Fonds Reine Fabiola pour la Santé Mentale géré par la

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fonds Reine Fabiola pour la Santé Mentale géré par la"

Transcription

1

2 Fonds Reine Fabiola pour la Santé Mentale géré par la

3 C O L O P H O N Au plus près des gens Une mosaïque d idées et d expériences autour de la santé mentale Fonds Reine Fabiola pour la Santé Mentale Cette publication est également disponible en néerlandais sous le titre: Dicht bij de mensen. Een mozaïek van ideeën en initiatieven omtrent geestelijke gezondheid Une publication de la Fondation Roi Baudouin rue Brederode 21, B 1000 Bruxelles A U T E U R S Contributions libres T R A D U C T I O N S Patrick De Rynck, Mariëlle Goffard C O O R D I N AT I O N D E L É D I T I O N Frieda Lampaert, Karin Rondia, Kristien Van den Wouwer C O N C E P T C O U V E R T U R E Cécile Bertrand I M P R E S S I O N New Goff n.v. Cette publication peut être téléchargée gratuitement sur notre site Renseignements par ou tél ISBN: X Dépôt légal: D/2005/2848/21 Octobre 2005

4 P R É F A C E Rares sont ceux qui, de près ou de loin, n ont jamais à se préoccuper de questions de santé mentale. Le stress au travail, la qualité du logement, les relations professeurs-élèves au sein des écoles, l aide aux victimes, l accueil des sans-papiers, le deuil d un être aimé Toutes ces situations, et tant d autres encore, ont un lien bien plus serré qu on ne le pense avec le champ de la santé mentale. La santé mentale n est pas une tour d ivoire habitée par de doctes spécialistes ; c est dans la réalité de tous les jours qu elle se donne à vivre, par tous et chacun, à tous les âges de la vie et dans toutes les strates de la société. Qu on l appelle bonheur, émotion, amour, folie, tristesse, solidarité, révolte, désespoir elle est une évidence quotidienne pour chacun d entre nous. Le titre de ce livre, Au plus près des gens, illustre bien cette ubiquité, qui est d ailleurs relativement neuve, et liée à l évolution des conditions de vie dans notre monde occidental. Le message du Fonds Reine Fabiola pour la Santé Mentale est qu on ne peut construire une société harmonieuse et respectueuse des individus sans prendre en compte ces multiples facettes. La santé mentale est intimement tissée dans l étoffe sociale. Ce livre est structuré de manière à examiner successivement les principaux secteurs de la société: l individu, la famille, le monde du travail, le logement, l enseignement, la culture et la justice. Chaque chapitre s ouvre par un article général introductif, et se décline ensuite en une série d exemples concrets, de témoignages, d expériences à partager ou à reproduire. C est donc une véritable Mosaïque d idées et d expériences, au sens propre du terme, une image faite de tous petits morceaux qui prend sens quand on la regarde dans son ensemble. Elle contient 82 articles ; c est beaucoup, mais c est encore si peu pour faire le tour de la question! C est une mosaïque d idées novatrices. Chaque auteur a été invité à s exprimer librement, et à assumer la responsabilité de ce qu il /elle avance. Le Fonds n a exercé aucune censure et n a pas cherché à dégager de consensus. Vous trouverez donc dans ces pages des opinions contradictoires et des styles d écriture très variés. C est une mosaïque d initiatives, d expériences et de vécus de ceux et celles qui, quel que soit leur champ d action, cherchent des solutions aux questions de santé mentale que leur pose la vie de leurs semblables. Précisons que les projets qui ont été sollicités ne l ont pas été parce qu ils étaient les meilleurs, les plus prestigieux, ou les mieux subsidiés. Le Fonds a surtout voulu mettre en avant les projets qui n ont pas souvent l occasion de faire parler d eux, et dont l originalité mérite pourtant d être mieux connue. Pour autant, ces initiatives ont souvent des équivalents ailleurs dans le pays, et il est tout à fait possible de les repérer via les adresses et les liens que nous vous proposons en fin d ouvrage. C est enfin une mosaïque de cultures, car ce livre rassemble des contributions de sensibilités culturelles, d écoles, de courants fort différents. Les différences entre le nord et le sud de notre pays n y sont d ailleurs pas les moindres. Mais nous faisons le pari qu on peut en jouer comme d une richesse, plutôt que de les opposer. 3

5 C est un livre qui veut stimuler les échanges: c est pourquoi nous avons veillé à fournir un maximum de coordonnées à la fin de chaque article, pour tous ceux qui voudraient en savoir plus, enrichir leurs pratiques, élaborer des collaborations. C est un livre qui veut lancer des pistes, des réflexions, des remises en question, des évolutions et même, pourquoi pas, des révolutions Nous tenons à remercier chaleureusement tous les auteurs, ainsi que la Fondation Julie Renson qui a mis sa connaissance approfondie du secteur de la santé mentale et des institutions de notre pays au service de l exactitude des traductions. Nous soulignons également le travail fructueux de tous les membres du Comité d avis et du Comité de gestion du Fonds, qui se sont impliqués avec enthousiasme dans l élaboration de ce projet. Merci d avance aux lecteurs, qui le feront connaître à d autres. Ann d Alcantara Présidente du Fonds 4

6 Qu est-ce que le Fonds Reine Fabiola? Le Fonds Reine Fabiola pour la Santé Mentale a été créé en 2004 au sein de la Fondation Roi Baudouin et poursuit les activités de l ancienne Fondation Reine Fabiola. Il a pour objectif général de mener des actions dans le domaine de la santé mentale et de stimuler les échanges d idées et de bonnes pratiques entre les organisations et associations actives dans le secteur. Le Comité de gestion du Fonds définit la stratégie et opérationnalise les objectifs. Le Comité d avis du Fonds représente les secteurs de la société qui sont concernés par la santé mentale et prépare des recommandations générales au sujet d évolutions souhaitables et de problématiques qui touchent à la santé mentale. Ses cinq objectifs spécifiques sont: de mettre en évidence l importance de la santé mentale dans la société d impliquer les usagers et leurs familles dans l élaboration et l organisation des soins de santé mentale de soutenir le travail des professionnels dans les différentes formes que peuvent prendre les soins de santé mentale d inciter les secteurs et acteurs concernés à participer activement à l optimalisation de la santé mentale de soutenir la réflexion quant à la problématique de la santé mentale. Le Fonds a choisi de débuter ses activités en composant un ouvrage axé sur le vécu, l expérience et l échange d initiatives qui, en tenant compte de la complexité de la société contemporaine, associent santé mentale, lien social et solidarité. Cet ouvrage intitulé Au plus près des gens. Une mosaïque d idées et d expériences se veut outil de réflexion, de sensibilisation et d action. Il a été conçu comme un dossier interactif entre les lecteurs-utilisateurs. Beaucoup d entre eux ont contribué à sa rédaction et, ce faisant, donné le ton du programme et des activités futures du Fonds. 5

