PREAMBULE. Cet atelier s est articulé sur quatre points essentiels à savoir :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PREAMBULE. Cet atelier s est articulé sur quatre points essentiels à savoir :"

Transcription

1 PREAMBULE Le Réseau de Métrologie Sanitaire (RMS) est un partenaire mondial qui s efforce d améliorer la qualité de l information sanitaire à l échelon national et international. Au mois de juin 2006, le RMS a lancé un deuxième appel de proposition de soumission aux pays pour financer l évaluation de leurs systèmes d informations sanitaires et l élaboration d un plan stratégique de développement du SIS. C est dans ce cadre que le Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida (MSPLS) a mis en place une équipe tripartite chargée d élaborer cette proposition de soumission. Cette équipe était constituée d un cadre de l Institut des Statistiques et d Etudes Economiques du Burundi (ISTEEBU), un médecin de la Cellule EPISTAT du MSPLS ainsi qu un médecin du Bureau de l OMS au Burundi. La proposition de soumission a ainsi été élaborée et soumise au secrétariat du RMS à Genève pour examen. Une suite favorable a été réservée à la proposition : à travers la lettre d agrément signée par le Ministre de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida le 18 janvier 2008, le Burundi venait de s engager, à travers un financement octroyé par le RMS, à évaluer son système d information sanitaire à l aide d un outil développé par le RMS ainsi que l élaboration d un plan stratégique de développement du SIS. En dates du 6 au 9 novembre 2007, les trois personnes qui avaient élaboré la proposition de soumission ont été conviées à un atelier de renforcement du SIS qui s est déroulé à Cotonou en République Béninoise au même titre que les autres pays qui avaient bénéficié du financement du RMS dont deux lusophones. Les délégués qui avaient répondu présents à cet l atelier étaient des personnes en charge du SIS dans leurs pays respectifs. Etaient également présents à ce grand rendez-vous, et comme personnes ressources, les représentants du Bureau Régional de l OMS-AFRO à Brazzaville et du secrétariat du RMS de Genève. Cet atelier s est articulé sur quatre points essentiels à savoir : La présentation du cadre et des normes du RMS ; La présentation et l examen de l outil d évaluation du RMS ; L échange sur l expérience des pays qui ont déjà évalué leur SIS à l aide de l outil du RMS ; La définition des prochaines étapes. Les différents délégués des pays se sont appropriés des techniques d administration de l instrument d évaluation du RMS et se sont engagés à l utiliser dans leurs pays d origine. Ainsi, l évaluation du système d information sanitaire du Burundi à l aide de l outil HMN s est déroulée à l hôtel SAFARI GATE en dates du 23 au 25 juillet i-

2 RESUME EXECUTIF DES RESULTATS DE L EVALUATION DU SIS Composantes du SIS Sous-Composantes Score* (en %) Observation Points forts Points faibles I. Ressources 33 Présent mais pas satisfaisant 1. Politique et Planification 33 Présent mais pas satisfaisant Existence d'un plan national de développement sanitaire Absence d'un comité national de coordination du SIS Existence d'un Groupe Thématique du SIS (GTSIS) Absence d'un système de contrôle du rendement du SIS Tenue de réunions de travail au sein des BPS et des BDS 2. Institution, ressources humaines et financement Réunion annuelle au niveau central du MSPLS (Tous les services et programmes du MSPLS) Tenue des Etats Généraux de la santé 31 Présent mais pas satisfaisant Existence d'une cellule centrale chargée du SIS (EPISTAT) Existence des points focaux du SIS dans les BPS et les BDS Insuffisance de moyens matériels, financiers et humains au sein de l'epistat Absence de ligne budgétaire spécifique au SIS Insuffisance de personnel qualifié pour le SIS Faible performance des TIC Absence de plan de renforcement des capacités du personnel du SIS 3. Infrastructures 40 Présent mais pas satisfaisant Tous les BPS sont équipés d'ordinateurs Faible motivation du personnel du SIS Absence de système de maintenance permanent du parc informatique Existence de formulaires de collecte de données Insuffisance de locaux appropriés pour l'epistat Existence de téléphone au niveau national comme TIC Faible accès à l'internet II. Indicateurs 47 Présent mais pas satisfaisant Existence des définitions d'indicateurs de base Absence de données de base (déterminants de la santé, ) Intégration des OMD dans la définition d'indicateurs Absence de cadre institutionnel d'harmonisation des indicateurs Irrégularité dans la publication (*) : Moins de 25% : Pas du tout satisfaisant De 25 à moins de 50% : Présent mais pas satisfaisant De 50 à moins de 75% : Satisfaisant De 75 à 100% : Très satisfaisant -ii-

3 RESUME EXECUTIF DES RESULTATS DE L EVALUATION DU SIS (Suite) Composantes du SIS Sous-Composantes Score* (en %) Observation Points forts Points faibles III. Sources de données 1. Recensement 2. Statistiques de l'étatcivil 3. Enquêtes auprès de la population 39 Présent mais pas satisfaisant 31 Présent mais pas satisfaisant Processus d'actualisation des données du recensement en cours Existence des capacités locales Données du recensement vieilles de plus de 10 ans (Edition 1990) Besoin d'assistance technique extérieure 36 Présent mais pas satisfaisant Existence d'un système d'enregistrement à l'état-civil Absence d'information sur les causes de décès Inexhaustivité des enregistrements Absence d'analyse des données Absence de SEE et de SSD 54 Satisfaisant Etudes souvent menées auprès de la population Confidentialité des données Irrégularité et chevauchement dans la réalisation des enquêtes 4. Dossiers de santé et des maladies 5. Banque de données des services de santé 6. Banque des resources sanitaires Production des microdonnées et métadonnées 43 Présent mais pas satisfaisant Existence d'une documentation sur la SIMR Existence de données sur les maladies à déclaration obligatoire 35 Présent mais pas satisfaisant 34 Présent mais pas satisfaisant Publication de données dans les annuaires statistiques sanitaires Existence de données sur les formations sanitaires et les dossiers du personel Processus d'élaboration des comptes nationaux de la santé en cours Absence de bulletins contenant les donnée sur les maladies sujettes à épidémie Absence de dossiers de patients dans les structures sanitaires Absence d'un plan détaillé de supervision des services de santé Faible taux de couverture du secteur privé Absence de base de données conviviale Absence de comptes nationaux de la santé IV. Gestion des données 13 Pas du tout satisfaisant Existence d'une base de données en excel aux niveaux intermédiaire et central Absence de dictionnaire de métadonnées (*) : Moins de 25% : Pas du tout satisfaisant De 25 à moins de 50% : Présent mais pas satisfaisant De 50 à moins de 75% : Satisfaisant De 75 à 100% : Très satisfaisant -iii-

