ECHO ACD UNICEF TCHAD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ECHO ACD UNICEF TCHAD"

Transcription

1 N Mars 2015 Points saillants : Évaluation de la Gestion Efficace des Vaccins au Tchad - Mai 2015 Tenue de la deuxième téléconférence de suivi de la mise en œuvre des activités PEV/ACD Renforcement de la logistique et de la chaine du froid du PEV Analyse des couvertures vaccinales, janvier - mars 2015 Analyse des indicateurs de mise en œuvre de l approche ACD, janvier - mars 2015 Activités menées, défis et perspectives Activités annoncées Évaluation de la Gestion Efficace des Vaccins au Tchad - Mai 2015 La vaccination est mondialement reconnue comme une des interventions de santé les plus couts/ efficaces. Sans vaccin, il n y a pas de vaccination... La chaine de froid est indispensable pour conserver les vaccins à bonne température. La qualité du vaccin est indispensable pour la protection des enfants...et c est à juste titre que l UNICEF appui fortement le Gouvernement Tchadien dans l amélioration de la chaine du froid du PEV. Cet appui de l UNICEF passe par le renforcement de la chaine de froid, l amélioration de tout le système d approvisionnement et de gestion du vaccin. Pour améliorer le système d approvisionnement et de gestion des vaccins, il est recommandé aux pays de mener une évaluation de la Gestion Efficace des Vaccins (GEV) tous les 3 à 4 ans. La dernière GEV a eu lieu au Tchad en 2010 et a été suivie d un plan de revitalisation de la chaine de froid développé en Rappelons que l Initiative de l Eradication de la Poliomyélite compte parmi les priorités nationales nécessitant des vaccins de qualité. De plus, le pays se prépare à l introduction de nouveaux vaccins dans le PEV de routine. Ces introductions nécessitent une augmentation importante de la capacité de stockage de la chaîne de froid, l amélioration du système d approvisionnement et de la gestion des stocks entre autres. C est à ce propos que le Plan annuel du PEV 2015 a prévu une évaluation de la GEV. Cette évaluation est supportée par l UNICEF et a démarré ce mois de Mai et se poursuivra jusqu à la fin de la première semaine de Juin A la suite de la GEV, il est prévu un plan d amélioration à court, moyen et long terme du système de gestion des vaccins. Revenant aux nouveaux vaccins, il est important de noter que le Vaccin Polio Injectable (VPI) sera introduit dans la vaccination de routine au mois de 15 Juin Téléconférence PEV/ACD pour le suivi des districts appuyés par l UNICEF Tel que décidé en décembre 2014 et après celle de mars 2015, la deuxième téléconférence de suivi de la mise en œuvre des activités PEV/ACD dans les districts sanitaires appuyés par l UNICEF s est tenue le 28 avril 2015 avec la participation de tous les 10 superviseurs (staff et consultants). Elle a permis de faire le point sur la mise en œuvre des recommandations de la première tenue le 10 mars, sur les activités réalisées et les performances par district, ainsi que les activités planifiées en mai Cette téléconférence représente l opportunité idoine pour mener un suivi rapproché de la mise en œuvre des activités sur le terrain afin de résoudre au fur et à mesure les problèmes identifiés. TC PEV/ACD - 28 avril 2015 Nouvelles chambres froides PEV central Figure 1 : En bleu, districts ACD supportés L UNICEF appuie le Tchad dans le renforcement de la chaine de froid du PEV Dans le cadre du plan de revitalisation issu de l évaluation GEV menée au Tchad en 2010, le plan d amélioration du système de gestion des vaccins élaboré prévoyait entre autres la construction et l équipement d un dépôt central à N Djamena et de 4 dépôts sub-nationaux à N Djamena, Moundou, Sarh et Abéché. Sur le plan infrastructurel, la construction du dépôt central à N Djamena et des dépôts sub-nationaux de Moundou et de Sarh est achevée. Sur le plan équipement : Au niveau central à N Djamena, ont été acquis et installés par l UNICEF : 4 chambres froides positives de 40 m³, 1 chambre froide négative de 30 m³, 2 générateurs électriques de 110 KVA. Au niveau de chaque dépôt sub-national (Moundou et Sarh), l UNICEF a acquis et installé: 1 chambre froide positive de 40 m³, 2 générateurs électriques de 60 et 45 KVA. Au niveau du dépôt sub-national d Abéché, ont été installés: 1 chambre froide positive de 25 m³, 1 chambre négative de 15 m³, 2 générateurs électriques de 60 KVA, l installation d une chambre froide positive de 40 m³ est en cours. La remise officielle de toutes ces acquisitions au Ministère de la Santé par l UNICEF aura lieu dans les prochaines semaines. Par ailleurs, au niveau périphérique, 109 réfrigérateurs solaires de 100 litres de capacité ont été installés dans tous les districts sanitaires du pays, 83 autres réfrigérateurs sont acquis pour être installés dans les centres de santé.