7

8 T A B L E D E S M A T I È R E S I N T R O D U C T I O N 9 A U P L U S P R E S D E S G E N S Chapitre 1: Augmenter l accessibilité des soins de santé mentale 2 5 Chapitre 2: Davantage d implication du patient dans ses soins 4 1 Chapitre 3: Davantage d implication de la famille dans la prise en charge 6 1 Chapitre 4: L enfance, une tranche d âge de plus en plus concernée 7 7 Chapitre 5: Les personnes âgées aussi ont des problèmes de santé mentale 9 9 L E T R AVA I L E T S O N R O L E S O C I A L Chapitre 6.1: Le travail, source de stress Chapitre 6.2: Donner aux personnes fragilisées des possibilités de (ré)insertion dans la société L E L O G E M E N T Chapitre 7: Comment vivre de manière autonome quand on est en situation de fragilité mentale? L E N S E I G N E M E N T Chapitre 8: Prendre en compte les problèmes de santé mentale dans le monde de l école C U LT U R E & S O C I E T E Chapitre 9.1: Expression artistique et santé mentale Chapitre 9.2: La santé mentale dans une société multiculturelle

9 A U P L U S P R È S D E S G E N S Chapitre 9.3: Sensibiliser les médias à une couverture respectueuse des questions de santé mentale L A J U S T I C E E T L E D R O I T Chapitre 10.1: Défense sociale et emprisonnement Chapitre 10.2: La santé mentale du citoyen face à la justice :: Quelques liens utiles 311 :: Résumé 315 8

10 1 Introduction :: Quelle image le public a-t-il de la santé mentale? Paul Arteel, Vlaamse Vereniging voor Geestelijke Gezondheid Christiane Bontemps, Institut Wallon pour la Santé Mentale :: Dialoguer avec le grand public Eric Messens, Ligue Bruxelloise Francophone pour la Santé Mentale :: Santé Mentale et citoyenneté, Jean-Louis Genard, ULB, et Marc De Hert, KUL

11 Quelle image le public a-t-il de la santé mentale? ENTRETIEN AVEC CHRISTIANE BONTEMPS, DIRECTRICE DE L INSTITUT WALLON POUR LA SANTÉ MENTALE, ET PAUL ARTEEL, DIRECTEUR DE LA VLAAMSE VERENIGING VOOR GEESTELIJKE GEZONDHEID T E X T E : Karin Rondia Pardon Madame, Monsieur, qu est-ce que cela évoque pour vous, la santé mentale? La première réaction est un sursaut, un retrait. Tabou. Pas pour moi. Suis pas fou. Oui, mais alors, pourquoi tous ces psys à la télévision? Pourquoi cet engouement pour les magazines qui parlent de psychologie sur papier glacé? Cette recherche effrénée du développement personnel, au point parfois d en perdre le sens commun? Ne parle-t-on pas de la même chose? Des deux faces d une même médaille? La réponse pourrait sembler surprenante dans tout autre pays que le nôtre: non au nord, oui au sud Vous avez dit surréaliste? C est pourtant un malentendu, un petit jeu sur les mots, qui plonge dans l ambiguïté tout le secteur de la santé mentale de Knokke-Heist à Arlon et de Kortrijk à Fourons Mais - soit dit en passant - qui reflète aussi un contexte culturel bien plus global, européen, mondial. La fissure qui traverse notre petit pays cristallise un choc des cultures qui le dépasse. Au nord, on est anglo-saxon, au sud, on est latin. C est tout dire. Comme l explique Paul Arteel, directeur de la Vlaamse Vereniging voor Geestelijke Gezondheid, en Flandre, on a délibérément choisi de faire une distinction entre ce qui relève de la santé et ce qui relève du bien-être. L approche de la santé mentale est une approche biomédicale, psychologique et sociale, dans laquelle les trois composantes se complètent, dans la tradition anglosaxonne du Community Mental Health Movement. Quand on parle de santé mentale, on parle donc surtout de maladies, d hôpital psychiatrique et d autres formes de prise en charge (résidentielles ou ambulatoires), des nombreuses formes possibles de traitement, de revalidation. La psychoéducation et l empowerment des patients et familles sont aussi des éléments fondamentaux de la psychiatrie sociale flamande. Ce qui n empêche pas de mener aussi des actions préventives, mais dans le cadre de la politique du bien-être, qui dépend parfois d un autre ministère. La voie choisie par les francophones, selon Christiane Bontemps, directrice de l Institut Wallon pour la Santé Mentale, est plutôt de travailler dans une optique de promotion de la santé mentale, c est-à-dire de se préoccuper de la manière dont chacun, qu il ait ou pas des problèmes psychiques, puisse se sentir mieux dans sa peau, et développer les compétences qui lui permettront de faire face aux difficultés de la vie. Une telle approche encourage en même temps une tolérance à la différence, une compréhension plus grande envers ceux qui sont vraiment du côté de la maladie parce que leurs compétences propres ont été dépassées. 10

12 I N T R O D U C T I O N Ce qui, pour les uns, relève de l amalgame, correspond donc, pour les autres, à une prise de position volontairement holistique. Question de point de vue. Mais non sans conséquences. On l a vu lors de la mise en chantier de la vaste campagne 2001 Année de la santé mentale, qui a mobilisé l ensemble du pays, sans que l on n arrive jamais à se mettre d accord sur ce dont on parlait.et qui fut pourtant une belle réussite! Portés par un slogan limpide - La santé mentale, j en parle! / Geestelijke Gezondheid, spreek erover - les objectifs communs de déstigmatisation en santé mentale ont été poursuivis au nord comme au sud, chacun gardant son cœur de cible et sa ligne de conduite, en respectant la différence de l autre. On le sait, nous excellons dans l art du compromis. Tout ceci pour expliquer que, quand on en vient à parler de l image que le public a de la santé mentale, on ne peut le faire de manière univoque. Il y a dans notre pays plusieurs publics, et plusieurs santés mentales, mais néanmoins un même souci de continuer le travail de déstigmatisation. Gardons donc la nuance à l esprit pour ce qui suit. Pour Paul Arteel, l image que le grand public a de la santé mentale est tout simplement inexistante; il attribue cela à trois raisons. Premièrement: la peur. Il n existe dans le public aucune conception de ce qu est la maladie mentale, et l idée de perdre la maîtrise de son cerveau, de sa pensée, crée une angoisse terrible. Les gens ont peur de tout qui se comporte étrangement, différemment. C est une peur qui existait déjà au Moyen Age, quand on mettait les fous dans des bateaux qu on envoyait en mer, ou dans des asiles pour ne plus jamais les voir. Cette peur est encore là, sous-jacente. Elle entraîne un déni. Deuxièmement: l inconnu. Si vous demandez à n importe qui que vous arriverait-il si vous vous cassiez la jambe?, il pourra très bien décrire ce qui va se passer: tel hôpital, tel docteur, si cela va faire mal ou pas, si cela va durer longtemps ou pas, etc. Tout le monde sait cela. Mais si on demande et si la semaine prochaine vous faites une dépression?, personne ne pourra dire ce qui se passera! Verra-t-on un psychologue, ou un psychiatre? Où le trouvera-t-on? Que donnerat-il comme traitement? Cela sera-t-il douloureux? Il n existe aucun savoir populaire sur ce qui se passe dans le monde de la santé mentale. Pourquoi? C est la troisième cause: parce qu il n y a aucun contact avec les gens malades. On lance de grandes campagnes d information sur la maladie mentale, mais le contact personnel avec les personnes atteintes reste difficile. Or cela me semble essentiel. C est pour cela que nous organisons le concours Hoe Anders Is Anders 1 pour créer des contacts entre les jeunes et les malades mentaux. Voilà donc, à mon avis, les trois axes à privilégier: combattre l angoisse, donner de l information et organiser des contacts. C est de cette manière que le grand public pourra se forger une opinion sur ce qu est la santé mentale. Paul Arteel mène infatigablement des actions en ce sens ; par exemple, il a récemment obtenu la publication d un supplément de 15 pages dans le Standaard 2. J en suis très heureux, évidemment, mais j aurais préféré que ce soit dans Métro, pour que tout le monde le lise. De même, on parle de santé mentale dans les émissions de télévision sérieuses, pour intellectuels, mais jamais dans les émissions grand public et les talk-shows populaires. Il faudrait que des gens connus viennent témoigner ouvertement de leurs difficultés. Cela aurait un impact extraordinaire! Voyez ce qui s est passé en Norvège: le premier ministre a fait une dépression, il a été hospitalisé trois mois, et tout le monde a été au courant. Et quand il est revenu, il a repris sa place tout à fait naturellement et tout le monde a trouvé cela normal. Nous n en sommes vraiment pas là chez nous! Pour Christiane Bontemps, l impression est, au contraire, que la presse se préoccupe abon- 11

13 A U P L U S P R È S D E S G E N S damment de tout ce qui touche à la santé mentale. Dans toutes les émissions grand public, dans toute la presse magazine, presse féminine, etc., on aborde les questions de bien-être, d équilibre psychique, de développement mental, etc. On invite de plus en plus souvent des psys, qui apportent leur expertise. Je trouve que l on fait une vulgarisation très importante de ces questions, et que c est très positif. Mais le problème, à mon sens, c est que l on ne va jamais jusqu au bout du propos, que l on ne dit jamais que parfois, on tombe du côté de la maladie, qui n est finalement qu un pas plus loin dans la difficulté d être. Le tabou, je le vois donc plutôt du côté de l échec de ce droit au bonheur omniprésent. Il y a une cassure entre le souci d être bien, et l idée que l échec existe, que cela peut nous arriver. Cet échec, la maladie mentale, c est pour les autres. C est du domaine de la psychiatrie, et là je suis d accord avec Paul, ce mot-là fait peur, et les gens ne veulent pas se sentir concernés. L Institut Wallon est en train de mener une recherche sur l accessibilité des soins en santé mentale, et il en ressort clairement que l image de la santé mentale dans le grand public constitue un frein à cette accessibilité, davantage encore que le coût des soins, même si celui-ci est aussi un réel problème pour beaucoup. Même si, côté bien-être, l idée de voir un psychologue pour discuter de ses problèmes commence à faire son chemin, l éventualité de devoir recourir à un psy spécialisé, à un psychiatre, reste un obstacle apparemment insurmontable pour la majorité des gens. Il est donc bien là, ce point douloureux, signe de fracture sous-jacente: le moment où la santé bascule dans la maladie, le moment où le psychologue passe la main au psychiatre, le point à partir duquel on n est plus normal mais bien malade mental. Paul Arteel cite l expérience récente de l association britannique Mind qui a voulu mener, en 2004, une campagne de mental health promotion. Tout le monde était évidemment d accord de faire des actions en faveur de la promotion de la santé mentale, pour les gens normaux qui ne se sentaient pas bien dans leur peau, mais quand il a été question de constituer un comité organisateur pour coordonner l action, il y a eu une levée de boucliers à l idée d y admettre des représentants d une association de schizophrènes! Stop là! Pas de mélange! Pour Paul Arteel, c est une preuve supplémentaire que cet amalgame entre santé mentale et bien-être, loin d être déstigmatisant, risque au contraire de recréer des frontières. Mais il ajoute aussitôt: Je suis évidemment convaincu qu il faut aussi entreprendre des actions pour tous les gens normaux qui ont des petits problèmes car ces problèmes, notamment d angoisses, de manque de communication, etc., dont ils souffrent réellement, sont en passe de devenir de vrais problèmes de société. Parallèlement à la ligne de fracture santé/maladie, en court une seconde, plus subtile: celle de la distinction psycho/neuro. Car une autre manière d échapper à la stigmatisation inhérente à la maladie mentale, est d en faire une maladie neurologique, strictement médicale, et donc éminemment honorable. Christiane Bontemps et Paul Arteel déplorent d une même voix que des associations de patients regroupant des personnes touchées par la maladie d Alzheimer, l anorexie mentale, ou le syndrome de Gilles de la Tourette, refusent de participer aux actions menées dans le champ de la santé mentale parce que ils ne sont pas fous, eux. Comme si la folie était le commun dénominateur de la santé mentale, là où c est précisément la souffrance dans ce qu elle a de plus humain qui devrait en tenir lieu. L évolution actuelle vers la psychiatrie biologique, qui explore les causes génétiques et neurodéveloppementales des affections psychiatriques, ainsi que la généralisation de l evidence based medecine 3, avec ses exigences d objectivation des symptômes et de classification des maladies, ne sont probablement pas étrangères à ces volontés de désolidarisation. 12

14 I N T R O D U C T I O N Christiane Bontemps y voit néanmoins une avancée qui pourrait être positive: Je pense que cela permettrait de changer l image de la santé mentale dans le grand public, aider à la déculpabilisation, et donc amener davantage d ouverture. Les nouvelles hypothèses, par exemple sur l autisme, pourraient faire évoluer le regard que l on porte sur la maladie. Le danger serait toutefois de chercher à tout prix des explications universelles et des réponses magiques alors qu on sait que l être humain est fait de multiples dimensions: psychiques, médicales, sociales, relationnelles, environnementales et que l on ne peut réduire sa santé mentale à l une d entre elles. Paul Arteel est plus réservé: En Flandre, on parle de plus en plus des nouveaux scanners, des nouveaux gènes que l on a découverts pour la schizophrénie.mais le risque est réel que les gens brûlent les étapes, tirent des conclusions hâtives et se précipitent sur des solutions techniques qui laissent de côté tout l aspect humain d un accompagnement. Or les généticiens eux-mêmes disent que cela ira lentement, et que les gènes ne déterminent pas tout. Mais le public est-il prêt à entendre ces nuances? Précisément, l avenir, comment le voient-ils? Globalement, tous deux sont assez perplexes quant à l évolution à moyen terme de la santé mentale dans l imaginaire du grand public. Je ne suis pas très optimiste parce que la tendance de la société est de plus en plus à la maîtrise de l environnement, à ne rien vouloir laisser au hasard. Et la maladie mentale, même si les progrès de la science en éclaircissent une part de mystère, restera toujours une part d inconnu et d incompréhensible en nous. Et donc il y aura toujours cette cassure avec la société, qui a de plus en plus besoin de certitudes, dit Christiane Bontemps. Pour Paul Arteel, l une de nos actions est de faire accepter l autre comme il est. C est difficile. De plus en plus. Par exemple, chez nous, il est très difficile de s intégrer dans le circuit du travail. Il est aussi difficile de lutter contre la stigmatisation. Pourtant, je connais beaucoup de gens qui ont eu des épisodes psychotiques et qui se sont tout à fait réintégrés. Mais personne ne le sait! Et à cause du tabou actuel, ces gens ne peuvent témoigner ni de leur problème, ni de leur guérison et de leur réinsertion. J en connais un qui est directeur de banque. Vous pensez bien qu il ne peut pas dire en public qu il a eu des problèmes de santé mentale! C est un paradoxe: on aurait besoin que des gens comme eux témoignent pour dédramatiser la maladie, mais on n oserait pas les encourager à le faire, de peur que cela ne se retourne contre eux! Pourtant, je ne suis pas trop pessimiste. Regardez ce qui s est passé avec le cancer. Il y a 25 ans, personne n osait en parler, et maintenant le tabou a sauté. Je pense qu une telle évolution est envisageable pour la santé mentale. Mais on n en est pas encore là R É F É R E N C E S 1. Hoe Anders is Anders / A la rencontre de l Autre: voir article sur ce projet dans le chapitre «Prendre en compte les problèmes de santé mentale dans le monde de l école» 2. Supplément «Te Gek» dans De Standaard du 12/4/2005, 3. L Evidence Based Medicine (EBM) est la tendance (relativement récente) à baser toutes les pratiques de médecine sur des preuves d efficacité établies par des études scientifiques internationales. 13

15 A U P L U S P R È S D E S G E N S C O N TA C T S : Institut Wallon de Santé Mentale, rue Muzet 32, 5000 Namur Tél: Fax: Vlaamse Vereniging voor Geestelijke Gezondheid, Tenderstraat 14, 9000 Gent Tel Fax

16 Dialoguer avec le grand public ERIC MESSENS DIRECTEUR DE LA LIGUE BRUXELLOISE FRANCOPHONE POUR LA SANTÉ MENTALE En 2001, trois Ligues et deux Fondations ont mené en Belgique une campagne de sensibilisation en santé mentale destinée au grand public. Au travers d événements nationaux et régionaux, la campagne visait à établir un dialogue au sein de la société civile, espérant ainsi transformer certaines des idées toutes faites sur les questions difficiles, souvent évitées, qui touchent à la vie psychique. Les mutations sociales des deux dernières décennies ont fait de la santé mentale une des préoccupations d actualité. Le monde de l entreprise, les enseignants, les gouvernants s émeuvent ou s inquiètent de l impact des troubles psychiques sur le lieu du travail, à l école, dans la vie de la cité. L OMS s alarme de l incidence de la dépression, de la schizophrénie, de l alcoolo-dépendance dans le monde. Norman Sartorius, président de la World Psychiatric Association, invite à lutter contre la discrimination dont souffrent les malades psychiatriques. La campagne publique proposée en Belgique avait pour slogan La santé mentale, j en parle. Nous sommes tous bien d accord, en parler, c est mieux que le contraire! Encore faut-il savoir de quoi parler et comment le faire? Déjà, dire ce qu est la santé mentale n est pas une mince affaire. En mots simples comme en mots compliqués, la définition nous échappe constamment. Pas étonnant qu interrogés à l improviste, la plupart répondent: «La santé mentale, c est quand on n est pas fou!». Comme si la santé n était là que pour nous épargner la maladie. On ne trouvera pas d explication qui convienne pour tout le monde. Chacun sait que l expérience humaine est subjective. Ainsi, les lois d un pays sont les mêmes pour tous ses habitants, la culture est celle de tout un peuple, un même événement implique tous les membres d une communauté, et pourtant chacun développera une histoire personnelle autour de ces éléments contextuels. Les faits sont pour tous, l interprétation est pour chacun. Dotée d une pensée et pourvu du langage, l individu humain a la faculté d apprécier la qualité de son existence selon des critères tout à fait singuliers. Ce qui convient à l un est étonnamment ce qui perturbe l autre. Chaque homme, chaque femme se distingue par les choix qui lui sont nécessaires pour vivre, quand bien même certains nous paraissent étranges, voire douloureux. 15

17 A U P L U S P R È S D E S G E N S Equilibre, bien-être, plénitude, autant de termes qui traduisent imparfaitement ce qu est la santé mentale, sans doute parce qu elle est avant tout plus que cela, un processus, peut-être? Le sujet humain n est jamais achevé, c est même ce qui le caractérise. Il se pense toujours pour demain, pour du meilleur, pour tenir le coup. Ainsi motivé, il s appuie sur des ressources réelles ou imaginaires, variables, parfois efficaces, parfois symptomatiques. Ses inventions sont uniques, destinées à son économie particulière. Comme tel, le terme de créativité semble encore le mieux convenir pour approcher la notion, insaisissable, de santé mentale. De ce qui précède, on déduira aisément quel devrait être le premier message d une campagne de sensibilisation vers le grand public: la santé mentale n est pas une donnée comparable, encore moins mesurable, elle est seulement spécifique à chaque personne. Cette spécificité tord le nez à toutes les bonnes intentions, générales ou généreuses, d une campagne qui ne serait qu altruiste et mue par les bons sentiments. Ce n est pas que les bons sentiments soient gênants. Qui oserait soutenir qu un peu plus d humanité et de tolérance à l égard des malades mentaux ne soit propice à réduire l exclusion dont ils font les frais. Cependant, le risque est de limiter le message d une campagne à cette seule philanthropie qui consisterait à vouloir, pour le bien de l autre souffrant, qu il soit considéré comme tout un chacun. Une telle entreprise n aboutirait qu à la banalisation de notre regard sur ce qui fait la différence entre les parcours de vie des humains. C est très exactement là que les professionnels de la santé mentale ont rendez-vous pour faire savoir et transmettre ce qu ils apprennent de leur pratique quotidienne, en écoutant les récits de leurs patients. Parions que leurs témoignages, écrits ou parlés, s ils sont rendus avec le souci de bien dire les choses, puissent modifier quelques-uns des préjugés et certitudes qui prospèrent sur les sujets sensibles, quand ils ne sont pas embarrassants, de la santé et de la maladie mentales. Deux idées essentielles, au moins, peuvent passer. La santé mentale n est pas seulement l affaire de spécialistes. Chaque personne est compétente pour elle-même et pour ses proches, ce que la scientificité et l hermétisme de la spécialisation auraient tendance à faire oublier. Les ressources personnelles, celles de l entourage ou des collectifs auxquels on appartient, sont précieuses. Les liens transgénérationnels, les appartenances communautaires sont potentiellement les lieux naturels où sont détenus des savoirs constructifs ou des aptitudes soulageantes au bénéfice des membres d une famille, d un voisinage, d un groupe social. Il est important de rappeler leur utilité et leur place première dans toutes formes d aide et de soins. Ensuite, une campagne d une année est insuffisante si elle ne se prolonge pas par un projet de communication durable. Le dialogue, comme chacun sait, se construit pas à pas. A ce prix, on peut espérer promouvoir une autre image de la santé et de la maladie mentales, ni angélique, ni rébarbative, simplement plus juste. Le psychisme de toute personne est hautement spécifique, tant dans les trouvailles qui comblent ses désirs que dans ses pires tourments. Les tourments, justement, parlons-en! Bien entendu, on ne résout rien en proposant aux uns, ceux qui les vivent, de se raisonner et aux autres de se montrer accueillants. C est de tout sauf d assimilation qu il s agit. Les troubles psychiques sont trop souvent présentés comme des déficits, du fait de leur marque handicapante ou douloureuse. C est dommage et injuste car ils sont plus que cela! Il faut aussi les considérer comme les réponses et les positions d un homme ou d une femme, lorsqu ils 16

18 I N T R O D U C T I O N sont débordés par leur condition d être au monde, dépassés par les exigences que supposent la vie au milieu des autres. Ces réponses sont parfois désespérées, cocasses, énigmatiques ou folles, mais elles ont toujours un sens. Aussi difficile que ce soit, c est à cette découverte que le dialogue entre professionnels et grand public doit s attacher en priorité. C O N TA C T S : Ligue Bruxelloise Francophone pour la Santé Mentale Tél:

19 Santé mentale et citoyenneté UN ENTRETIEN AVEC LE DR MARC DE HERT, PSYCHIATRE, PHD, UNIVERSITAIR CENTRUM ST-JOZEF KORTENBERG, KUL, ET LE PROF. JEAN-LOUIS GENARD, PHILOSOPHE ET SOCIOLOGUE, ULB. T E X T E : Karin Rondia La notion de santé mentale infiltre aujourd hui tous les champs de ce qui constitue la société. En témoigne le présent recueil, qui se veut une mosaïque d idées nouvelles en la matière, et qui est structuré selon des chapitres (travail, enseignement, culture, logement, justice) où il n était jamais question de santé mentale auparavant. L appartenance à la société - la citoyenneté - est donc forcément influencée par cette évolution. Pour tenter de caractériser cette nouvelle relation entre citoyenneté et santé mentale, nous avons provoqué la rencontre de deux personnalités bien différentes: le Dr Marc De Hert, psychiatre à l Hôpital universitaire St-Jozef, à Kortenberg, qui est bien connu pour son travail de pionnier de la resocialisation des personnes psychotiques, et le Prof.Jean-Louis Genard, sociologue et philosophe de l ULB, qui a cosigné une vaste étude sur, précisément, les mutations de la citoyenneté dans le champ de la santé mentale 1. L un est flamand, l autre francophone ; l un est clinicien, l autre est théoricien ; l un est acteur de terrain, l autre est observateur, et l on pourrait ainsi multiplier les complémentarités ou les divergences. Voici donc un double regard sur notre belge manière d envisager la santé mentale, un aperçu forcément parcellaire, qui n a d autre ambition que de planter le décor pour la lecture de ce qui suit. Q: Tout d abord, comment délimiter la santé mentale dans une interview qui porte justement sur l extension de ses champs? Le mot n est-il pas galvaudé? M D H : Le terme santé mentale recouvre effectivement un domaine extrêmement vaste, et il faut bien s entendre sur la manière dont on la définit. Parle-t-on de la définition de l OMS, l absence de maladie, ce qui ne veut rien dire? La définit-on à partir de symptômes et de plaintes, ou bien de la sévérité de ces symptômes, ou bien de la demande de soins? On peut être dépressif et ne pas désirer de traitement, ou bien être dépressif et simplement souhaiter en guérir, ou encore être dépressif et souhaiter en trouver la raison. Si vous considérez l ensemble des problèmes de santé mentale, il y a énormément de personnes qui ont des problèmes psychiques sans nécessairement avoir de demande de soins, et donc ces personnes n entrent pas dans le système de soins. Mais par ailleurs, on médicalise aujourd hui des problèmes qui ne sont pas médicaux, et on 18

20 I N T R O D U C T I O N considère que chaque demande doit recevoir une réponse, de préférence immédiate. Or il y a des gens qui ont des questions existentielles irrésolues, qu on ne devrait pas médicaliser, il y a des situations sociales et économiques problématiques, qu on ne peut pas résoudre médicalement non plus, (même si elles peuvent nécessiter des soutiens ponctuels) ; et enfin il y a des vraies maladies qu il faut traiter. La responsabilité de cet état de choses n incombe pas seulement aux médecins ; les gens euxmêmes ne supportent pas de ne pas être bien. S ils ne vont pas bien aujourd hui, cela doit être résolu demain car il faut retourner au travail Tout comme pour l idéal d apparence physique, il s est répandu une sorte d idéal de stabilité mentale, qui ne correspond à aucune réalité. Or le fait d être bien, ou pas bien, c est un continuum, et c est à l extrémité de ce continuum que se trouvent les maladies mentales majeures. On sait aujourd hui que ce continuum existe même pour des symptômes considérés comme psychotiques, comme les hallucinations. Dans une population normale, il y a jusque 20% des gens qui entendent de temps en temps des voix. Alors, à partir de quand est-on malade? J L G : Dans des travaux publiés dans les années 70, Robert Castel attirait déjà l attention sur le développement aux Etats-Unis de ce qu il appelait des thérapies pour normaux! Cette tendance s est étendue au point qu on peut dire aujourd hui qu il n y a plus d opposition dure entre le normal et le pathologique. Cette logique de continuum fait que tout le monde en vient à être dans l entre deux. Tout le monde est susceptible de basculer de l autre côté. La consommation de médicaments psychotropes est énorme, parce que certains de ces médicaments en viennent à être utilisés comme des facteurs de régulation de souffrances, de mal-êtres qui n auraient pas été médicalisés auparavant. De même, les malades mentaux - pour autant que ce terme ait encore une signification - ne sont plus soit dans l asile, soit dans la vie normale ; ils séjournent un moment dans des institutions, ils consultent en ambulatoire, ils rentrent chez eux. Cette évolution ne peut se comprendre en se limitant au seul champ de la santé mentale. Il y va en réalité d une transformation profonde des identités. Jadis, les gens avaient des identités relativement stables tout au long de l existence ; ils avaient des statuts, des rôles auxquels ils s identifiaient: mariés, salariés, catholiques, etc. A cela se substitue aujourd hui une conception plutôt constructiviste de la vie: les gens doivent se construire eux-mêmes, s adapter, être flexibles. On divorce, on perd son boulot, on déménage plus souvent donc se construire une identité est devenu une tâche autrement plus compliquée qu il y a trente ans! Et comme il y a moins de normes qu auparavant, on n est plus tellement dans une logique de culpabilité de ne pas satisfaire pas à ces normes ; par contre, on est dans une logique de responsabilité face à l échec. Comme le dit si bien Ehrenberg 2, il y a une surcharge de responsabilité qui s exerce sur les individus, dans une société qui n est pas avare d obstacles. Et les gens n arrivent plus à assumer cette responsabilité. C est ce qu il dit être l une des raisons de la fatigue d être soi, de l accumulation de symptômes de type dépressif que l on constate aujourd hui. M D H : Le paradoxe, pour en revenir au risque de médicalisation excessive, c est que si l on pense en termes de prévention, il est quand même très utile que des intervenants compétents soient capables de détecter très vite quand ce n est plus normal. Par exemple, de distinguer quand une adolescente qui fait excessivement attention à sa ligne vire à l anorexie mentale, ou quand un ado original devient délirant. Il faudrait donc que les professionnels aient la possibilité d intervenir le plus tôt possible, mais sans le faire trop tôt ni de manière intempestive. C est un équilibre très difficile à trouver. Je n ai pas de solution à proposer, mais je pense que l école pourrait jouer un rôle. C est très bien d enseigner la physique et les maths, mais je pense que l école devrait aussi servir à développer d autres aptitudes. Apprendre à déchiffrer le monde, à distinguer les différentes formes de 19

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

PSY RUN LA COURSE QUI VA FAIRE PARLER D ELLE! LE 10 OCTOBRE 2015 À 14H JOURNÉE MONDIALE DE LA SANTÉ MENTALE

PSY RUN LA COURSE QUI VA FAIRE PARLER D ELLE! LE 10 OCTOBRE 2015 À 14H JOURNÉE MONDIALE DE LA SANTÉ MENTALE PSY RUN LA COURSE QUI VA FAIRE PARLER D ELLE! LE 10 OCTOBRE 2015 À 14H JOURNÉE MONDIALE DE LA SANTÉ MENTALE 1. PRÉSENTATION DE LA JOURNÉE MONDIALE DE LA SANTÉ MENTALE Lors de la première édition du Psy

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent?

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? Dans la lettre que j ai adressé début 2007 aux membres de la SFC et qui figure sur le site de la SFC, j énonçais

Plus en détail

aupres des personnes agees `

aupres des personnes agees ` aupres des personnes agees ` La problématique du suicide chez les personnes âgées Informer, soutenir, accompagner les professionnels qui entourent les personnes âgées dans leur quotidien. ^ L intervenant

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h LES JEUDIS DE L INSTITUT (Jeudis CDC-IUD) PROGRAMMATION 2013-2014 Formation, consultation et enseignement INITIATION AUX CONCEPTS DE BASE EN DÉPENDANCE 26 septembre 2013 SENSIBILISATION À L APPROCHE MOTIVATIONNELLE

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Fédération Nationale des Associations d usager en Psychiatrie. Union Nationale des Amis et Familles de Malades psychiques

Fédération Nationale des Associations d usager en Psychiatrie. Union Nationale des Amis et Familles de Malades psychiques Fédération Nationale des Associations d usager en Psychiatrie Union Nationale des Amis et Familles de Malades psychiques Association des Maires de France Centre Collaborateur de l Organisation Mondiale

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

Dossier de presse. Présentation du Plan Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 ----- Visite de Marie-Anne Montchamp

Dossier de presse. Présentation du Plan Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 ----- Visite de Marie-Anne Montchamp Dossier de presse Présentation du Plan Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 ----- Visite de Marie-Anne Montchamp Secrétaire d Etat auprès de la Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale à la

Plus en détail

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave.

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave. CHAPITRE 1 LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module 1 : «Apprentissage

Plus en détail

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP Ce projet est financé avec l aide de la Commission européenne. Le matériel de formation ne reflète que les

Plus en détail

FORUM SUR L ENTRAIDE DE MONTRÉAL 2012. Espoir dans la cité. Les groupes d entraide et de soutien

FORUM SUR L ENTRAIDE DE MONTRÉAL 2012. Espoir dans la cité. Les groupes d entraide et de soutien TÉMOIGNAGE FORUM SUR L ENTRAIDE DE MONTRÉAL 2012 Espoir dans la cité Les groupes d entraide et de soutien C est avec enthousiasme et fébrilité que je viens témoigner de ma pratique et de ma passion pour

Plus en détail

CONFERENCE du 12 AVRIL 2012 par JOHANNE LEMIEUX «L ENFANT ADOPTÉ ET L ÉCOLE : 12 CONSEILS POUR UN VÉCU SCOLAIRE RÉUSSI»

CONFERENCE du 12 AVRIL 2012 par JOHANNE LEMIEUX «L ENFANT ADOPTÉ ET L ÉCOLE : 12 CONSEILS POUR UN VÉCU SCOLAIRE RÉUSSI» CONFERENCE du 12 AVRIL 2012 par JOHANNE LEMIEUX «L ENFANT ADOPTÉ ET L ÉCOLE : 12 CONSEILS POUR UN VÉCU SCOLAIRE RÉUSSI» 1. Qu est ce que la normalité adoptive? a. Discrimination Il est nécessaire de les

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Comment mieux formuler votre déclaration, pour votre interview «RSD» (Refugee Status Declaration Détermination de Statut de Réfugié) auprès de l UNHCR, en vue

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud

Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud 2 ème rencontre du Réseau Santé Psychique Suisse Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud Charles Bonsack SFr. 4'500'000.00 SFr. 4'000'000.00 SFr. 3'500'000.00

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps Introduction Y A-T-IL COUPLE? Au fil des siècles et au fil des années, la société se transforme et avec elle, la valeur accordée à la réussite sociale, à la famille mais surtout à l amour. Dans le monde

Plus en détail

La psychologie médicale. sa place en médecine et dans l enseignement médical

La psychologie médicale. sa place en médecine et dans l enseignement médical La psychologie médicale sa place en médecine et dans l enseignement médical La psychologie médicale! Tout médecin qui soigne perçoit que des liens particuliers se nouent entre les patients et lui.! Ces

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

Stratégie de gestion du stress :

Stratégie de gestion du stress : Le stress est une fonction normale de l être humain qui fait face à un danger. C est une réaction d alerte contre une menace psychologique. Une perturbation des habitudes, de l équilibre force l individu

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

Mémorandum de la Mutualité chrétienne pour les élections européennes de 2014

Mémorandum de la Mutualité chrétienne pour les élections européennes de 2014 Mémorandum de la Mutualité chrétienne pour les élections européennes de 2014 L Europe n est pas un lointain concept. Cela se passe ici et maintenant. Et son impact ne cesse de croître. Si l Europe n a

Plus en détail

La souffrance totale des personnes en fin de vie.

La souffrance totale des personnes en fin de vie. LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. I) Concept de souffrance globale En Soins Palliatifs, on parle de souffrance totale, «total pain», c'est-à-dire qu il s agit d une approche globale de

Plus en détail

LA FONDATION MIMI ULLENS. Ensemble pour les malades du cancer

LA FONDATION MIMI ULLENS. Ensemble pour les malades du cancer LA FONDATION MIMI ULLENS Ensemble pour les malades du cancer Le cancer : un véritable fléau mondial UN CONTEXTE ALARMANT Le cancer fait partie des maladies les plus répandues dans le monde. Il est la cause

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

Aide à l autonomie et parcours de vie

Aide à l autonomie et parcours de vie Aide à l autonomie et parcours de vie Accompagnement des proches aidants: des modalités et des approches ajustées à leur longue trajectoire de soutien Francine Ducharme, Ph.D. Centre de recherche, Institut

Plus en détail

REFORME DES SOINS DE SANTE MENTALE ET CPAS Organisation et enjeux. Fédération des CPAS 11-09-2014

REFORME DES SOINS DE SANTE MENTALE ET CPAS Organisation et enjeux. Fédération des CPAS 11-09-2014 REFORME DES SOINS DE SANTE MENTALE ET CPAS Organisation et enjeux Fédération des CPAS 11-09-2014 1 PLAN DE L EXPOSÉ L offre des soins de santé mentale en Wallonie La santé mentale : un secteur en constante

Plus en détail

Info Parcours psy EDITO. N 4 2 août 2013. Le mot de Francis JAN Pilote associé. Francis JAN, Co-Pilote du parcours

Info Parcours psy EDITO. N 4 2 août 2013. Le mot de Francis JAN Pilote associé. Francis JAN, Co-Pilote du parcours EDITO Un point fort et original de la démarche du parcours des personnes en situation de handicap psychique est la place faite aux regards et aux questions des familles et des personnes concernées par

Plus en détail

L amitié après l amour Un. beau défi! psycho-santé. en harmonie

L amitié après l amour Un. beau défi! psycho-santé. en harmonie psycho-santé en harmonie Par Michèle Lemieux L amitié après l amour Un Quand une relation amoureuse prend fin, les amants traversent une phase de deuil plus ou moins longue. Si un couple peut se séparer,

Plus en détail

Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive

Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive Synthèse Bien que les comportements suicidaires représentent un problème majeur de santé

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

FONCTION DE COORDINATION ASSUETUDES DANS LES PLATES-FORMES DE SANTE MENTALE

FONCTION DE COORDINATION ASSUETUDES DANS LES PLATES-FORMES DE SANTE MENTALE FONCTION DE COORDINATION ASSUETUDES DANS LES PLATES-FORMES DE SANTE MENTALE Les plates-formes de santé mentale AR de 1990 : création des associations de PF OBJECTIF > organiser la concertation en matière

Plus en détail

UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE

UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE OBJECTIFS DE LA CAMPAGNE La Campagne UN sur CINQ a été lancée à Rome

Plus en détail

Le Codéveloppement pas n importe comment!

Le Codéveloppement pas n importe comment! La Lettre du CoDévelloppement Lettre d'information Du Centre Européen du Codéveloppement professionnel et managérial www.cecodev.fr Le Codéveloppement pas n importe comment! Les dangers du succès Le Codéveloppement

Plus en détail

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S sur L AVANT-PROJET DE PLAN D ACTION EN MATIERE DE RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE *** 2 Dans sa lettre du 10 juillet

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap

Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap Unis pour l accès à la santé des personnes en situation de handicap CHARTE ROMAIN JACOB La Charte Romain Jacob pour l accès aux soins des personnes en situation de handicap en France, a fait l objet d

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE VIvRe ensemble BULLETIN DE LIAISON EN PASTORALE INTERCULTURELLE CENTRE JUSTICE ET FOI VOLUME 13, N 46 Hiver 2006 POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE par Jean-Claude

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AUX ORGANISATEURS DU FORUM «RÉGLEMENTER LA SANTÉ MENTALE? PAS DE CONSENSUS!»

LETTRE OUVERTE AUX ORGANISATEURS DU FORUM «RÉGLEMENTER LA SANTÉ MENTALE? PAS DE CONSENSUS!» LETTRE OUVERTE AUX ORGANISATEURS DU FORUM «RÉGLEMENTER LA SANTÉ MENTALE? PAS DE CONSENSUS!» par Brigitte Dohmen En 2000, j ai fait partie du groupe d experts désignés par la Fédération belge des psychologues

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

BULLETIN N 3 /2010 MARS 2010

BULLETIN N 3 /2010 MARS 2010 SANTE MENTALE EUROPE Boulevard Clovis 7, B-1000 Bruxelles Tél.:+ 32 2 280 04 68 Fax: + 32 2 280 16 04 Email : info@mhe-sme.org Site web: http://www.mhe-sme.org SANTE MENTALE EUROPE BULLETIN N 3 /2010 MARS

Plus en détail

UNE GÉNÉTICIENNE HUMANISTE

UNE GÉNÉTICIENNE HUMANISTE UNE GÉNÉTICIENNE HUMANISTE Aymé Ségolène mai 2008, par serge cannasse Médecin généticienne et épidémiologiste, Ségolène Aymé est directrice de recherche à l INSERM, directrice d Orphanet et membre du comité

Plus en détail

Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe

Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe Je vous remercie de me permettre de m exprimer sur

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Dépasser les barrières linguistiques dans le secteur de la santé : obligations, plus-value & outils

Dépasser les barrières linguistiques dans le secteur de la santé : obligations, plus-value & outils Dépasser les barrières linguistiques dans le secteur de la santé : obligations, plus-value & outils Stephan Backes Coordonnateur COFETIS asbl Coordination Fédérale de la Traduction et de l Interprétariat

Plus en détail

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins Le Projet de soins c a l m e Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. L article L.6143-2 du CSP prévoit que le Projet d établissement «comporte un projet de prise en charge des patients

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé

lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé lim Fischer Page II Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 lim Fischer Page III Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 P

Plus en détail

Formations. Gestionnaires

Formations. Gestionnaires Formations Gestionnaires 2015 Cette édition de notre catalogue d activités pour les gestionnaires inclut plusieurs nouveautés. De nouveaux thèmes de formation ont été élaborés et une nouvelle section présente

Plus en détail

56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30. Projet de vie

56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30. Projet de vie 56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30 Projet de vie PROJET DE VIE ACCUEIL DE JOUR Lorsqu il apparaît, le syndrome démentiel transforme dramatiquement

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Réflexion à partir des «Consommations cachées de cocaïne dans le Vieux- Lille» - Nathalie Lancial

Réflexion à partir des «Consommations cachées de cocaïne dans le Vieux- Lille» - Nathalie Lancial Réflexion à partir des «Consommations cachées de cocaïne dans le Vieux- Lille» - Nathalie Lancial E lisabeth Dooghe - 21 septembre 2012 Directrice régionale, A.N.P.A.A. Nord Pas-de-Calais J ai retenu de

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation?

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? 5. Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? S occuper ne signifie pas rassembler des informations auprès de quelqu un, mais participer à la prise de décisions concernant l évaluation et à sa réalisation.

Plus en détail

L utilité de l approche systémique dans nos actions

L utilité de l approche systémique dans nos actions AIC, Contre les pauvretés, Agir ensemble L utilité de l approche systémique dans nos actions Octobre 2008 Cahier n 12 Sommaire Introduction Utilité de la méthode systémique pour résoudre un problème récurrent

Plus en détail

Commission OUVERTE FAMILLE

Commission OUVERTE FAMILLE Commission OUVERTE FAMILLE Responsable : Hélène Poivey-Leclercq Ancien membre du conseil de l'ordre Sous-commission Les protections des majeurs vulnérables Responsable : Marie-Hélène Isern Réal, avocat

Plus en détail

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Enjeux Fiche 1 À partir du 1 er janvier 2010, les entreprises et les établissements employant au moins 50 salariés risquent

Plus en détail

Trois protocoles pour rester zen

Trois protocoles pour rester zen Lilyane Clémente Trois protocoles pour rester zen Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

«Santé mentale, réhabilitation et participation sociale»

«Santé mentale, réhabilitation et participation sociale» Journée de rencontre et d échanges du 25 octobre 2012, CEME - Charleroi Croiser les pratiques et les expertises pour construire une nouvelle solidarité au travail Exposé: «Santé mentale, réhabilitation

Plus en détail

dossier de presse L Entraide Sociale Poitevine change d identité, adapte ses finalités associatives à l évolution des besoins et affirme ses valeurs.

dossier de presse L Entraide Sociale Poitevine change d identité, adapte ses finalités associatives à l évolution des besoins et affirme ses valeurs. Association Audacia dossier de presse L Entraide Sociale Poitevine change d identité, adapte ses finalités associatives à l évolution des besoins et affirme ses valeurs. Conférence de presse du 22 mai

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

Mesdames, Messieurs, Mesdames, Messieurs,

Mesdames, Messieurs, Mesdames, Messieurs, Les objectifs de l arrêté ministériel visant à élargir le champ d application du système de l économie d insertion sociale et la volonté politique fédérale en matière d économie sociale Permettez-moi tout

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Théories des soins infirmiers : de l identité professionnelle à la santé août 2008, par serge cannasse

Théories des soins infirmiers : de l identité professionnelle à la santé août 2008, par serge cannasse 1 Théories des soins infirmiers : de l identité professionnelle à la santé août 2008, par serge cannasse Il ya actuellement une montée en puissance de la revendication des infirmières à être reconnues

Plus en détail

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Ce qu il est bon de savoir concernant le bureau d idées 2 Une excellente idée: le bureau d idées 4 Le bureau d idées: des enfants

Plus en détail

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice

Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice http://gfen.langues.free.fr Pour une Pédagogie de Projet émancipatrice Maria-Alice Médioni Le projet, autrefois combattu, est aujourd hui à la mode. Il apparaît même incontournable dans la mesure où il

Plus en détail

Conduire le changement avec succès

Conduire le changement avec succès Conduire le changement avec succès Lynn M.Levo, CSJ Occasional Papers Eté 2012 Le changement est inévitable et selon la nature du changement, il peut aussi être un défi. Les responsables d aujourd hui

Plus en détail

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8 SOMMAIRE Préface Page 3 La maladie en quelques mots Page 4 à 5 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7 2 - Le diagnostic. Page 8 3 - Les aides Page 9 à 11 3.1 - Le soutien à domicile (ménage, courses,

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Qu est-ce qu être fou? Aujourd hui encore il est très difficile, voire impossible,

Qu est-ce qu être fou? Aujourd hui encore il est très difficile, voire impossible, Introduction Qu est-ce qu être fou? Aujourd hui encore il est très difficile, voire impossible, d apporter une réponse exhaustive. Il s agit d un concept vague, imprécis, et le terme de folie est facilement

Plus en détail

L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE

L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE Serge Boimaré / Editions Dunod Il y a toujours une souffrance quand on ne répond pas aux attentes de l école. Les grandes difficultés d apprentissages doivent amener à une

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Voici venu le temps Coachs sociaux

Voici venu le temps Coachs sociaux Voici venu le temps Coachs sociaux Article paru dans ASH n 2901 13 mars 2015 Aider à la réalisation des projets de vie La vaste mutation en cours, dont plus personne ne peut douter, interroge tant les

Plus en détail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Document réalisé avec l aide de Philippe BIELEC, Ingénieur Conseil à la Direction des risques professionnels de la

Plus en détail

Mémoriser avec la gestion mentale

Mémoriser avec la gestion mentale Mémoriser avec la gestion mentale Type d outil : outil d aide à la mémorisation Auteurs : Equipe éducative de Don Bosco, Liège, avec l aide de M. Giroul, P.P. Delvaux et Ch. Leclercq (formateurs) Cycles

Plus en détail