E d i t h D e k y n d t

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "E d i t h D e k y n d t"

Transcription

1 E d i t h D e k y n d t P r o v i s o r y o b j e c t 0 3 U n e p o é t i q u e d e l a m a t i è r e o u l e t e m p s r e t r o u v é D. Moreau - DEA en Art actuel Exposition des images projetées - C. Dubois Cinéma expérimental actuel - L. Belloï Art vidéo et image numérique - M.E. Mélon

2 Je remercie vivement Edith Dekyndt et Pierre-Henri Leman, son compagnon et camarade de jeu dans le programme Universal research of subjectivity, de m avoir consacré du temps pour un entretien éclairant et chaleureux (d humanité et de café), d avoir par la suite répondu avec autant de disponibilité à mes questions complémentaires, d avoir mis catalogues, articles et extraits de vidéo à ma disposition ainsi que de m avoir autorisée à reproduire ici photos, CD-Rom présentant l ensemble du travail de l artiste (CD-Rom disponible en annexe, ainsi que l émission radiophonique de T. Génicot). Je remercie également Denis Gielen, commissaire de l exposition Le tableau des éléments présentée au Mac s au Grand-Hornu d août à décembre 2005, de s être également rendu disponible pour un long entretien aux accents poétiquement scientifiques et scientifiquement poétiques. Merci aussi à Benoit, pour sa traque infatiguable de toutes sortes de fautes : orthographiques, syntaxiques, stylistiques et typographiques. 2

3 Time present and time past Are both perhaps present in time future, And time future contained in time past What might have been and what has been Point to one end, which is always present. T.S.Eliot - Four Quartets Le temps présent et le temps passé Sont sans doute présents dans le temps futur Et le temps futur contenu dans le temps passé Ce qui aurait pu être et ce qui a été Renvoient à une fin toujours présente. 3

4 Sommaire 1. Expérimentation du provisoire 5 Provisory object 03 5 Provisory object 01 et 02 5 Histoire du processus 6 Projection et réception 7 Choix et motivation 7 2. Edith Dekyndt et le presque rien 9 3. Questions de temps 15 Définir le temps 16 Temps mesuré et illusion d un ralenti 16 Temps historiques 17 Temps physique, illusion et interprétation 18 Temps de l attention et de la tension 20 Temps de la couleur et du mouvement 22 Temps subjectif de l abandon 23 Temps symbolique 24 Temps réflexif et temps retrouvé 27 Bibliographie 31 Edith Dekyndt - Travaux 32 4

5 1. Expérimentation du provisoire Provisory object 03 Vidéo couleur 1. Durée : Kinshasa, Pas de bande sonore. L œuvre vidéo se compose d un seul plan-séquence fixe. Le champ visuel est occupé par un plan rapproché, filmé en plongée, cadré sur les deux mains d une personne de peau noire. La main gauche (sur l écran) entoure la droite, semblant la soutenir dans son action. Les pouce et index de la main située à droite forment un cercle fermé, à l intérieur duquel tourbillonne une pellicule d eau. 1 Le lecteur trouvera un long extrait de la vidéo sur le CD-Rom fourni en fin de document. Il pourra également y découvrir de nombreux autres travaux d Edith Dekyndt. Ainsi, la vidéo montre deux actions concomitantes. Celle de l énigmatique phénomène physique des turbulences d une pellicule d eau savonneuse capte principalement le regard : le mouvement de l eau affiche des vitesses différentes, un rythme changeant ; les couleurs de l irisation varient et, partant, la profondeur de champ dans le cercle même de la pellicule d eau. L autre action apparaît comme secondaire ; il s agit de celle du mouvement opéré par le corps de la personne, et plus précisément de ses bras, presque comme un balancement. Peut-être ce mouvement lui permet-il de garder la concentration de leur force sur le serrement des doigts. La vidéo se termine sur le desserrement des doigts et leur lâcher juste après l éclatement subi et la disparition de la pellicule d eau. La verdure aperçue dans la profondeur de champ laisse supposer que les actions se déroulent dans un environnement naturel, à l extérieur. Provisory object 01 et Provisory object 02 Provisory object 03 est la troisième vidéo d une série intitulée Provisory object. Les deux premières vidéos - Provisory object 01 et Provisory object 02 - se composent également d un seul plan-séquence fixe et d un cadrage serré sur un gros plan de deux mains. On y voit également les turbulences d une pellicule d eau savonneuse. Cependant, dans les deux cas, les mains qui contiennent cette pellicule appartiennent à une personne de peau blanche - ce sont les mains de l artiste dont on soulignera également l immobilité, elles se joignent pour former ici aussi un espace de forme approximativement circulaire. La scène est filmée de face, à l horizontale. 5

6 Dans Provisory object 01, les turbulences observées sont moins importantes que dans Provisory object 03 et la gamme de couleurs s apparente davantage au phénomène connu de la décomposition de la lumière dans l arc-en-ciel. Dans Provisory object 02, l irisation est minime et la pellicule, solidifiée, ne disparaît pas en éclatant mais en s envolant. Histoire du processus 1 Entretien avec l artiste, Tournai, 26 juin 2005 Edith Dekyndt raconte 1 qu un jour, en 1997, lui vient l idée d expérimenter le comportement de la lumière sur une bulle de savon. Filmant la scène, elle essaye d abord, dans son bac à vaisselle, d observer le comportement de la bulle dans différents objets, sans résultat suffisant. En transportant bac, objets et eau savonneuse sur sa terrasse, à l air libre, elle réalise qu elle peut mieux capturer le phénomène avec la vidéo dans des conditions atmosphériques particulières : un climat tempéré et un ciel clair. En plaçant l eau savonneuse au creux de ses mains, elle observe enfin que la température du réceptacle peut créer des variables dans le comportement de l eau ainsi que dans la durée de vie de la membrane ; c est la chaleur humaine qui lui est la plus favorable. Elle cherche alors le meilleur angle de vision et laisse sa caméra filmer. Provisory object 01 se termine quand la pellicule d eau éclate. En 2000, Edith Dekyndt se trouve dans la Baie d Hudson, dans le nord canadien, pour son projet Program for a cold place. Profitant des conditions climatiques très froides, elle décide de réitérer l expérience. Par -12, la membrane savonneuse de l eau portée à forte température se sodifie en gelant au creux de ses mains et s en détache. Provisory object 02 se termine quand la pellicule s envole. C est à Kinshasa, en décembre 2004, qu Edith Dekyndt pense à réaliser Provisory object 03. Sa technique vidéo a évolué mais surtout, elle croit que les conditions climatiques de plus fortes chaleur et humidité permettront un résultat différent. Elle désire aussi confier le rôle de contenant à une autre personne qu elle-même, de préférence noire car elle imagine que la texture, la chaleur et l humidité d une peau très différente devraient aussi apporter des variations dans le phénomène à observer. Les mains mises en scène dans cette vidéo sont celles d un étudiant congolais qui se montre d abord réticent : pour lui, l art vidéo n existe pas, il est immatériel ; faire tous ces essais ne sert donc à rien... Et pourtant, ces derniers permettent à Edith Dekyndt de constater que, en plus de tout ce qu elle avait pressenti, le resserrement de la pellicule savonneuse dans une 6

7 seule main amplifie aussi les effets de turbulence. Ces derniers sont encore accentués par le choix de l angle de prise de vue radicalement différent - la scène est filmée dos au personnage - non devant, et en plongée, ce qui rend la membrane visuellement beaucoup moins transparente. Cependant, l artiste n a pas pu empêcher (ou pas voulu) le jeune homme de bouger... Projection et réception Edith Dekyndt a choisi de montrer 1 cette pièce sur un moniteur, où que ce soit. Ce format de projection vient en effet au service de son ambiance intimiste puisqu il focalise davantage l attention du spectateur qu un grand écran. 1 Entretien avec l artiste, op cit. Juste après sa réalisation, Provisory object 03 est montré à Kinshasa. Dans ce pays riche en matières premières, la membrane savonneuse est perçue de manière métaphorique comme un bijou, un trésor et les mains comme un écrin protecteur. Mais la membrane est fragile puisqu elle éclate : les spectateurs y voient une évocation de la situation périlleuse du pays. Dans le contexte africain actuel, le public ne s interroge pas sur les aspects techniques et sur la véracité de ce qu il voit : les sensations premières délient plutôt la langue du signifié. En 2005, la pièce est projetée devant un public américain, à la Oswego University de New York. Les spectateurs, davantage immergés - voire noyés - dans le monde de l image, réagissent par l incrédulité : pour eux, ce qu ils voient là est de l image de synthèse. Eduqués à la surenchère médiatique visuelle, ils ne peuvent ni imaginer ni accepter que cette vidéo ne comporte pas d insert numérique, qu elle a filmé du réel en temps réel et qu elle est projetée en temps réel. Un homme plus âgé, ayant dépassé la soixantaine, raconte pour les autres les bulles de savon de son enfance. Ils n en ont jamais faites... Dans ce contexte où le virtuel l emporte souvent en vérité sur le réel, les mots sont devenus indispensables pour exprimer la magie du simple, remplaçant les sensations premières qui semblent avoir disparu. Choix et motivation J ai découvert Provisory object 03 lors de l exposition Le tableau des éléments, présentée au Mac s au Grand-Hornu d août à décembre 7

8 2005. Si j ai choisi ici d analyser cette vidéo, c est parce que j ai littéralement été sous son charme, hypnotisée pour ne pas dire quasiment envoûtée : je l ai regardée plusieurs fois d affilée, non avec un oeil analyste mais avec mon corps - événement rare et précieux, qui ne m était probablement plus arrivé depuis que, jeune adulte, j avais resquillé au cinéma en assistant quatre fois de suite à la projection de Shining, film d un tout autre registre mais qui avait révélé en moi une semblable intensité de sensations. 1 in A la rencontre d Edith Dekyndt - émission radiophonique de la série intitulée Le monde invisible, réalisation Thierry Génicot, production RTBF, décembre Le lecteur trouvera une copie de cette émission sur un CD fourni en fin de document. 2 Propos dégagés de mon entretien avec Denis Gielen, Grand-Hornu, 13 juillet 2006 J ai dès lors été surprise et confortée dans mon choix en entendant Raymond Balau, dans l émission Le monde invisible que Thierry Génicot a consacré à Edith Dekyndt, dire que pour lui Provisory object - il parle alors des deux premières vidéos de la série - est son travail le plus représentatif parce qu il met en exergue l écart irréductible entre deux surfaces corporelles : celle de la personne mise en scène et celle du spectateur, écart indispensable dans la relation d un corps qui parle au corps des autres 1. Lorsqu a lieu l installation de l exposition Le tableau des éléments au Mac s, l artiste et le commissaire - Denis Gielen - essayent plusieurs emplacements pour Provisory object 03. Dans ce parcours dont l enchaînement d oeuvres doit faire sens et ouvrir à la dimension poétique de la science, l oeuvre vidéo est finalement montrée sur un moniteur classique dans l habituelle petite salle de documentation, située géographiquement à peu près au centre du Musée. Le commissaire 2 considère cette pièce comme pivot de l exposition, non seulement pour sa concrétude mais aussi parce que sa fluidité et sa chaleur offraient une césure dans les caractéristiques de structure, symétrie, froideur des oeuvres qui venaient avant et après. C était une station dédiée à la vie dans un cheminement qui évoquait beaucoup la mort, quoique sans tomber dans la mélancolie. Il fallait donc pour cette oeuvre un lieu à son image, un lieu d articulation mais qui soit de repli, caché, confiné mais à découvrir. Son charme et la magie qui s en dégage semblent avoir séduit le public. Autour de moi, il n était pas rare que d autres personnes regardent plusieurs fois - ce qu a également observé Denis Gielen - et je ne crois pas que la durée de la projection suffise à l expliquer. J y vois plutôt la réponse au besoin de satisfaire un désir bien commun pour nous tous qui vivont souvent en accéléré : éprouver le plaisir du temps qui passe, fussent-ils tout deux (plaisir et temps) éphémères. Car le souvenir, lui, reste. 8

9 2. Edith Dekyndt et le presque-rien 1 Edith Dekyndt ne se considère pas comme vidéaste et dit utiliser la vidéo comme moyen de capturer le fugace, parce qu elle vit de manière relativement nomade 2, entre Tournai - son point de chute, Strasbourg - son point de travail comme enseignante, New York, Bruxelles, Winnipeg, Mexico ou Utrecht - ses points d errance, d exposition, d expérimentation, de travail comme artiste. Pierre-Olivier Rollin, directeur du BPS22 à Charleroi, se souvient qu en découvrant son travail en 1998 à l Espace L Escaut à Bruxelles, il l avait davantage perçu comme de la sculpture dont les états physiques de transformation étaient filmés 3. 1 L expression est empruntée à Vladimir Jankélévitch, «Le presque-rien», Premières et dernières pages, Ed. du Seuil, Paris, 1954 [1994] 2 Entretien avec l artiste, op cit. 3 in A la rencontre d Edith Dekyndt, op cit. Pourtant, même si l artiste utilise aussi la photographie, l installation et le son comme medium, elle a depuis longtemps fait de la vidéo son langage. Dès 1985, «elle réalisait des environnements avec le désir de mettre en avant la lumière et les plans en fonction de l espace et du spectateur 4» écrit Raymond Balau, architecte et critique d art. Les éléments qui feront l essence de son travail sont alors déjà inscrits : relation au monde par l environnement et l empirisme scientifique, relation à l autre qu elle veut transformer de récepteur en perceveur 5, par humanisme. Admiratrice de Piero Della Francesca à qui elle consacre une étude, elle investit la géométrie comme accès à la mise en situation d objets. Au début des années 1980, elle s essaye à la vidéo - encore analogique - parce que, dit-elle, «j en avais trouvé une pas chère sur une brocante et que ça m amusait 6». Naît alors une autre relation, déterminante pour faire exister et rendre visibles l impalpable, le ténu, l invisible, l éphémère : entre elle et la vidéo, s installe la vision moléculaire de l instant, celui-là même qu elle ne se lasse pas de voir chez Vermeer voir au sens d état et non d interprétation, comme le définit Wiggenstein. 4 in A la rencontre d Edith Dekyndt, op cit. 5 in Appréhension des invisibilités, Niel Minuk, in Universal research of subjectivity, plaquette sur la globalité du travail de l artiste, éditée par le BPS22-Charleroi à l occasion de l exposition personnelle d Edith Dekyndt intitulée Any resemblance to persons, living and dead, is purely coincidental, Entretien avec l artiste, op cit. Petit à petit, ses préoccupations formelles s estompent au profit du processus et de l expérimentation. Les objets, toujours présents, se manifestent davantage comme indicateurs d une «prise de note sur un quotidien éphémère et dense, qu il se loge dans l inframince ou l infraordinaire, soit entre les choses 7». Face à l obsession contemporaine de la réalité apparente, Edith Dekyndt oppose une patience active et se retranche dans les petits-riens : une tenture, une chaussure, une rondelle élastique, un aquarium, un pull, une brique de lait, une moisissure, une capillarité, une bulle de savon, deviennent le sujet d une interrogation. Que se passeraitil si?, voilà le début de l hypothèse qui réserve sa part à l aléatoire et fonde le paradigme du travail du laboratoire sans frontières dans lequel officie l artiste, plutôt que dans un atelier. Dans une économie de moyens, 7 in Substances volatiles, haut pouvoir de dispersion, Sandra Cattini, avril 2004, édité dans Universal research of subjectivity, op cit. 9

10 1 Entretien avec l artiste,op cit. 2 in Le travail se fait lorsque vous dormez, Rodney Latourelle, in Universal research of subjectivity, op cit. 3 in Appréhension des invisibilités, Niel Minuk, in Universal research of subjectivity, op cit. 4 in A la rencontre d Edith Dekyndt, op cit. celle-ci se frotte aux techniques des sciences expérimentales, essaye, recommence encore et encore, considérant que de toute façon une pièce n est jamais finie 1. «La critique subtile que fait Dekyndt des notions capitalistes de productivité, de science et de technologie, entretient le débat autour d une certaine notion commune à l art conceptuel, au minimalisme, à l Arte Povera et même à Fluxus. La rencontre avec l immédiat et le médiatisé, l emphase sur la perception du spectateur et sur le processus ainsi que la remise en contexte du quotidien, sont tous combinés de différentes façons dans son œuvre 2». Son projet est clairement subjectif, ses buts davantage poétiques qu objectifs. En investiguant dans le domaine de la perception et dans celui de l abstraction, elle développe la vision phénoménologique. Parce qu elle est à la recherche de l expérience esthétique profonde, elle ouvre des écrans sur des expériences - ancestrales, collectives, naturelles, lentes, liquides, gazeuses - inscrites dans l être de chacun de nous par la mémoire, les sensations, le psychisme, la synesthésie, écrans qui s ouvrent à leur tour sur nos expériences individuelles de sujet. Tenter de conjuguer ces deux formes différentes d être au monde - l infime et l intime - pour montrer leur complémentarité et leur union dans une approche de l infini relève de l intention métaphysique. En cela, elle propose aux spectateurs un travail exigeant, qui demande de l investir bien qu il soit en apparence simple. «Edith est apparemment à la recherche des significations fondamentales universelles 3», à la recherche d une vérité d avant la langue, une vérité première dans laquelle l individu n a pas besoin de son moi. On ne s étonnera donc pas d apprendre qu en 1999, elle fonde un collectif (non structuré) : Universal research of subjectivity. Explicite quant à la direction du travail artistique, cette appellation veut aussi dépasser le mythe de la personnalisation de l œuvre, qui selon elle n a plus de sens dans notre monde de rhizomes et de réseaux, même si le monde de l art en change difficilement. C est sans doute pour cela que l intuitif Denis Gielen l imagine plus tard en «dame âgée à la tête d une nébuleuse parce qu elle s efface de plus en plus, en tant qu elle-même 4». Quant à moi, je parie que son chemin de contemplation lui préservera malgré tout ses airs de jeunesse Cette discrète femme aujourd hui quadragénaire s avère paradoxalement bavarde : en une quinzaine d années, elle a réalisé un nombre impressionnant d œuvres - parmi lesquelles Worthlessness (1997) - série de 4 vidéos montrant les circonvolutions aériennes et poétiques d un sac plastique dans différents environnements, Star System (2001) - capture vidéo de la durée de la révélation de l image d un polaroïd-photographie d un quartier résidentiel hollywoodien, Alone at home (2001) - installation 10

11 vidéo qui donne à voir de l extérieur les riches effets lumineux produits par un téléviseur allumé dans la nuit, ou encore Program for a cold place (2000) - surprenante saisie vidéo de l explosion d une bouteille de lait en verre par -40. Le nombre des expositions auxquelles Edith Dekyndt a participé ou qui lui ont été consacrées n en est pas moins édifiant, de même que la quantité de villes essaimées sur le globe où elles se sont tenues 1. Pourtant, les textes consacrés à son œuvre restent rares 2 et la reconnaissance des institutions encore frileuse. Chez elle, pas d icônes médiatiques mais une nécessité de décantation, un investissement pour transmettre. Ceci explique peut-être cela 1 et 2 Le lecteur en trouvera une liste relativement complète respectivement en annexe et dans la section bibiographique, p

12 Worthlessness, 1997, installation de quatre vidéos, présentée en 2001 à la Biennale de Venise Slow object, vidéo, 1997 Star System, vidéo,

13 Alone at home, vidéo, 1999 Program for a cold place, vidéo, 2000 Ci-contre et ci-dessus : Any resemblance to persons, living or dead is purely coincidental, sound and video installation, BPS 22/Charleroi,

14 «L idée est la même, l idée que nous sommes faits pour l art, que nous sommes faits pour la mémoire, que nous sommes faits pour la poésie ou que, peut-être, nous sommes faits pour l oubli. Mais quelque chose demeure, et ce quelque chose c est l histoire ou la poésie, qui ne sont pas essentiellement différentes.» Borges, La Divine Comédie, in Conférences, Ed. Gallimard, 1985, p.16 14

15 3. Questions de temps Pourquoi s attacher à la notion du temps plutôt qu à celle du réel alors qu il est ici question de phénomène de perception? En premier lieu parce, comme le disait Nam June Paik : «La vidéo, c est le temps 1». «La technologie vidéo n est pas une technologie temporelle uniquement parce qu elle module la matière-temps. Elle l est également parce qu elle fonctionne toujours sur une durée. Car, à la différence du cinéma, elle n existe, à proprement parler, qu en direct, dans l événement 2». De plus, il me semble qu au-delà des apparences, Edith Dekyndt nous parle de l existence elle-même et que son sentiment viscéral de relation au vide et à ce qui n est plus la conduit à une réflexion concrète sur le temps. Son travail dit «le temps immémorial, le quotidien fugace et surtout l inéluctable transformation du vivant 3». Toute une série d oxymores peuvent qualifier son travail : prodondeur du superficiel, intérieur du dehors, extérieur du dedans, visibilité de l invisible, proximité de l éloignement, subjectivité de l universel, intime du collectif ou universalité du subjectif. Mais, en accord avec Denis Gielen, celui qui me paraît le mieux convenir à Provisory object 03 se formule dans un paradoxe temporel : contemplation active 4. Par la poétique de la condensation du fluide, cette vidéo ressuscite une substance vivante qui sous-tend tous les événements (qu ils soient anodins, comme ici, ou graves). C est un moment privilégié qui ouvre sur le déploiement psychique et les espaces intérieurs qui sont au fondement de la sensation de durée. 1 Cité par Maurizio Lazzarato, Paik et Bergson : la vidéo, les flux et le temps réel, in Vidéo topiques/ tours et retours de l art vidéo, catalogue d exposition, Ed. Les Musées de Strasbourg, 2002, p.27 2 Paik et Bergson : la vidéo, les flux et le temps réel, Maurizio Lazzarrato, in Vidéo topiques/tours et retours de l art vidéo, catalogue d exposition, Ed. Les Musées de Strasbourg, 2002, p.30 3 Ecoulements de Temps, Raymond Balau, in A+, Ed. Ciaud (Centre d information de l architecture, de l urbanisme et du design asbl), Bruxelles, juillet Oxymore emprunté à Denis Gielen, entretien avec lui, Grand-Hornu, 13 juillet 2006 Provisory object 03 est une machine à réinventer le temps, qui le réenchante en l affranchissant de son ordre. C est une machine à vivre intensément, non dans la vitesse mais dans la lenteur, dans un temps à l état pur. C est un fugitif qui ouvre à l intemporel et qui appartient pourtant bien à son époque : celle de la vidéo et du numérique. Cette oeuvre est aussi une adresse à l autre, une oeuvre ouverte au sens où l entend Umberto Ecco. Oeuvre construite, elle engage le spectateur dans un cheminement qui le conduit - s il le veut bien - vers une transformation, par étapes temporelles. S inscrivant dans la forme sociale de l art, elle appartient à l art relationnel 5. Elle montre l essentiel dans l infra-mince qui se cache entre l objectif et le subjectif, ce dernier voguant dans une multiplicité de temps : passé, présent et futur. Son dynamisme du bougé met non seulement la matière en mouvement mais aussi l Autre, inscrivant ainsi plusieurs trajectoires à travers la dimension du temps et de l Etre : celui que nous étions et que nous n avons jamais cessé d être, celui que nous sommes, et celui que nous serons. 5 Expression empruntée à Nicolas Bourriaud et aujourd hui admise communément dans le monde de l art pour qualifier toute démarche artistique qui entend conduire le spectateur à une participation à l oeuvre et un échange avec elle. Esthétique relationnelle, Ed. Presses du réel,

16 Définir le temps Héraclite, Aristote, Saint Augustin, Newton, Kant, Niezsche, Bergson, Einstein, Heidegger, Hegel, Jankelevitch : de tous temps, philosophes et scientifiques n ont eu de cesse de tenter de définir le temps, montrant ainsi combien la tâche est ardue mais surtout qu elle reste une question de point de vue. Combien de temps dure l instant? secondes, selon la constante de Planck? Le temps est-il objectif ou subjectif? Sommes-nous prisonniers du temps? De combien de dimensions le temps est-il fait? Entre le temps métaphysique et le temps de l inconscient, quelles différences? Y a-t-il un temps de l imaginaire? Que peut-on affirmer du temps, si ce n est que pour l humanité, il passe. La temporalité - au sens du temps de la conscience selon Bergson - est le mode d être de l homme, sa façon d être-au-monde, son exister. Temps mesuré et illusion d un ralenti Provisory object 03 est une vidéo dont la durée n était pas prédéterminée. Par définition, elle a été tournée en temps réel mais n a subi aucune modification de temps : ni coupure, ni montage, ni inversion, ni ralenti. Pourtant, a posteriori et sachant d évidence - même sans en connaître le minutage, par habitude de vivre dans la temporalité - que son format horaire est court, certains spectateurs dont moi-même restent étonnés que ce qu ils ont vu dure aussi longtemps, voire imaginent que la scène a été filmée au ralenti. «Le commencement de la réflexion philosophique, pour les hommes d aujourd hui comme pour ceux d antan, a été l étonnement.» Aristote, Métaphysique, Livre 1 Partie 2 1 Y aura-t-il copropriété dans l espace des données?, Bill Viola, in Vidéo, Communications n 48, Paris, 1988, p.72 Essayer d expliquer ce phénomène fait appel à la notion d espace. C est comme si le temps de vie du contenu - la membrane savonneuse, en adoptant un autre rythme, se détachait du temps de vie du contenant - la personne dont la main forme un creux, un vide. L impression d illusion est probablement renforcée par la présence de deux mouvements différents, deux actions entre lesquelles notre regard doit choisir pour se concentrer : les turbulences de la membrane d un côté et de l autre, le mouvement du corps. La préférence est accordée à la première, sorte «de topologie du temps qui s est rendu accessible 1», d autant plus que le visage qui aurait permis un processus d identification, a disparu dans le hors-champ. 16

17 En finalité, c est la pellicule-écran, imprimée par l image, qui offre un cadre temporel. A l expérimentation d abord, en lui permettant de passer du conditionnel (et si...) au présent : c est la vidéo qui filme et enregistre. A l expérience de la vision ensuite, en lui imposant un double temps. Un temps réel : c est le DVD et l écran qui projette l objet vidéographique doublé d un temps distendu : c est l écran-pellicule au creux de la main. A la décantation ensuite, procédé réflexif qui se réfère au souvenir encadré, qui ne pourrait avoir lieu si le cerveau n avait imprimé l image. En vidéo, le concept de temps réel va plus loin que la temporalité chronologique. S opère en effet un dédoublement du temps. «Les technologies de la vision (...) nous libèrent de la subordination du temps au mouvement et elles nous donnent un accès à une expérience directe du temps. Ce mouvement libéré de tout mobile est le temps non chronologique, le mouvement intensif, temps de l événement. Ce mouvement capable de prolonger le passé dans le présent et de l ouvrir à l avenir est un présent qui est (...) la coexistence du passé et du présent et leur continuel passage, le temps qui fair surgir le mouvement, qui ouvre (...) des virtualités inédites. L instant est ici un devenir, qui, au lieu d être passivement enchâssé entre le passé et le futur, devient germinatif et développe des coordonnées ontologiques 1». 1 Paik et Bergson : la vidéo, les flux et le temps réel, Maurizio Lazzarrato, in Vidéo topiques/tours et retours de l art vidéo, catalogue d exposition, Ed. Les Musées de Strasbourg, 2002, p.32 Temps historiques En référant aux gestes de l enfance, Provisory object 03 met en scène un double temps historique : collectif et subjectif. Avons-nous tous joué à faire des bulles de savon dans notre jeunesse ou, si nous sommes restés jeune, plus tard aussi? On aimerait répondre par l affirmative mais l exemple de la réception américaine de la vidéo 2 montre que ce n est pas le cas. Cependant, ne fût-ce qu en évoquant le tableau de Manet 3 ou les récits de nos parents et grands-parents, il est possible de dater historiquement la période durant laquelle la bulle de savon représentait un des favoris parmi les rares jeux des enfants. D autre part, pour tous ceux parmi les spectateurs qui eurent le bonheur de souffler dans une pipe à bulles, la magie a conservé le souvenir bien prégnant. Aussi, en regardant cette oeuvre, ils évoquent consciemment (en silence pour eux-mêmes ou en fanfare!) un moment de leur passé personnel, à l instar de Proust et sa madeleine. 2 Cfr supra p. 7, paragraphe 3 3 Les bulles de savon, Edouard Manet,

18 Cette vidéo ressemble à une peinture, un tableau : écran LCD et technologie numérique obligent. C est la texture liquide de notre présent historique qui donne à voir et dans laquelle notre oeil plonge d y être habitué. 1 Cfr supra p. 7, paragraphe 2 Enfin, Provisory object 03 véhicule l histoire de l Afrique, et son présent. Sa réception à Kinshasa 1, au Congo, a mis en lumière le passé de la colonisation qui a exploité les richesses du sol, appauvrissant le pays rendu à l esclavage. Elle a aussi mis son présent de l indépendance politiquement difficile en évidence : le pays détient encore assez de matières premières mais, faute de moyens, ne peut s en enrichir financièrement. Le minerai et son image se retrouvent dès lors investis par le peuple congolais et sa mémoire collective, d un lourde charge symbolique. Temps physique, illusion et interprétation 2 «La turbulence désigne l état d un fluide, liquide ou gaz, dans lequel la vitesse présente en tout point un caractère tourbillonnaire : tourbillons dont la taille, la localisation et l orientation varient constamment. (...) Elle apparaît lorsque la source d énergie cinétique qui met le fluide en mouvement est relativement intense devant les forces de viscosité que le fluide oppose pour se déplacer.» Encyclopédie Wikipédia lien url : 3 Cette partie de l exposé traitant du phénomène physique de la turbulence s inspire largement du texte de la 177ème conférence de l Université de tous les savoirs, donnée le 25 juin 2000 par Uriel Frisch et intitulée La turbulence. Ce texte est consultable en ligne à l adresse suivante : http: //www.obs-nice.fr/etc7/utls/index.html Malgré la teneur hautement scientifique de son propos, j espère n en avoir trahi ni les informations ni leur sens. 4 Dessin de Léonard de Vinci illustrant des recirculations à l aval d un élargissement brusque, reproduit dans l article référencé ci-dessus. Provisory object 03 présente deux phénomènes physiques conjoints mais dissociables : d une part, les turbulences et d autre part, l irisation, par décomposition de la lumière. La turbulence 2 titille les scientifiques depuis longtemps et reste mystérieuse malgré leurs efforts. Jusqu à présent, ni la physique classique, ni la mathématique, ni la mécanique des fluides ni la théorie quantique des champs ne sont parvenues à expliquer la turbulence au moyen d une formule avérée 3. Pourtant, l enjeu est de taille, notamment pour la météorologie et ses prévisions. Pour preuve, l annonce en 2000 par la Fondation Clay au Collège de France de l octroi d un de ses sept prix d un montant d un million de dollars à ce défi (qui n a pu être à ce jour, semble-t-il, relevé). On trouve des turbulences un peu partout : les volutes de fumée d une cigarette, les arabesques de la crème versée dans le café ou encore, dans l Univers primitif, les fluctuations de densité qui donnèrent naissance aux grandes structures de l Univers actuel, comme les amas de galaxies. Il semble que ce soit Léonard de Vinci qui, le premier, nomma de l italien turbolenza les mouvements complexes de l eau ou de l air, donnant ainsi au mot une nouvelle signification qui fit disparaître la précédente : mouvements désordonnés d une foule, troubles (du latin Turba qui veut dire foule). Fin observateur, il en dessina les volutes mais aussi les structures, mettant ainsi en exergue par la représentation leur caractère chaotique 4. Précisément, la théorie du chaos montra plus tard l aspect non prédictible des turbulences, en tout cas à 18

19 des régimes de turbulence développée. De son côté, la théorie quantique des champs a mis l accent plus récemment sur les ruptures observées dans le mouvement des tourbillons. La mathématique, quant à elle, a démontré que l accélération de la turbulence est proportionnelle au carré de la vitesse et qu au terme d un temps non prévisible mais fini, le fluide explose (aujourd hui, la mathématique s efforce de trouver la formule du liquide parfait, c est-à-dire de celui qui n explose pas ou dont la viscosité empêcherait l explosion...). Ce petit détour par la science permet de dégager plusieurs caractéristiques observables dans les turbulences de la membrane savonneuse de Provisory object 03 et qui, connues, autorisent à dévoiler et surtout tenter de saisir son mystère. En effet, c est bien de mystère dont il s agit et nous pouvons constater qu il reste entier, ce qui motive une attirance irrésistible chez toute personne, qu elle soit portée sur le scientifique ou non - le mystère étant doté d un pouvoir de séduction peu contestable au vu de l engouement du public pour les films narrant des histoires d inconscient, occultes, fantastiques ou de science-fiction. Si la pellicule savonneuse de la vidéo d Edith Dekyndt connaît des turbulences, c est parce que l eau confinée par les deux fines couches de savon qui la composent s écoule, suite à un mouvement imprimé au départ. Retenons également la caractéristique de la rupture. Le mouvement de l eau en accuse de nombreuses, marquant des ruptures de temps et des variations de vitesse. Je crois donc pouvoir déduire que le chaos issu de la conjugaison de ces dernières et qui imprime des actions différentes et identifiables au liquide contribue à la sensation d un temps distendu, d une durée plus longue que le temps réel. Enfin, une observation minutieuse de la vidéo conduit à constater qu en effet, la vitesse du mouvement de l eau s accélère de plus en plus jusqu à l explosion. L autre phénomène concerne l iridescence qui rappelle les couleurs de l arc-en-ciel. Cependant, contrairement à Provisory object 01, les «Il y a des illusions d optique dans le temps comme dans l espace.» Marcel Proust A la recherche du temps perdu couleurs ici présentes s en éloignent progressivement au rythme de l accélération des turbulences, pour se confiner dans une palette plus tellurique, soit dans la gamme chaude des bruns et des rouges, coupée du blanc de l écume. Plusieurs éléments expliquent cette différence. D une part, sachant que le phénomène d irisation trouve son origine dans «les interférences entre les rayons se réfléchissant sur la surface extérieure de la bulle et les rayons se réfléchissant sur la surface intérieure de la bulle 1», il est aisé de déduire que, dans le cas de Provisory object 01, l ouverture opérée par la jonction des deux mains jointes crée une surface de 1 in Bulle de savon, article de l encyclopédie wikipédia, lien url : 19

20 réception de la lumière quasi équivalente en bas qu en haut, donc beaucoup plus large dans le bas que dans Provisory object 03, où la seule main resserrée comme un entonnoir - qui plus est, entourée par l autre main - diminue considérablement la superficie, soit également le passage des rayons lumineux et offre à ceux qui y parviennent l environnement sombre de la peau noire. En outre, le choix du point de vue pour la capture de la vidéo influence cette donnée, puisqu il favorise une moindre incidence de la lumière qui aboutit à un effet beaucoup moins transparent et brillant de la membrane savonneuse 1. 1 Johannes Vermeer, La Laitière, vers , Rijksmuseum, Amsterdam 2 Johannes Vermeer, L art de la peinture, vers 1665 Cette vidéo met le temps en lumière - et ce n est pas seulement selon l expression consacrée mais littéralement - et en matière. Se pose ici la question de l instantanéité. Edith Dekyndt admire le travail de Vermeer. Elle sait que pour ressentir l impression de l instant en en regardant un tableau (un des plus exemplatifs de cette sensation étant sans doute La Laitière 1, avec son filet de lait qu on voit littéralement couler), il est bon de se placer à la bonne distance - c est-à-dire à la même que celle du peintre lorsqu il le peignait 2, travaillant avec une camera obscura. Sans doute est-ce pour cette raison qu elle a tenu, lors de l exposition Le tableau des éléments, à projeter sa vidéo sur un moniteur standard alors qu il était disposé au fond d une salle étroite mais profonde. Vermeer rendait aussi ses scènes réelles en mettant la focale sur ses personnages principaux par un travail sur la lumière et la lenteur de la contemplation. Le mystère qu elles contiennent fait écho à la sensualité de la matière picturale, épaisse et laiteuse. Edith Dekyndt elle aussi joue avec la lumière : les rayons lumineux viennent de la gauche et créent l irisation de la membrane. Ils mettent également en évidence la partie intérieure de la main resserrée, plus claire par nature et plus réceptive à la lumière, qui forme ainsi par contraste avec la tonalité plus sombre du reste de la main un pourtour à la matière savonneuse, comme le sable, par exemple, le fait autour d un point d eau dans le désert. Ainsi, la membrane se détache visuellement, et bien que naturelle donc réelle, elle passe pour de l image de synthèse d un insert numérique. La trame de la vidéo fait de cette scène un tableau vivant, sensation renforcée par la sensualité des éléments naturels et par leur texture : le bouillonnement visqueux de l écume, le grain et les sillons de la peau (accentués par son caractère foncé) et le flou des brindilles d herbe dans la profondeur de champ. Temps de l attention et de la tension Bien que ne représentant pas la camera obscura, ce tableau illustrant le peintre en situation de travail donne une idée de la distance. Provisory object 03 est composé de deux gros plans emboîtés : celui cadré sur les mains contient celui de la pellicule en mouvement. Pour 20

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Dossier artistique Rebecca Bowring

Dossier artistique Rebecca Bowring Dossier artistique Rebecca Bowring Mon travail est non seulement un travail de photographie, mais également un travail qui traite de photographie. De la photographie comme technique et technologie et les

Plus en détail

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution.

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution. Trait et ligne I La ligne me fascine. Le trait qui relie ou qui sépare Qui déchire le néant et marque une trace Qui me fait entrer dans l univers des signes. La ligne avance, Elle indique une direction,

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions.

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Ces quelques lignes ne rendent pas compte d une expérimentation organisée à priori mais d un changement de pratique qui demeure en évolution.

Plus en détail

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 Introduction Afin de traiter les notions d Espace privé-

Plus en détail

Galerie de photos échantillons SB-910

Galerie de photos échantillons SB-910 Galerie de photos échantillons SB-910 Ce livret présente différentes techniques du flash SB-910 et des exemples de photographies. 1 Fr Franchissez un cap dans l univers de l éclairage créatif Révélez les

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à Le Pavé Mosaïque «Mais à quel jeu jouent donc les francs maçons sur cet échiquier dessiné à même le sol du Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à la

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D. Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros

Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D. Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros PRESENTS : - KISS Jocelyne et VENCESLAS Biri de l institut

Plus en détail

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire La construction du temps et de l espace au cycle 2 Rappel de la conférence de Pierre Hess -Démarche de recherche: importance de se poser des questions, de chercher, -Envisager la démarche mentale qui permet

Plus en détail

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE Musée des beaux-arts de Brest 1 Les objectifs : - Comment percevons-nous les couleurs? Quel rôle joue le cerveau? - Comprendre les choix et les procédés de création

Plus en détail

NON MAIS T AS VU MA TÊTE!

NON MAIS T AS VU MA TÊTE! La compagnie Lucamoros présente NON MAIS T AS VU MA TÊTE! et autres images (portrait volé, face à face) Spectacle sans paroles et en 3 tableaux pour un peintre-clown et sa toile Compagnie Lucamoros 1 Premier

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme Lucile Cognard S identifier à son symptôme Dans notre milieu analytique, l expression est connue : «s identifier à son symptôme». D où vient-elle, que recouvre-t-elle? C est la question que je me suis

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DU COACHING

LE GRAND LIVRE DU COACHING Sous la direction de Frank Bournois, Thierry Chavel et Alain Filleron LE GRAND LIVRE DU COACHING Préface de Raymond Domenech, 2008 ISBN : 978-2-212-54052-9 Faire école sans être une École Au terme de cet

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 :

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 : Module 04 : le sommeil Module 04 : le sommeil Ce module comprend les sections suivantes : Messages clés Problèmes de sommeil courants Les médicaments et le sommeil Conseils provenant de familles sur les

Plus en détail

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle)

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Petit mémoire Déroulé des séances de musicothérapie réceptive collective au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Damien GONTHIER Formation aux techniques psychomusicales, corporelles et vocales Musicothérapie

Plus en détail

ANALYSE D UNE OEUVRE DE ROBERT COMBAS. Bony - Richard - Gwladys - SImon - Megane Kouamela Rapenne Le Roy Bareyt Tandin

ANALYSE D UNE OEUVRE DE ROBERT COMBAS. Bony - Richard - Gwladys - SImon - Megane Kouamela Rapenne Le Roy Bareyt Tandin ANALYSE D UNE OEUVRE DE ROBERT COMBAS Bony - Richard - Gwladys - SImon - Megane Kouamela Rapenne Le Roy Bareyt Tandin RAPPEL du brief Par groupe, nous nous sommes rendus au CAPC, le musée d art contemporain,

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

«Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre»

«Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre» «Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre» Cet exposé vous est présenté par Liliane Gordos,Stéphanie Natalis, Bernadette

Plus en détail

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer BUT : Etudier les synthèses additives et soustractives Comprendre la notion de couleur des objets COMPETENCES : Rechercher et trier des informations

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E

D O S S I E R D E P R E S S E Dossier de presse Contact Presse & Publicité : Frédérique Meler 06 61 43 30 95 contactpresse@retrouve-moi.fr pub@retrouve-moi.fr Chef de Projet : Joëlle Le Roch 06 62 98 10 12 La Société des Fées - 3 rue

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Comment Réussir sa vie par la PNL

Comment Réussir sa vie par la PNL 1 Comment Réussir sa vie par la PNL Condensé de la conférence de Didier Pénissard 1 Ce compte-rendu à été réalisé par Françoise (membre du club) et au nom du groupe, je la remercie chaleureusement Nous

Plus en détail

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL Charles WOEHREL TRAITÉ de PERSPECTIVE d Architecture Intérieure Éditions VIAL SOMMAIRE Introduction.... 6 I. LA SENSATION DE PERSPECTIVE... 9 1. Les stimuli... 10 Présence de notre corps à l espace...

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours!

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours! Learning by Ear Environnement 06 Energies renouvelables Texte : Richard Lough Rédaction et idée: Johannes Beck Introduction Bienvenue dans notre série d émissions Learning by Ear, consacrée à l environnement.

Plus en détail

La question suivante était bien sur comment créer un groupe d étude avec des compagnons distants de plusieurs milliers de km? La réponse fût: Skype.

La question suivante était bien sur comment créer un groupe d étude avec des compagnons distants de plusieurs milliers de km? La réponse fût: Skype. Je voudrais partager avec vous l expérience de notre groupe d étude avec la technologie Skype. Pour autant que je sache c est le premier groupe d étude à utiliser Skype hebdomadairement et d une manière

Plus en détail

Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1

Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1 Le compas dans l œil! Jean-François Maheux 1 Qui n a pas déjà essayé de dessiner une table ou une chaise? Si vous ne vous souvenez plus très bien du résultat, prenez tout de suite un bout de papier et

Plus en détail

le «Yoga psychologique», créé par Nicolas Bornemisza.

le «Yoga psychologique», créé par Nicolas Bornemisza. MÉTHODE IT Libérations des Images intérieures - Images de Transformation Présentation de la méthode de Nicolas Bornemisza La méthode IT a été co- créée par Marie Lise Labonté et Nicolas Bornemisza. Elle

Plus en détail

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Bruno Pompili Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Nous avions cru que c était vrai, et que les sculptures de Jean-Pierre Duprey étaient définitivement perdues. Un

Plus en détail

Luc Baptiste. Le village et enfin. Bleu autour

Luc Baptiste. Le village et enfin. Bleu autour Luc Baptiste Le village et enfin Bleu autour À Édith et Jean Baptiste, mes parents À mon fils Enki image C est une femme dure et triste qui marche dans la cour d un domaine, comme on dit en Allier. Une

Plus en détail

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Fiche pédagogique Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Le public : Adultes Niveaux intermédiaires avancés (B1 et +)

Plus en détail

L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck

L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck > Exposition L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck Entretien avec Chandra Rajakaruna de la fondation Mona Bismarck À l occasion des festivités organisées pour le 60 e anniversaire

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

La Chronique des matières premières

La Chronique des matières premières La Chronique des matières premières Céréales, minerais ou pétrole, les ressources naturelles sont au cœur de l économie. Chaque jour de la semaine, Dominique Baillard informe du cours des matières premières

Plus en détail

Comment voit-on les objets qui nous entourent? À la découverte de la lumière. Cécile de Hosson, avec la collaboration de Véronique Delaye

Comment voit-on les objets qui nous entourent? À la découverte de la lumière. Cécile de Hosson, avec la collaboration de Véronique Delaye CCOLLEGE YCLE 3 CCYCLE 3 OLLEGE Comment voit-on les objets qui nous entourent? À la découverte de la lumière Cécile de Hosson, avec la collaboration de Véronique Delaye Éditions Le Pommier, 2009 Objectifs

Plus en détail

N 6 Du 30 nov au 6 déc. 2011

N 6 Du 30 nov au 6 déc. 2011 N 6 Du 30 nov au 6 déc. 2011 LA SÉANCE D ACTU DE LA SEMAINE L article choisi de la semaine : Es-tu plutôt roman, BD, conte ou poésie? FICHE ÉLÈVE LES MOTS DE LA SEMAINE ACTIVITE 1 : JE ME RAPPELLE Voici

Plus en détail

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a Epithète et Person a Marionnettes habitées et déshabitées. Epithète et Person a i!(mouton de vapeur) i! -Jeux de masque sur, dans, avec, contre le masque! -Corps qui «fait face»! -Personnages échappés

Plus en détail

Qu est-ce qui différencie une bonne photo d une mauvaise? Trois éléments sont importants : La composition L éclairage La qualité et la résolution

Qu est-ce qui différencie une bonne photo d une mauvaise? Trois éléments sont importants : La composition L éclairage La qualité et la résolution PRENDRE DE MEILLEURES PHOTOS 101 Par Lesley Ouimet Rien de plus facile que de prendre une photo numérique, mais c est un peu plus difficile de prendre une bonne photo numérique. Qu est-ce qui différencie

Plus en détail

Elisabeth Vroege. Ariane et sa vie. Roman. Editions Persée

Elisabeth Vroege. Ariane et sa vie. Roman. Editions Persée ARIANE ET SA VIE Elisabeth Vroege Ariane et sa vie Roman Editions Persée Ce livre est une œuvre de fiction. Les noms, les personnages et les événements sont le fruit de l imagination de l auteur et toute

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Les mathématiques du XXe siècle

Les mathématiques du XXe siècle Itinéraire de visite Les mathématiques du XXe siècle Tous publics de culture scientifique et technique à partir des classes de 1ères Temps de visite : 1 heure 30 Cet itinéraire de visite dans l exposition

Plus en détail

Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013

Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013 DOSSIER DE PRESSE Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013 What is that word known to all men, Huile sur toile, 150 x 90 cm, 2013 17, rue des Filles-du-Calvaire

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS :

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : Tania Mouraud : Glamour-ing, 2000 C est un film vidéo qui montre un acteur de théâtre qui se maquille avant d aller sur scène. Ça se passe en Inde. L acteur

Plus en détail

La danse contemporaine à la maternelle

La danse contemporaine à la maternelle La danse contemporaine à la maternelle «Quand une image présente ne nous fait pas penser à des milliers d images absentes, il n y a pas d imagination» G.Bachelard Danse et Arts visuels-a partir de Matisse-Ecole

Plus en détail

Pourquoi? Caroline Baillat CPC EPS Céret / Elisabeth Maroselli CPC EPS P3 Page 1

Pourquoi? Caroline Baillat CPC EPS Céret / Elisabeth Maroselli CPC EPS P3 Page 1 Pourquoi? Pour enrichir l'imaginaire et la créativité C'est le moyen privilégié pour que l'enfant ne reste pas au niveau d'images mentales stéréotypées mais aille vers d'autres modes originaux de représentation.

Plus en détail

Les 6 sous-stades. La période sensori-motrice. Le stade réflexe. Coordination main/bouche. Du réflexe au schème: exemple du réflexe de succion

Les 6 sous-stades. La période sensori-motrice. Le stade réflexe. Coordination main/bouche. Du réflexe au schème: exemple du réflexe de succion Les 6 sous-stades La période sensori-motrice La construction de l intelligence à partir des sens, de l action et des déplacements I. Stade réflexe du premier mois II. Stade des réactions circulaires primaires

Plus en détail

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET Éclairage naturel L5C 2009/2010 Aurore BONNET Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus L ENSOLEILLEMENT

Plus en détail

les 3-4-5 octobre et 8-9 novembre 2014

les 3-4-5 octobre et 8-9 novembre 2014 Danielle SOLEILLANT FORMATRICE & ANIMATRICE DE SEMINAIRES P.E.A.T. certifiée par Z. MIHAJLOVIC SLAVINSKI p r o p o s e les 3-4-5 octobre et 8-9 novembre 2014 Formation aux systèmes PEAT à Paris Activer

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE La 1ère architecture industrielle distinguée par l UNESCO Inscrite au Patrimoine Mondial par l UNESCO depuis 1982,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION SUR LA LIBRAIRIE INDÉPENDANTE DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 BIENVENUE Chez mon libraire, La librairie est un lieu essentiel de partage, qui valorise la richesse de notre

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

BO 11 juin 2008 Découvrir le monde Découvrir le vivant. et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonctions.

BO 11 juin 2008 Découvrir le monde Découvrir le vivant. et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonctions. BO 11 juin 2008 Découvrir le monde Découvrir le vivant Ils (les élèves) découvrent les parties du corps et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonctions. Le goût Objectifs : Reconnaitre les

Plus en détail

Les cours sont donnés par Mme Ania Freindorf ania.freindorf@gmail.com - http://aniafreindorf.photoshelter.com/

Les cours sont donnés par Mme Ania Freindorf ania.freindorf@gmail.com - http://aniafreindorf.photoshelter.com/ Le STU organise des cours de photographie donnés par un photographe professionnel. Ces cours seront organisés par groupe de 6 personnes maximum. Les cours sont en français et anglais (suivant les participants).

Plus en détail

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles RWANDA NEWS AGENCY GRANDS LACS HEBDO La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles Tuesday, 05 March 2013 17:49 by Gakwaya André La Fondatrice de l Edition Bakame au Rwanda

Plus en détail

Suis-je toujours le même?

Suis-je toujours le même? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Suis-je toujours le même? Introduction Avant de répondre à la question, il faut comme toujours en philosophie bien en comprendre le problème. Le " je suis " fait

Plus en détail

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05. GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.2015) LE PROJET DÉTAILLÉ Présentation générale Graver la Paix

Plus en détail

001_004_VIVRE.qxd 21/07/2008 15:35 Page 1 Vivre avec soi

001_004_VIVRE.qxd 21/07/2008 15:35 Page 1 Vivre avec soi Vivre avec soi Du même auteur aux Éditions J ai lu Papa, maman, écoutez-moi vraiment, J ai lu 7112 Apprivoiser la tendresse, J ai lu 7134 JACQUES SALOMÉ Vivre avec soi Chaque jour... la vie Les Éditions

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

Tux Paint. 1. Informations générales sur le logiciel. Auteur : Bill Kendrick et l équipe de développement de New Breed Software

Tux Paint. 1. Informations générales sur le logiciel. Auteur : Bill Kendrick et l équipe de développement de New Breed Software 1. Informations générales sur le logiciel Auteur : Bill Kendrick et l équipe de développement de New Breed Software Version : 0.9.13 Licence : GPL Date de parution : octobre 2004 Environnement requis :

Plus en détail

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Service d animation spirituelle et d engagement communautaire au primaire «Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Séquence de 5 rencontres en classe Estime de soi au préscolaire 1

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

Composition et couleur en photographie

Composition et couleur en photographie Harald Mante Composition et couleur en photographie Adapté de l allemand par Volker Gilbert Groupe Eyrolles, 2012, pour la présente édition, ISBN 978-2-212-13460-5 1. Point, ligne oblique, cercle, contraste

Plus en détail

- Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants - Lecture de textes documentaires

- Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants - Lecture de textes documentaires Titre de l atelier : Les vers de terre Domaines d activité Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants Lecture de textes documentaires Motsclés Vers de terre Vie du sol Compétences

Plus en détail

A QUOI SERT LA RESPIRATION? Apporter des connaissances sur la fonction respiratoire, son caractère vital.

A QUOI SERT LA RESPIRATION? Apporter des connaissances sur la fonction respiratoire, son caractère vital. Fiche 1 A QUOI SERT LA RESPIRATION? Objectif Apporter des connaissances sur la fonction respiratoire, son caractère vital. Vocabulaire : respirer / inspirer / expirer / souffler / air / poumons. Notions

Plus en détail

LPP SAINT JOSEPH BELFORT MODE OPERATOIRE ACTIVINSPIRE. Bonne utilisation à toutes et tous! UTILISATION DES TBI LE LOGICIEL ACTIVINSPIRE

LPP SAINT JOSEPH BELFORT MODE OPERATOIRE ACTIVINSPIRE. Bonne utilisation à toutes et tous! UTILISATION DES TBI LE LOGICIEL ACTIVINSPIRE LPP SAINT JOSEPH BELFORT MODE OPERATOIRE ACTIVINSPIRE Utilisation des TBI UTILISATION DES TBI LE LOGICIEL ACTIVINSPIRE T B utoriel de base, ce mode d emploi a pour objectif de vous présenter les principales

Plus en détail

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ MCC et incertitude 10 mars 2015 Par Christophe Béesau et Christian Leliepvre Avec Altran, Solar Impulse s attaque au défi du tour du monde à l énergie solaire. Depuis 2010, Solar Impulse vole à l énergie

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Le petit lexique du cinéma

Le petit lexique du cinéma Le petit lexique du cinéma Dossier réalisé par Alice Mennesson 1 QUELQUES DEFINITIONS POUR COMMENCER La séquence (Sequenz) est un groupe de plans qui forment un ensemble narratif. On peut comparer la séquence

Plus en détail

Voyage au pays du sommeil

Voyage au pays du sommeil Service de prévention et d éducation à la santé - 2014 Voyage au pays du sommeil Séance 1 : Le soir à la maison 1- En GS, votre enfant à besoin de 11h de sommeil chaque nuit. Cependant, il existe des petits

Plus en détail

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité I La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité Si vous lisez ce livre et que vous êtes responsable d une entreprise, d un service qui s intéresse à la fidélité client, c est que vous

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII

Ministère des Affaires étrangères et européennes. Direction de la politique culturelle et du français. Regards VII Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII Sciences et techniques 4. Comment se libérer du vertige? Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM

Plus en détail

Tout au long de l année

Tout au long de l année Objectifs Familiariser les élèves avec le relevé d informations sur un journal de bord. Apprendre aux élèves à utiliser des instruments d observation scientifiques. Réaliser des dessins d observations

Plus en détail

Les 100 plus belles façons. François Gagol

Les 100 plus belles façons. François Gagol Les 100 plus belles façons d'aimer François Gagol Les 100 plus belles façons d Aimer François Gagol François Gagol, 2003. Toute reproduction ou publication, même partielle, de cet ouvrage est interdite

Plus en détail

La caméra Embarquée et subjective

La caméra Embarquée et subjective La caméra Embarquée et subjective La caméra embarquée et subjective L utilisation de la caméra subjective permet une très forte identification du spectateur aux personnages et par conséquent des sensations

Plus en détail

- Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur. Biographe

- Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur. Biographe - Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur Biographe Le Docteur une personne énigmatique à bien des égards. Peu de personne ont pu le voir, l approcher ou même voyager avec lui. Et s il

Plus en détail

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement?

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Ce livret vous a été remis en complément de la vidéo «4 éléments pour travailler plus efficacement». Visitez http://methode-prepa.com pour

Plus en détail

La pratique des décisions dans les affaires

La pratique des décisions dans les affaires Association Française Edwards Deming Une philosophie de l action pour le XXIème siècle Conférence annuelle, Paris, 8 juin 1999 Jean-Marie Gogue, Président de l AFED La pratique des décisions dans les affaires

Plus en détail

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE Présenté à M. Luc Saint- Hilaire Fait par Mélanie Hanley-Boutin 95 114 726 3 octobre 2011 École des arts visuels de l Université

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 JULIA LEGRAND, Psychologue- Psychothérapeute L hypnose est un terme qui entraine un grand nombre d idées reçues, d inquiétudes et de méfiance. On donne parfois à l hypno-thérapeute

Plus en détail

Données temporelles : qu est-ce qui est temporel dans les données? qu est-ce qui est donné dans le temporel?

Données temporelles : qu est-ce qui est temporel dans les données? qu est-ce qui est donné dans le temporel? Données temporelles 8/7/2008 p. 1/3 Données temporelles : qu est-ce qui est temporel dans les données? qu est-ce qui est donné dans le temporel? Catherine Letondal letondal@lri.fr In Situ, INRIA Futurs

Plus en détail

Présentation assistée par ordinateur

Présentation assistée par ordinateur Présentation assistée par ordinateur (PowerPoint) Guide d élaboration à l intention des conférenciers Colloque sur la sécurité civile et incendie Résumé Taille et disposition o 20 diapositives au maximum

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud

PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud Thèmes : la famille, les rapports avec les autres. Parcours niveaux B1 : en bref Après une mise en route autour

Plus en détail

RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR

RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR PROFITEZ DU SOLEIL EN TOUTE SÉCURITÉ Nous profitons tous du soleil et en connaissons ses bienfaits : il dope le moral et favorise

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

L EFFET PARALLAXE N EST

L EFFET PARALLAXE N EST 50 3 Objets L EFFET PARALLAXE N EST PAS SPÉCIFIQUEMENT UN TRUCAGE D AFTER EFFECTS. C est un principe que vous devriez avoir à l esprit quand vous travaillez en 3D. En raison de la nature de la 3D dans

Plus en détail