4 RESUME EXECUTIF DES RESULTATS DE L EVALUATION DU SIS (Suite) Composantes du SIS Sous-Composantes Score* (en %) Observation Points forts Points faibles V. Produits de l'information 36 Présent mais pas satisfaisant Représentativité et désagrégation des données produites Incohérence des données publiées Réalisation de la collecte routinière de données par la Cellule EPISTAT Irrégularité dans la publication des données Production d'indicateurs par l'isteebu à travers des enquêtes auprès de la population Insuffisance de données sur les facteurs de risque VI. Diffusion et utilisation de l'information 1. Analyse et utilisation de l'information 23 Pas du tout satisfaisant 22 Pas du tout satisfaisant Annuaire statistique sanitaire produit par l'epistat Diffusion limitée de l'information Cartes sanitaires non-actualisées 2. Utilisation de l'information pour action et plaidoyer 0 Pas du tout satisfaisant Absence de rapports analytiques intégrés 3. Utilisation de l information pour la planification et la fixation des priorités 4. Utilisation de l'information pour l'allocation des ressources 5. Utilisation de l information pour sa mise en application et pour l action 33 Présent mais pas satisfaisant 33 Présent mais pas satisfaisant 22 Pas du tout satisfaisant Utilisation de l'information pour la planification et la fixation des priorités Utilisation de l'information pour l'implantation des infrastructures Utilisation de l'information pour plaider en faveur d'un comportement à moindre risque Utilisation limitée au niveau central Utilisation limitée au niveau central Utilisation limitée de l'information (*) : Moins de 25% : Pas du tout satisfaisant De 25 à moins de 50% : Présent mais pas satisfaisant De 50 à moins de 75% : Satisfaisant De 75 à 100% : Très satisfaisant -iv-

5 TABLE DES MATIERES PREAMBULE -i- RESUME EXECUTIF DES RESULTATS DE L EVALUATION DU SIS -ii- ABREVIATIONS -v- Chapitre I : CONTEXTE ET JUSTIFICATION -1- Chapitre II : ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU SYSTEME DE SANTE -3- II.1 : Circuit de l information -5- II.2 : EPISTAT, Cellule centrale du SIS -6- Chapitre III : OBJECTIFS ET METHODOLOGIE DE L EVALUATION RMS -7- III.1 : Objectifs -7- III.2 : Méthodologie de l évaluation -7- III.2.1 : Outil d évaluation -7- III.2.2 : Préparation de l évaluation -8- III.2.3 : Etapes de l évaluation -8- Chapitre IV : PRESENTATION DES RESULTATS DE L EVALUATION -9- IV.1 : Ressources -10- IV.2 : Indicateurs -14- IV.3 : Sources de données -14- IV.4 : Gestion des données -18- IV.5 : Produits de l information -19- IV.6 : Diffusion et utilisation -20- CONCLUSION -22- RECOMMANDATIONS -24- ANNEXES -25- Annexe 1 : Documentation Annexe 2 : Listes des membres du CTP et des Personnes ressources Annexe 3 : Liste des organisations représentées lors de l évaluation Annexe 4 : Questionnaire d évaluation de l organisation de l atelier Annexe 5 : Synthèse de l évaluation de l organisation de l atelier - 1 -

6 LISTE DES ABREVIATIONS SIS RMS HMN MSPLS ASC BPS BDS ISTEEBU PNSR PNDS EPISTAT TIC CTSIS SBDR CPSD CTP OMS SIMR CDS GTSIS CoSa OMDs CSLP : Système d Information Sanitaire : Réseau de Métrologie Sanitaire : Health Metrics Network : Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida : Agent de santé Communautaire : Bureau Provincial de la Santé : Bureau du District Sanitaire : Institut des Statistiques et d Etudes Economiques du Burundi : Programme National de Santé et de la Reproductive : Plan National de Développement Sanitaire : Epidémiologie et de la Statistique : Technologie de l Information et de la Communication : Cellule de Transformation du Système d Information Sanitaire : Système de gestion de Base de Données Relationnelle : Cadre de Concertation des Partenaires pour la Santé et le Développement : Comité Technique de Pilotage : Organisation Mondiale de la Santé : Surveillance Intégrée de la Maladie et de la Riposte : Centre de Santé : Groupe Thématique Système d Information Sanitaire : Comité de Santé : Objectifs du Millénaire pour le Développement : Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté SSD : Système de Surveillance de la Démographie -v- LISTE DES ABREVIATIONS (Suite et fin) - 2 -

7 PATSBU PRS SEE : Programme d Appui Transitoire au Secteur de Santé du Burundi : Projet de Réhabilitation Sanitaire : Système d Enregistrement par l Echantillon -vi

8 Chapitre I : CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le Burundi est un pays de l Afrique Centrale. Il est entouré au Nord par le Rwanda, au Sud et à l Est par la Tanzanie et à l Ouest par la République Démocratique du Congo. Sa superficie est de km². Son climat est tropical avec deux grandes saisons, une saison pluvieuse s étendant plus ou moins sur une période de 9 mois et une saison sèche de trois mois allant de juin à fin août. Actuellement, la population du Burundi est estimée à plus de 8 millions d habitants dont plus de 90% vivent en milieu rural. La densité de la population est 287 habitants par km², ce qui classe le Burundi parmi les pays d Afrique les plus densément peuplés. Sa croissance démographique est estimée à 2,9%, l espérance de vie à la naissance est à 40,4 ans et l espérance de vie en bonne santé à 35,1 ans. Le rapport de masculinité est évalué à environ 94 hommes pour 100 femmes. Les moins de 15 ans représentent 46,1% de la population, tandis que les 60 ans et plus ne représentent que 5,4%. L indice de fécondité reste élevé (6,8). Concernant l économie burundaise, elle est largement basée sur ses ressources agricoles (56% du PIB sont issus du secteur primaire). La force de production est en majorité constituée par les femmes (52,2%) qui représentent l essentiel de la population active de ce secteur. Ainsi, la participation de la femme au processus de développement est considérée comme élément déterminant dans toutes les stratégies de réduction de la pauvreté et de développement. Dans le domaine de la santé, il s est tenu à Bujumbura, la capitale du Burundi, du 31 mai au 4 juin 2004, les Etats Généraux de la Santé qui réunissaient les délégués de tous les partenaires de développement autour des hauts cadres du Ministère de la Santé et d autres secteurs de la vie nationale impliqués de près ou de loin dans la protection de la santé des populations pour réfléchir ensemble et faire le point sur la situation sanitaire du pays. Ainsi, un Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) a été élaboré après un long processus de planification qui a débuté avec les Etats Généraux de la Santé. Le document de Plan National de Développement Sanitaire du Burundi dégage les priorités du système national de santé suivantes : la réduction du taux de mortalité maternelle et néonatale, la réduction du taux de mortalité infanto-juvénile, le contrôle de la morbidité liée aux maladies transmissibles et non transmissibles, enfin le renforcement du système de santé. Toutes ces priorités sont en parfaite harmonie avec le Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) ainsi que les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMDs). Le système d information sanitaire (SIS) a connu un certain nombre de phases de développement : En Octobre 2002, le Ministère de la Santé, en collaboration avec «le Projet d assistance technique à la Réhabilitation Sanitaire dans cinq provinces (PRS)», a entamé une réflexion sur la modernisation de son SIS. Avec l appui financier du Fonds Européen de Développement à travers le «Programme d Appui Transitoire au Secteur de la Santé au Burundi (PATSBU)» qui a pris le relais du - 4 -

9 projet PRS, un document d Appui au Système d Information Sanitaire a été élaboré. A l origine, la préoccupation majeure était d aboutir à un renforcement des capacités de la cellule EPISTAT et le développement du SIS. Dans un premier temps, une évaluation sur le fonctionnement du SIS a été réalisée au niveau de quelques structures de soins, d un bureau du secteur sanitaire, d un bureau provincial de santé et au niveau de l EPISTAT. Les résultats de cette évaluation ont révélé les lacunes suivantes : L inexistence d un outil informatique au niveau des provinces pour valoriser l exploitation des données collectées ; La non-adaptation des outils de collecte des données (registres) et l imprécision des instructions de remplissage ; Le non paramétrage d un logiciel de gestion de l information sanitaire permettant à la fois la saisie et l exploitation des données ; La non intégration du système d information sanitaire souffrait de, chaque programme ayant tendance à produire ses propres outils sans concertation avec les autres. Les redondances dans la collecte impliquent une surcharge de travail démotivante et conduisent à une mauvaise qualité des données ; La faible performance du système national d information sanitaire : Les différents niveaux ne disposent pas de capacités nécessaires pour analyser et traiter les données collectées et doivent attendre les décisions du niveau central pour agir même en cas d épidémie, ce qui entraîne un désintérêt et une perte de temps souvent considérable. D autre part, la rétro information est également assez tardive sauf en cas d épidémie. Par conséquent, des stratégies ont été proposées : Améliorer l organisation interne de l EPISTAT et son système informatique ; Renforcer les capacités du personnel de l EPISTAT dans les domaines de l informatique, de l analyse et de la diffusion des données ; Transformer le SIS vers un SIS informatisé, performant, intégré et décentralisé à travers la création au sein du MSPLS d une structure temporaire baptisée «Cellule de Transformation du SIS» (CTSIS). Dans l optique de concrétiser ces stratégies, un certain nombre d actions ont été entreprises : Des missions d assistance technique ont été organisées pour appuyer EPISTAT dans la définition des besoins et l élaboration des outils de collecte. Les Bureaux provinciaux de la santé ont été équipés en matériel informatique. Des formations ont été organisées à l endroit du personnel des BPS et des structures de soins au niveau de cinq provinces

10 Depuis le mois de Février 2008, la Cellule de Transformation du SIS est actuellement fonctionnelle pour appuyer le MSPLS à moderniser EPISTAT et pour jeter les bases d un nouveau SIS national. Cette CTSIS est un des éléments de la stratégie mise en place par le MSPLS pour transformer son SIS. Cette stratégie est définie dans le document : «Appui au SIS» signé par le MSPLS en Août Au regard de toutes ces initiatives, l adhésion à la philosophie du RMS par le MSPLS traduit la volonté manifeste des Hauts Responsables de la Santé de mettre en place un Système d Information Sanitaire performant permettant une bonne planification et une gestion saine des services de santé et des ressources du pays. En outre, l utilisation de l outil HMN a permis de comparer les niveaux de performance du SIS au niveau national. Chapitre II : ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU SYSTEME DE SANTE Le système national de santé est de type pyramidal et s articule autour de trois niveaux : Niveau central Le niveau central est responsable de la définition de la politique sanitaire et de l élaboration des stratégies d intervention, la planification, l administration et la coordination du secteur de la santé, la définition des normes de qualité, leur suivi et leur évaluation. Il est représenté par le cabinet du Ministre, les Directions Générales et leurs départements ainsi que les organes de directions des divers programmes de santé. Le niveau central dispose d un fonctionnement centré sur les responsabilités transversales, en appui du niveau intermédiaire et périphérique qui les mettent en œuvre : un système de formation continue, d approvisionnement régulier, de supervision technique intégrée, de statistiques sanitaires, de suivi et d évaluation. La priorité est donnée à la formulation de la politique sectorielle, à la définition des normes structurelles et sanitaires, à la coordination de l aide apportée au secteur, et au respect d une planification des ressources et d activités par niveau. Niveau intermédiaire Le niveau intermédiaire reste composé de 17 bureaux provinciaux de santé comme niveaux de déconcentration. Leur responsabilité principale est la coordination dans chaque province entre les différents niveaux et entre les partenaires, et l appui à la gestion du niveau périphérique (les bureaux des districts sanitaires et les hôpitaux). Pour accomplir ses taches, il compte avec l appui du niveau central (tant du niveau des programmes verticaux que des services transversaux). Niveau périphérique Il est structuré autour du concept de district sanitaire (qui remplace le secteur sanitaire). Dans chaque province on organise des «cluster» de communes et d unités de santé dans un district sanitaire, avec pour chaque district une population d environ habitants, entre 10 et 15 centres de santé et un hôpital de district pour la première référence

