Réseaux publics de télécommunication

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réseaux publics de télécommunication"

Transcription

1 Réseaux publics de télécommunication (Ed Révision : 9/01) 1. Introduction et vue d'ensemble. 2. Le réseau public téléphonique commuté. 3. La transmission. 4. La commutation de circuits. 5. La signalisation. 6. La commutation de paquets. 7. Le RNIS à bande étroite. 8. Les communications avec les mobiles. 9. Le RNIS à large bande. 10. La hiérarchie numérique synchrone (SDH) et le WDM. 11. La commutation ATM. 12. L évolution du réseau d accès et les techniques xdsl. 13. Le réseau de gestion des télécommunications. 14. L intelligence du réseau et concept de "réseau intelligent" (IN). 15. Les aspects réglementaires. Public Networks INTRO Edition 3.4 (09/01) Page 1

2 Introduction et vue d'ensemble 1. Définition 1.1. Réseaux de télécommunication 1.2. Réseaux publics et privés 2. Classification des réseaux de télécommunication 2.1. Architecture 2.2. Transport et services 2.3. Les services 3. Le réseau de transmission 3.1. Signal et transmission : l'analogique et le numérique Signal analogique et numérique Exemple : capacité requise par une communication téléphonique Transmission analogique et numérique Le multiplexage Principes FDM et TDM Exemple : le multiplex à 2 Mbit/s (E1) FDM et TDM combinés WDM/DWDM Autres types 4. Les systèmes de transmission. 5. Les systèmes de commutation 6. Signalisation et gestion. 7. La normalisation. ANNEXE 1 : Commissions d études de l'uit-ts ANNEXE 2 : Recommandations de l ITU-TS. ANNEXE 3 : ETSI. Public Networks INTRO Edition 3.4 (09/01) Page 2

3 1. Définitions Le terme "réseau public de télécommunications" recouvre 2 concepts: "réseau de télécommunications" d'une part et "public" d'autre part Réseau de Télécommunications Le terme "réseau de télécommunication" concerne l'aspect technique. La télécommunication implique la communication à distance entre 2 (au moins) "usagers" (homme/machine) d'un service (ex: téléphonie/télécopie/internet) échangeant des informations (voix, données, images,...) via un terminal (ex: téléphone à touche, fax). - Cette communication entre usagers est établie via une ressource de transmission qui les relie et supporte le transfert d'information. Ces ressources de transmission, lorsqu'elles traversent le domaine public, sont la composante de base de l'infrastructure. Depuis la libéralisation des infrastructures inscrite dans les directives de la CE (Commission Européenne) (application : 1/1/98), l infrastructure qui était auparavant sous monopole d un opérateur public (l ex-rtt) est octroyée dans le contexte de licence à d'autres opérateurs. - Affecter de manière permanente une ressource dédiée sous forme d'une liaison point à point entre 2 usagers n'est concevable que si ces 2 usagers ont une forte affinité et un trafic important : c'est le cas des liaisons spécialisées (appelées aussi circuits loués) entre installations privées (voir réseau privé au point 1.2.).Par exemple, l opérateur public fournit une liaison de N x 2 Mbit/s entre 2 sites distants d une entreprise ; celle-ci dispose de cette liaison et de ce débit d une manière permanente et l utilise à sa convenance pour transporter de l information. Par contre, entre chaque paire d'usagers potentiels, c'est illusoire pour des raisons évidentes : - le nombre de liaisons deviendrait astronomique (ex : abonnés téléphoniques en Belgique, quelques centaines de millions dans le monde) - certains usagers n'ont aucune affinité et ne communiquent jamais - les communications ont une durée limitée et n'occupent les ressources de transmission que partiellement. Le seul moyen de permettre économiquement à tout usager d être mis en communication avec un autre est d'attacher le terminal à un réseau de télécommunications. Le rôle du réseau sera alors d établir une liaison à la demande d un usager connecté au réseau. Chaque usager accède au réseau via un point d accès défini par une interface usager/réseau: UNI ( User Network Interface ) [voir fig. 1] entre le réseau et les terminaux d abonnés (CPE : «Customer s Premises Equipment ). Par ex. pour le réseau téléphonique, l'interface concerne l'ensemble des spécifications électriques,mécaniques et fonctionnelles telles qu'une paire de fils rattachant le poste téléphonique au réseau téléphonique, la signalisation par multi-fréquences, les niveaux pour le signal téléphonique,...; physiquement, l interface se présente généralement sous la forme d une prise appelée NT ( Network Termination ). Pour atteindre tout autre usager connecté au réseau et établir la liaison souhaitée, un élément d information essentiel est l "adresse" qui identifie l accès au réseau.(par exemple, le numéro téléphonique). Le réseau est lui-même constitué de noeuds de transfert (ou commutateurs, switch, exchange, routeurs, ) qui aiguillent les communications sur base de l adresse demandée. Les noeuds sont reliés entre eux par des liaisons et systèmes de transmission et les communications suivent une série de noeuds et de liaisons entre l origine et la destination qui constituent des routes Réseaux publics et privés. Public Networks INTRO Edition 3.4 (09/01) Page 3

4 - Les réseaux publics, comme le nom l'indique, fournissent des services et des accès accessibles à tous. - Le terme public apparaît par ailleurs explicitement dans les acronymes permettant de distinguer les réseaux selon les services qu'ils supportent : PSTN : «Public Switched Telecom Network» (i.e. le réseau téléphonique) PDN : «Public Data Network» PLMM : «Public Land Mobile Network» (e.g. le réseau GSM). - Les réseaux privés utilisent certaines ressources de transmission (i.e. circuits loués) des opérateurs publics pour connecter entre eux les sites de l'entreprise (sauf certaines entreprises qui disposent déjà des sites ou une infrastructure propres :SNCB, ELECTRABEL,... - Par exemple, pour le service téléphonique, chaque site est desservi par un commutateur téléphonique privé, le PABX ["Private Automatic Branch Exchange"]. De même, le réseau privé peut disposer de ces propres commutateurs de paquets ou ATM,... (voir exemple fig. 2) - Les réseaux privés substituent donc des éléments de réseau privés à des éléments publics. L'usage de tel réseau est limité en principe à des usagers de l'entreprise ; ils sont cependant connectés aux réseaux publics pour permettre évidemment à l entreprise d accéder au monde extérieur et donc techniquement «accessibles» à tous les usagers Aspects règlementaires. - Au plan réglementaire, un réseau de télécommunications est défini comme suit (Art. 68, 5 loi du 21/3/91) : Réseau de télécommunications : les systèmes de transmission et, le cas échéant l équipement de commutation et autres ressources permettant le transport de signaux entre des points de terminaison définis, par fils, par faisceaux hertziens, par moyens optiques ou par d autres moyens électromagnétiques. Un réseau de télécommunications est qualifié de public dès qu il est utilisé en tout ou en partie en vue de la fourniture au public de services de télécommunications. N est donc pas public un réseau utilisé par une personne pour son usage propre ou servant à la fourniture de services à un ou plusieurs groupes fermés d utilisateurs. - Pour pouvoir exploiter un réseau public, il est nécessaire de se voir accorder une licence par le régulateur (en Belgique, l'ibpt, Institut Belge des Postes et Télécommunications,. Site : qui spécifie les droits et impose des obligations en terme de services offerts par le réseau : accès, couverture géographique, qualité, performances, prix, Les conditions d accès sont spécifiées dans des réglementations à élaborer par le régulateur, par ex. et en conformité avec des normes européennes imposées par la CE dans le contexte de l ONP ("Open Network Provision"). - Plusieurs types de licence sont octroyées par l IBPT pour les réseaux publics: 1) une licence réseau pour des opérateurs disposant d infrastructure 2) une licence voix pour des opérateurs ne disposant d infrastructure Dans le cas (1), il s agit d opérateurs investissant dans des réseaux de transmission : câble, fibre optique,... avec une couverture géographique relativement importante : e.g. entre plusieurs villes (e.g. GTS(SNCB) et/ou avec des accès jusqu au client i.e. des réseaux d accès fixes : par exemple réseau de F.O. (fibre optique) (e.g. Colt, Worldcom), réseau de cuivre ou de F.O. (e.g. Belgacom), HFC (Hybrid Fibre Coax) (e.g. cablo-opérateur comme Telenet), WLL («Wireless Local Loop»), Public Networks INTRO Edition 3.4 (09/01) Page 4

5 Dans le cas (2), il s agit d opérateurs investissant dans un noeud (une plate-forme) de services vocaux qui sera connecté sur le réseau mis en place par l opérateur de type (1). (e.g. un service Calling Card ) 3) une licence de type réseau radio-mobile comme le GSM : Proximus, Mobistar, KPN-Orange. Comme ces opérateurs investissent aussi dans de l'infrastructure, ils peuvent aussi bénéficier d'une licence de type (1). - Les usagers connectés à un réseau devant pouvoir accéder à ceux d un autre réseau, les réseaux sont interconnectés ce qui donne lieu à des règles d interconnexion entre opérateurs pour lesquelles le régulateur fixe les exigences minimales, les autres conditions faisant généralement l objet d accords commerciaux entre opérateurs. Les interfaces techniques sont appelées NNI («Network to Node Interface») (voir fig. 1) et en terme de régulation, POI ( Point Of Interconnect ou Point of Interface ). - Ces aspects seront développés dans le module Classification des réseaux de télécommunication 2.1. Architecture technique. - La classification peut se faire selon l'architecture et la technique utilisée pour transférer l'information. C est une classification traditionnelle ; en pratique, les réseaux actuels combinent plusieurs architectures. - On distingue généralement : - les réseaux commutés ("switched networks") - les réseaux de diffusion ("broadcast networks"). - les réseaux cellulaires («cellular networks») Réseaux commutés [voir fig. 3] - Les réseaux commutés sont subdivisés en : - réseau à commutation de circuits ("circuit switched network") - " " " " paquets ("packet switched network") - " " " " messages ("message switched network"). - Dans ces réseaux, l'information est transmise depuis le terminal de départ jusqu'au terminal d arrivée au travers d'une série de noeuds connectés entre eux par des liaisons de transmission ; chaque nœud agit comme un aiguillage actionné sur base de l'adresse du destinataire. - Dans la commutation de circuits, un chemin dit commuté est établi au début de la communication depuis la source (l'appelant) jusqu à la destination (l appelé) et une capacité de transmission [par ex. un canal de 3,1 khz ou de 64 kbits/s pour une communication téléphonique: voir point 3.1.2], est allouée pendant toute la durée de la communication. A la fin de la communication, le chemin est libéré. La capacité ainsi attribuée a diverses appellations : voie, canal ou circuit. [A noter que ces appellations, en particulier circuits, sont souvent employées avec des significations différentes].les noeuds par lesquels passent la communication sont appelés «commutateurs» (de circuits) (en anglais : «switch», «exchange») (e.g. commutateur téléphonique). - Dans la commutation par paquets, l'information à transmettre (en l'occurrence des données: bits, octets) est envoyée sous forme de messages de taille limitée appelé paquet. Chaque paquet est Public Networks INTRO Edition 3.4 (09/01) Page 5

6 transmis de noeud en noeud selon un mode "store and forward" en utilisant une capacité de transmission entre 2 noeuds qui est disponible à ce moment. Cette capacité de transmission n'est donc pas assignée à une communication spécifique mais est utilisée par les paquets de plusieurs communications simultanément en cours. On parle dans ce cas de circuits «virtuels» : pour l usager, un circuit est établi dans le réseau à sa demande au début de la communication, comme dans le cas de la commutation de circuits mais il est virtuel puisque certaines ressources du réseau sont partagées avec d autres utilisateurs. Le temps de stockage dans chaque noeud est très court. Lorsqu un paquet est erroné et suivant le type de réseau, ce paquet peut éventuellement être retransmis. Les noeuds par lesquels transitent les paquets sont appelés «commutateurs» (e.g. commutateur X25, commutateur ATM).) Une autre approche pour les paquets consiste à ne pas établir de «circuit» et à envoyer les paquets individuellement dans le réseau ; les noeuds analysent chaque fois pour chaque paquet l adresse destinataire et l envoient vers le noeud suivant ; c est le principe du «datagramme» et le chemin suivi par les paquets peut varier dynamiquement au cours d une communication. Dans ce cas, les noeuds sont appelés «routeurs» (e.g. routeur IP). - Mode avec ou sans connexion. Une communication entre des terminaux connectés sur un réseau peut se faire fondamentalement de 2 manières : avec (= orienté connexion) ou sans connexion : Connection Oriented = CO ou Connection-less = CL. Les réseaux basés sur la commutation de circuits sont orientés connexion, les réseaux de paquets supportent selon le cas, l un ou les 2 modes. La commutation de messages utilise les mêmes principes que la commutation par paquets mais le temps de stockage est plus long [plusieurs minutes ou davantage]. Si un message est erronné, il faut retransmettre tout le message, ce qui est un inconvénient par rapport à la commutation de paquets. Cette technique a été utilisée pour le télex et la télégraphie avec des procédures et protocoles rudimentaires comparés à la commutation par paquets. Réseaux de diffusion [voir fig. 4A] - Les réseaux de diffusion (pouvant établir des communications bidirectionnelles) les plus connus sont : - réseaux radios par paquets (ex : ALOHA) - réseaux satellite (ex : VSAT) - réseaux locaux (LAN) et métropolitains (MAN) - réseau de TV-distribution, adaptés dans certains cas pour les communications bidirectionnelles (téléphonie, Internet) - Dans ces réseaux, l'information (paquet, message) est transmise depuis le terminal de départ sur un milieu de transmission accessible à tous les terminaux. - A la réception, chaque terminal qui reçoit le message émis examine l'adresse du message et détermine si celui-ci lui est destiné ou non (auquel cas il l écarte). - Il n'y a pas de commutation opérée par le réseau ( dans ce type de réseau, on peut considérer qu'il s'agit d'une auto-commutation distribuée). - A l émission, la ressource de transmission étant partagée par tous les terminaux, un mécanisme d accès est nécessaire [ALOHA, CSMA, Token, MAC,...]. Réseaux cellulaires. Les réseaux cellulaires (e.g. GSM) peuvent être rangés dans la catégorie précédente (le milieu étant accessible à tous les terminaux ) pour la partie accès des mobiles via l interface radio dans les cellules. Pour la partie «fixe» qui écoule les communications, ils utilisent des réseaux commutés (circuits et/ou paquets).ils seront décrits dans le Module 8. Public Networks INTRO Edition 3.4 (09/01) Page 6

7 2.2. Transport et service. - Une vue plus courante chez les opérateurs télécom consiste à découper le réseau en couches : un réseau de transport physique (= réseau de transmission, à ne pas confondre avec la notion de transport dans le modèle OSI) et des réseaux fonctionnels (ou logiques) affectés à des services (téléphonie, télex, données, radiotéléphonie) qui utilisent le réseau de transport. Ces réseaux fonctionnels peuvent eux-mêmes être découpés en couches : une couche commutation et/ou routage, une couche service proprement dite, une couche service à valeurs ajoutées, Ces réseaux ont été pendant longtemps différenciés en réseaux voix et données ; le RNIS et les concepts plus récents de Voix sur ATM, VoIP («Voice over IP»),. ont pour objectif de fusionner ces 2 aspects en un réseau unique. - Le réseau de transport ou de transmission relie entre eux les noeuds des réseaux de service [i.e. les commutateurs, les routeurs, les serveurs,...] et assure aussi la connexion des équipements terminaux qui permettent aux clients d accéder et d'utiliser les services. - Ces équipements sont situés chez le client [CPE : "Customer Premises Equipment"] ; exemple : téléphone, PABX ("Private Automatic Branch Exchange"), modem, FAX, LAN,...ou sont mobiles ( e.g. portable GSM) Les services QOS Topologiquement, le réseau de transmission est habituellement scindé entre réseau local, la partie qui relie des CPE aux noeuds d accès des réseaux (dans la plupart des cas, une unité de commutation téléphonique) situés dans un bâtiment appelé BCT (Bureau Central Téléphonique), en abrégé central ou CO ( Central Office ) (note : par abus de langage, on confond souvent le central et le bâtiment, alors que le bâtiment héberge bien d autres équipements ) et le réseau dorsal ("Backbone", "core") reliant les noeuds du réseau. Les liaisons entre les sites des clients où se trouvent les CPE s et le réseau sont appelées communément «local loop». Le réseau local, longtemps perçu comme un réseau de paires de cuivres pour téléphonie subit, avec les perspectives des services large-bande et la mise en oeuvre de nouvelles technologies ( FO, radio, équipements électroniques, xdsl...), d importants changements et est désormais conçu comme un réseau d accès ("access network") multi-services. La fig. 4C reflète cette architecture des réseaux. Cette importante évolution sera décrite dans le module 15. Les services sont caractérisés par une série de caractéristiques qui constituent la QOS («Quality Of Service»). Des paramètres types sont affectés à la QOS et doivent pouvoir être supportés par des réseaux qui assurent ces services. Les principales caractéristiques à prendre en compte sont les suivantes : -1. pour les services interactifs en temps réel, voix/données, qui sont les plus exigeants en terme de contraintes temporelles (e.g. la téléphonie, la visiophonie) : -le délai de transfert ou délai de «transmission» ( on parle parfois de «latency») du signal par le réseau, de la source à la destination, qui comporte temps de traitements + temps de transmission et de propagation. Pour la téléphonie par exemple, ce temps est limité à msec et à msec, soit msec A-R ( Aller- Retour, «round-trip delay») lorsqu il y a des systèmes analogiques dans la connexion sauf si on place des équipements pour compenser les échos (ce point sera traité dans le module transmission). -la variation dans le délai de transfert («delay variation»), appelée aussi gigue («jitter»). Le signal transmis pour ce type de service est en effet par nature isochrone. De telles contraintes sont difficiles à satisfaire pour des réseaux de type paquets pour lesquels le temps de traversée du réseau est par nature flottant (e.g. IP). Une approche consiste à récupérer le synchronisme dans les terminaux d extrémité, pour autant qu il soit assez intelligents et puissants (! impact sur le délai). On notera que les services en temps réel, non-interactifs (e.g. diffusion d un programme vidéo) sont nettement moins exigeants en termes de contraintes temporelles ( on peut diffuser les images d un événement avec quelques secondes de retard pour autant qu on conserve l isochronisme sans que cela porte à conséquence). Public Networks INTRO Edition 3.4 (09/01) Page 7

8 2. pour les services de données, les contraintes portent sur : - les débits le débit minimal à garantir, débit de crête, débit moyen, - les erreurs : BER, perte de paquets, duplication ou insertion de paquets, ordre des paquets, 3. pour les services de type multimedia : Dans ce cas, le réseau est amené à supporter plusieurs types de services, comme les précédents. 4. les aspects multipoint ou multi-cast (plus facile pour un réseau de type sans connexion qu avec connexion dès que le nombre de participants est important). Impact sur les réseaux. Pour pouvoir supporter la QOS et surtout si le réseau ambitionne d être multi-services, des mécanismes spécifiques doivent être disponibles : mécanismes de prioritisation des ressources du réseau ( et donc d allocation de coûts aux utilisateurs ), contrôles de flux et de congestion, contrôle d accès,... Tous les paramètres de QOS ci-dessus doivent en principe pouvoir être supportés «end-to-end» ; on entrevoit dès lors 2 types de problèmes liés aux réseaux actuels : - l aspect multi-opérateurs (gestion, responsabilité, ) - l aspect muti-technologies (différentes technologies ou couches de réseau interviennent pour contrôler la QOS) COS Pour pouvoir satisfaire la QOS, sans rendre la spécification de tous les paramètres trop flexible et et impossible à gérer, les réseaux (ou couches de réseau) proposent quelques «classes de services «(COS) types (e.g. : ATM, UMTS). 3. Les réseaux de transmission. Le réseau de transmission est caractérisé par : - les milieux de transmission utilisés (paire de cuivre, coaxial, fibre optique, faisceau hertzien,...) - les systèmes de transmission qui sont mis en oeuvre sur ces milieux ; les systèmes de transmission sont composés d équipements de transmission : terminaux de transmission, aux extrémités, modulateur, multiplexeurs, répéteurs,... - la topologie : arborescence, étoile, anneau(boucle), Signal et transmission : l'analogique et le numérique. [voir fig. 5A] Signal analogique et signal numérique. 1. L'information émise par la source (voix, texte, image) est, via un terminal, présentée sous une forme analogique (e.g. signal électrique produit par un téléphone) ou sur une forme numérique (e.g. une série de bits produit par un PC). 2. Cette information, pour être émise, est convertie en 1 signal d entrée (ou message) qui peut être numérique ou analogique. Fondamentalement, un signal est toujours une grandeur physique analogique et cette discrimination réfère donc au contenu de l'information qu'il transporte. Un signal analogique prend des valeurs continues et varie en amplitude, fréquence et phase ; un signal numérique prend 1 série de valeurs discrètes représentées par un signal élémentaire appelé moment (par exemple :amplitude avec 2 valeurs discrètes 0 ou +V pour un moment binaire, amplitudes -V,O,+V pour un moment ternaire, Le débit de moments s exprime en Bauds. Chaque moment qui dispose de M valeurs discrètes peut transporter log 2 M éléments binaires, ce qui permet de convertir un débit de Bauds en débit de bits/s ). Les signaux analogiques peuvent être convertis en signaux numériques et inversément par des équipements appelés codeur/décodeur (CODEC) ou modems (modulateur/démodulateurs) Public Networks INTRO Edition 3.4 (09/01) Page 8

9 Note: la différence entre ces 2 équipements est la suivante: - Le CODEC est un équipement qui est destiné à convertir le signal de source analogique, en l occurrence la voix, en signal numérique. Le codage sera donc conçu pour que le signal vocal original puisse être transmis et reconstitué à l arrivée le plus fidèlement possible. - Le modem est un équipement qui est destiné à convertir un signal de source numérique (en l occurrence un train de bits) en un signal analogique. Si le signal doit passer à travers le réseau téléphonique (PSTN), le codage sera donc conçu pour que le signal numérique original puisse être transmis à travers un tel réseau (conçu pour transporter des signaux analogiques avec une bande passante limitée) et reconstitué à l arrivée le plus fidèlement possible (i.e. avec le moins de bits erronés) c) Le signal d entrée n'est généralement pas adapté au milieu de transmission ; il devra être mis en forme par l émetteur pour constituer le signal émis. (Cette mise en forme peut mettre en oeuvre diverses techniques de codage et de modulation). Il en de même à la réception Exemple : capacité requise par une communication téléphonique. La voix est un signal analogique dont les caractéristiques spectrales (énergie, intelligibilité ) sont représentées sur la figure 5B. Pratiquement, une bande passante de 3,1 khz (de 300 Hz à 3,4 khz ) est suffisante et doit être respectée par les noeuds et les ressources de transmission du réseau téléphonique qui vont supporter la communication. Ce signal est dans la plupart des cas numérisé et donc converti en signal numérique. Ce point sera développé en détail dans le module consacré à la transmission mais le principe est relativement simple : un signal analogique peut sans perte d information être converti en un signal échantillonné pour autant que la fréquence d échantillonnage soit au moins 2 fois la fréquence maximum du signal (théorème de Shannon). Pour le signal vocal, on part d une fréquence maximum de 4 khz et on échantillonne donc à 8 khz, soit toutes les 125 s. Les échantillons sont ensuite quantifiés par un code à 8 bits (Pulse Code Modulation = PCM) ce qui génère donc un débit de 64 kbit/s. [note : bien entendu des méthodes plus performantes de codage et de compression, e.g. voix Half Rate GSM = 6,5 kbit/s, ont été développées mais l interconnexion avec le PSTN demande de travailler sur cette base]. Une conséquence importante de la mise en oeuvre des ces méthodes (dès les années 60) dans le réseau téléphonique est que fondamentalement, le PSTN (et son successeur l ISDN) offfrent des circuits avec une BP de 3,4 khz (partie analogique) ou 64 kbit/s (partie numérique) Transmission analogique et numérique. La transmission de la source à la destination met en oeuvre des systèmes de transmission. On distingue grosso-modo les systèmes de transmission numériques et les systèmes de transmission analogiques. - Un système de transmission analogique transmet les signaux analogiques sans se préoccuper de leur contenu (ex : voix, fréquences de modem) et essaie de les restituer le plus fidèlement possible à l extrémité distante. Les signaux étant atténués avec la distance, il faut réamplifier les signaux après une certaine distance, ce qui introduit de la distorsion dans le signal, le bruit étant aussi amplifié ; cette distorsion s'accumule avec le nombre d'amplificateurs selon la distance parcourue. Le signal subit encore d'autres perturbations le long du trajet de transmission : interférences, diaphonie («crosstalk»),. - Le système de transmission numérique transmet des signaux numériques en se préoccupant de leur contenu (! non pas la signification de l information, mais la valeur discrète de chaque moment). Lorsqu après une certaine distance, le signal numérique est atténué et distordu et que la distinction de la valeur du moment risque d être ambiguë, le signal numérique est reconstitué via Public Networks INTRO Edition 3.4 (09/01) Page 9

10 des équipements appelés régénérateurs (ou parfois répéteurs). L erreur qu on peut commettre est évidement de se tromper sur la valeur du moment, ce qui influe sur la qualité de l information transmise en terme de BER ( «Bit Error Rate»). 3.2.Le multiplexage Principes Les liaisons de transmission sont par définition coûteuses et offrent une capacité en B.P. (Hz) ou en débit (kbit/s) supérieure à celle requise par une seule communication ; celle-ci peut donc être utilisée par plusieurs communications simultanément au moyen de techniques dites de multiplexage. Cette notion est souvent associée à celle de méthode d accès, dite d accès multiple, des différents usagers à une ressource commune, par exemple TDM/TDMA ("Time Division Multiplexing") ("Time Division Multiple Access") bien qu il s agisse de notions différentes : le multiplexage concerne la technique de partage des ressources entre plusieurs usagers; l accès multiple concerne les processus de partage des ressources entre ces usagers. L accès multiple nécessite des règles (protocoles, algorithmes) et des systèmes de commande par lesquels un utilisateur peut accéder aux ressources (temps, fréquence) partagées FDM et TDM Deux types de multiplexage de base sont largement utilisés en transmission : le FDM : "Frequency Division Multiplexing" (MRF : multiplexage à répartition en fréquence) mis en oeuvre pour des signaux analogiques et le TDM : "Time Division Multiplexing" (MRT : multiplexage à répartition dans le temps) mis en oeuvre pour des signaux numériques. Principe du FDM [voir fig. 6.A] Les signaux de communication (ex. la voix en téléphonie qui occupe une bande passante de 3,1 khz) sont modulés sur des porteurs différents assignés à chaque communication. Une bande de garde sépare les différentes voies. La méthode d accès est appelée FDMA et consiste très simplement à allouer une voie pendant la durée de la communication. Une communication occupe donc une partie du spectre disponible pendant toute la durée de la communication. Ce système a été utilisé à partir des années 60 pour les "longues distances" (i.e. l'interurbain et pour l international). Principe du TDM [voir fig. 6.A] Les signaux de communication occupent tour à tour pendant un temps bref, appelé intervalle de temps IT ("TS Time-slot") toute la ressource spectrale de la liaison de transmission. Un temps de garde peut dans certains cas séparer les différents IT's. Le système TDM/TDMA se présente sous 2 variantes: 1. TDM/TDMA synchrone [appelé aussi TDM à allocation fixe : "fixed-assignment") 2. TDM/TDMA asynchrone (connu aussi sous les noms de multiplexage TDM statistique, TDM à allocation dynamique, multiplexage intelligent,..). Dans la variante 1, un TS est alloué périodiquement pendant 1 trame ou un cycle à chaque source (voir fig. 6.B.). L ensemble des TS pendant 1 cycle constitue une trame. Ce mode est efficace si le trafic de la source est régulier. La position du TS dans la trame identifie la source. Si le trafic est sporadique, beaucoup de TS sont inutilisés et la capacité du système de transmission est inefficace. Dans le cas d'un multiplexage statistique, les TS disponibles peuvent être alloués à toute source qui a des informations à émettre (voir fig. 6.B). Le prix payé pour cette efficacité est que la position du TS n'identifie plus la source et il faut donc une information supplémentaire d'adressage, ce qui ajoute de l'overhead. L avantage est de disposer d une capacité supplémentaire en terme de débit qui peut être allouée à d autres utilisateurs ( voir (A) fig.5) ou de pouvoir transmettre à un débit plus économique Public Networks INTRO Edition 3.4 (09/01) Page 10

11 (voir (b) fig.5). Dans ce cas, le débit brut en sortie d'un multiplexeur statistique est inférieur à la somme des débits bruts des sources à l entrée et doit en principe être plus ou moins égal en moyenne à la somme des débits utiles (i.e. l'information des différentes sources). En cas de trafic de pointe, le débit du multiplexeur peut être insuffisant et il faut donc prévoir des mécanismes de tampon ("buffer") Note : on retrouve le même concept que dans la commutation de paquets Exemple : le multiplex système 2Mbit/s (E1). Un des multiplex TDM les plus utilisés en transmission en Europe est le multiplex synchrone à 32 voies de 64kbit/s appelé «système» à 2Mbits/s ou E1 (E pour European et 1 car il est le système de base de la hiérarchie PDH ; voir point ci-après). Ce système sera examiné plus en détails dans le module 3 ( transmission). En gros, il est constitué de la manière suivante. A l entrée, on a 32 sources de 64 kbit/s comme décrites au point et livrant chacune 8 bits (un TS) toutes les 125 s. Le multiplex produit donc en sortie un signal dont la trame comporte 32 TS de 8 bits et a une durée de 125 s, ce qui donne un débit de +- 2 Mbit/s. Le signal (la trame) est dit isochrone car tous les moments ont une durée constante et se suivent au rythme d'une horloge. Dans le trame, les TS sont numérotés de 0 à 31. Deux TS sont utilisés pour pouvoir synchroniser et gérer le système ce qui fait que le E1 permet de transporter 30 voies utiles, par exemple 30 communications téléphoniques simultanément Multiplexage FDM/TDM combinés [voir fig. 7.A]. Dans ce cas, le signal de chaque source peut, pendant un TS, utiliser une partie du spectre disponible allouée à un groupe de sources. Une source est donc identifiée par une combinaison TS/bande de fréquences. Si la combinaison TS/bande de fréquence assignée à une source peut varier dans le temps pendant la durée de la communication, on parle de techniques d étalement du spectre [SS : "spread spectrum"]. L'avantage de ces techniques est la diversité : résistance aux interférences et au fading, confidentialité. Diverses variantes de ces systèmes sont utilisées dans les radiocommunications et diffèrent par les méthodes d accès. Citons notamment : - CDMA [Code Division Multiple Access] qui peut être réalisé sous 2 manières FH-CDMA [FH = frequency hopping] et DS-CDMA [DS = direct séquence]. (Note : DS-CDMA est utilisé dans des systèmes militaires et pour des systèmes de radiocommunications numériques US). CDMA est aussi retenu pour les systèmes mobiles de 3ième génération (UMTS). - FH-TDMA (utilisé dans le GSM). La fig [7.B] illustre (de manière très simplifiée ) cette technique : à la fin de chaque TS, chaque signal est "réarrangé" en fréquence et en position de TS selon un "code" qui module la fréquence porteuse et saute ("hop") dans une autre bande de fréquence. Le code est pseudo-aléatoire et peut être orthogonal ou quasi-orthogonal ( dans ce cas, il y a des collisions entre les TS des usagers qui apparaissent comme du bruit sur le canal). (Note : une des différences entre le CDMA et le FH-TDMA est que dans le CDMA, le signal de FH n'est pas synchronisé avec les signaux de différentes sources ; chaque signal peut partager la totalité du spectre disponible de manière asynchrone). Ces techniques seront évoquées dans le module 8 (Communications avec les mobiles) WDM ("Wavelength Division Multiplexing")/DWDM («Dense WDM». Public Networks INTRO Edition 3.4 (09/01) Page 11

12 Utilisée dans les systèmes de transmission sur FO, il s agit d une évolution récente bénéficiant des progrès de l amplification optique et qui augure de la tendance à aller vers un réseau de transport «tout optique» : dans une même fibre, plusieurs porteuses avec des longueurs d onde différentes véhiculent des flux de bits distincts. Par exemple, au lieu de transporter 10 Gbit/s sur 1 longueur d onde, on transporte 4 systèmes de 2,5 Gbit/s sur 4 longueurs d onde. L avantage dans ce cas est de pouvoir augmenter la distance sans répéteurs. Deux autres applications importantes sont la possibilité d étendre la capacité du réseau de fibre actuel (sans devoir poser de nouvelles fibres) et la possibilité d allouer dans une même fibre une longueur d onde (on parle de «couleur») à des utilisateurs distincts et à des flux de bits structurés différemment Autres techniques SDMA ("Space Division Multiple Access") Des antennes pointent dans différentes directions et donc le même spectre de fréquences peut être réutilisé (exemple : satellite INTELSAT IV A) PDMA ("Polarization Division Multiple Access"). Des polarisations orthogonales permettent de séparer les signaux et donc de réutiliser le même spectre de fréquence (exemple : satellite). 4. Les systèmes de transmission Systèmes analogiques. - Les systèmes, connus sous le nom de systèmes à "courants porteurs", ont été introduits à partir des années 20 (!) pour les "longues distances". Ils ont été appliqués à différents types de support : lignes à paires symétriques ou coaxiales, faisceaux hertziens, satellites,... Ils ont atteint leur apogée au début des années Ces systèmes font usage du FDM et de la modulation BLU. - La fig. 8 représente le principe et la constitution de la hiérarchie qui atteint 900 voies dans les systèmes quaternaires. Hiérarchie FDM Voie téléphonique Groupe primaire Groupe secondaire Groupe tertiaire Nombre de voies Largeur de bande 3,1 khz 48 khz 240 khz 1332 khz Public Networks INTRO Edition 3.4 (09/01) Page 12

13 Groupe quaternaire khz - Ces groupes de base sont ensuite utilisés pour constituer des systèmes de transmission normalisés. - Ces systèmes ont été ensuite supplantés par les systèmes numériques basés sur le TDM Systèmes numériques Les systèmes numériques actuellement en usage se répartissent en 2 grandes familles : - PDH : Plesiochronous Digital Hierarchy - SDH : Synchronous Digital Hierarchy NOTE: Le PDH sera traité plus en détail dans le module 3 (Transmission). Le SDH sera traité plus en détail dans le module 10 (SDH) La famille PDH, bâtie sur le système à 2 Mbit/s, en Europe et 1,5 Mbit/s aux E.-U. est encore fortement implantée dans le réseau mondial de transmission des opérateurs de télécommunications. Le système de 2 Mbit/s a été évoqué au point La PDH est construite sur les niveaux de multiplexage «supérieurs» : 8, 34 et 140 Mbit/s et chaque niveau a un débit légèrement supérieur à un multiple exact du débit du niveau précédent de manière à permettre le multiplexage de signaux qui sont chacun synchronisés sur une horloge indépendante et ont donc un débit approximativement égal à 2 Mbit/s i.e. "plésiochrone". A cette fin des bits de bourrage sont introduits dans les niveaux supérieurs Un des inconvénients majeurs de la famille PDH est le manque de flexibilité : par exemple vouloir en 1 point du réseau extraire ("drop") un conduit 2 Mbit/s d'un système 140 Mbit/s et l insérer ("insert") dans un autre 140 Mbit/s nécessite une opération de démultiplexage pour tous les niveaux depuis le niveau supérieur jusqu'au niveau inférieur manipulé puis l opération de multiplexage inverse jusqu'au niveau supérieur. Un autre inconvénient majeur est la faiblesse des informations transmises pour l'exploitation et la maintenance Pour remédier à ceci, un nouveau système a été défini. Initialement conçu sous le nom de SONET (Synchronous Optical Network) aux E.-U., il a été normalisé par l' UIT sous le nom de SDH et est la conséquence normale de l évolution des performances de la micro-électronique et des capacités de transmission des fibres optiques. Le 1er niveau de la SDH s'appelle STM-1 et a un débit de 155 Mbits/s. La SDH est caractérisée par l'utilisation massive de bits de gestion (qui représentent 10 % du débit total) qui permettent de structurer la trame, d'adresser les constituants au moyen de pointeurs de synchronisation et de véhiculer les informations de gestion. Les affluents, y compris les signaux PDH, sont transportés dans des VC ["Virtual Containers"]. Le multiplexage est basé sur l'octet. Il est possible d'extraire ou d'ajouter directement une voie 64 kbit/s d'un STM1. Le niveau standardisé (actuellement) le plus élevé STM16 atteint 2,5 Gbit/s. Les systèmes SDH sont progressivement opérationnels depuis Les systèmes de commutation Commutation par circuits. L évolution est la suivante : A. commutation manuelle ( i.e. avec opératrices). B. commutation analogique, avec : Public Networks INTRO Edition 3.4 (09/01) Page 13

14 - commutation électromécanique. - commutation électronique ( SPC :"stored program control"). La commutation analogique est spatiale, i.e. elle connecte physiquement un circuit à l entrée du commutateur avec un circuit à la sortie. C. commutation numérique, associant la commutation spatiale et la commutation synchrone temporelle La commutation numérique connecte un TS d'un multiplex numérique synchrone présent sur un entrée à un TS d'un multiplex numérique synchrone présent sur une sortie. Le délai de commutation est bref (<= 450 microsecondes; CCITT Q507) et le réseau bâti sur ce type de commutateurs assure la transparence temporelle de la communication. On distingue la commutation : - à 64 kbit/s : l'essentiel des commutateurs numériques actuels; - à n x 64 kbit/s (pratiquement limité à un maximum de 2 Mbit/s). Note : la commutation par circuits sera traitée en détail dans le module 4 (Commutation par circuits.) 5.2. Commutation par paquets. L évolution est la suivante : - (1) la commutation par paquets (X25). Introduite dans les années 60, elle est basée sur des paquets de données de longueur variable et pour des réseaux avec une mauvaise qualité de transmission (i.e. un taux élevé d'erreurs BER); les protocoles mis en oeuvre par le réseau opèrent au niveau des couches 1, 2 et 3 du modèle OSl et assurent un transport exempt d'erreurs de bout en bout (ex mécanisme d'arq) ce qui a un effet néfaste sur la rapidité. Le but poursuivi est d'assurer la transparence sémantique de la communication. - (2) le relais de trame et la commutation de trames.("frame Relay" et "Frame Switching"). La qualité du réseau de transmission (i.e. transmission numérique sur coaxiaux et FO's) s étant accrue, il est plus efficace de relaxer les contraintes imposées sur les réseaux pour la correction des erreurs au profit de la vitesse. Les commutateurs opèrent au niveau des couches 1 et 2 du modèle OSI et laissent le soin au terminaux d'assurer la correction des erreurs de bout en bout. La conception des commutateurs devient plus simple et les gains de vitesse substantiels : pratiquement, on estime que 2Mbit/s est la vitesse optimale économique actuellement pour les réseaux X25. Le relais de trame pourrait théoriquement opérer jusqu à 140 Mbit/s. - (3) l'atm ("Asynchronous Transfer Mode"). On prolonge les motivations du relais de trames : le réseau ne s'occupe plus du traitement des erreurs. Les paquets utilisés sont de longueur fixes (appelés cellules, de longueur = 53 octets ; 48 octets d'information et 5 octets d'en tête). La longueur fixe de la cellule et le fait que le réseau n opère plus que sur les couches 1/2 assurent une très grande vitesse. Les vitesses pressenties vont jusqu à plusieurs centaines de Mbit/s. Grâce à sa grande vitesse, l' ATM permet des délais et des variations de délai (gigue) très faibles (quelques centaines de microsecondes) dans le réseau ce qui permet de supporter aussi les services à transparence temporelle. A la différence de la commutation par paquets, il n'y a aucune contrainte temporelle à l intérieur du réseau et la variation de délai minime générée par le réseau est résorbée aux extrémités. Cette caractéristique et la flexibilité des débits supportés sont les raisons du choix de l'atm pour le RNIS large - bande. note : l' appellation FPS ("Fast Packet Swiching") est utilisée parfois pour le relais de trame, parfois pour l'atm Public Networks INTRO Edition 3.4 (09/01) Page 14

15 - (4) IP L explosion de l Internet et l avènement du multimédia ont propulsé le protocole IP comme candidat à une plate-forme universelle multiservices. IP, basé sur un mode sans connexion,est surtout utilisé selon le principe du «best effort», càd qu il délivre les paquets sans garanties (délai, pertes, bande passante, ) et laisse le soin aux terminaux d assurer les exigences suivant les services et les applications. Le support de services interactifs comme la téléphonie (VoIP : Voice over IP) ou la visiophonie avec leurs contraintes temporelles, voire d applications Internet commerciales avec une qualité de service garantie, nécessite la prise en compte de critères de QOS. De nouveaux protocoles ont été/sont en développement (e.g. RSVP, RTP, ). Note : la commutation par paquets sera traitée en détail dans le module 6 (Commutation par paquets.) et la commutation ATM sera traitée dans le module 11 (ATM) La notion de mode de transfert. La parenté entre les notions de multiplexage temporel et de commutation temporelle a déjà été soulignée ; le notion de mode de transfert a été introduite par l' UIT pour décrire une technique qui couvre à la fois les aspects transmission, multiplexage et commutation. On distingue donc le STM ("Synchronous Transfer Mode") et l'atm Autres approches : MAN. Ces techniques ont été mises en oeuvre dans le cadre de l'interconnexion à haute vitesse des LAN's. avec des portées de 50 Km. Utilisant un milieu partagé, l'architecture est celle de réseau diffusé à commutation distribuée. Ces réseaux sont publics ou privés. Défini surtout pour les données, les MAN's peuvent théorétiquement aussi supporter la voix. Le MAN ("Metropolitan Area Network") peut fonctionner suivant le principe du DQDB("Distributed Queue Dual Bus") ou du FFDI ("Fiber Distributed Data Interface"). Le DQDB offre la particularité intéressante d'utiliser des cellules de même taille que l'atm et donc d être compatible avec celui-ci pour le futur RNIS large-bande. Les débits peuvent atteindre 140 Mbit/s. Le FFDI est caractérisé par l'utilisation de FO's, une topologie en double-anneau et la technique des jetons. La longueur peut atteindre 100 Km et les débits 100 Mbit/s sur chaque anneau. Les trames sont de longueur variable pouvant aller jusqu à 4500 octets. 6. Signalisation et gestion La signalisation. La signalisation concerne l échange d informations entre les terminaux et les noeuds (commutateurs ) du réseau.. Ces informations servent surtout à l établissement et au contrôle des connexions (I.e. les appels) à travers le réseau On distingue la signalisation entre l usager et le réseau (i.e. User network Signaling ), entre les noeuds du réseau ( Inter -office signaling ) et de bout -en-bout ( end-to-end ) entre les utilisateurs du réseau ( user-to-user signaling ). Si l établissement des connexions a été la raison initiale de la signalisation, l évolution est caractérisée par 2 axes : - outre les informations relatives à la connexion, les informations échangées concernent la gestion du réseau et de ses ressources, la taxation, le contrôle de services supplémentaires ou à valeur ajoutée par rapport à la simple connexion,... - l importance des échanges entre noeuds est telle que le signalisation entre les noeuds du réseau pour le PSTN et l ISDN est supportée par un réseau à part entière extrêmement critique, i.e. le réseau de signalisation CCITT N 7 (encore appelé CCS7 ou SS7) qui fonctionne comme un véritable réseau spécialisé de données. Public Networks INTRO Edition 3.4 (09/01) Page 15

16 Note : la signalisation sera traitée dans le module La gestion du réseau. Les équipements (transmission, commutation, signalisation,...) du réseau et les services doivent être gérés (supervision, contrôle, fourniture de services,...). L ensemble des fonctions nécessaires est assuré par les systèmes de gestion réseau, constitué par un ensemble de plate-formes (logiciel et matériel), reliées aux éléments du réseau par un réseau spécifique de gestion et capable de dialoguer au sens le plus large ( i.e. envoyer des commandes et recevoir des informations sur l état du réseau). Afin de pouvoir contrôler de manière automatique un ensemble souvent hétérogène d équipements différents (multi-vendeurs), un effort de normalisation est nécessaire en terme d architecture, d interfaces et de protocoles. Cette activité, très vaste, relève de ce qu on appelle le TMN ( Telecommunication Management Network ). Note : le TMN sera traité dans le module Normalisation Les organismes de normalisation. Pour des raisons économiques et politiques, le processus de normalisation pour les télécommunications est actuellement distribué dans de nombreux organismes dans lesquels interviennent les opérateurs, les constructeurs, les usagers et les régulateurs. On peut grossièrement distinguer : - 1. Les principaux organismes officiels de normalisation qui sont au plan mondial l ISO ( International Standard Organization ) et l UIT ( Union Internationale des Télécommunications ). L UIT (ITU en Anglais) (site : comporte 2 grandes subdivisions : le TS ( Telecommunications Sector ) qui est l ex-ccitt et le RS ( Radiocommunications Sector ) qui est l ex-ccir (on trouvera en annexe 1 la liste des Commissions («Study-Group») et activités de ITU-TS). Les groupes d étude sont animés surtout par les opérateurs et les industriels ; ils sont organisés en domaines fonctionnels classiques et distincts : transmission, commutation, services,.... Les progrès sont lents et les consensus difficiles. L ITU publie des Recommandations (voir annexe2). Au plan régional, on trouve des organismes parallèles : l ETSI(«European Telecommunications Standard Institute») en Europe, l ANSI aux E-U qui contribuent et influencent les travaux de l ITU et publient des recommandations qui sont des variantes régionales ou plus spécifiques et peuvent devenir dans certains cas des normes officielles contraignantes (voir point 7.2 ci après). On peut aussi citer des organismes tels que le CEI, CEN, IEEE,... qui contribuent aussi aux travaux de l ISO et de l ITU ETSI (voir annexe 3) L ETSI (site : est organisée en groupes de travail techniques appelés «Technical Bodies» qui sont les Comités techniques ( approche similaire aux Study-Groups de l ITU), les Projets, les Projets avec d autres partenaires Les tendances plus récentes de libéralisation et de compétition en matière de télécommunications ont généré une nouvelle approche axée davantage sur les nécessités du marché qui devient l élément moteur, sur la participation d autres acteurs comme les utilisateurs, sur une approche projet qui permet de rassembler l expertise dans plusieurs domaines des télécommunications mais aussi dans des domaines convergents : informatique, télévision, électronique,.... Cela a suscité l apparition d autres organismes qui influencent le processus de la normalisation et établissent parfois des normes de fait (e.g. TCP/IP dans le passé). Citons : - des Forums de promotions des normes : par exemple l AF ( ATM Forum ), le NMF ( Network Management Forum ), l «ADSL-Forum», l IETF («Internet Enginering Task Force»), Public Networks INTRO Edition 3.4 (09/01) Page 16

17 - des consortiums industriels comme X-OPEN, TINA-C,... - des groupes d usagers comme l EIUF ( European ISDN User Forum ). Dans l approche projet, citons par exemple le DAVIC ( Digital Audio Visual Council ) qui groupe des industriels européens, japonais et nord-américains et a pour but le développement de services audiovisuels en exploitant des normes existantes (ITU, ETSI, ISO, IEEE,...), les PT ( Project Teams ) de l ETSI, le plus connu étant le PT GSM, le «3GPP» (3 rd Generation Partnership Project» qui regroupe tous les acteurs de l UMTS Normalisation et réglementation. Parmi les documents («Deliverables») publiés par l ETSI (voir Annexe 3), certains documents sont informatifs (TR), d autres normatifs (TS). Les TS peuvent acquérir un statut de «Norme Européenne» (EN) par approbation des membres de l ETSI et de leurs NSO s («National Standard Organisation»). Enfin, certains documents établis à l instigation de la Commission Europénne peuvent acquérir le statut de Norme Européenne Harmonisée et ont force de loi au plan européen. Le processus d approbation de ces documents (consultation publique, révisions et amendements, vote pondéré entre pays membres, est évidemment graduellement plus laborieux. Public Networks INTRO Edition 3.4 (09/01) Page 17

Les techniques de multiplexage

Les techniques de multiplexage Les techniques de multiplexage 1 Le multiplexage et démultiplexage En effet, à partir du moment où plusieurs utilisateurs se partagent un seul support de transmission, il est nécessaire de définir le principe

Plus en détail

RESEAU NUMERIQUE SYNCHRONE

RESEAU NUMERIQUE SYNCHRONE POSITIONNEMENT DES OPERATEURS Internet FRAD X25 ATM 1 TELECOMS : QUELLES SOLUTIONS APPORTER? RESEAU ANALOGIQUE RESEAU NUMERIQUE PLESIOCHRONE RESEAU NUMERIQUE SYNCHRONE 2 1 COMPRENDRE L EXPLOITATION D UN

Plus en détail

Plan global du cours. Services. Structure simplifiée d un réseau. Accès Cœur de réseau OSS/BSS. Division Electronique, Signal et Télécommunications

Plan global du cours. Services. Structure simplifiée d un réseau. Accès Cœur de réseau OSS/BSS. Division Electronique, Signal et Télécommunications Plan global du cours Le monde des télécoms aujourd hui Architectures des réseaux de télécommunications Réseaux de nouvelles générations Signalisations «télécom» «Services» de télécommunications V1.0 Page

Plus en détail

Support de Cours NGN. 1 ère année Master de recherche. Najjar M. 1

Support de Cours NGN. 1 ère année Master de recherche. Najjar M. 1 Support de Cours NGN 1 ère année Master de recherche Najjar M. 1 Chapitre 1 INTRODUCTION AUX RESEAUX NGN 1.1 Les exigences de tourner vers NGN 1.2 Caractéristiques du réseau NGN 1.3 Principaux équipements

Plus en détail

WAN (Wide Area Network) : réseau à l échelle d un pays, généralement celui des opérateurs. Le plus connu des WAN est Internet.

WAN (Wide Area Network) : réseau à l échelle d un pays, généralement celui des opérateurs. Le plus connu des WAN est Internet. 1 Définition Réseau (informatique) : ensemble d ordinateurs et de terminaux interconnectés pour échanger des informations numériques. Un réseau est un ensemble d'objets interconnectés les uns avec les

Plus en détail

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP)

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2.1 Introduction 2.2 Signal 2.3 Support de transmission 2.4 Adaptation du signal aux supports de transmission 2.5 Accès WAN 2.1 Introduction Introduction Rôle

Plus en détail

Chapitre I. Notions de base. Septembre 2008 I. Notions de base 1. But du chapitre. Connaître types de réseaux PAN, LAN, MAN, et WAN.

Chapitre I. Notions de base. Septembre 2008 I. Notions de base 1. But du chapitre. Connaître types de réseaux PAN, LAN, MAN, et WAN. Chapitre I Notions de base Septembre 2008 I. Notions de base 1 But du chapitre Connaître types de réseaux PAN, LAN, MAN, et WAN. Connaître les différentes topologies (bus, anneau, étoile, maillée) et leurs

Plus en détail

Les Réseaux Télécoms à Hauts débits

Les Réseaux Télécoms à Hauts débits Les Réseaux Télécoms à Hauts débits Ahmed Mehaoua 1999 - page 1 PLAN RTC : Le Réseau Téléphonique Commuté RNIS Le Réseau Numérique à Intégration de Services à large bande Ahmed Mehaoua 1999 - page 2 1

Plus en détail

CCNA3.1 Module 1 Chapitre 2. Notions de base sur les réseaux - Topologies

CCNA3.1 Module 1 Chapitre 2. Notions de base sur les réseaux - Topologies CCNA3.1 Module 1 Chapitre 2 Notions de base sur les réseaux - Topologies Réseaux locaux (LAN : Local Area Network) Nés du besoin de partager des données entre services d un même site, Au début des réseaux

Plus en détail

Partie 5 : réseaux de grandes distances. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.esil.perso.univmed.

Partie 5 : réseaux de grandes distances. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.esil.perso.univmed. 1 Réseaux I Partie 5 : réseaux de grandes distances Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.esil.perso.univmed.fr 2 Plan 1 Généralités sur les WAN 2 WANs d accès 3

Plus en détail

Chap.1: Introduction à la téléinformatique

Chap.1: Introduction à la téléinformatique Chap.1: Introduction à la téléinformatique 1. Présentation 2. les caractéristiques d un réseau 3. les types de communication 4. le modèle OSI (Open System Interconnection) 5. l architecture TCP/IP 6. l

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R F.1104. (Question UIT-R 125/9) a) que l'uit-t a réalisé des études sur le RNIS et a élaboré des Recommandations en la matière;

RECOMMANDATION UIT-R F.1104. (Question UIT-R 125/9) a) que l'uit-t a réalisé des études sur le RNIS et a élaboré des Recommandations en la matière; Rec. UIT-R F.1104 1 RECOMMANDATION UIT-R F.1104 CARACTÉRISTIQUES DES SYSTÈMES RADIOÉLECTRIQUES POINT À MULTIPOINT UTILISÉS POUR LA CONNEXION RNIS DANS LA PORTION DE QUALITÉ LOCALE DU RÉSEAU (Question UIT-R

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

1 Définition et présentation. 2 Le réseau Numéris. 3 Les services. 3.1 Les services Support (Bearer service) SYNTHESE

1 Définition et présentation. 2 Le réseau Numéris. 3 Les services. 3.1 Les services Support (Bearer service) SYNTHESE 1 Définition et présentation RNIS = Réseau Numérique à Intégration de Services En Anglais = ISDN = Integrated Services Digital Network Le RNIS est une liaison autorisant une meilleure qualité que le RTC

Plus en détail

Architectures et Protocoles des Réseaux

Architectures et Protocoles des Réseaux L ADSL - Introduction (1/4) Chapître 5 - Les réseaux xdsl Année 2008-2009 Claude Duvallet Université du Havre UFR des Sciences et Techniques Courriel :Claude.Duvallet@gmail.com Pendant très longtemps,

Plus en détail

ANNEXE 1 : Les normes utilisées en visioconférence.

ANNEXE 1 : Les normes utilisées en visioconférence. ANNEXE 1 : Les normes utilisées en visioconférence. La grande variété de constructeurs de matériel pour la visioconférence a poussé les organismes de normalisation à étudier des recommandations dans ce

Plus en détail

ARCHITECTURE ET COMPOSANTS DE RESEAUX

ARCHITECTURE ET COMPOSANTS DE RESEAUX ARCHITECTURE ET COMPOSANTS DE RESEAUX Dans ce chapitre, nous nous la description des et normes disponibles pour un administrateur afin d effectuer le d un local ou non. Les documents sont issus de la Transtec

Plus en détail

De la téléphonie classique à la ToIP. hassan.hassan@urec.cnrs.fr Unité Réseaux du CNRS

De la téléphonie classique à la ToIP. hassan.hassan@urec.cnrs.fr Unité Réseaux du CNRS De la téléphonie classique à la ToIP hassan.hassan@urec.cnrs.fr Unité Réseaux du CNRS 2 La téléphonie La téléphonie est un système de communication avec la voix Deux composantes sont nécessaires à ce système

Plus en détail

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE

GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE GLOSSAIRE DE LA TECHNOLOGIE MOBILE PROFITEZ DU RÉSEAU. maintenant. Glossaire Glossaire de la technologie mobile 3G Accès distant Adaptateur Client sans fil ADSL AVVID Carte réseau Convergence GPRS Haut

Plus en détail

Cours n 12. Technologies WAN 2nd partie

Cours n 12. Technologies WAN 2nd partie Cours n 12 Technologies WAN 2nd partie 1 Sommaire Aperçu des technologies WAN Technologies WAN Conception d un WAN 2 Lignes Louées Lorsque des connexions dédiées permanentes sont nécessaires, des lignes

Plus en détail

Cours Architecture des réseaux télécoms

Cours Architecture des réseaux télécoms ZMINISTERE DE LA POSTE, DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE Union - Discipline - Travail Cours Architecture des réseaux télécoms ESATIC 2 ième Année Licence

Plus en détail

STI 28 Edition 1 / Mai 2002

STI 28 Edition 1 / Mai 2002 STI 28 Edition 1 / Mai 2002 Spécifications Techniques d Interface pour le réseau de France Télécom Directive 1999/5/CE Caractéristiques des interfaces d accès à l offre de service Inter LAN 2.0 ATM Résumé

Plus en détail

Architectures et Protocoles des Réseaux

Architectures et Protocoles des Réseaux Chapitre 1 - Introduction aux réseaux informatiques Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX Claude.Duvallet@gmail.com Claude Duvallet

Plus en détail

Examinez la figure. Quel est le débit maximum qu'on peut obtenir de bout en bout sur ce réseau lorsque l'utilisateur de Lab A communique ave

Examinez la figure. Quel est le débit maximum qu'on peut obtenir de bout en bout sur ce réseau lorsque l'utilisateur de Lab A communique ave 1 Quelle est la couche OSI et TCP/IP qui apparaît dans les deux modèles, mais qui a des fonctions différentes? La couche session La couche physique 2 Parmi les unités suivantes, indiquez celles qui sont

Plus en détail

Résaux Téléphoniques Commutation de circuits. Commutateur

Résaux Téléphoniques Commutation de circuits. Commutateur Résaux Téléphoniques Commutation de circuits Commutateur Multiplexage en Fréquence 300 Hz < Les signaux téléphoniques < 3400 Hz groupe 12 voies -> Groupe primaire (ex 60 khz - 108 khz) groupe 5 primaire

Plus en détail

1. Normes et protocoles

1. Normes et protocoles 1. Normes et protocoles 1.1. Protocoles Modèles OSI et TCP/IP La réussite d une communication entre des hôtes sur un réseau requiert l interaction de nombreux protocoles (règles de communication) différents.

Plus en détail

Chapitre 16 Exercice 1 (voir énoncé page 386 du livre) Chapitre 16 Exercice 2 (voir énoncé page 386 du livre)

Chapitre 16 Exercice 1 (voir énoncé page 386 du livre) Chapitre 16 Exercice 2 (voir énoncé page 386 du livre) Chapitre 16 Exercice 1 (voir énoncé page 386 du livre) [a] Une tranche de temps correspond au passage d une voie GSM. Il y a donc 8 voies de parole par porteuse et donc 8 x 16 = 128 voies de parole. [b]

Plus en détail

Cours n 15. Frame Relay

Cours n 15. Frame Relay Cours n 15 Frame Relay 1 Frame Relay Technologie à commutation de paquets Remplace les réseaux point-à-point trop coûteux Se base sur l encapsulation HDLC Multiplexage (partage de la BP du nuage) Inconvénients

Plus en détail

Université Montpellier II. Bibliographie sur le cours UMSIE115

Université Montpellier II. Bibliographie sur le cours UMSIE115 Bibliographie sur le cours UMSIE115 Auteurs Titre Editeur D. BATTU Télécommunications, Principes, Infrastructures et services Dunod Informatiques P. LECOY Technologie des Télécoms Hermes C. SERVIN Télécoms

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2000, 2004, ISBN : 2-212-11330-7

Groupe Eyrolles, 2000, 2004, ISBN : 2-212-11330-7 Groupe Eyrolles, 2000, 2004, ISBN : 2-212-11330-7 Sommaire Cours 1 Introduction aux réseaux 1 Les transferts de paquets... 2 Les réseaux numériques... 4 Le transport des données... 5 Routage et contrôle

Plus en détail

Une infrastructure de réseau de pointe pour l univers multimédia de demain

Une infrastructure de réseau de pointe pour l univers multimédia de demain Une infrastructure de réseau de pointe pour l univers multimédia de demain Patrice Haldemann, Swisscom Fixnet SA 31 octobre 2006 1 La structure Triple Play: 3 domaines Client Maison Infrastructure de réseau

Plus en détail

Architectures et Protocoles des Réseaux

Architectures et Protocoles des Réseaux Chapitre 5 - Les réseaux xdsl Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe Lebon - BP 540 76058 LE HAVRE CEDEX Claude.Duvallet@gmail.com Claude Duvallet 1/32 Plan de la

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles

PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles RESEAUX ET SERVICES TELECOM PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles PROGRAMME TOTAL : 279 h Sur 6 mois ½ environ En Alternance Présentiel,

Plus en détail

La Couche Physique. Couche 1 (OSI ou TCP/IP) ASR2 - Février 2008 Couche physique 1

La Couche Physique. Couche 1 (OSI ou TCP/IP) ASR2 - Février 2008 Couche physique 1 La Couche Physique Couche 1 (OSI ou TCP/IP) ASR2 - Février 2008 Couche physique 1 I. Introduction Rôle de cette couche : Transmettre un flot de bits d'information d'une machine à une autre. L'étude de

Plus en détail

Montpellier 2013-2014

Montpellier 2013-2014 locaux Montpellier 2013-2014 La notion de réseau Définition Réseaux Réseau informatique: ensemble d équipements informatiques (matériel + logiciel) reliés entre-eux pour échanger ou partager des données.

Plus en détail

Réseaux grande distance

Réseaux grande distance Chapitre 5 Réseaux grande distance 5.1 Définition Les réseaux à grande distance (WAN) reposent sur une infrastructure très étendue, nécessitant des investissements très lourds. Contrairement aux réseaux

Plus en détail

LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise.

LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise. M Informatique Réseaux Cours bis Couche Physique Notes de Cours LA COUCHE PHYSIQUE EST LA COUCHE par laquelle l information est effectivemnt transmise. Les technologies utilisées sont celles du traitement

Plus en détail

COMMUNICATION SERIE I. DÉFINITION : II. INTÉRÊT DE LA COMMUNICATION SÉRIE : III. MODE DE TRANSMISSION SÉRIE :

COMMUNICATION SERIE I. DÉFINITION : II. INTÉRÊT DE LA COMMUNICATION SÉRIE : III. MODE DE TRANSMISSION SÉRIE : COMMUNICATION SERIE I. DÉFINITION : En télécommunications et en informatique, la communication série est l'action d'envoyer des données bit par bit, séquentiellement, sur un canal de communication ou un

Plus en détail

Introduction. La gestion des qualités de services dans Internet. La garantie de QoS. Exemple

Introduction. La gestion des qualités de services dans Internet. La garantie de QoS. Exemple Introduction Aujourd hui les applications (en particulier multimédia) nécessitent des qualités de service de natures très différentes La gestion des qualités de services dans Internet Exemples: Transfert

Plus en détail

2. DIFFÉRENTS TYPES DE RÉSEAUX

2. DIFFÉRENTS TYPES DE RÉSEAUX TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION 1 2. GÉNÉRALITÉS 5 1. RÔLES DES RÉSEAUX 5 1.1. Objectifs techniques 5 1.2. Objectifs utilisateurs 6 2. DIFFÉRENTS TYPES DE RÉSEAUX 7 2.1. Les réseaux locaux 7 2.2. Les

Plus en détail

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire 1. INTRODUCTION Avant de nous intéresser aux technologies des réseaux actuelles, il est important de retracer en quelques points l évolution de l outil informatique afin de nous permettre d appréhender

Plus en détail

Réseaux informatiques

Réseaux informatiques Réseaux informatiques Définition d un réseau Objectifs des réseaux Classification des réseaux Normalisation des réseaux Topologies des réseaux Mise en œuvre des réseaux Le matériel Les normes logiciels

Plus en détail

Téléinformatique et télématique. Revenons aux définitions

Téléinformatique et télématique. Revenons aux définitions Téléinformatique et télématique Revenons aux définitions Téléinformatique: exploitation à distance de systèmes informatiques grâce à l utilisation de dispositifs de télécommunication. Télématique: ensemble

Plus en détail

NOTIONS DE RESEAUX INFORMATIQUES

NOTIONS DE RESEAUX INFORMATIQUES NOTIONS DE RESEAUX INFORMATIQUES GENERALITES Définition d'un réseau Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux afin de partager des données, des ressources et d'échanger des

Plus en détail

Les réseaux étendus. Solutions proposées en France. Marie-pascale Delamare

Les réseaux étendus. Solutions proposées en France. Marie-pascale Delamare Les réseaux étendus Solutions proposées en France Les réseaux étendus Ils fonctionnent au-delà de la portée géographique des réseaux LAN. Ils utilisent les services d'opérateurs de télécommunication. Ils

Plus en détail

Télécommunications pour tous* (*sauf les ingénieurs)

Télécommunications pour tous* (*sauf les ingénieurs) 102-F Télécommunications pour tous* (*sauf les ingénieurs) Eric C. Coll Institut de Formation Teracom www.teracomtraining.com Copyright Le meilleur Institut de de sa formation classe -Teracom depuis 1992

Plus en détail

Conception d'une architecture commutée. Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1

Conception d'une architecture commutée. Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1 Conception d'une architecture commutée Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1 Conception d'une architecture commutée Définition Master 2 Professionnel STIC-Informatique 2 Motivations L'architecture

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE UMTS (3G) Rédigé par M. Franck FALCHI Dans le cadre du BTS SIO - 2014

LA TECHNOLOGIE UMTS (3G) Rédigé par M. Franck FALCHI Dans le cadre du BTS SIO - 2014 LA TECHNOLOGIE UMTS (3G) Rédigé par M. Franck FALCHI Dans le cadre du BTS SIO - 2014 Année scolaire 2012-2013 SOMMAIRE I. Introduction... 3 II. Principe de fonctionnement... 4 1) Les avantages... 5 2)

Plus en détail

1 L accès au haut débit

1 L accès au haut débit 1 L accès au haut débit 1.1 Différents types d accès en fonction des supports 1) Compléter le tableau suivant par : Le nom d une technologie d accès au haut débit utilisant les supports de transmission

Plus en détail

Partie 1 : présentation générale. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.esil.perso.univmed.

Partie 1 : présentation générale. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.esil.perso.univmed. 1 Réseaux I Partie 1 : présentation générale Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.esil.perso.univmed.fr 2 Plan 1 Définitions et objectifs des réseaux 2 Classification

Plus en détail

http://cb.iutbeziers.univ-montp2.fr Christophe.Borelly@iutbeziers.univ-montp2.fr

http://cb.iutbeziers.univ-montp2.fr Christophe.Borelly@iutbeziers.univ-montp2.fr Les réseaux WAN Christophe Borelly IUT GTR Béziers 2000 http://cb.iutbeziers.univ-montp2.fr Christophe.Borelly@iutbeziers.univ-montp2.fr WAN Wide Area Network. Utilisation des réseaux opérateurs. Modes

Plus en détail

Pour pouvoir utiliser les mêmes liaisons que les autres données, sur le réseau du FAI, la voix est multiplexée :

Pour pouvoir utiliser les mêmes liaisons que les autres données, sur le réseau du FAI, la voix est multiplexée : 1. Les codecs Pour pouvoir utiliser les mêmes liaisons que les autres données, sur le réseau du FAI, la voix est multiplexée : Pour être ainsi transportée, sous forme de paquets, la voix doit être numérisée

Plus en détail

Câblage des réseaux WAN. www.ofppt.info

Câblage des réseaux WAN. www.ofppt.info Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Câblage des réseaux WAN C-D-002.doc Mars 1-7 Sommaire 1. Couche physique WAN... 3 1.1. Connexions série WAN... 4 1.2. Routeurs et connexions

Plus en détail

4. Les réseaux locaux

4. Les réseaux locaux 4. Les réseaux locaux 4.1 Types des réseaux 4.2 Modèle en couches et réseaux locaux 4.3 Topologie et câblage 4.4 Méthodes d accès au médium CSMA/CD Anneau à jeton Caractéristiques «Réseau» Réseau : ensemble

Plus en détail

Réseaux Mobiles et Haut Débit

Réseaux Mobiles et Haut Débit Réseaux Mobiles et Haut Débit Worldwide Interoperability for Microwave Access 2007-2008 Ousmane DIOUF Tarik BOUDJEMAA Sadek YAHIAOUI Plan Introduction Principe et fonctionnement Réseau Caractéristiques

Plus en détail

Les Réseaux : Quelques Notions de base. Cycle de formation Ramage 2 Mars 2011

Les Réseaux : Quelques Notions de base. Cycle de formation Ramage 2 Mars 2011 Les Réseaux : Quelques Notions de base Cycle de formation Ramage 2 Mars 2011 1 Agenda Concepts et introduction aux réseaux Les Réseaux Locaux Internet Le Web Les Réseaux longue distance Exercices pratiques

Plus en détail

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission Page 1 / 7 A) Principaux éléments intervenant dans la transmission A.1 Equipement voisins Ordinateur ou terminal Ordinateur ou terminal Canal de transmission ETTD ETTD ETTD : Equipement Terminal de Traitement

Plus en détail

Cours Réseau Esial 2ème 2005-2006 1. Introduction. Plan. 1. Introduction. Notion de réseau. 1.1 Pourquoi des réseaux?

Cours Réseau Esial 2ème 2005-2006 1. Introduction. Plan. 1. Introduction. Notion de réseau. 1.1 Pourquoi des réseaux? Cours Esial 2ème 2005-2006 1. Introduction Isabelle CHRISMENT ichris@loria.fr Computer nertworking: a top-down approach featuring the Internet J.F. Kurose + K.W. Ross x Andrew Tannenbaum 1 2 Plan Introduction

Plus en détail

3 / Pour en savoir plus

3 / Pour en savoir plus 3 / Pour en savoir plus / Fiches techniques / Le dégroupage d une ligne téléphonique P. 38 / Les débits P. 39 / Les équipements à domicile P. 40 / Communications électroniques et accès à la télévision

Plus en détail

Plan du Travail. 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI 30

Plan du Travail. 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI 30 Plan du Travail Chapitre 1: Internet et le Web : Définitions et historique Chapitre 2: Principes d Internet Chapitre 3 : Principaux services d Internet Chapitre 4 : Introduction au langage HTML 2014/2015

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale Présentation Générale Modem routeur LAN Inte rnet Système de connectivités Plan Modem synchrone et Asynchrone La famille xdsl Wifi et WiMax Le protocole Point à Point : PPP Le faisceau hertzien Et le Satellite.

Plus en détail

CERAGON. Enterprise. Solutions de Réseaux Sans Fil en Large Bande. i t é 4 5-6 2 2 M b p s. a c. a p. e c. h a u t. s T r è 7. 5-3 8.

CERAGON. Enterprise. Solutions de Réseaux Sans Fil en Large Bande. i t é 4 5-6 2 2 M b p s. a c. a p. e c. h a u t. s T r è 7. 5-3 8. Enterprise s T r è h a u t e c a p a c i t é 4 5-6 2 2 M b p s F i b e A i r 7. 5-3 8 G H V P N z I P c e e n A T M e r g C o n v F a t a n e t r I n t r n e E t h e s t Solutions de Réseaux Sans Fil en

Plus en détail

Réseaux informatiques

Réseaux informatiques PC / Réseau Réseaux informatiques Ethernet, WiFi, Bluetooth Objectif Cette présentation reprend les notions de base : Réseaux locaux et étendus Éléments du réseau local, topologie Réseau Ethernet Sous-couches

Plus en détail

Introduction à MPLS F. Nolot 2009 1

Introduction à MPLS F. Nolot 2009 1 Introduction à MPLS 1 Introduction à MPLS Introduction 2 Introduction Les fournisseurs d'accès veulent Conserver leur infrastructure existante ET Ajouter de nouveaux services non supportés par la technologie

Plus en détail

ADSL. Étude d une LiveBox. 1. Environnement de la LiveBox TMRIM 2 EME TRIMESTRE LP CHATEAU BLANC 45120 CHALETTE/LOING NIVEAU :

ADSL. Étude d une LiveBox. 1. Environnement de la LiveBox TMRIM 2 EME TRIMESTRE LP CHATEAU BLANC 45120 CHALETTE/LOING NIVEAU : LP CHATEAU BLANC 45120 CHALETTE/LOING THEME : ADSL BAC PROFESSIONNEL MICRO- INFORMATIQUE ET RESEAUX : INSTALLATION ET MAINTENANCE ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS 2 EME TRIMESTRE NIVEAU : TMRIM Étude d une LiveBox

Plus en détail

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant LA TOPOLOGIE DES RÉSEAUX

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant LA TOPOLOGIE DES RÉSEAUX 2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant Niveau : 2 Page:1/5 Objectifs du COURS : Ce cours traitera essentiellement les points suivants : - les

Plus en détail

Plan. 1. Introduction. 1.1 Notion de réseau. Réseau extrémité. Le cœur du réseau. Les Protocoles de Télécommunications Evolution Internet Cours de DEA

Plan. 1. Introduction. 1.1 Notion de réseau. Réseau extrémité. Le cœur du réseau. Les Protocoles de Télécommunications Evolution Internet Cours de DEA Plan Les Protocoles de Télécommunications Evolution Internet Cours de DEA Isabelle CHRISMENT ichris@loria.fr Introduction Routage dans l Internet IPv6 Communication de groupes et l Internet x sans fils,

Plus en détail

Introduction aux réseaux et Modèle TCP/IP. Partie 2 : Présentation du modèle. Modèle TCP/IP LIENS APLICATION TRANSPORT RESEAU

Introduction aux réseaux et Modèle TCP/IP. Partie 2 : Présentation du modèle. Modèle TCP/IP LIENS APLICATION TRANSPORT RESEAU Modèle TCP/IP Introduction aux réseaux et Modèle TCP/IP APLICATION TRANSPORT RESEAU LIENS LLC LIAISON ----------- MAC PHYSIQUE Partie 2 : Présentation du modèle Positionnement des modèles INTERNET (adressage

Plus en détail

TD séance n 12 Réseau Linux

TD séance n 12 Réseau Linux 1 Introduction Avant de nous lancer dans la compréhension des réseaux informatiques, nous allons essayer de prendre un peu de recul quant à la notion même de réseau. En effet, les réseaux sont omniprésents

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web Introduction. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web Introduction. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web Introduction A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 Plan Cours Introduction aux Réseaux Définition

Plus en détail

Chaine de transmission

Chaine de transmission Chaine de transmission Chaine de transmission 1. analogiques à l origine 2. convertis en signaux binaires Échantillonnage + quantification + codage 3. brassage des signaux binaires Multiplexage 4. séparation

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles

PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles RESEAUX ET SERVICES TELECOM PROGRAMME DETAILLE CERTIFICAT D ENSEIGNEMENT SPECIALISE Accrédité B.A.D.G.E par la Conférence des Grandes Ecoles PROGRAMME TOTAL : 29 h Sur 6 mois ½ environ En Alternance Présentiel,

Plus en détail

Introduction aux réseaux de Communications

Introduction aux réseaux de Communications RESEAUX et TELECOMMUNICATIONS Ahmed Mehaoua Professeur Université de Paris 5 Ahmed Mehaoua 2006 Partie 1 : Introduction aux réseaux de Communications Ahmed Mehaoua 2006 - page 2 PLAN Bibliographie Qu est

Plus en détail

Votre Réseau est-il prêt?

Votre Réseau est-il prêt? Adapter les Infrastructures à la Convergence Voix Données Votre Réseau est-il prêt? Conférence IDG Communications Joseph SAOUMA Responsable Offre ToIP Rappel - Définition Voix sur IP (VoIP) Technologie

Plus en détail

Normes et Principes des Réseaux

Normes et Principes des Réseaux Normes et Principes des Réseaux DI / Polytech Tours J.Y. RAMEL 2005-2006 Bibliographie 2 LIVRES : Les réseaux. Guy Pujolle. Eyrolles. 1997. Réseaux Locaux: Normes & Protocoles. Pierre Rolin. Hermès. 1993.

Plus en détail

xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre»

xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre» xdsl Digital Suscriber Line «Utiliser la totalité de la bande passante du cuivre» Le marché en France ~ 9 millions d abonnés fin 2005 ~ 6 millions fin 2004 dont la moitié chez l opérateur historique et

Plus en détail

1.Introduction - Modèle en couches - OSI TCP/IP

1.Introduction - Modèle en couches - OSI TCP/IP 1.Introduction - Modèle en couches - OSI TCP/IP 1.1 Introduction 1.2 Modèle en couches 1.3 Le modèle OSI 1.4 L architecture TCP/IP 1.1 Introduction Réseau Télécom - Téléinformatique? Réseau : Ensemble

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE

ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE CH : 3 EVOLUTION DES SYSTEMES DE VIDEOSURVEILLANCE 3.1 Systèmes de vidéosurveillance classique CCTV : 3.2 Systèmes de vidéosurveillance analogique avec magnétoscopes traditionnels

Plus en détail

R&T1 R1 TD3. Protocole (cf [1] 1.1.3) : format et ordre des messages échangés entre deux entités et actions générées (cf cours Ch2 6)

R&T1 R1 TD3. Protocole (cf [1] 1.1.3) : format et ordre des messages échangés entre deux entités et actions générées (cf cours Ch2 6) R&T1 R1 TD3 Rappels et compléments : Protocole (cf [1] 1.1.3) : format et ordre des messages échangés entre deux entités et actions générées (cf cours Ch2 6) commutation de circuits, par paquets, de messages

Plus en détail

Réseaux Informatiques 2

Réseaux Informatiques 2 Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Mohamed Khider - Biskra Faculté des Sciences Exactes et des Sciences de la Nature et de la Vie Département d informatique

Plus en détail

Gestion et Surveillance de Réseau Définition des Performances Réseau

Gestion et Surveillance de Réseau Définition des Performances Réseau Gestion et Surveillance de Réseau Définition des Performances Réseau These materials are licensed under the Creative Commons Attribution-Noncommercial 3.0 Unported license (http://creativecommons.org/licenses/by-nc/3.0/)

Plus en détail

Cours d histoire VPN MPLS. Les VPN MPLS B. DAVENEL. Ingénieurs 2000, Université Paris-Est Marne la Vallée. B. DAVENEL Les VPN MPLS

Cours d histoire VPN MPLS. Les VPN MPLS B. DAVENEL. Ingénieurs 2000, Université Paris-Est Marne la Vallée. B. DAVENEL Les VPN MPLS Les B. DAVENEL Ingénieurs 2000, Université Paris-Est Marne la Vallée B. DAVENEL Les Sommaire 1 2 3 4 B. DAVENEL Les Bibliographie PUJOLLE, Guy. Les réseaux, Quatrième édition, Eyrolles HARDY, Daniel. MALLEUS,

Plus en détail

Année 2010-2011. Introduction. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed.fr

Année 2010-2011. Introduction. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed.fr Année 2010-2011 Réseaux I Introduction Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.perso.esil.univmed.fr 1 Contenu et objectifs Partie enseignée par N.B. : Décripter le

Plus en détail

Frame Relay. Introduction. F. Nolot Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1

Frame Relay. Introduction. F. Nolot Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1 Frame Relay Introduction Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1 Fame Relay? Frame Relay a remplacé le protocole X25 comme nouvelle technologie à base de commutation de paquets Standardisé en 1990,

Plus en détail

BASES DES RESEAUX UNITE DE FORMATION

BASES DES RESEAUX UNITE DE FORMATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE BASES DES RESEAUX UNITE

Plus en détail

Panorama des réseaux haut débit

Panorama des réseaux haut débit Panorama des réseaux haut débit Participants Ingénieurs, techniciens ou toutes personnes disposant des connaissances de base sur les réseaux et souhaitant les approfondir avec un panorama détaillé des

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux réseaux informatiques

Chapitre 1 : Introduction aux réseaux informatiques Chapitre 1 : Z:\Polys\Internet RES0\01.Intro.fm - 9 janvier 2014 10:10 Plan - 1. Introduction p16-2. Structure des réseaux informatiques p17-3. Les supports de communication p19-4. Caractéristiques de

Plus en détail

Institut Supérieur d Informatique de Tunis

Institut Supérieur d Informatique de Tunis Institut Supérieur d Informatique de Tunis Chapitre 1 Réseaux radio mobiles : évolution vers 3G Enseignante responsable : Dr. Sonia BEN REJEB CHAOUCH Module : Réseaux nouvelles générations Groupes : Mastère

Plus en détail

TELEPHONIE MOBILE HISTORIQUE

TELEPHONIE MOBILE HISTORIQUE La téléphonie mobile est une infrastructure de télécommunication qui permet de communiquer par téléphone sans être relié par câble à un central. HISTORIQUE Première génération Ericsson 450 Ericsson 900

Plus en détail

Evolution de l infrastructure transport

Evolution de l infrastructure transport Les réseaux optiques I Les réseaux optiques Jean-Paul GAUTIER, jpg@urec.cnrs.fr CNRS / UREC Une des grandes tendances de la fin des années 90 est la demande croissante en bande passante des réseaux d entreprises

Plus en détail

Cours 1 : Introduction au réseaur

Cours 1 : Introduction au réseaur RE53 Cours 1 : Introduction au réseaur Philippe.Descamps@utbm.fr 1 Plan du Cours A. Terminologie et Concept Réseaux 1. Les différents types de réseaux 2. Communication et Échange des données 3. La segmentation

Plus en détail

Téléinformatique. Chapitre V : La couche liaison de données dans Internet. ESEN Université De La Manouba

Téléinformatique. Chapitre V : La couche liaison de données dans Internet. ESEN Université De La Manouba Téléinformatique Chapitre V : La couche liaison de données dans Internet ESEN Université De La Manouba Les techniques DSL La bande passante du service voix est limitée à 4 khz, cependant la bande passante

Plus en détail

LES RÉSEAUX INFORMATIQUES

LES RÉSEAUX INFORMATIQUES LES RÉSEAUX INFORMATIQUES Lorraine Le développement d Internet et de la messagerie électronique dans les entreprises a été, ces dernières années, le principal moteur de la mise en place de réseau informatique

Plus en détail

-Partie7- La Couche Réseau

-Partie7- La Couche Réseau -Partie7- La Couche Réseau Plan La couche Réseau Définition et Objectifs Fonctions Adressage Routage Contrôle de flux / erreurs / congestion multiplexage segmentation / groupage des messages gestion des

Plus en détail

Les WAN et ATM. F. Nolot Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1

Les WAN et ATM. F. Nolot Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1 Les WAN et ATM Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1 Les WAN et ATM Rappels : LAN, MAN et WAN Master 2 Professionnel STIC-Informatique 2 Introduction Les LAN, MAN et WAN sont des exemples de réseaux

Plus en détail

Introduction aux réseaux informatiques

Introduction aux réseaux informatiques Introduction aux réseaux informatiques Un réseau informatique (computer network) est un système de communication (ensemble matériel + logiciel) qui permet à un ensemble d ordinateurs (au sens large) d

Plus en détail

Cours des réseaux Informatiques (2010-2011) rziza@fsr.ac.ma

Cours des réseaux Informatiques (2010-2011) rziza@fsr.ac.ma Cours des réseaux Informatiques (2010-2011) Rziza Mohammed rziza@fsr.ac.ma Les réseaux Locaux Un réseau local ou LAN en anglais (Local Area Network) permet la connexion d un ensemble de postes afin d échanger

Plus en détail

Conception d'une architecture commutée. F. Nolot Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1

Conception d'une architecture commutée. F. Nolot Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1 Conception d'une architecture commutée Master 2 Professionnel STIC-Informatique 1 Conception d'une architecture commutée Définition Master 2 Professionnel STIC-Informatique 2 Définition AVVID? Architecture

Plus en détail

1 / Comment ça marche

1 / Comment ça marche 1 / Comment ça marche? Les technologies évoluent en permanence et ouvrent la voie à de nouveaux usages de communication. En parallèle, les offres des opérateurs se diversifient. Je peux aujourd hui, à

Plus en détail