2 Districts sanitaires Couvertures vaccinales dans les 19 districts sanitaires Tableau I : Couvertures vaccinales par district sanitaire, janvier à mars 2015 CV BCG CV Penta 1 CV Penta 3 CV Polio 3 CV Rougeole CV Fièvre jaune CV VAT 2+ Taux d'abandon Bousso Dourbali Massenya Goz Beida Mangalme Mao Moundou Bebedjia Bessao Beboto Bodo Ndjam. Centre Ndjam. Sud Abdi Am Timan Bere Kelo Lai Guereda Moyenne 19 DS Pays De janvier à mars 2015 (tableau 1), la couverture vaccinale moyenne des 19 districts sanitaires atteint et dépasse les 80% pour tous les antigènes. Dans l ensemble, cette moyenne est meilleure que les performances au niveau national tout antigène confondu. Les meilleures performances sont notées dans 3 districts sanitaires sur 19 à savoir Abdi, Dourbali et Kelo. Par contre, les plus faibles performances sont notées dans 8 districts sur 19 (Moundou, Bessao, Beboto, N Djamena centre, Am-Timan, Béré et Guereda). Le district de Dourbali s est amélioré pendant que Beboto a régressé. En outre, des couvertures vaccinales largement supérieures à 100% sont enregistrées dans 15 districts sanitaires sur 19. Ceci révèle une fois de plus la faible qualité des données mais pourrait également être lié à la non maitrise du dénominateur. On note une discordance entre le Penta3 et le VPO3, surtout dans 4 districts sanitaires, N Djamena centre, Mao, Bébédjia et Bessao. Il en est de même entre le VAR et le VAA (N Djamena centre, Mangalme, Bebedja, Bessao, Bodo et Lai). Pour certains districts, il s agirait des erreurs de compilation des données au PEV central, les vérifications sont en cours Mars 2014 Mars 2015 La figure 2 ci-contre montre une légère amélioration de la couverture vaccinale moyenne des 19 districts en mars 2015 par rapport à Cette amélioration est également notée dans 11 districts sanitaires sur 19. Ceci pourrait s expliquer par la disponibilité à temps de l appui financier ACD au 1er trimestre 2015 ayant permis la réalisation des stratégies avancées, des supervisions et des réunions mensuelles de monitoring. Cette amélioration a permis de gagner 10 points par rapport à 2014 (passage de la moyenne des 19 districts de 76% en 2014 à 86% en 2015), alors qu au niveau Pays il y a plutôt une baisse de 81% a 77%. Pour 6 districts (Goz-Beida, Mangalme, Moundou, Beboto, Bessao et Kelo), on note plutôt une régression en Figure 2 : Couvertures Vaccinales Penta3 par district, mars mars 2015 Selon le graphique de la figure 3, sous réserve de la problématique de la faible fiabilité des données, il y a amélioration des performances en 2015 par rapport à On note en effet une baisse du nombre de districts sanitaires de couvertures vaccinales comprises entre 50% et 80%, qui est passé de 7 en 2014 à 5 en 2015, une baisse du nombre de districts sanitaires en dessous de 50% de 3 a 1, et surtout l augmentation du nombre de districts sanitaires avec au moins 80% de couvertures vaccinales, passant de 9 en 2014 à 13 en Le seul district sanitaire dont la couverture vaccinale est reste en dessous de 50% en mars 2015 est Bessao (données encore partielle pour ce district). Des efforts sont en cours pour amener tous les districts sanitaires à atteindre au moins 80% pour le Penta3 d ici la fin de l année Figure 3 : Classification des districts en fonction du niveau de Performances (CV Penta3), mars 2014 et mars 2015 Nette amélioration des performances en 2015 par rapport à Moyenne des 19 districts ACD de l UNICEF nettement supérieure à la couverture vaccinale nationale tout antigène confondu; 2. Augmentation en 2015 du nombre des districts avec couvertures vaccinales supérieures ou égales a 80%, passant de 9 a 13; 3. Amélioration de la couverture vaccinale dans 11 districts sanitaires sur Supervision et coaching réguliers des districts de faible performance ; 2. Renforcer la recherche active des perdus de vue afin de réduire les taux d abandon. 1. Persistance des couvertures vaccinales supérieures à 100% dans 15 districts sanitaires sur 19; 2. Seuls 2 districts sanitaires (Abdi et Massenya) sur 19 ont un taux d abandon inférieur à 10% pour la période de janvier a mars 2015; 3. Baisse de la couverture vaccinale en 2015 dans 6 districts sanitaires

3 Indicateurs de mise en œuvre de l approche ACD dans les 19 districts sanitaires Les analyses faites ont permis de présenter ci-dessous, l évolution des principaux indicateurs de mise en œuvre de l approche ACD de janvier à mars 2015 pour les districts appuyés par l UNICEF. Figure 4 : Indicateurs ACD niveau CS de janvier a mars 2015 Figure 5 : Indicateurs ACD niveau DS, de janvier a mars 2015 Le graphique de la figure 4 ci-dessus présente quelques indicateurs essentiels de la mise en œuvre de la stratégie ACD au niveau centre de santé de janvier à mars Le niveau de performance est meilleur pour 3 des 6 indicateurs (disponibilité des outils, disponibilité des vaccins et intrants et gestion de la chaine de froid) qui atteignent 80% en février et mars 2015 pour les 2 premiers et en janvier et février pour le troisième. La disponibilité des vaccins et intrants et la gestion de la chaine de froid connaissent cependant une légère baisse en mars Par contre, pour les 3 autres indicateurs (réalisation de stratégies avancées, réunions avec la communauté et récupération des perdus de vue), malgré une amélioration progressive de janvier à mars 2015 pour le premier et de janvier à février 2015 pour le second, la performance reste faible. Ces performances sont non seulement plus faibles pour la récupération des enfants perdus de vue, mais elles connaissent une régression depuis janvier Concernant le niveau district, l on constate selon le graphique de la figure 5 une meilleure performance pour 2 des 6 indicateurs (disponibilité des vaccins et intrants et gestion de la chaine de froid). Ces 2 indicateurs atteignent le score de 80% de janvier à mars 2015 malgré une légère baisse en mars Par contre, les 4 autres indicateurs (disponibilité des outils, réalisation des stratégies mobiles, supervisions et tenue des réunions de monitoring) n atteignent pas 80% depuis le début de l année On note une amélioration progressive de janvier à mars 2015 pour la disponibilité des outils de gestion. Tel qu on peut le voir sur le graphique de la figure 6 ci-contre, la disponibilité des vaccins et intrants du PEV atteint en moyenne 80% en janvier, février et mars Elle est meilleure (100%) dans 3 districts sanitaires: Dourbali, Goz-Beida et N Djamena centre. Elle atteint au moins 80% dans 3 districts : Lai, N Djamena sud et Massenya. On note une absence des données pour le district sanitaire d Abdi qui n a pas été supervisé. Il devra être supervisé prioritairement en Mai 2015 afin que ses données soient disponibles et analysées. Figure 6 : Disponibilité en vaccins et intrants, janvier mars 2015 Figure 7 : Réalisation des stratégies avancées, janvier mars 2015 La réalisation des stratégies avancées reste faible pendant les 3 premiers mois 2015 tel qu on peut le voir sur la figure 7. La cible de 80% est atteinte dans 3 districts : Bebedja, Goz-beida et Massenya. Une progression est notée a Beboto, N Djamena Centre, N Djamena sud, Bere, Kelo et Guereda. Les performances sont faibles dans beaucoup de districts et ceci peut s expliquer par la non mise à disposition des fonds du 1 er trimestre 2015 dans les districts d Am-Timan, Mangalme et Moundou du fait de la non justification des financements antérieurs. Pour les autres districts de faibles performances, il s agirait de problème spécifique tel que la faiblesse de l équipe, d où la nécessité d un coaching rapproché par les consultants. Ce début timide va jouer négativement sur les performances de toute l année. C est ainsi qu il est primordial de renforcer d avantage les dispositions mises en place dans tous les districts afin d atteindre toutes les cibles. 1. Amélioration progressive de la réalisation des stratégies avancées dans 6 districts sanitaires (Beboto, N Djamena Centre, N Djamena sud, Bere, Kelo et Guereda); 2. Bonne disponibilité des outils de gestion, des vaccins et intrants; 3. Bonne gestion de la chaine de froid. 1. Retard de la justification des fonds par les districts, ce qui retardera le déblocage des fonds du second trimestre; 2. Faible et régression de la récupération des enfants perdus de vue du fait de la démotivation des relais communautaires. 1. Accélérer la procédure de justification des fonds ACD du 1er trimestre 2015 et transmettre de toute urgence les requêtes pour le déblocage des fonds du 2e trimestre 2015; 2. Identifier des méthodes locales de motivation des relais communautaires dans les districts sanitaires.

4 Complétude et promptitude des rapports Tableau II : Complétude des données ACD des Districts vers le niveau central, janvier - mars 2015 De janvier à mars 2015, il était attendu de chaque district sanitaire, 3 rapports mensuels sur le suivi et la collecte des indicateurs de processus de mise en œuvre de la stratégie ACD. Selon le tableau 2 ci-contre, la complétude globale des 19 districts pour la période janvier à mars 2015 est de 84%. Elle est supérieure a 80% et est restée égale à celle de février Les rapports manquants concernent 3 districts sanitaires (Abdi, Bodo et Mao). Mao n a pas été supervisé en avril 2015 et les districts sanitaires d Abdi et Bodo n utilisent pas encore le masque ACD. Lors de la supervision formative d avril 2015, ce masque a été remis au district de Bodo et l équipe a été briefée sur son utilisation. Le système mis en place pour la collecte des indicateurs ACD ne permet pas un bon suivi de la promptitude y relative. Avec plus d implication des consultants C4D de l UNICEF dans la vaccination de routine, et du fait de leur présence dans plusieurs districts ne transmettant pas les données, nous sommes convaincu d améliorer dans le court terme la complétude des données. Districts sanitaires Rapports attendus Rapports reçus Complétude (%) Abdi Am Timan Bebedjia Beboto Bere Bessao Bodo Bousso Dourbali Guereda Goz beida Kelo Laï Mangalme Mao Massenya Moundou N djamena Centre N djamena Sud Globale La complétude globale des rapports mensuels de vaccination (RMV) pour les 19 districts sanitaires reste faible (73%) et inferieure à 80%. Elle atteint 80% tout de même dans 13 des 19 districts. Quant à la promptitude, elle est également très faible, avec une moyenne de 66%. Elle est meilleure (supérieure à 80%) dans 10 districts sanitaires : Abdi, Am-Timan, Bebedja, Bere, Guereda, Kelo, Lai, Mangalme, N'Djamena centre et N'Djamena sud. Elle est plus faible (33%) dans les districts sanitaires de Bousso et Massenya (55%). L absence des données des districts de Bessao, Beboto, Mao et Bodo s explique par : non supervision des 3 premiers en avril 2015, non utilisation du DVD_MT par Bodo et les difficultés de partage par internet. La supervision de Mao est en cours et permettra de récupérer les données. Figure 8 : Complétude et promptitude des RMV des ZR vers les DS, janvier à mars Bonne complétude (100%) des données ACD dans 14 districts sanitaires; 2. Bonne promptitude ( 80%) des RMV dans 10 districts (Abdi, Am-Timan, Bebedja, Bere, Guereda, Kelo, Lai, Mangalme, N'Djamena centre et N'Djamena sud). 1. Données sur les indicateurs de suivi de la mise en œuvre de la stratégie ACD manquantes dans 3 districts sanitaires sur 19 (Abdi, Bodo et Mao) du fait soit de la non supervision, soit du faible partage ou de la non utilisation de l outil; 2. Données de l outil DVD_MT manquantes dans 4 districts sanitaires sur 19 du fait de la non supervision des districts concernés (Bessao, Beboto, Bodo et Mao). Améliorer les délais de partage de toutes les bases de données à tous les niveaux afin de faciliter les analyses et permettre que la retro information se fasse dans les meilleurs délais.

5 Activités menées, défis et perspectives Tableau IV : Principales activités réalisées au 1er trimestre 2015 et résultats obtenus Activités Période Résultats Tenue de la 2e téléconférence mensuelle de suivi de la mis en œuvre des activités PEV/ACD 28 avril 2015 Téléconférence tenue avec la participation des tous les 5 membres de l équipe PEV/UNICEF N Djamena et de tous les 5 superviseurs de terrains (Staff et Consultants) Finalisation des travaux de câblage de l électrification pour la nouvelle chambre froide du PEV central Poursuite et finalisation du renforcement des capacités de stockage des vaccins et consommables. Formation des formateurs et des superviseurs pour l introduction du VPI dans le PEV au Tchad Tenue des réunions préparatoires de l évaluation conjointe du PEV (y compris pour le Renforcement du Système de Santé de GAVI) 23 au 24 A compter de Mai 2015 Chambres froides au niveau national sont fonctionnelles Le chantier du dépôt central de N Djamena en arrêt depuis une année a repris. Le démarrage de 5 chambres froides (soit au total 160 m3 en positif et 30 m3 en négatif) est programmé pour la fin de ce mois. 22 Formateurs et superviseurs formés dont 12 cadres du Ministère de la Santé Publique et 10 des partenaires (OMS UNICEF) Assurer la réussite de l évaluation conjointe Formation des superviseurs pour la campagne de vaccination contre le tétanos maternel et néonatal dans le 2e groupe de 46 districts sanitaires prioritaires prévue du 2 au 8 mai avril 2015 Tous les superviseurs centraux ont été formés Appui au Gouvernement pour l organisation du 2e passage de la campagne de vaccination contre la poliomyélite couplée à la supplementation en vitamine A et déparasitage au Mebendazole 24 au 26 avril 2015 La compilation des résultats est en cours au PEV pour les couvertures administratives et a l OMS pour le monitorage indépendant Défis : Justification dans les délais, des fonds reçus pour le 1er trimestre 2015 par les régions et districts sanitaires et déblocage des fonds du second trimestre 2015 afin d assurer la continuité des activités. Perspectives/Orientations pour avril 2015 : 1. Intensification des supervisions formatives, avec priorité dans les districts à faible performance; 2. Justification des fonds du 1er trimestre 2015 et production simultanée des requêtes pour le déblocage des fonds du second trimestre Information : Tenue de la réunion du TAG du 11 au 13 mai 2015 à N Djamena Activités annoncées : 1. Evaluation de l efficacité de la gestion des vaccins (GEV) en mai 2015 et présentation des résultats en Juin 2015; 2. Formation des formateurs régionaux et de districts de N Djamena et Chari Baguirmi sur l introduction du VPI en Mai Introduction du VPI dans le PEV à compter de juin 2015; 4. Evaluation conjointe prévue pour le mois de Juin 2015; 5. Campagne de vaccination contre le tétanos maternel et néonatal dans le 2e groupe de 46 districts sanitaires prioritaires du 2 au 8 mai Campagne de vaccination contre la Polio dans les districts frontaliers prévue du 29 au 31 Mai 2015; 7. Remise officielle des chambres froides au Gouvernement dans les prochaines semaines. Supervision : Bruno MAES, Représentant UNICEF Tchad Coordination : Dr Gianluca FLAMIGNI, Chef de Programme Survie et Développement de l Enfant Dr Mehoundo FATON, Chef Section Santé Nutrition Chef d équipe de rédaction : Dr Clément DJUMO, Immunization Specialist Équipe de rédaction: Dr Sylvain DJIMRANGAR, Dr David MEKONTSO, Dr Yangar MYANGINGAR, Dr DJIBA NELEKO, Dr NDJEKEME BENINGA, Dr Marie Thérèse BARANYIKWA, Khadidja TOLOUMBAYE

RAPPORT D ACTIVITE MEDECINS DU MONDE - BELGIQUE

RAPPORT D ACTIVITE MEDECINS DU MONDE - BELGIQUE Allemagne Argentine Belgique Canada Espagne Grèce Italie Japon Pays-Bas Portugal Royaume-Uni Suède Suisse France RAPPORT D ACTIVITE DE LA RIPOSTE A L EPIDEMIE DE ROUGEOLE MENEE DU 11 AU 15 DECEMBRE 2012

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

Déc. 2 E (2010) 12 40'N 631 090 BA/ DC 3 AVA 021 55'E 1050x25 BGR (x) (*) 270

Déc. 2 E (2010) 12 40'N 631 090 BA/ DC 3 AVA 021 55'E 1050x25 BGR (x) (*) 270 AIP TCHAD 14 AD 2-7-01 ASECNA RÉPERTOIRE DES AÉRODROMES ET PISTES / LIST OF AERODROMES AND RWY 05 MARS 2015 ABECHE VOIR 14 AD 2-7 ABOU - DEIA 11 28'N 480 011 BA DC 3 12 : AVA 019 17'E 1400x42 Balisage

Plus en détail

Evaluation de la qualité de la gestion des données du PEV dans les districts sanitaires d Adiaké et d Abidjan Sud 3 Côte d Ivoire

Evaluation de la qualité de la gestion des données du PEV dans les districts sanitaires d Adiaké et d Abidjan Sud 3 Côte d Ivoire DEDICACE DIEU J avais mis en l Eternel mon espérance ; Et il s est incliné vers moi, il a écouté mes cris. Psaume 40 : 1 Année Académique 2004 2005 DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE (DIU) 3 ème Cycle A mon pays

Plus en détail

DES SUPERVISEURS DES SERVICES A BASE COMMUNAUTAIRE (AC/SBC) EN GESTION DES INFORMATIONS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE ET DE LA SANTE MATERNELLE

DES SUPERVISEURS DES SERVICES A BASE COMMUNAUTAIRE (AC/SBC) EN GESTION DES INFORMATIONS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE ET DE LA SANTE MATERNELLE MSHP MODULE D ORIENTATION DES SUPERVISEURS DES SERVICES A BASE COMMUNAUTAIRE (AC/SBC) EN GESTION DES INFORMATIONS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE ET DE LA SANTE MATERNELLE Réalisé en mai 2012 avec l appui

Plus en détail

Importance de la Vaccination

Importance de la Vaccination VACCINER! Importance de la Vaccination VACCINER! «La vaccination complète de l enfant avant son premier anniversaire constitue son premier passeport pour la vie. Il est de notre devoir de nous assurer

Plus en détail

DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE (DIU) 3 ème Cycle. Organisation et Management des Systèmes Publics de Prévention Vaccinale dans les Pays en Développement

DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE (DIU) 3 ème Cycle. Organisation et Management des Systèmes Publics de Prévention Vaccinale dans les Pays en Développement www.epivac.org 2/43 REMERCIEMENTS Année Académique 2002-2003 DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE (DIU) 3 ème Cycle Organisation et Management des Systèmes Publics de Prévention Vaccinale dans les Pays en Développement

Plus en détail

SUIVI PAR LE MONITORING DE LA MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE DE BAMAKO : L EXPERIENCE DU DISTRICT DE HOUNDE

SUIVI PAR LE MONITORING DE LA MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE DE BAMAKO : L EXPERIENCE DU DISTRICT DE HOUNDE SUIVI PAR LE MONITORING DE LA MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE DE BAMAKO : L EXPERIENCE DU DISTRICT DE HOUNDE NACOULMA D.*, PETITJEAN F.*, SANOU A.* RESUME Un monitoring semestriel a été réalisé dans les

Plus en détail

TOUS !"#$ ENSEMBLE REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS #!"$& #!"$' RAPPORTS THEMATIQUES 2013

TOUS !#$ ENSEMBLE REDUCTION DE LA MORTALITE DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS #!$& #!$' RAPPORTS THEMATIQUES 2013 RAPPORTS THEMATIQUES 2013 - OMD 1 ELIMINER L EXTRÊME PAUVRETE ET LA FAIM RAPPORT NATIONAL TOUS ENSEMBLE Union des Comores! " # $ % & ' & () *!"#$%&'"$%()'*+," Le gouvernement de l Union des Comores et

Plus en détail

BULLETIN DU CLUSTER SANTE

BULLETIN DU CLUSTER SANTE 1 BULLETIN DU CLUSTER SANTE SITUATION SANITAIRE SUITE AU CONFLIT ARME AU NORD MALI 11 AVRIL 2013 N 2 Points Clefs Situation sécuritaire toujours imprévisible dans les régions du nord notamment à Kidal

Plus en détail

EUROPAID/119860/C/SV/multi. Identification et formulation du projet d'appui à la politique de santé à financer sur les ressources du PIN 10 ème FED

EUROPAID/119860/C/SV/multi. Identification et formulation du projet d'appui à la politique de santé à financer sur les ressources du PIN 10 ème FED EUROPAID/119860/C/SV/multi Identification et formulation du projet d'appui à la politique de santé à financer sur les ressources du PIN 10 ème FED LOT N 8 DEMANDE N 2009/201619/1 TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT Titre: Consultance pour l intégration du Logiciel GESIS CSB et le transfert de compétence en vue de sa pérennisation Type de contrat: SSA Période

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT Titre: Consultance pour l élaboration de la Base de données communautaires pour la santé et formation des administrateurs/formateurs Type de

Plus en détail

AVANT/APRÈS : L APPORT DE LA MISE EN PLACE D UN REGISTRE DE VACCINATION EN LIGNE POUR PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN ALBANIE

AVANT/APRÈS : L APPORT DE LA MISE EN PLACE D UN REGISTRE DE VACCINATION EN LIGNE POUR PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN ALBANIE AVANT/APRÈS : L APPORT DE LA MISE EN PLACE D UN REGISTRE DE VACCINATION EN LIGNE POUR PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN ALBANIE À partir de 2011, l Institut de santé publique d Albanie a collaboré avec le projet

Plus en détail

Evaluation de la gestion des vaccins et des consommables vaccinaux du PEV dans le district sanitaire de Bambey au cours de l année 2007

Evaluation de la gestion des vaccins et des consommables vaccinaux du PEV dans le district sanitaire de Bambey au cours de l année 2007 République de Côte d Ivoire Union Discipline - Travail Année Académique 2007 2008 République Française Liberté - Egalité Fraternité DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE (DIU) 3 ème Cycle «Organisation et Management

Plus en détail

Plan stratégique pour l éradication de la poliomyélite et la phase finale 2013-2018

Plan stratégique pour l éradication de la poliomyélite et la phase finale 2013-2018 Plan stratégique pour l éradication de la poliomyélite et la phase finale 2013-2018 Organisation mondiale de la Santé 2013 Tous droits réservés. Les publications de l Organisation mondiale de la Santé

Plus en détail

Guide d application et de vérification de l Approche Contractuelle dans la Province de Cyangugu

Guide d application et de vérification de l Approche Contractuelle dans la Province de Cyangugu REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE CYANGUGU PROGRAMME D APPUI AUX SOINS DE SANTE DE BASE/CORDAID Guide d application et de vérification de l Approche Contractuelle dans la Province de Cyangugu 2003-2005

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

MEMOIRE DE FIN D ETUDE

MEMOIRE DE FIN D ETUDE SOMMAIRE DEDICACE REMERCIEMENTS Année académique 2008 2009 DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE (DIU) 3 ème Cycle «Organisation et Management des Systèmes Publics de Prévention Vaccinale dans les Pays en Développement»

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN ********* MINISTERE DE LA SANTE ********* Mars 2010

REPUBLIQUE DU BENIN ********* MINISTERE DE LA SANTE ********* Mars 2010 REPUBLIQUE DU BENIN ********* MINISTERE DE LA SANTE ********* DIRECTIVES NATIONALES EN MATIERE DE MONITORING DES INTERVENTIONS DE SANTE Mars 2010 1 Sommaire Liste des tableaux et figures... 4 Abréviations,

Plus en détail

BULLETIN DU CLUSTER SANTE

BULLETIN DU CLUSTER SANTE 1 BULLETIN DU CLUSTER SANTE SITUATION SANITAIRE SUITE AU CONFLIT ARME AU NORD MALI 31 MAI 2013 N 4 Points Clefs Situation sécuritaire calme mais toujours imprévisible dans les régions du nord. La sixième

Plus en détail

AU BURKINA FASO GUIDE TECHNIQUE POUR LA SURVEILLANCE INTEGREE DE LA MALADIE ET LA RIPOSTE (SECTION 1 A 8 : ETAPES DE LA SURVEILLANCE)

AU BURKINA FASO GUIDE TECHNIQUE POUR LA SURVEILLANCE INTEGREE DE LA MALADIE ET LA RIPOSTE (SECTION 1 A 8 : ETAPES DE LA SURVEILLANCE) MINISTERE DE LA SANTE BURKINA FASO ------------- Unité Progrès Justice SECRETARIAT GENERAL ------------- DIRECTION GENERALE DE LA PROTECTION SANITAIRE ------------- DIRECTION DE LA LUTTE CONTRE LA MALADIE

Plus en détail

Réduction de la Mortalité Infantile : Expérience de la Tunisie et Perspectives. Présentée par Dr. Mounira Garbouj - Tunisie

Réduction de la Mortalité Infantile : Expérience de la Tunisie et Perspectives. Présentée par Dr. Mounira Garbouj - Tunisie Réduction de la Mortalité Infantile : Expérience de la Tunisie et Perspectives Présentée par Dr. Mounira Garbouj - Tunisie * Superficie 154530 Km2 * Population générale : 9 779 000 habitants * Taux de

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

Objectif 3 : Confinement et certification

Objectif 3 : Confinement et certification Objectif 3 : Confinement et certification CONFINEMENT ET CERTIFICATION Principaux objectifs Indicateurs de réalisation Principales activités Certifier l éradication et le confinement de tous les poliovirus

Plus en détail

RAPPORT DE SUPERVISION DU MONITORING DES RELAIS COMMUNAUTAIRE : HUITIEME TRIMESTRE

RAPPORT DE SUPERVISION DU MONITORING DES RELAIS COMMUNAUTAIRE : HUITIEME TRIMESTRE RAPPORT DE SUPERVISION DU MONITORING DES RELAIS COMMUNAUTAIRE : HUITIEME TRIMESTRE I.R 1.2 : Dans chacune des 23 zones sanitaires, le niveau de performance des services de santé et services à base communautaire

Plus en détail

CONTRIBUTIONS DES MUTUELLES DE SANTE AUX ACTIVITES DE VACCINATION DE ROUTINE DANS LE DISTRICT DE TONE TOGO : ETUDE CAS TEMOIN

CONTRIBUTIONS DES MUTUELLES DE SANTE AUX ACTIVITES DE VACCINATION DE ROUTINE DANS LE DISTRICT DE TONE TOGO : ETUDE CAS TEMOIN CONTRIBUTIONS DES MUTUELLES DE SANTE AUX ACTIVITES DE VACCINATION DE ROUTINE DANS LE DISTRICT DE TONE TOGO : ETUDE CAS TEMOIN Mémoire de recherche opérationnelle EPIVAC 2009 Présenté par Dr MAKAWA Makawa-Sy

Plus en détail

LES TESTS. Les tests. Organisation d un projet de recette Les types de tests Les outils

LES TESTS. Les tests. Organisation d un projet de recette Les types de tests Les outils Les tests Organisation d un projet de recette Les types de tests Les outils Organiser le déroulement des tests Spécifier Exécuter les Cahiers de tests les Cahiers de tests Analyser les résultats Correction

Plus en détail

LISTE DES TABLEAUX LISTE DES ABREVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES

LISTE DES TABLEAUX LISTE DES ABREVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES République de Côte d Ivoire Union Discipline - Travail MEMOIRE Pour l obtention du République Française Liberté - Egalité - Fraternité REMERCIEMENTS Nous remercions le Ministère de la Santé et de l Hygiène

Plus en détail

Formation d Auxiliaire ambulancier

Formation d Auxiliaire ambulancier Formation d Dossier d inscription Site de Lyon L Ambulancier assure les transports sanitaires et la surveillance de patients stables à bord des Véhicules Sanitaires Légers. Il est le second membre de l

Plus en détail

Analyse des carences programmatiques de la lutte contre le paludisme : notes d'orientation

Analyse des carences programmatiques de la lutte contre le paludisme : notes d'orientation Analyse des carences programmatiques de la lutte contre le paludisme : notes d'orientation Introduction Une analyse exhaustive des carences programmatiques sous-entend l ensemble des exigences programmatiques

Plus en détail

"Organisation et management des systèmes publics de prévention vaccinale dans les pays en développement" Année Académique 2008-2009

Organisation et management des systèmes publics de prévention vaccinale dans les pays en développement Année Académique 2008-2009 REMERCIEMENTS Au Ministère de la Santé Publique du Cameroun. Année Académique 2008-2009 Diplôme Inter- Universitaire (DIU) 3eme Cycle "Organisation et management des systèmes publics de prévention vaccinale

Plus en détail

ACTED. Bien que les guerres soient officiellement terminées, il persiste des conflits localisés à l Est du territoire.

ACTED. Bien que les guerres soient officiellement terminées, il persiste des conflits localisés à l Est du territoire. Chargé de Logistique RDC Closing date: 04 Sep 2015 I. ACTED ACTED ACTED est une association de solidarité internationale française qui a pour vocation de soutenir les populations vulnérables de par le

Plus en détail

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015 Deuxi ème jour Premier jour Jour 0 Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena 28-30 avril 2015 Date Heure Activité Veille du forum (Hôtel KEMPINSKI) Arrivée

Plus en détail

Guide OMS-UNICEF sur l élaboration d un plan pluriannuel complet de vaccination - PPAc

Guide OMS-UNICEF sur l élaboration d un plan pluriannuel complet de vaccination - PPAc WHO/IVB/14.01F Guide OMS-UNICEF sur l élaboration d un plan pluriannuel complet de vaccination - PPAc Mise à jour : Septembre 2013 DÉPARTEMENT VACCINATION, VACCINS ET PRODUITS BIOLOGIQUES Santé de la famille,

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI118

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI118 TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI118 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Subventions FM concernées Appui au démarrage des activités de distribution

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad

Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad Notre projet en 2009 Prendre soin des orphelins, des nouveaux-nés, des femmes ayant des problèmes d allaitement, des prématurés et des enfants malnutris

Plus en détail

Pourquoi intégrer des chaînes d approvisionnement? de vaccins et d autres produits de santé OPTIMIZE

Pourquoi intégrer des chaînes d approvisionnement? de vaccins et d autres produits de santé OPTIMIZE Immunization systems and technologies for tomorrow D INFORMATION SÉRIE Ce document étudie l intégration des chaînes d approvisionnement de vaccins avec les chaînes d approvisionnement des autres produits

Plus en détail

AGENCE DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES AU TCHAD (ADER-TCHAD) www.ader-tchad.org

AGENCE DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES AU TCHAD (ADER-TCHAD) www.ader-tchad.org AGENCE DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES AU TCHAD (ADER-TCHAD) www.ader-tchad.org Contexte général. Raisons du choix des EnR. Quelques images du Forum fondateur. Résolutions issues du Forum.

Plus en détail

DRC-IHP: Plans de communication, positionnement et de marquage LA PLANIFICATION FAMILIALE DANS LE PMA. Par Dr Colette LOSSO. PF Advisor PROSANI

DRC-IHP: Plans de communication, positionnement et de marquage LA PLANIFICATION FAMILIALE DANS LE PMA. Par Dr Colette LOSSO. PF Advisor PROSANI DRC-IHP: Plans de communication, positionnement et de marquage LA PLANIFICATION FAMILIALE DANS LE PMA Par Dr Colette LOSSO PF Advisor PROSANI 1 PLAN DE LA PRESENTATION 1. LE PROJET PROSANI ET LES DOMAINES

Plus en détail

MANUEL DE FORMATION DES RELAIS COMMUNAUTAIRES EN SANTE MATERNELLE ET NEONATALE ET EN TECHNIQUES DE COMMUNICATION

MANUEL DE FORMATION DES RELAIS COMMUNAUTAIRES EN SANTE MATERNELLE ET NEONATALE ET EN TECHNIQUES DE COMMUNICATION REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité - Travail - Progrès ----------- MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ----------- DIRECTION GENERALE DE LA SANTE PUBLIQUE ----------- DIRECTION DE LA SANTE DE LA MERE ET DE L ENFANT

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI127 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Subventions FM concernées NA (mission régionale) Appui à l élaboration d

Plus en détail

Monitoring et Amélioration de la Performance: Manuel et Guide de Formation

Monitoring et Amélioration de la Performance: Manuel et Guide de Formation Monitoring et Amélioration de la Performance: Manuel et Guide de Formation Issakha Diallo, Elvira Beracochea, Armand Utshudi June 2005 This report was made possible through support provided by the US Agency

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT Titre: Consultance pour l élaboration d un système d information informatisé : système de suivi, de mesure et d évaluation des données sur

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé de l évaluation finale du projet

Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé de l évaluation finale du projet CARE International au Tchad B.P. 106 725,Avenue du Colonel Moll N Djamena, Republique du Tchad Tél: (+235) 52 27 79 Fax: (+235) 52 46 69 Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé de

Plus en détail

LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT EN VACCINS ET LA LOGISTIQUE

LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT EN VACCINS ET LA LOGISTIQUE WHO/IVB/14.05F LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT EN VACCINS ET LA LOGISTIQUE un système négligé bien qu essentiel pour les programmes nationaux de vaccination APPEL À L ACTION lancé aux responsables des programmes

Plus en détail

DIRECTIVES NATIONALES POUR LA PROMOTION DE LA SANTE AU NIVEAU COMMUNAUTAIRE.

DIRECTIVES NATIONALES POUR LA PROMOTION DE LA SANTE AU NIVEAU COMMUNAUTAIRE. REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA SANTE DIRECTION NATIONALE DE LA PROTECTION SANITAIRE DIRECTIVES NATIONALES POUR LA PROMOTION DE LA SANTE AU NIVEAU COMMUNAUTAIRE. Mars 2010 1 TABLE DES MATIERES SOMMAIRE...

Plus en détail

Plaidoyer pour l amélioration des systèmes d information de la vaccination

Plaidoyer pour l amélioration des systèmes d information de la vaccination Immunization systems and technologies for tomorrow FICHE D INFORMATION SÉRIE Plaidoyer pour l amélioration des systèmes d information de la vaccination Ce document explique les raisons pour lesquelles

Plus en détail

Coordination du Cluster Nutrition - Mali Compte-Rendu de la Réunion du 10 JUILLET 2013

Coordination du Cluster Nutrition - Mali Compte-Rendu de la Réunion du 10 JUILLET 2013 Le Mercredi 10 Juillet 2013 entre 09h et 11h, s est tenue dans la salle Déniba de l UNICEF, la 13 ème réunion de l année 2013 de Coordination du CLUSTER Nutrition Mali. Elle a été présidée par Mme Anne

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2013 L assurance maternité Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

Renforcement des capacités des Médias pour promouvoir le développement collaboratif au Tchad

Renforcement des capacités des Médias pour promouvoir le développement collaboratif au Tchad Renforcement des capacités des Médias pour promouvoir le développement collaboratif au Tchad Evaluation finale Annexes Septembre-Décembre 2014 Evaluateur principal: ATCHENEMOU AZOUDOUM Samuel Contacts

Plus en détail

C a p a c i t é d e M é d e c i n e T r o p i c a l e

C a p a c i t é d e M é d e c i n e T r o p i c a l e C a p a c i t é d e M é d e c i n e T r o p i c a l e Etude préalable à la mise en place du carnet de vaccination électronique au Burkina Faso Présenté par MME DELPHINE RUIZ Directeur Pr JEAN-LOUIS KOECK

Plus en détail

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META)

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Synthèse des résultats et recommandations F. CLERC 1, C. EYPERT- BLAISON 1, M. GUIMON

Plus en détail

vaccinale en France Mesure de la couverture Bilan des outils et des méthodes en l an 2000

vaccinale en France Mesure de la couverture Bilan des outils et des méthodes en l an 2000 Mesure de la couverture vaccinale en France Bilan des outils et des méthodes en l an 2000 Document préparé par le Comité de pilotage sur la couverture vaccinale en France sous la coordination de l InVS

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE 22.05.08 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE Le Conseil d administration de la Société Générale a pris connaissance du rapport ci-joint du Comité spécial qu il a constitué le 30

Plus en détail

LES INFECTIONS RESPIRATOIRES AIGUE (IRA) CHEZ LES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS

LES INFECTIONS RESPIRATOIRES AIGUE (IRA) CHEZ LES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES AIGUE (IRA) CHEZ LES ENFANTS DE MOINS DE CINQ ANS PRISE EN CHARGE DES IRA PAR LES AGENTS COMMUNAUTAIRES FORMES ET SUIVIS REVUE DOCUMMENTAIRE U.S. Agency for International Development

Plus en détail

PREAMBULE. Cet atelier s est articulé sur quatre points essentiels à savoir :

PREAMBULE. Cet atelier s est articulé sur quatre points essentiels à savoir : PREAMBULE Le Réseau de Métrologie Sanitaire (RMS) est un partenaire mondial qui s efforce d améliorer la qualité de l information sanitaire à l échelon national et international. Au mois de juin 2006,

Plus en détail

Audit du projet de réouverture des lignes de Nantes à Saint- Gilles Croix de Vie et à Pornic

Audit du projet de réouverture des lignes de Nantes à Saint- Gilles Croix de Vie et à Pornic Audit du projet de réouverture des lignes de Nantes à Saint- Gilles Croix de Vie et à Pornic Du 23 au 25 juin 2015 1 Les objectifs de l Audit La réouverture des lignes de Nantes à Saint Gilles Croix de

Plus en détail

Madame, Monsieur, Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-dessous le calendrier des opérations de fin d exercice de l année 2014.

Madame, Monsieur, Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-dessous le calendrier des opérations de fin d exercice de l année 2014. Direction des Finances Agence Comptable Mesdames et Messieurs les Directeurs de composante et de service commun, les Directeurs d unités de recherche les Directeurs et Responsables de service les Responsables

Plus en détail

UNICEF RCA Spécialistes en Eau/Assainissement, NOC Postes Temporaires no CAR15T14-18-21

UNICEF RCA Spécialistes en Eau/Assainissement, NOC Postes Temporaires no CAR15T14-18-21 RECRUTE Administrateur de Programme Eau/Assainissement, NOB Poste Temporaire no CAR15T25 But du Poste : Basé à Bouar, en Centrafrique, le poste est chargé d apporter une contribution professionnelle et

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

GUIDE DE SUIVI ET D ÉVALUATION

GUIDE DE SUIVI ET D ÉVALUATION GUIDE DE SUIVI ET D ÉVALUATION Lutte contre le VIH, la tuberculose, le paludisme et renforcement des systèmes de santé et des systèmes communautaires Partie 1 : Exigences du système de suivi et d évaluation

Plus en détail

Lignes directrices pour la mise en œuvre d une supervision formative. Un guide point par point accompagné d outils d'aide à la vaccination

Lignes directrices pour la mise en œuvre d une supervision formative. Un guide point par point accompagné d outils d'aide à la vaccination Lignes directrices pour la mise en œuvre d une supervision formative Un guide point par point accompagné d outils d'aide à la vaccination La publication du présent document a été possible grâce à l appui

Plus en détail

Bénin. Enquête Démographique et de Santé 2006. Rapport de synthèse

Bénin. Enquête Démographique et de Santé 2006. Rapport de synthèse Bénin Enquête Démographique et de Santé 2006 Rapport de synthèse Ce rapport résume les principaux résultats de l Enquête Démographique et de Santé (EDSB-III), réalisée au Bénin du 3 août au 18 novembre

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

chaine du froid 31 janvier 2013

chaine du froid 31 janvier 2013 Médicaments et chaine du froid 31 janvier 2013 Plan 1 ère partie: les bonnes pratiques en référence au recommandations du conseil de l Ordre 2 ème partie: Expérience du centre hospitalier 2 partie: Expérience

Plus en détail

L ALLIANCE POUR LA PREVENTION DU PALUDISME

L ALLIANCE POUR LA PREVENTION DU PALUDISME L ALLIANCE POUR LA PREVENTION DU PALUDISME Trousse à outils pour développer des campagnes intégrées afin d encourager la distribution et l utilisation des moustiquaires imprégnées d insecticide de longue

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. : Consultant gestion de l information et des bases de données protection de l enfance (consultation nationale)

TERMES DE REFERENCE. : Consultant gestion de l information et des bases de données protection de l enfance (consultation nationale) TERMES DE REFERENCE Titre Type de contrat Durée : Consultant gestion de l information et des bases de données protection de l enfance (consultation nationale) : SSA : 06 mois Date de clôture : 0 Juin 201

Plus en détail

Utilisation de la téléphonie mobile pour l amélioration de la couverture des interventions à haut impact au Congo

Utilisation de la téléphonie mobile pour l amélioration de la couverture des interventions à haut impact au Congo Utilisation de la téléphonie mobile pour l amélioration de la couverture des interventions à haut impact au Congo Vaccination, déparasitage, supplémentation en vitamine A Projet pilote : Départements de

Plus en détail

R é p u b l i q u e d u B é n i n. M i n i s t è r e d e l a S a n t é PLPL. Mai 2013

R é p u b l i q u e d u B é n i n. M i n i s t è r e d e l a S a n t é PLPL. Mai 2013 R é p u b l i q u e d u B é n i n M i n i s t è r e d e l a S a n t é A g e n c e N a t i o n a l e p o u r l a V a c c i n a t i o n e t l e s S o i n s d e S a n t é P r i m a i r e s PLPL p P Mai 2013

Plus en détail

URGENCE HUMANITAIRE LES 10 COMMANDEMENTS

URGENCE HUMANITAIRE LES 10 COMMANDEMENTS 1. EVALUATION 2. VACCINATION ROUGEOLE 3. EAU & SANITATION 4. ALIMENTATION & NUTRITION 5. ABRIS & CAMPS 6. SOINS DE SANTE 7. MALADIES TRANSMISSIBLES 8. SANTE PUBLIQUE 9. RESSOURCES HUMAINES 10. COORDINATION

Plus en détail

Médecin de desk L ASSOCIATION ALIMA TYPOLOGIE DU POSTE. LIEU DE MISSION : Poste basé à Dakar avec 25 à 30% du temps sur le terrain.

Médecin de desk L ASSOCIATION ALIMA TYPOLOGIE DU POSTE. LIEU DE MISSION : Poste basé à Dakar avec 25 à 30% du temps sur le terrain. Médecin de desk L ASSOCIATION ALIMA L association ALIMA (The Alliance for International Medical Action) a été créée en juin 2009 avec pour objectif de produire des secours médicaux de qualité lors des

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (34)/14.14 Date de publication: 27 juin 2014 TRENTE-QUATRIEME REUNION Date: 1 er -3 juillet 2014 Lieu: Salle du Conseil exécutif, OMS,

Plus en détail

MODULES DE FORMATION DE FORMATEURS en communication sur les pratiques familiales essentielles (PFE)

MODULES DE FORMATION DE FORMATEURS en communication sur les pratiques familiales essentielles (PFE) MODULES DE FORMATION DE FORMATEURS en communication sur les pratiques familiales essentielles (PFE) MAI 2010 SOMMAIRE SIGLES ET ABRÉVIATIONS 4 PRÉAMBULE 5 I. Contexte et Justifi cation 5 II. Public cible

Plus en détail

Présentation du plan national multirisques de préparation paration et de réponse aux catastrophes Burkina Faso

Présentation du plan national multirisques de préparation paration et de réponse aux catastrophes Burkina Faso Présentation du plan national multirisques de préparation paration et de réponse aux catastrophes Burkina Faso Plan de présentation. Contexte du plan. Rôle du CONASUR But du plan. Objectifs du plan. Méthodologie

Plus en détail

SYNDICAT NATIONAL DE L ENSEIGNEMENT PRIVE

SYNDICAT NATIONAL DE L ENSEIGNEMENT PRIVE SYNEP Le «+ santé» Le «+ santé» est une mutuelle santé réservée aux adhérents de la CFECGC, à des conditions préférentielles négociées par la CFECGC en décembre 2007. Le «+ santé», mis à disposition des

Plus en détail

Colloque COMORESPOIR 11 juin 2003 à Paris

Colloque COMORESPOIR 11 juin 2003 à Paris Colloque COMORESPOIR 11 juin 2003 à Paris DOCUMENT DE REFLEXION SUR UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT SANITAIRE AUX COMORES Intervention de Monsieur MOHAMED Adame Cadre Supérieur de Santé Diplômé en Management

Plus en détail

Campagne de contrôle 2013 Inspections/audits et contrôles Hygiène

Campagne de contrôle 2013 Inspections/audits et contrôles Hygiène 2013 Inspections/audits et s Hygiène La présente campagne a été effectuée par des agents du Service de la Sécurité Alimentaire, Direction de la Santé du Ministère de la Santé, et de l Administration des

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA CAISSE AUTONOME DES RETRAITES

REGLEMENT INTERIEUR DE LA CAISSE AUTONOME DES RETRAITES REGLEMENT INTERIEUR DE LA CAISSE AUTONOME DES RETRAITES REGLEMENT INTERIEUR DE LA CAISSE AUTONOME DES RETRAITES ARTICLE 1 er : AFFILIATION DES EMPLOYEURS - IMMATRICULATION DES SALARIÉS - OBLIGATIONS RESPECTIVES

Plus en détail

GOZ BEIDA, TCHAD OCTOBRE 2013

GOZ BEIDA, TCHAD OCTOBRE 2013 GOZ BEIDA, TCHAD OCTOBRE 2013 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier : Le Coverage Monitoring Network pour le soutien technique dans la réalisation de cette enquête, L unité de support pour la sante(hsu)

Plus en détail

BILAN D EXECUTION AU 30 NOVEMBRE DU PTA 2013 DE LA DDS MONO/COUFFO

BILAN D EXECUTION AU 30 NOVEMBRE DU PTA 2013 DE LA DDS MONO/COUFFO BILAN D EXECUTION AU 30 NOVEMBRE DU PTA 2013 DE LA DDS MONO/COUFFO Plan de présentation Introduction Présentation du PTA 2013 de la DDS Mono/Couffo Bilan physique d activités Bilan financier d activités

Plus en détail

L Application de Cartes de Zone et de Profils de Moyens d Existence dans les Analyses de la Sécurité Alimentaire et d Alerte Précoce

L Application de Cartes de Zone et de Profils de Moyens d Existence dans les Analyses de la Sécurité Alimentaire et d Alerte Précoce L Application de Cartes de Zone et de Profils de Moyens d Existence dans les Analyses de la Sécurité Alimentaire et d Alerte Précoce Guide destiné aux représentants et partenaires du FEWS NET (Réseau de

Plus en détail

Cadre de gestion des risques Du CHF en République Centrafricaine Final Nov 2014. Introduction. ETAPPE 1 : Définition du contexte

Cadre de gestion des risques Du CHF en République Centrafricaine Final Nov 2014. Introduction. ETAPPE 1 : Définition du contexte Cadre de gestion des risques Du CHF en République Centrafricaine Final Nov 2014 Introduction Ce document est établi suivant la méthodologie du Cadre de Gestion des Risques (Risk Management Framework) proposé

Plus en détail

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 -

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 - INDICATEURS DU RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITATION BENIN 2002 CHITOU FATAHI Intitulé ETAT DE LA POPULATION Effectif de population par sexe Densité de population Taille moyenne des ménages

Plus en détail

MOOC Initiation à la e-santé

MOOC Initiation à la e-santé MOOC Initiation à la e-santé Association FORMATICSanté Dispositif de formation de Formateurs Tuteurs relais Option 1 Option 2 Pour tous renseignements : contact@formaticsante.com Tél : 06 86 17 08 72 Dispositif

Plus en détail

PROTOCOLE D'ÉVALUATION DES SYSTÈMES NATIONAUX DE SURVEILLANCE ET DE RIPOSTE CONCERNANT LES MALADIES TRANSMISSIBLES

PROTOCOLE D'ÉVALUATION DES SYSTÈMES NATIONAUX DE SURVEILLANCE ET DE RIPOSTE CONCERNANT LES MALADIES TRANSMISSIBLES WHO/CDS/CSR/ISR/2001.2 Distribution: Générale Original: Anglais PROTOCOLE D'ÉVALUATION DES SYSTÈMES NATIONAUX DE SURVEILLANCE ET DE RIPOSTE CONCERNANT LES MALADIES TRANSMISSIBLES DIRECTIVES POUR LES ÉQUIPES

Plus en détail

Kayes, le 09 Avril 2013

Kayes, le 09 Avril 2013 «Rapport de Dépistage de masse dans les structures de santé de la zone d intervention du projet CRM & CRF dans les districts sanitaires de Kayes et Yélimané» «Appui à la prévention et la prise en charge

Plus en détail

ANALYSE INITIALE DE SITUATION DE LA SANTE MATERNELLE NEONATALE ET INFANTILE (SMNI) DANS LE CADRE DES FONDS FRANÇAIS MUSKOKA AU BURKINA FASO

ANALYSE INITIALE DE SITUATION DE LA SANTE MATERNELLE NEONATALE ET INFANTILE (SMNI) DANS LE CADRE DES FONDS FRANÇAIS MUSKOKA AU BURKINA FASO ANALYSE INITIALE DE SITUATION DE LA SANTE MATERNELLE NEONATALE ET INFANTILE (SMNI) DANS LE CADRE DES FONDS FRANÇAIS MUSKOKA AU BURKINA FASO Rapport final Décembre 2012 01 BP 6490 Ouagadougou 01, Burkina

Plus en détail

ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES

ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES FC M1 Management 2012/2013 Projet individuel ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES (Manufacturing Execution System) FC M1 Management 2012_2013 / SYSTEMES D INFORMATION / ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION

Plus en détail

Coordination du Cluster Nutrition - Mali Compte-Rendu de la Réunion du 06 MARS 2013

Coordination du Cluster Nutrition - Mali Compte-Rendu de la Réunion du 06 MARS 2013 Le mercredi 06 Mars 2013 entre 09h et 11h, s est tenue dans la salle Déniba de l UNICEF, la 5 ème réunion de l année 2013 de Coordination du CLUSTER Nutrition Mali. Elle a été présidée par Dr Cissé, Chargé

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES DE MISE EN ŒUVRE DU DEVIS-PROGRAMME N 1 (DP1) ( Période du 1 er Octobre 2003 au 31 Décembre 2005)

RAPPORT D ACTIVITES DE MISE EN ŒUVRE DU DEVIS-PROGRAMME N 1 (DP1) ( Période du 1 er Octobre 2003 au 31 Décembre 2005) Comité Inter- Etats de Lutte Contre la Sécheresse au Sahel (CILSS) Programme Régional de Promotion des Energies Domestiques et Alternatives au Sahel (PREDAS) EQUIPE TECHNIQUE NATIONALE (ETN) DU PREDAS

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail