NOS POINTS DE VUE, NOS ÉMOTIONS, NOTRE QUOTIDIEN. «...Pour approcher au plus près l humanité, il faut parfois poser les armes de la raison.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOS POINTS DE VUE, NOS ÉMOTIONS, NOTRE QUOTIDIEN. «...Pour approcher au plus près l humanité, il faut parfois poser les armes de la raison."

Transcription

1 des jours nouveaux ÉCHANGER, DÉCOUVRIR, DÉCRYPTER NOS POINTS DE VUE, NOS ÉMOTIONS, NOTRE QUOTIDIEN 04 Médias et diversité ou l égalité pour tous Choisir sa fin de vie les directives anticipées Le point sur la non revalorisation des pensions de retraite N 49 JUIN 2014 Nouvelle chronique sur la première guerre mondiale vue par la presse de l époque Voir page 14 «...Pour approcher au plus près l humanité, il faut parfois poser les armes de la raison.» Noëlle Châtelet, page 12 Nos chers disparus

2 Tribune Une société est comme un être vivant Jeune ou dans la force de l âge, elle peut être aussi, à la longue, majoritairement la proie d un vieillissement qui, multipliant les inactifs par rapport aux actifs, contraint à d autres rythmes, une autre philosophie de la vie collective et impose un bouleversement de nos habitudes. Il ne faudrait pas analyser cette nécessaire remise en cause comme une catastrophe. Elle offre au contraire l opportunité d une révision profonde de nos schémas. Le fait que les personnes âgées deviennent peu ou prou une donnée incontournable dans notre communauté est une aubaine car ce constat, sauf à demeurer absurdement déprimant, oblige les pouvoirs publics, les associations, les citoyens eux-mêmes à imaginer, à inventer des modes de pensée et d action qui intègrent ce vieillissement comme une donnée essentielle. Celle-ci est alors forcément fondée sur le fait, par exemple, qu il existe d autres formes de productivité et d utilité que celles classiquement dévolues au monde du travail. Pour adapter notre société à cette tendance qui la fait évoluer au gré de sa composition, il est fondamental c est une chance de considérer qu avancer singulièrement et collectivement en âge ne va être que la continuation, sur un autre mode plus souple, plus tranquille, plus convivial, des exigences professionnelles d avant. La société est comme un être vivant, en effet. Elle ne se détruit pas en vieillissant : elle s enrichit. Par Philippe Bilger, magistrat honoraire, Président de l Institut de la parole. La prochaine intervention de Philippe Bilger, dans le cadre des Journées de rencontre et d informations (JRI) destinées aux retraités, aura lieu le 18 septembre 2014 à Paris. Pour tout renseignement sur ces JRI : tél partageons des... jours Sommaire PARTAGEONS NOS RÉFLEXIONS 03 Quizz 03 Cultiver le bien vieillir 04 Médias et diversité ou l égalité pour tous 06 Actualités culturelles 07 Brèves PARTAGEONS NOTRE QUOTIDIEN 08 Déjouer les pièges de l isolement, la culture au service du bien vieillir 10 Choisir sa fin de vie, les directives anticipées 11 Brèves 12 Nos chers disparus 14 Été 1914 : l information entre censure et propagande 15 Le point sur la non revalorisation des pensions de retraite 16 Le Centre de prévention Turbigo Île-de-France 17 La Mélodie d Alzheimer 18 Le Centre de santé René-Laborie Audiens 19 les solutions Audiens Comment faire face aux accidents du quotidien 20 LOISIRS, SANTÉ, PRÉVENTION... avec Audiens n 49 Jours nouveaux (publication semestrielle) est édité par Audiens Siège social : 74 rue Jean-Bleuzen Vanves Cedex. Directeur de la publication : Patrick Bézier Rédactrice en chef : Magali David nouveaux Coordination et rédaction : Gaëlle Even Ont participé à ce numéro : Patricia Cadorel, Henri Bignalet, Pascale Fumeau-Demay, Isabelle Thirion, Armelle Lafargue, Benoit Perenchio, Cécile Prévost, Patrick Eveno, Marie de Hennezel Réalisation : Graphic Opéra - 1 rue Adéodat Lefèvre Amiens - Crédits photo : Léa Crespi, Catherine de Torquat, Damien Grenon, Florence Grimmeisen, Shutterstock Imprimeur : Rotogaronne - 8 route d Estillac Estillac Imprimé sur papier certifié PEFC - FCBA/ Audiens est certifié «Engagement de service» pour la gestion de contrats individuels santé et prévoyance. 02 Partageons des jours nouveaux

3 nos réflexions QUIZZ Découvrez les 36 films qui se cachent dans le texte, tous primés au Festival de Cannes. SOLUTION PAGE 19 Conversation secrète Quand passent les cigognes et que le vent se lève, marchant entre les murs, je me souviens de mon extravagante mission au Texas, il y a tout juste 4 mois, 3 semaines et 2 jours. J enquêtais dans l affaire Mattéi sous le nom de code de Padre Padrone. Un homme et une femme, Antoine et Antoinette, appartenant à la faune de l underground, avaient disparu à la sortie d une leçon de piano. Grâce à mon messager surnommé «Pacific express», un ami intime de mademoiselle Julie, j appris qu ils en savaient trop sur la vie d Adèle et avaient trahi la parole donnée à un certain homme de fer, le troisième homme, le fameux joueur de tambour d un trio hard-rock. Les malheureux avaient oublié que le monde du silence n aime guère les secrets et mensonges dévoilés sous le soleil de Satan. Pour élucider cette disparition, je n avais pas deux sous d espoir. Mais un soir, écoutant dans un club dolce vita, le pianiste de service, les meilleures intuitions de ma cervelle d enfant m ouvrirent la porte de l enfer : le guépard évadé du zoo les avait dévorés. Pour preuve, le ruban blanc attachant les cheveux d Antoinette pendait encore, ensanglanté, à la gueule du carnassier. Cultiver le bien vieillir L été revient souvent synonyme de détente, de petits bonheurs de la vie. Pourtant, pour certains d entre vous, cela peut signifier plus de solitude et d isolement, à contretemps de l humeur ambiante. Dans ce numéro, Gérard Macqueron nous expliquera les mécanismes de l isolement, souvent insidieux, et nous donnera des pistes pour les prévenir, notamment grâce à la culture. Nous évoquerons également nos chers disparus, avec Noëlle Châtelet, et verrons avec Marie de Hennezel l intérêt d écrire ses directives anticipées afin d indiquer à ses proches et à son médecin ses souhaits quant à sa fin de vie. Une démarche difficile au premier abord, mais qui aide souvent à mieux vivre lorsqu on accepte de franchir le pas marque aussi le centenaire du début de la première guerre mondiale. À cette occasion, nous inaugurons une chronique de Patrick Éveno, historien et spécialiste des médias, qui raconte la Grande Guerre telle qu elle était traitée par la presse de l époque. Enfin, toujours avec l objectif de bien vivre sa retraite, n oublions pas les centres de prévention Agirc et Arrco, des lieux de promotion du bien vieillir et ABC, votre club de loisirs et de prévention, qui vous propose de multiples activités, sans cesse renouvelées, dans un esprit de convivialité, de bonne humeur et de solidarité, une valeur chère à Audiens. Patrick Bézier, Directeur général d Audiens Ainsi, en une brève rencontre, ai-je gagné mon salaire de la peur. Et après une si longue absence, de retour chez moi, je m endormais sur les notes de la symphonie pastorale. // J.B. DELLATANA // numéro 49_ juin

4 nos réflexions Médias et diversité ou l égalité pour tous La Fondation Audiens Générations vient de décerner son prix Spécial du Jury à Médias et diversité, une association qui propose de former au métier de journaliste de jeunes lycéens issus de la diversité. Pour Dominique Gerbaud, son fondateur, leur présence aujourd hui très faible dans l ensemble des médias - presse écrite et audiovisuelle - est pourtant indispensable afin de mieux décrypter l univers dont ces jeunes sont issus. Une véritable forme d intégration sociale, transposable partout où des journalistes veulent donner un coup de pouce à des jeunes de la diversité. Quelles ont été les préoccupations ou constations essentielles qui vous ont décidé à créer Médias et diversité? Avez-vous été suivi et soutenu sans difficulté? Dominique Gerbaud : Il y six ans, je faisais passer des concours dans des écoles de journalisme, et j ai soudain pris conscience que je ne voyais jamais de jeunes issus de la diversité. Pour preuve, l IUT de Tours recevait environ un millier de dossiers, aucun de jeunes issus de l immigration. Ils pensaient que ce n était pas pour eux. Pour moi, c est une situation regrettable, car je pense que la profession a besoin de ces jeunes et de leurs vécus. C est très important pour comprendre et faire comprendre. Le lycée est au tournant des grandes décisions et la terminale, la classe idéale pour se déterminer. J ai été immédiatement soutenu dans ma démarche, tant sur le plan financier que logistique, par le Conseil Général de la région Centre, dont l IUT de Tours dépendait. C est ainsi que Médias et diversité a pris corps. En quoi consiste la formation de Médias et diversité? D. G. : Durant une année scolaire, vingt-six 04 Le groupe Médias et diversité 2014 en compagnie d un de leurs mentors, le journaliste Harry Roselmack.

5 Témoignages de lycéens Ce que j en retire L option Médias et diversité permet de se donner les moyens, de persévérer, de croire et de rendre accessible le concours. Alex Bonnefon Médias et diversité ce n est pas seulement une préparation à quelques concours, il s agit de former des individus cultivés, curieux et tolérants. Mehdi Mimouni Je suis maintenant bien plus déterminé qu auparavant. Thomas Salaun Elle m a apporté une certaine expérience dans le domaine de la radio par exemple et quelque part, elle m a appris à m ouvrir sur le reste du monde. Souhila Yezid La formation de Médias et diversité m a conforté dans mon choix de devenir journaliste grâce aux conseils, anecdotes et mises en garde sur ce métier souvent trop idéalisé, des professionnels rencontrés. Cassandra Reisinho Merci à vous tout simplement Dominique, vous avez révélé une passion en moi dont je n avais pas connaissance, vous m avez donné un objectif, un but. Pierre Viros Sans Dominique Gerbaud et sans Médias et diversité, je ne sais pas si nous serions tous aussi confiants pour la suite. Victor Busnel Les atouts majeurs de cette formation Médias et diversité sont sans aucun doute les cours dispensés chaque mois, les questionnaires d actualité ainsi que les exercices de synthèse, excellents entraînements qui m ont appris à être plus synthétique pour aller droit à l essentiel. Khadija Ben Hayyan lycéens de terminale fortement motivés sont préparés aux concours des écoles et instituts de journalisme. Nous les abonnons à un quotidien national et ils reçoivent un ordinateur portable en prêt. Ils répondent par le biais d internet, chaque semaine, à un questionnaire sur l actualité et donnent un avis sur un débat, en trouvant également deux arguments contraires aux leurs. Chaque mois, ils rédigent la synthèse d un dossier sur l avenir et l éthique du métier de journaliste. Ils assistent à des rencontres avec de grands journalistes professionnels. Cette année, Jean-Marie Colombani, Samah Soula, Estelle Youssouffa, Harry Roselmack et bien d autres. Ils ont tous été formidablement généreux dans leurs interventions et ont fortement impressionné et motivé les lycéens. Enfin, ils effectuent un stage dans une rédaction. Médias et diversité est une aide et une formation au métier de journaliste. Mais n est-elle pas avant tout un moyen d aider ces jeunes à formaliser le désir d un métier auquel ils n osaient pas se consacrer, parce qu ils le considéraient réservé à une élite? D. G. : Au départ, vous avez raison, il est certain que cette formation leur donne les raisons d y aller, les confortent dans leur choix. Ce qui est très important, c est qu elle représente une véritable aide à la présentation aux concours. Le mois de mai est celui des concours, et je viens de recevoir plusieurs mails de lycéens qui m informent qu ils connaissaient plusieurs des nombreuses questions qui leur étaient posées grâce aux questionnaires d actualité. C est une grande satisfaction. Lycéens aujourd hui, journalistes demain. Chacun sait qu aujourd hui la presse écrite est en grande difficulté, le chômage des journalistes très élevé. L audiovisuel a plus de ressources, mais offre peu de places à peu d élus. Comment motiver alors vos étudiants à poursuivre dans cette voie malgré ce constat? D. G. : Ils le savent, je ne leur ai pas caché la difficulté. Le déclic, pour la plupart, se fait par la présence et la rencontre de grands journalistes invités, comme Harry Roselmack, Jean-Marie Colombani ou encore Patrick Poivre d Arvor. Ils ne leur cachent pas qu il s agit, certes de montrer de la détermination, mais avant tout de travailler énormément. Leurs parcours et leurs expériences sont un exemple. Ils découvrent que l accès à ce métier reste possible pour eux, même si ces jeunes comprennent évidemment qu ils ne feront pas tous des carrières aussi prestigieuses. Tous les mois, les élèves ont un travail de synthèse à rendre, que je qualifie d indispensable à la réussite de cette préparation aux concours. Certains pensent qu ils n y arriveront pas. Cette année, trois jeunes sur vingt-sept ont pris conscience que le métier de journaliste n était pas fait pour eux. Quelles sont à votre avis les principales qualités qu il faut posséder pour participer à la formation de Médias et diversité, et devenir journaliste? D. G. : Le métier de journaliste exige avant tout d être curieux et d aimer les gens et cela, quel que soit le milieu, le métier ou la couleur politique. Il faut travailler à améliorer ses connaissances dans tous les domaines, posséder une bonne culture générale et enfin maîtriser un français correct. Pour entrer à Médias et diversité, il faut toutes ces qualités et surtout s accrocher, avoir soif d apprendre, être humble, posséder une concentration et une grande capacité d écoute. Ma grande satisfaction est de les voir tout donner pour devenir journaliste, mais aussi de constater qu une telle expérience peut être facilement reprise ailleurs par d autres journalistes, notamment de jeunes retraités qui ont envie de transmettre leur passion du métier. n Dominique Gerbaud en 5 dates 1970 / École supérieure de journalisme de Lille et IEP de Grenoble 1974 / Service politique de la Croix et Président de la Presse présidentielle (1991/1996) 1989 / Rédacteur en chef adjoint, éditorialiste Nouvelle République du Centre-Ouest 2000 / Retour à la Croix, grand reporter, puis rédacteur en chef 2009 / Président de Reporters sans frontières jusqu en Président de Médias et diversité, fondée avec Harry Roselmack Pour en savoir plus : mediasetdiversite.com numéro 49_ juin

6 nos réflexions livres PAR RÉMI JACOBS Musicien, musicologue, auteur et ancien directeur artistique EMI & Virgin Classics. 06 Partageons spectacles Quand les enfants de la Martinique devaient payer l impôt du sang Raphaël Confiant évoque dans ce roman, inspiré d une réalité méconnue de la Grande Guerre, le sort de ce «Bataillon créole» ayant enjambé l Atlantique pour aller grossir «en l Autre Bord» les rangs des tirailleurs africains et défendre dans la Somme, à Verdun et jusque dans les Dardanelles, les territoires des «Blancs-France». En termes savoureux truffés d expressions locales, il nous fait partager la souffrance de Man Hortense dont le fils unique, Théodore, a disparu au cours de la bataille de la Marne. Il nous fait vivre l inquiétude de la belle Lucianise sans nouvelles de son frère jumeau, et ressentir l angoisse d Euphrasie, la gentille couturière, guettant le facteur porteur d improbables lettres de son mari prisonnier des Allemands. C est au pauvre éboueur, Ti Mano, rescapé de l enfer avec une jambe en moins, qu il revient de raconter pudiquement les horreurs de la guerre. Au gré des accents tragi-comiques de cet émouvant et torrentiel récit, on découvre la dignité du petit peuple de ce qui était encore une colonie, demeuré fidèle à la mère-patrie. «Chantons en chœur l hymne créole, les Guyanais, les Antillais, sont fiers d être soldats français.». Raphaël Confiant, Le Bataillon créole, Mercure de France, 2014 L opéra saisi par la mondialisation La mondialisation est aussi une tendance qui touche les arts. La musique est de plus en plus affectée par ce phénomène. La musique du XIX e siècle vit apparaître des écoles nationales que le siècle précédent ne connaissait pas : école russe avec Glinka et Tchaïkovski, école tchèque avec Dvorak et Smetana, etc. Mais les décennies ont passé, les musiciens voyagent comme tout le monde et ne cherchent plus à épouser une esthétique locale. Des compositeurs argentins comme Martin Matalon ou Oscar Strasnoy étudient à l Ircam, la Finlandaise Kajia Saariaho vit à Paris, et on a pu entendre, lors du festival Présences 2014, la musique de plusieurs compositeurs français établis à Berlin (Fabien Lévy, Raphaël Cendo). Même constat pour les œuvres : un musicien français comme Pascal Dusapin écrit des opéras aussi bien sur des textes en français (Roméo et Juliette) qu en anglais (Faustus) ou en italien (Perela), un Hongrois comme Peter des jours nouveaux Eötvös compose à partir de livrets russes (Les trois sœurs) ou français (Le Balcon). Serait-ce à dire qu il n y a plus de styles nationaux? On parle pourtant beaucoup de l apport des Français PAR ANNE RODET Journaliste et ancienne présidente de la Presse musicale internationale. dans le domaine des musiques électroniques! Le compositeur Philippe Manoury nuance ce propos : «Les femmes asiatiques, par exemple, cultivent une esthétique chatoyante avec des sons miroitants (harpe, célesta). Les Français disent que les Allemands sont dans la douleur, les Allemands que les Français cultivent le plaisir». Les manières de composer résisteraient donc peut-être plus qu on le croit à l uniformisation infernale. On peut s en réjouir tant qu il existera de grands artistes pour affirmer leur personnalité individuelle. classique Hommage à Claudio Abbado et à Elisabeth Koehler Tous ceux qui aiment la musique ont appris avec tristesse la disparition de Claudio Abbado, magnifique chef d orchestre et grand humaniste. PAR CLYM Journaliste et président de l Académie du disque lyrique. Quand j ai appris la nouvelle, j ai ressorti de ma discothèque son premier coffret de disques vinyle où il dirigeait le Boston Symphony Orchestra dans les œuvres de Debussy et Daphnis et Cholé de Ravel. Né le 26 juin 1933 à Milan, il fut le premier du concours Metropoulos à New-York. Puis sa carrière devint éblouissante, à Milan bien sûr, mais aussi un peu partout dans le monde. Que de souvenirs avec lui, souvent à Salzbourg lors du fameux festival de Pâques. Je songe à un inoubliable Tristan et Isolde avec Ben Heppner dans le rôle titre, Déborah Polaski dans celui d Isolde, Matti Salminen dans celui du roi Marke, tandis que Maria Lipovsek incarnait Brangaine. Ce fut ensuite, toujours à Salzbourg, un superbe Boris Godounov ainsi qu un Otello avec Placido Domingo et Barbara Frittoli, sans oublier une fantastique deuxième symphonie de Mahler restée dans les mémoires, et du Mahler encore, sa direction de la Neuvième Symphonie, sans doute la plus belle depuis celle de Karajan. Homme si sympathique et surdoué, grâce à tous ses enregistrements, Claudio Abbado restera toujours près de nous. Elle sera également toujours avec nous, celle qui vient de nous quitter, notre chère Elisabeth Koehler, attachée de presse légendaire de la Deutsche Grammophon, qui se dévoua depuis si longtemps à la carrière d Abbado, de Karajan, d Ozawa, de Fischer-Dieskau et de tant d autres. Que de souvenirs avec cette grande vestale du disque, à Paris, Bayreuth, Berlin ou la Grange de Meslay. L Académie du disque que je préside a décidé de dédier son prochain palmarès à Claudio Abbado et à Elisabeth Koehler.

7 nos réflexions Avec Artips, recevez gratuitement des anecdotes culturelles En 2014, le Groupe Audiens a lancé la 1 ère édition du Prix de l Initiative numérique culture, communication, médias. Ce prix valorise et récompense des créateurs d entreprise, de start-up ou d association dont le projet vise à promouvoir des actions numériques significatives et innovantes au service de la culture, de la communication et des médias. Nous vous présentons aujourd hui l un des deux projets «coup de coeur» du jury, le projet Artips (Artly Productions) dont l objectif est de rendre l art et son histoire plus accessibles en termes de mobilité et de contenu. Saviez-vous que Mona Lisa a une sœur jumelle? Tout le monde connaît le fameux tableau de Léonard de Vinci. Pourtant, une autre œuvre a récemment été retrouvée... Elle était couverte de poussière et d un vernis noir mais tout le monde pouvait voir l incroyable ressemblance avec la Joconde. Une fois le vernis retiré, les experts se sont rendu compte que les deux oeuvres avaient bien été peintes au même moment et au sein du même atelier..., mais pas par le même peintre! Le second tableau était en fait une œuvre de son meilleur élève. Et comme elle avait été protégée par le vernis, elle donne à voir ce à quoi la véritable Joconde ressemblait, il y a 500 ans! Une trouvaille incroyable. Artips, envoie gratuitement des anecdotes artistiques. Chaque jour, recevez une anecdote décalée et mémorable à propos d œuvre d art, à lire en une minute seulement, sur votre ordinateur. De Michel-Ange à Dali, découvrez tous les secrets des grands maîtres sans avoir besoin de vous déplacer! Pour s inscrire, il suffit d une adresse sur La Fondation René Clément vient en aide à des techniciens du cinéma à la retraite La Fondation René Clément met à disposition de techniciens du cinéma à la retraite qui ne peuvent plus se loger convenablement trois appartements situés à la campagne, à une vingtaine de kilomètres de Bayonne. Chaque appartement, d environ 75 m², comporte un living avec cuisine américaine aménagée et deux chambres. Ces logements peuvent être occupés sans limite de temps et le loyer est gratuit. Tous les autres frais (électricité, eau, téléphone, assurance et taxe d habitation) sont à la charge des occupants. Une condition, il faut aimer la campagne et posséder une voiture. Pour plus d informations, écrire à : FONDATION RÉNE CLÉMENT - Chemin de Léonenborda Saint-Pée-sur-Nivelle numéro 49_ juin

8 notre quotidien Informations pratiques Le club de loisirs et de prévention, ABC, propose de nombreuses sorties et activités culturelles (voir en page 20). Vous pouvez également bénéficier d un parcours bien vieillir au Centre de prévention Turbigo Île-de- France, agréé par l Agirc-Arrco, alliant bilan de santé et activités collectives (voir en page 16). GÉRARD MONTFORT MACQUERON EXPERT MÉDECIN EN GESTION PSYCHIATRE, DE AUTEUR PATRIMOINE DE PSYCHO- ET GÉRANT LOGIE ASSOCIÉ DE LA SOLITUDE MESSINE AUX ÉDITIONS COURTAGE ODILE JACOB Déjouer les pièges de l isolement : «La place de la culture dans le bien vieillir est essentielle». la culture au service du bien vieillir L arrivée massive des générations du baby-boom à la retraite amène la société à réfléchir sur la question de l avancée en âge et sur les moyens de lutter contre ses effets négatifs. Entre prévention et prise en charge, Audiens pose la question de la place de la culture dans l adaptation de la société au vieillissement. Le point de vue du Dr Gérard Macqueron, médecin psychiatre. Comme le souligne le Dr Macqueron, «il est important de bien distinguer les notions d isolement et de solitude». L isolement est le fait d être seul tandis que la solitude est le sentiment d être seul. Les deux notions ne sont pas forcément liées. Une personne isolée est une personne qui a peu d échanges sociaux directs ou indirects (appels téléphoniques,...) mais cela ne veut pas dire qu elle vit mal cette situation. Par exemple, une veuve qui habite à la campagne peut être isolée mais ne pas se sentir seule si elle pratique des activités enrichissantes comme, par exemple, la musique, la peinture ou la lecture. À l inverse, une personne retraitée qui vit en couple peut éprouver un sentiment de solitude si les échanges avec son conjoint ou ses enfants ne sont pas jugés satisfaisants. Il convient d être vigilant car l isolement entraîne l isolement. Plusieurs facteurs peuvent être à l origine de l isolement explique le Dr Macqueron. En premier lieu, l éclatement de la cellule familiale lorsque les enfants habitent dans une autre région ou même à l étranger. Deuxième facteur, le manque de maîtrise des nouvelles technologies (téléphones portables, , messageries instantanées ou encore outils de visioconférence) qui permettrait de palier l éloignement géographique. Il existe également des causes sociologiques comme le cloisonnement des générations et l individualisme. Le réflexe du lien se perd avec le phénomène de désertification des campagnes mais aussi en ville, où souvent, les habitants d un même immeuble ne se parlent pas. Enfin, il y a les causes liées à la personne et à l altération des capacités physiques (problèmes de santé, 08 Partageons des jours nouveaux

9 «Les ateliers d écriture et la culture sont un moyen de stimuler mon esprit et de rester ouverte au monde.» Janine Krainik - 76 ans Retraitée depuis une dizaine d années, je me suis inscrite aux ateliers d écriture d Audiens, il y a 8 ans environ, pour rencontrer d autres personnes, et aussi, un peu par curiosité. Notre petit groupe se retrouve tous les mois avec une animatrice pour une séance d écriture de 3h30. Nous ne cherchons pas à égaler des écrivains confirmés ou à connaître des techniques littéraires compliquées, mais simplement à nous faire plaisir, en laissant courir notre imagination et notre plume, tout en nous amusant. Nous commençons par un petit exercice d écriture avec des mots imposés, choisis au hasard, puis nous poursuivons par la rédaction de textes plus complexes : poème, scénario, description d un tableau, etc. Ces ateliers sont l occasion de stimuler ma créativité. Je ne suis jamais restée devant une page blanche, car finalement, il est beaucoup plus facile d écrire qu on ne le pense. Sur le plan cognitif, cela impose de trouver le vocabulaire adapté à notre narration, de s exprimer clairement, de faire travailler sa mémoire et de s adapter à tous les styles d expression. C est une vraie gymnastique de l esprit! Même si on dispose de temps libre lorsqu on est en retraite, il manque souvent l élan pour entreprendre une activité. La tentation est alors grande de se replier sur soi-même. Vivre au travers de l écriture, la lecture, l art, tout le monde peut en faire l expérience. Pour moi, c est très important, cela m aide à établir des liens d amitié et à développer mon goût de la découverte. En un mot, cela me permet de rester ouverte sur le monde qui m entoure. troubles de la vision, difficultés à se mouvoir) qui entraînent une perte d autonomie et limitent les possibilités de sorties ou d activités. Il convient d être vigilant car l isolement entraîne l isolement. En l absence de lien avec l extérieur, la personne âgée aura tendance à se replier sur elle-même, à être déconnectée de la réalité, ce qui peut entraîner des conséquences plus ou moins graves pour sa santé. L aspect psychologique doit également être pris en compte car le renfermement sur soi peut générer des épisodes dépressifs liés au sentiment d être rejeté, mal aimé ou inutile. Cependant, il est important de ne pas stigmatiser les seniors, tempère le Dr Macqueron. Avec la perte des proches, la vieillesse isole, c est une réalité. Néanmoins, l avancée en âge est souvent à l image de la vie active. À moins d évènements marquants qui auraient modifié son «Les sorties culturelles sont enrichissantes et stimulantes.» Ghislaine Charlin, 67 ans. Je vis seule avec mon fils et mes petits-enfants que je garde, mais de façon temporaire. Je me suis inscrite au club ABC pour ne pas me trouver seule et pratiquer des activités que je n avais jamais eu le temps de faire jusqu à présent. Les visites culturelles sont toujours très instructives, surtout lorsque nous sommes accompagnés par un guide ou un conférencier qui nous fait part de la vie d un peintre ou d un sculpteur ou d anecdotes que nous n aurions jamais connues en faisant la visite seuls. D ailleurs, je préfère les visites en groupes pour cette raison. J ai fait plusieurs sorties l année dernière, dont celle de l hôtel Drouot qui m a beaucoup impressionnée, et je souhaite vivement participer à de nouvelles sorties. Je trouve ces visites enrichissantes et valorisantes. Elles me permettent de me sortir de mon quotidien. Je me sens plus dynamique et cela me permet de nourrir mes échanges avec mes proches. comportement, une personne qui est ouverte sur l extérieur continuera à l être, une fois à la retraite. Et le meilleur moyen de lutter contre l isolement est d anticiper l arrêt de la vie professionnelle et de bien préparer sa retraite. Pour Gérard Macqueron, «la place de la culture dans le bien vieillir est essentielle, en ce sens qu elle contribue à lutter contre les effets négatifs de l avancée en âge». Ainsi, elle stimule les fonctions cognitives. Assister à un spectacle, à une projection de film ou visiter une exposition induit une réflexion, une interaction avec le monde extérieur qui permet de sortir de la relation à soi-même. Cela permet également de relativiser ses inquiétudes quotidiennes, d accéder à une valeur supérieure de l être humain et donc de dépasser ses propres angoisses. La culture est aussi un formidable vecteur de lien social et, pour les anciens professionnels du secteur, de transmission. S inscrire à un club, aller à l opéra ou encore témoigner de sa carrière auprès de jeunes sont autant de moyens de développer son tissu relationnel et de rester actif. Aujourd hui, il existe une réelle volonté politique de faciliter l accès à la culture et de faire de la culture un vecteur d inclusion pour tous, y compris pour les publics dits «empêchés». n numéro 49_ juin

10 notre quotidien Choisir En savoir plus sur les directives anticipées Vous pouvez consulter la fiche sur les directives anticipées sur le site du ministère en suivant le lien les_directives_anticipees.pdf MARIE DE HENNEZEL AUTEURE, PSYCHOLOGUE ET PSYCHOTHÉRAPEUTE sa fin de vie, Les directives anticipées Marie de Hennezel, spécialiste du bien vieillir, évoque pour Jours Nouveaux l intérêt d écrire ses directives anticipées. «Nous avons le droit de refuser l acharnement thérapeutique et de recevoir les soins nécessaires pour ne pas souffrir» 10 Partageons À l occasion des séminaires sur «l art de bien vieillir» que j anime au sein d Audiens, j aborde les questions liées à la fin de vie. Car vieillir, c est aussi s approcher de sa mort. Et parmi les craintes que les participants à mes séminaires expriment, il y a celles qui concernent les conditions du mourir. Être plus au clair avec ce que l on souhaite pour soi-même, lorsqu on pense à sa propre fin, paradoxalement apaise. Il n y a pas pire angoisse que celle que masque le déni. Les gens qui disent ne pas vouloir y penser ne vivent pas mieux, au contraire! Comme le dit la sociologue Danièle Hervieu Léger, «le déni de la mort se venge en déni de la vie» : on vit mal, on vieillit mal, lorsqu on occulte le fait que l on est mortel. Nous avons le droit d écrire nos directives anticipées Je suis toujours étonnée, presque dix ans après le vote de la loi Léonetti, Droits des malades et fin de vie, que ma génération, celle des jeunes seniors soucieux de mourir dans la dignité, connaisse si mal les droits que nous avons. Quels sont-ils? Nous avons le droit de bénéficier de soins palliatifs si notre état le nécessite, de ne pas souffrir, d être soulagés au risque d écourter la vie, de bénéficier d une sédation si aucun moyen antalgique ne permet de soulager nos des jours nouveaux souffrances. Nous avons le droit de refuser l acharnement thérapeutique et de recevoir les soins nécessaires pour ne pas souffrir. Nous avons le droit de nous laisser glisser dans la mort et d être respecté dans notre refus d être alimenté de force, ce que beaucoup de personnes très âgées réclament. Nous avons enfin le droit d écrire nos directives anticipées et de désigner notre personne de confiance, pour le cas où nous ne serions pas en mesure d exprimer notre volonté. Seulement 2 % des Français ont désigné leur personne de confiance et rédigé leurs directives anticipées. Le cas de Vincent Lambert illustre bien le type de situation qui aurait pu être évitée si ce jeune homme avait désigné sa femme comme personne de confiance et s il avait écrit ses souhaits. Bien sûr, il était jeune et lorsqu on est jeune, on ne pense pas à la mort. Mais s il l avait fait, les médecins pourraient aujourd hui arrêter le traitement qui le maintient en vie. Quelles que soient les pressions familiales, ce sont ses directives qui seraient respectées. Cette histoire douloureuse devrait tous nous inciter à faire cette démarche. Désigner Marie de Hennezel anime les séminaires Audiens sur l Art du bien vieillir Les 8, 9, 10, 11 et 12 septembre 2014 à Hyères, et les 25, 26 et 27 novembre 2014 à Paris. Contactez Sandrine Delgrange au ou par mail : En 2013, elle publie aux éditions Robert Lafont Nous voulons tous mourir dans la dignité. notre personne de confiance, parler avec elle de ce que nous voulons, écrire nos directives. C est une démarche grave et responsable, mais une fois qu on l a faite, on se sent apaisé, plus léger. Seulement un Français sur deux nécessitant des soins de fin de vie en bénéficie Avant de réclamer une nouvelle loi sur la fin de vie, légalisant l euthanasie ou le suicide assisté, ne devrions-nous pas d abord peser de notre poids politique (les seniors représentent 40 % du corps électoral) pour que les lois qui existent soient appliquées, que les médecins écoutent la demande de leurs patients, qu ils cessent de s acharner lorsqu on souhaite en finir, qu ils soulagent et accompagnent. Seulement un Français sur deux nécessitant des soins de fin de vie en bénéficie. n

11 notre quotidien Audiens soutient les aidants familiaux Vous avez été nombreux à réagir à l article que nous avons publié dans le dernier Jours Nouveaux sur les aidants familiaux. Vous accompagnez une personne en situation de fragilité? Audiens est à vos côtés pour vous apporter aide et écoute : des interlocuteurs pour identifier vos besoins en termes d information, d orientation et d accompagnement. Téléphone : ; un soutien à l entourage avec, pour les aidants naturels, la possibilité de participer à des groupes de parole et de bénéficier de solutions de répit. Téléphone : ; ouverture d une résidence de vacances à Fondettes en Touraine permettant d accueillir aidant et aidé et de leur offrir une solution de répit. Téléphone : ; le «KFé Aide aux aidants» : un temps pour soi, un moment d échange, dans un lieu convivial, dédié aux familles ayant un proche en souffrance, gravement malade ou dépendant. Téléphone : Si vous souhaitez soutenir les actions de la Chaîne de l espoir, vous pouvez faire un don en contactant le Pour tout renseignement : Maintien à domicile, Audiens à vos côtés En complément des dispositifs d aides légales comme l APA ou la CARSAT et après notification de décision de ces organismes, Audiens peut participer aux frais d aide au maintien à domicile. Téléphone : Travaux d aménagement du domicile, autres dispositifs d accompagnement comme Sortir + (voir notre annonce dans l encart joint à ce magazine), chèques emploi service universel vous permettant de régler des prestations de service à domicile, là aussi, Audiens vous aide. Téléphone : La Chaîne de l espoir : la solidarité au service de la santé des enfants du monde La Chaîne de l espoir est une association à but non lucratif qui fédère des personnalités du monde médical, des professionnels de santé, des familles d accueil, des parrains et des donateurs au service de la santé des enfants du monde. Son action s articule autour de deux principaux modes d intervention : soigner les enfants (sur place ou en les faisant venir en France) et assurer l éducation et la bonne santé des enfants, notamment par des actions de parrainage. numéro 49_ juin

12 notre quotidien Nos chers Prochain colloque «Les chemins du deuil» Audiens disparus Le 15 novembre à la Maison de la Chimie, à Paris sur le thème «le deuil caché». Pour toute information, contacter Sarah Nicaise au ou à : L auteure de La dernière leçon nous a reçues dans son appartement parisien pour y évoquer ses chers disparus, les signes qu ils lui envoient, mais aussi le processus créatif que représente l écriture d un livre. En 2005, Noëlle Châtelet publiait le bouleversant récit autobiographique La dernière leçon où elle évoquait la fin de vie de sa mère, Mireille Jospin, ancienne sage-femme, sa décision de choisir sa mort et de préparer ses enfants à sa disparition prochaine. Elle nous livrait une réflexion sur la liberté de mourir mais aussi le portrait d une femme dotée d une grande force de caractère. En 2013, c est cette foisci avec un roman, Madame George, que l écrivaine revient sur nos chers disparus qui continuent de nous accompagner et nous envoient des signes apaisants, pour peu qu on veuille bien baisser la garde de notre rationalité, pour les accueillir. Dans votre roman Madame George, Jean-Marc, un psychanalyste a priori rétif aux phénomènes occultes, s y retrouve confronté malgré lui, par le biais de ses proches et de ses patients. Luimême basculera, lors d une visite dans la maison de George Sand à Nohant, dans une expérience qui le rapprochera de sa famille et de ses morts. Peut-on y voir un lien avec La dernière leçon? Noëlle Châtelet : C est en parlant de Madame George à mes lecteurs que je me suis rendu compte de ce lien. Depuis longtemps, je m aperçois que chaque livre nourrit un autre. Il est planté comme une graine, qui va germer ou non, dans le livre suivant ou plus tard. Une fleur ou une feuille arrivent. Le bourgeon s est transformé. C est cela pour moi le processus d écriture. Où est Mme George dans La dernière leçon? Je me souviens que lorsque j écrivais le livre, je m étais posé la question : «Maman, où vas-tu te mettre quand tu seras partie, dans quelle part de moimême?» Plus tard, c est dans mon ventre que je l ai sentie. Une rondeur très émouvante, sur laquelle j aimais à poser ma main. «Je te garderai toujours, je n accoucherai pas de toi». Et quand on connaît le métier de ma mère, sage-femme, c était parlant. Mais à un moment, il a fallu la laisser partir. C était 2 ou 3 ans après, en quelque sorte le second moment du deuil. De même encore aujourd hui, il me semble sentir la présence de mon mari (le philosophe François Châtelet, décédé en 1985, Ndlr) au-dessus de mon épaule droite, comme s il suivait mon écriture, parfois jusqu à son souffle Dans Madame George, un des personnages, Madame Mansour, une patiente de Jean-Marc, le psychanalyste, lui raconte sentir la présence de son mari chaque soir. Noëlle Châtelet : Madame Mansour est à mon avis le personnage le plus important du livre. Les rôles sont inversés car c est elle finalement qui fait «travailler» le psychanalyste. Elle lui explique que si on n a aucun signe des morts, c est qu ils sont vraiment morts. En parlant de son mari : «il s exprime à sa façon, avec ce qu il peut. Où est le bien, où est le mal si ces signes m apaisent?». L écriture se fait par bonds. Ce n est que bien après qu on prend conscience du chemin que l on a fait faire à un personnage. Tous ont un rôle à jouer pour faire trébucher Jean-Marc, pour qu il accepte de ne pas tout comprendre, de ne pas tout maîtriser. Je suis profondément rationnelle. En ce sens, une partie de moi est Jean-Marc, mais une autre part de moi accepte aussi le basculement vers l irrationalité. Pourquoi avoir situé une partie du livre à Nohant, dans la maison de George Sand? Noëlle Châtelet : J ai donné une conférence à Nohant, un 12Partageons des jours nouveaux

13 peu comme le psychanalyste du livre. Et j y ai ressenti une atmosphère étrange. J avais l impression que cette maison m était familière. J y suis revenue plusieurs fois (avec la complicité du conservateur du lieu) à qui j avais dit «si un jour j écris sur les esprits, c est dans cette maison de Nohant que je situerai l action.» Pour animer la maison, à l époque de George Sand, je me suis inspirée de la correspondance entre George Sand et Flaubert. Tout est vrai au mot près. La critique n a pas toujours bien compris Madame George. Le thème a surpris. Si l irrationnel n est pas permis aux écrivains, ce n est pas la peine de faire ce métier! Noëlle Châtelet : Les journalistes ne m attendaient pas là, ont-ils dit. Pourtant, si on en finissait avec nos certitudes, si on acceptait l inacceptable? Quand on est en perte d équilibre, on touche aux choses alors que quand on est enfermé dans sa raison, on reste imperméable. Pour approcher au plus près l humanité, il faut parfois poser les armes de la raison. Si l irrationnel n est pas permis aux écrivains, ce n est pas la peine de faire ce métier! Je suis proche du public, main dans la main avec mes lecteurs, dans une sorte de maïeutique. L écho du livre en eux m intéresse. Pour La dernière leçon, j ai accompagné le livre pendant deux ans, répondu à des centaines de lettres. Pour moi, l accompagnement du livre fait aussi partie du livre. Que diriez-vous du processus de deuil? Noëlle Châtelet : Chacun a sa propre histoire. En ce qui me concerne, pour mon mari, il m a fallu des années. Mais pour ma mère non, puisqu elle m a fait faire le deuil d elle avant sa mort : «Le deuil de moi est fait, nous l avons fait ensemble» m a-t-elle dit trois jours avant son départ choisi. Oui, ma mère a choisi de partir, dans un élan de vie, un dernier acte de vie. n L actualité de Noëlle Châtelet Madame George sort en livre de poche, collection Points. La dernière leçon : bientôt le film! En tournage pendant l été Avec Sandrine Bonnaire dans le rôle de Noëlle Châtelet et Marthe Villalonga dans celui de sa mère. Réalisatrice : Pascale Pouzadoux numéro 49_ juin

14 notre histoire Une nouvelle chronique dans le cadre du centenaire de la première guerre mondiale. Été 1914 : L information entre censure et propagande GÉRARD PATRICK MONTFORT ÉVENO EXPERT PROFESSEUR EN GESTION À DE L UNIVERSITÉ PATRIMOINE ET PARIS 1 GÉRANT PANTHÉON-SORBONNE ASSOCIÉ DE MESSINE HISTORIEN COURTAGE SPÉCIALISTE DES MÉDIAS «La propagande se nourrit de stéréotypes qui renforcent la cohésion nationale...» 14 L usage de la photographie se répand, tandis que la Linotype permet d accélérer la saisie des articles. Tirant ensemble 10 millions d exemplaires chaque jour, près de 300 quotidiens constituent la part essentielle du système d information en France. Il faut y ajouter de nombreuses publications aux périodicités diverses, ainsi que les actualités diffusées au cinéma. En effet, les deux principales firmes françaises (et mondiales) ont créé en 1909 et 1910 Pathé Journal et Gaumont Actualités, et proposent chaque semaine un récit de l actualité en image. La censure En dépit de la faible opposition à la guerre, la méfiance de l armée envers la presse, traditionnelle depuis Napoléon et renforcée par l affaire Dreyfus, est totale. Aussi, dès la mobilisation, le général en chef Joffre exiget-il l application de la loi du 9 août 1849 sur l état de siège et le vote d une nouvelle loi, adoptée à l unanimité par la Chambre des députés le 5 août 1914, «destinée à réprimer les indiscrétions de la presse en temps de guerre». Parce qu elle adhère à l Union sacrée, la presse accepte la censure préventive afin d éviter des sanctions a posteriori. L armée crée un Bureau de la Presse, qui exerce la censure sur les informations concernant les opérations militaires, mais aussi sur le moral des troupes et de l arrière et sur les jugements concernant le gouvernement et les politiques, considérés comme des personnages stratégiques, car ils incarnent la souveraineté et la défense nationales. Tous les articles et toutes les photographies ou gravures doivent être soumis au censeur militaire qui supprime des phrases, des articles ou des illustrations. Partageons des jours nouveaux Toutefois, la grande presse d information jouit d un régime de faveur, tandis que les quotidiens d opinion sont plus étroitement surveillés, plus souvent censurés, et parfois suspendus ou interdits. Georges Clemenceau, député et journaliste, modifie le titre de son quotidien de L Homme libre à L Homme enchaîné pour signifier à ses lecteurs que la censure retient sa plume. Les grands quotidiens parisiens, qui sont vendus dans toute la France ainsi qu aux armées, dominent le paysage de la presse : Le Petit Parisien, Le Journal, Le Matin, Le Petit Journal et L Echo de Paris vendent à eux cinq plus de 4 millions d exemplaires chaque jour. L armée est plus attentive à leur égard et plus proche d une démarche de négociation ou de séduction. La censure est étendue aux spectacles, aux chansons, aux affiches et au cinéma. Le «bourrage de crânes» Mais le public demande des informations ; l état-major est contraint de diffuser plusieurs fois par jour des communiqués faisant le point sur les opérations militaires. Les journaux les diffusent et peuvent enjoliver presque librement sur la teneur du message. Hélas, les communiqués sont bien souvent lacunaires, en retard et parfois mensongers. Dès le début de la guerre, l armée organise la propagande, qui tourne rapidement au «bourrage de crânes», selon l expression de l époque. Ainsi, le 24 août 1914, alors que les armées allemandes envahissent la France et que les soldats français se replient, Le Matin annonce par un gros titre «les cosaques à cinq étapes de Berlin» et brode sur cette «horde terrible de cavaliers montant sur des chevaux infatigables». Le but est de faire croire aux Français traumatisés par l avancée des armées allemandes qui atteignent bientôt la Marne qu à l Est, les Russes vont écraser les troupes du Kayser et desserrer l étau. En réalité, il n en est rien : les assauts russes sont vite stoppés par l artillerie allemande, mais l état-major a laissé croire que sa stratégie était la bonne. La propagande se nourrit de stéréotypes qui renforcent la cohésion nationale et l élan patriotique : les soldats français, chevaleresques et valeureux, défendent la civilisation le sourire aux lèvres et s opposent aux «Boches», féroces, sanguinaires et à demi barbares. Les «atrocités allemandes» deviennent ainsi un thème récurrent. Le supplément illustré du Petit Journal fait de ces scènes une spécialité : femmes fusillées, infirmières abattues, enfants maltraités, officiers assassinés d un coup de pistolet dans le dos, etc. Evidemment, la presse allemande n est pas en reste, il suffit d inverser les rôles. n

15 notre quotidien Le point Ces derniers mois, le gel des retraites de base et complémentaires a été annoncé. Jours Nouveaux fait le point sur ces mesures et la situation des régimes de retraite complémentaire. Dates de virement des prestations retraite Mardi 1 er juillet Vendredi 1 er août Lundi 1 er septembre Mercredi 1 er octobre Lundi 3 novembre Lundi 1 er décembre sur la non revalorisation des pensions de retraite Dans un contexte de restriction des dépenses publiques et de dégradation des comptes des régimes de retraite complémentaire, plusieurs mesures ont été prises ces derniers mois. Le faible niveau de croissance économique est la raison principale de cette situation. Le niveau de chômage très important que connaît notre pays impacte de manière négative le niveau des cotisations patronales et salariales qui alimentent les caisses de l État, d une part, et les caisses de retraite complémentaire d autre part. Retraite de base : non revalorisation des pensions de retraite du régime général jusqu en 2015 Le Premier ministre a présenté, le 16 avril, le détail du plan d économie de 50 milliards d euros pour la période Une économie de 11 milliards d euros est prévue sur les prestations sociales qui ne seront pas revalorisées pendant un an, parmi lesquelles, les pensions de retraite de base. Cette non revalorisation signifie que les pensions n augmenteront plus par rapport à l inflation jusqu en octobre Cette mesure concernera l ensemble des retraités, à l exception des bénéficiaires du minimum vieillesse, ce dernier continuant à être revalorisé. Retraite complémentaire : maintien de la valeur du point au 1 er avril 2014 A la mi-mars, les partenaires sociaux gestionnaires des régimes de retraite complémentaire des salariés du privé ont adopté les paramètres 2014 servant au calcul des retraites et des cotisations. Pour les retraités, au 1 er avril 2014, les valeurs des points sont maintenues à 1,2513 pour l Arrco (ensemble des salariés) et 0,4352 pour l Agirc (cadres). Le maintien des valeurs des points Arrco et Agirc à leur niveau de 2013 s explique par la faiblesse de l inflation et par le contexte du déficit des régimes de retraite complémentaire. Cependant l effort de rééquilibrage des comptes ne porte pas sur les seuls retraités puisque les cotisations pour la retraite complémentaire des salariés et des employeurs ont augmenté de 0,1 point depuis le 1 er janvier de cette année. Situation de déficit des régimes de retraite complémentaire Créés pour compléter la retraite de base des salariés du privé, les régimes Arrco (pour l ensemble des salariés) et Agirc (pour les cadres) ont longtemps été excédentaires. Mais depuis 2009, la crise économique et la hausse du chômage ont provoqué une baisse des cotisations sociales servant au financement des retraites, à l heure où les générations du baby-boom sortent de la vie active. Cette situation de déficit a conduit les régimes à recourir à leurs réserves, qui devraient s épuiser à l horizon C est pour préserver le système des retraites complémentaires que les partenaires sociaux gestionnaires de l Agirc et de l Arrco ont signé l accord national interprofessionnel du 13 mars 2013 définissant plusieurs mesures conservatoires. L accord prévoit, notamment, une augmentation des taux de cotisation contractuels de 0,10 point sur 2 ans, effort réparti entre les employeurs et les salariés, et une moindre revalorisation des pensions sur 3 ans, contribution des retraités au redressement des régimes. Les partenaires sociaux ont également prévu d engager une réflexion sur les orientations à moyen et long termes afin de pérenniser ces régimes basés sur la solidarité intergénérationnelle. n Être accompagné dans les moments difficiles Vous rencontrez des difficultés financières? Audiens peut vous aider, en fonction de votre situation. Contactez nos conseillers de l Accompagnement solidaire et social au «À l heure où nous bouclons ce magazine, le gouvernement a annoncé que les petites pensions ne seraient pas concernées par la non revalorisation des pensions. Le plafond au-dessous duquel celles-ci continueraient d être revalorisées serait fixé à euros mensuels, tous régimes confondus». numéro 49_ juin

16 centre de prévention Pour vous rendre au Centre de prévention Turbigo Île-de-France 29 rue de Turbigo, Paris 2 e n Métro Etienne Marcel (L4) et Réaumur-Sébastopol (L3 et 4) n RER Châtelet-Les-Halles (A, B et D) n Bus lignes 20, 29, 38, 47 n Vélib Sébastopol-Greneta n Autolib Paris/Saint-Martin Pour prendre rendez-vous : Le Centre de prévention Turbigo Île-de-France Des clés pour bien vieillir Le Centre de prévention Turbigo Île-de-France, agréé par l Agirc et l Arrco et dont Audiens est membre fondateur, est un centre de ressources en matière de prévention des risques liés au vieillissement. C est un lieu d expertise où vous-même, ou votre conjoint, pouvez évaluer vos besoins. Le Centre de prévention Turbigo Île-de- France est un lieu de promotion du bien vieillir qui privilégie une approche psychomédico-sociale, individuelle et collective. Vous pouvez y effectuer un parcours comprenant une évaluation individuelle visant au repérage et au dépistage des risques liés à l avancée en âge, ainsi que des activités collectives. Les coûts financiers du bilan sont pris en charge par les fonds sociaux Audiens Retraite Agirc et Audiens Retraite Arrco. Le bilan de prévention Ce bilan initial consiste en une consultation avec un médecin spécialiste de l avancée en âge et une consultation avec un psychologue clinicien. A l issue de cette évaluation, vous obtenez des informations détaillées sur les facteurs de risques, les moyens de les réduire et les actions de prévention personnelles à mettre en place. Le Centre de prévention propose également des bilans spécifiques : bilan mémoire, bilan postural, bilan nutrition, bilan audition, bilan autonomie. Les activités collectives Des conférences et des activités collectives sont proposées aux bénéficiaires des bilans : conférences thématiques gratuites, ateliers pratiques pour améliorer le bien-être, l équilibre ou stimuler ses capacités cognitives. Autant d activités qui concourent pleinement à renforcer la prévention et le maintien d une activité et la préservation du lien social pour les seniors. n 16 Nouveau : vous avez bénéficié d un bilan «bien vieillir»? Découvrez le programme d activités du Centre de prévention Turbigo Île-de-France. Partageons des jours nouveaux Le programme vous propose d assister, gratuitement, à un cycle de conférences sur les émotions dans la médecine chinoise, une conférence sur la gemmothérapie ou sur la perception de la société et des seniors à propos de l avancée en âge. Vous souhaitez vous libérer de vos tensions ou améliorer votre équilibre? Inscrivez-vous aux ateliers de sophrologie relaxation, de tai chi chuan ou de yoga. Vous préférez échanger avec d autres personnes ou stimuler votre mémoire? Les ateliers d écriture, les cafés littéraires ou les petits-déjeuners à thème répondront à vos attentes. Téléchargez le programme des conférences et ateliers du Centre de prévention Turbigo Île-de-France sur espace «Retraité», rubrique «Santé et Prévention» «Prévention Centres de prévention». Groupe Audiens 74 rue Jean Bleuzen Vanves Cedex RENSEIGNEMENTS Suivez toute l actualité du Groupe Audiens sur Facebook et Twitter. Centres de prévention partenaires d Audiens À PARIS Midi-Pyrénées Centre d information Centre de prévention et de prévention Turbigo Île-de-France Toulouse Midi 29 rue de Turbigo Pyrénées (Cedip) Paris 9 rue Matabiau Toulouse EN RÉGION Alsace Nord-Pas-de-Calais Centre de prévention Prévenlys Bien vieillir Alsace rue de Solférino 1 rue Georges Wodli lille Strasbourg Normandie Aquitaine Renouvance Centre de prévention 57 avenue de Bretagne Bien vieillir Aquitaine Rouen 8 Cours Tournon Bordeaux Pays de Loire Auvergne Centre de prévention Centre de prévention Pays de Loire - Nantes Agirc et Arrco 17 rue de la Noué Auvergne Bras de Fer 2 rue Pierre Boulanger Nantes Clermont-Ferrand Tél. : Tél. : Tél. : Provence-Alpes Bretagne Côte d Azur Centre de prévention Institut Régional Agirc et Arrco d Information et de Bretagne Prévention de la 5 rue louis Kérautret Sénescence (IRIPS) Botmel Immeuble le Nautile Rennes 25 av. de Frais Vallon Marseille Champagne-Ardenne Centre de prévention Rhône-Alpes Les Arcades Centre régional de 6 rue du Pont Royal prévention (CRP) Troyes 7 rue Jean-Marie Chavant lyon Languedoc-Roussillon Centre de prévention de Montpastel 2 place Paul Bec Montpellier Tél. : Tél. : Tél. : Tél. : Tél. : Tél. : Tél. : Tél. : Programme des conférences et ateliers avril-septembre 2014 Tél. : CDS - Bilans de santé Prévention. 01/2014 Photos : Thinkstock Après votre bilan de prévention, poursuivez votre parcours «bien vieillir» avec nos conférences et ateliers LES CENTRES DE PRÉVENTION Des clefs pour Bien vieillir La protection sociale professionnelle est une création continue Les Centres de prévention en région Retrouvez les coordonnées des centres de prévention en région dans la brochure Les Centres de prévention, des clés pour bien vieillir espace «Retraité», rubrique «Santé et Prévention» / «Prévention Centres de prévention».

17 notre quotidien «L association musique et tango est pionnière, elle transforme le quotidien des malades d Alzheimer, leur façon d être, les met dans une situation d avenir» ANNE BRAMARD-BLAGNY AUTEUR-RÉALISATEUR DU DOCUMENTAIRE LA MÉLODIE D ALZHEIMER ABB REPORTAGES C est en dansant le tango que Georges a rencontré sa femme Gisèle; danser avec Carolina Udoviko lui redonne goût à la vie. La Mélodie d Alzheimer: quand la musique et la danse redonnent vie à des malades d Alzheimer Les questions liées à la perte d autonomie, qu il s agisse du handicap ou de la dépendance, sont au cœur des préoccupations d Audiens vis-à-vis des seniors. Convaincu que la culture joue aussi un rôle dans le bien vieillir, Audiens a choisi de soutenir l initiative d ABB Reportages. Leur documentaire La Mélodie d Alzheimer met en lumière l importance de la musique et de la danse dans la préservation des capacités cognitives chez les malades. Retour sur un film porteur d espoir et de vie. Tout est parti d une intuition : et si la musique et la danse avaient un impact positif sur les malades d Alzheimer? Cette aventure réunit depuis plusieurs années, patients, bénévoles, artistes et scientifiques de l Inserm et du CNRS à l Abbaye de la Prée, lieu de rencontre entre des artistes en résidence et des personnes âgées en séjour hivernal. Elle a permis de constater, au travers d ateliers de mémoire, de chant et de tango, qu il était possible de mobiliser les capacités résiduelles des personnes au-delà de ce que l on pouvait imaginer. Alors que l on pensait que les maladies neurodegénératives provoquaient un déficit global et irréversible des capacités cognitives, on découvre que les patients sont capables de se souvenir des paroles de chansons et même d en apprendre de nouvelles. Les scientifiques se sont aperçus que la mémoire de la musique engage beaucoup plus globalement le cerveau que la mémoire du langage. Ce qui pose la question du bénéfice de la musique sur la prévention des maladies neurodégénératives. «L association musique et tango est pionnière» précise Anne Bramard-Blagny, la réalisatrice du documentaire. Les ateliers de tango permettent de travailler simultanément la marche, la posture mais aussi l équilibre et la conscience du corps, autant d éléments qui pourraient être utilisés dans la prévention des chutes et la stimulation des fonctions d équilibration. Au fil du documentaire, on découvre le pouvoir énorme de ces ateliers sur les résidents. «La musique transforme leur quotidien, leur façon d être, les met dans une situation d avenir» s enthousiasme, Anne Bramard- Blagny. Au-delà de l aspect médical, on découvre dans le documentaire des patients joyeux qui applaudissent, chantent et dansent, bien loin de l image de tristesse et d apathie souvent associée aux personnes atteintes de ces Retrouvez le film la Mélodie d Alzeimer sur audiens.org maladies. Selon Odile Letortu, gériatre et médecin coordinateur à la maison de retraite des Pervenches à Biéville Beuville, les résidents se sentent bien car les ateliers valorisent leurs capacités préservées, là où les tests habituels ont davantage tendance à mettre en lumière les capacités qu ils ont perdues. Au fil des séquences, le film invite le spectateur à porter un autre regard sur les personnes atteintes de maladies neurodégénératives. «On peut développer une relation extrêmement profonde avec les patients, dans l instant. L encodage ne se fait plus dans le cerveau mais ces personnes ont des envies et peuvent encore initier des projets dans le présent.» confie la réalisatrice. Ce documentaire, tout en poésie, conduit à s interroger sur les indispensables changements à apporter en matière de prévention, soin et prise en charge des patients atteints de maladies neurodégénératives, et ainsi à réfléchir à l évolution de la société et, plus globalement à la place de la culture dans une société confrontée aux défis de l avancée en âge. n numéro 49_ juin

18 centre de santé Le Centre de santé René-Laborie Audiens Pour une politique d accès aux soins pour tous Ouvert à tous les assurés sociaux, le Centre de santé René-Laborie Audiens est un lieu de prévention et de soins, doté d une équipe pluridisciplinaire de 100 praticiens. Il permet de bénéficier de soins et d examens dans la plupart des disciplines à des tarifs conventionnés. Le centre de santé met à votre disposition les services suivants : Un centre médical, Un centre d échographie, Un centre dentaire de 11 fauteuils, Un centre optique, Un centre d audition, Une pharmacie, Des soins infirmiers, Des soins de pédicurie, podologie, réflexologie plantaire. Le centre de santé accueille également un centre de prélèvement d analyses médicales et un centre de kinésithérapie et de rééducation. De nombreux avantages Le Centre de santé Audiens présente de nombreux avantages. Ainsi, vous bénéficiez d un dossier médical informatisé unique, de tarifs conventionnés secteur 1 pour les consultations. Et vous n avez pas à avancer les frais pour les actes nomenclaturés, grâce au tiers payant intégral si vous êtes ressortissant d un contrat santé Audiens Prévoyance, Mutuelle Audiens de la presse, du spectacle et de la communication. Les actions de prévention Le centre de santé est également mobilisé sur les actions de prévention. Il organise toute l année des actions dans le cadre des campagnes nationales de prévention de dépistage de l ostéoporose, des troubles cardio-vasculaires, du cancer du sein, des troubles de la mémoire, de l asthme ou encore de l audition n L actualité du centre de santé Comment vous rendre au Centre de santé René-Laborie Audiens? rue de Turbigo PARIS Prendre rendez-vous au ou sur n Métro Etienne Marcel (L4) et Réaumur-Sébastopol (L3 et 4) n RER Châtelet-Les-Halles (A, B et D) n Bus lignes 20, 29, 38, 47 n Vélib Sébastopol-Greneta n Autolib Paris/Saint-Martin 18 Partageons des jours nouveaux Bilan auditif gratuit Le centre acoustique d Audiens situé au 27 rue de Turbigo vous propose, en septembre et octobre 2014, un bilan auditif gratuit* et des essais d aides auditives** adaptées à votre trouble d audition. L audioprothésiste vous proposera de tester gratuitement une solution personnalisée et adaptée à votre mode de vie. Pour prendre rendez-vous, vous pouvez appeler dès maintenant au Si vous habitez en région, vous pouvez obtenir l adresse du centre d Audition Mutualiste le plus proche de chez vous au * Bilan à but non médical, sur simple rendez-vous ** Essais avec une ordonnance médicale Prévention du diabète Dans le cadre de la journée mondiale du diabète, la pharmacie mutualiste vous invite les jeudi 13 novembre et vendredi 14 novembre 2014, de 14h à 17h. À cette occasion, nous vous proposerons : conseils en diététique tests de dépistage présentation des différents lecteurs de glycémie disponibles en pharmacie Inscrivez-vous dès maintenant au Le dépistage est simple. Votre médecin traitant et votre pharmacien peuvent vous conseiller. Journées mondiales, le centre de santé se mobilise! 21 septembre, Journée mondiale de la maladie d Alzheimer 26 septembre, Journée mondiale du cœur 12 octobre, Journée mondiale de la vue 20 octobre, Journée mondiale de l ostéoporose 29 octobre, Journée mondiale du psoriasis 14 novembre, Journée mondiale du diabète Profitez des journées mondiales pour prendre rendez-vous avec un médecin spécialiste, cardiologue, ophtalmologiste, gériatre, rhumatologue, dermatologue, au ou sur

19 les solutions Audiens Santé, retraite, prévoyance, vie quotidienne : des solutions sur mesure pour les seniors. les solutions Audiens (Appel gratuit depuis un poste fixe.) Comment faire face aux accidents du quotidien? La vie quotidienne réserve son lot de surprises et certaines d entre elles ne sont pas toujours faciles à gérer faute de temps, d information ou encore de moyens. Pour vous aider à trouver une solution dans les moments difficiles, souvent synonymes d interrogation et de tension, plusieurs solutions existent au sein d Audiens en fonction de votre situation et de vos besoins. Formule + Avec Formule+, à partir de 5 par mois et sur simple appel à un numéro de téléphone dédié, vous êtes en contact avec un conseiller qui répond à vos questions administratives, juridiques mais aussi santé et vie pratique. En fonction de votre problématique, vous êtes mis en relation avec le professionnel compétent pour vous apporter la prestation nécessaire : aide-ménagère, garde d enfant, dame de compagnie, infirmier, service de coiffure à domicile, chauffagiste, plombier, jardinier, menuisier, serrurier, service de petite jardinage et de bricolage Vous avez ainsi accès à un réseau national de plus de professionnels, signataires d une charte de qualité et engagés à pratiquer des prix maîtrisés. Dans certaines situations, vous bénéficiez également de la prise en charge financière de tout ou partie de la prestation. Pour en savoir plus sur le contrat Formule+ : (appel gratuit depuis un poste fixe) FORMULE+Audiens Assistance et services à la personne 5 TTC /mois La solution 100% utile pour résoudre sereinement les problèmes de la vie quotidienne. L ACCOMPAGNEMENT SOLIDAIRE ET SOCIAL D AUDIENS Vous faites face à des difficultés financières liées à l aménagement de votre logement ou l acquisition d un matériel spécifique? Vous avez besoin d un soutien pour l intervention d une aide à domicile ou en tant qu aidant d un proche en perte d autonomie? L accompagnement solidaire et social d Audiens peut intervenir et vous aider sur un certains nombre de sujets en fonction de votre situation. Accompagnement Audiens Pour toute information, contactez-nous au Solution du quizz de la page 3 : Conversation secrète - Quand passent les cigognes - Le vent se lève - Entre les murs - Mission - Texas - 4 mois, 3 semaines et 2 jours - L affaire Mattéi - Padre Padrone - Un homme et une femme - Antoine et Antoinette - Underground - La leçon de piano - Messager - Pacific Express - Mademoiselle Julie - La vie d Adèle - La parole donnée - L homme de fer - Le troisième homme - Le tambour - Le monde du silence - Secrets et mensonges - Sous le soleil de Satan - Deux sous d espoir - La Dolce Vita - Le pianiste - Les meilleures intuitions - L enfant - La porte de l enfer - Le guépard - Le ruban blanc - Brève rencontre - Le salaire de la peur - Une si longue absence - La symphonie pastorale numéro 49_ juin

20 loisirs, santé, prévention avec Audiens Profitez de votre temps libre en rejoignant le Club ABC. Venez découvrir les activités proposées par le club de loisirs et de prévention d Audiens. Convivialité, bonne humeur et solidarité caractérisent ce Club. Les avantages liés à votre adhésion sont multiples : un accès à tarif réduit aux activités de loisirs (expositions temporaires, visites insolites, ateliers d écriture, de peinture, de relaxation, cours de Yoga, Qi Gong, conférences-débats ), la possibilité de participer à des actions de prévention telles que la gestion de nos sentiments, du geste et de la parole, des ateliers bien-être, naturopathie, des informations juridiques par téléphone : une équipe de spécialistes à votre disposition pour répondre à toutes vos interrogations dans de nombreux domaines de la vie courante (consommation, habitation, formalités administratives, social ), des formations informatiques (initiation, perfectionnement, Word, Excel, Internet) à tarif préférentiel, des randonnées pédestres où l animateur vous fait découvrir la faune, la flore et l histoire de la région traversée Alors n hésitez plus, venez vite nous rejoindre! Le montant de la cotisation annuelle est de 25 pour une personne ou de 40 pour un couple. CONFÉRENCE SUR LES IMPACTS DES NOUVELLES TECHNO- LOGIES SUR LA COMMUNICATION INTERPERSONNELLE Le Club ABC propose de nombreux débats et conférences sur des thématiques liées à la prévention et au bien vieillir. Au mois de juillet, une conférence sera consacrée à l impact des nouvelles technologies sur la communication interpersonnelle. À l heure d internet et des smartphones, peut-on préserver l authenticité de la relation? Cette conférence d une durée de deux heures, animée par la psychologue Françoise Jasmin, sera l occasion de vérifier si la citation d Honoré de Balzac : «Le comptoir d un café est le parlement du peuple» est bien d actualité. Venez nombreux! Informations pratiques : Jeudi 10 juillet à 14 h 30 Prix club : 10 / Prix parrainé : 15 Renseignement et inscription : ou (mardi, jeudi et vendredi de 9 h à 15 h). Coupon-réponse Club ABC. Vous souhaitez : recevoir notre programme d activités ; adhérer (je joins un chèque libellé à l ordre d ABC, de 25 [personne seule] ou de 40 [couple]). Nous vous remercions de remplir ce coupon et de l adresser à : ABC 29 rue de Turbigo Paris. Nom Prénom Adresse Code postal azzzerville Téléphone Mail

Vous accompagner pour bien vivre votre retraite. Retraite Santé et prévention Prévoyance et assurance de personnes Accompagnement solidaire et social

Vous accompagner pour bien vivre votre retraite. Retraite Santé et prévention Prévoyance et assurance de personnes Accompagnement solidaire et social Vous accompagner pour bien vivre votre retraite Retraite Santé et prévention Prévoyance et assurance de personnes Accompagnement solidaire et social Sommaire Pour Audiens, votre groupe de protection sociale,

Plus en détail

N 24 Strasbourg. des ateliers. «Au lieu d essayer d avoir la vérité, tu peux simplement être vrai.» Janvier 2012. Jacqueline-Marie Ganter

N 24 Strasbourg. des ateliers. «Au lieu d essayer d avoir la vérité, tu peux simplement être vrai.» Janvier 2012. Jacqueline-Marie Ganter N 24 Strasbourg Janvier 2012 let Tre des ateliers «Au lieu d essayer d avoir la vérité, tu peux simplement être vrai.» Jacqueline-Marie Ganter Chers amis lecteurs Les fêtes de fin d année passées, nous

Plus en détail

Appel à candidatures 2015

Appel à candidatures 2015 Appel à candidatures 2015 La Fondation Audiens Générations a été créée le 12 septembre 2007, sous l égide de l Institut de France, par Audiens, le groupe de protection sociale dédié aux secteurs de la

Plus en détail

ASSISTANT(E) FAMILIAL(E) DEVENEZ

ASSISTANT(E) FAMILIAL(E) DEVENEZ Le Département de Seine-et-Marne recrute et forme des assistants familiaux, un vrai métier au service des enfants et des adolescents. Édito L enfance est une période cruciale pour l épanouissement de l

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 : en bref Thème : La vie en banlieue parisienne Après une mise en route sur le début du film, les apprenants découvriront l

Plus en détail

ACTION SOCIALE ÉCOUTE, CONSEIL, SOUTIEN

ACTION SOCIALE ÉCOUTE, CONSEIL, SOUTIEN 1 ACTION SOCIALE ÉCOUTE, CONSEIL, SOUTIEN Être présent en cas de difficultés Prévenir et accompagner l avance en âge Soutenir les projets de vie Action sociale KLESIA L innovation sociale selon KLESIA,

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux new 3 12 2014 CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux est la déclinaison suisse du célèbre magazine français lancé en 1968. Alors précurseur sur la cible des 50 ans et plus, il est aujourd hui le

Plus en détail

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français Préface NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français et leur longévité augmentent bien plus que nous ne l avions imaginé depuis cinquante ans. Dans de nombreux domaines, on

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

Le Parlement et le Gouvernement

Le Parlement et le Gouvernement et chiffres clés 2 3 Le plus important régime de retraite Le cadre général Le système de retraite français, fondé depuis 1945 sur la technique de la répartition, repose sur la solidarité entre les générations.

Plus en détail

Discours d inauguration du Président de l association Le Fil d Argent / janvier 2012

Discours d inauguration du Président de l association Le Fil d Argent / janvier 2012 Discours d inauguration du Président de l association Le Fil d Argent / janvier 2012 Madame le Ministre, Monsieur le Préfet, Mesdames et messieurs les députés et sénateurs, Mesdames et Messieurs les élus

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

FNAR et UFR-rg. Rejoignez-nous pour la défense et la représentation des retraités et une protection sociale solidaire et durable

FNAR et UFR-rg. Rejoignez-nous pour la défense et la représentation des retraités et une protection sociale solidaire et durable FNAR et UFR-rg Rejoignez-nous pour la défense et la représentation des retraités et une protection sociale solidaire et durable Qui sommes-nous Pourquoi se mobiliser Questions d actualité Nos propositions

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONCLUSION

CHAPITRE 6 CONCLUSION 112 CHAPITRE 6 CONCLUSION Un randonneur sur une pente abrupte Don Mason/CORBIS 113 Manuel d éthique médicale Manuel d éthique Principales médicale Manuel caractéristiques d éthique médicale et de recherche

Plus en détail

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors DOSSIER DE PRESSE B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors Sommaire Page 2 : Le Prix B2V en quelques dates Page 3 : Un prix destiné à encourager l innovation sociale en matière d accompagnement du

Plus en détail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Document réalisé avec l aide de Philippe BIELEC, Ingénieur Conseil à la Direction des risques professionnels de la

Plus en détail

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France)

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) LES PERSONNES TRES AGEES EN SITUATION D ISOLEMENT Au préalable, quelle est la définition de «solitude» dans le petit Larousse

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 1 Portraits Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction Marjolaine

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 4 JUIN 2015 Demande et calcul de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour!

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! SOLUTIONS ENTREPRENEUR La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! Sophie B. Commerçante prévoyance épargne retraite ARTISANS, COMMERÇANTS, PROFESSIONS LIBÉRALES, INDÉPENDANTS......

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public

Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Préfon (Caisse nationale de prévoyance de la fonction

Plus en détail

Le Parrainage à la Croisée des Chemins Lundi 30 janvier 2012

Le Parrainage à la Croisée des Chemins Lundi 30 janvier 2012 Le Parrainage à la Croisée des Chemins Lundi 30 janvier 2012 Unapp - Apei de Lens et environs (www.apei-lens.org) L Apei de Lens et environs «Le Parrainage est une aventure humaine et une expérience unique»

Plus en détail

RESULTATS ENQUETE «MUSIQUES ACTUELLES» AUPRES DES 16/25 ANS DU VAL-DE-MARNE

RESULTATS ENQUETE «MUSIQUES ACTUELLES» AUPRES DES 16/25 ANS DU VAL-DE-MARNE RESULTATS ENQUETE «MUSIQUES ACTUELLES» AUPRES DES 16/25 ANS DU VAL-DE-MARNE INTRODUCTION Fin juin 2012, plus de 2 000 jeunes ont répondu à un questionnaire en ligne sur leurs loisirs. Quelques questions

Plus en détail

retraite prévoyance santé épargne assurances action sociale vacances www.probtp.com

retraite prévoyance santé épargne assurances action sociale vacances www.probtp.com retraite prévoyance santé épargne assurances action sociale vacances www.probtp.com UNE PROTECTION SOLIDE... PRO BTP est le groupe de protection sociale géré par les représentants des entreprises et des

Plus en détail

RELAIS MORTELS Mon Petit Éditeur

RELAIS MORTELS Mon Petit Éditeur Clémentine Séverin RELAIS MORTELS Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les

Plus en détail

NUMÉRO DOSSIER LA REMISE OFFICIELLE & LE 60 ÈME ANNIVERSAIRE

NUMÉRO DOSSIER LA REMISE OFFICIELLE & LE 60 ÈME ANNIVERSAIRE NUMÉRO 86 AOÛT 2012 DOSSIER LA REMISE OFFICIELLE & LE 60 ÈME ANNIVERSAIRE M le Hommage anonyme des Maîtres de Chiens Guides Même si le chien guide est une aide précieuse et efficace pour nos déplacements,

Plus en détail

l espoir et la vie plus forts que le cancer

l espoir et la vie plus forts que le cancer l espoir et la vie plus forts que le cancer Chaque jour, 1 000 nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués en France. Grâce aux progrès de la médecine, ce véritable fléau n est plus perçu comme une fatalité

Plus en détail

La dimension sociale en soins palliatifs, à domicile et en institution

La dimension sociale en soins palliatifs, à domicile et en institution Annick SOUDANT-ROQUETTE (DUSP Lille 1996-97, DIUSP Lille 2004-05) La dimension sociale en soins palliatifs, à domicile et en institution Table des matières 1.Ses missions...2 2. Le patient...3 3. La famille,

Plus en détail

Action sociale. Etre solidaire et responsable

Action sociale. Etre solidaire et responsable Action sociale Etre solidaire et responsable Un groupe solidaire et responsable Audiens est le Groupe de protection sociale de l audiovisuel, de la communication, de la presse et du spectacle. Retraite

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

Origine : site Internet de la Chambre de Métiers et de l'artisanat : cma-haute-marne.fr

Origine : site Internet de la Chambre de Métiers et de l'artisanat : cma-haute-marne.fr Origine : site Internet de la Chambre de Métiers et de l'artisanat : cma-haute-marne.fr OPÉRATION JEUNES-ARTISANAT Spécial entreprises POURQUOI CETTE OPÉRATION? La force économique d un pays, ce sont ses

Plus en détail

Délégation académique à l éducation aux médias

Délégation académique à l éducation aux médias Délégation académique à l éducation aux médias 1 5 En cette rentrée de l année 2015/2016, l importance de l Éducation aux médias et à l information dans la mobilisation de l École pour les valeurs de la

Plus en détail

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer en SOLO SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE dépendance la qui renouvelle la mutuelle ARTISANS, COMMerçANTS, professions LIBÉRAles, INDÉPENDANTS... Vous

Plus en détail

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS

NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE PREND SOIN DE VOUS NOTRE ACTION SOCIALE EN QUELQUES CHIFFRES * 35 délégations régionales 218 collaborateurs dédiés, dont 154 sur le terrain 12 500 membres d associations bénévoles

Plus en détail

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R)

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R) L Accompagnement des personnes âgées et des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer par différentes approches: - l haptonomie - le Sensitive Gestalt Massage)R( - la Réflexologie plantaire Préparé

Plus en détail

Bien vivre CLIC ENTOUR AGE. dans sa tête, dans son corps et avec les autres

Bien vivre CLIC ENTOUR AGE. dans sa tête, dans son corps et avec les autres CLIC ENTOUR AGE Centre local d information et de coordination pour les retraités Bien vivre dans sa tête, dans son corps et avec les autres Janvier à juin 2013 Activités de prévention - animation - aide

Plus en détail

Edito. Sandrine Vitali Adjointe chargée de la petite enfance

Edito. Sandrine Vitali Adjointe chargée de la petite enfance Edito Avec ses trois structures au service des parents d enfants en bas âge (multi-accueil, halte-garderie et relais assistantes maternelles), Sassenage se donne les moyens d accompagner au mieux les jeunes

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

Illustrations Aurélie Blard-Quintard

Illustrations Aurélie Blard-Quintard Devenir parent Groupe de travail et auteurs Sylvie COMPANYO (directrice de l École des Parents et des Éducateurs de la Région Toulousaine*) Nathalie COULON (maître de conférences en psychologie à l université

Plus en détail

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCES DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCES DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR 1 Le verbe 6: le passé composé avec avoir Mettez les verbes au passé composé, comme dans l'exemple. exemple: Hier, nous (manger)...chez les Durand. Hier, nous avons mangé

Plus en détail

Rapport de stage. Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard:

Rapport de stage. Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard: 1. Déroulement du stage Rapport de stage Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard: Tableau 1. Périodes de stage lieu date bilan Edition l amiénois du

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

Bob Mayer. Écrire un roman et se faire publier

Bob Mayer. Écrire un roman et se faire publier Bob Mayer Écrire un roman et se faire publier, 2008 pour le texte de la présente édition, 2014 pour la nouvelle présentation ISBN : 978-2-212-55815-9 Sommaire INTRODUCTION... 1 Outil n 1. Vous-même...

Plus en détail

Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE. Contact

Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE. Contact Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE Contact FENARA 20, boulevard de Grenelle 75015 Tél. : 01 45 77 94 04 info@fenara.org www.fenara.org 1 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Seniors en Vacances OFFREZ DU BIEN-ÊTRE À VOS SENIORS. Parce que les vacances, c est essentiel.

Seniors en Vacances OFFREZ DU BIEN-ÊTRE À VOS SENIORS. Parce que les vacances, c est essentiel. 2015 Seniors en Vacances OFFREZ DU BIEN-ÊTRE À VOS SENIORS Parce que les vacances, c est essentiel. Un outil innovant au service de vos politiques sociales Ce programme déployé par l ANCV depuis 2007 a

Plus en détail

PRIORITÉ AUX MÉTIERS DE BOULAN- GERIE

PRIORITÉ AUX MÉTIERS DE BOULAN- GERIE PRIORITÉ AUX MÉTIERS DE BOULAN- GERIE Service de conseil et d accompagnement à la personne 0 969 366 606 Le Square (Franck Benausse) + Boulangerie : Service de conseil et d accompagnement pour les apprentis,

Plus en détail

BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS

BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS ACADÉMIE DE STRASBOURG COLLÈGE FRANÇOIS TRUFFAUT CLASSE DE 3 e Entreprise BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS TEXTE D ÉTUDE Alex, un adolescent sans histoire,

Plus en détail

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012 M me Marie Desplechin et le Comité de pilotage de la consultation pour un accès de tous les jeunes à l'art et à la culture Ministère de la Culture et de la Communication 182, rue Saint-Honoré 75033 Paris

Plus en détail

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées Home Economics présentation de la politique du Conseil Général du Bas-Rhin en faveur des personnes âgées 18 octobre 2013 Mieux répondre aux

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Direction générale. Vous avez mal? Agissons ensemble!

Direction générale. Vous avez mal? Agissons ensemble! Direction générale Vous avez mal? Agissons ensemble! Vous avez mal? Vous redoutez de souffrir à cause d une intervention ou d un examen? Un de vos proches est concerné par ce problème? Cette brochure vous

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Définition de la maltraitance En 1987, le Conseil de l Europe

Plus en détail

Conception : F. Deglave, conseiller pédagogique, pour Mobiclic n 137

Conception : F. Deglave, conseiller pédagogique, pour Mobiclic n 137 N 137 NOVEMBRE 2011 LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE HISTOIRE ET TUIC SÉANCES D APPRENTISSAGE nombre de séances 5 durée de l activité 4h30 Séance 1 : le départ des soldats à la guerre en 1914 (durée : 1 heure)

Plus en détail

LIGNE MÉTIER PRODUCTION DE FILMS ET DESIGN DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER

LIGNE MÉTIER PRODUCTION DE FILMS ET DESIGN DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER LIGNE MÉTIER PRODUCTION DE FILMS ET DESIGN DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER La production de films et le design sont des activités en croissance malgré la crise. Les sociétés de production

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1 NOUVEAU TEST DE PLACEMENT Compréhension écrite et structure de la langue Pour chaque question, choisissez la bonne réponse parmi les lettres A, B, C et D. Ne répondez pas au hasard ; passez à la question

Plus en détail

Des garanties qui assurent l avenir

Des garanties qui assurent l avenir Des garanties qui assurent l avenir DéCèS ET PERTE D AUTONOMIE : protéger la famille face aux risques de la vie. Assureur, notre métier L OCIRP couvre les risques du décès et de la perte d autonomie, des

Plus en détail

8/10. Les parents au volant, des exemples pour leurs enfants? 45 % font de trajets de nuit. 33 % téléphonent au volant

8/10. Les parents au volant, des exemples pour leurs enfants? 45 % font de trajets de nuit. 33 % téléphonent au volant COMMUNIQUÉ DE PRESSE 18 décembre 2015 ÉTUDE FONDATION VINCI AUTOROUTES POUR UNE CONDUITE RESPONSABLE / IPSOS Les parents au volant, des exemples pour leurs enfants? À la veille des vacances de Noël, qui

Plus en détail

MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987)

MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987) 1 MESNIL-AMAR Jacqueline née PERQUEL (1909-1987) 1) Le témoin : Le témoin se nomme Jacqueline Perquel (nom de jeune fille). Elle est née le 23 avril 1909 à Paris. Elle est issue d une famille juive d origine

Plus en détail

LIVRET DE STAGE. (Séquence d observation en milieu professionnel) Du 18 novembre au 22 novembre 2013 COLLÈGE NICOLAS COPERNIC MONTMAGNY

LIVRET DE STAGE. (Séquence d observation en milieu professionnel) Du 18 novembre au 22 novembre 2013 COLLÈGE NICOLAS COPERNIC MONTMAGNY COLLÈGE NICOLAS COPERNIC Collège Nicolas Copernic 8, ruelle Marianne 95360 Montmagny : 01 39 83 46 17 : 01 39 8424 30 Site : www.clg-copernicmontmagny.ac-versailles.fr/ MONTMAGNY LIVRET DE STAGE Ce livret

Plus en détail

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Evaluation de la campagne 2012 1 Sommaire Introduction p.3 Méthodologie p.4 Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Pratiques d écoute - du public - fréquentation des lieux de musique

Plus en détail

L école de Musique à domicile

L école de Musique à domicile L école de Musique à domicile Musique Moderne Finies les contraintes d horaires et de transport pour les cours de musique. L Institut de Culture Musicale, association créée en 1988, facilite l accès à

Plus en détail

EHPAD. Quels soins palliatifs en EHPAD? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en

EHPAD. Quels soins palliatifs en EHPAD? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en Quels soins palliatifs en? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en Quels soins palliatifs en? Dr M. SALLAMAGNE 1992: «Faire du soin palliatif,

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

La souffrance totale des personnes en fin de vie.

La souffrance totale des personnes en fin de vie. LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. I) Concept de souffrance globale En Soins Palliatifs, on parle de souffrance totale, «total pain», c'est-à-dire qu il s agit d une approche globale de

Plus en détail

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication et Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Grand programme de service civique dédié à la culture «Citoyens de la culture»

Plus en détail

Groupe des Chalets Favoriser les échanges entre bailleur et locataires pour développer le vivre-ensemble Dossier de presse

Groupe des Chalets Favoriser les échanges entre bailleur et locataires pour développer le vivre-ensemble Dossier de presse Groupe des Chalets Favoriser les échanges entre bailleur et locataires pour développer le vivre-ensemble Dossier de presse Contact presse : agence mc3 T. 05 34 319 219 mc3@mc3com.com SOMMAIRE Changer le

Plus en détail

RÉSIDENCE LES REMPARTS AGEN

RÉSIDENCE LES REMPARTS AGEN RÉSIDENCE LES REMPARTS AGEN Résidence Les Remparts Je serais heureux de vous accueillir dans notre résidence située à proximité du canal du Midi, en plein centre ville d Agen. Notre établissement est adapté

Plus en détail

LANCEMENT DU GUIDE Entrepreneur responsable, pourquoi pas moi?

LANCEMENT DU GUIDE Entrepreneur responsable, pourquoi pas moi? LANCEMENT DU GUIDE Entrepreneur responsable, pourquoi pas moi? Vendredi 23 septembre 2011 à Bordeaux Dossier de presse de la Fédération Nationale des CREPI Contact presse : Guillaume BENOIT 06 19 47 37

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

2011 Informer, sensibiliser, dépister

2011 Informer, sensibiliser, dépister 2011 Informer, sensibiliser, dépister Le plan d actions Prévention plandeprevention4.indd 1 01/12/2010 15:06:23 Edito L a Mutualité Française Aquitaine est convaincue de la nécessité de prévenir, dépister

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne La dépendance Organisée par : Mutualité Française délégation départementale des Bouches-du-Rhône, URIOPSS PACA, PSP-Pôle Services à la Personne-PACA, CRESS PACA Date & Lieu

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

QUESTIONS REPONSES sur la REFORME

QUESTIONS REPONSES sur la REFORME QUESTIONS REPONSES sur la REFORME Age de départ à la retraite Je suis à la retraite. Est ce que je suis concerné par la réforme? Si vous êtes déjà à la retraite. Vous n êtes pas concerné par la réforme.

Plus en détail

Séjour RÉPIT pour les aidants de personnes en souffrance psychique

Séjour RÉPIT pour les aidants de personnes en souffrance psychique Retrouvez nos séjours sur le site : www.falret.org Séjour RÉPIT pour les aidants de personnes en souffrance psychique Séjour ÉCLIPSE pour les adultes en souffrance psychique Ce programme a été récompensé

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION SUR LA LIBRAIRIE INDÉPENDANTE DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 BIENVENUE Chez mon libraire, La librairie est un lieu essentiel de partage, qui valorise la richesse de notre

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

ANNONCE ORGANISATIONNELLE (AO)

ANNONCE ORGANISATIONNELLE (AO) Transmis à l équipe de la haute direction (ÉHD) seulement : Veuillez transmettre ce message à tout le personnel et tous les bénévoles de votre division et de vos filiales et régions ANNONCE ORGANISATIONNELLE

Plus en détail

Inventons l avenir ensemble. Fonds de dotation. de l École des Mines de Nantes

Inventons l avenir ensemble. Fonds de dotation. de l École des Mines de Nantes Inventons l avenir ensemble Fonds de dotation de l École des Mines de Nantes Imaginons et construisons l avenir ensemble Dans un monde hautement concurrentiel et globalisé, sujet à de profondes mutations

Plus en détail

MARS 2015. blu ray. jeux vidéo. cd dvd vinyles

MARS 2015. blu ray. jeux vidéo. cd dvd vinyles MARS 2015 dossier de presse 20 ans cd dvd vinyles blu ray jeux vidéo ÉDITO Cette année, l enseigne O CD fête ses 20 ans. C est l occasion de découvrir ou redécouvrir une chaîne de magasins originale, pionnière

Plus en détail

plasticien revalorisateur Electronic music producer

plasticien revalorisateur Electronic music producer plasticien revalorisateur Electronic music producer EgzoArtiste Ensuite, grâce à un QR code placé a l intérieur de chaque «box», un «beat» unique (musique instrumentale) est téléchargeable via l application

Plus en détail

Pour retourner un exemplaire papier du questionnaire de sondage. Par la poste : Par télécopie : 416 922-7538 Tricia Kindree

Pour retourner un exemplaire papier du questionnaire de sondage. Par la poste : Par télécopie : 416 922-7538 Tricia Kindree À l écoute des personnes touchées par la SP Sondage à l intention des proches d une personne qui est atteinte de SP ou qui a reçu un diagnostic de SCI et des aidants non rémunérés d une personne qui est

Plus en détail

Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR?

Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR? Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR? EN PROLOGUE Les personnes âgées qui doivent arrêter de conduire vivent

Plus en détail