ECHO ACD UNICEF TCHAD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ECHO ACD UNICEF TCHAD"

Transcription

1 N Mars 2015 Points saillants : Évaluation de la Gestion Efficace des Vaccins au Tchad - Mai 2015 Tenue de la deuxième téléconférence de suivi de la mise en œuvre des activités PEV/ACD Renforcement de la logistique et de la chaine du froid du PEV Analyse des couvertures vaccinales, janvier - mars 2015 Analyse des indicateurs de mise en œuvre de l approche ACD, janvier - mars 2015 Activités menées, défis et perspectives Activités annoncées Évaluation de la Gestion Efficace des Vaccins au Tchad - Mai 2015 La vaccination est mondialement reconnue comme une des interventions de santé les plus couts/ efficaces. Sans vaccin, il n y a pas de vaccination... La chaine de froid est indispensable pour conserver les vaccins à bonne température. La qualité du vaccin est indispensable pour la protection des enfants...et c est à juste titre que l UNICEF appui fortement le Gouvernement Tchadien dans l amélioration de la chaine du froid du PEV. Cet appui de l UNICEF passe par le renforcement de la chaine de froid, l amélioration de tout le système d approvisionnement et de gestion du vaccin. Pour améliorer le système d approvisionnement et de gestion des vaccins, il est recommandé aux pays de mener une évaluation de la Gestion Efficace des Vaccins (GEV) tous les 3 à 4 ans. La dernière GEV a eu lieu au Tchad en 2010 et a été suivie d un plan de revitalisation de la chaine de froid développé en Rappelons que l Initiative de l Eradication de la Poliomyélite compte parmi les priorités nationales nécessitant des vaccins de qualité. De plus, le pays se prépare à l introduction de nouveaux vaccins dans le PEV de routine. Ces introductions nécessitent une augmentation importante de la capacité de stockage de la chaîne de froid, l amélioration du système d approvisionnement et de la gestion des stocks entre autres. C est à ce propos que le Plan annuel du PEV 2015 a prévu une évaluation de la GEV. Cette évaluation est supportée par l UNICEF et a démarré ce mois de Mai et se poursuivra jusqu à la fin de la première semaine de Juin A la suite de la GEV, il est prévu un plan d amélioration à court, moyen et long terme du système de gestion des vaccins. Revenant aux nouveaux vaccins, il est important de noter que le Vaccin Polio Injectable (VPI) sera introduit dans la vaccination de routine au mois de 15 Juin Téléconférence PEV/ACD pour le suivi des districts appuyés par l UNICEF Tel que décidé en décembre 2014 et après celle de mars 2015, la deuxième téléconférence de suivi de la mise en œuvre des activités PEV/ACD dans les districts sanitaires appuyés par l UNICEF s est tenue le 28 avril 2015 avec la participation de tous les 10 superviseurs (staff et consultants). Elle a permis de faire le point sur la mise en œuvre des recommandations de la première tenue le 10 mars, sur les activités réalisées et les performances par district, ainsi que les activités planifiées en mai Cette téléconférence représente l opportunité idoine pour mener un suivi rapproché de la mise en œuvre des activités sur le terrain afin de résoudre au fur et à mesure les problèmes identifiés. TC PEV/ACD - 28 avril 2015 Nouvelles chambres froides PEV central Figure 1 : En bleu, districts ACD supportés L UNICEF appuie le Tchad dans le renforcement de la chaine de froid du PEV Dans le cadre du plan de revitalisation issu de l évaluation GEV menée au Tchad en 2010, le plan d amélioration du système de gestion des vaccins élaboré prévoyait entre autres la construction et l équipement d un dépôt central à N Djamena et de 4 dépôts sub-nationaux à N Djamena, Moundou, Sarh et Abéché. Sur le plan infrastructurel, la construction du dépôt central à N Djamena et des dépôts sub-nationaux de Moundou et de Sarh est achevée. Sur le plan équipement : Au niveau central à N Djamena, ont été acquis et installés par l UNICEF : 4 chambres froides positives de 40 m³, 1 chambre froide négative de 30 m³, 2 générateurs électriques de 110 KVA. Au niveau de chaque dépôt sub-national (Moundou et Sarh), l UNICEF a acquis et installé: 1 chambre froide positive de 40 m³, 2 générateurs électriques de 60 et 45 KVA. Au niveau du dépôt sub-national d Abéché, ont été installés: 1 chambre froide positive de 25 m³, 1 chambre négative de 15 m³, 2 générateurs électriques de 60 KVA, l installation d une chambre froide positive de 40 m³ est en cours. La remise officielle de toutes ces acquisitions au Ministère de la Santé par l UNICEF aura lieu dans les prochaines semaines. Par ailleurs, au niveau périphérique, 109 réfrigérateurs solaires de 100 litres de capacité ont été installés dans tous les districts sanitaires du pays, 83 autres réfrigérateurs sont acquis pour être installés dans les centres de santé.

2 Districts sanitaires Couvertures vaccinales dans les 19 districts sanitaires Tableau I : Couvertures vaccinales par district sanitaire, janvier à mars 2015 CV BCG CV Penta 1 CV Penta 3 CV Polio 3 CV Rougeole CV Fièvre jaune CV VAT 2+ Taux d'abandon Bousso Dourbali Massenya Goz Beida Mangalme Mao Moundou Bebedjia Bessao Beboto Bodo Ndjam. Centre Ndjam. Sud Abdi Am Timan Bere Kelo Lai Guereda Moyenne 19 DS Pays De janvier à mars 2015 (tableau 1), la couverture vaccinale moyenne des 19 districts sanitaires atteint et dépasse les 80% pour tous les antigènes. Dans l ensemble, cette moyenne est meilleure que les performances au niveau national tout antigène confondu. Les meilleures performances sont notées dans 3 districts sanitaires sur 19 à savoir Abdi, Dourbali et Kelo. Par contre, les plus faibles performances sont notées dans 8 districts sur 19 (Moundou, Bessao, Beboto, N Djamena centre, Am-Timan, Béré et Guereda). Le district de Dourbali s est amélioré pendant que Beboto a régressé. En outre, des couvertures vaccinales largement supérieures à 100% sont enregistrées dans 15 districts sanitaires sur 19. Ceci révèle une fois de plus la faible qualité des données mais pourrait également être lié à la non maitrise du dénominateur. On note une discordance entre le Penta3 et le VPO3, surtout dans 4 districts sanitaires, N Djamena centre, Mao, Bébédjia et Bessao. Il en est de même entre le VAR et le VAA (N Djamena centre, Mangalme, Bebedja, Bessao, Bodo et Lai). Pour certains districts, il s agirait des erreurs de compilation des données au PEV central, les vérifications sont en cours Mars 2014 Mars 2015 La figure 2 ci-contre montre une légère amélioration de la couverture vaccinale moyenne des 19 districts en mars 2015 par rapport à Cette amélioration est également notée dans 11 districts sanitaires sur 19. Ceci pourrait s expliquer par la disponibilité à temps de l appui financier ACD au 1er trimestre 2015 ayant permis la réalisation des stratégies avancées, des supervisions et des réunions mensuelles de monitoring. Cette amélioration a permis de gagner 10 points par rapport à 2014 (passage de la moyenne des 19 districts de 76% en 2014 à 86% en 2015), alors qu au niveau Pays il y a plutôt une baisse de 81% a 77%. Pour 6 districts (Goz-Beida, Mangalme, Moundou, Beboto, Bessao et Kelo), on note plutôt une régression en Figure 2 : Couvertures Vaccinales Penta3 par district, mars mars 2015 Selon le graphique de la figure 3, sous réserve de la problématique de la faible fiabilité des données, il y a amélioration des performances en 2015 par rapport à On note en effet une baisse du nombre de districts sanitaires de couvertures vaccinales comprises entre 50% et 80%, qui est passé de 7 en 2014 à 5 en 2015, une baisse du nombre de districts sanitaires en dessous de 50% de 3 a 1, et surtout l augmentation du nombre de districts sanitaires avec au moins 80% de couvertures vaccinales, passant de 9 en 2014 à 13 en Le seul district sanitaire dont la couverture vaccinale est reste en dessous de 50% en mars 2015 est Bessao (données encore partielle pour ce district). Des efforts sont en cours pour amener tous les districts sanitaires à atteindre au moins 80% pour le Penta3 d ici la fin de l année Figure 3 : Classification des districts en fonction du niveau de Performances (CV Penta3), mars 2014 et mars 2015 Nette amélioration des performances en 2015 par rapport à Moyenne des 19 districts ACD de l UNICEF nettement supérieure à la couverture vaccinale nationale tout antigène confondu; 2. Augmentation en 2015 du nombre des districts avec couvertures vaccinales supérieures ou égales a 80%, passant de 9 a 13; 3. Amélioration de la couverture vaccinale dans 11 districts sanitaires sur Supervision et coaching réguliers des districts de faible performance ; 2. Renforcer la recherche active des perdus de vue afin de réduire les taux d abandon. 1. Persistance des couvertures vaccinales supérieures à 100% dans 15 districts sanitaires sur 19; 2. Seuls 2 districts sanitaires (Abdi et Massenya) sur 19 ont un taux d abandon inférieur à 10% pour la période de janvier a mars 2015; 3. Baisse de la couverture vaccinale en 2015 dans 6 districts sanitaires

3 Indicateurs de mise en œuvre de l approche ACD dans les 19 districts sanitaires Les analyses faites ont permis de présenter ci-dessous, l évolution des principaux indicateurs de mise en œuvre de l approche ACD de janvier à mars 2015 pour les districts appuyés par l UNICEF. Figure 4 : Indicateurs ACD niveau CS de janvier a mars 2015 Figure 5 : Indicateurs ACD niveau DS, de janvier a mars 2015 Le graphique de la figure 4 ci-dessus présente quelques indicateurs essentiels de la mise en œuvre de la stratégie ACD au niveau centre de santé de janvier à mars Le niveau de performance est meilleur pour 3 des 6 indicateurs (disponibilité des outils, disponibilité des vaccins et intrants et gestion de la chaine de froid) qui atteignent 80% en février et mars 2015 pour les 2 premiers et en janvier et février pour le troisième. La disponibilité des vaccins et intrants et la gestion de la chaine de froid connaissent cependant une légère baisse en mars Par contre, pour les 3 autres indicateurs (réalisation de stratégies avancées, réunions avec la communauté et récupération des perdus de vue), malgré une amélioration progressive de janvier à mars 2015 pour le premier et de janvier à février 2015 pour le second, la performance reste faible. Ces performances sont non seulement plus faibles pour la récupération des enfants perdus de vue, mais elles connaissent une régression depuis janvier Concernant le niveau district, l on constate selon le graphique de la figure 5 une meilleure performance pour 2 des 6 indicateurs (disponibilité des vaccins et intrants et gestion de la chaine de froid). Ces 2 indicateurs atteignent le score de 80% de janvier à mars 2015 malgré une légère baisse en mars Par contre, les 4 autres indicateurs (disponibilité des outils, réalisation des stratégies mobiles, supervisions et tenue des réunions de monitoring) n atteignent pas 80% depuis le début de l année On note une amélioration progressive de janvier à mars 2015 pour la disponibilité des outils de gestion. Tel qu on peut le voir sur le graphique de la figure 6 ci-contre, la disponibilité des vaccins et intrants du PEV atteint en moyenne 80% en janvier, février et mars Elle est meilleure (100%) dans 3 districts sanitaires: Dourbali, Goz-Beida et N Djamena centre. Elle atteint au moins 80% dans 3 districts : Lai, N Djamena sud et Massenya. On note une absence des données pour le district sanitaire d Abdi qui n a pas été supervisé. Il devra être supervisé prioritairement en Mai 2015 afin que ses données soient disponibles et analysées. Figure 6 : Disponibilité en vaccins et intrants, janvier mars 2015 Figure 7 : Réalisation des stratégies avancées, janvier mars 2015 La réalisation des stratégies avancées reste faible pendant les 3 premiers mois 2015 tel qu on peut le voir sur la figure 7. La cible de 80% est atteinte dans 3 districts : Bebedja, Goz-beida et Massenya. Une progression est notée a Beboto, N Djamena Centre, N Djamena sud, Bere, Kelo et Guereda. Les performances sont faibles dans beaucoup de districts et ceci peut s expliquer par la non mise à disposition des fonds du 1 er trimestre 2015 dans les districts d Am-Timan, Mangalme et Moundou du fait de la non justification des financements antérieurs. Pour les autres districts de faibles performances, il s agirait de problème spécifique tel que la faiblesse de l équipe, d où la nécessité d un coaching rapproché par les consultants. Ce début timide va jouer négativement sur les performances de toute l année. C est ainsi qu il est primordial de renforcer d avantage les dispositions mises en place dans tous les districts afin d atteindre toutes les cibles. 1. Amélioration progressive de la réalisation des stratégies avancées dans 6 districts sanitaires (Beboto, N Djamena Centre, N Djamena sud, Bere, Kelo et Guereda); 2. Bonne disponibilité des outils de gestion, des vaccins et intrants; 3. Bonne gestion de la chaine de froid. 1. Retard de la justification des fonds par les districts, ce qui retardera le déblocage des fonds du second trimestre; 2. Faible et régression de la récupération des enfants perdus de vue du fait de la démotivation des relais communautaires. 1. Accélérer la procédure de justification des fonds ACD du 1er trimestre 2015 et transmettre de toute urgence les requêtes pour le déblocage des fonds du 2e trimestre 2015; 2. Identifier des méthodes locales de motivation des relais communautaires dans les districts sanitaires.

4 Complétude et promptitude des rapports Tableau II : Complétude des données ACD des Districts vers le niveau central, janvier - mars 2015 De janvier à mars 2015, il était attendu de chaque district sanitaire, 3 rapports mensuels sur le suivi et la collecte des indicateurs de processus de mise en œuvre de la stratégie ACD. Selon le tableau 2 ci-contre, la complétude globale des 19 districts pour la période janvier à mars 2015 est de 84%. Elle est supérieure a 80% et est restée égale à celle de février Les rapports manquants concernent 3 districts sanitaires (Abdi, Bodo et Mao). Mao n a pas été supervisé en avril 2015 et les districts sanitaires d Abdi et Bodo n utilisent pas encore le masque ACD. Lors de la supervision formative d avril 2015, ce masque a été remis au district de Bodo et l équipe a été briefée sur son utilisation. Le système mis en place pour la collecte des indicateurs ACD ne permet pas un bon suivi de la promptitude y relative. Avec plus d implication des consultants C4D de l UNICEF dans la vaccination de routine, et du fait de leur présence dans plusieurs districts ne transmettant pas les données, nous sommes convaincu d améliorer dans le court terme la complétude des données. Districts sanitaires Rapports attendus Rapports reçus Complétude (%) Abdi Am Timan Bebedjia Beboto Bere Bessao Bodo Bousso Dourbali Guereda Goz beida Kelo Laï Mangalme Mao Massenya Moundou N djamena Centre N djamena Sud Globale La complétude globale des rapports mensuels de vaccination (RMV) pour les 19 districts sanitaires reste faible (73%) et inferieure à 80%. Elle atteint 80% tout de même dans 13 des 19 districts. Quant à la promptitude, elle est également très faible, avec une moyenne de 66%. Elle est meilleure (supérieure à 80%) dans 10 districts sanitaires : Abdi, Am-Timan, Bebedja, Bere, Guereda, Kelo, Lai, Mangalme, N'Djamena centre et N'Djamena sud. Elle est plus faible (33%) dans les districts sanitaires de Bousso et Massenya (55%). L absence des données des districts de Bessao, Beboto, Mao et Bodo s explique par : non supervision des 3 premiers en avril 2015, non utilisation du DVD_MT par Bodo et les difficultés de partage par internet. La supervision de Mao est en cours et permettra de récupérer les données. Figure 8 : Complétude et promptitude des RMV des ZR vers les DS, janvier à mars Bonne complétude (100%) des données ACD dans 14 districts sanitaires; 2. Bonne promptitude ( 80%) des RMV dans 10 districts (Abdi, Am-Timan, Bebedja, Bere, Guereda, Kelo, Lai, Mangalme, N'Djamena centre et N'Djamena sud). 1. Données sur les indicateurs de suivi de la mise en œuvre de la stratégie ACD manquantes dans 3 districts sanitaires sur 19 (Abdi, Bodo et Mao) du fait soit de la non supervision, soit du faible partage ou de la non utilisation de l outil; 2. Données de l outil DVD_MT manquantes dans 4 districts sanitaires sur 19 du fait de la non supervision des districts concernés (Bessao, Beboto, Bodo et Mao). Améliorer les délais de partage de toutes les bases de données à tous les niveaux afin de faciliter les analyses et permettre que la retro information se fasse dans les meilleurs délais.

5 Activités menées, défis et perspectives Tableau IV : Principales activités réalisées au 1er trimestre 2015 et résultats obtenus Activités Période Résultats Tenue de la 2e téléconférence mensuelle de suivi de la mis en œuvre des activités PEV/ACD 28 avril 2015 Téléconférence tenue avec la participation des tous les 5 membres de l équipe PEV/UNICEF N Djamena et de tous les 5 superviseurs de terrains (Staff et Consultants) Finalisation des travaux de câblage de l électrification pour la nouvelle chambre froide du PEV central Poursuite et finalisation du renforcement des capacités de stockage des vaccins et consommables. Formation des formateurs et des superviseurs pour l introduction du VPI dans le PEV au Tchad Tenue des réunions préparatoires de l évaluation conjointe du PEV (y compris pour le Renforcement du Système de Santé de GAVI) 23 au 24 A compter de Mai 2015 Chambres froides au niveau national sont fonctionnelles Le chantier du dépôt central de N Djamena en arrêt depuis une année a repris. Le démarrage de 5 chambres froides (soit au total 160 m3 en positif et 30 m3 en négatif) est programmé pour la fin de ce mois. 22 Formateurs et superviseurs formés dont 12 cadres du Ministère de la Santé Publique et 10 des partenaires (OMS UNICEF) Assurer la réussite de l évaluation conjointe Formation des superviseurs pour la campagne de vaccination contre le tétanos maternel et néonatal dans le 2e groupe de 46 districts sanitaires prioritaires prévue du 2 au 8 mai avril 2015 Tous les superviseurs centraux ont été formés Appui au Gouvernement pour l organisation du 2e passage de la campagne de vaccination contre la poliomyélite couplée à la supplementation en vitamine A et déparasitage au Mebendazole 24 au 26 avril 2015 La compilation des résultats est en cours au PEV pour les couvertures administratives et a l OMS pour le monitorage indépendant Défis : Justification dans les délais, des fonds reçus pour le 1er trimestre 2015 par les régions et districts sanitaires et déblocage des fonds du second trimestre 2015 afin d assurer la continuité des activités. Perspectives/Orientations pour avril 2015 : 1. Intensification des supervisions formatives, avec priorité dans les districts à faible performance; 2. Justification des fonds du 1er trimestre 2015 et production simultanée des requêtes pour le déblocage des fonds du second trimestre Information : Tenue de la réunion du TAG du 11 au 13 mai 2015 à N Djamena Activités annoncées : 1. Evaluation de l efficacité de la gestion des vaccins (GEV) en mai 2015 et présentation des résultats en Juin 2015; 2. Formation des formateurs régionaux et de districts de N Djamena et Chari Baguirmi sur l introduction du VPI en Mai Introduction du VPI dans le PEV à compter de juin 2015; 4. Evaluation conjointe prévue pour le mois de Juin 2015; 5. Campagne de vaccination contre le tétanos maternel et néonatal dans le 2e groupe de 46 districts sanitaires prioritaires du 2 au 8 mai Campagne de vaccination contre la Polio dans les districts frontaliers prévue du 29 au 31 Mai 2015; 7. Remise officielle des chambres froides au Gouvernement dans les prochaines semaines. Supervision : Bruno MAES, Représentant UNICEF Tchad Coordination : Dr Gianluca FLAMIGNI, Chef de Programme Survie et Développement de l Enfant Dr Mehoundo FATON, Chef Section Santé Nutrition Chef d équipe de rédaction : Dr Clément DJUMO, Immunization Specialist Équipe de rédaction: Dr Sylvain DJIMRANGAR, Dr David MEKONTSO, Dr Yangar MYANGINGAR, Dr DJIBA NELEKO, Dr NDJEKEME BENINGA, Dr Marie Thérèse BARANYIKWA, Khadidja TOLOUMBAYE

Système logistique optimisé: Projet de mise à l échelle

Système logistique optimisé: Projet de mise à l échelle Système logistique optimisé: Projet de mise à l échelle Présentation du Projet aux Partenaires Cotonou, Bénin 26 Mars 2015 Plan de présentation Contexte Démarche et orientation stratégique Mise en œuvre

Plus en détail

ENVIRONNEMENT FAVORABLE

ENVIRONNEMENT FAVORABLE Feuille de route pour la mise à l échelle de la PCIMA au Tchad. Atelier pour la revue nationale de la PCIMA. Ndjamena, novembre 2015 ENVIRONNEMENT FAVORABLE LEADERSHIP INSTITUTIONNEL 1 r avec le processus

Plus en détail

LA RD-CONGO FACE A LA RECRUDESCENCE DE LA POLIOMYÉLITE, EN 2010

LA RD-CONGO FACE A LA RECRUDESCENCE DE LA POLIOMYÉLITE, EN 2010 MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE République Démocratique du Congo Réunion du Conseil de Surveillance Indépendant pour l Eradication de la Polio Genève, 21-22 Décembre 2010 LA RD-CONGO FACE A LA RECRUDESCENCE

Plus en détail

Résumé : résultats de la réunion, principales recommandations et actions pour le suivi. Monrovia, 22 juillet 2015

Résumé : résultats de la réunion, principales recommandations et actions pour le suivi. Monrovia, 22 juillet 2015 Résumé : résultats de la réunion, principales recommandations et actions pour le suivi Monrovia, 22 juillet 2015 Principaux messages résumés Les participants ont reconnu que, pour les trois pays, la réunion

Plus en détail

CONSOLIDATED RESULTS REPORT. Country : COMOROS Programme Cycle : 2008 to 2014

CONSOLIDATED RESULTS REPORT. Country : COMOROS Programme Cycle : 2008 to 2014 CONSOLIDATED RESULTS REPORT Country : COMOROS Programme Cycle : 2008 to 2014 1. Key Results Expected (restate, 1.1 Réduction du taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans de 71 à 40 pour 1 000 (conformément

Plus en détail

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO)

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) MEMPD Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) Titre 14. Programmes et politiques Présenté par : 14.4. Evaluation

Plus en détail

Plan d urgence pour l interruption de la circulation du poliovirus sauvage en RDC

Plan d urgence pour l interruption de la circulation du poliovirus sauvage en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Plan d urgence pour l interruption de la circulation du poliovirus sauvage en RDC Deuxième Semestre 2012 Elaboré par le Ministère de la Santé

Plus en détail

Nom et signature de l enquêteur : ---------------------------------------------------------------------------------------------

Nom et signature de l enquêteur : --------------------------------------------------------------------------------------------- MINISTERE DE LA SANTE REPUBLIQUE TOGOLAISE ------------------- Travail Liberté- Patrie DIVISION DE L IMMUNISATION EVALUATION DE LA CAMPAGNE ROUGEOLE/VITA/ALBENDAZOLE 2015 QUESTIONNAIRE DE REGION (DRS)

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE MEDECINS DU MONDE - BELGIQUE

RAPPORT D ACTIVITE MEDECINS DU MONDE - BELGIQUE Allemagne Argentine Belgique Canada Espagne Grèce Italie Japon Pays-Bas Portugal Royaume-Uni Suède Suisse France RAPPORT D ACTIVITE DE LA RIPOSTE A L EPIDEMIE DE ROUGEOLE MENEE DU 11 AU 15 DECEMBRE 2012

Plus en détail

Quatre stratégies principales ont été définies pour maintenir une réduction de la mortalité liée à la rougeole

Quatre stratégies principales ont été définies pour maintenir une réduction de la mortalité liée à la rougeole Termes de Reference Recrutement d un bureau d étude ou une institution pour l Enquête de Couverture Vaccinale (ECV) post campagne Rougeole en Mauritanie 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Lors de l assemblée

Plus en détail

Coordinateur de Projet H/F - Zinder - NIGER

Coordinateur de Projet H/F - Zinder - NIGER Coordinateur de Projet H/F - Zinder - NIGER L association ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a pour objectif

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

Gestion de stock des utérotoniques

Gestion de stock des utérotoniques Cahier du Participant Gestion de stock des utérotoniques Résumé de la session La disponibilité des médicaments utérotoniques est une composante clé de n importe quelle intervention GATPA. L ocytocine est

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT Titre: Consultance pour l élaboration de la Base de données communautaires pour la santé et formation des administrateurs/formateurs Type de

Plus en détail

II. Description de la mission d expertise

II. Description de la mission d expertise Termes de références Mission n 12INI136 TCHAD / Mission de diagnostic en vue de renforcer le système d approvisionnement et des stocks d ARV du niveau périphérique vers le niveau central. Demandeur : CNLS

Plus en détail

Termes de référence Appel à candidature

Termes de référence Appel à candidature Termes de référence Appel à candidature Expert pour analyser & valoriser des données quantitatives 1- Fiche signalétique de la mission Titre étude/recherche : Etude d évaluation de l efficacité de la kinésithérapie

Plus en détail

Activités sanitaires- région de Kidal

Activités sanitaires- région de Kidal Mission Mali 1 Activités sanitaires- région de Kidal 1 S1 à S20 Année 2013 Médecins du Monde - Belgique 2 Plan de l exposé» Contexte» Réponse à l Urgence Sanitaire» Etat des lieux» Paquet d activités mené

Plus en détail

Annexe III. Indicateurs de viabilité financière recommandés

Annexe III. Indicateurs de viabilité financière recommandés Annexe III. Indicateurs de recommandés Le tableau suivant présente des indicateurs de possibles en ce qui concerne des programmes de vaccination. L'un ou plusieurs de ces indicateurs peuvent être sélectionnés

Plus en détail

Rapport de mission de supervision

Rapport de mission de supervision Rapport de mission de supervision 11-17 Novembre 2012 Département de l Alibori et de l Alibori I Introduction contexte Le MEDISTOCK demeure l un des logiciels efficaces dans la gestion des médicaments

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Termes de références Mission n Burundi / Assistance technique pour l appui au renforcement du système de gestion des achats et des approvisionnements Demandeur : Secrétariat Exécutif Permanent du Conseil

Plus en détail

TCHAD - Coordinateur Logistique H/F N Djamena

TCHAD - Coordinateur Logistique H/F N Djamena TCHAD - Coordinateur Logistique H/F N Djamena L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale fondée en 2009. ALIMA a pour objectif

Plus en détail

RAPPORT ATELIER DE FORMATION DU SOUS CLUSTER SECURITE ALIMENTAIRE GORE

RAPPORT ATELIER DE FORMATION DU SOUS CLUSTER SECURITE ALIMENTAIRE GORE RAPPORT ATELIER DE FORMATION DU SOUS CLUSTER SECURITE ALIMENTAIRE GORE Photo : une vue des participants à la formation Juillet 2015 Nodjimadji Ngardinga, Consultant National Elie Djimbarnodji, Information

Plus en détail

Mesurer l efficacité de la formation

Mesurer l efficacité de la formation Pascaline MALASSINGNE Mesurer l efficacité de la formation Évaluer le résultat et la rentabilité, 2007 ISBN : 978-2-212-53794-9 Chapitre 5 Les trois cartes de l efficacité en formation La démarche finalisée

Plus en détail

Différences entre DQA et RDQA

Différences entre DQA et RDQA OUTIL De l ASSURANCE DE LA QUALITE DES DONNEES DE ROUTINE (RDQA) Fiche documentaire- novembre 1, 2007 1 HISTORIQUE Les programmes nationaux et les donateurs travaillent ensemble vers la réalisation de

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne Année scolaire 2009-2010 Service de Protection Maternelle et Infantile Exploitation des données statistiques : Observatoire de la santé

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Bureau sous-régional, Afrique de l Ouest et du Centre. ASRO-WACA Dakar RAPPORT ANNUEL 2011 D ACTIVITES DU PROJET

Plus en détail

UN ENTREPÔT MOBILE LIVRE DES VACCINS ET DES PRODUITS DE SANTÉ ESSENTIELS AU SÉNÉGAL

UN ENTREPÔT MOBILE LIVRE DES VACCINS ET DES PRODUITS DE SANTÉ ESSENTIELS AU SÉNÉGAL UN ENTREPÔT MOBILE LIVRE DES VACCINS ET DES PRODUITS DE SANTÉ ESSENTIELS AU SÉNÉGAL En mars 2011, le gouvernement du Sénégal a mis en place un «entrepôt mobile» pour transporter mensuellement des vaccins

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

Expert(e) en Qualité/accréditation en Santé. Sénégal

Expert(e) en Qualité/accréditation en Santé. Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Elaboration d un manuel des procédures

Plus en détail

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

CONTEXTE ET JUSTIFICATION CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le tabagisme est l une des plus grandes menaces actuelles pour la santé mondiale. Il crée une forte dépendance chez les consommateurs habituels qu il finit par tuer, et présente

Plus en détail

Bilan de la campagne de vaccination contre la grippe 2014-2015

Bilan de la campagne de vaccination contre la grippe 2014-2015 Bilan de la campagne de vaccination contre la grippe 2014-2015 POINTS SAILLANTS Un peu plus de 273 200 doses de vaccin contre la grippe ont été administrées en Montérégie. Près de 157 300 doses ont été

Plus en détail

Par. Dr Jean-Claude LODJO, MCZS KGS. Mme GUEHOU Françoise, RSO ZS KGS. YAROU CHABI Arouna, RFC BZ KGS

Par. Dr Jean-Claude LODJO, MCZS KGS. Mme GUEHOU Françoise, RSO ZS KGS. YAROU CHABI Arouna, RFC BZ KGS R é p u b l i q u e d u B é n i n M I N I S T E R E D E L A S A N T E D i r e c t i o n D é p a r t e m e n t a l e d e l a S a n t é d u B o r g o u e t d e l A l i b o r i Z O N E S A N I T A I R E D

Plus en détail

Du 24 au 26 mars 2008

Du 24 au 26 mars 2008 CENTRE DE FORMATION CONTINUE RAPPORT DE FORMATION MESURE ET CONTRÔLE DES IMPAYÉS Du 24 au 26 mars 2008 RAPPORT DE FORMATION I # 3 T2 AVRIL 2008 INTRODUCTION TI Du 24 au 26 mars 2008, une séance de formation

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI148

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI148 TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI148 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Appui à la gestion de subvention du Fonds

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI136 (volet 2)

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI136 (volet 2) TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI136 (volet 2) I. Informations générales Intitulé de la mission Mission de Renforcement des capacités en gestion financière et comptable de subvention Composante Thématique(s)

Plus en détail

PLANIFICATION DE L INTRODUCTION DU VPI. Foire aux questions (FAQ)

PLANIFICATION DE L INTRODUCTION DU VPI. Foire aux questions (FAQ) PLANIFICATION DE L INTRODUCTION DU VPI Foire aux questions (FAQ) Mars 2014 En mai 2012, l Assemblée mondiale de la Santé a déclaré que l achèvement de l éradication du poliovirus était une urgence programmatique

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Observations écrites de l ACEF de l Outaouais

Observations écrites de l ACEF de l Outaouais Consultant en énergie et en environnement Régie de l énergie du Québec R-3709-2009 Demande relative à l approbation annuelle du budget 2010-2011 des programmes et des interventions de l Agence de l efficacité

Plus en détail

Elimination de la Transmission DU VIH de la mère à l enfant au Bénin Point 31 décembre 2014

Elimination de la Transmission DU VIH de la mère à l enfant au Bénin Point 31 décembre 2014 Elimination de la Transmission DU VIH de la mère à l enfant au Bénin Point 31 décembre 2014 DNSP(PNLS)-DSME Cotonou, 26 mars 2015 Plan Introduction Rappel du processus PTME Quelques indicateurs Grandes

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Politique d Approvisionnement et Distribution des Médicaments aux districts sanitaires dans le secteur public

Politique d Approvisionnement et Distribution des Médicaments aux districts sanitaires dans le secteur public Politique d Approvisionnement et Distribution des Médicaments aux districts sanitaires dans le secteur public Présenté par Dr AKE Awoh Pierre Pharmacien Gestionnaire des Grands Comptes Régionaux Zone Commerciale

Plus en détail

UN COUP DE POUCE POUR PENSER SON EVALUATION INDICATEURS D EVALUATION 4 EXEMPLES DANS LES DOMAINES DE L EAU, DE L EDUCATION,

UN COUP DE POUCE POUR PENSER SON EVALUATION INDICATEURS D EVALUATION 4 EXEMPLES DANS LES DOMAINES DE L EAU, DE L EDUCATION, UN COUP DE POUCE POUR PENSER SON EVALUATION INDICATEURS D EVALUATION 4 EXEMPLES DANS LES DOMAINES DE L EAU, DE L EDUCATION, DE LA SANTE ET DU DEVELOPPEMENT. Les indicateurs ci-dessous sont donnés à titre

Plus en détail

SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR LES BESOINS DES CONSEILS ET LES MOYENS D Y RÉPONDRE SYNTHÈSE DU SONDAGE ET RECOMMANDATIONS

SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR LES BESOINS DES CONSEILS ET LES MOYENS D Y RÉPONDRE SYNTHÈSE DU SONDAGE ET RECOMMANDATIONS SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR LES BESOINS DES CONSEILS ET LES MOYENS D Y RÉPONDRE SYNTHÈSE DU SONDAGE ET RECOMMANDATIONS Le 2 juin 2003 Landal inc. SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR

Plus en détail

DES SUPERVISEURS DES SERVICES A BASE COMMUNAUTAIRE (AC/SBC) EN GESTION DES INFORMATIONS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE ET DE LA SANTE MATERNELLE

DES SUPERVISEURS DES SERVICES A BASE COMMUNAUTAIRE (AC/SBC) EN GESTION DES INFORMATIONS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE ET DE LA SANTE MATERNELLE MSHP MODULE D ORIENTATION DES SUPERVISEURS DES SERVICES A BASE COMMUNAUTAIRE (AC/SBC) EN GESTION DES INFORMATIONS DE LA PLANIFICATION FAMILIALE ET DE LA SANTE MATERNELLE Réalisé en mai 2012 avec l appui

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

Master en Sciences de l éducation Règlement du stage

Master en Sciences de l éducation Règlement du stage Master en Sciences de l éducation Règlement du stage adopté par le Conseil de Département des Sciences de l éducation, dans sa séance du 26.03.2015 1. Contexte Le module «Développement professionnel» du

Plus en détail

Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte

Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte Décembre 2014 Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte Travaux d amélioration de la mesure mis en œuvre suite à l audit mené en 2013 par le cabinet Ernst

Plus en détail

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES Le présent plan n est pas un document indépendant. Il faut le considérer dans le contexte du Plan d urgence de la ville de Moncton. 1 Préambule Le

Plus en détail

NIGER - ZINDER - Logisticien Projet H/F

NIGER - ZINDER - Logisticien Projet H/F NIGER - ZINDER - Logisticien Projet H/F L association ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a pour objectif de

Plus en détail

AVANT/APRÈS : L APPORT DE LA MISE EN PLACE D UN REGISTRE DE VACCINATION EN LIGNE POUR PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN ALBANIE

AVANT/APRÈS : L APPORT DE LA MISE EN PLACE D UN REGISTRE DE VACCINATION EN LIGNE POUR PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN ALBANIE AVANT/APRÈS : L APPORT DE LA MISE EN PLACE D UN REGISTRE DE VACCINATION EN LIGNE POUR PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN ALBANIE À partir de 2011, l Institut de santé publique d Albanie a collaboré avec le projet

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Démontrer l impact de la communication : étude de cas «Madagascar»

Démontrer l impact de la communication : étude de cas «Madagascar» Annexe Démontrer l impact de la communication : étude de cas «Madagascar» Vue générale et contexte Le Service de Vaccination Madagascar (PEV) a travaillé avec ses partenaires du Comité de coordination

Plus en détail

Aides Médicales et Charité (AMC)

Aides Médicales et Charité (AMC) Aides Médicales et Charité (AMC) Tél : +228 22 51 26 47 amc_lome@yahoo.fr PROJET NYE KEKELI : PTME Contexte d intervention En matière de prévention de la transmission du VIH de la mère à l enfant au Togo,

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage apprentissage j usqu jusqu à l âge g d e de 18 18 ans

La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage apprentissage j usqu jusqu à l âge g d e de 18 18 ans La Stratégie visant la réussite des élèves et l apprentissage jusqu à l âgede18ans Ministère de l Éducation de l Ontario Direction des politiques et programmes d éducation en langue française Mai 2010

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Évaluer la formation dans l entreprise

Évaluer la formation dans l entreprise L objectif de ce guide méthodologique est de dresser un bilan des actions de formation menées. L évaluation constitue la dernière étape du management de la formation. La démarche permet de : mesurer la

Plus en détail

50 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

50 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 5 e CONSEIL DIRECTEUR 62 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., É-U, du 27 septembre au 1 er octobre 21 Point 5.3 de l ordre

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES Composante 3 / TUNISIE ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES DEMANDEURS D EMPLOIS DIPLOMES DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ACTION DE FORMATION Contribution à la réalisation d un outil intitulé

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI142

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI142 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI142 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Montant de la subvention Durée totale des

Plus en détail

Outils pour le Suivi et la Supervision des Systèmes Logistiques

Outils pour le Suivi et la Supervision des Systèmes Logistiques Outils pour le Suivi et la Supervision des Systèmes Logistiques Séminaire Technique de Préparation des Consultants pour les Programmes VIH, TB et Paludisme Dakar 6-9 Mars 2006 Aoua Diarra Objectifs et

Plus en détail

Termes de référence du séminaire sur le cadre d élaboration et de mise en œuvre du plan de trésorerie de l Etat

Termes de référence du séminaire sur le cadre d élaboration et de mise en œuvre du plan de trésorerie de l Etat FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre Libreville, Gabon Termes de référence du séminaire sur le cadre d élaboration et de mise en œuvre

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Module 7 Programme étendu de vaccination (PEV)

Module 7 Programme étendu de vaccination (PEV) Module 7 Programme étendu de vaccination (PEV) (avec notamment la surveillance de la vitamine A, de l'anatoxine tétanique et de la croissance) TABLE DES MATIÈRES 7.1 Quels sont les outils utilisés pour

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

Système d Information Sanitaire (SIS) Formation de Formateurs. Utiliser l Information pour protéger la santé des réfugiés

Système d Information Sanitaire (SIS) Formation de Formateurs. Utiliser l Information pour protéger la santé des réfugiés Système d Information Sanitaire (SIS) Formation de Formateurs Utiliser l Information pour protéger la santé des réfugiés Ordre du jour de l atelier Jour 1 Introduction Démographique Mortalité Jour 2 Morbidité

Plus en détail

La Gestion de projet. Pour aller plus loin, la Gestion des Risques. Système de Pilotage Programme d Urgence

La Gestion de projet. Pour aller plus loin, la Gestion des Risques. Système de Pilotage Programme d Urgence Système de Pilotage Programme d Urgence Actualités Rôle du PMO Gestion de projet Prince2 Gestion Risques La suite Actualités Le rôle du PMO Dans le cadre du plan d actions défini lors de la présentation

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE DETAILLEE DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES

FEUILLE DE ROUTE DETAILLEE DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un but Une foi ----------- MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA PREVENTION Direction des Établissements de Santé FEUILLE DE ROUTE DETAILLEE DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES Les CLIN

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT Titre: Consultance pour l intégration du Logiciel GESIS CSB et le transfert de compétence en vue de sa pérennisation Type de contrat: SSA Période

Plus en détail

PLAN D ACTION QUADRIENNAL Première année 2004 2005

PLAN D ACTION QUADRIENNAL Première année 2004 2005 Objectif global : Appropriation et mise en œuvre de la stratégie d ARCHI 2010 au niveau national. Objectif du projet : Renforcement des activités de santé à base communautaire du CRM. Indicateurs Sources

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES Version Janvier 2013 1 Sommaire I. CONTEXTE... 5 II. OBJECTIFS DU PROGRAMME... 5 III. OBJECTIF DU GUIDE... 5 IV. PRINCIPES

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI)

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL SP AFI/08-WP/45 17/10/08 RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Durban (Afrique du Sud), 24

Plus en détail

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 MINISTERE DU PLAN, DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT PROGRAMME CONJOINT MARADI Niger RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 Janvier

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère: Santé Publique et lutte contre le SIDA Agence nationale d exécution : Cellule Technique Nationale FBP Accès financier aux soins de santé pour la couverture universelle

Plus en détail

Bilan des Energies et des Fluides 2011

Bilan des Energies et des Fluides 2011 Bilan des Energies et des Fluides 2011 Rapport de synthèse Unibat, Service des Bâtiments et Travaux Georges Berweiler, Efficience, Energie & Habitat Lausanne, le 2 juillet 2012 Introduction Dans le cadre

Plus en détail

Médecin Référent - NGOURI - TCHAD

Médecin Référent - NGOURI - TCHAD Médecin Référent - NGOURI - TCHAD L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a pour objectif de produire

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Evaluation PEFA et rapport sur la performance de la gestion de finances publiques de la Nouvelle Calédonie

Evaluation PEFA et rapport sur la performance de la gestion de finances publiques de la Nouvelle Calédonie Evaluation PEFA et rapport sur la performance de la gestion de finances publiques de la Nouvelle Calédonie Recommandations sur la réforme de gestion des finances publiques 12 décembre 2012 (Version finale)

Plus en détail

Guinée Sous Cluster Protection de l Enfant Réunion Réunion des acteurs de protection de l enfant a Forécariah.

Guinée Sous Cluster Protection de l Enfant Réunion Réunion des acteurs de protection de l enfant a Forécariah. Date Chair/Présidence Organisations participantes Agenda Guinée Sous Cluster Protection de l Enfant des acteurs de protection de l enfant a Forécariah. 23 juillet 2015 Mr le Chargé de l enfance, avec appui

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Médecin de desk L ASSOCIATION ALIMA TYPOLOGIE DU POSTE. LIEU DE MISSION : Poste basé à Dakar avec 25 à 30% du temps sur le terrain.

Médecin de desk L ASSOCIATION ALIMA TYPOLOGIE DU POSTE. LIEU DE MISSION : Poste basé à Dakar avec 25 à 30% du temps sur le terrain. Médecin de desk L ASSOCIATION ALIMA L association ALIMA (The Alliance for International Medical Action) a été créée en juin 2009 avec pour objectif de produire des secours médicaux de qualité lors des

Plus en détail

Sondage sur les Produits et Services d Information OCHA Tchad. Rapport d analyse 1. Information Management Unit OCHA Tchad Mai 2012

Sondage sur les Produits et Services d Information OCHA Tchad. Rapport d analyse 1. Information Management Unit OCHA Tchad Mai 2012 Sondage sur les Produits et Services d Information OCHA Tchad Rapport d analyse 1 Information Management Unit - OCHA Tchad Mai 2012 Sommaire I- Déroulement de l enquête... 3 II- Techniques de l enquête

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

L évolution du calendrier vaccinal Algérien: un modèle sur la réduction des maladies transmissibles infantiles.

L évolution du calendrier vaccinal Algérien: un modèle sur la réduction des maladies transmissibles infantiles. L évolution du calendrier vaccinal Algérien: un modèle sur la réduction des maladies transmissibles infantiles. M.TALEB ; S. BRADAI Faculté de Médecine de Sidi Bel Abbès (Algérie) Introduction la vaccination

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. 1. Introduction Contexte général

TERMES DE REFERENCE. 1. Introduction Contexte général REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, URBANISME, HABITAT, INFRASTRUCTURES, TRAVAUX PUBLICS ET RECONSTRUCTION CELLULE INFRASTRUCTURES Projet d Appui à la Réouverture

Plus en détail

République du Mali. Ministère de la Santé ----------

République du Mali. Ministère de la Santé ---------- République du Mali Ministère de la Santé ---------- Direction Nationale de la Santé (DNS) ------- Division Prévention Lutte contre la Maladie (DPLM) ---------- Section Immunisation (SI) Plan Quinquennal

Plus en détail