11 Un bureau du district sanitaire, avec un médecin chef de district à la tête d une équipe cadre, est responsable final pour le fonctionnement du système de santé dans le district. Les termes de référence de l équipe cadre et ses responsabilités décentralisées de gestion sont déterminées par le niveau central et sont sous la supervision du niveau intermédiaire avec l appui du niveau central. Le niveau de district sanitaire est le vrai niveau de décentralisation, où les décisions concernant la gestion des ressources prennent origine et sont appliquées après approbation par les niveaux supérieurs. L équipe cadre de district organise avec les centres de santé et en coordination avec l hôpital de district les soins de santé. Il organise la participation des bénéficiaires et de la communauté par le biais des comités de santé (CoSa), qui doivent respecter les normes pour leur fonctionnement comme suggérées par les niveaux supérieurs. En plus des structures de soins du secteur public, le secteur privé reste fortement représenté dans la capitale du pays, Bujumbura. Notons également que des tradipraticiens, regroupés au sein d une association agrée par l Etat, offrent des soins de santé à la population. Le Burundi compte: 617 centres de santé 43 hôpitaux de district (hôpitaux de 1 ère référence) 16 hôpitaux provinciaux (ou de 2 ème référence) 4 hôpitaux régionaux 5 hôpitaux nationaux (hôpitaux de 3 ème référence) - 7 -

12 II.1. LE CIRCUIT DE L INFORMATION SANITAIRE DE ROUTINE 2008 Programmes Projets Bailleurs ISTEEBU Directions et départements MSPLS EPISTAT- SIMR Hôpitaux Nationaux Bureaux Provinciaux de Santé Hôpitaux de 2 ème référence Bureaux de Districts Sanitaires Hôpitaux de 1 ère référence Centres de santé Le niveau le plus bas de la collecte des données sanitaires de routine est constitué par les centres de santé. Ces derniers disposent des formulaires de rapport hebdomadaire et d un canevas de rapport qui est rempli et transmis mensuellement au niveau du Bureau de District Sanitaire pour la compilation, le traitement et l analyse des données. Après cette compilation au niveau du BDS, ces données sont par la suite transmises au BPS pour alimenter la base de données provinciale. C est à partir de ce niveau que les données sont transmises à l Epistat pour constituer une base de données nationale. L Epistat se charge à son tour d élaborer le rapport mensuel ainsi que le bulletin épidémiologique à l aide de ces données. C est au niveau de l Epistat que les directions et départements du MSPLS, l ISTEEBU, les différents programmes et projets et les bailleurs de fonds du secteur de la santé reçoivent des données sous forme de rapport qui va leur permettre l évaluation de l atteinte de leurs objectifs, la planification et les prises de décisions. Les données des hôpitaux de Districts Sanitaires sont acheminées au niveau du BDS, celles des hôpitaux provinciaux au niveau du BPS et/ou à l Epistat alors que celles des hôpitaux nationaux sont envoyées directement au niveau d Epistat. Dès que les données arrivent à ces niveaux, elles suivent le même chemin que pour les données des CDS. Quelques fois, les programmes, projets et certains bailleurs de fonds vont eux-mêmes chercher directement les données au niveau des BPS, BDS, hôpitaux et CDS

13 II.2. EPISTAT : CELLULE CENTRALE DU SIS AU MSPLS Le Service d Epidémiologie et des Statistiques (EPISTAT) est la structure du Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida qui a en charge la gestion du SIS. Elle dispose de 8 bureaux et emploie deux médecins formés en santé publique/épidémiologie, onze techniciens en statistique, deux secrétaires, un planton et un chauffeur. Responsabilités d EPISTAT L EPISTAT s occupe de : La surveillance des maladies endémo-épidémiques, de celles en voie de contrôle ou d éradication et des maladies à potentiel épidémique ; La collecte des données et l élaboration des rapports de synthèse au niveau national ainsi que leur diffusion à tous les niveaux ; La conception, multiplication et la diffusion des outils de collecte ; La supervision-formation à l utilisation de ces outils tant au niveau intermédiaire que périphérique. L EPISTAT dispose de plusieurs ordinateurs sur lesquels sont encodées les données en provenance du niveau intermédiaire. Hélas, celles-ci ne sont pas stockées dans une réelle base de données relationnelles (SBDR) conviviale. Une bonne partie du personnel consacre tout son temps à l encodage. Les ressources humaines disponibles ne suffisent pas pour assurer le traitement et l analyse de toutes ces données collectées. A côté de cela, une Cellule de Transformation du SIS (CTSIS) a été créée, pour une durée limitée dans le temps (2ans), et est actuellement fonctionnelle en étroite collaboration avec l EPISTAT. La CTSIS a comme mission principale d assurer la mutation du SIS existant vers un SIS informatisé, performant, intégré et décentralisé. L EPISTAT doit être impliqué de façon minutieuse dans cette transformation du SIS avec une appropriation progressive par les agents de l EPISTAT du nouveau SIS dans un terme de deux ans. L équipe cadre de la CTSIS est composée par : Un expert international médecin de santé publique et Responsable de la CTSIS Un expert national médecin de santé publique, en même temps directeur adjoint de l EPISTAT Un expert national en informatique Un expert international spécialisé dans la mise en place des SIS qui effectue des missions ponctuelles au Burundi - 9 -

14 Chapitre III : OBJECTIFS ET METHODOLOGIE DE L EVALUATION III.1. Objectifs Objectif global : Accroître la disponibilité et l utilisation d informations sanitaires pertinentes et exactes en favorisant le financement conjoint et la mise au point d un système d information sanitaire de base dans le pays. Objectifs spécifiques : Faire comprendre aux parties prenantes ce qu est leur SIS; Faire un consensus sur les forces et les faiblesses majeures; Etablir des données de base pour le suivi des progrès dans le développement du SIS; Fournir une base pour le plan stratégique; Aider à construire un consensus pour appuyer la mise en œuvre du plan. Tous ces objectifs sont en parfaite harmonie avec les préoccupations actuelles du MSPLS qui rentrent dans le cadre de modernisation et de transformation du SIS vers un SIS performant, informatisé, intégré et décentralisé. III.2. Méthodologie III.2.1. Outil d évaluation Il s agit d un instrument standardisé qui a été développé par le RMS. L outil d évaluation du RMS est constitué de six composantes à savoir : Ressources Indicateurs Sources de données Gestion des données Produits de l information Dissémination et utilisation Au sein de chaque composante se trouve un ensemble d items auxquels les évaluateurs doivent attribuer des scores. Par items, il faut entendre les questions auxquelles les évaluateurs doivent répondre lors de l évaluation. En outre, l outil conçu par le RMS est doté d un utilitaire qui génère de façon automatique les résultats de l évaluation, sous forme de tableaux et graphiques. Pour chaque item, il est possible de retrouver les commentaires apportés

15 III.2.2. Préparation de l évaluation Avec comme mission de piloter les travaux d évaluation du système d Information Sanitaire, le Ministre ayant en charge la santé publique et la lutte contre le sida a d abord nommé un Comité Technique multisectoriel. Ce dernier était chargé de suivre tout le processus d évaluation du SIS depuis la phase de préparation en passant par la collecte des informations jusqu à la production du rapport. Le comité technique de pilotage devait travailler en collaboration étroite avec deux personnes ressources qui avaient bénéficié d une formation sur les différentes techniques d administration de l outil HMN. Ainsi, les membres du comité de pilotage se sont réunis à plusieurs reprises pour discuter avec les experts des questions notamment en rapport avec l adaptation de l outil HMN au contexte du Burundi, le calendrier des activités, les courriers officiels ; bref de l organisation de l évaluation. III.2.3. Etapes d évaluation du SIS Le travail d évaluation du SIS s est articulé sur cinq étapes essentielles à savoir : 1. Premièrement, le comité de pilotage s est réuni pour inventorier la liste de toutes les parties prenantes impliquées dans le SIS. Il s est tenu ensuite une réunion d information et de sensibilisation regroupant ces dernières autour d une mission conjointe MSPLS-OMS sur le bien-fondé de l évaluation, tout en les incitant à participer activement dans les prochaines étapes pour mener à bon port l étude d évaluation. Les représentants des différentes institutions qui avaient répondu présents au rendez-vous ont suivi avec intérêt la présentation de l outil HMN faite par les experts nationaux. 2. Dans un second temps, des invitations ont été lancées à toutes les personnes ressources devant fournir des informations fiables et indispensables au remplissage de l outil HMN. Aux invitations, des exemplaires de l outil du RMS ainsi qu une note explicative de la méthodologie adoptée ont été annexés dans le but d inciter les futurs répondants à prendre connaissance, ne fût-ce que de façon sommaire, du contenu des diverses composantes et partant des items. 3. En troisième lieu, il a été organisé un atelier avec les personnes invitées pour procéder ensemble à l examen du contenu de l outil ainsi qu à son remplissage. 4. Une synthèse des résultats de l évaluation du SIS a été présentée au cours d une réunion du Cadre de Concertation des Partenaires de la Santé et du Développement (CPSD). 5. Enfin, du 6 au 7 novembre 2008, un atelier de validation du rapport provisoire de l évaluation s est déroulé à Gitega, deuxième ville du pays, dans les enceintes du Centre Multifonctionnel

16 Lors du remplissage de l outil, la démarche participative a été adoptée : Après avoir reçu les consignes sur les techniques de remplissage des scores, deux grands groupes ont été formés. Le critère de base dans la composition des deux groupes a été la capacité d attribuer un score à chaque item et/ou d en discuter afin d arriver à un consensus. Les scores qui ont été enregistrés étaient donc le résultat d un consensus entre les évaluateurs, avec des arguments à l appui. Le premier groupe a travaillé sur les ressources et les produits de l information. Quant au deuxième, il a évalué les sources de données, la gestion des données et la diffusion et l utilisation des données. Les indicateurs avaient fait objet d évaluation en plénière. Chapitre IV : PRESENTATION DES RESULTATS DE L EVALUATION. Dans le tableau ci-dessous sont repris les scores, exprimés en pourcentage, qui ont été attribués à chacune des six composantes du SIS évaluée. Les scores sont interprétés en terme de quartiles : - Premier quartile : Moins de 25% - Deuxième quartile : De 25% à moins de 50% - Troisième quartile : De 50% à moins de 75% - Quatrième quartile : De 75% à 100% Ainsi, les scores qui se rangent dans le premier quartile sont classés dans la catégorie Pas du tout satisfaisant, ceux du deuxième quartile dans la catégorie Présent, mais pas satisfaisant, suivis de Satisfaisant et Très satisfaisant respectivement pour le troisième et quatrième quartile. Tableau 1 : Résultats de l évaluation des composantes du SIS Composante Total Observation Ressources 33% Présent, mais pas satisfaisant Indicateurs 47% Présent, mais pas satisfaisant Sources des données 39% Présent, mais pas satisfaisant Gestion des données 13% Pas du tout satisfaisant Produits de l'information 36% Présent, mais pas satisfaisant Diffusion & utilisation 23% Pas du tout satisfaisant

17 Graphique 1 : Résultats de l évaluation générale du SIS Ressources Indicateurs Sources des données Gestion des données Produits de l'information Diffusion et utilisation 0% 25% 50% 75% 100% Composantes de l'évaluation du SIS 50% 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Ressources Indicateurs Sources des données Gestion des données Produits de l'information Diffussion & utilisation IV.1. RESSOURCES DU SIS Les résultats de l évaluation révèlent que la situation actuelle des ressources du système d information sanitaire (SIS) n est pas satisfaisante avec un score de 33 %. Ce dernier n est qu une résultante des niveaux atteints actuellement par les différentes souscomposantes des ressources du SIS qui sont consignés dans le tableau suivant :

18 Tableau 2 : Résultats de l évaluation des Ressources du SIS Catégories Maximum Score % A Politique et planification 21 7,0 33% B Institutions, ressources humaines et financement du SIS 39 12,0 31% C Infrastructures du SIS 15 6,0 40% Total 75 25,0 33% Graphique 2 : Résultats de l évaluation des Ressources du SIS Total Général Politique et planification Institutions, Ressources humaines et financement Infrastructures 0% 25% 50% 75% 100%

19 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Politique et planification Institutions, ressources humaines et financement du SIS Infrastructures du SIS Total a) Politique et planification La situation relative à la politique et la planification du SIS n est pas actuellement satisfaisante, vu le score enregistré (33%). Comme points forts, les résultats de l évaluation révèlent : L existence d une législation en matière d information sanitaire mais dont l application est très limitée ; L instauration d un plan national de développement sanitaire intégrant le processus de modernisation du SIS ; La mise en place au cours du mois de mars 2008 d un groupe thématique multisectoriel du SIS (GTSIS), regroupant les principaux acteurs en matière d information sanitaire afin de débattre de façon régulière des différentes questions visant à améliorer la qualité de l information sanitaire ; La tenue des réunions au niveau des BPS et des BDS, mais de façon irrégulière. Au niveau national, chaque année, tous les services et programmes du MSPLS se rencontrent en vue d échanger sur toutes les questions en rapport avec la santé. Comme points faibles, il a été constaté : L absence d un comité national légal et représentatif permettant de coordonner le système d information sanitaire ; L absence d un plan stratégique détaillé permettant d assurer l intégration et la coordination entre les principaux producteurs de données ainsi que les utilisateurs d information sanitaire à l échelle nationale (centrale) et infranationale (intermédiaire et périphérique); L absence d un système permanent de contrôle du rendement du SIS et de ses divers sous-systèmes

20 b) Institutions, ressources humaines et financement Du point de vue institutionnel, il existe au niveau central du Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida une cellule centrale chargée de l information sanitaire appelée Cellule d «Epidémiologie et des Statistiques» (EPISTAT). Cette dernière est chargée de contrôler la promptitude ainsi que la complétude des rapports transmis par les BPS et les BDS avant de les compiler. Au niveau intermédiaire, des points focaux du SIS ont été recrutés et sont fonctionnels dans tous les BPS ainsi que dans certains BDS déjà fonctionnels. Cette sous-composante de l évaluation enregistre un bon nombre de défis devant être surmontés dans l optique d améliorer le SIS, à savoir : L insuffisance, au niveau de la cellule d EPISTAT, de moyens matériels, financiers et humains (surtout en terme de compétence) pour assurer la collecte, le traitement, l analyse et la diffusion de l information sanitaire ; L absence de ligne budgétaire spécifique allouée au SIS, ni pour la cellule centrale EPISTAT ni pour la grande majorité des sources de données importantes du MSPLS ; L insuffisance et parfois l absence, à tous les niveaux du SIS d un personnel qualifié (épidémiologistes, démographes, informaticiens/maintenanciers etc ). La faible performance des TIC au niveau du SIS ; L absence d un plan de renforcement des capacités du personnel affecté au SIS ; La faible motivation du personnel oeuvrant dans le SIS, plus particulièrement celui de l EPISTAT, qui ne permet pas de maintenir le personnel et d améliorer la qualité du travail. c) Infrastructures du SIS La rubrique des infrastructures du SIS occupe la première position par rapport aux deux autres sous composantes constituant la composante des ressources. Toutefois, elle n a pas encore atteint une étape satisfaisante. Tous les BPS, mais non la totalité des BDS, disposent d ordinateurs permettant la compilation des données récoltées. Des formulaires nécessaires pour la collecte routinière des données ainsi que la transmission des rapports sont multipliés et disponibilisés à tous les niveaux (Centres de santé, BDS, BPS). Comme TIC, le téléphone est couramment utilisé au niveau national. Les trois grands obstacles qui constituent actuellement un handicap majeur au développement des infrastructures du SIS sont les suivants : L absence d un système de maintenance permanent pour tout le parc informatique du SIS ; Le faible accès à l internet qui constitue un handicap à l échange d informations ; L insuffisance des locaux appropriés pour la cellule EPISTAT

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE PLAN DE MOBILISATION DES FONDS ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE Bujumbura, JUIN 2014 0. Introduction

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

OFFRE POUR CONSULTANCE

OFFRE POUR CONSULTANCE 1 3, Rue du Marché, B.P.1490 Bujumbura- Burundi, Tél. (257) 22 301300 / 301302 OFFRE POUR CONSULTANCE Recrutement d un(e) Consultant(e) national pour le poste d appui au programme «Droits des Femmes, Leadership

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Différences entre DQA et RDQA

Différences entre DQA et RDQA OUTIL De l ASSURANCE DE LA QUALITE DES DONNEES DE ROUTINE (RDQA) Fiche documentaire- novembre 1, 2007 1 HISTORIQUE Les programmes nationaux et les donateurs travaillent ensemble vers la réalisation de

Plus en détail

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Titre de l'initiative : Appui à la mise en œuvre du plan d action de la stratégie nationale de développement

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

Projet ARCS (Appui au renforcement des capacités statistiques du Burkina Faso) Projet financé par le Fonds européen de développement

Projet ARCS (Appui au renforcement des capacités statistiques du Burkina Faso) Projet financé par le Fonds européen de développement Projet ARCS (Appui au renforcement des capacités statistiques du Burkina Faso) Projet financé par le Fonds européen de développement Mission EDUC2 (Bilan démarche qualité) RAPPORT FINAL 2 Juillet 2008

Plus en détail

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 MINISTERE DU PLAN, DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT PROGRAMME CONJOINT MARADI Niger RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 Janvier

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES Conception et Mise en place d un Système National d informations Statistiques du Secteur Minier Termes de

Plus en détail

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 Termes de références Consultant National Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 I. Cadre et justification : Le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS),

Plus en détail

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Termes de référence Contexte et justification : Dans le cadre

Plus en détail

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès.

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. DIRECTION REGIONALE DE MEKNES Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. 1 Introduction Présentation Acteurs du système d information statistique régional du HCP Sources

Plus en détail

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Termes de référence de l étude sur la mobilisation, la gestion et l impact

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Djibouti. CADRE POUR LA REDEVABILITE: Contexte* Equipe de pays présente à l'atelier multi-pays sur la redevabilité au Caire, 2-4 septembre 2012

Djibouti. CADRE POUR LA REDEVABILITE: Contexte* Equipe de pays présente à l'atelier multi-pays sur la redevabilité au Caire, 2-4 septembre 2012 CADRE POUR LA REDEVABILITE: Contexte* Equipe de pays présente à l'atelier multi-pays sur la redevabilité au Caire, -4 septembre 01 MINISTERE DE LA SANTE Dr Mohamed Mahyoub Hatem Conseiller du Ministre

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Collecte des statistiques de sources administratives : cas de l administration du tourisme au Burkina Faso

Collecte des statistiques de sources administratives : cas de l administration du tourisme au Burkina Faso Collecte des statistiques de sources administratives : cas de l administration du tourisme au Burkina Faso Guiatin Youssouf Institut National de la Statistique et de la Démographie, Burkina Faso guiatinyoussouf@yahoo.fr

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN115-2

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN115-2 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN115-2 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Mission d appui au développement de la

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

Le PNRA prévoit 6 actions pour atteindre cet objectif :

Le PNRA prévoit 6 actions pour atteindre cet objectif : Termes de référence Consultant national en coordination du travail gouvernemental I. Information sur la mission Intitulé de la mission: Type de contrat : Lieu de la mission : Durée de la mission : Date

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT

TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT TERMES DE REFERENCE POUR PRESTATAIRE INDIVIDUEL ET CONSULTANT Titre: Consultance pour l intégration du Logiciel GESIS CSB et le transfert de compétence en vue de sa pérennisation Type de contrat: SSA Période

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières Personne chargée du dossier : Michèle LENOIR-SALFATI tél.

Plus en détail

ENVIRONNEMENT FAVORABLE

ENVIRONNEMENT FAVORABLE Feuille de route pour la mise à l échelle de la PCIMA au Tchad. Atelier pour la revue nationale de la PCIMA. Ndjamena, novembre 2015 ENVIRONNEMENT FAVORABLE LEADERSHIP INSTITUTIONNEL 1 r avec le processus

Plus en détail

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo et la communauté internationale poursuivent un objectif commun pour la stabilité et le développement

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Coordinateur Finances et Ressources Humaines

Coordinateur Finances et Ressources Humaines Coordinateur Finances et Ressources Humaines L ASSOCIATION ALIMA ALIMA (the Alliance For International Medical Action) fête ses 4 ans d existence en 2013. Depuis sa création, l association a su se développer

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI136 (volet 2)

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI136 (volet 2) TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI136 (volet 2) I. Informations générales Intitulé de la mission Mission de Renforcement des capacités en gestion financière et comptable de subvention Composante Thématique(s)

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES Projet «Systèmes de Surveillance et de MNV nationaux avec une approche Régionale» TERMES DE REFERENCES Recrutement d un consultant pour la rédaction de la composante 1A et 2C du R PP (Readiness Preparation

Plus en détail

Coordinateur Finances et Ressources Humaines

Coordinateur Finances et Ressources Humaines Coordinateur Finances et Ressources Humaines L ASSOCIATION ALIMA L association ALIMA (The Alliance for International Medical Action) a été créée en juin 2009 avec pour objectif de produire des secours

Plus en détail

STATISTIQUES DE L ENVIRONNEMENT

STATISTIQUES DE L ENVIRONNEMENT UNITED NATIONS STATISTICS DIVISION COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DE L AFRIQUE DE L OUEST STATISTIQUES DE L ENVIRONNEMENT L RENFORCER ET INSTITUTIONNALISER AU NIVEAU REGIONAL ET NATIONAL DES PAYS DE LA CEDEAO Étude

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR

QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR Rencontre des experts en protection sociale à Madagascar 18 et 19 Août 2015 Hôtel COLBERT Antaninarenina

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA

REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA PLAN STRATEGIQUE DU SYSTEME NATIONAL D INFORMATION SANITAIRE 2011-2015 1 AVANT PROPOS Le Gouvernement du Burundi s est

Plus en détail

Sondage sur les Produits et Services d Information OCHA Tchad. Rapport d analyse 1. Information Management Unit OCHA Tchad Mai 2012

Sondage sur les Produits et Services d Information OCHA Tchad. Rapport d analyse 1. Information Management Unit OCHA Tchad Mai 2012 Sondage sur les Produits et Services d Information OCHA Tchad Rapport d analyse 1 Information Management Unit - OCHA Tchad Mai 2012 Sommaire I- Déroulement de l enquête... 3 II- Techniques de l enquête

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS Titre: Gestionnaire de projet Type de contrat: SSA Période de la consultation: 8 mois (Février Septembre 2014) Niveau proposé: NOC Section:

Plus en détail

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES Objectifs clés CSRP 1 Actions préalables en gras CSRP II Déclencheurs en gras CSRP III Déclencheurs en gras CSRP IV Résultats de moyen terme/indicateurs Global :

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

4.2 Cadre institutionnel d élaboration de la SNDS

4.2 Cadre institutionnel d élaboration de la SNDS REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi Ministère de l Economie et des Finances Direction de la Prévision et de la Statistique (DPS) FEUILLE DE ROUTE DE L ANSD Présentation de la situation du Sénégal

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère: Santé Publique et lutte contre le SIDA Agence nationale d exécution : Cellule Technique Nationale FBP Accès financier aux soins de santé pour la couverture universelle

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTES

AVIS DE VACANCE DE POSTES Communauté Economique des Etats de l Afrique Centrale ECOFAC V CEEAC -------------------- Programme Ecosystèmes Fragilisés d Afrique Centrale (ECOFAC V) -------------------------- Composante FLEGT Union

Plus en détail

M i n i s t è r e d e l a S a n t é S e c r é t a r i a t G é n é r a l d u M i n i s t è r e

M i n i s t è r e d e l a S a n t é S e c r é t a r i a t G é n é r a l d u M i n i s t è r e R é p u b l i q u e d u B é n i n M i n i s t è r e d e l a S a n t é S e c r é t a r i a t G é n é r a l d u M i n i s t è r e Direction des Pharmacies, du Médicament et des Explorations Diagnostiques

Plus en détail

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO)

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) MEMPD Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) Titre 14. Programmes et politiques Présenté par : 14.4. Evaluation

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Elaboration d un manuel des procédures

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES FCW BENEFICIAIRES 2009 LOT N 11 : Macro économie, Statistiques,

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

www.pwc.com Projet AFR/017-09-46 Phase 2 : Déploiement du guide de contrôle interne Rapport de réconciliation

www.pwc.com Projet AFR/017-09-46 Phase 2 : Déploiement du guide de contrôle interne Rapport de réconciliation www.pwc.com Projet AFR/017-09-46 Phase 2 : Déploiement du guide de contrôle interne Rapport de réconciliation 08/12/2011 1. Introduction 1.1 Objectifs de la réconciliation A l issue des formations de

Plus en détail

Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE

Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE La qualité : «ensemble des propriétés et caractéristiques d un produit ou d un service qui lui confèrent l aptitude à satisfaire

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

RAPPORT D'ÉVALUATION DU SYSTÈME D'INFORMATION SANITAIRE DU RESEAU DE METROLOGIE SANITAIRE

RAPPORT D'ÉVALUATION DU SYSTÈME D'INFORMATION SANITAIRE DU RESEAU DE METROLOGIE SANITAIRE République du SENEGAL Un Peuple -Un But -Une Foi Ministère de la Santé et de la Prévention Médicale (MSPM) Service National de l Information Sanitaire (SNIS) RESEAU DE METROLOGIE SANITAIRE RAPPORT D'ÉVALUATION

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

Recrutement d un Responsable Administratif et Financier de l Unité de Coordination des Projets C2D Santé

Recrutement d un Responsable Administratif et Financier de l Unité de Coordination des Projets C2D Santé Republique de Côte d Ivoire Union Discipline Travail Le C2D, un partenariat au service du développement Côte d Ivoire Projets C2D Santé Recrutement d un Responsable Administratif et Financier de l Unité

Plus en détail

PROJET DE DÉCISION N 09- /CA-INSTAT DU...FIXANT LE CADRE ORGANIQUE DE L INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE

PROJET DE DÉCISION N 09- /CA-INSTAT DU...FIXANT LE CADRE ORGANIQUE DE L INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ----------------------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE République du Mali Un Peuple Un But Une Foi PROJET DE DÉCISION N 09- /CA-INSTAT DU...FIXANT LE CADRE

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT COORDINATEUR/ CHEF D EQUIPE DES CONSULTANTS POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME D APPUI AU PROCESSUS D INTEGRATION ECONOMIQUE DES PAYS DE LA REGION DES GRANDS

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC Autorité hiérarchique : Secrétaire Exécutif du RAPAC (SE), Expert-Responsable

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Termes de références Mission n Burundi / Assistance technique pour l appui au renforcement du système de gestion des achats et des approvisionnements Demandeur : Secrétariat Exécutif Permanent du Conseil

Plus en détail

comité technique académique

comité technique académique CTA comité technique académique Enseignement public - 4 juillet 2012 Préparation de la rentrée 2012 Sommaire Mesures d urgence pour la rentrée 2012 : - dans le 1er degré - dans le 2nd degré Schéma d organisation

Plus en détail

Termes de Références Pour le recrutement d un cabinet en charge de la capitalisation de la modernisation des services fonciers

Termes de Références Pour le recrutement d un cabinet en charge de la capitalisation de la modernisation des services fonciers Termes de Références Pour le recrutement d un cabinet en charge de la capitalisation de la modernisation des services fonciers Organisme : Résultat Attendu 1 : Activité 1.D Observatoire du Foncier Référence

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

OFFRE DE CONSULTANCE Volet Gouvernance judiciaire à l Est de la RDC

OFFRE DE CONSULTANCE Volet Gouvernance judiciaire à l Est de la RDC OFFRE DE CONSULTANCE Volet Gouvernance judiciaire à l Est de la RDC «Consultant en suivi-évaluation et élaboration d outils de suivi-évaluation pour le programme PARJ-E «Uhaki Safi» Profil recherché: Objectif

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 24 mai 2015 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 18 sur 63 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Arrêté du 22 mai 2015

Plus en détail

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ;

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ; REPUBLIQUE DU BENIN -------o------- MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -------o------- LE MINISTRE -------o------- A R R E T E ANNEE 2013 N /MAEP/DC/SGM/DRH/DIP/SA PORTANT ATTRIBUTIONS,

Plus en détail

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES Les activités de codification nécessitent un personnel technique et un personnel auxiliaire, avec en amont de la chaîne, l équipe de coordination et en aval, les équipes

Plus en détail

Système d Information Sanitaire (SIS) Formation de Formateurs. Utiliser l Information pour protéger la santé des réfugiés

Système d Information Sanitaire (SIS) Formation de Formateurs. Utiliser l Information pour protéger la santé des réfugiés Système d Information Sanitaire (SIS) Formation de Formateurs Utiliser l Information pour protéger la santé des réfugiés Ordre du jour de l atelier Jour 1 Introduction Démographique Mortalité Jour 2 Morbidité

Plus en détail

Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013

Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013 Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013 Date: 15 Février 2013 Pays Intitulé de la mission : République Démocratique du Congo RDC Sélection d un consultant Chef d équipe pour l élaboration

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES Version Janvier 2013 1 Sommaire I. CONTEXTE... 5 II. OBJECTIFS DU PROGRAMME... 5 III. OBJECTIF DU GUIDE... 5 IV. PRINCIPES

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Bureau de la coopération suisse au Bénin Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Selon l Organisation Mondiale de la Santé «la santé est un état complet

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail