enfants soient publiquement vaccinés, est une source de motivation, d assurance et de confiance pour le reste de la population. Il faut aussi mobiliser les collaborateurs les plus proches: délégués régionaux, préfets, souspréfets, maires, chefs de canton ou de village et tous les responsables de la communauté afin qu ils fassent de même autour d eux, pour s assurer que tous les parents vaccinent leurs enfants lors des campagnes de vaccination. L acte vaccinal doit devenir un réflexe automatique dans les communautés et chaque famille doit présenter tous ses enfants au passage des vaccinateurs.

Consultation II Lira District Questions et Réponses

Consultation II Lira District Questions et Réponses Consultation II Lira District Questions et Réponses Les questions suivantes ont été demandées à la population de Moroto County au cours des interviews à domicile. Dans la deuxième consultation, les participants

Plus en détail

UNICEF/97-0627/Lemoyne

UNICEF/97-0627/Lemoyne UNICEF/97-0627/Lemoyne Pourquoi il est important de communiquer et d utiliser les informations sur LA VACCINATION La vaccination Chaque année, 1,7 million d enfants meurent de maladies qui auraient pu

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Objectif 3 : Confinement et certification

Objectif 3 : Confinement et certification Objectif 3 : Confinement et certification CONFINEMENT ET CERTIFICATION Principaux objectifs Indicateurs de réalisation Principales activités Certifier l éradication et le confinement de tous les poliovirus

Plus en détail

PLANIFICATION DE L INTRODUCTION DU VPI. Foire aux questions (FAQ)

PLANIFICATION DE L INTRODUCTION DU VPI. Foire aux questions (FAQ) PLANIFICATION DE L INTRODUCTION DU VPI Foire aux questions (FAQ) Mars 2014 En mai 2012, l Assemblée mondiale de la Santé a déclaré que l achèvement de l éradication du poliovirus était une urgence programmatique

Plus en détail

Les sept raisons essentielles pour que la vaccination reste une priorité dans la Région européenne de l OMS

Les sept raisons essentielles pour que la vaccination reste une priorité dans la Région européenne de l OMS Les sept raisons essentielles pour que la vaccination reste une priorité dans la Région européenne de l OMS Grâce à la diminution spectaculaire du nombre de cas de maladies à prévention vaccinale en Europe,

Plus en détail

ECHO ACD UNICEF TCHAD

ECHO ACD UNICEF TCHAD N 004 - Mars 2015 Points saillants : Évaluation de la Gestion Efficace des Vaccins au Tchad - Mai 2015 Tenue de la deuxième téléconférence de suivi de la mise en œuvre des activités PEV/ACD Renforcement

Plus en détail

Plan d urgence pour l interruption de la circulation du poliovirus sauvage en RDC

Plan d urgence pour l interruption de la circulation du poliovirus sauvage en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Plan d urgence pour l interruption de la circulation du poliovirus sauvage en RDC Deuxième Semestre 2012 Elaboré par le Ministère de la Santé

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

FAQ concernant les voyageurs provenant de pays infectés par la poliomyélite

FAQ concernant les voyageurs provenant de pays infectés par la poliomyélite Foire aux questions (FAQ) FAQ concernant les voyageurs provenant de pays infectés par la poliomyélite Pourquoi le Directeur général de l OMS fait-il ces recommandations aux voyageurs et pourquoi maintenant?

Plus en détail

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES?

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES? INTRODUCTION La vaccination, est la protection d'un individu sain avant qu'il ne contracte une maladie, elle constitue l'exemple idéal de la prévention des maladies. La vaccination confère au vacciné une

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN MARS 2011 313-52711-B État des données : mars 2011 Ce guide calendrier vaccinal comporte le carnet de vaccination. SOMMAIRE LA

Plus en détail

Questions fréquentes sur la vaccination en général

Questions fréquentes sur la vaccination en général Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Maladies transmissibles Etat au 9.10.2013 Questions fréquentes sur la vaccination en général 1. Qu est-ce que le système

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Plan stratégique pour l éradication de la poliomyélite et la phase finale 2013-2018

Plan stratégique pour l éradication de la poliomyélite et la phase finale 2013-2018 Plan stratégique pour l éradication de la poliomyélite et la phase finale 2013-2018 Organisation mondiale de la Santé 2013 Tous droits réservés. Les publications de l Organisation mondiale de la Santé

Plus en détail

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie

Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie LA VACCINATION POST-GREFFE DE CELLULES HÉMATO-POÏÉTIQUES Votre passeport vers une meilleure prévention des infections Pour vous, pour la vie Pourquoi me faire vacciner suite à une greffe de cellules hématopoïétiques

Plus en détail

La vaccination chez l enfant

La vaccination chez l enfant Conseil santé La vaccination chez l enfant www.omnimut.be La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Nous ne les voyons pas, mais ils sont bien là! De nombreux virus et bactéries peuvent

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE MEDECINS DU MONDE - BELGIQUE

RAPPORT D ACTIVITE MEDECINS DU MONDE - BELGIQUE Allemagne Argentine Belgique Canada Espagne Grèce Italie Japon Pays-Bas Portugal Royaume-Uni Suède Suisse France RAPPORT D ACTIVITE DE LA RIPOSTE A L EPIDEMIE DE ROUGEOLE MENEE DU 11 AU 15 DECEMBRE 2012

Plus en détail

Démontrer l impact de la communication : étude de cas «Madagascar»

Démontrer l impact de la communication : étude de cas «Madagascar» Annexe Démontrer l impact de la communication : étude de cas «Madagascar» Vue générale et contexte Le Service de Vaccination Madagascar (PEV) a travaillé avec ses partenaires du Comité de coordination

Plus en détail

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays.

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays. x de x de x de x de x de 1 - Maladies transmissibles 1.1. VIH/SIDA Pacifique occidental Siège x de 1.1.1 Mise en œuvre et suivi de la Stratégie mondiale du secteur de la santé sur le VIH/sida 2011-2015

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner

Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans. Mikalou se fait vacciner Tout savoir sur la vaccination de 0 à 6 ans Mikalou se fait vacciner Récit Mikalou n a peur de rien Dans le jardin, Mikalou s assoit sur la balançoire. Il n est pas une poule mouillée, et pourtant, il

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

Par. France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail

Par. France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail Par France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail Catherine Martel, conseillère en soins infirmiers, service de la formation 29 novembre 2012 » Présentation des animatrices»

Plus en détail

Un regard sur la vaccination équine

Un regard sur la vaccination équine Un regard sur la vaccination équine Les chevaux doivent-ils vraiment être vaccinés? La réponse est OUI, sans la moindre hésitation! Aujourd hui encore, les vaccins représentent le moyen le plus efficace

Plus en détail

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde

Le 4 février 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde Section 3 : Parfois, s occuper de la paperasse semble être complètement au bas de votre liste de priorités. Quand il y a déjà à peine suffisamment d heures dans la journée à passer avec les enfants, les

Plus en détail

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection?

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection? Qu est-ce que l immunisation? L immunisation est un processus qui permet au corps de lutter contre les maladies causées par certains virus et bactéries. L un des moyens d être immunisé est de recevoir

Plus en détail

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne

CartoVaccins. Haute-Vienne. Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe. en Haute-Vienne CartoVaccins Haute-Vienne Quelles couvertures vaccinales Rougeole et Grippe en Haute-Vienne Quelle couverture vaccinale contre la Rougeole en Haute-Vienne > Contexte > Résultats Depuis le 1 er janvier

Plus en détail

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015

SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 FICHE 1 SEMAINE DE LA VACCINATION 13 AU 18 AVRIL 2015 A QUOI SERT LA SEMAINE DE LA VACCINATION? La Semaine de la Vaccination a été lancée par l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2005. Elle est

Plus en détail

Journée mondiale d action 2014 du Réseau de la société civile du mouvement SUN. Note conceptuelle

Journée mondiale d action 2014 du Réseau de la société civile du mouvement SUN. Note conceptuelle Journée mondiale d action 2014 du Réseau de la société civile du mouvement SUN Contexte Note conceptuelle 2013 a été une année marquante pour la nutrition, qui a fait suite à de nombreuses années de revendication

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles GRIPPE SAISONNIERE Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles DR M.A. HUBSCHER Journée régionale EMS 22/11/2012 Le virus grippal Réputé fragile : sensible aux

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Rapport de Réunion. Cluster Santé Mali. Du 13 Novembre 2013 à la. Direction Nationale de la Santé. Mercredi, 13 novembre 2013 DATE HORAIRE 14H30 17H45

Rapport de Réunion. Cluster Santé Mali. Du 13 Novembre 2013 à la. Direction Nationale de la Santé. Mercredi, 13 novembre 2013 DATE HORAIRE 14H30 17H45 Cluster Santé Mali Rapport de Réunion Du 13 Novembre 2013 à la Direction Nationale de la Santé DATE Mercredi, 13 novembre 2013 HORAIRE 14H30 17H45 LIEU Direction Nationale de la Santé (DNS) Salle de réunion

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE INPES Inpes : Sandra

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

Communication et mobilisation sociale dans les campagnes de vaccination contre la fièvre jaune

Communication et mobilisation sociale dans les campagnes de vaccination contre la fièvre jaune Communication et mobilisation sociale dans les campagnes de vaccination contre la fièvre jaune 10 points basés sur l expérience de terrain INITIATIVE FIÈVRE JAUNE WHO/HSE/PED/CED/2015.1. Communication

Plus en détail

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES POPULATION REFERENCE BUREAU AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES SCÉNARIO DE LA PRÉSENTATION UNE PRÉSENTATION > La présentation commencera par

Plus en détail

Poliomyélite aigüe CIM-9 045 ; CIM-10 A80. (maladie de Heine-Medin, paralysie spinale infantile)

Poliomyélite aigüe CIM-9 045 ; CIM-10 A80. (maladie de Heine-Medin, paralysie spinale infantile) Poliomyélite aigüe (maladie de Heine-Medin, paralysie spinale infantile) CCDM18 & 19 : R. B. Aylward 1. Identification Une infection virale reconnue par son début aigu de paralysie flasque. L infection

Plus en détail

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015

Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Semaine de la vaccination du 20 au 25 avril 2015 Dossier de presse LA VACCINATION AU COURS DE LA VIE : Conseils et réponses aux questions du quotidien, pour être à jour CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier

Plus en détail

La vaccination des enfants

La vaccination des enfants FICHES DE DIALOGUE Fiche n 1 La vaccination des enfants Question : Que voyez-vous sur ces images? Réponses : 1. Une mère qui tient son enfant pendant qu il est vacciné. 2. Un père portant son enfant vacciné

Plus en détail

Groupes techniques consultatifs nationaux pour la vaccination et recommandations vaccinales contre l hépatite B - exemple du CTV Tunisie

Groupes techniques consultatifs nationaux pour la vaccination et recommandations vaccinales contre l hépatite B - exemple du CTV Tunisie consultatifs nationaux vaccinales contre du CTV Tunisie Dr Bruna Alves de Rezende Chargée de Mission, Initiative SIVAC AMP, France Dr Mohamed Ben Ghorbal Membre du Comité Technique des Vaccinations de

Plus en détail

APPEL À PARTICIPATION À L ATELIER

APPEL À PARTICIPATION À L ATELIER APPEL À PARTICIPATION À L ATELIER «Au-delà de l application des lois : la participation des peuples autochtones et des communautés locales à la lutte contre le commerce illégal d espèces sauvages: atélier

Plus en détail

Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas de «Dar Al Oumouma»

Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas de «Dar Al Oumouma» Royaume du Maroc Ministère de la santé Direction de la Population المملكة المغربية وزارة الصحة مديرية السكان Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Cas clinique n 1. Cas prototypique. Dr D. Caprini Dr C. Casta

Cas clinique n 1. Cas prototypique. Dr D. Caprini Dr C. Casta Cas clinique n 1 Cas prototypique Dr D. Caprini Dr C. Casta Mme N. se présente le 15/09/12 à la consultation pour Noémie, née le 10/11/2011 : «Noémie ne marche pas encore alors que le fils de ma voisine

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

La vaccination de l adulte

La vaccination de l adulte et R La vaccination de l adulte Trop souvent négligée! Karl Weiss, MD, MSc, FRCPC Présenté dans le cadre de la conférence : Les journées de pharmacologie, Université de Montréal, juin 2007 Une étude canadienne

Plus en détail

Rapport de situation Intervention d'urgence en Syrie 12 Juin 2013

Rapport de situation Intervention d'urgence en Syrie 12 Juin 2013 Rapport de situation Intervention d'urgence en Syrie 12 Juin 2013 5 millions d enfants syriens auront besoin d être sauvés cette année Le 7 Juin 2013, les Nations Unies ont lancé l appel au don le plus

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 140- Mai 2014 SOMMAIRE 1. Le calendrier vaccinal simplifié 1 2. Vaccination des enfants et adolescents 2 3. Vaccination des adultes 4 4. Cas pratiques 6 5. Invitation Soirées de

Plus en détail

Le programme élargi de vaccination et son évolution

Le programme élargi de vaccination et son évolution Le programme élargi de vaccination et son évolution Les débuts de l OMS Milieu des années 1960 : Programme d éradication du paludisme prioritaire Pulvérisation massive de DDT, suppression de tous les anophèles,

Plus en détail

MEMOIRE. Pour l obtention du DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE

MEMOIRE. Pour l obtention du DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE Sommaire Capacité de stockage CDF 2008-2011 et introduction DTC-Hep B + Hib en Côte d Ivoire République de Côte d Ivoire Union Discipline - Travail MEMOIRE Pour l obtention du DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE

Plus en détail

Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir.

Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir. La solidarité : UNE RICHESSE POUR LE QUÉBEC Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir. Depuis la Révolution tranquille, l État québécois a grandement contribué à bâtir une

Plus en détail

Le Projet Vaccins Méningite (MVP) est un partenariat entre PATH et l OMS COMMUNIQUE DE PRESSE SOUS EMBARGO JUSQU A 19H00 GMT, 14 NOVEMBRE 2012

Le Projet Vaccins Méningite (MVP) est un partenariat entre PATH et l OMS COMMUNIQUE DE PRESSE SOUS EMBARGO JUSQU A 19H00 GMT, 14 NOVEMBRE 2012 Le Projet Vaccins Méningite (MVP) est un partenariat entre PATH et l OMS COMMUNIQUE DE PRESSE SOUS EMBARGO JUSQU A 19H00 GMT, 14 NOVEMBRE 2012 Note : Des documents de référence, y compris photographies,

Plus en détail

MSF, partenaire humanitaire de l ING NIght MARATHON 2013 RELEVEZ LE DEFI SOLIDAIRE MSF

MSF, partenaire humanitaire de l ING NIght MARATHON 2013 RELEVEZ LE DEFI SOLIDAIRE MSF MSF, partenaire humanitaire de l ING NIght MARATHON 2013 RELEVEZ LE DEFI SOLIDAIRE MSF LE DEFI SOLIDAIRE MSF > Informations essentielles > Le défi solidaire MSF > Comment agir? > Boîte à outils INFORMATION

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

PRESENTATION DU PROJET

PRESENTATION DU PROJET PRESENTATION DU PROJET Le concert «WORLD FOR TCHAD» est un événement musical exceptionnel qui se déroulera le 15 octobre 2014 dans la salle mythique du Bataclan. Organisé par l association du même nom,

Plus en détail

vaccination? Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la

vaccination? Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la vaccination? C est en 1796 qu Edward Jenner, médecin britannique, met au point la première «vaccination». Il s agissait d inoculer à un enfant un liquide

Plus en détail

Voyages et vaccinations

Voyages et vaccinations Voyages et vaccinations VOYAGES LES MICI NE SONT PAS UN OBSTACLE AUX VOYAGES. Cependant, sauf urgences professionnelles, mieux vaut envisager les déplacements en période de rémission quand tout va bien.

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination

Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination Les maladies à déclaration obligatoire (MADO) évitables par la vaccination INTRODUCTION Numéro 19, février 2015 Les maladies évitables par la vaccination (MEV) dont il est question dans ce numéro du bulletin

Plus en détail

Des réponses. Vaccination

Des réponses. Vaccination Des réponses à vos questions sur la Vaccination Vacciner permet de réduire considérablement le nombre de malades et de décès par maladies infectieuses. C est un geste médical à part entière, sur lequel

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

ÉVALUATION EXTERNE À MI-PARCOURS

ÉVALUATION EXTERNE À MI-PARCOURS ÉVALUATION EXTERNE À MI-PARCOURS Évaluation externe à mi-parcours Campagne CULTIVONS d Oxfam Résumé CAMPAGNE CULTIVONS D OXFAM Résumé Glenn O Neil & Patricia Goldschmid, Owl RE Octobre 2013 Le présent

Plus en détail

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU SANTÉ DE L ENFANT 9 Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU Au cours de la troisième enquête démographique et de santé et à indicateurs multiples, on a enregistré, pour tous les enfants nés au cours des cinq

Plus en détail

WWW.BIOTECH.CA LE COMITÉ DE L INDUSTRIE DES VACCINS AU CANADA UN RÔLE DE CHEF DE FILE DANS LA SANTÉ MONDIALE

WWW.BIOTECH.CA LE COMITÉ DE L INDUSTRIE DES VACCINS AU CANADA UN RÔLE DE CHEF DE FILE DANS LA SANTÉ MONDIALE WWW.BIOTECH.CA LE COMITÉ DE L INDUSTRIE DES VACCINS AU CANADA UN RÔLE DE CHEF DE FILE DANS LA SANTÉ MONDIALE Le Comité de l industrie des vaccins (CIV) : la voix du Canada en matière de vaccins Le CIV

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

Adresse aux rotariens de Russie

Adresse aux rotariens de Russie Adresse aux rotariens de Russie Je suis très heureux d être parmi vous en ce jour anniversaire, d autant que je partage avec vous, rotariens de la Fédération de Russie, une assez longue histoire d amitié

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

Entre prévenir et guérir ou Comment l immunité fait la santé. Santé et immunité. Société d écologie humaine Marseille, 7 novembre 2008

Entre prévenir et guérir ou Comment l immunité fait la santé. Santé et immunité. Société d écologie humaine Marseille, 7 novembre 2008 Entre prévenir et guérir ou Comment l immunité fait la santé Santé et immunité Société d écologie humaine Marseille, 7 novembre 2008 (Annie Marie MOULIN) 1 La médecine antique reposait sur deux idées essentielles

Plus en détail

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 1 Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 2 3 Bienvenue à bord On t a certainement déjà dit qu il y a des choses que tu n as pas le droit

Plus en détail

Les femmes africaines se mobilisent contre le Sida

Les femmes africaines se mobilisent contre le Sida Les femmes africaines se mobilisent contre le Sida Projet existant depuis 2005 et soutenu par l INPES et l ARS IledeFrance 1 Vision d ensemble sur le projet Origine du projet : Les communautés africaines

Plus en détail

BURKINA FASO. Unité Progrès Justice PLAN PLURI ANNUEL COMPLET 2011-2015 REVISE --------------------------------- BURKINA FASO

BURKINA FASO. Unité Progrès Justice PLAN PLURI ANNUEL COMPLET 2011-2015 REVISE --------------------------------- BURKINA FASO MINISTERE DE LA SANTE BURKINA FASO Unité Progrès Justice PLAN PLURI ANNUEL COMPLET 2011-2015 REVISE --------------------------------- BURKINA FASO Février 2012 i TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 1 I. INFORMATIONS

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

LE VACCIN L HÉPATITE A LES EFFETS SECONDAIRES

LE VACCIN L HÉPATITE A LES EFFETS SECONDAIRES HÉPATITE A L HÉPATITE A L hépatite A est une infection du foie causée par un virus. Il s agit d une maladie sérieuse qui peut nécessiter une hospitalisation. Elle est plus grave chez les personnes plus

Plus en détail

IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE

IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE AFRICAN DEVELOPMENT BANK GROUP IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE Steve Kayizzi-Mugerwa, économiste en chef et vice-président, Groupe de la Banque africaine de développement

Plus en détail

IMPFDIENST. Brochure d information pour les parents et les élèves

IMPFDIENST. Brochure d information pour les parents et les élèves IMPFDIENST Brochure d information pour les parents et les élèves Service des vaccinations Chers parents, chers élèves, Le service des vaccinations effectue des vaccinations à intervalles de deux ans dans

Plus en détail

MISE A JOUR SUR L URGENCE AU LAC NO. 18 UNHCR TCHAD

MISE A JOUR SUR L URGENCE AU LAC NO. 18 UNHCR TCHAD MISE A JOUR SUR L URGENCE AU LAC NO. 18 UNHCR TCHAD 29 Avril- 07 Mai 2015 Débarquement des réfugiés Nigériens en provenance de Kaiga Kindiria. Mai 2015, Photo /UNHCR DERNIERS DEVELOPPEMENTS Suite à l information

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR DESIRE DALLO DIRECTEUR GENERAL DU PASP A L OCCASION DE L INVESTITURE DU BUREAU EXECUTIF DE LA FEMAO

ALLOCUTION DE MONSIEUR DESIRE DALLO DIRECTEUR GENERAL DU PASP A L OCCASION DE L INVESTITURE DU BUREAU EXECUTIF DE LA FEMAO Un partenaire qui avance avec le monde ALLOCUTION DE MONSIEUR DESIRE DALLO DIRECTEUR GENERAL DU PASP A L OCCASION DE L INVESTITURE DU BUREAU EXECUTIF DE LA FEMAO Mama, S/P Ouragahio, le 15 novembre 2008

Plus en détail

Intensification du Programme élargi de vaccination pour atteindre les cibles mondiales et régionales

Intensification du Programme élargi de vaccination pour atteindre les cibles mondiales et régionales Comité régional de la EM/RC58/4 Méditerranée orientale Septembre 2011 Cinquante-huitième session Original : arabe Point 4 b) de l ordre du jour Document technique Intensification du Programme élargi de

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel Prévention-Santé-Sud-Est Association des Services de Santé au Travail Paca-Corse Vaccinations et milieu professionnel Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées Certaines activités professionnelles

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel La place de la vaccination dans la prévention des risques infectieux La prévention des risques infectieux au travail ne se réduit pas à la protection vaccinale. La vaccination s inscrit comme une des mesures

Plus en détail

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE De très nombreuses raisons peuvent conduire un enfant ou un adulte à être en retard par rapport au calendrier vaccinal idéal. Parmi ces raisons, la

Plus en détail

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique»

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Commission Affaires étrangères et migration (Version originale) Insistant sur la nécessité de freiner puis stopper l expansion

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT Titre de l opportunité de financement : Journée mondiale du SIDA 2012

Plus en détail

PLAN STRATEGIQUE INTEGRE DE COMMUNICATION :

PLAN STRATEGIQUE INTEGRE DE COMMUNICATION : REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité Travail - Progrès MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE PUBLIQUE DIRECTION DES IMMUNISATIONS PLAN STRATEGIQUE INTEGRE DE COMMUNICATION : Pour la vaccination

Plus en détail

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011

Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 Dr Carole HORDE Dr Jean-Yves BORGNE LES VACCINATIONS EN 2011 http://www.inpes.sante.fr/cfesbases/catalogue/pdf/1133.pdf CAS CLINIQUE N 1 Une maman, membre d un groupe de pensée plutôt opposé aux vaccinations,

Plus en détail

Bulletin du Programme National devaccination Avril 2015 RETRO-INFO-POLIO. N 42 RETRO-INFO-ROUGEOLE N 23

Bulletin du Programme National devaccination Avril 2015 RETRO-INFO-POLIO. N 42 RETRO-INFO-ROUGEOLE N 23 République Tunisienne Direction des soins de Santé de Base Programme National de Vaccination Ministère de la santé Bulletin du Programme National devaccination Avril 205 RETRO-INFO-POLIO. N 42 RETRO-INFO-ROUGEOLE

Plus en détail

Activités sanitaires- région de Kidal

Activités sanitaires- région de Kidal Mission Mali 1 Activités sanitaires- région de Kidal 1 S1 à S20 Année 2013 Médecins du Monde - Belgique 2 Plan de l exposé» Contexte» Réponse à l Urgence Sanitaire» Etat des lieux» Paquet d activités mené

Plus en détail

Module 7 Programme étendu de vaccination (PEV)

Module 7 Programme étendu de vaccination (PEV) Module 7 Programme étendu de vaccination (PEV) (avec notamment la surveillance de la vitamine A, de l'anatoxine tétanique et de la croissance) TABLE DES MATIÈRES 7.1 Quels sont les outils utilisés pour

Plus en détail

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication

Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Conférence de presse Epidémie de rougeole Présentation de la campagne de communication Dossier d information Jeudi 13 octobre 2011 www.info-rougeole.fr Contacts Presse Inpes, Lamiel Denisse : 01 49 33

Plus en détail

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale.

& Melinda Gates et Gavi, qui permettra d améliorer la santé des populations des six pays ciblés et de contribuer à la sécurité sanitaire régionale. Communiqué Santé au Sahel : l AFD, la Fondation Bill & Melinda Gates et Gavi s engagent ensemble pour renforcer la vaccination dans six pays de la région du Sahel Paris, le 26 juin 2015 - L Agence Française

Plus en détail

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010 Vaccination coqueluche et maternité G Picherot YOPI 2010 Groupe Avancées Vaccinales 2010 Très inspiré de «AVANT, PENDANT et APRES Vaccinations autour de la grossesse» Dr Marc Valdiguié Pédiatre Unité de

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel. Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées

Vaccinations et milieu professionnel. Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées Vaccinations et milieu professionnel Vaccinations obligatoires et vaccinations recommandées 1 Certaines activités professionnelles font courir un risque de maladie infectieuse, comme l'hépatite ou la tuberculose.

Plus en détail

Programme préélectoral

Programme préélectoral ASSOCIATION DES PHARMACIENS DU CANADA Programme préélectoral Les pharmaciens : Les intervenants en matière de santé les plus accessibles au Canada Le système de soins de santé du Canada subit à l heure

Plus en détail

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Discours du Président de la République lors du Sommet des maires pour le climat Publié le 26 Mars 2015 Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Madame la Maire de Paris, chère Anne HILDALGO, Je voulais

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail La gestion de risques et de crises en assurance agraire Conférence Internationale du 15 mars 2010, Madrid Présentée

Plus en détail